Page 1

> Février 2015 - N°55

L’ACTUALITÉ TRIMESTRIELLE DE LOUVIGNY

Quartier du Long Cours

Il y a 20 ans un projet, aujourd’hui une réalité Pages 4-5

Le Journal trimestriel de la commune de Louvigny - 17, Grande Rue - 14 111 Louvigny - Directeur de la publication : Patrick Ledoux Comité de rédaction : Jacques Chapelière et Didier Auxépaules - Conception et mise en page : aprim-caen.fr - Photos : Jacques Chapelière, François Decaëns - Didier Auxépaules - Imprimeur : Lebrun - Dépôt légal : à parution - Tirage : 1 400 exemplaires.


La ville à la campagne

Ne pas oublier mais aller de l’avant

E

­­­­­ Horaires de la poste > Le lundi, de 9h à 12h. Du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 16h, le samedi de 9h à 12h. Départ du courrier : 15h30. Samedi : 12h.

> Changement de médecin Tous nos remerciements au docteur Philippe LEPREVOST qui a été le premier médecin à s’installer dans notre commune, le 2 novembre 1977, avec nos souhaits de longue et heureuse retraite. Dans le même cabinet, 2 rue Man Ray, lui succède Emmanuel GRENOT. Tél. : 02 31 75 10 20.

> Bibliobus à Louvigny Vendredi de 9h30 à 11h30 Place François Mitterrand 16 et 30 janvier, 13 et 27 février, 13 et 27 mars, 10 et 24 avril, 22 mai, 5 et 19 juin, 3 juillet

Naissances Aslan PEDOJA, 14.09.14 Charlie MOUCHEL, 26.09.14 Léanne HERBET, 18.10.14 Sarah LAJOIE, 13.11.14 Charlie DENIS, 17.11.14 Antoine LEBARC DUMOUCHEL, 09.12.14 Hugo CLÉMENCE, 11.12.14 Lisa REBOURSIERE, 28.12.14 Ayden BACAR, 30.12.14

Décès Micheline LELEU veuve DUPRET, 28.10.14 Simonne GIRRES veuve VALLEE, 24.11.14

2

ndeuillée et meurtrie par des attentats, la France s’est rassemblée en ce début d’année 2015 autour de ce qu’est la République : la liberté, l’égalité et la fraternité. C’est autour de ces valeurs laïques qu’elle est plus forte, unie, qu’elle se dresse digne, grande et sans haine. Souhaitons que toutes ces épreuves nous rapprochent de la politique et que le sursaut national s’entende jusque dans les urnes et ce, dès les 22 et 29 mars prochains, lors des scrutins des élections départementales. L’importante réforme territoriale en cours entend transformer l’architecture territoriale de la République avec pour objectif la baisse des dépenses publiques et une meilleure prise en compte des besoins citoyens. Un premier volet a déjà été ouvert en janvier 2014 avec la loi dite de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles. La création d’un nouveau statut pour ces dernières amorcera une vraie clarification de l’exercice des compétences au niveau local. Le deuxième volet de la réforme territoriale vise à réduire le nombre de régions de 22 à 13. En décembre 2015, nous serons appelés à voter pour

élire nos conseillers régionaux normands, sans aucune distinction entre Haute et Basse Normandie réunifiées. Troisième volet de la réforme territoriale, le projet NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), vise à clarifier les compétences des différents échelons territoriaux (régions, départements, intercommunalités, communes). Ce projet de loi prévoit que la clause de compétence générale est supprimée pour les départements et les régions, que les communes sont confortées comme échelon de base de la République - celui de la démocratie locale -, que les intercommunalités montent en puissance, que les départements sont centrés sur les solidarités et que les régions sont renforcées, notamment dans les domaines du développement économique, de l’innovation, du transport et se placent désormais en gestionnaires des fonds européens. C’est au milieu de ce nouveau paysage territorial que chaque citoyen, que chaque loupiacien devra trouver sa place. Votre maire, Patrick Ledoux

­­­­­Horaires du secrétariat de mairie : Tél. : 02 31 75 10 61, Fax : 02 31 75 80 90, du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30, sauf le mardi matin : 9h30 au lieu de 9h00 Site Internet : www.ville-louvigny.fr - Courriel : mairie@ville-louvigny.fr

>Conseils municipaux

> 13 octobre : lancement de la concertation pour une zone d’aménagement concerté, adhésion à Géosdec, mise en place d’une commission hygiène et sécurité, journée du livre pour enfants, tarification services périscolaires, > 15 novembre : séminaire municipal > 29 novembre : mise en place de la taxe d’aménagement et des cas d’exonération. > 1 décembre : présentation de l’espace jeunesse, contrat enfance-jeunesse, avenant à la convention avec la Ligue de l’Enseignement, redécoupage du périmètre de protection de monuments classés, avis sur la remise en état de la carrière de Feuguerolles-Bully

Prochains conseils, 19h à la salle des fêtes 2 mars, 30 mars, 4 mai, 8 juin, 6 juillet

Au bonheur des livres / Journées

du livre pour enfants - Salle des Fêtes. Entrée libre

Vendredi 13 mars à 20h : Veillée avec le spectacle de Benoît Choquart « Contes tombés du ciel » Samedi 14 mars de 10h à 17h : Tapis-lecture et plusieurs ateliers : BD, du livre au film d’animation, illustration, balade contée, théâtre.

> Conseils pratiques Un candélabre ne fonctionne plus. Merci de relever le numéro sur le mât et d’en informer la mairie au 02 31 75 10 61 La déchèterie de Mouen est ouverte à tous les habitants de Caen la mer. Elle est proche de Louvigny et plus commode pour le déchargement des déchets verts. Accès et horaires sur le site caenlamer.fr

Abonnez-vous à la newsletter de la commune, vous serez plus régulièrement et plus rapidement informés. Inscription sur le site de la commune ville-louvigny.fr

> Deux ouvertures Encre Service, recharge de cartouches encre, consommables d’impression pour imprimantes, 4 Longue Vue des Photographes. Tél. : 02 31 71 00 06, www.encreservice.com. Coiffeur « Chez Max » féminin-masculin, 14 bis Longue Vue des Architectes. Tél. : 02 31 79 96 97.

>Agenda

> Samedi 28 février - salle Brassaï exposition photos sur le thème « Les Ombres » > Dimanche 1er mars : repas des Anciens > Samedi 13 et dimanche 14 mars - salle des fêtes : journées du livre pour enfants > Samedi 28 mars : carnaval > Dimanches 22 et 29 mars : élections départementales > Samedi 23 et dimanche 24 mai : Exposition de peinture franco –allemande organisée par le jumelage et le CATEL > Vendredi 29 et samedi 30 mai : les 20 ans du quartier du Long Cours > Samedi 20 juin : fête de la musique Démarchage abusif à domicile. Il a été

signalé en mairie des démarchages abusifs près des habitants de Louvigny. La commune ne mandate jamais de commerciaux pour vendre à domicile. Restez vigilants et en cas de problème prévenez la mairie et la police (tel. n°17).


Actualités

Dossier

Associations

Agglo

Environnement

LE CCAS

Un outil de solidarité

« Reste contre Moi »

L

e Centre communal d’action sociale (CCAS) est un établissement public autonome qui dispose d’un budget constitué principalement par la subvention annuelle votée par le Conseil Municipal. A la suite des dernières élections municipales le CCAS, dont le Maire est Président, a été renouvelé. Il a intégré de nouveaux membres. Il est composé de 7 élus et de 7 habitants de la commune.

Le CCAS assure différentes missions directement orientées vers la population : aide aux familles en difficulté, lutte contre l’exclusion, aide aux personnes âgées ou handicapées, accès au droit (demandes de logements, conseils divers pour les démarches administratives). Ses actions peuvent être collectives. Le CCAS organise ainsi le repas annuel des anciens et distribue un colis de Noël aux personnes âgées. Il participe également au centre de loisirs et aux collectes de la Banque Alimentaire du Calvados. Son activité s’exerce aussi par du soutien individuel et personnalisé, basé sur le respect et l’écoute attentive des personnes en difficulté auxquelles une aide ponctuelle peut être apportée. Edith HAMEL, maire adjoint en charge des affaires sociales

Ecole élémentaire Hubert Reeves

Initiatives de solidarité

A

près l’eau, la biodiversité, les déchets et l’énergie, cette année le projet « Eco-école » porte sur le thème de la solidarité. Dans ce contexte, nous nous engageons dans différents types d’action. Ont été ainsi réalisés : • cross du Conseil général, avec la Croix Rouge. • une collecte de jouets au profit des Restos du cœur. • dans chaque classe, un débat sur le thème de la solidarité. • une réunion des délégués élèves. • suite aux attentats, débats dans les classes et minute de silence collective le 8 janvier 2015. • la création du blog de l’école. http://

ecole-hubert-reeves.blog4ever.com Sont envisagées les actions suivantes : • En partenariat avec l’EREA Yvonne Guégan d’Hérouville-Saint-Clair, actions de solidarité avec le village Banounou au Burkina Faso: accueil de l’exposition de photos de l’association Banounou, intervention dans les classes du président de l’association, achat de livres de jeunesse à destination des enfants du village. (Classe CE1) • Intervention dans les classes de l’association Enfants d’Asie, exposition des réalisations de l’association. • Prise de contact pour des demandes d’intervention avec la LICRA (actions de prévention dans l’éducation à la citoyen-

Ce spectacle présenté par l’association « les Arts Sensibles » samedi 17 janvier a rencontré un vif succès. La salle des fêtes de Louvigny était comble et les spectateurs enthousiastes. Succès mérité pour cette chorégraphie de qualité qui rassemble cinq artistes avec ou sans handicap. La représentation s’est terminée par une longue ovation et un échange chaleureux entre spectateurs et artistes. Malgré une première représentation à Paris en novembre 2013, l’association n’arrivait pas à jouer devant un public normand. La municipalité, malgré ses moyens modestes, est heureuse d’avoir permis la correction de cette anomalie et espère pouvoir accueillir la prochaine création de Coralie Banchereau.

« Le Dernier Cheval »

Décimés par une épidémie, les chevaux disparaissent. Il reste une jument, Bel Espoir. Quel avenir pour l’espèce ? Encadrés par le Centre de Formation Bernard de Guitaut, les stagiaires du groupe Elan’s ont imaginé, créé et joué ce spectacle le 20 janvier à la salle des fêtes de Louvigny. Une belle et tonique réalisation chaleureusement saluée par le public.

neté (Classe CM2) • Gestion coopérative de la classe : gestion des fonds, gestion des conflits, mises en place d’actions de coopération dans l’école. • Récupération des bouchons au profit de l’association Bouchons d’Amour (achat de fauteuils pour handicapés) (Classe CP-CE1) • Opération pièces jaunes pour améliorer la vie des enfants et adolescents hospitalisés. (classe de CM1-CM2) Nous restons ouverts à toute proposition de partenariat ou d’intervention auprès des élèves. François Le Floc’h, directeur

3


Actualités

Dossier

Associations

Agglo

Environnement

Quartier du Long Cours

Il y a 20 ans un projet, aujourd’hui une réalité ! L’aménagement du nouveau quartier du « Long Cours » à Louvigny s’est achevé en 2014 avec l’ouverture de « La Maison du Coudrier », Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD). C’est l’occasion de revenir sur les motivations qui ont conduit les responsables locaux d’alors à créer ce quartier et de faire un bilan objectif de sa réalisation.

Pourquoi aménager un nouveau quartier ? Sa situation dans un écrin de verdure à proximité du centre de Caen a fait de Louvigny une commune très convoitée par des promoteurs et des aménageurs. Dans les années 90, la pression foncière s’est accrue avec le bouclage du boulevard périphérique et sa liaison avec le Zénith. La municipalité a fait alors le choix de garder la maîtrise de son développement pour ne pas courir le risque de se faire définitivement absorber par la métropole caennaise. Il fallait, à la fois, anticiper le vieillissement de notre population et permettre à de jeunes ménages de s’installer à Louvigny pour assurer la pérennité de nos équipements publics, notamment scolaires. Le quartier du Long Cours doit sa création à cette décision. Néanmoins, les élus d’alors, notamment Philippe Duron maire, et Eliane Deschamps, maire adjoint chargé de l’urbanisme, ont voulu rompre avec le mode habituel de développement périurbain par adjonctions successives de lotissements pavillonnaires. Le projet a ainsi été conduit en créant

4

une continuité urbaine entre le bourg et le hameau du Mesnil. L’ancien chemin Meunier entre l’Orne et l’Odon a été la colonne vertébrale de ce nouveau quartier, il a été protégé et conforté. Ce Long Cours, resté naturel, constitue la frange paysagère du quartier et lui a donné son nom. L’espace à aménager en 10 ans représentait une superficie de 26 ha sur laquelle chacune des opérations a été discutée et réalisée avec les objectifs suivants :

L’espace agricole et naturel représente la majeure partie du territoire communal (480 des 564 ha). La volonté a été d’économiser la terre agricole en densifiant davantage l’habitat que dans les quartiers antérieurs. C’est ainsi qu’il a été fait le choix de parcelles plus petites, de 350 à 450 m 2 aboutissant ainsi à une densité de 27 logements à l’hectare, ce qui était innovant pour l’époque, puisque proche des densités de logements retenues aujourd’hui pour les éco-quartiers.

Préserver l’identité verte de Louvigny

Favoriser la diversité des habitants

Il était impératif pour la municipalité de préserver le caractère naturel et l’identité paysagère de la commune, en imposant une forte présence du végétal dans ce nouveau quartier. De plus, le bourg étant soumis au risque d’inondation, il était primordial de traiter sur place les eaux pluviales afin qu’elles ne viennent pas grossir l’Odon, puis l’Orne, en bas du village. C’est dans cet objectif qu’ont été réalisés un maillage de noues (fossés) et de puisards, de même que la couverture en sable stabilisé des places et des allées.

Un autre objectif a été de faire en sorte que tous les habitants, quelles que soient leurs différences d’âge, de profession, de revenu ou de composition familiale puissent trouver, dans ce nouveau quartier, le logement dont ils avaient besoin. Plusieurs types de logements ont été ainsi construits : locatifs ou en accession à la propriété, des maisons de plain-pied pour les séniors, des petits logements pour les jeunes quittant leurs parents ou pour les ménages aux revenus modestes. Ce voisinage de foyers différents favorise la mixité so-


ciale. Pour la dernière parcelle dédiée à l’habitat les élus ont souhaité que soit réalisé un projet fort du point de vue environnemental. Le programme des Z’Ecobatisseurs est né de la rencontre de cette volonté municipale et du projet d’habitat groupé de treize familles réunies en une société coopérative. L’architecture, la structure en bois, l’isolation en paille et les chantiers participatifs ont parfois interpellé certains loupiaciens mais les habitants de ce dernier quartier jouent aujourd’hui un rôle actif dans la vie de la commune.

Sauvegarder et renforcer les commerces et les services Le bouclage du périphérique et l’ouverture de la RD 405 avaient considérablement réduit le passage des véhicules dans le bourg et donc la clientèle des commerces existants. Il fallait alors offrir aux commerçants du bourg qui le souhaitaient, la possibilité de se déplacer vers ce nouveau quartier. Une partie du quartier du Long Cours a donc été dédiée aux commerces et activités qui ont été positionnés près de l’axe principal de circulation.

Maîtriser les dépenses communales L’aménagement des nouveaux quartiers ne devait pas obérer pour de nombreuses années le budget communal. Pour ce faire, c’est la procédure de la

zone d’aménagement concerté (ZAC) qui a été retenue parce qu’elle permet de faire réaliser l’aménagement et l’équipement des terrains par l’aménageur retenu (la SHEMA), lequel les revend ensuite à des constructeurs. La municipalité a gardé, de bout en bout, la maîtrise de cette opération. Rien n’est sorti de terre sans son accord. L’ensemble des voiries, financé à l’origine par la SHEMA, a fait l’objet d’une rétrocession à la commune en juin 2014. L’aménageur a également financé en partie l’extension du gymnase de la commune. Rien n’a donc pesé sur le budget communal et l’opération s’achève sur un bilan financier équilibré. Ce qui est exceptionnel pour une opération de ZAC.

Des regrets cependant Le plus difficile dans un projet d’une telle durée, c’est de maintenir jusqu’au bout les exigences initiales de qualité. Ne pas laisser les voiries se rétrécir ou les places s’amenuiser parce que, subrepticement, un immeuble a rogné quelques mètres sur l’espace public ; veiller à ce que les boîtes aux lettres et les compteurs ne s’échappent pas des murets techniques dans lesquels ils devaient être enfermés ; garder la qualité des matériaux et des plantations. Malgré la présence quotidienne sur le chantier d’Alain Tranchido, maire adjoint aux travaux, ce sont là des éléments qui ont parfois échappé à notre vigilance. La voiture est aussi trop présente, à l’entrée du bourg et dans toutes les

rues. La faute en revient aux garages prévus qui se sont souvent transformés en atelier ou en chambre supplémentaire. Pourtant à Louvigny il est facile de se déplacer en bus, à vélo ou à pied. Le choix d’avoir positionné les commerces et entreprises le long des axes routiers, a eu pour conséquence de dénaturer l’entrée de ville qui ressemble trop à une zone commerciale, loin de l’identité du village que Louvigny reste pourtant ! Aujourd’hui, grâce au PLU en cours d’élaboration, nous allons pouvoir introduire de nouvelles exigences environnementales, et intégrer les normes du développement durable dans les constructions nouvelles et la rénovation des anciennes, exigences qui n’ont pu être qu’ébauchées il y a 20 ans. Anne-Marie LAMY, conseillère municipale Eliane DESCHAMPS, ancienne maire ajointe en charge de l’urbanisme de 1995 à 2008

Patrick Ledoux et l’équipe municipale souhaitent marquer l’achèvement de ce nouveau quartier en organisant •> le vendredi 29 mai au gymnase une soirée-débat qui réunira nos différents partenaires, la SHEMA, les bailleurs sociaux, les promoteurs, les anciens élus à l’origine du projet. •> le samedi 30 mai, en fin d’après midi, une déambulation musicale et festive dans le quartier du Long Cours.

5


Dossier

Actualités

Associations

Agglo

Environnement

La « Loupy Cyclo » !

Elle roule pour tous

Loupy Cyclo « la solidaire » s’implique ainsi dans la vie de la commune.

«

L

oupy cyclo », association sportive affiliée à la FSGT, a pour philosophie d’être solidaire et de se faire plaisir. Le samedi, nous participons à des brevets où des circuits nous sont proposés (50 à 90 kms). Ceux-ci sont organisés par les clubs de la région ce qui permet des échanges conviviaux avec les autres associations. Le club est engagé dans la fête communale avec un critérium, remporté en 2014 par Philippe Capoën, cyclotouriste du club. Les membres du Cyclo se mobi-

lisent également comme bénévoles pour la course pédestre « La Loupy » organisée par Air de fête. En juin, nous partons 3 jours participer à des sorties grandes distances ( La Pierre le Bigault, la Bernard Hinault, la G. Groussard etc) toutes à but humanitaire. Nous organisons aussi chaque année un week-end familial. En 2014 nous sommes allés à Genêts, avec la traversée des grèves et la visite du Mont. Nous organisons un loto au mois de novembre, ce qui permet de participer financièrement

aux licences et à nos activités. Nous apportons notre aide à la collecte de la Banque Alimentaire du Calvados. Loupy Cyclo « la solidaire » s’implique ainsi dans la vie de la commune.

Association Loupy Cyclo Président : Mainier Philippe Tél. : 06 76 70 42 28 philippe.mainier@orange.fr Site : loupycyclo.over-blog.com

Les amis du jumelage

30 e anniversaire entre Louvigny et Zellingen Fin mai 2014, une vingtaine de Loupiaciens se sont rendus à Zellingen notre commune jumelle en Basse- Franconie. Ce séjour fut marqué par la célébration du 30e anniversaire du jumelage entre nos deux communes. Nous recevrons nos amis Allemands du samedi 23 mai au mercredi 27 mai 2015 pour un séjour exceptionnel car, à notre tour, nous fêterons, à Louvigny, le 30e anniversaire de ce jumelage entre nos deux communes. Au programme sont prévues des soirées conviviales et des visites touristiques. Vous souhaitez accueillir, participer, alors n’hésitez pas. Pour tout renseignements contactez : Marie-Jo Leboulanger au 02 31 74 30 89

6

Le 30 mai dernier le maire de Zelligen reçoit une broderie « Louvigny-Zelligen 1984-2014 » réalisée par le club des brodeuses de Louvigny.


En Afrique avec « Eau Vive »

Solidarité de Louvigny avec le Sahel

Rencontre avec une délégation nigérienne.

D

ans les années 80, Joseph Decaëns, maire de Louvigny, souhaitait engager la commune dans une action de solidarité avec les pays du Sahel. Il voulait établir une relation d’échange et non simplement

envoyer de l’argent qui risquait de se perdre dans les sables. Il s’adressa à l’ONG « Eau Vive » qui avait le souci de laisser les villageois choisir et mener à bien leurs projets et créa l’association Solidarité de Louvigny avec le

Actualités

Sahel (SLAS). Chaque année, la SLAS a participé financièrement à un projet qui nous était proposé par « Eau Vive » (puits au Sénégal, école au Mali…). Aujourd’hui, les pays du Sahel changent. Les communes ont maintenant un maire et des élus. En France, la loi sur la coopération décentralisée votée en 1992 permet de faciliter l’ouverture des Bas-Normands sur le monde et, au Sahel, d’appuyer le développement de l’intercommunalité. Depuis 2008, à l’initiative de la région Basse-Normandie, nous participons au programme concerté de coopération entre 5 communes du canton de Kornaka au Niger et 4 communes bas-normandes. Les actions de développement sont décidées par les élus des 2 régions. Si vous voulez mieux connaître l’Afrique, n’hésitez pas à nous rejoindre. Contact : Claire RIO Tél : 02 31 74 14 66

Dossier

Associations

Agglo

Environnement

les 35 communes membres de caen la mer Authie Bénouville Biéville-Beuville Blainville-sur-Orne Bretteville-sur-Odon Caen Cambes-en-Plaine Carpiquet Colombelles Colleville-Montgomery Cormelles-le-Royal Cuverville Démouville Épron Éterville Fleury-sur-Orne Giberville Hermanville-sur-Mer Hérouville Saint-Clair Ifs Lion-sur-Mer Louvigny Mathieu Mondeville Mouen Ouistreham Périers-sur-le-Dan Saint-André-sur-Orne Saint-Aubin-d’Arquenay Saint-Contest Saint-Germain-la-Blanche-Herbe Sannerville Tourville-sur-Odon Verson Villons-les-Buissons

Caen la mer Aéroport de Caen-Carpiquet

Des avions plus gros ? Plus bruyants ? Il est à nouveau question ces tempsci – mais le sujet ressort à chaque début de mandat – d’allonger la piste de l’aéroport de Caen Carpiquet pour y accueillir des avions plus gros, plus bruyants et à des fréquences plus importantes. Louvigny compte parmi les 40 000 habitants impactés par les nuisances et se situe dans la zone d’approche de cet équipement d’agglomération. Le nouveau Président de Caen la mer, Joël Bruneau, semble avoir

déjà pris sa décision. Il serait bien que les 34 autres maires s’expriment, relaient les inquiétudes qui se font jour dans leurs communes. Même si la préoccupation principale reste le bruit, il serait bien de savoir également où nous allons trouver les 10 millions d’euros nécessaires à la réalisation d’un tel projet. S’il devait se concrétiser, nous serions particulièrement exigeants et demanderions des garanties sur les impacts environnementaux.

Dans moins d’un an, il n’y aura plus qu’une seule Normandie. N’est-il pas temps de réfléchir à un seul aéroport plus central, d’avoir une réflexion beaucoup plus globale sur l’offre aéroportuaire normande et cesser cette concurrence coûteuse entre Caen et Deauville ? Patrick Ledoux et Chantal Blanchetière, Délégués communautaires pour Louvigny

7


Actualités

Dossier

Associations

Agglo

Environnement

Entretenir les espaces publics en respectant l’environnement

Un défi à relever ensemble

Fleurissement en pied de mur.

C

es dernières années l’engagement de chacun pour la protection de l’environnement s’est renforcé. Après quelques difficultés de mise en place, la réduction de la collecte des déchets verts fonctionne. La distribution de composteurs se poursuit. La collecte des textiles a progressé. L’extinction en milieu de nuit de l’éclairage public a été bien acceptée par les habitants. Des progrès nous semblent nécessaires à Louvigny. Pour les déplacements, les bus pourraient être davantage fréquentés qu’ils ne le sont actuellement. Le village et les voies cyclables se prêtent à un développement de la pratique du vélo qui reste souvent limitée à la promenade. Un sujet fait régulièrement débat dans notre commune et pose encore des difficultés : l’entretien des trottoirs et la réduction des produits phytosanitaires. En signant en juin 2010 la Charte d’entretien des espaces publics, la commune a anticipé les dispositions législatives et réglementaires en cours d’élaboration. Réduire l’usage des produits phytosanitaires n’est pas une lubie de la municipalité cédant à une mode passagère, c’est notre contribution à un changement indispensable et irréversible. L’enjeu est essentiel, il s’agit de protéger notre ressource en eau. Pour cela il faut réduire le risque de ruissellement et d’infiltration de ces produits vers les nappes et les cours d’eau. Ce risque est particulièrement important dans notre commune située à la confluence de l’Orne et de l’Odon, au cœur de prai-

8

ries humides constituant un patrimoine naturel à protéger.

Traiter moins, l’affaire de la commune… La commune a mis en œuvre le premier niveau d’exigence de la Charte, « traiter mieux », par une application stricte des normes en matière de traitement phytosanitaire. Il s’agit maintenant de « traiter moins ». Pour nous y aider un plan d’entretien des espaces publics a été réalisé avec la FREDON. Dans ce plan les espaces publics et voiries sont classés selon deux critères : leur proximité de l’eau et l’imperméabilité de leur substrat. Sont ainsi imperméables les trottoirs en bitumes graviers et en sable stabilisé compacté. Ainsi toutes les rues et tous les trottoirs situés près du fil d’eau présentent un risque élevé de ruissellement des produits vers les cours d’eau et ne sont donc plus traités chimiquement. Allées sablées, places, terrains de pétanque éloignés des caniveaux présentent un risque moins élevé. Pour éviter la pousse d’herbes sur les trottoirs en sable ou bitume dégradé, la préconisation de la FREDON est simple : il faut les rénover. Vaste et coûteux chantier qui prendra du temps ! En attendant il faut adopter des méthodes non polluantes de traitement : fauche, brûlage et désherbage mécanique. La commune poursuivra la mise en place de plantes vivaces assurant une cou-

verture du sol. Certaines surfaces en sable peu fréquentées pourront être enherbées.

… et de chaque habitant

Mais la participation des habitants est nécessaire. Les initiatives prises ces dernières années pour l’entretien des trottoirs et le fleurissement des pieds de mur doivent être renforcées et les obligations des riverains doivent être précisées. C’est l’objet de l’arrêté municipal pris le 2 février et consultable sur le site de la commune ville-louvigny.fr L’arrêté rappelle que chaque habitant de la commune « doit maintenir sa partie de trottoir et de caniveau en bon état de propreté, sur toute la largeur et longueur au droit de sa façade et en limite de propriété, conformément aux obligations du règlement sanitaire départemental ». A chaque riverain donc, si nécessaire, de déneiger, balayer et désherber la partie du trottoir longeant son habitation, sans utiliser de produits chimiques. L’arrêté indique que « pour contrôler la pousse d’herbes indésirables et participer à l’embellissement de la commune les habitants sont invités à fleurir le pied de mur extérieur à leur propriété, en garantissant toutefois le passage à tous les usagers des trottoirs limitrophes ». Rappelons par ailleurs que le plus grand espace vert de Louvigny est constitué de l’ensemble des jardins individuels. Protégeons l’environnement en jardinant sans produits chimiques. Jacques Chapelière, maire-adjoint chargé de l’environnement et du cadre de vie

Le Loupy n°55  

Magazine d'information de la commune de Louvigny - Edition n° 55 de février 2015

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you