Page 1

|

|

|

|

|

|

ISSUE 002 – Second Quarter 2013 (April–June 2013)

NUMERO 002 – Deuxième TRIMESTRE 2013 (Avril–Juin 2013)

|

|

CAMEROON LIKE YOU HAVE NEVER SEEN

WWW.CAMEROONTRAVELER.COM

Le Cameroun tel que vous ne l�avez jamais vu

Hail to the Sultan

Complete Coverage of the 2012 Ngouon Festival No.0 02 April-June 2013

Festivals Parcs Nationaux Golf et Loisirs Hôtels et Restaurants Boites de Nuit

20ème anniversaire de l’accession du Sultan au trône Couverture du 5 4 4 e m e F e s t i va l N g o u o n

Festivals National Parks Golf and Leisure Hotels & Restaurants Night Clubs

Annual Show F. Week Arc MUSICA RICHARD BONA Kaïssa Doumbe The legend of Afo-Akom

|


Kapsiki Peak

The Rhumsiki Village T

he spectacular effect of the Rhumsiki is created by surrounding volcanic plugs (the remnants of long-dormant volcanoes), basalt outcroppings, and the Mandara Mountains. The most popular of these rocks is the Kapsiki Peak, a plug standing 1,224 m (4,016 ft) tall.

Le paysage spectaculaire du Rhumsiki a été créé par la solidification des laves volcaniques autours des cratères de volcans endormis, l’accumulation du basalte endurci et sculpté par la nature et les Monts Mandara. Le plus populaire de ces roches est le Kapsiki, un sommet de 1 224 m (4016 pieds) de hauteur.

Here, the village’s children act as tour guides, showing you several attractions. You will visit craftspeople, such as blacksmiths, potters, spinners, and weavers; native dancers; and a fortune-teller who predicts the future based on a crab’s manipulation of pieces of wood. Rhumsiki should be a standard item on your tour plans.

Ici, les enfants du village servent de guides touristiques et vous montrent plusieurs sites d’attractions. Vous visiterez des artisans, (forgerons, potiers, tisserands ; danseurs traditionnels et le féticheur du village. Le Rhumsiki devrait absolument faire partie de votre plans de séjour.

What they say about the Rhumsiki “Striking” — Lonely Planet “Breathtaking” — Rough Guides “Almost lunar landscape” — Bradt Guides “One of the most beautiful landscapes in the world” — André Gide (writer and explorer)

Ce qu’ils disent au sujet dU Rhumsiki “Frappant” — Lonely Planet “À couper le souffle” — Rough Guides “Paysage presque lunaire “— Bradt Guides “L’un des plus beaux paysages du monde” — André Gide (écrivain et Explorateur)


There is a space in here for you. Make use of it and get noticed!

Contact CTM us now! www.cameroontraveler.com - info@cameroontraveler.com


The Cameroon Traveler Magazine Editor Germain Pichop French Copy Editors Trésor Yoassi; Damien Noma English Copy Editor Solomon Quaynor Administrator Jeannette Epitchop Customer Relations Didier Soh Roch-Alain Kamga Sapphire Excel Publishing President: Germain Pichop Support: Jeannette Epitchop Marketing: Paul Fifen

Collaborators for this issue Damien Noma; E. Sumelong; Cyril Higk; Larissa Audrey Mama; Germain Pichop; Roch Alain Kamga; G. Jackson; Willam Holland; Basile Alo Fouda; Azize Mbohou; Ntomnifor Richard; Trésor Yoassi Published by Sapphire Excel for the Cameroon Travel and Leisure Organization Cameroon Traveler Magazine 870 Brookwood Dr. #106 Oklahoma City, OK 73139 Tel: +1 405 445 0156 Email: info@cameroontraveler.com Web: http://cameroontraveler.com

Sapphire Excel Consulting Founder

Legal Adviser

Germain Pichop

Dieudonne E. Ngamou

Marketing Paul Fifen

P.O. Box 4499 Douala

Financial Officer

Tel:+237 76 41 71 70 / 92 14 57 76

Solenne Tchango

Email: info@sapphire-excel.com

Administrative Manager

Envoyez vos annonces par sms au

Jeannette Epitchop

numéro: +237 92 14 57 76 ou

Customer Relations

sur notre site web:

Didier Soh

http://cameroontraveler.com

Roch Alain Kamga Paul Ghislain Nzodjou

The Power of Positive Thinking

The Cameroon Traveler Magazine (CTM) is edited and published by Sapphire Excel Consulting for the Cameroon Travel and Leisure Organization. The magazine is committed to be a platform that profiles travel destinations and guides. The Cameroon Travel and Leisure Organization, through its magazines, books, and editorial contents, will be a vessel promote tourism in Cameroon and inform travelers about the destinations, the treasures and beauty of the country, its people, places music, art and culture in a way that will encourage travel, discovery and curiosity in its people and those around the world. The Cameroon Travel and Leisure Organization is convinced that tourism can become the corner-stone of the development of the country. For more information about advertising opportunities, please contact us at: info@cameroontraveler.com or visit: http://www.cameroontraveler. com.

© 2013 The Cameroon Traveler Magazine; http://www.facebook.com/CameroonTraveler;

Sapphire Excel Consulting Strategy, Marketing, Communication, Training & Economic Development P.O. Box 4499 Douala, Cameroon info@Sapphire-Excel.com CTM

Page 4 •

Http://www.cameroontraveler.com

Twitter: @CameroonTravel Imprimé aux États-Unis – Printed in the USA Photo credits in this issue: Germain pichop; Damien Noma; Roch Alain Kamga for CTM; Greg Piwele for Annual Show; Bonamusic.com; Maciek Schebjal, Gregory Routt and Lilian Haidar for Kaïssa Doumbè; Nguon Organizing committee for the cover photo; Cameroon Ministry of Tourism; Amcaja; Astaras; Nick Annejohn & Family; Nickaj. All picture are under the Creative Commons Licence. Some pictures are royalty free photographs obtained from 123rf.com


CTM

Cameroon Traveler Magazine

Un an déjà!

Le Magazine Bilingue du Cameroun

Cameroon's Bilingual Magazine

C

ela fait un an que nous avons entrepris de réaliser de ce qui n’était au tout début qu’un rêve une réalité. Bien que confronté aux difficultés énormes, nous avons tenu le cap. Nous croyons aux atouts qu’offre notre cher pays, le Cameroun. Nous croyons aux potentialités énormes que recèle ce beau pays, et nous croyons que le reste du monde le monde gagnerait à le découvrir. C’est cela notre rêve, et nous ferons des sacrifices nécessaires pour le réaliser. Nous demandons ici à tous ceux qui comme nous, croient au potentiel du Cameroun de se joindre à CTM pour qu’ensemble nous puissions exposer les richesses du Cameroun au monde entier en utilisant ce support moderne et avant-gardiste. Nous avons l’ambition de faire de cette plateforme qui, pour le moment, reste le seul dans le domaine touristique pour notre pays, le meilleur outil de présentation des offres du Cameroun. Notre pari c’est d’en faire un véhicule d’éducation sur l’histoire, l’art et la culture pour les camerounais du terroir, ceux de la diaspora et tous ceux qui ailleurs s’intéressent au Cameroun. Nous croyons fermement que le tourisme c’est en même temps l’art, la culture, l’histoire, la géographie et le vécu quotidien d’un peuple. Nous ne doutons pas que les Camerounais partout où ils se trouvent et les amoureux de la destination Cameroun soutiendront cette initiative d’avenir qu’est CTM.

A year later!

I

t’s been a year since we started this project, which began just as a dream. We turned that dream into reality, which has begun to catch on with a lot of people. Although faced with a lot of difficulties, we have maintained the cap. We believe in the riches of our dear country, Cameroon. We believe in the enormous potential that this beautiful country has, and we believe that it deserves to be discovered by the rest of the world. That is our dream, and we will make the necessary sacrifices to achieve it. This is why we are calling for all those who, like us, believe in the potential of Cameroon to stand up and support this endeavor. Together we can expose to the riches of Cameroon to the world using this modern and innovative support. Our aim is to make this platform, which currently remains the only one in the field of tourism in our country, the best tool for presenting Cameroon’s offer in terms of travel and attractions to the rest of the world. Our challenge is to make it a tool for education on the Cameroon’s history, art and culture for the domestic Cameroonians, those in the diaspora and everyone else in the world that is interested in Cameroon. We firmly believe that tourism is simultaneously art, culture, history, geography and daily living of the people. This is why we call on all interested Cameroonians to help us achieve this goal. — Germain N. Pichop Promoter, The Cameroon Traveler Magazine

Cameroon Traveler Magazine • January – March 2013

• Page 5

CTM


Faites-vous connaître Touchez directement les admirateurs du Cameroun et les Camerounais de la diaspora Cristallisez l’image de votre entreprise et ou de votre produit dans l’esprit d’un public international Faites-vous connaître des camerounais de la diaspora Captez l’attention des investisseurs étrangers arrivant au Cameroun Cameroun Traveler Magazine : votre vitrine pour promouvoir l’image de votre entreprise auprès du public national et international Contactez: Sapphire-Excel Consulting P.O. Box 4499 Douala Cameroun Tel: +237 92 14 57 76 - + 1 405 445 0156 Web: www.cameroontraveler.com Email: info@cameroontraveler.com info@sapphire-excel.com

Le Cameroun tel que vous ne l'avez jamais vu.. The Cameroon Traveler Magazine is published by Sapphire Excel for the Cameroon Travel and Leisure Organization (CTLO). For all information concerning the content and advertising opportuinities in this magazine, please contact the Cameroon Traveler directly at Info@CameroonTraveler.com

CTM


Cameroon Traveler Magazine

Content/ Sommaire 02.2013 08 21 08 Here & Now No. 002 April. - June 2013/ 2nd Trimestre 2013

Art & Culture

22 Annual Show Fashion Week: regard sur le salon de la mode 24 Greg Piwélé: Interview 26 Richard Bona: Le gamin de Minta devenu virtuose de la musique 30 Kaïssa Doumbè: Conversation avec la Diva

08 Immeuble de la vie CTM re-visite l’histoire de cet immeuble qui a fait parler beaucoup de monde. 11 The Legend of Afo-a-Kom The story of the mystical statue and festival associated with it

12

Discover People

12

12 Arc Musica: dans les archives musicales camerounaises. 14 J. Olsen Adam & F. Bingono

Bingono: les restaurateurs des archives musicales 16 Prince D. William

MR

Must Read

12 Arc Musica 16 From Royalty to Captive: Prince William D. Holland tells you how he retraced his roots back to Cameroon 30 Converstation 38 544e Nguon Festival

26

30

38

Feature/ Dossier

38 Hail to the Sultan 44 Comme si vous-y étiez 48 Celebrating Art, Culture & Tradition. How did the Bamoun People get were they are and built such a successful culture? 50 Yaoundé-Foumban-Yaoundé: le voyage de l’équipe de CTM

53

The GUIDe/ Le GUIDE

38 58

54 Les Parcs Nationaux/ National Parks 56 News Flash 58 Conciergerie Votre guide: hôtels, restaurants, bars, boites de nuit et plus.

Cameroon Traveler Magazine • January – March 2013

• Page 7

CTM


Here & NOW

CTM

Page 8 •

Http://www.cameroontraveler.com


Yaoundé •• Immeuble de la vie?

L

e reflet des lampadaires sur les vitraux au rond-point de la poste centrale dans la nuit est un signe de temps. L’immeuble « de la mort » a fait sa mue. Au vu de la vitesse des travaux, l’on imagine les bruits de scie et les coups de marteau qui font et défont l’immeuble ministériel No 1 de jour comme de nuit. C’est que, l’édifice situé en plein cœur de Yaoundé subit, depuis plusieurs mois, des travaux d’aménagement. Le coût des travaux est estimé à près de 16 milliards Fcfa, financés par la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (Cnps). C’est en 1984, c’est-à-dire, depuis 29 ans que le chantier de construction de cet immeuble avait été inauguré. L’édifice constitué de quatre (04) entités dont, une tour de 18 étages, trois (03) complexes de 3, 4 et 7 étages respectivement, le tout pour un total de 1000 bureaux, devrait abriter quelques départements ministériels du Cameroun. Quelques mois seulement après son inauguration, le chantier avait dû être abandonné. Alors que certaines sources évoquaient des tensions de trésorerie comme motif de cessation des travaux, d’autres parlaient plutôt de difficultés liées au site. En dessous de l’immeuble ministériel No1, en effet, passe le chemin de fer Douala – Yaoundé –Ngaoundéré. Pour les défenseurs de cette thèse, les secousses provoquées lors du passage du train représentaient un risque énorme pour les futurs occupants de l’édifice. Les habitants de Yaoundé, et même un peu partout au Cameroun, avaient trouvé un nom de baptême à l’édifice ainsi abandonné. Le surnom « Immeuble de la mort » lui avait été collé à la suite de nombreux crimes perpétrés de façon récurrente entre ses murs. Inhabité, l’immeuble était devenu le refuge de dangereux gangs de malfrats. Au rang des atrocités commises à « l’immeuble de la mort », on cite des cas de jeunes filles qui y étaient souvent séquestrées par des hordes de parias de la société. Selon des témoignages, une jeune demoiselle séquestrée par des agresseurs à cet endroit avait été choisie pour être l'épouse du chef du gang qui y sévissait, lequel avait fini par l'engrosser. Le jour de son accouchement dans un hôpital de Yaoundé, la jeune fille avait confié son calvaire à une infirmière, laquelle avait donné l'alerte, pour qu’enfin les autorités organisent un assaut décisif, à l’issue duquel le gang de malfrats avait été démantelé. Dans le vaste chantier qu’est devenue la capitale politique camerounaise depuis quelques années, l’on constate que ce chefd’œuvre, non-achevé, donnait un goût d’inachevé à la philosophie de développement de la ville de Yaoundé. Il n’est donc pas exclu qu’au terme des travaux d’aménagement qui y ont cours depuis quelques temps, la vie reprenne et que « l’immeuble de la mort » devienne « l’immeuble de la vie ». Higk Cyrille

Cameroon Traveler Magazine • January – March 2013

• Page 9

CTM


Refugiés ou nomades… Ils ont aussi besoin d’éducation C’est à pied qu’ils vont et rentrent de l’école. C’est à peine s’ils prennent un bout de pain en y allant. Le comble est qu’ils se retrouvent dans des salles de classe avec des camarades qui semblent vivre dans un confort remarquable. On peut de ce fait imaginer à quoi, ces enfants partis de la République Centrafricaine, du Tchad, du Congo Kinshasa ou de Brazzaville s’exposent. Vol, kidnapping, mais surtout désertion des salles et école buissonnière. On peut également dire selon des observations faites–à l’Est Cameroun notamment–que ce sont des enfants de familles nomades. Ils ne sont pas tous des enfants réfugiés. Au sein de ce groupe, on trouve aussi des Mbororos. Issus de la même socioculture, l’on peut comprendre pourquoi le taux de déperdition scolaire annuel chez les élèves réfugiés et nomades est très élevé. Il faut pourtant atteindre les objectifs du millénaire en matière d’éducation. Et au Cameroun, l’Education pour tous en 2035 est l’une des priorités du document stratégique pour la croissance et l’emploi (DSCE). Ainsi, depuis 2005, La Refugees Education Sponsorship Programm Enhancing Communities Together (RESPECT) antenne du CAMEROON apporte son soutien multiforme aux élèves et enfants réfugiés. Les objectifs de cette organisation consistent à réduire le retard scolaire accusé par les élèves refugiés, à tisser des liens d’amitié entre refugiés et les autres, à sensibiliser et mener le plaidoyer et à aider et appuyer directement ces élèves. L’enfant refugié ou nomade a besoin d’une mise à niveau afin que son intégration dans le système scolaire s’effectue normalement. Pour ce faire, RESPECT a mis sur pied le projet ANICUR (Accompagnement et Nivellement du Cursus Scolaire des Réfugiés). Il va s’agir de créer un cadre d’accueil et d’identification des lacunes des élèves refugiés du cycle primaire, d’orienter et offrir des cours de remise à niveau aux élèves du primaire arrivés au Cameroun selon les niveaux, et enfin placer et/ou réinsérer ces élèves dans le système scolaire officiel du Cameroun. Au sein de l’organisation et même chez des bénéficiaires de Mandjou à l’Est Cameroun, on espère toujours le soutien des âmes de bonne volonté. RESPECT a « l’espoir de trouver parmi vous des appuis pour pouvoir travailler à la réduction du taux de déperdition scolaire dans cette couche de la population». Pour aider RESPECT à réaliser son œuvre, contacter sa coordination au Cameroun à l’adresse ci-dessous : Respect International

Respect Cameroon

935, Warsaw Avenue, Winnipeg Manitoba R3M1B9 www.respectrefugees.org cameroon@respectrefugees.org

B.P. 1322 Yaoundé Cameroun Rec no 00000586/RDA/J06/BAPP Tel +237 22 80 25 51 / 98 56 89 58 Email: respectcameroon@yahoo.fr; ned1_2005@yahoo.fr

Help Educate the Refugee kids Subscribe to, or order an insertion in Cameroon traveler magazine. 20% of the proceeds will be given to help fund the education of refugee kids through

Faites votre publicite dans ce magazine et CTM Aidera REspect Cameroon cameroonTraveler.com

SCAN THIS CODE TO SUBMIT YOUR INFORMATION

Photo: Gromovataya

CTM

Page 10 •

Http://www.cameroontraveler.com


The Afo-A-kom Dance Festival Perpetuating the Legend of Afo-A-kom

T

By Ernest Sumelong

The mystical statue that went from Kom to New York and back...

he Northwest Region of Cameroon is well known for its rich culture and touristic endowments. The grassfield people take much pride in their fons and their palaces, their traditional rites, the rhythms of their drums and dances, their colorful regalia, and their sacred shrines and jujus. This has made the Northwest stand out as a cultural hub in a country described as Africa in miniature. Many tourists flood to Cameroon in order to enjoy the country’s richness, and journey to the Northwest to experience its rich cultural variety.

kom was greeted with such celebration and respect reserved only for king. Men, women and children lined the streets with leaves and palm fronds, sang songs to welcome the Afo-a-Kom back, according to the New York Times and Times Magazine reports. The statue, which till date has remained an important emblem of Kom, is stored with other sacred Kom artifacts at the Royal compound in Laikom. In Kom dialect, Afo-a-Kom means something that belongs to Kom. Afoa-Kom is a symbol of continuity, solidarity and social stability; a symbol of love, hospitality and generosity; a symbol of unity, diversity and tolerance; and a symbol of justice and sovereignty.

Apart from the Leila festival and the Mankon palace dance, one of the most endearing attractions of this Region is the Afo Akom annual dance. This dance festival takes place every December at the Kom Fon’s palace in Laikom, Boyo Division. Very similar to the Dualas’ Ngondo and the Bamouns’ Nguon festival, the event, which lasts two days, features traditional rites and cultural dances of the Kom people. Not only does it bring together sons and daughters of the 43 villages that make up Kom, it attracts a growing number of people including Northwesterners in general, Cameroonians at large and foreigners. It is during this time of the year that the sons and daughters of Kom from Cameroon and from the Diaspora converge to Laikom for the special dance.

The Afo-a-Kom is a royal figure holding a baton in front of the chest, standing behind the throne and supported by buffalo heads. The male figure depicts the royal family. Afo-a-Kom is a portrait of Fon Yuh, mother of the queen, a royal wife, and a child and two court attendants. According to Kom archival sources, the statue was made at about 1865 by Fon Yuh, the 7th ruler of Kom. The theft and recovery of Afo-a-Kom caused a diplomatic incident between the US and Cameroon, and brought Kom to international prominence. Since its return to Cameroon, the statue is being used annually by Kom inhabitants, for ceremonial purposes.

The Afo-a-Kom dance owes its origin to the famous carved wooden statue of the Kom people which was stolen and sold to America, and later returned to Cameroon. Besides the dance that bear its name, the Afo-a-Kom has become one of the most revered artifacts of the Northwest. The Afo-a-Kom, the legendary sacred art work of the Kom people, was stolen from the Kom palace and sold to an American Arts dealer in 1966. The disparition of the statue caused mourning and despair in Laikom for seven years, until it was found and returned to Cameroon in 1973 after intense diplomatic negotiations. The return of the Afo Akom to Lai-

The Fon of Kom, Nsom Ngwe contemplates with the Afo-a-Kom The Afo-a-Kom was stolen from the Kom Palace and sold in New-York in 1966. Because of its importance to the Kom people, it was later returned to its rightful owners. Image © Evan G. Schneider. To purcahse this image, please visit: sparephoto.com

The Fon of Kom can only see the statue once during his reign — this is during his coronation. After that he can no longer see the totem, which is considered as the embodiment of his powers. However, he can see it as many times as possible before he is made fon■

Interesting things to do around mankon Where to Stay

What to Visit

Saddle Hill Ranch & Resort

The Mankon Museum

Hiking trip to Mount Oku

The Bafut Fon’s Palace

(3000m high)

Built in the heart of the nature with a

The Babungo Museum

The Mbororo Village

surprising touch of luxury, comfort

The Mentchum Falls

The Afo-a-Kom Festival

is plenty at this small hotell located

Lake Oku

in the grassfields’ region, which is rich in culture and traditions. Saddle The Afo-a-Kom and three other orginal statues carved by the Fon Yuh: Afo-AKom in the left, Nafoyn in the middle and “wife” on the right. The Afo-a-Kom can only be seen once by the rulling Fon. It is believed that Fon Lo’oh died because the Afo-a-Kom was stolen under his reign and Fon Nsom died because he saw it twice. Image from kompeople.com.

Hill Ranch is the absolutely perfect place to stay at, while you enjoy your discovery of the many touristic offerings of the area.

Cameroon Traveler Magazine • Apriil – June 2013

• Page 11

CTM


Discover People

J. Oelsner Adam & F. Bin CTM

Page 12 •

Http://www.cameroontraveler.com


KAMER PEOPLE

Arc Musica •• Au Cœur des Archives de la Musique Du Cameroun

M

ax Minkoulou, Clément Tekeu, Elisabeth Mengue, Isidore Essimi, Richard Nkongo, Ebongue Bolanga, Elie Mbongue Diboue, Ndoumbe Mouangue, Same Raymond, Essombe Timothée, Olinga David, Simon Meva’a et les chanteurs Boulou, Lamby Jean, Ndjembe Ngweth, Paul Pendja... sont des noms peu connus de la génération actuelle des artistes Camerounais et même des mordus de la musique de notre pays. Pourtant ils ont fait chanter et danser les Camerounais d’avant et d’après les indépendances. Ils ont posé les bases de la musique camerounaise moderne telle que nous la connaissons aujourd’hui. Cette musique n’est pourtant pas accessible au grand public, dû surtout au fait qu’elle fut enregistrée pour la plupart sur des disques shellacks et des bandes magnétiques sonores aujourd’hui en état de dégradation avancée. Technologies d’hier, la bande magnétique et les disques (shellacks et puis vinyles) sont de moins en moins utilisés. Les nouveaux appareils numériques sont incompatibles avec ce que l’on pourrait considérer comme fossiles en terme de technologie musicale. La conséquence de tout ceci se résume en la perte progressive du patrimoine musical Camerounais. Que le Cameroun soit en train de perdre son patrimoine musical n’enchante pas ces deux hommes, qui décident donc de faire de la restauration de ce patrimoine leurs batailles personnelles.

ngono Bingono

Passionnés de la culture camerounaise en général, et de sa musique en particulier, ces deux « archéologues » et restaurateurs des archives de la musique nationale n’entendent pas laisser ces chefs d’œuvres à la merci de la ruine. Mr. François Bingono Bingono et le Professeur Joachim Oelsner Adam puisqu’il s’agit d’eux se sont embarqués depuis quelques années dans un projet de restauration des archives de la musique du Cameroun, projet dénommé à juste titre « Arc Musica » (entendez : Archives de la Musique du Cameroun). Au bout de leur labeur, la sauvegarde de la musique nationale sera donc assurée à la CRTV (Cameroon Radio and Television), qui au lieu de stocker les bandes magnétiques, maintiendra désormais des fichiers numériques pour la postérité. Il est donc opportun ici d’interpeller l’administration en charge de la culture nationale à la création d’un véritable conservatoire des oeuvres musicales camerounaises, qui servira non seulement de centre de conservation, mais aussi de source d’inspiration et d’apprentissage pour nos artistes actuels et futurs. Lisez dans les pages qui suivent notre entretien avec ces gardiens de notre patrimoine musical.

Cameroon Traveler Magazine • January – March 2013

Germain Pichop

• Page 13

CTM


Joachim Oelsner Adam Promoteur du Projet Arc Musica Entretien Conduit par: Damien Noma. Photos: G. Pichop

C

onnu sous le nom de professeur Adam, Joachim Oelsner Adam arrive au Cameroun en 1991 pour enseigner la littérature et la civilisation allemande à l’université de Yaoundé jusqu’en 1998-99. Son contrat ayant pris fin avec l’office des échanges universitaires allemands (DAAD) qui l’avait envoyé, il décide de rester pour se consacrer tout d’abord à la rédaction de « Le Tour du Cameroun », la bibliographie des travaux scientifiques de la Faculté des Sciences Humaines de l’Université de Yaoundé de 1960 à 2000, publié chez l’Harmattan, Paris en 2000). Ensuite, le projet de « Arc Musica » lui servira de prétexte pour prolonger son séjour au Cameroun qu’il aime bien. CTM : en quoi consiste le projet Arc Musica ? Professeur Oelsner : Le projet de numérisation de la musique commence en 2009 en coopération avec l’institut culturel allemand « INSTITUT GOETHE » qui à l’époque m’avait accordé un budget pour numériser ma propre collection de musique. Et là il s’agissait essentiellement des cassettes audio et des disques shellacks en 78t, des vinyles en 45t et 33t. La musique, particulièrement en cassette audio, est exposée à la dégradation ou bien à l’affaiblissement du son même si l’on peut constater que toutes ces cassettes jouent encore assez bien et souvent avec un son de meilleur qualité que certaines musiques actuellement enregistrée sur CD. Cette première étape a duré 2 ans. CTM : Pouvez-vous être plus clair sur l’histoire de votre

CTM

Page 14 •

collection? Professeur Oelsner : Je voudrais dire que l’histoire de la musique camerounaise enregistrée sur bandes magnétiques commence vers la fin des années 1950, et surtout à partir des années 1960 dans les studios de Radio Cameroun. Mais de manière plus générale, Elle a eu pour point de départ l’enregistrement des shellacks dans les toutes premières éditions de musique africaine chez les grands éditeurs comme Ngoma, Opika, Fiesta, La Voix du Son Maître etc. À partir de 1960 on a eu droit aux vinyles en 45t et puis les 33t vers le début des années 70. À la fin des années 1980 on voit apparaître au Cameroun les cassettes audio, et à partir des années 2000 on connaîtra les CDs. Malheureusement, toutes les cassettes audio qui constituent une très grande partie du patrimoine musical camerounais ont disparu; elles n’existent pas dans les archives de Radio Cameroun. CTM : Arc Musica alors? Professeur Oelsner : Déjà le terme « Arc Musica » est une appellation trouvée pendant une nuit de réflexion en Allemagne avec une amie lorsque j’étais à la recherche d’un nom pour ces archives. Et pour avoir suggéré ce nom que je trouve très juste, je lui suis reconnaissant. J’y tiens beaucoup parce que ce nom restitue exactement l’idée et la volonté du promoteur qui consiste à récupérer tout ce répertoire des musiques camerounaises. C’est vrai qu’il a fallu parcourir le Cameroun tout entier pour retrouver cela. Or au début, lorsque vous n’avez pas de repères, vous ne savez pas par où commencer et vous tapez dans le noir. Il faut

Http://www.cameroontraveler.com

aussi souligner qu’au départ, l’intérêt n’était pas purement musical puisque j’ai trouvé que la musique est un tout à la fois. On peut dire de la musique qu’elle représente une œuvre globale parce qu’elle englobe la langue, les rythmes, la géographie, l’histoire, etc. Elle constitue alors un excellent objet quand on cherche à mieux connaître le pays. CTM : Alors est-ce que cela veut dire qu’on pourra y retrouver toutes les sonorités du passé? Professeur Oelsner : C’est cela le but. L’inauguration du projet, soutenu par le ministère (Allemand) des affaires étrangères, l’Institut Goethe en collaboration avec l’Université de Bayreuth en Allemagne a eu lieu en juin 2012 à la résidence de l’ambassadeur allemand. Il s’est agi jusque là de collecter autour de 1000 bandes magnétiques dans les archives de Douala et Yaoundé d’abord. Je suis aussi allé voir les archives à Ebolowa et Bertoua; il reste à voir les archives à Bafoussam, Bamenda et surtout à Garoua; les archives de cette dernière localité étant probablement les plus anciennes du Cameroun en la matière. Mais Douala devrait abriter le stock le plus important en bandes sonores. CTM : Quels sont les risques qu’il y a dans ce travail de numérisation des archives sonores? Professeur Oelsner : Vous savez, pour numériser ces musiques, il faut d’abord les restaurer bande par bande; les recoller, enlever et remplacer les bandes amorces dégradées, les nettoyer, les rembobiner avant de pouvoir procéder à leur numéri-


KAMER PEOPLE

A Propos de Arc Musica

••

Page 12 &13: Lecteurs de bandes magnétiques utilisés pour le projet Arc Musica. Gauche: J. Oeslner sur dans son laboratoire Droite: plus haut, la collection des musiques camerounaises récupérées En dessous, des cartons pleins de bandes à traiter;

sation. On rencontre souvent des bandes, surtout celles des années 60, qui paraissent irrécupérables. Il y a donc quelques bandes très difficiles à récupérer ou qui ont joué pour une toute dernière fois. Mais de manière générale, les bandes peuvent être récupérées, et d’entendre cette musique, qui est très souvent inconnue des générations d’aujourd’hui, est un immense plaisir. Il y a des musiciens et d’autres personnes qui viennent ici pour écouter ces musiques d’antan, ce qui est très émouvant parce qu’elles ne les ont pas suivies depuis peut-être 40 voire 50 ans. CTM : Finalement quel est l’objectif poursuivi à moyen ou long terme ? Professeur Oelsner : Encore une fois, le projet consiste d’abord à récupérer toute la musique se trouvant dans les archives, que ce soit des bandes sonores ou des disques shellacks ou vinyles. Le projet est financé jusqu’en 2014 même si l’on ne peut encore dire si tout le projet sera terminé à cette date; mais le plus important est que ces musiques soient remises à l’Etat camerounais et plus spécifiquement à la CRTV (Office de la Radio et Télévision Camerounaise). C’est en effet cette structure qui a enregistrée ces mélodies–du moins pour ce qui concerne la collection en bandes sonores–à travers ses principales installations de Yaoundé et Douala, et je trouve que c’est un travail qui a été très bien fait. C’est seulement la bonne conservation qui a malheureusement fait défaut. On pourra donc diffuser ces musiques et faire plaisir à toutes les générations qui en demandent. Il va s’agir de mettre en place des archives pour les chercheurs, et de remettre en même temps tout ce patrimoine à la disposition du grand public, mais en lieu sûr. Finalement, il est question de faire revivre la musique car on ne la réinvente pas,

elle est déjà là, il a tout simplement fallu la retrouver. CTM : Visitez- vous des cabarets ? Professeur Oelsner : Bien sûr, je l’ai fait durant toutes les années que j’ai passées au Cameroun. J’ai visité beaucoup de ces places, d’ailleurs beaucoup n’existent malheureusement plus. Je partais en tournée avec des musiciens en concert, dans tous genres de fêtes et dans des deuils. Et c’est cela qui a facilité mon intégration dans les communautés camerounaises auxquelles j’exprime ma profonde reconnaissance. Que l’on parle de Pakita avec les Zombis de la Capitale et du Temple de l’assiko à Mvog Ada, du Complexe du Nyong avec les Mendjang d’Opango et feu Bidoul (Nkono Justin), du Carrousel à Kondengui à l’époque de Fam Ndzengue, Sala Bekono, Zele Le Bombardier, Opick Zoro, Nkodo Si Tony... sans oublier le très grand animateur J.Remy Ngono, de l’Eldorado Nkomo (encore appelé La Piscine) avec Mbarga Soukous dans ses débuts..., je pense au Parisien avec le grand Manga Lucky, je pense aux balafons de Odja à l’Auberge Bleue avec l’orchestre de Elanga (Ozang), je pense à Mongo Nnam à Mokolo, à la Villageoise d’Odja et j’en passe. La majorité de ces lieux ont dû fermer ou ont été fermés administrativement... Je vous dis que dans ces milieux j’ai d’ailleurs aussi appris à m’exprimer en langues locales. « Ô ne mvoè ? » par exemple....

François Bingono Bingono Anthropologue et Journaliste Principal Homme de Culture et Sous-Directeur des Programmes à la CRTV-Radio

L

a musique est un élément fondamental et essentiel du quotidien de l’africain. Car elle va au-delà du simple divertissement pour être une communication totale et une communication transcendantale. La musique accompagne tout le quotidien de l’africain aussi bien en temps de tristesse qu’en temps de joie. On accueille l’enfant qui vient de naître en musique, on célèbre la fille qui se marie en musique et on dit adieu à celui dont on assure l’inhumation en musique au plan classique. Au plan transcendantal, nous savons qu’en Afrique « les morts ne sont pas morts ». Nous avons donc intérêt à rester en osmose, en communion avec nos ancêtres. Et quand ça se passe mal c’est parce que nous sommes en rupture avec ces derniers. D’ailleurs pour invoquer Dieu, pour appeler les ancêtres, on joue de la musique. Au sujet du projet, les choses avancent très bien. Le projet avance très bien et les résultats de numérisation des archives sonores du Cameroun seront disponibles en Décembre 2014. Il s’agira de numériser toutes les musique qui ont été enregistrées depuis la fin des années 50 et qui sont disponibles sur support bande sonore mais aussi en disques. Les bandes sonores qui ne sont plus exploitées aujourd’hui notamment par la CRTV étaient exposées à la déliquescence, à la destruction à cause d’une mauvaise conservation, et de l’oxydation. L’on courait le risque de les perdre à jamais. Alors le professeur Joachim Oelsner, promoteur, a pensé rattraper, récupérer et diffuser ce patrimoine. Il a ainsi eu accès à toutes les musiques conservées dans nos archives... C’est un homme de science qui a ouvert une banque de données de la musique camerounaise en parcourant les villes et les rues de notre pays, et puis aussi en venant à la maison de la radio. Ici il s’agissait des musiques sur disques (shellacks en 78 tours et vinyles en 45 et 33 tours...), et sur bandes sonores; c’est ainsi qu’il lui fallait notre appui en tant que homme de culture et sous directeur des programme à la radio ». À propos des droits d’auteurs. Il s’agit ici des productions de la Radio Diffusion du Cameroun. On connaît donc qui en est le producteur. Et puisqu’il s’agit des œuvres de l’esprit, on connaît qui sont les auteurs et les noms des titres. Alors la question des droits d’auteurs ne se pose pas. C’est pour cela que les camerounais ont deux opportunités à travers ce projet. Détenir à travers la CRTV une banque de données musicales plus fiables sans beaucoup de risque de la perdre, ensuite la CRTV constituera désormais une boutique où l’on pourra mettre sous forme comestible ces musiques à la disposition des clients ■

Cameroon Traveler Magazine • January – March 2013

• Page 15

CTM


Prince William Holland is seen here with his ancestor (Bailack) direct descendants in Cameroon

F

ollow me back in time, back to Cameroon in the 1770’s. Just imagine what chaos was endured at that time, I mean in eighteenth-century Cameroon. Or can you imagine a family who was still under the slave/plantation system in America until 1992? I, Prince William D. Holland will give a synopsis about my ancestral journey back to Cameroon. After spending over a decade researching my origins, I came to Cameroon in March 2010 after taking several DNA tests that began in 2004. The companies used, which are based in the US, give individuals a beginning point for their quest. In order for an African-American to reach a finalized conclusion, he or she has to undergo DNA testing and equally research

CTM

Page 16 •

the Caucasian side of his or her ancestry. The reason for this is simple: because of the family names that we were given in the US, one has to look at their origin and migration pattern to figure out how the ancestor was moving. My ancestor who was taken from Cameroon was shipped directly to Virginia and purchased by a member of the Hatcher family, prominent Virginia land owners of British origin. Already, his name was stripped away in Africa. Upon arrival, he was given a new name of Glasgow. Glasgow was then taken through the counties of Chesterfield, Cumberland and finally to Bedford County, Virginia. Glasgow’s son was Peter, whose son was Stephen, my great-great grandfather. Stephen was purchased as a boy by a member of another prominent family-

Http://www.cameroontraveler.com

-the Holland’s--who had several plantations in neighboring Franklin County, Virginia. When Stephen was sold away, he lost any chance of learning any of the stories on life before captivity in his native land. Creed, Stephen’s son and my great-grandfather would also have difficulties knowing about his family origins back in Africa. One can imagine, with the passage of generations, that an African-American male would have a complicated research project on his hands. Also, keep in mind that when captives were sold in America, it was for money and not for cowrie shells, beads, manila bars or cloth as it was in Africa. In 2004, I sent my first DNA sample for analysis and the clos-


FROM ROYALTY TO A CAPTIVE

Diaspora

& BACK TO CAMEROON The story of Prince William D. Holland An African-American who returned to his roots

•• est match given was that of the Igbo people in present day Nigeria. As the database of West Africans grew, testing became more accurate in narrowing down my origin to the Grassfields of Cameroon. While DNA can give you a match to a particular tribe, that was not enough to satisfy my ultimate quest. The emphasis of ancestral research must be placed on having a family name to satisfy a link in a patrilineal based society. Another DNA company that has now been absorbed provided me with family names to which I had a close genetic match. In order to trace those family names, I had to travel to Cameroon and find out for myself who was captured, and where their ancestors would currently be. The tribes of Tikar/Tikari/Tikali, Bamileke, Bamoun, Banso, Voute, Mboum/Mbum, Mambila and Jukun are of the same stock. After having been to Cameroon more than five times, I’m now able to understand the relationship between the previously mentioned groups. Also, there are American DNA companies that would tell individuals after testing that they are of Tikar or Bamileke origins. The fact that they do not mention to the tested individuals is that the Tikar and the Bamileke are the same people. I found out that my male ancestor left the Grassfields region of Oku because he and his brothers were charged with a “crime.” My ancestor’s father was a Prince who had a lot of land and many children near the Palace of Oku. Fon Ney, who was the King at the time, was suspicious that Bailack (Glasgow’s father) and his family would overthrow him, thus becoming the next Fon of Oku. The crime element was only a ruse to capture and transfer needed males from the Northwest Region to Bimbia, where English captors were waiting due to orders given from Virginia. Along the way, various sons passed through several hands and communities. For instance, during the slave trade, my ancestor passed through the communities of Mankon, Bali, and Tinto, and down to the Mungo River. My other males relatives left from: Foumban, Banka and Bafang to Fontem or Bangangte and Bana to Yabassi and then to Bimbia. Upon reaching Bimbia, it was the last time the ancestor would see his native land. How did he survive a journey of 3 months that would take 16 hours by plane in this day and age? Imagine my ancestor seeing others on board a ship that looked like him but spoke different dialects?

Cameroon Traveler Magazine • ApriIL – June 2013

• Page 17

CTM


Now Available on Tablets!

SCAN THIS CODE TO READ ON YOUR MOBILE DEVICE

To advertise with us, please follow this url: http://cameroontraveler.com/contact-us/

Votre Magazine est disponible sur les tablettes comme le iPad®, le Kindle Fire d’Amazone ou le Samsung Galaxy. Scannez le code ci-dessus pour y avoir un accès direct. Your Magazine is available on tablets such as the iPad®, the Amazon Kindle Fire or the Samsung Galaxy. Please enter the url above to read it or scan the QR code above to access it.


Diaspora

Cameroon is a mysterious place, full of culture, excitement and has a strong link back to a long and lengthy past.

Above: William organized a get together in Franklin County, Virginia where his family met with Oku people currently living in Virginia and Washington, William is standing DC. next to his brother with the cane and his mother Mrs. Willie Mae Holland supporting a purple dress with a flowered hat, while his sister Wanda Chewning is in the purple dress and cane. Below: William is seen standing on an elevation in Yaoundé

According to the Slavevoyage datatbase, there were 250 survivors out of 282 from the ship called the Fox sailing in 1772. Many Cameroonians were taken by other ships to places that we know today as Antigua, Barbados, Grenada, Dominica, and St. Kitts. I have accounting documents detailing the ships’ journeys during the 1770’s that landed directly from Cameroon to the respective islands. One can guess that there are other Cameroonians waiting to find out their ancestral links, but don’t know the historical facts of the slave trade. Even in Cameroon, there are families both in Francophone and Anglophone regions that do not know they share the same DNA with families in the other region. I have family names that I have been in contact with and plan to unite them shortly, as they are unaware of their ancestral relationships. Cameroon is a mysterious place, full of culture, excitement and has a strong link back to a long and lengthy past. Any casual or first-time traveler will get a full plate of information by coming to Cameroon and experiencing what the country has to offer. One must realize while tracing his or her roots that their origins began from a highly organized and complicated society. In my case I did not descend from slaves, but my family came from the Palace! William D. Holland Descendant of the Oku tribe,USA

Cameroon Traveler Magazine • April– June 2013

• Page 19

CTM


ART & Culture

Inside Cameroon

Annual Show Fashion Week

In Depth Coverage

cameroon’s premier fashion show festival Couverture du premier salon de la mode au Cameroun

Exclusive interview Mr. Grégroire Piwélé, Promoteur du Cameroon Annual Show Fashion et Président of the St. Johns Plaza Group RICHARD BONA From Minta to New York

Conversation Trésor s’entretien à batons rompus avec Kaïssa, la Diva de la music Africaine


Annual Show Fashion Week Textes: G. Jackson Photos: G. Piwélé et Annual Show

Le premier festival de la mode et des mannequins blacks

L

es festivals de mode deviennent de plus en plus courants au Cameroun. Tout au long de l’année, les défilés se tiennent aussi bien dans les métropoles Douala et Yaoundé, que dans les villes secondaires telles que Limbé, Buéa, Bamenda, et même Bafoussam. Le Cameroun s’établit ainsi progressivement comme la plaque tournante de la mode dans la sous-région Afrique Centrale. L’événement phare de cette plaque tournante, vous l’avez bien deviné, c’est l’Annual Show Fashion Week. Le premier festival de la mode au Cameroun, qui ambitionne de devenir le premier festival mondial du style et de la mode et des mannequins blacks, en était à sa 6ème édition. Du 26 Novembre au 1er Décembre 2012, des stylistes, mannequins et artistes africains venus d’Abidjan, Dakar, Douala, Yaoundé et de France ont convergé vers Douala pour faire sensation. Pendant cette période, Douala a connu une effervescence qui s’est répandue jusqu’au-delà des frontière nationales, grâce à une couverture médiatique internationale matérialisée par la présence des organes de presse tels que Fashion Tv de Grande Bretagne, CCTV, France 24, Africa Magic et Rfi. Rehaussée par la présence de S.E l’Ambassadeur Itinérant auprès du Président Sénégalais Macky Sall (Mme Diouma Diakhaté Dieng, marraine du festival et reconnue comme styliste des premières dames en Afrique Francophone),

CTM

Page 22 •

Http://www.cameroontraveler.com

des dizaines de milliers de visiteurs ont pris d’assaut, et ce pendant 6 jours, le site du festival. Logé au somptueux St. Jonh’s Plaza -- la salle de spectacle la plus en vue de Douala à l’heure actuelle -- Ce site était le coin préféré des fashionistas, des hommes et femmes chics ou tout simplement des gens à la recherche des sensations y sont venus non seulement pour admirer les tenues originales conçues par des stylistes (tels que Douma Dieng de Shalimar, Dio Ali, Gilles Touré, Ciss St Moise, Olivia Ervi, Black Girafe et Mireille Nemale), mais aussi les plus de 95 mannequins sensuels et authentiques qui arboraient ces tenues, tout en s’abreuvant des prestations scéniques des artistes invités pour l’occasion. Entre deux actes, les prestations scéniques des artistes invités à l’occasion, parmi lesquels Chantal Ayissi et le duo Bracket du Nigéria, ont tenu la foule en haleine. Tout ceci a été possible grâce à un travail énorme abattu par Mr. Grégoire Piwélé, grand acteur et promoteur de la mode dans la sous-région (promoteur du festival) et toute son équipe, qui ont bravé des difficultés énormes pour que le festival puisse se tenir comme prévu. Ainsi, l’Annual Show Fashion Week a fait un petit pas de plus vers l’atteinte de son objectif. Vivement que l’événement deviennent annuel comme son nom l’indique, et s’inscrive définitivement sur le calendrier international des événements similaires. En attendant, rendez-vous en 2014 !


Style

•• CAMEROON ANNUAL SHOW FASHION WEEK Cameroon’s premier black models’ fashion event

R

unways, catwalks and fashionsitas are terms that are becoming common in Cameroon these days as fashion festivals are increasingly popular. Throughout the year, events are held not only in the cities of Douala and Yaoundé, but also in secondary towns such as Limbe, Buea, Bamenda, and even Bafoussam. Cameroon is gradually establishing itself as the fashion hub of the Central African sub-region. The flagship event of this hub, you guessed it, is the Annual Show Fashion Week, the first fashion festival in Cameroon, which aims to become the first sub-Sahara African festival of style and fashion for black models. For its sixth edition, the Cameroon Annual Show Fashion Week ran from November 26 to December 1 2012. Designers, model and African artists from Abidjan, Dakar, Douala, Yaoundé and France converged on Douala in order to put on a show. During this period, Douala experienced an exuberance that spread even beyond the national borders through international media coverage evidenced by the presence of outlets such as Fashion TV UK, CCTV, France 24, Africa Magic and rfi. Held at the luxurious St. Johns Plaza, the 6th edition of the Annual Show Fashion Week was enhanced by the presence of HE Ambassador Diouma Diakhaté Dieng of Senegal, the official sponsor of the festival. Mrs. Diouma Dieng is a widely recognized designer who has dressed many African First Ladies. Buoyed by the presence of Mrs. Dieng, designers and models, thousands of visitors stormed the festival site for 6 days, which became the favorite spot for fashionistas, stylish men and women or just people looking for sensations. They came not only to admire the original outfits created by fashion designers such as Diouma Dieng (Shalimar), Dio Ali, Gilles Toure, Ciss St Moise, Olivia Ervi, Black Giraffe and Mireille Nemale. They also wanted to admire the more than 95 sensual and authentic models who, adorned with these outfits, performed the catwalk on runways on the beats of the most contemporary popular music known to all. They also came to enjoy live performances from

artists that performed for the occasion. In fact, the 30 musicians who performed (especially feature acts and that were Chantal Ayissi and the Nigerian duo Bracket) wowed the crowds. All this was made possible thanks to the tremendous efforts of Mr. Grégroire Piwelé, great supporter and promoter of fashion in the sub-region, and his team who braved enormous difficulties in order for the festival to be held as scheduled. Thus, the Annual Show Fashion Week took a small step closer to achieving its goal, which is to become the premier fashion event for all black models around the world. Mr. Piwélé invites serious sponsors and potential partners to joint his efforts in order to make this event a bigger and more successful one in the future. The hope is that the event finally becomes annual as its name suggests, and is inscribed on the international fashion show calendar. In the meantime, see you at the 2014 Annual Show Fashion Week.■

Nigerian Duo “BRACKET” performing at the Annual Show banquet

Cameroon Traveler Magazine • ApriIL – June 2013

• Page 23

CTM


MODE

Interview

“... c’est un festival de mannequins black au sud du Sahara” CTM : Bonsoir Mr. Piwélé! Grégroire Piwélé : Bonsoir Roch-Alain et bienvenu au St. Johns Plaza! CTM : Au terme de la 6ème édition que peut-on retenir? GP : Oui, disons que nous sommes quand même satisfaits du travail accompli. On ne peut jamais dire que tout est parfait lorsqu’on organise un événement. Mais ce qui est clair c’est que nous avons quand-même réalisé ce que nous voulions. Tout n’a pas été parfait. C’était très difficile parce que nous n’avions pas beaucoup de sponsors, et financièrement c’était très lourd à supporter.

Mr. Grégroire Piwelé

Président du St. john Plaza Group Promoteur de “l’Annual Show Fashion Week”

•• CTM est allé à la rencontre du président du groupe St. Johns Plaza et promoteur de l’Annual Show Fashion Week. Grégroire Piwélé, toujours gentil et approchable, a bien voulu accorder à notre magazine un entretien que nous vous livrons en totalité dans les colonnes qui suivent.

CTM : Nous avons remarqué la présence des personnalités venant de certains pays africains... GP: Oui, nous avions Son Excellence Mme Diouma Dieng Diakhaté, Ambassadeur Itinérant auprès du Président Macky Sall. C’est une dame de cœur, et en même temps une styliste qui exerce depuis près de 30 ans et qui fait des tenues magnifiques. Je crois qu’elle est arrivée ici avec une délégation de plus de 30 personnes. C’est vrai que son excellence Youssou N’dour nous avait reçu en grandes pompes à Dakar et avait décidé d’être présent ici. Mais quelques semaines après il y a eu remaniement ministériel au Sénégal au cours duquel il a été nommé ministre du tourisme… Il n’était donc plus ministre de la culture. C’est l’une des raisons pour lesquelles il n’était pas personnellement présent, mais il était représenté. CTM : L’Annual Show se déroule au St. Johns Plaza. Une coïncidence? GP : Le St. Johns Plaza est une salle de spectacle qui fait dans le très haut de gamme. Il était donc approprié que le Show se déroule ici, compte tenu de son envergure. C’est une salle

CTM

Page 24 •

Http://www.cameroontraveler.com

qui est disponible pour les mariages, les fêtes d’entreprise, les fêtes de fin d’année. Mais c’est une salle qui peut aussi recevoir des concerts, et comme vous avez pu le constater, des soirées de gala. CTM : Si nous disions que l’Annual Show est un festival, que diriez-vous ? G P : Oui c’est un festival, un festival de mannequins blacks au sud du Sahara, et cela regroupe donc tous les mannequins blacks qui sont un peu partout dans le monde tous les deux ans. CTM : Pour revenir à la difficulté d’obtenir des sponsors. Était-ce un appel aux sponsors intéressés à se joindre à vous pour les futures éditions? GP : Bien sûre ! Nous sommes prêts à accepter tout genre de sponsors à partir du moment où ce sont des entreprises sérieuses, des entreprises citoyennes. C’est le cas du groupe George 5/ Safari (Discothèques) qui sont les propriétés de Mr. Alain Nkana, qui est notre partenaire St. Johns Plaza depuis 2010, qui as toujours été à nos cotés. Nous accepterons des entreprises qui ont pignon sur rue et bonne réputation. CTM : Si vous pouviez nous faire un scoop… que nous réserve


Style

la septième édition ? GP : je ne peux rien dire pour l’instant. Tout ce que je peux dire c’est que ce sera en 2014, et qu’avec la grâce de Dieu nous ferons certainement quelque chose de très fort.

Propos recueillis par Roch Alain Kamga

S.E. Mme. Diouma Dieng Diakhaté

Ambassadeur Itinérant auprès du Président Macky Sall du Sénégal Styliste et Modéliste

Cameroon Traveler Magazine • ApriIL – June 2013

• Page 25

CTM


BONA PINDER

Musique

From a Cameroon mud-hut village kid to a virtuoso of the bass guitar

Rhythm of Bona

R

ichard Bona, whose real name is Bona Pinder Yayumayaolo, has now lived in skyscrapers and chateaus while performing in the cities of Douala, Moscow, Mumbai, New-York, Paris, Sydney, Yaoundé, etc. Life, however, hasn’t always been rosy for Bona. He grew up in a hut in Cameroon, ran for his life, with a panther at his heels, and trapped wild beasts in the forest for food. Bona Meets Pastorious

•• Maman: Bona, Bona Ou es-tu? Bona: Maman, Maman Je joue au balafon! That’s how it all began In the town of Minta Before he could ran Had mastered the balafon In his tweens came the “bicycle-guitar” He was just a boy, From the shores of Douala Once caught in the clutches of Malaria But when he got a drum in his grips He made music with his hands and lips From the shores of Douala beckoned Dusseldorf and New York Even Uncle Harry Belafonte came calling For this son of the Cameroonian port city And now he creates disciples In the World’s Ivory Towers All this from the man from Minta Poem by S. Quaynor

Richard Bona was born in Minta a small village in Cameroon. As a kid, only the sound of the balafon could soothe him when he was sick, often with malaria. He inherited his musical genes from his grandfather who was a griot and a story teller, and his mother who was a singer. His grandfather helped him build his very first balafon, which he played for hours every day. By age five he was performing with a lot of ease, and could play several instruments, especially the flute, the hand percussion, drums etc. On Sundays, he performed at his village church. When his family moved to the big city of Douala, Bona fell in love with the sound of the guitar. He thus built himself a 12-string using bicycle brake cables. Because he wasn’t from a wealthy family, he played in local bands to earn some cash. His talent got him noticed very quickly, as he was often invited to play at festivals and ceremonies. When a local hotel formed a jazz club, its owner sought out the wonder kid to put together a band. Bona, who knew nothing about jazz at the time, benefited from the hotel owner’s collection of over 500 records, which he spent days and nights listening to. This is how he discovered the 1976 Jaco Pastorius’ album, which changed his life forever. A decade later Bona would be hired to fill the legendary bass player’s shoes in Joe Zawinul’s band. From Douala to New York Bona migrated to Dusseldorf (Germany) in 1990 in order study music. He later moved to France where he played in various jazz clubs with famous artists such as Manu Dibango, Salif Keita, Jacques Higelin and Didier Lockwood. He now lives in New York where he has established himself as the ultimate music virtuoso. Throughout the 1990s Richard Bona’s musicianship and virtuosity became urban legend in New York and Paris, where he received the SACEM Grand Prix award in November 2012. Bona currently holds a musicology professorship at New York University. Bona’s music makes your blood run faster; your hearts beat harder. His bass solos are wildly ingenious. His tunes combine African polyrhythms, harmonic virtuosity, with memorable, accessible melodies. His arrangements are almost symphonic, hypnotizing us with the unexpected colors of voices and instruments. He sings mostly in Duala, but whether you understand his lyrics or not, you’ll feel immersed in his music. Bona has toured the world and recorded with A-List acts such as John Legend, Pat Metheny, Joe Zawinul, Harry Belafonte, Quincy Jones, Herbie Hancock, George Benson, Chick Corea, Steve Gadd, Michael Brecker, Randy Brecker, Chaka Khan, Shankar Mahadevan, Tito Puente, Chucho Valdès, Mike Stern, Larry Coryell, David Sanborn, Kenny Garrett, Joe Sample, Harry Connick Jr., Raul Midon, Billy Cobham, Queen Latifah, Branford Marsalis, Bobby McFerrin, and Sadao Watanabe. Bona has released 8 albums, with the last one “Bonafied” just hitting the record stores last February. He has establishing himself as a singer-songwriter with a calming and soothing voice. His Afro-Caribbean project Toto Bona Lokua (with Gerald Toto and Kanza Lokua, Sunnyside, 2005) and his Afro-Cuban project Mandekan Cubano seeks to reunite the bits of African sounds and beats scattered around the world. For more information and tour dates, please check: www.bonamusic.com

CTM

Page 26 •

Http://www.cameroontraveler.com


YAYUMAYAOLO

MUSIC

By. G. Pichop

Richard Bona’s Discography

■■ Scenes From My Life (Columbia, 1999) ■■ Kaze Ga Kureta Melody (Sony, 2000) ■■ Reverence (Columbia Europe, 2001) ■■ Munia: The Tale (Verve 2003) ■■ Kiki (Decca, 2006) ■■ Bona Makes You Sweat (Decca, 2010) ■■ The Ten Shades of Blues (Decca, 2010) ■■ Bonafied (Release planned for 2013)

Cameroon Traveler Magazine • ApriIL – June 2013

• Page 27

CTM


Musique

Quand le gamin de Minta devient virtuose de la musique internationale

N

é en 1967, Richard Bona (de son vrai nom Bona Pinder Yayumayaolo), a grandi dans une cabane à Minta, un petit village du Cameroun. Pendant son enfance, seul le son du balafon le calmait quand il était malade. Ses gènes musicaux lui proviennent de son grand-père qui était un griot et conteur, et de sa mère qui était chanteuse. C’est son grand-père qui l’aide à fabriquer son premier balafon, avec lequel il passe plusieurs heures par jour. Dès l’âge de cinq ans, il joue déjà avec beaucoup de dextérité à plusieurs instruments de musiques pour lesquelles il a toujours eu une maitrise facile. Il apprendra rapidement à jouer aux instruments tels que la flûte, les percussions, le tambour etc. et jouait tous les dimanches avec la chorale de l’église de son village. Quand Richard découvre Pastorius Quand sa famille déménage pour la grande

CTM

Page 28 •

ville de Douala, le son de la guitare ne laisse pas Richard indiffèrent. C’est ainsi qu’il fabrique lui-même une guitare à 12 cordes à l’aide des câbles de frein à vélo. N’étant pas d’une famille aisée, Bona jouera dans des groupes locaux pour gagner un peu d’argent. Son talent le fera remarquer rapidement, et ceci lui vaudra d’être souvent invité à jouer dans certains festivals et cérémonies. Quand un club de jazz est formé dans un des hôtels de la place, son propriétaire ira à la recherche de l’enfant prodige dont tout le monde parle, afin de mettre sur pied un groupe interne. Ignorant tout du jazz jusqu’à lors, Bona découvrira cette musique grâce à la collection du propriétaire de l’hôtel (quelques 500 disques). Pour mériter la confiance qui a été placée en lui, Richard passera des jours et nuits entières à écouter du jazz et à essayer les sonorités entendues afin de maitriser le genre. C’est ainsi qu’il découvrira l’album d’un artiste nommé Jaco Pastorius, évènement qui changera

Http://www.cameroontraveler.com

à jamais sa vie. Une dizaine d’années plus tard Bona sera recruté pour remplacer le bassiste légendaire dans le groupe de Joe Zawinul. De Douala à New York Bona émigre à Düsseldorf en 1990 en vue d’étudier la musique. Il quittera cette ville et s’installera quelque années plus tard en France où il jouera avec divers clubs de jazz, et accompagnera des artistes de renom tels que Manu Dibango, Salif Keita, Jacques Higelin et Didier Lockwood. Actuellement, Richard réside à New York où il s’est imposé comme un des rares virtuoses de la musique mondiale. Tout au long des années 1990, le talent et la dextérité de Bona ont fait de lui une légende urbaine dans des villes comme New York et Paris (où il a notamment reçu le Grand Prix de la SACEM en Novembre 2012). L’écoute des œuvres de Richard Bona fait


MUSIC

Richard Bona ••

©Tom Beetz

vibrer, et adoucis les cœurs. Richard chante principalement en Duala, mais que vous compreniez ses paroles ou non, sa musique vous plongera dans un monde féerique. Les solos de sa basse sont ingénieux et affolants, ses airs combinent la polyrythmie africaine et la virtuosité harmonique, et ses mélodies sont inoubliables et rassurantes. La musique de Richard est tout simplement envoutante. Ses arrangements presque symphoniques vous hypnotisent grâce aux couleurs inattendues des voix et des instruments. Bona tout au long de sa carrière a effectué des tournées et enregistré avec des célébrités mondiales de premier rang tels que John Legend, Pat Metheny, Joe Zawinul, Didier Lockwood, Harry Belafonte, Quincy Jones, Herbie Hancock, George Benson, Chick Corea, Michael

Brecker, Randy Brecker, Chaka Khan , Jacques Higelin, Tito Puente, Mike Stern, Larry Coryell, David Sanborn, Kenny Garrett, Joe Sample, Harry Connick Jr., Billy Cobham, Queen Latifah, Branford Marsalis, Bobby McFerrin, et Sadao Watanabe… Ouf, que la liste est longue ! Bona a produit 8 albums, dont le dernier “Bonafied” vient juste d’être mis sur le marché (Février 2013). Son projet afro-antillais Bona Lokua Toto en 2005 (avec Gerald Toto et Lokua Kanza, Sunnyside) et son projet afro-cubain Mandekan Cubano visent à rassembler les fragments de sons et de rythmes africains éparpillés dans le monde afin d’en faire un mélange harmonieux. Bona occupe actuellement un poste de professeur de musicologie à l’Université de New York.■

Bona’s Tour Dates ■■ February 23, 2013 Rotterdam, Netherlands (Lantaren Venster), 8:30 pm, with the Metropole Orchestra, the Grande Finale Arrangers Workshop ■■ May 13, 2013 Ris-Orangis, France (Le Plan), 8:00 pm ■■ May 15, 2013 Lyon, France (Le Transbordeur), TBA ■■ May 16, 2013 Six Fours Les Plages, France (Espace Malraux), 8:30 pm ■■ May 17, 2013 Marseille, France (Espace Julien), TBA ■■ May 18, 2013 Nice, France (Theatre Lino Ventura), 9:30 pm ■■ May 25, 2013 Hoofddorp, Netherlands (Meer Jazz Festival), TBA, with the Metropole Orchestra ■■ Bona perfoms in Douala and Yaounde every Decemebr for the pleaseau of his

Cameroonian fans

N’hesittez pas à acheter les tickects spour les prestations de Bona quand vous avez la chance de l’avoir dans votre ville. Vous ne le regreterez pas. Pour plus d’info, visitez www.bonamusic.com Photo de guauche: Bona sur scene à Photo de droite. poster du groupe Mandekan Cubano Cameroon Traveler Magazine • ApriIL – June 2013

• Page 29

CTM


K a ï ss

A Bâtons Rompus ••

Avec la Diva de la Musique Africaine CTM

Page 30 •

Http://www.cameroontraveler.com

S

i l’on posait aux nombreux mélomanes qui la suivent tant sur les scènes du monde qu’à travers les multiples réseaux sociaux dont elle est une active adepte, la question à $1000 dollars de savoir qui est Sylvie Doumbè Moulongo, beaucoup se frotteraient le cuir chevelu. En reformulant par contre la question plutôt avec Kaïssa, ce serait une avalanche frénétique de qualificatifs qui tomberait pour désigner celle-là qui fit ses premiers dans la musique il y a plus d’une trentaine d’années. Parce que Kaïssa est à la fois un être humain et un personnage qui ne vous laissera jamais de marbre. Chaleureuse au contact, elle paraîtrait un être timide et réservé. Comme interlocuteur, vous êtes immédiatement surpris par la volubilité et son envie à partager l’immensité de ses idées et de son engagement. Sur la scène, ce qui frappe le spectateur ou le téléspectateur, c’est sa présence. Kaïssa est une de ces artistes qu’on ne peut ignorer. Assister à un de ses concerts, féru de musique ou pas, on est transporté par la majesté de l’artiste. De la tenue scénique aux paroles, des rythmes sonores aux coups de reins à faire damner un saint, Kaïssa est ce genre d’artiste qui ne vous laissera jamais sur votre faim. C’est d’ailleurs assise devant un plat de foufou sauce gombo que l’artiste Kaïssa Doumbè, notre invitée, a bien voulu nous recevoir dans sa résidence


ss a

Avec Trésor Yoassi

Cameroon Traveler Magazine • ApriIL – June 2013

• Page 31

CTM


K a 誰 ss a


K a ï ss a

À bâtons rompus avec... New-Yorkaise. C’est avec beaucoup de chaleur et d’enthousiasme qu’elle s’est confiée à Cameroon Traveler Magazine. CTM: Kaïssa Doumbè Moulongo bonjour, nous allons éviter la traditionnelle question des présentations et commençons notre entretien avec la question de Dieu et de la Foi qui est récurrente dans votre pensée. Sont-ce des idées qui ont forgé votre caractère et influencé votre vision du monde? Kaïssa: Absolument! C’est une foi qui a grandi car il y a toujours eu des doutes même par rapport à l’existence. La bonté divine, l’amour de cet être suprême est un sentiment qui me fait un bien profond et qui ma foi, a certainement contribué à forger la personne que je suis aujourd’hui, une être persistant et croyant. Je l’embrasse beaucoup plus aisément aujourd’hui après une longue période d’hésitation et de questionnement. C’est ma vision à moi, je ne cherche pas à changer les âmes, je ne partage que mon expérience personnelle…. CTM: Peut-on dire que cette foi vous a certainement permis d’approcher différemment la douleur au vu des multiples tragédies qui vous ont frappée et surtout de grandir dans le choix de votre destinée d’artiste? K: les pertes des êtres chers ont été des moments de déchirure intenses, car on perd une partie de soi-même. C’est une brûlure qui même avec la foi, ne cesse jamais. Par contre la foi m’a permis d’approcher l’idée de la mort de façon différente. Elle m’a aussi permis de continuer à croire, malgré les échecs et autres coups durs, de persévérer dans les rêves qui étaient les miens, par exemple pendant la confection de mon tout 1er album. Dans ma musique j’essaie de convenir un message positif car tout ne peut pas être réduit au secouement d’un «Alea So». Je partage mes challenges et j’imagine qu’à travers mes expériences, d’autres personnes s’y retrouvent aussi. CTM: Vos fans sur scène ou sur différents réseaux sociaux remarquent que l’image que vous

projetez (costumes, posters, etc.) reste fort ancrée dans le terroir africain. Qu’est-ce qui motive ce choix et participez-vous à la création de vos tenues? K: Ma motivation c’est l’amour tout simple de ce qui est africain. Nous avons un patrimoine qui est immensément riche et j’ai eu la chance de naître dans une famille très artistique. Ma mère était couturière fort connue au Cameroun et dont l’un de ses regrets fut qu’aucune de ses filles n’ait suivi ses pas dans la couture. Je sais faire des ourlets mais ma foi, je ne saurai prétendre avoir le talent d’une couturière. J’ai un frère peintre, une soeur qui était danseuse mais oui, je participe à la conception et aux dessins de mes tenues. J’aime les beaux tissus, les beaux arts en général. Autant je voudrai offrir d’excellentes sonorités, autant le visuel est tout aussi important d’où le plaisir que je prends à bien m’habiller; tout ceci fait partie du spectacle. L’Afrique regorge d’un patrimoine culturel immense qui ne demande qu’à être partagé avec le monde. Je suis évidemment amoureuse et très fière de notre art. Si je ne le portais pas, qui d’autre raconterait mon histoire africaine? CTM: Votre musique est un mélange harmonieux de différents genres. Comment définissezvous votre style musical? K: Bien, je ne le définis pas et ce n’est pas de la mauvaise foi parce que j’ai grandi en écoutant Salif Keita, Miriam Makeba, Eboa Lotin par exemple. J’ai certainement un style et un timbre musical reconnaissables aujourd’hui mais en ce qui concerne mes influences musicales, elles sont multiples et incluent des idées politiques comme celles d’un Sankara ou d’un Cheikh Anta Diop qui m’ont vraiment marquée. Je pense que c’est se limiter de vouloir définir un genre musical. Dans mon premier album, vous avez un peu de Mangabeu et du Bolobo, comment puis-je définir un tel style? De l’Afro Beat, Afro World ou de l’Afro Groove? Tout ceci limite l’art et je préfère la liberté. C’est pareil avec les personnes qui m’ont influencée où on ne retrouve pas que des artistes. Les membres de ma famille ont été mes premiers fans et conseillers mais un nom que je ne tairai jamais, c’est celui de

Conversation

Miriam Makeba en tant que femme d’abord avec son histoire personnelle, ses combats, son courage, ses tragédies. Je lui ai trouvé une force et un courage sans pareils avec son engagement total contre une système odieux et violent, à une époque où beaucoup savaient choisi de se taire ou pire, de collaborer, de soutenir la politique en vogue de l’époque. On m’a demandé quelques fois pourquoi je chantais contre les mutilations génitales féminines sous prétexte que c’était une folie non-commercialisable, que cela ne passerait pas sur les antennes. Mais comment passer sous silence, les blessures

blème des mutilations génitales des jeunes filles et des femmes (WHOA! Protect Girls From Genital Mutilation). Je ne pense pas que tous les aspects des traditions soient positifs; l’être humain peut utiliser ces dernières pour justifier ou commettre des atrocités. Depuis 2005, je suis membre du Advisory Council de Action Against Hunger (Action contre la Faim) qui est une organisation honnête qui se bat contre la famine dans le monde depuis près de cinquante ans. Savez-vous que près de 35% de ce qui est produit dans le monde moderne comme nourriture est jeté alors que même

physiques et mentales, les traumas de toutes ces personnes? Voilà par exemple des gens qui me motivent ou m’influencent. Faire le show, mettre de l’ambiance c’est beau mais j’aime aussi parler de sujets qui me tiennent à coeur.

chez eux, il y a des personnes qui meurent de faim? En chiffres, cela fait près de deux milliards de tonnes de produits consommables non avariés. Regardez les statistiques, ceci est aberrant quand on voit le nombre de personnes jeunes ou âgées qui chaque jour, meurent de faim dans l’indifférence totale. Si chacun mettait un peu du sien, c’est un problème qui serait facilement résolu. Sur un autre plan, ma chanson «Ghetto in the Sahara» parle d’un problème contemporain qui touche certaines parties du monde mais

CTM: Justement nous avons remarqué votre association à certaines causes qui font de Kaїssa une artiste engagée. Parlez-nous en un petit peu. K: Je fais partie d’une association qui sensibilise le monde sur le pro-

Cameroon Traveler Magazine • ApriIL – June 2013

• Page 33

CTM


À bâtons rompus avec...

K a ï ss a aussi nos régions: c’est le problème de l’immigration. Certains diront que je peux me permettre de parler parce que j’ignorerai leurs réalités quotidiennes, mais j’en parle. Nos ancêtres furent déportés de force sur des bateaux vers le Nouveau Monde; aujourd’hui, ce sont leurs petits-enfants, nos enfants qui sont rejetés de ces mêmes bateaux. Je pense qu’il faut parler des effets néfastes de ces problèmes qui se réduisent à l’économie sociale et mentale.

K a ï ss a CTM

Page 34 •

Http://www.cameroontraveler.com

CTM: Kaïssa, il y a quelques mois, vous êtes retournée dans votre pays, le Cameroun, après plus de 30 années passées à l’extérieur. Y avait-il une raison à cet «exil»? Comment s’est passé l’accueil à votre retour au Mboa natal? K: D’abord, permettez-moi de recadrer une information. J’ai quitté le Cameroun en 1977 et j’y suis revenue entretemps pour d’autres sujets. Il n’y a pas vraiment d’exil et je suis citoyenne camerounaise avec passeport à l’appui. Il y a toujours une mauvaise interprétation de l’information et ce que je voudrai clarifier ici, c’est que je me suis produite sur les scènes du monde mais je n’avais jamais eu le plaisir ou la chance de jouer dans mon propre pays, devant mes concitoyens. Ironie du sort réparée, l’opportunité s’est enfin offerte et je l’ai saisie. L’accueil a été fantastique je l’avoue. J’ai eu le plaisir après de travailler avec des musiciens locaux et malgré mon inquiétude initiale, tout s’est excellemment bien déroulé. Il y a une grande différence entre jouer avec des musiciens qui apprennent le rythme pendant deux mois et ceux qui y baignent naturellement et s’y retrouve juste après cinq jours de répétition. Pour une première au pays, je tenais absolument à ce que cela soit très bien fait et le résultat m’a immensément fait plaisir. Le Cameroun regorge de musiciens talentueux cela est reconnu, je n’ai pas eu besoin d’expliquer les paroles, le timing, tout allait de soi. C’était très émouvant d’être reconnue chez soi. C’est un sentiment spécial de chanter chez soi pour les amis d’enfance, certains que je n’avais pas revus depuis des décennies, échanger avec le public, donner un peu de bonheur, entendre le public fredonner ou reprendre votre musique. C’était la communion parfaite surtout au concert Douala où la chanson


K a ï ss a

À bâtons rompus avec... «Makala Ma Bassi» a provoqué l’hystérie totale chez le public et on n’avait pas besoin d’être Duala pour comprendre le sujet de la chanson. CTM: Avez-vous appréhendé cette 1ère rencontre au moment d’entrer sur la scène pour la toute

Discography

CTM: Vos prestations terminées, avez-vous eu l’impression d’avoir laissé votre empreinte? K: Humblement, de part les réactions de la presse, du public, les confidences, oui tout s’est bien passé et je l’ai ressenti moi aussi. Je crois que le public me l’a montré et malgré

Where to buy

Looking There

Shop Online

Release Date: 2005

Kaissa CDs are available online at

Makai Records

http://www.cdbaby.com/cd/kaissa where you can download complete albums or single MP3 songs, and purcahse CDs as well.

I am so happy Release Date:2011 Kaïssa Records

première fois devant un public réputé hyper exigeant? K: J’étais un tout petit peu anxieuse avant le concert. C’était un jour anniversaire, celui de la disparition de mon père. Je l’avais sur le coeur et tout cela provoquait une flopée de sensations très fortes.

ragement, des photos et vidéos desdits concerts. C’était pour moi aussi une manière d’avoir une pensée pour ceux qui sont partis avant ce premier concert en terre natale; mes parents, mon frère ainé, ma soeur auxquels j’ai dédié certaines chansons pendant le concert et j’ai pu constater que cer-

SCAN TO BUY NOW

Kaïssa on the web Find Kaïssa online and on social networks by following the urls below www.kaissa.com twitter.com/Kaissa www.myspace.com/kaissa1 www.cdbaby.com/cd/kaissa

la fatigue physique, quelques soucis organisationnels, je pense que j’aurais pu faire mieux. Les interviews qui ont suivi les spectacles exprimaient pour la plupart l’engouement public que j’ai perçu. Vous avez pu constater que ma page Facebook a été inondée de messages d’encou-

tains dans le public ont peut-être pu s’y identifier aussi. CTM: Certains de vos compatriotes, ne vous connaissaient jusque là qu’au travers du clip vidéo EYAYE du groupe ESA en 1987. Parlez-vous de cette

Conversation relation avec ESA et son importance dans votre carrière. K: L’amitié à la famille Dayas (frère et soeur) a été très importante dans ma vie artistique. C’’est une famille artistiquement très douée, Stéphane pour moi est l’un des meilleurs chanteurs au monde et sa soeur Medi Dayas, d’une femme d’une beauté rare, qui a une voix absolument fantastique. Stéphane Dayas m’a appelée de Paris et m’a proposé de jouer ce rôle, d’être l’objet de son affection dans «Muto Yayé» ou «la petite frimeuse». Peut-être chanterons nous encore ensemble bientôt!!! CTM: Ce serait un vrai délice de pouvoir superposer si le projet se réalisait, de surperposer les deux clips vidéos Muto Yayé de vos débuts et un clip présent, trente années après. K: (Rires),…... Jusqu’aujourd’hui, cette vidéo continue à m’offrir des propositions de mariage assez rocambolesques émanant d’hommes de tous âges. Par contre je n’ai jamais vu cette vidéo et j’aimerais vraiment la voir. Ceci est donc un message à mes fans, au public, j’aimerais voir et même avoir cette vidéo. Enfin j’ai vraiment bon espoir que je chanterai de nouveau avec Stéphane Dayas, c’est un grand rêve qui serait un must dans ma carrière musicale. CTM: Aujourd’hui revenue à New York, parlez-nous de vos projets immédiats et futurs… K: Je me suis mise au piano et à la guitare mais je n’ai aucune formation d’instrumentiste. Depuis mon retour, j’ai écrit beaucoup de textes et puis j’avais des concerts programmés dans des écoles, mais aussi au Metropolitan, un concert à Harlem, NY, un concert au Queens Library puis au Musée de Brooklyn. En principe, je devrai rentrer au Cameroun en Mars mais je ne pense pas que cela se fasse, puis en Russie et au Brésil en Juillet. Et je pense déjà au nouvel album. Voilà ce qui m’occupe en ce moment.. CTM: Merci Kaïssa, merci de votre disponibilité, c’est toujours un plaisir de vous rencontrer. K: Je vous en prie, c’est à moi de vous remercier

Cameroon Traveler Magazine • ApriIL – June 2013

• Page 35

CTM


SCAN THIS CODE TO READ ON YOUR MOBILE DEVICE

K a 誰 ss a The Cameroon Traveler Magazine is published by Sapphire Excel for the Cameroon Travel and Leisure Organization (CTLO). For all information concerning the content and advertising opportuinities in this magazine, please contact the Cameroon Traveler directly at Info@CameroonTraveler.com


Dossier/ Feature

544 FEST e

Germain Pichop Damien Noma AZIZE MBOHOU ROCHE-ALAIN KAMGA

Hail to the Sultan L

-e sultan Ibrahim MBOMBO NJOYA a 20 ans de règne. L’âge de la majorité. Les Bamoun se souviennent encore de son intronisation comme si c’était hier. Et pourtant, la roue a tourné et bien tourné et l’on peut en dire quelque chose. « Vous vous souvenez des conditions quelque peu difficiles de ces années 1992… La naissance douloureuse de la démocratie dans notre pays » a déclaré l’ancien ministre des sports et de l’éducation physique. Au moment où les Ncharéens célèbrent leur culture, il est opportun de rendre hommage à l’actuel Sultan. Sa longue carrière dans l’administration centrale camerounaise et sa proximité avec le cercle traditionnel en sont pour beaucoup dans les valeurs que ses sujets lui reconnaissent. De 1960 à 1990, le jeune prince qui ne payait pourtant pas de mine connaîtra une carrière professionnelle exceptionnelle. Déjà vice-ministre des sports, vice-ministre des affaires étrangères et ambassadeur du Cameroun en Guinée Equatoriale sous Ahmadou Ahidjo, le Nji MBOMBO qui succède au sultan NJIMOLUH NJOYA SEIDOU est celui qui conduit les lions indomptables du

CTM

Page 38 •

Cameroun à cette historique coupe d’Afrique des nations «Abidjan 84» comme ministre des sports. Puis il servira comme ministre de l’information et de la culture avant d’être nommé ministre délégué à la Présidence chargé des Relations avec les Assemblées. NJI MBOMBO comme les Bamoun l’appellent est donc « the right man at the right place » A cette riche carrière politique et administrative, on lui connaît de la finesse, l’ardeur au travail et la volonté à conduire son peuple vers des lendemains meilleurs. Cet anniversaire a offert l’opportunité aux invités spéciaux, aux élites et forces vives, de se remobiliser pour aider le Sultan à maintenir allumée la flamme de la culture Bamoun. Comme le sultan lui-même l’a dit : « il n’y a pas de vent favorable pour qui ne sait pas où il va. »

Http://www.cameroontraveler.com

Damien Noma

••

20 ans déjà! ••


TIVAL DU Nguon

E

veryone has only one date of birth, and thus a birthday. The King of the Bamoun is blessed with two: his birthday and that of his accession to the throne NCHARE YEN. On October 09 of the year 1992, A new King was crowned by a legendary and historical group of people. This was an extraordinary event. Ibrahim MBOMBO NJOYA, who until that day was Minister Delegate at the Presidency in charge of Relations with the Assembly, hung suits and ties for sandals and gandouras, the favored and required attires of the Royal Court. The accession of Ibrahim MBOMBO NJOYA to the throne of NCHARE YEN did not happen without struggle. Some indeed, had thought that the succession had been rigged and MBOMBO NJOYA imposed. Thus, internal crises in the royal family were unlivable. The legitimacy of the new monarch had certainly taken a big hit. While the Sultan is celebrated during moment like this one, his authority is occasionally contested by opposing groups.

After 20 years of reign, the Bamoun still remember his enthronement as if it were yesterday. He appropriately reminded the audience of the circumstances that surrounded his accession to the throne. “Do you remember the somewhat difficult conditions of 1992... The painful birth of democracy in our country,” the former minister said. As the Bamoun people celebrate their history and culture, it is appropriate to pay tribute to the man that revived Cameroon’s most popular cultural and traditional festival of our time: The Nguon. This anniversary was the perfect opportunity for all the sons and daughters Bamoun and their friends to regroup in order to help the Sultan lead the cultural and economic development of the Bamoun land to new heights. As the Sultan himself said: “There is no favorable wind for he who do not know where he is going.” CTM


Hail to the sultan

La juste célébration Azize MBOHOU


Nguon 2012

L

e 09 octobre 1992, une page de l’histoire du royaume Bamoun se tournait. Un nouveau monarque arrivait à la tête de cette légendaire entité socioculturelle au peuple dynamique. Assurément, c’était un événement. Mais au-delà, l’avènement du Sultan Ibrahim Mbombo Njoya, qui jusqu’à ce jour-là était ministre délégué à la Présidence chargé des Relations avec les Assemblées, signifiait que le pétulant prince accrocherait ainsi définitivement le costume et la cravate des salons feutrés pour le ruban et les gandouras qu’impose son nouveau milieu de vie. Cette accession d’Ibrahim Mbombo Njoya sur le trône de Nchare Yen avait été controversée. En effet,

Des autorités administratives assistent au Nguon à Foumban

certains avaient pensé que la succession avait été truquée et Ibrahim Mbombo Njoya imposé par le régime politique. Ainsi, des crises internes à la famille royale étaient invivables, les sauts d’humeurs et les rumeurs abondaient dans la communauté. La légitimité du nouveau monarque prendra certainement un grand coup. Les forces de construction, qui auraient servi au développement du royaume, s’en trouveront affaiblies.

A gauche: le Roi assiste à la cérémonie d’ouverture du Nguon. Ci-dessous: le Sultan pose la première pierre du Musée des Rois

Dans ce contexte, un autre fait d’ordre sociopolitique favorisera la décrépitude : le multipartisme. Le vent de la démocratie qui effleura d’abord le turban du feu sultan Njimoluh Njoya Seidou, avait semblé emporter son succésseur, le Sultan Ibrahim Mbombo Njoya. Mais il n’en était rien. Tenace et audacieux certes, ce vent, ne pouvait ébranler un solide personnage tel que Mbombo Njoya dont la vision avait été incomprise. Vingt ans plus tard, après ces tumultes et secousses, le peuple Bamoun a démontré à travers cette célébration grandiose du Nguon qu’il a compris son Roi. A l’heure du bilan, des actes phares ont été posés par El Hadj Ibrahim Mbombo Njoya. Des actions salutaires, au bénéfice du peuple tout entier, de la jeunesse et dans des domaines divers et variés. Le sultan, 20 ans après, dans une sollicitude constante pour son peuple, a multiplié des chantiers et des fronts pour le bonheur des siens. Ainsi, cette célébration est juste et méritée.

Cameroon Traveler Magazine • ApriIL – June 2013

• Page 41

CTM


Nguon 2012

Le monument du Sultan Ibrahim Njoya à Foumban

CTM

Page 42 •

Http://www.cameroontraveler.com

Sultan Ibrahim Njoya Memorial in Foumban


Nguon 2012

The King of Bamoun is re-enthroned after his jugement during the Nguon 2012 festivities in Foumban

Le Roi est réinstallé sur son trône après le jugement pendant les cérémonies du Nguon 2012 à Foumban

Cameroon Traveler Magazine • APRIL– JUNE 2013

• Page 43

CTM


Nguon 2012

Nguon 2012

C

Je rentre… je suis fatigué.

’est las d’attendre dans cette file de véhicules interminables qui s’étend sur 2 kilomètres en direction de la foire exposition qu’A. Ngounga décide de rebrousser chemin. Nous sommes le samedi 08 décembre 2012. Jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, blancs et noirs se comptent par milliers pour découvrir l’ambiance et les attractions du nouveau site de la foire exposition qui s’étend sur 25 hectares. Petits commerces, véhicules et motos en surabondance, et ces peuples venus d’horizons divers ont constitué le visage de la ville culturelle pendant une semaine. La même ferveur populaire est aussi visible lors de la dernière marche triomphale qui mène le peuple Bamoun dans la vaste cour d’apparat qui jouxte le majestueux Palais des Bamoun. « C’est normal que les enfants viennent ici parce qu’ils doivent prendre le relais » nous laisse entendre un parent.

d’attraction furent le Palais mythique du Rois des Bamoun et le nouveau site de la foire socio-économique. La socioculture Bamoun a manifestement donné à réfléchir aux visiteurs étrangers arrivés à Foumban et aussi aux camerounais des autres régions. Pour l’essentiel, l’ascension du Mont Mbapit, la grande marche des FonaNguon, l’entrée solennelle du peuple Bamoun et le jugement du sultan. Selon J. J. Ngazie, patriarche Bamoun, une femme ne traverse pas la file des Fona-Nguon à l’occasion

Les festivités de l’édition 2012 du Nguon se sont déroulées du 02 au 09 décembre de l’année 2012 à Foumban. Sous la coordination d’El Hadj Ibrahim MBOMBO NJOYA, sultan Roi des Bamoun, la semaine fut pleine. Grands instants de brassage des peuples, le visiteur a vibré entre les articulations folkloriques, traditionnelles et touristiques. Les grands lieux

CTM

Page 44 •

Http://www.cameroontraveler.com

Comme si vous-y étiez! Par Damien Noma

Des sérénades de griots pour entretenir les dignitaires installés à la cour du Palais Royal pendant le Nguon. Visitez www.cameroontraveler.com pour voir toutes les photos du Nguon 2012


Nguon 2012

Une ferveur popul aire i n c r oya b l e Ceux qui ont fait le déplacement de Foumban du 2 au 9 Décembre 2012 ne l’oublieront pas de si tôt. L’envergure de l’événement était à vous couper le souffle. Il fallait-y être pour pouvoir en juger, car la description du festival ne lui ferait tout simplement pas justice. Nous vous invitons donc à faire le voyage de Foumban en Décembre 2014. Vous ne serez pas déçu.

Pa n d e m o n i u m ! Those who traveled to Foumban in December 2012 for the Nguon Festival will remember it for a long time. The enthusiasm,

du rituel de la collecte des informations. Au risque de voir sa fertilité et autres chances conjugales disparaître.

the craze around the event was just breathtaking. There is no amount of word that could accurately describes this festival, even though we will try. We strongly recommend that you plan ahead

L’édition 2012 du Nguon retiendra en prime cette pose de la première pierre du Musée des Rois Bamoun par le préfet du département du Noun. Le peuple Bamoun que conduit Ibrahim MBOMBO NJOYA depuis 20 ans a donc rempli le contrat avec son passé. Peuple de guerrier, c’est sous des auspices meilleurs que recommence la vie des Bamoun après l’immolation de ce bélier par les Fona-Nguon, qui matérialise le pacte de confiance avec le Roi Bamoun. Vivement la prochaine édition du Nguon ■

in order to attend the December 2014 edition. You will not be disappointed. Maquette du future musée des Rois, dont la première pierre a été pausé pendant le festival. Rendering of the “Museum of the Kings”. The construction of this landmark was launched during the festival..

Immolation du bélier par les Fona Nguon Visitez www.cameroontraveler.com pour voir toutes les photos du Nguon 2012 Cameroon Traveler Magazine • APRIL– JUNE 2013

• Page 45

CTM


Nguon 2012

544ème NGUON

De GENERATIONS en GENERATIONS Les Bamoun passent leur culture à leurs progénitures Par Noma Eloundou

« Je suis fier d’être Bamoum » a-t-on pu entendre le dimanche 09 décembre 2012. Les propos sont d’Abdel, jeune élève de 12 ans venu vivre pour la première fois le retour triomphal du sultan à la cour d’apparat. Ces paroles, bien que venant d’un adolescent, restituent bien la réalité du festival des peuples Bamoun. Car, au-delà des moments de détente qui sont notamment concentrés dans le site de la foire exposition de Foumban, il y a bien des articulations traditionnelles qui ressassent le passé « glorieux » de ce peuple. De la diaspora au petit agriculteur en passant par les élites, forces vives, étudiants et autres débrouillards, tous ou presque ont été aperçus sur le site et autour du palais royal.

CTM

Page 46 •

Http://www.cameroontraveler.com

Les Ministres jugent le Roi Le dialogue entre les patriarches appelés « Fona-Nguon » et le sultan constitue le nœud de toutes les articulations. Plus qu’un rituel, les représentants du peuple Bamoun sont ainsi, pendant une cérémonie de jugement, à même de démettre le Roi ou de le soumettre à une épreuve. Ce cérémonial qui est l’aboutissement d’un processus mysthico-culturel a souvent produit des résultats inattendus. Ainsi l’histoire révèle que Ibrahim MBOMBO NJOYA, pour avoir coulé les larmes lors du décès de sa mère, avait reçu un blâme des dignitaires Bamoun car « un roi ne pleure pas » quel que soit les circonstances.


Nguon 2012

« Le Nguon est d’abord un évènement culturel et traditionnel comme vous le constatez. Le Festival a pris une tendance économique certes mais c’est une foire qui permet des prestations culturelles. Il y a eu au départ des échanges des cultures vivrières et maraichères dans le cadre du Nguon et cela a quelque peu changé. Nous avons assisté à l’entrée solennelle des Fona-Nguon c’està-dire les députés du royaume au palais et les lampions se sont éteint. Evidemment, cette étape n’’était pas ouverte au public. Ces Fona-Nguon passent la nuit au Palais et au matin, ils présentent les fétiches récoltés pendant leur tournée au roi. Cela permet au Roi de consolider son pouvoir. Parlant du thème des cérémonies de cette année qui était axé sur le mensonge, le chef traditionnel a aussi pour rôle de contribuer au développement des localités. S’il existe des facteurs pouvant nuire à ce développement, il est important d’en trouver des solutions. C’est le cas de ce fléau qu’est le mensonge (thème du festival de 2012). Chaque Bamoun doit donc s’atteler à donner la bonne information. On est optimiste et le roi compte sur tous les Bamoun. » Sa Majesté Nji Mouliom Pancha Alassa Chef Supérieur de Fontain

>> Cameroon Traveler Magazine • APRIL– JUNE 2013

• Page 47

CTM


Nguon 2012

THE NGUON FESTIVAL

I am proud to be a Bamoun!

T

his is what one could hear from young and old members of the Bamoun community during the week long celebrations of the 544th Nguon festival. These people were just thrilled at the display of art, culture and tradition which happens every two years in Foumban. The underlying reasons for this pride can be found if one went back in time, and narrated the origins of this people and their culture. It all began in 1394 In the year 1394, a young Tikar prince named Nchare and two of his uncles, Morunta and Nguonso, left his Rifum country in the Mbam Valley. The three princes of Mbankim went in search of a kingdom of their own. When they reached the bank of Mape River, each decided to pursue his own path. Morunta and Nguonso went on to found the kingdoms of Nditam and Banso respectively.

CTM

Page 48 •

By G. Pichop

Attracted by the rich soil of the highlands known as the Department of Noun, Nchare crossed the river with seven companions, namely: his half-brother, Nji Kumnjuo; a warrior and brother in law named Njianga; his nephew, Nchare Njiamfa; another warrior named Njianga, his friends Njimanka, Nji Monanka, and Nji Monshare. They went to Njimom Nchare’s village, where Njimon was King. The son of Princess Yen cleverly overthrew the king of this village and settled in as a leader. Amongst the Nguon hoaxers, Nchare Yen and his seven companions sat in the shadow of a Shea tree in the village of Njimom reflecting on their quest for power. While sitting on seven stones under this tree they gave birth to the concept of the Kingdom of Bamoun.

had in his chiefdom a secret society called Nguon, which ensured the supply of food in his palace, and the equitable distribution of food across the chiefdom. Every year during the harvest period, the owners of Nguon roamed the village to ensure that villagers brought their harvest to the chief’s palace. Mfo Mokup redistributed products of the harvest to his subjects, ensuring that everyone had a bit of everything produced in the chiefdom. If there was a surplus, the surplus of the harvest was stored in an attic to be consumed during the dry season or during bad harvests. This gathering of villagers ended with a three days festive celebration during which everyone drank, ate and danced to their satisfaction. This harvest festival was known as the Nguon Festival.

A harvest festival and intelligence agency

Nchare adopted this governing method, and over time, the Nguon gradually became a secret society, thus playing a more crucial role in the survival of the Bamoun kingdom. During this time, the Nguon owners’ (e.g., leaders) role grew from

Over time, Nchare Yen befriended Mfo Mokup, the Chief of the neighboring village known as Mokup. Mfo Mokup

Http://www.cameroontraveler.com


Nguon 2012

Celebrating HISTORY, Culture and Tradition

••

Left: the Sultan welcomes warriors returning with captives. Below: dignitaries attend festivities at the Royal Palace courtyard; the Bamoun people return to the Royal Palace after the triumphal parade just ensuring food supply to the palace to traveling throughout the region in order to gather information about the grievances of people and detect abuses committed in the name of the King. They had a responsibility to inform and advise the King and his ministers (now known as high ranked advisers or Nkom). The Nguon had become more of a secret police and intelligence service for the palace. During the harvest season, when villagers brought their products to the palace for redistribution, the owners of Nguon talked with counselors. The people, on their part, looked forward to the three days Nguon celebration. Logically, the colonial administration did not appreciate this way of governing, which gave so much power to the traditional ruler. Thus the French colonial administration banned the Nguon in 1924 after deposing Sultan Njoya, and forced the King of the Bamoun into exile in 1931. The Nguon did not return in force until after independence, although the Bamoun resurrected it at the funeral of Sultan Njoya in 1933. Sultan

Njimoluh Seidou, King Njoya’s successor, restored the Nguon later after the independence. The Nguon festival will become a purely cultural event and an opportunity for the Bamoun men and women to transmit their history, culture and traditions to their children. During this festival, many activities such as the triumphal march and entry into the Kingdom, food, fantasia parades and more abound. However, the pinnacle of the festivities is when the King is deposed, judged on his governance for the last two years and eventually reinstated. Ibrahim Mbombo Njoya, the current monarch, has modernized this festival, transforming it into an international event attended by tourists from all over the world. As he celebrates his 20 years of reign with his joyful subjects, Sultan Mbombo Njoya has masterfully revived one of the best traditional and cultural festivals in Africa. The Nguon is thus an event one should live, not told ■

Cameroon Traveler Magazine • APRIL– JUNE 2013

• Page 49

CTM


Nguon 2012

Reactions... Ngazie Jean Jacques, patriarche A propos de la marche des Fena Nguon « Ecoutez, au temps jadis, les Fena Nguon faisaient le tour du pays Bamoun. Aujourd’hui on considère qu’au marché toutes les bonnes et les mauvaises choses peuvent s’y retrouver. L’on fera le bilan, et on jugera le Roi après cette marche. Si ce bilan est positif on le reconduira. Il peut également être détrôné si le peuple n’était pas satisfait. Oui cela est arrivé dans le passé qu’un roi soit pendu pour avoir mal géré. Dans le meilleur des cas on le punirait. Les sorciers évaluent la gestion du Roi. A un moment, le sultan met la main dans les poches des Fena Nguon pour collecter tout ce qui lui permettra de gérer avec efficacité le peuple pendant les deux prochaines années. Cette marche a un caractère mystique et est interdite aux femmes. »

Mathieu Legikam, Chef de la communauté Bamoun dans l’Océan à Kribi « Merci de me permettre de m’exprimer. Vous êtes devant cette pirogue que les membres de ma délégation ont bien voulu présenter au Nguon. La pirogue a été déplacée, et au lieu qu’elle aille en mer elle vient plutôt à Foumban. Cela rappelle au peuple Bamoun resté dans le Noun qu’ils ont des frères qui sont dans la zone côtière mais demeurent attachés à leurs origines. » Princesse Ngoungoure J’habite sur place. Le Nguon s’est bien passé. Tous les Bamoun sont en poste et en joie. Vous pouvez remarquer qu’ils viennent des Etats Unis, de l’Afrique du Sud, de France bref, de partout. D’ailleurs, vous voyez que beaucoup de jeunes sont présent. Ils doivent venir apprendre pour la relève. Et vous voyez la longue marche de tout à l’heure, c’ est la marche du guerrier. Ce qui montre que le peuple va en guerre, capture les ennemis et les ramène au sultan. »

Annie Raffier,touriste « Je suis contente d’être au Nguon. C’est extraordinaire ce que je vois. Malheureusement je ne réussis pas à voir le sultan. Est-ce qu’il viendra saluer la foule ? C’est très intéressant de voir comment une société traditionnelle fonctionne à côté d’une société civile normale. »

CTM

Page 50 •

Http://www.cameroontraveler.com


Nguon 2012

Mohamadou Mefire Mbohou, notable « Le Nguon est le reflet de la tradition Bamoun. Cette année on célèbre en même temps le 20ème anniversaire du sultan des Bamoun. Les Fena Nguon parlent des problèmes de la société en général afin d’envisager un avenir économique meilleur pour le peuple Bamoun. Ces ministres sont en train de dire au Sultan qu’il y a trop de banditisme à Foumban et qu’il faut que cela cesse. Voyez-vous, le mensonge n’est pas bien pour un peuple, d’où le choix du thème de cette édition. En général, le roi a bien travaillé ces deux dernières années ».

Abderaziz, exposant « J’expose des objets primitifs. Il s’agit des objets anciens laissés par nos ancêtres Bamoun. On retrouve ici présentement les NEMDI (statuettes utilisées pour la fécondité), les anciens couteaux et colis. Nous recevons les collectionneurs d’objets d’art primitifs, les étrangers notamment les américains, les français et certains africains qui partent vendre à l’extérieur. C’est notre activité même en dehors de la foire et on peut nous retrouver à Foumbot, Yaoundé, ou à Douala ».

Ahmed, restaurateur « Je suis Bamoun. Nous sommes venus ici aider et apporter notre contribution dans le domaine de l’alimentation. Nous avons aussi bien des mets africains qu’européens. Il y a du barbecue et l’affluence est importante. Alors, le Nguon est une activité historique d’une portée internationale. C’est aussi l’histoire du Cameroun qu’on présente ici ».

En haut à la page de gauche: des dignitaires installés à la Cour Royale; Ci-dessous: L’art Bamoun en exposition pendant le Nguon

Cameroon Traveler Magazine • APRIL– JUNE 2013

• Page 51

CTM


Nguon 2012

Yaoundé-Foumban-Yaoundé

AU CŒUR DU NGUON 2012 Récit du voyage de l’équipe de CTM à Foumban Damien Noma

E

t si l’on avait une idée plus exacte de ce que c’est : le Nguon. Il a fallu ne pas trop se poser cette question. Tant le voyage valait la peine d’être effectué. Les bribes d’informations reçues de Paul Fifen et Alain Roch auront tout de même été utiles. Et, entre Yaoundé et Bafoussam, le duo de journalistes n’a pas dérogé la règle d’or. « Makenene : arrêt obligatoire !». Quelques grillades pour l’un et des soya pour l’autre, le tout accompagné de quelque boisson gazeuse. La route est longue, mais les paysages pittoresques ne donnent pas le temps à la fatigue de nous perturber. Partis, peu après 7h de Yaoundé, capitale camerounaise, ce jeudi 06 décembre 2012, l’arrivée aux environs de 14h30 dans la ville hôte du Nguon n’était pas sans un coup de fatigue. Alain Roch, Mitterrand Njoya et maman …accueillent les reporters de votre journal à l’africaine. Foumban est bondé de monde, l’hébergement s’y fait rare. Les quelques hôtels et auberges de la ville sont déjà plein à craquer. Pas d’inquiétude pour autant. Paul avait tout prévu en sollicitant les services de Mr. Jean-Richard Banga, Sous-Préfet de Malantouen, qui obtient pour nous les bonnes grâces de Sa Majesté Nji Mouliom, chef Supérieur de Fontain pour notre hébergement. N’empêche, Nous sommes donc conduits à la Chefferie de Fontain et sommes reçus chaleureusement par Sa Majesté elle-même, qui nous confiera à l’un de ses sujets Mr. Moulaye. Journée marathon va-t-on dire même si l’on a hâte d’aller à l’essentiel: sillonner les coins et recoins de la ville de Foumban. De ce jeudi jusqu’au dimanche 09 décembre, date de clôture du Nguon, votre équipe n’a raté aucun détail. Ne cherchez surtout pas à savoir si une fois les demandes de couverture introduites, les sésames ont été obtenus. L’essentiel est sauf, CTM a couvert le Nguon. Séjour particulièrement alléchant avec une équipe qui s’est agrandie par la force des choses. En plus de Germain et Damien, Alain Roch et Mitterrand de l’équipe CTM, Aissatou, Awa et Rabiatou ont fini par rejoindre le quatuor comme guides touristiques mais aussi comme modèles de fortune. Les soirées se sont résumées à la visite du nouveau site culturel du festival Bamoun et à quelques cérémonies rituelles du Nguon. Toutefois, il fallait découvrir le véritable Foumban by night, qui se réduira finalement à l’Olympia Snack Bar et au Pretoria Night-Club. Ce dernier lieu de divertissement aura permis d’oublier les coups de gueule, les échauffourées, le stress des moments de collecte d’information. La dernière soirée aura permis de dire au revoir à nos illustres hôtes qui nous ont offert un dîner mémorable. Sa Majesté Nji Mouliom, et la famille de l’Officier Moulaye, ont été formidables. Au tour d’un plat de couscous de maïs à la sauce de légumes communément appelé «djapcheu» les uns et les autres ont eu le temps de se raconter les bonnes et les moins bonnes expériences vécues pendant le Nguon. Nous remercions également Mr. le Sous-préfet Banga Jean-Richard que nous n’avons malheureusement pas pu rencontrer pendant toute la durée de notre séjour. Quatre jours de travail intense enveloppés par cette odeur de détente dont il était difficile de se débarrasser au moment de reprendre la route. Et pourtant, le dimanche 09 décembre, entre cérémonies d’au revoir et accolades diverses, il fallait repartir. L’équipe conduit e par le Professeur Germain Pichop rejoindra finalement la capitale politique à 19h25 heure locale. Vivement la prochaine édition du Nguon.

CTM

Page 52 •

Http://www.cameroontraveler.com


The

Guide Come , Discover , Experience, Listen & Taste

•• Are you looking for that Cameroon Embassy’s address in order to apply for your visa? Are you looking for a hotel, a restaurant or a night club that will make your stay in Cameroon enjoyable? Look no further. In the next pages you will find all the required information to plan your trip and make your stay in Cameroon unforgettable. You will even find few tour guides that could help you plan a safari or a tour of many of the magnificent tourist destinations that Cameroon has to offer. Êtes-vous à la recherche de cette adresse de l’Ambassade du Cameroun où vous obtiendrez votre visa ? Recherchez-vous cet hôtel où vous passerez vos nuits ? Ce restaurant ou cette boite de nuit ou vous passerez des soirées inoubliables ? Les pages qui suivent vous serviront de guides pour planifier votre voyage au Cameroun et en faire une expérience inoubliable.

Cameroon Traveler Magazine • APRIL – JUNE 2013

• Page 53

CTM


National Parks/ Parcs Nationaux The Waza National Park A UNESCO Biosphere Reserve where lions, giraffes, elephants, cobs, ostriches, sassabies (antelopes), leopards, waterbuck etc. could be seen. Waza is the most famous park in Cameroon and one of the most spectacular in French-speaking Africa. Located in the Far North Region, 120km from Maroua, it is a heaven for the big cats and other animal species as well as for many varieties of birds. This park is an absolute “must” to discover.

When was the last time you saw a mosquito?

The Bouba Ndjida National Park . Located in the North Region, 270km from Garoua, rhinos, lions, Lord Derby Eland (antelopes), elephants etc., are all found here.

The Bénoué National Park A UNESCO Biosphere Reserve that contains a large number of hippos, Lord Derby Eland (antelopes), hyenas, panthers, etc. Situated in the Center of the North Region, 170km from Garoua, it is the favorite place for the largest antelopes such as the Lord Derby Eland.

The Faro National Park Located 225km from Garoua with over 330,000 hectares of land. It contains rhinos, buffalo, elephants, giraffes, etc., that may easily be spotted.

The Kalamaloué National Park On the Mokolo road in the Far North (45,000 hectares), this park is a botany enthusiasts’ heaven.

The Mozoko Gokoro National Park This park contains a wealth of plant and animal species. It is situated in the Mayo Tsanaga Département, in the Far North Region.

J

ust imagine! You’ve been looking forward to that Christmas holiday for months. I can’t remember...Did you say it was to southeast Asia or to Africa, south of the Sahara? Anyway, it doesn’t really matter since its somewhere warm right? So all your bags are packed, you remembered to pack light, I mean light clothes. Those heavy winter vetements, oops I meant clothing that those of you in the temperate zones are used to lugging around this time of year, just wouldn’t cut it where you’re going. You sure remember what your well-traveled Uncle Joe once told you: The indigenes of these areas adore spicy food. So, you pack your favourite indigestion medicine just in case. And of course you have your camera(s), iPad, and the other good gadgets one can’t do without while on holiday. So you’re all set right? Suddenly, you receive a phone call from your nerdy, scientist brother. “When was the last time you saw a mosquito?”, he asks innocently.

The Korup National Park Located in Medumba in the South-West Region, Korup is considered one of the oldest, richest and most beautiful tropical forests in the world in terms of floral and faunal diversity. Korup is said to have survived the ice age and is now a true ecological treasure. Consisting of mostly undisturbed primary forest. Korup is the most accessible rainforest national park in Cameroon with basic lodging infrastructure and a large network of trails open to visitors. The park is a popular bird watching destination and famous for primate viewing.

The Lobéké National Park A forest and animal reserve, as well as being a gorilla sanctuary, in the south-east of the country.

The Dja Reserve A UNESCO World Heritage Site, it is a sanctuary for gorillas and chimpanzees and various other animal and plant species may be observed here.

The Campo-Ma’an National Park Located in the south of the country, this national park boasts a rich variety of animal species, being inhabited by elephants and chimpanzees which take advantage of the luxuriant forest. Apart from +National Parks, Cameroon offers many reserves devoted to flora and fauna. Pangar-Djerem, Dja, Kribi, Mbi Crater, Douala, Edéa, Kalfou, Lac Ossa, Santchou, Bafia Mount Cameroon… just to name a few.

CTM

Page 54 •

Http://www.cameroontraveler.com

Mosquitoes. Forgot about those pesky little things didn’t you? Now these aren’t the ordinary ones you see from time to time. Nooooooooo. These are those Anopheles ones. The ones who have signed a pact with some parasite species called Plasmodium to carry them to as many humans as possible, with greater efficiency than some of the world’s best airlines. Yes this species of mosquito is of great interest to infectious disease specialists the world over. Why? Because they aid in the transmission of malaria. According to the good people at the American Centers for Disease Control, this disease is responsible for 1,000,000 (yes, one million in case all those zeroes boggle the non-mathematical ones among you dear readers) deaths annually. That’s one million people every year folks. You’re welcome to check the information at the CDC or WHO websites. But I digress. So you see dear friends, HIV isn’t the only scourge around. Malaria is too. We were talking about how your brother tried to put a damper on your vacation by reminding you about those pesky creatures otherwise known as mosquitoes. So, your tickets are bought. You can’t allow those troublesome insects to ruin your holidays. Never! So what are you to do? Remember to talk to your doctor. She (or he) is sure to recommend antimalarial medication for you to take for a week or two prior to your trip. Go back to the store and some mosquito repellents to, while you are at it. So, you see, all’s not lost. You can still enjoy your trip. I’ll see you on your return. Bon Voyage, and request if possible to sleep under a mosquito net! S. Quaynor


Guide

Simple tips that will help You

Get over Your hangover!

Before the Party Take some vitamins B vitamins work to reduce and relieve hangover symptoms by replacing the nutrients alcohol destroys from your body. Take the recommended dosage before you head out. Multivitamins are even better, take one dose of multivitamin the night you plan to drink for an added dose of nutrients. Consume fried foods Eating fried food is one way to help prevent a hangover. The fat in fatty foods helps your body absorb the alcohol you drink by sticking to the stomach lining longer than non-fatty food. Drink some milk Milk works to coat the stomach and help reduce hangover symptoms the next morning. You should also know that drinking a glass of milk is good for your body.

During the Party Stay away from caffeine Stay away from caffeinated drinks, such as coffee and soda and energy drinks. You’ve probably heard the opposite from well-meaning friends, but you should know that coffee and other beverages with caffeine dehydrate you, which you don’t need while drinking alcohol. Drink some water Water is the other drink to chug when you’re out partying with your peeps. Drink one glass of H2O for every alcoholic beverage you consume. Eat olives It is known in the Mediterranean that consuming a spoonful of olive oil will prevent a hangover. Do yourself a favor and feast on olives if they are available (they usually are). Choose your drink wisely Choose a more expensive beer, wine or liquor if you can. Higher priced wine and beer generate less hangover effects than their cheaper counterparts. Vodka and other clear liquors, such as Gin, are also less “damaging” than Bourbon and Whiskey.

Visa La validité maximum d’un visa de tourisme est de trois mois avec plusieurs entrées et sorties. Si vous comptez loger chez des amis, il faut leur demander de vous fournir un certificat d’hébergement timbré et certifié conforme. Le visa est délivré par les représentations diplomatiques ou consulaires du Cameroun à l’étranger. Toutefois, si vous venez d’un pays où le Cameroun n’est pas représenté vous pouvez obtenir le visa au poste frontalier. Passeport en cours de validité, Formalités sanitaires Seul le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire. Le vaccin contre l’Hépatite B est conseillé Formalités de douanes : Le touriste bénéficie du régime de l’importation temporaire en franchise des objets à usage personnel. Taxe d’aéroport : • destinations internationales : 10000 FCFA • destinations nationales : 500 FCFA Monnaie Le Franc CFA (franc de la communauté africaine) a une parité fixe de 0,01 FRF 1 FRF = 100 CFA (depuis le 12 janvier 1994) 1 Euro = 655,96F CFA Visa The maximum validity of a tourist visa is three months for multiple entries visa. If you plan to stay with friends, we must ask them to provide an officially certified accommodation certificate. The visa is issued by the Cameroon diplomatic or consular representations abroad. However, if you come from a country where Cameroon does not have a diplomatic representation, you may obtain the visa at the border of entry.

W

e all know that Cameroonians like partying and drinking. While drinking makes the evening or the party fun and enjoyable, the next day is usually a miserable experience for a lot of people. So what can you do to reduce the amount of misery that you go through the day after a night of binge drinking?

Travel Information and Embassies addresses

Valid Passport Required

Avoid mixing drinks Avoid mixing the type of alcohol you drink. Decide what you want to drink, such as wine, and stick with it. Human body has trouble processing more than one alcoholic drink at a time.

After the Party Drink some water Finish off the night by drinking a couple of glasses of water before bed. You will be glad you did. Take some aspirin Take a dose of aspirin before you go to bed, after a night of drinking. Chase it down with a glass of water to stay hydrated. Aspirin helps you get rid of the headaches that are often a symptom of a hangover. Take your multivitamins Take multivitamin the morning after you drink to reduce or eliminate hangover symptoms. Multivitamins give you back the nutrients that alcohol took away. Drink fruit Juice Fructose is said to increase your energy. Drinking a glass of fruit juice (which contains fructose) the next morning will help speed up the rate at which your body gets rid of toxins. The vitamins found in fruit drinks work to get your body back in shape. Eat an egg for breakfast Eggs are a good choice when it’s time for breakfast the next morning. You may not feel like eating but try to eat a few bites. Eggs contain cysteine, which help your body break down what causes the hangover, a toxin known as acetaldehyde. Eat sweet banana Eat a banana the morning after you drink to help reduce or prevent a hangover. The fruit contains potassium, which gives you electrolytes. People loose electrolytes after downing several drinks.

Health Requirements Only the vaccine against yellow fever is mandatory. The vaccine against hepatitis B is recommended Custom formalities: Tourists enjoy the regime of temporary importation free of objects for personal use. Airport tax: • international destinations: 10,000 FCFA • domestic destinations: 500 FCFA currency The CFA franc (franc of the African community) has a fixed rate of 0.01 FRF 1 FRF = 100 CFA (since January 12, 1994) 1 Euro = 655.96 F CFA Embassies Cameroonian Embassy in Washington, D.C., United States The Embassy of the Republic of Cameroon 3400 International Drive, NW, Washington, DC 20008 Phone: +1 202-286-0984 Fax: +1 202 387 3826 Email: mail@cameroonembassyusa.org Embassy of Cameroon in London, England (UK) 84, Holland Park Phone: + 44 (0)20 7727 0771 Fax: + 44 (0)20 7792 9353 High Commission of Cameroon in Ottawa, Canada 170 Clemow Ave. Ottawa Ontario K1S 2B4, Canada Phone: (+1) (613) 236 - 1522 / 24 / 69 Fax (+1) (613) 236-3885 Consulate of the Republic of Cameroon in Sydney, Australia 65 Bingara Road Beecroft NSW 2119 Autralia Phone: + 61 2 9876 4544 Fax: + 61 2 9869 2470 Web Site: http://www.cameroonconsul.com Email: consular@tig.com.au Embassy of Cameroon in Brussel, Belguim Brugmannlaan 131-1331190 Phone: 322-345.18.70, 345.37.13 Fax: 046024117 Embassy of Cameroon in Brasilia, Brazil SHIS QI 09 CONJ.07 Casa 01 Lago Sul, Brasilia DF 71625-070 Phone: 5561-248.69.28, 248.04.43 Fax: 0380235625 Embassy of Cameroon in Bonn, Germany Rhein alle 53 5300 Bonn Bad Godesberg, Phone: 49-0228.35.60.37 Embassy of Cameroon in Rome, Italy Via Siracusa, 4/6 Rome Phone: 0039 06 44291285 Fax: 0039 06 4403644 Web Site: http://www.cameroonembassy.it Email: info@cameroonembassy.it Email: cancelleria@cameroun.it Embassy of Cameroon in Tokyo, Japan 3-27-16 Nozawa, Setagaya-ku Tokyo 154-0003, Japan Phone: 81354304985 Fax: 81354306489 Web Site: http://cameroon-embassy-jp.org/eng/emb/emb.html Email: ambacamtokyo@gol.com Embassy of Cameroon in The Hague, Netherlands Amaliastraat, 14 2514 JC Phone: (070)3469715 - Fax:(070)3652979 Web Site: http://www.cameroon-embassy.nl/ Email: ambacam-la-haye@planet.nl Office Hours: Monday to Friday 09:00 to 15:30 Embassy of Cameroon in Riyadh, Saudi Arabia BP: 84336, Riyadh 11693 Phone: 966-48.800.22, 48.802.03 Fax: 96611-20.66.88 Embassy of Cameroon in Stockholm, Sweden Kungscatan 73, 112 Stockholm, Sweden Phone: 46-08.54.81 Fax: 17471 Camsto Embassy of Cameroon in Switzerland 6-8 rue Dunant 1207 Geneva Phone: 41-36.20.33, 36.21.65 Fax: 045028530 China and North Korea: Dondwujule Sanlitum 10 0600 Beijing PR China el: 532 22 76 / 532 18 28

Cameroon Traveler Magazine • APRIL – JUNE 2013

• Page 55

CTM


Newsflash... Newsflash.... Camair-co HAS a NEW BOSS Exit Alex Van Elk. The new General Manager of Camair-Co is its former Director of operations Matthijs Boertin. The new boss has already set goals to make the company competitive through the densification of its network, the launch of a Cargo service and the increase of its fleet from 3 planes to 26 by 2018. Turkish AIRLINES now operating direct flights to Cameroon Turkish Airlines has begun operating direct flights to both Douala and Yaoundé since December 2012. Turkish through its competitives prices and acclaimed on board services will present a stiff challenge to all the airlines already serving the country. AIR CôTE D’IVoire Replaces Air IVOIRE Air Ivoire ceased its operations a while back. However, the Ivorian government has just launched a new airline company in partnership with Air FranceKLM. Air Côte d’Ivoire will thus replace Air Ivoire in flight schedules in Cameroonians airports

Bientôt A Yaounde Les clients de la chaine hotelière La Falaise pourront bientôt bénéficier du service qu’ils apprécient tant en descendant dans leur nouvelle structure à Yaoundé. L’hôtel en constuction au centreville (en face du Supermarché Mahima au lieu dit le Capitol) ouvrira ses portes en 2013. Cameroon to Participate in the Germany-Africa Business Forum The sixth Germany-Africa Business Forum will be held in four German cities between April 19 and 24. During the 5-day forum business-hungry nations in Africa and Europe will converge in cities of Munich, Cologne, Freiberg, Erfurt, Frankfurt and Wurzburg. Participants will have the opportunity to visit production plants, manufacturing and processing companies as well as access technology, know-how, management and quality made in Germany. There will be consulting in mediation, support, concepts and forum follow-up. Emphasis will be placed on the promotion of small and medium-size businesses, tourism and investment in the tourism sector.

L’Hotel La Falaise Ouvre

Cameroon Ecotourism A

can use while visiting Cameroon in order to discover the wonders of miniature Africa. Please tip the indigenous people you encounter accordingly. Tourist guides do not always reward these fellas, who stop their daily activities in order to please you.

ccording to The International Ecotourism Society, ecotourism is responsible travel to natural areas that conserves the environment and improves the well-being of local people. In this space, we will provide you with short eco tour guides that you

5 days to experience the Center and the South regions of Cameroon Day 1: Arrive in Yaoundé Arrive at the Yaoundé international airport, welcomed by a professional and bilingual guide and driver then transfer to your hotel. Day 2 & 3: Yaoundé – Mbalmayo – Yaoundé Day 2: Depart early after breakfast to Mbalmayo. Arrive in Ebogo village, located some 60 km from Yaoundé and 18 km south of Mbalmayo on the Yaoundé-Ebolowa highway. Ebogo is one of Cameroon’s most visited ecotourism sites. Check into the Ebogo lodge. Escape in a dugout canoe on the Nyong River toward the mouth of Olama. Visit the caves of Abouma (a very large and deep cave which can contain up to 100 people), then the cave of Okombe. Return to Ebogo, to eat lunch and rest. Hopback into your canoe, head to Akok Bekoue and discover the sumptuous underground cave which has now become a real place of pilgrimage. Continue onward to the Ngo Njock Lipo falls. Experience some magic at these falls, which are named after a woman who lived there and was said to possess supernatural powers. Return to Ebogo lodge, order some Kanga, the delicious Nyong River’s fish for dinners and spend the night.

check-in in one of the several hotels and lodges listed in the “concierge” section. Head out to the beach and enjoy the gold sand of Kribi wild beaches. Experience the spectacular sceneries of the Lobe waterfalls, the only one of its kind in world that drops directly into the ocean. Hire a canoe to sail upstream the Lobe and enjoy the scenery. Head back to your hotel and rest. Day 5: Kribi- Campo-Kribi –Yaoundé Depart early after breakfast toward Campo. Slow down and stop in Ebodje to enjoy wild beaches and fish. Continue to Campo. Visit the Campo-Ma’an National Park and discover rare species of fauna and flora. Head back to Yaoundé via Kribi. For more Cameroon tours information, please contact our consultant Basile Fouda Alo at alo_basile@yahoo.fr and www.cameroondiscovery-travel.org

Day3: Pack and depart for Akono after breakfast. Visit the Cathedral of Akono, the first one of its kind in Cameroon and Francophone subSaharan Africa. Return to Yaoundé with a stopover at Mbalmayo. Day 4 & 5: Yaoundé-Kribi-Campo-Yaoundé Day 4: Yaoundé-Kribi Wake up early, have breakfast and head to Kribi. Arrive in Kribi and

From Douala (DLA)

CTM Your five star concierge votre guide 5 etoiles Faites-vous connaître dès aujourd’hui Advertise with us! info@cameroontraveler.com

w w w.cameroontraveler.com

CTM

Page 56 •

Air Burkina

Abidjan, N’Djamena, Ouagadougou

Air France

Youndé, Paris-Charles de Gaulle B.P 4075 Douala Tél: 33 42 15 55 33 42 57 57 Fax: 33 42 99 52 B.P 14335 Yaoundé Tél: 22 20 02 95 33 42 57 57 Fax: 33 42 99 52 www.airfrance.com

Air Cote D’Ivoire

Airlines Serving Cameroon

ASKY Airlines

Brazzaville, Lomé, N’Djamena

Benin Golf Air Cotonou, Malabo

Brussels Airlines

Brussels 2256/100 Avenue du général Gaulle Tél: 33 42 01 15 Fax: 33 42 60 74 B.P 13812 Yaoundé Tél : 22 23 47 29 22 23 47 35 Fax: 22 23 47 40

Camair-Co

Brazzaville, Cotonou, Garoua, Kinshasa, Abidjan, Brazzaville, Cotonou Lagos, Libreville, Malabo, Maroua, N’Djamena, Paris-Charles de Gaulle, Air Leasing Cameroon Yaoundé Malabo, Yaoundé, Garoua, N’Djamena Immeuble La Rotonde - Boulevard de la Liberté. BP 4852 Douala-Cameroun STANDARD: (00237) 33 50 55 55 / Turkish Airlines 33 50 55 56 Istanbul and beyond, CALL CENTER: (00237) 33 50 55 00 / Tel: +237 80 42 01 33 50 55 50 (Temporary contact info–Yaoundé) INFORMATIONS & RECLAMATIONS CUSTOMER SERVICE: (00237) 33 Arik Air 50 55 24 Lagos

Http://www.cameroontraveler.com

CEIBA Intercontinental Bata, Libreville, Malabo

Cronos Airlines Bata, Malabo

Ethiopian Airlines

10 Avenue de l’hôtel de ville Tél: 33 42 38 24 Fax: 33 42 53 00

Sénégal Airlines Abidjan, Cotonou, Dakar

Douala, Addis Ababa, Bangui, Malabo B.P 1326 Douala Tél : 33 43 01 67 Fax: 33 43 01 67

SCD Aviation

Interair South Africa

Johannesburg, Libreville

Bangui, Cotonou

Kenya Airways

Libreville, Port-Gentil

South African Airways TAAG Angola Airlines

Bangui, Brazzaville, Cotonou, Luanda

Bangui, Libreville, Nairobi B.P 4273 Douala Tél: 33 43 94 99 Fax: 33 43 94 97 Yaoundé Tél: 22 22 82 41

Toumaï Air Tchad

RegionAir

Brazzaville, Libreville, Pointe-Noire

Malabo, Pointe-Noire, Port-Gentil, Port Harcourt

Royal Air Maroc

Casablanca, Douala, Yaoundé B.P 2959 Douala Tél: 33 42 29 88 Fax: 33 42 21 70

Bangui, Cotonou, N’Djamena Tél: 33 43 01 22 Fax : 33 43 01 17

Trans Air Congo

From Youndé (NSI) Air France

Paris-Charles de Gaulle and beyond

Air Ivoire

Abidjan, Brazzaville

ASKY Airlines

Cotonou, Lome, Malabo

Brussels Airlines Brussels

Camair-co

Douala, Paris-Charles de Gaulle, Maroua, Garoua Tel : (00237) 22 23 11 79 / 33 50 55 26 / 33 50 55 55Fax : 22 23 10 61

Kenya Airways Nairobi

Royal Air Maroc

Casablanca, Douala BP 2959 Douala Tél: 33 42 29 88 Fax: 33 42 21 70 10 Avenue de l’hôtel de ville Tél: 33 42 38 24 Fax: 33 42 53 00

Turkish Airlines

Istanbul and beyond, Tel: +237 22 80 42 01 (Temporary contact info–Yaoundé)


Thank you for supporting us by reading and sharing this magazine. Please share your comments with us on facebook (http://www.facebook.com/CameroonTraveler) and on twitter (@CameroonTravel). Nous vous remercions pour votre support. Partagez vos commentaires avec nous sur facebook (http://www.facebook.com/CameroonTraveler ) et sur twitter (@CameroonTravel)

http://www.cameroontraveler.com

SCAN THIS CODE TO LIKE AND SHARE WITH A FRIEND


Conciergerie Les Hôtels de Yaoundé BP 3336 Yaounde TEL 22 20 13 08 FAX 22 20 13 11 Location: Nlongkak Amenities Fitness Center Free Breakfast Free High-Speed Internet Free Parking Restaurant Room Service Swimming Pool Wheelchair access

HOTEL HINTEL *** Beds: 80, Suites: 14 BP 4615 Yaounde Tel: 22 20 03 97/22 20 04 66 22 20 04 67/22 20 04 68 Fax 22 20 04 68 Amenities

HILTON Hotel*****

HOTEL des DEPUTES ***

Beds: 257, Suites: 16 BP 11852 Yaounde TEL 22 23 36 46 / +1 888 414 2018 FAX 22 23 32 46/22 22 32 10 Location: Boulevard du 20 Mai

Beds: 0, Suites: 0 BP 14821 Yaounde TEL.22 30 34 70/ 77 63 18 47

Amenities Bar/Lounge Business Center Fitness Center Free Parking Restaurant Room Service Shuttle Bus service Suites Swimming Pool Wheelchair access

MONT FEBE **** Beds: 191, Suites: 18 BP 711 Yaounde TEL 22 21 40 02/ 22 21 40 99/ 22 21 60 69 FAX 22 21 60 70 Location: Mont Febe Amenities Business Center Free Parking Pets Allowed Restaurant Room Service Swimming Pool Number of rooms: 218

DJEUGA Palace **** Beds: 158, Suites: 5 BP 2659 Yaounde TEL 22 20 03 46/ 22 22 64 69 FAX 22 22 64 26 Avenue Narvick Location: Warda

Amenities Fitness Center Pets Allowed Room Service Swimming Pool Number of rooms: 153 JULLY GUEST Quarter **** Beds: 0, Suites: 0 BP 6064 Yaounde TEL.: 22 22 14 48 FAX:22 22 27 17 Email: jullyvoyages@yahoo.fr Location: Hippodrome

HOTEL FRANCO *** Beds: 60, Suites: 0

CTM

Page 58 •

HOTEL XAVIERA *** Beds: 0, Suites: 0 BP.14821 Yaounde TEL.22 30 34 70/ 77 63 18 47 Location: TROPICANAAmenities

HOTEL MERINA *** Beds: 0, Suites: 0 BP 14307 Yaounde TEL.22 22 21 50 / 22 22 21 31 FAX:22 22 21 61 Location: Ave A. AHIDJO Amenities Business Center Free Breakfast Free High-Speed Internet Free Parking Restaurant Room Service Swimming Pool Wheelchair access

FAX 22 21 16 22 Email: Meumi_palacehotmail.com Location: BASTOS

HOTEL JOUVENCE 2000 ** Beds: 42, Suites: 3 BP 5485 Yaounde TEL 22 23 02 59 / 22 23 30 06 /77637198 FAX: 22 23 02 59 Email: hoteljouvence2000@ yahoo.fr HOTEL PRESTIGE PALACE ** Beds: 42, Suites: 0 BP 2697 Yaounde TEL: 22 21 39 70 22 21 39 71 FAX: 22 22 21 61 Location: Etoudi HOTEL RESIDENCE PAPYRUS ** Beds: 16, Suites: 0 BP 12228-YAOUNDE TEL: 22 22 17 73 Fax: 22 22 48 23 Location: ESSOS (CAMP SONEL)

SANTA LUCIA HOTEL ** Beds: 33, Suites: 2 BP 5440 Yaounde Tel 77 48 99 26 Location: Kondegui

HOTEL LE FIBI * Beds: 34, Suites: 0 BP 5413 Yaounde TEL. 22 30 25 38/ 22 21 75 80 Location: Emombo

HOTEL GRAND MOULIN * Beds: 28, Suites: 3 BP 4336 Yaounde Tel 22 20 68 19/22 20 68 20 22 20 68 21 Location: Elig-Essono

HOTEL LAGINAQUE * Beds: 10, Suites: 0 BP 1611 Yaounde TEL 22 21 05 54 FAX 22 21 12 33 Location Bastos

SOMATEL CENTRE ** Beds: 58, Suites: 5 BP 4252 YAOUNDE TEL: 22 20 09 53/ 22 21 96 15 22 21 96 18 22 21 98 34 FAX: 22 21 98 38 Location: Briquetterie

HOTEL ELMA ** Beds: 17, Suites: 2 BP 49 OMBESSA TEL/FAX: 22 28 53 46 Location: Ombessa

INDEPENDANCE HOTEL** Beds: 40, Suites: 0 BP 474 Yaounde Tel: 22 21 40 02 Fax: 22 21 15 00 Location: HIPPODROME

HOTEL AZUR **

HOTEL ROYAL **

Beds: 0, Suites: 0 BP 2169 Yaounde TEL 22 21 16 39/ 22 21 16 40 / 22 21 16 41 FAX 22 21 16 39 Email: hotafric@iccnet.cm Location: BASTOS

Beds: 41, Suites: 0 BP 446 Yaounde Tel: 22 23 15 53/ 22 23 42 80 Fax: 22 22 44 28 Location: Centre Commercial

MANSEL HOTEL **

Beds: 30, Suites: 3 BP 5413 Younde TEL/FAX: 22211825 Location: EtoudiAmenities

Beds: 72, Suites: 8 BP 2060 Yaounde TEL 22202462 / 22 20 63 73 /22 21 00 07 FAX 22 20 63 73 Location: Rte Omnisport Amenities A proximite du stade Ahidjo, Yaounde, Cameroon

Location: Mendong

HOTEL LE MAKOMBE **

HOTEL KITIO’S LODGE ** Beds: 42, Suites: 0 BP 4684 Yaounde Tel 22 22 66 06/ 99 80 46 36 22 22 59 01 Location: Nkolmesseng

PRESTIGE HOTEL ** Beds: 30, Suites: 0 BP 2697 Yaounde TEL 22 22 60 55 /22 22 60 39 FAX 22 22 60 40 Location: Mess des Officiers

TOUNGOU HOTEL**

MEUMI PALACE **

KAMTHE HOTEL **

Beds: 68, Suites: 4 BP 1225 Yaounde TEL 22 21 16 07 /22 20 92 11

Beds: 33, Suites: 2 BP 8389 TEL: 22 31 55 69/ 99 92 19 98

Beds: 27, Suites: 0 BP 3626 Yaounde Tel 22 21 45 57 / 77 69 32 12 Location: Djoungolo

Http://www.cameroontraveler.com

HOTEL TANGO * Beds: 41, Suites: 0 B.P.1338 Yaounde TEL 22 23 27 90/ 22 23 27 94 22 22 63 71 FAX 22 23 15 22 Location: Elig-Essono

MEUMI HOTEL * Beds: 100, Suites: 0 BP 1227 Yaoundé TEL. 22 20 02 21 /22 20 28 37 22 20 92 11 FAX. 22 20 67 46 Location: Nkoleton

HOTEL PRESTIGE PLUS * Beds: 40, Suites: 0 BP 2697 Yaounde TEL: 22 31 82 52 22 31 89 60 FAX: 22 22 21 61 Location: Biyem-Assi

HOTEL FELYDAC * Beds: 36, Suites: 0 B.P. 3211 Yaounde TEL. 22 21 07 28 Fax: 22 21 07 29 Location: Fandena Rte Omnisport

HOTEL LE DIPLOMAT * Beds: 24, Suites: 0 BP 4293 Yaounde Tel: 22 21 95 71/ 22 2 195 78 Fax: 22 21 95 79 Location: Bastos

EDOLY HOTEL 1 Star(s) Beds: 18, Suites: 2 B.P. 11582 Yaounde Tel: 22 20 89 03 Fax: 22 21 60 72 Location: Tongolo

HOTEL LE MFANDENA * Beds: 24, Suites: 0 BP 3571 Yaounde Tel: 22 21 16 04 Location: Omnisport

RESIDENCE LA GRACE * Beds: 27, Suites: 0 BP 12340 Yaounde TEL: 22 23 98 60/ 22 22 67 60 Location: Essos (Camp Sonel)

HOTEL LA RESIDENCE * Beds: 18, Suites: 0 BP 12340 Yaounde TEL: 22 23 98 15 Location: Melen

HOTEL CHAMP ELYEES * Beds: 22, Suites: 1 B. P. 3359 Yaounde Tel/Fax: 22 30 27 53 Location: KONDENGUI

HOTEL CABLYS * Beds: 28, Suites: 0 BP 6478 Yaounde TEL 22 23 19 21 Fax: 22 23 19 21 Location: Mvog-Ada

Location: Mfandena

HOTEL EL PANADEN * Beds: 22, Suites: 0 BP 14269 Yaounde Tel: 22 22 27 65 Fax: 22 22 27 86 Location: Hippodrome

HOTEL JOUVENCE * Beds: 26, Suites: 14 BP 5485 Yaounde Tel: 22 31 72 70 Fax: 22 23 02 59 Location: Mendong

HOTEL LES PYRAMIDES * Beds: 27, Suites: 0 BP:367-Yaounde TEL 22 22 34 9 Fax 22 23 96 09 Location: Nklmesseng Amenities

HOTEL LE LYS * HOTEL DOUSSIER * Beds: 20, Suites: 0 BP 1207 Yaounde TEL 22 20 36 14/ 99 72 44 30 Location: Madagascar

Beds: 16, Suites: 0 BP 2697 Yaounde Tel: 22 21 62 71 22 21 43 01/ 77 70 97 50 Location: Eleveur

HOTEL LE DUVET *

HOTEL LA COLOMBE *

Beds: 25, Suites: 0 BP 7339 Yaounde Tél: 22 20 12 93 Location: Tsinga

Beds: 18, Suites: 0 BP 4531 Yaounde Tel: 77 65 84 85 Location: Messa

KAELLY HOTEL *

TROPICAL HOTEL *

Beds: 22, Suites: 0 BP 4336 Yaounde Tel: 22 20 05 94/ 22 21 90 96

Beds: 18, Suites: 0 BP 2406 Yaounde Tel: 22 23 76 49/22 21 00 62


S'héberger à Yaoundé

GUIDES

Yaoundé’s Hotels Location: Ekoudou

HOTEL MELI MELO * Beds: 10, Suites: 0 BP 4032 Yaounde Tel: 22 21 98 51 Location: Mfandena

Yaoundé Hilton

MOTEL ASCOT * Beds: 15, Suites: 0 BP 11084 Yaounde Tel: 22 30 22 82/ 77 57 00 88 Location: Messame Ndongo

SAFARI HOTEL .* Beds: 40, Suites: 4 BP 3330 Yaounde TEL 22 00 79 90 Fax 22 31 43 42 Location: Nsam Efoulan

HOTEL ESCALE * Beds: 10, Suites: 0 BP 8071 Yaounde Location: Obobogo

HOTEL FEUGUIFF * Beds: 46, Suites: 3 BP 3326 Yaounde TEL 22 23 11 68 Fax 22 22 11 07 Location: Melen

Mont Febe Hotel

MAGUY HOTEL * Beds: 22, Suites: 0 BP 1853 Yaounde TEL 22 22 86 88 Location: Essos Amenities

HOTEL PRINTANIA * Beds: 40, Suites: 3 BP 11277 Yaounde TEL 22 31 15 03 Location: Obili RESIDENCE LES HAUTS FLEURIS D’ODZA * Beds: 10, Suites: 0 BP 1026 Yaounde TEL 22 30 20 92 Location: Odza

Tou’Ngou Hotel Beds: 80, Suites: BP 3626 Yaounde Carefour Etoa-Meki Amenities Free High-Speed Internet Restaurant Number of rooms: 80

Aurelia Place Beds: 28, Suites: BP 35105 Yaounde Cameroun Business Center Free High-Speed Internet Free Parking Restaurant Room Service Number of rooms: 28

Hotel Clamantis Rong-Poing Nlongkak Free High-Speed Internet Beds: 21 Suites: BP 7115 Yaounde TEL 22 00 53 99/ 99 99 71 17 Email: hotelclamantis@ yahoo.fr

Djeuga Palace

Your structure is not listed here? Contact us today and get it fixed! Cameroon Traveler Magazine is the ultimate guide for hotels, restaurants and leisure offerings in Cameroon. Send us an e-mail and get your business listed in the Cameroon Traveler Magazine.

Contact Us! E-mail: info@cameroontraveler.com Web: www.cameroontraveler.com Cameroon Traveler Magazine • APRIL – JUNE 2013

• Page 59

CTM


Conciergerie

Yaoundé! Après Le Coucher du Soleil

Les Meilleurs Tables, Les Bonnes Adresses The Best Restaurants, Snack Bars and Night Clubs is a huge party town. Whether you are looking for a cozy place to dine or to party, there is a lot to choose from. Yaoundé We have selected a sample of restaurants bar/lounges where you can safely organize your lunch or dinner, whether for business or pleasure.

Restaurants Café de Yaoundé Situé au Bois Sainte Anastasie, le plus beau parc de Yaoundé, ce café-restaurant est tout aussi excellent. Un endroit à visiter absolument si

l’on se trouve à Yaoundé. En plus il est situé au centre-ville. La cuisine ici est italienne et européenne. Les prix peuvent cependant être prohibitifs pour le camerounais moyen. Located in the most enjoyable park in town, this restaurant is probably of the best in town. A must visit in Yaoundé.

Le Biniou Restaurant Français spécialisé dans les crêpes et galettes bretonnes. Situé non loin de l’hôtel de Ville (Communauté Urbaine au centre-ville), CTM

Page 60 •

French style restaurant specializing in crepes and galettes. The atmosphere is excellent and the garden is nice.

Le Marseillais Restaurant européen situé au centre-ville (non loin de l’hôtel de ville). Cadre et cuisine correct avec des prix au-dessus du pouvoir d’achat du Camerounais moyen. European style restaurant, the food is good and service is acceptable. This restaurant is a little pricy for the service though. La Salsa Quartier Hippodrome, face à l’ART. Avec un cadre simple et éco situé dans un environnement avec des airs de campagne (gravions et palmiers) ce restaurant sympathique propose des menus de qualité à partir de 4000 FCFA Located near in Hippodrome, this restaurant is simple and affordable located in a nice garden with palm trees.

Restaurant rustique situé à Elig-Essono (à l’arrière d’une station-service) Dans un cadre intéressant fait de cases inspirées de l’architecture traditionnelle camerounaise, la spécialité est bien sûre africaine. Menus entre 5000 et 10000 FCFA. A charming restaurant in a rustic environment created with traditional style houses where one can taste some African specialties. Tel : +237 77 66 13 82/ 99 82 25 11 L’Awalé Ambiance de détente devant une grillade au feu de bois, ou l’on peut déguster des spécialités africaines telles que le Yassa ou le ndolé aux crevettes, le tout arrosé par airs de Jazz performés par les Jazzmen de la capitale. A delightful ambiance where one can enjoy local live jazz performances by local musicians while tasting some local grilled fish and specialties such as Yassa and ndole. Tel : +237 33 01 33 95

Rue Cases Nègres Marmite du Boulevard Restaurant situé dans le complexe de l’hôtel Hilton. Cuisine mixte et service correct.

Http://www.cameroontraveler.com

Asian & Oriental

Restaurant located within the Hilton’s complex. Good service and acceptable food. Chez Wou Situé au quartier Bastos, Restaurant chinois le plus ancien de Yaoundé. Avec un décor aux dragons, ce restaurant est plutôt cher avec des menus variant entre 10000 et 15 000 FCFA. This is the oldest Chinese restaurant in town. With a nice setting with a dragon themed décor, the restaurant is a little bit pricey for the local, which makes rather more of a luxury. Tel : +237 22 20 46 79/ 99 91 23 05 Maison de Corée Cuisine coréenne au cœur de la capitale camerounaise. Café-Restaurant agréable, au personnel accueillant. Préférez les terrasses à l’intérieure pour une soirée exceptionnelle. Maison de Corée is the only Korean restaurant in town. This restaurant is welcoming and the atmosphere is great. Tel : +237 22 23 43 08/ 99 74 97 60. L’Orient Rouge Restaurant asiatique ou peuvent être dégustés les plats Chinois.

Asian restaurant where one can enjoy an assortment of Chinese food. Tel : +237 22 21 21 61/ 99 65 71 66 La Paillote Located in Elig-Essono (close to Mahima supermarket), Vietnamese cuisine. The best Vietnamese restaurant in Town, this tiny restaurant is just charming. The atmosphere is great and the traditional Vietnamese food is excellent. If Vietnamese food is your thing, this is the place to be.

Oher Local Gril s Le Taro Restaurant ou l’on peut déguster des spécialités de l’Ouest Cameroun tels que le taro, le Kondre etc. +237 94 70 69 05 Feuilles Vertes

Restaurant local situé à Etoa Meki ou peut se déguster des plats locaux tels que le Ndolé +237 99 85 76 11/ 99 92 45 51

GUY MARCEL

Crée en 1973 par un battant avec un passé de vendeur de rues, Le Sandwich Guy Marcel est un endroit calme ou l’on peu déguster un Sandwich maison et des grillades de poissons en soirée.

Fast Food +237 77 97 70 63/ 77 70 49 06

Chez JC Restaurant et Snack-bars à Bastos et Essos TCHOP & YAMO Quand les fameux beignetsharicots sont servis dans un cadre moderne avec Wifi (Bastos et Mvog Mbi)

MAKDO Un autre concept de fastfood purement Camerounais. Situé à Bastos

Ice Cream/Glaciers DOLCE VITA Au Carrefour Abbia. Ambiance jeune et décontractée. Glace, sandwiches dans un cadre verdoyant CALAFATAS La meilleure boulangerie pâtisserie de la ville Santa Lucia

Glacière/ Salon de thé. On en trouve un peu partout dans la ville.


Découvrir Y aoundé

GUIDES

Sortir à Yaoundé Night Clubs, Bars and Pubs

À

Yaoundé, la fête se trouve partout dans presque toutes les rues des quartiers populaires. Mais le noctambule sélect recherche toujours les coins chics. Nous vous proposons dans ce numéro une sélection de boites de nuits et assimilées pour ceux qui recherchent le haut de gamme.

Olympic Night Club

Night Clubs

La Sanza Night Club

Safari Night Club

Située au quartier Elig-Essono, derrière immeuble Tchankeu, la sanza Nightclub a été refaite entièrement en 2012 et compte parmi les meilleures discothèques de la ville. Ambiance électrique dans un environnement féerique. Parking vaste et sécurisé. +237 91 31 31 31

La boite de nuit la plus en vue à Yaoundé à l’heure actuelle. C’est l’endroit du moment avec des pistes de dance modernes et une atmosphère électrique. This is the most popular night club in Yaoundé with modern dance floors and regular local celebrities’ performances. The place to be if you want to considered « in ». Location: Hipprodrome, Avenue Winston Churchill, a coté de d’hôtel Independence, Yaoundé, Cameroon Tel +237 94 88 80 88 / 94 94 13 00

Boite de nuit de l’hôtel Djeuga Palace. Cette boite de nuit est aussi très populaire.

This is one of the oldest night clubs in town, located right in the heart of Yaoundé. This nightclub is currently being remodeled.

Popular night club among the Yaoundé night thrills seekers located inside Djeuga Place hotel.

Le Platinum La boite de nuit de l’hôtel Hilton est très prisée par le public jeune et connecté. The Yaoundé Hilton hotel’s night club is a popular hangout among the young crowds.

Le Katios

Boite de nuit située au centre-ville non loin de l’institut Français et en face de l’hôtel Merina. Cette boite de nuit serait actuellement en refection. Club Safari

Bois d’Ebène Situé à Elig-Essono, non loin du Siège de La Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC). Very popular local restaurant/ bar located not very far from the town center.

Yao Bá Situé à 400 mètre du Rond-Point Nlongkak sur la route de Bastos (rue Joseph Eloumden). Cadre Moderne, Cuisine Africaine et Européenne. Musique live. Une des meilleures adresses à Yaoundé.

Le Caveau Boite de nuit située à la montée Caveau à Mvog Ada (Centre-Ville). A night club located in Mvog Ada on the street named « Montée Caveau ». This club has been fixture in town for a while.

Balafon Night Club La boite de nuit de l’hôtel Mont Febe. Éloignée du centre-ville, mais également populaire. This is the Mont Febe hotel’s night club. If you are lodged in this remote hotel, there is no need to hit the town, since you have a very good night club just below your room/ suite.

Plan B Boite de nuit située à Bastos

Snack Bar – Lounge Cosy Pool Restaurant and bar/lounge, with poolside tables on the outdoor terrace. Outdoor dining (around the pool) is the best and are recommended especially at night. Good service and safe location. Tel: +237 98 90 99 48

This is arguably the best spot in Yaoundé for those looking for a nice evening combined with modern and dream-like atmosphere. Yao Ba can, however, be a little pricey for the locals. Tel : + 237 99 49 50 50

Forêt Bantu Lieu agréable construit en bois sorti tout droit de la forêt Bantu (?) Grâce à son buffet et son animation, ce cabaret est une excellente adresse pour sorties amicales A Restaurant/ bar where good food and a live band put together creates a great atmosphere. Face Paroisse de Tsinga Tel : +237 99 16 95 94/ 77 77 51 28

Le Bunker Situé au Rond-Point Nlongkak , vous avez dans un même complexe un restaurant « local », un cabaret et une boite de nuit. A complex made of a restaurant, a bar and a night club, the bunker is very popular outing spot in Yaoundé.

O’Bikers Situé au Rond-Point Nlongkak juste en face de la Pharmacie des Lumières, ce pub accueille souvent des soirées à thème et est reconnu pour ses danseuses exotiques (elles se produisent généralement le samedi soir) One on the most popular pubs in Yaoundé. Exotic dancing occurs every Saturday night, Tel : +237 99 56 26 15/ 75 01 45 97

Carrousel Kondengui: If you have caught the bug of Bikutsi, the local pop music, there is no better place than Carrousel where you can go for an immersive experience. While there are numerous places where you can go for this experience, Carrousel is where Bitkutsi lives

Assiko Club

Mvog Ada: Watching assiko dancers perform is a breathtaking experience, and there is no better place to go for this than the “Assiko Club” in Mvog Ada. Here, dancers’ spectacular hip movements are a delight to watch.

Tel : +237 96 50 13 84/ 77 77 69 07

Cameroon Traveler Magazine • APRIL – JUNE 2013

• Page 61

CTM


Conciergerie Les Hôtels à Douala et ses Environs DOUALA Hotel Sawa ****

488, Rue Verdun (Bonanjo) BP 2345 DOUALA Tél: +237 5014 00/ 33 42 14 70/ 99 68 49 77 www.hotelsawa.biz reservations@hotelsawa.biz Beds: 291 Suites: 6 Located in the administrative center of Bonanjo in Douala, 10 minutes from the international airport. This hotel with lush green spaces, offers 288 rooms including 13 suites. Hôtel AKWA PALACE II **** 920 Boulevard de la Liberte Tél: +237 33 42 89 05 Email: reservations@hotelakwa-palace.com www.hotel-akwa-palace.com Beds: 124 Suites: 4 The Hotel is in the vicinity of the cultural and tourist centre as well as in the middle of the business district of Douala, the economic capital of Cameroon. The Hotel’s prime location in the heart of the business district is ideal for business travelers (banks and government services are within walking distance) Hôtel LE MERIDIEN **** 35 Avenue de Cocotiers Tél: +237 33 42 90 44/ 33 43 50 00 www.lemeridien-douala.com Email: contactus@douala. lemeridien.com Beds: 144 Suites: 8 Le Méridien Douala is the only renovated international hotel brand in the city, and offers upmarket amenities on its Executive floor. The hotel boasts six meeting rooms and can cater for any kind of event. The leisure facilities of the hotel such as the outdoor swimming pool and hotel casino give you the chance to relax and have some fun. A complimentary airport

Akwa Palace

CTM

Page 62 •

shuttle service is available for all our guests. AKWA PALACE *** Boulevard de la Liberte Tél: +237 33 42 89 05 Email: reservations@hotelakwa-palace.com Beds: 60 Hôtel BEAUSEJOUR MIRABEL *** 21 Rue Joffre Tél: +237 33 00 59 96 / 33 42 70 93 99 78 97 25 www.hbmdla.com Beds: 135 Hôtel IBIS *** Rue Pierre Loti - Bonanjo Tél: +237 33 42 58 00 / 33 42 31 12 99 99 99 43 Email: h0839@accor.com www.accorhotels.com Location: Douala Beds: 160 Hôtel LA FALAISE *** 375 Rue Kicthener Tél: +237 33 42 46 46 Location: Douala Beds: 88 HOTEL RESIDENCE LA FALAISE *** 503 Boulevard de la Liberte Tél: +237 33 42 04 45 GSM: +237 97 70 77 78 Fax: +237 33 43 28 31 www.residencelafalaise.net Beds: 133 PLANET HOTEL*** Rues Boué Lapeyrère Akwa Tel: +237 33 43 31 31/ 96 85 87 07 Beds: 48 Suites: 4 Lewat Hotel *** Boulevard de la Republique Feu Rouge Bessengue Tel: +237 33 40 21 81 Email: mail@lewathotel.com www.lewathotel.com

HOTEL MINOTEL VALLEE DES PRINCES *** Boulevard de la Republique BP 6934 Douala Tel: +237 33 40 37 45 Email: info@hotelvalleedesprinces.com

www.hotelvaleedesprinces. com Beds: Suites: Serena Palace Hotel *** Douala-Bali Tel: +237 33 11 11 11 Email: hotel_serena@yahoo. com Beds: Suites: Somatel Hôtel *** Douala Bali BP 17546 Tel: +237 33 43 66 95/ 33 43 66 65 Fax: +237 33 42 02 81 somateldla@yahoo.fr www.somateldoualahotel.com Hotel Bano Palace ** Rue Druot Douala - Akwa BP 12985, Douala, Cameroun Phone : (+237) 33.43.77.58 33.43.77.59 - 33.43.77.60 Fax : (+237) 33.43.77.62 http://www.hotelbanopalace. com | http://www.banopalacehotel.com Hotel Makepe Palace *** Makepe-Rhone Poulenc Sur La Route de Lopgpom Tel : +237 33 47 48 88/ 33 47 49 89 Hotel Vallee des Rois Située dans la vallée de Logpom +237 33 47 19 36 Hotel Prince de Galles *** BP 4858 Douala -Akwa Beds: 100 Conveniently located in Akwa downtown Douala, in the heart of business and commercial activity of the economic capital of Cameroon, the Hotel Prince de Galles is the ideal place for business trips, family vacation or just a getaway. With one hundred luxurious rooms, suites, a restaurant, a bar, a swimming pool, a fitness room, and meeting rooms, the Hotel Prince de Galles will provide you with comfort, safety and excellence in hospitality. Hila Hotel* 515, Boulevard de l'Unité BP 17497 Douala -Cameroun Tel: +237 33 08 45 42/ 33 08 45 23 99 75 00 82 Email: Hilahotel@gmail.com http:www.hilahotel.com

http://peninsulaplazahotel.org Hotel Royal Palace Bonaberi Tel: +237 33 39 34 27/ 33 39 34 26 Complex Aquarius Marina 2000 *** Youpwe, Douala, Cameroon Tel:+237 99 54 53 54/ 77 70 68 33 Fax: +237 33 43 37 43 Email: complexaquarius200@ yahoo.fr HOLLYWOOD Hôtel ** BP.13166 DOUALA Tél: +237 33 43 04 11 / 33 43 04 09 Fax: 33 43 04 09 Location: Douala Beds: 40 Hôtel ARISTHA ** BP.140 DOUALA Tél: +237 33 42 44 63 Location: Douala Beds: 33 Hôtel DE L'AIR ** BP.6148 DOUALA Location: Douala Beds: 19 Hôtel DEIDO PLAGE ** BP.840 DOUALA Tél: 33.40.20.04 Location: Douala Beds: 39 Suites: 0 Hôtel LE NDE ** BP.12990 DOUALA Tél: +237 33 42 48 80 Location: Douala Beds: 50

Jet Hotel*** Sur la Route Douala-Yaounde P.O. Box 3748 Douala (Close to the Airport) Tel: +237 33 37 51 32/ 33 37 52 82 Jethotelcam.com

LEWAT Hôtel ** BP.12536 DOUALA Tél: +237 33 40 21 81/ 33 40 00 24 Fax: 33 40 16 77 Location: Douala Beds: 40

Hotel Peninsula Plaza ** Bonamoussadi Tel: +237 33 47 17 41/ 33 47 17 47 Email: pph_douala@yahoo.fr

Hôtel DU LITTORAL * BP 1389 DOUALA Tél: +237 33 42 24 84 Location: Beds: 34

Http://www.cameroontraveler.com

Villa des Fees Bonamouti- Deido, sur les berges du Wouri Tel : +237 33 41 10 30/ 96 47 24 50 Email: lavilladesfees@yahoo.f http://www.lavilladesfees.com Beds: Suites: Hôtel LA BRISE * BP.1237 DOUALA Tél: +237 33 42 02 29 Location: Beds: 17 Suites: 0

E DE A CARREFOUR Hôtel * BP.54 EDEA Tél: +237 33.46.48.18 Location: Edea Beds: 22 Suites: 0 Hostelleris De la SANAGA * Edea (Le meilleur du coin) Tél:+237 33 46 49 62/ 99 80 18 30 Prix; 35 000 - 65 000 FCFA RELAIS Touristique * Edea Cheap and clean Tél:+237 77 14 82 73/ 77 97 41 23 www.relaistouristique.com

nkongsamba FERE Hôtel * BP.368 NKONGSAMBA Location: Nkongsamba Beds: 19 Suites: 0 Hôtel DU MUNGO * BP.18 NKONGSAMBA Tél: +237 33 49 14 57

Location: Nkongsamba Beds: 42 Suites: 0 Hôtel VENUSTA * BP 39 PENJA Location: Penja Beds: 23 Suites: 0

KRIBI Les gites de kribi *** Route des chutes de la Lobe Tél: +237 75 9 08 08 45 Location: Kribi Beds: 20 in Bungallow style apartments CENTRE D’ACCUEIL *** BP 142 KRIBI Tél: +237 99 92 31 47 Location: Kribi Beds: 17 Suites: 0 FRAMOTEL *** BP 355 KRIBI Tél: +237 33 46 16 40/ 99 94 82 22 75 29 24 59 Email : Evasionframotel@yahoo.fr www.camerounevasion.com Location: Kribi Beds: 24 LES POLYGONES D’ALICE *** BP 97 KRIBI Tél: 22.46.15.64 Location: Kribi Beds: 17 Résidence JULLY *** Rue ElabeBP.195 KRIBI Tél: +237 33 22.46.19.32/99 58 97 63 Fax:+237 22 46 10 23 Telex: 5742 KN+ Location: Kribi Beds: 40 Suites: 3 Hôtel PALM BEACH PLUS Tél: +237 33 46 14 47/ 77 51 99 46 Fax:33 46 18 32


S'héberger à Douala

GUIDES

Hotels in Douala & in the Regions Email: hotelpalmbeachplus@ yahoo.fr www.hotelpalmbeachplus.net Location : Kribi Beds56 COMPLEX COCO BEACH Tél: +237 33 46 15 84/99 99 87 90 Fax: +237 33 46 18 19 Email : complexecocobeach@ yahoo.fr Location: Kribi Beds: 22 Hôtel LA PENICHE * BP.182 KRIBI Tél: 22.46.15.80 Location: Kribi Beds: 32

BUEA

com

www.holidayinnresort.com Location: Limbe Beds: 22 HOTEL AUTHENTIQUE * BP 63 LIMBE Tél: 33.33.26.89 Location: Limbe Beds: 21 PARK Hôtel * BP 03 TIKO Location: Tiko Beds: 8 First International Inn (FINI) HOTEL *** Limbe Tel: +237 33 33 26 97/ 99 97 42 94 Fax: +237 33 33 20 15 Email: Reservations@finihotel. cm www.finihotel.cm

MOUNTAIN Hôtel *** BP.71 BUEA Tél: 33.32.22.35 Location: Buea Beds: 60 Suites: 3

SEME BEACH HOTEL & RESORT *** Idenau Rd, Mile 11 Bakingili Tel: +237 77 93 45 46/ 77 74 94 46 Email: semebeach@gmail.com www.semebeach.com

MERMOZ HOTEL +237 33 32 23 49 Paramount Hotel Molyko Road Buea +237 33 82 20 70

PARK HOTEL MIRAMAR * BP 827 LIMBE Tél: +237 33 33 29 41 Location: Limbe Beds: 22

Presbyterian Synod Office For Clean and well maintained rooms Tel: +237 33 32 25 06

L I MBE ATLANTIC BEACH HOTEL** BP 63 LIMBE Tél: +237 33 33 26 89 Email :abhcomplex@yahoo. com Location: Limbe Beds: 49 Suites: 2 SAVOY PALM BEACH Sonara Rd Tél: +237 33 33 33 92/ 96 42 05 30 www.savoypalmz.com Location: Limbe TSABEN BEACH HOTEL Next to Seme Beach hotel Idenau Rd – Mile 11 Tel: +237 79 26 64 05/ 95 05 08 65 Email: tsabenbeach@yahoo.fr Location: Limbe REINCO SUITES Sonara Rd Tel : +237 99 95 40 83 Location: Limbe HOLIDAY INN RESORT * Church Street BP.126 LIMBE Tél: +237 33 33 22 90/ 99 91 94 34 Fax +237 33 33 29 84

Email: reservation@holidayinnresort.

VICTORIA GUEST HOUSE *

BP 358 LIMBE Tél: +237 33 33 24. Location: Limbe Beds: 22

Adamaoua TRANSCAM Hôtel*** Ngaoundere Beds: 50, Suites: 3 BP 179 NGAOUNDERE Tél: +237 22 25 11 73 Price : 30 000-60 000 CFA Vina Palace Ngaoundere Quartier balagui Beds : 21, Suite : 0 Rooms are equiped with either AC or Fans Tel: +237 22 03 60 43/ 75 25 67 70 Price: 12 000- 20 000 CFA Hotel Nice Ngaoundere Maroua Road Tel : +237 75 50 75 23/ 94 09 61 79 Price: 18000 to 35000 CFA

Hôtel Relais* Ngaoundere Beds: 34, Suites: 0 Tél: +237 22 25 11 38 Ranch de Ngaoundaba Route de Meiganga 35 km away from city center The ultimate tourist escape, this is a former hunting lodge that has been converted into a hotel. Located near a crater lake, the hotel is a dream like location for a tourist seeking an escape from the city life chaos. http://ranchgaoundaba. com; cantarellamarchand@ yahoo.fr Tel: +237 74858289/ 99 59 54 06 Price range : US$ 35-60

CENTRESUD-EST KONO REFUGE**** Sangmelima Beds: 10, Suites: 0 Tél: +237 22 46 15 62 Fax: 22 46 19 62 Hôtel LE RANCH** Ebolowa Beds: 25, Suites: 0 BP 690 EBOLOWA Tél: +237 22 28 35 17 LES GITES DE KRIBI *** Kribi Route des chutes de la Lobe Tél: +237 75 9 08 08 45 Beds: 20 in Bungallow style apartments CENTRE D’ACCUEIL *** Kribi Tél: +237 99 92 31 47 Beds: 17 Suites: 0 FRAMOTEL *** Kribi Tél: +237 33 46 16 40/ 99 94 82 22 75 29 24 59 Email : Evasionframotel@ yahoo.fr www.camerounevasion.com Beds: 24 LES POLYGONES D’ALICE *** Kribi BP 97 KRIBI Tél: 22.46.15.64 Beds: 17

Menton Palace Ngaoundere Located far from the City center, Quartier Balagui Tel: +237 22 25 11 45/ 96 74 77 66/ 77 16 77 38 Price range: 10 000-12 000 CFA

RESIDENCE JULLY *** Rue Elabe Kribi Tél: +237 33 22.46.19.32/99 58 97 63 Fax:+237 22 46 10 23 Beds: 40 Suites: 3

Hôtel du Rail** Ngaoundere Beds: 18, Suites: 0 Tél: +237 22 25 10 13

HOTEL PALM BEACH PLUS Kribi Tél: +237 33 46 14 47/ 77 51

99 46 Fax:33 46 18 32 Email: hotelpalmbeachplus@ yahoo.fr www.hotelpalmbeachplus. net Beds56 COMPLEX COCO BEACH Tél: +237 33 46 15 84/99 99 87 90 Fax: +237 33 46 18 19 Email : complexecocobeach@ yahoo.fr Location: Kribi Beds: 22 HOTEL LA PENICHE * Kribi Tél: 22.46.15.80 Beds: 32 Est Hôtel Mansa*** Bertoua Tél: +237 22 24 16 50 Fax: 22 24 15 88 Hôtel Fanga Bertoua Beds : 30 Suites : 0 Tel : +237 22 24 16 50/ 22 24 13 33

EXTREME Nord Hôtel Maroua Palace Maroua Beds : 60 ; Suites 3 Tel : 237 22 29 14 24/ 99 52 77 94 Hôtel Mizao Maroua Tel : +237 22 62 05 14/ 99 83 26 09 Hôtel Savano Maroua This hotel is still fairly new and clean Beds : 30 ; Suites ; 0 Tel : +237 22 29 22 55/ 77 28 13 74 Relais Porte Mayo Maroua This hotel is made of a constellation of huts Tel: +237 22 29 26 92/ 99 84 15 73

Your Hotel is Not listed here? Contact us today and get your company listed now! info@cameroontraveler.com http://cameroontraveler.com

Hôtel Gabano Quartier Boaliwol, Maroua New hotel in town Tel: +237 95 18 55 80/ 77 34 99 42 Fety Hotel Maroua Simple and comfy, located close to bus stations Tel: +237 22 29 29 13/ 96 10 33 06

SCAN THIS CODE TO SUBMIT YOUR INFORMATION

Hôtel Le Saré Maroua Tel : +237 22 29 11 94/ 99 64 40 44/ 77 58 60 80

Cameroon Traveler Magazine • APRIL – JUNE 2013

• Page 63

CTM


Conciergerie Les Hôtels dans Les Régions NORD Campement de Boubanjinda*** Garoua Beds: 16 ; Suites: 0 Tél: +237 22 27 22 90 Fax: 22.27.13.64 Campement Le Buffle Noir*** Garoua Beds: 34, Suites: 0 Tél: +237 22 27 22 90 / 22 27 13 64 Dreamland Hotel Garoua Quartier Yelwa Tel : +237 22 27 26 77/ 99 29 39 44 Daoula Hotel Non loin du Stade Omnisport de Garoua Beds : 25 ; Suite : Tel : +237 22 27 27 84/ 94 36 79 59 Hôtel La Benoue*** Garoua Beds: 56, Suites: 0 Tél: +237 22 27 15 53/ 99 99 25 72/ 77 93 37 97 Fax: 22 27 15 53 Tourist Motel*** Garoua Beds: 52, Suites: 0 Tél: +237 22 27 32 44/ 99 97 92 47 Fax: 22 27 27 78

Mondial Hotel** Bamenda Beds: 35, Suites: 0 Tél: +237 33 36 18 32 / 77 93 83 78 Necla Hotel Tel : +237 33 36 29 32/ 77 77 77 72 Mansfiles Plaza Hotel Tel: +237 33 36 41 04 PENN PAN PACIFIC Tel: +237 33 02 61 84 / 33 36 24 78 AZAM HOTEL Tel: +237 33 36 18 32/ 33 36 83 78 International Hotel* Bamenda Beds: 40, Suites: 0 Tél: +237 33 36 25 27 Skyline Hôtel** Bamenda Beds: 24, Suites: 0 Tél: +237 33 36 12 89 Holiday Hôtel* Bamenda Beds: 33, Suites: 0 Tél: +237 33 36 13 82 Hôtel Le Bien* Bamenda Beds: 26, Suites: 0 Tél: +237 33 36 12 06

Relais Saint-Hubert Garoua Beds : 46, Suites: 0 Tel: +237 22 27 30 33 Fax: 22 27 13 21

Hôtel Resort 84* Bamenda Beds: 16, Suites: 0 Tél: +237 33 36 33 63

NorTH-West

Ideal Park Hôtel* Bamenda Beds: 16, Suites: 0 Tél: +237 33 36 11 66

Saddle Hill Ranch Resort Bafut-Bamenda A surprising luxury in the middle of the savana. Tel : +237 70 03 66 70 Email : saddlehill@saddlehillranch.com Ayaba Hôtel*** Bamenda Beds: 100, Suites: 0 Tél: +237 33 02 59 32 / 33 36 13 56/ 77 83 96 96

Tip-Top Savana* Bamenda Beds: 55, Suites: 0 Tél: +237 33 36 12 76 Location: Bamenda Tourist Home Hôtel* Kumbo Beds: 25, Suites: 0 Tél: +237 33 48 11 02 Location: Kumbo

OUEST Bafang Hotel La Falaise***

Bafang Beds: 51, Suites: 0 Tel : 237 33 48 64 88/ 33 48 11-12 Prix : 5 000 – 10 000 Hôtel Le Calypso** Bafang Beds: 22, Suites: 0 Tél: +237 33 48 62 11 Prix: 9 000 – 13 000 FCA

Bafoussam Talotel Bafoussam, Derrière la Maison du Parti Arguably the bests in town Beds : 40, Suites : 0 Tel : +237 33 44 41 85 / 33 44 61 81 / 99 99 49 60/ 74 25 72 92 Email : talotel@talotel.com Price : 25 000 – 85 000 FCA Hotel Altitel Bafoussam, route Bamenda Moderne aux prix abordables Tel : +237 33 44 51 11/ 77 44 53 73/ 99 34 52 19 www.hotelalitel.net; hotelalite@ yahoo.fr Prix : 18 000- 42 000 FCA Airport Hôtel** Bafoussam Beds: 16, Suites: 0 Tél: +237 33 44 37 95 Hôtel de l’Unité** Bafoussam Beds: 30, Suites: 0 Tél: +237 33 44 37 95 Hôtel Le Continental* Bafoussam Beds: 28, Suites: 0 Tél: +237 33 44 58 58 Hôtel Le President** Bafoussam Beds: 56, Suites: 0 Tél: +237 33 44 11 36 Prix: 8 700 – 24 000 CFA Hôtel Le Manoir Bafoussam Beds: 6, Suites: 0 Tél: +237 33 44 49 09/ 33 44 41 15 Prix: 28 000 CFA Hôtel Le Saré Bafoussam Beds: 19, Suites: 0 Tel: +237 33 44 25 99 Prix: 16 000 – 35 0000 FCA Hôtel Uni* Bafoussam Beds: 40, Suites: 0 Tél: +237 33 44 26 67

Bangangte Hotel Cristal Fouandingon

CTM

Page 64 •

Http://www.cameroontraveler.com

Bangangte Beds: 60 Tel: 33 48 91 16/ 77 61 83 21/ 33 48 47 01

JENYF Hôtel* Beds: 30, Suites: 6 BP 143 BANGANGTE Dschang Centre Climatique *** Dschang Best in town with colonial style decor Beds: 49, Suites: 0 Tel: +237 33 45 10 58 Prix : 23 000 - 65 000 FCFA Teclaire Palace Hotel Dschang Hot water and cable TV available Tel: +237 33 45 11 75/ 96 26 59 55 www.tph-dschang.net; teclairepalacehotel@yahoo.fr Price: 15 000 – 45 000 FCFA (45 000 FCFA for the lone suite) Hotel Place De la Meteo Dschang Tel : +237 33 45 14 38/ 74 20 39 37 Price : 10 000 – 40 0000 FCA Hôtel Constellation* Dschang Beds: 40, Suites: 0 Tél: +237 33 45 10 61 Hôtel Le Bamboutos* Mbouda Beds: 49, Suites: 0 Tél: +237 33 45 10 55

FOUMBAN Domaine du Petpenoun Petpenoun Axe routier BafoussamFoumban Luxury ranch located between Foumbot and Foumban Tel : +237 99-92-01-98 Activities: Golf - Piscine – Tennis- 4x4 extreme sport etc. Hotel Baba Foumban Tel : +237 33 48 27 48 Prices : 10 000- 15 000 FCA Hotel Rifum Foumban Tel : +237 33 48 28 78 Prices : 10 000 – 25 000 FCFA Residence Le Chalet* Foumban Beds: 23, Suites: 0 Tél: +237 33 48 22 67 Prices : 8 000 FCFA Hôtel Stade* Foumbot Beds: 16, Suites: 0 BP 257 FOUMBOT

SOUTH-WEST Mountain Hotel Beds: 60, Suites: 3 Tél: +237 33 32 22 35 Airport Hotel Tiko Beds: 16, Suites: 0 BP 03 TIKO ATLANTIC BEACH HOTEL** BP 63 LIMBE Tél: +237 33 33 26 89 Email :abhcomplex@yahoo.com Location: Limbe Beds: 49 Suites: 2 SAVOY PALM BEACH Limbe, Sonara Rd Tél: +237 33 33 33 92/ 96 42 05 30 www.savoypalmz.com TSABEN BEACH HOTEL Limbe Idenau Rd – Mile 11 Tel: +237 79 26 64 05/ 95 05 08 65 Email: tsabenbeach@yahoo.fr REINCO SUITES Limbe, Sonara Rd Tel : +237 99 95 40 83 HOLIDAY INN RESORT * Limbe, Church Street BP.126 LIMBE Beds: 22 Tél: +237 33 33 22 90/ 99 91 94 34 Fax +237 33 33 29 84 Email: reservation@holidayinnresort.com www.holidayinnresort.com HOTEL AUTHENTIQUE * Limbe Beds: 21 Tél: 33.33.26.89 PARK HÔTEL * Tiko Beds: 8 FINI HOTEL ***

Limbe Tel: +237 33 33 26 97/ 99 97 42 94 Fax: +237 33 33 20 15 Email: Reservations@finihotel. cm www.finihotel.cm SEME BEACH HOTEL & RESORT*** Limbe Idenau Rd, Mile 11 Bakingili Tel: +237 77 93 45 46/ 77 74 94 46 Email: semebeach@gmail.com www.semebeach.com PARK HOTEL MIRAMAR * Limbe Tél: +237 33 33 29 41 Beds: 22 VICTORIA GUEST HOUSE * Limbe Beds: 22 Tél: +237 33 33 24.

Congratulations to Seme Beach and Saddle Hill Ranch for being selected as the best accommodation facilities in our regions. Both of these facilities in their respective areas are not only the best, but they strive to maintain their services at the top. Félicitations à Seme Beach Hotel et à Saddle Hill Ranch & Resort (Bafut) qui ont été choisis comme les meilleurs établissements hôteliers dans nos régions. Invitez nous à venir découvrir si vous voulez avoir la chance d’être parmi les meilleurs.


S'héberger Dans Les Régions

GUIDES

The Best of the Regions

h c a e B e m e e S b m i L t r o s e R & h a) c n a d R n li l e m H a e l B ( d t d u a f a S B

Cameroon Traveler Magazine • APRIL – JUNE 2013

• Page 65

CTM


Conciergerie

douala! Après Le Coucher du Soleil

Les Meilleurs Tables, Les Bonnes Adresses The Best Restaurants, Snack Bars and Night Clubs are in Douala and you are looking for a cozy place to dine and wine with your friends. Where do you go? We have selected Youa sample of restaurants and lounges where you can safely organize your lunch or dinner, whether for business or pleasure.

Restaurants Komptoir Kolonial Base Navale Sea-front restaurant with a nice mix of local and international cuisine Best known for its grilled fish and the pier

La Pagode, Bonanjo +237 94282828

AquArius Marina 2000 The sea-front restaurant with a nice mix of local and international cuisine is part of a complex that includes a hotel. Known for its grilled fish and pier. +237 99545354 Youpwe (Bonanjo) Le BOJ

(Bonapriso)

Pizza, French and international cuisine Avenue de Gaulle, Opposite CRTV, Douala +237 99868702 / 78531895 Piccola Venezia Italian Cuisine Rue Toyota +237 99868702

L’Ovalie French cuisine with its renowned French chef Rue Njoh-Njoh Bonapriso +237 96041864 Café de Paris French and African cuisine Rue Chanas, Akwa Café des Palabres Grill and Salads Place du Gouvermenent Located in the old King Bell’s Chinese style palace, which also features an art gallery. Open on weekdays from 9:00 am and on weekends from 12:00 p.m. CTM

Page 66 •

La Gourmandise (Bonapriso) One of the best rated restaurants in town. Mix of European and African cuisine in a refined setting

Le Mediterranéen Great place for African cuisine; just opposite Akwa Palace +237 33 42 30 69 La Fourchette

French and international cuisine Entrée SHO-PLUS et AXA Akwa, Douala +237 33432611 / 99926466 Le Sorento Local and international cuisine Nice grilled fish Carrefour de l’Air Bonapriso Douala +237 99910166 Zigo’s German and continental European cuisine Rue Toyota Bonapriso, Douala +237 9706-593/ 96211651 Le Péché Mignon African and Continental European cuisine Rue Casino Les Trottoirs de Bali Located in Bali Local and continental African cuisine at its best Le Cactus The only Mexican style restaurant in Douala Rue Dominique Savio

Asian & Oriental Aladin Lebanese and oriental cuisine Best late night Pizza in town Rue Dominique Savio Bombay Masala Http://www.cameroontraveler.com

Indian Cuisine Rue Njo-Njo (Soppo Priso) Bonapriso, Douala +237 33424939 / 77720363 CHEZ WOU Restaurant Chinois. The best Chinese buffet in Douala. Bonanjo Avenue General-de-Gaule +237 33 42 33 10 Oriental Garden Rue du Service Social Bonapriso Chinese Cuisine +237 99346949 OKINAWA Japanese and oriental cuisine. The only place for sushi and Sashimi in town Bonapriso, next to Dominique Savio Church +237 33 42 69 10 Mai THAI The best Thai food in town Rue Batibois, near casino Bonapriso +237 99 91 33 17

Oher Local Gril s

Le Sénat Arguably the best lounge in Douala; located in Akwa Best Lounge in town +237 3432316 Le Bistro Latin Rue Batibois Bonapriso +237 33434484

Sacks bar & Lounges Le Be Bop Bar Mostly French cuisine Rue Sucourf, Bonanjo Le Ramybi Snack bar and Restaurant +237 22685891 American Graffity (Akwa)

Black Legend (Akwa)

Maximum (Akwa)

Final Prestige (Bonapriso)

(Deido), just a few blocks away from Rond-Point Deido +237 33 40 37 75

Brasilia TROPICAL This is Rio in Douala Avenue Charle de Gaulle (Bonapriso)

Persil

Canne à Sucre

(Bonamoussadi)

(Deido) 96 00 35 22

Tonton Samy

Chez JC (Bonamoussadi)

paco cabana Snack bar

Complex including a supermarket a snack bar and a modern internet cafe. Located a bloc away from Rondpoint PetitPays at Makepe Saint-Tropez.

Saga Africa Local and international cuisine; Live Jazz band from 9:00 p.m. Boulevard de la Liberté Akwa, Douala +233 33422381

Ice Cream/Glaciers LE GLACIER MODERNE Boulevard de la Liberté Akwa, Douala +233 33432485 DELICES Boulevard de la Liberté Just next to the French Cultural Center (Institut Français) +237 33 42 64 88 zepol Boulevard de la Liberté Just close to Douala Stock Exchange +237 33 42 84 36 Akwa, Douala GLACIER SAKER Boulevard de la Liberté Just down the Street from Résidence La Falaise with a coffee lounge. 2nd Parlor in Makepe Rhone Poulenc


Découvrir Douala

GUIDES

Night Clubs, Bars and Pubs

O

ù aller se trémousser et se débarrasser du stress de une dure journée de labeur? Dans cet univers hautement instable, nous vous proposons dans ce numéro une sélection de boites de nuits et autres établissements de loisirs pour votre plaisir.

Night ClubS L’Olympia New and modern nightclub located in Bonanjo with many dance floors Phone: +237 74 20 20 20 / 94 20 20 20

L’Orange Métallic

La clé Boite de nuit de la place reconnue pour sa selection de musique variée. Ambiance : Responsables, Localisation : Rue King Akwa

George 5 is a lively place that attracts more of the younger crowd. African pop stars are regular feature in this night club. The best hangout for the younger crowd Rue Bebey Eyidi, Akwa Douala Phone: +237 10 32 81 88 +237 95 44 77 64 / 33 60 29 48

Air Force One

Le Krystal

Boite de nuit pour jeunes Ambiance : détendue à l’africaine, beaucoup de danse genre coupé décalé, makossa, soul, hip hop etc. Localisation : Derrière MTN Akwa, (Dubai Center).

NIGHT CLUB

American graffiti

Located closer to the show hall Douala Bercy, Equinox seems popular night club as well.

A number of amenities in this snack bar makes it a good place to hang out: WIFI, Pool, baby Foot etc. Open Tuesday-Sunday from Noon Akwa, Rue Sylvanie: +237 99-66-96-69 / 78-06-90-90

Brasilia Tropical

George 5

Orange Métallic is a new and modern club. The expats and international visitors preferred hang out. Modern setting and broad music selection Bonanjo. Douala +237 99-69-53-61

Boite de nuit haute classe Ambiance : Haute Classe (Jet Set) Localisation : Rue Franqueville

Equinox Night-Club

Similar to George 5, with African pop stars features Location: Ancien Cinema le Berlitz Tél : +237 99 26 92 20 / 70 18 67 54/33 10 94 25

LE New Deal

Gogo Dancing Facilement accessible, à seulement 50 mètres du Boulevard de la Liberté à Akwa, Tous les jours à partir de 19 heures. Ambiance unique et strip-tease, jusque tard dans la nuit. Jeux électroniques et tables de billards Localisation : Rue Pau, Akwa (Derrière Hôtel Akwa Palace) 77-75-00-74 / 94-29-39-51

Maxim’s Un cadre agréable pour danser sur de la musique africaine du moment. Soirée à thèmes, strip-tease etc. Localisation : Bona-Ntone (Juste avant le Rond-Point Deido) Tel : +237-99 11 32 76/ 75 42 28 46/ /33 41 02 69

Restaurant, Latin, Brazilian club with an atmosphere ”muy caliente” in the heart of Douala. Scantily clad girls, Zouk, Samba, Salsa and Karaoke. Avenue Charles-de-Gaulle, Bonapriso Phone: +237 77 75 00 74

Canne à Sucre Bar animé avec écrans plats qui servent des vidéos en rotation continue. Ambiance jeune et quelque peu osée. Location : Deido Tel : +237 96 00 35 22

Bird of Paradise Irish Pub style sport bar Soccer, Rugby, Darts and Events Parties (St. Patrick, Halloween, October Fest) Face IPN, Bonapriso +237 33-43-31-55 / 96-25-95-19

Copa Cabana A new cozy snack bar located in Maképé Saint-Tropez. Ideal for those who live in the area, but are reluctant to step out of the zone.

Douala Bercy Located in Akwa in the heart of the entertainment district, This is the best all-purpose entertainment venue in Douala. Come here to attend concerts, watch standup comedy, plays or a movies. George 5

Snack Bar – Lounge Le Senat Maybe the best of bunch, “le Sénat boosts a cozy environment with its fine collection of wine/liquors and a live band.

Cameroon Traveler Magazine • APRIL – JUNE 2013

• Page 67

CTM


Activités

Golf/Golf

Loisir/Leisure

une dénivellation de 120 mètres

& Country Club est endroit à

disposés sur le golf. Le domaine

Bekoko, Route Douala-Limbe

entre le trou n°13 et le trou n°17!

découvrir... même si vous n’êtes

comprend l’hébergement en

Tel: +237 97 00 17 98

Un Club-House sympathique en

chambre double, la restauration

pleine nature, de nombreuses

pas golfeur. Adresse d’Edéa compétitions, restauration le

Téléphone +237 99-84-51-33

dimanche.

Internet: www.kribigolf.com

Adresse :

KSA Loisirs

Les Collines de Mont Febe Route

LE Petpenoun Golf

LE Likomba Golf Club

P11 Proximité Ambassade USA

Situé sur l’axe routier Bafoussam-

Au pied du Mont Cameroun, à

Téléphone : +237 22-21-40-99

moins de 50 km de Douala, le plus

et enfin le libre accès au golf et à

Happy Sports

toutes les autres activités.

Complexe

Adresse:

multidisciplinaire qui a ouvert

sportif

ancien parcours de Golf du pays.

Kribi Golf & Country Club

Petpenoun

ses portes au public en 2000 et

Très plat avec des fairways très

Situé à l’entrée de la ville de Kribi

Tel : +237 99-92-01-98

offre des activités de détente et

dégagés et seulement quelques

venant de Douala, ce Club de

Axe-lourd Bafoussam/Foumban

de loisirs. Happy Sport organise

points d’eau, c’est un parcours qui

Activités: Golf - Piscine - Tennis

périodiquement des excursions

se prête aux compétitions de haut

- Véhicules 4x4 - Voitures

où les thèmes majeurs sont sport

niveau. C’est le terrain préféré des

électriques - Moto 250 cc - Motos

et découverte, avec des excursions

joueurs avec de faibles handicaps.

Foumban, Avec 18 trous (9

125 cc - VTT - Dériveurs - Planche

régulières sur le Mont Cameroun

Accessible en environ 45 minutes

aller et 9 retour), le Petpenoun

à voile - Pirogue à voile - Canoes-

(4100m), à la mer (kribi ou limbé),

depuis Douala. Il est recommandé

Golf fait partie du Domaine du

kayak - Ski nautique - Pêche -

sur les hauts sommets de l’Ouest

d’y aller très tôt le matin pour

Golf Privé dispose d’un parcours

Petpenoun, un lodge établi sur la

Volley-Ball - Badmington - Tennis

du Cameroun, ou encore dans

profiter de la fraîcheur.

de 9 trous homologué pour les

chaîne de montagnes volcaniques

de table – Pétanque

des petits villages situés autour

Adresse :

compétitions internationales.

de l’Adamaoua qui marque la

de notre centre. Happy Sports

frontière naturelle entre l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale.

KSA Loisirs

Cette situation géographique

La Kadji Sports Academy (KSA)

exceptionnelle (1100 mètres

est un centre de formation en

d’altitude) offre le luxe d’un

sport et études où sont passés

climat tempéré. Le lodge et son

des stars comme Samuel Eto’o.

Golf Club offre à ses membres,

En plus de la formation en sport,

des moments privilégiés dans

la KSA organise des activités

Parcours Vita

de loisirs pour les jeunes et les

CTM

adultes les samedis, dimanches

Douala Maképé

et jours fériés. Comme activités,

B.P:4287 Douala-Cameroun

on y trouve, du football (soccer),

Tel: +237 33 00 62 49

BP 156 Tiko

Le parcours est légèrement

basket-ball, tennis, volley-ball,

Email: happysports2@yahoo.fr

Téléphone : +237 33-35-11-73

vallonné avec quelques points

beach soccer, Piscine toboggan,

Web: http://www.happysports2000.com

Fax : +237 33-43-11-42

d’eau, il a été tracé au milieu de la

l’esprit et l’élégance au Cameroun.

karting, trampoline, jeux vidéos,

forêt équatoriale. Zones de soleil

Amoureusement

à

équitation et une discothèque

Mont Febe Golf Club

et zones d’ombre alternent tout

l’environnement, ce petit paradis

pour les plus de 18 ans. Ramassage

Sur les pentes du Mont Fébé,

au long du parcours. Le tracé a

de 200 hectares se rapproche de

à 7h30 et dépôt à 18h au lieux

un parcours magnifique, à 5

été étudié afin de maintenir un

l’excellence. Le domaine d’une

suivants: Douala (usine UCB à

minutes du centre-ville. Golf

maximum d’arbres dont certains

capacité d’accueil de 11 chambres

Bassa), Limbé et Mutengene

de 18 trous, varié, complet avec

bicentenaires. Le Kribi Golf

et de 10 Boukarous intimement

KSA Loisirs

Page 68 •

Http://www.cameroontraveler.com

intégré

Base Nautique de Dschang


GUIDES

Discover Cameroon

Musées/Museums Le Parcours Vita

amusantes pour apprendre les

Bonanjo, Rue du Tribunal

The Babungo Museum

défis d’une rivière. Elle reste

Douala

This museum presents a sample

The Museum of the Civilizations

of major and significant objects

invites you to discover the origins

from the rich cultural and artistic

of the Cameroonian people and the

heritage of Babungo, which was

diversity of the four major cultural

Espace de sport et loisirs construit

accessible pour les débutants. Les

par le gouvernement et ouvert au

descentes se font uniquement sur

public en 1990. Ils possèdent des

réservation. Le départ se fait de

Le Musée du Palais Royal des Bamoun

piste éclairées de jogging qui

Dschang avec les moniteurs et les

Avec plus de 12 000 objets, dont

formerly the most important iron-

areas of the country

ont récemment été entièrement

embarcations. Comptez environ

certains ont plus de 600 ans

work centre in Cameroon.

their history but also their artistic

rénovées. Les pistes comportent

1h30 de route pour atteindre le

d’âge, le musée du palais royal

environs 20 obstacles chacune

point de départ pour le Noun. Les

est l’exposition de l’histoire des

Le Musée des Civilisations

political and social organizations.

et des ateliers sur lesquels sont

horaires de départ sont convenus

bamoun et de la dynastie des rois

Le Musée des Civilisations vous

A dynamic tour of the museum

disposés des panneaux de

selon le souhait des participants.

Bamoun de 1394 à nos jours.

invite à  la découverte  des

immerses you in Cameroon of

renseignement sur les exercices

Les moniteurs accompagnant ont

Foumban

origines du peuple camerounais

yesterday, today and tomorrow.

à effectuer. .On y retrouve aussi

été formés par des professionnels

et la diversité des quatre grandes

The Museum of Civilization is 1200 Square meters of exhibition, more that 500 items and a dozen of

productions, their architecture,

des aires de jeux (basket-ball,

français. Sont mis à la disposition

THE ST Muna Foundation

aires culturelles du pays à travers

volley-ball, handball, lawn-

des participants un casque et un

Museum, art gallery, plays and

leur histoire mais aussi leurs

tennis, football jeunes), un coin

gilet de sécurité. Les participants

more

de restauration avec terrasse, un

sont assurés pendant toute

724 - 742 Rue Narvick,P.O. Box 307,

coin marchand.

la durée de l’excursion par

Yaounde, Centre Region. Tel: 237

Disponibles à Douala (Maképé) et

l’assurance de l’Association des

22 23 55 74 Fax: 237 22 22 66 85

Yaoundé.

Sports Nautiques de Dschang.

Email: info@st-munafoundation.

Base Nautique de Dschang

org; info@munafoundation.org

Base Nautique de Dschang

Mail : asnaud.dschang@yahoo.fr

Le Musée de Baham

A proximité du Musée des Civilisations, la base nautique de

through

Musées/ Museums

Dschang vous propose : • location de canoës et de kayaks • location de pédalos • aire de jeux pour enfants • terrain de beach volley • service bar

Baham Museum- In this museum you will find major objects from the cultural and artistic heritage of the kingdom of Baham.

Musée des Civilisations

Le Musée de Badjoun This museum has more than one

productions artistiques, leurs

posters.

hundred major and significant

architectures, leurs organisations

Musée des Civilisations

aussi les groupes scolaires,

objects of the cultural and artistic

politiques et sociétales.

Email: contact@routedeschefferies.com -  

organise des stages pendant les

heritage of Bandjoun, one of the

Une visite dynamique à travers

Au Cameroun : +237 75 43 35 20 - 

congés, des manifestations et

main centres of artistic creation

des décors et des mises en scène

En France : +33 (0)2 40 69 89 81

des compétitions régulières. Elle

and tradition in the Cameroonian

originales vous plonge dans le

Web: http://routedeschefferies.com

organise une descente sur la rivière

Grassland.

La base nautique accueille

du Noun en kayak où l’on peu faune (oiseaux, hippopotames,

Le Petit Musée des Arts du Cameroun

This museum presents cultural

poules d’eau, pique-boeuf, etc.)

Situé dans le monastère des

and artistic production of the

et la flore locale. Balade facile,

Bénédictins du Mont Febe

Kingdom of Mankon of the high

qui comporte quelques eaux

Yaoundé

plateaux of Western Cameroon or

découvrir les paysages ainsi que la

vives (rapides de classe 1 à 2),

The Museum of Mankon

the Grassland.

Musée de l’Hôtel de Ville

Musée des Civilisations

Logé dans l’hotel de ville à Bonanjo Cameroun d’hier, d’aujourd’hui

Le Musée de Bamendjinda

et de demain.

Avec plus de 70 objets, 400

Le Musée Maritime

Le Musée des Civilisations, c’est

illustrations, des tableaux, des

Douala.

Musée du CNCC, Conseil National

1200 m² d’exposition, plus de

décors, des diaporamas, un

des Chargeurs du Cameroun

500 objets,

espace vidéo et une bibliothèque,

Situé non loin de la SGBC a

diaporamas.

une dizaine de

Cameroon Traveler Magazine • APRIL – JUNE 2013

ce musée est l’incarnation de la

• Page 69

CTM


Calendar

Events/Évènements

mémoire et de la vitalité culturelle du peuple Sous le thème « ArtsTraditions-Esclavages  » . Le musée met en avant toutes les spécificités de Bamendjinda et de sa population, valorisant ainsi son patrimoine historique, culturel et paysager. A

festivals Festival du Nguon

offers the visitor a glimpse of the cultural diversity and deep-rooted traditions of the area.

travers des décors (bateaux négriers, chambre de chef, des tableaux illustrant l’esclavage coutumier et le phénomène du Ndoh, etc.), le visiteur sera amené à découvrir l’histoire qui a marqué l’organisation sociale des chefferies de l’ouest mais aussi du

Foumban, la cité des arts vous accueille tous les deux ans dans la tradition et l´hospitalité légendaire du peuple Bamoun. L’Edition 2012 du festival du Gouon a eu lieu du 03 au 09 décembre 2012 à Foumban sous le haut patronage du Sultan des Bamoun. Le

Cameroun. L’esclavage coutumier et ses évolutions dans l’Ouest et le

Festival du MedumBA Le festival Medumba se tient tous les deux ans avec comme objectifs majeurs, l’animation et le développement du NDE et du Cameroun, pour le bien-être des populations, Festival de premier ordre selon le Ministère de la Culture (1998), la dernière édition du festival a eu lieu du 6 au 22 Juillet 2012. La prochaine aura donc lieu en Juillet 2014.

Nord du Cameroun, la traite négrière, les résistances et les abolitions, les héritages et réconciliation, etc. sont

L’organisation de ce festival est placée sous l’encadrement vigilant des Chefs supérieurs (Bagnoun, Bahouoc, Bawock,,Bakong,Balengou,Bamaha, Bamena, Bandounga, Bangoua, Bangoulap, Bangang-Fokam, Bangantgé, Batchingou, Bazou).

évoqués. Horaires d’ouvertures : Du mardi au dimanche : 9h - 12h et 13h - 17h Les autres jours : sur réservation Tarifs : De 500 à 2 000 fcfa Contacts : Tél. : (00 237) 94 05 09 35 - 77 97 88 91 E-mail :museebamendjinda@yahoo.fr Web: http://routedeschefferies.com

festival se déroule désormais dans un lieu consacré, qui a fait l’objet d’investissements substantiels appelé le « village du Nguon ». La prochaine édition aura lieu en Décembre 2014.

Festival du Ngondo Le Ngondo

The MANKON FESTIVAL The Mankon Fon Palace has amassed fame through the hosting of grandiose cultural events as well as a fascinating traditional performances and festivals like the famous Abeug-afo now transformed to the all embracing biennial Mankon Grand Cultural Festival (MBOUMALA). The last edition of the fstival took place in 2012. The next edition of the Festival will be held in 2014.

Nyem-Nyem Annual Festival

The Afo-a-Kom Festival

The Nyem-Nyem is the annual festival of the Adamaoua people and centers on Ngaoundere, and traces the heroic resistance of the Adamaoua people against German penetration and occupation. A colorful traditional military festival, The Nyem-Nyem is held every January around caves on the top of Mount Djim which is about halfway between Tignere and Tibati, near Galim.

The Afo-a-Kom Festival is a two-day celebration that offers visitors a total insight on the rich cultural heritage of the Cameroon Grassfields. As a formal gathering of the Kom people at the Fon`s palace, the Afo-a-kom Cultural festival takes place at the end of every year in Laikom. Activities and dances

The Race of Hope The Mount Cameroon Race of Hope (La Course de l’Espoir) is an annual, televised footrace held at Mount Cameroon in the Southwest Province of Cameroon in January or February. The event begins at Molyko

Novembre-Décembre de chaque année: Le festival des peuples Sawa, le Ngondo, se tiend chaque année entre Novembre et Décembre à Douala.

CTM

Page 70 •

Http://www.cameroontraveler.com

Sports Complex in Buea and follows a path up Mount Cameroon and back. The course runs a distance of 38 kilometers (24 mi). Participants are divided into men’s and women’s sections and further subdivided into professionals, youth, and casual runners. The first Race of Hope was held in 1995. The first race took place in 1973. For many years, the race was organized and sponsored by Guinness under the name Guinness Mount Cameroon Race.

SAlons/ FAIRS Promode 2013 La 4ème édition du Salon international de la Mode se tiendra à la salle de fête d’Akwa à Douala du 8 au 15 décembre 2013. Défilés de mode, ateliers de formations, visites scolaires et concours pour les écoles de formation en industrie d’habillement seront au menu de ce salon. PROMODE 2013, est un espace ouvert aux: prêt à porter, stylistes, industries cosmétiques, représentant de marques. Pour participer, contactez les organisateurs aux:+237 22 60 78 49/ 33 20 71 25; mcommunicateur@yahoo.fr; www. facebook.com/promode 2013.

Salon de des Investisseurs La première édition du Salon des Investisseurs du Cameroun aura lieu du 19 au 24 Novembre 2013 au Palais de Sports de Yaoundé. Une belle occasion d’échange entre les investisseurs et les promoteurs d’entreprise. Participez et découvrez les opportunités d’investissements offerte par l’État du Cameroun dans tous les secteurs d’activités ; Rencontrez des investisseurs pour vos projets ; présentez vos innovations... Un rendez-vous à ne pas manquer.


Art Culture Histoire Guides

Insertions Publicitaires Revues Critiques Couverture d’événements

Cameroon Traveler Magazine 870 Brookwood Dr. #106, Oklahoma City, OK 73139

www.cameroontraveler.com; Email: info@cameroontraveler.com


Thank you for reading the Cameroon Traveler Magazine

Did you like the magazine? If so, please consider making a donation by visiting www.cameroontraveler.com. Join other readers on facebook (facebook.com/CameroonTraveler) and Twitter (@CameroonTravel) in order to share your comments.

SCAN THIS CODE TO READ ON YOUR MOBILE DEVICE

Cameroon Traveler is an independent magazine published by Sapphire Excel for the Cameroon Travel and Leisure Organization (CTLO). For all information concerning the content and advertising opportunities in this magazine, please contact the Cameroon Traveler directly at Info@CameroonTraveler.com

Profile for Sapphire Excel

Cameroon Traveler Magazine  

Tourism, Leisure, Lifestyle, Entertainment. Bilingual Cameroon Traveler Mag. Information and guide to Cameroon’s travel and leisure destinat...

Cameroon Traveler Magazine  

Tourism, Leisure, Lifestyle, Entertainment. Bilingual Cameroon Traveler Mag. Information and guide to Cameroon’s travel and leisure destinat...

Profile for econprof
Advertisement