Page 28

Musique

Quand le gamin de Minta devient virtuose de la musique internationale

N

é en 1967, Richard Bona (de son vrai nom Bona Pinder Yayumayaolo), a grandi dans une cabane à Minta, un petit village du Cameroun. Pendant son enfance, seul le son du balafon le calmait quand il était malade. Ses gènes musicaux lui proviennent de son grand-père qui était un griot et conteur, et de sa mère qui était chanteuse. C’est son grand-père qui l’aide à fabriquer son premier balafon, avec lequel il passe plusieurs heures par jour. Dès l’âge de cinq ans, il joue déjà avec beaucoup de dextérité à plusieurs instruments de musiques pour lesquelles il a toujours eu une maitrise facile. Il apprendra rapidement à jouer aux instruments tels que la flûte, les percussions, le tambour etc. et jouait tous les dimanches avec la chorale de l’église de son village. Quand Richard découvre Pastorius Quand sa famille déménage pour la grande

CTM

Page 28 •

ville de Douala, le son de la guitare ne laisse pas Richard indiffèrent. C’est ainsi qu’il fabrique lui-même une guitare à 12 cordes à l’aide des câbles de frein à vélo. N’étant pas d’une famille aisée, Bona jouera dans des groupes locaux pour gagner un peu d’argent. Son talent le fera remarquer rapidement, et ceci lui vaudra d’être souvent invité à jouer dans certains festivals et cérémonies. Quand un club de jazz est formé dans un des hôtels de la place, son propriétaire ira à la recherche de l’enfant prodige dont tout le monde parle, afin de mettre sur pied un groupe interne. Ignorant tout du jazz jusqu’à lors, Bona découvrira cette musique grâce à la collection du propriétaire de l’hôtel (quelques 500 disques). Pour mériter la confiance qui a été placée en lui, Richard passera des jours et nuits entières à écouter du jazz et à essayer les sonorités entendues afin de maitriser le genre. C’est ainsi qu’il découvrira l’album d’un artiste nommé Jaco Pastorius, évènement qui changera

Http://www.cameroontraveler.com

à jamais sa vie. Une dizaine d’années plus tard Bona sera recruté pour remplacer le bassiste légendaire dans le groupe de Joe Zawinul. De Douala à New York Bona émigre à Düsseldorf en 1990 en vue d’étudier la musique. Il quittera cette ville et s’installera quelque années plus tard en France où il jouera avec divers clubs de jazz, et accompagnera des artistes de renom tels que Manu Dibango, Salif Keita, Jacques Higelin et Didier Lockwood. Actuellement, Richard réside à New York où il s’est imposé comme un des rares virtuoses de la musique mondiale. Tout au long des années 1990, le talent et la dextérité de Bona ont fait de lui une légende urbaine dans des villes comme New York et Paris (où il a notamment reçu le Grand Prix de la SACEM en Novembre 2012). L’écoute des œuvres de Richard Bona fait

Profile for Sapphire Excel

Cameroon Traveler Magazine  

Tourism, Leisure, Lifestyle, Entertainment. Bilingual Cameroon Traveler Mag. Information and guide to Cameroon’s travel and leisure destinat...

Cameroon Traveler Magazine  

Tourism, Leisure, Lifestyle, Entertainment. Bilingual Cameroon Traveler Mag. Information and guide to Cameroon’s travel and leisure destinat...

Profile for econprof
Advertisement