Page 15

ÉCOLOMIAM (suite)

Passionnée par les thérapies naturelles, les voyages, le monde des plantes sauvages et comestibles ainsi que la permaculture, Ysabel Andreo a exploré différentes approches de la santé en France et à l’étranger (Pérou, Cameroun, Suisse). De sa formation en médecine traditionnelle chinoise à son ancien métier d’infirmière, elle a continué à se perfectionner en naturopathie, réflexologie plantaire/auriculaire, aromatologie et cuisine saine. Aujourd’hui, elle consulte en tant que praticienne de santé en naturopathie au Moulin des Combes, dans le Limousin, et anime des ateliers d’alimentation saine. Elle apporte également conseils sur l'usage des huiles essentielles et des argiles pour le bien-être. Pour en savoir plus : www.moulindescombes.com et naturopathie@moulindescombes.com

Des Des conserves douceurs oui, mais pas pourn’importe les fêteslesquelles ! Sous nos climats, l’hiver est synonyme de repos pour la nature, tout du moins, en apparence. C’est le moment de sortir les réserves des mois d’abondance… de préférence « saines » et encore « vivantes »1. Eh oui, selon la naturopathie, tous les modes de conservation alimentaire ne se valent pas. Les plus performants, ceux qui garantissent une richesse nutritionnelle et un haut taux vibratoire seraient, pour ce qui est connu à ce jour, la déshydratation à basse température2 et la lacto-fermentation. Bien que délaissées durant de nombreuses années au profit des autres méthodes de conservations (stérilisation, pasteurisation, congélation, surgélation, etc.), la déshydratation et la lacto-fermentation semblent jouir d’un regain d’intérêt de la part des consommateurs. Avec un

Rubrik’ à trucs

Où placer ses conserves ? par Ysabel Andreo

Le mieux est de ranger vos conserves dans un endroit frais, sec, aussi sombre que possible et à l’abri des courants d’air. Côté température, l’idéal est de placer vos conserves dans une pièce tempérée entre 10 C ° et 21 C ° ; les aliments entreposés à une température plus élevée peuvent perdre de leur valeur nutritive. Enfin, évitez les endroits humides qui peuvent faire rouiller les couvercles.

peu de matériel, de recherches (sites, blogs, livres et formations sur le sujet) et de pratique, vous pouvez fabriquer vous-même vos produits. Et pour les curieux du palais, qui n’ont ni l’envie ni le temps de retrousser leurs manches, ces aliments sont accessibles dans certains marchés, magasins et producteurs bio, ainsi que sur des sites web spécialisés. Grâce à ces procédés ancestraux, pratiques, économiques et écologiques, il vous sera facile de confectionner des mets délicieux, riches en saveurs, couleurs et textures, à tout moment de l’année. La recette proposée ci-dessous a été réalisée à partir de 3 ingrédients déshydratés – les champignons, les orties et la consoude – et un lacto-fermenté – le bloc de tofu lacto fermenté.

1 - En référence à l’alimentation vivante (ou la raw food), où les aliments sont mangés crus, lacto-fermentés ou déshydratés à moins de 45 °C afin de préserver leur vitalité et leurs qualités nutritionnelles optimales, dont les fameuses enzymes. 2 - En dessous de 35 °C pour les fleurs et plantes, et 45 °C pour les autres aliments, selon les spécialistes du sujet.

Spaghettis à base de champignons, plantes sauvages déshydratées et tofu lacto-fermenté

Pendant que les spaghettis cuisent selon les consignes du fabricant, réhydratez les champignons secs dans un récipient d'eau tiède pendant au moins 15 mn. Égouttez-les puis plongez-les dans l'eau bouillante pendant 5 mn. Égouttez-les de nouveau et réservez. Parallèlement, versez l'huile dans une poêle chaude et faites dorer les oignons quelques minutes. Ajoutez le tofu, le lait de coco, l'ortie et la consoude séchées. Assaisonnez à votre goût. Il n’y a plus qu’à dresser les assiettes avec les spaghettis, la sauce et la décoration. Bon appétit ! La note naturo : Et si nous approfondissions un peu le sujet de la déshydratation et de la lacto-fermentation sur les plans nutritionnel et santé ? Voyons de plus près leurs bénéfices par rapport aux autres méthodes de conservation classiques. Parmi leurs points communs, les aliments séchés ou déshydratés à moins de 45 °C, ainsi que ceux qui ont été lacto-fermentés, conservent un maximum d’enzymes, de minéraux, d’oligoéléments et de vitamines. On

dit de ces aliments qu’ils sont « vivants », car facilement assimilables par le corps (notamment, grâce à leurs enzymes préservées) et capables d’augmenter la vitalité. C’est loin d’être le cas des conserves classiques ! La déshydratation et la lacto-fermentation ont également chacune leurs particularités, parfois surprenantes : Dans le 1er cas : La concentration des éléments nutritifs est bien plus grande que dans les aliments frais, ce qui permet de combler nos besoins énergétiques avec de petites quantités de nourriture. L’indice PRAL (Potential Renal Acid Load, ou charge acide rénale potentielle), unité de mesure utilisée pour évaluer le pouvoir acidifiant ou alcalinisant d’un aliment, indique que certains légumes, plantes et herbes aromatiques déshydratés sont plus alcalinisants séchés que frais.

Dans le 2e cas, on constate : Une multiplication plus importante de vitamines dans les aliments qu’avant leur transformation. C’est le cas de la choucroute, qui possède presque 2 fois plus de vitamine C et une teneur plus forte en vitamines B12 et PP. Une destruction des phytates présents, contenus dans les enveloppes des céréales et des légumineuses, qui sont des inhibiteurs d'enzymes particulièrement agressifs pour les réserves calciques humaines. Un bénéfice pour la flore intestinale et le système immunitaire

sablés irrésistiblement gourmands !

texture croustillante & fondante NOUVEAU

Attention : si vous cueillez des champignons et des plantes sauvages comestibles vous-même, il est indispensable d'avoir un minimum de formation (sorties botaniques, ateliers/stages sur le sujet, livres spécialisées) pour éviter tout risque de confusions toxiques, voire fatales.

ingrédients nutritionnels : farine de riz complet, amande, souchet, graines de chia... sans produit laitier source de ffiibres en sachets fraicheur www.maviesansgluten.bio Euro-Nat SA - 07340 Peaugres - euro-nat@euro-nat.com

Jan. / Fév. 2015 I L’écolomag n° 45 15

12.14 - mkg - RD

400 g de spaghettis complets à l’épeautre Pour la farce : 4 c. à s. d’ortie (Urtica dioica) déshydratée hachée 4 c. à s. de consoude (Symphytum officinale) déshydratée hachée 35 g bolets jaunes coupés déshydratés 2 petits oignons jaunes émincés + 250 g. de tofu lacto-fermenté émietté 150 ml de lait de coco + 2 c. à s. d’huile d'olive Sel Pour la décoration : Quelques brins de ciboulette ciselés et quelques rondelles de carottes.

© Ysabel Andreo

Pour 4 pers. Bon marché Trempage : 30 mn Préparation : 10 mn (hormis le temps de cueillette/séchage) Cuisson : 15 mn Difficulté :

L'Ecolomag n°45  

L'Ecolomag n°45 - édition Janvier-Février 2015

L'Ecolomag n°45  

L'Ecolomag n°45 - édition Janvier-Février 2015