Page 1

Mars 2011

N°3

WeeeBZINE >> La lettre d’information de la communauté DEEE

Sommaire Quoi de neuf ?

p.2 et p.3

Barème vertueux pour les DEEE

Edito

Double certification pour Ecologic

La filière de collecte et de recyclage des D3E est en marche : depuis son démarrage en novembre 2006, la croissance des collectes est soutenue, l’objectif de 4 kg par habitant et par an, imposé par l’Europe, a été dépassé dés 2008. La flambée récente des prix des matières premières (le cuivre flirte avec les 10.000 $ la tonne) confirme la justesse et l’importance du recyclage. C’est ainsi que plus de 1 million de tonnes de matière ont pu être recyclées entre 2007 et 2010 : des métaux (fer, cuivre, aluminium et un certain nombre de métaux précieux tels que l’or, le palladium et le platine), des plastiques et des verres.

2 nouvelles Recycleries dans l’Oise

Ces matières souvent rares nécessitent toujours une grande quantité d’énergie pour être extraites et raffinées. Leur extraction et leur raffinage ont un impact néfaste sur l’environnement. En recyclant ces matières, Ecologic permet une consommation responsable qui s’appuie sur une décroissance matière et donc sur une réduction de notre empreinte environnementale. Nous décrivons dans ce Weeebzine comment nous contrôlons et nous optimisons la performance de recyclage et de valorisation de nos prestataires par les processus d’échantillonnage et de caractérisation des centres de traitement. Enfin, la révision de la directive européenne devant fixer des objectifs ambitieux de collecte sélective, Ecologic teste de nouveaux systèmes de points d’apport : bornes d’apport sur la voie publique à Marseille, collecte en habitat collectif à Versailles… Ces nouveaux outils seront sans doute indispensables pour continuer la progression amorcée sur 2007-2010.

La 2 e vie des déchets électriques Directeur de la publication : René-Louis Perrier - Rédaction : Marcel Green et équipes EcoLogic - Maquette et mise en page : Pierre Louis Matias - Crédit photos : EcoLogic, Captimage - B. Riniotis - Contact : 41 bd. Vauban, 78280 Guyancourt Tél. : 33(1) 30 57 79 09 - email : contact@ecologic-france.com

Perspectives

p.4 et p.5

Prix des matières, la folle envolée Les enjeux de la nouvelle directive européenne Audit de caractérisation et échantillonnage

De vous à nous

p.6

Zoom sur le métier... Paprec améliore le taux de dépollution des composants

Tonnages collectés 2008 > 2010


Quoi de neuf ?

Barème vertueux pour les DEEE

L'éco-conception prise en compte dans le nouveau barème DEEE ménagers Bonne nouvelle! A compter du 1er juillet 2010, le barème d'éco-contribution des fabricants DEEE évolue pour prendre en compte leurs efforts en matière d'éco-conception. Cette modulation nouvelle devrait inciter les fabricants à adopter des comportements vertueux puisque le tarif appliqué par les éco-organismes au traitement d'un produit éco-conçu sera désormais inférieur à celui d'un produit non éco-conçu.

Objectif : moins polluer ! A l'instar du bonus-malus automobile, la modulation fonctionnera dans les deux sens, elle fera donc augmenter l'éco-contribution pour les produits les plus polluants et baisser celle des plus vertueux. Pour être classé "éco-conçu", un produit devra respecter un certain nombre de critères facilitant sa réparabilité, son réemploi ou sa dépollution et prolongeant sa durée de vie. Par exemple la présence de fluide frigorigène polluant dans un appareil produisant du froid provoquera une augmentation de 20% de l'écocontribution qui lui est associée.

A l'inverse, l'usage de LED pour toutes les lampes d'un appareil réduira son éco-contribution de 20%. Notons au passage que pour les téléphones mobiles, le nouveau barème anticipe l'arrivée de la norme internationale sur le chargeur universel puisqu'elle prévoie le doublement de l'écocontribution pour les portables qui ne l'adopteront pas. Pour bénéficier de ce nouveau barème, il reviendra aux fabricants de déclarer eux-même le caractère éco-conçu de leurs appareils et de le justifier en cas d'audit par l'éco-organisme.

Double certification pour Ecologic

Ecologic toujours seul éco-organisme certifié ISO 9001 et 14001

Pour les curieux… Le PRC (ou PRG) désigne le Pouvoir Pour les curieux...

de Réchauffement Climatique (En anglais GWP pour "Global warming Power"). Il mesure le caractère polluant d'un matériau en équivalent carbone. Par exemple, 1 Kg de gaz frigorigène de PRG 15 relâché dans l’atmosphère est équivalent à 15 kg de CO2 relâché. CQFD!

WeeeBZINE

n°3 - mars 2011

Seul eco-organisme certifié 9001 et 14001 par la prestigieuse Organisation Internationale de Certification (ISO), Ecologic continue de garantir à ses adhérents une exigence sans équivalent en matière de qualité de service et de management environnemental. Le caractère unique de cette double certification dans le paysage des éco-organismes Français est d'autant plus remarquable qu'elle date de 2007 et fait ainsi d'Ecologic un pionnier au sein de sa filière.


Quoi de neuf ?

[suite]

Deux nouvelles recycleries dans l'Oise

Ecologic encourage le réemploi des déchets ménagers Qu'est-ce qu'une recyclerie/ressourcerie? Quand un appareil ménager arrive en fin de vie, un particulier a traditionnellement 3 solutions pour s'en débarrasser. Il peut le rapporter en magasin ou le déposer dans une déchèterie, dans ces deux cas, l'appareil sera ensuite dirigé vers les filières de recyclage adaptées. Dans les collectivités qui le permettent, il peut également le confier au service des encombrants qui collecte à dates fixes les déchets de grande taille déposés dans la rue. Là encore, l'appareil sera ensuite confié au recyclage. La ressourcerie, ou recyclerie, offre une 4ème voix pour ces déchets: celle du réemploi. Elle part du principe qu'un produit hors d'usage n'est pas forcément en fin de vie. "Près de 20% des produits ménagers qui sont jetés peuvent encore servir" explique Olivier Manchon, responsable des collectivités chez Ecologic. Il suffit souvent d'une réparation mineure pour remettre l'appareil sur le marché, c'est précisément ce que les recycleries s'emploient à faire. Sur le modèle inventé par Emmaüs, elles récupèrent des objets mis au rebut par des particuliers et les remettent en état avant de les vendre à un prix modique. En détournant ainsi un volume conséquent de déchets du circuit de traitement traditionnel, les recycleries ont une utilité écologique majeure et représentent une économie substantielle pour les collectivités. Leur 3ème utilité est sociale: en employant exclusivement des personnes marginalisées sur le marché du travail elles aident à leur réinsertion en les formant à un métier et en leur offrant une expérience qu'il pourront plus tard valoriser auprès d'un employeur. Quel rôle pour Ecologic? "Notre président a, chevillée au corps, la conviction que le métier de la dépollution et du traitement des DEEE doit bénéficier à l'insertion" explique Bruno Rivet, directeur des achats et des opérations chez Ecologic. C'est sous cette impulsion qu'Ecologic incite les collectivités locales à ouvrir leurs propres recycleries. L'ecoorganisme les aide à évaluer les débouchés, les met en relation avec les associations de réinsertion susceptibles de gérer leur exploitation et va jusqu'à garantir la reprise des appareils qui ne trouveraient pas preneurs après leur réhabilitation. Ecologic a ainsi aidé en décembre 2010 à l'ouverture de 2 recycleries dans l'Oise, à Compiègne et à Creil en plus de celle, déjà existante, de Noyon. Avec 3 recycleries, l'Oise fait désormais partie des régions les mieux loties de France. "Le cas de l'Oise doit être un exemple National selon Olivier Manchon, il montre que l'on pour rait implanter des centaines de recycleries en France".

Aujourd'hui, le pays n'en compte qu'une cinquantaine. Pourtant, les exemples existants montrent qu'en plus de leurs utilités écologique, économique et socialeles recycleries trouvent facilement des débouchés, quelque soit la région ou elles sont implantées. Pour Olivier Manchon, cela ne fait aucun doute: "une collectivité qui veut rentrer dans une démarche pertinente de gestion des déchets doit mettre en place des recycleries, parce qu'aujourd'hui, que vous soyez riche ou fauché, vous jetez des produits en état".

WeeeBZINE

n°3 - mars 2011


Perspectives

Prix des matières, la folle envolée.

Pourquoi le prix des matières premières suit actuellement des fluctuations à la hausse très importantes ? 3 février 2011, Londres, 10.000 $. Oui 10.000 $, c'est le chiffre atteint par le cours du cuivre. Une tonne de cuivre vaut désormais plus de 10.000 $ et c'est une première. Après une année 2010 faite de croissance continue, le cours de ce métal industriel a finalement dépassé la barre des 10.000 $ à la Bourse des Métaux de Londres (LME : London Metal Exchange). Créée en 1876, cette bourse est la référence mondiale et incontestable pour la cotation des métaux, avec plus de 8.500 milliards de dollars échangés annuellement. Que s'est t-il passé exactement ? Filip Petersson, analyste de la banque SEB, nous donne l'éclairage suivant : "Aidé par un affaiblissement de la monnaie américaine, le marché "a été poussé dans la dernière ligne droite par un net optimisme sur la reprise économique mondiale, en particulier après les indices manufacturiers publiés précédemment". Il y a peu de nouvelles productions, et la demande augmente, principalement soutenue par la Chine, pays gourmand en cuivre. La célèbre banque JP Morgan s'est penchée sérieusement sur la question, et a suivi de près les évolutions de ce métal en annonçant récemment ses prévisions pour 2011 et 2012, les voici : 2011 : Le prix moyen atteindrait 10.250 euros 2012 : Le prix moyen atteindrait 11.500 euros Mais JP Morgan n'est pas, sur le sujet du cuivre, qu'un simple analyste. Selon le Wall Street Journal, la banque américaine serait "assise" sur une montagne de cuivre. En effet, le quotidien estime que JP Morgan détient 50% des positions sur le cuivre à la Bourse des Métaux de Londres. Pourquoi parler autant du cuivre ? Tout d'abord parce qu'Ecologic collecte en majorité 2 types de métaux, le fer et le cuivre. Ensuite parce que le cuivre est un véritable baromètre pour le marché des métaux, c'est la référence pour les marchés. Et parce que le cuivre vaut cher, il attise des convoitises parfois mal intentionnées... Le travail de collecte et de recyclage pourrait être affecté par cette envolée des prix, car les déchèteries et / ou les lieux de collecte deviennent des cibles pour les voleurs. Rien qu'en région parisienne, quelques 70 vols ont été recensés en 2010 sur les routes, pour un préjudice d'environ 3 millions d'euros. Le cuivre sous toutes ses formes, voies ferrées, câblages électriques, dynamos de vieux transistors de télévision, ornements de tombes ou simples débris industriels, est devenu un objet de convoitise. Le cuivre est une matière à préserver, il faut donc continuer ce minutieux et indispensable travail de collecte et de tri.

WeeeBZINE

n°3 - mars 2011

Les enjeux de la nouvelle directive européenne L'objectif est simple, il reste le même : gérer les déchets d'équipements électriques et électroniques et limiter l'utilisation des substances dangereuses. Actuellement la catégorie DEEE regroupe selon la loi européenne le matériel consommant moins de 1500 Volts en courant continu et moins de 1000 Volts en courant alternatif. Et la loi datait de 2003, rien de tel qu'une actualisation régulière pour mieux suivre les évolutions diverses du secteur du recyclage. La fameuse directive DEEE a donc été renforcée. Les états membres de l'Union Européenne vont devoir collecter plus, bonne nouvelle ! 85% des déchets électroniques générés devront être collectés d'ici 2016. Comme pour la plupart des sujets traités par l'union européenne, l'objectif est d'harmoniser bien sûr, mais aussi si possible de tirer vers le haut les membres. Surtout pour des sujets liés à l'environnement, ce serait mal venu que de niveler par le bas les progrès de chacun des états membres. Le commissaire européen pour l'environnement, Janez Potocnik, s'est récemment exprimé au Parlement Européen pour se féliciter de ces avancées : "En renforçant cette directive sur les DEEE on va pouvoir prendre le virage vers une société efficace dans le recyclage des ressources. Nous parlons de la croissance la plus rapide de génération des déchets en Europe et d'un potentiel énorme pour réduire la dépendance aux matières premières importées." On s'attend à ce que d'ici 2020, au sein de l'Union Européenne, la quantité de DEEE atteigne 12,3 millions de tonnes... Un chiffre suffisamment parlant pour donner envie à l'Union Européenne de trouver un cadre législatif adapté et efficace ! Pour ce faire, les 27 ministres de l'environnement doivent se rencontrer en mars pour discuter de cette nouvelle loi.


Perspectives

[suite]

Audit de caractérisation et échantillonnage

Découvrons le tri dans le tri. Prévenir toute pollution, telle est la lourde et ambitieuse mission confiée aux éco-organismes. Mettre en place un tri sélectif systématique de substances et de composants n'est pas chose aisée. Favoriser la réutilisation, le recyclage et la valorisation de ces DEEE l'est encore moins. Alors pour bien "faire le tri", les éco-organismes doivent commencer par faire leur propre tri ! Et compte tenu des enjeux liés à la mission des éco-organismes, des contrôles exigeants doivent être réalisés pour s'assurer du bon fonctionnement de la "machine Ecologic", voici donc un mode d'emploi pour tout savoir sur l'échantillonnage et les audits de caractérisation. Les résultats. Grâce à ces échantillonnages, de nombreux bénéfices apparaissent aussi bien pour les éco-organismes que pour la filière toute entière : - Mieux connaître la composition des déchets. - S'informer dans le détail de l'état des DEEE collectés, car il y a une plus grande maîtrise du contenu et de l'état du DEEE. - Repérer des erreurs dans le processus de tri. Les audits de caractérisation.

Les échantillonnages. Un fonctionnement par catégorie. Les données arrivent par flux de collecte, il convient donc de les reclasser pour choisir au mieux leur affectation. Le concept est simple : chaque flux de DEEE issu des collectes est isolé. Puis dans ce flux, on trie, pour affecter chaque produit ou équipement à un groupe. Ainsi chaque "nouvel arrivé" se retrouvera classé, non plus sous forme de flux uniquement mais aussi et surtout sous forme de groupe, il sera dans sa propre famille de produits.

Pourquoi ? "La confiance n'exclut pas le contrôle" La direction technique d'Ecologic a pour mission, entre autres choses, de s'assurer du bon fonctionnement de de l'éco-organisation, en menant des contrôles réguliers, dits "audits de caractérisation". Il s'agit d'un contrôle très concret qui se manifeste par une journée de test, en mode réel. Les objectifs sont clairs : - vérifier les bilans matières fournis par les opérateurs. - vérifier les processus de valorisation et de dépollution. - étudier pour éventuellement améliorer le fonctionnement avec les partenaires.

La table.

Comment ? L'audit dure une journée, durant laquelle on entrepose sur le site de traitement audité un volume de DEEE. L'objectif est de "traiter" ce volume de déchets pendant la journée selon le process habituel de fonctionnement du site. Toutes les fractions issues de la dépollution et du traitement sont pesées, et l'on compare à la fin de la journée d'audit la différence entre les poids entrants et les poids sortants. La tolérance entre entrée et sortie est de 5%.

Pour mieux reporter à l'ADEME, Ecologic a mis en place une table de conversion, pour traduire simplement comment on passe de "flux" à "catégorie".

La finalité de ces audits est aussi la remise d'un rapport à l'ADEME, pour confirmer le sérieux des pratiques et l'exigence qui caractérise Ecologic.

WeeeBZINE

n°3 - mars 2011


De vous à nous

Zoom sur le métier de Sylvain Dia, responsable des opérations d'Ecologic dans la région Est

Le béton et la moquette Sylvain, quel est ton titre et que signifie-t-il? Je suis responsable des opérations régionales chez Ecologic pour la région Est depuis un peu plus de 9 mois. Cela consiste à assurer le bon déroulement des opérations d'Ecologic auprès des collectivités avec lesquelles nous avons une convention. En 2010, près de 13 000 tonnes de DEEE ont été collectées sur mon secteur. Plus de 85% des DEEE collectés ont été recyclés ou valorisés énergétiquement. Quels sont tes interlocuteurs au quotidien? D'un côté, je suis l'interlocuteur privilégié des collectivités dont je m'occupe et à qui Ecologic garantit un service clé en main de collecte et de traitement des DEEE. De l'autre, je suis en contact permanent avec les opérateurs que nous chargeons de mettre en œuvre ce service. Cela commence avec les opérateurs de collecte, puis les centres de regroupement qui sont chargés de "massifier" les déchets selon 4 grandes catégories: le gros électroménager froid (réfrigérateurs, climatisations…), le gros électroménager non-froid (lave-vaisselles, fours…), les écrans et les petits appareils ménagers (sèche-cheveux, téléphones…). Ensuite, je travaille avec les centres de traitement qui sont responsables des 2 dernières étapes de la chaîne: la dépollution et le recyclage. Dans les collectivités qui souhaitent développer le réemploi, je travaille aussi avec des associations de réinsertion.

Quel est ton rôle auprès de chacun d'eux? Je passe beaucoup de temps sur le terrain auprès des opérateurs. Sur les points de collecte, je m'assure par exemple que le tri est bien fait et qu'il respecte la réglementation en vigueur. Dans les centres de traitement, je suis amené à réaliser des "audits de caractérisation", ces audits nous permettent de mesurer le taux de matière recyclée sur le volume de déchets traité. Je travaille aussi beaucoup avec les collectivités, je les aide par exemple à augmenter la quantité de déchets collectés pour respecter les objectifs fixés par les pouvoirs publics. Je leur fournis des outils de sensibilisation et de communication clé en main sur les DEEE, le tri, le traitement, etc. Combien êtes-vous à faire ce métier chez Ecologic? Nous sommes une équipe de 5 personnes, réparties par région. Je suis le dernier arrivé et je dois dire que j'ai été extrêmement bien accueilli! Même si nous ne travaillons pas sur les mêmes régions, il y a beaucoup d'échanges et d'entraide entre nous. Quelle est selon toi la qualité la plus importante pour faire ton métier? La particularité de ce métier, c'est qu'on peut être un jour dans une déchèterie et le lendemain dans le bureau d'un élu. Pour reprendre une expression qui était dans l'offre d'emploi d'Ecologic à laquelle j'ai répondu, je dirais qu'il faut être "aussi à l'aise sur le béton que sur la moquette!"

Ecologic teste à Marseille des Points d'Apport Volontaire pour collecter le petit électroménager

Le sèche-cheveux...

dans la borne orange

Problème ? Parce qu'ils sont moins encombrants, qu'ils semblent moins dangereux, les petits appareils électroménagers passent plus facilement au travers des mailles du tri. Ils sont pourtant tout aussi nocifs que leurs grands frères, mais rien à faire, grille-pain, sèche-cheveux et autres postes de radio ont le chic pour se frayer un chemin jusqu'à la poubelle et finir à l'incinérateur !

WeeeBZINE

n°3 - mars 2011

Solution ! Pour tenter de remédier à cette situation, Ecologic a réfléchi à une nouvelle approche de la collecte de ces appareils. Pour attirer l'attention du public sur la nécessité de les trier efficacement, l'eco-organisme a imaginé en collaboration avec Véolia un modèle spécifique de Point d'Apport Volontaire. Point d'Apport Volontaire ? C'est l'expression savante qui désigne les bornes de collecte, ces gros containers de couleur dédiés au tri des déchets. Celle qu'Ecologic destine au petit électroménager est orange et elle est actuellement en phase de test dans l'agglomération Marseillaise. Huit modèles ont été installés dans des déchèteries de la ville et une, rue de Lyon dans le centre-ville. Ecologic entend ainsi créer une nouvelle habitude de tri chez les Marseillais et étendre au plus vite l'expérience à l'échelle nationale si elle se révèle concluante. Affaire à suivre…

Weeebzine n°3  

La lettre d'information de la compmunauté DEEE

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you