Issuu on Google+

Ecolo Forest D site : http://ecolo-forest.be D mail : info@ecolo-forest.be D Forest&Vert : redaction@ecolo-forest.be

BUREAU DE LA LOCALE • Secrétaire politique : Guy Bertholomé D guy.bertholome@ecolo-forest.be D 0494/ 92 18 67 • Secrétaire administratif : Joël Brich D joel.brich@ecolo-forest.be • Groupe actions : Thierry Lucy D thierry.lucy@ecolo-forest.be • Groupe communication : François Jourde D francois.jourde@ecolo-forest.be • Trésorier : Michel De Wijngaert D michel.dewijngaert@ecolo-forest.be • Déléguées de l’AG au Groupe moteur : Michèle Bourguet D michele.bourguet@ecolo-forest.be Sabine Renteux D sabine.renteux@ecolo-forest.be

Éditeur responsable : Guy Bertholomé, 6 rue du Dries, 1190 Forest

MANDATAIRES • Échevine faisant fonction Travaux publics, Environnement, Propreté, Mobilité, Développement durable, Energie, Bâtiments communaux : Annie Richard D annie.richard@ecolo-forest.be • Échevin Cohésion sociale, Prévention, Culture et Jeunesse, Logement, Tourisme, Coopération au développement et Affaires européennes : José Angeli D jose.angeli@ecolo-forest.be • Chef de groupe au Conseil : Pierre-Yves de Harven D pierreyves.deharven@ecolo-forest.be • Conseillers communaux : Daniel Cremer D daniel.cremer@ecolo-forest.be, Myriam Delville D myriam.delville@ecolo-forest.be, Naoual Laarissi D naoual.laarissi@ecolo-forest.be, Victoria Monshe D victoria.monshe@ecolo-forest.be • Président du CPAS : Stéphane Roberti D stephane.roberti@ecolo-forest.be • Président du Foyer Forestois : J.-C. Englebert D jeanclaude.englebert@ecolo-forest.be FOREST & VERT est un périodique gratuit. Pour être abonné, il suffit de nous contacter : ECOLO Forest c/o Joël Brich Rue du Croissant 102 ⎮ 1190 FOREST 02/304 51 15⎮ info@ecolo-forest.be • Rédacteur en chef : François Jourde • Comité de rédaction : Guy Bertholomé, Sabine Renteux, Joël Brich, Annie Richard, Richard Kalisz, Michel Dufranne, Nicolas Lonfils, Tina Noiret, Dina Kathelyn, Alitia Angeli Imprimé à Forest par COPY-SYSTEMS sur papier recyclé FSC (100% fibres de récupération) blanchi sans chlore.

32

hiver 2009

Périodique Trimestriel N° P102029

BELGIQUE – BELGIE P.P 1190 Bruxelles 19 BC 1062


Le congé de l’échevine Marianne Courtois Après une procédure d'adoption longue de plus de 3 ans, Marianne Courtois (Echevine des travaux publics, bâtiments communaux, mobilité, environnement, espaces verts, énergie, développement durable, co-responsable de la cellule stratégique «  revitalisation des quartiers  ») a eu le bonheur de serrer sa petite fille dans ses bras en ce mois de novembre. La loi communale prévoit un congé de maternité de 15 semaines, qu'il s'agisse d'une naissance naturelle ou d'une adoption. Marianne a très naturellement souhaité prendre ce congé et se faire remplacer dans ses fonctions durant cette période. Ecolo compte actuellement deux échevins : José Angeli et Marianne Courtois. Afin de permettre une continuité de gestion, ainsi qu'une représentation acceptable d'Ecolo au sein du collège (2 Ecolo, 7 PS), la locale a décidé à l'unanimité de remplacer Marianne durant son congé. Ceci n'engendre évidement aucun frais supplémentaire pour la Commune, puisque le congé d'adoption de Marianne est indemnisé par la Mutuelle. Lors du Conseil communal du 24 novembre, Annie Richard, notre cheffe de groupe, a ainsi prêté serment en tant qu'échevine remplaçante. Pierre-Yves de Harven est devenu chef de groupe remplaçant. La suppléante Victoria Monshe a été appelée à siéger comme conseillère communale. L'opposition (MR - cdH, Indépendants) a qualifié ce remplacement d'IVG : Interruption Volontaire de Gestion. Après avoir voté contre ces remplacements, elle a quitté la séance, qualifiant la situation de «  connerie durable  ». Malgré leurs départs, les conseillers d'opposition toucheront leurs jetons de présence. La demande de congé d'adoption de Marianne a montré une incohérence entre la loi communale (qui permet un congé de maternité de 15 semaines) et la législation sociale, qui n'indemnise que 6 semaines. La locale a donc fait appel au secrétariat fédéral d'Ecolo, afin que des parlementaires réexaminent ces lois pour qu'à l'avenir une échevine qui adopte ait droit à un congé de maternité complet.

D Joël BRICH

que edito politi

Les enfants sont notre moteur Notre locale a eu le plaisir de voir arriver quatre bambins ces derniers mois et d’autres sont annoncés. Bienvenue aux «  petits verts  »  ! Nous sommes particulièrement sensibles aux moments de bonheur qui accompagnent l’arrivée de chaque enfant. D’autant plus qu’une préoccupation majeure du mouvement écologiste est de léguer un monde viable aux générations futures. Mais quand M. Borcy (MR), lors du dernier conseil communal, gâche la fête et compare le congé de maternité de notre échevine, Marianne Courtois, à une IVG (« Interruption Volontaire de Gestion »), cela ne nous fait pas rire. Du tout ! Cela nous fait réaliser que les droits de la femme sont encore bien fragiles. Que rien n’est acquis. Que des forces machistes et réactionnaires œuvrent toujours contre l’égalité des genres. Qu’a vraiment voulu dire M. Borcy  ? A-t-il voulu remettre en cause la condition féminine à travers deux symboles que sont le droit aux congés liés à la parentalité et le droit à l’avortement  ? A-t-il voulu nous lancer une Insulte Volontairement Gratuite  ? A-t-il voulu simplement lancer un de ses bons mots (toujours provocateurs, appelons-les des «  Borcyflages  ») sans en voir les implications ? L’absence du cdH et de sa représentante lors de ce débat me laisse perplexe. Mme Van Zeeland, pourtant Conseillère à l’Egalité des Chances dans le cabinet de Mme Milquet, est arrivée en retard, a quitté le conseil avec l’opposition et n’a pas réagi officiellement depuis lors. Etrange pour un parti qui a fait des questions familiales son cheval de bataille. Mais peut-être moins étonnant si l’on se rappelle de la position du PSC dans le débat sur l’avortement… Dans tous les cas, ces mots sont malheureux, scandaleux même, et mériteraient des excuses publiques. Ecolo Forest a déjà réagi par un communiqué de presse vigoureux (en commun avec nos partenaires socialistes, aussi choqués que nous) et renouvelle son soutien à Marianne Courtois. Face aux bons mots de M. Borcy, je me sens fier d’être écologiste et de partager avec vous les valeurs sociales, éthiques et environnementales qui fondent notre action politique.

DERNIERE MINUTE Le 8 décembre, la société privée Aquiris interrompait de manière irresponsable et unilatérale l'épuration des eaux de Bruxelles. Ecolo Forest à tient dire son soutien à Evelyne Huyttebroeck, Ministre régionale de l'environnement et membre de notre Locale, dans le bras de fer qui l'oppose à cette société privée. FOREST & VERT⎮32⎮hiver 2009⎮p. 2

D Guy BERTHOLOME Secrétaire politique Ecolo Forest guy.bertholome@ecolo-forest.be 0494/92 18 67


Victoria Monsche devient conseillère communale Ecolo à Forest. Elle a 32 ans et vit à Forest depuis 5 ans. Assistante sociale de formation, elle a également un Post-graduat en Gestion des ressources humaines. Elle termine un Master en Sciences politiques, économiques et sociales. Victoria travaille dans le domaine de l’in-

et Les locales de Forest rouvées ce d'Anderlecht se sont ret pour 16 novembre, à l'Abbaye, Ecolo e mm gra débattre du pro té cié so une visant à créer rès une Ap lle. vraiment multiculture par ns explication des propositio ont res leurs auteurs, les memb fait part et ons sti posé leurs que d'un débat de leurs avis au cours Le sujet particulièrement animé. sera à nouveau abordé AG prochainement lors d'une régionale.

sertion socio-professionnelle. Ses thèmes de prédilection sont les inégalités salariales, les violences faites aux personnes, le manque de structures d’accueil pour les enfants et le manque de soutien des parents dans le cadre des congés parentaux. Elle considère que le rôle d’un(e) conseillèr(e) communal(e) est de «  s’engager au nom de valeurs qu’il ou elle souhaite porter au plus haut, dans le respect du dialogue et des échanges constructifs avec d’autres partis ».

D victoria.monshe@ecolo-forest.be

Programme des spectacles du CPAS Le CPAS de Forest sort le deuxième numéro de son programme culturel. Plein d’évènements gratuits, pas chers et incontournables pour les personnes aidées par le CPAS. Citons Le Père Noël est une ordure, le 24 décembre et D’une rive à l’autre, le 12 février. Programme complet disponible auprès de jacqueline.dutillieux@publilink.be (02/340.31.61).

J.-C. Englebert présente le Foyer forestois Jean-Claude Englebert, président du Foyer forestois (logements sociaux), est venu présenter le fonctionnement du foyer ce 26 novembre, à l'Abbaye, devant un public de militants Ecolo et de locataires. La soirée s'est poursuivie par une séance de questions/réponses particulièrement enrichissante. La soirée s'est conclue par le verre de l'amitié.

Le Brass a c radio pour cueille une les jeunes

Forest, centre cu lturel a créé un e radio destinée aux enfants : R ad io Qui? Qui?. Des enfants de 9-13 ans créent leurs prop res émissions, les mercredis aprè s-midi, au BRAS S. Les émissions sont ensuite diffusée s le dimanche sur le s ondes de radi o vibration, sur le 107.2 FM. Retrou vez toutes les émis sions et les acti vi té sur www.lesen s fantsdu1190.be

Saint-Nicolas a invité les enfants dont les parents sont aidés par le CPAS. Il est venu avec un conteur et leur a offert un livre et un jouet qui répond aux critères du développement durable. Les enfants sont repartis avec de grands sourires et Saint-Nicolas leur a promis de repasser au CPAS l’an prochain.

FOREST & VERT⎮32⎮hiver 2009⎮p. 3

Brèves

Victoria Monshe, nouvelle conseillère communale Ecolo


Portrait

Pierre-Yves de Harven Jeune, idéaliste et expérimenté : notre chef de groupe Ecolo intérimaire au Conseil communal Pierre-Yves de Harven, 31 ans, est conseiller communal Ecolo à  Forest depuis juillet 2009. Il devient chef de groupe intérimaire, en remplacement d’Annie Richard, durant le congé de maternité de Marianne Courtois. Avocat spécialisé dans la protection des consommateurs, diplômé de la KUB en droit intellectuel, forestois depuis toujours, « PY » vit entre le parc Duden et le parc de Forest. Pourquoi as-tu décidé de t’engager au sein d’Ecolo ?

membre fondateur de l’asbl Forest Centre Culturel.

En 1997, je suis parti En décembre 2008 je un an au Brésil. J’ai suis devenu présiété très choqué par dent du Foyer Foresce que j’y ai appris tois suite à la démissur l’injustice des sion de Daniel Crérelations Nord/Sud, mer. C’est un poste le manque de resextrêmement prepect des pays de nant si on veut bien l’hémisphère nord faire les choses. C’est envers ceux du Sud. l ’é q u iva l e nt d ’ u n Cela m’a donné engros mi-temps. Avec vie de m’engager mon travail d’avocat chez Ecolo, qui prône et la naissance de ma des valeurs dont je fille, je ne m’en sorme sens proche en tais pas.  J’ai fait des Pierre-Yves de Harven (pierreyves.deharven@ecolo-forest.be) avec Guy Bertholomé (milieu) et Stéphane Roberti (gauche) matière de relations choix pour préserver ma internationales. L’environnement n’était pas ma préocsanté, ma famille et mon travail : j’ai démissionné. Jeancupation majeure au départ, c’est plus tard que j’ai réaliClaude Englebert a repris le poste, et j’ai toute confiance sé l’importance de la gestion des ressources de la pladans l’excellente qualité de son travail. Aujourd’hui je nète. Après être devenu membre, en 1998, j’ai été invité à suis redevenu simple administrateur au Foyer Forestois. une Assemblée générale de la locale de Forest et je n’en Tu es aussi administrateur du Centre Culturel, Conai plus jamais décollé ! Les enjeux de la commune m’ont seiller communal depuis juillet 2009 et, maintenant, vite passionné. chef de groupe… Qu’est-ce qui se joue de si important au niveau communal ?

Oui, mais la charge de travail est beaucoup plus légère et facile à gérer. L’AG du Centre Culturel ne se réunit qu’une fois par an et il n’y a pas conseil communal tous les soirs.

Beaucoup de choses se décident à ce niveau : les espaces verts, la propreté, la culture… C’est là qu’on peut réelleQuels sont les dossiers qui te tiennent ment faire quelque chose. Nous le plus à cœur en ce moment ? avons aussi des leviers pour agir au C’est au niveau communal qu’on J’ai beaucoup travaillé sur les dossiers niveau international. Par exemple, peut réellement agir. de mobilité avec Marianne Courtois. José Angeli, en tant qu’échevin de la Pour le test grandeur nature mené rue Culture et de la coopération, a pu du Mystère, par exemple, j’ai essayé de servir de relais mettre en place un partenariat avec la Commune de Jeentre l’échevine et les habitants afin de chercher des rada au Maroc et ainsi développer des échanges éconosolutions constructives. Le projet initial visait à envoyer miques et culturels. le très important trafic de transit vers les grands axes,

Quel est ton parcours au sein d’Ecolo ? J’ai été candidat aux élections communales de 2000, puis administrateur de l’opposition au Foyer Forestois (société de logements sociaux) pendant 6 ans. En 2006, j’étais de nouveau candidat aux communales. Je suis resté administrateur du Foyer Forestois, cette fois dans la majorité, et je suis devenu membre de son Comité de direction. J’ai aussi été responsable action de la locale et je suis

loin des écoles. D’après les simulateurs c’était possible, mais en pratique ça ne marche pas car le nombre de voitures a encore augmenté depuis la mise en place des modèles… Nous cherchons à éviter les autoroutes urbaines et les risques qu’elles entraînent. Nous cherchons des solutions alternatives mais nous ne sommes pas des talibans  : nous avons écouté les gens et tenu compte des résultats

FOREST & VERT⎮32⎮hiver 2009⎮p. 4


des comptages. C’est à ça que servent les tests  ! (Voir encadré.) Tu as présenté une «  Motion Dexia » au Conseil communal. De quoi s’agit-il ? Le Holding communal a demandé à  toutes les communes belges de l’argent pour réinvestir dans Dexia (exCrédit Communal). Or il faut savoir qu’aujourd’hui les investissements douteux ont repris. On ne parle plus de « subprimes », mais de « produits structurés »… Il n’y a aucune transparence…

Tes compétences juridiques te sont sans doute utiles ? Oui, je suis habitué à lire des textes de loi et des documents qui rebutent beaucoup de gens. C’est aussi utile pour sortir des querelles juridiques lancées par l’opposition pour faire obstruction aux initiatives de la majorité… Quelles sont tes ambitions pour le futur ? A un niveau personnel, être conseiller communal me convient très bien : cela correspond à ce que je veux faire en politique. En ce qui concerne Forest, je voudrais que nous puissions poursuivre le travail entamé et donc reconduire la majorité PS-Ecolo en 2012. 6 ans, c’est très court en politique ! Que ça soit la prévention, la mobilité, le logement social ou les travaux publics, les projets sont lents à se mettre en place : tout se joue sur le long terme.

A Louvain-la-Neuve et à Ixelles, des motions ont été votées pour demander en échange des garanties sur l’éthique des investissements, leur bonne gestion, etc. Ces motions ont été votées à l’unanimité, y compris par le MR donc. A Forest, le jour où je l’ai déposée, je me suis fait insulter. M. Borcy m’a dit, je cite, Tu es l’heureux papa d’une petite que c’était «  de la connerie  ». M. Nous sommes les traits d’union fille de 14 mois. Quel monde souhaiMassart a lui estimé que c’était une entre les citoyens et les éche- tes-tu pour elle ? «  motion de jeunes idéalistes  », ce vins. Un monde où le réchauffement clique je prends pour un compliment  ! matique n’a pas tout pourri… Mais Ils ont fait reporter le vote deux fois, mais la motion a aussi un monde avec plus de justice sociale. Le fossé qui finalement été adoptée en novembre. On espère que le se creuse de plus en plus entre les riches et les pauvres, Holding tiendra compte de l’avis des communes. ça me fait vraiment peur. En Amérique latine, il n’y a

Comment conçois-tu ton rôle de Conseiller communal ? C’est un rôle très important  : nous sommes les traits d’union entre les citoyens, qui ne votent que tous les six ans, et le Collège qui prend les décisions au quotidien. Là où les échevins sont surchargés, les conseillers communaux peuvent prendre le temps de creuser davantage certains dossiers. On peut aussi apporter un feed-back sur les préoccupations des citoyens.

plus de liens entre ces deux mondes, et il y a de plus en plus de signes qui montrent qu’ici aussi on se dirige vers ça. A Forest aussi, il y a deux «  mondes  » qui ne se côtoient pas beaucoup. Je voudrais un monde plus ouvert, où on partage plus.

D Propos recueillis par Sabine RENTEUX

Réaménagement du carrefour de la rue Mystère : où en est-on ? Pendant 4 mois, la Commune a effectué un test afin d’étudier l’impact de la fermeture de la chaussée de Bruxelles sur le trafic dans l’ensemble du quartier. Objectifs : améliorer la sécurité des écoliers et limiter le trafic de transit dans le quartier. Il résulte du test et des consultations que : 1. l’aménagement améliorait la sécurité routière au carrefour en question ;  

2. la sécurité  routière dans les autres rues n’était pas significativement améliorée ;    3. le trafic de transit avait fortement diminué dans certaines rues mais les flux n’ont pas changé dans une majorité de voiries et la situation s’est dégradée dans certaines autres (notamment dans Châtaignes et Tropiques) ;   4.   l’avenue Van Volxem n’a pas pu absorber le report du trafic.   Par conséquent, nous allons modifier le projet afin de permettre le franchissement du carrefour (comme avant le test). Toutefois, nous voulons que les voitures soient fortement ralenties. L’objectif du nouveau projet consiste à laisser passer les flux, mais de faire respecter le 30 km/h. Pour ce faire, la Commune et la Région sécuriseront l’ensemble du quartier en installant un nombre important de casse-vitesse. Enfin, une zone de dépose-minute pour que les parents puis-

FOREST & VERT⎮32⎮hiver 2009⎮p. 5

sent déposer leurs enfants en sécurité sera prévue. De même la chaussée de Bruxelles entre le carrefour et l’avenue Van Volxem sera réaménagée (nouveaux trottoirs, arbres, traversées protégées, etc.).   Ces nouvelles orientations ont été  présentées aux riverains le 16 novembre dernier.   Et maintenant ?   La Commune est chargée de dessiner le plan et constituer le dossier en vue d’une demande de permis d’urbanisme (objectif premier trimestre 2010). Une fois le PU obtenu (second trimestre) le Service Public Fédéral Mobilité Transport réalisera les travaux rue du Mystère et la Commune se chargera de la Chaussée de Bruxelles.

D Marianne COURTOIS Echevine des travaux et de la mobilité


Actions

COCOLO Les locataires de logements sociaux feront entendre leurs voix Le 30 janvier 2010 aura lieu la première élection du Conseil Consultatif des locataires (COCOLO1) de la société de logements sociaux «   le Foyer forestois   ». Ecolo Forest se mobilise pour informer les locataires et les inciter à aller voter pour leurs représentants. En tant qu’écologistes, la pardre aux urnes. Après avoir agi au sein du ticipation citoyenne fait partie Pour que le Conseil puisse se met- Foyer avec les autres administrateurs de intégrante de nos préoccupations, tre en place, il faut qu’au moins 100 la majorité PS/ECOLO, ils ont demandé à et nous serions heureux que le la locale ECOLO Forest d'organiser une personnes aillent voter. Foyer forestois, la société de locampagne de sensibilisation des locagements sociaux de notre commune, ait pour la pretaires. Cette campagne aura lieu dans le courant du mois mière fois une représentation des locataires au sein de de janvier sous la forme de : ses organes dirigeants. • tournées de porte à porte ;

Ce Conseil est important car il servira d’intermédiaire entre l’ensemble des locataires et les administrateurs de la société. Parmi eux, deux personnes pourront participer au Conseil d’administration en tant que relais et portes-parole. De plus, le Conseil des locataires devra obligatoirement être consulté pour l'élaboration du plan d'entretien et de rénovation, ou encore pour modifier la méthode de calcul des charges. Cependant, il n’est pas évident de répondre à toutes les conditions pour la mise en place de ce conseil. Nous nous réjouissons du succès de la première étape, à  savoir, l’inscription des 5 candidatures requises. La deuxième étape sera d’atteindre 5 % d'électeurs, ce qui équivaut à une centaine de personnes. Toute personne ayant atteint l’âge de 16 ans pourra voter. Le président du Foyer forestois, Jean-Claude Englebert, et les quatre autres administrateurs ECOLO, veulent convaincre le plus grand nombre de locataires de se ren-

soirées « tupperware » chez les locataires ;

rassemblements festifs au pied des immeubles du Foyer. (Au menu  : thé, chocolat, vin et marrons chauds, tracts, échanges,… )

Toute personne intéressée est la bienvenue pour participer ! Nous espérons que ce Conseil pourra voir le jour et nous nous réjouissons par avance de voir des locataires participer à nos réunions, afin de construire ensemble un avenir meilleur pour le Foyer forestois.

D Alitia ANGELI Administratrice au Foyer forestois 1. La création de ce conseil est obligatoire pour toutes les Sociétés Immobilières de Service Public (SISP) bruxelloises depuis juin 2003.

Aujourd’hui un pied de vigne, demain un cactus ? Météo exécrable ce dimanche 29 novembre... et pourtant : 100 pieds de vignes distribués en 20 minutes, pour cette action organisée en la journée de l’arbre et à la veille du sommet de Copenhague. Sous le kiosque de la place Saint Denis, nous avons accueilli plus de 200 personnes. Au menu : thé, chocolat, vin et marrons chauds, tracts, échanges… Un agréable moment de partage et de mobilisation contre le réchauffement climatique. Merci à tous ! > Diaporama et vidéo de l’action : http://ecolo-forest.be

D Thierry LUCY

FOREST & VERT⎮32⎮hiver 2009⎮p. 6

LO : > Plus d’infos sur les COCO www.slrb.irisnet.be


Tout le monde veut vivre.  Les réfugiés, les clandestins, les demandeurs d’asile, les traversées de la mort, les sans-papiers, les grèves de la faim et la désespérance, voilà, dans ce siècle ce qui va venir frapper à nos portes. L’Europe est devenue un des ports espérés de ceux qui échappent miraculeusement au naufrage. Mais l’Europe ne cessera pas de se barricader. Et si on se donnait comme ligne de conduite que tout le monde veut vivre lorsqu’il s’agit de questionner les drames vécus, de trouver les sorties de secours. C’est cette boussole qui a guidé les paroissiens de l’Eglise du Saint Curé d’Ars, offrant l’hospitalité à douze hommes et trois femmes dans une pièce attenante et occultée, remplie de pauvres bagages pour le nécessaire quotidien, transformée ainsi en véritable carré de résistance. Le pasteur et les habitants ont pris ainsi le christianisme au sérieux, l’investissant en la parole du « pauvre pêcheur », comme ont pu le faire autrefois les catholiques des couvents pour sauver des juifs, face à la guerre la plus criminelle de toute l’histoire de l’humanité.  Bien entendu, ici et maintenant, il ne s’agit pas de menace d’extermination, mais d’une lutte acharnée contre le malheur obligatoire. En décidant d’accompagner leur grève de la faim pendant les trois mois qu’elle a duré, j’ai découvert que la plupart d’entre eux se sont réfugiés là depuis bien longtemps et qu’une bonne moitié d’entre eux en sont à leur deuxième, voire troisième grève de la faim. S’il faiblissent physiquement chaque jour davantage, économisant leur énergie, ils ne se complaisent jamais dans la plainte d’une victime appelant la compassion, mais se profilent comme des combattants prêts à mourir pour vivre. 

nues parfois d’Ecolo, s’organisent en se désignant un délégué qui sera leur porte parole et me reçoivent très régulièrement en me faisant confiance. Ils me disent  : «  On compte sur toi  ». Mais compter sur moi, qu’est ce que cela veut dire  ? Ils comprennent que je ne peux que recueillir leur souffle de vie dans un micro, sans être pourtant journaliste car je ne serai pas le porteur de revendications immédiates. Ils apprennent que je construis un long récit de ce moment périlleux qui peut faire tout basculer à tout moment, parcouru souvent de trajets en ambulances. Ils en ont fait leur récit, convaincus qu’il puisse se déployer pour d’autres et s’écouter comme une leçon de vie. Dès ce moment, les voici complètement dans le devenir.  Aujourd’hui, la grève de la faim a été levée. Elle l’a été dès que le gouvernement a annoncé les régularisations possibles sur la base de critères provisoires, mais sans légiférer. Les dossiers ont été remis à  un seul avocat car il n’est pas question de rompre avec la solidarité de groupe. En attente, une partie d’entre eux loge encore à cette enseigne. Ceux-là disent encore : « On compte sur nous, mais aussi sur vous ». Une histoire à suivre absolument, parce qu’elle est aussi NOTRE devenir.

Ils s’accrochent aux informations, tiennent des réunions tantôt avec la CSC, tantôt avec le CPAS, apprécient les aides ve-

D Richard KALISZ

Sans-papiers : information sur la campagne de régularisation Pendant 3 mois, du 15 septembre 2009 au 15 décembre, le gouvernement a — enfin ! — lancé une opération de régularisation des sans-papiers. Tardive et mal fagotée, avec des critères compliqués et parfois flous, cette opération était néanmoins une chance à saisir. Pour permettre aux personnes concernées d’être informées de cette opération et de déposer leur dossier dans les règles et à temps, plusieurs locales écolos ont organisé des séances d’information.   A Ecolo Forest, nous avons opté pour la réalisation et la diffusion d’un tract reprenant les principaux critères de régularisation et, surtout, les adresses d’associations auxquelles pouvaient s’adresser les personnes sans-papiers pour recevoir une aide gratuite et de qualité à la constitution de leurs dossiers de régularisation. Le tract était rédigé en français, en anglais et en espagnol.  

Un tract informatif bien accueilli.

Nous avons décidé  de ne pas estampiller le tract comme «  Ecolo  », afin de pouvoir permettre son utilisation par les associations et structures de tous bords et ainsi permettre sa plus large diffusion.

Nous avons distribué  et présenté  ces tracts dans des épiceries, night-shops, maisons médicales, etc. L’accueil a été très positif et de nombreuses personnes nous ont remerciés de leur fournir ces précieuses informations. Une version téléchargeable du tract a également été mise à disposition sur le site d’Ecolo Forest et envoyée sur la liste mail « groupe local ».  Espérons maintenant que le traitement des dossiers se fera rapidement et efficacement. La première phase de l’opération de régularisation s’est terminée ce 15 décembre. On ne connaîtra le nombre de demandes déposées qu’après que les communes auront bouclé leurs enquêtes et transmis les dossiers à l’administration. Mais l’opération sera sans doute nettement plus limitée que la régularisation de 2001, où 52 000 illégaux avaient

FOREST & VERT⎮32⎮hiver 2009⎮p. 7

obtenu des documents de séjour en bonne et due forme. Les « heureux élus » (sic !) devraient avoir enfin la possibilité de s’insérer pleinement dans la société belge, le droit de travailler, de se loger et de vivre de manière autonome. Le Conseil d’Etat a annulé le 11/12 l’instruction relative à la procédure unique de régularisation, suite à un recours introduit par le parti flamand d’extrêmedroite Vlaams Belang. Melchior Wathelet (cdH), le secrétaire d’Etat à la Politique de Migration, a déclaré que le gouvernement garantira la sécurité juridique à toutes les personnes qui ont introduit un dossier de régularisation. Mais à l’heure d’écrire cet article, les conséquences de cette annulation ne sont pas encore claires, ce qui laisse les sans-papiers dans une très grande insécurité... 

D Sabine RENTEUX


1

Mon quartier

Saint-Antoine

Stéphane Roberti, président Ecolo du CPAS de Forest, habite le quartier Saint-Antoine. Il inaugure pour nous cette nouvelle rubrique. Stéphane, dis-nous trois choses que tu aimes dans ton quartier ? 

tionnement sauvage et aux excès de vitesse. Il y a aussi la propreté publique. De gros efforts ont déjà été réalisés, et Marianne Courtois a fait un bon boulot à ce niveau. Mais la propreté n’est pas encore suffisante… Je me réjouis que la commune ait décidé de passer à une étape supérieure en sanctionnant ceux qui continuent à croire que le trottoir est une poubelle !

D’abord, c’est le quartier forestois ayant le plus d’enfants au m². Pendant la journée sans voitures, ces enfants s’approprient l’espace public. C’est un spectacle magique, mais qui dit aussi combien ces enfants ont besoin de plus d’espace pour pouvoir grandir. Ensuite, et sans doute grâce à ces enfants jouant souLa précarité d’une partie importante des habitants du vent dans la rue, il y a une certaine proximité entre les habiquartier me touche évidemment. Près d’un tiers des demandes tants. Cela permet un certain «  contrôle  » social, finalement d’aides sociales adressés au CPAS le sont par des personnes de assez sécurisant. Enfin, Saint-Antoine a Saint-Antoine. Au niveau politique, il faut une réelle diversité culturelle et socontinuer a aider l’ensemble de ces perciale. Cela peut en effrayer certains, De manière anonyme, de nombreusonnes à s’émanciper. mais c’est une richesse pour ceux qui ses solidarités ont lieux entre habiessayent de comprendre la culture de Trois personnes ou institutions qui y tants l’autre. comptent pour Forest ?

Trois choses que tu veux voir s'améliorer ? Les problèmes de Saint-Antoine sont, à mon avis, assez comparables à ceux des autres quartiers. Mais ils prennent une dimension particulière parce que la densité de la population y est plus élevée qu’ailleurs. Ici comme ailleurs, les petites incivilités, aux conséquences parfois dramatiques, devraient être sanctionnée avec plus de fermeté. Je pense particulièrement au sta-

Beaucoup d’habitants s’investissent dans les comités de quartier, ainsi que dans des associations de quartier. De manière anonyme, de nombreuses solidarités ont lieu entre habitants. Pour moi ce sont ces personnes qui comptent le plus dans le quartier. J’ai également envie de saluer le travail fait par la maison des jeunes et par la maison de quartier, deux asbl qui font un travail inestimable.

D propos recueillis par la rédaction

LA VAGUE POUR LE CLIMAT du 5 décembre (Coalition climat)

CADRAGE FORESTOIS

Point culminant de la mobilisation avant le sommet de Copenhague, la manifestation a rassemblé 15.000 personnes. Ecolo Forest s’est aussi jété dans cette grande vague turquoise.

Envoyez-nous une photographie de Forest insolite, bucolique, dramatique, drôlatique, artistique, écologique... Nous la publierons dans cette rubrique. > info@ecolo-forest.be

FOREST & VERT⎮32⎮hiver 2009⎮p. 8


Une rénovation basse énergie et haute complicité

COUP DE CŒUR

Françoise Vogeleer est architecte. Axel Reding est entrepreneur en rénovation. Pour associer leurs talents, ils ont fondé la société FRAXION. Ils vont rénover un ancien entrepôt forestois, rue du Monténégro. Ils y installeront leurs bureaux. Le bâtiment sera basse énergie et de jeunes créateurs y seront aussi accueillis. Une architecte et un entrepreneur, ça fonctionne ?

Allez-vous utiliser l’énergie solaire ?

Françoise : Mais oui  ! Nous apprenons des choses l’un de l’autre, souvent dans la confrontation d’idées. Axel m’apporte son expérience technique et son pragmatisme…

Axel  : Hélas non, parce que l’ensoleillement de la toiture est trop faible.

Axel : Françoise m’apporte l’innovation artistique et… le « rêve écologique ». D’où vient votre projet ? Françoise : Nous avions besoin d’espace, d’abord pour notre activité, mais aussi pour nous mettre en synergie avec d’autres professionnels. Six personnes, architectes ou graphistes, vont pouvoir travailler dans nos locaux. Nous accueillerons aussi des évènements culturels (expositions, projections, théâtre…). Nous voulons un projet phare dans le quartier : par la rénovation écologique, mais aussi par la fédération des talents, en créant une « plateforme de compétences ». Et nous aimerions faire école !  Pourquoi avoir choisi ce bâtiment ? Axel : Cet entrepôt centenaire nous a vraiment tapé dans l’œil. Sa façade en pignon est d’ailleurs répertoriée sur une liste de sauvegarde du patrimoine. Le rez-de-chaussée servira au stockage des matériaux pour mon entreprise de rénovation  ; le premier étage (un plateau libre avec une petite cour intérieure) sera loué ; la mezzanine servira d’espace commun de détente et de réunion, et accueillera nos propres bureaux.

Françoise : Nous avons cependant déjà installé une citerne d’eau de pluie de 6 500 litres, avec une filtration végétale. Elle assurera la distribution des eaux sanitaires pour les WC. Récupérer l'eau de pluie, avec une telle surface de toit, c’est vraiment le minimum.  Pour vous, l’écologie c’est évident ? Axel  : Vous savez, quand en 1985 en sortant de l'école en tant que conducteur de chantier, on jetait sans tri presque tous les matériaux dans le « container crasse ». Et dans ma formation, on parlait peu d’isolation ! Donc j’ai vraiment vu une évolution formidable, dans le bon sens. Et Françoise m'a transmis sa sensibilité environnementale. Françoise : Mais tu sais, dans mon école d’architecture, il n’y avait qu’un prof qui nous parlait de développement durable. Et c’était pourtant en 2001 !  Comment s’est déroulée la procédure ? Françoise : Notre projet ne nécessite pas de procédure particulière. Les difficultés sont d’ordre technique, nous essayons de concilier l’impact environnemental et nos objectifs personnels. Axel  : Je dois dire que le service d’urbanisme de Forest a été coopérant, surtout grâce à l’agréable collaboration avec l'architecte communal Bruno Nys.  Avez-vous bénéficié  de primes ?

Pourquoi avoir choisi de rénover en basse énergie, et pas en passif ?

Françoise : Oui, mais c’est un sacré combat  ! C’est complexe, et il faut des dossiers en béton. Il faut aussi savoir quelles primes préférer. D’ailleurs, c’est un bureau spécialisé qui gère l’ensemble des demandes de primes.

Françoise : Nous voulions rénover en passif, mais notre bureau d’étude nous l’a déconseillé. Plusieurs critères sont défavorables : • la configuration du bâtiment ne s’y prête pas (compacité) ;

Axel  : On croit a priori à ce système, même si on regrette qu’il faille souvent avancer l'argent avant de toucher la prime. 

• la diminution importante du volume exploitable suite à l’ indispensable et importante isolation ; • le surcoût de l’investissment ; • l’utilsation du bâtiment (va-et-vient des personnes).

Avez-vous pensé  à figurer parmi les «  bâtiments exemplaires  » de Bruxelles - Environnement ?

la façade du batiment

Nous avons donc opté pour la basse énergie, qui reste une solution énergétiquement remarquable. Nous aimerions atteindre

Axel : Oui, pourquoi pas. Ce serait une bonne vitrine. 

45kWh/m²/an. Alors, une chaudière de moins de 5kW suffira pour chauffer l'entièreté des bureaux.

Françoise : Oui  ! Nous emménageons ce mois de décembre… mais rien ne sera vraiment fini.

Axel  : pour l’isolation, nous allons recréer une nouvelle enveloppe dans le bâtiment. Nous allons intégralement doubler les parois avec une structure bois, puis l'isoler en y injectant de la cellulose.

Axel  : En attendant, on s’est construit au premier étage une « boîte dans la boîte », à partir de matériaux récupérés sur mes chantiers ! Nous y travaillerons cet hiver. Ça va être une expérience ! 

Donc pas de produits chimiques ?

Vous nous inviterez à la pendaison de crémaillère ?

Axel  : Nous allons limiter au maximum l’impact environnemental, et aménager un espace de travail aussi sain que possible. Nous emploierons des matériaux qui ont peu d’impact sur la santé… L’idée est d’être cohérent dans le choix des matériaux.  

Axel et Françoise : Ben oui, bien sûr !

Vous êtes impatients alors ?

www.axiomeentreprise.be www.francoisevogeleer.com

FOREST & VERT⎮32⎮hiver 2009⎮p. 9

D Tina NOIRET & François JOURDE


Dans le panier d’Annie On dénombrait autrefois chez nous plusieurs centaines de variétés de pommes. Elles furent hélas sacrifiées sur l’autel de la rentabilité et nous n’en connaissons plus qu’une petite dizaine, sauf ceux qui peuvent encore visiter le verger de grand-papa ! Choisir une pomme, bonne et sympa avec l’environnement, est à la fois simple et compliqué : où a été cultivée la pomme  ? En Belgique, France, Europe  ? A-t-elle pris l’avion  ? Comment a-t-elle été conservée  ? Malgré son étiquetage (quand il y en a un), peu d’entre nous savent que la pomme achetée a parfois passé un an dans un frigo. Parfois, l’étiquette du supermarché nous indique son origine. Parfois le responsable du rayon peut nous renseigner… Mais ne serait-il pas plus judicieux d’acheter bio chez de petits producteurs  ? Ils sont parfois présents au marché ou dans les magasins bio. (Voir le Forest&Vert n° 31, qui parle des paniers bio à Forest).

« une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours » (adage anglais) Du point de vue santé, les pommes sont riches en fibres (pour un bon transit intestinal) ; comme tous les fruits et légumes en général, elles préviennent les maladies cardiovasculaires (et certains cancers) grâce à leur action favorable sur le taux de cholestérol ; elles contiennent beaucoup de vitamines C (surtout sous la pelure).

Quelques conseils Si on veut consommer la peau riche en fibres, laver soigneusement les pommes ; toutes ces belles croquantes étant fragiles, préférer les pommes présentées en caisse avec des séparations entre les couches, plutôt que les vracs (les meurtrissures les font vieillir prématurément) ; essayer si possible des variétés peu connues qui viennent de petits producteurs ; ne pas acheter trop de pommes à la fois car on ne peut pas bien les conserver ;

Vous pouvez débattre des articles de Forest&Vert sur notre site : http://ecolo-forest.be

cc. Tim Morgan

i sur twitter : Nous gazouillons auss lo_Forest http://twitter.com/Eco

les conserver au frais (à l’air libre, elles vieillissent trop vite) dans le casier du frigo ou à la cave et les sortir une heure avant la consommation ; ne pas acheter de fruits très jaunes, à la peau fripée ou cireuse : ils sont vieux. Préférer des fruits qui ont gardé une couleur de base verte, ils seront croquants.

Mes pommes coups de coeur pour l'hiver. La belle de Boskoop est une variété de pomme originaire de Hollande où elle naquit à la fin du XIXe siècle. Rustique, couleur grisvert marbré de rouge, à la chair jaune et ferme, acidulée et parfumée, cette pomme est autant appréciée en pomme à croquer qu'en pomme à cuire, car elle résiste bien à la cuisson. C’est un vrai fruit de saison, puisqu’on ne la trouve qu’entre novembre et février. La Cox orange , d’abord cultivée en Angleterre par un certain Monsieur Cox, est un fruit de taille petite à moyenne, de couleur jaune saumoné presque rose-rouge, à chair tendant vers le jaune. Elle est croquante, juteuse, parfumée et légèrement acidulée avec un goût proche de celui de la poire. Elle est surnommée « la Reine des pommes ». Elle plait aux enfants car on peut entendre bouger les pépins d'une Cox lorsqu'on la secoue (ils ne sont pas bien «  accrochés  » à la pomme). C’est la collation idéale pour petits et grands. Comme la Boskoop, on la consomme en automne-hiver (entre octobre et janvier). (Source : Wikipedia.)

De la pomme au desser t La pomme est un fabuleux mets pour la fabrication des desserts. Voici un dessert facile à préparer, peu cher et particulièrement savoureux :

Les pommes au four : préchauffer le four à 200° (thermostat 6-7) ou profiter d’un repas où le four fonctionne pour y gagner en énergie ; choisir une Belle de Boskoop par personne ; évider les pommes mais surtout ne pas les éplucher ; piquer les pommes à la fourchette pour qu’elles n’éclatent pas ; mélanger de la cassonade avec un peu de cannelle et remplir les trous de pommes avec ce mélange ; disposer les pommes dans un plat à four ; recouvrir chaque pomme d’un filet de citron et d’une noisette de beurre ; mettre de la cassonade avec quelques cuillères d’eau et quelques raisins secs dans le fond du plat ; l’enfourner et laisser cuire environ 30 minutes. Vous obtiendrez des pommes cuites à point avec un caramel dans le fond ; on peut servir tel quel ou pour les gourmands, accompagner les pommes d’une cuillère à soupe de crème fraîche ou de crème glacée. Et Vive la Fête ! 

FOREST & VERT⎮32⎮hiver 2009⎮p. 10

cc. Erica_Marshall (flickr.com)

Mangez des pommes... locales et de saison


Forest & Vert, n° 32