Page 1


Directeur de publication / publication manager: Raëd Skhiri Directeur de production / production manager: Xavier Soule Rédacteurs / writers : Anne Chaise, Marie-Hélène Fabre, Yves Michaud, Xavier Soule, Magali Vannier Coordination éditoriale / editorial coordination : Magali Vannier Conception graphique / graphic conception : François Prigent Traductions / translations : Inge Laino Crédits photo: Grégoire d’Amiens, Stéphane Bernon, Isabelle Levy-Lehmann © 2013 École Spéciale d’Architecture 254 boulevard Raspail Paris - France 33 (0)1 40 47 40 47 www.esa-paris.fr Imprimé en France par Stipa


Sommaire / Summary

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cent cinquante ans d’histoire / One hundred and fifty years of history - Magali Vannier

2

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le projet et le mémoire de fin d’études / Diploma project and dissertation - Marie-Hélène Fabre

4

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’édito de l’administrateur général / Editorial from the general manager - Xavier Soule

6

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le mot du président du jury/ A word from the president of jury - Yves Michaud

8

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Histoire de nos mémoires / History of our memories - Anne Chaise

10

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Meilleurs Diplômes 2012-2013 / The best diplomas 2012-2013

16

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Camille Isaac-Dognin, Meilleur Diplôme ex-aequo / Best diploma ex-aequo

18

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pascale Montet, Meilleur Diplôme ex-aequo / Best diploma ex-aequo

24

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jonas Braoudé

30

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tristan Delagneau

34

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Colombe Desazars & Adrien Quelet

38

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Henry Flouzat

42

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Anaïs Maïane Jerafi

46

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ayako Maetani

50

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Constance Meunier

54

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Stefanos Roimpas

58

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Alexandra Singer-Bieder & Sofia Bennani, Mention / Commendation

62

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Composition du jury / Composition of the jury

67-68

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


1


L’École Spéciale, figure historique en perpétuel renouvellement : à la fois pionnière et en quête permanente d’innovation, elle fêtera bientôt ses cent cinquante ans d’enseignement de l’architecture. Cent cinquante ans ! Et ça n’est pas là sa seule originalité.

The École Spéciale d’Architecture, a leading figure in French education, is in a state of constant renewal: at once a pioneer in its field and on a permanent quest for innovation, it will soon celebrate 150 years of training architects. One hundred and fifty years! And that is not the only thing that sets ESA apart.

Née en 1865, elle est certes la plus ancienne, mais elle est aussi la seule école privée d’architecture en France, et également la seule à être membre de la Conférence des Grandes Écoles. A plus d’un titre donc, l’École Spéciale justifie son nom, et plus encore : association régie par la loi 1901, elle est constituée de quatre collèges (enseignant, étudiant, administratif et anciens élèves) qui fonctionnent en co-gestion, permettant à ses membres de participer à une gouvernance alternative de l’établissement.

Founded in 1865, ESA is not only the oldest but the only private architecture school in France, and the only one that is a member of the French national Conférence des Grandes Écoles. The school there fore merits its name, in more than one respect: Association governed by the law of 1901, ESA consists of four faculties (teachers, students, administrative and alumni) that are co-managed, allowing members to participate in a rotating governance.

Internationale, elle l’est dès le début où elle accueille 30% d’étudiants étrangers : dès la première année, l’école ouvre avec 51 élèves de 14 pays différents. Un bel exemple d’ouverture qui ne sera jamais démenti puisqu’aujourd’hui, l’École Spéciale se démarque aussi par le recrutement de ses enseignants, majoritairement des praticiens, à l’international et par ses partenariats lui permettant d’envoyer ses étudiants en échange dans plus de quarante écoles sur les cinq continents. L’École Spéciale, c’est un réseau de plus de 7000 diplômés actifs dans le monde entier.

ESA’s international flair goes back to its very beginnings, with 30% of the student body hailing from outside of France. In its first year, the school opened with 51 students from 14 different countries. A shining example of global-mindedness that is still going strong today, with teaching staff - mostly active professionals - recruited from around the world, and partners that allow students to participate in exchange programmes in more than 40 schools on all continents. The École Spéciale boasts a network of more than 7,000 practicing graduates around the world.

Située au cœur de Paris, l’école est aussi un lieu de culture dense avec les nombreux colloques, conférences et expositions qui jalonnent chaque semestre comme autant de rencontres avec des personnalités du monde de l’art, de l’architecture et de l’urbanisme. C’est enfin cette édition de ses Meilleurs Diplômes, tel un concentré du meilleur de sa production étudiante, qu’elle a souhaité montrer au monde.

Located in the heart of Paris, the school is a place rich in culture, with many conferences, lectures and exhibitions scheduled throughout the academic year. These events are opportunities to meet personalities from the world of art, architecture and urbanism. With its most recent “Best Diplomas” awards ceremony, ESA hopes to show the world the cream of its academic crop.

Beaucoup d’histoire, un brin d’originalité, une ouverture au monde toujours renouvelée et l’indispensable inventivité qu’elle vise depuis toujours à inspirer, tels sont les maitres mots d’une institution tant séculaire qu’avant-gardiste et qui compte bien le rester.

A rich history, a flair of originality, an ever-renewed opening onto the world, and an inspiring force for innovation: these are the hallmarks of an institution that is at once well-rooted in history and ever at the vanguard. And ESA intends to stay that way.

Magali Vannier Responsable de la communication Head of Communication

2


3


Le projet et le mémoire de fin d’études, communément réunis sous l’appellation «diplôme», viennent clore un cursus de 5 années d’études en architecture, fort d’un enseignement pluridisciplinaire et d’expériences pédagogiques multiples. Développés pendant presque douze mois, ils sont l’expression d’une réflexion personnelle sur un sujet librement choisi, parfois rattaché à une thématique plus large proposée par des enseignants. Projet et mémoire se complètent et s’articulent. Menés en parallèle, ils font dialoguer théorie et pratique, recherche et développement, analyse et synthèse. Bien qu’encadrés par des enseignants, ils sont entièrement portés par leurs auteurs et reflètent à ce titre leur personnalité construite au fil des semestres à l’École Spéciale, leurs préoccupations, leurs désirs, voire leurs fantômes. Projet idéal pour certains, premier pas vers la vie professionnelle pour d’autres, ces diplômes sont comme la chair et le sang de nos jeunes architectes. Ils ont mûris des mois durant, ont été sujets à exploration, introspection, doute et enthousiasme. Chaque trait, chaque mot, chaque pixel sont incarnés et se racontent dans un langage spécifique, propre à chacun. La sélection présentée ici donne à voir les plus emblématiques, remarqués au moment des soutenances de diplôme, reconnus pour le Prix du Meilleur diplôme. Que ce soit par la diversité des sujets, d’une cabane bibliothèque à une nécropolis, en passant par une chronique de la banalité des modes d’expression, installation, maquette conceptuelle, vidéo, dessins ou de la nature des projets, utopie, prototype, théorie, prospective… Ces onze diplômes revendiquent un foisonnement des idées et une grande liberté de pensée propre à l’École Spéciale. Gageons qu’ils présagent du monde de demain.

The final project and dissertation at the École Spéciale d’Architecture, commonly grouped under the term “diploma”, is the culmination of five years of architectural studies characterised by a multi-disciplinary teaching approach and rich learning experiences. Students spend approximately 12 months preparing the diploma, which is the result of personal reflection on a topic of their own choosing, although sometimes related to a broader theme proposed by teaching staff. The project and dissertation, carried out in parallel, are complimentary and in constant dialogue with each other, providing a meeting ground for theory and practice, research and development, analysis and synthesis. Although students benefit from close collaboration with their teachers, the diploma is entirely their own work, and often bears the traits of each student’s individual character - forged over the course of their time at ESA - their preoccupations, desires and even their personal ghosts. Ideal project for some, stepping stone to a professional career for others, the diploma is the very flesh and blood of ESA’s budding architects. Months in the making, it is the subject of exploration, introspection, doubt and enthusiasm. Each feature, each word, each pixel embodies something of the uniqueness of its author in a very personal language. The selection of diplomas presented here are emblematic of ESA, chosen at the time of their defence and retained as candidates for the Best Diploma Award. Whether for the diversity of subjects, from a reading treehouse to a necropolis to chronicles of the everyday or for the mode of expression, installation, conceptual model, video, drawings or nature of the project, utopia, prototype, theory, forecast, etc. These eleven diplomas bear witness to a profusion of ideas and freedom of thought typical of ESA. We believe they are the heralds of tomorrow’s world.

Marie-Hélène Fabre Directrice des études Academic Head

4


5


Bien fascinant voyage que celui du projet. Il nous emporte dans ses utopies ou ses cris à travers des images fabuleuses que nous n’osons croire tant que l’architecture n’en est pas construite.

The amazing journey of the project! It transports us to utopia and shouts at us through fabulous images that we dare not believe before the architecture is built.

Et lorsque les projets que nous rencontrons sont les aboutissements des longues études et des impatiences de ces jeunes architectes qui arrivent, la gravité de l’instant qu’ils représentent en souligne les traits.

And when we witness the projects that are the product of long studies and the impatience of these young architects, the gravity of the moment that they represent is underscored in the lines.

Ces «meilleurs diplômes» que rassemble l’ESA ne sont pas les plus parfaits ou les plus aboutis, ils sont avant tout ceux qui témoignent avec le plus de force de cette inventivité, de cette capacité à appréhender la complexité et de cette liberté à raconter les rêves qui conduisent notre avenir.

These ‘outstanding diplomas’ that the ESA has gathered are not perfect or the most accomplished. However, these, above all the others, show the most strength and inventiveness, with a capacity to grasp the complexity of the freedom to dream for the future.

Depuis le siècle et demi que l’Ecole Spéciale d’Architecture diplôme des Architectes, ces ultimes projets qu’elle valide ne sont pas tant une épreuve qu’une première preuve de notre avenir.

For the century and a half that the Ecole Spécialed’Architecture has awarded diplomas to Architects, these projects are not a final exam but rather a first proof of our future.

Xavier SOULE Administrateur général General manager

6


7


Les diplômes soumis à l’appréciation du jury qui s’est réuni le 10 juin 2013 représentent le meilleur de la production de l’École spéciale d’architecture. Ils témoignent de l’état de la recherche qui s’y mène et des options aujourd’hui retenues par de jeunes architectes. Ce n’est pas une surprise si la plupart d’entre eux pensent sociabilité, nature et technologies. L’ensemble des onze projets examinés fait preuve d’une grande diversité. Cette diversité témoigne à la fois de l’ouverture pédagogique caractéristique de l’ESA et du fait que les études d’architecture et les modes de pensée architecturale continuent de recouvrir une variété impressionnante de pratiques et d’approches. Y figurent aussi bien l’analyse sociale ou, mieux, sociétale, la réflexion sur l’espace, la nature et la ville, la recherche sur les matériaux, la conception logistique, que l’utopie, la poésie, la philosophie et l’art tout court. Il n’est jamais facile de faire un choix mais un certain nombre de critères permettent d’échapper à la subjectivité des goûts : lisibilité du projet, cohérence logique du processus présenté, qualité de la mise en forme architecturale, justification de la démarche, pertinence de l’inscription sociale du projet. L’esthétique a sa place mais aux côtés de notions qui peuvent faire l’objet d’un jugement argumenté. De ce point de vue, tous les projets soumis étaient également solides et certains brillants, avec des perspectives de développement qui incitent à l’optimisme.

The diplomas submitted to the jury that met on 10 June 2013 represent the best and the brightest of the graduating class of the École Spéciale d’Architecture. They bear witness to the state of research carried out in the school and the options open to young architects today. It comes as no surprise that issues such as sociability, nature and technology are at the forefront of the minds of many of these budding professionals. The wide variety of the eleven projects examined by the jury was of particular note. Such diversity testifies to the open-mindedness of ESA’s pedagogy and the fact that architectural studies and the way people think about architecture continue to cover an impressive range of practices and approaches. They include social - or, better yet, societal – analysis, reflections on space, the interplay between nature and cities, materials research and logistical design as well as utopias, poetry, philosophy and art for art’s sake. It is never easy to make the final choice, but certain criteria help to put individual preferences aside: clarity of the project, consistency in presentation, quality of architectural layout, justification of the initiative, and the relevance of the project to society. Aesthetics also has its place, but alongside notions that can be subjected to a reasoned judgement. In light of this, all of the projects submitted were equally strong, and some brilliant. The prospects of development hold great promise.

Yves Michaud Philosophe, invité d’honneur du semestre de printemps 2013 Philosopher, guest of honour, spring 2013

8


9


La promotion des diplômes

Graduation

La soutenance des diplômes a toujours été un moment fort dans l’école s’achevant par des soirées dont se souviennent les habitants du quartier autant que les protagonistes.En 1931 paraît cet entrefilet dans La Construction Moderne: « Le soixantenaire (1868-1928) du diplôme de l’École Spéciale d’Architecture a été brillamment fêté, le 10 novembre 1931, par un banquet suivi de bal, à l’Hôtel Lutétia». Pas moins de 200 personnes étaient invitées.

Defending the dissertation has always been a high point of life at ESA, culminating in an evening celebration that is as unforgettable for the local population as it is for participants. La Construction Moderne, a weekly journal, reported in 1931: “The 60th graduating class (1868-1928) of the École Spéciale d’Architecture was celebrated in style on 10 novembre 1931, at a banquet followed by dancing at the Hôtel Lutétia”. The guest list counted no fewer than 200 people.

La promotion des diplômés a été effectuée par des publications internes, par diffusion dans la presse spécialisée, par les annuaires, par la parution dans le Journal Officiel, par des Prix assurant leur valorisation, dont le Prix du Meilleur Diplôme. Décerné aux architectes diplômés avec mention, il a pour ancêtre le « Grand Prix de Sortie » institué en 1868 qui est attribué à l’élève qui a obtenu le diplôme classé n°1.

The event was spotlighted in internal publications, the specialised press, directories, and the Journal Officiel. Awards were distributed, including the Best Diploma Award (Prix du Meilleur Diplôme), adding to the prestige of ESA graduates. Awarded to architects graduating with honors, the forerunner of the Prix du Meilleur Diplôme was the “Grand Prix de Sortie”, established in 1868 and attributed to the student graduating at the top of the class.

Lancé en 1986-1987, doté dès sa création d’une récompense de 5000 francs et conclu par un projet éditorial, il vient compléter le Palmarès et est annoncé lors de la Nuit des Tour Eiffel , rebaptisée ultérieurement Nuit Spéciale, créée pour « garder un lien fort entre les anciens et les nouveaux ». Pour «faire connaître à l’extérieur les plus imaginatifs de nos étudiants » les projets sélectionnés sont publiés dans les revues successives de l’ESA. Depuis vingt-six ans, il connaît quelques variations : en 1988-89, le jury composé notamment de Dominique Perrault et Patrick Tosani, décernera cinq meilleurs diplômes: un bon cru ! En 1990, le jury, présidé par Paul Virilio crée trois catégories « Architecture », « Approche urbaine » et « Mise en scène de l’espace » avec pour chacune d’elles un Premier Prix et une mention. 1992 est une année sombre: il n’y aura pas de prix décerné.

The Prix du Meilleur Diplôme, launched in 1986-1987, originally included a 5,000 franc award and culminated in an editorial project. It served as a complement to the Palmarès award delivered at the Nuit des Tour Eiffel, later renamed Nuit Spéciale. The event was created to strengthen ties between former and current ESA students. To get the word out about the school’s most talented graduates, selected projects appear in several consecutive ESA publications. The Award has undergone some changes over the past 26 years: in 1988-89, the jury, whose members included Dominique Perrault and Patrick Tosani, distributed five awards: a vintage year! In 1990, the jury, presided over by Paul Virilio, created three categories: “Architecture”, “Urban Approach” and “Arranging Spaces” with a Premier Prix and honors for each. 1992 was a lacklustre year, with no awards distributed.

10


Exemples de parchemins de dipl么me

11

Examples of diploma parchment


Petite et grande histoire du diplôme De 1868 à 1968

History of the ESA diploma: the long and short of it 1868 - 1968

On aime à rappeler que l’École Spéciale devança la prestigieuse École des Beaux Arts en créant son diplôme: les premiers diplômés sont sortis de l’École Spéciale en 1868, ceux des Beaux Arts en 1869. Il faudra attendre 1934 pour que Henri Prost* obtienne de l’Etat la reconnaissance du diplôme DESA d’une valeur égale à celui de DPLG. À côté des diplômés, chaque année, un certain nombre de « sortants » pouvaient quand même exercer, le diplôme n’étant rendu obligatoire qu’à partir de 1941. La première promotion de l’ESA en 1868 avait été de neuf diplômés, en 1876-77 seuls trois élèves sont sortis diplômés, mais en 1876 « l’École Trélat » a déjà formé plus de vingt-cinq architectes quand l’École des Beaux Arts n’en a formé que neuf.

ESA is proud of the fact that it started awarding degrees in 1868, one year before the prestigious École des Beaux Arts. It was not until 1934, however, that Henri Prost** earned official recognition of the ESA diploma from the French state, placing it on equal ground with a government-granted architectural degree.In addition to the graduating class, each year a certain number of students left ESA without earning a degree. They could still practice as architects, since the degree was not compulsory until 1941. The class of 1868, ESA’s first graduating class, consisted of nine graduates. In 1876-77, only three students earned the degree, but in 1876, “Trélat’s School” had already trained more than 25 architects, as opposed to a mere nine trained at the École des Beaux Arts.

Les promotions ne seront pas comparables avant et après la Seconde Guerre mondiale: de quinze à vingt diplômés par an, avant 1939, on passe après guerre à des promotions de 80 à 90 diplômés. Le nombre total de diplômés des années cinquante est de 461, les années soixante totalisent 903 diplômés, avec deux années très particulières : 1968: 24 diplômés et 1969 : 270 diplômés.

Graduating classes before and after WWII escape comparison: they go from 15-20 graduates per year before 1939, to 80-90 graduates per year in the post-war years. The total number of graduates in the 1950s mounts to 461, while the 1960s boast a total of 903. Two years are of particular note: 1968 with 24 graduates and 1969 with 270.

Les étudiants présentent à l’époque un projet personnel, comme c’est le cas aux Beaux-Arts depuis 1888, mais, à l’École Spéciale, certains le considèrent comme un exercice grandiloquent, déconnecté des réalités sociales et économiques d’où l’existence d’ un « Petit diplôme » censé être plus conforme à l’esprit de l’origine de l’école, avec lequel l’étudiant fait la démonstration de ses connaissances techniques.

At the time, students had to present a personal project, as had been the norm at the Beaux Arts since 1888. But at ESA, some thought this was a pretentious exercise, out of touch with social and economic realities. That is why the “Petit diplôme” was created, designed to be more in tune with the original spirit of the school and providing students with an opportunity to demonstrate their skills and technical know-how.

La rupture de 1968

1968: a turning point

En 1968, l’école, engagée dans un profond processus de mutation, suit les revendications étudiantes qui réclament « la simplification et la liberté de présentation » ainsi qu’un « jugement unique et global rendu par un jury plus restreint que par le passé. Au long de ses presque 150 ans d’existence, l’école a accumulé un certain nombre d’anecdotes : on se souvient de Sergio Mosca, enseignant à l’ESA depuis 1968, arrivant pour passer son diplôme en 1983, au volant de sa Triumph décapoté jaune d’or. Dans les années soixante-dix, la durée de préparation officielle du diplôme est au minimum de dix mois à partir de l’inscription, mais il est précisé que « chaque étudiant peut prendre le temps qu’il estime nécessaire pour préparer son diplôme ». De fait, avant la réforme LMD de 2007 qui a limité la durée de préparation du diplôme à un an, certains diplômables prolongeaient leurs années d’étude au 254 Boulevard Raspail.

1968 brought profound change to ESA. Student demands for “simplification and greater liberty” in presentation and a “single and comprehensive evaluation by a smaller jury” were met. Throughout its nearly 150-year-long history, the school has quite a few stories to tell: Sergio Mosca is remembered well, a teacher at ESA from 1968, who in 1983 arrived to receive his degree in a gold Triumph convertible! In the 1970s, the period of formal preparation for the degree was set at a ten-month minimum, from the time of enrollment. However, each student was allowed to take as much time as deemed necessary to complete the degree. Before the 2007 reforms that restructured the French system of higher education and limited the prepration time for the degree to one year, some students prolonged their studies at 254 Boulevard Raspail.

Directeur de l’École de 1929 à 1959, il remanie l’École en profondeur. Director of ESA from 1929 to 1959, he made profound changes to the school.

*

**

12


M茅moires de dipl么me

13

Diploma dissertations


Les mémoires de diplômes et la bibliothèque de l’ESA

The dissertation and ESA library

Les diplômes entre 1868 et 1970 étaient présentés sur châssis de grands formats, et ne pouvaient être conservés à l’École. La bibliothèque de l’ESA conserve dans ses archives environ 4000 mémoires de diplômes déposés à l’école depuis les années 1970*. Les mémoires de diplômes sont intéressants à plus d’un titre : ils traduisent, par leur nombre, la vitalité de l’école : 592 mémoires pour les années 1970, 1505 pour les années 1980 qui ont vu croitre les effectifs de l’école, 763 pour les années 2000. Ils reflètent l’importance des communautés d’étudiants étrangers : on compte ainsi dans le catalogue de la bibliothèque plus de 350 mémoires sur le Maroc depuis 1970 jusqu’à nos jours, plus de 150 portant sur la Grèce, environ 120 sur le Liban.

Dissertations between 1868 and 1970 were presented in large-format frames, and could not be kept at the school. Since 1970**, ESA’s library houses around 4,000 dissertations in its archives. The dissertation is worthy of note for several reasons. The sheer number of them produced bears witness to the vitality of the school: 592 dissertations in the 1970s; 1,505 in the 1980s, when enrollment soared; 763 in the 2000s. They also reveal the diversity of the student body: the library counts more than 350 dissertations focussing on Morocco since 1970, more than 150 on Greece, and approximately 120 on Lebannon.

Ils permettent aussi d’apprécier l’impact et l’aura des enseignants de l’École Spéciale depuis les années soixante dix : Paul Virilio et Robert Reclus ont été choisis respectivement comme directeur de mémoire par 251 et 250 étudiants, Olivier Leblois, Sergio Mosca, Jean-Claude Moreau, Jacques Pochoy ont respectivement dirigé 159, 158, 148 et 98 diplômés. Des chiffres à mettre en relation avec les années d’enseignement et l’investissement de ces personnes auprès des étudiants. Actuellement l’hétérogénéité physique de ces documents est problématique : dossiers cartonnés des années 1970 contenant des plans pliés de grand format, aux textes dactylographiés palissant sur du papier acide, mémoires des années 1990 sur supports papiers de formats divers (du carnet de bord de 10 pages à 300 pages de textes reliées) complétés théoriquement par 24 diapositives, mémoires sur microfiches de 1983 à 1996. Les années 2000 voient la vulgarisation du support numérique mais la prescription de convertir les données sous un format compatible est bien peu respectée. La conservation et la valorisation de ces documents sont le défi que la bibliothèque doit résoudre dans les années à venir.

The dissertations also help to assess the ilk of ESA teachers and the influence they have on students since the 1970s: Paul Virilio and Robert Reclus were chosen as dissertation directors for 251 and 250 students respectively; Olivier Leblois, Sergio Mosca, Jean-Claude Moreau, and Jacques Pochoy directed 159, 158, 148 and 98 graduates respectively. These figures should be considered in relation to the years the director taught at ESA and the investment they made in their students. Today, the diverse physical forms of dissertations is problematic: bound dissertations from the 1970s that include large-format, folded plans and typed texts on acid paper that are fading; paper dissertations from the 1990s in various formats (from 10-page log-books to 300-page bound texts) including, theoretically, 24 slides; microfiche dissertations from 1983 to 1996. From 2000 on, digital dissertations is the norm, but the requirement to convert all data to a compatible format has rarely been met. Conserving and recycling these documents is a challenge that ESA’s library must face in the coming years.

Anne Chaise Responsable de la bibliothèque Library manager Il semble que l’obligation faite aux étudiants de déposer un exemplaire de leur diplôme de fin d’études à l’ESA date de cette époque It is likely that students were required to submit a copy of their dissertation at ESA from this date forward.

*

**

14


15


16


17


18


19


20


21


22


23


24


25


26


27


28


29


30


31


32


33


34


35


36


37


38


39


40


41


42


43


44


45


46


47


48


49


50


51


52


53


54


55


56


57


58


59


60


61


62


63


64


65


66


Le Jury

Marie-Hélène Fabre Marie-Hélène Fabre est architecte DPLG et urbaniste de formation. Après plusieurs années passées dans l’enseignement et la recherche, notamment à l’Institut Français d’Urbanisme (Université Paris 8) et au Centre d’études coréennes (EHESS) sur les questions de développement urbain en Corée du Sud et dans les grandes métropoles, elle travaille depuis juillet 2006 comme Directrice des études à l’École Spéciale d’Architecture.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------André Guillerme André Guillerme est professeur titulaire de la chaire d’histoire des techniques au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM Paris). Ingénieur et historien, il est spécialiste de l’histoire de l’environnement urbain et auteur de nombreux ouvrages, dont Les temps de l’eau : la cité, l’eau et les techniques, Bâtir la ville: Révolutions industrielles dans les matériaux de construction et La Naissance de l’industrie à Paris: Entre sueurs et vapeurs. Également directeur du Centre d’Histoire des Techniques et de l’Environnement (CDHTE) et membre de l’Equipe d’accueil de doctorants du Ministère, André Guillerme est président des Diplômes ESA Grade 2 nommé par le Rectorat depuis septembre 2012

------------------------------------------------------------------------------------------------------------Yves Michaud, invité d’honneur du semestre de printemps 2013 Philosophe, professeur à Paris I, agrégé de philosophie, docteur es lettres et sciences humaines, Yves Michaud a enseigné dans les universités de Clermont-Ferrand, Montpellier, Rouen, Berkeley, Édimbourg, Tunis et Sao Paulo puis à Paris I à partir de 1985. Dans le cadre de son activité de critique d’art, il a été directeur de l’École Nationale des Beaux Arts de 1989 à 1996 et rédacteur en chef des Cahiers du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou de 1986 à 1990. Il est le concepteur et l’organisateur de l’Université de tous les savoirs depuis 1998.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------Raed Skhiri Raëd Skhiri est architecte DESA, Président de l’École Spéciale d’Architecture depuis novembre 2011 et Président de la SADESA (Société des Architectes Diplômés de l’ESA créée en 1868). Lauréat du meilleur diplôme de l’ESA en 1990, sous la direction de Paul Virilio, Raëd Skhiri cofonde la sarl Aattitudes Architectes à la sortie de l’école et depuis 2006 il est associé cofondateur de la société Lankry Architectes.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------Xavier Soule Titulaire d’une Maîtrise de Lettres, d’une MST de Restauration et de Conservation des sites archéologiques et ethnologiques, d’une Maîtrise d’Archéologie, d’un DEA d’histoire de l’Art Contemporain et d’un DESS d’Archéométrie, Xavier Soule est avant tout architecte de formation. Développeur de logiciels d’aide à la conception en architecture, fondateur de la société Abvent éditrice de logiciels, à la tête de l’agence de photographie et de la galerie Vu, son parcours est étroitement associé à l’architecture et à l’enseignement supérieur. Xavier Soule est Administrateur Général en charge de la direction de l‘École Spéciale d’Architecture depuis septembre 2012.

67


Jury

Marie-Hélène Fabre Marie-Hélène Fabre is an urban planner by training and a certified architect. In July 2006, after several years of teaching and research, notably at the Institut Français d’Urbanisme (Paris 8) and the Centre for Korean Studies (EHESS) on issues of urban development in South Korea and large cities, Ms Fabre took on the role of Director of Studies at the École Spéciale d’Architecture.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------André Guillerme André Guillerme is chairman teacher of History of techniques at the Conservatoire national des arts et métiers (CNAM Paris). Trained as an engineer and a historian, he specializes in the urban environmental history and is the author of several books including Bâtir la ville: Révolutions industrielles dans les matériaux de construction and La Naissance de l’industrie à Paris: Entre sueurs et vapeurs. Director of the Centre for the History of Techniques and the Environment (CDHTE) and member of the French Ministry’s Ph.D. students supervising team, André Guillerme is as well president of ESA Grade 2 diplomas (master’s degree), nominated by the French Rectorat in September 2012.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------Yves Michaud, guest of honour, Spring semester 2013 Philosopher, professor at Paris I, professor of Philosophy and Doctor of Humanities, Yves Michaud taught at university level in Clermont-Ferrand, Montpellier, Rouen, Berkeley, Edinburg, Tunis and Sao Paulo before coming to Paris I in 1985. In his role as art critic, Mr Michaud was the Director of the École Nationale des Beaux Arts from 1989 to 1996 and editor of Cahiers du Musée national d’art moderne at the Pompidou Centre from 1986 to 1990. He created the Université de tous les savoirs in1998 and plays an active role in its organisation today.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------Raed Skhiri Raëd Skhiri is a DESA Architect, President of the École Spéciale d’Architecture (ESA) since November 2011 and President of the SADESA (Society of ESA Alumni Architects, founded in 1868). Awarded First Degree by the ESA in 1990, under the supervision of Paul Virilio, Raëd Skhiri co-founded the company Aattitudes Architectes on graduation, and since 2006 he is Co-founding Associate of the company Lankry Architectes.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------Xavier Soule Holding a Master of Arts, a Master of Restoration and Conservation of archaeological and ethnological sites, a Masters in Archaeology, a Master of Philosophy in Contemporary Art History and a post-graduate diploma in Archaeological Science, Xavier Soule is, above all, an architect by training. He has developed architectural design software, founded Abvent, a software editing company, and heads the photography agency of Agence Vu. His career path is closely related to architecture and higher education. Mr Soule became Director General of ESA in September 2012.

68


LES MEILLEURS DIPLÔMES DE L’ÉCOLE SPÉCIALE D’ARCHITECTURE 2012-2013  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you