1 minute read

Apnée : Apprendre à regarder à l’intérieur

#CHANGENOW

Apnée

Apprendre à regarder à l’intérieur

L’Apnée met en avant un travail sur soi, physique et mental hors norme. Sur un niveau élevé de performances des phénomènes physiologiques apparaissent. Quand la respiration s’arrête, le corps humain met en œuvre des mécanismes de défense : il ralentit le rythme cardiaque et transfère davantage de sang vers les organes nobles comme le cœur, les poumons et le cerveau. Quant à l’eau, en nous libérant de la gravité terrestre, elle améliore la capacité de relâchement. Phil Simha parle aussi de « jeu mental » pour qualifier le dialogue avec le cerveau, occuper son esprit et prolonger le voyage. Un être humain lambda devient ainsi capable de repousser ses limites au-delà de l’imaginable. Umberto Pelizzari, le célèbre apnéiste italien résumé ces états ainsi :

« La plongée en bouteille, c’est fait pour regarder à l’extérieur ; la plongée en apnée, pour regarder à l’intérieur. »

Ainsi l’essentiel est ailleurs. Les pratiquants interrogés n’évoquent jamais la chasse aux records – 11 minutes et 35 secondes en apnée statique, pour information – mais parlent d’anti-stress, d’apesanteur, de plénitude. Guillaume Néry, la figure française la plus médiatique du moment, le dit tout aussi simplement : « Quand j’arrête de respirer, je désactive mon mental. Mon organisme se calme, je relâche les tensions et je suis plus serein. Je me sens complètement relaxé et c’est un pur moment de bonheur. » Phil Simha insiste, lui, sur la dimension loisirs et la philosophie de sa passion : « Nos pratiquants développent une capacité de relâchement bien plus forte et améliorent ainsi leur gestion du stress dans toutes les situations. L’apnée rend les gens heureux : ce n’est pas un sport, c’est un style de vie. »

Pratiquer sur Mâcon : subamacon.com - Pratiquer sur Lyon : cyrnea.net

© Sutterstock