Page 45

Découverte

y avoir du radicchio de Trévise ou des agrumes Bachès et là les prix sont élevés, mais ce n’est pas représentatif de tout ce qu’on fait. Notre souhait c’est que tout le monde puisse acheter nos produits, notre idée n’a jamais été de dire " Bande de ploucs, achetez nos bons produits au lieu de polluer la planète ", la bouffe c’est pour tout le monde. » précise Alexandre. Samuel ajoute : « Il y a d’un côté le pouvoir d’achat et l’éducation de l’autre. Il faut que les gens réapprennent à cuisiner et à mieux acheter parce que les carottes râpées en sachet, ce n’est pas bon et ça coûte une douille. Quand tu vois le prix au kilo, c’est scandaleux ; chez nous, c’est 2,50 euros. Le prix de l’alimentation n’a fait que baisser ces dernières décennies, on dirait que dans la tête des gens ce n’est pas utile. » Alexandre conclut : « Et pourtant, c’est primordial. Se poser ces questions sur l’alimentation devrait être normal. Les gens devraient apprendre la cuisine à l’école : tout le monde devrait savoir se faire à manger, pour la santé et pour le plaisir. »

pratique pour nous, et on pourrait avoir un resto’ de cinquante voire cent couverts avec de grands plats à partager, comme des cochons de lait, agneaux de lait, des volailles… Des légumes de saison et du poisson tous les jours… » Coup d’œil dans le rétroviseur, pas de regret. Samuel termine cette conversation sur ces mots : « On n’aurait pas imaginé ça différemment, ça a été une activité difficile à gérer les premières années. Heureusement qu’on était deux, surtout dans les coups durs. On se connait très bien et on savait que ça serait pour le meilleur et pour le pire ! » Surtout le meilleur.

Alexandre et Samuel démarrent à deux. Leur petite entreprise compte aujourd’hui une cinquantaine de salariés entre le négoce et les boutiques. Lorsqu’on leur demande quelles sont les prochaines étapes, Samuel répond du tac au tac « Dormir », on peut comprendre ! Et pourquoi pas un resto? Cette idée leur est déjà passée par la tête maintes fois : « Finalement ça serait hyper

Terroirs d'Avenir­­— 3, 6, 7 et 8 rue du Nil, 75002 Paris, 71 et 84 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris.

45

Profile for Mint Magazine

Mint #10  

Mint #10  

Advertisement