Page 1

En Direct

n°46 - Novembre 2012

Paris/Île-de-France

E

SPÉCIAL ÉLECTIONS CROEC 2012

DITO!

« Une croissance pour tous ! »

Julien TOKARZ

Paris/Île-de-France

et

Stéphane COHEN Têtes de liste ECF au CROEC Paris/Île-de-France

Voici 4 ans, vous nous accordiez votre confiance pour présider aux destinées de l’Ordre Paris/Île-de-France et du Conseil Supérieur. Nous avons voulu faire de ce mandat, un temps utile pour la profession, riche d’actions et d’évolutions pour faire progresser nos cabinets libéraux. Ces progrès, nous les avons obtenus en développant une stratégie simple : consolider nos missions traditionnelles et notre déontologie et nous y référer pour développer notre champ d’intervention. Cette stratégie, nous l’avons mise en œuvre en trois étapes : La première étape fut, en 2010, de consolider notre prérogative d’exercice que d’aucuns considéraient condamnée par la directive services. Mais également d’entamer une lutte sans merci contre l’exercice illégal, ce en quoi l’Ordre francilien fait figure de fer de lance. Cette sécurisation de nos missions traditionnelles s’est traduite par une valorisation de notre signature avec notamment le mandat fiscal unique et le tiers de confiance. Sans oublier la signature électronique (signexpert) et la rénovation complète de notre référentiel normatif qui contribue à l’exceptionnelle image de qualité qu’inspire notre profession. La deuxième étape fut d’ouvrir notre périmètre d’exercice pour mieux répondre aux besoins présents ou futurs de nos clients et nous aligner sur nos confrères européens (activités commerciales accessoires, maniement de fonds…). Et d’obtenir également la pleine reconnaissance de nos interventions auprès des particuliers. Notre devoir était de permettre aux cabinets d’accéder à ce formidable gisement de croissance que représentent ces nouvelles missions. S’agissant d’organisation, l’interprofessionnalité nous est apparue comme une modalité qui permet à ceux qui le souhaitent de proposer une gamme d’interventions plus large. Si les principaux textes ont été adoptés, restent toutefois quelques dispositions réglementaires à parachever pour l’entrée en vigueur de certaines mesures. Des guides, des outils et des formations sont réalisés pour permettre à tous les cabinets de développer au fur et à mesure ces missions (tiers de confiance, assistance déclaration fiscale des PP, mandat fiscal…). La troisième étape est celle de la communication pour ancrer l’image d’une profession dynamique. Avec des opérations comme les JTE, Allo impôts ou la loi de finances, vos élus n’ont pas ménagé leurs efforts. Nous avons créé une communication ciblée vers un public jeune avec l’opération « Graine d’expertcomptable » pour attirer vers nous de nouveaux talents. Ces évolutions, les mutations du marché nous amène à réfléchir sur l’organisation et la stratégie de nos cabinets. Plutôt que de rester seul et isolé, l’Ordre PIDF à créé des outils innovant pour partager les expériences et les

meilleures solutions. De là, est né le programme CAP PERFORMANCE… (www.capsurlaperformance.fr) qui connait un véritable engouement. Beaucoup reste à faire… Nous voulons, au cours des quatre années qui viennent, développer de nouveaux outils au service des cabinets et de leur croissance. Vous trouverez, ci-après, exposées les principales mesures. Pour mener à bien notre programme, nous avons constitué une équipe riche de femmes et d’hommes d’expérience et de parcours personnels très divers qui représentent tous les modes d’exercice de notre profession (du libéral avec quelques collaborateurs à l’associé dans une structure de 150 personnes). Cette complémentarité est une force que nous mettrons au service de tous. Alors votez pour une croissance pour tous, VOTEZ ECF ! Découvrez l’ensemble de notre liste : www.blog.e-c-f.fr

C

OMITE DE SOUTIEN

« Fiers d’être Experts-comptables Fiers d’être des libéraux ! »

William NAHUM

Président d’honneur de la CRCC de Paris, Président d’honneur du Conseil Supérieur de l’Ordre

Serge ANOUCHIAN Didier-Yves RACAPÉ Président d’honneur de la Fédération ECF

Membre du bureau de la CNCC, délégué titulaire au Conseil National

En ces temps troublés où nombre d’entre nous ne cesse de s’interroger sur la destination des trains de l’histoire sociale et économique, il nous faut garder le cap de l’optimisme… Et pour cela quelle meilleure référence finalement que notre profession ? Sans doute que ce propos un peu décalé pourrait en surprendre plus d’un, mais un regard lucide sur notre situation ne peut que le confirmer. Nous avons la chance d’être des professionnels attendus, entendus et pour tout dire appréciés de nos clients et de nombre de leurs interlocuteurs. Nous avons la chance de disposer, au plan intellectuel, de domaines riches, denses et d’une grande diversité. Notre profession demeure parmi celles qui offrent encore en ce 21e siècle, un ascenseur social, tant pour nous-mêmes que pour nos collaborateurs. Mais nous savons que ces constats sont à mettre aussi en perspective des efforts réalisés par toute la profession, collectivement et individuellement pour tenir le cap. Efforts qui ont rendu notre quotidien parfois bien compliqué depuis plus de 15 ans. Et chacun sait qu’ils ne sont pas prêts de s’arrêter. Experts-Comptables de France a de tout temps pris en considération cet environnement en fondant ses engagements tout à la fois sur la conquête de nouveaux marchés mais aussi sur la quête d’un exercice professionnel plus serein. Ce furent nos engagements en 2008, ils ont été largement atteints dans bien des domaines : le périmètre d’activité élargi, l’environnement apaisé auprès des


I

NTERVIEW CROISÉE !

Bernard LELARGE Françoise BERTHON

Bernard LELARGE

Président honoraire de la CRCC de Paris, Président honoraire de l’Ordre des Experts-Comptables de Paris/Île-de-France

Françoise BERTHON Candidate au CROEC Paris/Île-de-France

OGA et des avocats, le succès de la lutte contre l’exercice illégal, la réforme des cotisations, pour n’en citer que quelques-uns. Et il est important de rappeler que la Gouvernance mise en œuvre dès 2008, fut très ouverte avec la participation de toutes les composantes de la profession. Au-delà même des rangs ECF, nombreux sont celles et ceux qui reconnaissent la qualité du travail accompli, notamment par le Président ZORGNIOTTI, à qui il est reconnu une présidence remarquable et une capacité à développer le nécessaire contact avec la plupart des consoeurs et confrères. Ce furent tout autant les engagements de vos élus du CRO. Ils ont tenu parole autour de la Présidente Françoise BERTHON. Que ce soit, avec la réunion de la CRCC de Paris et du CRO IDF dans un seul et même site, avec le développement d’actions de grande notoriété comme les JTE, avec le développement de l’ASFOREF qui regroupe aujourd’hui tout le catalogue formation CRO et CRCC et bien entendu pour finir, les outils de CAP PERFORMANCE que vous êtes plus de 2500 à utiliser en seulement quelques semaines ! Cette équipe a montré la voie pour le CRO et nous avons la conviction que les objectifs de la prochaine mandature qui s’inscrivent dans la dynamique de celle qui se termine ne peuvent être atteints que par des professionnels qui s’inscrivent aussi dans cette dynamique. La liste ECF-UDL et Promouvoir est riche de ces talents dont la profession va avoir besoin pour relever les défis des prochains mois et des prochaines années. Nous sommes convaincus que l’alliance entre jeunesse et expérience est la clé de la réussite pour nos professions libérales, l’expérience forcément nécessaire pour assurer le trait d’union entre l’histoire construite depuis 15 ans et la vitalité des plus jeunes, passionnés par le devenir de nos métiers, tout autant que par l’apport des technologies nouvelles ou encore la grande mutation de nos organisations. Au-delà même de cette considération, nous avons la conviction que la profession a besoin avant tout d’une représentation LIBÉRALE importante. Que dire alors, de la présence de candidats provenant des quatre plus grands cabinets sur la liste menée par Mr BENAYOUN à un moment où nous savons que l’IFEC, à la CNCC, s’apprête à en laisser la présidence à un associé d’un BIG. Seule la liste menée par Julien TOKARZ, Françoise BERTHON, Stéphane COHEN et René KERAVEL a cette complète légitimité. En ces périodes de grandes mutations, il ne peut être envisagé de voir les plus grands cabinets disposer de positions dominantes à la fois à la CNCC et au CSO. Il n’y a dans cette conviction aucune volonté d’exclusion, mais une simple vision responsable de ce que doit être demain la gouvernance de nos institutions. Gouvernance que nous assurerons, comme pour la mandature qui se termine en assurant la présence de tous les modes d’exercice. Comme l’affirmait SÉNÈQUE : « il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où aller ! » Avec Joseph ZORGNIOTTI et autour de Julien TOKARZ, Françoise BERTHON, Stéphane COHEN et René KERAVEL, nous savons où aller ! Nous nous engageons pour une profession : • Attractive et rayonnante et reconnue, • Unie et reconnue, • Forte de la richesse de toutes ses composantes, • En croissance avec un nouveau périmètre d’activité maîtrisé par tous, • Innovante et équitable, • Fière de ce qu’elle apporte à ces clients et au-delà à toute la société française. DONNEZ UNE AMBITION NATIONALE À CE SCRUTIN RÉGIONAL SAISISSEZ L’OPPRUNITÉ DE RENFORCER ECF ET SES ALLIÉS TANT AU CRO IDF QU’AU CSO. SOUTENEZ LA LISTE ECF SUR JE-VOTE-ECF.FR VOTEZ ECF !

1/ Nous arrivons au terme de ces 4 années de mandature à majorité ECF au CRO- Quel premier bilan faites-vous de cette période ? BL : Avant tout, cette période traduit la réussite de l’alternance. Souvenez-vous, il y a 4 ans, pour la première fois, le Conseil Régional de Paris/Île-de-France était remporté par ECF, donnant ainsi à notre syndicat une majorité au Conseil Supérieur puisque ses représentants sont élus par les conseillers régionaux. Rapidement notre programme a été mis en place et jamais une telle évolution de notre périmètre n’a pu être constatée depuis la création de l’Ordre. La réforme de l’ordonnance de 1945, c’est notamment les missions aux particuliers, la reconnaissance de notre signature de « tiers de confiance », le mandat fiscal, les activités accessoires, l’interprofessionnalité… En assumant pour la première fois la présidence du CRO de Paris et celle du CSO, ECF a conforté la reconnaissance de l’Expert-comptable par l’ensemble de nos interlocuteurs. FB : S’agissant de notre action au niveau de la région, je la résumerais ainsi : « plus d’actions et moins de cotisations ». Car tout en réduisant les cotisations depuis deux ans, nous développons de nombreux projets au service des cabinets. Nos manifestations connaissent une fréquentation en progression sensible. Bernard Lelarge parlait de la réussite de l’alternance. Je veux lui rendre un hommage appuyé, car il est le principal artisan de cette réussite. Il a mis au service de la profession son expérience et sa parfaite maîtrise des dossiers. Sans oublier le rôle majeur de Joseph Zorgniotti qui a porté toutes les réformes au Conseil Supérieur. 2/ Quels sont les évènements marquants de votre mandature ? BL : Naturellement, je place en premier l’acquisition de nos locaux communs avec la Compagnie régionale des Commissaires aux Comptes de Paris, acquisition souhaitée, attendue, voulue par nos confrères si on en juge par leurs réactions. Finis les luttes intestines entre nos deux institutions sœurs, les gâchis, les malentendus. Le temps des synergies et d’une profession unie, efficace et conquérante est venu. Nos permanents et nos élus ont pris l’habitude de se côtoyer, de s’apprécier, de travailler ensemble, d’éviter les doublons. Il est vraisemblable que cette proximité permettra d’engranger de nouvelles coopérations dans un futur proche. La formation organisée en commun par le biais de l’Asforef, les manifestations harmonisées, les services rassemblés comme l’assistance juridique et la défense confrères, voilà quelques réalisations liées à la contiguïté de nos institutions régionales. De même, certains problèmes subsistant entre notre région et le Conseil Supérieur ont pu être résolus très rapidement comme la gestion de nos stagiaires à l’étranger. Il était souhaitable que la gestion financière et politique de ce dossier soit du ressort du National et que Paris contribue à l’assistance administrative. L’idée d’une région « riche » devant contribuer à tous les projets, une notion de solidarité entre Paris et la province plus conforme à nos attentes a été mise en place avec Joseph Zorgniotti. Notre mandature, c’est aussi une gestion rigoureuse ; toutes les lignes budgétaires ont été revues et certaines dépenses superfétatoires annulées ou réorientées vers les services aux professionnels, les outils, la formation et les jeunes. FB : J’en compte plusieurs. Il y a bien sûr le plus récent avec le 67ème congrès qui a connu un succès incontestable. Je suis également très fière de nos manifestations : les UE, les lois de finances dont la fréquentation a littéralement explosé. Les JTE, lancées en 2011 avec les notaires, fonctionnent également très bien. Sans oublier la prestation de serment que nous avons remise au goût du jour avec cette année pour écrin la Cour des comptes et l’accueil de son premier président Didier Migaud.


Au-delà des évènements stricto sensu, il y a des réalisations pratiques pour les cabinets. Je pense bien évidemment à « Cap performance » dont le succès s’étend bien au-delà de la région francilienne. Nous ne nous attendions pas à un tel engouement ! L’opération «Graine d’expert-comptable» et « un expert-comptable, un lycée » connaissent également un grand succès et permettent de communiquer vers l’extérieur tout en soignant notre attractivité. La lutte contre l’exercice illégal a également marqué les esprits par le volontarisme de Stéphane Cohen. Un site internet, des condamnations, un partenariat avec les avocats, une communication très forte vers les organismes sociaux et fiscaux… les faits parlent d’eux-mêmes. Nous avons modernisé notre image avec un nouveau logo et un nouveau site. Et puis, il est vrai que nous communiquons plus avec notre environnement. En témoignent notre assemblée générale sur la croissance des PME et les propositions que nous avons remises aux ministres. Enfin nous avons accompagné les professionnels dans la mise en place du nouveau référentiel normatif 2012, avec des conférences et des outils pratiques. 3/ Quels sont les principaux enjeux pour les 4 ans à venir ? BL : Les nouvelles opportunités dévolues par la réforme de l’ordonnance de 1945 doivent être saisies grâce à des formations appropriées. L’interprofessionalité

P

d’exercice est aussi un chantier qu’il faut mener à terme, et Paris peut être en cette matière très utile par les expériences déjà abouties. Enfin, il conviendra d’affirmer et de concrétiser l’unité de la Profession dans tous les domaines sensibles comme la déontologie, le diplôme d’accès, la formation, la communication, les normes comptables. FB : Je rejoins tout à fait Bernard. Nous devons poursuivre sur le terrain de la synergie qui nous fait gagner en moyen et en efficacité. De ce point de vue, il reste encore à faire. Nous devons également poursuivre sur la rationalisation des coûts : nous avons un programme de modernisation de la structure qui doit permettre un service plus efficace pour un moindre coût. En période de crise, cela me parait indispensable. L’achat de nos locaux ainsi que la construction en pleine propriété des locaux de l’Asforef nous donnera encore plus de marge de manœuvre financière à consacrer au projet pour le développement du chiffre d’affaire des cabinets. Le projet « Cap performance », l’Abécédaire des services en sont une illustration. Mais il ne s’agit que d’un début. Nous devons poursuivre sur cette voie : toujours plus d’outils et de services pour nos consoeurs et confrères. Nous poursuivrons ce projet ambitieux autour du slogan : plus d’actions et moins de cotisations !

ROPOS DE CAMPAGNE

aroles de candidats...

Vital SAINT MARC - 49 ans

J’ai décidé de me présenter pour un premier mandat au CRO car j’estime que nous sommes à un tournant qui va nous offrir de formidables opportunités de développement. Mais à une condition : il faut que nous soyons les acteurs de ces changements. Je considère l’inter-professionnalité obtenue par l’actuelle mandature comme un axe majeur de croissance qui va nous permettre d’apporter de nouvelles compétences à nos clients et de garder notre rôle central de conseil du chef d’entreprise.

Je suis pour un passage de l’inter-professionnalité capitalistique à celle d’exercice.

Agnès CAIRE - 57 ans

J’ai décidé de me présenter pour un premier mandat pour continuer la lutte contre l’exercice illégal. La mandature actuelle a réalisé un travail considérable en sensibilisant les pouvoirs publics (notamment l’administration fiscale et le tribunal de commerce) qui ont pris pleinement conscience des enjeux. L’aspect répressif a également été intensifié et les résultats commencent à se faire ressentir.

Je suis pour une institution active dans la lutte contre l’exercice illégal.

Mehadi KAHOUL - 41 ans

J’ai décidé de me présenter pour un premier mandat car je souhaite développer l’attractivité de la profession. L’ordre francilien a déjà réalisé un beau travail de communication avec la plaquette « graine d’expert-comptable ». Il faudra prolonger cette action en intensifiant les relations avec les écoles et universités. La création de licences pro (dans le domaine social, fiscal, système d’information …) pour la formation de nos collaborateurs, sera la première mesure importante de la prochaine mandature.

Je suis pour la constitution d’un pôle attractivité avec un permanent dédié au sein du CRO.

Cécile de Saint Michel - 46 ans

Je me présente pour un second mandat car je souhaite continuer à développer les outils tel que « cap sur la performance» (voir le site www. capsurlaperformance.fr) à destination de tous les cabinets et notamment des plus petits. J’exerce seule avec trois collaborateurs, je connais les difficultés qu’éprouvent les petits cabinets pour se mettre à jour des contraintes légales mais également pour suivre les évolutions de la profession. La mise en place d’outils intelligents et faciles à manipuler est indispensable pour que chacun puisse bénéficier des progrès de notre profession.

Je suis pour un enrichissement permanent du site www.capsurlaperformance.fr avec des outils pratiques et concrets qui suivent l’évolution de notre marché.

René KERAVEL - 62 ans

J’ai déjà effectué plusieurs mandats aussi bien au CRO qu’au CSO et je souhaite continuer à m’investir dans les instances pour que la profession accentue sa marche vers la dématérialisation. Le déploiement de la signature électronique pour toute la profession est indispensable pour faciliter les transmissions de documents avec les tiers (greffes, administration fiscale, banques …), mais également dans la lutte contre l’exercice illégal en devenant la carte d’identité numérique de la profession.

Je suis pour une signature électronique remise au professionnel automatiquement avec l’inscription à l’ordre.

Nicolas YAKOUBOWITCH - 37 ans

J’ai décidé de me présenter pour un premier mandat car j’ai particulièrement apprécié les textes sur l’ouverture du périmètre obtenus par la mandature actuelle. Je considère ces textes comme une avancée majeure pour la profession. Nos cabinets peuvent maintenant offrir un service complet à l’entreprise, à son dirigeant mais également aux particuliers. Il faut que l’institution accompagne l’ensemble des cabinets vers ces missions pour une marche vers la croissance.

Je suis pour la création de guides sur les nouvelles missions et de formations adaptées pour accompagner tous les cabinets vers la croissance.


Gan Assurances - S.A. au capital de 109 817 739 € - 542 063 797 RCS Paris - Gan Assurances distribue les produits d’assurance vie de Groupama Gan Vie S.A. au capital de 932 007 489 € - 340 427 616 RCS Paris - Entreprises régies par le code des assurances - 8/10 rue d’Astorg 75008 Paris - Document à caractère publicitaire.

Experts-comptables, avec Gan, vos clients ne se prennent plus la tête pour optimiser leurs revenus.

Optimisation de la rémunération Statut, salaire, dividendes, épargne salariale, retraite... Avec le conseil de Gan, vos clients bénéficient d’une analyse qui prend en compte leur situation professionnelle et personnelle pour optimiser au mieux leur rémunération. S RENDEZ-VOU D Assuré d’avancer TAN SUR NOTRE S www.ganassurances.fr

En_Direct_numero46_novembre_2013  

http://www.e-c-f.fr/images/endirect/En_Direct_numero46_novembre_2013.pdf