Page 1

1ER FORUM DE L’AUTOMÉDICATION Organisé par l’Afipa 13 octobre 2011, Maison de l’Amérique latine


L’automédication responsable en débat L’Afipa, portée par une volonté de placer l’automédication au coeur du débat public, a organisé le 13 octobre 2011 le 1er Forum de l’automédication en France. L’automédication interroge et fait réagir tant sur sa propre appellation que sur les médicaments qu’elle concerne ou les comportements qu’elle génère : information et autonomie croissantes du patient, médecins de plus en plus sollicités, pharmaciens dont la profession évolue vers plus de conseil… Se pose alors la question de son avenir, de la politique et des engagements à mettre en œuvre en faveur d’un développement raisonné des médicaments sans ordonnance. Premier pas du parcours de soin, l’automédication contribue à l’éducation du patient et renforce son autonomie. Elle valorise le conseil du pharmacien et est une réelle opportunité pour le médecin d’une bonne prise en charge symptomatique du patient, sous le contrôle du pharmacien. Enfin, elle contribue à la bonne gestion du système de santé. Il subsiste néanmoins dans notre pays de trop nombreux freins culturels, politiques, règlementaires et économiques qui entravent le développement de l’automédication responsable.

1

En tant que partenaire des autorités et des tutelles, l’Afipa a profité d’un contexte politique et économique propice pour faire réfléchir l’ensemble des acteurs concernés sur le développement de l’automédication responsable et raisonnée : plus de 150 participants et 20 journalistes ont relevé le défi !


Les intervenants

1

3

2

4 5

Table ronde n°1 : favoriser l’éducation du patient

7

8

6

2

Table ronde n°2 : politiques et institutionnels face aux propositions de l’Afipa


1

Professeur Patrice Queneau

2

Micheline Bernard-Harlaut

Membre de l’Académie Nationale de Médecine

Présidente du Centre technique régional de la Consommation CTRC

3

Déborah Wallet-Wodka Maître de conférence, Université Pierre et Marie Curie

4

Professeur Alain Baumelou Professeur, Hôpital de la Pitié Salpêtrière

5

Christian Gambotti Directeur de cabinet du Président de la Fondation Concorde

Retrouvez également : Gilles Bonnefond (USPO), Michel Chassang (CSMF), Philippe Gaertner (FSPF) et Pascal Louis (CNGPO), dans la vidéo „Regards croisés des professionnels de santé sur l’automédication” et l’interview de Gilles Bouvenot (Président de la Commission de transparence de la HAS) en réponse aux propositions de l’Afipa

6

Claude Pigement Responsable santé du Parti Socialiste

7

Guy Lefrand Député UMP de l’Eure

8

Jean Gardette Chef du département évaluation thérapeutique des procédures d’autorisation de mise sur le marché à l’Afssaps

3


Le concept d’automédication vaut la peine qu’un médicament d’automédication ne soit pas un médicament par défaut mais un vrai médicament conçu comme tel, pour l’automédication. L’intitulé „service médical rendu insuffisant” n’est pas compris et dévalorisant. Il est nécessaire de revoir les critères d’évaluation pour une meilleure confiance qui mérite d’être donnée. Gilles Bouvenot

Si nous voulons concevoir une automédication qui soit à la fois sûre, efficace et bien comprise, il y a quatre points sur lesquels nous devons travailler ensemble : - la pathologie : une définition claire des pathologies que le patient peut diagnostiquer en dehors d’un contexte médical. - les substances : elles doivent assurer un niveau de sécurité tel qu’il puisse être pris dans des conditions normales d’utilisation sans risque pour le patient.

- les indications : si la définition de la PMF se fait sur la non-inscription sur une liste de substances vénéneuses, toutes les indications ne sont pas directement perceptibles et compréhensibles par les patients. - le conditionnement des produits, qui doivent être parfaitement clairs, avec des boites très informatives, avec des notices lisibles et compréhensibles. Jean Gardette

Le point le plus important peut-être, c’est qu’à travers l’automédication, on permet ou on devrait permettre au médecin, au pharmacien ou au patient d’être dans la chaîne de soins, et d’avoir une vision commune de la santé publique. L’automédication est à la croisée des chemins du médecin, du pharmacien et du patient : c’est votre force. Claude Pigement

4


La véritable éducation à la santé, c’est une éducation de prévention des populations et une éducation qui réellement rend extrêmement responsable. Puisque responsable est le mot que vous avez choisi : il faut rendre responsable le choix du médicament. Alain Baumelou

Et pourquoi pas un passeport d’éducation à la santé ? Déborah Wallet-Wodka

Le patient a envie de devenir autonome. Il a envie de devenir responsable. Il a envie d’être libre dans sa réflexion et dans son action sur sa propre santé. Mais qui dit liberté, dit aussi, en parallèle, sécurité. Qui dit responsabilité et autonomie, dit aussi confiance. Et tout en soignant bien les patients, sous réserve d’une sécurisation en amont, on peut envisager par l’automédication de faire des économies au niveau des dépenses d’assurances maladie. Quand l’automédication peut être un moyen non seulement de faire des économies, mais de soigner aussi bien, voire mieux : alors cela ne me pose pas de problème. Guy Lefrand

5


8 propositions pour favoriser le développement de l’automédication en France

1

Donner au patient dès le plus jeune âge une éducation à la santé Pour que les patients deviennent de véritables acteurs de leur santé, l’Afipa propose que des programmes d’éducation à la santé (et notamment sur les pathologies courantes) soient intégrés dans les programmes scolaires

3

Clarifier l’offre des médicaments d’automédication avec un packaging adapté L’Afipa souhaite que le recours aux marques ombrelles soit favorisé et, afin de garantir une bonne information du patient, envisage la création d’un logo spécifique aux médicaments d’automédication

6

2

Valoriser l’automédication responsable auprès des patients en lançant une campagne institutionnelle d’envergure sur les bons réflexes à adopter L’Afipa demande qu’une campagne institutionnelle de sensibilisation aux bons réflexes de l’automédication soit lancée


4

Elargir le champ de l’automédication responsable à certains traitements chroniques sans gravité

5

L’Afipa demande qu’une réflexion soit lancée sur certains traitements chroniques qui pourraient être adaptés à l’automédication responsable

6

Permettre aux patients d’accéder à des médicaments d’automédication déjà disponibles dans d’autres pays européens Afin de répondre aux besoins des patients, l’Afipa demande la reconnaissance mutuelle des délistages ayant été déjà acceptés dans les autres pays européens et la protection des données de délistages pendant un certain temps pour le premier laboratoire dont la demande est acceptée

Valoriser les médicaments d’automédication issus de déremboursements dans le parcours de soin en remplaçant le terme de SMR insuffisant L’Afipa propose que les termes Service Médical Rendu insuffisant soient remplacés par une terminologie plus claire et plus positive pour l’avenir de ces produits en automédication

7

Lancer une réflexion pour inciter les pharmaciens et convaincre les médecins à conseiller à leurs patients de recourir à l’automédication responsable L’Afipa demande qu’une grande réflexion avec les autorités et les politiques – à laquelle elle serait associée - soit lancée sur le mode incitatif à adopter auprès des médecins et des pharmaciens

8

Former au cours de leurs études les professionnels de santé à l’automédication responsable L’Afipa demande que des modules dédiés à l’automédication responsable soient mis en œuvre dans le cadre des études de médecine ou de pharmacie

7


64% des français pratiquent l’automédication Etude Afipa TNS Sofres septembre 2011

82% font confiance à l’automédication Etude Afipa TNS Sofres septembre 2011

8


L’Afipa remercie vivement l’ensemble des intervenants : Professeur Alain Baumelou, Micheline Bernard-Harlaut, Gilles Bonnefond, Gilles Bouvenot, Michel Chassang, Jean-François Derré, Philippe Gaertner, Christian Gambotti, Jean Gardette, Guy Lefrand, Pascal Louis, Claude Pigement, Professeur Patrice Queneau, Déborah Wallet-Wodka Retrouvez l’ensemble des études, photos et vidéos du forum sur www.afipa.org

9


AFIPA 8, rue Saint-Saëns 75015 PARIS Tél. : 01 56 77 16 16 afipa@afipa.org WWW.AFIPA.ORG

L’AFIPA, acteur de Santé Publique, est l’association professionnelle qui représente les industriels du médicament d’automédication dont les membres sont : Abbott, Almirall, Bayer Santé Familiale, Boehringer Ingelheim, Boiron, Bouchara-Recordati, Bristol Myers Squibb - UPSA Conseil, Cephalon, Dermophil Indien, Diepharmex, Expanscience, Galderma, Genevrier, Gifrer Barbezat, GSK SGP, Johnson & Johnson Santé Beauté France, Labcatal, Mayoly-Spindler, Merck Médication Familiale, Laboratoires Negma, Novartis Santé Familiale, Nutrition et Santé, Nycomed, Omega Pharma, Pfizer, Pfizer Santé Familiale, Procter & Gamble Pharmaceuticals FR, Reckitt Benckiser, Rottapharm Madaus, Sanofi, Semes S.A., Stiefel, Tonipharm, Urgo, Weleda, Zambon France.

Verbatim Forum de l'automédication  

Verbatim du 1er forum de l'automédication organisé par l'AFIPA en 2011.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you