Issuu on Google+

le laboratoire chorĂŠgraphique de rupture contemporaine des gens crĂŠation collective


sommaire 03 04 07 08 10 11 16

02

la compagnie M42 le projet notes d’Alexis Lameda notes d’intention presse l’équipe contacts

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


la compagnie M42 Le questionnement est au centre de notre recherche. Nous voulons nous confronter à des textes ancrés dans la société dans laquelle nous évoluons, sous toutes leurs formes. Nous axons notre travail sur les textes contemporains, à travers l’écriture ou l’adaptation.

03

Nous avons créé la compagnie en 2010 dans un esprit de partage, d’ouverture, d’engagement, et de recherche, le but étant de fédérer des groupes de travail. Nous montons à la fois des spectacles dits “jeune public” et “tout public” car nous voulons interroger la société dans son ensemble. Nous travaillons sur des adaptations, des textes contemporains afin de chercher ce qui, selon nous, fait sens dans les textes. Les écritures de plateau nous permettent de créer collectivement, et d’aller au plus près de notre nécessité. Notre travail débute donc en 2010 avec des formes courtes telles que Asile Asile ou encore Halte à Yalta présentés dans des lieux alternatifs. La même année, nous sommes accueillis en résidence à l’Espace Icare pour la création du spectacle Jeune Public La Fabuleuse histoire de la jeune fille qui cherchait la mer de Louise Dudek. La résidence se poursuit en 2011 et nous continuons de jouer la pièce chez les lieux partenaires ainsi que dans des bibliothèques parisiennes.
Puis c’est au tour du Théâtre du Hublot (Colombes) de nous accueillir en 2012. C’est là que nous écrivons et présentons Et je resterai là toute la nuit sans faillir de Louise Dudek et Alexis Lameda notre deuxième création Jeune Public, qui sera suivi par la reprise du premier spectacle. Cette année, nous avons commencé le travail autour d’un projet tout public : Il faut parfois se servir d’un poignard pour se frayer un chemin de Roberto Alvim, présenté au Théâtre Romain Rolland (Villejuif). Enfin, nous présentons au Théâtre 13 la reprise de la pièce Le Laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens, création collective dirigée par Alexis Lameda.

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


le projet La Cie M42 présente

04 Le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens.

Qu’est ce que tu fais sur terre Sandrine ? Je crois qu’il y a cette grosse question cachée dans toutes les petites questions que se posent les gens. Mais c’est une très grosse question, la réponse je la cherche encore, il faudra que je danse beaucoup pour pouvoir y répondre. Qu’est ce qu’on fait tous sur terre ? A quoi ça sert ce que vous faites ? “Je ne sais pas, mais je le fais. »

création collective de Jeanne Arènes, Lucrèce Carmignac, Amaury de Crayencour, Sol Espeche, Thomas Poitevin, Antonin Meyer-Esquerré, Lorraine de Sagazan, Alexis Lameda-Waksmann & Benjamin Tholozan. création dirigée par Alexis Lameda-Waksmann – écriture des monologues Thomas Poitevin chorégraphies Clémence Galliard et Lorraine de Sagazan – création lumière Florent Penide vidéo Benjamin Tholozan – création Sonore Mathias Lameda. coproduction Production Compagnie M42 en coréalisation avec le Théâtre 13 spectacle créé avec le soutien du prix Paris Jeune Talent et du Fracas / Centre Dramatique National de Montluçon région Auvergne. contact compagniem42@gmail.com

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


05

… le projet

en quelques dates juin 2010 septembre 2010 mars 2011 octobre/novembre 2012 novembre/décembre 2012 20 février 2013 mai 2014

Le LCRCG est lauréat du prix Paris Jeunes Talents. Une maquette/performance est proposée au Festival Spectaculaire Nous jouons une première version du projet au Lavoir Moderne Parisien et à la Maison des Métallos. Johanny Bert nous accueille en résidence pour une re-création au Théâtre du Fracas, CDN de Montluçon région Auvergne. Le spectacle est ensuite repris pour 4 dates du Studio-Théâtre d’Asnières dans le cadre du Festival Mises en demeure. Une date “corporative” est organisée pour les professionnels, au Théâtre 13 / Seine avec lequel nous avons établi un partenariat pour ce projet. Dans le cadre des “Escales du 13” 18 dates sont programmées au Théâtre 13 / Seine

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


… le projet

06

résumé Un jeune chorégraphe et sa troupe peinent à trouver les financements nécessaires à la création de leur projet. Ils se tournent vers le mécénat privé, en l’occurrence l’héritier d’un grand empire industriel Québécois, spécialisé dans l’import export… de porc. De l’art ou du cochon ? Que peut-il se passer quand la boucheriecharcuterie s’immisce dans la danse contemporaine ? Immergé au coeur d’une répétition chaotique, le public est témoin de cet improbable mariage.

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


notes d’Alexis Lameda

Qui ne compose pas avec ses idéaux pour vivre ? Jusqu’où vont les compromis que l’on peut faire pour continuer à travailler ? Doit-on tout accepter pour exister ? Cette création collective est le reflet de ce que nous vivons souvent en tant que compagnie de spectacle vivant, mais aussi de ce que chacun peut vivre dans son milieu professionnel. Qui ne compose pas avec ses idéaux pour vivre ? C’est une histoire à la fois singulière et universelle dans laquelle je crois profondément que chacun, artiste ou non, peut se retrouver. Ce projet, nous le portons depuis quelques temps déjà car nous sommes convaincus qu’il est à la fois original, exigeant et populaire. Il est le fruit du travail acharné d’une équipe soudée, déterminée à construire ensemble dans la durée un théâtre qui lui ressemble, et qui touche un public le plus large possible en abordant par l’humour des sujets grinçants, épineux et engagés.

07

Lors de la reprise du spectacle en décembre 2012, l’équipe, soucieuse de structurer davantage la mise en scène et la direction d’acteurs, est venue me trouver. Elle cherchait quelqu’un susceptible de poursuivre ce processus de création en donnant un point de vue nouveau et une direction claire à l’ensemble. Je connaissais la plupart d’entre eux depuis longtemps pour avoir été leur partenaire de jeu ou les avoir mis en scène dans des spectacles et nous avions déjà tissé une relation de travail forte, si bien que je fus immédiatement séduit par cette idée, d’autant que j’avais participé à l’élaboration du concept original. Le spectacle s’inscrivait totalement dans la démarche artistique de la Compagnie M42 : un théâtre construit à partir des propositions des acteurs, axé sur la création contemporaine, à travers l’écriture de plateau. Aujourd’hui, nous sommes déterminés à inscrire notre démarche dans la durée, à affirmer notre identité artistique, à nous mobiliser pour pouvoir jouer dans de nouveaux lieux, aller à la rencontre de nouveaux publics, et envisager cette reprise comme le point de départ d’un nouvel élan professionnel. Alexis LAMEDA

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


notes d’intention… l’objet de notre recherche Le Laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens est une réflexion collective sur le métier d’artiste, l’engagement, le compromis, la communication dans le travail, la complexité des rapports professionnels et humains. En tant que compagnie de spectacle vivant nous nous trouvons souvent confrontés à la problématique du financement de nos projets. Nous le racontons à travers le quotidien de danseurs contemporains ballotés entre le désir absolu de créer et la nécessité de vivre de leur métier. Retracer le parcours de cette équipe c’est pour nous l’occasion de parler de notre propre condition à travers un miroir déformant. Nous avons choisi de nous rapprocher des conditions réelles de l’élaboration d’un spectacle : le public est immergé au cœur d’une répétition chaotique, sans cesse perturbée par un élément extérieur, et extrêmement vivante car elle repose sur le présent de la représentation. Témoins d’un processus de création renouvelé en vain, les spectateurs vivent la réalité des personnages et découvrent “l’envers du décors”. La vie professionnelle d’un artiste n’est pas si différente de celle des autres, et elle peut parfois rejoindre celle d’un cadre, d’un employé ou même d’un

lycéen : la sensation d’échec, le doute, l’ambition, les rapports de pouvoir et de séduction, la précarité financière auxquels sont confrontés les danseurs font réagir les gens, et les poussent à s’identifier à eux.

l’écriture de plateau En partant de personnages grotesques créés en improvisation par les acteurs, nous avons mis en place une écriture de plateau mouvante, basée sur

Témoins d’un processus de création renouvelé en vain, les spectateurs vivent la réalité des personnages et découvrent “l’envers du décors”.

08 l’histoire, les fonctions et les caractères des rôles. Nous avons utilisé des procédés d’improvisation pour construire une narration solide : nous savons ce qu’il se passe du début à la fin, qui doit intervenir – et quand – pour faire avancer l’histoire. Certains fragments monologués dévoilant un aspect plus profond de certains personnages sont néanmoins écrits car ils permettent une mise en perspective du langage intime avec celui utilisé “en groupe”.

L’espace scénique Le lieu de l’action est la salle de répétition, le plateau “nu” que les artistes s’approprient comme véritable lieu de vie. Comme son nom l’indique, la salle de répétition est l’espace de l’éternel recommencement, d’un rituel renouvelé qui tend peu à peu au sacerdoce. Hormis le mécène, qui représente le monde extérieur, les personnages ne quittent jamais le théâtre. Nous instaurons les codes du huis-clôt pour donner à cet unique espace un aspect de refuge mais aussi de prison pour l’artiste, reflet à la fois de son engagement et de son enfermement. Si toutefois les danseurs quittent le plateau l’espace d’une seconde, c’est pour le réintégrer tout aussi rapidement, un peu plus abîmés à chaque fois.

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


09

… notes d’intention

L’artiste et le mécène

le travail chorégraphique

Dans la pièce, le chorégraphe et sa troupe travaillent grâce à un généreux mécène charcutier qui s’avère de plus en plus envahissant. Aujourd’hui, subventionnements publics et privés commencent à se mélanger dans la production culturelle française, par nécessité sans doute : si ce système se développe, c’est sans doute parce que chaque partie y trouve son compte. Mais que se passet-il lorsque ce n’est plus le cas ? Lorsqu’il y a des quiproquos, lorsque les visions divergent, lorsque l’image et les valeurs de l’un contrastent avec celles de l’autre ? C’est la question que nous posons dans la pièce, question à laquelle nous tentons de répondre de la manière la moins manichéenne possible, loin de l’image caricaturale d’un simple “pacte faustien” : victime et bourreau ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Sensibilisés à la danse contemporaine par nos formations respectives, nous avions, dès l’origine du projet, l’envie et de nous y confronter en pratique. Il nous a semblé capital d’effectuer un véritable travail chorégraphique de recherche et de training. Nous avons par ailleurs imaginé concrètement l’histoire de la pièce chorégraphique sur laquelle travaillent les danseurs, l’histoire du spectacle dans le spectacle. Nous avons choisi de faire travailler le chorégraphe sur la crise économique mondiale afin de créer un parallèle évident entre les thématiques qui animent le chorégraphe dans ses supposées créations et les problèmes auquel il est confronté concrètement. Nous avons titré sa création en cours : “Trading : le training du trader”. Outre l’aspect parodique du titre, il y a un véritable projet de spectacle chorégraphique : montrer comment, tel un sportif, l’homme se prépare à combattre les “aléas” de l’économie et de la finance.

Nous avons imaginé concrètement l’histoire de la pièce chorégraphique sur laquelle travaillent les danseurs, l’histoire du spectacle dans le spectacle. le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


presse

10

Emma Scali Théâtrorama 26 mars 2010

Une réflexion tout en finesse sur le besoin et la difficulté à communiquer, à être soi-même, à être avec les autres, à assumer son corps et à vivre avec (…) Ce laboratoire n’est pas qu’une réflexion sur la quête identitaire, il propose également une belle rencontre avec le public. Les spectateurs pris à parti d’une manière inéluctable et originale font face à des personnages redoutables qui nous font rire tout en nous faisant méditer sur des questions aussi vastes que la place de la publicité dans la culture, la création artistique et les valeurs de notre société. Le pari était osé, il est gagné haut la main.

Marie-Christine Soigneux La Montagne, région Centre 10 novembre 2012

Irrésistible. Chaque enchaînement de pas résonne juste, et fait mouche, dans l’humiliation, dans la drôlerie, l’émotion (…) ils pratiquent l’art de jouer quelqu’un dont le rôle est de jouer, danser, mener une troupe (…) et pour le public, c’est une satisfaction réjouissante. le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


l’équipe…

11

Clémence Galliard chorégraphe

Alexis Lameda-Waksmann direction du spectacle

Formée au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, elle se perfectionne au studio Merce Cunningham et suit la formation professionnelle du CCN de Montpellier.

Formé au sein de la Compania Regional de Teatro de Barinas au Venezuela, puis en France au cours Florent et au Conservatoire du XXe arrondissement de Paris.

2013 Hommage d’un demi-dimanche à un Nicolas Poussin entier, de Hélène Iratchet (Théâtre Jacques Brel) 2012 Panomara de Philippe Découflé au Théâtre National de Bretagne, Le hasard à jamais s’exile, de Clémence Galliard et Nosfell, au Théâtre de Vanves 2011 Swimming Poule et Flying Coqs de Philippe Découflé au Théâtre National de Bretagne 2010 Octopus de Christophe Salengro et Philippe Découflé Théâtre National de Bretagne Solaire de Fabrice Lambert au Théâtre Louis Aragon (Tremblay) 2009 Walk Talk Chalk de Pierre Droulers au Kaaitheater (Bruxelles) 2008 Sombreros de Philippe Découflé au Théâtre National de Chaillot 2006 Sombrero de Philippe Découflé au Théâtre National de Chaillot 2004 La C et la F de la F de Herman Diephuis à La Petite Fabrique (Paris)

Mise en scène 2013 Il faut parfois se servir d’un poignard pour se frayer un chemin de Roberto Alvim (Théâtre Romain Rolland, Villejuif) 2013 Et je resterai là toute la nuit sans faillir création (Le hublot, Colombes) 2012 La fabuleuse Histoire de la jeune fille qui cherchait la mer – création (Espace Icare, Issy-les-moulineaux) 2009 Les crimes exemplaires de Max Aub, m.e.s Alexis Lameda-Waksmann (Théâtre des Déchargeurs)

Assistant à la mise en scène 2011 L’Entêtement de Rafael Spregelburd m.e.s Martial di Fonzo Bo et Elise Vigier (Avignon In, TGP St Denis) 2010 La Paranoïa de Rafael Spregelburd m.e.s Martial di Fonzo Bo et Pierre Maillet 2009 La Estupidez de Rafael Spregelburd, m.e.s Martial di Fonzo Bo et Elise Vigier (Théâtre National de Chaillot) Acteur 2010 Yakich et Poupatché de Hanokh Levin, m.e.s Frédéric Bélier-Garcia (Nouveau théâtre d’Angers) 2010 Là-bas c’est bien aussi de et m.e.s Sol Espeche (Lavoir Moderne Parisien, Festival au Feminin)

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


… l’équipe

12

Jeanne Arènes

Lucrèce Carmignac

Formée au cours Florent ainsi qu’auprès de Philippe Peyran Lacroix, Christophe Hottier (Théâtre du Soleil).

Formée au cours Florent, à l’Ecole du Studio d’Asnières et au CFA des comédiens. Elle suit un stage au Théâtre du Soleil avec Ariane Mnouchkine.

2012 Eves m.e.s C. Ponce Voiron (Théâtre NotreDame Avignon off) 2011 J’ai toujours rêvé d’être une connasse, sauf moi de Clément Aubert m.e.s Arnaud Pfeiffer (Festival Mises en Capsules Ciné 13 Théâtre) 2011 Sarl fait divers de P.-A. Durand et B. Bellecour m.e.s B. Bellecour et Jonathan Cohen (Festival Faits Divers Ciné 13 Théâtre) 2010 Masques et Nez m.e.s Igor Mendjisky (Ciné 13 Théâtre, studio des Champs Elysées, Théâtre Michel, théâtre des Béliers – Avignon off) 2010 Paroles d’Étoiles m.e.s S. Micaleff (Théâtre de Sucy-en-Brie) 2009 Vassa 1910 de M. Gorki m.e.s Gilberte Tsai (CDN de Montreuil, tournée) 2008 Les 4 Deneuve de M. Drigeard et V. Juillet, m.e.s P. Peyran-Lacroix (Théâtre le Mery, Avignon off…) 2007 Retour à la Citadelle de J.-L. Lagarce, m.e.s Jean-Charles Mouveaux (Théâtre du Marais ) 2006 Jeunesse d’Olivier Py, m.e.s G. Hermier (Théâtre Pixel) 2005Juste la fin du monde de J.-L. Lagarce, m.e.s J.-C. Mouveaux (Théâtre des Déchargeurs, tournée cdn)

2013 Fahrenheit 451 de Ray Bradbury m.e.s David Géry (Théâtre de la Commune, CDN d’Aubervilliers) 2012 Casimir et Caroline d’Horvath, m.e.s Emilie Vandenameele et Hélène François (Théâtre 13, Mains d’OEuvres, Le Trident/Scène Nationale, Cherbourg) 2009 Les Crimes exemplaires de Max Aub, m.e.s Alexis Lameda-Waksmann (Théâtre des Déchargeurs) 2008 Procès Ivre de Koltès m.e.s Emilie Vandenameele et Hélène François (Théâtre du Soleil / Cartoucherie, Festival Premiers pas) 2008 Les 30 millions de Gladiator de Labiche, m.e.s Hervé Van der Meulen (Théâtre de l’Ouest Parisien) 2007 La Cerisaie de Tchekhov, m.e.s Jean-Louis MartinBarbaz (Théâtre Silvia Monfort, Fstival d’Anjou) 2006 Le Privilège des chemins de Fernando Pessoa m.e.s Louise Deschamps (Centre Deschamps / Makaïeff)

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


13

… l’équipe

Amaury de Crayencour

Sol Espeche

Formé à l’Ecole du Studio d’Asnières et au CFA des comédiens.

Formée à l’Ecole du Studio d’Asnières et au CFA des comédiens. Elle participe en 2012 à La Nouvelle École des Maîtres, atelier de Théâtre européen dirigé par Rafael Spregelburg.

2012 Le Porteur d’histoire m.e.s Alexis Michalik (Théâtre 13, Comédie des Champs-Elysées) 2011  L’opéra d’un sou m.e.s Laurent Fréchuret (CDN de Sartrouville) 2010  Pourrie une vie de princesse de Sofia Freden m.e.s Edouard Signolet (Théâtre Ouvert) 2010 La Dame de chez Maxim de Feydeaux m.e.s. Hervé Van Der Meulen (Théâtre de l’Ouest Parisien) 2010 Le Cabaret de 4 Sous d’après Brecht, m.e.s Pauline Bureau (Ciné 13 Théâtre, Festival Mises en capsules) 2009 Lorenzaccio d’A. de Musset m.e.s Jean-Louis Martin-Barbaz (Théâtre de l’Ouest Parisien) 2008 Les 30 millions de Gladiator de Labiche, m.e.s Hervé Van der Meulen (Théâtre de l’Ouest Parisien) 2008 Main dans la main de Sofia Freden m.e.s Edouard Signolet (Théâtre Ouvert) 2007 La Cerisaie de Tchekhov m.e.s Jean-Louis Martin-Barbaz (Théâtre Silvia Monfort)

2013 La Bande du Tabou création et m.e.s collectives (Théâtre 13) – Top Girls de Caryl Cuhrchill, m.e.s Aurélie Van Den Daele, (Asnières, Montreuil et Paris) 2012 Lucide de Rafael Spregelburd, m.e.s Marcial Di Fonzo – assistante à la m.e.s (Théâtre Marigny) – Cellules théâtrales : appareils pour créer des catastrophes de et m.e.s Rafael Spregelburd (Teatro Argentina de Rome, Théâtre de la Place à Liège, Comédie de Reims) 2011 L’Entêtement de Rafael Spregelburd, m.e.s Marcial Di Fonzo et Elise Vigier (Avignon In, TGP st Denis) – Peggy Pickit de Schimmelpfennig m.e.s Aurélie Van Den Daele (Unité nomade du Conservatoire national Supérieur d’Art Dramatique) 2010 Le Cabaret de 4 Sous d’après Brecht, m.e.s Pauline Bureau (Ciné 13 Théâtre, Festival Mises en capsules) – Bintou de Koffi Kwawlé m.e.s Laetitia Guédon (Chapelle du Verbe Incarné – Avignon –, Scène Nationale de Fort-de-France) 2009 L’Orage d’Ostrowski, m.e.s Paul Desveaux (Maison de la Culture de Bourges…) 2008 La Cerisaie de Tchekov m.e.s J.-L. Martin-Barbaz (Théâtre de l’Ouest Parisien, Théâtre Silvia Monfort)

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


14

… l’équipe

Antonin Meyer-Esquerré

Thomas Poitevin

Formé à l’Ecole du Studio d’Asnières et au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.

Formé au Conservatoire du Xe arrondissement de Paris. Il fait des stages avec Jean-Philippe Vidal et Serge Tranvouez

2013 La Bande du tabou création et m.e.s collectives (Théâtre 13) 2012 Silence, travail m.e.s Hélène Poitevin (Confluences) 2012 Rhinoceros d’Eugene Ionesco m.e.s. Caroline Guita (JTN) 2012 Maison d’Arrêt d’Edward Bond m.e.s Aymeline Alix (Jeune Théâtre National) 2010 Avant / Après de Shimmelpfennig m.e.s Didier Sandre (CNSAD) 2009 Le lézard noir de Mishima m.e.s Alfredo Arias (CNSAD) 2008 Rodogune de Corneille m.e.s Nada Strancar (CNSAD) 2007 Qu’est-ce qu’on joue m.e.s Pascal Collin (CNSAD) 2005 Kiki l’indien de Joël Jouanneau m.e.s Catherine Delattres (Théâtre de Rouen)

2012 Il faut parfois se servir d’un poignard pour se frayer un chemin de Roberto Alvim m.e.s Alexis Lameda & Louise Dudek (Théâtre Romain Rolland, Villejuif) 2010 Bintou de Koffi Kwawlé m.e.s Laetitia Guédon (Théâtre de Puteaux) 2009 Réalisme m.e.s Catherine Hargreaves (Théâtre de l’Elysée, Lyon) 2008 Procès Ivre de Koltès m.e.s Emilie Vandenameele & Hélène François (Théâtre du Soleil / Cartoucherie, Festival Premiers pas) 2007 Othello de Shakespeare m.e.s Christian Esnay (CDN d’Orléans) 2006 Le Cyclope de Betsy Jolas m.e.s Arnaud Meunier – assistant à la m.e.s (Forum du Blanc-Mesnil)

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


… l’équipe

15

Lorraine de Sagazan

Benjamin Tholozan

Formée à l’Ecole du Studio d’Asnières et au CFA des comédiens.

Formé à l’Ecole du Théâtre National de Chaillot, à l’Ecole du Studio d’Asnières et au CFA des comédiens.

2013 La Bande du tabou création et m.e.s collectives (Théâtre 13) – Le Médecin malgré lui de Molière m.e.s Laëtitia Guédon (Théâtre du Gymnase) 2012 Le Misanthrope de Molière, m.e.s Dimitri Klockenbring (Lucernaire) 2011 Badine 2.5 (acte 2, scène 5 de la pièce) d’Alfred de Musset, m.e.s Benoît Lambert (Comédie de Caen, tournée) 2010 Les 30 millions de Gladiator de Labiche, m.e.s Hervé Van der Meulen (Théâtre de l’Ouest Parisien) 2010 Là-bas c’est bien aussi de et m.e.s Sol Espeche (Lavoir Moderne Parisien, Festival au Feminin) 2009 Vania, Histoire de la révolte d’après Oncle Vania d’Anton Tchekhov, m.e.s Denis Moreau (MC 93 Bobigny) 2009 I’Opéra de Quat’Sous de Brecht m.e.s J. L. Martin-Barbaz (Studio Théâtre d’Asnières) 2007 L’idiot d’après Fiodor Dostoïevski, m.e.s Antoine Bourseiller (Théâtre Mouffetard) 2005 Le Cid de Corneille, m.e.s Catherine Hirsch (CDN de Sartrouville)

2013 Et Je resterai là toute la nuit sans faillir m.e.s Alexis Lameda & Louise Dudek (Le Hublot, Colombes) 2012 La reine des neiges d’après Andersen m.e.s Quentin Defalt (Théâtre de l’Atelier) 2011 Notre-Dame-des-Fleurs de Jean Genêt, m.e.s Antoine Bourseiller (Théâtre national de Nice, Théâtre du Gymnase Marseille) 2010 Les habitants d’Arlette Namiand, m.e.s Jean-Paul Wenzel (Scène Nationale de Sénart) 2010 La flûte enchantée de Mozart, m.e.s Jean-Paul Scarpitta – récitant (Théâtre du Châtelet, Opéra National de Montpellier) 2009 Lorenzaccio de Musset m.e.s Jean-Louis Martin-Barbaz (Théâtre de l’Ouest Parisien) 2009 Le Cabaret Quat’Sous d’après Brecht m.e.s Pauline Bureau (Ciné 13, Festival Mises en capsules) 2008 La Cerisaie de Tchekhov m.e.s Jean-Louis MartinBarbaz (Théâtre Silvia Monfort) 2006 Ruy Blas de Victor Hugo m.e.s William Mesguich (Scène Watteau Nogent S/Marne, Théâtre Mouffetard)

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


contacts

16

compagniem42@gmail.com chargée de production Mélanie Coudert siège social 18 rue des écouffes 75004 Paris téléphone 06 90 90 84 48 attaché de presse Jean-Philippe Rigaud 06 60 64 94 27 jphirigaud@aol.com

le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens


Le L.C.R.C.G