Issuu on Google+

30


antiso 2

Un ex-condamné ne sera jamais quitte de sa dette Si « la maison Trust » est toujours debout aujourd’hui, elle le doit à ses «  deux murs porteurs  », Bernard Bonvoisin et Norbert Krief. Ces deux-la, indissociables dans l’histoire du groupe et de sa musique, se rencontrent en 1977 et vont rapidement trouver les ingrédients d’une musique inédite sous nos latitudes, faite de rage et d’énergie. Les premiers échos du groupe nous parviennent du Golf Drouot où Trust assure, en septembre 77, la première partie du groupe Gang. En décembre, c’est l’Olympia qu’ils in-


ociale Nous sommes la masse, nos voix sont un prêt vestissent en première partie de Bijou. Ce soir-là, une longue panne de courant réduit la guitare de Nono au silence… Mais ne fait pas taire le groupe ! Bien au contraire : Bernie profite de cet imprévu (qui aurait pu s’avérer catastrophique pour un groupe adepte de la fée électricité !) pour placer un solo de batterie de plus de quinze minutes qui restera un morceau d’anthologie. Dès lors tout s’enchaîne rapidement. Janvier 1978, le premier single de Trust est dans les bacs  : «  Prends pas ton flingue / Paris By night  », enregistré dans les studios Pathé à Boulogne où sévissent au même moment les Rolling Stones en pleines séances de l’album « Some Girls ». Mais, autant que

3


4

antiso


5

Je crache à la gueule de tout ce système

ociale78 l’enregistrement de leurs premiers titres, c’est la rencontre avec Bon Scott, venu rendre visite aux Stones, qui va marquer de manière indélébile les premiers pas du groupe. Bernie parvient à faire écouter à Bon « Paris by night », l’adaptation française du « Love at First Feel » d’AC/ DC. Il craque totalement pour la version de Trust. C’est le début d’une grande et belle amitié entre Bernie, Bon et les membres du groupe. Cette amitié trouve un prolongement scénique extraordinaire pour Trust qui se produit en première partie d’AC/DC au Stadium le 24 octobre 1978. suite page 11


golf d 77 6

J’ai cru ouvrir ma gueule devant c’était l’enfer


drouot 7

golf drouot


8

repres


9

Quand vient la connerie vous êtes concernés

80

Je n’ai jamais aimé les gens préfabriqués...

ssion


10

antiso


11

ociale

Pavillon de paris 1980

Londres 1979 L’occasion pour le groupe de faire découvrir à un large public les morceaux composés pour son premier album et de vérifier l’impact de sa musique… Qui va se confirmer tout au long d’une tournée des clubs et aboutira à la signature d’un contrat avec la maison de disques CBS. Le premier album est enregistré à Londres et sort en mai 1979. C’est encore sur scène que Trust va partir à la conquête du public (rejoint par Vivi, qui remplace Ray Manna) et connaître un succès croissant jusqu’au Pavillon de Paris à Pantin où le groupe affiche

complet le 12 janvier 1980. Quelques jours plus tard, le groupe joue pour 200 détenus de Fleury Mérogis… Le groupe rejoint ensuite Londres pour enregistrer son second album. Le 19 février 1980, les membres du groupe doivent passer la soirée avec leur ami Bon Scott, mais sont retenus par leur maison de disques pour la remise de leur premier disque d’or. Ils se promettent de se retrouver plus tard pour faire la fête… Mais le rendez-vous n’aura pas lieu… Bon décède dans la nuit… Le second album, «  Répression  », est


12

Installe-toi bien là dans tes godasses Danse, danse t’es au Palace enregistré à Londres et sort en mai 1980. L’écrin d’un des bijoux du groupe, le titre Antisocial, remporte un immense succès qui se vérifie lors d’une tournée triomphale dédiée à Bon Scott. le 29 août 1981, Trust est sur la scène du festival de Reading, en première partie de Ian Gillan où 40 000 spectateurs déchaînés reprennent  Antisocial. «  Marche ou crève  » sort en octobre 1981. Enregistré en Suède, l’album sera défendu sur les scènes Européennes, comme à Cologne, où le groupe se produit en tête d’affiche du Rockpalast Festival. Pour l’anecdote, le concert sera

retransmis partout en Europe sauf… En France ! La tournée se poursuit en Allemagne où, aux côtés d’Iron Maiden, Trust connaît un succès phénoménal. Le groupe est alors confronté à un choix  cornélien  : Partir en tournée aux USA en première partie d’AC/CD ou Judas Priest ou bien écumer la France. C’est cette dernière option qui est retenue et Trust se lance dans une tournée gigantesque avec, dans des salles d’une capacité de 10 000 personnes avec un bulldozer géant en guise de décor ! suite page 23


13

le biographie groupe


14

chant bernie bonvoisin un mot d’ordre : liberté ! Artiste multi facette, artiste multiple, Bernie Bonvoisin mène plusieurs quêtes artistiques de front. Ignorant les frontières posées entre les genres par les bien pensants de la création, il trace un chemin de notes, de mots et d’images qui n’ont qu’un mot d’ordre : Liberté !

Avec Trust, il réinvente, dès 1977, la définition du groupe de rock. Il lance des mots tranchants comme des poignards qui sont destinés à toucher, plutôt qu’à séduire. La guitare de Nono est, dès le départ de leur aventure commune, le versant sonore naturel de son verbe acéré, vif, sanglant et libre. Il invente les mots/riffs et balance au monde ses quatre vérités, les mots dans les yeux ! Les yeux dans les maux ! Sur pellicule aussi, en trois films essentiels, «  Les démons de Jésus  », «  Les grandes bouches  » et «  Blanche  » (un quatrième est en route), il imprime sa vision d’un monde souvent désespérant mais jamais désespéré. Il y a de la dignité imprimée dans le regard de ses personnages. Il y a l’espoir sous-jacent que les hommes, toujours, peuvent être plus grands que leur destin. Que liberté bien ordonnée commence par soi-même ! Dans ses livres, il visite les sentiments comme dans « Vous êtes faite de peines étranges », observe la (sa) jeunesse des années 67-68 dans «  Sirop d’la rue  » (son plus récent roman paru en juillet 2007.) Bernie Bonvoisin, qu’il chante, écrive ou filme, est un salutaire rappel à l’ordre ou plutôt au désordre et à la vigilance !


15


16

guitare norbert krief - nono la rencontre avec son destin s’appelle bernie bonvoisin

Une biographie de Norbert Krief pourrait commencer par : « Il est né une guitare dans les mains…  ». C’est faux, mais pourtant vraisemblable tant la guitare de Nono est le prolongement naturel de sa main, de son bras, de son corps, de son cœur. Ce qui est vrai, c’est que ce garçon est né pour être guitariste. Ado, il retient facilement les premières leçons inculquées par son frère et dépasse bientôt allégrement le maître. Il se forge rapidement un style personnel, en acier trempé, et attend son heure.

L’heure pile ! Celle de la rencontre avec son destin s’appelle Bernie Bonvoisin. Tous deux vont créer le groupe le plus excitant que la scène rock made in France ait jamais compté. Certains privilégiés, présents aux premiers Gigs du groupe en septembre 1977 au Golf Drouot (créé par l’extraordinaire Henri Leproux) s’en souviennent encore. Aucune raison d’aller visiter le Vésuve et l’Etna : La lave fusion était là sous leurs yeux, glissant dans leurs oreilles jusqu’à ce qu’ils soient pétrifiés. C’était Pompéi en plein Paris ! Si la guitare de Nono possède sa résidence principale sur les albums et les concerts de Trust (et sur le prochain prévu dans quelques mois !), il s’offre parfois des résidences secondaires luxueuses comme la formation de Johnny Hallyday qu’il honorera de ses riffs rageurs pendant sept ans. Sans oublier les nombreuses productions ou participations qu’il éclaire de ses précieux riffs, compositions et conseils, dont les toutes dernières qui méritent un «  coup d’oreille  », Fabienne Shine et Axel  ! ou bien cette vidéo, «  Master Class avec Nono », qui a fait le bonheur de milliers d’apprentis guitaristes. Suprême consécration pour un guitariste, la mythique marque Fender a même baptisé un de ses modèles de guitare la Nonocaster  ! Reconnaissance amplement méritée pour un authentique Guitar Hero qui ne cesse d’influencer la génération de jeunes guitaristes touchés par son jeu unique, mais aussi par son humilité et son humanité. Et si sa guitare était branchée sur son cœur ?


17


18

guitare YVES BRUSCO - Vivi Jouer du rock pour prendre son pied, sans se pre,ndre la tête ! Yves Brusco possède au moins deux point communs avec Nono. Il est né sur la belle terre de Tunisie et c’est également son frère qui l’a initié à la guitare. Mais il en existe un autre de taille ! Son

apport à Trust est évidemment très important et participe pleinement à la magie du groupe. Qu’il officie à la basse (sur tous les albums de Trust) ou à la guitare (depuis les retrouvailles du groupe au festival de Terre-Neuvas) son jeu est partie intégrante de l’identité sonore du groupe dont il est un des membres permanents.  Un peu d’histoire  ! Vivi rejoint Trust en 1979, juste après l’enregistrement du premier album (il remplace Raymond Mana) et compose dès lors avec Bernie et Nono la tierce majeure et indéfectible du groupe. Fidèle à Trust, il n’en a pas moins continué à multiplier les expériences musicales au sein de plusieurs groupes comme Decorum ou, plus récemment, Boxer. Sans oublier sa participation aux trois albums solos de Bernie. Le mot d’ordre de Vivi est avant tout et après tout, se faire plaisir  : «  jouer du rock pour prendre son pied, sans se prendre la tête  », affirme-t-il  ! Et c’est exactement cela que l’on ressent en l’écoutant. Vivi a le plaisir communicatif et ça, c’est rien que du bonheur !


19


batterie basse DJ 20

farid - medjane batterie


21

deck

dj

Iso -Izotronikbasse - DIOP


22

Il faut se dĂŠbrouiller, les coups, ils faut les parer Vous pouvez baisser les yeux, regarder les cieux,

Tu voudrais donner des yeux Ă  la justice Impossible de violer cette femme pleine de vices


La tournée va malheureusement se révéler un gouffre financier. En septembre 1983, sort le nouvel album du groupe appelé Trust IV (Idéal). Produit par Andy Johns (qui fut producteur de Deep Purple et Led Zeppelin) l’album aura demandé six mois de travail et contient plusieurs pépites comme Varsovie et Par compromission. Une version anglaise de l’album verra le jour début 1984. En quelques semaines, du 15 juillet à la fin août, le groupe enregistre à Genève son nouvel album, « Rock’n’roll » avant de partir en tournée. Une tournée… Funeste, car les

23

Bouge, Redresse-toi et bouge Défends-toi. On parle autour de toi. protagonistes semblent ne plus pouvoir dépasser les divergences grandissantes qui les divisent et le groupe annonce sa séparation à l’issue du concert de Ploubalay le 31 juillet 1985. Le public est sous le choc ! La séparation est consommée, mais chacun poursuit son chemin de musique et de rencontres. Nono part jouer aux côtés de Johnny Hallyday tandis que, début 88, Bernie et Vivi rejoignent

Anthrax à l’Hammersmith Odeon de Londres pour un bœuf d’anthologie sur Antisocial. Le titre sera d’ailleurs enregistré par Anthrax et connaîtra un beau succès ! L’idée d’une reformation plane dans l’air et Trust, après quelques galops d’échauffement en province, se retrouve les 24 et 25 septembre sur la scène de Bercy en première partie d’Iron Maiden. La prestation est l’objet d’un album live « Paris by night » qui précède la sortie, en décembre, d’un mini album, « En attendant ».


24


25

Nono est opposé à la sortie de cet album et tire à nouveau sa révérence. Trust est à nouveau en berne. Bernie entame alors une carrière solo prolifique. Il sortira trois albums, et devient comédien (« Un hiver 54 » et « La Haine », entre autres).

En 1992, il retrouve les enregistrements de la tournée 1980, «  Répression dans l’Hexagone. » Le Live qui en est extrait est rapidement disque d’or !

La France on l’aime ou on la quitte Reste un problème, nous ne sommes pas quittes


26

L’année suivante, sortie de « The Backsides  », un six titres qui regroupe des faces B, un titre inédit et un remix de « Préfabriqués ». Au même moment, les premiers titres du groupe, devenus introuvables font l’objet d’un mini LP. C’est en octobre 1996 que sort le sixième album studio de Trust, «  Europe et Haines  ». Au même moment, Ferhat Imakhoukhene (dit Féfé), à la demande de Nono, devient le manager du groupe. Sous son impulsion, le nouvel album donne lieu à une tournée gigantesque (janvier et février 97) et à des concerts mémorables, comme celui qui marque la reformation du groupe au Bol d’Or devant 76 000 personnes !

Combattants dérisoires ignorant le désespoir


27


28

Bobital festival des terre-neuvas Re…disque d’or pour «  Europe et Haines  » et deux Zenith complets à Paris. Trust is Back ! Cette même année 97, Bernie réalise son premier film, «  Les démons de Jésus » qui rencontre l’adhésion du public comme de la critique et rentrera très vite dans la catégorie « culte ». Trust donne ensuite des nouvelles avec un album et une vidéo, « A Live », parfait

témoignage de l’énergie et de la folie de la dernière tournée. Bernie va poursuivre son parcours cinématographique et réaliser deux films majeurs, « Les grandes bouches » en 1999 et « Blanche » en 2002. Il effectue parallèlement un travail d’écriture et sort plusieurs romans tandis que Nono retrouve les studios pour peaufiner ses compositions et collaborer notamment


29

à des musiques de film comme celle de « Ca reste entre nous » réalisé par Martin Lamotte. Si chacun possède un agenda bien rempli pendant les années qui suivent, le « manque de Trust » se fait ressentir. De plus, la parole et le son du groupe seraient salutaires dans un paysage artistique de plus en plus aseptisé ! Grâce à leur manager, Féfé, qui propose au groupe de se reformer pour un unique concert à Bobital au Festival des TerreNeuvas, les retrouvailles ont enfin lieu en juillet 2006. Bernie, Nono, Vivi Farid Medjane et Izo diop retrouvent le plaisir intact de jouer ensemble. Un plaisir partagé par le public et présent, intact, dans l’album Live et le DVD publiés quelque temps plus tard, « Soulagez-vous dans

les urnes ! ». Plaisir évident qui pousse les membres de Trust à se retrouver en décembre 2006 pour quatre dates où le public découvre la présence d’un sixième complice, DJ Deck, qui pose avec talent ses boucles et ses scratches sur le répertoire de Trust. Le groupe est à nouveau dans la course et montre au public qu’à trente ans, il a encore toutes ses dents… Pour mordre ! Happy Birthday, Trust !


30


31


32


33


Chaude est la foule, chauds sont les leurres

34

antiso

La douceur avariée de ma terre prom

Spectacle produit par Ferhat IMAKHOUKHENE pour BALLADINS TOURS PRODUCTIONS CHANT : BERNIE GUITARE : NONO GUITARE : VIVI BASSE : IZO BATTERIE : FARID DJ : DECK Production Déléguée : TS 3 Régisseur Général : Franck de HOLTHAUSSEN Ingénieur du son façade : Madje MALKI

Ingénieur du son retours : Fred LUCAS Backliner : Jean Rémy MAZENC, Laurent LECARVES Pupitreur lumière : Samy THERY Conception lumière : Frederic PEVERI Son : PORTANT HURLANT Lumière : ARPEGE Studios : PLANET LIVE Transport : TRANDESCO Merchandasing : J’AI TOUT DONNÉ (Steve BOULOGNE) www.jaitoutdonne.com


Car là, où se trouve ta place, la mort rôde

35

ociale

mise est juste le fruit de mon identité

Crédits Photos : • P  INGOUIN Alain.Regis@pingouin.tv • Collection personnelle du groupe • Photothèque Jean-Louis RANCUREL

Arthéléna Editions Imprimé en France 2GCA Direction artistique : David Pairé www.dpcom.fr

Nous remercions Jean-Baptiste MONDINO pour l’autorisation de l’utilisation de ses photos : page de couverture et page 5.

Tous droits de reproduction (textes et photos) réservés pour tous pays, sous quelque procédé que ce soit.


Photos de couverture © Jean-Batiste Mondino - création : dpcom.fr

Couverture : l’histoire d’une photo. Ce cliché a été réalisé à la Taverne de l’Olympia en 1977. Le groupe débutait et avait rendez-vous avec un photographe pour une de ses premières séances photo. L’assistant du photographe a attendu son boss qui n’est jamais arrivé. Bernie et Nono ont donc proposé à l’assistant de prendre les photos à sa place. Cet assistant s’appelait… Jean-Baptiste Mondino, il est devenu un immense artiste, et a réalisé ce jour-là une de ses premières grandes photos. Merci à lui !


Programme Trust à l'Olympia