Issuu on Google+

Juin 2011 - Numéro 4

La réponse sera sociale !

L P L

es élections cantonales viennent de se dérouler et, déjà, tout le monde parle des élections présidentielles et surtout des éventuels candidats, qui passera au second tour, etc.. our notre organisation syndicale, plusieurs enseignements sont à retenir de ce scrutin : un fort taux d’abstention dans les classes dites populaires et ouvrières, et une montée du Front National, lié aussi à l’abstention mais pas uniquement. a politique du gouvernement, de part la volonté du président Nicolas Sarkozy, est tournée vers l’intérêt des plus aisées de notre pays, mais aussi avec la volonté de sans cesse vouloir diviser et opposer la population ; les fonctionnaires contre les salariés du privé, les salariés contre les chômeurs et les chômeurs contre les bénéficiaires du RSA ; les actifs contre les retraités, les catholiques contre les musulmans, etc.. our lui, seuls les bénéficiaires du bouclier fiscal ont droit à un regard de compassion, puisqu’ils vont même avoir droit à un allégement de l’impôt sur la fortune (ISF). a France n’a plus les moyens de payer les retraites, de construire des hôpitaux, de remplacer les enseignants ou le personnel de la fonction publique hospitalière. ors des dernières élections cantonales, certains candidats locaux se disputaient pour la déviation de la Mure, l’avenir du petit train, au motif de savoir qui doit payer quoi et qui doit financer. endant ce temps notre hyper président et sa majorité UMP déclaraient la guerre à la Lybie. Sans soutenir cette dictature, on constate une nouvelle fois que, quand il s’agit de trouver l’argent pour défendre l’intérêt des compagnies pétrolières et des membres de leur conseil d’administration, rien n’est plus facile. A 350000 euro le missile largué depuis maintenant plusieurs semaines, combien de maisons de retraite, d’écoles, de réhabilitation de route et de création ou de maintien d’emplois auraient pu être réalisés ? i les candidats à l’élection présidentielle n’intègrent pas dans leur programme des mesures sociales comprenant la hausse des salaires, des retraites, de meilleures conditions de travail, une meilleure protection sociale, l’amélioration des services publics et le maintien de la proximité de ceux-ci, nul doute que l’abstention a encore de beaux jours à vivre, ainsi que les partis populistes prônant la division des salariés mais qui n’ont aucune proposition de progrès social à faire.

P L L P S

1 rue Montante 38350 LA MURE Tél. 04 76 81 16 81 ulcgtlamure@orange.fr http://www.cgt-matheysine-trieves.org


D

ernièrement, dans un document de Matheysine Développement, quasiment uniquement destiné à parlé de l’entreprise Gorgy Timing, on apprenait que cette dernière avait créé 27 emplois en Matheysine pour porter son effectif à 50 salariés, que cette entreprise avait de ce fait obtenu des aides non-négligeables et même obtenu une distinction ! S’il est vrai que cette entreprise est en pointe en ce qui concerne son domaine d’activité la réalité de ce que vivent les salariés est différente. Tout d’abord, cette entreprise n’a créé aucun emploi puisqu’il s’agit d’un transfert d’emploi de Seyssinet à La Mure. Que non seulement elle n'en a pas créé 27 emplois mais qu’en réalité elle en a perdu puisqu’un certain nombre de salariés n’ont pas voulu suivre l’entreprise, et que les quelques recrutements n’ont pas compensé les départs. Que les salariés qui travaillent dans l’entreprise ont d’énormes difficultés à faire respecter les minima salariaux de la Convention Collective de la Métallurgie et que l’entreprise a été rappelée plusieurs fois à l’ordre par l’inspection du travail pour discrimination syndicale ! Qu’à ce jour, beaucoup de stagiaires recrutés par l’entreprise refuse de renouveler leur contrat ! Les salariés voudraient bien être 50 et bénéficier ainsi d’un comité d’Entreprise que refuse de mettre en place l’entreprise. Les salariés auraient bien aimé eux aussi bénéficier des aides donnés à l’employeur sans contrepartie et faire partie de l’aventure humaine vantée par M. GORGY qui se transforme trop souvent à notre goût en galère pour les salariés. Une nouvelle fois on s’aperçoit que, selon que l’on soit riche ou misérable, nous n’avons pas les mêmes droits et obligations, d’un côté la suppression des ressources de la taxe professionnelle pour la population et les collectivités qui va amener, comme le disait le président de Matheysine Développement « à une baisse des aides et de leur droits », et de l’autre coté des entreprises bénéficiant de cette mesure, des aides attribuées sur des motifs de créations d’emplois erronées et surtout des aides attribuées sans contrepartie sans contrôle de l’argent public et donc de nos impôts. Une réflexion s’impose.

L

a presse c’est largement fait écho de la candidature d’un responsable de syndicat CGT sous l’étiquette du FN. Il est écrit dans les statuts de notre organisation « La CGT agit pour une société démocratique, libérée de l’exploitation capitaliste et des autres formes d’exploitation et de domination, contre les discriminations de toutes sortes, le racisme, la xénophobie et toutes les exclusions » En application de nos statuts, dès que notre organisation a eu connaissance de ce fait, elle a mis la procédure statutaire en marche pour exclure le syndicat de notre organisation. Le FN, en prônant la division, la préférence nationale, l’exclusion, est loin des orientations et des valeurs de la CGT. Ce militant s’est trompé en pensant que les thèses étaient compatibles. La CGT avait déjà, lors des élections prud’homales de 2003 et 2008, obtenu l’exclusion de liste que le FN avait tenté de présenter. Le comportement de ce parti, qui contrairement à ce qu’il prétend, n’est pas un parti comme les autres, a pour seule finalité de diviser la population et par conséquent le monde du travail. Pour la CGT, les salariés portant leurs voix sur ce parti politique se trompent de camp. B. GOLNISH, numéro 2 du parti FN, disait, pendant le dernier conflit des retraites à propos des salariés qui occupaient leur entreprise « une telle attitude est scandaleuse, le gouvernement français devrait envoyer la facture des pertes que connaissent les entreprises aux salariés ou syndicats responsables des ces actes » ; cette déclaration est une remise en cause du droit de grève et une véritable déclaration d’où se trouve les intérêts de ce parti. Dans aucune manifestation, vous n’avez vu défiler les membres ou militants du FN aux cotés des salariés qui revendiquent une juste répartition des richesses. Dans aucune ligne de leur programme électoral, vous n’avez vu qu’il revendique une augmentation des salaires, des retraites, de nouveaux droits pour les salariés ou leurs représentants. Quant au changement de direction, pour nous, si une voiture est rouillée, vous pouvez la repeindre, ça ne l’a fait pas plus neuve pour autant ! Il est à signaler que plusieurs organisations syndicales ont été victime de la part du parti « frontiste » d’infiltration du milieu syndical, on constatera simplement que seul celui de la CGT a eu droit à la presse nationale. Le Petit Journal de l’Union Locale - Juin 2011 - Numéro 4

Page 2


L

a rentabilité retranscrite au travers d'une politique uniquement financière et économique frappe l'AFIPAEIM de plein fouet. « Il faut faire des économies », est devenu le leitmotiv de la direction générale. Et les économies sont faites au prix de décisions dont la cohérence ne semble pas être le premier critère. Nous citerons par exemple, l'abandon du partenariat de notre association depuis des décennies avec la MAIF, au bénéfice d'une mutuelle d'obédience catholique. La religion serait-elle soluble dans la notion d'utilité publique fondée, sur le principe de laïcité tellement à la mode ces derniers temps, quand l'argent est de la partie? De plus, au vu des franchises et conditions incluses dans le nouveau contrat d'assurance, il n'est vraiment pas certain que l'AFIPAEIM fassent des économies. En janvier de cette année, la direction générale a renoncé à la mise en œuvre d'une collaboration avec un prestataire de service concernant la restauration dans les foyers, sous la pression des salariés et des syndicats. Cette démarche avait pour origine la même argumentation : il faut faire des économies! Or, nous nous sommes aperçu qu'en plus des dysfonctionnements et de l'augmentation de la charge de travail de certains salariés, nous ne faisions pas d'économies. Il faut faire des économies ! Est-ce à dire qu'il faut porter atteintes aux conditions de travail des personnels éducatifs voire aux autres catégories professionnelles, pour pouvoir assurer les astreintes de garde-malade en journée dans les foyers d'hébergement ? Début janvier, le chef de service du restaurant d'entreprise des ASI à Susville a reçu une convocation pour un entretien préalable à licenciement. Après plusieurs rencontres avec la direction, le licenciement annoncé s'est transformé en rupture conventionnelle. Il est vrai aussi que son poste n'était plus absolument indispensable dans la nouvelle configuration que l'association a décidée de donner à la restauration sur le plateau Matheysin. Peut être que cela fait également partie des économies !

E

n effet, 11 communes des cantons de LA MURE-CORPS-VALBONNAIS-MENS, dont La MURE et SUSVILLE, figurent dans les trente premières communes départementales. Ne cherchez pas dans la page des sports le lundi dans le quotidien local. Ces deux communes se trouvent dans le triste classement dont le revenu fiscal par foyer est le plus faible du département. Pire ! L’édile de la commune la plus importante semble découvrir que ses administrés sont aussi pauvres. Il est étonné car il pense que localement beaucoup d’emplois ont été créés. Une des raisons qu’il avance sont les faibles revenus des veuves de mineurs. Pourtant, il devrait savoir que les nombreuses associations caritatives de la Matheysine affichent complet et ont toutes des difficultés pour satisfaire les demandes de plus en plus nombreuses touchant toutes les catégories de la population. Il devrait savoir que: - si les pensions de reversion des veuves de mineurs sont faibles, c’est au départ parce que les retraites de mineurs sont faibles, et que le Président de la République et son parti politique n’ont pas respecté leurs engagements de revaloriser les retraites de mineurs de 17% et de porter le taux de reversion de 54% à 60% pour toutes les veuves. - ce n’est pas en donnant beaucoup d’aides aux employeurs que ceux-ci rémunèrent mieux leurs salariés ! - beaucoup d’emploi en Matheysine sont des temps partiels non voulus ! - ses amis employeurs profitent du nombre de chômeurs plus nombreux en pourcentage en Matheysine qu’ailleurs pour tirer les salaires vers le bas. A force de vouloir tenir un discours enjoué pour vanter les mérites de notre région (qui est, c’est vrai, très belle) et de fermer les yeux pour ne pas reconnaître que la politique de son parti amène à ce que les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, on se coupe de ce que vie la population, actifs, retraités au quotidien et on alimente les conséquences des dernières élections : abstention et montés du FN. Le Petit Journal de l’Union Locale - Juin 2011 - Numéro 4

Page 3


L

ors du dernier congrès de l’Union Départementale CGT, il avait été décidé de créer des organisations par territoires de manière à ce que notre organisation puisse porter des revendications au-delà du périmètre des entreprises. Le département a ainsi été découpé en 6 territoires et, pour ce qui nous concerne, l’Union Locale CGT Matheysine-Trièves, il s’agit du territoire Sud-Isère. Il est composé des Unions Locales de Vizille, Oisans, de Pont de Claix et Matheysine-Trièves. Dernièrement, une réunion des responsables de syndicats de notre territoire c’est tenu à Pont de Claix pour déterminer les axes revendicatifs. La logique de notre territoire est bien évidemment lié à l’activité chimique sur les communes de Jarrie et de Pont de Claix, car bon nombre d’habitants de notre secteur ont un emploi lié à cette activité. Les autres axes de travail sont : - Le maintien des services publics, car il est indispensable de maintenir ces services de proximité pour pouvoir attirer des entreprises. - Les déplacements et notamment la situation des salariés faisant les trajets tous les jours entre l’agglomération grenobloise et la Matheysine. - Prise en compte du chantier concernant la création d’un barrage hydraulique sur la Romanche avec un groupe de travail comprenant les syndicats de la chimie, d’EDF et du secteur du BTP. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’avancée de nos travaux et de nos revendications.

« DE MEMOIRES D’OUVRIERS »

D

ans le cadre de notre partenariat avec le Cinéma-Théâtre de La Mure, une diffusion du film de Gilles Perret, en présence de celui-ci, est prévue le mardi 14 juin 2011 à 20h. « De l’évocation de la fusillade de Cluses (1904) où les patrons tirèrent sur les ouvriers grévistes au témoignage d’un ouvrier d’aujourd’hui à l’usine de La Bâthie, le film de Gilles Perret, utilisant les films d’archives déposés à la Cinémathèque des Pays de Savoie et de l’Ain, construit la mémoire des ouvriers des montagnes de Savoie … En passant de l’activité industrielle suivie par les grands travaux des Alpes, puis par la construction des stations de ski qui voit l’économie de service supplanter l’économie de production, c’est aussi l’histoire économique du dernier siècle qui est racontée. Sur fond de rapports sociaux plus ou moins favorables à la classe ouvrière, ce sont des hommes droits et lucides qui expriment leurs souvenirs. Au-delà du seul territoire savoyard, le film atteste sans nostalgie de la mutation d’un monde ouvrier qu’on ne voit plus, menacé de disparition par la logique économique de la mondialisation ... » La projection sera suivie d’un débat autour des idées évoquées dans le film. Tarif unique : 5,50 €

BULLETIN DE CONTACT ET DE SYNDICALISATION Nom : _____________________________________

Prénom : __________________________

Adresse : _________________________________________________________________________ Code postal : _____________ Vous souhaitez ?

Ville : ________________________________________________

Etre contacté

Adhérer à la CGT

Ce bulletin est à renvoyer à : Union Locale CGT, 1 rue Montante, 38350 LA MURE

IPNS - Ne pas jeter sur la voie publique

La CGT s’organise


Retraite complémentaire : un accord sur le dos des salariés

L

ongtemps repoussées pour attendre la promulgation de la loi sur les retraites, les discussions ont été engagées entre les organisations syndicales représentatives ( CGT-CFDT-FO-CFTCCGC) et le MEDEF, et après plusieurs négociations un accord validé par trois organisations (CFDT-CFTC-FO) a été passé. La CGT ne l’a pas signé car il ne prévoit pas de ressources supplémentaires (taxation des revenus du capital, stock-option, etc.), mais il va au contraire amener une diminution du montant de la retraite complémentaire, puisque la revalorisation du point se fera sur l’indice des prix jusqu’en 2012 et sur l’évolution du salaire moyen de 2013 à 2015 pour les salariés, et une revalorisation du point inférieur à l’évolution des prix (0,41% au lieu de 2,11%) pour les cadres. Et, cerise sur le gâteau, alors que toutes les organisations syndicales s’étaient opposées au projet de réforme des retraites, les signataires ont accepté l’alignement au niveau de l’âge du reversement de la retraite complémentaire soit 62 et 67 ans pour une retraite complémentaire sans abattement. La démonstration est faites une nouvelle fois que, dès que les salariés ne se mobilisent pas, de mauvais accords sont passés dans leur dos sans beaucoup de publicité faite par les signataires.

Le Contrat de Travail à Temps Partiel

L

’article L3123-14 du Code du Travail qui évoque ce type de contrat de travail est très clair en la matière. Le contrat de travail doit impérativement être écrit et comporté certaines clauses, à savoir : - La durée du travail (ex : 25 heures), les horaires et la répartition des heures par jour de la semaine (ex : lundi de 9hà 12h ; mardi de 14 à 18h etc.) ou les semaines du mois. - L’emploi occupé, la qualification, la rémunération. A défaut de ces précisions votre contrat doit être requalifié en Contrat de Travail à durée Indéterminée à Temps Plein. Si le législateur a voulu être aussi précis dans la rédaction de cet article, c’est tout simplement pour pouvoir permettre aux salariés concernés de rechercher un emploi d’appoint. Dans les associations et entreprises d’aide à domicile, les horaires de travail sont communiquées par écrit chaque mois au salarié. Renseignements aux permanences du lundi matin ou sur rendez-vous en téléphonant au local. Le Petit Journal de l’Union Locale - Juin 2011 - Numéro 4

Page 5


La CGT signe pour le progrès social

D

ans le cadre des négociations annuelles obligatoire de la branche Métallurgie, sous la pression des salariés et de leurs syndicats CGT, l’UDIMEC a été contrainte d’accepter le fait que tous les salariés de cette branche professionnelle, que ce soit pour les grandes, moyennes, petites ou très petites entreprises, elles bénéficieront toutes d’une mutuelle prise en charge à un minimum de 50% par l’employeur. Quand on connaît les conséquences du désengagement de l’état dans le cadre de la protection sociale et le coût d’une mutuelle, c’est une avancée significative que la CGT vient d’obtenir pour tous les métallos et une opportunité pour tous les salariés de se saisir de cette avancée pour en faire une revendication dans leur branche professionnelle.

La CGT met en demeure l’UDIMEC ...

d

e respecter la Convention Collective Nationale. Toujours dans la métallurgie, la CGT vient de s’apercevoir que les employeurs lésaient l’ensemble des salariés de la branche en ce qui concerne la prime d’ancienneté. La Convention Collective de l’Isère prévoyait une augmentation de 3% tous les trois ans, alors que la Convention Collective Nationale prévoit, à partir de la quatrième année d’ancienneté 1% tous les ans jusqu'à 15 ans. Pour un ouvrier ayant 15 ans d’ancienneté consécutive dans cette branche, le manque à gagner s’élève en moyenne à 1370 euro. Nous attendons à ce jour la réponse de l’UDIMEC. Mais vous pouvez aussi intervenir auprès de votre employeur et avec votre syndicat CGT pour obtenir satisfaction.

Le Petit Journal de l’Union Locale - Juin 2011 - Numéro 4

Page 6


Journal de l'Union Locale - Juin 2011