Page 1

Bulletin Salésien bulletin de la famille salésienne en afrique des grands lacs

Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL) Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL)

7è année Février

2018

numéro

bulletin of the salesian family in africa of the great lakes

15


15

3 5

Editorial Message du Recteur Majeur Jésus s’est arrêté à KAKUMA

Message du Pape 7 Fausses nouvelles (Fake News) et journalisme de paix

Editeur Responsable: P. SWERTVAGHER Camiel Salésiens de Don Bosco Afrique des Grands Lacs (AGL) B.P. 6313 Kigali Rwanda E-mail: aglsdb@yahoo.fr http://www.sdbagl.org Comité de Rédaction: Fr. Minani Laurent P. Arasu Lazar P. Katanga Raphaël P. Verheyden Jacques Sr. Owuoth Mary Mr. Ssemakula Henry Mme. Watripont Thérèse Mr. Nzirayukuri Méchac Mr. Ntwari Léonce Mise en page: Mr. Nzirayukuri Méchac Si vous voulez réagir au contenu du Bulletin Salésien, vous pouvez le faire à l’adresse e-mail ci-dessous : Please feel free to give feedback to the content of the Salesian Bulletin at the following e-mail address :

bs@sdbagl.org

Le Bulletin Salésien est distribué gratuitement. Cependant, si vous voulez faire un don pour aider à couvrir les frais d’impression, vous pouvez le faire en utilisant un des numéros de compte suivants : The Salesian Bulletin is distributed free. However, if you want to donate to help cover the costs of printing, you can do so using one of the following account numbers : Burundi: Banque: IterBank Burundi (IBB) Compte N° : 701-23746-01-64 Titulaire: Maison Don Bosco

Sommaire

Février 2018

10 Getting to know Don Bosco

Street children, Don Bosco hunting for souls.

11 12

Strenna: Meaning

“Lord, GIVE ME THIS WATER”

Etrenne: Signification

“SEIGNEUR, DONNE-MOI DE CETTE EAU”

Etrenne: Présentation

13

par Sœur Yvonne Reungoat, Supérieure Générale des (FMA).

15

Affiche: étrenne 2018 du Père Angel

16

Poster: 2018 Strenna of the Rector Major Fr. Angel Fernandez Artime

Fernandez Artime, Recteur Majeur

FMA - Museum

19

Museum set up for Cultural Education.

21

The Salesians among the refugees. An interview with Fr. Lazar Arasu SDB

22 23

Interview

Missions

AGL devient de plus en plus missionnaire

Youth Corner

Things Everyone Should Know

News

24

Rwanda: Banque: Banque de Kigali Compte N° : 00040 – 0013743 – 02 Titulaire: Salésiens de Don Bosco S.D.B

28

Uganda : Bank : PostBank Account Nr: 2120052000011 Account holder: Don Bosco Reach Out

31

30

- Consécration de l’église Marie Auxiliatrice de Kimihurura / IFAK - Kigali - Clôture du centenaire du sacerdoce au Rwanda, à Kabgayi

Entertainment Some pictures Vocation


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Editorial

A New Salesian Presence in Northern Uganda : Palabek Refugee Settlement.

Palabek

is one of the many settlements where we, Salesians of Don Bosco, would like to dedicate ourselves to the youth. We have seen this as a “call” from God’s Spirit and a “sign” of this time. In view of this situation we cannot remain indifferent. That was our conviction when we, as provincial council, held our annual session in July 2017. After obtaining the necessary information and getting a clearer picture of the needs that exist in such refugee camps, we presented our suggestion to our superiors in Rome. A good opportunity for this was the meeting held in Rome of all the salesian provincials of Africa last October. After we provided our superiors with the necessary explanations, a number of decisions were quickly taken: * launch a call to invite confreres from other salesian provinces to come and carry out educational and pastoral work on behalf of the children and young people in the refugee camp of Palabek;

* find the necessary material and financial resources to make such a commitment possible; * formulate the explicit request to the Rector Major to set up a salesian presence within the refugee camp; this presence will immediately become the coordination center for all our youth activities. All this work will have to be done in collaboration with responsible lay people. Indeed, our intervention with youth covers various fields: education in general, teaching jobs, providing sports and games, education and evangelisation, group activities and training sessions. Meanwhile, already in the beginning of November, our Rector Major gave “the green light “: so it is decided: we are setting up a presence of Don Bosco in Palabek refugee settlement. This is really something new for our salesian province of “Africa of the Great Lakes” but we are very happy with it. It is a serious challenge for us to work for the neediest young people along a “new frontier”. February 2018 - Salesian bulletin No 15

3


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

Editorial One confrere has already been at work there for five months, Father Lazar Arasu, a confrere of our salesian province. We are now waiting for reinforcements from other provinces, because there is no lack of work! I was happy to celebrate Christmas 2017 in two chapels of Palabek Refugee Settlement: the night mass with Fr. Joseph, a diocesan priest of South Sudan, and a good number of Christians, in the Holy Cross chapel, just under a big tree; and the mass during the day of Christmas with Fr. Arasu and many people, especially lots of children, in the Daniel Comboni chapel, made of iron sheets. Fr. John, a Maryknoll priest, also celebrated masses in other chapels. During these two days, December 24th and 25th, we were welcomed by Mr. Robert, coordinator of the Catholic community in the camp and by Mr. Eugene, catechist. From them and other leaders as well as from Fr. Arasu, I received interesting reports of the work already done by many people. At the same time I have listened to the numerous challenges and needs. It’s worthwhile to support them in their beautiful efforts. I have once more experienced Christ’s birth there

4

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15

: simple and sober, in the subdued noises of a refugee camp, without colourful lights and all sorts of Christmas frills, but very simply between the people who search for “peace on earth” and for whom the greatest and most beautiful gift is “the Prince of Peace”, Jesus Christ, God-with-us. His “Good News” becomes then once again very real: “What you have done to the least of my brothers and sisters, you did that to me .. For I was hungry and you gave me food, I was thirsty and you gave me drink, I was a stranger and you made me welcome, lacking clothes and you clothed me, sick and you visited me, in prison and you came to see me.” (see the Gospel according to Matthew, 25,31-46). Christ is really “light” in the “darkness” of some dramatic circumstances. We hope that very soon we will be able to welcome other confreres for the educational pastoral work in Palabek Refugee Settlement. We can offer a lot of services among the youth and the children in a salesian lifestyle. May the Lord bless the new salesian presence in Palabek! Fr. Camiel Swertvagher, Provincial of AGL.


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Message du Recteur Majeur

Le Message du Recteur Majeur Père Angel Fernandez Artime

JÉSUS S’EST ARRÊTÉ A KAKUMA

J’ai vu, au milieu d’une souffrance immense, les Salésiens qui tiennent ouverte une maison d’espérance, de consolation, de vivre ensemble et d’éducation

A

mi(e)s lecteurs, je désire partager avec vous ce que j’ai éprouvé en vivant une profonde expérience humaine. Il s’agit de la visite que j’ai faite, avec d’autres Salésiens, au Camp de Réfugiés des Nations Unies à Kakuma (Kenya), il y a quelques semaines. Vous pouvez facilement imaginer la force de l’impact d’une visite à un camp de réfugiés. Il faut y ajouter une motivation particulière et importante: je n’y suis pas allé pour rencontrer les réfugiés du Sud - Soudan, du Rwanda, du Burundi et du Congo, entre autres, mais pour saluer avec toute mon affection mes frères salésiens de cette magnifique communauté où cinq Salésiens provenant de Tanzanie et du Kenya vivent avec ces 150 000 personnes, dont de nombreux enfants, adolescents et jeunes.

d’éducation et de formation. J’ai vu un autre Valdocco du XXIème siècle

En arrivant dans la ville de Kakuma, à la frontière du douloureux Sud - Soudan ensanglanté aujourd’hui par de terribles conflits tribaux internes, on se retrouve au milieu du peuple Turkana, un peuple de quelque 340 000 personnes qui vivent dans cette zone du Nord-Ouest du Kenya, aride et très chaude. À travers le lit d’un fleuve totalement à sec, on arrive au Camp des Réfugiés des Nations Unies. On y rencontre les races et les tribus les plus variées, les habitudes et les confessions religieuses les plus diverses. Au milieu de cette « Babel » humaine, nos frères salésiens continuent à être, pour beaucoup de ces personnes, ce qu’a été Don Bosco pour les jeunes La communauté vit au milieu du Camp des Réfugiés du Valdocco. Ici, j’ai rencontré un autre Valdocco du depuis de nombreuses années déjà. C’est inhabituel XXIème siècle, avec un profil totalement africain. mais c’est ainsi. Ce n’est pas seulement permis mais souhaité par le Comité responsable des Nations Plus de 250 jeunes fréquentent chaque jour le CenUnies car l’œuvre salésienne est un important élé- tre de Formation Professionnelle où œuvrent des ment générateur de vivre ensemble, de sociabilité, instructeurs et les Salésiens eux-mêmes, pour enseiFebruary 2018 - Salesian bulletin No 15

5


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

Message du Recteur Majeur

gner un métier : menuiserie, installations électriques et électroniques, ébénisterie, administration, secrétariat, etc. Des professions simples, en somme, qui puissent permettre à des jeunes de vivre dignement lorsqu’ils auront quitté le camp, une fois rétablies les conditions de paix et de survie là où ils désirent s’établir. Chaque jour, la nourriture est assurée pour ces jeunes et pour beaucoup d’autres. Les aliments sont fournis en grande partie par les Nations Unies qui garantissent tous ces services. Nous avons mangé avec eux : d’énormes plats de riz assaisonnés d’une très grande joie et de grands sourires. Ils m’ont fait visiter leurs petits ateliers et ce qu’ils étaient en train d’apprendre. L’immense majorité d’entre eux étaient de jeunes adultes. J’ai senti que cette maison était une véritable école de vie. Apprendre un métier, c’est important, mais ce qu’ils apprennent chaque jour vaut encore davantage : vivre ensemble dans la diversité, dans la paix et la concorde, unir leurs forces pour un but commun, respecter les opinions, les expressions culturelles et religieuses de chacun. J’ai eu l’occasion de saluer la responsable des Nations Unies pour ce qui concerne l’œuvre salésienne. Elle était venue se joindre à nous et partager le bol de riz. J’ai été très content d’entendre de sa bouche qu’elle a la plus grande estime pour la présence de nos confrères, et qu’elle évalue positivement cette collaboration entre Nations Unies et Congrégation Salésienne en ce coin du monde. Aller au-delà du fleuve à sec Je l’ai remerciée de nous avoir permis de travailler au milieu de ces jeunes, non pas dans un simple rôle d’assistance ou pour la survie, comme cela pouvait être le cas au début, mais pour les préparer à la vie et leur donner une espérance solide en un avenir plus ou moins proche. J’ai beaucoup apprécié l’atmosphère joyeuse de la maison et du milieu. Les jeunes se sentent vraiment chez eux pendant les nombreuses heures où ils la fréquentent. Et nous ne sommes pas les seuls,

même si les Salésiens sont les seuls non réfugiés à pouvoir résider dans le camp. Quelle joie de sentir la proximité du jeune Évêque qui nous a assurés de sa pleine communion et de sa collaboration ! Avec nous, certes, mais aussi avec une communauté de religieuses avec qui nous partageons depuis des années la mission au milieu des Turkana. Notre rêve est de fonder une seconde communauté salésienne, non plus dans le Camp des Réfugiés mais sur le territoire Turkana, au-delà du lit du fleuve à sec, et pouvoir ainsi mieux développer l’école professionnelle avec des classes plus nombreuses et d’un niveau plus élevé, pour servir également les jeunes de la région Turkana. La communauté gère aussi une paroisse pour les catholiques du Camp de Réfugiés ainsi que neuf autres chapelles sur un très vaste territoire : ils mettent un soin particulier à la vie de foi dans le Seigneur Jésus des personnes qui le demandent. On sent vraiment que la Pâque est devenue réalité aussi dans le Camp des Réfugiés car Jésus est mort pour tous, et spécialement pour les derniers, les plus pauvres, les déplacés, les rejetés et les ignorés de ce monde. Je suis rentré, le cœur plein de joie d’avoir touché de mes mains, au milieu de tant de pauvreté, une si grande humanité et la présence réelle du Dieu d’Amour. Je souhaite à tous le plus grand bien possible mais, surtout, que vous soyez toujours sensibles aux besoins des jeunes, des femmes et des hommes comme ceux-ci qui nous ont accueillis comme des amis et des frères. Père Angel Fernandez Artime Recteur Majeur

Note de la Rédaction du Bulletin Salésien. En ce qui concerne la Vice-province de l’AGL, le Recteur Majeur et son Conseil ont donné l’autorisation au Père Provincial de l’AGL d’intervenir en faveur des réfugiés sud-soudanais au Nord de l’Ouganda et d’implanter une communauté salésienne à l’intérieur du camp des réfugiés de Palabek. 6

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Message du Pape Message du Pape François pour la 52ème journée mondiale des Communications Sociales

« La vérité vous rendra libres » (Jn 8, 32).

Fausses nouvelles (Fake News) et journalisme de paix La Jour née Mondiale des Communications Sociales, unique célébration mondiale instaurée par le Concile Vatican II (Inter mirifica, 1963), est célébrée dans plusieurs pays, sur la recommandation des évêques du monde entier, le dimanche avant la Pentecôte. En 2018, ce sera le 13 mai. Le message du Saint-Père pour la Journée Mondiale des Communications Sociales est publié traditionnellement le 24 janvier, jour de la fête de saint François de Sales, Patron des journalistes. Voici une synthèse du message du Pape. Chers frères et sœurs, Dans le dessein de Dieu, la communication humaine est un moyen essentiel de vivre la communion. Mais l’homme, s’il suit son égoïsme orgueilleux, peut faire un usage déformé de la faculté de communiquer. La manipulation de la vérité est le symptôme typique d’une telle distorsion. Aujourd’hui, dans un contexte de communication toujours plus rapide et au sein d’un système numérique, nous voyons le phénomène des «fausses nouvelles», les soi-disant fake news: cela m’a suggéré de consacrer ce message au thème de la vérité. Je voudrais ainsi contribuer à l’engagement commun pour prévenir la diffusion de fausses nouvelles et pour redécouvrir la valeur de la profession journalistique et la responsabilité personnelle de chacun dans la communication de la vérité. 1. Qu’est-ce qui est faux dans les “fausses nouvelles”? Fake news : il s’agit généralement de la désinformation diffusée en ligne ou dans les médias traditionnels. Cette expression fait référence à des informations non fondées, basées sur des données inexistantes ou déformées et visant à tromper voire à manipuler le lecteur. Leur propagation peut répondre à des objectifs fixés, influencer les choix politiques et favoriser des gains économiques. L’efficacité des fake news est due principalement à

la capacité d’apparaître plausibles. En second lieu, ces nouvelles, fausses mais vraisemblables sont fallacieuses, dans leur habilité à focaliser l’attention des destinataires, en se fondant sur des stéréotypes et des préjugés diffus dans un tissu social, en exploitant les émotions immédiates et faciles à susciter, comme la peur, le mépris, la colère et la frustration. Leur diffusion peut compter sur une utilisation manipulatrice des réseaux sociaux : ainsi les contenus, bien que non étayés, gagnent une telle visibilité que même les dénégations de sources fiables peinent à en limiter les dégâts. La difficulté de dévoiler et d’éradiquer les fake news est également due au fait que les gens interagissent souvent dans des environnements numériques homogènes et imper méables à des perspectives et opinions divergentes. La conséquence de cette logique de la désinformation est que, au lieu d’avoir une confrontation saine avec d’autres sources d’information - ce qui pourrait mettre positivement en discussion les préjugés et ouvrir à un dialogue constructif - on risque de devenir des acteurs involontaires dans la diffusion d’opinions partisanes et infondées. Le drame de la désinformation est la discréditation de l’autre, sa représentation comme ennemi, jusqu’à une diabolisation susceptible d’attiser des conflits. Les fausses nouvelles (fake news) révèlent ainsi la présence d’attitudes intolérantes, avec pour seul February 2018 - Salesian bulletin No 15

7


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

Message du Pape résultat le risque d’expansion de l’arrogance et de la en soi le sens de soutien, de solidité, de confiance. haine. En fin de compte, cela mène au mensonge. La vérité est ce sur quoi l’on peut s’appuyer pour ne pas tomber. Dans ce sens relationnel, le seul 2. Comment pouvons-nous les reconnaître? vraiment fiable et digne de confiance, sur lequel on peut compter, et qui est «vrai», est le Dieu vivant. Aucun d’entre nous ne peut être exonéré de la Et c’est l’affirmation de Jésus: « Je suis la vérité » responsabilité de contrecarrer ces faussetés. Ce n’est (Jn 14,6). L’homme, alors, découvre et redécouvre pas une tâche facile, parce que la désinformation est la vérité quand il en fait l’expérience en lui-même souvent basée sur des discours variés, délibérément comme fidélité et fiabilité de celui qui l’aime. C’est évasifs et subtilement trompeurs, et use parfois de seulement cela qui libère l’homme : “La vérité vous mécanismes raffinés. Il convient donc de louer les rendra libres” (Jn 8,32). initiatives éducatives qui permettent d’apprendre à lire et à évaluer le contexte communicatif. Il faut Libération du mensonge et recherche de la également louer les initiatives institutionnelles et relation: voici les deux ingrédients qui ne peuvent juridiques visant à définir des réglementations pour pas manquer pour que nos paroles et nos gestes freiner le phénomène soient vrais, authentiques, fiables. Pour discerner la vérité, il est nécessaire d’examiner ce qui favorise la Mais la prévention et l’identification des mécanismes communion et promeut le bien. La vérité découle de la désinformation nécessitent également un de relations libres entre les personnes, de l’écoute discernement profond et attentif. Il faut démasquer réciproque. En outre, on ne cesse jamais de en effet ce qui pourrait être défini comme “la logique chercher la vérité, parce que quelque chose de faux du serpent”, capable partout de se dissimuler et de peut toujours s’insinuer, même en disant des choses mordre. C’est la stratégie utilisée par le «serpent vraies. Un argument impeccable peut en fait reposer rusé», dont parle le Livre de la Genèse, celui qui, au sur des faits indéniables, mais s’il est utilisé pour commencement de l’humanité, est devenu l’auteur blesser quelqu’un et pour le discréditer aux yeux de la première “fake news” (cf. Gn 3,1-15), qui a des autres, il n’est pas habité par la vérité. A partir conduit aux conséquences tragiques du péché, des fruits, nous pouvons distinguer la vérité des mises en acte ensuite dans le premier fratricide (cf. énoncés: s’ils suscitent la controverse, fomentent les Gn 4) et dans d’autres formes innombrables du mal divisions, insufflent la résignation ou si, au contraire, contre Dieu, le prochain, la société et la création.. ils conduisent à une réflexion consciente et mûre, au dialogue constructif, à une dynamique fructueuse. L’enjeu en fait, c’est notre avidité. Les fake news deviennent souvent virales, elles se répandent 4. La paix est la vraie nouvelle rapidement, non pas en raison de la logique de partage qui caractérise les médias sociaux, mais Le meilleur antidote contre les faussetés, ce ne sont plutôt pour leur emprise sur l’avidité insatiable qui pas les stratégies, mais les personnes : des personnes s’allume facilement dans l’être humain. Les mêmes qui, libres de l’avidité, sont prêtes à l’écoute et motivations économiques et opportunistes de à travers l’effort d’un dialogue sincère laissent la désinformation ont leur racine dans la soif du émerger la vérité ; des personnes qui se sentent pouvoir, de l’avoir et du plaisir, qui, finalement, nous responsables dans l’utilisation du langage. Si la façon rend victimes d’un imbroglio , celui du mal, qui se de sortir de la propagation de la désinformation est meut de mensonge en mensonge pour nous voler la la responsabilité, cela concerne particulièrement liberté du cœur. C’est pourquoi éduquer à la vérité celui qui est responsable par devoir d’informer, signifie éduquer à discerner, évaluer et pondérer les c’est-à-dire le journaliste. Il a la tâche, dans la désirs et les inclinations qui s’agitent en nous. frénésie des nouvelles et dans le tourbillon des scoop, de rappeler qu’au centre des informations ce n’est 3. «La vérité vous rendra libres» (Jn 8,32) pas la rapidité dans la transmission et l’impact sur l’audience, mais ce sont les personnes. Informer c’est La contamination continuelle par un langage former, c’est avoir affaire avec la vie des personnes. trompeur finit en fait par embrumer l’intériorité de C’est pourquoi, l’exactitude des sources et le soin de la personne. la communication sont de véritables processus de Comment nous défendre? L’antidote le plus radical développement du bien, qui génèrent la confiance au virus du mensonge est de se laisser purifier par et ouvrent des voies de communion et de paix. la vérité. Dans la vision chrétienne, la vérité a à voir Je voudrais donc adresser une invitation à avec la vie entière. Dans la Bible, la notion porte promouvoir un journalisme de paix. J’entends par 8

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Message du Pape là un journalisme hostile aux faussetés, aux slogans à effet et aux déclarations emphatiques; un journalisme fait par des personnes pour les personnes, et qui se comprenne comme un service à toutes les personnes, spécialement à celles-là - qui sont la majorité au monde - qui n’ont pas de voix; un journalisme qui s’engage dans la recherche des véritables causes des conflits, pour en favoriser la compréhension à partir des racines et le dépassement à travers la mise en route de processus vertueux; un journalisme engagé à indiquer des solutions alternatives à l’escalade de la clameur et de la violence verbale. C’est pourquoi, nous inspirant d’une prière franciscaine, nous pourrions ainsi nous adresser à la Vérité en personne: Seigneur, fais de nous des instruments de ta paix. Fais-nous reconnaitre le mal qui s’insinue dans une communication qui ne crée pas la communion. Rends-nous capables d’ôter le venin de nos jugements. FAKE NEWS. Pour en savoir davantage ….

Les « fake news », une arme de désinformation massive. Pour le citoyen lambda, “fake news” se traduit par fausse information. Mais rien n’est plus inexact L’expression n’a rien à voir avec les (quelques) informations erronées que les journalistes, peuvent publier… parfois. Par manque de connaissance du sujet, de temps ou du fait de sources peu fiables. Non, “fake news” induit la notion d’intention de nuire par une information truquée, bien ciblée. Souvent pour nuire davantage que dans un but de lucre. “Fake news” s’apparente donc, pour résumer, au fait de publier une information tronquée, pour faire le plus de dégâts possibles. Politiques bien souvent. Q. Quelle est la faille qui a provoqué les “fake news”?

R. La prolifération des “fake news” est fortement liée à la multiplication des producteurs de contenus: aujourd’hui, tout le monde peut publier ou relayer une information, une vidéo, une photo… et tout le monde n’est pas de bonne foi! Par ailleurs, les groupes d’influence (économique, politique…) ont désormais leurs propres médias de communication, qui ne s’embar rassent pas de déontologie journalistique. Rappelons-nous que ce n’était pas le cas il y a quelques années seulement: le public ne produisait pas d’informations et le nombre de médias était forcément limité.

Aide-nous à parler des autres comme de frères et de sœurs. Tu es f idèle et digne de conf iance; fais que nos paroles soient des semences de bien pour le monde: Là où il y a de la rumeur, que nous pratiquions l’écoute; Là où il y a confusion, que nous inspirions l’harmonie; Là où il y a ambiguïté, que nous apportions la clarté; Là où il y a exclusion, que nous apportions le partage; Là où il y a du sensationnalisme, que nous usions de la sobriété; Là où il y a de la superf icialité, que nous posions les vraies questions; Là où il y a des préjugés, que nous suscitions la confiance; Là où il y a agressivité, que nous apportions le respect; Là où il y a la fausseté, que nous apportions la vérité. Amen. François

Synthèse faite par P. Jacques Verheyden sdb

Q. Le monde du journalisme ne porte-t-il pas une petite part de responsabilité dans l’existence des “fake news”? La recherche du « scoop », de la visibilité sur les réseaux sociaux?

R. Il est certain que la course à la productivité (souvent imposée par les entreprises de médias) n’améliore pas la qualité de l’information ni sa fiabilité. A l’autre bout du spectre, ce qui est assez paradoxal, c’est que les journalistes passent un temps considérable à vérifier des informations produites par d’autres, à débusquer les “fake”, à pister leur origine et à rétablir une information factuelle exacte. Q.En sachant que de grands états se cachent bien souvent derrière les “fake news”, peut-on parler de propagande orchestrée pour déstabiliser? Comment s’en prémunir?

R. La propagande (les fausses nouvelles sciemment répandues par des groupes aux intérêts divers) a toujours existé. Mais sa version 2.0. dépasse tout ce qu’on a connu jusqu’ici. Il faudrait que les utilisateurs des médias et réseaux sociaux apprennent à mieux s’informer. Le meilleur rempart reste l’éducation aux médias et le professionnalisme journalistique. (Dimanche n° 04, 28 janvier 2018)

February 2018 - Salesian bulletin No 15

9


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

Getting to know Don Bosco

Street children

Don Bosco hunting for souls.

If

you want a breath of fresh air, you’d better go out early morning, because, once the sun is up, your nostrils are filled with a cocktail of dusty smells. The whole countryside of Piedmont spreads out its rich, attractive produce on the Turin pavements. At Porta Palazzo (now known as Piazza della Republica) you can buy anything you want. It’s the most popular market in the city: just fifteen minutes walk from Valdocco. Amid this kaleidoscope of warm colours, rough accents and infectious laughter, the women settle behind their abundant stalls, while husbands and children are unloading, carrying, piling up, weighing and checking. Always on the move to please the customer; a busyness that suggests good business. The mother’s trained eye never leaves her stall: every least article for sale has to be protected from roving rascals. These little rogues are all around, bold as brass, darting between legs, spying the chance of a quick snatch for something to appease their hunger. You’d feel sorry for these poor wretches, but the vendors know that if they give way to one, they’ll be opening the floodgates for a host of others. It’s only when they are packing up that they pretend to overlook a few fruits or vegetables to satisfy these starving stomachs, but in the meantime it’s 10

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15

strict business as usual. Amid the moving masses of people, and the pervasive smells, each one sings the praises of his own produce. Prices are chalked up – the cheapest on the market, of course! – to coax shoppers into buying. Don Bosco loves to come here and connect with his roots again. He spots the people he knows, who can give him news from his home place, just twenty kilometres from Turin, where he spent his youth. The regulars know him well. He’s the priest who gathers these youngsters together. He even goes looking for them on the various work sites. He’s the conscience of the city.. He doesn’t buy anything, because he hasn’t the money and if he does ask for a few fruits, they are reluctant to charge him. Won’t he be taking them straight away to the youngsters by the fountain? That’s where Don Bosco goes looking for souls. Among the chaff of those who sneer at him, he can spot the good grain to take to his Oratory. Poor priest, says one old man. Just look how these good-for-nothings make fun of him! It isn’t apples they need! But a look from the priest quiets him. It seems to say: Leave them alone. They’re my friends. Jacques Rey, A spiritual journey in the steps of Don Bosco. Editions du Signe.


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Etrenne: Présentation

Présentation de l’Étrenne 2018 par Sœur Yvonne Reungoat, Supérieure Générale des Filles de Marie Auxiliatrice (FMA).

Le thème de l’Étrenne 2018 est très significatif, C’est un appel à nous préparer de la meilleure actuel et intéressant au point de vue évangélique, façon possible, ensemble avec les laïcs et avec de ecclésial et charismatique. nombreux jeunes, à cet important événement d’Église, dans lequel, comme le précisait le Document “Seigneur, donne-moi de cette eau” ( Jn 4, 15) Préparatoire, « l’Église a décidé de s’interroger sur la manière d’accompagner les jeunes à reconnaître et à Cultivons l’art d’écouter et d’accompagner. accueillir l’appel à l’amour et à la vie en plénitude, et C’est un choix qui touche profondément le « cœur aussi à demander aux jeunes eux-mêmes de l’aider à salésien » et donne une nouvelle vigueur à la mission identifier les modalités les plus efficaces aujourd’hui que nous sommes appelés chaque jour à assumer pour annoncer la Bonne Nouvelle » (Document avec joie et espérance. Préparatoire, Introduction). Le but de l’Étrenne, précise le Recteur Majeur, est de nous mettre en pleine harmonie avec le chemin de L’Étrenne souligne deux aspects d’importance vitale l’Église qui se prépare à célébrer le grand événement pour la réalité mondiale des jeunes, dans laquelle de la XVème Assemblée Générale Ordinaire du nous sommes plongés et appelés à servir: l’écoute et Synode des Évêques et qui a pour thème : Les jeunes, l’accompagnement. la foi et le discernement vocationnel, qui se tiendra à Rome en octobre 2018. February 2018 - Salesian bulletin No 15

11


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

Etrenne: Présentation L’icône évangélique de la Samaritaine qui rencontre Jésus éclaire ces deux aspects et nous aide à mieux saisir la valeur de la rencontre et de l’accompagnement, comme chemin qui conduit à transformer la vie.

On peut découvrir sa propre vocation dans ses diverses expressions et la joie de l’amour que Dieu met dans le cœur de chaque jeune pour que sa vie puisse être féconde. Reconnaître, interpréter, choisir sont trois critères pour vivre le discernement, en suivant l’exemple de Jésus qui, dans le dialogue avec la Nombreux sont les jeunes rencontrés, souligne Don femme samaritaine, l’accompagne dans son voyage Ángel, qui ont un cœur généreux et qui désirent vers la vérité et la liberté. Quelle merveilleuse servir les autres, les aider, se donner. Jeunes qui transformation ! demandent, parfois de manière explicite, d’autres fois, d’une manière sous-entendue, une aide pour Comment ne pas penser à Don Bosco, accompagnateur mûrir ou commencer un chemin de foi. de génie, éducateur et guide spirituel de ses jeunes ? Il est Ils ressentent le besoin d’une rencontre, ils éclairant de noter, toutefois, que Don Bosco s’est demandent d’être écoutés et sont disposés à en même temps préoccupé de soigner la qualité du faire un chemin personnel et communautaire de milieu éducatif, pour que l’accompagnement soit plus discernement. efficace pour tous, dans n’importe quelle situation où ils se trouvent. A cet égard, l’Étrenne présente quelques questions qui nous interpellent et sur lesquelles nous voulons A Valdocco, en effet, l’accompagnement n’était pas réfléchir sérieusement. Qu’attendons-nous ? seulement individuel, mais aussi communautaire. Pourquoi ne décidons-nous pas à être beaucoup A Mornèse aussi. Mère Marie-Dominique avait plus disponibles pour accompagner tous nos créé, avec la communauté, le climat charismatique jeunes dans ce qui est le plus important pour leur où les jeunes, accompagnées personnellement, vie ? Qu’est-ce qui nous arrête ? Pourquoi «nous pouvaient grandir dans toutes les dimensions de occuper» ou «passer du temps» pour d’autres choses, leur personnalité, jusqu’à découvrir le rêve de Dieu quand celle-ci est une véritable priorité éducative et sur leur vie. d’évangélisation ? L’Étrenne nous présente des suggestions et des La disponibilité pour l’écoute et le dialogue laisse indications pastorales que nous devons prendre en des « traces de vie » chez les jeunes et dans les compte pour affronter, avec un regard salésien et familles. Être écouté est une expérience qui reste le sens de la responsabilité, certains défis actuels pour toujours, le temps ne l’efface pas, et même il le que nous ne pouvons pas décevoir. Dans cet fait resplendir toujours plus… engagement, nous sommes motivés par le désir de permettre aux jeunes de découvrir une manière de vivre L’écoute est un art, et donc n’est pas réductible à et de rêver leur vie où ils peuvent mûrir des valeurs un fait technique, fonctionnel : c’est beaucoup plus. comme la gratuité et le don de soi, l’ouverture aux Il est intéressant de noter que la rencontre de Jésus autres et l’ouverture à Dieu. avec la Samaritaine se passe dans un lieu profane et Je renouvelle mon merci à don Ángel pour le « en plein air », à côté d’un puits qui se transformera cadeau de l’Étrenne. Elle sera un guide sûr qui en un lieu de rencontre avec Dieu. La « stratégie » de nous préparera, comme Famille salésienne, à la rencontre mise en acte par Jésus, nous enseigne célébrer l’événement du prochain Synode en pleine qu’écouter c’est accueillir, et accueillir, c’est plus que communion avec l’Église universelle. sentir. C’est rencontrer la personne, la comprendre et lui faire confiance. La « sagesse de l’écoute » Sœur Yvonne Reungoat requiert des éducateurs et éducatrices, engagés dans Supérieure Générale des FMA la mission salésienne, des attitudes et des attentions telles que l’écoute débouche sur une expérience de discernement et d’accompagnement, à la manière de Don Bosco, aujourd’hui encore, excellent témoin d’expériences efficaces dans ce domaine. Par des gestes de bonté, d’attention à la personne et à sa situation, fruits de l’ouverture à la voix de l’Esprit Saint, et de la confrontation orante avec la Parole de Dieu, on peut ouvrir la porte à la foi. 12

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Strenna: Meaning

“Lord, GIVE

ME THIS WATER”

Many and important are the messages the Rector 4. Jesus, the Source of Living Water. Major, Fr Ángel Fernández Artime conveys with 5. Mary Help of Christians, always careful, who the Strenna 2018 on the theme: “’LORD, GIVE ME maternally reminds us: “Do what Jesus says.” THIS WATER. LET US CULTIVATE THE ART OF 6. The water of inexhaustible love flows from the LISTENING AND ACCOMPANIMENT. ribs and heart of Jesus. The encounter with the Here are ten points to best appreciate this year’s theme:

1. Many thirst, and many are the glasses and lives that are empty and tired that ask to be replenished with meaning. There is much good soil with good seed waiting to be “awakened” from the inexhaustible source of Life that springs from Jesus. 2. Don Bosco is full of the living water of Jesus, a well that provides water to everyone, especially young people, water that gives Life, commitment, and hope. 3. The Samaritan woman: a foreigner, refused, confused, tormented ... She meets with Jesus and everything changes.

7. 8. 9. 10.

Samaritan was in the sixth hour, the same that Jesus died on the Cross when blood and water came out of his broken heart. The task of adults is to collaborate, accompany, cultivate. Water quenches thirst, irrigates, washes, allows seeds to sprout, vivifies, changes the desert into a garden. The Spirit of God works and donates willpower to man. Different ages, different experiences, different races, languages and cultures, but the same humanity, the same thirst, the same intense joy in receiving Jesus as Living Water.

February 2018 - Salesian bulletin No 15

13


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

Etrenne: Signification

“SEIGNEUR, DONNE-MOI DE CETTE EAU”

Nombreux et importants sont les messages que le 4. Jésus, source d’Eau Vive. Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, 5. Marie Auxiliatrice, toujours attentive, qui, entend véhiculer avec l’Etrenne 2018, sur le thème maternellement, nous dit : « Faites ce que dit : « ‘SEIGNEUR, DONNE-MOI DE CETTE Jésus ». EAU’. CULTIVONS L’ART D’ECOUTER ET 6. Du flanc et du cœur de Jésus jaillit l’Eau de ACCOMPAGNER » l’Amour inépuisable. La rencontre avec la Voici quelques points pour l’apprécier au mieux :

1. Beaucoup d’assoiffés, verres vides et vies vides et fatiguées qui demandent à être remplies de signification. Beaucoup de bonne terre avec de la bonne semence qui attend d’être ‘réveillée’ par l’intarissable source de la Vie qui jaillit du Christ. 2. Don Bosco, plein d’eau vive de Jésus, est un ‘réservoir’ qui donne l’eau à tous, surtout aux jeunes, pour donner Vie, engagement et espérance ; 3. La Samaritaine : étrangère, refusée, confondue, tourmentée … Elle rencontre Jésus et tout change. 14

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15

7. 8. 9. 10.

Samaritaine s’est réalisée à la sixième heure, la même où Jésus est mort sur la croix et de son flanc sortirent sang et eau. Tâche des adultes : collaborer, accompagner, cultiver. Eau qui désaltère, irrigue, lave, fait germer les semences, vivifie, change le désert en un jardin. L’esprit de Dieu qui opère et donne la force de volonté. Âges divers, expériences diverses, diverses races, langues et cultures, mais la même humanité, la même soif, la même joie intense en recevant Jésus, Eau Vive.


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Affiche

February 2018 - Salesian bulletin No 15


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Poster

February 2018 - Salesian bulletin No 15


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

FMA - Museum

Museum set up for Cultural Education. Ecole Privee Marie Auxiliatrice gives a solution to Cultural Education. After many years of reflection to have a school cultural room, it did actualize. Are physical museums still necessary or even relevant? To that, I say, they most certainly are! Our school has shown a tremendous change in terms of understanding of culture and education as a whole. This can also be seen as reflected on the performance of the school which has shot up since 2017, when the room was set up. What a brilliant idea for a need of this room that came from Sister Lumière and spread to the whole educating community at large. Thomas Campbell says and I quote “Nothing replaces the authenticity of the object presented with passionate scholarship. Bringing people faceto-face with our objects is a way of bringing them face-to-face with people across time, across space, whose lives may have been different from our own but who, like us, have hopes and dreams, frustrations and achievements in their lives.” Seeing something in person is quite different from

seeing it on the pages of a book or on a computer screen. In fact, research shows that those who have firsthand experience are more likely to retain it later in life. Nothing compares to seeing something with your own eyes. This has boosted the learning in our school. Students take turns to visit the cultural room with their teachers. After theory, they have the practicality of how things are and this remains for life. Here are the names of just a few items found in different sections of the cultural room with their functions; the names are in the local language, which is Kinyarwanda, since they are cultural but their use is explained in English : Umusambi : a bed used by a king and queen. Igisabo : used for storing milk and making butter Umuvure : used to prepare banana juice Urusyo : used for grinding sorghum Imyambi : arrows for hunting the different animals for food Umuvuba : used for speeding up fire February 2018 - Salesian bulletin No 15

19


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

FMA - Museum Inkanda : cow’s skin used for clothing Impuzu : extracted from the umuvumu tree and used as clothing Ingobyi : used as an ambulance and also as a means of transporting royal and respected people. Inkangara : used for storing food, and clothes Umuzinga : bee hive used to extract honey. Isinde : hut for shepherds Museums ensure understanding and appreciation for various groups and cultures. They promote better understanding of our collective heritage and foster dialogue, curiosity and self-reflection. Further, they serve to help future generations comprehend their history and recognize the achievements of those who came before them. Yes, indeed! Museums are both necessary and

20

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15

relevant today. They are the institutions charged with conserving, protecting and displaying artifacts from our past and thus preserving our rich heritage which might otherwise be lost to private collectors or to time itself. Quite simply, without museums we would most certainly lose the tangible links to our past. In this light, the case for “AGAPFUNDIKIYE….. GATERA AMATSIKO” literally translated as “what is hidden creates curiosity” becomes even more crucial. This makes me believe strongly that our museum will continue to benefit many generations to come. Sr. Mary Owuoth, FMA, Kigali.


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Interview

The Salesians among the refugees. An interview with Fr. Lazar Arasu SDB Palabek Settlement, Uganda

Fr Arasu. “These vulnerable young people are the reason for our being here”.

Why is the Salesian presence at Palabek of such importance?

(ANS - Palabek) - The presence of Salesians among South Sudanese refugees in the Palabek refugee camp is one of the emblematic and symbolic presences of the Congregation on a global level. Fr Lazar Arasu is on the front line, with many years of mission in the country behind him.

86% of the population in the refugee camp are women and children. They’re young. More than 60% are teenagers or children. There are hundreds and thousands of children under the age of three. These vulnerable young people are the reason for our being here, the motivation for our commitment to education and evangelization. We must take care Fr Arasu, you have been in East Africa for many of them and give them a full and integral formation. years. Tell us about your life as a Salesian in Uganda.

I am originally from the South India Province of Chennai and have been in East Africa since 1990. After my ordination I worked in Uganda, mainly in school ministry. In 2017 the Rector Major reported that there were a million refugees in Uganda and he invited us Salesians to reach these refugees and to work in Uganda. What is currently the situation of refugees in Palabek, Uganda?

Statistics indicate that there are 41,000 refugees from South Sudan and the number continues to grow. The representative of the Government, during the talks we had with him, told us that they expect to receive up to 150,000 refugees from an area of over 20 kilometers radius.

How can Salesians accompany refugees in Palabek?

Besides the works of spiritual mercy there are the works of corporal mercy and here there are people who need all these efforts. People who are hungry, thirsty, do not have a home, have no clothes, no education and need our attention and care. I am happy to see that in a short time, let’s say these seven, eight months, our Congregation has been making great strides in the work here among the refugees. The Rector Major together with his Council and the other leaders assigned four confreres the task of working full time in this camp. We have started initial schooling and other pastoral activities. I hope and pray that, with the help of Don Bosco, we will succeed in this service.

February 2018 - Salesian bulletin No 15

21


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

MISSIONS

AGL DEVIENT DE PLUS EN PLUS MISSIONNAIRE La mission « ad gentes » a toujours été au cœur de notre Fondateur Saint Jean Bosco. Depuis son adolescence, il voulait se faire religieux franciscain pour aller au-delà des frontières de son pays natal pour contribuer à l’évangélisation d’autres peuples. Son projet n’a pas réussi à cause de son père spirituel, Don Cafasso, qui lui avait donné le conseil de devenir prêtre diocésain pour rester auprès de sa mère pour l’aider, comme elle commençait à vieillir. Alors l’adolescent Jean Bosco abandonna son plan de devenir franciscain et entra au séminaire diocésain. Plus tard, dans les années florissantes de la mission salésienne en Italie, Don Bosco avait toujours gardé son rêve missionnaire. Suite à des demandes provenant de plusieurs coins du monde sollicitant la mission salésienne au milieu des jeunes, Don Bosco prit la décision d’envoyer les premiers missionnaires salésiens (prêtres et coadjuteurs) en Argentine, le 11 novembre 1875. Depuis ce jour-là et jusqu’aujourd’hui, cette tradition a continué. Le 10ème successeur de Don Bosco, le Père Angel Fernandez Artime, a procédé à l’envoi de la 148ème expédition missionnaire depuis la basilique de Marie Auxiliatrice à Turin - Valdocco, le 24 septembre 2017. « Aujourd’hui nous célébrons le 148ème envoi missionnaire, a-t-il dit, aussi beau et authentique que le premier et les suivants. 148 expéditions consécutives qui ne se sont jamais arrêtées, même durant les années des deux guerres mondiales : ceci nous parle d’une réalité qui va au-delà de l’humain. » En dernier lieu, le Recteur Majeur a rappelé aux missionnaires l’importance de se sentir appelés à partager la vie des gens, sans prétention d’être venus pour enseigner comme des experts ; et il a souligné que la dimension missionnaire a été et reste une option fondamentale de la Congrégation. « Sans missionnaires, beaucoup parmi nous ne serions pas ici » a-t-il affirmé. Parmi les missionnaires salésiens envoyés, se trouvait notre confrère Emmanuel Niyoyitungira. Emmanuel Niyoyitungira, de nationalité burundaise, a émis ses premiers vœux dans la congrégation 22

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15

salésienne le 16 août 2013. Après avoir obtenu un baccalauréat en philosophie, en 2016, il fut nommé dans la maison salésienne de Gulu-Atede au nord de l’Ouganda où il passa une année comme religieux stagiaire. Après un temps de discernement et d’accompagnement, Emmanuel s’est proposé au Recteur Majeur pour devenir missionnaire «ad gentes». Il a participé au cours missionnaire organisé chaque année à Rome. A l’issue de ce cours, il a reçu la croix missionnaire des mains du Recteur Majeur qui l’a envoyé le 24 septembre 2017 pour la mission en Sibérie, plus précisément dans la région de Yakutia, qui a la réputation d’être la région la plus froide au monde. La Sibérie fait partie du Nord de la Russie et s’étend de l’Oural au Pacifique. Elle compte environ 25 000 000 habitants. La Sibérie est froide mais très riche en ressources naturelles. La communauté salésienne où Emmanuel a été envoyé est une communauté composée de confrères slovaques depuis qu’elle existe ; maintenant lui et un autre jeune confrère indien compagnon de la même148ème expédition missionnaire sont les premiers Salésiens non slovaques. Le départ d’Emmanuel pour la mission à partir de l’AGL est une preuve que notre Vice province d’Afrique des Grands Lacs devient de plus en plus missionnaire et qu’elle commence à contribuer au grand rêve missionnaire de St Jean Bosco, à l’instar des provinces comme le Vietnam et l’Inde qui sont les plus généreuses à envoyer des missionnaires. Vous, les confrères, qui discernez la vocation missionnaire salésienne « ad gentes », dépassez votre cœur pour pouvoir rejoindre des milliers des jeunes qui vous attendent en Amazonie, dans les pays musulmans, en Europe, en Océanie… Finalement, tous les jeunes qui sont à la recherche de leur vocation. Le Seigneur et Don Bosco voudraient faire de vous des pères, maîtres, amis, envoyés à la jeunesse pauvre, abandonnée, en péril. N’hésitez pas de leur venir en aide ! Cyprian Mbaziira, sdb


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

YOUTH CORNER

Things Everyone Should Know

From ostrich eyes and 14th century pigs to French Kissing, cockroaches and the citiy of Rome — here are some fun and funny “factoids” that’ll definitely give you one leg up in any Trivial Pursuit game (to say nothing of the social advantages at cocktail parties or other chit-chat events).

1. The word “queue” is the only word in the English language that is still pronounced the same way when the last four letters are removed. 2. One quarter of the bones in your body are in your feet! 3. Like fingerprints, everyone’s tongue print is different! 4. Honey is the only food that does not spoil. Honey found in the tombs of Egyptian pharaohs has been tasted by archaeologists and found edible. 5. Earth is the only planet not named after a god. 6. Dolphins sleep with one eye open! Science facts (http://mentalfloss.com/article/66086/13-scientific-explanations-everyday-life)

You could heat your house with just 70 people.

People give off body heat, as anyone who’s been trapped in a small crowded room knows. So how many people would it take to warm up your home with just body heat in the winter? About 70 people in motion, or 140 people still, figuring that humans radiate 100-200 watts of heat normally and that the house uses four electric storage heaters.

Density explains why cold water feels colder than air at the same temperature.

Because water is denser than air, your body loses heat 25 times more quickly while in water than it would in air at the same temperature. Water’s density gives it a high specific heat capacity, meaning it takes a lot of heat to raise its temperature even a little, and it’s very good at retaining heat or cold (the reason why hot soup stays hot for a long time, and why the ocean is much cooler than land). Water is a great conductor, so it’s very effective at transferring that heat or cold to your body.

February 2018 - Salesian bulletin No 15

23


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

News

CONSÉCRATION DE L’ÉGLISE MARIE AUXILIATRICE DE KIMIHURURA / IFAKKIGALI.

Mercredi 31 janvier 2018, jour où l’Église universelle célèbre la fête de saint Jean Bosco, a eu lieu la bénédiction et la consécration de la nouvelle église dédiée à Marie Auxiliatrice située dans l’enceinte de l’œuvre salésienne de Kimihurura (IFAK), à Kigali.

de trois Évêques, Mgr Thaddée Ntihinyurwa Archevêque de Kigali, célébrant principal, Mgr Anaclet Mwumvaneza, Évêque de Nyundo et Mgr Marc Semren, Évêque auxiliaire de Banja Luka, en Bosnie-Herzégovine. Etaient aussi présents, le Supérieur Provincial, le Père Camiel Swertvagher, le Les chrétiens de la Centrale de Kimihurura, paroisse Provincial sortant de la Croatie, Père Pejo Orkic et Sainte Famille, Archidiocèse de Kigali, étaient venus le Provincial entrant (l’actuel Économe provincial) nombreux pour participer à la cérémonie grandiose de la Croatie, Père Tihomir Sutalo. La Croatie est la de la bénédiction de la nouvelle église. province salésienne qui a contribué beaucoup pour la construction de l’église. Ils n’étaient pas attirés par la vaine curiosité, mais par la joie de voir se réaliser un rêve tant attendu. Beaucoup de prêtres, de religieux et religieuses La cérémonie a été honorée par la présence participaient aussi à cette belle fête. 24

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

News C’est à 10h30 que la procession, partie de l’ancien bâtiment qui a longtemps servi d’église, s’est présentée devant la nouvelle église où Mgr Thaddée a introduit la cérémonie en coupant le ruban symbolique. Les fronts des fidèles s’inclinaient respectueusement sur son passage et lui, bénissait les chrétiens. Après avoir gravi les quelques marches, il entra dans la nouvelle église suivi des deux autres Évêques, des prêtres, des autorités civiles et d’un grand nombre de chrétiens. La bénédiction de l’église s’est réalisée en plusieurs étapes : la bénédiction de l’autel, du tabernacle, du lutrin, des portes et fenêtres, des murs à l’extérieur et à l’intérieur par l’aspersion d’eau bénite. Ensuite, l’assemblée a chanté la litanie des saints qui a été suivie par le placement dans l’autel des reliques du Bienheureux Aloys Stepinac, martyr, Cardinal et ancien Archevêque de Zagreb, capitale de la Croatie. Ces cérémonies ont été suivies par l’onction d’Huile Sainte sur tous ces endroits qui venaient d’être aspergés par l’eau bénite. Après cela, ces lieux choisis ont été encensés. Par la suite, l’autel a été recouvert d’une nappe blanche, des bouquets de fleurs y ont été déposés ainsi que sur les marches et les bougies ont été allumées. Une longue procession d’offrandes diverses se terminait par le don d’un magnifique ostensoir, cadeau de la Croatie. La foule, recueillie, suivait pieusement ces cérémonies pendant que la magnifique chorale du lieu chantait les plus beaux chants de son répertoire. Tout le monde était émerveillé par la beauté de l’église. La lumière du soleil pénétrait à flot à travers les vitraux splendides. Les cérémonies de bénédiction se sont passées avec un ordre parfait, reflet d’une remarquable organisation. C’est dans ce climat de joie que la chorale entonna le chant du « Gloria » pour introduire la messe proprement dite. Dans son homélie, Mgr Thaddée a rendu gloire à Dieu qui a permis que cette église soit construite et

bénite. Il a souligné le fait que chaque église est un ineffable lieu de grâce. Il a parlé aussi de la nécessité d’une église dans un lieu. À la fin de la messe, diverses personnes ont pris la parole pour exprimer leur joie. Le leitmotiv de chaque discours était construit sur le mot de remerciement. Beaucoup d’orateurs, et spécialement l’Archevêque de Kigali a remercié Père Danko Litrić à qui le Père Provincial et son Conseil avaient confié la mission de suivre les travaux de construction de l’église et de chercher les fonds nécessaires. « C’est elle qui a tout fait !» se plaisait à répéter P. Danko, qui, tout comme Don Bosco, reconnaissait le soutien de Marie durant toute la construction de l’édifice, lequel, il faut le souligner, a été bâti en un temps record. Avec son humour caractéristique, P. Danko a fait siens les mots de Syméon (Lc 2, 29), tout en les adaptant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix selon ta parole, car mes yeux ont vu ton église ». Les bienfaiteurs des différents pays furent remerciés, ainsi que tous ceux qui ont participé aux travaux de construction, de près ou de loin. Puis les festivités ont continué à l’extérieur, devant l’église. Les jeunes et les chrétiens de Kimihurura ont manifesté leur joie par des chants et des danses. Les invités et les jeunes qui participaient nombreux à cet événement ont partagé le repas de fête qui a été suivi, selon la tradition, des « Ibirori ». L’orchestre et la chorale de l’IFAK, les acrobates du Centre de jeunes de Gatenga, les jeunes de Don Bosco Muhazi avec le jeu des tambours et des danses, des Représentants du Comité de la Centrale immortalisant l’événement par un poème se sont succédé … Tout a contribué à la réussite de cette belle fête de Don Bosco. Prions le Seigneur afin qu’à partir de cette église, les chrétiens de la Centrale et les jeunes de l’Ifak, de l’Epak et de l’Emak tout particulièrement, puissent chercher le but ultime de la vie qui est la sainteté. Père Raphaël Katanga

February 2018 - Salesian bulletin No 15

25


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

News

Clôture du centenaire du sacerdoce au Rwanda, à Kabgayi

«Ce que l’Église célèbre dans cette commémoration, ce ne sont pas des événements historiques (…), mais une réalité splendide et permanente qu’on ne doit pas sous-évaluer : la venue de la foi, la proclamation et la diffusion au message évangélique (…. À travers cela, c’est Jésus lui-même qui est célébré, le Seigneur de l’histoire et des destinées de l’humanité.»

Telles sont les paroles du Pape Jean Paul II à l’occasion de la célébration des 500 ans de présence de l’Église en Amérique latine. Ces propos peuvent s’adresser à nous aussi, nous qui fêtons les 100 ans du clergé du Rwanda, plus précisément l’ordination de nos deux premiers prêtres, les abbés Balthazar GAFUKU et Donat REBERAHO, le 7 octobre 1917. Il fallait que la fête marque l’esprit de tous les chrétiens au Rwanda. Pour la réussite de celle-ci, chacun y mit du sien : à l’ancien stade de Kabgayi, une propreté impeccable, l’installation de tentes, 26

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15

une estrade où devaient prendre place les hautes personnalités, les répétitions de chants… Il était 9h45, ce samedi 7 octobre, quand une longue procession se mit en branle. A sa tête, la fanfare des Petits Séminaristes du diocèse de Nyundo, suivie des évêques et des prêtres et cela pendant une demi-heure. La concélébration eucharistique fut présidée par l’Archevêque de Kigali, Mgr Thaddée NTIHINYU RWA. L’homélie f ut donn ée par l’Évêque de K abg ayi Mg r Smaragde MBONYINTEGE, qui est revenu sur le rôle du prêtre dans l’Église. Il nous a rappelé quelques dates marquantes du diocèse. Le 7 octobre 1917: l’ordination des deux premiers prêtres rwandais; le 2 juin 1952 : ordination du premier Évêque rwandais, Mgr Aloys BIGIRUMWAMI. Le 8


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

News septembre 1990 : le pays accueillait le Pape Jean Paul II et le 22 juillet 2017 : une soixantaine de diacres furent ordonnés prêtres. Nous adressant le message du Pape François à l’occasion de cette fête, Mgr Andrzej JOZWOWICZ, Nonce apostolique au Rwanda, invita les prêtres à être serviteurs de la justice, artisans et promoteurs de la paix. À la fin de la messe, Mgr Philipe RUKAMBA, Évêque du diocèse de Butare et Président de la conférence épiscopale du Rwanda décerna des prix - d’abord aux Missionnaires d’Afrique, comme porteurs de l’Évangile au Rwanda et aux équipes gagnantes du tournoi de football, de basketball et de volleyball organisé en préparation du centenaire du sacerdoce au Rwanda. Au nom de la conférence épiscopale, il remercia les prêtres qui se sont montrés courageux et dévoués dans la réalisation de diverses œuvres dans différents domaines, par exemple la promotion de la langue nationale «ikinyarwanda» et la valorisation de l’utilisation des médicaments traditionnels «imiti gakondo».

splendide. Le Président de la République apprécia la collaboration entre l’État et l’Église, entre autres le rôle de l’Église dans la promotion de la langue locale à travers les publications de livres et la construction d’infrastructures d’utilité publique. Enfin, il nous rappela les bons entretiens qu’il a eus avec le Pape François au Vatican. Au représentant de l’Église du Burundi, Mgr Joachim NTAHONDEREYE, il a suggéré que l’unité et la solidarité entre les deux pays au niveau de l’Église soient toujours maintenues.

La Tanzanie fut représentée par Mgr Paul R. RUZOKA, Archevêque de Tabora. Celui-ci reprit le parcours des études faites par des deux premiers prêtres au Petit Séminaire de Hangiro, diocèse de Bukoba. De la France, pays de Mgr Jean Joseph HIRTH, qui avait ordonné les deux premiers prêtres, était venu le Cardinal Jean Pierre RICARD, Archevêque de Bordeaux, qui donna une longue catéchèse. Il est revenu surtout sur le pardon et l’amour fraternel. Le représentant de la congrégation pour l’évangélisation des peuples Il offrit des cadeaux à deux sexagénaires dans la (anciennement congrégation pour la propagation de prêtrise, l’abbé Charles NDEKWE et Mgr. Eulade la foi, Propaganda Fide), le Cardinal secrétaire d’État RUDAHUNGA. Il a demandé pardon pour les Pietro Parolin, a demandé aux Évêques d’être de prêtres qui n’ont pas donné une bonne image du bons bergers de leurs troupeaux, aux prêtres de prêtre, surtout durant les moments difficiles qu’a partager ce qu’ils ont avec les laïcs, de prier pour vécus le pays. En s’adressant aux jeunes, il les invita eux et de les aimer. Parmi les Évêques étrangers, on à servir le Seigneur dans la Vie consacrée. Les notait la présence de l’Évêque de Strasbourg, Mgr représentants des laïcs, un homme et une femme Luc Ravel, et Mgr John OWA du Kenya. sont revenus sur le rôle du prêtre dans l’Église et ce qu’il doit faire pour les familles qui rencontrent des Les cérémonies furent agrémentées par les danses problèmes d’ordre familial, éducatif,… du groupe de l’Institut Catholique de Kabgayi (ICK) et la chorale du Theologicum de Nyakibanda. L’affluence tenait du prodige : représentants Les festivités prirent fin à 16h quand les invités se des instituts religieux cléricaux et d’autres dirigèrent vers les lieux prévus pour la réception. confessions religieuses, chrétiens, Hauts Cadres du gouvernement jusqu’au chef de l’État, Son […] Que la Vierge Marie, Épouse sans ride et Excellence Paul KAGAME avec la Première Dame, sans tache, soutienne les personnes consacrées qui Madame Jeannette ont pris part à cet événement tendent vers la béatitude unique et éternelle […]. Soutiens – les dans leur travail en faveur des pauvres, des affamés, des désespérés, des humbles et de tous ceux qui cherchent ton Fils d’un cœur sincère. (Extrait de l’invocation à la Vierge Marie, Vita consecrata de Jean Paul II, 112) Willy NDAYISHIMIYE , SDB

February 2018 - Salesian bulletin No 15

27


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

Entertainment

Ressources humaines - Ressources divines Institution des Douze.

La plupart des candidats manquent d’expérience, de formation et d’aptitude pour le genre Jésus gravit la montagne et il appelle à lui ceux d’entreprise que vous désirez monter. Ils n’ont pas qu’il voulait….Il en institua Douze pour être d’esprit d’équipe et leur connaissance des langues ses compagnons et pour les envoyer prêcher…. étrangères est insuffisante. (Marc, 3, 13-14). Les noms des douze apôtres sont les suivants : le premier, Simon appelé Pierre, et Simon Pierre est un instable émotionnel, en André son frère ; puis Jacques, le fils de Zébédée, proie à des sautes d’humeur. André n’a aucun et Jean, son frère ; Philippe et Barthélemy ; don pour assumer des responsabilités. Les deux Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques le fils frères Jacques et Jean, fils de Zébédée, placent d’Alphée, et Thaddée : Simon le Zélote et Judas leur intérêt au-dessus du dévouement envers la Iscariote, celui-là même qui l’a livré… (Matthieu société. Thomas a tendance à discuter les ordres 10, 2-4). et pourrait avoir une influence négative sur l’ensemble du groupe. Nous nous voyons dans Quelques mois après l’Institution des Douze, Jésus l’obligation de vous faire savoir que Matthieu a sollicité l’avis d’un consultant en management figure sur la liste noire de la « Commission du pour savoir si son organisation (c’est-à-dire Grand Jérusalem pour la Transparence des l’Église qu’il venait de fonder) avait quelque Affaires ». Jacques a une tendance dangereuse à chance de succès. Voici la réponse de Jordan, la radicalisation et à l’utopie, qui alterne avec des Management Consulting, à Jérusalem. phases de dépression. La relation de Simon, dit le Zélote, avec des milieux extrémistes font de lui Jésus, fils de Joseph un élément difficile à contrôler et susceptible de Menuiserie-Charpente mener des actions irresponsables. Nazareth. Un seul candidat nous a paru au-dessus de la moyenne : Judas Iscariote. Il est imaginatif, a le Cher Monsieur, sens des risques, le contact facile, des relations Nous vous remercions de nous avoir confié les intéressantes à haut niveau, le goût pour la curriculum vitae des douze hommes que vous discrétion et pour l’organisation. Il est très motivé, avez sélectionnés pour leur confier des postes de ambitieux et n’a pas peur des responsabilités. responsabilité dans votre nouvelle organisation. Nous restons à votre disposition pour Après examen sérieux, test et entretiens avec notre compléter votre recherche et vous aider dans le psychologue spécialisé, nous sommes arrivés aux développement de votre organisation à laquelle conclusions suivantes : nous souhaitons succès et durée. Jordan Inc Management Consulting Jérusalem.

28

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Entertainment STORY

Cinq choses perdues que l’on ne peut plus récupérer : Le caillou … après l’avoir lancé. Le mot … après l’avoir dit. L’occasion … après l’avoir manquée. Le temps … après qu’il est passé. La confiance … après l’avoir perdue.

“Je ne sais pas.”, “Moi non plus” - Le papa de Luc est convoqué chez la maîtresse - A la deuxième question : 3x2, ils ont tous les de son fils. deux mis 5. - Monsieur, Luc a triché à l’interro de - Et alors, deux enfants peuvent mettre les mêmes mathématiques ! idioties ! - Ah bon ! Mais vous n’avez pas de preuve. - Oui, mais à la troisième question, son voisin a - Si, à la première question : 4x2, ils ont tous les mis « Je ne sais pas », et Luc a marqué « Moi deux mis : 8. non plus ». - C’est normal, c’est la bonne réponse !

Le Curé Un curé est intercepté en voiture par un barrage des douanes. -”Rien à déclarer? demande le douanier. - Non, je reviens de Lourdes, j’ai rempli quelques bonbonnes d’eau de la source miraculeuse. - Ouvrez quand même le coffre.” Le curé ouvre le coffre, qui est rempli à ras bord de bouteilles d’alcool de toutes sortes. Alors il lève les deux bras au ciel en s’écriant avec conviction: “Ô miracle!”

February 2018 - Salesian bulletin No 15

29


Salésiens de Don Bosco, Afrique des Grands Lacs (AGL).

Some pictures

30

Février 2018 - Bulletin Salésien No 15


Salesians of Don Bosco, Africa of the Great Lakes (AGL).

Vocation WOULD YOU LIKE TO JOIN US VOUDRIEZ-VOUS ENTRER CHEZ NOUS?

Contact Us Salésiens de Don Bosco au BURUNDI

Salésiens de Don Bosco au RWANDA

Salesians of Don Bosco in UGANDA

P HABANABAKIZE Augustin-césar P. Raymond BAVUMIRAGIYE Tél: +257 71121695 / +257 71 733 696 email: vocation-bu@sdbagl.org Lycée Don Bosco B.P. 1 Ngozi-Burundi

P. Jean Bosco NTIRENGANYA P. Rémy NSENGIYUMVA Tél: +250 782 379 300 / +250 788 822 902 email: vocation-rw@sdbagl.org Kimihurura - IFAK B.P. 627 Kigali - Rwanda

Father MURASANDONYI Gaudens Father Philip GBAO Tel +256 777074096 / +256 704454071 Email : vocation-ug@sdbagl.org Salesians of Don Bosco P. O. Box 2050 Kampala – Uganda

Filles de Marie Auxiliatrice/Rubavu-Muhato

Filles de Marie Auxiliatrice / Kigali – Rugunga

Tél : +250 785376126

Tél : +252 577608 / 0788467166 (Sr Lumière) e-mail : lucelumi@yahoo.fr B.P. 2556 Kigali – Rwanda

(Sr Katarzyna URBANSKA)

e-mail : fmagisenyi@yahoo.fr B.P. 31 Gisenyi – Rwanda

February 2018 - Salesian bulletin No 15

31


AGL Salesian Bulletin No 15 - February 2018  
AGL Salesian Bulletin No 15 - February 2018  
Advertisement