Page 1

17 Octobre Journée internationale des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté 2013

Note Conceptuelle Thème - « Ensemble vers un monde sans discrimination : En s'appuyant sur l'expérience et la connaissance des personnes dans la grande pauvreté » ‟Nous  refusons  d'ʹentendre  les  mots  qu'ʹil  veut   prononcer,  parce  qu'ʹil  est  considéré  trop  pauvre pour  intervenir.  ”   M.  Parfait,  République  Centrafricaine Le  thème  de  la  commémoration  de  cette  année  a   été  choisi  de  façon  tout  à  fait  inhabituelle  car  pour   la   première   fois   depuis   la   proclamation   par   les   Nations   Unies   du   «   17   octobre,   Journée   internationale  pour  l'ʹélimination  de  la  pauvreté  »,  il   a  pris  en  compte  les  contributions  et   les  réactions   que   des   militants   et   des   personnes   vivant   dans   l'ʹextrême   pauvreté   ont   adressées   au   Comité   International   17   octobre.   Grâce  à  ce  processus  de   consultations,  un  thème  faisant  très  fortement  écho   aux   personnes   vivant   dans   la   misère   a   pu   être   défini.  Il  met  en  lumière  la  discrimination  à  laquelle   des   personnes   sont   confrontées   au   quotidien   en   raison   de  leur   pauvreté.   Ce   thème  souligne  leur   exclusion   des  sphères  politiques,   économiques  et   sociales    et  leur  absence  de  représentation  dans  la   conception,   la  mise  en   œuvre  et   l'ʹévaluation   des   politiques   et   des   programmes   qui   les   touchent   directement  ou  indirectement.   Ces  personnes  sont  les  invisibles,  ceux  que  l'ʹon   n'ʹentend  pas,  ceux  qui  sont  privés  de  droits. Pour  ces  personnes  qui  vivent  dans  la  pauvreté,   les  droits   de   l'ʹhomme,   leur   dignité,   leur   droit   à     participer,   leur   sécurité   personnelle,   le   respect   auquel   ils  ont  droit  ainsi  que  la  reconnaissance  de  

leurs efforts  et   de  leurs  contributions  à  la  société   sont  aussi   importants  que  la  satisfaction   de  leurs   besoins  de  base  tels  que  la  santé,  l'ʹéducation,  l'ʹeau,   les  installations  sanitaires  et  le  logement.   «Le  plus  dur  de  vivre  dans  la  misère,  c’est  le  mépris,   qu’ils  te  traitent  comme  si  tu   ne  valais  rien,  qu’ils  te   regardent  avec  dégoût,  jusqu’à  te  traiter   comme  un   ennemi.   Nous  et  nos   enfants,  nous   vivons  cela  cha-­‐‑ que   jour,   cela   nous   fait  mal,   nous   humilie   et  nous   fait  vivre  avec  la  peur  et  la  honte.  »                                                                                Mme  Edilberta  Béjar,  Pérou

Trop souvent   nos   sociétés   ignorent   ou   sous-­‐‑ estiment   le  savoir   des  personnes   vivant   dans   les   pires   formes   de   pauvreté   parce   que   nous   supposons  à  tort  que  des  personnes  si  démunies  en   termes   de   bien-­‐‑être   matériel   tout,   de   position   sociale   et   de   pouvoir   politique   doivent   aussi   manquer   de   toute   connaissance   ou   capacité   de   réflexion   qui   pourrait   être   utile   aux   autres.   Malheureusement,  malgré  les  meilleures  intentions   d e s   g o u v e r n e m e n t s ,   d e s   a g e n c e s   d e   développement   et   des   donateurs,   nos   efforts   actuels  pour   formuler,   mettre  en   place  et   évaluer   les  politiques  et  les  programmes  d'ʹélimination  de  la   pauvreté  n'ʹont  pas  pris  en  compte,  ou   ont  ignoré,   l’expérience  et  la  connaissance  exceptionnelles  que   les  personnes  vivant  dans  les  pires  conditions  ont   accumulées,  parfois  sur  plusieurs  générations.  Il  en  


17 Octobre résulte beaucoup  trop  souvent  que  les  politiques  et   les  programmes  visant  à  éliminer  la  pauvreté  sont   mal  adaptés  aux  besoins,  aux  réalités  et  aux  attentes   des  personnes  qu'ʹils  sont    supposés  aider. «   Quand   des   personnes   nous   manquent   de   respect   en   nous   désignant   par   des   mots   tels   q u e   "ʺ c a s   s o c i a l "ʺ ,   "ʺ m a u v a i s e   m è r e "ʺ ,   "ʺincapable"ʺ,   "ʺbon   à   rien"ʺ,   cela   témoigne   d'ʹun   jugement,   d'ʹune   méconnaissance,   et   nous   ressentons   la   violence   d'ʹêtre   discriminé,   inexistant,   de   ne   pas   faire   partie   du   même   monde...Ces   violences   quotidiennes   sont   des   maltraitances.  »                                                Mme    Laetitia  Dubourdieu,  France Alors  que  les  Nations  Unies  sont   en   train   de   préparer  le  programme  global   de  développement   post-­‐‑2015  ,  il  est  donc  primordial  que  les  personnes   vivant   dans   l'ʹextrême   pauvreté   puissent   y   bénéficier,   d'ʹespaces  suffisants  comme   d'ʹattention   nécessaire,   pour   pouvoir   participer   à   son   élaboration   et   apporter   leur   valeur   ajoutée   aux   connaissances   actuelles   de   la   pauvreté,   de   la   discrimination   et   des   violations   des   droits   de   l'ʹhomme. Cela   implique   beaucoup   plus   que   de   leur   permettre   uniquement   de   témoigner   de   leurs   expériences.  Cela  implique  également  de  créer  les   conditions   qui   favoriseront   et   encourageront   les   personnes   vivant   dans   la   pauvreté   à   contribuer,   individuellement   et   collectivement,   par   leurs   propres   pensées   et   analyses,   à   l'ʹensemble   du   processus   de   création   des   connaissances   qui   façonneront   les   politiques   et   les   programmes   d'ʹélimination   de   la   pauvreté.   Tout   dispositif   ne   favorisant   pas  une  telle  participation   constituerait   une   discrimination   flagrante   et   un   déni   de   leur   dignité  et  de  leurs  droits  humains.  

Les Nations  Unies  ont  exploré  diverses  façons   d'ʹinclure   les   contributions   des   personnes   vivant   dans  la  pauvreté.  Ces  efforts  de  consultations  sont   cependant  encore  loin  de  ce  qui  est  nécessaire  pour   créer   un   processus   véritablement   inclusif   parce   qu'ʹils  échouent   à  atteindre  les  plus  pauvres  et   les   plus  marginalisés  de  nos  sociétés. Nous   devons   briser   le   silence   sur   l'ʹextrême   pauvreté.   Si   nous   ne   le   faisons   pas,   nos   efforts   post-­‐‑2015   pour   éliminer   l'ʹextrême  pauvreté,   pour   en   finir   avec  la  discrimination  et   créer  un   monde   plus  durable   n'ʹatteindront   pas  tout   le  monde,   et   certainement  pas  les  plus  pauvres  et  les  plus  exclus.   Chaque   17   octobre,   nous   sommes   invités   à   présenter   comment   rompre   ce  silence,   ce   jour-­‐‑là   comme  tous   les   jours   de   l'ʹannée,   à   travers   notre   solidarité   avec   les   personnes   vivant   dans     la   pauvreté  et  par  nos  engagements  et  notre  action. Célébrée  par  les  Nations  Unies  pour  la  première   fois   en   1993,   la   Journée   internationale   pour   l'ʹélimination   de  la  pauvreté  encourage  le  dialogue   et   la   compréhension   entre   des   personnes   vivant   dans  la  pauvreté,  leurs  communautés  et   la  société   en   général.   La  Journée  offre  l'ʹoccasion  de  prendre   acte  des  efforts  et  des  combats  des  personnes  vivant   dans   la  pauvreté,   une   opportunité  pour   elles   de   faire  entendre  leurs  préoccupations  et  un  moment   pour   reconnaître   que   les   personnes   dans   la   pauvreté  sont  au  premier  plan  dans  la  lutte  contre   la   pauvreté.   (Rapport   du   Secrétaire   général   des   Nations  Unies,  A/61/308,  para.  58) Des   informations   supplémentaires   sur   les   commémorations   organisées   le   17   octobre   aux   Nations  Unies  à  New   York   et  à  travers  le  monde   sont  disponibles  sur  le  site  :   www.refuserlamisere.org  et     http://www.un.org/esa/socdev/social/poverty

Note conceptuelle 2013  

17 Octobre - Journée internationale des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté 2013 Thème - « Ensemble vers un monde sans discrimin...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you