Page 1

douze visages pour notre commune demain

une vision pour les 28 villages de Sprimont

Page 2

Page 22

Page 24

Page 9

Page 30

Page 12

Politique

Candidats

Engagement

Soutien

Notre programme pour 2012-2018

Ils sont 23 à vos côtés, sur le terrain

Thierry Giet, notre tête de liste

Sprimontois(es), ils soutiennent notre programme imprimé électoral


Sprimont…

- La Citoyenne

p.3

- La Solidaire

p.6

- La Villageoise

p.9

- La Rurale

p.12

- La Touristique

p.15

- La Sportive

p.18

- La Culturelle

p.21

- L’Economique

p.24

- La Durable

p.27

- L’Anti-crise

p.30

- La Wallonne

p.32

- L’Utopique

p.34

Vous avez le pouvoir ! Chères concitoyennes, chers concitoyens, Vous tenez entre les mains le programme du PS Sprimont pour les années à venir. Des propositions, des pistes pour donner un autre visage à votre commune. Vous pouvez le feuilleter comme un magazine, sauter d’une page à l’autre, passer ce qui vous intéresse moins et approfondir les thèmes qui vous paraissent importants. En somme, allez à l’essentiel selon vos envies. Retrouvez les « 12 visages » qui avaient émergé lors du « Caravane Tour» et de l’Université d’automne en 2011, moments où nous avons pu vous rencontrer. Pour chaque thème, nous avons défini un point fort, des idées novatrices et une astuce pour mener à bien nos projets. Et, pour étayer concrètement notre vision, nous avons répertorié de nombreux projets qui fonctionnent déjà dans d’autres communes. Preuve que notre programme est réaliste et ambitieux à la fois. Parce que derrière chaque candidat(e) se cache une femme ou un homme de talent, nous avons opté pour une présentation plus personnelle: chaque colistier PS a eu carte blanche pour vous dire qui il est ! Et parce qu’une élection se mène avant tout en équipe, découvrez, à côté des candidats, les « visages » de citoyennes et citoyens qui voulaient marquer leur soutien à nos idées : ils font aussi partie de cette revue. Le 14 octobre, vous irez voter. Vous profiterez de votre droit démocratique pour exprimer un choix d’avenir. Les élections communales font la part belle à la proximité : avec la liste PS, vous voterez pour des candidat(e)s qui, localement, entendent développer le bien-être et le bien-vivre dans notre environnement proche. Le 14 octobre, si vous me proposez de ceindre l’écharpe maïorale, je n’aurai aucune hésitation à le faire. Ce n’est pas un objectif en soi, mais ce sera par contre le signal fort qu’une nouvelle page politique communale est prête à s’écrire à Sprimont. Plus qu’un souhait, une volonté de la population que j’assumerai avec l’ensemble des forces vives du PS. Le 14 octobre, vous avez le pouvoir !

Thierry Giet Président du PS Tête de liste à Sprimont


« Une commune communicative, interactive, participative, disponible et soucieuse de l’avenir par un enseignement de qualité ! »

rt o f é ennet int

Po

Citoy de la s citoyens t a n i v e de n éch commune u ’ d n o Créati pprocher la a r r pou

3


s e v u e n ID

• Mise en place d’un service de communication tourné vers la population • Dégagement d’un budget participatif où la population décide directement de l’utilisation d’une enveloppe financière spécifique • Réforme du droit d’interpellation pour rendre le conseil communal plus dynamique • Décentralisation périodique de services communaux (dans les bibliothèques, dans un bus, dans les salles communales…) • Mise en place d’un plan ambitieux pour l’accueil extrascolaire (crèches, école de devoirs, garderie « d’urgence »…) • Création d’un « espace associations » cogéré par les membres et la commune • Développement d’un module « e-citoyen » pour les formulaires en ligne • Mise sur pied d’une cellule antidiscrimination et intégration d’une clause spécifique dans les règlements de travail communaux

Ils l’ont fait ! Les incivilités sont néfastes pour le quotidien de la commune. Certaines mauvaises habitudes peuvent être réglées simplement, voire de façon amusante. Ainsi, à Besançon (France), la municipalité a placé des « panneaux à chewing-gum » : des plaques rigides, sur lesquelles on a collé une feuille représentant une cible, invitent à « coller » son chewing-gum plutôt que de le jeter à terre. En Province de Luxembourg, plusieurs communes se sont associées pour acheter « en gros » des cendriers publics qui ont été fixés près des endroits fréquentés. Dans les deux cas, les commerçants les plus proches sont mis à contribution pour assurer le remplacement de la feuille ou la vidange des cendriers. La propreté des rues a tout à y gagner.

Astuce

Il existe un nombre im portant de posés par projets pro le PS et su b s idiables (e ou partiell ntièremen ement) pa t r d’autres voir (Provin niveaux de ce, Wallon pouie, Fédéra Bruxelles, tion Wallo Etat fédéra niel…) ou via à projet (F des appels ondation R oi Baudou d’entrepri in, mécéna ses…). Du t rant cette nous nous lé gislature, engageons à soulager les finance communale s s par ce b iais.

ent ils nous soutienn

Annick Comblain,

docteur en logopédie (Université de Liège)

La citoyenneté a pour objectif de développer le « bien-vivre » ensemble. Cela s’apprend dès le plus jeune âge. Voilà pourquoi, dans notre enseignement, il faut promouvoir entre autres l’immersion linguistique : s’ouvrir aux autres langues, c’est s’ouvrir aux autres cultures. La citoyenneté, c’est aussi un gage de tolérance.


1

Thierry Giet (Tête de liste) Si j’étais… Conseiller communal à Sprimont depuis 1982, Chef de groupe à la Chambre depuis 2004, Président du PS depuis décembre 2011, Thierry Giet jongle avec le temps pour assumer de manière optimale toutes les tâches qui lui ont été confiées. Et si, pour une fois, il prenait la pause pour se définir plus intimement ? Si j’étais une citation ? « Travaillez, prenez la peine ». C’est une maxime tirée d’une fable de La Fontaine, « Le laboureur et ses enfants ». Elle nous apprend que le travail en lui-même est une richesse inégalée, qu’en produisant de l’effort, on ne récolte que de bonnes choses. Si j’étais une friandise ? Une profiterole ! Avec le coulis de chocolat refroidi en guise de carapace, et beaucoup de générosité lorsqu’on croque dedans.

Si j’étais un sport ? Le lancer du javelot par exemple : tout le corps est mis à contribution, les jambes, les bras, la tête. Comme en politique, entre le moment où on lance (une proposition de loi par exemple) et celui où on connait le résultat, il y a une patiente attente… Si j’étais un lieu ? Le Palais de la Nation (qui abrite la Chambre et le Sénat), la place Joseph Wauters à Sprimont, … puis la Piazza del Campo de Sienne, incurvée comme un amphithéâtre antique, connue pour ses courses de chevaux ! Si j’étais un opéra ? Oh! choix difficile… Rigoletto ? Cosi fan tutte ? La Flûte enchantée ? Je suis un passionné jusqu’au bout des doigts. Si j’étais bourgmestre ? Je mettrais toute mon énergie à faire de Sprimont un endroit de vie économique, social, environnemental, culturel où chaque citoyen trouverait les moyens de combler ses besoins. Je continuerais ainsi l’oeuvre de mes grands-pères ,l’un maçon au service des Travaux de notre commune, l’autre Secrétaire communal de Sprimont. Tous deux ont tracé la route que j’emprunterais demain avec votre soutien.

Mais, avec des si…

2

Angélique Vangossum Jeune Sprimontoise de 32 ans, originaire de Comblain-au-Pont, je suis issue d’une famille où l’engagement politique possède une réelle signification, de par mon arrière grand-père qui fut l’un des premiers échevins et mon frère qui suit la même voie aujourd’hui.

J’ai eu la chance de bénéficier d’une éducation socialiste et d’évoluer dans un environnement propice aux débats d’idées… Après avoir participé à bon nombre de campagnes électorales, notamment aux côtés de Thierry Giet, je me présente pour la première fois aux élections communales ! Mon travail, en tant que gestionnaire en insertion socioprofessionnelle, m’a amené à constater les dysfonctionnements existant dans notre société. Ce travail qui allie écoute et présence sur le terrain a nourri ma conviction et mon engagement. Il a été l’occasion de saisir les réalités auxquelles doivent faire face les citoyens. Dès lors, préférant mettre mon énergie à leur service plutôt qu’à critiquer, j’ai décidé de m’investir réellement et d’entrer en politique afin d’essayer de faire bouger les choses de l’intérieur. Je veux être actrice de cette société plutôt que d’en rester une spectatrice passive. Dynamique, positive et volontaire, je suis fière de consacrer mon énergie débordante aux Sprimontois. Mes principaux centres d’intérêt en dehors de la politique sont ma famille, mes amis, le vélo et la découverte de nouveaux horizons. Mon quotidien pour le 14 octobre…c’est le terrain !

5


Sprimont la solidaire « Une commune multiculturelle, intergénérationnelle, solidaire, prête à relever les défis sociaux de demain ! »

Ils l’ont fait ! A Liège, le PS encourage la location d’une chambre chez les personnes âgées par les étudiants koteurs. Avantages : la location est peu onéreuse pour le jeune, la personne âgée peut si besoin demander l’un ou l’autre coup de main à son locataire (faire les courses, porter une caisse lourde, …). A Fléron, le projet Vélocit’aide incite les jeunes à enfourcher leur vélo pour aller faire les courses des personnes âgées chez les commerçants. Des mini-remorques ont été construites pour l’occasion. A Baelen, on favorise la construction de cabanes en bois dans les jardins ou parcs attenants aux Maisons de repos. A Tinlot, on a fait subsidier une « Maison intergénérationnelle » : lieu de rencontre au rez-de-chaussée, elle accueillera également un logement social à l’étage. A Goé, une société commercialise des « plaines de jeux » pour seniors, afin de conserver la forme. A Ben-Ahin, les cours d’informatique dans les Maisons de repos ont abouti à la création d’un journal mensuel produit par les personnes âgées à destination de toute la commune…


ID neuves • Recherche d’incitants communaux pour faciliter l’accès aux logements pour les jeunes • Mise en place d’une «Journée Jeunesse» brassant tous les thèmes : emploi, logement, problèmes sociétaux, sport, loisirs… • Création d’une communication spécifique envers les aînés dans un monde de plus en plus technologique (maintien des supports papier, ateliers « internet, GSM… », création d’un Espace public numérique, etc.) • Sensibilisation des personnes âgées au bénévolat au sein des associations locales dans un souci de maillage social • Mise en route d’un « taxi social » et d’une « bazarette ambulante » pour pallier le déficit de mobilité dans les villages, notamment celui qui touche les personnes âgées • Multiplication des ateliers destinés à retrouver la confiance, pour les personnes en décrochage, en complément du travail de terrain déjà réalisé par les Maisons de jeunes et les éducateurs de la commune • Amorçage d’un « point info parents » qui répondrait aux questions urgentes (sociales, financières, relationnelles…) • Réalisation d’un audit de la pauvreté à Sprimont, qu’elle soit visible (CPAS, chômage…) ou cachée (travailleur qui ne peut subvenir à ses besoins ou ceux de sa famille), afin d’y apporter des réponses efficientes

rt o f int oyens

Po

ts m emen rdable : g o l s abo s, nt de peme ’immobilier teurs privé p o l e v o el Dé gence s prom rendr pour iat avec le ment de l’A ion de ar pe éat parten u dévelop le (AIS), cr oupole a aide lière socia sous la c t… n ux bi immo ents socia ve Logeme è l m b loge rthe-Am d’Ou

ils nous soutiennent

André Beauvois,

président de l’Agence Immobilière Sociale (AIS), Sprimont

D’ici à 2020, c’est-à-dire demain, la Wallonie devrait accueillir 125.000 nouveaux logements pour satisfaire l’augmentation de la population. Dans les faits, combien de jeunes seront encore capables d’investir dans une maison de leur commune, alors que la spéculation fait flamber l’immobilier ? Combien de familles dans le besoin, de travailleurs trop chichement payés, pourront sortir chaque mois assez d’argent pour couvrir le loyer, les charges, le nécessaire pour vivre ? En tant qu’ancien Secrétaire général de la CGSP-FGTB de Liège, j’ai assez côtoyé d’ouvriers et d’employés qui ne pouvaient joindre les deux bouts pour leur famille. Le politique a le devoir de développer urgemment les logements sociaux et moyens : une commune sans jeunes, c’est une commune qui se meurt.

7


Philippe Leerschool Juriste et expert-comptable, vigneron amateur Comme cette vigne plantée il y a deux ans avec mes proches, j’ai pris racine dans le village de Lincé-Sprimont. Pour réussir à produire du vin sur nos terres, il faut sans doute être un peu fou, ou du moins optimiste. C’est comme en politique : apprendre la patience, observer l’environnement qui nous entoure, cueillir le fruit quand il arrive à maturité. Aujourd’hui, fort de mon expérience comme conseiller communal, je veux continuer à m’investir pour ma commune. Et, comme la vigne, je veux pouvoir vous donner le meilleur de moi-même. Le 14 octobre, je récolterai ce que j’ai planté : votre soutien, que j’espère le plus large possible.

3

Danielle Duchatelet

4

Hé oui !!! Vous le voyez… Ce n’est pas ma première élection !   Mais entre ces deux photos, hormis les «petites» différences physiques, pas grand-chose de changé.   Ah si ! Quand même !! je suis mariée et j’ai trois fils... J’ai un diplôme d’assistante sociale et je travaille depuis 35 ans  pour le bien-être au travail.   Mon cœur et ma vie sont toujours restés dans notre belle commune à travers les activités où j’ai accompagné  et soutenu activement mes fils (école, sport, mouvement de jeunesse...) et dans mes activités avec les FPS (Femmes Prévoyantes Socialistes) : les voyages et les stages avec les enfants des autres, devenus grands maintenant, font partie de mes meilleurs souvenirs. Mais, surtout, je leur dois beaucoup, presque tout ce que je suis restée dans une période très douloureuse de ma vie. C’est-à-dire… souriante, gourmande, vivante, des projets et des idées plein la tête, défendant la veuve et l’orphelin et jamais ma langue en poche ! Renseignez-vous ! C’est ce que je ferais si j’étais vous.   De ces expériences au quotidien et dans la durée, ce que je sais, c’est que : « si vous  le  voulez avec moi, je peux ! »

5

Pierre David Bouldou

La musique, une « vieille » histoire ? J’ai appris la guitare à 9 ans et monté mon premier groupe à 18 (« The Paraday’s Guitar » à Seraing). Puis j’ai créé le groupe « Démago », avec nos premières compos. D’autres groupes encore (rock, blues, chanson française), puis, avec les potes de toujours, « Bouldou & the Sticky Fingers » qui reprend les titres des Rolling Stones. J’aide aussi des jeunes groupes à se lancer (comme Eté 67), et je suis jury, depuis le début, au projet provincial «ça Balance».

Tu voyages très souvent en Afrique ? Effectivement, j’organise des voyages au Maroc depuis 1980 (pour des entreprises ou des privés). Puis j’ai créé il y a 7 ans avec des amis une fondation pour le pays Dogon (Mali) qui s’occupe de creuser des puits, construire des écoles, former des sagesfemmes et des acupuncteurs, installer des panneaux solaires pour que les dispensaires puissent aussi travailler de nuit… La fondation Tabagolo fonctionne sans subside, mais avec la générosité du public; en organisant notamment des fêtes et des concerts. Avec une vie aussi bien remplie que tes cafés-restaurants, pourquoi la politique en plus ? J’aime tout simplement être impliqué dans la politique de notre belle commune. Une première expérience en 2006, avec mon élection comme conseiller communal à Sprimont. Les élections régionales de 2007 et un score plus qu’honorable. Et ici, en 2012, une envie de poursuivre l’aventure et de donner un vrai sens populaire au mot « culture » à Sprimont.


Sprimont la villageoise « Une commune ouverte sur le monde, composée de multiples villages qui développent une proximité locale vivante et dynamique ! »

rt qui o f unale int

Po

m s. e com ssociation r è i t î a f a yt s e l e coupo x comités ’ajouter les ube n u ’ s u s de on d ient rte a Créati it main fo es pourra recherche es évéu d a prêter des logistiq ciations, la unication m i o Aux a entre ass de la com s n … nergie la promotio nements, , sides

9


Anne Laurence Legros

6

Juste un petit mot pour vous dire qui je suis et pourquoi j’ai envie d’être votre voix... dans notre commune. Originaire de Dolembreux où j’ai vécu plus de 25 ans et y ai fait toute ma « belle » jeunesse, je construis maintenant ma vie à Rouvreux. Toujours active dans la vie de mon village, je m’y suis investie dans de nombreuses activités (jeunesse de Dolembreux, conseil consultatif de la jeunesse).

Mon intérêt pour les relations humaines, qu’elles soient entre les générations comme de voisinage, m’a conduit à désirer un Sprimont plus citoyen. Une commune est pour moi riche de ses contacts humains, de ses particularités et de ses différences. Le tout est de travailler ensemble pour le bien de TOUS. C’est pourquoi,quand j’ai décidé de m’investir dans ma commune, le conseil du CPAS me paraissait une évidence. Ma vie personnelle et mon travail depuis 6 ans en tant que conseillère m’ont démontré la difficulté pour tout un chacun de trouver une habitation dans notre commune. Je suis convaincue que le logement à Sprimont pourrait être mieux pensé. En tant que citoyenne de Sprimont, je veux être à l’écoute de vos attentes et de vos demandes et c’est à ce titre que je sollicite votre soutien. Sprimont a besoin de plus de citoyenneté et j’ai envie de me battre pour cela. Changez de régime, pensez... Legros !-)

ils nous soutienn ent

Michel Libert,

Betgné, marionnettiste

« Un village, c’est un coin de campagne fertil en rêves, riche de traditions. De ces rêves naissent des sourires, sourires sans âge, sourires qui se partagent entre tous les âges. Un théâtre dans un village, c’est une usine à sourires et à rêves, sans fumée, sans pollution, sans bruit ou presque… »


ID neuves • Remise d’un « label village » sur base de critères définis permettant d’ancrer un hameau comme bassin de vie dans la commune • Sécurisation et embellissement des entrées et sorties de villages • Mise sur pied d’un événement fédérateur (un « Intervillage » par exemple) • Remise au goût du jour des places et placettes de villages afin d’en faire de véritables « lieux de vie et d’échanges » (tables et bancs, endroits ombragés, jeux sécurisés…) • Mise en place d’un affichage protégé pour promotionner les événements locaux

Frédéric Mottard

7

Je suis militant socialiste depuis ma majorité, mais sympathisant de cœur depuis mon enfance (je suis tombé dedans quand j’étais petit !). Je vis aujourd’hui ma première campagne en tant que candidat ! Lors des élections en 1994, 2000, 2006, j’ai pu découvrir les facettes d’une campagne électorale par mon soutien actif auprès d’un député provincial.

Job ? Mon parcours professionnel commence par le monde de l’éducation, la jeunesse, la prévention et le sport pour une période de 9 ans. Une fois mon diplôme en Communication d’entreprise et en Gestion des ressources humaines en poche, j’ai orienté ma carrière vers le secteur privé en tant que chef de projets au sein de deux agences en communication et création d’événements. Et Sprimont ? J’ai toujours été très présent au niveau associatif, tout d’abord dans mon village natal, Damré et ensuite dans mon lieu de vie, Fraiture. Je suis également membre du conseil d’administration de la Maison des Jeunes du Hornay. Mes priorités pour la commune se résument en trois points forts : le soutien aux personnes, la vie associative et la vie culturelle. En effet, le combat que je souhaite mener sera de proposer aux citoyens de toutes origines sociales de ma commune de pouvoir vivre et évoluer dans un cadre de vie adapté, bienveillant, et empreint de bien-être. Ma présence lors des conseils communaux ou au comité du PS Sprimont me permet de suivre attentivement tous les dossiers importants de ma commune !

Astuce

L’histoire Dites-le avec des fleurs… A Virton, lorsque les beaux jours refont surface, le service plantation embellit magnifiquement les immeubles publics, places et autres kiosques. Mais, depuis quelques années, une autre initiative communale a vu le jour : le service environnement propose aux citoyens qui le désirent le dépôt d’un (ou plusieurs) bac(s) de fleurs, à charge pour eux de les entretenir durant la floraison. En 2011, pas moins de 260 demandes ont été faites (le nombre d’habitants est sensiblement identique à Sprimont), si bien que le nombre de bacs budgété n’a pas suffit ! Dès lors, pour 2013, ce ne sont pas moins de 300 bacs qui sont prévus !

Afin de me ttre en ava nt la vie vil active à Sp lageoise rimont, un e partie du de la comm site web une sera d édiée aux associatio c o mités et ns locales qui pourro annoncer nt gratuite leurs évén ment ements et relater leu r quotidien.

11


Sprimont la rurale Des chemin

Astuce

« Une commune qui évolue avec son temps et qui tire parti de son patrimoine rural et agricole ! »

s de reme mbrement des routes qui devien , des chem nent ins de trav d’assaut p erse pris ar des véh icules moto longues lig risés, des nes droite s d ésormais e maisons… n tourées de En quelque s années, çons routi les troners ont co mplèteme physionom nt changé ie. Il faut im de pérativem chaque vil ent affecte lage un « rà plan mobil ité » spéc ifique.

ils nous soutiennent

Po

rt o f int

ent règlem plus u d n tégrer lisatio Actua me pour in ouvelles sn ine anis d’urb acement le le patrimo c s ion n effi ns da re un fonct ion o i t c u r t const et permet a Commiss t , l l en e e u d t ac cru nagem té c é a t m n a ’ obili neme ltative de l e la m u d s t n e o e c ritoir ATM) du ter (CC


ID neuves • Promotion du travail agricole par l’organisation d’événements pédagogiques, la vente directe de produits, l’agrotourisme… • Prise en charge des nouveaux habitants pour favoriser leur intégration (distribution d’une brochure, contacts avec les comités et associations « du coin », promotion des commerçants locaux…) • Cartographie permanente du terrain agricole de la commune

Il faut sauver notre agriculture ! Notre commune tire sa beauté de sa ruralité. Si nous voulons (et pouvons) promotionner le tourisme « vert », c’est parce que nos paysages valent le détour. Grâce à qui ? En bonne partie, à nos agriculteurs qui entretiennent ces centaines d’hectares de prairies toute l’année. Mais nos acteurs « verts » ne voient plus du tout la vie en rose. La crise laitière de 2009 est certes derrière nous, mais elle a fait place à une crise structurelle encore plus importante. Les producteurs de lait doivent se battre dans une économie toujours plus mondialisée qui ne cesse de faire crouler les prix. C’est bien simple : aujourd’hui, la plupart de nos producteurs de lait vendent à perte car, dans le même temps, les coûts (mazout, aliments pour animaux…) flambent. « Si rien n’est fait, ce sera, à terme, la mort de l’agriculture locale et familiale », s’inquiète Marc Tarabella, eurodéputé PS et spécialiste de l’agriculture. Et c’est la grosse industrie qui viendra mettre la main sur des exploitations à l’agonie, pour une bouchée de pain bien entendu. Les chiffres lui donnent raison : le nombre d’exploitations diminue sans cesse et, plus grave, une majorité d’agriculteurs sprimontois avoue ne pas avoir de repreneur : « Comment voulez-vous ? Depuis que j’ai repris la ferme familiale il y a 25 ans, j’y ai investi 25.000 euros par an. Or, aujourd’hui, on ne peut prévoir le prix de vente du lait qu’à trois mois ! Dans ces conditions, mon fils sera incapable d’assurer le futur de l’exploitation » explique, amer, un agriculteur local. Des solutions existent, mais elles ne sont pas (encore) partagées au niveau européen : « Il s’agirait déjà de fixer un prix minimum et un prix maximum », détaille Marc Tarabella, « afin de savoir dans quel pièce on joue. Il faudrait aussi accorder des aides au travailleur, et non à la propriété (subside à l’hectare), sinon seul le propriétaire en profitera. On pourrait aussi, comme au Canada, « nationaliser » le circuit de distribution… ». Et au niveau local ? Diverses initiatives sont possibles, et le PS en énonce plusieurs : créer une « vitrine » des produits du terroir pour valoriser le lait local, réfléchir à l’agrotourisme, multiplier les événements pédagogiques (comme les « fêtes à la ferme ») pour faire prendre conscience à la population de la richesse qui l’entoure… « Dans la région du Comté, en France, cela leur a pris 50 ans pour développer un label de qualité, mais quelle réussite ! », s’extasie le directeur de la Scar, la coopérative wallonne d’aliments composés qui rassemble près de 2.500 agriculteurs. « Aujourd’hui, les fermiers de la région disent qu’ils produisent du fromage, pas du lait, preuve qu’ils sont fiers de fournir la matière première du Comté. Alors, qu’est-ce qu’on attend ? »

Marc Tarabella, Anthisnes, eurodéputé

13


8

Claire de Froidmont Maman de deux enfants, j’ai le sens du contact aisé, raison pour laquelle je travaille comme aide-soignante en maison de repos depuis 15 ans. Pour moi, c’est une évidence : les plus jeunes se doivent d’aider les plus âgés. Je me retrouve donc parfaitement dans les valeurs du PS que j’ai rejoint dès ma jeunesse (j’ai notamment milité activement au sein du Mouvement des Jeunes Socialistes). Habitant à Dolembreux, je prends un réel plaisir à m’investir dans mon quartier et le comité « Dèl Wêde ».

J’ai cherché une photo qui me ressemble et qui rassemble mes convictions. Celle-ci s’est imposée, parce qu’entre la petite enfance et l’aide aux plus âgés, mon cœur balance sans cesse… Alors, je préfère en faire mes deux priorités pour la législature future !

Sébastien Doutreloup

9

Sprimontois depuis toujours, j’ai passé ma scolarité primaire à l’école du Centre de Sprimont ; un enseignement de qualité qui a éveillé en moi un profond attrait pour les sciences et surtout pour la météorologie. Ce « simple » coup de cœur d’enfant s’est révélé durant ma première année à l’Athénée Royal de Chênée comme une véritable passion. Tout le reste de mon cursus s’est dés lors poursuivi avec un seul objectif : devenir météorologue. Mon but a été atteint en juin 2009 où j’ai été diplômé par l’Université de Liège. Depuis, j’y travaille comme chercheur et j’y poursuis également un doctorat. Bien que mon métier me permette d’avoir la tête dans les nuages, mes pieds sont bel et bien sur terre. C’est pourquoi, j’ai décidé de m’investir pour la population sprimontoise où mes compétences scientifiques serviront aussi bien dans le domaine de l’environnement, que dans l’aménagement du territoire (je siège déjà à la Commission consultative de l’aménagement du territoire et de la mobilité) ou encore les énergies renouvelables. Un regard 9 sur notre commune ? Je m’y engage !

Isabelle Hartert

10

Un point que j’affectionne particulièrement, c’est le sport. Pour moi, il apporte la santé physique et morale. J’ai commencé le handball à l’âge de 9 ans et je l’ai pratiqué durant 30 ans. Cette passion, je l’ai transmise à mes deux fils, Sébastien, 12 ans, évoluant à Sprimont et Benjamin, 22 ans, évoluant cette année à Noci (Italie). Mon compagnon Paolo Danesi a lui aussi adhéré à ce sport et s’investit avec ardeur dans la formation des jeunes. Mon sport actuel est le P.C.U.(Programme pour Chien d’Utilité). J’affectionne aussi particulièrement l’action sociale que j’ai le plaisir d’exercer en apportant aide et soutien aux personnes en perte d’autonomie, qui peuvent ainsi rester à leur domicile. Cet aspect de ma personnalité, ma fille Elodie, 23 ans, en a hérité en devenant éducatrice. Mes idées profondément laïques me viennent de mon papa François Hartert qui milite au sein des comités locaux et régionaux.


Sprimont la Touristique « Une commune qui soigne l’accueil, développe son tourisme et dynamise son savoir-faire historique ! »

ID neuves • Mise en place d’infrastructures communales pour les « touristes d’un jour » : parkings agréables, « points tourisme » à Louveigné et Sprimont, … • Réalisation de documents touristiques, en partenariat avec le Greoa, disponibles en version papier et électronique • Sauvegarde du patrimoine passé (pays de la pierre) et développement d’un tourisme d’avenir (nouvelles technologies, « deuxième vie » aux carrières qui ne sont plus exploitées, …) • Aide à la promotion et au développement des chambres d’hôtes et gÎtes sur le territoire • Mise sur pied d’un projet « devoir de mémoire » dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre mondiale

rt o f int

Po

de héma ue c s n on d’u uristiq Créati pement to culture p la dévelo la nature, ne i r o u axé s t le patrim e

15


Développer le tourisme avec nos partenaires A l’exception du tourisme patrimonial de Banneux (500.000 visiteurs par an), Sprimont est relativement pauvre en intérêt touristique : le Musée de la Pierre a ainsi comptabilisé 2.122 entrées payantes en 2011, et le Chemin de fer de Sprimont (initiative privée) 1.940 (chiffres officiels de la Province de Liège). Or, de l’avis de nombreux témoins, notre commune possède plusieurs atouts pour se développer en la matière. Et elle peut compter sur des partenaires « naturels »… Ainsi, le Greoa (Groupement régional économique des vallées de l’Ourthe et de l’Amblève) est depuis longtemps très actif dans le tourisme. Sprimont pourrait faire appel davantage à ses compétences pour développer le fameux « schéma de développement touristique » qui fait tristement défaut. Autre partenaire de choix, et qu’on semble avoir délaissé : la Province de Liège. La fédération du Tourisme vient de se doter d’un nouveau plan stratégique 2012-2015 pour la province qui reste une locomotive en matière d’hébergements (30% des nuitées comptabilisées pour la Wallonie !). Et les communes semi-rurales seront à coup sûr sollicitées pour dynamiser le concept de « nature active » inscrit dans le plan : initier une véritable politique de « tourisme vert » permettrait donc de décrocher des subsides intéressants, par exemple pour ouvrir une Maison du tourisme à destination des futurs invités étrangers…

Astuce

Nous dis poso de promo ns, à Sprimont, d ’un outil inexploité tion fabuleux et p ourtant : les aires repos de autorouti ère No faire con idré ! Utilisons-les s de naître au pour richesses x de notre voyageurs les pa produits trimoine et nos locaux.

ils nous soutiennent

Jacques Dangez,

ancien directeur de la Foire Internationale de liège (FIL), Rouvreux

Il faut prendre conscience de ses richesses et avoir les moyens de ses ambitions. Développer le tourisme, c’est valoriser sa commune tout en agissant positivement sur l’économie. Sprimont, pays de la pierre, mérite un grand événement fédérateur (culturel, sportif, associatif…) qui rassemble les citoyens, les entreprises et la commune, et qui fasse à nouveau rayonner Sprimont hors de nos frontières locales.


Gaël Lambinon 33 ans, 3e garçon issu d’une fratrie de 4 qui a grandi à Dolembreux, de père cheminot et de mère libraire. Jeunesse indépendante. Mes études en anthropologie et mes expériences professionnelles m’ont permis de voyager entre les Etats-Unis, l’Espagne et Liège. De retour à Sprimont, la commune où j’ai passé mes 20 premiers printemps, je continue à militer pour défendre ces valeurs de gauche qui, plus que jamais, doivent rester le ciment de nos sociétés et économies.

11

Engagé et passionné par la chose publique, très actif dans le tissu associatif, j’ai fait mes premières armes avec le Ministre wallon Jean-Claude Marcourt en tant que conseiller sur les matières en lien avec le développement local notamment. J’endosse actuellement une fonction de chef de bureau à la commune de Flémalle où je suis en charge du redéploiement économique, de l’emploi et du tourisme. Ce qui me permet de travailler main dans la main avec les acteurs locaux à la concrétisation de nombreux projets citoyens : cette dimension participative au niveau communal me tient particulièrement à cœur. Marquer la différence aujourd’hui à Sprimont, c’est s’engager sur une nouvelle voie qui réconciliera les Sprimontois avec leur commune !

Cristina Jors-Kieken Cristina en quelques traits : Pour la première fois sur la liste, amoureuse des pierres et du patrimoine sprimontois, maman d’Hugo et « belle » maman de Mathilde et d’Alexandre, directrice adjointe de l’Euregio Meuse-Rhin, femme de projets, empathique, dynamique, enthousiaste et à l’écoute, vigilante et ambitieuse en matières de Jeunesse, d’Enseignement et d’Accueil extrascolaire, pratique le karaté, la marche, l’escalade et apprécie les diners entre amis.

12

A Sprimont, je veux que l’attention se porte sur la jeunesse. Du plus petit au plus grand, il faut offrir à nos jeunes un maximum d’atouts. Cela passe par des structures d’accueil préscolaires adaptées, par un enseignement notamment linguistique performant et par des activités culturelles et sportives pendant et en-dehors de l’école. Je veux également que les jeunes Sprimontois deviennent des citoyens épanouis. Outre l’avenir de notre jeunesse, il faut créer du lien et soutenir le commerce de proximité et l’activité économique. Sprimont n’est pas une cité-dortoir. Etre sprimontois, pour moi, signifie : connaitre l’histoire de sa commune, participer à sa culture, avoir des droits et des devoirs en tant que citoyen. C’est mon Sprimont de demain, partagez-le. Un regard nouveau.

Pierino Delporte Construire : Une vocation ! Avec mon épouse Rita Detrembleur, nous avons fondé une famille, bâti notre maison de nos mains, logis dans lequel nos deux enfants Guillaume (24) et Géraldine (23) ont pu grandir. Ouvrier de la construction pendant 10 ans, j’ai ensuite rejoint l’enseignement et, comme professeur de maçonnerie pendant 15 ans, j’ai aidé nombre d’élèves de l’enseignement spécialisé à construire les bases de leur vie professionnelle et sociale. Conseiller pédagogique depuis 4 ans, j’épaule à présent de jeunes collègues débutants qui batissent à leur tour leur avenir professionnel.

13

Personnellement, c’est le sport qui m’a aidé à me construire. Une école de vie qui m’a apporté équilibre personnel et bien-être : football (notamment à Sprimont), Jiu Jutsu (à l’école d’Arts Martiaux de Sébastien Damhaut), VTT, plongée (à Lillé aujourd’hui)… Il me reste de l’énergie et j’ai du temps pour construire un autre Sprimont... avec vous!

17


Sprimont la Sportive

« Une commune qui encourage la pratique sportive pour tous en s’investissant et en épaulant tous les clubs, toutes disciplines confondues ! »

t r o f Pointentre sportif locadle»la

es «C n d’un rces viv Créatio blerait les fo rs, sportifs… eu sem qui ras e: clubs, décid développer n d u , ts, tif e comm r objec et tous (enfan u o p , c ave utes ées, pour to nnes âg le sport dultes, perso ées…) ados, a nes handicap person


ID neuves

e

• Mise sur pied d’un événement sportif d’envergure sur le territoire communal • Développement de micro-infrastructures dans les villages pour rendre accessible les activités sportives (panneau de basket, piste de pétanque, Agora…) • Création de parcours santé à travers les paysages ruraux de la commune et accessibilité d’un parcours aux personnes à mobilité réduite

c Astu

uce de po mp u o c co r un bs, la une e u n l n c o s d r e Pour le à tous l t de monte afin i b a a » t r i e u s te éq arg se ch rtes-ouver el imporo mune p a p le n e « s aux journé e connaître accessible r s de fai discipline e tant d s n citoye

• Mise en place de chèques-sports

Un Centre sportif local pour coordonner l’offre sportive C’est assurément le « point fort » du programme socialiste pour développer le sport pour tous à Sprimont : la création d’un Centre sportif local. Kezako ? Depuis une dizaine d’années, la Fédération Wallonie-Bruxelles (jadis Communauté française) a poussé les communes à structurer leur offre sportive autour d’un « Centre sportif local » (CSL). L’objectif premier de cette ASBL ou de cette régie autonome est de gérer un ensemble d’infrastructures permettant la pratique sportive sur une commune. Précisons d’ailleurs qu’un CSL peut très bien être créé par un ensemble de communes. Pour être reconnu, un CSL doit répondre à de nombreux critères qui, finalement, poursuivent le même but : le sport pour tous. Ainsi, il faut promotionner le sport dans toutes ses formes sans discrimination, établir un plan annuel d’occupation et d’animations sportives dans les infrastructures concernées, promouvoir la santé par le sport, etc. Pour veiller au respect de ces critères, un conseil des utilisateurs locaux est fondé : il réunit des responsables communaux, mais aussi des représentants de clubs. Nous sommes donc bien là dans un mécanisme de cogestion. A la clé, outre tous les avantages liés à la structuration du sport communal, des leviers de subsidiation pour le traitement des agents du sport (90% du premier salaire, 75% pour les autres agents) ou simplement les frais de fonctionnement (enveloppe annuelle).

iennent t u o s s u o n ils

Pierre Hourdeaux, Sébastien Damhaut et Jorick Cheret, entraîneurs de jeunes talents Créer des champions ne nous intéresse pas. Nous voulons inculquer à nos jeunes les valeurs du sport : le collectif, le respect, l’amusement, l’envie de se dépasser. Le sport pour tous est un excellent défi. Les graines de champion sommeillent en chaque jeune : il faut simplement leur donner la possibilité de se développer.

19


14

Lucie Dewert

Élevée dans une famille de trois enfants, seule fille au milieu de deux garçons, j’ai toujours vécu à Sprimont. L’école communale de Louveigné m’a vu grandir pour, plus tard, me laisser continuer mon chemin à l’Athénée Royal de Chênée. Encore quelques années à l’Université de Liège en Sciences politiques et me voilà diplômée.

La fin des études, le milieu de la vingtaine qui approche tout comme une certaine maturité. On sent que le moment est venu de mobiliser toute notre énergie et la force de la jeunesse pour les mettre au service de la société et de notre commune. Comme tout le monde, certains sujets me tiennent particulièrement à cœur. Dix ans passés sur les planches de l’académie O.V.A. (Remouchamps) et du Foyer culturel de Sprimont, nourrie par la passion du théâtre et de toute discipline artistique en général, ont donné à la culture une place particulière dans ma vie. La culture qui rassemble et crée du lien social, celle qui questionne et remet en question, celle qui divertit et qui épanouit. Créer une véritable émulation culturelle à Sprimont, développer et faire découvrir nos nombreux talents,… autant de défis qui ne demandent qu’à être relevés au cours des six prochaines années !

Benjamin Lognard Secrétaire de l’U.S.C. de Sprimont depuis 2010, licencié en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Liège, Benjamin est un passionné de culture et d’histoire. Il entend, par son engagement au PS, comme militant d’abord, comme élu au sein de la section socialiste de Sprimont ensuite, défendre la place des jeunes sur le marché de l’emploi, et promouvoir un maximum le patrimoine de notre région. La précarité de nos aînés est également une grande préoccupation pour lui.

15

Benjamin e

t sa filleule ..

. La famille,

si précieuse

Il s’est toujours investi à 100% dans toutes les missions dans lesquelles il s’est engagé. C’est un bosseur né et a toujours à coeur de faire de son mieux, et ce, toujours dans l’intérêt du plus grand nombre. C’est la première fois qu’il sera soumis au vote des électeurs, et il est prêt à assumer des responsabilités au sein de notre commune. Il est déterminé à défendre les Sprimontois dans leur ensemble. C’est un homme de dialogue, honnête et très compétent. Lui faire confiance, c’est faire le pari d’une commune qui voudra se renouveler et retrouver un dynamisme en soutenant la jeunesse.

16

Nadine Louis Dans notre monde contemporain, tout se base sur la valeur. La valeur de l’argent, d’une entreprise, d’un sportif, d’une maison, d’une voiture, … Mes valeurs sont bien moins économiques ! Militante socialiste depuis toujours, je suis fidèle aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. Pour les défendre, je me suis investie où je pouvais être utile : en tant que déléguée syndicale à la CGSP Administration et bien évidemment en politique (je fus notamment présidente du PS Aywaille avant de m’engager pour cette campagne puisque je vis désormais à Adzeux).

Militante laïque, j’avoue avoir une conception très idéologique de la politique : elle doit allier le travail, le cœur et l’esprit. En d’autres termes, il faut être convaincue pour faire bouger les choses. Travaillant à la police de Liège, dans le service qui gère les problèmes de mobilité et l’organisation des manifestations culturelles et festives, j’estime humblement que je pourrai mettre mes compétences au profit de la commune. Car la mobilité, à Sprimont, mérite un vaste chantier de réflexion ! Revoir la circulation sur les grands axes, imaginer des plans de mobilité spécifiques pour les villages, pratiquer la tolérance zéro pour les inciviques qui prennent les places des personnes handicapées, … Nous pouvons, et nous devons changer certaines choses !

!


Sprimont la Culturelle « Une commune qui utilise la culture comme vecteur d’émancipation sociale et qui encourage les artistes locaux ! »

rt o f int olus

Po

év ens d re la y o m nt des e rend rceme lturel afin d es et tous : o f n e R à tout yer cu ns les au Fo accessible ctivités da vités ’a ti e cultur ralisation d tion des ac t … a s n déce , multiplic les école s c e e villag urelles av cult

21


ID neuves • Promotion des artistes locaux par leur mise en valeur (exposition à l’administration, achat d’œuvres pour les bâtiments ou les places…) • Développement d’arts populaires • Mise en réseau des bibliothèques communales et intégration du système provincial pour enrichir le catalogue collectif

Réinvestir dans la culture Fin juin, l’Observatoire des politiques culturelles publiait les résultats assez interpellants d’une enquête : un Wallon sur deux n’aurait aucun atome crochu avec la culture au sens large. Contraste régional : en Flandre, Bruges investit 10 millions d’euros pour exploiter son passé alors que le musée d’Ypres, fraichement rénové, est un modèle technologique du genre. Les francophones seraient-ils donc frileux à l’idée d’investir dans leur culture pourtant si riche ? Quelques exemples prouvent heureusement le contraire. Ainsi, à Stavelot, l’abbaye a su convaincre les visiteurs en multipliant les angles d’attaques : expositions temporaires, passeport touristique avec d’autres partenaires, tourisme d’affaires… A Waterloo, on investit actuellement 30 millions d’euros pour faire revivre l’une des batailles les plus connues de l’ère napoléonienne. Des investissements qui peuvent être gage de succès : à Caen (Normandie), après avoir financé massivement le Mémorial du Débarquement, l’Etat y retire à présent des bénéfices. Et à Sprimont ? Le Foyer culturel reste un outil formidable pour proposer une programmation culturelle de qualité. Par contre, il existe peu ou prou de projets visant à mélanger culture et patrimoine, art et paysage. Trop cloisonnée, la politique sprimontoise manque le coche en ne mettant pas sur pied, par exemple, un événement culturel d’ampleur qui pourrait devenir la locomotive du développement culturel local. A méditer.


17

Christophe Schraepen J’habite à Louveigné depuis 2002. Mes parents tenaient une boulangerie à Mehagne, où j’y ai vécu pendant 12 ans. Une enfance normale et quelques moments plus difficiles, notamment lors de la faillite du magasin familial. Après mes études de comptabilité, j’ai rencontré Anne-Marie et nous nous sommes mariés. Nous avons aujourd’hui deux enfants qui nous montrent à quel point la vie peut être belle, sans oublier les bons moments entre amis. Et avec le temps, en côtoyant professionnellement les mutualités, il y a eu la prise de conscience que notre vie de tous les jours a été améliorée grâce à la solidarité collective, grâce aux combats de nos grands-parents qui ont œuvré pour notre confort de vie. Alors, pourquoi vouloir se lancer dans la politique communale ? Car c’est à ce niveau que la théorie se mesure à la pratique, c’est à ce niveau que nous pouvons améliorer le quotidien des gens et décider concrètement de rendre notre commune plus belle, plus sûre et plus propre : nous pouvons et devons être présents sur le terrain ! Alors, oui, un indépendant peut être socialiste…

Nadège Remacle

18

Citoyenne sprimontoise depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours mis un point d’honneur à rester dans notre commune rurale et conviviale. J’exerce actuellement une fonction d’employée logistique dans le secteur médical. Mon mari et moi n’avons pas encore le bonheur d’être parents, donc nous profitons un maximum de notre neveu Tom !-) Durant mon temps libre, je prends plaisir à côtoyer mes amis et ma famille. J’ai également d’autres passions : les promenades, les voyages et le handball. Si j’ai décidé de me porter candidate PS, c’est essentiellement pour : • Développer une politique active et dynamique pour les jeunes • Etre à l’écoute des habitants afin de garantir la convivialité et créer une politique de proximité • Mettre tout en œuvre pour aider nos commerces locaux, mais aussi favoriser la création de nouvelles activités économiques en cette période de crise où l’emploi trinque • Montrer un visage frais et positif de la politique, plutôt que l’image négative qu’elle peut parfois avoir aux yeux des jeunes. Voici les raisons pour lesquelles j’ai besoin de votre soutien ce 14 octobre. Mon idéal : l’importance du « vivre ensemble »malgré nos différences !

ent ils nous soutienn

Astuce

Quoi de plu s sympath ique que d des artiste e découvri s tout en p r renant l’air « à ciel ou ! Une expo vert » perm ettrait de valeur le tr mettre en avail local tout en fais (re)découv ant rir le patrim oine de Sp exemple, v rimont (pa ia l’organis r ation d’un qui alterne rallye péd rait œuvre e s tr e s d’artiste historique s, endroits s et lieux d e rafraich issement).

Stéphane Mostenne, Noidré, guitariste Nous sommes nombreux à arpenter les scènes pour le plaisir de la musique. Bien sûr, nous ne pouvons en vivre. Qu’importe : l’essentiel est de partager notre énergie, notre passion et notre adrénaline avec un public toujours plus nombreux. A travers sa politique culturelle, la commune doit amener chez elle de grands noms, mais elle doit aussi - si pas surtout - soutenir « ses » artistes.

23


Sprimont l’économique « Une commune qui favorise l’économie locale et qui considère les entreprises des zones d’activités économiques comme employeurs potentiels de ses citoyens ! »

Poin

t fo

rt

l’Eco Création n uniqu omie qui d’un éche s v à l’em e pour tou erait le p inat de oint d tes le ploi ( aux c ou à la r s matièr e contac es ec t omm erces herche d relatives , aux ’emp lo zonin gs… is),

ils nous soutiennent

Virginie Geraerts et Denis Gayetot, Louveigné, assistants expert-comptable à Dolembreux

Trouver un boulot dans la commune dans laquelle nous vivons est un luxe, et nous en sommes bien conscients. Nous sommes convaincus que Sprimont doit accueillir davantage de petites et moyennes entreprises prêtes à engager de la main-d’œuvre locale. La chance qu’on nous a offerte, beaucoup d’autres doivent pourvoir en profiter.


ID neuves • Mise en route d’un « cercle de créativité » qui rassemblerait des représentants d’entreprises, des commerçants locaux, des acteurs sociaux intervenant dans la recherche d’emplois, d’experts, etc. Par le biais de réunions périodiques, ce cercle tenterait de dynamiser l’économie locale et de booster l’emploi • Meilleure adéquation entre l’emploi disponible dans les entreprises sprimontoises et les travailleurs sans emploi de la commune • Organisation d’une « Journée de l’emploi » propre à Sprimont, avec les acteurs incontournables (entreprises, Forem, Maison de l’emploi, organismes de formation…) • Intégration d’activités d’économie sociale dans les zonings (livraison postale ou de sandwiches…) • Réfection des deux « centres-villages » à Louveigné et Sprimont afin d’en faire de véritables lieux de bien-être et de commerces (parkings adéquats, trottoirs sécurisés, arrivée d’un marché hebdomadaire, mise sur pied d’une « Journée des commerçants » …) • Octroi d’une prime pour les nouveaux commerces locaux

Recréer nos centres-vie ! « Pour les fêtes de fin d’année, nous n’avons même plus droit à des luminaires de circonstance… » Désabusés, les commerçants de Sprimont et Louveigné le sont. Or, sans vie dans nos centres, c’est le poumon économique de la commune qui tousse… Le PS Sprimont entend proposer plusieurs remèdes à ce mal chronique : • Vitrines commerciales. Interdiction de transformer une surface commerciale en une habitation dans un périmètre défini comme « centre-village ». • Primes. A destination des nouveaux commerçants qui se lancent dans l’aventure, afin de les aider à mettre en place leur magasin. • Marché. Venue d’un marché artisanal - en partenariat avec les artisans locaux - pour donner de la vie aux centres et ramener la clientèle. • Ecoute. Réunions fréquentes entre les commerçants et la commune pour développer ensemble la dynamique qu’il manque aujourd’hui. • Promotion. Diverses initiatives afin de promotionner les commerces locaux et inciter les citoyens à préférer les petites surfaces aux grands centres commerciaux.

Astuce

L’extens ion tunité ta des zonings es t un nt p recherc our les Sprimo e opporhe d’un n l’activité emploi q tois à la é u c e pour o n om existe ég alement ique locale. Ma is il une autr les « mic e accueilli ro-zones » qui possibilité : r de pou prises) p s TPE (Très Peti rraient Le PS S rès des centres tes Entreprimont -villages cette pis s’engage à explo . te avec rer la SPI.

25


19

René Vanstraelen

Aller-retour pour un marcheur sprimontois… En 1950, la rue des Fosses au Hornay s’enrichit d’un nouvel habitant : René Vanstraelen, fils de parents militants socialistes. Mais, comme tout bon marcheur (qu’il deviendra plus tard), ce n’est qu’une première étape dans sa vie. Un déménagement familial survient, et le voilà traçant à présent dans les champs qui bordent le village de Dolembreux. Puis vient le mariage, et un voyage de longue durée à Liège. Air connu : il faut toujours aller voir ailleurs pour se rendre compte que l’herbe est toujours plus verte dans son pré d’origine… René a donc bouclé la boucle et arpente désormais quotidiennement les paysages de Louveigné. Et cette véritable passion pour la marche guide également ses priorités politiques : il entend ainsi donner à notre patrimoine communal (chemins, sentiers…) un relief éclatant, en rouvrant notamment des itinéraires laissés à l’abandon. De manière plus générale d’ailleurs, tout ce qui touche aux « travaux » l’intéresse… Normal, pour quelqu’un qui a passé toute sa carrière professionnelle à l’ALE (aujourd’hui Tecteo), passant du statut de simple travailleur au poste d’ingénieur chef de secteur et adjoint à la Coordination Sécurité Chantier! Membre actif du comité « Les Roteux de Beyne », et joueur de tennis de table à Dolembreux (et même coach avec certains jeunes), René Vanstraelen, c’est une certitude, sait où il va !

Sarah Boudiaf Dessinons ensemble le chemin d’une commune solidaire !

20

Née il y a 29 ans, je n’ai jamais quitté notre commune. En passant par Louveigné, Hotchamps, Banneux (où est encore installée ma famille), Damré et, aujourd’hui, Sprimont-centre, j’ai eu le temps d’apprécier la joie de vivre dans nos différents villages. Un bien-être que je dois aussi, si pas surtout, aux moments privilégiés en famille, à mon implication dans le sport, principalement en judo (que je pratique avec un certain succès depuis plus de vingt ans) et, bien évidemment, aux nombreuses festivités locales qui forgent l’âme d’un village. Pour ma commune et tous les citoyens, je me suis fixé plusieurs priorités politiques : la promotion des valeurs familiales, une meilleure coordination entre les différentes associations sportives (via la mise en place d’un Centre sportif local), le développement d’un tourisme « vert » respectueux de notre belle nature, le soutien à la culture locale. Sans oublier une stabilité économique et sociale qui sont les fondations nécessaires à notre développement, ainsi que la facilité d’accès pour tous à tous les services. Première élection, grandes ambitions ! Vous connaissez l’adage : visez la lune…

21

Yves Dechamps 2 pôles d’intérêt ont marqué sa vie professionnelle et associative.

1) Son école: a suivi un parcours très limpide. Après une scolarité maternelle et primaire à la Communale de Sprimont, il y effectue son retour, diplôme d’instituteur en poche. Il est désigné en tant que chef d’école dès 1973 et admis à la retraite en décembre 1994. Il s’est investi dans de multiples animations destinées à promouvoir son école et la qualité de son enseignement. Citons la mise en place de cours de langues germaniques, la création d’un Centre lntercommunal de Pédagogie, la réalisation du Festival Sportif des Ecoles communales, et de multiples autres organisations d’envergure.

2) Sa participation à la vie publique et associative de sa commune : on aurait pu le rencontrer et on le rencontre encore au Cercle culturel CLEO, au Comité d’Action Laïque CALOVA, au Club de gymnastique « L’Essor Sprimontois», au Syndicat d’lnitiative, au CA du club de football de Sprimont, à la création du club de tennis de table, etc. Ajoutons à cela sa participation active à la vie politique. En cette année 2012, il se présente pour la 5e fois à l’élection communale. Elu à chaque fois, il exerce la fonction de conseiller depuis 1994. Un sujet de fierté : sa famille.


Sprimont la durable « Une commune qui se veut acteur du développement durable en initiant des comportements « verts » et une consommation énergétique responsable ! »

rt o f e int

Po

un comm s a l e d ent ction on ti ce d’a onnem Positi me initiatri (participa es, s e m l a o b n tiv c s dura ergies alter e n n e citoy e aux én rtes…) nn s ve citoye prime

27


ID neuves • Achat de gobelets réutilisables pour les diverses manifestations qui ont lieu dans la commune • Création de « zones à bulles » pilotes, en partenariat avec Intradel, pour rendre les lieux plus propres et plus intelligents (containers à cartons, containers « bleus » pour les couvercles…) • Mise en place de primes communales pour la récolte des eaux de pluie • Engagement responsable de la commune qui doit montrer l’exemple (achat de véhicules peu énergivores, réduction de la consommation dans les bâtiments publics…) • Placement d’abris pour véhicules lents • Développement des filières courtes (acheter local pour diminuer l’empreinte carbone)

Ils l’ont fait ! A Flobecq, une ASBL paracommunale finance le placement des panneaux photovoltaïques chez les particuliers, en échange des certificats verts. A Verlaine, Donceel et Faimes, Tecteo Energy va installer dix éoliennes, dont trois seront « citoyennes » : les habitants qui le souhaitent ont investi dans la coopérative et peuvent espérer recevoir un dividende annuel représentant 4 à 6% de la mise de base. A Habay, la commune s’est lancée depuis 2009 dans un projet d’écoquartier qui sera installé dans un ancien zoning industriel : la majorité du financement se fait via des subsides. Même objectif à Ensival qui, sur les cendres de l’usine HDB, compte faire fleurir des habitations, des magasins et un ilot d’entreprises avec l’aide de la SPI. La Province de Luxembourg propose à ses communes de faire un cadastre énergétique des bâtiments publics : pour 1.000 euros, l’entité a droit durant deux ans au logiciel, à dix calculateurs pour faire les relevés et un coaching pour être rapidement autonome en la matière. Anthisnes vient d’être reconit poursu e e n nue « commune équitable » (la première en Province de Liège) : elle » g urable avanta s’est notamment engagée à apporter un soutien aux produits agricoles ept « d produire d endre à c n o c Le locaux et durables. A Oreye, la commune offre… 1 à 2 poules par ménage ctif de e d’appr s l’obje mais plutôt La commun a p pour diminuer les déchets verts. Welkenraedt sourit : elle a décroché le , . n s ie g in tio d’éner ommer mo ne informa sur premier prix d’un concours qui lui permettra d’équiper certains endroits s u n à o n r c e y s le en d’éclairages « intelligents » qui fonctionnent selon les mouvements détecnc veil vers les cito rales…) o d it o n d tés. A Vias (France), près de 6 km de routes ont été refaits à l’aide de bitume s, fédé ente e erman s (régionale matière. p e « écolo » : réduction des émissions à effet de serre et limitation de l’emploi la les prim ponibles en de granulats naturels. is d

e

Astuc

ils nous soutiennent

Willy Legros,

Dolembreux, ancien recteur de l’Université de Liège

Un des défis du XXIe siècle sera celui de l’énergie, une matière première qui  deviendra très convoitée. La décision européenne de libéralisation de l’énergie va rendre son coût de plus en plus élevé.  Pour que  le bien-être et le confort de chacun d’entre nous soient maintenus dans le futur, il est nécessaire d’utiliser l’énergie  en bon père de famille. L’énergie  la moins chère est celle que l’on n’utilise pas.


22

Lucie Voue Durant ces dernières années, j’ai représenté les citoyens comme conseillère communale, à la crèche Les Marmots, à la Commission de développement rural, à la Commission consultative de la personne handicapée, à l’Agence locale pour l’Emploi, au centre funéraire de Robermont (Néomansio), à l’Association liégeoise du gaz, à l’Epicerie sociale de Rouvreux (bénévole), à la Fédération liégeoise du PS... Dans la vie de tous les jours, je suis ... ... une enseignante (à la retraite) ... une Mamy (en activité!) ... une marcheuse (à Sprimont et en montagne) ... une jardinière (fan de roses, mais pas seulement) ... une épicurienne (sans excès)

Emmanuel Radoux

23

Acceptez-vous d’un peu faire connaissance ? Oui, alors commençons par un coup de coeur : la Corse et, en particulier, une des vues de Bonifacio ! Ce mélange de nature sauvage et de méditerranée m’a impressionné. On m’avait dit que c’était presque aussi beau que Sprimont, et c’est vrai ! J’exagère… à peine, car, franchement, quelle chance de vivre dans une commune riche de beaux paysages, de villages et d’une convivialité toute particulière. Ces spécificités me poussent à vouloir les préserver et les améliorer encore. Voilà une de mes premières motivations. Mon travail comme conseiller communal depuis 12 ans a toujours visé le développement d’initiatives pour tous avec une attention particulière pour les personnes en difficulté. Je me suis battu pour la création de divers services à Sprimont (Maison pour l’emploi, titres-services, plan grand froid, économie sociale…) Mon expérience professionnelle m’aide particulièrement dans la maîtrise des dossiers sprimontois et des solutions à adopter. Assistant social de formation, détenteur d’un master en sciences politiques, Secrétaire du CPAS de Chaudfontaine ainsi que collaborateur scientifique à l’ULg, ces postes me permettent au quotidien d’analyser et assumer des responsabilités dans la gestion de structures.Mais, s’il est vrai qu’un homme ne révèle son vrai potentiel que grâce à une femme, alors je remercie avec tendresse Sandrine, mon épouse, ainsi que mes 4 « radounettes », Maude, Manon, Margot et mon p’tit bout’chou Nola. Je suis à votre entière disposition pour vous rencontrer, discuter, échanger, car en vérité, l’essentiel est de découvrir ce qui est en vous.

29


Sprimont l’Anticrise « Une commune qui accompagne les citoyens en temps de crise et qui leur fournit les outils adéquats ! »

t r o f t n i Po i ont pour

qu d d’ateliers t. Mise sur pie ntre le surendettemen o c re e tt p lu « la s ent de objectif sessions form ur Au final, ces ntes » qui peuvent à le re es fé d ré ia s e (v sonne leur voisinag ités, des r se ili b si n tour se es com des clubs, d associations, s « tupper-ware »). réunion

30

Ils l’ont fait ! A Libramont, des Ateliers d’alimentation au quotidien ont vu le jour : il s’agit de donner diverses astuces pour manger sainement à prix réduit. A Paliseul, les habitants peuvent désormais compter sur un « jardi-coach » qui distille ses conseils pour imaginer un jardin ou un potager de qualité sans se ruiner. Blegny a ciblé plusieurs professions en difficulté et leur apporte un coup de pouce en finançant l’audit énergétique : il s’agit des agriculteurs, des gestionnaires de salle ou encore des petits commerçants. Un vide-dressing s’est ouvert… sur Facebook : via le réseau social, une Hutoise a eu la bonne idée d’échanger ses fringues avec d’autres connaissances.


ID neuves • Tenue de permanences budgétaires : comment gérer un budget familial, comment acheter moins cher, à qui faire appel en cas de surendettement, de factures impayées… • Aide au développement de projets de groupes (potagers communautaires, groupements d’achats communs, servicerie…) • Insertion d’une clause « achat solidaire » ou « achat éthique » dans les appels d’offres

Astuce

Il n’est plu s question que les cit communes oyens (et le ) continue s n t à p ayer une c même pas rise qu’ils provoquée n’ont . La plupart importante des décisio s sont pris n s es à d’autr voir : nous es niveaux entendons d e poupeser de to relayer les ut notre po inquiétude id s pour s du « terr ain » vers régionaux , communa nos élus utaires et fédéraux.

tiennent u o s s u o n s il

Jean-Luc Noirfalise,

ouvrier à Meister Benelux, Cornemont Les entreprises appartenant à des multinationales sont gérées de plus en plus par des financiers qui ne voient que la rentabilité pour leurs actionnaires. Notre usine sprimontoise est performante, moderne, et la main-d’œuvre est de qualité. Pourtant, on licencie, on délocalise, on menace de fermer. Les travailleurs ne sont même plus à l’abri et ne peuvent plus faire des projets à long terme. Combattre la crise, c’est aussi se battre pour la sécurité d’emploi.


Sprimont la Wallonne « Une commune qui assume et est fière de son identité wallonne, et qui prend en main son destin ! »

Po

rt o f mint

co c une ou e v a e elag lloise au jum nde, bruxe mer notre e v u o N flama r affir ans mune phone pou ponsable d e. no res germa wallonne ui s’assum q é t l i ident tat fédéra un E


ID neuves

Astuce

• Développement de projets supracommunaux, source de synergies et de réduction de coûts • Information permanente des citoyens, par voie électronique, des décisions et projets pris au niveau wallon et communautaire, et qui influencent directement le quotidien des habitants • Implication dans les « Fêtes de Wallonie » pour faire « exister » Sprimont sur le territoire wallon

Etre régio naliste ne signifie pa une affirm r un repli s ation de n ur soi : c’e o tre identité st historique culturelle, . En tant q sociale et ue « Pays de la pierr brassé un e », Sprim nombre im ont a pressionna différente n t d e nationali s, grâce a ux « carrie tés chercher u rs » étran ne vie meil gers venus leure chez c’est auss nous. S’affi i reconnaît rmer wallo re que la ri moine est n, chesse de multicultu n otre patrirelle : cela , aussi, mé rite une « et un reme fête » rciement.

ils nous soutiennent

Laurence Lespagnard, Banneux, conseillère auprès du ministre wallon Jean-Claude Marcourt

La régionalisation de diverses compétences a permis à la Wallonie de prendre son destin en main. La sixième réforme de l’Etat que le PS a pu négocier, ambitionne une autonomie accrue des Régions dans les matières qui concernent directement leur territoire et leurs citoyens. A cette fin, le pouvoir communal est une courroie indispensable pour le développement de la Wallonie. Et parce qu’il vaut toujours mieux rassembler plutôt que diviser, les projets supracommunaux devraient, à l’avenir, se multiplier et donner de l’élan à toute la région Ourthe-Amblève.

33


Sprimont l’utopique « Une commune, qui voit plus loin est progressiste et imagine le futur dans sa globalité, en multipliant les démarches solidaires ! »


Louveigné, place du Tilleul, marché artisanal hebdomadaire

Parce que faire de la politique, c’est voir loin, nous avons voulu vous proposer un programme différent, progressiste et ambitieux. Nous nous engageons à marquer cette législature de notre empreinte progressiste. Nous savons aussi que certains projets demanderont également plus de temps : nous nous inscrivons dans ce contexte, à savoir la volonté et l’ambition de travailler pour la commune et les citoyens durant de longues années, en nous entourant de personnes compétentes, de relais sur le terrain, d’associations reconnues… Nous voyons l’utopie comme la vision politique et sociale idéale : ce n’est pas une fin en soi, mais un horizon qui nous permet d’avancer toujours plus loin, pour le bien de tous. Thierry, Angélique, Philippe, Danielle, Bouldou, Anne Laurence, Frédéric, Claire, Sébastien, Isabelle, Gaël, Cristina, Pierino, Lucie, Benjamin, Nadine, Christophe, Nadège, René, Sarah, Yves, Lucie, Manu.

Sprimont, rue Joseph Potier, Ecoquartier « Les carrières »

35


Vos candidats PS pour Sprimont 1

Thierry Giet Président du PS

2

54 ans Rue du Fays 34, 4140 Lincé thierry@sprimont2012.be 04.382.23.04 Plus d’infos en page 5

4

Danielle Duchatelet Inspectrice sociale

Frédéric Mottard Chef de projets

5

Isabelle Hartert Garde-malade pour la CSD

8

Pierino Delporte Conseiller pédagogique dans l’enseignement qualifiant

11

Nadine Louis Fonctionnaire

14

René Vanstraelen Ingénieur retraité de Tecteo

17

Lucie Voue Institutrice retraitée 65 ans Rue du Stiersoux 24, 4140 Sprimont luciev@sprimont2012.be 0494.91.55.24 Plus d’infos en page 29

Editeur réponsable : Thierry Giet, rue Fond Leval 23, 4140 Sprimont

Claire De Froidmont Aide-soignante

Gaël Lambinon Chef de Bureau administratif pour l’économie, l’emploi et le tourisme à Flémalle

Lucie Dewert Etudiante en gestion culturelle

Christophe Schraepen Expert-comptable et conseiller fiscal

20

Sarah Boudiaf Attachée au Centre Régional d’Aide aux Communes 28 ans Rue de Damré 11, 4140 Sprimont sarah@sprimont2012.be Plus d’infos en page 26

23

Manu Radoux Secrétaire de CPAS 44 ans Rue Victor Forthomme 54, 4140 Rouvreux manu@sprimont20112.be 0487.20.75.60 Plus d’infos en page 29

Expert-comptable, conseiller fiscal

Anne Laurence Legros Educatrice spécialisée 40 ans Rue Victor Forthomme 44, 4140 Rouvreux anne-laurence@sprimont2012.be 0497.71.59.25 Plus d’infos en page 10

9

Sébastien Doutreloup Climatologue 26 ans Rue de la Houillière, 12, 4140 Sprimont sebastien@sprimont2012.be Plus d’infos en page 14

12

Cristina Jors-Kieken Directrice adjointe à Liège Euregio Meuse-Rhin 37 ans Rue Salm 2, 4140 Lincé cristina@sprimont2012.be 0478.50.10.55 Plus d’infos en page 17

15

Benjamin Lognard Historien de l’art et archéologue 28 ans Cornemont benjamin@sprimont2012.be Plus d’infos en page 20

18

40 ans Clos so l’Fays 1a, 4141 Louveigné christophe@sprimont2012.be 04.257.70.31 Plus d’infos en page 23

61 ans Rue du Vicinal 3, 4141 Louveigné rene@sprimont2012.be Plus d’infos en page 26

22

6

22 ans Rue Haute Lillé 15, 4140 Presseux lucied@sprimont2012.be 0494.66.79.18 Plus d’infos en page 20

53 ans Rue d’Adzeux 12, 4141 Louveigné nadine@sprimont2012.be Plus d’infos en page 20

19

Administrateur de société

34 ans Rue Piretfontaine 108, 4140 Dolembreux gael@sprimont2012.be - 0472.45.59.87 Plus d’infos en page 17

49 ans Rue Pionfosse 72, 4140 Sprimont pierino@sprimont2012.be 0486.28.66.97 Plus d’infos en page 17

16

Pierre David Bouldou

Philippe Leerschool 56 ans Rue Robespierre 5B, 4140 Lincé philippe@sprimont2012.be 0475.30.39.79 Plus d’infos en page 8

37 ans Rue Dèl Wêde 5 , 4140 Dolembreux claire@sprimont2012.be 0472.908.044 Plus d’infos en page 14

45 ans Rue de presseux 69, 4140 Sprimont isabelle@sprimont2012.be Plus d’infos en page 14

13

3

58 ans Rue de Broumaye 8, 4140 Presseux bouldou@sprimont2012.be 0496.47.84.54 Plus d’infos en page 8

33 ans Rue de Fraiture 87, 4140 Fraiture frederic@sprimont2012.be 0478.91.12.39 Plus d’infos en page 11

10

Formatrice/Gestionnaire en insertion socioprofessionnelle 32 ans Sendrogne 124, 4141 Louveigné angelique@sprimont2012.be 0498.53.50.03 Plus d’infos en page 5

61 ans Rue Clairfagne 17, 4141 Banneux danielle@sprimont2012.be 0473.93.32.20 Plus d’infos en page 8

7

Angélique Vangossum

Nadège Remacle Employée logistique dans le secteur médical 23 ans rue Abbé Demarteau 11, 4140 Sprimont nadège@sprimont2012.be 0499.17.58.71 Plus d’infos en page 23

21

Yves Dechamps Directeur d’école fondamentale e.r. 71 ans Rue du Cimetière 29, 4140 Sprimont yves@sprimont2012.be 0476.84.03.42 Plus d’infos en page 26

• Toutes les infos du PS Sprimont sont sur : www.sprimont2012.be • Rejoignez-nous sur Facebook : www.facebook.com/pssprimont • Suivez-nous sur Twitter : www.twitter.com/#!/pssrimont

Vous pouvez voter pour un ou plusieurs candidats

Douze visages pour notre commune demain  

Une vision pour les 28 villages de Sprimont.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you