Page 1

Numéro de la convention Poste-publications 41127559

Volume.20.numéro.1.Janvier.11

10 conseils pratiques afin de garder vos oiseaux en bonne santé La biosécurité chez Agri-Marché Quand les craintes surpassent les faits

www.agri-marche.com


AGRI-NOUVELLES AGRI -nouvelles

Coordonnées Agri-Marché : 236, Sainte-Geneviève Saint-Isidore (Québec) G0S 2S0 418 882-5656 • 1 800 463-3410

870, Alfred-Viau Saint-Jérôme (Québec) J7Y 4N8 1 800 465-1214

Coordonnées LACTECH : 114, boul. Léon-Vachon Saint-Lambert (Québec) G0S 2W0 418 889-8160 1900, 2e Rue Saint-Romuald (Québec) G6W 5M6 418 839-9442

SuggestionS d’articles : Mathieu Bilodeau Coordonnateur communications et marketing mbilodeau@agri-marche.com 1 866 247-4627, poste 238

Responsable de la publicité : Ginette Vachon Adjointe ventes et marketing gvachon@agri-marche.com 1 866 247-4627, poste 222

Prochaine parution : Avril 2011

Réservation d’espace publicitaire : 4 férvrier 2011

Réception du matériel publicitaire : 18 février 2011

Sur la photo de la page couverture : Louise Brown, Luc, Tommy et Natan Leblanc Ferme du Dindon, de Saint-Jude

Sur la photo de la section lactech : Roxanne, Étienne et Gabriel Pouliot Ferme Émilien Pouliot et Fils, Saint-Philémon

Numéro de la convention Poste-publications 41127559

5 6 7 9 10 11

Éditorial Agri-Marché et Lactech appuient la relève agricole et agroalimentaire Chronique des grains La page des jeux Quand des oiseaux deviennent nuisibles Impacts du Règlement sur les exploitations agricoles

12 13

Une journée dans la vie du père des règles de Madec La politique de biosécurité chez Agri-Marché Mettre sur papier ce que l’on pratique depuis des lunes reportage de ferme Ferme CANICO Une entreprise prête pour les défis de demain

porc

16

Volaille

19 10 conseils pratiques afin de garder vos oiseaux 22 24 26 27

7

13

en bonne santé Des pattes solides, un élément clé dans la production de dindons lourds au Québec et à travers le monde! La vaccination dans l’eau ÇA BOUGE chez les clients agri-marché ! Un nouveau poulailler à la Ferme Groleau et Fils ÇA BOUGE chez les clients agri-marché ! Inauguration d’un nouveau poulailler pour la 24 Ferme Turcotte et Frères

SECTION LACTECH

29 31 33

La reproduction, quel sujet! 10 conseils de régie pour une meilleure rentabilité Principes fondamentaux du nettoyage et de la désinfection d’une ferme laitière 36 reportage de ferme Ferme GILVANO 31 L’expansion pour la Ferme Gilvano 38 ça bouge chez les clients lactech ! Construction à la Chèvrerie Des Côtes 39 ça bouge chez les clients lactech ! Une toute nouvelle chèvrerie pour Dominic Gosselin 40 ça bouge chez les clients lactech ! Des pouponnières et une nouvelle salle de traite à la Ferme Larijol 41 ça bouge chez les clients lactech ! Le confort avant tout à la Ferme Adélard Poulin et Fils 42 ça bouge chez les clients lactech ! Un projet de longue haleine pour la Ferme BRASSELIN 43 ça bouge chez les clients lactech ! La Ferme Paysanne, du rêve à la réalité 44 Un nouveau conseiller se joint à l’équipe 45 Résultats d’expositions 2010 – jeunes éleveurs 48 Concours de présentation – jeunes éleveurs 49 Résultats d’expositions 2010 56 Concours LAIT’XCELLENT 2009 Liste des lauréats d’un certificat 57 Classifications 62 Solutions des jeux


AVICOLES ET PORCINES

LAITIÈRES

2 FÉVRIER DRUMMONDVILLE BEST WESTERN

18 JANVIER DESCHAMBAULT AUBERGE AUX VIEUX BARDEAUX

16 FÉVRIER LÉVIS CENTRE DES CONGRÈS

19 JANVIER KAMOURASKA SALLE COMMUNAUTAIRE DE KAMOURASKA 20 JANVIER MONTMAGNY OISELIÈRE MONTMAGNY 1 FÉVRIER LA GUADELOUPE LE CHEVALIER

3 FÉVRIER SALLE DES LIONS 8 FÉVRIER RESTAURANT LE JOURNEL 10 FÉVRIER ARÉNA


l’Éditorial par patrice brochu

Nos meilleurs voeux pour 2011 L’année 2010 sera bientôt chose du passé. Le moment est donc bien choisi pour jeter un coup d’œil sur la prochaine année au cours de laquelle seront prises plusieurs décisions marquantes pour l’avenir de l’agriculture au Québec. Théoriquement, l’œuvre inachevée du ministre Claude Béchard, le Livre vert sur la nouvelle politique agricole et alimentaire du Québec, devrait bientôt être rendue publique. Compte tenu que cet ouvrage est basé sur les recommandations du rapport de la Commission Pronovost sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois, on peut s’attendre à ce que le modèle québécois y soit mis au défi. Il est cependant à souhaiter que cette nouvelle politique donne naissance à un modèle équitable qui permettra à de nombreuses familles dédiées à la terre de vivre décemment de leur passion d’alimenter la population.­

Un dollar à parité?

Un système de gestion de l’offre qui permet aux entreprises de se développer

C’est dans cette situation que les services des membres du personnel d’Agri-Marché et de Lactech prennent toute leur valeur. Ils sont spécialement formés et sensibilisés au fait que vous êtes constamment à la recherche des meilleurs résultats technico-économiques pour vos entreprises. Grâce à la formation continue, ils sont bien au fait des dernières innovations offertes de par le monde dont pourraient bénéficier leurs clients. N’hésitez surtout pas à faire appel à leur expertise.

La gestion de l’offre a prouvé ses vertus à un point tel que plusieurs productions non contingentées auraient certainement souhaité bénéficier d’une pareille mesure stabilisatrice afin de se prémunir contre les frappes qui ont touché leurs secteurs au cours des dernières années. Cependant, plus récemment, de nombreuses fermes avec une relève désireuse de faire croître l’entreprise familiale se sont butées à la difficulté d’acquérir le quota additionnel nécessaire à la réalisation de leurs projets. Souhaitons que l’équilibre revienne en 2011 afin d’assurer le développement de ces entreprises de demain. En attendant, les producteurs devront être encore plus imaginatifs dans la gestion de leurs entreprises avec des mesures favorisant leur efficacité tout en contrôlant leur niveau d’endettement.

Certains le souhaitent, d’autres pas. Peu importe, il est presque assuré que la devise canadienne va flirter avec la parité pour toute la prochaine année en raison d’un dollar américain maintenu artificiellement bas pour favoriser les exportations de nos voisins du sud. C’est pourquoi travailler sur le contrôle de ses coûts de production est encore aujourd’hui la meilleure façon de se démarquer dans un domaine où la compétitivité est de plus en plus prononcée.

Une période de réjouissances en famille En terminant, j’aimerais vous offrir, au nom des équipes d’Agri-Marché et de Lactech, nos meilleurs vœux des Fêtes. Profitez-en pour passer du bon temps avec vos proches et amis dans une ambiance unique. Pour 2011, je vous souhaite évidemment le bonheur, la santé et le succès dans tout ce que vous entreprendrez. Merci encore pour votre confiance et Joyeuses Fêtes à tous!

Janvier.11

agri-nouvelles 5


Agri-Marché et Lactech appuient la relève agricole et agroalimentaire Le vendredi 12 novembre dernier avait lieu la cérémonie de remise des bourses d’admission de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval. Au total, 123 600 $ ont été remis par diverses entreprises à des étudiants ayant présenté des résultats académiques exceptionnels à l’admission.

gher, directrice te : Nancy Galla De gauche à droi nes chez Agri-Marché, Fannie mai la Faculté. des ressources hu Laforest, doyen de l au -P an Je et d Blanchar

Mathieu B is des étudia son - président de l’ nts en agric Association u consomma générale tion – rece lture, alimentation et va récipienda ire, Valérie nt la bourse au nom Gallagher, Delorme. de la À d Agri-Marc irectrice des ressourc gauche, Nancy es humain hé. À droit es e, Jean-Pa de la Facu ul Laforest chez lté. , doyen

Guy Buteau, directeu r des ventes – secteur porcin, remettant la bourse à Éric Charest.

Les Nordiques avaient le « Beu de Matane ».

Janvier.11

Du côté du Centre de formation agricole de Saint-Anselme Le 7 novembre, Agri-Marché et Lactech ont également remis des bourses lors de la remise des diplômes du Centre de formation agricole de Saint-Anselme. Les récipiendaires de cette année étaient Éric Charest, étudiant en production porcine, et Pier-Luc Noreau, étudiant en production laitière.

Martin Roy et Martin Pelleti er, enseignant, recevant la bourse au nom de Pier-L uc Noreau.

6 agri-nouvelles

Cette année, les récipiendaires ont été Valérie Delorme et Fannie Blanchard, toutes deux étudiantes en agronomie.

Le Canadien avait Coco Lemaire

Toutes nos félicitations et bonne poursuite dans votre carrière future!

Moi, je n‛aime pas tellement le sport…


chronique des grains

Quand les craintes

surpassent les faits La récolte 2010 est maintenant terminée. Elle teurs à acheter à court terme afin de minimiser nous aura donné des rebondissements inattendus leur risque, mais crée une demande constante qui sur les marchés boursiers. Ce qui s’annonçait stabilise les prix d’une certaine manière. en juin dernier comme une récolte record aux États-Unis a finalement lentement laissé place Et les bonnes nouvelles! à des rendements moindres que prévus, tandis que la demande pour l’exportation restait sou- Localement, Dame Nature aura permis des récoltenue. Les rendements dans le blé au niveau tes de qualité dans l’Est du Canada. Bien que la mondial n’ont pas été aussi bons qu’escomp- fusariose ait attaqué le blé en Montérégie, ce ne fut pas le cas dans l’Est de la province. tés, ce qui continue d’accroître Le maïs s’en tire avec d’excellents renla demande pour les produits de En 2011, dements et une qualité qui s’arrime substitution, notamment le maïs Agri-Marché parfaitement avec les exigences des et le soya. utilisateurs. Agri-Marché orientera orientera ses Depuis le rapport d’octobre du donc ses achats localement afin de achats localement United States Department of Agripermettre aux clients de profiter de afin de permettre culture où l’on osait commencer prix compétitifs et aux fournisseurs à parler de rationnement, les maraux clients de d’obtenir de meilleurs prix par une chés se sont légèrement calmés profiter de prix demande provinciale accrue. grâce à une prise de profit massive compétitifs et Autre bonne nouvelle, les récoltes de des fonds d’investissements spéaux fournisseurs soya permettront cette année aux proculatifs. Cette tendance fut, maltéines du tourteau de soya de retroud’obtenir de heureusement pour certains, de ver des niveaux normaux, voire même courte durée puisque les marchés meilleurs prix supérieurs aux garanties habituelles. ont dû rester fermes pour inciter par une demande Les prix demeurent fermes par un les producteurs à semer autant de provinciale accrue. contexte d’extraction d’huile légèresuperficies au printemps prochain. ment au ralenti, mais la qualité est au La vigueur de la devise américaine et la demande rendez-vous. chinoise pour des produits de commodités (soya, maïs, etc.) alimentent les rumeurs sur le marché. L’année 2010 aura été une recherche perpétuelle Ces deux facteurs auront une incidence directe sur de la qualité, ce qui ne devrait pas se reproduire en les quantités exportées par les États-Unis et, par le 2011. Par contre, le jeu de l’offre et de la demande fait même, sur les stocks de fin d’année. Quand nous donnera des rebondissements au niveau des on dit que le marché a peur d’avoir peur, c’est prix. L’équipe de négociants sera donc toujours à précisément ce qui caractérise le dernier trimestre votre disposition pour vous conseiller et interpréde 2010. Cette incertitude amène plusieurs ache- ter les opportunités qui s’offriront en 2011.

Sébastien Lavoie, agr. directeur commercialisation des grains agri-marché inc.

Janvier.11

agri-nouvelles 7


chronique des grains

C’est le temps de vous dire

merci!

Déjà 38 ans… Le moment de la retraite est arrivé. Comme le temps a vite passé. Embauché en 1973 à titre de commis, je suis devenu, quelques années plus tard, trader à la bourse et négociant en grains. Dans les années 1980, l’ère des moulanges à la ferme nous a amenés à prendre la décision de vendre directement aux producteurs. Notre pouvoir d’achat augmenta de façon considérable, ce qui nous a permis d’être encore plus compétitifs. Au fils des ans, la demande toujours croissante a fait que d’autres négociants se sont joints à moi. Mon rôle a donc évolué tout au long de ma carrière et j’ai eu la chance, ces dernières années, de contribuer à la formation de mes nouveaux collègues et ainsi pouvoir leur transmettre une partie de mon expérience. Nos atouts majeurs, comme la voie ferrée, les silos, le centre de transbordement ainsi que la nouvelle technologie informatique nous ont permis de nous démarquer. Le temps est maintenant venu pour moi de laisser ma place à d’autres qui sauront continuer d’être toujours à l’avant-garde et d’offrir un service de qualité comme nous nous sommes toujours efforcés d’offrir. Je tiens à remercier tous les clients avec qui j’ai eu le plaisir de travailler tout au long de ces belles années. Je vous remercie de la confiance que vous m’avez témoignée. C’est avec un pincement au cœur que je souhaite à toute mon équipe une bonne continuation et bon succès pour les années à venir. Ce fut un réel plaisir pour moi de travailler au sein d’Agri-Marché. J’en serai toujours très fier. Je profite de l’occasion pour vous souhaiter à tous de très Joyeuses Fêtes. Daniel Fournier Acheteur principal

Un nouveau négociant se joint à l’équipe Yannick Lessard, diplômé en agroéconomie de l’Université Laval, s’est dernièrement ajouté à l’équipe de négociants en grains d’Agri-Marché. Fort d’une expérience de quatre ans en financement agricole et commercial, il viendra épauler efficacement ses collègues dans l’achat et la vente de grains. Nous vous invitons donc à vous joindre à toute l’équipe d’Agri-Marché pour lui souhaiter le succès dans ses nouvelles fonctions.

8 agri-nouvelles

Janvier.11


Voir les réponses des jeux à la page 46.

Énigme

9 LETTRES CACHÉES 9 lettres cachées A

Claude Clint Cyrus

Adan Alain Albert Alcide Alex Alister Amable André Antony Arsène

Sudoku Règles du jeu : Vous devez remplir toutes les cases vides en plaçant les chiffres 1 à 9 une seule fois par ligne, une seule fois par colonne et une seule fois par boîte de 9 cases. Chaque boîte de 9 cases est marquée d’un trait plus foncé. Vous avez déjà quelques chiffres par boîte pour vous aider. Ne pas oublier  : vous ne devez jamais répéter plus d’une fois les chiffres 1 à 9 dans la même ligne, la même colonne et la même boîte de 9 cases.

Florant François Frédéric

Charles

12 lettres cachées Christian Adam

FAMILLE À RECOMPOSER Dans une famille, le fils ainé a 4 ans de plus que le second, qui luimême a 4 ans de plus que le cadet. Le cadet a exactement la moitié de l’âge de l’ainé. Quel est donc l’âge de chacun?

MOTcaché CACHÉ Mot Jonas Joseph Julien

G Gaspard Gaston Georges Gérard Germain

D David Denis Dilan Dimitri

B Bernard Bertrand Bruno

E Émile Éric Erneste Eugène

C Carl

F Fernand

N Nadir O Olivier P Paolo Papa Pascal Pedro Philippe Pierre Prospert

M Magloire Marc Mario Martin Matt Maurice

I Isac J Jean

V Réjean Rémi Vicky les SURDOUÉS René X Reynal Xavier Richard Ricky Y Roger Yanne Yanni S Yves Salim Yvon Sonny Z Stéphane Zachari Steven

Maxime Michel

L Lange Larry Laury Léonard Louis Luc

H Hébert Henri Hugo

Les prénoms

Prénoms masculins masculins

Sylvain T Timoty Tom Tonny

R Réginald

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12 13

14

15

16

17

1

O

R

D

E

P

P

I

L

I

H

P

E

S

O

J

D

C

18 19

20

I

R

2

D

E

N

E

R

D

N

A

E

R

H

U

G

O

N

E

E

I

L

U

3

J

S

N

C

B

F

R

A

N

C

O

I

S

N

A

L

4

E

U

A

E

G

E

R

G

H

G

N

A

L

I

D

N

O

V

Y

L

I

U

I

A

5

L

A

U

R

Y

I

N

E

R

E

S

A

M

T

E

R

S

X

C

L

D

6

R

N

S

N

T

B

I

E

I

R

I

E

R

7

A

T

I

A

O

R

C

R

S

N

A

E

J

E

N

A

S

K

B

U

D

V

A

U

Y

E

8

A

H

O

U

R

M

U

E

L

T

R

N

E

I

9

C

N

O

D

I

N

L

B

I

I

A

E

E

I

P

O

R

N

R

L

C

Z

I

Y

O

T

C

10

S

Y

L

O

T

O

M

A

A

N

M

R

N

11

E

R

I

O

L

G

A

M

N

S

T

I

L

L

A

R

C

T

L

D

A

C

A

A

S

R

12

V

R

N

A

D

I

R

A

Y

Y

E

N

D

R

F

H

M

L

A

C

R

13

Y

N

R

R

D

E

V

L

E

N

E

G

U

14

Y

R

E

E

G

A

V

I

A

V

N

R

R

E

A

P

H

G

R

E

B

R

C

E

E

A

D

15

Y

M

G

M

I

A

M

S

E

P

A

O

L

O

16

I

I

I

E

I

P

L

T

A

R

A

E

S

R

I

L

B

T

M

E

E

U

E

S

S

R

17

I

C

N

N

R

X

S

E

G

A

S

P

A

R

18

D

G

R

E

A

I

S

H

A

N

A

A

A

R

X

F

E

R

N

19

A

E

L

A

A

D

R

M

A

R

T

I

N

A

N

D

T

N

L

C

T

T

A

M

R

I

20

C

L

D

Y

M

Y

A

D

T

E

C

I

R

K

U

A

M

E

E

M

Y

Trouvez les 7 erreurs !

Janvier.11

agri-nouvelles 9


Quand des oiseaux deviennent nuisibles! La plupart des gens apprécient voir et entendre les oiseaux. Toutefois, certaines espèces peuvent devenir une nuisance dans les régions rurales et urbaines lorsqu’elles entrent en conflit avec les activités humaines.

François Casault responsable technique maheu & maheu 418 623-8000 • 1 800 463-2186

La présence de pigeons, d’étourneaux, de moineaux domestiques et même de goélands nichant sur ou dans des bâtiments causent à la fois des dommages esthétiques et matériels aux immeubles par l’accumulation de fientes et des risques potentiels de maladies infectieuses. Les pigeons sont associés à la transmission de plus de 60 maladies dont certaines peuvent être mortelles. Les fientes de pigeons contiennent plusieurs microbes nuisibles à la santé humaine. Les accumulations de fientes peuvent contenir des micro-organismes tels que des bactéries, champignons microscopiques, virus et parasites susceptibles de se transmettre à l’humain et aux animaux. De même, les oiseaux nuisibles hébergent régulièrement des parasites tels les tiques, puces, mites et autres ectoparasites. Il devient donc important d’exterminer aussi ces parasites lorsque les oiseaux seront éliminés du site car ces parasites chercheront fort possiblement un nouvel hôte. Vous comprendrez qu’il n’est pas nécessaire de s’affoler s’il y a des pigeons qui se promènent sur des bancs de parc, tandis qu’il sera important d’intervenir si des oiseaux nichent dans les ouvertures d’aération d’un bâtiment. La lutte contre les oiseaux nuisibles requiert une connaissance approfondie de l’espèce en cause. Par la suite, les facteurs à l’origine du problème doivent être identifiés. Si ces derniers ne peuvent être modifiés afin de corriger le problème, viendra ensuite l’utilisation de moyens physiques ou chimiques selon le type d’oiseau. Plusieurs équipements sont disponibles pour contrôler les oiseaux nuisibles. Dans un premier

10 agri-nouvelles

Janvier.11

temps, nous devons restreindre l’accès aux oiseaux si cela est possible par la pose d’un filet, d’un grillage ou d’autres matériaux. Dans d’autres occasions, des répulsifs sonores permettront d’effaroucher certains types d’oiseaux. Par contre, certains s’y habituent rapidement. L’installation de banderoles ou fanions peut aussi donner de bons résultats dans certaines situations.

Bandes répulsives munies de piquants pour éloigner les oiseaux.

Lorsque les oiseaux se perchent toujours aux mêmes endroits, la pose de bandes répulsives avec piquants peut s’avérer très efficace. Ce principe consiste en un système permanent muni de longues pointes affilées empêchant les oiseaux de se poser.

Face à des populations plus importantes, plus particulièrement dans le cas des pigeons en milieu urbain, nous devons favoriser la capture des oiseaux à l’aide de cages afin de diminuer la population. En milieu rural, une alternative chimique peut être utilisée pour effaroucher les populations. Il s’agit de grains de maïs enduits d’une préparation chimique qui, une fois ingérée, donne des comportements erratiques aux oiseaux afin de les repousser des lieux. Cette dernière est toutefois réservée à l’usage de personnes certifiées. La gestion des oiseaux nuisibles n’est pas un travail de tout repos, d’où l’importance de bien connaître le parasite en cause qui permettra de choisir les solutions appropriées. N’hésitez pas à consulter des spécialistes en gestion parasitaire.


Impacts importants à prévoir LE RÈGLEMENT SUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES Le 5 août dernier, des modifications apportées au Règlement sur les exploitations agricoles (REA) sont entrées en vigueur. Avec ces modifications, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) vient officialiser certaines pratiques jusque là tolérées. Par contre, de nouveaux articles du règlement pourraient placer des exploitations agricoles dans une situation de surplus de phosphore malgré elles. Principales modifications • La possibilité, avec recommandation d’un agronome, de faire des amas aux champs. • L’utilisation d’un mode d’épandage par aspersion basse pour le lisier de bovins (à l’exception du veau de lait dont les déjections doivent toujours être épandues par rampes d’épandage). • Nouvelles modalités pour les avis de projet et certificats d’autorisation. • Vous devez maintenant conserver pendant cinq ans (au lieu de deux) les registres d’épandage, ententes, plan agro-environnementaux de fertilisation, calculs de la production annuelle de phosphore, etc. • Un exemplaire du bilan de phosphore doit être dorénavant transmis systématiquement au MDDEP au plus tard le 15 mai de chaque année. • Selon un échéancier, en lien avec la production annuelle de phosphore d’un lieu d’élevage, l’exploitant de ce lieu d’élevage doit mandater un agronome avant le 1er avril de chaque année pour caractériser les déjections animales. Il pourra renoncer à la caractérisation et mandater un agronome pour établir la production annuelle de phosphore selon l’Annexe 6 du REA qui est ni plus ni moins une charte des rejets en phosphore par type d’animal, majorée de 20 %. Impacts Prenons l’exemple d’une exploitation agricole qui, en 2010, était en situation d’équilibre en phosphore en conformité avec les moyennes de rejets issues des données du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ). Pour une raison ou une autre, si cette entreprise ne peut faire caractériser les déjections animales, elle se retrouvera alors automatiquement en situation de surplus de phosphore (en raison de l’utilisation de l’Annexe 6) et sera coincée administrativement parlant.

D’un point de vue agronomique, il peut y avoir des conséquences d’utiliser les données de l’Annexe 6 en termes de fertilisation réelle; surtout quand on sait que les données du CRAAQ datent bientôt de 10 ans pour certaines productions comme le porc et la volaille. Ces impacts sur la fertilisation entraîneront des impacts sur les rendements, mais aussi sur la gestion des fumiers et lisiers. À l’échelle d’un territoire, si des exploitations hors sol d’une même municipalité choisissent de ne pas caractériser les déjections animales, il y aura un manque théorique de receveurs.

Dany Drouin, agr. Coordonnateur environnement Agri-Marché Inc.

La caractérisation des déjections animales Pourquoi alors choisir l’option de la charte ajustée à la hausse de 20 % pour les rejets en phosphore? Il faut dire que plusieurs entreprises sont dans l’impossibilité de faire une bonne caractérisation des déjections animales, surtout sur deux années consécutives. Qu’il soit question de leur régie (formulations alimentaires changeantes, poids de fins d’élevage à la hausse, nouvelles méthodes d’élevage, nouveaux équipements, etc.) ou de transferts de lisier (fosse à fosse) ou encore des protocoles de caractérisation difficiles d’application (pesées d’épandeurs, qualité du brassage par la pompe notamment), la caractérisation est souhaitable, mais soumise à de nombreux aléas. De plus, dans le cas d’un nouveau lieu d’élevage dont la régie des déjections animales est liquide, il y a formation d’un fond de fosse la première année qui pourrait faire en sorte de fausser les résultats d’une première année de caractérisation. Des demandes ont donc été faites dernièrement au MDDEP, au CRAAQ et à l’Ordre des agronomes du Québec afin d’enrayer les irritants et ainsi laisser plus de souplesse aux conseillers en agroenvironnement. Janvier.11

agri-nouvelles 11


porc

Une journée dans la vie du père des règles de Madec Dans le cadre du forum canadien de la santé porcine tenu en octobre dernier à Québec, un des conférenciers invités était le docteur François Madec. Ce dernier, originaire de la France, est le créateur des règles de Madec, qui ont été très publicisées au milieu des années 2000 alors que le circovirus faisait des siennes dans nos élevages. Le jour précédant ce forum, le docteur Madec a demandé s’il était possible de visiter une ferme porcine dans la région de Québec. L’heureux élu, un client naisseur-finisseur d’Agri-Marché, a ouvert ses portes en ce beau dimanche d’automne.

Dr Jacques Miclette médecin vétérinaire AGRI-MARCHÉ INC.

12 agri-nouvelles

Cette ferme porcine possède un statut sanitaire comparable à la majorité des élevages québécois. Qui n’a pas eu de SRRP circulant en élevage, un peu de toux causée par le mycoplasme et un peu de H. Parasuis en pouponnière? Il n’en fallait pas plus pour que notre invité français aborde le sujet de la biosécurité interne et de ses règles pratiques en élevage. Cette biosécurité se rapporte au contrôle des facteurs intervenant dans la transmission des agents pathogènes à l’intérieur de la ferme. La contamination d’un troupeau ne signifie pas automatiquement l’expression clinique de la maladie correspondante. Il faut bien d’autres conditions pour qu’il y ait expression de la maladie, comme la pression d’infection, la virulence du pathogène, la susceptibilité ou la résistance des animaux selon leur degré d’immunité relative en regard de l’agent causal.

peut trouver un terrain propice pour sa multiplication et son expression, l’animal en souffrira automatiquement. Il est bien que des intervenants extérieurs visitent l’élevage, car le producteur s’habitue parfois à ces problèmes et, après un certain temps, il trouve cela normal. Comme le relatait le docteur Madec, il faut appliquer les mesures de biosécurité au quotidien, à l’intérieur des élevages. Voici quelques exemples : • Éviter la contamination entre compartiments de l’élevage : • Flux d’air • Flux d’animaux (éviter la rencontre de groupes d’animaux de statuts sanitaires différents). L’animal vivant est potentiellement le principal transporteur de contaminants pathogènes. • Réduction de la pression d’infection par le respect d’une bonne hygiène (rompre les cycles de la contamination).

Ce que les éleveurs voient dans leurs fermes, ce sont des animaux qui sont 100 % dépendants d’eux. Mais ce qu’ils ne voient pas, ce sont les microbes qui sont déjà présents et c’est aux producteurs d’établir des pratiques d’élevage permettant de mieux gérer ces virus et bactéries afin d’en limiter l’expression clinique. On donne souvent l’exemple de la balance avec ses deux plateaux, l’un contenant la quantité microbienne et l’autre, la résistance de l’animal. Ne l’oublions pas, l’animal peut répondre à un certain challenge microbien. L’administration de vaccins, s’ils sont efficaces, peut aider l’animal dans certains cas.

« Mes amis », disait le docteur Madec, « depuis le contrôle du circovirus par la vaccination, certains éleveurs ont recommencé à prendre des risques et à se permettre certaines libertés. Attention, le prochain pathogène qui risque de provoquer le prochain fléau est peut-être déjà en élevage et n’attend que le moment opportun pour se manifester ».

Docteur Madec mentionnait au cours de la visite qu’on peut obtenir le plein potentiel de l’animal en tenant la population de pathogènes en deçà de l’expression clinique. Si le virus ou la bactérie

La biosécurité ne se limite donc pas à éviter les dangers provenant de l’extérieur, mais aussi à mieux gérer ce qu’on a déjà à l’intérieur de nos élevages.

Janvier.11

• Logement de conduite zootechnique sans faille (tp-tv, pi2/porc, limiter les adoptions, prise de colostrum, etc.)


porc

La politique de biosécurité chez Agri-Marché

Mettre sur papier ce que l’on pratique depuis des lunes En 1986, l’auteur de ces lignes terminait son baccalauréat en agronomie et se dirigeait d’un pas décidé vers le marché du travail, persuadé de tout connaître de la production animale. Son supérieur d’alors avait affirmé qu’un stage dans une ferme serait nécessaire… et il avait bien raison. Évidemment, les techniques de production ont bien changé depuis 25 ans. L’insémination artificielle n’était pas connue, il fallait faire saillir les truies en service naturel tout en se protégeant des dangers qu’apportait la présence d’un grand nombre de verrats sur un même site. Tout était alimenté à la main, les mises-bas fonctionnaient en rotation, les porcelets sevrés à 28 jours, on devait ouvrir et fermer les entrées d’air à la main! Imaginez, c’était la grosse misère!

savait que ça existait, mais on n’y avait pas prêté trop d’attention auparavant. En 1989, Agri-Marché a mis sur pied un nouveau troupeau de multiplication et a appliqué toutes les dernières avancées de l’époque en matière de biosécurité. Isolée de plusieurs kilomètres de tout autre bâtiment porcin, clôturée comme un pénitencier, cette ferme a permis de relancer l’industrie de la porte de la région (il fallait quand même en ouvrir 10 avant de voir la première truie). Douche, période de retrait de 72 heures, salle de fumigation avec du formaldéhyde (ce n’était pas cancérigène ça?), transport dédié… Bref, le « gros kit ».

Sylven Blouin, agr. Superviseur en chef, production porcine Agri-marché inc.

Blague à part, il fallait faire quelque chose et pas seulement dans les unités de tête. C’est donc à partir de ce moment qu’Agri-Marché s’est intéressée plus sérieusement à cet aspect de la production porcine.

Il y avait également les règles d’entrée dans la ferme ou plutôt l’absence de règles. On entrait là-dedans comme dans une grange : les gens de maintenance, le livreur de propane, le transporteur de cochons qui arrivait de l’abattoir, le gars de l’Hydro, tout le monde était le bienvenu… jusqu’à ce que ça coûte cher! Le SRRP, entre autres, est arrivé et les choses se sont compliquées.

« La biosécurité est l’ensemble des mesures prises pour éviter l’introduction d’un nouveau pathogène dans un élevage ». Cette définition très claire est celle du docteur Claude Tremblay, telle que donnée au Rendez-vous AQINAC 2006.

Les médecins vétérinaires se sont mis à utiliser le mot biosécurité de plus en plus souvent, on

Chaque éleveur doit posséder une procédure de base en biosécurité tel que demandé par le

Qu’est-ce que la biosécurité?

Janvier.11

Suite >>

agri-nouvelles 13


porc Programme d’assurance qualité. Dans le cahier AQC®, la question 27 se pose ainsi : Disposez-vous d’un protocole écrit décrivant l’entrée : • Des personnes? • Des animaux? • De l’équipement? À l’époque, Agri-Marché avait déjà des protocoles, mais ceux-ci ne touchaient pas l’ensemble des intervenants qui ont à se présenter dans ou près d’une ferme porcine et il existait un certain manque de cohésion dans les règles. Mise sur pied d’Un comité En 2007, un comité biosécurité, gestion des risques sanitaires est formé par Agri-Marché afin de pondre une politique finale englobant tout ce qui touche la production porcine dans l’entreprise. Parmi les gens invités à prendre part aux travaux de ce groupe on retrouvait

14 agri-nouvelles

Janvier.11

le médecin vétérinaire, le directeur des ventes, les responsables de l’usine, de la livraison, de l’assurance qualité, etc. Les objectifs du comité étaient les suivants : • Développer un ou des documents de communication et de vulgarisation concernant les risques de biosécurité pour les clients d’AgriMarché et les fermes corporatives. • Documenter à l’interne les procédures existantes de biosécurité, les adapter et ensuite former le personnel concerné. Un des premiers mandats du groupe fut d’identifier les opérations à risque. Parmi cellesci, on retrouvait : • La livraison des animaux • La livraison de semence • La livraison de moulée, grains en vrac et en sacs • La livraison de médicaments • La présence dans les fermes (médecin vétérinaire, conseillers, représentants, etc.) • La quincaillerie


porc Qui est concerné? Comme on peut s’en douter, beaucoup de personnes ont à côtoyer les opérations porcines, que ce soit en entrant dans les bâtiments ou en s’en approchant pour des livraisons ou des travaux. Il fallait donc écrire une procédure qui s’applique à chaque intervenant. • Les employés de ferme : Les employés doivent respecter le protocole d’entrée qui a été attribué à leur lieu de travail par le médecin vétérinaire en collaboration avec le superviseur du site. Ils doivent de plus veiller au respect des règles par les autres personnes qui doivent entrer sur le site. Ils deviennent donc les gardiens de la biosécurité. • Visiteurs : Que ce soit l’exterminateur, le technicien pour l’inspection de la génératrice ou le valideur AQC®, chaque visiteur se doit de respecter les règles en vigueur sur le site. Un avis indiquant les directives d’entrée doit être affiché sur la première porte de la ferme. • Employés de maintenance : Un protocole spécifique a été produit pour ce groupe de travail, car ces derniers ont à accomplir des tâches dans plusieurs unités avec des outils difficilement lavables. Des procédures exceptionnelles ont donc été mises en place pour la visite de ces personnes. • Transport d’animaux : Les transporteurs sont ceux qui doivent respecter les protocoles les plus détaillés. La procédure de chargement, l’ordre de livraison, de déchargement des animaux puis le lavage et la désinfection des véhicules font partie de leur cahier de biosécurité. • Transport de moulée, livraison de sacs et autre matériel • Livreurs de semence • Quincaillerie : L’Outilleur agricole de SaintHenri a également développé une procédure de réception et de livraison des marchandises. Par exemple, lors de réception de matériel pour réparation, le commis n’accepte que le matériel

propre et les petites pièces sont immédiatement ensachées. Le comptoir est notamment désinfecté après les manipulations. La lettre d’engagement Aucune politique de biosécurité ne serait efficace si les personnes qui ont à l’appliquer ne s’y engagent pas à 100 %. Chaque employé concerné doit donc signer un document confirmant qu’il a pris connaissance de la politique, qu’il la comprend et qu’il entend la respecter. Cette démarche démontre donc l’importance qu’Agri-Marché apporte à cette politique renouvelée de biosécurité. Le rôle du client Chaque producteur devrait posséder son protocole d’entrée, à tout le moins pour les visiteurs. Celui-ci devrait être élaboré en collaboration avec le médecin vétérinaire consultant qui est bien au fait des normes de l’industrie. Le client, en plus de se soucier de la biosécurité de son site, doit également penser qu’il doit collaborer à la protection des autres sites de production par des gestes simples mais combien importants. Par exemple, les animaux morts ne devraient jamais être laissés près des lieux de livraison de sujets de remplacement, de semence ou de moulée. Si le producteur remarque des anomalies au niveau de la santé de son troupeau et qu’il attend une livraison de cochettes, il devrait aviser le plus rapidement possible son médecin vétérinaire afin de vérifier si la livraison doit avoir lieu ou s’il n’y aurait pas lieu de la retarder. Ces petites choses permettent d’assurer des livraisons plus sécuritaires d’animaux et de matériel et, si chacun les applique, l’ensemble de la production s’en trouvera gagnante. N’hésitez pas à discuter de la politique biosécurité avec votre conseiller Agri-Marché, il pourra vous donner de plus amples détails.

Janvier.11

agri-nouvelles 15


porc

E G A T R O REP me de fer

CLIENT :

ico enr. Can e m r e F aults itte-des-S ig r -B e Saint et

amille C , s a n i l é Nicole G

té David Cô

Une entreprise prête pour les défis de demain Stéphane Grégoire représentant des ventes production porcine agri-marché inc.

Les années 90 ont été synonymes de grands changements pour l’agriculture québécoise, tant pour les secteurs porcin, végétal que laitier. Nicole Gélinas et Camille Côté n’étaient pas en reste. C’est au cours de cette décennie que s’ajoute un nouvel associé à la ferme : leur fils David. En général, lorsqu’on amène de la jeunesse, on fait face à certaines remises en question sur la structure de l’entreprise et, quelque fois, certains changements s’imposent. Les Côté ont toujours été ouverts à regarder ce que sera l’agriculture de demain avec une nouvelle génération dans l’entreprise. Donc, à partir de ce moment, un processus de changement a eu lieu, non du jour au lendemain, mais après mûres analyses de chaque département de l’entreprise familiale. David Côté nous raconte : « En 1997, nous avons pris la décision de vendre le quota de lait. La production laitière était en grand changement : augmentation des cheptels, possession de plus de

16 agri-nouvelles

Janvier.11

quota etc. et nous étions obligés de moderniser notre bâtiment. Dans les années 2000, la ferme porcine que nous avions était due pour de gros changements. Est-ce que nous devions rénover ou rebâtir en neuf plus près de la ferme familiale? En 2004, nous avons donc vendu la ferme porcine et nous avons entrepris en 2005 la construction de deux pouponnières de 1 200 places chacune en forfaitaire avec Agri-Marché ». Les pouponnières comptent chacune 4 chambres avec ventilation mécanique. Le plancher est entièrement latté. En 2006 s’est ajouté un engraissement de 1 400 places à forfait avec Agri-Marché. L’engraissement, situé sur un autre site, est partiellement latté (2/3 – 1/3) avec trémies humides, parcs de plastique et la ventilation y est mécanique. En ce qui concerne les grandes cultures, la famille Côté est toujours à l’affut de nouvelles méthodes pour améliorer le rendement de ses 410 acres de


porc terres. Le maïs y est cultivé sur les deux tiers de la superficie, le soya pour un peu moins du tiers et le reste fait place aux petites céréales. L’environnement est une priorité pour la Ferme Canico. Les propriétaires ont donc installé des avaloirs près des cours d’eau, des haies brise-vent et travaillent les sols au minimum pour une meilleure protection de ceux-ci à long terme. Aujourd’hui, en 2010, ils sont en bonne position pour bien répondre aux défis de l’agriculture de demain! Félicitations à la famille Côté de la Ferme Canico!

De gauche à droite : Nicole Gélinas, Camille Côté, Isabelle Caya et David Côté. À l’avant, les 3 enfants : Sarah-Kim, Xavier et William.

« L’impact majeur dans mon élevage est la diminution du nombre de porcelets écrasés qui est d’environ 50 % moindre. » Sylvain Bouffard, Ferme SBGB

540 truies naisseur en bande aux 4 semaines, Dosquet (Québec) Canada

COMME LA FERME SBGB, PROCUREZ-VOUS UNE NICHE AVEC CONTRÔLE ET CONSTATEZ LES RÉSULTATS : Économies d’énergie

76,8 %

Poids supplémentaire du porcelet après 21 jours

250 g (11,9 g/j)

Réduction du nombre de porcelets écrasés

1,5 %

ISS

De plus, vous êtes peut-être éligible aux remises d’Hydro-Québec et du MAPAQ

pour mieux performer!

Exerce une gestion optimale de la température à chaque seconde pour chacune des niches

INFORMEZ-VOUS! Mario Beaudry • 450 223-4549

Marco Lefebvre • 418 998-6800

Plus de témoignages et autres nouveautés sur notre site Internet au

ro-main.com

Produits et solutions agro-technologiques

Janvier.11

agri-nouvelles 17


porc

18 agri-nouvelles

Janvier.11


volaille

10 conseils pratiques afin de garder vos oiseaux en bonne santé Le but de cet article est de résumer les principaux aspects de la production avicole sur lesquels nous devons travailler et investiguer lorsque nous sommes confrontés à des problèmes récurrents de maladie. Les atteintes du système respiratoire, dont l’incidence est relativement élevée à cette période de l’année, sont certainement l’une des causes les plus fréquentes d’utilisation d’antibiotiques en élevage. Très souvent, le portrait clinique se présente ultimement sous la forme de colibacillose, communément appelée le E. coli. D’un côté, il est relativement facile de diagnostiquer et de traiter cette condition. Mais de l’autre côté, nous savons que cet agent infectieux est rarement la cause primaire. Donc, pour corriger le problème, le défi réside dans l’identification de ce facteur qui, par la suite, a ouvert la porte aux infections secondaires, telles que le E. coli.

Dr Simon Cloutier, m.v., M. Sc. Les consultants Avi-Porc 819 478-0450

Note importante : cet article n’est pas basé sur une revue de littérature, mais plutôt sur l’expérience acquise et sur les principes généraux de bonnes pratiques d’élevage. De plus, les points ne sont pas nécessairement énumérés par ordre d’importance. L’importance des vides sanitaires Règle générale, pour la plupart des agents infectieux (bactéries, virus, parasites, etc.), leur survie dans l’environnement sera grandement réduite sous certaines conditions environnementales : faible humidité, température élevée, absence de matière organique, etc. Par exemple, le virus de la bronchite infectieuse ne peut survivre que 15 minutes à 56°C ou 90 minutes à 45°C, mais il peut survivre jusqu’à 56 jours l’hiver à l’extérieur! Ainsi, il faut démentir la croyance populaire que le froid tue les agents infectieux. Donc, plus longtemps notre bâtisse sera vide (endroit sec, pas de matière organique, et l’été, la chaleur joue en votre faveur!), plus grand sera l’impact afin de baisser la pression d’infection (quantité d’agents infectieux présents dans le poulailler). Il n’y a pas de chiffre magique à respecter, mais règle générale, un vide de deux semaines serait le minimum, et trois semaines serait l’optimum. Note : la période du vide sanitaire « efficace » est celle comprise entre la fin du lavage / désinfection (ou dépoussiérage) et l’entrée de la nouvelle litière. Site multi-âges vs tout plein-tout vide Sur un site donné, le fait d’avoir des oiseaux de différents âges peut compliquer notre combat contre les agents infectieux. En effet, dans ce scé-

nario, il y aura toujours des oiseaux susceptibles (oiseaux plus jeunes, n’ayant jamais eu la maladie et n’ayant jamais développé d’immunité) et donc à risque de contracter les maladies en provenance des oiseaux plus vieux, qui peuvent être malades ou en convalescence mais encore potentiellement excréteurs de certains agents infectieux. Autrement dit, une fois que le bal est parti, il y aura toujours une circulation des agents infectieux d’un lot à l’autre. Le but est donc de regrouper les âges afin d’arrêter cette circulation. Évidemment, il est souvent difficile d’appliquer cette recommandation. Un compromis acceptable serait d’avoir au maximum 5 à 7 jours de différence entre les plus jeunes et les plus vieux. Par contre, le site doit quand même se vider complètement au bout de la ligne. Et à en juger par certains témoignages, les efforts investis dans une telle transition sont souvent récompensés par une amélioration considérable des résultats d’élevage, tout dépendamment de la situation initiale. Lavage/désinfection Eh oui, il faut encore en parler, car c’est une étape très importante dans le cycle de production. Premièrement, il ne faudrait pas mentionner lavage/désinfection, mais bien savonnage/désinfection. En effet, trop souvent, l’utilisation d’un savon/dégraisseur est négligée. Cette étape est Janvier.11

Suite >>

agri-nouvelles 19


volaille pourtant aussi importante, sinon plus importante que celle de la désinfection. Le savon doit être appliqué au minimum sur les planchers, le bas des murs (au moins 4 pieds), et ne pas oublier l’air d’entrée et les équipements! Autre point à surveiller, ne pas le laisser agir plus de 20-30 minutes, sinon il séchera et sera impossible à enlever, même avec la laveuse à haute pression. Pour le désinfectant, plusieurs produits sont disponibles. Les produits à base d’ammonium quaternaire + glutaraldéhyde ou les agents peroxydants (avec homologation pour utilisation en milieu agricole) sont probablement les meilleurs au point de vue efficacité. Erreur fréquente : assurez-vous d’utiliser les produits à la concentration recommandée. Si vous utilisez un canon à mousser, vous devez connaître son facteur de dilution. La fréquence des lavages? Idéalement à chaque lot. Minimalement deux fois par an ou après chaque dérive sanitaire. Note : si vous pensez que le vide sanitaire ne sera pas assez long pour assurer un séchage adéquat, il vaut peut-être mieux sauter un tour. La biosécurité Voilà un autre point souvent discuté et sur lequel vous êtes probablement déjà très sensibilisé. Par contre, son application demeure souvent difficile. À la base, il y a les consignes concernant les visiteurs : signature du registre, port de bottes et de survêtements, lavage des mains, respect des zones contaminées/propres, etc. Les gens de l’industrie sont en général bien conscientisés à ce sujet. Par contre, il y a d’autres intervenants à surveiller (notamment Hydro-Québec, fournisseurs de gaz et gens de la maintenance). Concernant le service de récupération des carcasses d’oiseaux, si possible, évitez de les obliger à venir près de vos bâtiments. Par exemple, placez les bacs le plus près du chemin possible, tout en respectant le voisinage! De votre côté, il y a également certaines règles de base à suivre : sur les sites multi-âges, commencez toujours par les plus jeunes. Idéalement, ayez des bottes, et même des survêtements, pour chacun des poulaillers. Attention au transfert d’équipement entre poulaillers et entre sites. Attention à la surventilation Un article au complet serait insuffisant pour couvrir l’aspect ventilation. Par contre, je tenais à 20 agri-nouvelles

Janvier.11

citer un point qui revient fréquemment, c’est-àdire la surventilation en bas âge (avant l’emplumement complet). Vos poulets qui ne sont pas complètement emplumés sont très vulnérables à ce phénomène. Vos premiers stages de ventilation sont là pour sortir l’humidité et l’ammoniac et non nécessairement pour contrôler la température. En bas âge, les oiseaux tolèrent très bien de légères hausses de température, c’est-à-dire qu’ils supportent très bien des hausses de 3-4°F par rapport à la consigne. Par contre, la distribution des oiseaux et la présence de becs ouverts demeureront toujours de bons indicateurs. Note : le fait de n’avoir aucune variation de température est bien, mais ça ne veut pas dire que le confort des oiseaux est adéquat! Une bonne qualité d’eau, c’est essentiel Sur vos requêtes d’analyse bactériologique de l’eau, assurez-vous que les Streptocoques/Entérocoques sont demandés, car ils ne sont pas toujours faits systématiquement. Ces bactéries, présentes normalement dans le fumier, en plus des coliformes fécaux, sont probablement les deux catégories les plus importantes à vérifier. La norme est d’ailleurs de 0 et il n’y a pas de marge de manoeuvre à ce niveau. Une erreur fréquente : l’analyse est souvent faite uniquement à l’entrée du poulailler. Ceci nous informe sur la qualité de la source d’eau (puits, aqueduc), mais elle ne nous informe pas sur la qualité de l’eau que les oiseaux boivent! Il est donc impératif de faire au moins le prélèvement au niveau de la ligne d’eau dans le poulailler et, si elle est positive, vous pourrez toujours faire l’analyse de la source pour voir d’où vient la contamination. L’élevage d’insectes, pas très payant Au cours de l’été et de l’automne 2010, l’infestation par les ténébrions semble avoir été particulièrement importante. Peu importe le degré d’infestation, le contrôle de ces insectes, quoique difficile, demeure très important. Ils représentent non seulement une menace pour nos bâtiments, mais également une source de contamination majeure. En effet, ils peuvent être considérés comme des vecteurs mécaniques, c’est-à-dire qu’ils peuvent transporter sur eux les différents agents infectieux d’importance en production avicole et les garder bien à


volaille l’abri dans les murs, réduisant ainsi l’efficacité de nos protocoles de savonnage/désinfection. Les échecs de contrôle ne sont pas nécessairement dus au choix du produit, mais davantage à la méthode d’application. Il est essentiel d’appliquer le produit avant d’enlever complètement la litière et avant que le bâtiment soit trop refroidi, sinon les ténébrions iront se réfugier rapidement dans les murs. Pour les infestations sévères, il est également possible d’appliquer une seconde fois le produit avant d’étendre la nouvelle litière. S’il reste plusieurs ténébrions sur le plancher, vous devrez les ramasser, car il n’est pas rare de voir des cas d’intoxication chez le poussin en bas âge (durant la première semaine de vie) suite à la consommation de ténébrions morts. Suivi régulier de l’ajustement des équipements Voici un simple rappel des conséquences possibles d’un ajustement inadéquat des équipements (dans une situation d’élevage et non au départ). Ligne de soigneur : lorsqu’elle est trop basse, la litière souillée a tendance à s’accumuler dans les plats. Donc, l’oiseau ne consommera pas uniquement de la moulée, mais parfois de la ripe souillée de fumier, une situation évidemment non souhaitable. Autre conséquence possible, si la ligne a tendance à restreindre le déplacement des oiseaux, on peut s’imaginer que cela risque d’augmenter le risque de grafignes, donc de cellulite. Ligne d’eau : lorsqu’elle est trop basse, les oiseaux boivent la tête sur le côté et une bonne quantité d’eau tombe sur la litière. De plus, lors de leurs déplacements, les oiseaux feront bouger la ligne d’eau, deux facteurs qui contribuent à humidifier la litière. Il se produit également beaucoup de gaspillage si la pression est trop élevée (souvent, on vise une colonne d’eau équivalente à environ la hauteur de l’oiseau). À noter que la litière plus humide représente un milieu plus propice à la croissance et à la survie des agents infectieux, en plus des gaz qui s’en dégagent, donc accroit le risque de maladies et de condamnation. Temps/fréquence des tournées Voilà un sujet délicat. Évidemment, il n’y a pas de standard à ce niveau en autant que le travail soit bien fait. Par contre, il y a certains principes fon-

damentaux. Par exemple, la nécessité de faire des tournées fréquentes au départ (premiers 7 jours). Lors des périodes de grandes fluctuations de température (changement de saison), il est également recommandé de passer au moins trois fois par jour pour faire des ajustements, s’il y a lieu. Et probablement le point majeur, personne n’est à l’abri d’ennuis mécaniques, tels un soigneur défectueux ou une ligne d’eau qui fuit. Évidemment, tous ces stress peuvent affecter l’état de santé des oiseaux. La vaccination en élevage Chez le poulet, parmi les principales maladies rencontrées en élevage, nous retrouvons la maladie de Gumboro (bursite infectieuse) et la bronchite infectieuse. Est-ce que tous les élevages positifs pour ces maladies devraient être vaccinés? La réponse est non. En effet, si les points ci-dessus sont appliqués, dans bien des cas, les performances d’élevage ne seront pas affectées significativement (conséquence d’une faible pression d’infection). Par contre, dans d’autres situations, notamment dans les régions à haute densité d’élevage, ces maladies peuvent affecter grandement l’état de santé des oiseaux. Si tel est le cas, la vaccination peut alors être recommandée et apporter un retour sur investissement considérable (diminution de l’utilisation d’antibiotiques, amélioration des performances, baisse de la condamnation, etc.). En résumé, même si l’ensemble de ces points n’est pas appliqué à la lettre pour un site donné, ça ne signifie pas que l’élevage est à haut risque de maladie. Dans bien des cas, c’est davantage l’accumulation de stress ou de facteurs de risque qui occasionne des problèmes récurrents de maladie. Autre point, il existe évidemment certains problèmes reliés à la santé non mentionnés ici et dont le producteur n’a aucun moyen de contrôle ou de prévention. Finalement, rappelez-vous que certains énoncés dans cet article relèvent davantage d’une opinion que d’un fait scientifique, il y a donc place à la discussion. Janvier.11

agri-nouvelles 21


volaille

Des pattes solides, un élément clé dans la production de dindons lourds au Québec et à travers le monde! Au Québec, nous produisons des dindons lourds de 15 à 15,5 kg de poids vif en 16-17 semaines d’élevage. Ce poids est fixé en fonction des exigences du marché québécois actuel. Saviez-vous que l’Allemagne, la Pologne et le Brésil produisent des dindons lourds de 21-23 kg en 21-22 semaines d’élevage? Impressionnant n’est-ce pas? Cela fait beaucoup de poids à supporter pour les pattes des dindons dirons plusieurs, mais l’atteinte d’un tel poids est possible grâce aux efforts combinés des généticiens, des nutritionnistes, des abattoirs et des éleveurs. Stéphanie Desrosiers, agr., M. Sc.

pattes retrouvés dans les élevages de dindons lourds en fonction de l’âge des oiseaux.

Nutrition et formulation animale Agri-Marché Inc.

Semaine 1 – Problèmes congénitaux

Figure 1. Évolution de la carcasse des dindons de 1966 à 2009

La sélection génétique a créé une pression plus forte sur les pattes des dindons en privilégiant des oiseaux de plus en plus lourds avec un maximum de rendement en viande. En effet, entre 1966 et 2003, la grosseur de la poitrine a augmenté de 6,5 %, la cuisse de 0,65 % et le poids du fémur a diminué de 0,35 % relativement au poids total de l’animal (Figure 1). Ce changement a donc mené à une augmentation de poids à supporter pour les pattes des oiseaux en plus de déplacer le centre de gravité de l’animal vers l’avant, ce qui accroît davantage la pression sur les articulations. Par contre, les compagnies de génétique ne sont pas entièrement responsables des problèmes de pattes dans les élevages d’aujourd’hui. En effet, les problèmes de pattes résultent également de la combinaison de manquements au niveau de la nutrition, de la régie et du statut sanitaire. Ils englobent plusieurs types de lésions de nature cutanée, musculaire, articulaire, osseuse ou nerveuse. Ils peuvent être d’origine infectieuse (ex : arthrite, ostéomyélites) ou non infectieuse (ostéoporose, fractures, dyschondroplasie tibiale). Dans cet article, il sera question des différents problèmes de 22 agri-nouvelles

Janvier.11

Les problèmes de pattes observés pendant la première semaine d’élevage sont généralement de nature congénitale, c’est-à-dire que les dindonneaux ont développé cette condition avant même l’éclosion. Certains de ces problèmes de pattes (ex : pattes croches, pattes écartées ou inflammation du jarret) peuvent être expliqués par un débalancement hormonal induit par un stress thermique en fin de période d’incubation. À l’opposé, certains autres problèmes de pattes, tels que le rachitisme congénital, sont causés par une carence nutritionnelle des dindes reproductrices en période de ponte. En effet, le rachitisme est une maladie causée par une carence en calcium, en phosphore et en vitamine D3. Par conséquent, le jeune dindonneau peut développer cette maladie en bas âge (4-5 jours) si sa mère ne lui transmet pas une quantité suffisante de calcium/phosphore (via la coquille de l’œuf) et de vitamine D3 (via le jaune d’œuf). Semaine 2 à 10 – Problèmes liés à une mauvaise absorption ou disponibilité des nutriments Cette phase de l’élevage est caractérisée par une croissance rapide des os. Les nutritionnistes s’assurent donc de fournir un aliment de qualité qui répond aux besoins des oiseaux durant cette


volaille

L’impact des maladies entériques sur l’absorption des nutriments est bien connu. En effet, les oiseaux réagissent à une inflammation en produisant une barrière protectrice de mucus sur toutes leurs muqueuses, incluant la surface intestinale. Cette barrière nuit à l’absorption des gras, des minéraux - particulièrement du calcium - et des vitamines liposolubles. Par conséquent, les maladies entériques prolongées vont réduire les réserves de calcium des dindonneaux et provoquer la détérioration des os structuraux. Dans ce cas, les oiseaux deviennent plus susceptibles de développer de l’ostéoporose/rachitisme de champ et des problèmes de boiterie par la suite. Une bonne régie est donc cruciale afin de réduire au maximum l’incidence des maladies entériques sur le troupeau. Finalement, les aliments doivent être disponibles en quantité suffisante à volonté afin d’éviter que les oiseaux souffrent de carences nutritionnelles menant à des problèmes de pattes. Semaine 10 à 18 – Problèmes reliés à un taux de croissance rapide Les principales maladies non infectieuses observées durant cette phase du développement sont la dyschondroplasie tibiale (TD) et les fractures fémorales et tibiales. La TD se développe généralement entre la 11e et la 15e semaine d’élevage. Elle peut être liée à une mauvaise absorption des nutriments en bas âge et/ou être la conséquence d’une poussée de croissance rapide entre la 12e et la 15e semaine (Figure 2). La plupart des dindons arriveront à réparer ces lésions et ne démontreront pas de signe clinique de faiblesse aux pattes. Par contre, les dindons plus lourds deviendront cliniquement boiteux et seront tués par les oiseaux les plus forts du troupeau. Les dindons âgés entre 15 et 18 semaines sont également plus propices aux fractures fémorales ou tibiales. En effet, la prise de poids et le changement de conformation des dindons exercent un stress considérable sur

16 0 14 0

Gain (g. / jour)

Poids moyen (g.)

Polynomial (gain (g./j.)) 1 20 0 0

L’apport énergétique augmente dans cette case causant une poussée de croissance

1 00 0 0

8 00 0

12 0 10 0

6 00 0 80 4 00 0

60 40

Poids moyen

18 0

% DT ou Gain quotidien

phase critique du développement osseux. Par contre, même si un aliment de qualité est distribué, il est possible d’observer des problèmes de pattes. En effet, les problèmes de pattes décelés durant cette période sont généralement causés par une mauvaise absorption ou disponibilité de certains nutriments (minéraux et vitamines liposolubles) qui découlent d’une maladie entérique antérieure ou d’une mauvaise régie.

% DT

2 00 0 20 0

0 2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

 g e (s e m a i n e s )

Figure 2 : Relation entre la TD et la poussée de croissance rapide entre la 12e et la 15e semaine

l’ossature de ces derniers. Ils deviennent donc plus susceptibles aux fractures. La mortalité en fin d’élevage est coûteuse pour les producteurs de dindons. En effet, il a été rapporté que près de 50 % de la mortalité totale survient dans les 3 à 5 dernières semaines d’élevage. Une grande proportion de cette mortalité tardive est expliquée par des problèmes de pattes via l’attaque des dindons les plus forts envers les plus faibles. À cet âge, beaucoup d’argent a été investi afin de nourrir ces oiseaux. De plus, les oiseaux qui souffrent de faiblesse aux pattes sont plus enclins à l’écrasement, ce qui les rend plus vulnérables aux condamnations engendrées par les égratignures et les bris d’ailes. Par conséquent, il est crucial de diminuer l’incidence de ces maladies et de maximiser la solidité des pattes afin de retirer le maximum de profits. Tel que mentionné précédemment, les problèmes de pattes sont multifactoriels (génétique, nutrition, régie, santé). N’hésitez donc pas à consulter votre conseiller AgriMarché afin de vous aider à mettre sur pied des mesures préventives pour contrer ces maladies.

Références : http://www.thepoultrysite. com/articles/1671/ current-skeletal-issues-inturkeys Ferket P.R., How to resolve leg problems in turkeys, ZOOTECHNICA, Novembre 2010

Janvier.11

agri-nouvelles 23


volaille

volaille

La vaccination dans l’eau Les oiseaux sont de plus en plus performants et la présence de microorganismes dans les élevages aura un impact varié sur les performances obtenues. Les lots de poulets doivent être en mesure de faire face aux agents pathogènes qui les entourent. La vaccination dans l’eau peut donc représenter une des solutions disponibles pour l’éleveur qui désire prémunir ses volailles contre certaines maladies. Cette vaccination peut être instaurée en prévention ou pour traiter une infection.

Samuel Rémillard, technologue Conseiller en production avicole Agri-Marché Inc.

L’objectif de la vaccination dans l’eau est d’augmenter l’efficacité de la couverture vaccinale apportée aux oiseaux. Cette méthode de vaccination permet d’atteindre des niveaux de vaccination supérieurs à 90 %. Pour certaines maladies, la vaccination dans l’eau permet même de diminuer les réactions vaccinales et la propagation des souches vaccinales. Voici donc le protocole pour cette vaccination. Protocole de vaccination dans l’eau La vaccination doit être faite selon une démarche bien précise pour obtenir une efficacité maximum. • Pour commencer, il faut cesser l’injection de chlore dans l’eau 24 heures avant la vaccination. Il est aussi important d’attendre 24 heures après la vaccination avant de remettre le chlore. • Par la suite, il est important d’avoir des équipements propres qui feront en sorte d’augmenter l’efficacité du vaccin. • Il faut aussi préparer les oiseaux en les assoiffant d’une à trois heures avant la vaccination. La durée varie selon la température extérieure. Pour bien assoiffer les oiseaux, il suffit seulement de soulever les abreuvoirs suffisamment pour qu’ils ne soient pas en mesure de consommer de l’eau. Couper l’eau dans les abreuvoirs aurait pour effet de créer des bulles d’air qui bloqueront le passage de la boisson.

24 agri-nouvelles

Janvier.11

• Un autre point important après avoir rempli les réservoirs d’eau est d’utiliser des pastilles Vac-Safe, qui élimineront les traces de chlore dans l’eau qui pourraient neutraliser le vaccin. Ces pastilles doivent être introduites au moins 5 minutes avant de mettre le vaccin. Il est important d’utiliser une pastille pour chaque 20 gallons d’eau. • Par la suite, il est temps d’introduire le vaccin dans l’eau. Il faut bien agiter les petites capsules contenant les vaccins pour être en mesure de bien les dissoudre. Avant de manipuler les pastilles et le vaccin, il est important de mettre des gants. • Lorsque le vaccin est complètement dissout dans l’eau, il faut remplir les lignes d’eau de boisson vaccinale. L’introduction de la solution se fait grâce à une pompe qui pousse le vaccin dans les lignes d’eau. Pour être en mesure d’envoyer la boisson dans les lignes, il suffit seulement de flusher chacune d’elle l’une après l’autre. La pastille que nous avons introduite dans l’eau pour détruire les particules de chlore colore l’eau d’une teinte bleu foncé, ce qui permettra de savoir quand les abreuvoirs vont être remplis de la solution vaccinale. • Au moment où les abreuvoirs sont entièrement remplis, il faut les redescendre le plus rapidement possible pour que les oiseaux soient en mesure d’en consommer en quantité suffisante sur tous les étages.


volaille • Quelques instants après, il est conseillé de marcher dans tout le poulailler pour faire bouger les oiseaux et les diriger vers les abreuvoirs. Une bonne vaccination devrait durer de 60 à 90 minutes. • Finalement, il est important de vérifier si la vaccination a bien fonctionné. Pour cela, on doit prendre un échantillon d’oiseau, environ 50 par parquet, leur ouvrir le bec et vérifier si l’intérieur est de couleur bleue. Une bonne vaccination doit correspondre à une coloration du bec pour 90 % et plus des oiseaux échantillonnés. • Il ne faudrait pas oublier que la vaccination dans l’eau utilise des vaccins vivants atténués et que des précautions sont de mise pour tous les autres sites de production de volailles. Lors de cette vaccination, il faut donc revoir notre protocole de biosécurité. Équipements nécessaires La vaccination dans l’eau exige certains équipements et modifications permettant d’envoyer le vaccin dans les abreuvoirs. Le système qui permet de vacciner est constitué d’un réservoir pouvant contenir l’ensemble de la boisson. Le fait d’avoir un seul réservoir fait en sorte qu’il doit être gros, ce qui occasionnera toutefois plus de difficulté pour la manipulation. Il est aussi possible d’avoir plusieurs réservoirs qui peuvent contenir une partie de la boisson et qui permettent de préparer le reste de la boisson au cours de la vaccination. Ce type d’équipement est plus facile à manipuler lorsqu’il est utilisé dans plusieurs bâtiments. Chacun des réservoirs est relié à un suivant jusqu’à la pompe qui permet de pousser l’eau dans les abreuvoirs. Cette pompe doit être munie d’un

réservoir permettant de maintenir la pression de 40 à 60 PSI. Aussi, il est important d’ajouter sur la pompe un anti-reculons qui permet ainsi d’éviter le retour de la boisson qui est déjà dans les lignes d’abreuvement. Voici les vaccins que l’on peut donner aux oiseaux selon chaque production : Pondeuses • Gumboro • Bronchite • Newcastle • Laryngotrachéite • Encéphalomyléite Poulets de chair • Laryngotrachéite • Gumboro Dindons • Newcastle • Entérite hémorragique La vaccination dans l’eau est une méthode qui permet de prévenir certaines maladies qui peuvent faire beaucoup de ravages dans les élevages tant au niveau technique qu’économique. Il est surtout très important que la vaccination soit bien faite, une mauvaise vaccination dans l’eau peut s’avérer pire que la maladie elle-même. Finalement, la vaccination dans l’eau pour la volaille est une méthode très efficace qui doit être appliquée avec rigueur et avec l’aide de spécialistes en la matière. Pour toute information supplémentaire, n’hésitez pas à communiquer avec votre représentant Agri-Marché.

La performance grâce à la nutrition... naturellement.

Alltech

1-877-553-0779

Janvier.11

agri-nouvelles 25


volaille

Ça bouge Ferme Groleau et fils

Un nouveau poulailler à la

Ferme Groleau et fils

Rénald, Normand et Maurice Groleau, de SaintsAnges, oeuvrent dans trois productions : laitière, porcine et avicole. Les projets ne manquent pas à la ferme. Chaque secteur d’activité est analysé minutieusement dans le but de faire progresser et de rentabiliser l’entreprise. Normand Gagnon Représentant des ventes Agri-Marché Inc.

26 agri-nouvelles

Au fil des ans, les trois frères, appuyés et secondés par leurs épouses respectives, n’ont pas hésité à investir soit par acquisitions ou constructions.

Janvier.11

La toute dernière réalisation est un poulailler de 2 étages de 160 pieds par 40. Cette nouvelle bâtisse remplacera celle construite par leur père en 1962. Ils en ont profité pour se doter d’équipements modernes et adaptés aux besoins actuels pour l’élevage de poulets à griller. D’autres projets en vue? La marmite bouille déjà. Histoire à suivre! Félicitations et bonne chance à toute la famille!


Ça bouge Ferme Turcotte et frères

volaille

À l’arrière : Mario Turcotte, Nathalie Poulin, Sébastien Turcotte et Claudia Busque À l’avant : Maxime, Frédérick (enfants de Mario), William et Émilie (enfants de Sébastien)

Inauguration d’un nouveau poulailler pour la

ferme Turcotte et Frères C’est en 1999 que Gérard Turcotte et Denise Royer décidèrent de céder leur ferme de Saint-Évariste-de-Forsyth à leurs fils, Mario et Sébastien. Les frères étaient prêts et bien préparés à continuer l’exploitation des productions laitière, avicole et acéricole. Depuis l’acquisition, ils progressent de façon constante et ordonnée de manière à bien maîtriser les effets de leur expansion. Leur plan comprenait un achat de quota de poulets à griller et la construction d’un nouveau

poulailler qui allait remplacer celui construit par leur grand-père en 1963. La nouvelle bâtisse de 2 étages mesure 180 pieds par 40.

Normand Gagnon Représentant des ventes Agri-Marché Inc.

La 12 novembre dernier, ils ont procédé à l’ouverture officielle de leur poulailler. Parents, amis et plusieurs producteurs agricoles ont profité de l’occasion pour venir féliciter Mario et Sébastien. Bravo et continuez sur votre bonne lancée.

Janvier.11

agri-nouvelles 27


Section

La reproduction, quel sujet! Dix conseils de régie pour une meilleure rentabilité

Résultats d’expositions


La reproduction

SECTION LACTECH

quel sujet!

La reproduction chez nos vaches laitières sera toujours un sujet d’actualité. On en demande de plus en plus aux vaches et, même si une vache fait 50 litres de lait à son pic, on espère qu’elle devienne gestante avant 100 jours en lactation! Plusieurs facteurs influencent les résultats de gestation de vos vaches. Tout d’abord, un point qu’il faut souligner : en général, ces informations ne sont pas suffisamment connues. Connaissez-vous le taux de détection des chaleurs, de conception et de gestation? C’est important pour vous, mais aussi pour votre représentant, votre contrôleur et votre médecin vétérinaire de connaître ces informations (Tableau 1). Pourquoi? Parce qu’elles indiquent où il y a place à amélioration, les endroits où il faut travailler. Si c’est le taux de détection qui est faible, ça veut dire qu’on ne détecte pas assez les vaches en chaleur et qu’on ne les saillit pas. Si c’est le taux de conception qui est faible, ça veut dire que les vaches ne « collent » pas bien. Tableau 1. Tests de performance en reproduction (ASTLQ Juin 2009) Taux de détection des chaleurs (TDC)

TDC = NB de vaches inséminées NB de vaches disponibles (cycle de 21 jours) Moyenne ASTLQ (2009) : 42,49 %

Taux de conception (TC)

Nombre de vaches gestantes après une insémination Moyenne ASTLQ (2009) : Taux de succès 1ère saillie : 36,90 % Taux de succès 2e saillie : 37,99 % Taux de succès 3e saillie : 35,17 %

Taux de gestation (TG)

Facteurs qui influencent la conception Pas d’énergie, pas de conception. L’un des facteurs les plus déterminants de la fertilité est l’énergie. La nature est bien faite. Lorsque le système de vos vaches peine à combler ses besoins en énergie, il sait qu’il aura un problème pour faire grandir un futur veau et qu’il y aura même un risque pour la survie de l’animal. C’est pourquoi vos vaches doivent consommer suffisamment d’énergie pour que leur système donne le « OK  » à la Une société de

et

% de vaches gestantes durant une période (21 jours) TG = TDC X TC (ex : 42,49 % X 36,9 % = 15,68 %) conception. Pour combler les besoins en énergie de vos vaches, un des facteurs les plus importants est la consommation totale de matière sèche par jour. Cet aspect n’est pas toujours évident à valider, mais il faut prendre le temps de le faire au moins une fois par mois. Il faut vérifier selon les groupes. Par exemple, si un groupe de vaches taries consomme 8  kg de matière sèche en moyenne, on peut déjà prédire qu’on va être dans le trouble après le vêlage. Il est important de contrôler l’apport en énergie. Cet apport déterminera la consommation de matière sèche après

David Lessard, T.P. Conseiller en production laitière Lactech s.e.c.

Suite >> Janvier.11

29


SECTION LACTECH croissance et moins il sera gros et fertile. Gros follicules, grosse chance de fertilité. Ce n’est pas compliqué! Sur le graphique, les 2e et 3e ovulations (follicule) sont celles qu’on espère le plus rendre gestantes. Ces follicules prennent naissance durant le tarissement et en début de lactation. Qu’est-ce qu’on peut en déduire? Qu’il est très important que les vaches consomment bien et selon leurs besoins durant ces périodes. Piquer pour coller

le vêlage. Moins une vache mange après le vêlage, plus on aura de risque d’acétonémie. Il y a plusieurs facteurs qui font varier la consommation des vaches : l’appétence du fourrage, la fréquence qu’on le donne et qu’on le repousse, le confort, la qualité des membres de l’animal, l’environnement, la chaleur, l’espace accordé par animal, la longueur de mangeoire par animal, l’état de chair, l’eau, etc. Moins ces points sont respectés et plus votre vache a de chance d’avoir des problèmes métaboliques. Plusieurs des changements métaboliques autour du vêlage causent une réduction de la réponse immunitaire et augmentent les réponses inflammatoires. Une étude récente a trouvé que les vaches avec un indice d’inflammation plus élevé avaient plus de jours ouverts et un taux de conception plus bas. Une raison pour expliquer ce phénomène est qu’une inflammation plus grande ralentit la guérison de l’utérus et change la production de prostaglandine qui régularise le cycle des chaleurs. C’est à vous et à toute votre équipe d’intervenants de déterminer pourquoi un groupe de vaches ne mange pas suffisamment la ration. Voici un graphique qui démontre comment l’énergie a de l’influence au niveau des follicules. Un follicule prend environ de 70 à 75 jours de croissance avant d’être fertile. Moins il reçoit d’énergie de la part de la vache en début de 30

Janvier.11

De nos jours, de plus en plus de producteurs font des programmes de synchronisation pour rendre gestantes leurs vaches. Le but premier de la synchronisation, c’est de prendre le contrôle du cycle de la vache. Les producteurs qui ne passent pas assez de temps à surveiller les chaleurs vont avoir de meilleurs résultats avec ces programmes. Si une vache ne démontre aucun signe jusqu’à 60 jours en lait, ce n’est pas la synchronisation qui va aider les chances de conception. Lorsqu’une vache fait une chaleur naturelle entre 20 et 30 jours en lait et qu’elle en refait une autre entre 45 et 55 jours, c’est que son système fonctionne bien. Il n’a pas de problème métabolique et il juge qu’il a suffisamment d’énergie pour pouvoir se reproduire. Mais lorsqu’une vache ne démontre rien à la base, le système de cette vache n’est pas prêt pour la reproduction. Souvent les producteurs disent  :  « On voit des belles chaleurs quand la vache est en haut de 175 jours en lait ». Pourquoi? Parce que la vache produit moins de lait à ce moment, elle a des besoins en énergie plus bas, elle a moins de problèmes métaboliques et est plus en forme pour compétitionner les autres vaches. S’occuper des vaches taries, des vaches en transition, des vaches fraîches et des fortes productrices pour une santé, une production et une reproduction optimale est un défi de taille. Ça demande d’être assidu dans votre travail au quotidien pour qu’elles aient tout ce qui leur faut, dans un environnement et un confort adéquats. Notre travail chez Lactech est de vous aider à détecter les facteurs de risques qui peuvent diminuer la reproduction et de mettre en place avec vous un système pour éviter ces risques. Le succès d’une vache gestante est le résultat de l’accomplissement de plusieurs points d’une bonne régie. N’hésitez pas à en discuter avec votre conseiller. Cette personne est tout à fait désignée pour vous apporter de l’information et des suggestions. Une société de

et


SECTION LACTECH

s pour une meilleure l i e ons

Dix c égie de r

rentabilité

Le revenu optimal de l’entreprise laitière est possible seulement lorsque les ressources nécessaires sont jumelées avec une régie adéquate à la ferme. La volatilité des prix des intrants nous force tous à prendre des décisions qui apportent une flexibilité économique à l’entreprise. Le retour aux principes de base est toujours une bonne idée durant les temps difficiles. Ce qui suit est un rappel des 10 grands points de régie à surveiller pour une meilleure rentabilité. Qualité des fourrages

Santé des vaches

Les vaches sont des ruminants et la qualité des fourrages est de la plus haute importance. Les fourrages sont la source la plus économique de nutriments disponibles. À mesure que la qualité des fourrages augmente, il y a un besoin moins grand de supplémentation en énergie et en protéines et la santé et l’efficacité de la reproduction de la vache s’améliorent. Tout ça a un impact direct sur le bilan financier.

Une vache en santé est plus rentable. Nous sommes tous trop familiers avec des vaches malades ou à problèmes qui grugent nos énergies, notre temps, nos ressources et notre profitabilité. La plupart des vaches sont réformées en début de lactation. Un bon programme de transition est donc essentiel. Un bon endroit où débuter est d’améliorer la santé du rumen par l’utilisation de fourrages de qualité dans une ration bien balancée.

Des vaches gestantes Obtenir une gestation et un vêlage de façon assidue (tous les 12-13 mois) influence directement la production de lait et la rentabilité. Les vaches qui « collent » plus rapidement passeront plus de temps en lactation et auront un risque moins grand d’être réformées pour mauvaise reproduction. Synchroniser les pratiques de régie pour optimiser la production de lait et la performance en reproduction va optimiser les revenus. Améliorer l’efficacité alimentaire L’efficacité alimentaire est une mesure de conversion des nutriments en produit animal (lait et/ou viande). Des rations bien balancées augmentent la productivité et réduisent le gaspillage. La portion la plus digestible de la ration est celle provenant des grains et des sous-produits. La digestibilité des rations est donc fortement influencée par la digestibilité des fourrages. Les nutriments gaspillés ont un effet néfaste dans l’environnement et pour la rentabilité de la ferme. Une société de

et

Luis C. Solorzano, Ph. D. Adapté par : Daniel Fournier, agr. Directeur services techniques – polygastriques Shur-Gain, région de Québec

Maximiser la longévité des vaches Une longévité de trois lactations ou moins est inacceptable. L’augmentation de la longévité permet de diluer les coûts fixes (installations et équipements) et le coût de remplacement pour les vaches tout en maximisant la vie productive. Il est également connu que la réduction de la réforme augmente les revenus.

Suite >>

Maximiser le confort de la vache Nous n’obtiendrons aucun bénéfice à bien alimenter la vache, à la rendre gestante et à s’occuper de sa santé si l’on ne s’occupe pas de son bien-être général. Soyez certains que vos vaches ont un endroit sec, propre et adéquat pour manger, boire et dormir et qu’elles ont une Janvier.11

31


SECTION LACTECH ventilation suffisante. Rappelez-vous que l’entassement a un effet néfaste sur la santé des animaux et sur la performance de l’entreprise. Revenus moins le coût d’alimentation Le coût d’alimentation est un coût variable important en production laitière et doit être bien géré. En période difficile, il est tentant et accommodant de centrer les efforts sur le côté coût de l’équation. Le travail du gestionnaire consiste à maximiser le revenu moins le coût d’alimentation, ou revenu brut. Minimiser les coûts fixes En minimisant les coûts fixes, cela permet une certaine contraction des coûts variables selon les situations économiques présentes. Avez-vous les bons équipements? Pouvez-vous louer ou devezvous acheter? Avez-vous besoin de la batteuse dans le hangar? Optimisez vos ressources.

32

Janvier.11

Fidéliser les employés La plupart du temps, vous êtes concernés par la fidélité de vos employés. Cependant, les employés sont aussi concernés par la fidélité de leur employeur. Avez-vous de bonnes discussions avec vos employés? Est-ce qu’ils sont bien formés, traités et rémunérés? Soyez meneur face à l’environnement De plus en plus, les fermes laitières et l’environnement sont intimement liés. Les gagnants le savent bien. Que pouvez-vous faire pour contrôler les odeurs ou les insectes? Pouvez-vous améliorer la qualité de l’air et gérer l’eau différemment? L’industrie laitière doit garder ses bonnes relations avec ses voisins et aller au-delà de la réglementation. Nous devons retourner aux principes de bases pour nous assurer de la meilleure rentabilité.

Une société de

et


Principes fondamentaux

SECTION LACTECH

du nettoyage et de la désinfection d’une ferme laitière Les grands enjeux de la production laitière québécoise sont de toutes sortes et sont souvent tributaires d’une bonne gestion de la biosécurité. L’hygiène de l’environnement d’élevage, les opérations de nettoyage et de désinfection des bâtiments, des équipements ainsi que des réservoirs d’approvisionnement qui assurent la qualité d’eau potable destinée à l’abreuvement des animaux sont autant de facteurs à considérer afin d’assurer la salubrité des locaux ainsi que la santé du troupeau. Ils font inévitablement partie intégrante d’un bon programme de nettoyage et de désinfection. Le nettoyage représente 90 % du travail

1) L’absence de dépôts sur les surfaces : résultat d’un bon nettoyage.

Le principal objectif d’un bon nettoyage est d’enlever les dépôts visibles et invisibles des surfaces et des installations. Il est très important de rappeler que l’eau ne lave pas. Elle ne fait qu’éliminer les souillures en superficie. Le nettoyage est un travail de précision qui demande d’être vu en profondeur. D’abord, il faut connaître le type de souillures à éliminer, en plus de la surface sur laquelle elles se déposent, afin de choisir le produit le plus efficace pour la tâche. Un bon nettoyage tient compte de facteurs directement reliés à son efficacité dont la température de l’eau, le temps de contact, la technique d’application, l’action mécanique et la concentration. Le taux de concentration recommandé par les fabricants est très important et assure la sécurité du personnel en prévenant la dégradation prématurée des surfaces. Il est donc faux de croire qu’une augmentation de la concentration augmente l’efficacité du produit. Au contraire, elle pourrait nuire aux résultats.

2) L’utilisation de la concentration recommandée.

Les principes d’une bonne désinfection La fonction première d’un désinfectant est de détruire les microorganismes résiduels, c’est-à-dire ceux qui demeurent sur les surfaces à la fin du nettoyage, même si celui-ci a été fait soigneusement. Cependant, pour obtenir le meilleur rendement, il faut respecter trois conditions de base soit : Une société de

et

3) Le respect du temps de contact minimum requis selon les recommandations du fabricant. La désinfection est sans contredit la partie primordiale d’une salubrité impeccable. En plus d’assainir, la désinfection tue les bactéries pathogènes présentes dans les bâtiments et les installations. Cette étape est cruciale et détermine souvent la santé du troupeau en prévenant certaines maladies et en maintenant un niveau d’hygiène constant.

Denis Fortin, agr. Directeur des ventes West Penetone

Biofilm et bactéries : ennemis numéro 1 Le biofilm est composé de bactéries. Il adhère à une surface, souvent humide, qui devient alors une des sources de contamination les plus difficiles à contrôler. Il s’agit d’une couche protectrice invisible qui se forme sur une surface, qui recouvre et protège les virus et les bactéries contre les agressions. Bien que plusieurs bactéries soient utiles et nécessaires pour l’organisme, les bactéries pathogènes sont responsables de beaucoup de maladies infectieuses. Leur multiplication est exponentielle. Une seule bactérie génère 2 millions de cellules en 7 heures et peut atteindre plus de 1 milliard en 10 heures. Il devient donc primordial d’agir rapidement et de façon sécuritaire pour l’environnement et le troupeau afin de contrôler

Suite >> Janvier.11

33


SECTION LACTECH ou même d’enrayer les risques de maladies reliées à la prolifération de bactéries telles que la salmonelle. Il faut savoir que les désinfectants n’éliminent pas le biofilm. Seuls les actions mécaniques et les détergents sont efficaces pour diminuer les populations microbiennes des surfaces. Le lavage augmentera donc de façon significative l’efficacité du désinfectant. Programme de biosécurité à la ferme

Les 5 étapes du développement d’un biofilm en développement sur une surface dure

Les récentes initiatives en biosécurité nous rappellent à quel point il est important de développer et de maintenir des mesures qui empêchent le développement et la prolifération de maladies contagieuses. Elles gardent les producteurs en lien avec les facteurs de risque en plus de proposer des mesures préventives et correctives pour une meilleure salubrité. Un bon programme de nettoyage et de désinfection est complémentaire à la réalisation et au succès d’un tel plan. L’adoption de ces mesures prévient la persistance de certaines maladies, diminue les besoins en médicaments et les frais onéreux qui en découlent.

Le nettoyage et la désinfection en 7 étapes 1. Enlever tous les débris de la surface à nettoyer. 2. Appliquer le produit nettoyant sur toutes les surfaces. 3. Laisser agir le produit entre 3 et 5 minutes ou selon les recommandations du fabricant. 4. Rincer toutes les surfaces à l’eau claire. 5. S’assurer qu’il ne reste pas d’accumulation d’eau avant d’appliquer le désinfectant sur les planchers, les bols à eau, les mangeoires et les abreuvoirs. Une accumulation d’eau pourrait nuire à l’efficacité du désinfectant. 6. Appliquer le désinfectant sur toutes les surfaces, à la dilution recommandée. 7. Laisser sécher.

34

Janvier.11

Une société de

et


SECTION LACTECH

E G A T R O REP me de fer

CLIENT :

lvano ferme Gi e

-Thurib de Saint eau teve Garn S t e n va ouis, Y loutier, L

Guylaine C

r, agr. Patrice Fortie n laitière

n o i s n a p x L’e o n a v l i G e m r pour la Fe

uis et Yvan es frères Lo d 6 8 9 1 is u ches ep s des 80 va propriété d lu la p st n e E , e r. b ie ri aint-Thu ère de e ce dern o, située à S t une érabli conjointe d n n a o la v t il e r, G e ïs e ti a u rm m lo La Fe soya et Nicolet, ylaine C que de Gu in, céréales, riculture de si g fo in ’a n a d e u s le a o re e c c rn a É l’ ère Ga s études à ivent 1 200 ent de sa m lt se m u c e é c s in la il p , rm n m o te rme en re en lactati n du près avoir naire de la fe t la g e st io En 2009, a n e o s. n ti le c o il a ti t ta n ta n n e ie 3 000 cherie. e l’ a li m e Yvan, dev nouvelle va Guylaine et d e n c h a rg e n e n d re ’u ls p d fi Il n le o , s. ti e Stev éliorer la a se s p a rt la construc vaches, am commencé q u i lu i c è d x u , ’a a e u q in rt t la fo n y n e nt u m co G duction. Ava ssi à ce mo er plus de ro u n p a n la o st d re ’e : ît C s ro . ir c u troupea traite taient cla u et ainsi ac ce projet é ou robot de le débit d’ea r e e ll d te n sa fs e c ti e m c v g a je u , b Les o avée qui minosité, a lation libre ulation entr bles à stabu gmenter la lu b u a ta a é st , s n à e o d ti le é b la it ti ven ils ont vis es vaches. lement l’éta dividuelle d r choix final, n. C’est fina u in o le ti n r ta io te n st ê e e rr g m ’a li qui d ne limentation ts modes d’a nt garder u n ’a e d re m e fé le if m a d è ip t st c n n et utilisa arder un sy aitaient pri t souhaité g car ils souh n , o e s u il n , te u a re e a été du troup ache. lgré la taille a m , rs vache par v u u le a il e ». De plus, p D’a u o tr fet « tunnel enter le ef l’ m li e d ’a d m t u e û être im leur perm fiter au max s fosse ont d lo si e s n le en t, ci en an silos de l’agrandissem e le long de l’ maintenant 3 te t suite à été construit p a en m im ve co ât e eu b n rm de le en fe ci L’étab foin ainsi que réutiliser l’an éménagés. La e d e d d e g et la m si èer en st p l’ i sy 120 pour taries. Le étable, ce qu e de maïs. 25 pieds par s et les vaches re u ta s er pour l’ensilag p le i 0 er u 2 g q 1 lo ar ce ’y p , d s el d n n ie n afi fonctio 2 de 20 p t avant y est toujours Gilvano, c’es e de vêlages m es er u F g la va me de traite e e d u lors uligner q énérations. ne flexibilité depuis sept g veau bâti- Il faut so u le o il n m e fa L met d’avoir u e . d re e tu ir jours expansion fu culture et tou s de tout une histo e ri d n ie ag u p l’ r 2 u ar 4 o p p ar ée u p o e long le passionn rs, tout le 200 pieds d jets. D’ailleu s et un Une famil ro ée p ch es ta d at er is es ment mesure al les vach à part Steve, thousiaste à ré de traire 80 is es en L M et . m lé e. al er ât p st p in Il la large. utier la main à ouble a été Garneau-Clo e. monde met avec retrait d le rg il p la u ra e e co d d s u e ce d u èm o ts syst ng et 52 p tres enfan é, Jonathan pouces de lo esure trois au treprise. L’aîn m en l’ le e d ab ès ét l’ cc stalles ont 68 su t, inerie ien de mach cien bâtimen contribuent au ic an et l’ an s éc t d ie m an p t ex es 0 n En an e par 20 e la photo) qu’il n’est pieds de larg â- (absent d arations lors b p 0 8 e ré tt t es ce an d r n e le te p ti la n u n mai t absente de ricole et s’occ fin de bien ve en A ag s. em le le al g al et st (é s 2 lé ie 5 e. Johan compte 1 t été instal pas en servic de 6 pieds on rs u ro te p la e ti d n n ve tisse, 5 dé intact afi ables a été gar ét 2 s le e tr en mur

tio en produc Conseiller .c. Lactech s.e

36

Janvier.11

Une société de

et


SECTION LACTECH

photo), é tudie en service de aime toujo garde au urs autan cégep ma t traire le semaine e is Félicit s vaches t Samuël ations à la les fins d est présen durant le Ferme Gil e tion. t sur la m temps des vano pou T oute l’équ a c r r cette réa é h c in o ferme com ltes. Souli erie fran ipe de La lisagnons auss ctech vou pte sur D c succès p i que la s souhaite enis Matt our la réa qui y trav lisation de e, un emp un aille depu loyé fiable vos objecti is une vin prend gra fs g ! ta ine d’ann nd soin d ées et qui es animau x.

Une société de

et

Janvier.11

37


SECTION LACTECH

Ça bouge chez LES clients LACTECH !

Construction

à la Chèvrerie Des Côtes

Ce projet est pour Anne-Marie, car elle a décidé de laisser son travail à l’extérieur pour être plus présente pour la famille. Ainsi, elle pourra effectuer son travail près de la maison et ses proches pourront y participer. Ce qui est exceptionnel, c’est que cette ferme de Saint-Jean, sur l’Île d’Orléans, propriété d’AnneMarie Blouin et de Karl Rousseau, n’a pas de terrain. Elle a conclu un bail de location de 20 ans avec son voisin qui est en production laitière. Objectifs des propriétaires : • Être leur propre patron • Obtenir un revenu décent • Assurer le confort aux animaux • Faciliter leur travail Ils sont aussi propriétaires de la Ferme Karlam qui est un élevage de multiples petits animaux pour les expositions dans les centres commerciaux, les fermes de Pâques et pour les camps de vacances. René Roy, T.P. Conseiller en production laitière lactech s.e.c.

Pour revenir à la chèvrerie à proprement dit, les dimensions de la serre sont de 50 pieds par 150 et un bâtiment en bois de 30 pieds par 50 loge la salle de traite « double 16 » ainsi que la laiterie, le bureau et un espace pour ranger le foin et la moulée. Le projet, une fois terminé, pourra accueillir 192 chèvres laitières en plus de la relève, ce qui donnera à Anne-Marie son travail à temps plein ainsi que la possibilité d’en retirer un revenu intéressant.

38

Janvier.11

Une société de

et


Ça bouge chez LES clients LACTECH !

SECTION LACTECH

Une toute nouvelle chèvrerie pour Dominic Gosselin

Dominic Gosselin, de Saint-François, s’est lancé dans la production caprine laitière en novembre 2008 en transformant un hangar en chèvrerie et cela lui a permis de faire son apprentissage dans cette production.

L’objectif de la nouvelle construction était :

Au mois de septembre 2009, il entreprit la construction de sa nouvelle chèvrerie pour laquelle il a effectué la presque totalité des travaux.

• d’augmenter les revenus pour pouvoir en vivre; et

La bâtisse, d’une dimension de 56 pieds par 112, comprend la laiterie, le salon de traite, un réservoir à lait de 1 600 gallons et la pouponnière. Divisée en 12 parcs, elle a une capacité de 240 chèvres laitières. Le salon de traite comprend un « double 20 » conventionnel.

Une société de

et

• d’augmenter le nombre de chèvres; • d’améliorer le travail; • d’améliorer le confort des animaux;

• d’établir deux périodes de mise-bas : une à l’automne et une au printemps pour mieux répartir la livraison de lait.

René Roy, T.P. Conseiller en production laitière lactech s.e.c.

Le système d’alimentation pour les chèvres laitières sera composé de moulée et de paille à volonté. Il y aura quatre silos de moulée pour alimenter le troupeau selon son évolution.

Janvier.11

39


SECTION LACTECH

Ça bouge chez LES clients LACTECH !

Des pouponnières et une nouvelle salle de traite à la

Ferme Larijol

L’année 2010 a été marquée par beaucoup de changements à la Ferme Larijol de SaintGervais. Premièrement, Jean-Philippe, fils de Micheline Larrivée et Louis Jolin, est devenu actionnaire dans l’entreprise. Ils ont adopté une nouvelle façon d’alimenter le troupeau, telle que décrite dans l’édition de juillet d’Agri-Nouvelles, et ils ont finalement construit une nouvelle salle de traite et deux pouponnières.

René Roy, T.P. Conseiller en production laitière lactech s.e.c.

40

Janvier.11

Leur objectif était de réduire le temps de traite et ainsi de dégager plus de temps libres pour les propriétaires. Leur choix s’est arrêté sur un « double 30 » à sortie rapide avec salle d’attente. Dans un avenir rapproché, ils feront l’installation d’une balance électronique pour améliorer la régie et ainsi avoir un meilleur suivi du troupeau. Ils comptent aussi procéder à l’achat d’un réservoir à lait de 3 000 gallons.

porcines. Avec ce nouveau système, ils obtiennent un très bon contrôle des odeurs et n’ont pas de courants d’air. De plus, il sera facile de faire une bonne désinfection entre chaque lot, si nécessaire.

De leur côté, les deux pouponnières ont une capacité de 50 chevrettes chacune.

À la Ferme Larijol, l’accent est mis sur le confort des animaux et la facilité du travail à accomplir.

On y trouve une ventilation à extraction basse semblable à ce qu’on voit dans les maternités

Félicitations pour cet autre pas dans l’évolution de votre entreprise!

Une société de

et


Ça bouge chez LES clients LACTECH !

SECTION LACTECH

Le confort avant tout

à la Ferme Adélard Poulin et Fils La Ferme Adélard Poulin et Fils, située à Scott-Jonction, est la propriété de Patricia et Adélard Poulin ainsi que de leurs deux fils, Patrick et Daniel. À l’été 2010, les propriétaires ont entrepris des rénovations majeures en agrandissant la partie de la vacherie qui loge présentement les vaches taries et les taures. Les vaches taries vont donc être relocalisées dans de nouvelles stalles adaptées à la taille des vaches en attente du vêlage. La nouvelle partie va permettre de loger 11 têtes dans des stalles de 60 pouces de large par 70 de long. Une mangeoire en céramique de 39 pouces (3 tuiles de 13 pouces), séparée de la stalle par un muret de ciment de 14 pouces a été installée 4 pouces plus haut que les tapis de vaches pour éviter le gaspillage. La ventilation est assurée par 3 ventilateurs de 16 à 18 pouces et un ventilateur de 4 pieds pour permettre un maximum de confort durant les périodes très chaudes de l’été. Dans le but d’assurer le maximum de confort aux vaches en préparation au vêlage, pas seulement durant l’été mais durant toute l’année, les Poulin ont installé des tapis avec sous-tapis ensachés. Ceux-ci offrent l’avantage d’être très confortables et faciles d’entretien. Ces caractéristiques permettent d’offrir du confort à la vache et réduisent les risques de mammite au vêlage. La barre d’attache horizontale est à 48,5 pouces du tapis et donc à 44 pouces du côté de la mangeoire. Cette barre d’attache de 2,5 pouces de diamètre sert également à acheminer l’eau vers les bols à haut débit.

Une société de

et

Une ligne à air en acier inoxydable ainsi que des prises pour les trayeuses ont été prévues dans cette nouvelle partie pour permettre d’y tirer les vaches fraîchement vêlées. L’éclairage de cette nouvelle partie est assuré par 5 fenêtres de 5 pieds par 2 pieds et demi et 6 fluorescents de 48 pouces. De plus, une porte de garage de 8 pieds par 6 a été installée pour permettre d’entrer l’ensilage de foin en grosses balles carrées qui va représenter un gros pourcentage de l’alimentation servie dans cette partie. Au niveau des stalles, des séparateurs en « U », installés à une hauteur de 41 pouces par rapport aux tapis, permettent une manipulation plus facile des animaux. Le revêtement sur les nouveaux murs est en planche de cèdre teint. Cela a demandé plus de travail pour la finition mais le résultat en vaut vraiment le coup d’œil. Également, un plexiglass a été mis au mur pour la dernière vache dans le but d’éviter de salir le revêtement.

Dominic Nolet, agr. Conseiller en production laitière lactech s.e.c.

Lactech est fier de souligner votre dynamisme et vous souhaite un franc succès dans vos projets futurs!

Janvier.11

41


Ça bouge chez LES clients LACTECH !

SECTION LACTECH

Un projet de longue haleine pour la Ferme Brasselin

Martin Roy Représentant des ventes Lactech s.e.c.

Soucieux d’améliorer le confort de leurs animaux, Jean Asselin et Edith Breton, de SaintGervais, ont amorcé leur projet en acquérant, en 1994, la ferme du père de Jean pour ensuite acheter 80 acres de terre en 1996, 70 autres en 2005 et en louer 60 au courant des dernières années. Ces choix ont été posés afin de répondre aux besoins grandissants du troupeau au fil des ans. La première ébauche du plan de construction mise sur papier en 2004 proposait un bâtiment à stabulation entravée. Cette ébauche a été mise de côté pour faire place, en 2008, à un nouveau plan de construction de type « stabulation libre » afin notamment d’améliorer les conditions de travail au niveau de la traite et le confort du troupeau. C’est ainsi que les travaux de construction du bâtiment ont débuté en octobre 2009. Ils se sont achevés à l’été 2010 et la porte ouverte s’est tenue

Le courrier

à Ti-Mé

le 28 août dernier. Seize ans d’efforts, de travail et de rigueur ont été nécessaires à l’aboutissement de ce projet. Le nouveau bâtiment de 220 pieds par 90, à ventilation naturelle, peut loger 64 vaches en lactation, 14 vaches taries ou en préparation au vêlage et 36 sujets de remplacement. Le bâtiment possède un salon de traite « swing over 10-20 » de Westfalia Surge avec la régie de troupeau informatisée. La Ferme Brasselin possède 47 kilos-jours et espère atteindre entre 70 et 75 dans les prochaines années.

Q : Salut Ti-Mé Même si on a fait d’excellents fourrages cette année, je trouve que mes vaches tirent pas comme elles devraient tirer. Est-ce qu’on échappe quelque chose? R. : On est jamais content! Les vaches tirent pas! Mon cher, la réponse est simple, des vaches, ça tire pas, ça se fait tirer! La vraie réponse, vous l’aurez lors des journées d’information Lactech. Il y aura alors un conférencier de haut calibre qui répondra à la question « Pourquoi mes vaches ne donnent pas 45 litres de lait par jour? » Mais je peux vous donner quelques indices. Trois mots : transition, confort et consommation.

D’ici là, je vous souhaite à tous de Joyeuses Fêtes! Pour ma part, je vais les passer bien au chaud sur le sable! J’ai gâté ma femme, j’ai mis six pouces de sable avec deux chaises longues en avant du foyer du salon! Feliz Navidad

42

Janvier.11

Une société de

et


Ça bouge chez LES clients LACTECH !

SECTION LACTECH

La ferme paysanne, du rêve à la réalité

Pour Denis Fortier et Lucie Aubé, propriétaires de la Ferme Paysanne de Honfleur, le rêve de la robotisation de leur ferme ne date pas d’hier. Déjà, en 2000, lors de la construction de leur stabulation libre, cela faisait partie de leurs plans. Toutefois, comme la robotisation n’était alors pas suffisamment avancée au Québec, ces plans ont dû être mis de côté. Toutefois, ce n’était que partie remise.

le couple s’est relevé les manches et a entrepris en mars 2010 les démarches visant à remettre sur les rails leur projet. Les travaux de construction des bâtiments ont débuté en juillet 2010 et l’inauguration de la ferme à la fine pointe de la technologie a eu lieu le 26 septembre dernier.

En effet, la famille Fortier-Aubé a su se relever de l’incendie qui a détruit leurs installations le 11 septembre 2009 en redonnant à nouveau vie à leur rêve de robotiser leur ferme. C’est ainsi, après bien des questionnements et des hésitations, que

Des avantages de la robotisation ont déjà été observés : productivité accrue, horaires plus flexibles facilitant l’embauche d’employés, amélioration de la qualité de l’environnement de travail des employés ainsi que du confort des animaux.

Martin Roy Représentant des ventes Lactech s.e.c.

Le nouveau bâtiment de 266 pieds par 90 permet de garder : • 65 vaches en production traites par un robot De Laval; • 9 vaches en transition; • 18 vaches taries ou en préparation; et • 60 génisses de remplacement nourries avec un robot nourrisseur. L’ensemble des animaux est alimenté par une RTM automatique. La litière est également automatisée. Une société de

et

Janvier.11

43


SecTioN LAcTecH

stéphane blais

se joint à Lactech Lactech est heureuse d’avoir ajouté à son équipe monsieur Stéphane Blais à titre de conseiller en production laitière. Diplômé de l’ITA de La Pocatière en gestion et exploitation d’entreprise agricole et issu d’une famille de producteurs laitiers de Saint-Joseph-de-la-PointeLévy, il a pris les rennes de l’entreprise familiale qu’il a exploitée au cours des 16 dernières années. en plus de voir à la croissance de sa ferme, il s’est activement impliqué dans les diverses associations agricoles de son milieu, notamment dans son syndicat de base de l’UPA, au sein de la Relève agricole Lévis-Bellechasse, dans son Groupe Conseil Agricole et dans la Société d’agriculture de sa région. Ses collègues de Lactech vous invitent à lui souhaiter le succès dans ses nouvelles fonctions.

44

Janvier.11

une société de

et


SecTioN LAcTecH

résultats d’expositions 2010 JeuNes éleVeurs (photos page 47) HoLSTeiN Ferme Réal Bérubé & Fils inc. Bar Denison meggie (photo 1) cacouna 1re Génisse Intermédiaire et Mention honorable Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte (Sonia Bérubé) Bar charter Figue (photo 2) 1re 1 an Junior et Grande Championne Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte (Caroline Bérubé) Bar Goldwyn Victory 2e 1 an Junior Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte (Valérie Bérubé) 1re Bannière Exposant et Éleveur Jeunes Éleveurs Expo de l’Isle-Verte Jacobs Goldwyn nicky (photo 3) 5e Génisse Junior Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Lorrie Laroche) 1re Génisse Junior Jeunes Éleveurs expo Portneuf (Lorrie Laroche) Jacobs Denison Jacklyn (photo 4) 2e 1 an Été Canadian 4-h Classic Junior expo Royale Toronto (Laurie Jacobs) 2e 1 an Été Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Laurie Jacobs) 1re 1 an Été et Grande Championne Jeunes Éleveurs expo Portneuf (Laurie Jacobs)

Ferme Jacobs inc. cap-santé

rondelaine Finale Excella 2e Génisse Intermédiaire Jeunes Éleveurs expo Bécancour (Marvin Rondeau)

Ferme Rondelaine inc. Fortierville

Ferme de la Plaine holstein inc. Delaplaine Damion serba isle-Verte 2e Génisse Senior Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte (Justin Caron) Delaplaine Damion camille 1re 1 an Été Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte (Nicolas Caron) 2e Bannière Exposant et Éleveur Jeunes Éleveurs Expo de l’Isle-Verte Ferme Roland Caron inc. Laurierville

savaron Goldwyn Beauty 1re 1 an Été Jeunes Éleveurs de l’Érable, Plessisville (Philippe Gagnon)

Ferme Déliska enr. Les Éboulements

Deliska Karmine Jasper 2e 1 an Été Jeunes Éleveurs expo Chicoutimi (Katy Morin) Floroma Dolman Beverly 2e Génisse Senior Jeunes Éleveurs expo Portneuf (Marie-Pier Vincent) Floroma Bolivia abba 2e 1 an Junior Jeunes Éleveurs expo Portneuf (Marie-Pier Vincent)

Ferme Floroma inc. Pont-rouge

rondelaine Finale Excella 2e Génisse Intermédiaire Jeunes Éleveurs expo locale Lerclercville (Steven Guimond)

Ferme Guimondale inc. saint-Edouard une société de

et

B. Lehoux & Fils inc. saint-Elzéar

Lehoux Paramount Felicity 2e 1 an Junior Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière (Antoine Lecoat) Lehoux sidney White 7e Génisse Senior Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Pier-olivier Lehoux) 2e Génisse Senior Jeunes Éleveurs expo Bassin de la Chaudière St-Isidore (Pier-olivier Lehoux)

Ferme h. Marcoux & Fils inc. marcon Dundee Goli saint-Elzéar 2e Génisse Senior Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière (Marika Boissonneault) Delestrie Goldwyn regina (photo 5) 1re 1 an Été et Championne de réserve Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière (Sabrina Boissonneault) Ferme Rolandale enr. saint-Flavien

Jolibois Bonnie Laurin 9e Génisse Intermédiaire Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Rosalie Dubois) 1re Génisse Intermédiaire et Championne de réserve Jeunes Éleveurs expo locale St-Gilles/St-Agapit (Rosalie Dubois) 2e Génisse Intermédiaire Jeunes Éleveurs expo Lotbinière (Rosalie Dubois) Jolibois Debutante sanchez (photo 6) 6e Génisse Intermédiaire Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Marc-André Dubois) 2e Génisse Intermédiaire et Mention honorable Jeunes Éleveurs expo locale St-Gilles/St-Agapit (Marc-André Dubois) 1re Génisse Intermédiaire et Championne de réserve Jeunes Éleveurs expo Lotbinière (Marc-André Dubois)

Ferme Vert d’or inc. sainte-Hélène

Vertdor Goldwyn Winner 6e 1 an Junior Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Jonathan Morin)

Ferme Arolène inc. saint-isidore

Beaucoise arolene Ender 2e Génisse Intermédiaire Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière (Anthony Lévesque)

Ferme 2 L enr. saint-isidore

DeuxL Laurin rosemary 1re 1 an Junior Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière (Pier-Ann Fournier)

Bertrand Boutin & Fils inc. st-Jean de la Lande

Bergitte Bolivia mina 2e Génisse 1 an Été expo-Génisses de St-odilon (Anthony Boutin)

Ferme Duhibou inc. saint-Lambert

Limbra Denison Trixy 2e Génisse Junior Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière (Alexandra Labbé) Duhibou mr sam Fammy 2e Génisse Intermédiaire Jeunes Éleveurs expo B.B.Q. Bellechasse (Maude Labbé)

Ferme Géno inc. saint-marc-des-carrières

Trefle spicy Jasper 1re 1 an Été Jeunes Éleveurs expo Trois-Rivières (Guillaume Trottier) Geno shottle Lili ann 2e 1 an Été Jeunes Éleveurs expo Portneuf (Guillaume Trottier) Geno Pronto adelaide (photo 7) 1re 1 an Junior Jeunes Éleveurs expo Portneuf (Richard-Alex Naud) Janvier.11

45


SecTioN LAcTecH

résultats d’expositions 2010 JeuNes éleVeurs (photos page 47) Ferme Duhamel SeNC sainte-marie

Duhamel roy rosa 9e 1 an Été Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Lina Beaudoin)

Ferme Clauma SeNC saint-maurice

clauma shottle olivera 1re Génisse Senior et Grande Championne Jeunes Éleveurs expo Champlain-Laviolette (Pierre-Luc Massicotte)

Drolie Goldwyn spikel (photo 10) 5e Génisse Senior Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Samuel Drolet) 1re Génisse Senior Jeunes Éleveurs expo Portneuf (Samuel Drolet)

AYrSHire Denis Dionne Kamouraska

Du cap Vitalik nomade 1re 1 an Été Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (Caroline Chouinard)

Ferme SSK7 inc. saint-maurice

coradie Dolman mima 502 (photo 8) 2e Génisse 1 an Été Jeunes Éleveurs expo Champlain-Laviolette (Pascal Cossette)

Ferme Kamouraska 2000 inc. Kamouraska

Kamouraska Kara Xanie 2e Génisse Junior et Mention honorable Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (Xavier Morneau)

Ferme Bilowic SeNC saint-odilon

Bilowic shottle mesee 2e Génisse Senior expo-Génisses de St-odilon (Sarah-Maude Bilodeau)

Ferme des Crêtes SeNC saint-agapit

Ferme Carhol SeNC saint-odilon

carhol Director-red Dady 1re Génisse Junior expo-Génisses de St-odilon (Alycia St-hilaire) carhol Dunsten chane 2e Génisse Intermédiaire expo-Génisses de St-odilon (Anthony St-hilaire) carhol Thunder monica 2e 1 an Junior expo-Génisses de St-odilon (Laurie Carbonneau) carhol Thunder cinoble red 2e 1 an Junior Jeunes Jeunes Éleveurs expo Bassin de la Chaudière St-Isidore (Keven Giguère) 1re Bannière Éleveur Junior (ex-aequo) Expo-Génisses de St-Odilon

Des cretes Wanbec (photo 11) 3e 1 an Été Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (David Bilodeau) Grande Championne Jeunes Éleveurs expo locale St-Gilles/St-Agapit (David Bilodeau) Des crêtes Wankounette (photo 11) 3e Génisse Intermédiaire Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Anthony Bilodeau) Championne de réserve Jeunes Éleveurs expo locale St-Gilles/St-Agapit (Anthony Bilodeau)

Ferme Charest (2001) inc. saint-alexandre-de- Kamouraska

chaluka Jojo Xelanie 1re Génisse Junior et Championne de réserve Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (Louis-Philippe Dionne) chaluka ristourne Volage 6e Génisse Intermédiaire Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Pier-Luc Charest) 1re Génisse Intermédiaire Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (Pier-Luc Charest) chaluka ideostar Veloutee 2e Génisse Senior Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (Alexis Marquis) chaluka Poker Varicelle 2e 1 an Été Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (Christopher Bouchard) chaluka raven Vanille 1re 1 an Junior Canadian 4-h Classic Junior expo Royale Toronto (Annick Michaud) 1re 1 an Junior, Championne et Réserve Suprême Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Annick Michaud) 1re 1 an Junior et Grande Championne Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (Annick Michaud)

Ferme Franguimel inc. saint-odilon

Franguimel shottle Fazzy (photo 9) 1re Génisse Intermédiaire et Mention honorable expo-Génisses de St-odilon (Vincent Pouliot) 2e Génisse Intermédiaire Jeunes Éleveurs expo Bassin de la Chaudière St-Isidore (Vincent Pouliot)

Ferme Jateau inc. saint-odilon

Jateau Burnish Bichette 2e Génisse Junior expo-Génisses de St-odilon (Mattis Vachon)

elka holsteins saint-Pascal

Elka Brae Goldwyn carla 2e Génisse Senior Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (Julien Beaulieu)

Ferme Dulet inc. saint-Pascal

Dulet Lou Lolipop 4e 1 an Junior Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Alexandre Dumais) 1re 1 an Junior et Grande Championne Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (Alexandre Dumais)

Ferme Martinale SeNC martinale Goldwyn Fleur saint-Pierre-de-la-rivière-du-sud 4e 1 an Été Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Jim Fiset)

46

Ferme Drolet & Fils saint-raymond

Janvier.11

Ferme Guimondale inc. saint-Edouard

Du murier Poker Daisy (photo 12) 1re 1 an Été Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Étienne Guimond) 1re 1 an Été et Grande Championne Jeunes Éleveurs expo locale Lerclercville (Étienne Guimond) 1re 1 an Été Jeunes Éleveurs expo Lotbinière (Étienne Guimond) une société de

et


SecTioN LAcTecH

résultats d’expositions 2010 JeuNes éleVeurs JerSeY Ferme Réal Bérubé & Fils inc. markani Julian melany (photo 13) cacouna 1re 1 an Senior et Grande Championne Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte (Valérie Bérubé) Guimo celebrity Ursule 2e Génisse Junior Jeunes Éleveurs expo B.B.Q. Bellechasse (Joël Lemieux-Brisson) Guimo carrier Ursa ET 2e Génisse Senior Jeunes Éleveurs expo B.B.Q. Bellechasse (Joël Lemieux-Brisson) Guimo advice Ursula (photo 14) 2e 1 an Junior Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Marie-Christine Leclerc) 1re 1 an Junior Jeunes Éleveurs expo B.B.Q. Bellechasse (Camille Lemieux-Brisson)

Ferme Guimo saint-Gervais

photo 1 :

Bar Denison meg gie (Sonia Bérubé)

photo 2 :

Bar charter Figue (Caroline Bérubé)

photo 6 :

Jolibois Deb utante sanchez (Marc-André Dubois)

elaide photo 7 : Geno Pronto ad (Richard-Alex Naud)

photo 11 : Des c

rêtes oker Du murier P Wankounette photo 12 : Daisy (Anthony Bilodeau) mond) (Étienne Gui Des crêtes Wanbec (David Bilodeau)

une société de

et

Ferme Sous l’ombre inc. sainte-Hélène

indigo senior Jenny 2e Génisse 1 an Été et 1 an Junior Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (emmanuelle Lajoie)

Jacques Couture saint-Henri

sleegerholm iatola mary Lee 3e Génisse Senior Classique Jeunes Éleveurs expo Québec (Marc-Antoine Couture)

Ferme Arolène inc. saint-isidore

arolene Governor Trixie (photo 15) 1re 1 an Été et Grande Championne Jeunes Éleveurs expo B.B.Q. Bellechasse (Virginie Corriveau) rapid Bay Whistler mamie 89 ET 2e 1 an Été Jeunes Éleveurs expo B.B.Q. Bellechasse (Mélissa Corriveau)

Elka sultan Tresor 2e Génisse Junior et Intermédiaire et Mention honorable Jeunes Éleveurs expo Kamouraska (emmanuelle Belley-Pelletier)

elka holsteins saint-Pascal

dwyn Jacobs Gol nicky e) (Lorrie Laroch

photo 3 :

photo 8 :

coradie Dolman mima 502 (Pascal Cossette)

photo 13 : m

arkani Julian melany (Valérie Bérubé)

photo 4 :

photo 5 :

Jacobs Denison Jack

photo 9 :

lyn

Franguimel shottle Fazzy (Vincent Pouliot)

ice Ursula : Guimo adv photo 14 ieux-Brisson) m Le e ill (Cam

Delestrie Goldwyn regina ault) (Sabrina Boissonne

photo 10

: Drolie Goldw yn spikel (Samuel Drolet )

photo 15

: arolene Gov ernor Trixie (Virginie Cor riveau)

Janvier.11

47


SecTioN LAcTecH

coNcours de PréseNtatioN – JeuNes éleVeurs • Classe Meilleur Jeune Intermédiaire Jeunes Éleveurs expo ChamplainLaviolette : 1re position : Pascal Cossette • Concours de présentation 13 à 16 ans Jeunes Éleveurs expo ChamplainLaviolette : 1re position : Pascal Cossette • Concours de présentation 10 ans et moins expo-Génisses de St-odilon : 1re position : Sarah-Maude Bilodeau • Classe de présentation 13 à 16 ans Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte : 2e position : Charlie Caron • Classe de présentation 17 à 21 ans Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte : 1re position : Caroline Bérubé • Classe de présentation 17 à 21 ans Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte : 2e position : Valérie Bérubé • Championnat de présentation Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte : Grande Championne : Caroline Bérubé (photo ci-dessous)

• Championnat de présentation Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte : Championne de réserve : Valérie Bérubé • Bannière performance individuelle Jeunes Éleveurs expo de l’Isle-Verte : 2e position : Nicolas Caron • Concours de présentation 10 ans et moins Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière : 1re position: Maude Labbé • Concours de présentation 10 ans et moins Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière : 2e position: Alexandra Labbé • Concours de présentation 14 à 17 ans Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière : 1re position: Marika Boissonneault (photo ci-contre) • Concours de présentation 14 à 17 ans Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière : 2e position: Lina Beaudoin • Concours de présentation 18 à 25 ans Jeunes Éleveurs expo locale Bassin de la Chaudière : 1re position: Antoine Lecoat • Concours de présentation 17 à 21 ans Jeunes Éleveurs expo Portneuf : 1e position : Samuel Drolet • Concours de présentation 17 à 21 ans Jeunes Éleveurs expo Portneuf : 2e position : Laurie Jacobs • Concours de présentation 22 à 25 ans Jeunes Éleveurs expo Portneuf : 1e position : Alexandre Rochon (photo ci-contre)

48

Janvier.11

• Classe Meilleur Jeune 17 à 21 ans Jeunes Éleveurs expo Portneuf : 1re position : Samuel Drolet • Classe Meilleur Jeune 17 à 21 ans Jeunes Éleveurs expo Portneuf : 2e position : Laurie Jacobs • Concours de présentation 13 à 16 ans Jeunes Éleveurs expo locale St-Gilles/ St-Agapit : 1re position : Rosalie Dubois • Concours de présentation 17 ans et plus Jeunes Éleveurs expo locale St-Gilles/ St-Agapit : 2e position : MarcAndré Dubois • Concours de présentation 10 ans et moins Jeunes Éleveurs expo Bassin de la Chaudière 1re position: Maude Labbé ( photo ci-contre) • Concours de présentation 11 à 13 ans Jeunes Éleveurs expo Bassin de la Chaudière 1 re position: Marika Boissonneault • Concours de présentation 6 à 9 ans Jeunes Éleveurs expo Kamouraska : 2 e position : Gabriel BelleyPelletier • Concours de présentation 13 à 16 ans Jeunes Éleveurs expo Kamouraska : 2e position : Pier-Luc Morin • Concours de présentation 17 à 21 ans Jeunes Éleveurs expo Kamouraska : 2e position : Jonathan Morin • Concours de présentation 13 à 16 ans Jeunes Éleveurs expo Lotbinière : 1re position : Rosalie Dubois (photo ci-dessous)

• Concours de présentation 17 à 21 ans Jeunes Éleveurs expo Lotbinière : 2e position : Marc-André Dubois • Concours de présentation 9 ans et moins – Classique Jeunes Éleveurs expo Québec : 3e position : Julienne Naud • Concours de présentation 13 à 16 ans – Classique Jeunes Éleveurs expo Québec : 2e position : Rosalie Dubois • Concours de présentation 13 à 16 ans – Classique Jeunes Éleveurs expo Québec : 10e position : Lina Beaudoin • Concours de présentation 17 à 21 ans – Classique Jeunes Éleveurs expo Québec : 3e position : Laurie Jacobs • Concours de présentation 17 à 21 ans – Classique Jeunes Éleveurs expo Québec : 5e position : Samuel Drolet • Concours de présentation 17 à 21 ans – Classique Jeunes Éleveurs expo Québec : 9e position : Marc-André Dubois • Concours de présentation Intermédiaire Canadian 4-h Classic Junior expo Royale Toronto : 4e position : Annick Michaud une société de

et


SecTioN LAcTecH

résultats d’expositions 2010 (photos pages 54-55) HoLSTeiN Ferme Aurizon SeNC audet

Gleann Goldwyn advocate 2e 3 ans Junior expo Beauce

Ferme Lesperron inc. Bury

Lesperron rapture anastasia (photo 1) 1re 5 ans et Meilleur pis expo Cookshire Lesperron Jasper Gotique 2e 5 ans et Beauté et Utilité expo Cookshire Lesperron First class suntan 2e 6 ans et plus expo Cookshire 2e Troupeau d’éleveur Expo Cookshire

Ferme Réal Bérubé & Fils inc. Bar Denison meggie cacouna 1re Génisse Intermédiaire et Championne Junior de réserve expo Témiscouata Bar Bookmaker sourire 2e Génisse Senior expo Témiscouata Bar charter Figue 1re 1 an Junior et Championne Junior expo Témiscouata shadowave James saucy 1re 5 ans, Meilleur pis et Mention honorable expo Témiscouata 1re 5 ans et Meilleur pis expo Rimouski Bar Goldwyn Victory 2e 1 an Junior expo Rimouski 1er Troupeau d’éleveur Junior Expo Témiscouata 1re Bannière Exposant Junior (ex-aequo) Expo Témiscouata 1re Bannière Éleveur Junior Expo Témiscouata Jacobs Laurin Belga 7e Génisse Senior expo Printemps 7e Génisse Senior e.I.h.Q. St-hyacinthe 7e Génisse Senior expo Québec 2e Génisse Senior expo Trois-Rivières 2e Génisse Senior expo Portneuf Jacobs Laurin Belleza 10e Génisse Senior expo Printemps Jacobs Denison Jacklyn 1re 1 an Été et Mention honorable Junior expo Printemps 4e 1 an Été expo Québec 1re 1 an Été expo Trois-Rivières 1re 1 an Été et Championne Junior de réserve expo Portneuf ms Elmvue Durham Kara-ET 8e 2 ans Senior expo Printemps crasdale Dundee Liza 3e 3 ans Junior expo Printemps Jacobs Goldwyn Britany 6e 3 ans Junior expo Printemps 7e 3 ans Junior expo Québec Jacobs Jasper Geny 3e 1 an Été expo Québec 2e 1 an Été expo Trois-Rivières 2e 1 an Été expo Portneuf Jacobs Goldwyn Emory (photo 2) 5e 3 ans Senior expo Québec 1re 3 ans Senior et Grande Championne de réserve expo Trois-Rivières Jacobs Goldwyn nicky 2e Génisse Junior expo Portneuf

Ferme Jacobs inc. cap-santé

une société de

et

Jacobs Duplex Brook 4e Génisse Intermédiaire e.I.h.Q. St-hyacinthe 3e Génisse Intermédiaire expo Québec 2e Génisse Intermédiaire expo Portneuf Jacobs Duplex alana 6e 4 ans expo Québec 1re 4 ans et Meilleur pis expo Portneuf Jacobs sanchez obese 8e Génisse Intermédiaire expo Québec Goldenset Goldwyn Plenty 5e Génisse Senior expo Québec Jacobs Jasper abella (photo 3) 3e 2 ans Junior expo Royale Toronto 8e 2 ans Junior e.I.h.Q. St-hyacinthe 3e 2 ans Junior expo Québec Jacobs Dundee Voltage (photo 4) 3e 3 ans Senior expo Royale Toronto 6e 3 ans Senior e.I.h.Q. St-hyacinthe 8e 3 ans Senior expo Québec Jacobs atwood melody 3e Génisse d’Été e.I.h.Q. St-hyacinthe Jacobs minister aima (photo 5) 10e 1 an Senior en lait expo Royale Toronto 7e 1 an Senior en lait e.I.h.Q. St-hyacinthe 2e Troupeau d’éleveur Expo Royale Toronto 2e Bannière Éleveur Junior E.I.H.Q St-Hyacinthe 2e Bannière Éleveur E.I.H.Q. St-Hyacinthe 2e Troupeau d’éleveur Junior Expo Printemps 2e Bannière Éleveur Junior Expo Printemps 2e Troupeau d’éleveur Junior Expo Québec 2e Bannière Exposant et Éleveur Junior Expo Québec 1er Troupeau d’éleveur Expo Québec 1re Bannière Éleveur Expo Québec 1er Troupeau d’éleveur Junior Expo Trois-Rivières 2e Bannière Exposant Junior Expo Trois-Rivières 1re Bannière Éleveur Junior (ex-aequo) Expo Trois-Rivières 2e Bannière Exposant Expo Trois-Rivières 1re Bannière Éleveur Expo Trois-Rivières 1er Troupeau d’éleveur Junior Expo Portneuf 1re Bannière Exposant et Éleveur Junior Expo Portneuf 2e Troupeau d’éleveur Expo Portneuf

Ferme Jacobs inc. et Ty-D holsteins cap-santé

ms Elmvue Durham Kara 7e 2 ans Senior expo Québec 2e 2 ans Senior expo Trois-Rivières applevue Toystory Gabby 7e 2 ans Junior expo Québec Valleyville Lheros Jenn 3e 5 ans expo Québec

Ferme Jacobs inc., Ty-D holsteins, Ferme Drolet & Fils et A. & R. Boulet inc. cap-santé/saint-raymond

Bonaccueil maya Goldwyn (photo 6) 5e 3 ans Senior expo Royale Toronto 6e 3 ans Senior expo Québec

Ty-D holsteins et Ferme Ricagri inc. cap-santé

milibro Goldwyn rawy 4e 1 an Intermédiaire expo Québec Janvier.11

49


SecTioN LAcTecH

résultats d’expositions 2010 (photos pages 54-55) Ty-D holsteins, Ferme Gilly holstein et Intense holstein cap-santé

Gilly Jasper stacey 1re 2 ans Junior, Meilleur pis et Mention honorable expo Portneuf

Ty-D holsteins, Ferme Gilly holstein, Intense holstein et Ferme Kamlake cap-santé

Gilly Jasper stacey 6e 2 ans Junior expo Québec

Ferme Rondelaine inc. Fortierville

rondelaine Finale Excella 1re Génisse Intermédiaire expo Bécancour

Dany-Pierre Rondeau, Ferme MCF inc et Maxime hébert Fortierville

Frater Duplex Jeromelle 9e Génisse d’Été e.I.h.Q. St-hyacinthe

Ferme Bard inc. La Pocatière

Bard mr sam Tracylle 1re 1 an Senior expo Kamouraska

Ferme Déliska enr. Les Éboulements

Deliska Lolita Denison 2e Génisse Senior expo orléans Deliska Karmine Jasper 1re 1 an Été et Championne Junior expo orléans Deliska angel Promotion 1re 1 an Senior expo orléans

B. Lehoux & Fils inc. saint-Elzéar

Ferme Rolandale enr. saint-Flavien

Dalac Harley inquirer 2e Progéniture de mère expo Bassin de la Chaudière St-Isidore claudor Lyone Bolton 1re 2 ans Senior, Meilleur pis et Grande Championne de réserve expo Cookshire Jetset rd Hell’s angel 2e 2 ans Senior expo Cookshire Lehoux Bolton suzette (photo 8) 2e 2 ans Senior expo Bassin de la Chaudière St-Isidore Lehoux B Goldwyn ruby (photo 9) 2e 4 ans expo Bassin de la Chaudière St-Isidore riter Goodluck stone 1re 5 ans et Meilleur pis expo Bassin de la Chaudière St-Isidore Lehoux aerocerf Francine (photo 10) 1re 6 ans et plus, Grande Championne, Championnat Propriété élevée et Beauté et Utilité expo Bassin de la Chaudière St-Isidore 1er Troupeau d’éleveur Expo Bassin de la Chaudière St-Isidore 1re Bannière Exposant et Éleveur Expo Bassin de la Chaudière St-Isidore Jolibois Patty Jasper 5e 1 an Senior expo Printemps 4e 1 an Senior expo Québec 1re 1 an Senior et Championne Junior de réserve expo Lotbinière Jolibois Bonnie Laurin 2e Génisse Intermédiaire expo Lotbinière

Lejeune Laurin ariane 1re Génisse Junior expo Témiscouata Lejeune mayhem rosalie 2e 1 an Été expo Témiscouata Lejeune roy arbisson 2e 2 ans Senior expo Témiscouata Jacobs Goldwyn Brandy 1re 3 ans, Meilleur pis et Grande Championne expo Témiscouata 1re Bannière Exposant Junior (ex-aequo) Expo Témiscouata

Martin & Renaud Boutin inc. sartigan Goldwyn Destinee (photo 11) saint-Georges 2e 4 ans et Beauté et Utilité expo Beauce sartigan Jenus satinee 2e 6 ans et plus expo Beauce sartigan storm soyeuse 2e Progéniture de mère expo Beauce 2e Bannière Exposant et Éleveur Expo Beauce

Irlande holsteins Pintendre

Louidgi redliner Trissia 1re 1 an Été Rouge et Blanc expo Printemps

Ferme Élégance inc. saint-Gervais

Vibros redman X Girl 6e 5 ans expo Québec

Ferme Floroma inc. Pont-rouge

Floroma Dolman Beverly 4e Génisse Senior expo Québec 1re Génisse Senior et Mention honorable Junior expo Portneuf

Ferme Vert d’or inc. sainte-Hélène

Vertdor Goldwyn corine 2e 1 an Intermédiaire expo Kamouraska Vertdor Goldwyn anika 2e 1 an Senior expo Kamouraska

Ferme Arolène inc. saint-isidore

arolene Bolton Jadis 2e 2 ans Junior expo Bassin de la Chaudière St-Isidore combination Lucky Genie 2e 3 ans Senior expo Bassin de la Chaudière St-Isidore Limbra Prelude andry (photo 12) 2e 6 ans et plus et Grande Championne de réserve expo Bassin de la Chaudière St-Isidore

Lejeune holsteins Lejeune

Barbara Paquet & Sylvio Rodrigue saint-côme-Linière

50

Jetset holstein saint-côme-Linière

roquet Davidson audini 1re 4 ans expo Bassin de la Chaudière St-Isidore redbridge integrity Joanne 1re Progéniture de mère expo Bassin de la Chaudière St-isidore roquet sacha Dolman 2e 2 ans Senior expo Beauce irlande Jasper coleen (photo 7) 1re 5 ans, Meilleur pis et Grande Championne expo Beauce roquet integrity Joanne 1re Progéniture de mère expo Beauce 2e Bannière Exposant et Éleveur Expo Bassin de la Chaudière St-Isidore Janvier.11

Ferme Arolène inc. et Ferme Lacnor inc. saint-isidore

Tri-Koebel-i Durham Elegance 1re 2 ans Senior et Championne Intermédiaire de réserve expo Chicoutimi

Ferme Bertrand Boutin & Fils Bergitte Goldwyn style (photo 13) saint-Jean-de-la-Lande 1re 3 ans Senior et Meilleur pis expo Beauce une société de

et


SecTioN LAcTecH

résultats d’expositions 2010 (photos pages 54-55) Ferme Belhorizon inc. Belhorizon royale Xacobeo saint-Jean-de-l’Île-d’orléans 2e Génisse Junior expo orléans Belhorizon chanel Taxcut 2e 1 an Senior expo orléans 1re Bannière Exposant Junior Expo Orléans Jean Létourneau mitan Disa restless saint-Jean-de-l’Île-d’orléans 1re Génisse Senior expo orléans mitan Elodie shaquille 2e 1 an Junior expo orléans 2e Bannière Exposant Junior Expo Orléans Louidgi redliner shannon red (photo 14) 5e Génisse Intermédiaire Rouge et Blanc World Dairy expo Madison 2e Génisse Intermédiaire Rouge et Blanc e.I.h.Q. St-hyacinthe

Ferme Lessard & Fils inc. saint-Joseph

Ferme Duhibou inc. saint-Lambert

Boulet interity chanty 1re 2 ans Junior et Meilleur pis expo Bassin de la Chaudière St-Isidore

Ferme Larochelle SeNC saint-Lazare

Beaucoise ritzy carle 7e 1 an Junior Rouge et Blanc expo Printemps Larochelle G salto sophie 2e 1 an Intermédiaire Rouge et Blanc expo Royale Toronto 2e 1 an Intermédiaire Rouge et Blanc e.I.h.Q. St-hyacinthe 2e 1 an Intermédiaire Rouge et Blanc expo B.B.Q. Bellechasse 2e 1 an Intermédiaire Rouge et Blanc expo Bassin de la Chaudière St-Isidore

Ferme Larochelle SeNC et Marc-Antoine Couture saint-Lazare/saint-Henri

Larochelle G salto sophie 4e 1 an Intermédiaire Rouge et Blanc expo Printemps

Ferme Géno inc. saint-marc-des-carrières

Geno shottle alibie 10e Génisse Intermédiaire expo Printemps Geno Pronto adelaide 2e 1 an Junior expo Portneuf Geno Pronto renatane 2e 1 an Intermédiaire expo Portneuf agrivente Lheros carla 2e 6 ans et plus et Meilleur pis expo Portneuf Vidia shaquille mavryka 5e Génisse Junior Rouge et Blanc e.I.h.Q. St-hyacinthe

Ferme Clauma SeNC saint-maurice

clauma shottle olivera (photo 15) 1re Génisse Senior et Championne Junior expo Champlain-Laviolette

Ferme Lainson 2002 inc. saint-maurice

Lainson Hybride Goldwyn (photo 16) 2e 4 ans expo Portneuf

Ferme SSK7 inc. saint-maurice

coradie Dolman mima 502 2e 1 an Été expo Champlain-Laviolette

Ferme Duhamel SeNC sainte-marie

Duhamel alexander Dante 2e Génisse Intermédiaire expo Bassin de la Chaudière St-Isidore 1re Génisse Intermédiaire expo Beauce Duhamel roy rosa 2e 1 an Été expo Bassin de la Chaudière St-Isidore 1re 1 an Été expo Beauce

une société de

et

Jeanmar Titanic Donna (photo 17) 2e 5 ans expo Bassin de la Chaudière St-Isidore 2e 5 ans expo Beauce 2e Bannière Exposant et Éleveur Junior Expo Bassin de la Chaudière St-Isidore

Les Fermes Turmel inc. sainte-marie

Beaucoise Fortune nevada 2e 3 ans Junior expo Bassin de la Chaudière St-Isidore

Ferme Carhol SeNC saint-odilon

carhol Jonah manthy 1re Génisse d’Été Rouge et Blanc e.I.h.Q. St-hyacinthe carhol Thunder monica 3e 1 an Junior Rouge et Blanc e.I.h.Q. St-hyacinthe carhol Thunder cinoble red 4e 1 an Junior Rouge et Blanc e.I.h.Q. St-hyacinthe 2e Bannière Exposant Junior Rouge et Blanc E.I.H.Q. St-Hyacinthe

elka holsteins saint-Pascal

Elka D Fortune Lady Dy 2e Génisse Senior et Mention honorable Junior expo Kamouraska Elka Brae Goldwyn anastasia 2e 1 an Été expo Kamouraska 2e Troupeau d’éleveur Junior Expo Kamouraska 2e Bannière Exposant et Éleveur Junior Expo Kamouraska

Ferme Dulet inc. saint-Pascal

Dulet Lou Lolipop 1re 1 an Junior expo Kamouraska Dulet stormatic anna 2e 3 ans Senior expo Kamouraska norca alexander Tweetie 2e Génisse Intermédiaire expo Kamouraska

Norca holstein saint-Pascal

olivier Leclerc et regancrest BH Daphane DPR Genetics 2e 2 ans Junior expo Bécancour saint-Patrice-de-Beaurivage/ Fortierville Ferme Parkhurst inc., saint-Patrice-de-Beaurivage

Ferme Drolet & Fils saint-raymond

regancrest-BH Daphane (photo 18) 1re 2 ans Junior et Meilleur pis expo Lotbinière Parkhurst Performance averly (photo 19) 2e 5 ans expo Lotbinière Drolie Goldwyn spikel 5e Génisse Senior expo Printemps Drolie Goldwyn Happen (photo 20) 6e 3 ans Junior e.I.h.Q. St-hyacinthe 4e 3 ans Junior expo Québec 1re 3 ans Junior, Meilleur pis et Beauté et Utilité expo Portneuf antelimarck sandria Goldwyn (photo 21) 1re 3 ans Senior expo Bécancour 2e 3 ans Senior expo Trois-Rivières 1re 3 ans Senior, Meilleur pis et Grande Championne expo Portneuf Drolie rudolph Fantaisie 1re Progéniture de mère expo Portneuf Janvier.11

51


SecTioN LAcTecH

résultats d’expositions 2010 (photos pages 54-55) Drolie Jolt Happy (photo 22) 2e Progéniture de mère expo Portneuf Drolie Touchdown nutam 3e Génisse Senior Rouge et Blanc e.I.h.Q. St-hyacinthe 1er Troupeau d’éleveur Expo Portneuf 2e Bannière Exposant et Éleveur Expo Portneuf

Ferme Drolet & Fils saint-raymond

Ferme Drolet & Fils, Ferme Augure inc. et Damestar holstein saint-raymond

Damestar sanchez ima (photo 23) 3e Génisse Junior expo Royale Toronto 2e Génisse Junior e.I.h.Q. St-hyacinthe 3e Génisse Junior expo Québec 1re Génisse Junior expo Bécancour 2e Génisse Junior expo Trois-Rivières

Ferme Riter 2010 inc. et B. Lehoux & Fils inc. saint-sylvestre/saint-Elzéar

riter Goodluck stone (photo 24) 8e 5 ans expo Québec 1re 5 ans, Mention honorable et Championnat Propriété élevée et Beauté et Utilité expo Lotbinière

Ferme Fernand Boivin inc. saint-Tite-des-caps

Goeland Fbi Lili rose 1re Génisse Intermédiaire et Mention honorable Junior expo orléans

Ferme Nelson Rochon & Fils inc. saint-Ubalde

Gaylson Goldwyn Jamie 2e 3 ans Junior expo Portneuf

Ferme elégance inc. saint-Gervais

Elegance BBK molly 1re 3 ans Senior expo Québec ross BB Kellogg andrea ET 1re Vache adulte et Grande Championne expo Québec

Ferme elégance inc. et Ferme Distinction saint-Gervais

rayoval susan 2e 4 ans expo Québec

Ferme Parkhurst inc. saint-Patrice-de-Beaurivage

Parkhurst Potter Dolam 2e Génisse Intermédiaire expo Lotbinière

Ferme J.M. Roy & Fils inc. saint-Pierre-de-Broughton

roi ambush Elpasha 8e 1 an Junior expo Québec 1re 1 an Junior expo Victoriaville roi remington montana 1re 2 ans Junior expo Victoriaville roi remington Zoe 8e Génisse Junior expo Québec

AYrSHire Denis Dionne Kamouraska

Du cap Vitalik nomade 1re 1 an Été expo Kamouraska

Ferme Kamouraska 2000 inc. Kamouraska

Kamouraska Kara Xanie ET 2e Génisse Junior expo Kamouraska Kamouraska ristourn Witney ET 2e 1 an Junior expo Kamouraska

Ferme Ayr-ouelle enr. rivière-ouelle

2-2

52

305 j.

ayr-ouelle calimero Barbara 22 T.B. 4e 3 ans expo Royale Toronto 1re 3 ans, Grande Championne et Meilleur pis expo Kamouraska Performance totale (expo Kamouraska) 8 564 kg 4.1 % G. 3.6 % P. 298-291-323 ayr-ouelle romeo Juliette 1re 5 ans expo Kamouraska

JerSeY

Ferme Réal Bérubé & Fils inc. markani Julian melany cacouna 1re 1 an Senior expo Rimouski Ferme l’estran SeNC Deschambault

Estran Blackstone Whippet 2e 1 an Junior Salon International Laitier

Ferme M.B. Marronniers Honfleur

marronniers Blackstone Fannie 2e Génisse Intermédiaire expo B.B.Q. Bellechasse

Ferme Guimo saint-Gervais

Guimo celebrity Ursulie 1re Génisse Junior expo B.B.Q. Bellechasse Guimo spirit noemie 2e Génisse Junior expo B.B.Q. Bellechasse Guimo advice Ursula 4e 1 an Junior expo Québec 1re 1 an Junior expo B.B.Q Bellechasse Guimo sultan Lylas ET 9e 2 ans Junior expo Québec 2e 2 ans Junior expo B.B.Q. Bellechasse Fermar Paramount Joy (photo 26) 7e 3 ans Junior expo Royale Toronto 2e 3 ans Junior expo Québec 1re 3 ans Junior et Grande Championne expo B.B.Q. Bellechasse

Ferme Ayr-ouelle enr., Ferme de la Cavée et Mario Lavoie rivière-ouelle

Guimond Poker Universel ET 1re 1 an Intermédiaire expo Kamouraska

Anthony Bilodeau saint-agapit

Des crêtes Wankounette 4e Génisse Intermédiaire expo Québec

Ferme des Crêtes SeNC saint-agapit

Des crêtes solem (photo 25) 1re 4 ans expo Lotbinière

Ferme Charest (2001) inc. saint-alexandre-de- Kamouraska

chaluka ristourn Volage 1re Génisse Intermédiaire et Championne Junior de réserve expo Kamouraska chaluka ideostar Veloutee 2e Génisse Senior expo Kamouraska

Janvier.11

chaluka raven Vanille 2e 1 an Junior expo Royale Toronto 1re 1 an Junior et Mention honorable Junior expo Québec 2e 1 an Junior Salon International Laitier 1re 1 an Junior et Championne Junior expo Kamouraska chaluka Wilton Tunik 1re 2 ans et Grande Championne de réserve expo Kamouraska chaluka ice man raffine ET 1re 4 ans expo Kamouraska 1er Troupeau d’éleveur Expo Kamouraska 1re Progéniture de mère Expo Kamouraska 1re Bannière Éleveur et Exposant Expo Kamouraska

une société de

et


SecTioN LAcTecH

résultats d’expositions 2010 (photos pages 54-55)

Ferme Jacquard saint-Henri

Jacky Champagne saint-Honoré-de-shenley

Guimo sultan Lacely ET 2e 4 ans expo B.B.Q. Bellechasse Huronia rBr norma 13r 2e 4 ans expo B.B.Q. Bellechasse 1re Bannière Éleveur et Exposant Junior Expo B.B.Q. Bellechasse 1re Bannière Éleveur et Exposant Expo B.B.Q. Bellechasse Jacquard iatola Beaute 7e 1 an Intermédiaire expo Québec 1re 1 an Intermédiaire expo B.B.Q Bellechasse Jacquard Jamaica Picture 4e 1 an Senior expo Québec 1re 1 an Senior expo B.B.Q. Bellechasse Janecek GaB Tess 2e 1 an Senior expo B.B.Q. Bellechasse Jacquard constantine Lea 6e 2 ans Junior expo Québec 1re 2 ans Junior expo B.B.Q. Bellechasse Jacquard Jade Lindse 2e 3 ans Senior expo B.B.Q. Bellechasse

noblesse amandine ipod 2e 1 an Junior expo Beauce noblesse Josie 1re 1 an Intermédiaire expo Beauce Bridgeview Furor Jess 1re 3 ans Senior expo Beauce cessnock Britania on Time 2e 3 ans Senior expo Beauce

Payneside Bc copy cat 2e 4 ans expo Beauce cessnock counciller Jane 1e Vache adulte expo Beauce

rapid Bay Whistler mamie 89 ET 3e 1 an Été expo Québec 7e 1an Été Salon International Laitier 2e 1 an Été expo B.B.Q. Bellechasse arolene Governor Trixie (photo 27) 7e 1 an Été expo Royale Toronto 2e 1 an Été expo Québec 1re 1 an Été et Championne Junior expo B.B.Q. Bellechasse

Ferme Giasson inc. saint-Jean-Port-Joli

morastar reine mab 2e Génisse Intermédiaire expo Kamouaraska

Ferme Berlumil SeNC saint-Lazare

Berlumil Julian aurore 2e 3 ans Junior expo B.B.Q. Bellechasse

elka holsteins saint-Pascal

Elka sultan Tresor 2e Génisse Junior expo Kamouraska

Ferme Jersbi SeNC saint-sylvestre

Jersbi Blackstone chelsea 2e 1 an Été expo Lotbinière

Ferme Valdo inc. saint-Thuribe

Valdo Feline sultan 8e 1 an Senior Salon International Laitier

Ferme Arolène inc. saint-isidore

DSM, leader mondial en nutrition vitaminique, a élaboré un programme pour la reproduction qui inclut Rovimix® Beta-Carotene.

De tous les problèmes rencontrés en production laitière, les problèmes de fertilité des vaches sont les plus coûteux. La recherche démontre qu’un bon programme alimentaire qui inclut la beta-carotène peut aider à réduire le problème. Des études scientiques indiquent que la beta-carotène de DSM est une excellente source de ce nutriment pour les vaches en reproduction et peut augmenter votre protabilité. De plus, DSM vous offre divers programmes de supplémentations Rovimix vous permettant de rencontrer les besoins spéciques de votre opération, ainsi que la technologie unique iCheck. Celle-ci garantit que vos vaches recevront systématiquement un niveau optimal de Rovimix® Beta-Carotene. Pour en savoir plus sur Rovimix® Beta-Carotene, aller sur notre site : www.unlimitednutrition-na.dsm.com.

DSM.indd 1

une société de

2010-11-29 17:06:13

et

Janvier.11

53


SecTioN LAcTecH

résultats ésultats d’expositions 2010

1 : : photo 1

asia apture anast Lesperron r ron inc. Ferme Lesper 49 Page

photo 2 : 2:

ella s Jasper ab : : Jacobs inc. bs co Ja e Ferm Page 49

3 photo 3

Jacobs Go s Gold ldwy wyn n Em Emo ory ry Ferme Jacobs inc. Page 49

photo 6 6 : :

Bonaccueil m ayaa G Goldwyn Ferme Jacobs in c. Ty-D holstein s, Ferme Drolet & Fils et A. & R. Boulet inc. Page 49

photo

44 :: Jac obs s Du Voltage Ferme Ja ndee V co Page 49 bs inc.

oleen e Jasper c de 77 :: irlan & et u aq Barbara P drigue Sylvio Ro Page 50

aima isterr a Jacobs min : : 5 5 to o c. ph bs in Ferme Jaco Page 49

photo

photo

photo 8 : 8 :

Destineee Goldwyn D c. :: sartigan G B d au outin in Martin & Ren Page 50

111 photo 1

54

Janvier.11

Lehoux Bo Bollton ton suzette B. Lehoux & Fils inc. Page 50

lude andry : Limbraa Pre inc. Ferme Arolène Page 50

99 :: Leho ux B B G Goldwyn ruby B. Lehoux & Fils inc. Page 50 photo 10 : 10 : Lehoux ux a aero a eroce

cerf rf rf Francine B. Lehoux & Fils inc. Page 50

122 photo 1

photo 13 : 13 : Bergitte itte G Gold oldw

wyn yn st style yle Ferme Bertrand Boutin & Fils Page 50

liner shannon : Louidgi red : d reed & Fils inc. Ferme Lessard 51 Page

144 photo 1

une société de

et


SecTioN LAcTecH

résultats ésultats d’expositions 2010

photo

115 :: cla uma a shottle oliveraa Ferme Cla uma SeN C Page 51

Daphane D :: regancrest-BH inc. Ferme Parkhurst Page 51

Goldwyn n Hybridee G :: Lainson inc. 02 20 n so in La Ferme Page 51

166 photo 1

188 photo 1

ly e aver rmanc o f r e P P rst arkhu rst inc. 19 :: P o 1 Parkhu e m r phot e F 1 Page 5

200 :: photo 2

photo 17 17 : : Jea

nmar ar Titanic ic Donnaa E EX X 91 Ferme Duhamel SSe NC Page 51

Happen ldwyn H Droliee Go F let & ils Ferme Dro photo 21 : 21 : ante anteli lima marc rck rck s k s k sandria ia Go Gold ldwy wyn wyn n Page 51 Ferme Drolet & Fils Page 51

photo

222 :: D rolie JJo olt H Happy Ferme D rolet & F ils Page 52

photo 25 : 25 : Des crêtes solem

Ferme des Crêtes SeNC Page 52

une société de

et

z ima r sanche ar Damest let & Fils, ro Ferme D re inc. et ugu Ferme A r holstein ta es m Da Page 52

223 :: photo

tt Joy aramoun ermarr P F : : 6 2 2 uimo photo Ferme G 2 5 e g a P

phot

o 2 24

:: r riter G Goodlu ck Ferme Riter 2 stone 010 in & Fils c. et B inc. . Leho Page 5 ux 2

rixiee Trixi or T rnor Ferme Arolène inc. Page 53

overn Gove ne G ne lene arole a 27 : aro photo 27 :

Janvier.11

55


SecTioN LAcTecH Très GranDE DisTincTion

BEaUcE cÔTE-DU-sUD maUriciE QUÉBEc

Martin & Renaud Boutin inc. Ferme Vert D’or inc. Ferme Pointue inc. Ferme des Petits Prés enr. Ferme Martimof enr.

Saint-Georges Sainte-hélène Saint-Maurice Ange-Gardien Sainte-Agathe

GranDE DisTincTion

Bas-sainT-LaUrEnT

Ferme de la Plaine holstein inc. Ferme Jocy inc. Ferme Beaucile SeNC Ferme Berjac SeNC Ferme Duclicher inc. Ferme Geryane SeNC Ferme Jacques Lambert Ferme Jateau inc. Ferme Laurier Lefebvre & Fils inc. Ferme Lessard & Fils inc. Ferme MC Drapeau SeNC Ferme Magico inc. Ferme Marijo inc. Ferme Niclau 2008 inc. Ferme St-Pierre inc. Gagnonval inc. Ferme Jacmo inc. Ferme G.h. Jacob SeNC Ferme Almarella enr. Ferme Bérynel enr. Ferme Charest 2001 inc. Ferme Claudie 2006 inc. Ferme Denault Ferme hirondelle enr. Ferme La Tortue inc. Ferme Laplante et Pelletier SeNC Ferme N.C. Bouchard & Fils Ferme Persil inc. Ferme Réjean Garon & Fils inc. Ferme Roma Blais & Fils inc. Ferme Sous l’ombre inc. Patrice Pelletier Ferme Dellinoise inc. Ferme SSK7 inc. Ferme Roland Caron inc. Ferme de la Route inc. Ferme de mon Rêve inc. Ferme Dokyane enr. Ferme G.P.L. inc. Ferme Geno inc. Ferme Gilles Gilbert inc. Ferme Jarobel SeNC Ferme L.M. Tanguay SeNC Ferme Larosière inc. Ferme Nadeau 2006 inc. Ferme Paré SeNC Ferme Poliquin inc. Ferme Réjean & Francine Charest SeNC Ferme Nelson Rochon & Fils inc. Ferme Roger Bédard & Fils inc. Ferme Valdo inc. Ferme Jean Mathieu SeNC Robert Lehoux & hélène Turmel Roger Maranda

Isle-Verte Saint-Modeste east-Broughton Saints-Anges Saint-Joseph-de-Beauce Courcelles Saint-Joseph-de-Beauce Saint-odilon Saint-Bernard Saint-Joseph-de-Beauce Saint-Nazaire-de-Dorchester Saint-Jules Sainte-Marie Saint-Joseph-de-Beauce Courcelles Sainte-hénédine Sainte-Sophie-de-Lévrard Bécancour Saint-Pascal Saint-Pascal Saint-Alexandre Saint-Alexandre Montmagny Sainte-hélène L’Islet Sainte-hélène Saint-Pascal Rivière-du-Loup Saint-Denis Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud Sainte-hélène Kamouraska Saint-Stanislas Saint-Maurice Laurierville Sainte-Agathe Armagh honfleur Saint-henri Saint-Marc-des-Carrières Saint-Augustin-de-Desmaures honfleur Saint-Raphaël Saint-Isidore Laurierville Saint-Jacques-de-Leeds Saint-Gervais Saint-Lambert-de-Lauzon Saint-Ubalde Saint-Basile Saint-Thuribe Ange-Gardien Sainte-Agathe Saint-Pierre-de-l’Île-d’orléans

BEaUcE

cEnTrE-DU-QUÉBEc

coNcourS LAiT’xceLLeNT

cÔTE-DU-sUD

2009

Liste des lauréats d’un certificat maUriciE QUÉBEc

Source : Le Producteur de lait québécois – Juin 2010

56

Janvier.11

une société de

et


CLAssifiCATion

SecTioN LAcTecH

des vaches très bonnes et mieux chez nos clients (CoMpiLATion des CLAssifiCATions pour LA période du 1er AoûT Au 31 oCTobre 2010)

cLuB BAS-SAiNT-LAureNT cAcouNA Ferme Figali inc. figali lomaX emily t.b. 87 Ferme les Arpents Verts inc. Viat goldWyN aNgel t.b. 87 Viat lheros JamaiQue t.b. 87 Ferme réal Bérubé & Fils inc.

Ho

Lison nory Lheros T.b. 1er veau lisoN JoJo belero t.b. 86 lisoN maude samuelo t.b. lisoN Paula lheros t.b. 88

Ho

BeAuceViLLe Ferme Adrien poulin & Fils inc.

Ho

bAr indusTrious senoriA T.b. 1er veau bAr TALenT doMiniQue T.b. 1er veau bar lheros soleil t.b. bar miKe laNterNe t.b. 86 craggaN goldWyN robiN t.b. 87 little riVer goldWyN ruffi t.b. 87 iSLe-VerTe Ferme caron & Associés

Ho

MAriLuC WATCh ouT LAvAnde T.b. 1 veau mariluc sePtember larose t.b. 87 Ho

beletoile fbi germaiNe t.b. Jean-rené L’Heureux

CourCeL fighT diffiCy T.b. 1 veau courcel salto PitouNe t.b. rocsel goldWyN miNdy t.b.

nAuLy sTorM WiLLonA ex 2e georgiQue Lheros WeLL T.b. 87 1er veau KAronA pAgeWire rAven T.b. 1er veau georgiQue roy NoVa t.b. 88 Lait porc M.c. inc. Ho

er

eAST-BrougHToN Ferme Beaucile SeNc piopoLiS Ferme Lasavane

Jatal bucKeye KeNNy t.b. er

Ho

SAiNTS-ANgeS Ferme Jatal enr.

Ho

SAiNTe-cÉciLe-de-WHiTToN Ferme dubro enr.

Ho Ho

riNath ama lomaX t.b. Ho

Ho

MArKAni veLveT bLAbLA T.b. 1er veau marKaNi alleN laVa t.b. 86 marKaNi lee lola t.b. 86 marKaNi stormatic dalla t.b.

cLuB BeAuce Lison MAriKA f b i ex Lison TArLA jebAdiAh ex 91 Lison MerCedez doLMAn T.b. 1er veau et

AbeLAine sAMueLo deMi T.b. 86 1er veau ediToriAL boLTon CibeLLA T.b. 86 1er veau ediToriAL fighT Afue T.b. 1er veau editorial classic magalie t.b. 86 editorial duNdee starbrith t.b. 87 Valérien gagné inc. Ho pLAisir boLTon nAnCy T.b. 86 1er veau little riVer charge aNica t.b. Plaisir JordaNe Nicia t.b. Plaisir Kite rosa t.b. 86 SAiNT-eLzÉAr/SAiNT-FrANÇoiS-de-LA-riVière-du-Sud Lait porc M.c. inc. et Ferme Marinale SeNc SAiNT-eLzÉAr/SAiNT-iSidore pier-olivier Lehoux et Michaël Leclerc

Ho

AroLene goLdWyn biAnCA T.b. 1 veau er

SAiNT-côMe-LiNière Ferme roquet inc.

Ho

roQueT MeTro sTAr ex 2e roQueT sAnTA MorTy ex 2e roQueT sAssy boss ex 3e roQueT CArMen doLMAn T.b. 1er veau roQueT reinA finAL CuT T.b. 1er veau roQuet carmiNa duNdee t.b. 87 roQuet NeKie sPirte t.b. 87 roQuet rolly Kelby t.b. 88 roQuet rooslea titaNic t.b. 86 Ferme Transit 87 inc.

Ho

clemarQuet eterNel roy t.b. Jetset Holstein

Ho

riLoup CAshMere MiCA T.b. 1er veau rilouP chaPter fabriKa t.b. 86

SAiNT-eLzÉAr/SAiNT-SYLVeSTre B. Lehoux & Fils inc. et Ferme riter 2010 inc.

Ho

riTer goodLuCK sTone ex 93 2e

CLAudor Lyone boLTon T.b. 86 1 veau Jetset W J glamour t.b. 86 riloup Holstein inc. Ho er

Ho

Ho

smithdeN shottle alyssa t.b.

dubro saturNe salto t.b. Ferme richard Fortier SeNc

vAL des pLourde deLLKyA nn T.b. 1er veau Val des Plourde careNce t.b. 86 Val des Plourde duN calViNe t.b. Val des Plourde liral t.b. 88

une société de

Ho

beaucile giVeNchy atout t.b.

riVière-du-Loup Ferme persil inc.

Ho

Ho

Lehoux AeroCerf frAnCine ex 94 3e Lehoux bAxTer sherLey T.b. 86 1er veau Lehoux goLdWyn risTourne T.b. 1er veau pierriChe boLTon jAde T.b. 1er veau editorial WiNdoWs stessie t.b. 86 lehouX alleN rosiNa t.b. 88 lehouX fiNal cut flaVie t.b. 87 lehouX WiNdoWs fabiola t.b. 86 Ferme Belétoile inc. Ho

gouTeL Audriou goLdWin T.b. 1 veau Ferme St-pierre inc. Ho

LAsAvAne MArCA enCounTer ex lasaVaNe macKy leNoir t.b. 87

AudeT Ferme Lison inc.

Ho er

jACobs goLdWyn brAndy T.b. 87 1er veau Lejeune bAxTer TAzie T.b. 1er veau Lejeune TAzer jusTine T.b. 1er veau leJeuNe altaPlus daNica t.b. leJeuNe altaPlus toscaNe t.b.

SAiNT-ArSèNe Ferme denis St-pierre enr.

Ho

du raPide fulcrum emeraud t.b. Ferme Mariluc (2008) inc.

er

deLApLAine finAL CuT jAveLLe T.b. 1er veau deLApLAine goLdWyn LirAnne T.b. 1er veau deLApLAine Mr burns rAvine T.b. 1er veau delaPlaiNe blitZ Kristel t.b. 87 delaPlaiNe leduc eriPPa t.b.

persiL doMino Lou T.b. 86 1 veau persiL envers dAMion T.b. 1er veau persiL poLKA KyTe T.b. 1er veau Persil amour duNdee t.b. 87 Persil diaPo draKe t.b. 86 Persil muse blitZ t.b. 87 Persil siesta lou t.b. Ferme Val des plourde (1995) inc.

SAiNT-eLzÉAr B. Lehoux & Fils inc.

courceLLeS Ferme goutel inc.

Ho

LeJeuNe Lejeune Holsteins inc.

rilouP decKer KaWago t.b. rilouP sePtember mirouKa t.b. 87

SAiNT-ÉVAriSTe Ferme Fernand Lachance & Fils inc.

Ho

NaNogus baNbie t.b. 87 Ferme gaerol inc.

Ho

gaerol malice goldWyN t.b. gaerol medaille fbi t.b. 86 gaerol Noble audacity t.b. gaerol Nombril iroN t.b. SAiNT-georgeS Martin & renaud Boutin inc.

Ho

sArTigAn goLdWyn desTinee ex 91 sArTigAn ChAMpion roKdeL ex 2e sArTigAn gibson MAdLy ex 3e Janvier.11

57


CLAssifiCATion

SecTioN LAcTecH

des vaches très bonnes et mieux chez nos clients (CoMpiLATion des CLAssifiCATions pour LA période du 1er AoûT Au 31 oCTobre 2010)

sArTigAn igniTer riguA ex 2e sArTigAn Lee sWeeT sTAr ex 3e sArTigAn sTorMATiC roKiLue ex 4e sArTigAn proMoTion KorAL T.b. 1er veau sartigaN alleN reVereNce t.b. 87 sartigaN chamPioN reelle t.b. 86 sartigaN goldWyN deVouee t.b. 86 sartigaN lheros Kara t.b. 87 sartigaN taleNt roselty t.b. réal roy & Fils inc. Ho realoise milKstar malibu t.b. 87

Ho

Ho

bergiTTe TALenT spirou ex bergiTTe goLdWyn rApsody T.b. 1er veau bergiTTe Mr burns hArLey T.b. 1er veau bergiTTe shoTTLe gALAnTe T.b. 1er veau bergitte bradley mi lady t.b. 86 bergitte leduc sauVee t.b. 88 SAiNT-JoSepH Ferme patroy & Fils inc.

Ho

pATroy dundee CAnoe T.b. 1er veau pATroy TALenT gAbou 8173 T.b. 1er veau Patroy carry iNQuirer t.b. SAiNT-JuLeS Ferme Magico inc.

Ho

tidre reVeNue cristal t.b. tidre taleNt Juliette t.b. tidre WiNdoWs JaciNthe t.b. SAiNT-proSper Ferme Henriette inc.

Ho

SAiNT-VicTor Ferme M.M.S. cloutier inc.

Ho

cloutiNette steady lisa t.b. TriNg-JoNcTioN Ferme royaula enr.

Ho

royaula chamPioN eleNira t.b. royaula iNstiNct emy t.b.

cLuB BoiS-FrANcS LAurierViLLe Ferme Jc Martel SeNc

Ho

saVaroN modest belle t.b. 88 SAiNTe-prAxède Ferme remavie SeNc

magico frosty Nollie t.b. magico luXor lisarie t.b. SAiNT-Ludger Ferme decel inc.

Ho

Ho

remaVie salto meriKa t.b. Ho

decebe commerce lisabella t.b. 86 decebe loreNZo mada t.b. 87 decebe triNadad tache t.b. 86

Ho

groloise redmaN sulsa t.b. 86 groloise reggie arliNe t.b.

SAiNTe-MArie Ferme L. Bisson & Fils inc.

Ho

duboise bAxTer poubAx T.b. 1er veau pAriLe Mr burns AKiLA T.b. 1er veau duboise toys lhePhsilla t.b. Ferme Mariguy inc. TrAChy goLdWyn fifA T.b. 1er veau Ferme Val chaudière inc. Valchaudier NouNy bucKeye t.b. Valchaudier ViolaiNe dolmaN t.b. 86 Les Fermes Turmel inc.

cLuB cHAMpLAiN-LAVioLeTTe BATiScAN denis Labissonnière

Ho

Ho

biniere goLdWyn pATou T.b. 1 veau biNiere chatelaiN madoNa t.b. 86 biNiere Wilfred aNNa t.b.

Ho

cHAMpLAiN georges gagnon

er

Ho

Ho

prouLxViLLe Ferme carveil & Fils inc.

Ho

delariVe rudolPh VorteK t.b. 87 delariVe WiNdoWs VaNite t.b. SAiNTe-ANNe-de-LA-pÉrAde Ferme Lizé enr. Lize reM dALKiAn T.b. 86 1 veau liZe reality seNsas t.b. 87 er

Ho

norLou Cogie CoMMerCe T.b. 1 veau Norlou butiNe bucKeye t.b. Norlou mileNt taleNt t.b. 86 er

SAiNT-MAurice Alain Bérubé

Ho

Vial NoeliNa mailiNg t.b. Ferme Lainson 2002 inc.

Ho

LAinson giTAne CoLorAdo ex 2e laiNsoN choubette chamPioN t.b. 86 laiNsoN hybride goldWyN t.b. 88 Ferme Mario Massicotte inc.

Ho

MArCeLAise beATriCe e CoMMerCe T.b. 1er veau Ferme SSK7 inc. Ho CorAdie TiTAniC MiniC ex CorAdie doLMAn grAseT T.b. 1er veau CorAdie doLMAn Miou T.b. 1er veau coradie alleN mileNia t.b. coradie delaNo tiaNo t.b. 87 coradie goldWyN miNet t.b. 88 coradie stormatic JaNet t.b. 87 Jacques Morin

AY

Ho

gALor rudoLph heroLie ex 2e jACLos e CoMMerCe LAure T.b. 86 1er veau jACLos goLdWin veLvee T.b 1er veau jACLos sepTeMber nyA T.b. 1er veau Jaclos lucKy star berliN t.b. 86 lesPerroN mr sam dorya t.b. 87 Michel Harnois Ho harNois maNager samaNta t.b. SAiNT-STANiSLAS Ferme déry & Fils inc.

gAgeo insTinCT LeoMie T.b. 1er veau gageo mailiNg liValdie t.b. 86

beAuCoise boLTon joAnne T.b. 86 1 veau beAuCoise boLTon sTeppie T.b. 1er veau beAuCoise MArKer ChATeL T.b. 1er veau beaucoise boltoN ruby t.b. beaucoise bucKeye Volare t.b. 86 beaucoise goldWyN lilybel t.b. 87 beaucoise magical maNdie t.b. beaucoise stormatic miQuette t.b. er

Janvier.11

THeTFord-MiNeS Ferme d.M. groleau inc.

Ho

comestar JosiaNe duNdee t.b. Petitlac lausaNe dolmaN t.b. SAiNT-Luc-de-ViNceNNeS Ferme Norlou inc.

holstel Pousya maNager t.b. 87 Ferme roland caron inc. Ho

liZe cacylite macKiN t.b. erable calimero ilaNa t.b. 88 SAiNTe-geNeVièVe-de-BATiScAN Ferme genevoise

blaidor t belle dereK t.b. maroch ashaNty bosley t.b. Ferme T-dré inc.

heNriette sireNe WolVeriNe t.b. 87

SAiNT-JeAN-de-LA-LANde Ferme Bertrand Boutin & Fils

58

SAiNT-pierre-de-BrougHToN Ferme Blais 2007 inc.

Ho

dery ChAMpion desir ex 3e dery LeduC desTin ex 3e dery ouTside CeLesTe ex 2e dery TerrAson MerveiLLe ex 2e dery dundee LobiAnA T.b. 86 1er veau dery fAvor vArdA T.b. 1er veau dery LeAder dinA T.b. 1er veau dery attitude Pistache t.b. 87 dery couNselor desert t.b. dery duNdee delsa t.b. 86 dery iroN baNco t.b. Ferme Verena SeNc verenA ThirsT frAise T.b. 1 veau VereNa taleNt luNe t.b. er

une société de

et

Ho


CLAssifiCATion

SecTioN LAcTecH

des vaches très bonnes et mieux chez nos clients (CoMpiLATion des CLAssifiCATions pour LA période du 1er AoûT Au 31 oCTobre 2010)

TroiS-riVeS Érik Juneau

Ho

juneAu bordeL goLdWyn T.b. 1er veau JuNeau luZiNdra duNdee t.b. 86 JuNeau maddy goldWyN t.b. 87 JuNeau Petite morty t.b. 86

rosenhiLL goLdWyn ChArLine ex vALpAu goLdWyn Cerise T.b. 1er veau geN-i-beQ fbi balmy t.b. Ferme St-Bernard inc.

beLLe ChAsse shoTTLe roCKsTAr T.b. 1 veau demoNreVe first Valsia t.b. demoNreVe iNstamatic iNstaNce t.b.

Ho

Ho

john-beLLe TAL fLorA-red-TW ex 91 aNdroscoggiN ss becKy-red t.b. 86 eastriVer rJ deNNy t.b. 88 lafougere redmaN soNia t.b. SAiNTe-JuSTiNe Ferme g.M. Lebel inc.

Ho

lebel dolmaN thea 61 t.b. lebel stormatic blaire 43 t.b. lebel taleNt giNello 15 t.b. 86 SAiNTe-MArgueriTe Ferme Audesse inc.

Ho

cArhoL LoffiCieL beLLe T.b. 1er veau carhol electricity Jacco t.b. Ferme claude & Jacques Maheux

Ho

Ho

Ho Ho

Ho

Ho

Ho

Ho

Ho

rolio magNifico ciNdyol t.b. Ferme Franguimel inc.

SAiNT-gerVAiS dave St-pierre & Lucie Vermette

Ho

Ho

dreaNe astroNomical JustiNe t.b. 89 Ferme Élégance

Ho

comestar lilly aloua roy t.b. 86 une société de

et

Ho

maguila goldWyN maNoN t.b.

vibros redMAn x girL ex 93 vibros dundee pAris T.b. 1er veau Vibros PoWerful aleXie t.b. Ferme Jacques & Martin Vermette SeNc Ho duhibou Lou feLinA T.b. 1er veau duPasQuier rhyme maNdariNe t.b.

Ho

SAiNT-MicHeL Ferme Ythèbe inc.

Ho

SAiNT-VALLier Ferme Maco SeNc

Ho

MACo eToiLe Lou T.b. 86 1 veau MACo joAnnie drAKe T.b. 1er veau maco fedeliNa bucKeye t.b. 87 er

cLuB LoTBiNière SAiNT-AgApiT Ferme gaimo enr.

Ho

gAiMo Lheros diAne ex 3e gaimo dolmaN elsa t.b. 87 roncel inc.

Ho

roNcel chicago salto t.b.

berKhill Joah JacKlyN t.b. Jaclo duNdee heNriette t.b. 88 Jaclo fidel lucile t.b. Ferme descaps inc.

KAronA sTorM KArLing ex 2e frAnguiMeL bAxTer LiberTy T.b. 1er veau fraNguimel goldWyN Kelly t.b. fraNguimel goldWyN lightNiNg t.b. fraNguimel modest rafaly t.b. Ferme Jateau inc. Ho

SAiNT-LAzAre Ferme Larochelle SeNc

ythebe best carley t.b. ythebe lyle charmeNte t.b. ythebe modest WiNNie t.b. ythebe rsVP lolita t.b. 86

durAnTAye gibson ioKA ex 3e durAnTAye TALenT dArCA T.b. 1er veau arcroiX fortuNe malory t.b. duraNtaye lee atlaNtica t.b. 87 duraNtaye lucKystar magiKa t.b. duraNtaye taleNt aNNiKa t.b. 88 farmamarc lomaX martiNe t.b. 87

forboNlait magical mia t.b. 86 Vial Noelia taleNt t.b. 86 Ferme Maguila inc.

Ho

larochelle bucKeye marylee t.b.

LoAsis exTrA AshLey ex LoAsis MinisTer reginA T.b. 1er veau loasis adolPh t.b. 87 loasis duNdee rose t.b. loasis mailiNg roXaNe t.b. PiersteiN goldWyN gemiNi t.b. 87 Ferme M. B. Marronniers inc.

SAiNT-cHArLeS Ferme J.S. Beaupré

Ho

LubiL bAxTer CATou T.b. 1er veau LubiL goLdWyn CAMiLiA T.b. 86 1er veau lubil alleN JaNNy t.b. 88 lubil modest flore t.b. 86 Ferme poliquin inc. Ho

roNidioN hi metro toutsy t.b.

MonoAK TALenT TeQuiLLA ex 91 Ferme Loasis enr.

LA durANTAYe Ferme durantaye enr.

VerJatiN adolPh limette t.b. VerJatiN blitZ moNaraNNe t.b. 86 VerJatiN blitZ moNarhiaNNa t.b. VerJatiN damioN moNaraNia t.b. 86 VerJatiN stormatic millita t.b. 86 Ferme Lubil SeNc

PoliQuiN caPtaiN berthe t.b. Ferme roni dion enr.

doKyAne TALenT ChAnTeresse ex doKyAne fighT ruMMy T.b. 1er veau doKyaNe audacity erica t.b. 87 doKyaNe factus tirZa t.b. 88 doKyaNe lheros elodie t.b. Ferme L. dion & Fils inc.

pArKhursT proMoTion CoLorA T.b. 1 veau marroNNiers gibsoN medaille t.b. marroNNiers samuelo Valerie t.b.

audesse JeNKiNs liZ t.b. audesse Joey maNille t.b. 86 audesse lucKy star fiNe t.b.

biloWic roy sublime t.b. 86 biloWic stormatic latoya t.b. 87 Ferme carhol SeNc

HoNFLeur Ferme dokyane enr.

er

Ho

SAiNT-odiLoN Ferme Bilowic SeNc

Ho er

Ho

deNico bucKeye cariNe t.b. 86 deNico f b i cu dou t.b. deNico salto caNdu t.b. 88 stairWay chamP chaNtal t.b. 88 Ferme pier-Jules inc.

cLuB LÉViS BeLLecHASSe ArMAgH Ferme de mon rêve inc.

cLuB dorcHeSTer SAiNT-BerNArd Ferme denico & Fils inc.

Jateau goldWyN lamarose t.b. 87 Jateau mariVia t.b. 86

SAiNTe-AgATHe Ferme de la route inc.

Ho

MonT-bLAnC ALLen sAKio ex moNt-blaNc draKe beluga t.b. SAiNT-BerNArd Ferme Laurier Labrecque & Fils inc.

Ho

CoMbinATion finAL TAshA T.b. 86 1 veau fAjobeC LoMAx viLLenA T.b. 1er veau faJobec lee doriNa t.b. 86 er

SAiNT-ÉdouArd Ferme guimondale inc.

Ho

guiMondALe forMATion Liz ex 2e broCK sTorMATiC vendeTTA T.b. 1er veau guimoNdale taleNt amaNda t.b. 88 lolisee JasPer debra t.b. Pier-liNe bucKeye VicKie t.b. Janvier.11

59


CLAssifiCATion

SecTioN LAcTecH

des vaches très bonnes et mieux chez nos clients (CoMpiLATion des CLAssifiCATions pour LA période du 1er AoûT Au 31 oCTobre 2010)

SAiNT-giLLeS Ferme Benoit champagne & Fils inc.

Ho

ÎLe-Aux-grueS Ferme Triolait enr.

Ho

fydbeC ALone bAxTer T.b. 1 veau fydbeC dynAMiTe roMAnie T.b. 1er veau fydbec coNair fortuNe t.b. 86 fydbec deteNte alleN t.b. fydbec tellaNiNe WildmaN t.b. Ferme g.F. Jolicoeur & Fils inc. Ho

triolait lucifer mouche t.b. 87 triolait reggie raNette t.b. triolait stormatic Pasty t.b. WeeNarda bucKeye eriN t.b.

g f f aliNe leclyPse t.b. 86 g f f barby barbados t.b. g f f berlyNe milKstar t.b.

pArKhursT goLdWyn CoLory ex ParKhurst astro meggaN t.b. 87 ParKhurst goldWyN caNda t.b. 86 ParKhurst roy caNdle t.b. 88 ParKhurst roy colobra t.b. Ferme parkhurst inc. et olivier Leclerc

jeAnniCoLe dundee nouveTTe ex jeAnniCoLe bAxTer CALixA T.b. 86 1er veau jeAnniCoLe boLTon nouise T.b. 1er veau jeAnniCoLe boLTon nouMA T.b. 87 1er veau jeAnniCoLe boLTon nouvA T.b. 86 1er veau JeaNNicole colorado NouVeaute t.b. 86 JeaNNicole decKer madelle t.b. JeaNNicole duNdee cheNouille t.b. JeaNNicole fiNley comedie t.b. 88 JeaNNicole goldWyN Noudi t.b. JeaNNicole morty calma t.b. 86 JeaNNicole roy Nougate t.b. 88 JeaNNicole roy Noumere t.b. 87 Ferme raydaka enr. Ho

CLeroLi p Mr burns LoLLy T.b. 86 1er veau

raydaKa tribute ruty t.b.

SAiNT-SYLVeSTre Ferme Jersbi SeNc

LA pocATière Ferme Bard inc.

er

SAiNT-pATrice Ferme parkhurst inc.

Ho

Ho

Joselito desire rubya t.b. 86 Ferme Jersbi SeNc siLverdene LAser roxeTTA ex 3e PashaNdeV hallmarK haley t.b. 87 Ferme Joselito inc.

Je

Ho

joseLiTo inQuirer suzeLLe ex 3e sudesse rudoLph previous ex 2e joseLiTo buCKeye MAude T.b. 1er veau joseLiTo finAL CuT rouLyne T.b. 1er veau Joselito sePtember sally t.b. little riVer iceglacier bioNic t.b. 86 Ferme riter 2010 inc. Ho riter bucKeye saiKa t.b. 86 riter duPleX mamatus t.b. 87 riter duPleX reNata t.b. riter goldWyN cirrus t.b. 87 riter marioN haltesse t.b. 88

JolicaP teXcel goldWyN t.b. 87 JolicaP teXcel goldWyN t.b. cAp-SAiNT-igNAce SAiNTe-cÉciLe-de-LeVrArd Ferme Jolicap inc. et Skyreach Holsteins Ho

60

Janvier.11

Ho

bArd ALLen joeLLe ex 91 bArd sAM jenny ex bArd sAMueLo Lionne ex 92 bArd sAvAry MAryzA ex bArd sTorMATiC sALAMAnde ex 2e bArd CoMMAnd LuniLLA T.b. 1er veau bArd Mr sAM TrACyLLe T.b. 86 1er veau bard blitZ claXoN t.b. 87 bard titaNic maNNie t.b. L’iSLeT Ferme La Tortue inc.

riVière-oueLLe Ferme gilles Landry inc.

Ho

Ho

Ho

claudie modest shaNa t.b. claudie stormatic taiNa t.b. claudie titaNic helsie t.b. 88 ldsP hillcrest maJestic t.b. SAiNT-deNiS Ferme réjean garon & Fils inc. rejogA dundee Connie ex 91 vAL des pLourde KendAsse ex 91 2e gArondALe design eviTA T.b. 1er veau

SAiNTe-HÉLèNe Ferme Hirondelle

Ho

edital f b i louKa t.b. hiroNdelle sePtember KatriNa t.b. 86 Ferme J.p. Laplante & Fils inc.

Ho

VeNNe Wade miNicK t.b. Ferme Sous l’ombre inc.

Ho

sousLoMbre goLdroy LAiChA T.b. 1 veau sousLoMbre spirTe rhubArbe T.b. 1er veau souslombre stormatic agNel t.b. 86 Ferme Vert d’or inc. Ho er

verTdor ouTside LornA ex 3e verTdor bAxTer LoLA T.b. 1er veau Vertdor astroNomical luNe t.b. 87 Vertdor bambam fidele t.b. 86 Vertdor lou albatros t.b. 88 Vertdor ss dust garoche t.b. 86 SAiNT-pAScAL elka Holsteins SeNc

Ho

geyserKA Lheros Woppy ex 91 roLLing ridge drexLer gAby ex 93 2e eLKA diALyse goLdWyn T.b. 86 1er veau elKa iNN t eriKa t.b. Ferme Almarella enr. Ho

JaNiel tribute carouge t.b. outaouais formatioN caresse t.b.

SAiNT-ALexANdre Ferme claudie 2006 inc. Ho

TrAMiLdA-n bAxTer eMiLy T.b. 1er veau

Ho

LAriKA goLdWyn spiriT T.b. 1er veau lariKa alleN sPrite t.b. 88 lariKa milKstar charleNe t.b. 86 lariKa sKy fame rosee t.b.

cLuB MoNTMAgNYKAMourASKA-L’iSLeT cAp-SAiNT-igNAce Ferme Jolicap inc.

KAMourASKA Ferme Jeannicole inc.

gArondALe forTune CheryL T.b. 1er veau garoNdale boltoN affiNity t.b. 86 garoNdale modest rollie t.b. reJoga morty iVaNa t.b. reJoga rudolPh aKyla t.b. 86

Ho

ediTAL MAiLing finesse ex ediTAL sALTo jAneT T.b. 86 1er veau ediTAL WATCh ouT rAfALe T.b. 1er veau edital cutler rosabella t.b. 87 Val d esPoir eXclusiVe ellie t.b. Ferme Bérynel enr.

Ho

KennvALe progress Muffin ex 5e MidLee bLiTz hAnnAbeLLe ex 3e beryNel taleNt arisol t.b. Ferme dulet inc.

Ho

duLeT ChAMpion LoTTery ex 3e duLeT goodLuCK CApriCe ex 3e duLeT TALenT inde ex 92 2e eLMside vieW journALisT LeA ex 3e duLeT AudACiTy spAMMy T.b. 1er veau duLeT bAMbAM KiM T.b. 87 1er veau duLeT Mrburns soAp T.b. 86 1er veau duLeT pAgeWire idyLLe T.b. 1er veau dulet boltoN KirPa t.b. 87 dulet eastWood daisy t.b. 86 dulet Kite soft red t.b. dulet lucKystar sady t.b. dulet rsVP darryl t.b. 88 dulet stormatic aNNa t.b. 88 une société de

et


CLAssifiCATion

SecTioN LAcTecH

des vaches très bonnes et mieux chez nos clients (CoMpiLATion des CLAssifiCATions pour LA période du 1er AoûT Au 31 oCTobre 2010)

Norca Holstein inc.

Ho

norCA Lheros MAgALie ex 91 bois Mou dAisy besT ModeL ex 4e norCA inCoMe LouisA ex 2e norCA goLdWyn MiTAine T.b. 1er veau norCA roy MAChA T.b. 86 1er veau Norca roy lilas t.b. Norca shottle darliNg t.b. 86 Norca stormatic JiNa t.b. Norca stormatic rafale t.b. Norca taleNt Pamela t.b. 88 SAiNT-pHiLippe-de-NÉri Ferme Val Brillant

Ho

Jacobs goldWyN emory t.b. 89 Jacobs goldWyN Nitora t.b. 87 Jacobs JasPer boucle t.b. 88 Jacobs JasPer JaNou t.b. 87 Jacobs lyster ruKy t.b. 87 Jacobs mailiNg Valmie t.b. Jacobs roy betta t.b. 87 leXis duNdee Neat t.b. 86 Ferme Jacobs inc. et Ty-d Holsteins

Ho

vALLeyviLLe Lheros jenn ex 94 AppLevue ToysTory gAbby T.b. 86 1er veau Ms eLMvue durhAM KArA-eT T.b. 87 1er veau cAp-SANTÉ / SAiNT-rAYMoNd Ferme Jacobs inc., Ty-d Holsteins et Ferme drolet & Fils

Ho

SAiNT-pierre-de-LA-riVière-du-Sud Ferme Fiscolait inc.

boNaccueil maya goldWyN t.b. 89 Ferme Michel & Normand piché inc.

Ho

fiscolait goldWyN delice t.b. fiscolait goldWyN gabroNe t.b. 86 fiscolait tom marilou t.b. PiersteiN fiNal cut grace t.b. Ferme Martinale

Ho

damythier deVil belle t.b. PiersteiN duNdee iNes t.b. 87 PiersteiN goldWyN dalida t.b. 88 SAiNT-rocH-deS-AuLNAieS Ferme elmoral inc.

Ho

dupAsQuier rhyMe AniKA ex 91 eLMorAL shoTTLe jenny T.b. 1er veau coachside sePtember aNNie t.b. 87 PiersteiN boltoN rye t.b. PutNam-farm gracis glitZ-et t.b.

Ho

artis bambam mimi t.b. artis lheros ladiNa t.b. lebro giVeNchy ceNdriNe t.b. Ferme Jacobs inc.

Ho

et

giLLy jAsper sTACey T.b. 86 1er veau NeuViLLe Ferme Jurica SeNc

poNT-rouge Ferme Floroma inc.

cAp-SANTÉ Ferme Artis inc.

une société de

Ho

Ho

Jurica loomaX faNNa t.b. Jurica titaNic Karla t.b. 86

cLuB porTNeuF

jACobs dundee iris ex jACobs Thunder vogue ex 91 jACobs ChAMpion beLLo ex 2e jACobs TerrAson AsTer ex 2e jACobs bAxTer voLLA T.b. 1er veau jACobs boLTon eMir T.b. 1er veau jACobs drAKe CiviL T.b. 1er veau jACobs goLdWyn be T.b. 1er veau jACobs goLdWyn jALiLA T.b. 86 1er veau jACobs jAsper AbeLLA T.b. 87 1er veau jACobs roy CLory T.b. 1er veau Jacobs aleX deVora t.b. 87 Jacobs aleX malsie t.b. 87 Jacobs duNdee abis t.b. 87 Jacobs duNdee alsia t.b. 88 Jacobs duNdee Voltage t.b. 89 Jacobs duPleX alaNa t.b. 88 Jacobs goldWyN carla t.b. Jacobs goldWyN else t.b. 86

piro CArisMA MeLLy T.b. 1er veau lacoulee leyla sPrite t.b. 86 Piro aXiom tusia t.b. 86 Piro roleX Nady t.b. 87 Piro roy taNa t.b. 86 Piro shottle syria t.b. 87 PitchbrooK roXWell shaWNta t.b. Ty-d Holsteins

Ho

fLoroMA goLdWyn ChAneL ex 91 fLoroMA boLTon MyriAM T.b. 1er veau fLoroMA drAKe fLorinA T.b. 87 1er veau fLoroMA hoLidAy MoLLy T.b. 1er veau fLoroMA sALTo preCiLLA T.b. 86 1er veau fLoroMA shoTTLe CALiA T.b. 1er veau floroma draKe madiNa t.b. floroma duNdee breeZer t.b. floroma duNdee eVe t.b. 88 floroma lheros WeNdy t.b. Ferme gillo enr. Ho giLLo doLMAn neLLy T.b. 1er veau Ferme p.c.M. delisle inc. deLisLe doLMAn birA T.b. 1er veau delisle iNQuirer camillia t.b. delisle lee elis t.b. delisle logistic ola t.b. 86 delisle magical ossia t.b. 86 delisle salto astye t.b. 88 delisle salto eVya t.b. 86 delisle taleNt rossye t.b. 88 delisle titaNic atiNa t.b. 87 delisle tribute marcye t.b. 86

Ho

Lehoux bAxTer AdeLe T.b. 1 veau Jacartier taleNt rosita t.b. 88 Ferme rené piché

Ho

er

Val brillaNt albiNa maNdeliN t.b. Val brillaNt Kite thuNder t.b. Val brillaNt thelma iroN t.b. Ho

Ferme raymond doré & Fils enr.

Ho

dony rACheL TiTAniC ex 91 leoli Nightstorm t.b. leoli taleNt marleNe t.b. 87 Ferme rivière portneuf SeNc

Ho

riviere porTneuf doLMAn LiAndA T.b. 86 1 veau riviere porTneuf goLdWyn jeWeL T.b. 1er veau riviere porTneuf LoffiCieL Log T.b. 1er veau riViere PortNeuf charge JouJou t.b. riViere PortNeuf fiNal cut del t.b. riViere PortNeuf fiNalcut liNe t.b. riViere PortNeuf scotty agami t.b. 88 er

SAiNT-ALBAN Ferme ghiro enr.

Ho

desgauthier WiNdoWs flocoN t.b. 87 ghiro freelaNce al t.b. ghiro sePtember faNe t.b. 88 SAiNT-AuguSTiN-de-deSMAureS Ferme gilles gilbert inc.

Ho

lucibert aerocerf Petula t.b. lucibert stormatic soNie t.b. 86 Ferme Laurelou inc.

Ho

laurelou darWiN KaNo t.b. Ferme racette inc.

Ho

fLeuve AMeTys goLdWyn T.b. 1er veau fLeuve AnAsTAsiA goLdWyn T.b. 1er veau fLeuve brAMA goLdWyn T.b. 1er veau duregal belli gibsoN t.b. 86 fleuVe salie duNdee t.b. geN-i-beQ goldWyN sereNa t.b. 87 Ferme racette inc. Je fLeuve MyosoTis CoMeriCA T.b. 1er veau fLeuve sTAr LegACy T.b. 1er veau fleuVe stella sultaN t.b. 88 Ferme Vézina & Fiset 1990 enr. Ho suZy fbi Kelly t.b. SAiNT-BASiLe Ferme gaston richard inc.

Ho

gascharde tribute doris t.b. gascharde WiNdoWs saleNdra t.b. gascharde WiNdoWs ZaNuse t.b. Ferme roger Bédard inc.

Ho

gerro igniTer CoLA ex 3e gerro doLMAn Aurore T.b. 1er veau gerro Mr burns frAise T.b. 1er veau gerro sALTo gALAxie T.b. 1er veau gerro modest meggy t.b. SAiNTe-cHriSTiNe Ferme Marny SeNc

Ho

MArny berThe WiLdMAn T.b. 1 veau MArny vALeTTA goLdWyn T.b. 1er veau viAL LAureTTe ALAddin T.b. 1er veau leoNardie rose icecia t.b. 87 marNy camy titaNic t.b. er

Janvier.11

61


CLAssifiCATion

SecTioN LAcTecH

des vaches très bonnes et mieux chez nos clients (CoMpiLATion des CLAssifiCATions pour LA période du 1er AoûT Au 31 oCTobre 2010)

SAiNT-MArc-deS-cArrièreS Ferme géno inc.

geno ChAMpion vAneLLA ex rALsTon sAM diAMond ex geno dundee dAnone T.b. 1er veau gepAQueTTe finAL gen T.b. 1er veau LorKA Mrburns MissrougeTTe T.b. 1er veau geNo blitZ WeNdel t.b. geNo goldWyN bella t.b. 87 geNo goldWyN lala t.b. geNo shottle lima t.b. geNo Jebadiah lady die t.b. SAiNT-rAYMoNd Ferme drolet & Fils

LeS ÉBouLeMeNTS Ferme déliska enr.

drolie stormatic belays t.b. drolie titaNic fiNalist t.b. 87

Ho

SAiNT-uBALde Ferme Nelson rochon & Fils inc.

Ho

gAyLson goLdWin dAny ex gAyLson igniTer LoLi ex 2e gaylsoN alleN tatille t.b. 88 gaylsoN iNQuirer liNda t.b. 89 gaylsoN lheros JarKou t.b. 87 gaylsoN starfire Jared t.b. gaylsoN taleNt sarNia t.b. 86

deLisKA LAMie jAMes eT ex deLisKA KArLA forMATion ex 7e deLisKA KAriAne finAL CuT T.b. 86 1er veau delisKa fioNa JiNgle t.b. 87 delisKa Kassel JasPer t.b. 86 delisKa rebecca terrasoN t.b. 86 Ferme girard & Fils SeNc Ho dumarecage magot Judy t.b. Ferme Hulu inc.

droLie AsTro MAo ex droLie igniTer ALLo ex 93 3e droLie igniTer fiesTA ex 4e droLie progress evenLy ex 2e droLie sTorMATiC benTLey ex 2e droLie bAxTer AMber T.b. 86 1er veau droLie boLTon AMigo T.b. 87 1er veau droLie goLdWyn exCess T.b. 1er veau droLie sTorMATiC beLiny T.b. 1er veau droLie WiLdMAn CheWie T.b. 86 1er veau drolie chamPioN lylocK t.b. 88 drolie fortuNe oXilia t.b. 86 drolie goldWyN falaNa t.b. drolie goldWyN famous t.b. 87 drolie goldWyN fidelia t.b. 87 drolie goldWyN haPPeN t.b. 89 drolie modest floral t.b. 88 drolie mr sam giVari t.b. 86 drolie sPirte gimiNi t.b. 86

BAie-SAiNT-pAuL Ferme du gouffre SeNc

Ho

ArniTA sepTeMber jojo ex 92 2e dugouffre magical Jess t.b. malo celiNe iNcome t.b. Ferme pérou inc.

Ho

rAyon d’or pennie buCKeye T.b. 1er veau goodiNe JacKie essie t.b. 88 mederic lausabelle modest t.b. 87 LA MALBAie Ferme Mg SeNc jerMAr insTigATe peneLope T.b. 1er veau Jermar cutler maXie t.b. 86 mederic aNdrea outside t.b. 87

Ho

hulu Noemy stormatic t.b.

cLuB SHerBrooKe

cLuB SAgueNAY-LAc-ST-JeAN

Ho

Ho

Ho

BurY Ferme Lesperron inc.

Ho

Lesperron firsT CLAss sunTAn ex 2e Lesperron rACer dorA T.b. 1er veau charPeNtier duPleX loZaN t.b. 87 lesPerroN bradley delhi t.b. 88 lesPerroN chaPter lorie t.b. lesPerroN dolmaN laboNita t.b. lesPerroN JasPer gaNdy t.b. lesPerroN leduc Precieuse t.b. 86 lesPerroN maNassa moliere t.b.

cLuB SAiNT-MAurice-MASKiNoNgÉ NoTre-dAMe-du-MoNT-cArMeL Ferme denis & Sylvie richard descheNauX f b i sabriNa t.b. descheNauX sePtember aNNa t.b.

solutioNs deS Jeux SoLuTioN du MoT cAcHÉ : guillaume SoLuTioN de L’ÉNigMe : l’ainé a 16 ans, le second a 12 ans et le cadet, 8 ans. rÉpoNSeS du SudoKu 6 7 3 4 1 8 9 5 2

62

1 8 4 2 5 9 7 3 6

9 2 5 6 3 7 4 1 8

Janvier.11

2 1 6 5 8 4 3 7 9

8 4 9 7 6 3 5 2 1

5 3 7 1 9 2 8 6 4

3 6 8 9 7 1 2 4 5

7 5 2 8 4 6 1 9 3

4 9 1 3 2 5 6 8 7 une société de

et

Ho


Audrey et Jonathan ont choisi

1 877 463-3440

agri-marche.com

Agri-Nouvelles - Janvier 2011  

Revue corporative d'Agri-Marché.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you