Issuu on Google+

Environnement Suisse 2009


Sources des données a

Un office statistique

b

Un service public du domaine concerné

c

Un institut de recherche

d

Un groupe d’intérêt

e

Plusieurs sources appartenant à plusieurs catégories ou dont le classement n’est pas pertinent

Méthode de relevé des données o

Echantillonnage aléatoire, réseau de mesure systématique ou enquête exhaustive, portant sur l’ensemble du territoire national ou cantonal

p

Réseau de mesure défini de manière pragmatique, soit couvrant les conditions typiques et incluant toutes les régions et situations

q

Réseau de mesure défini de manière pragmatique, soit couvrant les conditions typiques mais n’incluant pas toutes les régions et situations

r

Calculs réalisés à partir d’un modèle

s

Evaluation ou expertise

t

Plusieurs méthodes de relevé appartenant à plusieurs catégories ou dont le classement n’est pas pertinent

Types de renvois Renvoi à un graphique ( » G6.1 ... Renvoi à une carte ( » C11.1 ... Renvoi à une figure ( » F1.1 ... Renvoi à un tableau ( » T13.1 ... Renvoi à un chapitre ( » Chapitre 5 ... Renvoi à une page ( » Page 30 ... Renvoi à la bibliographie ( » Ofs 2005 ...

Evaluation des graphiques Les pictogrammes présentent des informations sur l’état : et sur la tendance : B

C

D

E

F

G

A Bon e f g h

H


Environnement Suisse 2009

Edité par l’Office fédéral de l’environnement OFEV et l’Office fédéral de la statistique OFS Berne/Neuchâtel 2009




Impressum Editeur Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication ( DETEC ) Office fédéral de l’environnement ( OFEV ), Berne www.environnement-suisse.ch Département fédéral de l’intérieur ( DFI ) Office fédéral de la statistique ( OFS ), Neuchâtel www.statistique.admin.ch © OFEV, Berne /OFS, Neuchâtel, 2009 Direction de projet et rédaction Brigitte Reutter ( OFEV ), Anne-Marie Mayerat Demarne ( OFS ), Laurent Zecha ( OFS ) Comité de pilotage Gérard Poffet, Thomas Göttin, Nicolas Perritaz ( tous OFEV ), Peter Glauser, Armin Grossenbacher ( les deux OFS ) Groupe d’accompagnement Georg Ledergerber, Elisabeth Maret ( les deux OFEV ), Verena Hirsch ( OFS ) Groupe d’experts Hugo Amacker, Richard Bischof, Markus Bolliger, Daniel Bonomi, Marco D’Alessandro, Paul Filliger, Peter Gerber, Hans Ulrich Gujer, Bettina Hitzfeld, Hans Hosbach, Michael Hügi, Harald Jenk, Isabel Junker, Ronald Kozel, Benjamin Meylan, Markus Nauser, Doris Ochsner, Alexander Reichenbach, Hans Peter Schaffer, Irène Schlachter, Christian Schuler, Peter Straehl, Matthias Stremlow, Claire-Lise Suter, Gilbert Thélin, Sébastien Truffer, Roland von Arx ( tous OFEV ), David Altwegg, Anton Beyeler, Anne Boesch, Florian Kohler, Anne-Marie Mayerat Demarne, Marianne Saxer, Anja Simma, Gerda Suter, ( tous OFS ), Lukas Gutzwiller ( OFEN ), Samuel Vogel ( OFAG ), Mischa Croci-Maspoli, Thomas Herren, Pierre Jeannet, Christoph Schmutz ( tous MétéoSuisse ) Collaboration à la rédaction Marianne Spycher (OFEV ), Christa Mühlemann, Joëlle von Ballmoos, Nadine Yantren ( toutes OFS ) Rédaction journalistique ecos.ch, Bâle: Cornélia Mühlberger de Preux, Rolf von Siebenthal, Daniel Wiener Conception graphique et mise en page Arnold. Inhalt und Form AG, Stäfa Cartes © OFS, ThemaKart: C11.1, C12.1, Sabine Kuster-Ahrens Fonds topographiques pour la carte C14.1: © 2007 SwISSTOpO ( Topographie )

Commande / diffusion OFCL, Diffusion publications, CH-3003 Berne tél. +41 ( 0 )31 325 50 50, fax +41 ( 0 )31 325 50 58 verkauf.zivil@bbl.admin.ch, www.bundespublikationen.admin.ch Numéros de commande: 319.408.f ( français ), 319.408.d ( allemand ), 319.408.i ( italien ), 319.408.e ( anglais ) OFEV, Publications, CH-3003 Berne tél. +41 ( 0 )31 322 89 99, fax +41 ( 0 )31 324 02 16

docu@bafu.admin.ch, www.environnement-suisse.ch » Documentation » Publications Numéros de commande: UD-1006-F ( français ), UD-1006-D ( allemand ), UD-1006-I ( italien ), UD-1006-E ( anglais ) OFS, CH-2010 Neuchâtel tél. +41 ( 0 )32 713 60 60, fax +41 ( 0 )32 713 60 61 order@bfs.admin.ch, www.statistique.admin.ch » Services » Les publications de la statistique suisse Numéros de commande: 319.408.f ( français ), 319.408.d ( allemand ), 319.408.i ( italien ), 319.408.e ( anglais )

Prix CHF 8.– ( TVA inclue )

ISBN 978-3-303-02111-8 ( f ), 978-3-303-02110-1 ( d ), 978-3-303-02112-5 ( i ), 978-3-303-02113-2 ( e )

Précision Ce rapport est disponible en français, allemand, italien et anglais ainsi qu’en version PDF. Tirage 4000 allemand, 1500 français, 500 italien, 800 anglais Papier Recystar, 100 % papier recyclé Couverture Photo de couverture: Centrale électrique Grande Dixence (VS). AURA / Hulda Jossen Complément d’information Office fédéral de l’environnement ( OFEV ) Section Observation de l’environnement CH-3003 Berne, tél. +41 ( 0 )31 323 07 32 info@bafu.admin.ch, www.environnement-suisse.ch Office fédéral de la statistique ( OFS ) Section Environnement, Développement durable, Agriculture, Analyses spatiales CH-2010 Neuchâtel, tél. +41 ( 0 )32 713 67 20 umwelt@bfs.admin.ch, www.environment-stat.admin.ch Remerciements Les éditeurs remercient les scientifiques et les experts de l’administration qui ont fait bénéficier les rédacteurs du présent rapport de leurs précieux conseils.

Contrôle mise en page Jacqueline Dougoud, Zurich Traductions L’allemand est la langue originale du rapport. Jeff Acheson (E ), Cinzia Corda (I ), Stéphane Cuennet (F ), Christopher Hay (E ), Danielle Jaurant (F ), Services linguistiques de l’OFEV (toutes les langues) Source à mentionner OFEV /OFS ( éd. ), Environnement Suisse 2009, Berne et Neuchâtel 2009, 72 pages. La reproduction est autorisée, sauf à des fins commerciales, si la source est mentionnée. Clôture de rédaction 18 décembre 2008

Environnement Suisse 2009

05.09 1500 000000




Table des matières Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Aperçu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement

.....................................................

10

............................................................................

20

Ressources et flux de matières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Energie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Transports et mobilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Industrie, production et commerce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ménages, consommation et tourisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Agriculture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Qualité de l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Changements climatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Eaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Paysage et biodiversité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Forêts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Risques naturels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Risques d’accidents majeurs chimiques et biologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bruit et vibrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Santé et environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

21 23 26 28 31 34 36 38 40 42 44 47 49 51 52 54

II. Etat de l’environnement 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.

III. Comparaison avec quelques pays européens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Annexes Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Informations complémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

60 63 64 65 68

Environnement Suisse 2009




Avant-propos

L’environnement est une des préoccupations importantes de notre société. Les changements climatiques, par exemple, occupent une place notable dans le débat public. Une communication ouverte et transparente est nécessaire pour informer la population sur l’état et l’évolution de l’environnement, et pour fournir une base de discussion claire aux acteurs politiques. Le présent ouvrage, réalisé conjointement par l’Office fédéral de la statistique et l’Office fédéral de l’environnement, met à disposition de tous données et analyses couvrant la relation entre nos modes de vie, de consommation ou de production et l’état de l’environnement. Ce rapport s’inscrit dans le prolongement du rapport « Environnement Suisse 2007 », en mettant l’accent sur l’évolution récente. Certains chapitres ont été simplifiés alors que la comparaison internationale a été étoffée par rapport à la version précédente. Les analyses, fondées sur des informations fiables et actualisées, montrent que notre style de vie et nos moyens de production continuent d’engendrer des pressions sur l’environnement. Ni la consommation de ressources et d’énergie, ni la mobilité ne diminuent. Cette situation se reflète souvent dans la qualité de l’environnement; en effet, celle-ci, après s’être améliorée dans plusieurs domaines ces dernières années, stagne depuis le tournant de ce siècle dans certains d’entre eux où elle reste parfois préoccupante. Jürg Marti, Directeur Office fédéral de la statistique

Un environnement intact ne nous fournit pas seulement les ressources, les aliments, l’énergie et les espaces de détente dont nous avons besoin. Il est aussi synonyme de qualité de vie, contribue à la prospérité et à l’attractivité du pays et représente ainsi un facteur important pour la place économique suisse. L’accroissement de la population augmente les besoins de la société, notamment en logement, énergie, nourriture et mobilité, et par là même les pressions sur l’environnement. Or, bien que la population ait pris conscience de certaines problématiques environnementales, cette prise de conscience ne se traduit pas toujours par de nouveaux comportements. De même, de nombreux processus de fabrication ou de production ont été optimisés; l’efficacité écologique de nombreux produits s’est ainsi améliorée de façon accrue ces dernières années. Mais ces progrès sont insuffisants pour compenser la croissance des besoins et de la consommation. Il faut donc changer de paradigme dans l’utilisation de nos ressources naturelles si nous voulons poursuivre et accentuer cette évolution favorable. Dans une telle perspective, une crise peut aussi être une chance à saisir. Car les intérêts économiques ne s’opposent pas automatiquement à un environnement sain, bien au contraire. Les possibilités offertes par une gestion plus efficace des ressources et par de nouvelles technologies plus écologiques ouvrent les portes à l’innovation, à la croissance et à la prospérité. Bruno Oberle, Directeur Office fédéral de l’environnement

Environnement Suisse 2009




Aperçu

Le rapport « Environnement Suisse 2009 » présenté ici par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV ) et l’Office fédéral de la statistique ( OFS ) donne une vue d’ensemble de l’état actuel de l’environnement dans notre pays. Il s’agit d’une version remaniée et abrégée du rapport « Environnement Suisse 2007 ». Bien que la Suisse ait réussi à mieux maîtriser divers problèmes environnementaux dans les dernières années, elle n’a pas eu le même succès partout. La situation stagne dans de nombreux domaines et la pression exercée sur l’environnement a parfois même augmenté. Comme en 2007, le bilan peut être qualifié de « mitigé ». Le débat sur les changements climatiques, qui s’est intensifié depuis quelque temps, a entre autre sensibilisé davantage la population aux problèmes écologiques. L’environnement a gagné en importance. La conjoncture favorable des années passées peut avoir encouragé cette évolution. Il est difficile de prévoir les effets d’une crise économique sur l’état de l’environnement. Mais les problèmes écologiques demandent à être résolus, en temps de crise aussi. Car aux préoccupations connues viennent sans cesse s’en ajouter d’autres. Par exemple, des technologies nouvelles peuvent parfois receler pour l’homme et l’environnement des risques qui doivent être évalués.

Quel est notre mode de vie ? En Suisse, le nombre des ménages augmente plus vite que la population, et la surface habitable requise par personne ne cesse de croître. Si l’extension des surfaces d’habitat et d’infrastructure s’est ralentie ces dernières années selon des données récentes, elle se fait encore en majeure partie au détriment des surfaces agricoles et des sols de bonne qualité. Notre besoin croissant de mobilité a pour corollaire une augmentation du trafic. Les trois quarts des trajets sont effectués en véhicule privé motorisé, contre quelque 18 % avec les transports publics. Les voitures particulières provoquent 70 % des émissions de CO2 dues au trafic. En tout, le trafic est responsable de 35 % des rejets suisses de CO2. Cette circulation toujours plus dense n’est pas sans conséquences: les infrastructures morcellent le paysage, l’exposition au bruit et aux vibrations augmente. Des assainissements phoniques sont en cours, mais ils devront être poursuivis dans les années à venir. Les ressources que nous utilisons en Suisse ne sont pour la plupart pas renouvelables. Leur consommation a augmenté de 17 % entre 1990 et 2006. Elles sont toujours plus souvent importées, ce qui déplace les pressions environnementales vers d’autres pays et accroît le trafic marchandises. Nous dépendons également de l’étranger pour notre énergie. L’énergie finale provient à 70 % environ de produits

fossiles que nous devons importer. La consommation d’énergie n’a cessé de croître ces dernières années, mais la part des énergies renouvelables ( force hydraulique incluse) n’a guère changé. Elle tourne aujourd’hui autour de 18 %. Des mesures visant à encourager les énergies renouvelables et améliorer l’efficacité énergétique sont en cours d’application.

Quels sont les effets de notre mode de vie sur l’environnement ? Le volume des déchets urbains augmente chaque année. En 20 ans, le taux de collecte et de valorisation a plus que doublé; il représente actuellement plus de 50 % du volume total. Le reste est incinéré selon des techniques respectant l’environnement. La pollution chimique due aux métaux lourds, aux dioxines, aux PCB et à d’autres composés organiques persistants a fortement reculé dernièrement. De nouveaux produits arrivent toutefois régulièrement sur le marché, produits dont les effets et le comportement sont mal connus, voire inconnus. Ils représentent une menace potentielle pour l’environnement et doivent donc être examinés avec grand soin. La même précaution s’impose dans le cas des perturbateurs endocriniens ou encore des organismes génétiquement modifiés et pathogènes. L’état de la couche d’ozone s’est amélioré ces dernières années. La concentration des substances dommageables dans la stratosphère est en régression. On considère comme contaminés les sites chargés de polluants qui constituent un danger pour l’environnement. Quelque 250 sites ont été assainis à ce jour, 3000 à 4000 doivent encore l’être.

Comment notre environnement se porte-t-il ? Les températures ont augmenté en Suisse au cours des dernières décennies; le recul des glaciers et les modifications de la végétation en témoignent. Ce réchauffement est dû principalement aux activités humaines. Selon le Protocole de Kyoto, la moyenne des émissions de gaz à effet de serre entre 2008 et 2012 doit être réduite de 8 % par rapport aux émissions de 1990. Or, si les mesures prises ont pu ralentir leur progression, elles n’ont pas encore réussi à les faire baisser; les rejets sont restés presque identiques entre 1990 et 2006. En tenant compte des certificats d’émission et des puits de carbone constitués par les forêts, la Suisse devrait vraisemblablement atteindre les objectifs de sa politique climatique. Les populations de certaines espèces végétales et animales ont nettement diminué depuis quelques dizaines d’années. Le mitage du paysage, l’expansion du tourisme, l’imperméabilisation des sols et le développement des réseaux routier et ferroviaire en sont responsables. Les changements climatiques pourraient renforcer encore cette Environnement Suisse 2009




évolution. En outre, l’homme a introduit dans certains ha­ bitats des espèces exotiques qui se propagent aux dépens de la flore et de la faune indigènes et peuvent causer des dégâts écologiques. Les paysages naturels et cultivés sont également sous pression. Leur protection est entre autre améliorée par la mise en place de nouveaux parcs. L’eau est généralement de bonne qualité. Dans les agglo­ mérations et dans les zones agricoles, cependant, les eaux souterraines accusent parfois des teneurs excessives en nitrates, produits phytosanitaires et hydrocarbures. Par ailleurs, les lacs et les rivières suisses sont encore chargés de micropolluants tels que les perturbateurs endocriniens ou des pesticides. Enfin, certains cours d’eau présentent des débits résiduels insuffisants ou des fluctuations artifi­ cielles de débit. Des efforts sont entrepris actuellement pour aménager les eaux de façon plus naturelle. La qualité de l’air a enregistré une forte amélioration depuis la moitié des années 1980. Mais les progrès se sont ralentis dernièrement. L’ozone, le dioxyde d’azote et les poussières fines restent préoccupants. Les catastrophes naturelles récentes ont causé des dom­ mages supérieurs à la moyenne. Pour améliorer la protec­ tion, des cartes des dangers sont en cours d’élaboration. Achevées en 2011, elles permettront de mieux localiser les risques principaux et de prendre les mesures nécessaires. Les succès côtoient des échecs: c’est donc bien un bilan mitigé que dresse ce rapport. L’enjeu consistera maintenant à surmonter la situation ambivalente des dernières années. Cet objectif implique de redoubler d’efforts dans les domaines critiques.

Environnement Suisse 2009




Introduction

Les rapports sur l’environnement informent de manière claire et simple sur l’état de l’environnement et son évolution, conformément à la base légale (Constitution fédérale, loi sur la protection de l’environnement, loi sur la statistique fédérale). Ils se fondent sur des renseignements adéquats, fiables et pertinents, ainsi que sur des données validées et officielles. Les éléments ainsi présentés peuvent servir de fondement aux discussions relevant de la politique environnementale et des politiques sectorielles.

Structure du rapport Le rapport « Environnement Suisse 2009 » se compose de trois parties: bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement ( partie I ), état de l’environnement ( partie II ) et comparaison avec quelques pays européens ( partie III ). Ce sixième rapport publié en Suisse paraît sous une forme abrégée et sert de complément à l’édition « Environnement Suisse 2007 ». Il permet d’évaluer la politique environnementale de la Suisse et s’adresse avant tout aux décideurs ainsi qu’au public intéressé. Des informations plus spécifiques, telles que les données et les indicateurs utilisés, sont mises à disposition sur Internet.

Cadre conceptuel et principes méthodologiques La présente édition d’« Environnement Suisse » adopte une approche similaire à celle de l’édition 2007, qui avait été préparée selon le modèle DPSIR1 harmonisé au niveau européen. Elle aborde donc non seulement les thèmes environnementaux proprement dits, mais aussi les principales activités humaines ayant une incidence sur l’environnement. Ce rapport abrégé donne une vue d’ensemble de l’état de l’environnement en Suisse. Les spécialistes de divers offices fédéraux ont participé à sa rédaction. Pour de plus amples explications et des indications complémentaires, il est néanmoins recommandé de se reporter à l’édition 2007, plus détaillée.

Dans les différents domaines examinés, l’état de l’environnement a été déterminé sur la base de la moyenne des données disponibles pour les trois dernières années en rapport avec l’objectif fixé. Les résultats reflètent quatre cas de figure: 0 bon état: l’objectif est atteint; 0 état satisfaisant: l’objectif est manqué de peu; 0 mauvais état: l’objectif n’est pas atteint; 0 aucune évaluation possible: pas d’objectif ou données insuffisantes. En règle générale, la tendance indiquée porte sur une période de dix ans allant jusqu’à l’année la plus récente pour laquelle des résultats étaient disponibles. Elle se réfère à l’objectif fixé et reflète également quatre cas de figure: 0 tendance positive: progression nette en direction de l’objectif; 0 tendance stable: pas ou peu d’évolution; 0 tendance négative: écart croissant par rapport à l’objectif; 0 aucune évaluation possible: pas d’objectif ou données insuffisantes. Les indicateurs présentés dans le rapport se fondent généralement sur les données disponibles jusqu’à fin 2008. Les chiffres ayant été arrondis à la valeur supérieure ou inférieure, il peut arriver que la somme des montants diffère du total.

Evaluation des graphiques Les renseignements visualisés par les graphiques ont fait l’objet d’une évaluation, présentée sous la forme de pictogrammes ( » Rabaat de la page de couverture ). Chaque pictogramme signale l’état de l’environnement et son évolution pour un thème donné, ce qui permet de saisir d’un coup d’œil l’information principale. L’évaluation a été réalisée en fonction d’un objectif fixé soit dans une base légale, soit dans une stratégie. Des critères homogènes ont été définis au préalable afin de garantir une procédure systématique et transparente pour tous les graphiques. 1 DPSIR: forces motrices ( Driving forces ), pressions sur l’environnement

( Pressures ), état de l’environnement ( State ), incidences sur l’environnement ( Impact ), réponses apportées ( Responses ).

Environnement Suisse 2009


10

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement Cette partie synoptique dresse le bilan de la mise en œuvre de la politique environnementale suisse. Les effets de cette politique sont examinés en fonction des objectifs définis dans la législation, dans des plans d’action ou dans des stratégies, ce qui permet de répondre succinctement pour chaque thème étudié aux questions suivantes: – Où en sommes-nous ? – Où sont les lacunes ? – Quelles en sont les causes ? – Quelles sont les mesures prises et quels sont leurs effets ? Les messages clés sont étayés par des indicateurs pertinents qui révèlent si les objectifs fixés ont été atteints. Certains thèmes sont présentés sans indicateur, lorsque les données manquent en l’état actuel des connaissances. Ce rapide survol fournit un aperçu de l’état de l’environnement et de l’efficacité des mesures prises à ce jour. La deuxième partie du rapport aborde les différents domaines de façon plus approfondie. Les thèmes traités sont les suivants : Air – Climat – Couche d’ozone – Produits chimiques – Déchets – Sites contaminés – Risques d’accidents majeurs – Biotechnologie – Bruit et vibrations – Biodiversité – Nature et paysage – Forêts – Sols – Eaux – Rayonnement non ionisant – Ressources – Coopération internationale et Dangers naturels.

Environnement Suisse 2009


11

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement

Air La qualité de l’air s’est fortement améliorée au cours des 25 dernières années. Depuis l’an 2000, toutefois, les progrès se sont ralentis. Les immissions de poussières fines, d’ozone et de dioxyde d’azote ainsi que les dépôts azotés restent excessives. Elles sont dues en particulier aux émissions de poussières fines (PM10), d’oxydes d’azote (NOx), de composés organiques volatils (COVNM) et d’ammoniac (NH3) causées par les transports, l’industrie, les ménages et l’agriculture. La mise en œuvre de mesures efficaces à long terme – recours aux meilleures technologies disponibles pour l’équipement des véhicules et des installations, instruments d’incitation tels que la redevance poids lourds liée aux prestations (RPLP) ou la taxe sur les COV – doit être poursuivie. Au niveau international, il faut renforcer la lutte contre la pollution atmosphérique transfrontière.

G1 Dépassements des valeurs limites d’immission de l’ordonnance sur la protection de l’air (opair) en 2006 Valeurs limites d’immission k Respectées quasiment partout k Dépassées en certains endroits k Souvent/largement dépassées

Ville

Agglomération

Campagne

Dioxyde de soufre ( SO2) Dioxyde d’azote (NO2 ) Ozone (O3) PM10

bp

Source: OFEV

G2

Emissions de polluants atmosphériques

500 % 400 % 300 %

k k k k k

4

SO2 NOx COVNM PM10 NH3

200 % 100 %

Prévention

0 % 1900

1920

1940

1960

1980

2000

br

Source: OFEV

Climat Les 30 dernières années, les températures moyennes ont augmenté environ 1,5 fois plus en Suisse qu’ailleurs sur les terres émergées de l’hémisphère Nord. Les signes du réchauffement climatique sont visibles: recul des glaciers, fonte du permafrost, modifications de la végétation. Entre 1990 et 2006, les émissions de gaz à effet de serre n’ont presque pas diminué. Selon le Protocole de Kyoto, elles doivent être réduites, pour la moyenne des années 2008 à 2012, de 8 % par rapport à 1990. La compensation d’émissions par l’achat de certificats étrangers et par l’effet de « puits de carbone » des forêts peut être prise en compte dans le bilan. En Suisse, les rejets de CO2 représentent environ 86 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre. La loi sur le CO2 impose de réduire de 10 % d’ici à 2010 les rejets dus à la consommation d’énergies fossiles. Pour y parvenir, un centime climatique applicable aux carburants a été introduit en 2005 et une taxe sur le CO2 est perçue sur les combustibles depuis le 1er janvier 2008. De plus, les carburants gazeux et certains carburants biogènes bénéficient depuis le 1er juillet 2008 d’un allégement fiscal. Selon des estimations de l’automne 2008, la Suisse pourra atteindre l’objectif du Protocole de Kyoto.

2020

G3 Température annuelle moyenne en Suisse Ecart par rapport à la moyenne 1961−1990 Ecart de température en °C

Ww

Effet anthropique dominant

k Années au-dessus de la moyenne 1961–1990 k Années au-dessous de la moyenne 1961–1990 k Moyenne pondérée sur 20 ans (filtre passe-bas de Gauss)

2,0 1,5 1,0 0,5 0 –0,5 –1,0 –1,5 1900

1920

1940

1960

1980

bp

Source: MétéoSuisse

G4

2000 2008

Emissions de gaz à effet de serre Indice 1990 = 100

Tt Millions de tonnes d’équivalents CO2

105

52,71

100 95 90 85

50,88 k k k k k

Total Cheminement théorique 1 Objectif de Kyoto 1 Cheminement théorique yoto Objectif de K Kyoto

48,49

1990 1994 1998 2002 2006 2010 2012 1 Attendu en tenant compte des certificats et des puits de carbone.

Source: OFEV

br

Environnement Suisse 2009


12

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement

Couche d’ozone Sous nos latitudes, la couche d’ozone a diminué de 4 % depuis 1980, provoquant une augmentation du rayonnement UVB sur terre. Lors d’hivers très froids, la concentration d’ozone peut diminuer de 15 % au-dessus de l’Arctique et de petits trous d’ozone peuvent se former aussi au-dessus de la Suisse. La concentration des substances nuisibles dans la stratosphère est toutefois en recul depuis quelques années. Le Protocole de Montréal, signé il y a 20 ans dans le but de protéger la couche d’ozone, a été efficace. Les objectifs fixés sont atteints en Suisse. Depuis 1996, les substances appauvrissant la couche d’ozone n’y sont pratiquement plus utilisées, à l’exception des chlorofluorocarbures partiellement halogénés (HCFC ), qui ne seront totalement interdits qu’à partir de 2015. On constate aujourd’hui une amélioration de la situation. Si les efforts consentis jusqu’ici sont poursuivis, la couche d’ozone devrait recouvrer vers 2050 son état d’avant 1980.

G5 Importations de substances appauvrissant la couche d’ozone

6

Tonnes 10 000

k CFC, halons, tétrachlorure de carbone, trichloroéthane k HCFC et bromure de méthyle

8000 6000 4000 2000 0 1989

1992

1995

1998

2001

2004

bs

Source: OFEV

G6

2006

Couche d’ozone au-dessus de la Suisse

t

Dobson1 350 340 330 320 310 300 290

k Mesures

1952 1957 1962 1967 1972 1977 1982 1987 1992 1997 2002 2007

L’unité Dobson (Dobson Unit, DU) est définie comme une épaisseur d’ozone pur de 0,01 mm mesurée au niveau du sol à une température de 0 °C et une pression de 1 atmosphère. Si tout l’ozone compris dans une colonne d’air était concentré au niveau du sol, 330 DU représenteraient donc une épaisseur d’ozone de 3,3 mm. 1

bq

Source: MétéoSuisse

Produits chimiques L’industrie chimique joue un rôle économique prépondérant en Suisse. Grâce à des dispositions strictes, la pollution de l’environnement par des substances connues comme les métaux lourds, les dioxines, les biphényles polychlorés ( PCB) et d’autres polluants organiques persistants a fortement diminué. Toutefois, on continue de fabriquer de nombreux produits chimiques dont on connaît mal – ou pas du tout – les effets et le comportement dans l’environnement. Il convient donc d’accélérer les tests et les évaluations de substances et d’améliorer les fondements qui permettent d’apprécier les produits chimiques. C’est particulièrement vrai pour les substances à effet endocrinien et les nanomatériaux.

Environnement Suisse 2009

G7 Proportion de substances déjà évaluées par rapport à l’ensemble des substances notifiées par l’ocde 100 % = 4843 substances notifiées par l’OCDE 18 % 15 % 12 % 9% 6% 3% 0 % 1993

Source: OCDE

1995

1997

1999

2001

2003

2005

2007

es

4


13

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement

Déchets Chaque année, la Suisse produit davantage de déchets urbains. En 2007, il a fallu en traiter quelque 5,5 millions de tonnes ( 720 kg par habitant ). La moitié de ces déchets sont désormais collectés et valorisés dans des filières séparées. Les quantités de matériaux ainsi traités ont plus que doublé en 20 ans. Le reste des déchets urbains est incinéré en respectant l’environnement. L’électricité et la chaleur produites par leur combustion fournissent environ 2 % de la consommation suisse d’énergie finale. Chaque année, quelque 1,2 million de tonnes de déchets spéciaux sont en outre conditionnés sous une forme particulière, éliminés en Suisse ou exportés, conformément aux dispositions de la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination. De manière générale, le financement de l’élimination des déchets en Suisse repose sur le principe de causalité. Toutefois, la politique des déchets efficace menée en Suisse n’a pas permis à elle seule de réduire la consommation de matières premières.

G8

Quantités de déchets urbains

3

Millions de tonnes k Déchets urbains collectés séparément k Déchets urbains incinérés et mis en décharge

6 5 4 3 2 1

0 1970

1975

1980

1985

1990

1995

2000

et

Source: OFEV

G9

2007

Elimination de déchets spéciaux k k k k

Exportation Valorisation en Suisse Traitement physico-chimique en Suisse

w

k Incinération en Suisse k Mise en décharge superficielle k en Suisse

Tonnes 1 500 000 1 200 000 900 000 600 000 300 000 0 1992

1994

1996

1998

2000

2002

2005 bs

Source: OFEV

Sites contaminés En Suisse, quelque 50 000 sites sont considérés comme pollués. Parmi ceux-ci, 13 000 devront encore faire l’objet d’investigations plus précises. Jusqu’ici, les cantons ont recensé 70 % des sites dans des cadastres accessibles au public. On compte entre 3000 et 4000 sites contaminés qui devront être assainis. Dans les cas les plus urgents, les investigations et les travaux d’assainissement sont déjà en cours. 25 % des études nécessaires sont achevées et plus de 250 sites ont été assainis. Le coût de l’ensemble des assainissements avoisinera 5 milliards de francs. Dès que les cadastres cantonaux seront complets et que les investigations de sites pollués seront terminées, les assainissements pourront être fortement accélérés. Le soutien financier annuel de 26 millions de francs proposé par la Confédération devrait largement y contribuer.

G10

Etapes du traitement des sites contaminés

Introduits dans le cadastre

Investigations terminées

8

2006 2008 2011 k Atteint jusqu’ici k Objectif initial k Objectif

2006 2008 2015

Sites contaminés assainis 2006 2008 2025 0 10 000 Nombre de sites Source: OFEV

20 000

30 000

40 000

50 000 bs

Environnement Suisse 2009


14

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement

Risques d’accidents majeurs En Suisse, 2300 exploitations, 4000 km de chemin de fer, 7850 km de route et un tronçon de 20 km du Rhin sont soumis à l’ordonnance sur les accidents majeurs ( opam ). Leurs détenteurs doivent prendre des mesures appropriées, alors que les autorités contrôlent régulièrement ces installations. Là où un accident majeur pourrait avoir des conséquences graves pour l’environnement ou la population, les responsables de l’installation doivent procéder à une étude de risque. C’est le cas d’environ 9 % des installations. Si nécessaire, les autorités ordonnent des mesures de réduction du risque. Comme la technique et l’économie se développent sans cesse, la prévention des accidents majeurs est une tâche permanente de la Confédération et des cantons. Sur un territoire utilisé de plus en plus densément, la coordina-

Biotechnologie Des organismes génétiquement modifiés ( OGM ) sont employés dans l’industrie et la recherche. Leur utilisation a encore progressé ces deux dernières années. En revanche, la fréquence des activités comprenant des organismes pathogènes s’est maintenue, en 2006 et 2007, au niveau des deux années précédentes. En 2007, trois disséminations expérimentales d’OGM ont été autorisées à des fins de recherche. Dans deux cas, il s’agissait de disséminer du blé résistant à un champignon. Le troisième projet concernait un croisement entre une plante sauvage et du blé résistant à un champignon. Aucune demande d’utilisation commerciale d’OGM n’a été déposée. Un moratoire interdit l’utilisation d’OGM dans l’agriculture jusqu’en 2010.

Bruit et vibrations En Suisse, plus de 1,3 million de personnes sont exposées durant la journée à un bruit excessif, essentiellement dû aux transports. Par ailleurs, quelque 40 000 personnes subissent des vibrations d’une intensité proche des valeurs indicatives. Ces dernières années, près de 1 milliard de francs ont déjà été dépensés pour des assainissements acoustiques. Les dispositions prises sont toutefois loin de protéger suffisamment la population. Outre l’application prioritaire de mesures à la source, la stratégie de lutte contre le bruit doit notamment avoir pour objectif d’étendre la protection à l’ensemble des zones d’habitat. Un réseau national de surveillance du bruit et un système incitant à réduire les nuisances sonores sont en cours de mise en place.

Environnement Suisse 2009

G11 Entreprises soumises à l’ordonnance sur les accidents majeurs Nombre d’entreprises

z

k soumises à l’OPAM k soumises à l’OPAM avec étude de risque

3000 2400 1800 1200 600 0

1996

2001

2005 bp

Source: OFEV

tion précoce de l’aménagement du territoire et de la prévention des accidents majeurs gagne en importance.

G12 Activités incluant des organismes génétiquement modifiés (OGM) ou des organismes pathogènes (OP) en milieu confiné Nombre d’activités 1500 1200

k OGM k OP

900 600 300 0 1979

1983

1987

1991

1995

1999

2003

2007 bq

Source: OFEV

G13 Nombre de personnes soumises, durant la journée, à des immissions sonores supérieures aux valeurs limites en 2009 Nombre de personnes 1 200 000 1 000 000 800 000 600 000 400 000 200 000 0

Source: OFEV

5000 Routes

Voies ferrées

Aérodromes

Installations de tir br

8


15

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environne-

Biodiversité On compte en Suisse plus de 50 000 espèces animales et végétales. Parmi les espèces jadis répandues, nombreuses sont celles qui ont disparu ou sont menacées. Certaines populations ont par ailleurs fortement régressé au cours des dernières décennies. En cause: l’urbanisation croissante du paysage, le développement du tourisme, l’imperméabilisation des sols et l’extension des réseaux routier et ferroviaire. Dans certains habitats, la prolifération d’espèces exotiques pose aussi problème. La Convention sur la diversité biologique, ratifiée par notre pays en 1994, doit aussi contribuer à arrêter le recul des espèces, inscrire l’utilisation des éléments de la biodiversité dans une perspective durable et assurer un partage juste et équitable des avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques. Le Parlement a inclus l’élaboration d’une stratégie nationale en faveur de la biodiversité dans son programme de législature 2007 –2011.

G14 Populations d’oiseaux nicheurs Evolution des effectifs d’oiseaux nicheurs en Suisse

130 120

z

Indice 1990 = 100 k Oiseaux nichant régulièrement (169 espèces), k Dont espèces de la liste rouge (38 espèces)

110 100 90 80 70 60 1990

1993

1996

1999

2002

2005

2007

cs

Source: Station ornithologique de Sempach, Swiss Bird Index®

G15 Espèces éteintes, menacées, potentiellement menacées et non menacées, par groupe

8

k Non menacées k Données lacunaires

k Disparues ou éteintes k Menacées k Potentiellement menacées Mammifères (82 espèces) Mammifères Säugetiere Oiseaux nicheursBrutvögel (195) ReptilesReptilien (19) Amphibiens (20) Amphibien Poissons et cyclostomes (55) Fische und Rundmäuler MollusquesWeichtiere (270) Insectes (2085) Insekten t fougères Plantes à fleurs et eFarn(3144) und Blütenpflanzen Mousses (1093) Moose Lichens Flechten (787) Champignons supérieurs Grosspilze (4960)

20 % 40 % 60 % 80 % 100 % 0% Etat entre 1994 et 2007, selon le groupe d’espèces cs

Source: OFEV

Nature et paysage La Suisse compte de nombreux paysages remarquables, qu’ils soient naturels ou façonnés par l’homme. Il s’agit là de biens précieux pour la qualité de vie et le tourisme. Cependant, nombre d’entre eux subissent des atteintes du fait du mitage du territoire, de l’utilisation intensive des sols et de leur imperméabilisation. Les principes directeurs Paysage 2020 doivent freiner ce phénomène, en veillant à ce que les paysages offrent un habitat à toutes les espèces animales et végétales, dans lequel l’homme puisse lui aussi s’épanouir. La protection de la nature et du paysage doit en outre être améliorée avec la création de nouveaux parcs nationaux, parcs naturels régionaux et périurbains. En 2008, 9 demandes de financement de parcs ont été approuvées, auxquelles s’en ajouteront au moins 13 autres d’ici à 2011.

G16 Morcellement du paysage (sans les lacs) en dessous de 2100 mètres

90 50 10

Densité effective de mailles seff k Alpes centrales k Plateau k Jura k Sud des Alpes k Suisse 1885

1935

w

k Nord des Alpes

1960

1980

2002

6 4 2 0

1885 1935 1960 Plus la densité effective de mailles est élevée, plus le paysage est morcelé. Source: Jaeger et al., 2007

1980

2002

ct

G17 Dépenses nettes de protection de la nature des collectivités publiques (corrigées de l’inflation) Millions de francs 160

k Communes k Cantons k Confédération

120 80 40 0 1990

1995

2000

2006

Sans contributions écologiques, ni paiements directs Sources: AFF; OFS

ao

Environnement Suisse 2009


16

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement

Forêts Les forêts suisses couvrent une superficie de 1,3 million d’hectares, soit près d’un tiers du pays. La surface forestière a augmenté de 4,9 % depuis 1995. En effet, la forêt reconquiert les terres abandonnées par l’agriculture de montagne. Ainsi, le volume de bois s’est accru de près de 20 % sur le versant sud des Alpes, tandis qu’il baissait d’environ 7 % sur le Plateau. Les dépôts excessifs d’azote atmosphérique perturbent le bilan nutritif des forêts et acidifient leurs sols. Elles sont touchées à 90 %, ce qui menace leur fonction de filtre naturel pour les eaux souterraines. En outre, l’impact des changements climatiques devrait encore renforcer la pression sur l’écosystème forestier. Satisfaire la demande croissante de bois de façon judicieuse tant pour l’économie que pour l’écologie, c’est le défi principal à relever dans les années qui viennent. Parallèlement, il faudra veiller à assurer les fonctions protectrice et sociale des forêts.

G18 Accroissement, taux de mortalité et exploitation Calculés sur la base du bois de tige en écorce k Exploitation k Taux de mortalité

k Accroissement

Schweiz Suisse Alpensüdseite Sud des Alpes Alpen Alpes Voralpen Préalpes Mittelland Plateau Jura Jura 0

6 7 8 9 10 Millions de mètres cubes par an Moyennes annuelles modélisées pour la période de 1996 à 2006

Source: WSL, IFN 2007

eo

G19

1

2

3

5

4

Réserves forestières Surface forestière totale

8 Surface des réserves forestières

Forêts 96,8 % Réserves forestières 3,2 %

Réserves combinées1 43 % (1,4 %) Réserves particulières2 18,3 % (0,6 %) Réserves naturelles3 38,7 % (1,2 %)

1 Réserves forestières comprenant à la fois des surfaces naturelles (type 1) et des surfaces particulières (type 2). 2 Réserves forestières favorisant la diversité des espèces par des interventions ciblées. 3 Réserves où la forêt peut se développer naturellement sans intervention humaine.

eo

Source: OFEV

Sols En Suisse, les changements d’affectation des sols ne ralentissent pas: en moyenne, 11 hectares de surface agricole disparaissent chaque jour. En outre, les terrains ouverts souffrent souvent de pollutions chimiques: plus de 15 % des sols examinés présentent des concentrations en métaux lourds supérieures aux valeurs indicatives. Ces atteintes sont dues aux nouvelles infrastructures, à l’agriculture et à la sylviculture intensives, ainsi qu’à d’autres activités comme les transports, les loisirs, l’incinération illégale de déchets et le remblayage de terrains. Jusqu’ici, les effets positifs obtenus sont surtout liés à la limitation des émissions de polluants, aux dispositions restreignant l’emploi de substances et d’organismes, ou aux exigences concernant l’infiltration des eaux usées. Les atteintes physiques – compactage et érosion, par exemple – restent problématiques. Elles peuvent détruire les sols ou provoquer des pertes importantes. Dans ce domaine, il faut systématiquement appliquer le principe de prévoyance.

Environnement Suisse 2009

G20 Dépassements des valeurs indicatives en fonction de l’utilisation du sol, 1990–1996 Environ 14 000 stations de mesure cantonales et nationales 60 % 50 % 40 %

k k k k

Plomb Cadmium Cuivre Zinc

30 % 20 % 10 % 0 % Terres es arables TerrTerres arables

Source: OFEFP 2000

Prés et pâturages

Cultures intensives

Forêts et et zones zones Surfaces Forêts Surfaces d’habitation protégées d’habitation non construites bq

8


17

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement

Eaux La qualité des eaux des lacs et des rivières suisses s’est nettement améliorée dans les dernières dizaines d’années. Les micropolluants provenant des ménages, de l’agriculture, de l’industrie et de l’artisanat continuent cependant de poser problème. La qualité des eaux souterraines est bonne en général. Dans les régions d’agriculture intensive et les agglomérations, on dénote toutefois fréquemment des concentrations excessives de substances telles que les nitrates, les produits phytosanitaires et les hydrocarbures. La Suisse traite chaque année 1500 millions de m3 d’eaux usées. La construction et l’entretien des infrastructures requises pour l’épuration demandent des investissements considérables. De nombreux cours d’eau manquent d’espace, leur structure et leur régime d’écoulement sont altérés (débits résiduels insuffisants, modifications artificielles et soudaines de débit). Seule la mise à disposition des surfaces et des moyens financiers nécessaires à leur revitalisation permettra de remédier à cette situation.

G21 Concentrations de substances dans les eaux souterraines en 2007

7

k Stations de mesure NAQUA non analysées en 2007 (en général non polluées) k Aucune présence de substances (nitrates: faible concentration) k Présence de substances sans dépassement des exigences chiffrées (MTBE: valeur indicative) k Présence de substances avec dépassement des exigences chiffrées (MTBE: valeur indicative)

Nitrates

46

187

191

105

Produits phytosanitaires

46

215

216

52

BTEX

1

Méthyl-tertbutyléther (MTBE)

61

434

52

376

0%

12 1 70

1

20 %

40 % 60 % 80 % 100 % Pourcentage des stations de mesure NAQUA 1 Benzène, toluène, éthylbenzène, xylène

bp

Source: OFEV

G22

Teneur en phosphore de l’eau des lacs k Lac de Hallwil k Lac de Zoug k Lac de Constance

5

k Lac Léman k Lac de Zurich k Lac de Neuchâtel

Quantité totale de phosphore, en microgrammes par litre 250 200 150 100 50 0 1981 1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003

2007

bq

Source: OFEV

G23 Couverture des dépenses publiques de gestion des eaux usées Millions de francs

4

k Défaut de couverture k Recette de la redevance

2000 1500 1000 500 0 1990 Source: OFS

1995

2000

2006 ao

Environnement Suisse 2009


18

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement

Rayonnement non ionisant Des valeurs limites d’immissions s’appliquent en Suisse au rayonnement non ionisant dans les lieux où des personnes séjournent; elles sont respectées dans la plupart des cas. Des restrictions plus sévères ont été définies pour l’exposition de longue durée due aux antennes de radiodiffusion et de téléphonie mobile, ainsi que pour les projets de lignes à haute tension et de lignes de contact des chemins de fer. Le rayonnement non ionisant a augmenté ces dernières années, en raison de l’accroissement de la consommation d’électricité et du développement rapide de la téléphonie mobile. Il est cependant possible de réduire les immissions en recourant à des technologies émettant moins de rayonnement. Des indices laissent supposer que des réactions biologiques peuvent survenir même sans dépassement des valeurs limites. L’état actuel des connaissances ne permet toutefois pas d’évaluer si ces effets sont nuisibles pour la santé. D’ici fin 2009, un programme national de recherche répondra au moins partiellement aux questions en suspens.

Ressources L’utilisation et la consommation croissante de ressources, la plupart limitées et souvent non renouvelables, ont des effets sur leur disponibilité et leur répartition ainsi qu’une multitude d’impacts sur l’environnement. En effet, des pressions sur l’environnement sont générées lors de l’extraction ou de la transformation de ces ressources, de même que lorsqu’elles retournent vers l’environnement sous forme d’émissions ou de déchets. En 2006, 360 millions de tonnes de matières étaient extraites, utilisées ou déplacées dans notre pays ou à l’étranger pour subvenir aux besoins de l’économie et des ménages en Suisse. Cette quantité a augmenté de 17 % depuis 1990. Même si de grands progrès ont été accomplis en ce qui concerne le recyclage et la production de biens présentant un meilleur bilan écologique, la préservation des ressources naturelles nécessite en Suisse une politique de gestion durable de l’ensemble de ces dernières.

Environnement Suisse 2009

G24

Téléphonie mobile en Suisse k Utilisateurs k Sites avec antennes Nombre d’utilisateurs (en millions) 8 7 6 5 4 3 2 1 0 1993 1995 1997

Nombre de sites avec antennes de téléphonie mobile

1999

2001

2003

2005

12 000 10 000 8000 6000 4000 2000 2007 0

bo

Source: OFCOM

G25

Utilisation de ressources 1

w

Millions de tonnes k Part étrangère k Part indigène

400 350

300 250 200 150 100 50 0 1990

1992

1994

1996

1998

2000

2002

2004

2006

Toutes les matières nécessaires aux besoins de l’économie Suisse (TMR), sauf l’air et l’eau. 1

Source : OFS

ao


19

I. Bilan de la mise en œuvre de la politique de l’environnement

Coopération internationale Le Conseil fédéral a fait de l’environnement l’un des cinq domaines prioritaires de la politique extérieure de la Suisse. Notre pays a ratifié toute une série de traités et joue un rôle actif dans la plupart des organisations internationales qui s’engagent en faveur de l’environnement ou du développement durable. Il accorde une importance toute particulière à la gouvernance internationale du domaine de l’environnement, aux changements climatiques, à la protection de la biodiversité, aux produits chimiques et aux déchets dangereux, à la protection de la couche d’ozone et à la gestion durable des forêts et de l’eau. Par ailleurs, au plan international, la Suisse veille à une meilleure coordination des mesures politiques liées à l’environnement et au commerce,

par exemple dans le cadre du Cycle de Doha de l’Organisation mondiale du commerce ( omc ) ou lors de l’élaboration d’accords de libre-échange. Elle apporte aussi son soutien financier à la mise en œuvre des traités environnementaux dans les pays en développement, par l’intermédiaire du Fonds pour l’environnement mondial ( fem ), notamment.

Dangers naturels

G26 Dégâts causés en Suisse par les intempéries (crues, laves torrentielles, glissements de terrain, éboulements 1) Montants corrigés de l’inflation (année de référence: 2007)

8

Les dangers naturels ont toujours joué un rôle particulier en Suisse. En moyenne annuelle, les catastrophes naturelles font 10 victimes et causent des dégâts dont le montant se chiffre à plus de 360 millions de francs. En raison d’une urbanisation anarchique qui tient parfois peu compte des risques, beaucoup de bâtiments, de biens et d’infrastructures se trouvent dans des zones menacées. D’ici à 2011, des cartes des dangers vont être mises au point pour toute la Suisse. Elles permettront de mieux localiser les risques principaux et de prendre des mesures appropriées. Si certaines zones ne peuvent pas être protégées sans coûts disproportionnés, il faudra aussi envisager à l’avenir de restreindre leur utilisation ou d’y renoncer entièrement.

G27 Degré de réalisation des cartes des dangers en 2008 (en pourcentage de la surface) k Non réalisées k Partiellement réalisées k En cours de réalisation

k Achevées k Achevées et appliquées dans k l’aménagement du territoire

100 % 80 %

Millions de francs 3500 3000 2500 2000 1500 1000 500 0 1972 1976 1980 1 Depuis 2002 Sources: OFEV; WSL/SLF

1988

1992

1996

2000

2004 2007

cs

G28 Dépenses pour la prévention des dangers naturels – moyenne des années 2000–2005 Montant annuel total: 2,9 milliards de francs Préparation de l’engagement 14 % Prévention 45 %

60 %

1984

Elaboration de données de base ention 4% Assurances 37 %

40 % 20 % 0%

Glissements

Source: OFEV

Eboulements

Crues

Avalanches bo

Source: OFEV

bo

Environnement Suisse 2009


20

II. Etat de l’environnement Les activités humaines ont souvent des effets négatifs sur l’environnement. La maîtrise de ces impacts sera l’un des grands enjeux des prochaines années. Les relations entre les activités humaines et l’environnement sont examinées au moyen d’analyses circonstanciées s’appuyant sur des indicateurs. Les explications fournies permettent au lecteur de mieux comprendre ces liens parfois complexes, de même que les dispositions prises. Les thèmes environnementaux sont abordés de façon à compléter les informations données dans la partie I. Les analyses et les explications présentent une vue d’ensemble de l’état actuel de l’environnement, de son évolution et des mesures engagées. Pour de plus amples informations, il est cependant recommandé de consulter l’édition 2007 du rapport, plus détaillée. Les thèmes traités sont les suivants : Ressources et flux de matières – Energie – Transports et mobilité – Industrie, production et commerce – Ménages, consommation et tourisme – Agriculture – Qualité de l’air – Changements climatiques – Eaux – Sols – Paysage et biodiversité – Forêts – Risques naturels – Risques d’accidents majeurs chimiques et biologiques – Bruit et vibrations – Santé et environnement.

Environnement Suisse 2009


21

II. Etat de l’environnement

1. Ressources et flux de matières L’ensemble des besoins en ressources de la Suisse a augmenté de 17 % entre 1990 et 2006. Les importations sont de plus en plus importantes, ainsi que les charges environnementales qui leur sont liées à l’étranger. La préservation des ressources naturelles passe par une politique de gestion durable de l’ensemble de ces dernières.

Utilisation des ressources Notre prospérité est en grande partie basée sur la consommation de ressources naturelles. Or l’utilisation et la consommation croissante de ces matières provoquent de multiples impacts sur notre environnement, lors de leur extraction, de leur transformation, ou lorsqu’elles retournent dans l’environnement sous forme d’émissions ou de déchets ( » F1.1). En 2006, 360 millions de tonnes de matières, soit plus de 47 tonnes par personne, ont été extraites, utilisées ou déplacées dans notre pays ou à l’étranger pour subvenir aux besoins de l’économie et des ménages en Suisse. Ainsi, l’ensemble des besoins matériels ( TMR, Total Material Requirement), composé de tous les flux de matières directs et indirects générés par les activités économiques de notre pays1, a crû de 17 % depuis 1990 ( » OFS 2008a ). Dans le même temps, la population résidente a crû d’environ 11 %. La productivité matérielle met en relation la richesse produite avec l’ensemble des besoins matériels de notre économie. Si elle a augmenté au début des années 1990, elle fluctue depuis, sans tendance claire ( » G1.1). Il n’y a donc pas de découplage entre la croissance économique et l’utilisation de matières. De même, il n’y a pas de dématériali1 A l’exception de l’air et de l’eau.

w

G1.1 Productivité matérielle, ensemble des besoins matériels (TMR) et PIB

sation de l’économie, celle-ci nécessiterait une réduction des matières utilisées. Les flux directs, soit les matières directement utilisées par l’économie, sont composés des matières extraites en Suisse et des importations de matières brutes ou de produits manufacturés. En 2006, ils ne représentaient que 31 % du TMR, ou près de 15 tonnes par personne. Les 69 % restants consistaient en flux indirects, soit les matériaux non utilisés issus de l’extraction indigène et les flux cachés liés aux importations. Cette proportion démontre l’importance de ces flux souvent ignorés. La part indigène du TMR, qui concerne les matières extraites en Suisse, a diminué de 18 % entre 1990 et 2006 pour ne représenter plus que 31 % ( » G25). Seuls de la biomasse et des minéraux de construction sont extraits dans notre pays, dont le sous-sol ne contient pas de ressources naturelles exploitables comme les produits fossiles ou les métaux. L’extraction des minéraux de construction est fortement liée à la conjoncture dans le secteur du bâtiment. La production de biomasse est influencée par les conditions atmosphériques ou les événements météorologiques extrêmes; elle tend cependant à diminuer. La part étrangère du TMR, qui porte sur les importations et leurs flux cachés, s’est élevée de 11 % pendant la même »

G1.2 Importations selon le degré de finition des produits

Indice 1990 = 100

125 120

Indice 1990 = 100

k Productivité matérielle k PIB (réel) k TMR

160 150

115

140

110

130

105

120 110

100

100

95

90

90 85

k Produits finis k Matériaux semi-manufacturés k Matériaux bruts

80 1990

Source : OFS

1992

1994

1996

1998

2000

2002

2004

2006 ao

70

1990

Source : OFS

1992

1994

1996

1998

2000

2002

2004

2006 ao

Environnement Suisse 2009


22

II. Etat de l’environnement 1. Ressources et flux de matières

› période. Les quantités importées sont en augmentation constante depuis 2000 et ont atteint près de 50 millions de tonnes en 2006. De plus, leur composition s’est modifiée. Depuis 1990, les matières brutes ont diminué de 5 %, alors que les produits finis ont crû de 55 % pour représenter 36 % du total des importations en 2006 ( » G1.2). La Suisse dépend donc de plus en plus de pays tiers, et notre mode de consommation, tout comme la tertiarisation de notre économie, engendrent une délocalisation grandissante des pressions environnementales hors de nos frontières.

F1.1 Schéma des comptes de flux de matières en 2006 En millions de tonnes Input Eléments d’équilibrage (intrants)

L’antimoine L’antimoine entre dans la composition de nombreux produits, tant métalliques – turbines, piles, munitions et câbles – que non métalliques, par exemple comme catalyseur pour la polyméri­ sation de matières plastiques ( » F1.2). Ce sont les applications ignifuges qui ont le plus contribué à l’accroissement des stocks en Suisse. L’usure des plaquettes de freins est considérée comme la principale source d’émissions diffuses d’antimoine (17 tonnes en 2001). Le taux moyen de dépôts d’antimoine le long des rou­ tes principales a été estimé à 6 tonnes par année ( » OFEV 2007a). Le profil toxicologique de l’antimoine est semblable à celui de l’arsenic. Ses effets sur l’homme et l’environnement sont toute­ fois peu connus.

Output Eléments d’équilibrage (sortants)

55

Reste du monde

Suisse

50

Exportations

Matières traversant l’économie

Extraction indigène 61

26

Reste du monde

Accumulation de matières 64

Importations

Mesures Malgré un recyclage croissant des déchets et une incitation à produire des biens de consommation présentant un meilleur bilan écologique ( » Chapitre 5), il manque encore en Suisse une politique de gestion durable de l’ensemble des ressources naturelles. La « Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d’action 2008 –2011» ( » Conseil fédéral 2008) veut combler cette lacune en mettant, entre autres, l’accent sur la politique intégrée des produits ( PIP ). Selon cette dernière, les produits et les services doivent satisfaire à des exigences économiques, écologiques et sociales sur tout leur cycle de vie. Il s’agit en outre de mieux ancrer la PIP dans la loi et de la compléter par des mesures ciblées permettant d’encourager l’efficacité matérielle. Il devrait ainsi être possible de stabiliser, voire d’abaisser les quantités de matières directement utilisées par personne annuellement. Ceci aurait aussi un effet sur les flux cachés générés à l’étranger. Afin de diminuer ces derniers de façon notoire, la PIP doit être appliquée au niveau international. Le Processus de Marrakech sur la consommation

Economie

17

Emissions dans la nature 60

Extraction indigène non-utilisée

49

Flux cachés liés aux importations

196

Source : OFS

et la production durables fait figure d’équivalent international au procédé PIP. Il a été mis en œuvre suite au sommet de Johannesburg en 2002. Des projets concrets concernant les achats publics durables ou encore dans le domaine de la consommation sont en cours de réalisation. •

F1.2 Flux d’antimoine en Suisse en 2001 En tonnes Input

Output

Economie

Reste du monde

Suisse

Reste du monde

Consommation 1470

+392

−400

10 000 Stock 700

115

34 0,5

Gestion des déchets

2,7

860

11

Environnement +34 −13 1175 Stock 460

+125

0

1530 Stock Source : OFEV 2007

Environnement Suisse 2009


23

II. Etat de l’environnement

2. Energie Ces dernières années, la consommation d’énergie n’a cessé de s’accroître en Suisse. Environ 70 % de l’énergie finale provient de produits fossiles, qui doivent être importés. C’est à ce niveau que souhaite agir l’Office fédéral de l’énergie : il compte réduire de 20 % la consommation d’énergie fossile et augmenter de 50 % la part des énergies renouvelables entre 2010 et 2020.

Consommation d’énergie Les importations couvrent quelque 80 % de la consommation d’énergie de la Suisse. Elles sont essentiellement constituées de pétrole, de gaz naturel et de combustible nucléaire. Du côté de la production locale, c’est de loin la force hydraulique qui arrive en tête. Pour qu’elle puisse être utilisée, l’énergie primaire doit être transformée en énergie finale, ce qui provoque des pertes d’environ 20 % ( » G2.1 ). La plus grande partie de l’énergie qui s’échappe ainsi est diffusée sous la forme de chaleur inutilisée. Entre 1990 et 2007, la consommation d’énergie finale s’est accrue de 8 % ( » G2.2 ). Durant la même période, l’huile de chauffage a reculé de 24 %, alors que les carburants ont enregistré une hausse de 14 % et que la consommation de gaz naturel a progressé de près de 65 %. Les produits fossiles fournissent aujourd’hui quelque 70 % de l’énergie finale consommée en Suisse. ( » OFEN 2008a ). Ce sont les transports qui utilisent le plus d’énergie, avec une part de 35 %, les ménages arrivant en deuxième position avec 28 %. La part des énergies renouvelables à la consommation totale est d’environ 18 % ( » G2.3 ). Elle n’a presque pas varié entre 1990 et 2007. C’est la force hydraulique qui en produit la plus grande partie ( 69 % ), le reste provenant de la biomasse renouvelable ( bois ou biogaz ) et de l’incinération des

déchets, ainsi que de nouvelles technologies comme le solaire, l’éolien, la chaleur de l’environnement et les rejets de chaleur, ou encore de la valorisation des boues d’épuration ( » OFEN 2008b ). La consommation d’électricité a augmenté de 23 % entre 1990 et 2007. Cette dernière année, particulièrement en raison d’un hiver doux, elle a régressé de 0,6 % par rapport à 2006 ( » OFEN 2008c ). Alors que sa contribution à la consommation finale d’énergie était restée stable à 21 % durant les années 1990, elle a progressé par la suite pour atteindre 24 % en 2007. Depuis 1990, la croissance de la consommation d’énergie finale a atteint environ 8 % et se révèle donc moins forte que celle de l’économie, qui a progressé de près de 22 %. L’intensité énergétique (consommation d’énergie par prestation économique ) a ainsi diminué depuis 1990 ( » G2.2 ).

Conséquences La production, le transport et la consommation d’énergie peuvent porter atteinte à l’environnement. Les agents énergétiques, qu’ils soient d’origine fossile ou biogène, libèrent non seulement des gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone ( CO2 ), le méthane ( CH4 ) et le protoxyde d’azote »

G2.1 Consommation brute d’énergie, utilisation totale d’énergie et consommation finale, 2007 Consommation brute d’énergie en Suisse

Pétajoules 1149 1133 1141 1111

890 865

100%

Utilisation totale d’énergie par agent énergétique

100% Production indigène

80%

Consommation finale par agent énergétique

100% 80%

60% Gaz

60%

40% Importations

20%

0% Source: OFEN, Statistique globale suisse de l’énergie

20%

0%

Différence statistique, y c. agriculture

Transformations et pertes: 20 % de l’énergie primaire

Force hydraulique Combustible nucléaire

40%

par utilisateur

Reste

80%

60%

8

Pétrole brut et produits dérivés 40% 20%

0%

Reste Electricité Gaz Carburants

Combustibles pétroliers

100% 80% 60% 40% 20%

Transports Services Industrie

Ménages

0%

bt

Environnement Suisse 2009


24

II. Etat de l’environnement 2. Energie

w

G2.2 PIB, intensité énergétique et consommation d’énergie

G2.3 Part des énergies renouvelables à la consommation finale, 2007 Soleil 1 0,13 %

Indice 1990 = 100

Consommation finale d’énergie non renouvelable: 81,7 % 707 289 térajoules

k PIB (réel) k Consommation d’électricité k Consommation finale d’énergie k Consommation de carburants k Intensité énergétique

130

120

8 Chaleur de l’environnement 1 0,79 %

Chauffage à distance 1 0,53 %

110

Part renouvelable 1 des déchets 0,47 %

100

Biogaz 1 0,19 %

90

80

Bois 1 3,53 %

1990

1993

1996

1999

2002

2005

Sources: OFS; OFEN, Statistique globale suisse de l’énergie

2007 et

› ( N2O ), ils polluent aussi l’air avec des oxydes d’azote ( NOx ), des poussières fines ( PM10 ) ou du dioxyde de soufre ( SO2 ). Dans le cas des oxydes d’azote, 90 % des émissions sont dues à la consommation d’énergie, les transports y jouant un rôle prépondérant. Le CO2 est le principal gaz à effet de serre. Ils provient essentiellement de l’utilisation de combustibles et de carburants fossiles. Par ailleurs, les lignes et les pylônes électriques, les barrages et les installations éoliennes portent atteinte à la nature et au paysage.

Mesures Des mesures d’amélioration de l’efficacité énergétique sont mise en œuvre dans le cadre du programme SuISSE ENErGIE pour les années 2001 à 2010. Les objectifs de ce programme s’accordent avec les exigences de la loi sur le CO2 et les engagements pris par la Suisse dans le cadre du Protocole de Kyoto. En moyenne, pour les années 2008 à 2012, les émissions de CO2 due à l’utilisation d’agents énergétiques fossiles doivent diminuer de 10 % par rapport à 1990 ( » Chapitre 8 ). En février 2008, le Conseil fédéral a décidé de fonder sa politique énergétique à long terme sur quatre piliers: 0 efficacité énergétique; 0 promotion des énergies renouvelables; 0 remplacement et construction de grandes centrales électriques; 0 politique énergétique internationale. Pour donner une base solide à ces quatre piliers, l’OFEN a élaboré deux plans d’action. Le premier concerne l’efficacité énergétique1, alors que le second traite des énergies renouvelables2. Ces deux documents doivent permettre de réduire de 20 % la consommation d’énergie fossile entre 2010 et 2020. Ils fournissent une contribution importante à la réalisation des objectifs fixés pour la politique climatique 1 Plan d’action pour l’efficacité énergétique, OFEN, février 2008. 2 Plan d’action pour les énergies renouvelables, OFEN, février 2008.

Environnement Suisse 2009

Consommation finale d’énergie renouvelable: 18,3 % 158 131 térajoules

Biocarburants 0,05 %

Force hydraulique, photovoltaïque, éolienne, etc. 2 Consommation finale pour la production de chaleur renouvelable. 12,6 % 2 Consommation totale d’électricité renouvelable.

1

Source: OFEN, Statistique suisse des énergies renouvelables

bt

jusqu’à cette date. Simultanément, la part des énergies renouvelables à la consommation totale doit être augmentée de 50 %; la hausse de l’utilisation d’électricité doit être limitée à 5 % entre 2010 et 2020. Les plans d’action prévoient une stabilisation de la consommation électrique après 2020. Les ouvrages d’approvisionnement en énergie doivent éviter autant que possible de porter atteinte à l’homme, à la nature et au paysage. Il est donc indispensable de tenir compte, dès le début de leur planification, des questions de protection ( » OFEFp 2002 ). Les lignes électriques doivent être réunies lorsqu’elles peuvent l’être. Il faut éviter les zones construites ou bien visibles, les paysages d’importance nationale et les réserves naturelles. L’objectif est d’intégrer au mieux ces ouvrages dans le paysage ( » DFI 1980 ). Pour les nouvelles lignes électriques à travers les Alpes, on utilisera les corridors existants. Les offices fédéraux concernés ont par ailleurs commencé à rédiger des recommandations aux cantons et aux communes pour la prise en compte des installations éoliennes dans l’aménagement du territoire. •


25

II. Etat de l’environnement 2. Energie

Carburants biogènes On compte parmi les carburants biogènes le bioéthanol, le biodiesel et le biogaz. Le bioéthanol est issu de la fermentation de plantes contenant du sucre ou de l’amidon, comme la canne à sucre, la betterave à sucre, le sorgho sucrier ou le maïs. Le bio­ diesel est produit à partir d’huiles végéta­ les ou de colza, notamment. Quant au biogaz, il provient des émanations gazeu­ ses des installations de fermentation, ainsi que de la gazéification de matières premières renouvelables et de résidus bio­ gènes tels que bois, paille, boues d’épura­ tion ou lisier. La demande de carburants biogènes a fortement augmenté au cours des der­ nières années. En 2006, ils constituaient 0,2 % de l’ensemble de la consommation de carburants de Suisse. Pendant des an­ nées, ils ont été considérés comme un moyen adéquat de réduire les émissions de gaz à effet de serre. L’euphorie est toutefois retombée depuis. D’une part, il a été démontré que les carburants biogènes pouvaient eux aussi polluer considérablement l’environ­ nement ( » Zah et al. 2007 ). D’autre part, ils nécessitent souvent des matières pre­ mières qui manquent ensuite pour la fa­ brication de denrées alimentaires et de fourrages. On peut donc penser que les carburants biogènes ne constituent pas toujours un meilleur choix que les pro­ duits fossiles ( » G2.4 ).

L’utilisation de surfaces de culture supplémentaires n’est que l’un des effets négatifs que la production de carburants biogènes exerce sur l’environnement. Sous nos latitudes, l’agriculture pollue en raison de l’utilisation de machines, d’en­ grais et de pesticides, mais elle provoque aussi des émissions directes ( de protoxy­ de d’azote, notamment ). Dans les zones tropicales, en revanche, les dégâts causés à l’environnement par l’agriculture in­ cluent principalement la perte de biodi­ versité et les pollutions atmosphériques dues à la pratique du brûlis; ils sont aussi liés à une toxicité plus élevée des pestici­ des utilisés. La quantité de gaz à effet de serre émis lors de la transformation des végé­ taux servant de matière première aux carburants biogènes est nettement plus faible que celle issue de leur culture. Le transport des carburants de leur pays d’origine vers les consommateurs contri­ bue à moins de 10 % de l’ensemble des émissions. La Suisse est consciente des divers risques sociaux et écologiques que repré­ sentent ces carburants et s’engage donc en faveur d’une politique d’encourage­ ment limitée et clairement définie. Elle est le premier pays au monde à avoir in­ troduit des critères contraignants pour la défiscalisation des carburants bio­ gènes:

Les carburants biogènes doivent entraî­ ner une nette réduction des émissions de gaz à effet de serre. De la culture des plantes à la consommation du carburant, cette diminution doit être d’au moins 40 % par rapport à l’essence fossile. 0 Les carburants biogènes ne doivent pas porter à l’environnement des atteintes sensiblement plus grandes que celles liées aux produits fossiles, sur l’ensem­ ble de leur cycle de vie. On tient surtout compte de la pollution de l’air, des sols et des eaux. 0 Les cultures destinées à la production de carburants biogènes ne doivent me­ nacer ni la biodiversité, ni les forêts tropicales et autres écosystèmes absor­ bant du CO2. 0 Lors de la culture des plantes et de la production des carburants, la législa­ tion sociale du pays d’origine doit être respectée. Les normes définies dans les principales conventions de l’Organisa­ tion internationale du travail ( OIT ) constituent des exigences minimales. Pour l’évaluation du bilan écologique glo­ bal des carburants biogènes, les mêmes critères s’appliquent à tous les produits, qu’ils soient indigènes ou importés. 0

G2.4 Carburants biogènes et fossiles Emissions de gaz à effet de serre Fossile Méthane

Bioéthanol

Biodiesel

k Culture k Production k Transport k Exploitation

−0,02 0 1

Charge environnementale

Gaz naturel EURO3 Essence à basse teneur en soufre EURO3 Diesel à basse teneur en soufre EURO3 Méthane de bois Méthane de boues d’épuration Méthane de déchets biologiques Méthane de fumier + cosubstrat, optimisé Méthane de fumier + cosubstrat Méthane d’herbe bio-raffinerie Ethanol de canne à sucre BR Ethanol de maïs US Ethanol de bois CH Ethanol de petit-lait CH Ethanol de betterave sucrière CH Ethanol de pommes de terre CH Ethanol d’herbe CH 100 % EM d’huile alimentaire usagée CH 100 % EM d’huile de soja BR 100 % EM d’huile de soja US 100 % EM de colza CH

MSE06: méthode de la saturation écologique

Source : Zah et al, 2007

0,03

0,06 0,09 0,12 0,15 0,18 équivalents CO2 (kg/personnes-km)

0

200

400

600 800 1000 MSE061 (pt/personnes-km)

ct

Environnement Suisse 2009


26

II. Etat de l’environnement

3. Transports et mobilité La voiture privée reste de loin le moyen de locomotion favori en Suisse. Mais elle est aussi responsable de 70 % des émissions de CO2 du domaine des transports. Seule une partie des coûts provoqués par les transports sont effectivement payés par les personnes qui profitent des prestations. Le reste, soit les coûts externes, a été estimé à 8,5 milliards de francs pour 2005.

Mobilité En 2005, chaque personne établie dans notre pays a parcouru en moyenne 15 700 km par voie terrestre. Cette statistique inclut tous les trajets réalisés à pied ou à l’aide d’un moyen de transport, en Suisse comme à l’étranger. Le moyen de locomotion le plus utilisé reste la voiture. En 2005, le véhicule motorisé privé a été utilisé dans notre pays pour 76 % des trajets ( y compris ceux des personnes résidant à l’étranger ). La part des transports publics s’est montée à 18 % et celle des déplacements non motorisés à 6 %. Cette « répartition modale » n’a que faiblement évolué depuis 1995, en faveur des transports publics. En 2005, la population résidante a parcouru 45 % de sa distance journalière moyenne de déplacement pour des activités de loisirs. Les trajets entre lieux de résidence et de travail constituent moins d’un quart du transport de personnes ( » OFS/ArE 2007 a). Quelque 61 % des marchandises ( en tonnes-kilomètres ) ont été transportées par la route en 2005 ( » OFS/ArE 2007 a). Par rapport à 1990, le nombre total de tonnes-kilomètres a progressé de 31 % ( » G3.1 ), alors que la part de la route gagnait 3 points de pour-cent. L’intensité de transport (prestations de transport de marchandises par unité de PIB ) a aussi augmenté. En ce qui concerne le trafic de marchandises à travers les Alpes, les volumes transportés ont augmenté de 78 % entre 1990 et 2007, alors que la part du rail a baissé de 81 à 64 %. L’objectif de transfert visé, soit un maximum de 650 000 camions traversant les Alpes chaque année, n’est de loin pas atteint: si l’on a compté 1,4 million de poids lourds en 2000, il y en a encore eu 1,26 million en 2007. Durant la même période, la quantité de marchandises s’est accrue de 33 % ( » OFT 2007 ). La forte augmentation du trafic n’a pas épargné les airs. Le nombre de mouvements sur les trois aéroports nationaux de Genève, Zurich et Bâle-Muhlouse a progressé de 31 % entre 1990 et 2007. Les décollages et les atterrissages sont les plus incommodants pour les riverains: ils sont particulièrement bruyants, consomment plus d’énergie que la moyenne et répandent de grandes quantités de polluants. La consommation finale annuelle d’énergie des transports a augmenté de 15 % en Suisse entre 1990 et 2000. Depuis lors, grâce à une plus grande efficacité énergétique, Environnement Suisse 2009

on enregistre un léger recul. En 2006, les transports ont utilisé 32,9 % de toute l’énergie finale consommée en Suisse ( » Chapitre 2 ). Le trafic routier en a exigé de loin la plus grande part. Plus de 95 % de l’énergie nécessaire provenait de produits pétroliers.

Conséquences Les ��missions de dioxyde de carbone ( CO2 ) des transports se sont montées en 2006 à 15,9 millions de tonnes, soit 35 % des émissions de CO2 de la Suisse. Entre 1990 et 2000, elles se sont accrues de plus de 8 %; depuis, elles sont restées plus ou moins constantes ( » G3.2 ). Le trafic routier est responsable de 97,2 % des émissions de gaz à effet de serre des transports ( sans les vols internationaux ). Environ 70 % de ces émissions de CO2 proviennent des voitures de tourisme ( » Chapitre 8 ). Dans le trafic individuel motorisé, les rejets de CO2 par personne-kilomètre ont reculé de 13 % entre 1990 et 2006, du fait des progrès techniques des véhicules. Cette amélioration a toutefois été réduite à néant par l’augmentation du trafic. Avec 8,84 l pour 100 km, la consommation de carburant des voitures de tourisme reste plus élevée en Suisse que dans les 15 pays de l’uE ( » OFEN/OFEV 2007 ). Notre pays se classe aussi très mal si l’on ne considère que les nouveaux véhicules, avec une consommation de 7,43 l pour 100 km en 2007, et les émissions de CO2 que cela implique ( » OFEN 2008d ). Comme pour les gaz à effet de serre, une réduction supplémentaire est nécessaire pour les oxydes d’azote ( NOx ) et les poussières fines ( PM10 ) si l’on souhaite atteindre des objectifs écologiques raisonnables ( » Chapitre 7 ). Les transports sont aussi la première source de bruit de Suisse. Plus de trois quarts des dépassements des valeurs limites liés à ce domaine peuvent être attribués au trafic routier ( » Chappitre 15 ). Par ailleurs, les routes, les voies ferrées et les aérodromes clôturés morcellent les habitats. Ils empêchent ainsi le fonctionnement des réseaux écologiques et contribuent aussi au recul de nombreuses populations animales ( » Chapitre 11 ). Une partie des coûts engendrés par l’utilisation des moyens de transport n’est pas prise en charge par les personnes qui profitent de ces prestations, mais par l’ensemble de la société. Ces coûts externes incluent notamment les conséquences pour l’environnement, le climat et la santé,


27

II. Etat de l’environnement 3. Transports et mobilité

w

G3.1 Prestations de transport

G3.2 Emissions des transports routiers

Trafic voyageurs Millions de personnes-kilomètres

Trafic marchandises Millions de tonnes-kilomètres

k Déplacements non motorisés k Transports routiers privés motorisés k Transports routiers publics 30 000 k Chemins de fer

120 000 100 000

25 000

80 000

20 000

60 000

15 000

40 000

10 000

20 000

5 000

0

1990

2000

2005

0

k Route k Rail1

k CO2, trafic routier (personnes) k NOx, trafic routier (personnes)

k CO2, trafic routier (marchandises) k NOx, trafic routier (marchandises) k Particules, gaz d’échappement

120 100 80 60 40 1990

2000

2005

1 Tonnes-kilomètres nettes: sans le poids des véhicules de transport de marchandises (et remorques), des conteneurs et des caisses mobiles en transport combiné. Source des facteurs de réduction: OFT

Source: OFS, Statistique suisse des transports

Indice 1990 = 100

ao

ainsi que les dégâts causés aux bâtiments. Pour 2005, le total des coûts externes des transports a été estimé à 8,5 milliards de francs, dont 8,1 milliards pour la route et 0,5 milliard pour le rail ( » ArE/OFEV 2008 ).

Mesures La politique suisse des transports se fonde sur le principe du développement durable. Les infrastructures devraient répondre aux exigences concernant la mobilité, les coûts, l’efficacité et le service public, sans porter atteinte à l’environnement. Il faut systématiquement tirer profit des avantages des différents types de mobilité en encourageant les transports publics, en développant les déplacements non motorisés et en transférant le trafic de marchandises de la route vers le rail. Il s’agit de réduire les nuisances pour l’environnement et de diminuer la consommation d’énergie ( » DETEC 2005 ). Par ailleurs, les différents modes de transports doivent couvrir non seulement leurs coûts d’exploitation, mais également leurs coûts externes. Les exemples ci-dessous montrent quel type de mesures permettent de mettre en œuvre ces principes: La redevance sur le trafic des poids lourds liée aux pres0 tations ( RPLP ) a été introduite en 2001 et s’applique aux camions d’un poids supérieur ou égal à 3,5 tonnes. Afin de réduire les émissions de CO2 du trafic routier, les 0 carburants présentant un bilan écologique global favorable – comme le biogaz, le bioéthanol et le biodiesel – ont été exemptés de l’impôt sur les huiles minérales; l’imposition du gaz naturel et du gaz liquéfié a quant à elle été réduite. Une série de mesures sont prévues dans le plan d’action 0 contre les poussières fines ( PM10 ). En fait notamment partie le remboursement de l’impôt sur les huiles minérales pour les entreprises de transport concessionnaires qui ont équipé leurs véhicules diesel de filtres à particules.

20

1990

Source: OFEV

1995

2000

2005 br

Les critères de consommation d’énergie et de pollution pour les véhicules ( KeeF ) permettent d’évaluer les nuisances que les voitures de tourisme causent à l’environnement. Ils servent de fondement pour passer de l’étiquette « Energie » à une étiquette « Environnement ». L’introduction de cette dernière est prévue pour 2010. ( » OFEV 2008 a). L’Office fédéral des routes ( OFrOu ) a publié en 2001 une 0 directive concernant la planification et la construction de passages à faune à travers les voies de communication. Ce document prévoit comme principale mesure la réhabilitation des corridors faunistiques d’importance nationale. 0 De 2008 à 2028, la Confédération veut soutenir des projets de développement des transports dans les agglomérations pour un montant total de 6 milliards de francs, tiré du fonds d’infrastructure. Elle couvrira entre 30 et 50 % des coûts. Les projets de construction doivent notamment contribuer à réduire les atteintes à l’environnement. Le Parlement décidera de l’utilisation finale de ce financement. Plusieurs mesures ont été prises pour réduire le bruit des 0 transports à sa source, sur son chemin de propagation et à l’intérieur des bâtiments. S’y ajoutent des mesures d’aménagement du territoire. Le développement de véhicules silencieux, de pneus moins bruyants et de revêtements routiers absorbant les sons recèle un potentiel supplémentaire de lutte contre le bruit. • 0

Environnement Suisse 2009


28

II. Etat de l’environnement

4. Industrie, production et commerce Bien que les entreprises aient pris de nombreuses mesures pour protéger l’environnement, toutes les conséquences négatives ne peuvent être écartées. Les effets de certains produits chimiques restent méconnus et l’assainissement des anciennes décharges pour déchets spéciaux coûtera plus d’un milliard de francs.

Industrie et services Ces dernières années, l’agriculture et la sylviculture ( secteur primaire ) ont encore reculé ( » G4.1 ), tandis que la part de la construction et de l’industrie ( secteur secondaire ) au produit intérieur brut ( PIB ) est restée stable à environ 27 % depuis 2000. Dans certains domaines comme la chimie, l’horlogerie ou les instruments de précision, la valeur ajoutée brute évolue de manière très dynamique. La part des services est elle aussi restée plus ou moins stable depuis 2000: le secteur tertiaire engendre quelque 71 % du PIB. En chiffres absolus, le secondaire et le tertiaire ont toutefois enregistré une hausse de leur valeur ajoutée brute.

Atteintes à l’environnement Les diverses activités économiques ont des conséquences pour l’environnement. Ce sont les principales responsables de la production de composés organiques volatils et elles contribuent aussi à l’émission de poussières fines ( PM10 ). L’industrie et les services provoquent plus de 30 % des émissions de CO2, sans tenir compte du trafic qu’ils génèrent. De plus, ils contribuent à la contamination des eaux usées. Les domaines ci-dessous méritent une attention particulière:

Produits chimiques: L’industrie chimique et pharmaceutique constitue depuis longtemps la principale branche d’exportation de la Suisse. L’utilisation de produits chimiques recèle cependant des risques, en raison de leur grand nombre et de leur variété, ainsi que de la forte consommation qui en est faite. Selon une enquête réalisée en 2007, près de 20 000 substances différentes sont produites en Suisse

( » OFEV 2007b ). Toutefois, on n’en compte qu’environ 90 qui soient fabriquées dans des quantités supérieures à 1000 tonnes. Les spécialités comme les médicaments, les vitamines, les substances chimiques élaborées, les produits diagnostiques et les produits phytosanitaires jouent un rôle important, même si l’on n’en produit que quelques tonnes. Elles peuvent avoir des effets considérables sur l’environnement.

Déchets spéciaux: Depuis 2000, la quantité totale de déchets spéciaux produits annuellement en Suisse est d’environ 1,2 million de tonnes, ce qui correspond à quelque 6 % de l’ensemble des déchets. En 2005, 43 % des déchets spéciaux ont été incinérés, 22 % ont été mis en décharge après un traitement préalable approprié, 23 % ont été soumis à un processus physico-chimique et 12 % ont été valorisés directement ( » OFEV 2008b ). Le traitement physico-chimique est en grande partie assuré à l’intérieur du pays. Il est appliqué aux eaux usées polluées, à la terre souillée provenant de l’assainissement des sites contaminés, ainsi qu’aux liquides mixtes ( émulsions ). Quelque 14 % des déchets spéciaux sont exportés pour être valorisés, traités, incinérés ou mis en décharge ( » G4.2 ). Ils sont presque toujours éliminés en Allemagne ( 63 % ), ou dans cinq autres pays de l’UE ( Belgique, France, Italie et Pays-Bas ). C’est surtout lorsqu’ils sont destinés à être valorisés que la Confédération autorise l’exportation de déchets spéciaux. Des réglementations particulières s’appliquent à l’élimination des poussières d’électrofiltres d’usines d’incinération des ordures ménagères ( UIOM ) dans des décharges souterraines allemandes, ainsi qu’à l’incinération des rési-

Organismes génétiquement modifiés L’utilisation d’organismes génétiquement modifiés ( OGM ) en milieu confiné a très fortement augmenté dans les années 1990. Elle a atteint un pic en 2006 avec près de 1400 activités. Les OGM sont utilisés dans la recherche, pour le diagnostic et dans la production industrielle et pharmaceu­ Environnement Suisse 2009

tique. En Suisse, quelque 1800 activités sont enregistrées. A fin 2005, environ 60 % d’entre elles concernaient en partie ou uniquement la production ou l’emploi d’OGM ( » G12 ). Les 40 % restants n’utili­ saient que des organismes pathogènes ( OP ).


29

II. Etat de l’environnement 4. Industrie, production et commerce

G4.2 Importation et exportation de déchets spéciaux en 2005

G4.1 Evolution de la contribution des secteurs économiques au PIB

9

k Exportation k Importation k Secteur tertiaire (services, y compris les transports) k Secteur secondaire (industrie et construction) k Secteur primaire (agriculture et sylviculture)

100 %

65,1 %

Usine d’incinération des ordures ménagères

71,1 %

71,2 %

80 % 60 %

Cimenterie / centrale thermique

95 290

Traitement physico-chimique

1219 3247 74 461 10 636 31 882 0

Décharge souterraine

20 %

Source: OFS

16 721 6735

Recyclage

40 %

0%

40 351 524

Incinération de déchets spéciaux

1990

31,9 %

27,3 %

27,5 %

2,9 %

1,6 %

1,2 %

2000

164 729 21 432

Total

2006

0 ao

dus de broyage non métalliques dans des installations étrangères. Lorsqu’ils ne sont pas pris en charge correctement, les déchets spéciaux constituent une menace pour l’environnement. L’assainissement des anciennes décharges de déchets spéciaux va coûter bien plus d’un milliard de francs à l’économie suisse.

Mesures Ces dernières années, de nombreuses dispositions et mesures ont été adoptées afin de protéger l’environnement. Elles contribuent à améliorer la santé de la population, mais elles provoquent aussi des coûts, que l’on a estimés à 2,5 milliards de francs en 2003. Par rapport à 1993, ces dépenses ont reculé de 7 % en valeur réelle, une diminution que l’on peut expliquer par des changements structurels ( » Chapitre 1 ), par l’introduction de procédés de production plus propres ou par l’utilisation de technologies plus efficaces. Avec leur message relatif à l’encouragement de la formation, de la recherche et de l’innovation pendant les années 2008 à 20111, les Chambres fédérales ont approuvé la création de deux centres de toxicologie humaine et d’écotoxicologie de 8 millions de francs chacun. Il s’agit de combler les lacunes existant en Suisse dans le domaine de la recherche appliquée.

Produits chimiques: En 2005, la Suisse a adapté sa législation sur les produits chimiques au droit alors en vigueur dans l’UE. Les nouvelles dispositions ont un impact positif sur l’environnement. Ainsi, les produits biocides sont désormais soumis à autorisation et des prescriptions plus sévères ont été introduites pour la dégradabilité des lessives et des produits de nettoyage. S’y ajoutent des interdictions portant sur certains métaux lourds comme le plomb, le cadmium, le mercure et le chrome dans les appareils électri1 Message relatif à l’encouragement de la formation, de la recherche et de

l’innovation pendant les années 2008 à 2011, du 24 janvier 2007, 07.012.

50 000

Source: OFEV

100 000

150 000

200 000 Tonnes bs

ques et les véhicules, sur le plomb dans les peintures et les vernis et sur certains diphényléthers bromés et paraffines. Ces dernières substances, utilisées dans de nombreux biens à longue durée de vie, se sont révélées difficilement dégradables et toxiques. On parle de polluants organiques persistants ( POP ). L’utilisation de substances particulièrement dangereuses comme les métaux lourds et les POP est aujourd’hui interdite ou strictement limitée dans toute l’Europe. Une convention mondiale sur les POP2 a été adoptée le 22 mai 2001. En mars 2008, elle avait été ratifiée par 153 pays, dont la Suisse. Son but est d’éliminer les POP à l’échelle de la planète. De nombreuses substances disponibles sur le marché n’ont pas du tout ou pas suffisamment été testées et évaluées jusqu’ici. L’Organisation de coopération et de développement économiques ( OCDE ) a élaboré une liste de 4800 substances chimiques produites en grandes quantités ( HPVC ). Parmi celles-ci, seules 850 avaient été traitées à la fin 2007, dans le cadre d’une collaboration internationale ( » G7 ). Pour résoudre ce problème, la Communauté européenne a mis en vigueur le 1er juillet 2007 son nouveau règlement REACH sur l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des substances chimiques, ainsi que sur les restrictions applicables à ces substances. La Suisse n’a pas encore décidé si elle voulait elle aussi ordonner des tests plus sévères pour les substances existantes.

Déchets spéciaux: L’élimination des déchets spéciaux se fait de manière contrôlée selon les dispositions de l’ordonnance sur les mouvements de déchets ( OMOD )3. Quant à l’ordonnance sur le traitement des déchets ( OTD )4, elle pré- » 2 Convention de Stockholm du 22 mai 2001 sur les polluants organiques per-

sistants ( Convention POP ), RS 0.814.03.

3 Ordonnance du 22 juin 2005 sur les mouvements de déchets (OMOD),

RS 814.610

4 Ordonnance du 10 décembre 1990 sur le traitement des déchets (OTD),

RS 814.600

Environnement Suisse 2009


30

II. Etat de l’environnement 4. Industrie, production et commerce

› cise les exigences applicables aux installations d’élimination. Les exportations de déchets spéciaux ne sont autorisées que lorsque l’élimination prévue à l’étranger respecte l’environnement. Le pays de destination doit toujours être membre de l’OCDE. La mise en œuvre de l’OMOD et de l’OTD, le développement de nouveaux traitements et la hausse du prix des matières premières favorisent la valorisation des déchets spéciaux.

Sites pollués: La notion de « site pollué » s’applique à des zones dans lesquelles on a stocké ou infiltré des déchets. On en compte près de 50 000 en Suisse, dont 13 000 doivent faire l’objet d’investigations plus précises. Ce sont les services cantonaux compétents et certains services fédéraux qui s’en occupent. D’ici à 2011, tous les cantons et organes fédéraux doivent avoir établi leur cadastre des sites contaminés. Lorsque des sites pollués ont des effets nuisibles ou incommodants sur l’environnement, on parle de sites contaminés. On en compte entre 3000 et 4000 en Suisse, dont plus de 250 ont déjà été assainis ( » G4.3 ). Les investigations liées aux sites pollués devraient être achevées d’ici à 2015. L’assainissement des cas urgents doit être entrepris avant fin 2017, alors que le délai court jusqu’en 2025 pour les autres sites contaminés ( » G10 ). Ces différentes étapes découlent de l’ordonnance sur les sites contaminés5 ( OSITES ). La Confédération peut soutenir financièrement le traitement des sites contaminés6. Avec le fonds OTAS7, l’OFEV dispose pour cela d’environ 26 millions de francs par an. Ce fonds est alimenté par une taxe sur la mise en décharge des 5 Ordonnance du 26 août 1998 sur l’assainissement des sites pollués ( ordon-

nance sur les sites contaminés, OSITES ), RS 814.680.

G4.3 Assainissement de sites contaminés: types de sites et procédés d’assainissement en 2005

k Sites de stockage définitifs k Aires d’exploitation k Lieux d’accident

Type de site

29 %

57 %

Procédé d’assainissement

75 %

14 %

25 %

k Décontamination k Confinement Procédé d’assainissement par type de site 0%

Source: OFEV

20 %

40 %

60 %

80 %

100 %

bq

déchets. Grâce à ces moyens financiers, la Confédération peut mettre rapidement en route des mesures d’investigation, de surveillance et d’assainissement qui respectent l’environnement et sont économiquement rationnelles tout en correspondant à l’état actuel de la technique. De nombreux investisseurs ont peur de bâtir sur des surfaces industrielles pourtant bien desservies. Ils craignent d’éventuelles pollutions et les coûts qui pourraient en résulter, ce qui les incite à préférer des terrains agricoles. Actuellement, 17 km2 sont en friche dans des zones industrielles ou urbaines ( » ArE/OFEFp 2004 ). L’OFEV élabore actuellement un plan de mesures pour la réhabilitation de ces friches. •

6 Ce financement est possible en vertu de l’ordonnance du 26 septembre 2008

relative à la taxe pour l’assainissement des sites contaminés ( OTAS), RS 814.681 . 7 Cette désignation provient de l’ordonnance relative à la taxe pour l’assainissement des sites contaminés (OTAS ).

Nanotechnologie La nanotechnologie est considérée com­ me l’un des développements techniques les plus prometteurs de ces dernières an­ nées. Elle revêt une importance cruciale pour la recherche et l’économie suisses. Toutefois, malgré le potentiel considé­ rable qu’elle présente pour la santé et l’environnement, certaines incertitudes persistent. La nanotechnologie permet de mani­ puler ou de créer des surfaces et des structures de matériaux dont la taille se situe entre quelques atomes et 100 mil­ liardièmes de mètre ( nanomètres ). Elle profite pour cela de certaines propriétés chimiques ou physiques qui n’apparais­ sent pas à plus grande échelle. Toutefois, une caractéristique inoffensive à l’échel­ Environnement Suisse 2009

le du micromètre peut se révéler dange­ reuse lorsqu’elle concerne une nanopar­ ticule ( » TA­SWISS 2006 ). En avril 2008, le Conseil fédéral a adopté le plan d’action « Nanomatériaux synthétiques », afin de créer le cadre et les instruments nécessaires pour pro­ duire, utiliser et éliminer les nanomaté­ riaux synthétiques de manière respon­ sable. On encourage aussi la recherche sur les risques potentiels pour l’homme et l’environnement ( programme national de recherche 64 ). Par ailleurs, le Conseil fédéral veut inciter l’industrie et la re­ cherche à renforcer leur collaboration pour développer des applications dura­ bles de la nanotechnologie. Enfin, le dé­ bat public sur les chances et les risques

de la nanotechnologie doit aussi être soutenu. Dans une étape ultérieure, une grille de sécurité sera élaborée pour évaluer les risques des diverses applications. Elle doit permettre d’identifier les dangers suffi­ samment tôt et, si nécessaire, de prendre des mesures de sécurité.


31

II. Etat de l’environnement

5. Ménages, consommation et tourisme En 2007, on a produit 720 kg de déchets urbains par personne, dont 51 % ont été récoltés séparément et valorisés. Les dépenses de consommation des ménages ont par ailleurs augmenté de 26 % entre 1990 et 2007, soit une croissance similaire à celle de l’économie. Pendant ce temps, la consommation d’eau et d’énergie des ménages est restée relativement stable.

Habitudes de consommation Notre consommation influence l’environnement. Du choix des produits et services aux habitudes de loisirs, en passant par le lieu de domicile et de travail, toutes nos décisions ont des conséquences. Même si un individu isolé ne contribue que faiblement à la dégradation de l’environnement, l’ensemble des atteintes est considérable. Les chiffres montrent comment les habitudes de consommation ont évolué. Entre 1990 et 2007, la population a augmenté de 12 % et le produit intérieur brut ( PIB ) de 27 %. Pendant la même période, les dépenses de consommation des ménages ont progressé de 26 %: en 2007, elles ont atteint 280 milliards de francs ( » G5.1 ). Entre 1980 et 2000, le nombre de ménages privés s’est accru de 27 %, alors que le nombre moyen de personnes par ménage est passé de 2,5 à 2,2, et la surface habitable par habitant de 34 à 44 mètres carrés ( » OFS 2005 ). La consommation d’énergie finale de tous les ménages – sans prendre en compte le domaine des transports – est restée relativement constante entre 1990 et 2007 ( » G5.2 ). En

G5.1 PIB, population et dépenses des ménages

2007, les ménages ont utilisé 28 % de l’ensemble de l’énergie finale ( » Chapitre 2 ). La consommation d’eau des ménages et du petit artisanat1 n’a guère évolué entre 1990 et 2006. Les variations constatées avaient des origines météorologiques, par exemple pendant la sécheresse de l’été 2003. Durant la même période, la consommation d’eau par personne a reculé d’environ 12 %.

Pressions sur l’environnement En 2007, on a produit en Suisse quelque 5,5 millions de tonnes de déchets urbains ( » G8 ), ce qui correspond à peu près à 720 kg par habitant. La part des collectes sélectives à l’ensemble de ces déchets a atteint 51 % ( 2,8 millions de tonnes). En 1989, l’année où l’on a incinéré la plus grande quantité de déchets urbains, cette proportion n’avait été que de 27 %. Depuis lors, les déchets urbains collectés séparément ont » 

G5.2 Consommation d’eau et d’énergie finale des ménages

Indice 1990 = 100

Indice 1990 = 100

125 120

t

k PIB (réel) k Population k Dépenses des ménages

k Consommation d’énergie finale des ménages k Consommation d’eau (ménages et petit artisanat)  Par personne

115

110

110

100

105 100

90

95 90

1990

Source: OFS

1993

1996

1999

2002

2005

2007 ao

80

1990

1993

Sources: SSIGE; OFEN

1996

1999

2002

2005

2007 et

Environnement Suisse 2009


32

II. Etat de l’environnement 5. Ménages, consommation et tourisme

8

( » Chapitre 3 ) et la production de chaleur ( chauffage, eau

G5.3 Composition des ordures ménagères 2001/02

Déchets biogènes 27 % Matériaux et emballages composites 18 %

Récipients plastiques, autres plastiques 15 %

Fraction résiduelle 2 % App. électriques et électroniques, piles, déchets spéciaux 1 % Produits naturels 2 % Fer, métaux non ferreux 3 %

Papier, carton 20 %

Textiles 3 % Verre 4 % Minéraux 6 %

bs

Source: OFEV

› plus que doublé, passant de 160 à 370 kg par personne et par an ( » OFEV 2007 c). C’est grâce à cette augmentation, en premier lieu, que les quantités de déchets urbains incinérés sont restées relativement stables ( à 2,6 millions de tonnes par an, en moyenne ), malgré la croissance démographique. Par habitant, la quantité de déchets qui a dû être éliminée chaque année a reculé de 440 à 350 kg. Le fait que l’élimination des ordures soit financée selon le principe de causalité ( p. ex. avec la taxe au sac ) a contribué à cette évolution. Le succès des collectes sélectives se reflète dans la composition des déchets urbains non triés évacués par les services de voirie. La modification des habitudes de consommation joue là aussi un rôle important. Les biens fabriqués en produits naturels comme le bois, le cuir ou le métal sont remplacés par des matériaux composites, qui ne peuvent être triés et contiennent surtout du plastique. Les déchets biogènes provenant de la cuisine ou du jardin, ainsi que les restes alimentaires, forment la partie la plus lourde des déchets incinérés ( 27 % ). Suivent le papier et le carton avec 20 % de la masse, les matériaux et emballages composites avec 18 % et les plastiques avec 15 % ( » G5.3 ). En ce qui concerne les émissions de dioxyde de carbone ( CO2 ) des ménages, le trafic individuel motorisé

chaude ) constituent les principales sources. Si l’on fait abstraction des transports privés, les ménages produisent environ le quart des émissions totales de CO2. Cette part est principalement liée à la combustion d’huile de chauffage. Depuis 1990, les émissions de CO2 des ménages sont relativement stables: elles se montent à 12 millions de tonnes par an.

Mesures Depuis les années 1980, la Suisse a pris de nombreuses mesures pour réduire la pollution de l’environnement due aux ménages. Diverses lois ont été adoptées ( p. ex. pour interdire le mercure et les biphényles polychlorés [ PCB ] ), des instruments financiers comme les taxes d’incitation ou la taxe au sac ont été introduits, et de nouvelles technologies ont été encouragées ( pompes à chaleur, notamment ). Ces dernières années, l’abandon de déchets dans les espaces publics, ce que l’on appelle le ‘littering’, a nettement augmenté. Ce comportement défigure les villes, réduit la qualité du paysage et dégrade nos conditions de vie. De plus, il engendre des coûts élévés pour le nettoyage. Il convient de prendre des mesures ciblées pour résoudre ce problème, par exemple mener des campagnes de sensibilisation, renforcer la collaboration entre autorités et milieux économiques, optimiser l’infrastructure de collecte ou introduire des sanctions. Depuis quelques années, la politique menée par la Confédération a permis de réduire sensiblement la pollution de l’environnement due à l’élimination des déchets, bien que les quantités totales de déchets aient continué à croître. Ce succès est dû à l’introduction de normes d’élimination plus strictes, à une infrastructure performante et à un financement conforme au principe de causalité. Si l’on souhaite réduire encore les atteintes environnementales dues à la consommation, il faut agir au début de la chaîne de production. La fabrication et l’utilisation de la plupart des produits nuisent bien davantage à l’environnement que leur élimination, lorsque celle-ci respecte les prescriptions en rigueur. Il devient donc de plus en plus important d’influer sur la production. Ceci est possible notamment grâce aux partenariats avec l’économie et le commerce, aux écobilans, à l’information des producteurs et des consommateurs, et aux conventions internationales.

Préoccupés par l’état de l’environnement Les Suisses accordent une grande impor­ tance aux problèmes environnementaux. Avec 79 % des personnes interrogées qui considèrent cette problématique comme prioritaire, l’environnement arrive juste derrière le financement de l’AVS ( 88 %) et les coûts de la santé ( 88 %) dans la percep­ tion collective ( » EPFZ 2007 ). Actuellement, plus de 80 % de la population résidante de Suisse estime que l’effet de serre et le ré­ Environnement Suisse 2009

chauffement climatique font courir un danger élevé à l’homme et à l’environne­ ment. En 1994, cette proportion n’était que de 54 %. La disparition des espèces est une autre source de préoccupation: 76 % des personnes interrogées considèrent qu’elle représente un danger élevé à très élevé pour l’homme et l’environnement. Le soutien apporté aux mesures de protection de l’environnement est aussi

très solide: 95 % des habitants en Suisse sont favorables à l’obligation d’équiper les moteurs diesel de filtres à particules. Même l’introduction d’une « taxe obliga­ toire sur l’essence et le diesel pour ré­ duire les gaz à effet de serre » est approu­ vée par une nette majorité ( 61 %).


33

II. Etat de l’environnement 5. Ménages, consommation et tourisme

En Suisse, la protection des ressources non renouvelables comme les métaux ou le gravier gagne en importance. A l’avenir, il devra être possible de satisfaire de nombreux besoins en améliorant le recyclage et en augmentant l’efficacité des matériaux et de l’énergie. Pour cela, il faut recenser les stocks de matériaux existants ( matières premières secondaires ), puis les exploiter et les utiliser de manière ciblée. Les matières premières qui pourraient venir à manquer dans un avenir relativement proche doivent être localisées suffisamment tôt. Le recensement des stocks disponibles et l’organisation de leur démontage ( câbles de cuivre, p. ex. ) représentent aussi des conditions importantes.

Une utilisation durable des matières premières et une élimination des déchets appropriée ne présentent pas que des avantages écologiques, elles répondent aussi à des objectifs économiques et sociaux. A l’avenir, lorsque l’on importera des produits, il faudra non seulement s’assurer que leur qualité écologique est suffisante, mais aussi – de plus en plus – appliquer des critères sociaux. •

Tourisme Le tourisme constitue une composante im­ portante de notre économie nationale. Il fournit des revenus dans de nombreuses régions périphériques. Bien qu’il profite de l’attrait et de l’accessibilité des paysages suisses, il les soumet aussi à une certaine pression du fait de l’utilisation qu’il en fait. On constate une évolution intéres­ sante dans le domaine des voyages entre­ pris par la population. La proportion de résidents qui font au moins un voyage par an reste relativement stable aux alen­ tours de 80 %. Toutefois, le nombre de voyages a reculé au cours des dernières années. Ce sont les petits voyages privés qui ont été touchés les premiers, suivis des voyages privés de plus grande am­ pleur. En ce qui concerne les voyages d’af­ faires, une augmentation se dessine à nouveau depuis 2003 ( » OFS/ARE 2007 b). Ces dernières années, on constate par ailleurs un raccourcissement de la durée des séjours, qui se situe maintenant à 2,3 nuitées ( » G5.4 ). Cela signifie que cha­ que nuitée génère davantage de trafic. Près de la moitié de tous les voyages avec nuitée entrepris par la population résidante concerne une destination suis­ se. Les pays voisins sont aussi très appré­ ciés. Que ce soit à destination de l’étran­ ger ou non, 58 % de tous les voyages ont été effectués en voiture. L’avion a encore gagné en importance par rapport aux autres modes de transport: en 2005, on l’a utilisé pour 35 % des voyages à l’étranger avec nuitée(s). En Suisse, 8,5 % des ménages dispo­ sent d’au moins une résidence secondaire.

La plus grande partie de ces résidences se situent en zone rurale et sont utilisées à des fins de loisirs ou de vacances. Les résidences secondaires portent atteinte à l’environnement de différentes maniè­ res. Elles provoquent l’extension des zo­ nes bâties et les localités, et nécessitent une infrastructure peu employée. De plus, elles sont souvent peu animées en dehors des périodes de vacances. Les paysages variés et bien desservis sont des zones de loisirs appréciées. Ils constituent l’image de marque du tou­ risme suisse. Le mitage du territoire et les infrastructures de transport qui nécessi­ tent beaucoup de terrain diminuent les quantités et la qualité des ressources na­

turelles, ce qui réduit l’attrait touristique des espaces concernés ( » Chapitre 11 ). Divers efforts sont déployés afin de continuer à disposer de zones de détente et de régions touristiques attrayantes. Il faut réduire l’impact des infrastructures sur l’environnement, mieux diriger les visiteurs, améliorer l’information et la sensibilisation, et mieux aménager l’offre. Le domaine du sport en fournit un mo­ dèle: divers offices fédéraux ont conclu un partenariat stratégique avec Swiss Olympic pour encourager l’organisation de manifestations sportives ménageant l’environnement dans le cadre du pro­ gramme Ecosport.

G5.4 Durée des séjours (hôtels et établissements de cure)

Jours

Millions

k Durée des séjours des résidents suisses k Durée des séjours des résidents étrangers

Arrivées de l’étranger Arrivées de Suisse

9 8

3,5

7

3,0

6

2,5

5

2,0

4

1,5

3

1,0

2

0,5

1

0,0

1992 1993

1995

1997

1999

2001

2003 2005

2007

0

2004: pas de statistique suisse du tourisme Source: OFS

ao

Environnement Suisse 2009


34

II. Etat de l’environnement

6. Agriculture L’agriculture remplit des tâches diverses, la principale étant la production alimentaire. Ce faisant, elle pollue l’environnement et influence la diversité biologique et paysagère. L’enjeu de la politique agricole est d’améliorer sa compétitivité tout en réduisant son impact écologique.

Situation actuelle En vertu du mandat constitutionnel qui lui est dévolu, l’agriculture apporte une contribution essentielle à la sécurité de l’approvisionnement de la population grâce à une production durable et axée sur le marché. Elle concourt aussi à l’occupation décentralisée du territoire, à la conservation des ressources naturelles et à l’entretien du paysage rural. Les cultivateurs devront faire face à de nombreux défis dans les années qui viennent, tant sur le plan économique et social que sur le plan écologique. Les résultats des négociations de l’OMC, un accord éventuel de libre-échange avec l’uE en sont des exemples. Les changements structurels qui ont marqué ce secteur en Suisse se reflètent dans les entreprises agricoles: entre 1990 et 2007, leur nombre a diminué de plus de 30 %, tandis que leur taille moyenne augmentait de 49 %. La culture biologique est pratiquée sur 11 % des surfaces agricoles utiles. Cette proportion avait tendance à augmenter fortement dans les années 1990. Depuis 2004, elle n’a plus guère changé. L’élevage des animaux de rente se concentre sur un groupe toujours plus réduit d’entreprises agricoles, et les troupeaux s’agrandissent. Si le cheptel bovin a diminué de 10 % entre 1996 et 2007, tombant à 1,6 million de têtes , la taille moyenne des troupeaux est passée de 30 à 36 bêtes durant la même période. Dans le cas des porcs, elle est passée de 77 à 151. On dénombrait 1,4 million de porcs en 1996, ils étaient 1,6 million en 2007 ( » OFS 2008 b).

Pollution de l’environnement L’agriculture laisse des traces multiples dans l’environnement. Par son utilisation différenciée des surfaces, elle façonne le paysage qui, sans elle, serait largement dominé par les forêts. La diversité paysagère offre de multiples habitats aux animaux et aux plantes. L’agriculture favorise donc ainsi la diversité biologique, qu’elle menace cependant par l’exploitation intensive ( » Chapitre 11 ). La production agricole porte atteinte à l’environnement. Elle charge les eaux de nitrates ( NO3 ), de phosphore ( P ) et de produits phytosanitaires ( PPS ) ( » Chapitre 9 ) et pollue l’air par ses rejets d’ammoniac ( NH3 ) ( » Chapitre 7 ). Les véhicules et les machines émettent des poussières fines (PM10 ) et des gaz à effet de serre ( » Chapitres 7 et 8 ). Quant au bétail, il est la première source d’émission de méthane ( CH 4 ), tandis que Environnement Suisse 2009

les engrais minéraux et les engrais de ferme dégagent du protoxyde d’azote ( N2O ). Ces deux gaz contribuent également à l’effet de serre. L’agriculture peut aussi causer des dégâts de compactage et d’érosion aux sols, ou encore les charger de métaux lourds et d’autres polluants ( » Chapitre 10 ). L’azote ( N ), qu’on rencontre dans la nature sous de nombreuses formes, est d’une importance décisive pour la croissance des plantes. Outre les engrais minéraux, ce sont les déjections animales qui représentent les plus gros apports d’azote issus de l’agriculture. A elles seules, elles constituent environ 50 % du volume d’azote total. Une partie de cet azote se répand dans la nature sous forme d’ammoniac ou de nitrate. L’ammoniac contribue à l’acidification des sols ( suite à des « pluies acides » ) et à la surfertilisation des forêts, des marais et des prairies. Les excédents d’azote n’ont que peu reculé jusqu’ici ( » G6.1 ). Comme l’azote, le phosphore est l’un des éléments nutritifs fondamentaux des plantes. Il peut également être entraîné dans les eaux, par ruissellement sur les surfaces herbagères ou par lessivage et érosion des terres arables. Ce phénomène déclenche dans les lacs une production importante de biomasse dont la décomposition peut conduire à un manque d’oxygène. Les formes de vie plus évoluées voient ainsi leur milieu naturel réduit. Les déjections animales sont les principales sources de phosphore. Elles représentent 70 % du volume total. Les excédents de phosphore ont fortement baissé entre 1990 et 1998. Depuis, la tendance n’est plus homogène ( » G6.1 ). En 2006, quelque 1350 tonnes de produits phytosanitaires ( PPS ) ont été vendus, surtout des fongicides ( 47 %) et des herbicides ( 44 %). Les quantités diminuent depuis quelques années. Mais les statistiques de la SGCI Chemie Pharma Schweiz ne comptabilisent pas tous les PPS épandus. En outre, le recul des ventes ne veut pas dire que la charge en substances toxiques soit moindre dans l’environnement. Des produits plus anciens ont souvent été remplacés par des produits plus efficaces qui s’utilisent à plus faibles doses. Les PPS peuvent porter atteinte aux écosystèmes naturels, polluer les cours d’eau et les eaux souterraines. Leurs concentrations dépassent souvent les valeurs maximales prescrites par l’ordonnance sur la protection des eaux ( » Chapitre 9 ). D’après les estimations, 25 à 30 % des prairies sèches ont disparu en Suisse entre 1980 et 2000 ( » OFEV 2007d ). Elles


35

II. Etat de l’environnement 6. Agriculture

ont été victimes de l’intensification de l’agriculture et de l’utilisation renforcée d’engrais qui l’accompagnait, mais aussi des reboisements, des constructions et de l’embroussaillement dû à l’abandon de l’exploitation. Le nombre de marais d’importance nationale a également baissé entre 1997/2001 et 2002/2006 ( » OFEV 2007e ). Selon l’objectif intermédiaire de la politique agricole, les surfaces de compensation écologique devraient couvrir une superficie de 65 000 hectares en plaine d’ici à 2011; il manque encore plus de 7000 hectares, et la situation stagne depuis des années. Un tiers des surfaces existantes ont une grande valeur écologique.

Mesures En 2008, l’environnement a profité des améliorations suivantes: 0 Dans le cadre du nouveau programme sur l’utilisation durable des ressources naturelles1, la Confédération apporte un soutien financier à la diversité biologique, à l’exploitation de ressources telles que l’azote, le phosphore et l’énergie, ainsi qu’à l’optimisation de la protection phytosanitaire et de l’utilisation du sol. Les contributions fédérales encouragent des techniques et des formes d’organisation nouvelles. 0 Le montant des contributions au sens de l’ordonnance sur la qualité écologique ( OQE )2 a été augmenté ( » G6.2 ) pour réduire les déficits de qualité et de mise en réseau des surfaces de compensation. En réponse à une motion parlementaire, le Conseil fédéral doit présenter en 2009 un rapport sur l’évolution future des paiements directs. Il s’agit de montrer comment ces paiements pourraient être affectés de façon plus ciblée. Des objectifs environnementaux ont été publiés en 2008 ( » OFEV/ OFAG 2008 ). Ils constituent désormais une référence pour • l’amélioration de l’impact écologique de l’agriculture.

G6.1 Excédents d’azote et de phosphore

t

Indice 1990 = 100 k Bilan d’azote k Bilan de phosphore

100 80 60 40 20 0

1990

1993

1996

1999

2002

2005

2007 ar

Source: OFS

G6.2 Compensation écologique Surfaces donnant droit aux contributions1

5

1000 hectares k surfaces de compensation écologique avant 2002 k surfaces de compensation écologique k dont surfaces de qualité et/ou mises en réseau2

150

Entrée en vigueur de l’ordonnance sur la qualité écologique

120 90 60 30 0

1993 1 2

1995

1997

1999

2001

2003

2005

2007

Incl. arbres fruitiers haute-tige, convertis en ares. Qualité ou mise en réseau au sens de l’ordonnance sur la qualité écologique (OQE, RS 910.14).

Source: OFAG

bo

1 Art. 77a et 77b de la loi fédérale du 29 avril 1998 sur l’agriculture ( loi sur

l’agriculture, LAGr ), RS 910.1.

2 Ordonnance du 4 avril 2001 sur la promotion régionale de la qualité et de la

mise en réseau des surfaces de compensation écologique dans l’agriculture ( ordonnance sur la qualité écologique, OQE), RS 910.14.

Environnement Suisse 2009


36

II. Etat de l’environnement

7. Qualité de l’air Si la qualité de l’air s’est améliorée vers la fin du XXe siècle, elle ne progresse plus guère depuis quelques années. Les valeurs limites fixées pour le dioxyde d’azote, l’ozone et les poussières fines sont encore dépassées, parfois très largement. Cette pollution atmosphérique provoque des maladies et des décès prématurés. Elle porte en outre atteinte aux écosystèmes.

Pollution atmosphérique

Impacts

Les polluants atmosphériques sont rejetés par les cheminées et les pots d’échappement ou générés par évaporation, abrasion ou tourbillonnement. Ce processus est appelé « émission ». Ils sont transportés par le vent et peuvent subir des modifications chimiques ou physiques (« transmission »). C’est ainsi que se forment des polluants secondaires tels que l’ozone ou les poussières fines. Enfin, ils entrent en contact avec les hommes, les plantes, les animaux, les sols, les eaux et les matériaux, sous forme d’« immissions ». Les polluants atmosphériques peuvent être invisibles et inodores. De plus, leurs impacts ne sont souvent reconnus qu’après des observations à long terme. C’est pourquoi la composition de l’air est continuellement surveillée et analysée, tant à l’échelon national ( NABEL )1 qu’aux échelons cantonal et communal. La Suisse fait en outre partie d’un réseau international de mesure des polluants atmosphériques. Les observations montrent que la qualité de l’air s’est améliorée en Suisse ces 25 dernières années. Parmi les 18 valeurs limites d’immission fixées dans l’ordonnance sur la protection de l’air ( OpAIr)2, 11 sont respectées sur tout le territoire. Mais les valeurs limites établies pour le dioxyde d’azote ( NO2 ), l’ozone proche du sol ( O3) ( » G7.1 ) et les poussières fines ( PM10) ( » G7.2 ) sont parfois très largement dépassées. Les réseaux de mesure des immissions permettent aussi d’identifier des phénomènes tels que le smog estival. La formation de smog estival et la concentration élevée d’O3 qui l’accompagne constituent un indicateur d’une pollution excessive de l’air. Lorsque les concentrations de poussières fines et d’oxydes d’azote atteignent des niveaux élevés en hiver, on parle de smog hivernal. Ce smog se forme dans des situations de haute pression qui empêchent un brassage suffisant des masses d’air près du sol. Les valeurs limites de l’OpAIr peuvent alors être dépassées plusieurs jours durant.

La pollution atmosphérique a des impacts négatifs sur l’homme, les écosystèmes, les bâtiments, les matériaux et le climat. Elle entraîne des affections des voies respiratoires, des maladies cardio-vasculaires et de 3000 à 4000 décès prématurés par an ( » Chapitre 16 ). Les dépôts azotés surfertilisent et acidifient les écosystèmes sensibles. On observe également des effets aigus sur les plantes. Ainsi, dans l’agriculture, la pollution par l’ozone entraîne des pertes de récoltes pouvant aller jusqu’à 15 % selon les cultures et les conditions climatiques ( » Fuhrer 1995 ). Matériaux et bâtiments subissent aussi des dégâts. La pollution de l’air induit chaque année en Suisse des coûts externes s’élevant à plusieurs milliards de francs. A eux seuls, les frais de la santé sont estimés à 5,1 milliards ( » ArE 2008 ). Tous ces coûts externes ne sont pas couverts par les pollueurs.

1 Données de mesures du Réseau national d’observation des polluants atmos-

phériques ( NABEL ): www.environnement-suisse.ch » Thèmes » Air » Pollution atmosphérique » Réseau de mesures NABEL. 2 Ordonnance du 16 décembre 1985 sur la protection de l’air ( OpAIr ), RS 814.318.142.1.

Environnement Suisse 2009

Mesures En vertu de la loi sur la protection de l’environnement ( LpE )3, la Confédération et les cantons sont tenus de protéger les hommes, les animaux et les plantes contre la pollution atmosphérique. Conformément au principe de précaution, les émissions doivent être limitées autant que l’état de la technique et les conditions d’exploitation le permettent, à condition que ces mesures soient économiquement supportables. Si des immissions s’avèrent nuisibles ou incommodantes, les émissions seront limitées plus sévèrement. Dans ces cas-là, la protection de l’homme et de son environnement est placée au-dessus de simples considérations économiques. On applique le principe de causalité: les coûts de la limitation des émissions sont assumés par les pollueurs eux-mêmes. Depuis l’entrée en vigueur de la législation sur la protection de l’air, la Confédération, les cantons et les communes ont pris un grand nombre de mesures. Au niveau fédéral, des prescriptions strictes réglementent les émissions des chauffages, des installations industrielles et des véhicules à moteur; les combustibles et les carburants sont soumis à des normes de qualité. Des instruments d’incitation tels que la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations ( RPLP ) ou la taxe d’incitation sur les composés 3 Loi fédérale du 7 octobre 1983 sur la protection de l’environnement ( loi sur la

protection de l’environnement, LpE ), RS 814.01.


37

II. Etat de l’environnement 7. Qualité de l’air

organiques volatils (COV) (» OFEV/OFS 2007) viennent s’y ajouter, de même qu’une forte promotion des transports publics (» Chapitre 3). C’est aux cantons qu’il incombe d’appliquer les dispositions de l’ordonnance sur la protection de l’air en matière d’émissions. Les mesures prises ont été efficaces: au cours des 25 dernières années, les émissions ont été réduites de 85 % pour le dioxyde de soufre ( SO2 ), de 40 % pour les poussières fines ( PM10 ) et de 50 à 65 % pour les oxydes d’azote ( NOx ) et les composés organiques volatils ( COV ) ( » G2 ). Ces progrès datent cependant pour la plupart de la fin du XXe siècle. La pollution par les composés azotés, l’ozone ou les poussières fines n’a pratiquement plus diminué de puis l’an 2000 ( » G7.1 et G7.2 ) ( » OFEV 2008 c). Il faut réduire les émissions qui la provoquent, et donc recourir systématiquement aux meilleures technologies pour équiper les véhicules, les installations industrielles et agricoles ou encore les systèmes de chauffage. Il reste que les rejets de polluants dépendent en fin de compte de notre mode de vie. La mobilité, l’utilisation de l’énergie, la production industrielle et agricole et la consommation ont une influence déterminante sur leur évolution. Il n’existe jusqu’ici que peu d’incitations économiques à adopter un comportement respectueux de l’environnement. La taxe sur le CO2 perçue depuis le 1er janvier 2008 sur les combustibles fossiles va dans cette direction. La pollution atmosphérique à grande distance doit en outre être réduite dans tous les pays européens par des mesures durables. C’est pourquoi des efforts supplémentaires sont nécessaires à l’échelle internationale dans le cadre de la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance (Convention de Genève)4. •

G7.1 Dépassements de la valeur limite d’immission pour l’ozone (O3)1

t

Nombre de dépassements k Préalpes (Rigi) k Ville (Lugano) k Campagne (Payerne) 1000

k Agglomération (Bâle) k Ville (Zurich) k 2003: 1089

k 2003: 1795

800 600 400 200 Valeur limite 0

1991 1994 1997 2000 2003 2007 1 Valeur limite d’immission horaire: 120 microgrammes par mètre cube; ne doit en aucun cas être dépassée plus d’une fois par an. En 2003, la charge d’ozone a été extrêmement élevée en raison de la canicule. bp

Source: OFEV, réseau de mesures NABEL

G7.2 Moyennes annuelles d’immissions de poussières fines en suspension (PM10)1

4

Microgrammes par mètre cube

60

k Ville, trafic k Ville k Agglomération

k Campagne k Préalpes/Jura

50 40 30 20

Valeur limite

10 0

1986 1989 1992 1995 1998 2001 2004 2007 1 Valeurs calculées avant 1997 à partir du total des particules en suspension (TSP).

Source: OFEV, réseau de mesures NABEL

bp

4 Convention du 13 novembre 1979 sur la pollution atmosphérique transfron-

tière à longue distance, RS 0.814.32

Environnement Suisse 2009


38

II. Etat de l’environnement

8. Changements climatiques En Suisse, la température moyenne a augmenté de 1,8 °C environ depuis 1970. Simultanément, on a pu constater un fort recul des glaciers ainsi que des modifications de la végétation. Le réchauffement observé est dû en bonne partie aux activités humaines. Pour atteindre les objectifs de la politique climatique, la Suisse doit réduire considérablement ses émissions de gaz à effet de serre.

Changements climatiques Les émissions de gaz à effet de serre sont restées à peu près constantes en Suisse depuis 1990 ( » G8.1 ), à l’exception des gaz synthétiques: hydrofluorocarbures ( HFC), perfluorocarbures ( PFC ) et hexafluorure de soufre ( SF6 ). Parmi les gaz à effet de serre causés par l’homme, le dioxyde de carbone ( CO2 ) est de loin le plus important. Ses émissions ont légèrement augmenté depuis 1990. En 2006, 45,6 millions de tonnes de CO2 et 53,2 millions de tonnes d’équivalents CO21 ont été rejetés dans l’atmosphère. Le CO2 est responsable d’environ 86 % des émissions totales de gaz à effet de serre. La part de méthane ( CH4 ) a diminué de 19 % depuis 1990, celle de protoxyde d’azote ( N2O ) de 9 %; ces deux gaz proviennent surtout de l’agriculture. Les rejets de gaz à effet de serre ont des conséquences: ces dernières années, dans toutes les régions de Suisse, les températures étaient supérieures de 1,8 °C à celles des années 1970 ( » G3 ). Cette augmentation ne peut plus s’expliquer par des facteurs naturels. La tendance au réchauffement doit être imputée en premier lieu à l’homme ( » GIEC 2007 ). Elle est confirmée par divers autres indicateurs climatiques tels que le nombre de journées chaudes, les jours de canicule, les nuits tropicales ou encore l’enneigement du Plateau suisse ( » Begert et al., 2005; Scherrer et al., 2004; OFEV 2007f ). Aucune tendance nette ne peut être observée actuellement pour la moyenne annuelle des précipitations ( » G8.2 ). Si les quantités annuelles sont restées plus ou moins les mêmes, des modifications saisonnières ou régionales se dessinent. Elles sont également relevées dans les modélisations. On peut observer d’autres signes des changements climatiques ( » Seiz et Foppa, 2007 ). Dans les Alpes, les glaciers ont fortement reculé dans les dernières dizaines d’années. La langue du Grand Glacier d’Aletsch s’est raccourcie de près de 3 km depuis 1870 ( » OFEV 2007f). De plus, des plantes subtropicales telles que le palmier à chanvre se sont propagées dans les forêts tessinoises et les cerisiers de Liestal 1 Les différents gaz à effet de serre ont des effets variables sur le réchauffement

global. Afin de créer une base de calcul uniforme, on définit le potentiel global de réchauffement des autres gaz par rapport à l’impact du dioxyde de carbone ( CO2 ) sur le climat, et on l’exprime en équivalents CO2 ( éq.-CO2 ).

Environnement Suisse 2009

( BL ) fleurissent maintenant 15 à 20 jours plus tôt que dans les années 1970 ( » Defila et Clot, 2001 ).

Effets à long terme Les changements climatiques ont une incidence sur différents domaines de la société. Les ressources en eau, l’agriculture, le tourisme, l’énergie, la santé, les assurances et les infrastructures sont particulièrement touchées. L’exemple du tourisme illustre bien l’importance que le climat peut avoir pour l’économie. En montagne, le tourisme estival pourrait profiter d’un réchauffement si les gens venaient y fuir la canicule du Plateau. Mais le tourisme d’hiver, dont l’impact économique est plus important, accuse des pertes en raison de conditions d’enneigement devenues plus incertaines. Selon les estimations actuelles, la Suisse devrait pouvoir maîtriser les effets du réchauffement climatique durant la première moitié du XXIe siècle ( » OcCC 2007 ) si la température n’augmente pas davantage que prévu. Le secteur du tourisme, mais aussi celui de l’énergie ( notamment l’énergie hydraulique ) devront toutefois faire face à des modifications sensibles dès cette période, pour laquelle on s’attend à une perte en termes de bien-être de l’ordre de 1 milliard de francs ( » OFEV/OFEN 2007 ). L’industrie d’exportation subira elle aussi les conséquences de cette évolution. Selon de premières modélisations, de 1,4 à 3,1 % des exportations suisses pourraient être menacées d’ici à 2050. La baisse du pouvoir d’achat dans les régions les plus touchées de l’étranger se ferait par exemple sentir dans l’industrie horlogère ( » OFEV 2007 g). Après 2050, les dommages devraient s’aggraver considérablement, en particulier si la température globale augmente de plus de 2 °C. Ce sont donc surtout les générations futures qui auront à souffrir des effets du réchauffement climatique ( » OFEV/OFEN 2007 ) si la communauté internationale ne prend pas rapidement des mesures efficaces.

Mesures Sans mesures supplémentaires, les émissions de CO2 ne diminueront que légèrement à long terme. La réduction attendue est due principalement à la meilleure efficacité énergétique des nouveaux bâtiments. Dans le domaine du


39

II. Etat de l’environnement 8. Changements climatiques

t

G8.1 Emissions de gaz à effet de serre en Suisse

450 Indice 1990 = 100 400

k HFC/PFC/SF6 k CO2 k Total gaz à effet de serre

G8.2 Moyenne des précipitations annuelles en Suisse Par rapport à la moyenne 1961−1990 Rapport

Millions de tonnes d’équivalents CO2 k N2O k CH4

350

60

300

50

250

40

200

30

1,4 1,3 1,2 1,1 1 0,9

150

20

100

10

0,7

50

0

0,6

1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004

Source: OFEV

2007

2007

br

transport, les émissions devraient se stabiliser au niveau actuel, car l’effet positif du progrès technologique est annulé par l’accroissement constant de la mobilité ( » Chapitres 2 et 3 ). Quant aux rejets de gaz à effet de serre dus à l’agriculture, il n’est pas certain qu’ils continueront à diminuer. Or les émissions de gaz à effet de serre doivent être impérativement réduites pour que les visées de la politique climatique nationale et internationale puissent être réalisées. Le Protocole de Kyoto a défini de premiers objectifs pour la période de 2008 à 2012 ( » G4 ). Ils ont été précisés à l’échelon national par la loi sur le CO2. En Suisse, différentes mesures sont mises en œuvre depuis 2005 pour respecter les engagements pris. La taxe sur le CO2 prélevée sur les combustibles, le centime climatique perçu sur l’essence et le diesel, la promotion du gaz naturel et des carburants biogènes ainsi que des incitations par l’impôt automobile en sont des exemples. Ces mesures ayant toutefois été appliquées avec retard et partiellement seulement, l’objectif de réduction fixé dans la loi sur le CO2 sera probablement manqué de 0,5 million de tonnes de CO2 par an à moins de prendre des dispositions complémentaires. La Confédération suisse a donc négocié une convention ad-

k Années au-dessus de la moyenne 1961–1990 k Années au-dessous de la moyenne 1961–1990 k Moyenne pondérée sur 20 ans (filtre passe-bas de Gauss)

0,8

1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2007

Source: MétéoSuisse

bo

ditionnelle avec la Fondation pour le centime climatique. Par cet accord, la fondation s’engage à réduire le CO2 de 0,6 million de tonnes supplémentaires par an entre 2008 et 2012, au moyen de projets en Suisse et à l’étranger. En 2008, le Conseil fédéral a décidé de mettre en place un Comité interdépartemental Climat (CI Climat) destiné à coordonner le développement de la stratégie suisse en matière de politique climatique. •

Protocole de Kyoto La Suisse a ratifié en 2003 le Protocole de Kyoto à la Convention­cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Ce faisant, elle s’est engagée devant la com­ munauté internationale à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 8 % par rapport à 1990 dans la moyenne des années 2008 à 2012. La compensation d’émissions par l’achat de certificats

étrangers et par l’effet de puits de carbone des forêts peut être prise en compte. La Suisse s’est donné les moyens de remplir cet engagement en édictant la loi sur le CO2, qui prévoit de réduire de 10 % les re­ jets issus de la consommation d’énergies fossiles dans la moyenne des années 2008 à 2012. Le centime climatique perçu sur les carburants ( depuis 2005 ) et la taxe sur le

CO2 appliquée aux combustibles ( depuis

le 1er janvier 2008) sont les principales mesures prises à cet effet. Selon des esti­ mations de l’automne 2008, la Suisse pour­ ra atteindre l’objectif du Protocole de Kyo­ to.

Environnement Suisse 2009


40

II. Etat de l’environnement

9. Eaux Les eaux souterraines suisses sont pour la plupart de bonne qualité. Les concentrations de nitrates, de produits phytosanitaires et d’hydrocarbures halogénés y dépassent cependant parfois les exigences chiffrées. La Confédération soutient les efforts visant à aménager les ruisseaux et les rivières de façon plus naturelle.

Eaux souterraines La Suisse possède 6 % des réserves européennes d’eau douce ( » OFEFp 2001 ). Quelque 2 % seulement du volume des précipitations y sont utilisés comme eau de boisson ( » SSIGE 2005 ). Ce sont les nappes souterraines qui représentent de loin la principale ressource en eau potable: elles en fournissent plus de 80 %. La protection des eaux souterraines, le réseau de distribution et les installations pompant l’eau des lacs permettent d’approvisionner la population en tout temps et sans problèmes majeurs en eau de qualité. Les résultats de l’observation nationale des eaux souterraines ( NAQuA ) montrent que celles-ci sont généralement en bon état. Les problèmes apparaissent avant tout dans les régions d’agriculture intensive et dans les agglomérations, où les concentrations de nitrates, par exemple, sont trop élevées. En effet, près de 20 % des stations de mesure affichent des teneurs qui dépassent la valeur maximale admissible de 25 mg/l ( » G21 ) fixée dans l’ordonnance sur la protection des eaux ( OEAux )1 pour les eaux souterraines utilisées comme eau potable. Souvent, les analyses révèlent la présence de produits phytosanitaires ( PPS ) et de leurs produits de dégradation. Dans plus de la moitié des stations de mesure ayant fait l’objet de prélèvements entre 2004 et 2006, les échantillons contenaient des résidus de PPS. Dans une station sur dix environ, une substance au moins présentait une concentration supérieure à l’exigence chiffrée de 0,1 µg/l fixée dans l’OEAux. Les produits chimiques provenant d’exploitations industrielles ou artisanales contribuent également à polluer les eaux souterraines. Des traces en ont été détectées dans un tiers environ des stations analysées ( » Chapitre 4 ). Pour la première fois, des études pilotes menées à l’échelle nationale ont été consacrées à la présence de médicaments dans les nappes phréatiques ( » Hanke et al. 2007 ). Des substances actives utilisées en médecine humaine ont été assez souvent mises en évidence dans les installations de pompage situées à proximité de rivières polluées par les eaux usées. Leurs concentrations étaient en général nettement inférieures à 0,1 µg/l. On n’a trouvé que rarement des substances actives employées en médecine vétérinaire. Selon les connaissances actuelles, les teneurs en polluants relevées dans les eaux souterraines ne menacent pas 1 Ordonnance du 28 octobre 1998 sur la protection des eaux ( OEAux ),

RS 814.201.

Environnement Suisse 2009

la santé de la population. Le grand nombre de nappes phréatiques contenant des substances nocives et surtout les dépassements des exigences chiffrées de l’OEAux constituent toutefois un avertissement à ne pas négliger.

Eaux de surface Le réseau hydrographique suisse comprend 65 300 km de cours d’eau, dont 10 600 km ont été fortement modifiés par des aménagements; 5200 km environ ont été mis sous terre. Ces rivières corsetées, souvent endiguées, manquent d’espace pour assurer leurs multiples fonctions. Beaucoup d’entre elles sont en outre régulièrement asséchées en raison de prélèvements d’eau trop importants. Les fluctuations rapides de leur régime d’écoulement, dues à la production d’énergie de pointe, contribuent également à altérer ou détruire l’habitat de nombreux animaux et végétaux. Ce phénomène touche surtout les rivières alpines en aval des centrales à accumulation. L’homme influence aussi le régime de charriage des cours d’eau par des endiguements, l’extraction de gravier ou des centrales hydrauliques. Les effets se répercutent sur les lits et les berges des rivières: leurs habitats s’uniformisent et s’appauvrissent, et la diversité biologique diminue. De plus, surtout dans les zones de retenue des centrales au fil de l’eau, les lits sont étanchéifiés, ce qui entrave l’infiltration et réduit le renouvellement des eaux souterraines. Certains indices montrent clairement que les substances actives entrant dans la composition des médicaments, par exemple, ont des effets nocifs sur les organismes aquatiques, du moins à proximité des stations d’épuration ( » Hollender et al. 2007 ). Ces signes de micropolluants dans les eaux confirment qu’il est judicieux d’optimiser à moyen terme l’évacuation des eaux urbaines et l’épuration des eaux usées tout comme de renforcer les efforts de protection des eaux. La qualité des habitats offerts par les eaux de surface ne dépend pas uniquement de la propreté de l’eau, mais aussi de la morphologie des rivières, de leur débit et de leur température. Dans le Rhin, près de Bâle, la température moyenne a augmenté de plus de 2 °C au cours des 50 dernières années ( » G9.1 ). Les changements climatiques et les déversements d’eau chaude ( celle des installations frigorifiques ou encore celle des douches et des machines à laver, passée par les stations d’épuration des eaux usées ) contribuent à ce phénomène. Une progression similaire a égale-


41

II. Etat de l’environnement 9. Eaux

ment été constatée dans d’autres eaux du Plateau. De nombreux organismes aquatiques sont sensibles à cette hausse de température. Comme le montre l’exemple du Rhin, les valeurs annuelles des débits moyens suivis à long terme, ici entre les sources et Bâle, ne permettent pas souvent de déceler une évolution nette. Lorsque les semestres d’été et d’hiver sont considérés séparément sur les 100 dernières années, on constate toutefois que le débit moyen augmente en hiver, tandis qu’il a tendance à diminuer en été (» G9.2 et CHr 2007).

Mesures La protection des eaux bénéficie en Suisse d’une bonne base légale: elle est régie par la loi du même nom ( LEAux)2 et par l’ordonnance qui s’y rapporte. Les eaux souterraines sont soumises à toute une série de réglementations qui permettent de conserver ou, le cas échéant, d’améliorer leur qualité et leur volume. Les mesures d’organisation du territoire telles que la délimitation de zones de protection des eaux souterraines en font partie, tout comme les prescriptions en matière de protection et d’utilisation. L’ordonnance sur la protection des eaux fixe d’une part des objectifs écologiques et d’autre part des exigences de qualité pour les eaux de surface et les eaux souterraines. Ces exigences doivent être respectées en permanence. Si une pollution est constatée, l’autorité cantonale compétente est tenue d’en déterminer l’ampleur et les raisons et d’ordonner les mesures qui s’imposent. En cas de prélèvements dans le lit des rivières et des ruisseaux, un débit résiduel approprié doit être maintenu afin de garantir les diverses fonctions des cours d’eau. Des prescriptions précises d’assainissement et la mise à disposition des moyens financiers correspondants seraient nécessaires pour éviter les effets négatifs exercés par les fluctuations rapides de débit en aval des centrales à accumulation (exploitation par éclusées ) et pour améliorer le régime de charriage des cours d’eau. La morphologie des rivières doit être richement structurée pour préserver les habitats qu’elles recèlent. Les cours d’eau proches de l’état naturel assurent les échanges entre les eaux souterraines et les eaux de surface. Ils jouent ainsi un rôle important dans l’approvisionnement en eau potable et offrent en outre des lieux de détente appréciés de la population. •

G9.1 Température de l’eau du Rhin En comparaison avec la température de l’air à Bâle Lieu

°C

Moyenne annuelle d d d d

Rhin, Bâle Rhin, Rekingen Rhin, Diepoldsau Bâle (air)

14

w

Moyenne pondérée k  k  k  k 

13 12 11 10 9 8 7 6 1950

1960

1970

1980

1990

2000

2007 bq

Source: OFEV

G9.2 Débit moyen du Rhin Station de Bâle En m3 par seconde k Moyennes annuelles 1 k Tendance (linéaire)

k Semestre d’été 1 k Semestre d’hiver 1 1600 1400 1200 1000 800 600 400

1900 1

1910

1920

1930

1940

1950

1960

1970

1980 1990 2000 03

Moyennes chevauchantes de 9 ans.

Source: OFEV

bq

2 Loi fédérale du 24 janvier 1991 sur la protection des eaux ( loi sur la protection

des eaux, LEAux ), RS 814.20.

Environnement Suisse 2009


42

II. Etat de l’environnement

10. Sols Le sol est un bien limité et non renouvelable. Près de 90 % des terres meubles peuvent être considérées comme faiblement polluées au plan chimique, alors que 9 % le sont moyennement et 1 % fortement. Par ailleurs, 20 % des terres assolées sont endommagées par l’érosion hydrique.

Utilisation des sols et atteintes Les sols se sont formés au cours des millénaires par altération de la roche-mère et par dégradation de la matière organique (animaux et vététaux). Ils constituent une ressource non renouvelable qui doit répondre à des besoins très variés: fournir de la nourriture à l’homme, aux animaux et aux plantes, filtrer et retenir l’eau, servir d’habitat, etc. Seule une utilisation prudente et adéquate des sols permet de conserver leurs propriétés et leur fertilité. Au cours des deux dernières décennies du XXe siècle, 11 hectares de terres agricoles ont disparu chaque jour en Suisse, selon la Statistique de la superficie ( » OFS 2001 ). Cela correspond à environ 1,3 mètre carré par seconde. Près de deux tiers de cette superficie sont utilisés comme surfaces d’habitat et d’infrastructure. Sur le Plateau et dans les vallées alpines, les surfaces restantes se réduisent sans cesse. Cette évolution semble toutefois ralentir, selon les premiers résultats partiels du dernier relevé de la Statistique de la superficie. Le compactage des sols constitue un problème supplémentaire. Ce phénomène est lié à la rationalisation de la sylviculture et de l’agriculture, qui recourent à des machines de plus en plus lourdes. L’érosion hydrique, quant à elle, menace surtout les terres arables en pente dont la couverture végétale est faible: elle est grave pour approximativement 20 % des surfaces assolées. Les sols alpins sont dégradés par le nivellement des pistes de ski et leur enneigement artificiel. S’y ajoute, localement, une utilisation excessive due à de trop grands troupeaux. La pollution chimique reste également un problème. Comme le montrent des relevés, il n’existe plus en Suisse de sols qui ne soient pas du tout pollués; quelque 90 % des terres meubles doivent être classées parmi les sols faiblement touchés par la pollution, alors que 9 % le sont moyennement et 1 % fortement ( » OFEV/OFAG 2006 ). Ce sont les zones urbaines qui sont le plus fortement atteintes, soit les jardins, les parcs et les espaces verts ( » G20 ).

tances nutritives dont elles ont besoin. Pour maintenir le rendement agricole, une fumure plus abondante est nécessaire, ce qui accroît le risque de perte d’éléments nutritifs et complique aussi les tâches d’exploitation. La pollution des sols par des substances chimiques menace leur fertilité, perturbe la croissance des plantes et peut porter atteinte à la santé de l’homme et des animaux. Les effets physiques et chimiques exercés sur les sols ont une influence sur les millions d’organismes qui y vivent. Ces derniers y jouent un rôle central pour la décomposition des matériaux organiques. Toute modification de leurs conditions de vie peut avoir des répercussions sur les cycles biochimiques. Toutefois, comme les relations entre les différents organismes sont extrêmement complexes, les conséquences de ces changements peuvent encore difficilement être évaluées ( » F10.1 ).

Mesures De nombreuses atteintes physiques et chimiques portées aux sols sont irréversibles. De plus, déterminer leurs limites dans l’espace demande souvent beaucoup de travail. La protection des sols doit donc miser sur le principe de prévoyance: les dommages doivent être évités autant que possible. Il faut particulièrement protéger les sols lorsqu’ils sont très exposés, par exemple sur les chantiers, en forêt, dans les champs, dans les jardins ou dans les espaces verts ( » OFEV 2006 ).

F10.1 Les êtres vivants du sol sont des acteurs centraux de son fonctionnement Du ver de terre à l’amibe, le sol contient d’innombrables êtres vivants dont le mode de vie et le rôle sont encore mal connus.

Conséquences Le compactage comble les interstices du sol, ce qui gêne les échanges gazeux ainsi que le stockage de l’eau et son transport. L’eau de pluie s’infiltre beaucoup plus lentement, stagne en surface ou s’écoule plus rapidement, ce qui augmente le danger d’érosion. Les racines des plantes ont de la peine à s’enfoncer dans le sous-sol et à prélever les subsEnvironnement Suisse 2009

Photos de R. Milleret et E. Mitchell, avec leur aimable autorisation


43

II. Etat de l’environnement 10. Sols

L’ordonnance sur les atteintes portées aux sols ( OSOL )1 fournit une base légale à la protection des sols en Suisse. Lors de l’exploitation ou de la construction, elle prescrit de traiter les sols de manière à ce qu’ils ne subissent pas de dommages durables. La Confédération et les cantons ont développé une série d’instruments et pris des mesures préventives en collaboration avec les milieux de la construction, de l’agriculture et de la sylviculture. En font partie la formation des spécialistes qui conseillent les maîtres d’ouvrage des grands chantiers, de même que l’utilisation croissante de nouvelles méthodes agricoles ménageant les sols. La prévention occupe également une place centrale dans la protection contre les atteintes chimiques, puisque les polluants peu dégradables provoquent des dégâts difficilement réversibles. Un large éventail de mesures a déjà mené à une réduction sensible des apports indésirables au cours des vingt dernières années, en particulier pour les substances inorganiques. On ne sait pas encore grand chose de la charge de polluants organiques persistants ( POP ). Diverses ordonnances réduisent les rejets de substances à un minimum le plus acceptable possible. Les mesures et restrictions prévues par la législation sont complétées d’actions librement consenties par une multitude de personnes. Les jardiniers amateurs, par exemple, peuvent renoncer aux pesticides et limiter leur utilisation d’engrais. Sensibiliser davantage la population à la protection des sols est un objectif officiel de la Confédération. • 1 Ordonnance du 1er juillet 1998 sur les atteintes portées aux sols ( OSOL ),

RS 814.12.

Les zones urbaines croissent plus lentement Le troisième relevé de la Statistique suisse de la superficie est en cours. Il permet pour la première fois de valider certaines assertions concernant l’évolution de l’utilisation du sol en Suisse, pour deux intervalles de douze ans. Des analyses sont déjà dis­ ponibles pour la partie ouest du pays; des affirmations ont été développées pour 34 % du territoire suisse. Les chiffres se fon­ dent sur les résultats de la statistique de 1461 communes situées en Suisse occidentale. Ils montrent que les surfaces d’habitat et d’infrastructure ont crû de 27 674 ha en 24 ans, ce qui corres­ pond à la somme des superficies des lacs de Neuchâtel, de Bienne et de Morat. Alors que le taux de croissance était de 13,4 % entre 1982 et 1994, il a baissé à 9 % pour la période allant de 1994 à 2006. Le développement des zones bâties se fait surtout au détriment de sols de bonne qualité et de surfaces agricoles: ceux­ci ont reculé de 30 392 ha sur l’ensemble de la période considérée ( » G10.1 ).

G10.1 Evolution des surfaces d’habitat et d’infrastructure en 24 ans (pour 34,4 % de la Suisse)

w

Hectares 70 000

k 1979/1985 k 1992/1997 k 2004/2009

60 000 50 000 40 000 30 000 20 000 10 000 0

Aires de Surfaces de Aires bâtiments transport industrielles et artisanales Source: OFS, Statistique suisse de la superficie

Espaces verts Surfaces et lieux de d’infrastrucdétente ture spéciale ao

Environnement Suisse 2009


44

II. Etat de l’environnement 11. Paysage et biodiversité

11. Paysage et biodiversité Par rapport à sa taille, la Suisse abrite de nombreux habitats et présente une grande diversité biologique, avec plus de 50 000 espèces animales et végétales. Cependant, quelque 40 % de ces plantes et animaux subissent de fortes pressions, de même que leurs habitats. Les zones bâties s’étendent au détriment des territoires ouverts, ce qui appauvrit progressivement le caractère et la diversité des paysages.

Nature et paysage L’homme aménage son environnement. Pendant des siècles, il a créé divers paysages et, indirectement, favorisé la diversité des espèces. La variété des paysages cultivés a atteint son point culminant au début de l’industrialisation. Depuis, elle recule et cette évolution s’est encore accélérée pendant la deuxième moitié du XXe siècle. En Suisse, l’agriculture reste l’utilisation dominante du sol. Les terres cultivées recouvrent 37 % de la surface du pays. Cependant, les zones urbaines s’étendent sans cesse: elles ont gagné 27 km2 par an durant les années 1980 et 1990 ( » OFS 2001 ). Les chiffres les plus récents disponibles pour la Suisse occidentale font ressortir une diminution des terres arables et une augmentation considérable des surfaces de pâturage dans les zones d’habitat permanent, ce qui indique que l’agriculture y est devenue plus extensive. Dans l’espace alpin, les surfaces mal desservies et difficiles à exploiter sont de plus en plus laissées à l’abandon. La Suisse dispose encore de nombreux paysages naturels ou façonnés par l’homme, dont certains sont même d’importance mondiale. Depuis 2001, la zone alpine de Jungfrau-Aletsch ( BE/VS ) figure sur la liste du patrimoine mondial de l’uNESCO; s’y sont ajoutés en 2007 le vignoble du Lavaux ( VD ) et en 2008 le haut lieu tectonique Sardona ( GL/GR/SG ). Depuis 2003, la liste inclut aussi le Monte San Giorgio ( TI ). Le paysage préalpin riche en marais de l’Entlebuch ( LU ) a été déclaré réserve de biosphère par l’uNESCO en 2001, comme cela avait déjà été le cas auparavant du parc national. L’Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d’importance nationale ( IFp ) compte actuellement 162 objets couvrant 19 % de la surface du pays. Il s’agit pour la plus grande partie de paysages agricoles où la nature est encore bien présente. Les biotopes et les sites marécageux d’importance nationale concernent 3,4 % de la superficie du pays. Ils sont protégés par la loi.

ou les changements climatiques, par exemple, rendent difficile la survie de nombreuses espèces ( » Chapitres 7 et 8 ). On compte en Suisse quelque 50 000 espèces d’animaux, de plantes et de champignons. Environ le quart de celles-ci ont été étudiées et inventoriées ( » C11.1 ). Sur près de 14 000 espèces examinées, 36 % figurent sur des listes rouges; si l’on inclut les espèces potentiellement menacées, c’est presque une espèce sur deux qui est en danger. Par ailleurs, 236 espèces ont disparu de Suisse ou sont éteintes. On ne sait rien ou pas grand chose des populations de près de trois quarts des espèces. Les premiers résultats du Monitoring de la biodiversité en Suisse ( BDM )1 laissent supposer que la variété des espèces de plantes vasculaires a plutôt augmenté au cours des cinq dernières années. Pour les oiseaux nicheurs, le Swiss Bird Index ( SBI® )2 présente une évolution ambiguë: la tendance est légèrement positive pour l’ensemble des espèces nichant régulièrement en Suisse, mais si l’on considère les 38 espèces de la liste rouge, on remarque de fortes variations des effectifs, à un bas niveau. 1 www.biodiversitymonitoring.ch 2 www.vogelwarte.ch » Conservation/Recherche » Evolution

C11.1 Espèces de plantes vasculaires, période 2003–2007 Nombre moyen d’espèces sur 1 km2, par région biogéographique A Jura: 265 B Plateau: 229 C Nord des Alpes: 263 D Alpes centrales: 205 E Sud des Alpes: 226 Suisse: 238

A

B

C

Biodiversité La biodiversité recouvre trois dimensions: la diversité génétique, la diversité des espèces et la diversité des habitats naturels. Le recul des habitats a des répercussions négatives sur les deux autres aspects de la biodiversité. De plus, les interventions humaines dans les écosystèmes ont des conséquences indirectes ( » Chapitres 6 et 12 ). Les polluants Environnement Suisse 2009

D E 0

Source: OFEV, BDM

Cartographie: OFS, ThemaKart

25

50 km

bo


II. Etat de l’environnement 11. Paysage et biodiversité

45

Gestion du gros gibier Certaines espèces autrefois rares ou ex­ terminées de Suisse sont en train d’y re­ prendre pied. C’est le cas par exemple du castor ou de prédateurs comme le lynx, l’ours et le loup. Ces animaux contribuent à la diversité biologique de la Suisse, mais ils provoquent aussi des conflits. Il faut dire que l’homme n’est plus habitué à par­ tager son habitat: le lynx se nourrit de

chevreuils et peut ainsi concurrencer les chasseurs, le loup attaque parfois des moutons, les castors abattent des arbres et l’ours peut pénétrer dans les villages pour fouiller dans les conteneurs d’ordures. Il faut rechercher des solutions créa­ tives susceptibles de favoriser la cohabi­ tation de l’homme, des animaux domes­ tiques et de la faune sauvage. Pour cela,

Les organismes exotiques ( aussi appelés « néophytes » ou « espèces envahissantes ») constituent un problème croissant pour la flore et la faune locales. Il s’agit d’animaux et de végétaux introduits par l’homme, intentionnellement ou non, dans des zones ne faisant pas partie de leur aire de diffusion naturelle. Environ 10 % de ces espèces prolifèrent dans leur nouvel habitat et peuvent menacer les espèces indigènes. C’est notamment le cas de l’écrevisse signal, de la coccinelle asiatique ou de la renouée du Japon. Certaines espèces envahissantes comme l’ambroisie à feuille d’armoise peuvent même présenter un danger sanitaire pour l’homme. La diversité génétique induit des variations de certaines caractéristiques au sein d’une espèce. Elle est très importante pour la survie des populations, puisqu’elle leur permet de s’adapter aux variations de l’environnement et de résister aux maladies et aux parasites.

Mesures Les principes directeurs « pAYSAGE 2020 » proposent un objectif pour l’avenir: des paysages offrant à toutes les espèces animales et végétales un habitat dans lequel l’homme puisse lui aussi s’épanouir ( » OFEFp 2003 ). La nouvelle manière de traiter les petits cours d’eau offre un exemple de mise en œuvre de ce principe directeur. Il ne sera plus admis à l’avenir d’enterrer les ruisseaux. Les tronçons mis sous canalisations devront retrouver l’air libre et les rives artificielles devront être renaturées. La revitalisation des ruisseaux constitue aussi l’un des aspects des idées directrices « Cours d’eau suisses » ( » OFEFp/OFEG/OFAG/ArE 2003 et chapitre 9 ). Dans le cadre de toutes ses activités ayant une incidence sur le territoire, la Confédération est tenue de préserver le paysage et les habitats riches en espèces. Les projets de construction ne sont approuvés, subventionnés et exécutés que lorsqu’un intérêt public prépondérant le justifie, et à condition qu’ils s’intègrent au paysage de manière optimale. Si une construction engendre des atteintes à des habitats dignes de protection, ceux-ci doivent être réhabilités ou remplacés. Des parcs d’importance nationale vont être créés dans un avenir proche. Les parcs nationaux permettront de protéger de grands habitats naturels, alors que les parcs naturels régionaux garantiront une utilisation durable des ressources locales. Enfin, les parcs périurbains serviront de

l’homme doit d’une part s’adapter aux animaux sauvages. Mais d’autre part, il doit avoir la possibilité de réguler même les populations des espèces protégées, lorsque celles­ci provoquent des domma­ ges inacceptables.

zones de détente aux abords des grandes villes. Ces nouveaux parcs offrent une occasion de développement régional. Des initiatives ont vu le jour dans plus de 20 régions pour la création de nouveaux parcs. En 2008, 1 parc périurbain et 8 parcs naturels régionaux sont entrés dans leur phase de mise en place. D’ici à 2011, ce sont au moins 1 parc national, 10 parcs naturels régionaux et 2 parcs périurbains qui viendront s’y ajouter. Dans le domaine de la protection des espèces, le suivi est essentiellement réalisé à l’aide de programmes d’observation. Le suivi des biotopes d’importance nationale et le Monitoring de la biodiversité en Suisse (BDM ) font partie des instruments les plus importants. Ils ont pour but d’identifier à temps les principales évolutions de la biodiversité afin de prendre des mesures efficaces de protection et de promotion des espèces. Plus de 20 000 espèces ont besoin de la forêt comme habitat. Trois mesures doivent améliorer sa qualité écologique. Tout d’abord, l’exploitation de la forêt doit se faire en restant le plus proche possible de la nature. Ensuite, des surfaces non négligeables doivent être entièrement rendues à leur évolution naturelle ( réserves forestières naturelles, îlots de bois mort ). Enfin, des réserves forestières spéciales doivent permettre d’intervenir de manière ciblée pour mettre en valeur les habitats d’espèces prioritaires ( » Chapitre 12 ). En Suisse, les travaux d’inventaire et de protection de la diversité génétique ont déjà commencé. La Confédération et les cantons ont par exemple adopté des prescriptions d’exploitation particulières pour 5 forêts « d’un intérêt génétique particulier » ( IGp ). On espère conserver ainsi les propriétés génétiques des populations d’arbres locales. L’entretien des forêts est géré de manière à conserver certaines espèces et leur patrimoine. La Confédération soutient des projets de sauvegarde des ressources génétiques, qui sont coordonnés par la Commission suisse pour la conservation des plantes cultivées ( CpC ) et par la Commission suisse pour la conservation des plantes sauvages ( CpS ). A titre d’exemple, on peut citer le Plan d’action national ( pAN ) pour la conservation et l’utilisation durable des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture. Ratifiée par la Suisse en 1994, la Convention sur la diversité biologique reconnaît aux Etats signataires des droits » Environnement Suisse 2009


46

II. Etat de l’environnement 11. Paysage et biodiversité

› souverains sur les ressources génétiques présentes sur leur territoire. Les parties contractantes se sont engagées à partager équitablement les avantages tirés de l’utilisation des ressources génétiques. Cela peut concerner des profits financiers, comme les bénéfices tirés de la vente de médicaments basés sur les ressources génétiques d’autres pays, mais aussi d’autres avantages non monétaires, par exemple les échanges d’information et les transferts de technologie qui découlent des activités de recherche utilisant ces ressources. Ces compensations doivent assurer la protection de la diversité génétique à l’échelle mondiale. •

Mitage du paysage et imperméabilisation du sol La tendance au mitage du paysage se maintient ( » G11.1 ). Il en résulte une dimi­ nution des terres agricoles, des espaces non bâtis et des lieux de détente, ainsi qu’une hausse du trafic en raison de l’ac­ croissement de la distance entre les lieux de domicile et de travail. Les paysages aménagés de manière désordonnée gas­ pillent le sol.

w

La plupart du temps, ce sont les terrains agricoles les plus précieux qui font les frais de cette urbanisation gourmande et inefficace. A côté du mitage, l’imperméabilisa­ tion constitue aussi un problème. Avec la hausse du nombre de bâtiments et d’in­ frastructures de transport, ce sont les surfaces imperméables qui augmentent.

G11.2 Surfaces rendues imperméables

G11.1 Mitage du paysage 1

Pénétration urbaine (en UPU/km2) k Plateau k Jura k Suisse

6

La superficie concernée progresse d’en­ viron 1 % par an ( » G11.2 ). Il s’agit surtout de bâtiments et de routes. Le sol ne peut plus assumer deux de ses principales fonctions écologique lorsqu’il est imper­ méable: emmagasiner et filtrer l’eau.

k Surfaces rendues imperméables, 1979/85 k Augmentation jusqu’en 1992/97

k Sud des Alpes k Nord des Alpes k Alpes centrales

Sud des Alpes

+15%

4

Alpes centrales

+16%

3

Nord des Alpes

5

w

+15%

2 Plateau

+11%

1 Jura

0

1935

1960

1980

Pour mesurer le degré de mitage du paysage, on exprime la « pénétration urbaine » en « unités de pénétration urbaine (UPU) par km2 ». Cette variable indique dans quelle mesure un paysage est parsemé de bâtiments: plus il y a de surfaces bâties et les bâtiments sont dispersés, plus la pénétration urbaine est élevée. 1

Source: Jaeger et al., 2008

Environnement Suisse 2009

+12%

2002

ct

Suisse

+13% 0

30 000

60 000

90 000

120 000 150 000 Hectares

Près de 3 % de la surface de la Suisse est imperméable. Source: OFEV, Observation du paysage suisse (LABES)

ct


47

II. Etat de l’environnement

12. Forêts Les forêts suisses couvrent 1,3 million d’hectares. Cette superficie représente près d’un tiers du pays. La surface forestière a augmenté de 4,9 % depuis la seconde moitié des années 1990. La forêt fait office de puits de carbone pour le gaz à effet de serre qu’est le CO2. Le potentiel d’exploitation du bois n’est pas encore utilisé à fond.

Fonctions des forêts

Economie forestière

Les forêts suisses doivent remplir leurs fonctions protectrice, sociale et économique. Ainsi le prévoit la loi de 1991 sur les forêts ( LFO )1. Un aspect de leur fonction sociale est le rôle de filtre naturel des eaux assuré par les sols forestiers, qui garantit une eau potable de très bonne qualité à un prix avantageux. Les forêts produisent en outre de l’oxygène et absorbent du dioxyde de carbone ( CO2 ) qu’elles prélèvent dans l’atmosphère ( » G12.1 ). Cet effet de puits de carbone est un facteur important qui aide la Suisse à remplir les engagements pris dans le cadre du Protocole de Kyoto ( » Chapitre 8 ). De manière générale, les exigences envers la forêt et ses fonctions diverses se sont accrues ces dernières années. Les forêts sont des lieux de détente et de loisirs très appréciés, par les habitants des agglomérations en particulier. Forêts et lisières sont considérées comme un bien public au sens du droit de libre accès ( art. 699 CC). La population en profite largement. Ces prestations n’ayant pas de valeur marchande, leur utilité pour la santé est souvent sousestimée.

Les forêts suisses couvrent une superficie de 1,3 million d’hectares, soit 31 % du pays ( » wSL 2007 ). La surface forestière a augmenté de 4,9 % entre 1995 et 2006 ( » C12.1 ) parce que la forêt reconquiert les alpages dont l’exploitation a été abandonnée. Au cours des 11 dernières années, l’accroissement du bois a été de 9,5 millions de m3 par an, contre 8,6 millions de m3 par an de bois exploité (6,4 millions) et de bois mort (2,2 millions). Dans le volume total d’accroissement du bois, on fait la distinction entre les arbres effectivement exploitables ( dans les futaies, p. ex. ) et ceux qui ne le sont pas ( surfaces forestières non desservies, réserves ). Le volume de bois exploitable représente quelque 420 millions de m3. Il s’est légèrement accru – de 3 % – dans les 11 dernières années. Le volume de bois par hectare est toutefois resté le même: en effet, la surface forestière s’est étendue, l’exploitation s’est développée et la mortalité a augmenté. Les pertes sont dues surtout à la tempête Lothar de décembre 1999, à la sécheresse de 2003 et aux épidémies de bostryches qui ont suivi. Le volume de feuillus a augmenté de 10 % environ depuis 1996, tandis que les conifères sont en léger recul (autour »

1 Loi fédérale du 4 octobre 1991 sur les forêts ( loi sur les forêts, LFO ),

w

RS 921.0.

C12.1 Augmentation de la surface forestière entre le recensement de 1993– 1995 et celui de 2004–2006, par région de production

G12.1 Effet de puits de carbone net de la forêt

k Jura: 0,9 % k Plateau: 0,0 % k Préalpes: 2,2 % k Alpes: 9,1 % k Sud des Alpes: 9,8 %

Kilotonnes de CO2 1000 0 −1000 −2000 −3000 −4000 −5000 −6000 −7000 −8000

1990 1992 1994 1996 1998 2000 2003: pas d’effet de puits en raison de la canicule.

Source: OFEV

2002

2004

0

2006 bo

Source: WSL, IFN3

Cartographie: OFS, ThemaKart

25

50 km

bo

Environnement Suisse 2009


48

II. Etat de l’environnement 12. Forêts

› de 1 %). On relève de grandes différences régionales: au sud des Alpes, le volume de bois s’est accru de près de 20 %, alors qu’il a diminué d’approximativement 7 % sur le Plateau. L’économie forestière et l’industrie du bois sont des employeurs importants, en particulier dans les régions périphériques. En 2005, le secteur des forêts occupait 5900 personnes. L’industrie du bois compte quelque 12 000 entreprises qui emploient environ 80 000 personnes. La valeur ajoutée brute de l’économie forestière et de l’industrie du bois a atteint près de 5 milliards de francs, soit environ 1 % du produit intérieur brut ( PIB ) ( » OFEV 2009a).

Etat des forêts La pression exercée sur la forêt reste forte, surtout sur le Plateau et dans les régions de tourisme intensif, où les besoins en surface d’habitat et d’infrastructure ne cessent de croître. L’état des forêts est tributaire de nombreux facteurs, notamment des attaques de bostryches, des incendies et de la sécheresse. L’acidification des sols et la pollution atmosphérique soumettent beaucoup d’arbres à un stress chronique. Ils sont ainsi plus vulnérables aux maladies et aux événements météorologiques extrêmes, dont la fréquence et l’intensité devraient augmenter en raison des changements climatiques. Les polluants peuvent porter atteinte aux plantes forestières directement, par l’intermédiaire de l’air ambiant, ou indirectement, en se déposant sur le sol. Les dépôts d’ozone et d’azote sont particulièrement néfastes: ils acidifient les sols et perturbent l’approvisionnement nutritif. Des études ont montré que la teneur en azote est trop élevée sur 90 % de la surface forestière. Les forêts ainsi polluées ne sont plus en mesure de remplir pleinement leur fonction de filtre pour les nappes phréatiques ( » Chapitre 9 ). La forêt joue un rôle de plus en plus déterminant pour la diversité biologique. Quelque 40 % des animaux et des plantes indigènes – plus de 20 000 espèces – en dépendent. La proportion d’espèces menacées est moindre dans les forêts que dans d’autres écosystèmes ( » Chapitre 11 ). Mais la forêt accuse elle aussi des déficits écologiques. On n’y trouve par exemple pas assez de bois mort, d’une importance vitale pour des milliers d’espèces. Des formes de culture précieuses comme les taillis sous futaie, les pâturages boisés et les selves de châtaigniers demandent un entretien régulier ou une gestion forestière extensive qui permette de préserver ces habitats spécifiques pour la faune et la flore.

Mesures La mesure principale visant à conserver les forêts dans leur étendue et leur répartition géographique est l’interdiction de défricher prévue par la loi2. La fonction écologique de la forêt, sa contribution au maintien de la biodiversité, sera renforcée par trois moyens: la sylviculture proche de la nature sera généralisée sur tout le territoire; une partie de la forêt sera rendue à son évolution naturelle; des interventions ciblées favoriseront les espèces prioritaires et certains habitats. La Suisse compte 2 Art. 5 LFO

Environnement Suisse 2009

actuellement plus de 800 réserves forestières qui représentent 3,3 % du total de la surface boisée. A moyen terme, l’objectif fédéral et cantonal est de faire passer cette proportion à 10 % au moins. Par les programmes d’encouragement BOIS 21 et SuISSE ENErGIE, ainsi que par le Fonds pour les recherches forestières et l’utilisation du bois, la Confédération soutient des projets novateurs de transformation et d’emploi de cette matière première. Car si le bois suisse est mieux et davantage exploité, l’économie forestière et l’industrie du bois en profitent. Et cette évolution a des conséquences positives sur le plan écologique comme sur le plan économique. L’économie forestière et l’industrie du bois suisses contribuent déjà à réduire le CO2 grâce à l’effet de puits de carbone des forêts, à l’utilisation du bois pour la fabrication de produits à longue durée de vie ou à sa valorisation énergétique qui permet d’éviter la combustion d’agents fossiles. Mais ce résultat peut encore être amélioré. Il faudrait favoriser davantage l’utilisation en cascade: le bois, servant d’abord de matériau de construction, ne devrait être employé comme combustible qu’au moment de son élimination. Une utilisation échelonnée de ce type a un bien meilleur bilan de CO2 qu’une simple valorisation énergétique. Il faut donc recourir au bois pour des produits de la plus haute qualité possible et ne l’employer qu’en fin de vie pour la production d’énergie ( » OFEV 2007h). •


49

II. Etat de l’environnement

13. Risques naturels Les catastrophes naturelles – crues, laves torrentielles, avalanches, éboulements et glissements de terrain – ont toujours existé en Suisse. Dans les dernières dizaines d’années, elles ont toutefois causé des dommages d’une ampleur particulière. Et ces événements extrêmes devraient se multiplier à l’avenir en raison du réchauffement climatique.

Catastrophes naturelles Ces dernières années, la Suisse a été touchée par un nombre impressionnant de catastrophes naturelles ( » T13.1 ). Il y a d’abord eu les inondations de 2005 (dans 13 cantons ) et 2007 ( Argovie, Soleure, Bâle-Campagne, Berne, Vaud ). En 2007 encore, la tempête Kyrill a balayé le pays. Parmi les phénomènes météorologiques exceptionnels, on relèvera, en mars 2006, de violentes chutes de neige en plaine. En été 2007, des situations orageuses extrêmes au nord des Alpes ont conduit localement à de fortes précipitations et à des bourrasques allant jusqu’à 135 km/h. Les dégâts causés par ce genre de catastrophes prennent toujours plus d’ampleur ( » G26 ). Plusieurs raisons l’expliquent: la prospérité augmente, la population est plus mobile, les infrastructures sont vulnérables et l’utilisation du territoire n’est pas toujours adaptée aux risques. De plus, les événements extrêmes s’intensifient, probablement du fait des changements climatiques ( » Chapitre 8 ). Cette tendance devrait se renforcer dans les années à venir. L’aléa sismique, par contre, reste inchangé en Suisse. Le risque est classé de faible à modéré. Un séisme de la force de celui de Bâle, en 1356 ( magnitude 6,9 sur l’échelle de Richter ), provoquerait toutefois de nos jours des dommages de plus de 60 milliards de francs et ferait 1500 victimes. Le Valais, la région de Bâle, la Suisse centrale, l’Engadine et la vallée du Rhin en amont du lac de Constance sont les régions les plus exposées.

Mesures Le nombre des victimes de catastrophes naturelles a pu être réduit fortement depuis les années 1970. Les événements récents ont démontré la pertinence des mesures techniques et des mesures d’aménagement du territoire. Protéger la population contre les dangers naturels demeure une tâche commune de la Confédération et des cantons, même après la Réforme de la péréquation financière et de la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons (rpT). De manière générale, les subventions ne sont plus attribuées à des projets individuels. Les mesures de prévention font désormais l’objet de conventions-programmes d’une durée de quatre ans, qui définissent les aides financières globales octroyées par la Confédération. Les projets individuels de grande envergure continuent cependant à être traités par voie de décision. »

T13.1 Principales catastrophes naturelles depuis 1356 et leurs conséquences Morts

Millions de francs

1356

Séisme de Bâle

100–2000

1618

Glissement de terrain de Plurs (GR)

930

1806

Eboulement de Goldau ( SZ )

500

1830

Intempéries, région du Hauenstein (inondations)

1852

Inondations

1855

Séisme de Brigue-Viège

1868

Inondations dans les Alpes

1876

Inondations (Plateau et Préalpes)

1881

Eboulement d’Elm ( GL )

1910

19

1000

1

5

50

14*

14*

115

Inondations en Suisse centrale et orientale

27

16*

1927

Inondations (Tessin et Grisons)

12

10,5*

1947

Eté de sécheresse

1951

Hiver d’avalanches

97

120

1978

Intempéries (inondations)

1000

1987

Inondations dans le canton d’Uri

1

1100

1990

Tempête Vivian

1993

Inondations en Valais (Brigue)

2

750

1999

Inondations sur le Plateau

2

620

1999

Hiver d’avalanches

17

750

1999

Tempête Lothar

14

1700

2000

Inondations en Valais et au Tessin

16

710

2002

Intempéries

0

190

2003

Eté de sécheresse et de canicule

2005

975

100

Inondations dans 13 cantons

6

3000

2007

Inondations dans les cantons d’Argovie, de Soleure, de Bâle-Campagne, de Berne et de Vaud

1

380

2007

Tempête Kyrill

0

2007

Inondations dans les Préalpes au nord des Alpes

0

* valeur nominale – inconnu

Source: OFEV



Environnement Suisse 2009


50

II. Etat de l’environnement 13. Risques naturels

Dans le contexte de la rpT, un nouveau modèle a été mis au point pour le subventionnement des ouvrages de protection. Il prend en compte les trois aspects (économique, écologique et social) de la durabilité. Pour la première période rpT de quatre ans ( 2008 –2011 ), le crédit d’engagement de la Confédération est de 1074 millions de francs au total: 240 millions pour les forêts protectrices, 216 millions pour les ouvrages de protection au sens de la loi sur les forêts et 618 millions pour les ouvrages de protection au sens de la loi sur l’aménagement des cours d’eau. Des mesures visant à assurer la sécurité de l’homme, de l’environnement et de valeurs réelles importantes sont en outre déjà mises en œuvre ou prêtes à l’être dans les domaines suivants:

Mitigation des séismes: Les normes de la Société suisse des ingénieurs et des architectes ( SIA ) fixent les règles reconnues de la technique en matière de construction parasismique. A ce jour, la Confédération et quelques cantons ont imposé le respect de ces normes dans leur législation. La révision de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire sera l’occasion d’examiner si la mitigation des séismes devrait être inscrite dans la loi partout en Suisse. La Confédération et 15 cantons ont contrôlé jusqu’ici la sécurité parasismique de quelque 3000 bâtiments publics; ils l’ont améliorée dans une centaine de cas. Les travaux d’inventaire et de renforcement des bâtiments vont se poursuivre de 2009 à 2012 avec le soutien de la Centrale de coordination pour la mitigation des séismes mise en place à l’OFEV. Protection contre les crues: Les principes de la protection contre les crues appliqués en Suisse se sont révélés clairvoyants ( » KOHS 2007 ). Il reste que toutes les installations doivent faire l’objet d’un examen de sécurité périodique et que leur dimensionnement doit être testé avec plusieurs scénarios, notamment celui de surcharge. Ces investigations permettent de déterminer l’espace nécessaire pour le cours d’eau et pour les indispensables corridors d’écoulement. Les constructions destinées à la protection contre les crues doivent être robustes et aptes à supporter des surcharges. De plus, il faut former tant les instances décisionnels que la population à réagir aux dangers naturels. Aménagement du territoire: Les cartes des dangers délimitent le territoire en quatre zones signalant un danger nul, faible, moyen ou élevé. Les délimitations reposent sur des critères objectifs qui sont fonction de l’intensité et de la fréquence des dangers naturels. Les cantons doivent établir ces cartes jusqu’en 2011 ( » G27 ). Actuellement, environ 50 % d’entre elles sont réalisées. Les cartes des dangers permettent d’orienter le développement territorial dans le sens de la prévention. C’est là une condition essentielle pour éviter une croissance incontrôlée du potentiel de dommages. Forêts protectrices: Les forêts protectrices jouent un rôle essentiel, en particulier dans les Alpes. Elles fonctionnent comme des systèmes biologiques et offrent une protection efficace contre les avalanches, les chutes de pierres, les Environnement Suisse 2009

glissements de terrain et les laves torrentielles ( » OFEFp 2004 ). Leur effet protecteur est surtout tributaire de la structure du peuplement. Seules des forêts saines peuvent fournir pleinement ces prestations ( » OFEFp/wSL 2005 ). Il est donc important de maintenir les forêts protectrices en bon état pour qu’elles puissent remplir au mieux leur fonction (» Chapitre 12 ).

Systèmes d’alerte: En vertu du principe de la « single official voice », les services fédéraux habilités à donner l’alerte et à alarmer la population lors de dangers naturels ont été désignés, les systèmes et les processus impliqués ont été revus. Grâce à l’amélioration des prévisions concernant le lieu et l’heure des orages et des intempéries, les états-majors de crise et la population peuvent être avertis à temps en cas d’événements imminents, ce qui permet de prendre les mesures qui s’imposent. Coordination entre les offices fédéraux: Sur mandat du Conseil fédéral, le projet OwArNA a été lancé afin d’optimiser le système d’alerte et d’alarme en cas de catastrophe naturelle. Dans le cadre de ce projet, différentes dispositions ont été prises pour améliorer la collaboration dans le domaine de l’alerte et de l’alarme au niveau fédéral. Elles sont en cours d’application. Ainsi, la plate-forme d’information commune ( GIN ) gérée par l’OFEV, MétéoSuisse et l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches ( SLF ) crée un forum internet pour les spécialistes des dangers naturels employés dans les services publics. En cas d’urgence, elle leur donne accès à toutes les informations dont ils ont besoin. Un comité de direction « Intervention Dangers naturels » a en outre été fondé en 2008. Il s’agit d’un organe commun des services fédéraux, actif dans le domaine de la prévention, de l’alarme et de l’intervention lors de dangers naturels. •


51

II. Etat de l’environnement

14. Risques d’accidents majeurs chimiques et biologiques En 2005, plus de 2300 entreprises de Suisse étaient soumises à l’ordonnance sur les accidents majeurs (OpAM) en raison du danger potentiel qu’elle présentaient. L’ordonnance concerne aussi 4000 km de voies ferrées et 7850 km de routes nationales et de routes de grand transit.

Risques potentiels

Mesures

L’ordonnance sur les accidents majeurs ( OpAM )1 a pour but de protéger la population et l’environnement contre des dommages graves. Par accident majeur, on entend un événement extraordinaire qui survient dans une entreprise ou sur une voie de communication et provoque, en dehors de cette installation, des décès et des blessures, ou de graves dommages et des pollutions sérieuses. En 2005, quelque 2300 entreprises étaient soumises à l’ordonnance en raison de leur potentiel de risque chimique. On les trouve dans toute la Suisse, mais elles sont particulièrement fréquentes dans les régions industrialisées qui entourent Genève, Bâle et Zurich, ainsi que sur le Plateau ( » C14.1 ). Sur les voies de communication, le danger émane du transport de produits pétroliers, de solvants, de gaz toxiques ou de substances similaires. Ces marchandises sont acheminées sur 4000 km de voies ferrées, 1850 km de routes nationales et 6000 km de routes de grand transit, ainsi que sur un tronçon de 20 km du Rhin. Le transport de gaz naturel ou de pétrole brut par gazoduc ou par oléoduc constitue aussi un danger. Les accidents majeurs ne présentent pas tous un danger chimique: des événements biologiques peuvent aussi avoir des conséquences désastreuses, comme le montre un accident survenu en août 2007 à Pirbright ( Surrey, Grande-Bretagne ). Le système d’évacuation des eaux usées commun à un centre de recherche gouvernemental et à une entreprise privée avait laissé échapper dans l’environnement un virus responsable de la fièvre aphteuse. Du bétail avait été infecté. En Grande-Bretagne, on estime à plus de 100 millions de francs les coûts induits par cet accident ( abattage des animaux touchés, mesures de quarantaine, interdiction d’exporter la viande ). A la fin 2005, on comptait en Suisse 31 entreprises de biotechnologie soumises à l’ordonnance sur les accidents majeurs. La plupart d’entre elles sont implantées dans la région lémanique, ainsi qu’autour des centres universitaires de Zurich, Bâle et Berne. Près de deux tiers de ces installations servent à la recherche et à la production, les autres travaillant dans le domaine du diagnostic.

Les détenteurs des installations sont tenus de veiller euxmêmes à respecter les dispositions de l’ordonnance sur les accidents majeurs. Ils doivent prendre toutes les mesures requises pour réduire le danger potentiel, éviter les accidents majeurs et restreindre les conséquences possibles. Les autorités suivent une procédure de contrôle et d’évaluation pour vérifier que les prescriptions sont respectées. Ce sont les cantons qui sont compétents en premier lieu pour les entreprises et pour le Rhin, alors que la Confédération s’occupe des installations militaires et ferroviaires, des routes nationales, etc. Si elle estime que l’ampleur d’un dommage potentiel est excessive, l’autorité exige du détenteur qu’il procède à une étude de risque, qui fournira une estimation quantitative du risque présenté par l’installation. Lorsque l’autorité juge que le risque n’est pas acceptable, le détenteur doit prendre des mesures de sécurité supplémentaire. L’autorité ordonne des restrictions d’exploitation si le risque reste inacceptable malgré ces mesures. Comme le territoire suisse est de plus en plus densément utilisé, il devient indispensable de coordonner suffisamment tôt l’aménagement du territoire et la prévention des accidents majeurs. •

1 Ordonnance du 27 février 1991 sur la protection contre les accidents majeurs

( ordonnance sur les accidents majeurs, OpAM ), RS 814.012.

C14.1 Entreprises soumises à l’ordonnance sur les accidents majeurs pour un danger potentiel chimique (état en 2005) Avec étude de risque Sans étude de risque

Source: OFEV

bo

Environnement Suisse 2009


52

II. Etat de l’environnement

15. Bruit et vibrations Près de 4,7 millions de personnes, en Suisse, se sentent dérangées par le bruit. De plus, quelque 40 000 individus sont exposés à des vibrations. Il faut renforcer les efforts en luttant davantage contre le bruit à sa source, en mettant en place des systèmes incitatifs et en présentant de manière transparente les conséquences sanitaires et économiques du bruit.

Importance du bruit et des vibrations L’exposition au bruit des transports routiers est perçue comme le problème le plus important. Malgré le principe de prévoyance et les nombreux assainissements, il reste impossible de protéger partout la population de manière satisfaisante. Même dans les secteurs qui ont été assainis, de nombreuses personnes se sentent encore incommodées par le bruit et les vibrations. On peut l’expliquer de différentes manières: 0 Bien que les moteurs soient devenus plus silencieux, les véhicules font autant de bruit qu’il y a vingt ans, à cause du contact entre les pneus et la chaussée. De plus, comme le trafic s’accroît sans cesse ( » Chapitre 3 ), les émissions sonores augmentent. Ainsi, en bien des endroits, la pollution par le bruit est plus marquée qu’il y a vingt ans. Sous certaines conditions, la législation autorise les émet0 teurs de bruit à dépasser les valeurs limites. Cette possibilité est largement utilisée dans la pratique. C’est notamment le cas à l’intérieur des localités, où l’on ne peut souvent guère faire plus que de poser des fenêtres isolantes, faute de pouvoir construire des parois antibruit. On ne dispose pas encore d’ordonnance pour limiter les 0 vibrations et le son solidien.

Conséquences Le bruit excessif chronique et les vibrations sont incommodants, mais ils peuvent aussi rendre malade. Insomnies et hypertension artérielle peuvent en résulter, de même qu’un

plus grand risque de décès par infarctus du myocarde. L’idée largement répandue selon laquelle «on s’habitue au bruit » est fausse: sans même que l’on s’en rende compte, notre système nerveux réagit au bruit, ce qui engendre la production de l’hormone de stress. C’est particulièrement vrai la nuit ( » Chapitre 16 ). Dans un quartier, lorsque le bruit augmente, la composition de la population tend à changer: les ménages qui peuvent se le permettre déménagent vers un logement plus tranquille. Le bruit engendre aussi des pertes pour l’économie: la valeur des biens immobiliers diminue et les régions perdent de leur attrait. Dans l’ensemble, les coûts externes causés uniquement par le bruit de la route et du rail sont estimés à 1,2 milliard de francs par an ( » G15.1 ). Ils sont liés pour 90 % aux moins-values qui frappent les biens immobiliers et pour 10 % aux dommages causés à la santé ( » ArE/OFEV 2008 ).

Mesures La loi sur la protection de l’environnement ( LpE )1 et l’ordonnance sur la protection contre le bruit (OpB )2 constituent les principales bases légales pour prendre des mesures contre les nuisances sonores. En Suisse, la stratégie de lutte contre le bruit se fonde principalement sur quatre piliers: Prévoyance 0 1 Loi fédérale du 7 octobre 1983 sur la protection de l’environnement ( loi sur la

protection de l’environnement, LpE ), RS 814.01.

2 Ordonnance du 15 décembre 1986 sur la protection contre le bruit ( OpB ),

RS 814.41.

Rail et route Une enquête complète sur l’assainisse­ ment acoustique des routes suisses ( » OFEV 2007i ) montre qu’à l’échéance des délais prévus, en 2015 et 2018, quelque 4 milliards de francs auront été dépensés. De ce montant, 50 % concernent les rou­ tes nationales. Près d’un milliard de francs a déjà été dépensé depuis 1985, dont trois quarts pour assainir les routes nationa­ les. Jusqu’ici, environ 85 % des moyens investis l’ont été pour des mesures de con­ struction ( recouvrements et parois anti­ Environnement Suisse 2009

bruit ). Quelque 800 000 personnes profi­ tent ou profiteront des mesures mises en place ou prévues ( » G15.2 ). Du côté du rail, 265 000 personnes étaient exposées à un bruit dépassant les valeurs limites au début de la période d’assainissement, dans l’ensemble de la Suisse. L’amélioration du matériel rou­ lant et la pose de parois antibruit ont permis de protéger deux tiers de ces in­ dividus. Le logement des autres person­ nes sera équipé de fenêtres antibruit.

Dans l’intervalle, 79 % des anciens trains de voyageurs ont été assainis, alors que cette proportion n’est que de 30 % pour les trains de marchandises. Au total, 270 km de parois antibruit devront être érigées le long des voies ferrées: 89 km sont déjà en place et on dispose des auto­ risations nécessaires pour 51 km supplé­ mentaires. Jusqu’à fin 2007, les mesures réalisées ou décidées pour lutter contre le bruit concernaient quelque 110 000 per­ sonnes ( » OFT 2008 ).


53

II. Etat de l’environnement 15. Bruit et vibrations

8

G15.2 Bruit du trafic routier: coûts d’assainissement en 2006

G15.1 Coûts externes des transports, par secteur

Millions de francs

k  Rail

k  Route

Statut: k Terminé k En cours de planification ou de réalisation k Solde

1000 800

Coûts totaux

600

Part de la Confédération

400

Part des cantons et des communes Routes nationales

200

Routes principales 0

2000 2005 Diminutions de loyer

2000 2005 Coûts de la santé

2000 2005 Trafic voyageurs

Source: ARE 2007

2000 2005 Trafic marchandises

bs

Principe du pollueur-payeur Mesures prises à la source 0 Assainissement Faire preuve de clairvoyance dans l’aménagement du territoire est un moyen efficace de prévenir les nuisances sonores. Cela permet d’identifier suffisamment tôt les problèmes et de les éviter. Une coordination réfléchie des zones d’habitat et de travail, des flux de trafic et des infrastructures de transport contribue à éviter les trajets supplémentaires et donc à limiter le bruit et les vibrations. Le droit actuel en matière d’aménagement du territoire et de lutte contre le bruit contient toutes les réglementations nécessaires pour cela. Le plus efficace est de s’attaquer au bruit à sa source. Les mesures prises pour restreindre le bruit des véhicules sont particulièrement appropriées, parce que leur effet n’est pas ponctuel mais s’exerce partout. En second lieu, le bruit doit être réduit sur son chemin de propagation. Ces mesures, prises sur les infrastructures, ont elles aussi de grands avantages: les nuisances ne doivent pas seulement être restreintes à partir du moment où les valeurs limites d’exposition sont dépassées, mais dès le départ, de manière préventive, par exemple en utilisant les dernières techni0

0

Autres routes 0

Source: OFEV 2006

500

1000

1500

2000

2500

3000 3500 4000 Millions de francs bs

ques disponibles en matière de lutte contre le bruit. Enfin, les installations existantes qui contribuent à un dépassement des valeurs d’exposition doivent êtres assainies. Le coût des mesures de protection doit être assumé pour l’essentiel par le détenteur de l’installation incriminée. La Confédération développe en outre des systèmes incitatifs qui, à l’avenir, devraient favoriser une réduction supplémentaire du bruit. Dans le cas des transports routiers, la priorité va au développement de revêtements de chaussée plus silencieux et à l’application de mesures de modération et de transfert du trafic. Il est aussi essentiel de développer des véhicules et de pneus plus silencieux même si la marge de manœuvre de la Suisse est limitée dans ce domaine, puisque certaines de ces mesures doivent être coordonnées au préalable avec l’uE. Selon l’ordonnance sur la protection contre le bruit ( OpB ), on ne recourt aux mesures de substitution – fenêtres antibruit, par exemple – que lorsqu’il n’a pas été possible de respecter les valeurs limites en restreignant les nuisances à la source et sur le chemin de propagation. Dans ce cas, les exploitants de l’installation bruyante doivent payer des fenêtres isolantes aux personnes concernées. •

D’où provient le bruit ? C’est le bruit du trafic routier qui dérange le plus de monde ( » G13 et chapitre 3 ). Sui­ vent les chemins de fer, puis les aérodro­ mes. Dans l’ensemble de la Suisse, 1,3 mil­ lion de personnes environ sont exposées durant la journée à un bruit excessif. La nuit, leur nombre est de quelque 935 000. En appliquant les recommandations de l’OMS, on obtient des chiffres nettement plus élevés encore: près de 4 millions de personnes souffrant du bruit le jour, en­ viron 3,1 millions la nuit ( » OFEV 2009b ).

Selon l’OFEV, il faut encore y ajouter près de 40 000 individus qui subissent des vi­ brations d’une intensité proche des va­ leurs indicatives ( » Conseil fédéral 2005 ). Le trafic ferroviaire est la principale sour­ ce de vibrations. Bien que le bruit des avions n’arrive qu’en troisième position, il fait l’objet de discussions très animées. L’aéroport de Zurich, en particulier, a sou­ vent fait les gros titres des médias ces der­ nières années. Avec la modification des routes de décollage et d’atterrissage en­

tre l’Allemagne et la Suisse, on survole désormais des régions qui n’étaient pas du tout exposées au bruit des avions par le passé. Bien que les nuisances sonores soient surtout incommodantes lors des décollages et des atterrissages, elles concernent des territoires plutôt vastes. Hormis le recours à des avions et à des procédures de décollage et d’atterrissage plus silencieux, la seule mesure de subs­ titution possible consiste à équiper les bâtiments de fenêtres antibruit. Environnement Suisse 2009


54

II. Etat de l’environnement

16. Santé et environnement Divers facteurs environnementaux peuvent avoir une influence négative sur la santé humaine : situations météorologiques extrêmes, pollution atmosphérique, bruit, rayonnement… Si ces perturbations peuvent rendre malade, elles sont aussi susceptibles de causer des décès prématurés.

Exposition de la population La santé de l’homme dépend d’un nombre considérable de facteurs. Il n’est pas toujours possible d’identifier clairement les éléments qui jouent un rôle dans une maladie: souvent, diverses influences sont en cause. Par ailleurs, toutes les personnes ne sont pas concernées de la même manière. Les individus particulièrement sensibles, comme les enfants, les malades, les personnes âgées et les femmes enceintes, font partie des groupes à risque. Dans son environnement, l’homme est exposé aux éléments suivants:

Air extérieur: Ce sont surtout les petits enfants, les malades chroniques, les personnes dont le système immunitaire est affaibli ainsi que les gens âgés qui souffrent de la pollution atmosphérique. Les personnes qui habitent à proximité de routes très fréquentées sont fortement menacées. La présence de quantités excessives de poussières fines ( PM10 ) dans l’air est un problème particulièrement grave. En Suisse, la pollution atmosphérique provoque des affections des voies respiratoires et du système cardiovasculaire, ainsi que 3000 à 4000 décès prématurés par an. Les coûts externes ainsi provoqués dans le domaine de la santé sont estimés à 5,1 milliards de francs par an ( » ArE/OFEV 2008 ). Selon la loi sur la protection de l’environnement ( LpE )1 et l’ordonnance sur la protection de l’air ( OpAIr )2, les émissions de polluants doivent avant tout être limitées à la source en utilisant les meilleures techniques disponibles. Pour protéger au mieux la population contre les conséquences de la pollution de l’air, les valeurs limites d’immissions prévues dans l’OPair doivent être respectées ( » Chapitre 7 ). Air à l’intérieur des bâtiments: L’air extérieur peut polluer l’air à l’intérieur des bâtiments, mais c’est l’homme, en premier lieu, qui est responsable de la mauvaise qualité de l’air dans les locaux. Le tabac provoque les dommages les plus considérables pour la santé. Les produits chimiques contenus dans les matériaux de construction et les produits ménagers posent aussi problème. Par ailleurs, l’humidité et les moisissures sont très répandues: près d’un quart des logements sont concernés. 1 Loi fédérale du 7 octobre 1983 sur la protection de l’environnement ( loi sur la

protection de l’environnement, LpE ), RS 814.01.

2 Ordonnance du 16 décembre 1985 sur la protection de l’air ( OpAIr ),

RS 814.318.142.1.

Environnement Suisse 2009

Bruit: Des personnes souffrent du bruit aussi bien sur leur lieu de travail qu’à leur domicile. Les immissions excessives endommagent l’ouïe, perturbent le système endocrinien, provoquent des insomnies et augmentent la tension artérielle. Dans les cas les plus graves, elles peuvent même causer des infarctus du myocarde. L’ampleur des effets dépend de plusieurs facteurs, dont l’intensité et la durée de l’exposition. La perception subjective joue aussi un grand rôle ( » Chapitre 15 ). Climat: Les variations climatiques n’influencent pas la santé que lors de canicules ou d’autres événements météorologiques extrêmes. Les températures élevées et le fort ensoleillement favorisent la formation d’ozone et provoquent, en période de beau temps, des concentrations excessives de cette substance dans l’air. Il s’ensuit des irritations des muqueuses, des inflammations des voies respiratoires, une limitation des fonctions pulmonaires et une baisse des performances corporelles. Le réchauffement climatique améliore les conditions de vie de certains vecteurs de maladie (moustiques, par exemple). Des pathologies que l’on ne rencontrait jusqu’ici que dans les régions plus chaudes parviennent ainsi à se propager. Les bactéries et les virus peuvent eux aussi profiter de la hausse des températures, ce qui risque de favoriser l’apparition d’infections gastro-intestinales et d’autres maladies. Chez les plantes, le réchauffement accélère l’arrivée de la saison pollinique, ce qui prolonge la période problématique pour les personnes souffrant d’asthme ou de rhume des foins. On peut aussi s’attendre à l’expansion de certaines espèces végétales thermophiles qui présentent un potentiel allergène important. C’est déjà largement le cas de l’ambroisie en Suisse. Une adaptation de l’ordonnance sur la dissémination dans l’environnement ( ODE )3 fournit aux cantons un instrument leur permettant de lutter activement contre cette plante. Rayonnement ionisant: Le radon, un gaz incolore et inodore, est produit de manière naturelle par le sol. C’est le plus dangereux cancérogène du domaine de l’habitat. En Suisse, 2700 personnes meurent chaque année d’un cancer 3 Ordonnance du 10 septembre 2008 sur l’utilisation d’organismes dans l’envi-

ronnement ( ordonnance sur la dissémination dans l’environnement, ODE ), RS 814.911


55

II. Etat de l’environnement 16. Santé et environnement

des poumons, et le radon est considéré comme la substance responsable dans 240 cas ( OFSp )4. Les cantons ont établi un cadastre des régions présentant des concentrations élevées de radon, qu’ils mettent à jour régulièrement. Les radiations provenant des centrales nucléaires suisses contribuent de manière négligeable au niveau général de rayonnement ionisant.

G16.1 Proportion de personnes souffrant d’un mélanome en Suisse

w

Nombre de cas par an pour 100 000 personnes k Hommes k Femmes

20

Rayonnement non ionisant: Les installations et lignes électriques, les émetteurs de téléphonie mobile et d’autres applications de radiocommunication génèrent du rayonnement non ionisant ( RNI ). Les conséquences de celui-ci pour l’homme dépendent de sa fréquence et de son intensité. Des recherches ont montré que le rayonnement très intensif exerçait un effet néfaste. Des valeurs limites ont par conséquent été définies au plan international. En règle général, ces valeurs sont respectées en Suisse. Par ailleurs, diverses études font penser que le rayonnement peut déclencher des réactions biologiques même lorsqu’il est inférieur aux valeurs limites définies. On a ainsi observé qu’un faible rayonnement suffisait à modifier l’activité électrique du cerveau et les phases du sommeil chez l’homme, ou à influencer des cultures de cellules. Toutefois, les connaissances actuelles ne permettent pas de savoir si ces phénomènes nuisent à la santé et sous quelles conditions. Le rayonnement UV constitue un autre problème. Les personnes qui s’y exposent de manière excessive risquent un coup de soleil, mais elles mettent aussi en danger leur patrimoine génétique, endommagent leurs yeux et affaiblissent leur système immunitaire. De plus, les rayons UV peuvent provoquer un cancer de la peau ( » ASrT 2007 ). Depuis près de 50 ans, les cancers à mélanome ne cessent de progresser ( » G16.1 ). C’est en premier lieu le comportement adopté durant les loisirs qui explique cette évolution ( » OFSp 2003 ).

15

10

5

0

1985–88

Source: ASRT 2007

1989–92

1993–96

1997–2000

2001–2004 cs

Dans les années 1990, l’Organisation mondiale de la santé ( OMS ) a recommandé l’élaboration d’un plan d’action pour la santé et l’environnement en Europe ( » OMS 1994 ). La Suisse a alors établi son propre plan dans le but de relier entre eux les comportements favorisant la santé et préservant l’environnement, dans une perspective de développement durable ( » OFSp 1997 ). A la fin 2007, le plan d’action suisse a cependant été suspendu dans le cadre du programme d’abandon de tâches de la Confédération. •

Mesures La protection de l’homme contre les influences néfastes pour sa santé est l’un des principaux objectifs de la législation environnementale. La LpE mentionne des facteurs qui peuvent porter atteinte à l’environnement et à la santé humaine. La prévention a pour objectif de réduire les émissions de polluants à la source dans toute la mesure permise par la technique et économiquement supportable. La LpE exige du Conseil fédéral qu’il définisse des valeurs limites d’immissions, en tenant compte des connaissances scientifiques. Les effets des immissions sur les groupes de personnes les plus vulnérables doivent aussi être prises en considération. Les données sont encore lacunaires ou manquent tout à fait pour divers facteurs environnementaux. C’est notamment le cas en ce qui concerne l’exposition chronique de la population à de faibles doses de polluants. Une observation systématique et à long terme doit être introduite pour ce genre de risques. Il convient aussi d’examiner les conséquences pour l’homme à l’aide d’études ciblées. 4 OFSp: www.bag.admin.ch – dernière mise à jour: 8 février 2007.

Environnement Suisse 2009


56

III. Comparaison avec quelques pays européens Les deux premières parties de ce rapport se concentrent sur l’état et l’évolution de l’environnement en Suisse. Une comparaison internationale a cependant son importance, car les problèmes environnementaux ne connaissent pas de frontières. Une approche pragmatique a été adoptée dans le choix des indicateurs proposés. Les données disponibles en Suisse ne sont en effet pas toujours compatibles avec les données européennes. Ces dernières proviennent essentiellement des bases de données mises en place par l’Office statistique des Communautés européennes (EurOSTAT), l’Agence européenne pour l’environnement ( AEE ) et l’Organisation de coopération et de développement économiques ( OCDE ), qui peuvent être consultées en ligne.

Environnement Suisse 2009


57

III. Comparaison avec quelques pays européens

GIII.4 Consommation d’énergie primaire en 2005 ( » Chapitre 2 )

GIII.1 Densité de population en 2007

Tonnes d’équivalents pétrole par habitant

Habitants par kilomètre carré

CH

CH

DK

DK

NL

NL

BE

BE

AT

AT

IT

IT

DE

DE

FR

FR

EU15

EU15 0

100

200

300

400

500

0

1

2

3

4

Source: Eurostat

Source: Eurostat

GIII.2 Produit intérieur brut en 2007

GIII.5 Voitures de tourisme en 2006 ( » Chapitre 3 )

CH

CH

DK

DK

NL

NL

BE

BE

AT

AT

IT

IT1

DE

DE1

FR

FR

EU15

EU151 5000

10000 000 10

15000

20000 20 000

25000

30000 30 000

35000

0

40000 40 000

1

100

200

300

400

500

Source: Eurostat

GIII.3 Consommation indigène de matières (DMC) en 2004

GIII.6 Assainissement des sites contaminés: dépenses annuelles par rapport au PIB en 2005 ( » Chapitre 4 )

( » Chapitre 1 )

En % du PIB

Tonnes par habitant

CH

CH

DK

DK

NL

NL

BE

BE1

AT

AT

IT

IT1

DE

DE

FR

FR

EU15

EU15 5

10

15

20

25

0% 1

Sources: OFS, Eurostat

600

IT: 2005; DE: 2005; EU15: 2004–2006

Source: Eurostat

0

6

Nombre de voitures pour 1000 habitants

Euros par habitant

00

5

k k Public k k Privé

0,5 %

1,0 %

1,5 %

2,0 %

2,5 %

3,0 %

BE: Flandres uniquement; IT: Piémont uniquement

Source: AEE

Environnement Suisse 2009


58

III. Comparaison avec quelques pays européens

GIII.10 Part de l’agriculture biologique dans la surface agricole utile en 2005 ( » Chapitre 6 )

GIII.7 Recettes des impôts liés à l’environnement dans les recettes totales des impôts et contributions sociales en 2006 ( » Chapitre 5 )

CH

CH

DK

DK

NL

NL

BE

BE

AT

AT

IT

IT

DE

DE

FR

FR

EU15

EU15 2%

0%

4%

6%

8%

10%

12%

14%

0% 0%

2% 2%

4% 4%

6% 6%

8% 8%

10% 10 %

Source: Eurostat

Source: Eurostat

GIII.8 Déchets urbains en 2006 ( » Chapitre 5 )

GIII.11 Réduction des émissions de substances acidifiantes entre 1990 et 2006 par rapport à l’objectif 20101 ( » Chapitre 7 )

k k Evolution 1990–2006  k Objectif 2010

Kilogrammes par habitant

CH

CH

DK

DK

NL

NL

BE

BE

AT

AT

IT

IT

DE

DE

FR

FR

EU15

EU15 0

100

12% 12%

200

300

400

500

600

700

800

−80 % −70 % −60 % −50 % −40 % −30 % 1 Objectif selon Directive PEN et Protocole de Göteborg.

−20 %

−10 %

Source: Eurostat

Source: AEE

GIII.9 Taux de recyclage des déchets de papier et de carton par rapport à la consommation en 2005 ( » Chapitre 5 )

GIII.12 Réduction des émissions de précurseurs de l’ozone1 entre 1990 et 2006 par rapport à l’objectif 20102 ( » Chapitre 7 )

0%

k k Evolution 1990–2006  k Objectif 2010 CH

CH

DK

DK

NL

NL

BE

BE

AT

AT

IT

IT

DE1

DE

FR

FR

EU15

EU15³ 0%

1

10 %

20 %

30 %

DE: 2004

Source: OCDE

Environnement Suisse 2009

40 %

50 %

60 %

70 %

80 %

−80 % −70 % −60 % −50 % −40 % −30 % −20 % −10 % 0% COVNM et NOX seulement; 2 Objectif selon Directive PEN et Protocole de Göteborg; Evolution 1990–2005. Source: AEE 1

3


59

III. Comparaison avec quelques pays européens

GIII.16 Prélèvements d’eau par rapport aux disponibilités annuelles (dernières données disponibles) ( » Chapitre 9 )

GIII.13 Evolution des émissions de poussières fines ( PM10) entre 1990 et 2006 ( » Chapitre 7 )

CH

CH

DK

DK

NL

NL

BE

BE

AT

AT

IT

IT

DE

DE

FR

FR

EU15

EU15

−70 %

−60 %

−50 %

−40 %

−30 %

−20 %

−10 %

0%

0%

10 %

10 %

20 %

30 %

40 %

50 %

Source: AEE

Source: OCDE

GIII.14 Emissions de gaz à effet de serre en 2006 ( » Chapitre 8 )

GIII.17 Espèces menacées par rapport à l’ensemble des espèces connues (dernières données disponibles) ( » Chapitre 11 )

Tonnes par habitant

k k Oiseaux k k Mammifères

CH

CH

DK

DK

NL

NL

BE

BE

AT

AT

IT

IT

DE

DE

FR

FR

EU15

EU15 2

0

4

6

8

10

12

14

0%

16

10 %

20 %

30 %

40 %

Source: Eurostat

Source: OCDE

GIII.15 Evolution des émissions de gaz à effet de serre entre l’année de référence selon le Protocole de Kyoto et 2006

GIII.18 Utilisation des ressources forestières par rapport à la croissance annuelle (dernières données disponibles)

( » Chapitre 8 )

( » Chapitre 12 )

50 %

k k Evolution 1990–2006  k Objectif selon le Protocole de Kyoto CH

CH

DK

DK

NL

NL

BE

BE

AT

AT

IT

IT

DE

DE

FR1

FR

EU15

EU15

−25 % 1

−20 %

−15 %

−10 %

−5 %

0%

5%

10 %

15%

20 %

0%

20 %

40 %

60 %

80 %

100 %

Objectif = 0 %

Sources: OFEV; AEE

Source: Eurostat

Environnement Suisse 2009


60

Annexes

Bibliographie

ARE 2008: OFFICE FéDérAL Du DéVELOppEMENT TErrITOrIAL (ArE), Externe Kosten des Verkehrs in der Schweiz, Aktualisierung für das

GIEC 2007: GrOupE D’ExpErTS INTErGOuVErNEMENTAL Sur L’éVOLuTION Du CLIMAT (GIEC), Résumé à l’intention des décideurs. In: Changements

Jahr 2005 mit Bandbreiten. Rapport final avec résumé en français,

climatiques 2007: les éléments scientifiques. Contribution du Groupe de

Berne, 2008.

travail I au Quatrième rapport d’évaluation du Groupe d’experts inter­ gouvernemental sur l’évolution du climat (Solomon, S., D. Qin, M. Manning, Z. Chen, M. Marquis, K. B. Averyt, M. Tignor et H. L. Miller [éd.]), Cambridge University Press, Cambridge, Royaume Uni et New York, NY, Etats-Unis, 2007.

ARE/OFEV 2008: OFFICE FéDérAL Du DéVELOppEMENT TErrITOrIAL (ArE), OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Coûts externes des trans­ ports en Suisse. Mise à jour pour l’année 2005 avec marges d’évaluation. Résumé, Berne, 2008.

Hanke et al., 2007: HANKE I., SINGEr H., MCArDELL BuErGISSEr C., ARE/OFEFP 2004: OFFICE FéDérAL Du DéVELOppEMENT TErrITOrIAL

BrENNwALD M., TrABEr D., MurALT r., HErOLD T., OECHSLIN r., KIpFEr r.,

(ArE), OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT, DES FOrêTS ET Du pAYSAGE

Produits pharmaceutiques et pesticides dans les eaux souterraines,

(OFEFp), La Suisse et ses friches industrielles – Des opportunités de

gwa – Gaz, eaux, eaux usées, 03/2007.

développement au cœur des agglomérations, Berne, 2004. ASRT 2007: ASSOCIATION SuISSE DES rEGISTrES DES TuMEurS (ASrT), Switzerland estimated – Statistics of Cancer Incidence 1985– 2004,

Hollender et al., 2007: HOLLENDEr J., MCArDELL C., ESCHEr B., Micro­ pollutions des eaux urbaines. Présence dans les cours d’eau en Suisse et évaluation, gwa – Gaz, eaux, eaux usées, 11/2007.

Genève, 2007. Jaeger et al., 2007: JAEGEr J., BErTILLEr r., SCHwICK C., Morcellement Begert et al., 2005: BEGErT M., SCHLEGEL T., KIrCHHOFEr w., Homo­ geneous temperature and precipitation series of Switzerland from

du paysage en Suisse. Analyse du morcellement 1885 –2002 et implica­

1864 to 2000, Int. J. Climatol., 25, 65 – 80, 2005.

Version succincte. Editeurs: OFS, OFROU, OFEV, ARE, Neuchâtel, 2007.

tions pour la planification du trafic et l’aménagement du territoire.

CHR 2007: COMMISSION INTErNATIONALE DE L’HYDrOLOGIE Du BASSIN Du

Jaeger et al., 2008: JAEGEr J., SCHwICK C., BErTILLEr r., KIENAST F.,

rHIN (CHr), Das Abflussregime des Rheins und seiner Nebenflüsse im

Landschaftszersiedelung Schweiz – Quantitative Analyse 1935 bis 2002

20. Jahrhundert – Analyse, Veränderungen, Trends, rapport n° I-22,

und Folgerungen für die Raumplanung, rapport scientifique final, Fonds

Lelystad, 2007.

national suisse de la recherche scientifique, Programme national de recherche « Développement durable de l’environnement construit » (PNR 54), Zurich, 2008.

Conseil fédéral 2005: CONSEIL FéDérAL SuISSE, Rapport du Conseil fédéral du 26 octobre 2005 sur l’état et les perspectives de la lutte contre le bruit en Suisse, Berne, 2005.

KOHS 2007: Commission pour la protection contre les crues de l’Asso­ ciation suisse pour l’aménagement des eaux (KOHS), Répercussions des

Conseil fédéral 2008: CONSEIL FéDérAL SuISSE, STrATéGIE pOur LE DéVE-

changements climatiques sur la protection contre les crues en Suisse,

LOppEMENT DurABLE: LIGNES DIrECTrICES ET pLAN D’ACTION 2008 – 2011, Berne, 2008.

Eau, énergie, air, 99(1), 55 – 57, 2007.

Defila et Clot, 2001: DEFILA C., CLOT B., Phytophenological trends in

OcCC 2007: OrGANE CONSuLTATIF Sur LES CHANGEMENTS CLIMATIQuES (OCCC), Les changements climatiques et la Suisse 2050, Berne, 2007.

Switzerland, Int. J. Biometeorol., 45, 203 – 207, 2001. OFEFP 2001: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT, DES FOrêTS ET Du DETEC 2005: DépArTEMENT FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT, DES TrANS-

pAYSAGE (OFEFp), L’eau, c’est la vie! La protection des eaux – un défi

pOrTS, DE L’éNErGIE ET DE LA COMMuNICATION (DETEC), Mobilité coordon­ née et développement durable, Berne, 2005.

permanent, magazine Environnement 3/2001, Berne, 2001.

DFI 1980: DépArTEMENT FéDérAL DE L’INTérIEur (DFI), Transport de

pAYSAGE (OFEFp), Conception paysage suisse: mise en pratique, exemples,

l’énergie électrique et protection du paysage. Directives, Berne, 1980.

Berne, 2002.

OFEFP 2002: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT, DES FOrêTS ET Du

EPFZ 2007: ECOLE pOLYTECHNIQuE FéDérALE DE ZurICH (EpFZ), Schweizer

OFEFP 2003: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT, DES FOrêTS ET Du

Umweltsurvey: Klimawandel, ökologische Risiken und Umweltbewusst­ sein in der Schweizer Bevölkerung, Zurich, 2007.

pAYSAGE (OFEFp), Paysage 2020 – Principes directeurs de l’OFEFP pour la Nature et le Paysage, Berne, 2003.

Fuhrer 1995: FuHrEr J., Luftverschmutzung durch Ozon erschwert den Pflanzenbau, Agrarforschung 2 (10), 427 – 430, 1995. Environnement Suisse 2009


Annexes Bibliographie

OFEFP 2004: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT, DES FOrêTS ET Du

OFEV 2007d: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), TWW Trocken­

pAYSAGE (OFEFp), Programme forestier suisse (PFS). Programme d’action 2004 – 2015, « Cahiers de l’environnement », n° 363, Berne, 2004.

wiesen und ­weiden der Schweiz, Inventarvergleiche. Ein Projekt des BAFU, rapport interne, Berne, 2007.

OFEFP/OFEG/OFAG/ARE 2003: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT,

OFEV 2007e: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Etat et évo­

DES FOrêTS ET Du pAYSAGE (OFEFp), OFFICE FéDérAL DES EAux ET DE LA

lution des marais en Suisse. Résultats du suivi de la protection des marais.

GéOLOGIE (OFEG), EN COLLABOrATION AVEC L’OFFICE FéDérAL DE L’AGrICuLTurE (OFAG) ET L’OFFICE FéDérAL Du DéVELOppEMENT TErrITOrIAL (ArE),

Etat: juin 2007, « Etat de l’environnement », n° 30/07, Berne, 2007.

Idées directrices – Cours d’eau suisses. Pour une politique de gestion

OFEV 2007f: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Changements

durable de nos eaux, Berne, 2003.

climatiques en Suisse. Indicateurs des causes, des effets et des mesures, « Etat de l’environnement », n° 28/07, Berne, 2007.

OFEFP/WSL 2005: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT, DES FOrêTS ET Du pAYSAGE (OFEFp), INSTITuT FéDérAL DE rECHErCHES Sur LA FOrêT, LA NEIGE ET LE pAYSAGE (wSL), Rapport forestier 2005. Faits et chiffres sur l’état de la forêt suisse, Berne/Birmensdorf, 2005.

OFEV 2007g: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Auswirkun­ gen der Klimaänderung auf die Schweizer Volkswirtschaft (internatio­ nale Einflüsse), Arbeitsgemeinschaft INFRAS/Ecologic/Rütter + Partner, sur mandat de l’OFEV, avec résumé en français, Berne, 2007.

OFEN 2008a: OFFICE FéDérAL DE L’éNErGIE (OFEN), Statistique globale suisse de l’énergie 2007, Berne, 2008.

OFEV 2007h: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), CO2­Effekte der Schweizer Wald­ und Holzwirtschaft, « Connaissance de l’environ-

OFEN 2008b: OFFICE FéDérAL DE L’éNErGIE (OFEN), Schweizerische Statis­

nement », n° 39/07, Berne, 2007.

tik der erneuerbaren Energien, Ausgabe 2007, avec résumé en français, Berne, 2008. OFEN 2008c: OFFICE FéDérAL DE L’éNErGIE (OFEN), Consommation d’élec­

OFEV 2007i: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Assainisse­ ment du bruit routier. Situation et perspectives: décembre 2006, « Etat de l’environnement », n° 29/07, Berne, 2007.

tricité en 2007, communiqué de presse du 10. 4. 2008, Berne, 2008. OFEV 2008a: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Avancée OFEN 2008d: OFFICE FéDérAL DE L’éNErGIE (OFEN), L’engouement pour

décisive vers l’EtiquetteEnvironnement, communiqué de presse du

les véhicules lourds empêche d’atteindre les objectifs de réduction,

25. 1. 2008, Berne, 2008.

communiqué de presse du 15. 5. 2008, Berne, 2008. OFEV 2008b: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Abfallwirt­ OFEN/OFEV 2007: OFFICE FéDérAL DE L’éNErGIE (OFEN), OFFICE FéDérAL

schaftsbericht 2008. Zahlen und Entwicklungen der schweizerischen

DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Indikatoren für den internationalen Ver­

Abfallwirtschaft 2005–2007, « Etat de l’environnement », n° 30/08,

gleich des Energieverbrauchs und der Treibhausgasemissionen, avec

Berne, 2008.

résumé en français, Berne, 2007. OFEV 2006: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Ressourcen­ plan Boden. Ein Konzept zum planerisch­nachhaltigen Umgang mit

OFEV 2008c: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), NABEL. La pollution de l’air 2007. Mesures exécutées à l’aide du Réseau national d’observation des polluants atmosphériques (NABEL), Berne, 2008.

Bodenqualität, « Connaissance de l’environnement », n° 33/06, Berne, 2006. OFEV 2007a: Office fédéral de l’environnement (OFEV), Antimony in Switzerland: A substance flow analysis, « Connaissance de l’environne­ ment », n° 24/07, Berne, 2007.

OFEV 2009a: Office fédéral de l’environnement (OFEV), Annuaire La forêt et le bois. « Connaissance de l’environnement », n° 09/04, Berne, 2009. OFEV 2009b: Office fédéral de l’environnement (OFEV), Pollution

OFEV 2007b: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Impacts de REACH sur la Suisse. Options envisageables et conséquences pour l’en­ vironnement, la santé publique et l’économie. Résumé, « Connaissance de l’environnement », n° 33/07, Berne, 2007.

sonore en Suisse. Résultats du monitoring national SonBase. « Etat de l’environnement », n° 09/07, Berne, 2009. OFEV/OFAG 2006: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), OFFICE FéDérAL DE L’AGrICuLTurE (OFAG), Polluants inorganiques dans les sols

OFEV 2007c: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), Statistique des déchets 2006: la conjoncture favorise l’augmentation de la quantité de déchets collectés, communiqué de presse du 6. 12. 2007, Berne, 2007.

suisses et évolutions après 10 ans. Résultats de l’Observation nationale des sols de 1985 à 1999, Berne, 2006. OFEV/OFAG 2008: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), OFFICE FéDérAL DE L’AGrICuLTurE (OFAG), Objectifs environnementaux pour l’agriculture. A partir de bases légales existantes, « Connaissance de l’environnement », n° 20/08, Berne, 2008.

Environnement Suisse 2009

61


62

Annexes Bibliographie

OFEV/OFEN 2007: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), OFFICE FéDérAL DE L’éNErGIE (OFEN), Auswirkungen der Klimaänderung auf die Schweizer Volkswirtschaft (nationale Einflüsse), Arbeitsgemeinschaft

SSIGE 2005: SOCIéTé SuISSE DE L’INDuSTrIE Du GAZ ET DES EAux (SSIGE), Résultats statistiques des services des eaux en Suisse 2003, Zurich, 2005.

Ecoplan/Sigmaplan, sur mandat de l’OFEV et de l’OFEN, avec résumé

TA-SWISS 2006: CENTrE D’éVALuATION DES CHOIx TECHNOLOGIQuES

en français, Berne, 2007.

AuprèS Du CONSEIL SuISSE DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE (TA-SwISS): BrOCHurE D’INFOrMATION « Nano! Nenni? » – publifocus « Les nanotechno­

OFEV/OFS 2007: OFFICE FéDérAL DE L’ENVIrONNEMENT (OFEV), OFFICE FéDérAL DE LA STATISTIQuE (OFS), Environnement Suisse 2007 – page 72, Taxe d’incitation sur les COV, Berne/Neuchâtel, 2007.

logies et leur importance pour la santé et l’environnement », Berne, 2006. WSL 2007: INSTITuT FéDérAL DE rECHErCHES Sur LA FOrêT, LA NEIGE ET LE pAYSAGE (wSL), Premiers résultats du troisième inventaire forestier

OFS 2001: OFFICE FéDérAL DE LA STATISTIQuE (OFS), L’utilisation du sol: hier et aujourd’hui. Statistique suisse de la superficie, Neuchâtel, 2001. OFS 2005: OFFICE FéDérAL DE LA STATISTIQuE (OFS), Recensement fédéral de la population 2000. Ménages et familles, Neuchâtel, 2005. OFS 2008a: OFFICE FéDérAL DE LA STATISTIQuE (OFS), Besoins matériels de la Suisse, « Statistique suisse de l’environnement », n° 14, Neuchâtel, 2008. OFS 2008b: OFFICE FéDérAL DE LA STATISTIQuE (OFS), Recensement des exploitations agricoles de 2007. Baisse du nombre des exploitations biologiques, communiqué de presse du 10. 7. 2008, Neuchâtel, 2008. OFS/ARE 2007a: OFFICE FéDérAL DE LA STATISTIQuE (OFS), OFFICE FéDérAL Du DéVELOppEMENT TErrITOrIAL (ArE), La mobilité en Suisse. Résultats du microrecensement 2005 sur le comportement de la population en matière de transports, Neuchâtel/Berne, 2007. OFS/ARE 2007b: OFFICE FéDérAL DE LA STATISTIQuE (OFS), OFFICE FéDérAL Du DéVELOppEMENT TErrITOrIAL (ArE), Comportement en matière de voyages de la population résidante suisse, en 2005. Module du micro­ recensement 2005 sur le comportement de la population en matière de transports, Neuchâtel/Berne, 2007. OFSP 1997: OFFICE FéDérAL DE LA SANTé puBLIQuE (OFSp), Plan d’action environnement et santé – PAES, Berne, 1997. OFSP 2003: OFFICE FéDérAL DE LA SANTé puBLIQuE (OFSp), Solarium – Rayonnement et santé, Berne, 2003. OFT 2007: OFFICE FéDérAL DES TrANSpOrTS (OFT), Güterverkehr durch die Schweizer Alpen, avec résumé en français, Berne, 2007. OFT 2008: OFFICE FéDérAL DES TrANSpOrTS (OFT), Réduction du bruit des chemins de fer. Rapport d’étape 2007, Berne, 2008. OMS 1994: OrGANISATION MONDIALE DE LA SANTé (OMS), Action Plans for Health and Environment, WHO Newsletter on Environmental Health, n° 21, Genève, 1994. Scherrer et al., 2004: SCHErrEr S.C., AppENZELLEr C., LATErNSEr M., Trends in Swiss Alpine snow days, the role of local­ and large­scale climate variability, Geophys. Res. Lett., 31, L13215, 2004. Seiz et Foppa, 2007: SEIZ G., FOppA N., Système national d’observation du climat (GCOS Suisse). Publication de MétéoSuisse et de ProClim, Zurich, 2007. Environnement Suisse 2009

national IFN3. Données scientifiques. Conférence de presse WSL/OFEV du 9 novembre 2007 à Berne, Birmensdorf, 2007. Zah et al., 2007: ZAH r., BöNI H., GAuCH M., HISCHIEr r., LEHMANN M. , wäGEr p. (EMpA), Ecobilan d’agents énergétiques. Evaluation écologique de biocarburants, Berne, 2007.


Annexes

Informations complémentaires

Informations générales www.environnement-suisse.ch www.environment-stat.admin.ch Ressources et flux de matières www.environment-stat.admin.ch » Comptabilité environnementale Energie www.environnement-suisse.ch/energie www.statistique.admin.ch »Thèmes » Energie www.ofen.admin.ch » Thèmes www.environnement-suisse.ch/electrosmog Transports et mobilité www.environnement-suisse.ch » Thèmes » Transports www.statistique.admin.ch »Thèmes » Mobilité et transports www.are.admin.ch Industrie, production et commerce www.environnement-suisse.ch/economie www.environnement-suisse.ch/produitschimiques www.environnement-suisse.ch/sitescontamines www.environnement-suisse.ch/nanotechnologies www.statistique.admin.ch »Thèmes » Economie nationale www.environment-stat.admin.ch » Indicateurs de l’environnement www.ta-swiss.ch Ménages, consommation et tourisme www.environnement-suisse.ch/produits www.environnement-suisse.ch/dechets www.statistique.admin.ch »Thèmes » Population www.statistique.admin.ch »Thèmes » Tourisme www.monet.admin.ch Agriculture www.statistique.admin.ch » Thèmes » Agriculture, sylviculture www.blw.admin.ch

Sols www.environnement-suisse.ch/sol www.landuse-stat.admin.ch www.soil.ch Paysage et biodiversité www.environnement-suisse.ch/paysage www.environnement-suisse.ch » Thèmes » Faune & Flore www.biodiversitymonitoring.ch www.landuse-stat.admin.ch www.vogelwarte.ch Forêts www.environnement-suisse.ch/foret www.statistique.admin.ch » Thèmes » Agriculture, sylviculture www.lfi.ch Risques naturels www.environnement-suisse.ch/dangersnaturels www.wsl.ch www.naz.ch Risques d’accidents majeurs chimiques et biologiques www.environnement-suisse.ch/accidentsmajeurs www.environnement-suisse.ch/biotechnologie Bruit et vibrations www.environnement-suisse.ch/bruit Santé et environnement www.environnement-suisse.ch/electrosmog www.obsan.admin.ch Comparaison avec quelques pays européens www.atlaseurope.bfs.admin.ch www.eea.europa.eu www.oecd.org http://ec.europa.eu/eurostat

Qualité de l’air www.environnement-suisse.ch/air www.cerclair.ch Changements climatiques www.environnement-suisse.ch/climat www.meteosuisse.ch » Climat www.proclim.ch Eaux www.environnement-suisse.ch/eau www.ssige.ch

Environnement Suisse 2009

63


64

Annexes

Abréviations

AEE

Agence européenne pour l’environnement

OFEV

Office fédéral de l’environnement ( dès 2006 )

AFF

Administration fédérale des finances

OFS

Office fédéral de la statistique

ArE

Office fédéral du développement territorial

OFSp

Office fédéral de la santé publique

ASrT

Association suisse des registres des tumeurs

OFT

Office fédéral des transports

CArAM

Cadastre fédéral des risques selon l’ordonnance sur les accidents majeurs

OMS

Organisation mondiale de la santé

ONu

Organisation des Nations Unies

DETEC

Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication

OpS

Observation du paysage suisse

pEN

Directive européenne fixant des plafonds d’émission nationaux pour certains polluants atmosphériques

SLF

Institut fédéral pour l’étude de la neige et des avalanches

SSIGE

Société suisse de l’industrie du gaz et des eaux

Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d’importance nationale

uE

Union européenne

LFI

Inventaire forestier national

wSL

Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage

MBD

Monitoring de la biodiversité en Suisse

NABEL

Réseau national d’observation des polluants atmosphériques

NABO

Observatoire national des sols

NAQuA

Réseau national d’observation de la qualité des eaux souterraines

OCDE

Organisation de coopération et de développement économiques

OFAG

Office fédéral de l’agriculture

OFCOM

Office fédéral de la communication

OFEFp

Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage ( jusqu’en 2005 )

OFEN

Office fédéral de l’énergie

DFI

Département fédéral de l’intérieur

EAwAG

Institut fédéral pour l’aménagement, l’épuration et la protection des eaux

EurOSTAT Office statistique des Communautés européennes IFp

Environnement Suisse 2009


Annexes

Glossaire

Agents énergétiques Par agents énergétiques, on entend toutes les substances à partir desquelles on peut obtenir de l’énergie, de manière directe ou après transformation. Les agents énergétiques fossiles recouvrent toutes les sources d’énergie primaire constituées de substances organiques tirées du sous-sol ( pétrole, gaz naturel, hydrocarbures divers, houille, etc.). Agents énergétiques fossiles Cf. Agents énergétiques Biodiversité Cf. Diversité biologique Biogène D’origine biologique ou organique; produit par la vie ou par des êtres vivants. Biosphère Ensemble des écosystèmes de la planète, comprenant les êtres vivants et leurs milieux. Elle inclut les portions de l’atmosphère, de l’hydrosphère et de la lithosphère dans lesquelles vivent des organismes. Carburant Mélange d’hydrocarbures combustibles qui se présente sous forme liquide ou gazeuse et qui, mélangé à l’air, alimente un moteur à explosion. Certificats d’émission Le commerce de certificats d’émission est un instrument de politique environnementale qui permet de réduire les rejets de polluants pour un coût minimal. Les entreprises disposent d’une quantité définie de droits d’émission. Ceux dont elles n’ont pas besoin peuvent être vendus à d’autres sociétés. Les entreprises qui émettent davantage que la quantité autorisée doivent en revanche acquérir les droits qui leur manquent. Combustible Matière qui, en présence d’énergie et d’oxygène, peut se combiner à ce dernier ( comburant ) dans une réaction chimique générant de la chaleur. Coûts externes Frais qui ne sont pas assumés par ceux qui les ont occasionnés, que ce soit lors de la production ou lors de la consommation.

Déchets spéciaux Déchets dont l’élimination exige des mesures techniques et organisationnelles particulières en raison de leur composition et de leurs propriétés biologiques ou physico-chimiques. Découplage Il y a découplage lorsque la croissance économique progresse plus rapidement que l’utilisation des ressources ou les pressions environnementales. Le découplage est relatif si l’utilisation des ressources ou les émissions restent constantes ou croissent moins vite que l’économie. Si la consommation de ressources ou les émissions diminuent et que l’économie progresse malgré tout, le découplage est absolu. Lorsqu’on fait référence à la consommation de biens matériels, on parle aussi de dématérialisation de l’économie. Dématérialisation Cf. Découplage Diversité biologique La diversité biologique ou biodiversité recouvre toutes les variations des organismes vivants et des structures écologiques. Elle comprend trois niveaux: la diversité génétique ( au sein d’une population ou d’un individu de la même espèce ), la diversité des espèces et la diversité des écosystèmes. Diversité des espèces Cf. Diversité biologique Diversité génétique Cf. Diversité biologique Ecosystème  Ensemble formé par une association ou communauté d’êtres vivants ( biocénose ) et son environnement géologique, pédologique et atmosphérique ( biotope ). Les éléments constituant un écosystème développent un réseau d’interdépendances permettant le maintien et l’évolution de la vie. Effet de serre L’effet de serre résulte de l’action de divers gaz présents dans l’atmosphère ( vapeur, gaz carbonique, méthane, protoxyde d’azote, etc. ) qui réfléchissent une partie du rayonnement calorifique émis par la Terre. La hausse de la concentration de ces gaz provoque un réchauffement de la surface du globe.

COV Cf. COVNM COVNM ( composés organiques volatils non méthaniques et CFC ) Ce terme recouvre un grand nombre de substances

organiques utilisées comme gaz propulseur dans les générateurs d’aérosols ou comme solvants dans les peintures, les vernis et les colles, ainsi que dans les produits de nettoyage. Ces polluants favorisent la formation d’ozone, de smog estival et de PM10.

Efficacité Mesure la production de valeur ajoutée par unité de ressources nécessaires ou d’impact environnemental. L’efficacité matérielle, par exemple, correspond à la quantité de francs générés par kilogramme de matière consommée. Inverse d’intensité. Emissions Rejets dans l’environnement de polluants, de rayonnements et de bruit d’origine naturelle ou anthropique.

Environnement Suisse 2009

65


66

Annexes Glossaire

Energie brute La statistique nationale de l’énergie s’intéresse avant tout à la consommation totale d’énergie dans le territoire concerné et inclut donc aussi les pertes de transformation. La consommation brute résulte de l’addition de l’énergie primaire produite dans le pays, du solde du commerce extérieur des différents agents énergétiques, ainsi que des variations de stocks.

Listes rouges Elles indiquent les espèces qui sont menacées ou pour lesquelles il est urgent d’agir. Il existe des listes rouges pour les animaux, les fougères et les plantes à fleurs, les mousses, les lichens et les champignons. Les espèces sont réparties en plusieurs catégories en fonction de la menace plus ou moins grande qui pèse sur elles. OGM ( organismes génétiquement modifiés ) Organismes

Energie finale L’énergie finale correspond à l’énergie achetée ou produite par le consommateur pour son utilisation propre. Il peut s’agir par exemple de l’électricité qui permet de disposer de lumière ou de l’essence qui fait avancer un véhicule. L’énergie finale se situe à la fin de la chaîne commerciale. Energie primaire Energie disponible dans la nature et non encore transformée, qu’elle soit utilisable ou non sous cette forme brute. Exemples: force hydraulique, bois, houille, pétrole brut, gaz naturel, etc. Au plan statistique, l’énergie primaire inclut aussi la chaleur produite dans les réacteurs nucléaires, ainsi que les déchets industriels et urbains dont on tire de l’énergie. Energies renouvelables Terme générique désignant les sources d’énergie disponibles – à vues humaines – de manière illimitée dans le temps. Il recouvre l’utilisation de la force hydraulique, l’énergie solaire, la chaleur de l’environnement, la biomasse, l’énergie éolienne, la part renouvelable des déchets ainsi que l’énergie tirées des stations d’épuration des eaux usées. Equivalents CO2 Les émissions de gaz à effet de serre autres que le CO2 ( CH4, N2O, HFC, PFC et SF6 ) sont converties en équivalents CO2 en fonction de leur potentiel de réchauffement global ( PRG ) pour assurer une meilleure comparabilité. Un kilogramme de CH4 correspond à 21 kg de CO2 et 1 kg de N2O à 310 kg de CO2.

( animaux, plantes, champignons, microorganismes ) dont le matériel génétique a été modifié selon un mode qui ne pourrait pas résulter d’un croisement ou d’une recombinaison intervenus dans des conditions naturelles. Permafrost Terrain gelé en permanence, pergélisol. Se rencontre là où le climat est relativement froid, sous de hautes latitudes ( zones polaires ) ou à altitude élevée. Personnes-kilomètres Somme de tous les kilomètres parcourus en une année par les personnes transportées. PIB ( produit intérieur brut ) Mesure de la performance d’une économie nationale au cours d’une année. Le PIB

mesure la valeur ajoutée, soit les marchandises et services produits dans le pays qui ne sont pas utilisés pour générer d’autres marchandises et services. Il est calculé à prix courants ou à prix constants pour une année donnée. Les prix constants permettent de représenter l’évolution économique en faisant abstraction de l’inflation. PM10 ( en anglais: Particulate Matter <10 μm ) Particules

de poussière dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres. Principe de causalité Principe selon lequel tous les coûts ( y compris les coûts externes ) doivent être supportés par la personne qui les occasionne. Principe du pollueur-payeur Cf. Principe de causalité

Gaz à effet de serre Le Protocole de Kyoto régit les gaz ou groupes de gaz à effet de serre suivants: dioxyde de carbone ( CO2 ), méthane ( CH4 ), protoxyde d’azote ( N2O ), fluorocarbures partiellement halogénés ( HFC ), perfluorocarbures ( PFC ) et hexafluorure de soufre ( SF6 ). Les HFC sont principalement utilisés en tant que produits de substitution des chlorofluorocarbures ( CFC ), qui sont responsables de la destruction de la couche d’ozone et ont aussi un effet sur le climat. Les CFC ont été réglementés par le Protocole de Montréal. Immissions Les pollutions atmosphériques, le bruit, les vibrations et le rayonnement constituent des immissions là où ils déploient leurs effets. Intensité Mesure la quantité de ressources nécessaires ou l’impact environnemental produit par unité de valeur ajoutée. L’intensité énergétique correspond par exemple à la quantité d’énergie par unité de PIB. Inverse d’efficacité.

Environnement Suisse 2009

Prix constants Prix correspondant à la valeur réelle, après prise en compte de l’inflation à l’aide d’une valeur de référence. Synonymes: prix réels ou prix corrigés de l’inflation. Prix réels Cf. Prix constants. Puits de carbone Grâce à la photosynthèse, les arbres captent du CO2 dans l’air et le transforment pour stocker durablement le carbone dans leur bois. Les activités agricoles et sylvicoles influencent le volume de carbone lié dans la biomasse ou émis par celle-ci, si bien qu’elles peuvent contribuer à compenser les émissions de CO2. Ratification Confirmation de la signature apposée au bas d’un document valant accord avec un pays étranger. Le dépôt de l’instrument de ratification valide en général de façon définitive un traité international.


Annexes Glossaire

SAU ( surface agricole utile ) Surface agricole totale exploi-

tée par une entreprise agricole, à l’exclusion des surfaces d’estivage et des forêts. Secteurs  L’économie peut être divisée en trois secteurs: 0 secteur primaire: agriculture, sylviculture et pêche; 0 secteur secondaire: industrie et construction; 0 secteur tertiaire: services. Sites contaminés Aires d’exploitation, lieux d’accidents ou sites de stockage pollués par des déchets lorsqu’il est prouvé qu’ils provoquent des atteintes nuisibles ou incommodantes ou qu’il existe un danger que de telles atteintes apparaissent. Smog estival /smog hivernal Le mot « smog » est la contraction des deux termes anglais « smoke » ( fumée ) et « fog » ( brume ). Il désigne un mélange polluant de particules gazeuses, liquides et solides qui se forme essentiellement sur les zones urbaines lorsque la situation météorologique inhibe la circulation de l’air. La lumière du soleil apparaît alors diffuse, comme si elle traversait un brouillard. Statistique suisse de la superficie Sur mandat du Conseil fédéral, la statistique de la superficie établie par l’OFS présente chaque douze ans – depuis les années 1980 – une image simplifiée de l’utilisation et de la couverture du sol en Suisse. Ses résultats fournissent en quelque sorte l’empreinte de notre société dans le paysage. Deux séries de relevés ont été terminées jusqu’ici: la statistique de 1979/85, basée sur des photos aériennes prises entre 1979 ( Suisse romande ) et 1985, et celle de 1992/97 ( photos aériennes de 1992 à 1997 ). Le troisième relevé ( période 2004/09 ) a débuté en 2005 et se terminera au plus tôt en 2011. Des résultats intermédiaires sont publiés régulièrement sur le site internet de l’OFS ( www.bfs.admin.ch » Français » Thèmes » 02 Espace, environnement » Utilisation et couverture du sol ). Stratosphère Couche de l’atmosphère terrestre située approximativement entre 15 et 50 km d’altitude. Se distingue, dans sa zone moyenne, par sa forte concentration d’ozone ( couche d’ozone ).

Valeur ajoutée Valeur créée dans le cadre du processus de production d’une unité ou branche économique. Mesure le rendement généré sous la forme de marchandises et de services en soustrayant à la performance de l’unité économique les prestations préalables qui ont été nécessaire pour la produire ( déduction faite des salaires ). La valeur ajoutée est une grandeur brute, puisque la contribution du capital fixe à la production n’est pas soustraite. Après adaptation ( impôts, subventions, etc. ), la somme des valeurs ajoutées brutes correspond au produit intérieur brut ( PIB ). Valeur indicative Le Conseil fédéral peut définir des valeurs indicatives et des valeurs d’assainissement, par exemple pour évaluer la pollution des sols. La valeur indicative correspond au seuil au-delà duquel, selon les connaissances empiriques ou scientifiques, la fertilité du sol n’est plus garantie à long terme. Valeurs limites Les valeurs limites sont utilisées pour évaluer les effets nuisibles ou incommodants. Elles tiennent compte des effets des immissions sur les groupes de personnes particulièrement sensibles comme les enfants, les malades, les vieillards et les femmes enceintes. On en définit dans le domaine de la pollution atmosphérique, des nuisances sonores, des vibrations et des rayonnements. Valeurs limites de bruit L’ordonnance sur la protection contre le bruit distingue trois niveaux de valeurs limites d’exposition: les valeurs limites d’immission ( VLI ), qui constituent les 0 seuils à partir desquels le bruit est considéré comme nuisible et incommodant; les valeurs de planification, qui sont inférieures de 5 dBA 0 aux VLI et s’appliquent aux nouvelles installations; elles doivent empêcher que le niveau sonore augmente jusqu’à devenir incommodant; les valeurs d’alarme, qui sont supérieures de 5 à 15 dBA 0 aux VLI ; en cas de dépassement de ces valeurs, les assainissements sont jugés urgents.

Substances à effet endocrinien Substances qui influencent l’équilibre hormonal des organismes. Tonne-kilomètre Unité de mesure de la prestation de transport correspondant au déplacement d’une tonne sur une distance d’un kilomètre. UV ( rayonnement ultraviolet ) Rayonnement électromagnétique invisible à ondes courtes (entre 100 et 400 nm ). On distingue trois catégories d’UV en fonction de la longueur d’onde : UVC (100 – 280 nm ), UVB ( 280 – 315 nm ) et UVA ( 315 – 400 nm ). Plus les ondes du rayonnement sont courtes,

plus celui-ci contient d’énergie. Alors que le rayonnement UVC est absorbé par la couche d’ozone, les UVA et les UVB

parviennent jusqu’à la surface terrestre. Environnement Suisse 2009

67


68

Annexes

Index

A Accidents majeurs » 10, 14, 20, 51 Agents énergétiques » 23ss Agents énergétiques biogènes » 23 Agents énergétiques fossiles » 24 Agglomérations » 17, 27, 40, 47 Agriculture » 11, 14, 16, 17, 23ss, 28ss, 34ss, 36, 38ss, 40, 42ss,

Combustibles » 11, 24, 36ss, 39 Combustibles nucléaires » 23 Compactage du sol » 16, 34, 42 Composés azotés » 37 Composés organiques volatils (COV) » 11, 28, 37 Composés organiques volatils non méthaniques (COVNM) » 11, 58 Consommation » 11, 13, 18, 20, 21ss, 2ss, 2ss, 28, 31ss, 37, 39, 58

44ss, 58 Air » 11, 12, 18, 20, 24, 34, 36ss, 41, 45, 48, 54

Consommation d’eau » 31 Consommation d’énergie » 23ss, 27, 31 Conventions » 32, 49 Coopération internationale » 19

Aménagement du territoire » 19, 24, 27, 49ss, 51, 53 Ammoniac (NH3) » 11, 34 Animaux » 34, 36, 40, 42, 44ss, 48, 51 Animaux de rente » 34 Antimoine (Sb) » 22 Artisanat » 17, 31ss Avalanches » 49ss Azote (N) » 9, 11, 12, 13, 14, 16, 24ss, 26, 28ss, 30, 31ss, 34ss, 36ss, 38, 40, 42, 45, 47ss, 49, 51, 52ss, 54 B Bétail » 34, 51 Biodiesel » 25, 27 Biodiversité » 15, 19, 20, 25, 44ss, 48 Bioéthanol » 25, 27 Biogaz » 23, 25, 27 Biotechnologie » 51 Biotopes » 44ss BIP (produit intérieur brut) » 28, 31, 48 Biphényles polychlorés (PCB) » 31 Bois » 16, 23ss, 31, 45, 47ss Bromure de méthyle » 12 Bruit » 14, 26, 27, 52ss, 54 C Cadastre » 13, 30, 55 Cancer de la peau » 55 Canicule » 37, 38, 47, 49 Carburants » 11, 23ss, 26ss, 36, 39 Carburants biogènes » 11, 25, 39 Cartes de dangers »8, 19, 50 Catastrophes naturelles » 19, 49 Centrales à accumulation » 40, 41 Centrales nucléaires » 55 Certificats d’émission » 7, 11, 39, 65 Chaleur de l’environnement » 23 Champignons » 44 Changements climatiques » 16, 19, 38ss, 40, 44, 48, 49 Chlorofluorocarbures (CFC) » 12, 38 Chlorofluorocarbures partiellement halogénés (HCFC) » 12 Climat » 36, 38 Collectes sélectives » 31

Environnement Suisse 2009

Couche d’ozone » 12, 19, 38 Cours d’eau » 17, 34, 40ss, 45, 50 Coûts externes » 26ss, 36, 52, 54 CO2 (dioxyde de carbone) » 7, 11, 24ss, 26ss, 28, 31, 37, 38, 47ss Crues » 19, 49ss D Dangers naturels » 19, 49ss Débits » 17, 41 Débits résiduels » 17 Décharges » 28ss Déchets » 13, 16, 18, 19, 21ss, 23ss, 28ss, 30ss, 32ss, 58 Déchets spéciaux » 13, 28ss, 30, 33 Déchets urbains » 13, 31 Dématérialisation » 21 Dépenses » 17, 29, 31ss, 57 Dépenses de consommation » 31 Dépenses de protection de la nature » 15 Dépenses des ménages » 32 Déplacements non motorisés » 26, 27 Développement durable » 19, 22, 27, 55 Dioxine » 7, 12 Dioxyde d’azote (NO2) » 11, 36 Dioxyde de carbone (CO2) » 7, 11, 24ss, 26ss, 28, 31, 37, 38, 47ss Dioxyde de soufre (SO2) » 24, 37 Diversité biologique » 15, 34ss, 40, 44ss, 48 Diversité des espèces » 16, 44 Diversité génétique » 44ss


Annexes Index

E Eau » 17, 18, 19, 31ss, 34, 38, 40ss, 42, 45ss, 47, 50, 59 Eau potable » 40ss, 47 Eaux » 16, 17, 28, 34, 36, 40ss, 47, 51 Eaux de surface » 40ss Eaux souterraines » 16, 17, 34, 40, 41 Eaux usées » 16, 17, 28, 40, 51 Eboulements » 49 Ecobilans » 33 Economie » 14, 16, 19, 21ss, 23, 29ss, 31ss, 38, 48, 52 Economie forestière » 47, 48

I Imperméabilisation du sol » 15, 46 Industrie » 11, 12, 14, 17, 28ss, 30, 38, 48 Inondations » 49 Intempéries » 19, 50 Intensité de transport » 26 Intensité énergétique » 23, 24 Inventaires » 45, 50 Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d’importance nationale (IFP) » 44

Economie nationale » 33 Ecosystèmes » 34, 36, 44, 48 Effet de serre » 11, 24ss, 26, 32, 34, 38ss, 59, 59 Efficacité énergétique » 24, 26, 39 Electricité » 13, 18, 23ss Energie » 20, 23ss, 27, 48

L Lacs » 15, 17, 34, 40, 43 Laves torrentielles » 19, 49ss Listes rouges » 44 Loisirs » 16, 26, 31, 33, 47, 55

Energie éolienne » 23ss Energie finale » 12, 23ss, 27ss, 31ss, Energie solaire » 23ss Energies fossiles » 23ss Energies renouvelables » 23ss Engrais » 25, 34ss, 43

M Maladies » 36, 45, 48, 54 Marais » 34ss, 44 Matière » 25, 37, 39, 41, 42, 48, 50, 53 Matières premières » 13, 25, 30, 32 Mélanome » 55 Ménages » 11, 17, 18, 21, 23, 31ss, 52

Equivalents CO2 » 11, 25, 38ss Erosion » 16, 34, 42 Espèces envahissantes » 45 Espèces exotiques » 15 F Faune » 27, 45, 48 Flore » 45, 48 Fluorocarbures (FC) » 38 Fluorocarbures partiellement halogénés (HFC) » 38 Flux de matières » 20, 21ss Fongicides » 34 Force hydraulique » 23 Forêts » 11, 16, 19, 34, 38ss, 45, 47, 48, 50

Métaux lourds » 12, 16, 29, 34 Méthane (CH4) » 34, 38 Micropolluants » 17, 40 Mitage du paysage » 46 Mobilité » 20, 26ss, 37, 39 Morcellement du paysage » 15 N Nanomatériaux » 12, 30 Nanotechnologie » 30 Nature » 15, 22, 24, 34, 44ss, 48 Néophytes » 45 Nitrates » 17, 34, 40

Forêts protectrices » 50 G Gaz à effet de serre » 11, 24ss, 26, 32, 34, 38ss, 59 Gaz liquéfié » 27 Gaz naturel » 23, 27, 39, 51 Gibier » 45 Glaciers » 11, 38 Glissements de terrain » 19, 49ss H Halons » 12 Herbicides » 34

O Oiseaux nicheurs » 15, 44 Ordures » 29, 31, 33, 45 Organismes » 14, 16, 28, 40ss, 42, 45 Organismes génétiquement modifiés (OGM) » 14, 28 Organismes pathogènes (OP) » 14, 28 Ouvrages de protection » 50 Oxydes d’azote (NOX) » 11, 24, 26, 36ss Oxygène (O2) » 34, 47 Ozone (O3) » 10, 11, 12, 19, 36ss, 38, 48, 54

Hexafluorure de soufre (SF6 ) » 38 Huile de chauffage » 23, 31 Hydrocarbures » 17, 40 Hydrocarbures halogénés » 40

Environnement Suisse 2009

69


70

Annexes Index

P Paiements directs » 15, 35 Parcs » 15, 42, 45 Paysage » 10, 15, 24, 32, 34, 44ss Paysage naturel/Nature » 8, 15, 44ss, 48, Perfluorocarbures (PFC) » 38 Permafrost » 11 Perturbateurs endocriniens » 7ss, 12, 54 Pesticides » 25, 43 Pétrole » 23, 51, 57 Pétrole brut » 51 Phosphore » 17, 34ss Photovoltaïque » 24 Plantes » 25, 34, 36, 38, 42, 44ss, 48, 54 PM10 (Poussières fines) » 11, 26ss, 28, 34, 36ss, 54, 59 Polluants atmosphériques » 11, 36 Polluants organiques persistants » 12, 29, 43 Population » 14, 21, 26, 29, 31ss, 34, 40ss, 43, 47, 49ss, 51, 52,

54ss, 57 Poussières fines (PM10) » 11, 24, 26ss, 28, 34, 36ss, 54, 59 Prairies » 34 Précipitations » 38, 39, 40, 49 Principe de causalité » 13, 31ss, 36 Production » 18, 20, 21ss, 23ss, 28ss, 30ss, 34, 37, 40, 47ss, 51, 52 Productivité matérielle » 21 Produit intérieur brut (BIP) » 28, 31, 48 Produits chimiques » 12, 19, 28ss, 40, 54 Produits phytosanitaires » 17, 28, 34, 40 Protection de l’air » 11, 36ss, 54 Protocole de Kyoto » 11, 24, 38ss, 47, 59 Protoxyde d’azote (N2O) » 25, 34, 38 Puits de carbone » 11, 39, 47, 48 Q Qualité de l’air » 11, 36, 54 Qualité de l’eau » 17, 40 R Radon (Rn) » 55 Rayonnement ionisant » 55 Rayonnement non ionisant » 18, 55 Rayonnement UV » 55 Réchauffement climatique » 11, 32, 38ss, 49, 54 Recyclage » 18, 22, 32, 58 Rejets de chaleur » 23 Répartition modale » 26

S Santé » 18, 29, 30, 32, 36, 38, 40, 42, 47, 52ss, 54ss Sécheresse » 31, 47, 48, 49 Secteurs » 29, 52 Secteur primaire » 28ss Secteur secondaire » 28ss Secteur tertiaire » 28ss Séismes » 50 Services » 22, 28ss, 30ss, 50 Sites contaminés » 13, 28, 30, 57 Sites et monuments naturels d’importance nationale » 44 Sites pollués » 13, 30 Smog » 36 Sols » 15, 16, 34, 36, 42ss, 47ss Station d’épuration des eaux » 17, 41 Substances » 12, 16, 17, 28ss, 34, 40, 42ss, 51, 58 Surfertilisation » 34 Sylviculture » 16, 28ss, 42ss, 48 Systèmes d’alerte » 50 T Taxes d’incitation » 31 Téléphonie mobile » 18, 55 Température » 11, 12, 38, 40, 41 Température de l’air » 41 Température de l’eau » 41 Tempêtes » 47, 49 Tertiarisation » 22 Tétrachlorure de carbone » 12 Tourisme » 15, 20, 26ss, 31, 32ss, 38, 48, 57 Transports » 11, 14, 16, 23ss, 26ss, 29, 31, 37, 52ss Transports aériens » 33, 53 Transports de marchandises » 26ss Transports de personnes » 26 Transports ferroviaires » 26ss Transports publics » 26, 27, 37 Transports routiers » 27, 52ss Trichloroéthane » 12 Trou dans la couche d’ozone » 12 U Utilisation du sol » 16, 35, 43 UV (rayonnement UV) » 55 V Végétation » 11, 38

Réserves forestières » 16, 45, 48 Ressources » 15, 18, 21ss, 32ss, 34ss, 38, 45ss, 59

Vibrations » 10, 14, 20, 52ss

Risques d’accidents majeurs » 10, 14, 20, 51 Risques d’accidents majeurs biologiques » 20, 51

Z Zones urbaines » 42, 44

Risques d’accidents majeurs chimiques » 20, 51 Risques naturels » 20, 49ss

Environnement Suisse 2009


Environnement suisse