Page 1

CANTON DE VAUD DÉPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE (DFJC) SERVICE DES AFFAIRES CULTURELLES

dp • n°41–2011

LES GENS DU LéMAN

Musée du Léman Nyon


Ce dossier pédagogique s’adresse plus particulièrement aux enseignant-e-s des classes d’élèves de 13 à 16 ans et donne un complément pédagogique au travail fait en classe dans la discipline « Approche du monde professionnel ». La visite du Musée du Léman a pour but de permettre à l’élève d’amorcer une réflexion sur son projet personnel de formation scolaire et professionnelle. Il découvre la diversité des métiers du lac, à la fois métiers de la navigation, de la nature et de la pêche, de la santé et de la sécurité, de l’invention, métiers manuels, métiers techniques et scientifiques. Cette vaste palette de secteurs professionnels lui donne l’occasion d’identifier ses goûts et intérêts, ses points forts et de comparer les différentes filières de formation. Pour préparer la visite, l’enseignant-e se réfère aux offices et services cantonaux d’orientation scolaire et professionnelle et au site suisse www.orientation.ch et peut, de surcroît, s’appuyer sur les fiches d’activités à faire au musée, téléchargeables sur www.museeduleman.ch. Le dossier est accessible aussi à des élèves de 10 à 12 ans, en particulier pour les métiers liés à la faune et à la flore du lac. Par ailleurs, les disciplines des sciences, du français et de la géographie sont aussi concernées par la thématique globale et transdisciplinaire du Léman. Une visite du Musée du Léman offre à toutes les classes des notions sur le patrimoine lémanique et sa diversité culturelle et naturelle. Les mots signalés en orange dans le texte sont définis dans le glossaire du site du musée www.museeduleman.ch.


SOMMAIRE INFOS PRATIQUES POUR LES ÉCOLES...................................................................2 LE MUSÉE DU LéMAN EN QUELQUES MOTS..........................................................4 PLAN du musée.....................................................................................................5

CAP SUR LES MÉTIERS DU LAC..............................................................................6 Introduction générale à la thématique traitée................................................... 6

À LA DéCOUVERTE DE VOCATIONS.......................................................................10 Groupe 1 : Les métiers scientifiques et techniques.........................................10 Groupe 2 : Les métiers de la nature et de la pêche.........................................12 Groupe 3 : Les métiers scientifiques de l’invention..........................................16 Groupe 4 : Les métiers de la navigation............................................................17 Groupe 5 : Les métiers manuels.......................................................................19 Groupe 6 : Les métiers de la sécurité et de la santé.......................................21

PRENDRE LE LARGE.............................................................................................24 Liste des métiers en lien avec le lac.................................................................26 BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE SéLECTIVES........................................................... 27

—1—


INFOS PRATIQUES POUR LES ÉCOLES

Musée du Léman

Quai Louis-Bonnard 8 CH - 1260 Nyon www.museeduleman.ch info@museeduleman.ch Tél. +41 (0)22 361 09 49 Fax +41 (0)22 361 92 20

Horaires

1er novembre-31 mars 1er avril-31 octobre Fermé les lundis, sauf jours fériés.

Ouverture spéciale pour les visites de groupes en dehors des horaires (Fr. 30.- /heure)

Tarifs

Ecoles Jusqu’à 16 ans AI, AVS, chômeurs, étudiants Adultes

Gratuit Gratuit Fr. 4.Fr. 8.-

Groupes dès 10 personnes Jusqu’à 16 ans Adultes

Sur réservation Gratuit Fr. 4.-

Entrée libre au Musée historique et au Musée romain de Nyon sur présentation d’un billet d’entrée du Musée du Léman (valable 12 mois).

Animations

Hormis ce dossier, le Musée du Léman est accessible sous différentes approches : visites libres, animations, visites guidées générales, visites guidées à thème, ateliers, anniversaires… Pour plus d’informations : www.museeduleman.ch

—2—

14h00-17h00 10h00-17h00


A savoir

L’annonce de votre visite au musée est indispensable au +41 (0)22 361 09 49 !

Il est vivement conseillé à l’enseignant-e de visiter l’exposition avant de s’y rendre avec sa classe (entrée gratuite pour la préparation de la visite).

Deux espaces de jeux, au nord et au sud du musée, jouxtent un espace pique-nique, couvert et abrité de la bise.

Le présent dossier pédagogique est téléchargeable sur www.ecole-musee.vd.ch et www.museeduleman.ch.

Accès

Pour les personnes à mobilité réduite Expositions et cafétéria sont entièrement accessibles.

En train Accès direct depuis Lausanne ou Genève, ou par train régional depuis les gares de la ligne. Horaires : www.cff.ch. Depuis la gare de Nyon, 10 minutes à pied. Prendre la rue de la Gare qui traverse le centreville, passer la place du Château et descendre la ruelle de la Tour jusqu’à la rue de Rive. Ensuite, à votre droite, longer le lac en direction de Genève jusqu’au musée.

En bateau La Compagnie Générale de Navigation (CGN) dessert l’embarcadère de Nyon, avec la flotte bleue depuis Chens-sur-Léman ou Yvoire, avec la flotte blanche depuis les autres ports de la côte suisse. Horaires : www.cgn.ch/horaires/doSearch.php. Depuis le débarcadère, longer le lac en direction de Genève, jusqu’à l’entrée du port de plaisance qui fait face au musée.

En voiture De Genève ou Lausanne Par l’autoroute, sortir à Nyon, prendre la direction du centre-ville et ensuite descendre vers le lac jusqu’à la route de Lausanne. Longer les quais en direction du port de plaisance, le musée se trouve en face de celui-ci.

A 50 mètres du musée, parking couvert « La Duche » (horodateurs). Au centre-ville, place Perdtemps (horodateurs), 10 minutes à pied du musée. Au bord du lac, à l’entrée de Nyon, le long des quais, à la place de Savoie ou près du débarcadère CGN (horodateurs et zone bleue).

Parking Gare CFF et embarcadère CGN à proximité. —3—


LE MUSéE DU LéMAN EN QUELQUES MOTS Véritable conservatoire du patrimoine lémanique, le Musée du Léman a été ouvert en 1954. Il est le seul musée du lac à présenter toute la nature et la culture de l’un des plus grands lacs d’Europe continentale. Par le biais de ses grands aquariums, de modèles réduits de bateaux, d’une cabane de pêche et de cabines de sous-marins reconstituées ou de son espace dédié à la flore et la faune lémanique, il propose aux visiteurs d’aller à la rencontre des « gens du lac ». Ce musée pluridisciplinaire est héritier de la longue tradition limnologique qui honore le Léman. A l’instar du Baïkal ou d’autres lacs américains, ce lac peut se targuer d’être le berceau de la limnologie grâce aux travaux mondialement reconnus de FrançoisAlphonse Forel, inventeur à la fin du XIXe siècle de cette science des lacs, petite sœur de l’océanographie. Outre son espace d’exposition permanente, le Musée du Léman organise chaque année des expositions temporaires et de nombreuses animations et manifestations, à l’instar des Journées du patrimoine, des parades nautiques, des conférences, des visites, d’un programme pour scolaires, etc. Financé par la Ville de Nyon, avec le soutien de l’Association des Musées de Nyon (AMN), il accueille chaque année quelque 20 000 visiteurs sur une surface d’exposition de 1000 m2. Il partage avec les autres musées de la ville, un dépôt pour ses biens culturels dont l’inventaire est en cours d’informatisation. Un centre de documentation permet aux personnes intéressées, enseignants ou chercheurs, de trouver réponse à leurs préoccupations relatives aux sciences du lac. Une salle de médiation accueille des ateliers ou animations dédiés aux enfants. Collections Depuis l’année de sa fondation, le Musée du Léman a constitué une collection d’objets et de documents en relation avec le Léman et l’eau, tant dans les domaines de la nature que de la culture. Le Musée du Léman est également dépositaire de fonds tels que ceux d’Aldo Balmas (modélisme), Henri Copponex, François Graeser (architecture navale), Louis-Ernest Favre (navigation), François-Alphonse Forel (limnologie), Jacques et Auguste Piccard (sous-marins).

—4—


PLAN DU MUSÉe 2e ÉTAGE / 2nd FLOOR Salles permanentes / Permanent exhibition Secteur sciences naturelles Natural sciences

Le labo des enfants Children’s lab

1er ÉTAGE / 1st FLOOR Salles permanentes / Permanent exhibition Auguste, Jacques, Bertrand Piccard

Exposition temporaire Temporary exhibition Centre de documentation Documentation center Cafétéria / Ambassade Plonk & Replonk Cafeteria / Plonk & Replonk Embassy

REZ-DE-CHAUSSÉE / GROUNDFLOOR Salles permanentes / Permanent exhibition Gens du Lac : pêcheurs, sauveteurs, artisans d’art et personnel navigant de la CGN Navigation : plaisance, barques à voile latine, vapeurs Lake People: fishermen, life savers, craftsmen and CGN crew Boating: yachting, lateen sail barges, steamboats Aquariums

2 1

—5—

1 Billetterie, boutique

Ticket counter and boutique 2 Salle d’anniversaire

Birthday room Exposition temporaire Temporary exhibition Accès au centre de doc. Documentation center access


CAP SUR LES MÉTIERS DU LAC Introduction générale à la thématique traitée Le Léman est le cadre de travail de nombreux hommes et femmes appréciant les activités en plein air, le travail en équipe comme en solitaire, les éléments, la beauté des paysages, les voyages, l’aventure et, bien sûr, l’eau. Les métiers du lac sont des métiers où la nature et les saisons dictent le rythme des travaux. Au chantier naval, les travaux de maintenance pendant l’hiver sont suivis, à l’arrivée des beaux jours, par la remise à l’eau des bateaux prêts pour les premières régates. C’est aussi au printemps que les alevins de truites, féras et ombles chevaliers sont relâchés au lac ou en rivières par les gardes-pêche, qui en ont pris soin depuis l’automne en pisciculture. Le personnel navigant de la Compagnie Générale de Navigation (CGN) passe l’été sur le lac ; en hiver il est à terre au chantier naval d’Ouchy (Lausanne) occupé à l’entretien de la flotte. A la brigade du lac, les gendarmes s’entraînent à la plongée tous les mardis. C’est en été que les patrouilles deviennent plus fréquentes, même si la brigade est de permanence toute l’année pour des interventions lacustres. Parfois même, le jour et la nuit se confondent. La journée du pêcheur professionnel ou de la pêcheuse professionnelle commence à la fin de la soirée, lorsqu’il-elle tend ses filets ; au lever du jour, il-elle est de retour sur le lac pour plusieurs heures, occupé-e à les lever. C’est sûr, sur le lac on ne s’ennuie jamais !

—6—


Les classiques de la carte postale traditionnelle, revisités par les humoristes Plonk&Replonk, apportent un regard décalé et humoristique sur le Léman : la barque de transport lémanique revue en version 4x4.

—7—


Propositions d’activités pour préparer la visite En classe, l’enseignant-e répartit les élèves en six groupes pour étudier les différents domaines de métiers du Léman, à savoir les métiers scientifiques et techniques, de l’invention, de la nature et de la pêche, de la navigation, de la santé et de la sécurité, et les métiers manuels (liste des métiers en annexe et sur le site www.museeduleman.ch avec références). Les élèves utilisent les sites de l’orientation scolaire et professionnelle et les fiches existantes par métiers. Ils présentent à la classe un domaine selon des critères définis par l’enseignant-e : filières de formation scolaire et professionnelle, type d’activités, exigences, perspectives, etc. Pour se dégager des stéréotypes, les élèves sont sensibilisés à des métiers qui leur sont peu familiers et traditionnellement masculins. L’enseignant-e demande aux élèves de se décrire individuellement et de se questionner sur leurs intérêts et aspirations. Quelques questions de base permettent à l’élève de choisir un groupe de métiers lui correspondant pour poursuivre son travail au musée, et éventuellement envisager un stage en milieu professionnel (voir la rubrique « myOrientation » du site www.orientation.ch). Pour rendre l’activité ludique, l’enseignant peut organiser un « casting » en proposant aux élèves de présenter oralement leurs motivations. Cela peut constituer un excellent exercice de prise de parole. Cette activité se complète par des jeux de rôle permettant de jouer les métiers et les gestes professionnels, et d’essayer de ressentir un environnement de travail.

Pour les pionniers de demain : quelques défis à relever en classe avant la visite au musée • Inventer un appareil pour voir au-dessus de la surface, alors que l’on est sous l’eau. Où se situe-t-il dans un sous-marin et quel est son nom ? • Calculer la pression régnant à 10 916 mètres de profondeur, dans la fosse des Mariannes lors de la descente du Trieste par Jacques Piccard et Don Walsh le 23 janvier 1960. • Se demander s’il existe une vie au fond des mers et des lacs. Si oui, dessiner quelques-uns de ces êtres vivants. • Réfléchir en quoi Jules Verne (voir le dossier pédagogique n° 29, Aventure, exploration, connaissance) ou le professeur Tournesol ou Léonard Le Génie peuvent être « cousins » des Piccard. Ont-ils aussi contribué à l’exploration des mers et des lacs ? Un réservoir d’eau douce de 89 milliards de m3 d’eau Demander aux élèves d’évaluer à la maison la quantité de litres d’eau qu’ils consomment par jour, et de réfléchir aux usages qu’ils en font. D’où vient cette eau et comment est-elle rendue potable ? En est-il de même sur toute la planète ? Quel est le pourcentage d’hommes et de femmes qui n’ont pas accès à l’eau ? Quel pourcentage représentent les lacs et rivières par rapport à l’eau sur Terre ?

—8—


Un écosystème lacustre fragile Depuis plus de 300 ans, l’homme ne cesse de modifier les cours d’eau et les rives lacustres, de canaliser les rivières, d’assécher les zones humides, d’étendre les pâturages, de construire des routes et des quais. Aujourd’hui seuls 3% des rives lémaniques sont encore entièrement naturels, ils se situent principalement dans les réserves naturelles. L’enseignant-e trouve des modèles de rives végétalisées sur le site www.museeduleman.ch, ainsi qu’une proposition d’activité sur ce thème.

—9—


À LA DéCOUVERTE DE VOCATIONS

Au musée, les élèves utilisent les moyens audiovisuels existants, les objets exposés et leurs légendes pour approfondir leurs connaissances sur les métiers étudiés en classe. Pour cela, les six groupes se rendent dans les salles permanentes correspondant à leurs métiers : pêcheurs, sauveteurs, artisans d’art et personnel navigant de la CGN, ainsi que les aquariums et les salles plaisance, vapeurs « Auguste, Jacques, Bertrand Piccard », et l’espace des sciences naturelles. Cette recherche est basée sur l’analyse et le travail en équipe. Les élèves utilisent leur sens de l’observation et cherchent des liens entre les métiers et les thématiques lémaniques présentées. Des fiches par groupe de métiers modulables selon les classes sont téléchargeables sur le site www.museeduleman.ch. Le travail en groupe terminé, l’enseignant-e réunit les élèves et active la visite du musée. Chaque groupe fait la présentation des métiers le concernant.

Groupe 1 : les métiers scientifiques et techniques L’eau du lac sous la loupe Un groupe se rend aux laboratoires de physico-chimie et de biologie dans l’espace des sciences naturelles. Les élèves s’imaginent laborantin-e-s stagiaires et se penchent sur l’état de santé du Léman. Bien malade dans les années 1980, le Léman doit son amélioration aux mises en garde de nombreux professionnels et scientifiques engagés pour sa préservation. Aujourd’hui, son état de santé s’est amélioré, mais la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman (CIPEL) reste vigilante. Elle a décidé dans son plan d’action 2011-2020 de poursuivre les efforts de réduction des micropolluants et du phosphore présents dans le lac par des actions à la source et dans les domaines de l’assainissement et de l’agriculture. Une veille pour évaluer l’impact du changement climatique sur le Léman constitue une priorité pour les années à venir. Laboratoires de physico-chimie et de biologie : mission est donnée aux stagiaires en chimie et en biologie de trouver quelques paramètres physico-chimiques et biologiques utilisés lors de l’analyse d’échantillons des eaux lémaniques prélevés régulièrement par des techniciens. Les élèves se préparent à répondre à quelques questions sur l’état de santé du lac, sa respiration hivernale, sa transparence, sa biodiversité et son équilibre biologique.

— 10 —


Une pollution qui nous concerne tous. Les trois aquariums présentant les milieux lacustres oligotrophe, eutrophe et mesotrophe servent à la réflexion sur les mesures prises pour faire baisser le taux de phosphore et ses effets sur l’équilibre piscicole. De 2001 à 2009, la teneur moyenne dans le lac a baissé de 33 %. Cette diminution s’accompagne du recul du plancton. L’amélioration des eaux se remarque par l’accroissement des plantes aquatiques se répartissant sur la zone de faible profondeur en bordure du lac et plus en profondeur. Les élèves se demandent ce qu’ils peuvent faire à titre individuel pour garantir aux générations futures l’usage de l’eau du lac pour la production d’eau potable et pour les loisirs. Est-ce judicieux de verser de l’huile ou des médicaments dans l’évier, de vidanger un moteur dans la nature et de verser des peintures ou solvants dans les grilles de sol menant l’eau directement au lac ? L’Association suisse des gardes-pêche sensibilise le public à ces questions. Un litre d’huile minérale peut polluer à lui seul un million de litres d’eau sur une surface de 2000 m2 ! L’huile usagée doit être amenée dans un centre de récupération (CIPEL, www.cipel.org).

Le lac s’oxygène grâce au brassage thermique de l’eau en fonction des saisons.

La protection des milieux naturels est aussi la préoccupation des ingénieur-e-s en gestion de la nature (HES) ou en environnement (EPF) qui, comme les gardes-pêche et les gardesfaune, sont « les policiers de l’environnement ». Tous mettent en œuvre la législation environnementale. Ils interviennent et dénoncent en cas de pollution des cours d’eau ou du lac, parfois avec l’aide de la brigade du lac et des pompiers. Certains produits chimiques ou pesticides peuvent tuer toute vie sur plusieurs kilomètres. Ils limitent les introductions d’envahisseurs de nature animale ou végétale (comme la truite arc-en-ciel, l’ambroisie, la tortue de Floride, etc.) menaçant les plantes, les poissons, les reptiles et les mammifères indigènes.

— 11 —


Groupe 2 : les métiers de la nature et de la pêche Paroles de pro Sébastien Rojard, garde-pêche (brevet fédéral)

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ? Pour la protection et l’amélioration des milieux naturels. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre activité ? Le contact avec les divers partenaires régionaux, la possibilité de voir et de protéger les diverses espèces sauvages indigènes. Et le moins ? La détérioration rapide des quelques milieux naturels et sauvages restants. Comment se déroule votre journée de travail en été ? Et en hiver ? Aucune journée n’est identique, car la diversité de nos activités est tellement grande que la journée, ou la nuit, commence d’une telle manière et finit rarement selon nos planifications. Remise au lac des larves de corégones sur les frayères de cette espèce.

Et toi, est-ce que ce métier pourrait te plaire ? Justifie ta réponse.

Les métiers scientifiques et techniques sont en lien direct avec les métiers de la nature, tels que garde-pêche, pêcheur-se ou pisciculteur-trice. En été, le-la garde-pêche est principalement sur le lac à surveiller les activités de la pêche amateur et professionnelle. Il-elle examine les filets et les techniques de pêche, ainsi que le nombre de prises. En automne et en hiver, le travail en pêcherie sur l’Aubonne et en pisciculture est prédominant. Les actions de réaménagement des rivières en cours ne suffisent pas à assurer la reproduction naturelle des truites lacustres. Ainsi, pour assurer la pérennité de l’espèce, des individus mâles et femelles sont capturés pour prélever les œufs des femelles gestantes et les féconder avec la laitance des mâles. Les œufs sont mis en incubation, et au printemps les alevins de truites lacustres sont remis en rivières. Les œufs fécondés des ombles chevaliers et des corégones, deux espèces sensibles, sont également surveillés en pisciculture. Leurs larves sont remises à l’eau sur les sites de fraie.

— 12 —


Le pêcheur professionnel Fifi Plassat à Séchex, lors d’une pêche à la nasse.

Une journée de pêche. Après avoir visionné le film Témoignage d’André Gay, pêcheur professionnel à Crans présenté dans la salle « pêcheurs », les élèves notent le déroulement et les activités d’une journée de pêche, les espèces de poissons les plus recherchées et les techniques de pêche pratiquées sur le lac. Ils réfléchissent à l’évolution du métier de pêcheur-euse et à ses possibilités de développement. Les perspectives d’avenir sont encourageantes pour la pêche lémanique. Le lac, riche en ressources piscicoles, pourrait même voir le nombre de ses pêcheurs-euses augmenter côtés suisse et français. Cependant toute la difficulté réside pour les jeunes à trouver une place de stage auprès d’une exploitation de pêche pour acquérir la pratique du métier.

— 13 —


Paroles d’apprenti Adrien Roulet, apprenti gardien d’animaux au Musée du Léman

Rénovation de l’aquarium des ombles chevaliers, Musée du Léman, 2011.

Pourquoi avez-vous choisi cette formation ? J’ai choisi la profession de gardien d’animaux, car les animaux sont ma passion. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre activité ? J’aime observer les animaux, prendre soin d’eux, les nourrir. Recréer des décors qui évoquent leur milieu naturel me plaît particulièrement. De plus, ce métier nous apprend à connaître beaucoup de choses sur les animaux, particulièrement sur les espèces sauvages et bien entendu sur les poissons de notre lac. Et le moins ? Bien que certaines tâches telles que le nettoyage des installations techniques et des filtres soient répétitives et ingrates, elles sont essentielles au bien-être des animaux. Comment se déroule votre journée de travail en été ? Et en hiver ? Chaque jour commence par une tournée des aquariums. J’observe d’abord les animaux pour m’assurer qu’ils sont en bonne santé, puis je contrôle les installations techniques. Ensuite viennent le nourrissage et tous les travaux d’entretien des filtres, pompes et autres appareils permettant de maintenir les animaux dans les meilleures conditions et heureux « comme un poisson dans l’eau » !

Et toi, est-ce que ce métier pourrait te plaire ? Justifie ta réponse.

— 14 —


Au Musée du Léman, les poissons sont rois ! Le responsable et son apprenti en gardiennage d’animaux sont aux petits soins pour leurs pensionnaires. Depuis 1985, les visiteurs du musée, grands et petits, viennent s’émerveiller devant les carpes, perches, ombles chevaliers, truites, et écrevisses. L’aquarium des ombles chevaliers a récemment bénéficié d’un réaménagement. Ce poisson vivant dans les eaux froides et profondes du Léman a aussi besoin au musée d’une unité de vie adaptée à ses besoins. Qui es-tu ? En observant les poissons du lac, les élèves dessinent leurs silhouettes et caractéristiques. Ils s’entraînent à les reconnaître et à les nommer, lorsqu’ils passent devant leurs camarades. En cas de besoin, le groupe se renseigne auprès des gardiens d’animaux. L’apprenti-e gardien-ne d’animaux choisit entre trois orientations : animaux de compagnie, animaux de laboratoire ou animaux sauvages. Une formation théorique, d’un jour par semaine, et des cours interentreprises complètent la formation pratique de quatre jours dans le lieu de garde. Les élèves se demandent quelles sont les qualités et les exigences de ce métier. Suivant la filière « animaux sauvages », l’apprenti-e du Musée du Léman suit des stages dans les zoos ou parcs animaliers pour compléter sa formation. Cependant, il-elle se spécialise dans les soins aux poissons et sait reconnaître leurs éventuels signes d’anxiété ou de maladie.

— 15 —


Groupe 3 : les métiers scientifiques de l’invention Un groupe d’élèves – un peu plus nombreux – se plonge dans les aventures d’Auguste, Jacques et Bertrand Piccard. Ascension dans la stratosphère, exploration des fonds marins, développement des énergies renouvelables, à chaque fois les Piccard innovent. La visite du musée amène l’élève à se questionner sur son propre projet professionnel en définissant la voie dans laquelle à son tour il-elle aimerait être pionnier-ière.

Maquette à l’échelle du 1/25e du bathyscaphe Trieste, le sous-marin « le plus profond du monde ». Conçu par Auguste Piccard, il permit à son fils Jacques et à Don Walsh, jeune officier de la Navy, d’atteindre – 10 916 mètres dans la faille Challenger, au profond de la Fosse des Mariannes, le 23 janvier 1960.

— 16 —


Un siècle d’innovations et de découvertes. Des scientifiques internationaux désirent se renseigner au musée sur l’histoire des sous-marins d’Auguste et de Jacques Piccard. Pour répondre à leurs questions, les élèves se répartissent la recherche d’informations. Un premier groupe établit une chronologie des inventions de la famille indiquées en bleu sur le tableau noir. Les élèves notent deux à trois autres découvertes qui les interpellent. Navigation sur écrans. Un deuxième groupe se prépare à expliquer les différences entre bathy- et méso-scaphe en cherchant des informations sur les écrans. En observant le modèle du bathyscaphe Trieste, ils dessinent un croquis permettant d’expliquer les principes de montée et de descente de l’engin. Grâce à la reconstitution grandeur nature de la cabine, les élèves se rendent compte de l’espace à disposition et notent quelques informations sur l’équipement intérieur. Ils font la même expérience avec le premier sous-marin touristique du monde, Auguste Piccard, ayant transporté 33 000 passagers lors de l’Exposition nationale de 1964 au fond du Léman. Où se trouve le sous-marin aujourd’hui ? Faire d’une vision une réalité. Jacques Piccard s’est soucié dès 1970 des questions écologiques du Léman. Le petit sous-marin F.-A. Forel, construit pour les lacs, a permis de participer à plusieurs études sur les fonds et les courants du lac. Le projet ELEMO (exploration des eaux lémaniques – www.elemo.ch), coordonné par l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), a pour objectif d’en savoir plus sur l’écosystème complexe du Léman en faisant appel à des scientifiques internationaux. Deux minisubmersibles MIR passent en revue pendant l’été 2011 des sites difficilement accessibles. Le Musée du Léman est partie prenante de cette aventure. « Après des siècles de conquête, l’aventure consiste aujourd’hui à développer qualité de vie, durabilité et respect ». Avec son avion solaire Solar Impulse, Bertrand Piccard tente l’exploit de faire voler un avion jour et nuit sans carburant. Un tour de monde en cinq étapes est prévu en 2014. Qu’en pensent les élèves ?

Groupe 4 : les métiers de la navigation Si j’étais un homme, je serais capitaine Aujourd’hui les temps ont changé, et les métiers de la navigation, traditionnellement réservés aux hommes, s’ouvrent aussi aux femmes. La CGN compte parmi ses équipages plusieurs employées en batellerie, dont le premier métier est peintre, menuisière, serrurière, mécanicienne ou électricienne. Elles participent hors saison, comme tout le personnel navigant, à l’entretien de la flotte au chantier naval. Pour accéder au grade de « Capitaine I » et être aux commandes d’un bateau à vapeur, quelque quinze ans de théorie et de pratique sont requis. Un grand honneur et une grande responsabilité, puisque le-la futur-e capitaine est garant-e de la sécurité des passagers et de l’équipage. A cela s’ajoutent parfois l’assistance aux plaisanciers en détresse et les rappels à l’ordre aux nageurs imprudents.

— 17 —


Tout le personnel de la Compagnie Générale de Navigation sur le lac Léman est régulièrement entraîné aux manœuvres de sauvetage, comme la mise à l’eau du petit canot.

En été : voyage, voyage ! Dans la salle du personnel navigant de la CGN, les élèves visionnent le film La Suisse. Ils notent les quatre métiers évoqués dans le film. A l’aide du dépliant Découvrez nos métiers (mis à disposition), ils nomment les métiers de la navigation qui conduisent au grade de pilote et trouvent le nombre d’années qu’il faut investir pour devenir Capitaine I. Au moyen des échantillons de galons, les élèves s’entraînent à reconnaître les grades. Ils réfléchissent aux exigences de ces métiers selon les saisons. En plus des métiers administratifs essentiels au bon fonctionnement de la compagnie, il faut mentionner les métiers de spécialiste en restauration et de cuisinier-ère. Pendant la haute saison, l’équipe de restauration accueille un grand nombre de clients. LakeGourmet SA est le restaurateur officiel, sauf sur les vapeurs Savoie et Montreux. A ce titre, il assure la restauration sur les lignes régulières ainsi que pour les croisières privées. Permis de navigation Le simulateur de navigation MS TÛRANOR PlanetSolar situé au rez-de-chaussée offre l’occasion unique de passer son permis de navigation à bord d’un multicoque solaire !

— 18 —


Examen réussi ! Plusieurs situations de navigation sont données aux élèves : 1) départ du port de Brest, au coucher de soleil et par mer agitée ; 2) navigation en pleine mer, en plein jour, par mer très agitée et temps tempétueux. Attention au roulis !

Groupe 5 : les métiers manuels Chantier naval et artisans d’art. Dans la salle des artisans d’art de la CGN, les élèves visionnent le film Remise en état du bateau La Suisse, artisans suisses et français et observent les objets exposés autour d’eux. Le film se déroule en deux parties. Les élèves indiquent les différents métiers qui y sont présentés et le lien existant avec les métiers de la navigation. Ils notent au moins deux noms de bateaux à vapeur Belle Epoque dont la marqueterie a été restaurée et quelques noms d’essences de bois utilisées. Est-ce que les élèves s’imaginent exercer cette profession ? Ils justifient leur avis. Du côté de la plaisance. Plus de 16 000 bateaux sont immatriculés sur le Léman. Cette navigation intense n’est possible que grâce aux métiers d’agent-e d’entretien et de constructeur-trice de bateaux. Leurs tâches sont liées à l’alternance des saisons. Pendant l’hiver,

Construction du catamaran à foils Syz & Co, chantier Psaros, Vésenaz.

— 19 —


les travaux de nettoyage et de peinture, les réparations sur bois et matériaux composites ainsi que le service du moteur sont effectués. A l’arrivée du printemps, quand les bateaux sont à nouveau à l’eau, des dépannages sur l’eau peuvent avoir lieu. Raison pour laquelle l’obtention du permis moteur et voile fait partie des exigences de cet apprentissage. Construction navale. Les élèves se demandent en quoi c’est important de préserver le patrimoine naval du Léman. Ils réfléchissent à l’évolution des bateaux et nomment quelques types de voiliers (voir aussi dossier pédagogique n° 16, Du vent et des voiles). Quels sont les nouveaux matériaux utilisés? L’enseignant-e donne quelques pistes sur des métiers voisins tels qu’architecte naval, maquettiste ou maître-voilier ou encore barreur, skipper et journaliste nautique. Les nœuds marins. Nœuds d’amarrage, d’arrêt et d’assemblage : à bord du bateau animation de la salle plaisance, les élèves réalisent quelques nœuds de base. Des cordes et des illustrations des nœuds de chaise et de huit sont à disposition. Le nœud de chaise (amarrage) est fréquemment utilisé par les navigateurs. Il peut se dénouer facilement, même après avoir subi une forte traction, comme par exemple sur un anneau. Le nœud de huit est le nœud d’arrêt par excellence. Il se fait rapidement et se défait sans difficulté. Les élèves tournent une ligne au taquet et en font la démonstration à la classe. Pour terminer, l’équipage n’oublie pas de lover (ranger) correctement les cordages !

— 20 —


Groupe 6 : les métiers de la sécurité et de la santé Paroles de pro Adjudant Claude-Alain Bart, chef de la brigade du lac Léman Formation : apprentissage de mécanicien (CFC), école de gendarmerie durant une année, quinze ans d’activité de gendarmerie. Dès 2000, entrée à la brigade du lac avec les brevets de plongeur trois étoiles et permis de bateaux (voile et moteur). Dès mars 2005, chef de la brigade du lac Léman, à Ouchy (Lausanne).

Démonstration du robot de recherches subaquatiques de la brigade du lac Léman.

Pourquoi avoir choisi ce métier ? Depuis tout petit, j’ai la passion du lac et de l’eau. Mais avant de postuler à la brigade du lac, j’ai préféré parfaire mes connaissances de gendarme du terrain. Je souhaitais également pouvoir aider les citoyens et être utile pour la sécurité publique. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre activité ? Et le moins ? Ce qui me plaît le plus, c’est de côtoyer les gens du lac, la navigation, les contacts avec les usagers, de pouvoir récupérer des personnes en difficulté et de les retrouver lorsqu’elles sont signalées disparues. Mais également de rendre service aux navigateurs. Ce qui me plaît le moins, les levées de corps, mais finalement, on se sent tout de même utile. Comment se déroule votre journée de travail en été ? Et en hiver ? En été, notre patrouille est surtout présente sur le lac, pour les services de permanence sur les interventions lacustres. En hiver, mon activité concerne principalement des tâches administratives et d’entretien, et du service de permanence pour toutes les interventions lacustres. Toute l’année, les mardis, nous avons des entraînements de plongée.

Et toi, est-ce que ce métier pourrait te plaire ? Justifie ta réponse.

— 21 —


Le Léman, plan d’eau à la météorologie complexe, peut se révéler dangereux pour ses usagers. Les navigateurs tiennent compte des prévisions et des avertissements lancés par les météorologues annonçant l’imminence de coups de vent sur le lac. Selon les heures de la journée et de la nuit, les vents du Léman subissent des changements d’orientation et d’intensité. Le Morget, par exemple, brise nocturne, est actif de 17 heures à 8 heures du matin environ. Les vents locaux sont occasionnés par des variations thermiques entre la terre et l’eau.

Carte des principaux vents et brises thermiques du lac Léman.

Les feux tournants. Les avis de tempêtes sont donnés par vingt-deux phares orange répartis sur tout le périmètre du lac. Les élèves relèvent les différences de séquence des feux tournants pour les avis de prudence et de tempête. Ils dessinent le pourtour du lac en indiquant les limites du Petit-Lac, Grand-Lac et HautLac et complètent la carte en notant les noms des principaux ports et de quelques vents du Léman.

— 22 —


La Société internationale de sauvetage du Léman (SISL), active depuis 1885, est composée de 2200 bénévoles œuvrant dans 34 sections autour du lac. Ils assurent aux navigateurs du lac Léman un service de secours 24 heures sur 24 et 365 jours par année.

Les élèves s’imaginent devoir faire appel aux sauveteurs et notent les quatre renseignements essentiels à leur communiquer. En se référant aux photographies présentées dans la salle sauveteurs, ils préparent quelques mimes montrant une intervention de sauvetage. Les élèves envisageraient-ils d’intégrer une société de sauvetage et se verraient-ils participer à un concours sur des canots à rames ? Si oui, pourquoi ?

— 23 —


PRENDRE LE LARGE

1) Debriefing. Les élèves discutent des métiers qu’ils ont découverts et des liens existant entre les domaines d’activités.

Portrait de François-Alphonse Forel par Ernest Bieler, coll. privée, gouache et aquarelle.

— 24 —


2) Pour prolonger la visite, l’enseignant propose un travail de recherche sur FrançoisAlphonse Forel (1841-1912). Ce savant passa toute sa vie à étudier les aspects historiques, physico-chimiques et écologiques du Léman. Il a déterminé la couleur du lac (teinte n° 4 de son échelle) et a effectué en 1898 les premières mesures de sa profondeur. Le Morgien est l’inventeur de la limnologie, la science des lacs. Le centre de documentation du musée, dépositaire de son fonds, peut être consulté sur rendez-vous. 3) Un mini-débat est proposé aux élèves sur la phrase de Bertrand Piccard : « Placer le rêve et l’émotion au cœur de l’aventure scientifique » (source : Solar Impulse HB-SIA, Ed. Favre, décembre 2010). Les élèves comparent les travaux et personnages de la famille Piccard au professeur Tournesol d’Hergé ou au Capitaine Nemo de Jules Verne. Ils réfléchissent au projet PlanetSolar en se basant sur la phrase de Jean Verne : « Merci à mon arrière-grand-père Jules Verne de donner à l’équipe de PlanetSolar l’idée, la volonté, l’audace, l’idéal d’un projet aussi enthousiasmant » (source : site www.planetsolar.org, comité de parrainage). 4) Atelier d’écriture. Les élèves rédigent un texte sur le Léman. L’occasion d’évoquer les nombreux artistes, peintres, musiciens, écrivains, poètes pour lesquels le Léman a été et continue d’être une source d’inspiration. 5) Sciences. Les élèves découvrent d’autres paramètres physico-chimiques des eaux par l’expérience (dosage des nitrates, phosphates et oxygène, pH, etc.). Voir le site www.elemo.ch. 6) Sous-marins. Les élèves dessinent le sous-marin de leur rêve. Des expériences sont expliquées sur le site www.sciences-jeunes.epfl.ch/sousmarins.

— 25 —


LISTE DES MÉTIERS EN LIEN AVEC LE LAC Abréviations : types de formations et de titres AFP : Attestation fédérale de formation professionnelle BF : Brevet fédéral CFC : Certificat fédéral de capacité CGN : Compagnie Générale de Navigation EPF : Ecole polytechnique fédérale ETR : Etranger HES : Haute école supérieure UNI : Université

Personnel navigant – Cuisinier-ère CFC – Employé-e en cuisine AFP – Employé-e en restauration AFP – Moniteur-trice voile/bateau école – Navigateur, skipper, barreur – Personnel navigant CGN – Pilote (Mouettes genevoises, Sagrave) – Plongeur-euse professionnel-le – Spécialiste en restauration CFC

Métiers scientifiques, techniques et de l’invention – Archéologue UNI – Assistant-e météorologue – Biochimiste UNI – Biologiste-hydrobiologiste UNI – Botaniste UNI – Chimiste UNI – Conservateur-trice de musée UNI – Dessinateur-trice génie civil CFC – Géologue UNI – Hydrogéologue UNI – Ingénieur-e civil-e EPF – Ingénieur-e en sciences et technologies du vivant EPF – Ingénieur-e EPF en environnement – Ingénieur-e HES en génie civil – Ingénieur-e HES en gestion de la nature – Laborantin-e CFC – Météorologue – Ornithologue UNI

Métiers manuels – Architecte naval-e – Agent-e d’entretien de bateaux CFC – Constructeur-trice de bateaux CFC – Décorateur-trice d’intérieur CFC – Ebéniste CFC – Installateur-trice–électricien-ne CFC – Maquettiste d’architecture CFC – Menuisier-ière CFC – Maître-voilier Métiers de la santé et de la sécurité – Garde-port – Police de navigation, police du lac, gendarme plongeur, brigade du lac BF – Sapeur-euse-pompier-ière professionnel-le BF – Sauveteur (bénévole)-secouriste – Surveillant-e de plages

Métiers de la nature et de la pêche – Garde-faune BF – Garde-pêche BF – Gardien-ne d’animaux CFC – Pêcheur-euse professionnel-le – Pisciculteur-trice (ETR)

— 26 —


BIBLIOGRAPHIE Bon à savoir La Bibliothèque cantonale et universitaire – Lausanne, Riponne-Palais de Rumine réunit sur la page www.unil.ch/bcu/page75284.html, conçue pour les enseignant-e-s, les références complémentaires et les dossiers pédagogiques Ecole-Musée consacrés aux institutions culturelles de la ville de Nyon.

Pour en savoir plus BERTOLA Carinne, Lémanmaniac, Nyon, Glénat, 2009, 189 p. Inventaire informel d’objets et documents conservés par le Musée du Léman et illustrant quelques pratiques lémaniques.

BORDET Sophie et BILLIOUD Jean-Michel, Incroyables Saventuriers, Montrouge Cedex, Bayard Jeunesse, 2009, 79 p. Tout savoir sur les savants-aventuriers partis explorer le monde embarqués dans des engins extraordinaires.

CIPEL, Bilan Plan d’action 2001-2010 et Plan d’action 2011-2020, Nyon, 2010. La Commission internationale pour la protection des eaux du Léman (CIPEL) contribue à la coordination de la politique de l’eau à l’échelle du bassin versant lémanique.

COMPAGNIE GENERALE DE NAVIGATION (CGN), Découvrez nos métiers. Dépliant de la CGN expliquant les voies de formation Caisse, Timon et Machine.

DECOPPET Maurice, CGN Compagnie générale de Navigation sur le lac Léman, une histoire, La bibliothèque des Arts, 2008, 127 p. Histoire de la CGN et présentation de sa flotte, richement illustré de photos couleurs, textes en français et en anglais.

PICCARD Bertrand, Solar Impulse HB-SIA, Lausanne, Favre, 2010, 174 p. Cet album raconte en images le projet aéronautique de Solar Impulse, un avion qui a pu voler toute une nuit uniquement à l’énergie solaire.

RUBIN Jean-François et SCHWARTZ Arnaud, A la conquête du ciel et des abysses, Auguste, Jacques et Bertrand Piccard, Gallimard Loisirs, 2009, 187 p. La famille Piccard génétiquement vouée aux exploits les plus fous, des plus hautes altitudes atmosphériques aux profondeurs abyssales.

SCHOPFER Bernard, La formidable saga des multicoques du lac Léman – D’Altaïr à Alinghi, Lausanne, Favre, 2009, 152 p. L’épopée des multicoques est retracée et invite à découvrir les personnalités qui l’ont motivée à travers de nombreux portraits.

WEBOGRAPHIE www.museeduleman.ch Sur le site officiel du musée, on trouve toutes les informations utiles pour l’organisation de visites, d’animations et de manifestations ainsi que les compléments (fiches, références) à ce dossier pédagogique. Présentation générale sur les expositions permanentes et temporaires du Musée du Léman.

www.orientation.ch Le portail suisse de l’orientation scolaire et professionnelle.

www.cipel.org Le site de la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman.

www.sciences-jeunes.epfl.ch. Pour éveiller l’intérêt des jeunes pour les sciences.

www.elemo.ch Le site du projet « Exploration des eaux lémaniques ». Plusieurs supports de cours comprenant une brochure sur le projet et des fiches pédagogiques illustrent les programmes d’enseignement des classes VSO, VSG et VSB (sous-marins, micropolluants, respiration du lac, etc.).

— 27 —


© Ecole-Musée / Canton de Vaud

DÉpartement de la formation, de la jeunesse et de la culture – Service des affaires culturelles Coordination Contenu et rédaction Collaboration Validation pédagogique

Ana Vulic Caroline Demierre Burri, sociologue, guide au Musée du Léman Marianne Chevassus, conservatrice-adjointe, Musée du Léman Carinne Bertola, conservatrice, Musée du Léman Charles-Etienne Vullioud, professeur formateur HEP Lausanne

Lors de sa conception, ce dossier a été testé avec la classe du professeur Wolf Ryser de la 7VS0/02 2010/2011 de l’Etablissement secondaire de Nyon RocheCombe.

Relecture Mise en forme Impression

l’atelier textes – Corinne Chuard atelier anaho – Anne Hogge Duc Centre d’édition de la Centrale d’achats de l’Etat de Vaud (CADEV)

Sources et copyrights des illustrations ainsi que crédits photographiques

Remerciements à

Couverture : © Musée du Léman, Nyon. Photographie : Mathieu Lavanchy ; p. 5 : © Musée du Léman, Nyon ; p. 7 : © Plonk&Replonk ; p. 11 : © Musée du Léman, Nyon. Photographie : Robert Barradi ; pp. 12, 21 : Droits réservés ; p. 13 : © Musée du Léman, Nyon. Photographie : R. Huysecom ; p. 14 : © Musée du Léman, Nyon ; p. 16 : © Musée du Léman, Nyon. Photographie : Rémy Gindroz ; p. 18 : © Musée du Léman, Nyon. Photographie : Carinne Bertola ; p. 19 : © Loris von Siebenthal/My Image ; p. 22 : © Musée du Léman, Nyon. Illustration : R. Gottschall, Lausanne, 1967 ; p. 23 : © Musée du Léman, Nyon. Photographie : Atelier Citron ; p. 24 : © Musée du Léman, Nyon. Photographie : A. Moccia Claude-Alain Bart, Adjudant, chef de la brigade du lac Léman Aline Blaser, ingénieure environnement, Commune de Nyon Olivier Bœhm, ébénisterie Maurice Jaques Anne Bussy, chargée de communication, CIPEL Olivier Chenaux, premier capitaine, CGN Philippe Durr, chantier naval Versoix Samuel Gunthardt, directeur, LakeGourmet André Hungerbühler, chef centre OSP-Ouest, Canton de Vaud Judith Jahiel, responsable d’accueil, Musée du Léman Maurice Jaques, ébénisterie Maurice Jaques Patrick Jordan, directeur Ressources humaines, CGN Jean-Philippe Mayerat, chantier naval Rolle François Menthonnex, Travaux, Commune de Nyon Cédric Perret-Gentil, responsable aquarium, Musée du Léman François Rapin, secrétaire général, CIPEL Sébastien Rojard, garde-pêche, Canton de Vaud Adrien Roulet, apprenti gardien d’animaux, Musée du Léman Jean- Michel Zellweger, ingénieur, SESA, Canton de Vaud Wolf Ryser et à ses élèves de la classe 7VS0/02 2010/2011

Le présent dossier pédagogique est téléchargeable sur www.ecole-musee.vd.ch et museeduleman.ch. Couverture

© Musée du Léman, Nyon. Photographie : Mathieu Lavanchy

— 28 —


numÉros disponibles COLLECTION • éCOLE - MUSéE 2005

1 2

Eau et vie dans le Léman, Musée du Léman, Nyon Des jeux et des hommes. Aspects didactiques, historiques et culturels des jeux de société, Musée suisse du jeu, La Tour-de-Peilz (2e version revue et corrigée  : 2008)

2006

3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Du baiser au bébé, Fondation Claude Verdan – Musée de la main, Lausanne Flore sauvage dans la ville, Musée et jardins botaniques cantonaux, Lausanne Baselitz. La peinture dans tous les sens, Fondation de l’Hermitage, Lausanne Créations hors du commun, Collection de l’Art Brut, Lausanne Feuille, caillou, ciseaux. A la découverte des matériaux, Espace des inventions, Lausanne Des Alpes au Léman. Images de la préhistoire, Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne Charles Gleyre (1806-1874). Le génie de l’invention, Musée cantonal des beaux-arts / Lausanne Le bel ambitieux. A la découverte du Palais de Rumine, Palais de Rumine, Lausanne Des Celtes aux Burgondes, Musée d’Yverdon et région, Yverdon-les-Bains Le chemin de Ti’Grain. Une histoire socio-culturelle, Maison du blé et du pain, Echallens

2007

13 14 15 16 17 18 19 20 21

Les cailloux racontent leur histoire, Musée cantonal de géologie, Lausanne Paris-Lausanne-Paris 39-45. Les intellectuels entre la France et la Suisse, Musée historique de Lausanne L’art du verre contemporain. Reflets d’une collection et d’un catalogue, mudac – Musée de design et d’arts appliqués contemporains, Lausanne Du vent et des voiles, Musée Olympique, Lausanne (en français / in English / auf Deutsch) Denis Savary, Musée Jenisch Vevey Les coulisses de l’histoire vaudoise, Archives cantonales vaudoises, Chavannes-près-Renens Les milieux extrêmes font leur cinéma, Ciné du musée : Musée d’archéologie et d’histoire, Musée et jardins botaniques, Musée de géologie, Musée de zoologie Splendeurs ignorées, Vivarium de Lausanne De la fragile porcelaine à la geôle oppressante. Un itinéraire contrasté, Château de Nyon – Musée historique et des porcelaines, Nyon

2008 22 23 24 25 26 27 28

La bibliothèque facile. Clés pour la recherche d’informations, Bibliothèque cantonale et universitaire de la Riponne, Lausanne Une journée au XIXe siècle dans la région de Montreux..., Musée de Montreux Avenches la romaine, Musée romain, Avenches (en français / auf Deutsch) Steinlen. L’œil de la rue, Musée cantonal des beaux-arts / Lausanne A l’abri des murailles. La vie d’un château à l’époque savoyarde, Château de Chillon, Chillon-Veytaux (en français / auf Deutsch) Au fil du temps. Le jeu de l’âge, Fondation Claude Verdan – Musée de la main, Lausanne Le pactole du passé, Musée monétaire cantonal, Lausanne

2009 29 30 31 32 33 34 35

Aventure, exploration, connaissance, Espace Jules Verne – Maison d’Ailleurs, Yverdon-les-Bains Le sel. De la mine à l’assiette, Mines de sel de Bex Oh my God! Darwin et l’évolution, Musées cantonaux de botanique, géologie et zoologie, Lausanne Du fer au rail. L’épopée jurassienne d’une aventure industrielle, Musée du fer et du chemin de fer, Vallorbe Liberté, férocité, frugalité. Faits, mythes et clichés suisses à travers les siècles, Musée national suisse – Château de Prangins Les automates, un rêve mécanique au fil des siècles, CIMA – Musée de boîtes à musiques et d’automates, Sainte-Croix Moudon, entre ville et campagne, Musée du Vieux-Moudon, Moudon

2010 36 37 38 39

Ça s’est passé près de chez vous…Préhistoire en terre vaudoise, Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne Défendre la frontière (1939-1945). La vie du fortin le 10 mai 1940, Fortification Villa Rose, Gland Faire la voie, Chemin de fer-musée Blonay-Chamby Le cheval, la plus noble conquête de l’homme ?, Musée du cheval, La Sarraz

2011

Peau, Fondation Claude Verdan - Musée de la main, Lausanne Les gens du Léman, Musée du Léman, Nyon

40 41

Collection dp • Hors-série 1

Ciel mes rayons ! Entre art et sciences – Voyage au pays des radiations, Haute école cantonale vaudoise de la santé, Lausanne ; Fondation Claude Verdan – Musée de la main, Lausanne


Les dossiers pĂŠdagogiques (dp) sont produits par le Service des affaires culturelles (SERAC), DĂŠpartement de la formation, de la jeunesse et de la culture du Canton de Vaud (DFJC).


Les gens du Léman  

Musée du Léman, Nyon

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you