Issuu on Google+

Le canton de Vaud 2011

4e canton suisse par sa superficie, 3e en termes de population, le canton de Vaud accueille aujourd’hui des entreprises florissantes et des hautes écoles de renommée internationale qui contribuent à son rayonnement.

avec 4 nouvelles excursions à la découverte du canton >


Une terre, ses origines Alpes

Plateau

Jura

La fermeture d’un océan puis la collision de plaques continentales provoquent le début de la formation des Alpes. Dans la partie vaudoise, elles culminent aujourd’hui aux Diablerets, à 3209 mètres.

Les matériaux arrachés par l’érosion durant l’édification des Alpes s’accumulent dans des bassins de part et d’autre du massif qu’ils finissent par combler. Composés d’argiles, de sables et de galets, ces dépôts portent le nom de molasse et constituent la roche principale du Plateau.

Le Jura est le dernier relief alpin à se former. Une poussée géologique tardive soulève les roches calcaires dont il est constitué en majorité. La partie vaudoise est l’une des plus plissées et élevées de l’arc jurassien.

–45 à –35 millions d’années (Ma)

–30 à –20 Ma

–10 à –5 Ma

Un canton nommé forêt © Etat de Vaud, Service des forêts, de la faune et de la nature (SFFN).

Le canton de Vaud serait le « Pays des forêts », du franco-provençal Vôd et de l’alle­ mand Wald ou Waadt, signifiant « forêt ». Légen­daire ou historique, cette étymologie souligne l’attachement immémorial du canton à ses zones boisées. Les forêts vaudoises d’aujourd’hui sont plus naturelles et diversifiées que celles d’il y a un siècle. Les coupes de bois demeurent la prin­cipale activité sylvicole. Elles sont motivées aussi bien pour approvisionner l’économie en bois que pour garantir à long terme les effets protecteurs des forêts de montagne ou constituer des biotopes intéressants. Protégées par une législation sévère, les forêts sont les lieux par excellence où s’appliquent, au quotidien et de manière concrète et équilibrée les principes économiques, écologiques et sociaux du développement durable.

2011 Année internationales de la forêt (UNESCO) L’occasion de rappeler les fonctions essentielles de la forêt, qui produit du bois, protège contre les dangers naturels, structure le paysage, accueille le public et préserve de grands espaces naturels. www.vd.ch/forets


Les premiers événements avant notre ère Âge de glace

Préhistoire

Antiquité

Le canton est presque entièrement recouvert de glaciers. Ils apportent la touche finale au paysage, en créant ses lacs, en aiguisant ses montagnes et en abandonnant d’importants amas de roches : la moraine.

Une fois les glaciers retirés, le territoire est occupé par le chasseur du Paléolithique. Vers 5500 av. J.- C., il se sédentarise au bord des lacs, puis maîtrise les techniques de la métallurgie vers 2000 av. J.-C., avant d’amorcer les premiers défrichements.

En 58 av. J.-C., César empêche la migration des Helvètes vers la Gaule et les soumet à Rome. Avenches devient la capitale de l’Helvétie et la région tout entière prospère : nouvelles techniques de construction (maçonnerie), introduction du latin et essor des échanges commerciaux.

13 500 av. J.-C.

58 av. J.-C.

18 000 av. J.-C.

La clairière où resurgissent les géants vieux de 6000 ans Le lac les avait engloutis ; la correction des eaux du Jura les a révélés en 1878. Cent ans plus tard, ils ont été dégagés. Et en 1986, les 45 menhirs du site de Clendy ont été redressés sur leurs emplacements d’origine.

Unique en Suisse, l’alignement d’Yverdonles-Bains rappelle celui de Carnac, en Bretagne. Impressionnant dans sa clairière, le site était à l’origine visible loin à la ronde. Il s’agissait probablement d’un lieu de rassemblement socio-religieux, où les menhirs figuraient des dieux, des héros ou des ancêtres.

© Rémy Gindroz

Hauts de 35 cm à 4,5 m, ces blocs erratiques charriés par le glacier du Rhône ont été taillés entre 4500 et 4000 av. J.-C. Ils se répartissent en quatre groupes, sur un plan ovale, marqué par deux alignement principaux. Les plus lourds – 5 tonnes – sont comparables aux statues du Néolithique méditerranéen.

En 1986, les menhirs jadis engloutis par le lac de Neuchâtel ont retrouvé leur emplacement d’origine Site accessible à longueur d’année. Visite guidée auprès de l’Office du tourisme d’Yverdon-lesBains : +41 24 423 61 01. www.yverdonlesbainsregion.ch


Du premier millénaire au Moyen-Âge Invasions

Moyen Âge

Régime bernois

Au Ve siècle, le Pays de Vaud se peuple d’envahisseurs burgondes qui s’intègrent pacifiquement aux Helvètes. Puis il passe pour cinq siècles sous la domination des rois francs, dont 150 ans au sein du Royaume de Bourgogne où il jouit d’une large autonomie.

Au tournant du millénaire, le comitatus waldensis (comté de Vaud) est cédé à l’évêque de Lausanne. La Patria vuaudi prendra la forme d’un petit Etat au cours du XIIIe siècle sous l’égide des comtes de Savoie, avec Moudon pour capitale. L’Evêché de Lausanne n’en fait pas partie.

Les Vaudois sont du côté des vaincus lors des guerres de Bourgogne (1475-1476). En 1536, leur pays est conquis par les Bernois, qui les gouverneront pendant 262 ans. A la suite d’une dispute théologique, L’Eglise passe à la Ré­for­ me. La tutelle bernoise met le canton à l’abri des guerres européennes.

IVe-Xe siècle

Xe-XVIe siècle

1536

Le château de Chillon, une forteresse baignée par le Léman

La plus ancienne mention écrite du château date de 1150 ; on y apprend que la famille de Savoie contrôle le passage le long du Léman. Plus grand château relevant du domaine savoyard, c’est alors un centre admi­nistratif et financier de première importance. Devenu bien national à la Révolution vaudoise, le château échoit en héritage au jeune canton de Vaud, en 1803.

©  Fondation du château de Chillon

Le château de Chillon et le paysage qui lui sert d’écrin réunissent les composantes chères à l’esthétique romantique : une sil­ houette pittoresque, de vieux murs témoins d’un passé terrible et un cadre sublime de montagnes. Ils fascinent écrivains, peintres et visiteurs. Lord Byron imaginait le prisonnier Bonivard, se lamentant sur « la double barrière de la pierre et des flots (qui faisait de son) cachot une tombe vivante. »

Le château de Chillon, monument le plus visité de Suisse Ouvert toute l’année, excepté les 1er janvier et 25 décembre. Horaires et tarifs sur le site internet. www.chillon.ch www.patrimoine.vd.ch/chateau-de-chillon


La création du canton Révolution

Souveraineté

1re Constitution

Le 24 janvier 1798 est proclamée à Lausanne l’indépendance vaudoise. Les Bernois s’en vont par crainte de l’armée de Bonaparte, qui a placé le Pays de Vaud sous sa protection. Le « Canton du Léman » est alors intégré à l’éphémère République helvétique.

L’Acte de médiation de Bonaparte, le 19 février 1803, crée dans la Confédération helvétique un Canton de Vaud égal aux autres, et lui donne une Constitution républicaine. La première session du Grand Conseil se tient à Lausanne le 14 avril, qui est la seconde date patriotique des Vaudois.

La Constitution de 1803 subira, dans le Canton de Vaud, une série de révisions parallèles à celle des autres cantons. Le suffrage universel y fait son apparition en 1831. Les Vaudois, premiers en Suisse, accordent le droit de vote aux femmes sur le plan cantonal en 1959.

1798

1803

XIXe-XXe siècle

500e anniversaire de la naissance de Pierre Viret, Réformateur

Il sillonne le Pays de Vaud et participe à la Dispute de Lausanne, en 1536. Voulue par leurs Excellences de Berne, cette rencontre met en opposition des théologiens catho­li­ ques et les Réformateurs Farel, Viret et Calvin. Elle ouvre la voie à la Réforme en terre vaudoise. Viret enseigne ensuite à l’Académie de Lausanne, fondée par les Bernois. Opposé aux autorités bernoises, il s’exile à Genève, dont il reçoit la bourgeoisie en 1559. Victime d’une tentative d’assassinat, il part pour le sud de la France où il meurt en 1571.

Photo : Balade à travers Orbe et son passé, www.randonature.ch/9

Enfant d’Orbe, Pierre Viret est le seul réfor­ ma­teur d’origine romande. A l’ado­lescence, il part étudier à Paris, où il découvre les idées de la Réforme. A son retour, il est encouragé par le fougueux Guil­laume Farel à devenir pasteur. Il prêche pour la première fois à Orbe en 1531, à l’âge de vingt ans.

Le buste de Pierre Viret dans le temple d’Orbe, ville qui a vu naître le Réformateur il y a 500 ans Des mani­festa­tions sont organisées toute l’année à travers le canton pour célébrer le Réformateur. www.pierreviret.ch   www.vd.ch/pierre-viret www.pierreviret-500-anniversaire.ch


Le canton aujourd’ hui Les forces politiques

x: 2 9

icau

24

Le Conseil d’ Etat actuel, élu au printemps 2007, So a la même composition que celui de la légiscia lis tes lature précédente, soit : un libéral, un UDC, :3 8 deux radicaux, deux socialistes et un Vert. 5 Les prochaines élections générales auront A gauche toute ! lieu en 2012.

Rad

s:

rt Ve

Depuis 1946, les forces politiques du canton sont réparties entre une majorité de centre droit et une minorité de gauche associée au gouvernement. Le centre droit regroupe les partis libéral, UDC et radical, avec quatre petites formations rassemblées sous le nom d’ « Alliance du Centre ». La gauche comprend le parti socialiste et A gauche toute ! ; elle est généralement alliée aux Verts. Cette répartition se reflète dans la composition 9 du Grand Conseil (graphique ci-contre). 6

:2

C UD

19 aux :

Libér

Alliance du Centre

(4 PDC, 3 Verts libéraux, 1 UDF et 1 Riviera libre)

La nouvelle Constitution Une nouvelle Constitution est entrée en vigueur le 14 avril 2003, soit 200 ans, jour pour jour, après la création du Canton. Elle est l’ œuvre d’une Assemblée constituante, qui a siégé de 1999 à 2002. Les autorités cantonales ont voulu cette révision totale pour renouveler le Canton en lui donnant une charte fondamentale plus claire et plus dynamique. La nouvelle Constitution a été adoptée par le peuple vaudois le 22 septembre 2002. Sans être révolutionnaire, elle introduit quelques nouveautés originales, aussi bien par rapport à l’ancienne constitution que par rapport aux constitutions des autres cantons. Conformément à la Constitution, le Conseil d’ Etat a publié un Programme de législature et une planification financière pour les années 2007-2012.

Nouveautés de la Constitution de 2003 • le nombre des députés au Grand Conseil est ramené de 180 à 150 • la durée de la législature passe de quatre à cinq ans • le Conseil d’Etat a à sa tête un président élu par ses pairs pour toute la durée de la législature, contrairement à l’ancien usage où le président changeait chaque année • une Cour des comptes a été instituée, formée de cinq magistrats élus par le Grand Conseil • les ressortissants étrangers établis dans le canton ont les droits de vote et d’éligibilité sur le plan communal • un nouveau découpage territorial ramène le nombre des districts de dix-neuf à dix • l’Eglise réformée perd son statut d’église nationale et devient une institution de droit public à égalité avec l’église catholique

www.vd.ch/constitution www.vd.ch/prog-leg


Quelques atouts du canton la formation

Avec une université renommée, dont la création remonte à 1537, la deuxième école polytechnique du pays (EPFL) et plus d’ une dizaine de hautes écoles supérieures (HES) dans des domaines aussi variés que l’ ingénierie, la santé, la pédagogie, le design, les arts ou encore l’ hôtellerie, le canton de Vaud est l’ un des principaux lieux de formation du pays. www.unil.ch www.epfl.ch www.vd.ch/enseignement-superieur

la population

Le canton de Vaud compte aujourd’ hui parmi les plus peuplés de Suisse : plus de 700 000 habitants, dont 30 % d’étrangers ; il arrive ainsi en 3e  position, après Berne et Zurich. Sa population, essentiellement urbaine, se concentre principalement sur l’arc lémanique et dans le Nord vaudois. www.vd.ch/scris

la santé

Le canton bénéficie d’ un dense réseau d’ établissements médico-sociaux (EMS) et d’ hôpitaux régionaux, complété par un excellent système de soins à domicile. D’ envergure européenne, le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) développe des partenariats dans la recherche avec des entreprises du domaine biomédical, renforçant le dynamisme économique du canton. www.vd.ch/soins

le sport

Siège du Comité international olympique (CIO) depuis 1915, Lausanne est devenue officiellement la capitale olympique en 1994. Le canton abrite également le Musée olympique, 22 fédérations et 19 organismes internationaux liés au sport. www.vd.ch/sport-international www.olympic.org

le tourisme

De la douceur des rives lacustres aux neiges éternelles du sommet des Diablerets, des forêts jurassiennes aux pistes cyclables de la campagne vaudoise, sans compter un patrimoine de plusieurs milliers d’années, l’ offre touristique vaudoise est sans conteste l’ une des plus variées de Suisse. www.region-du-leman.ch

l’offre culturelle

Le canton réunit plus de 80 musées cantonaux, communaux ou privés, consacrés aux beaux-arts, aux sciences naturelles, à la technique, à l’ histoire suisse ou régionale, ou encore à des thématiques aussi diverses que le jeu ou l’ alimentation. Siège de la Cinémathèque suisse, Lausanne propose une programmation originale de chefs-d’ œuvre du 7e art. La ville doit encore sa renommée à son concours international de danse et au Béjart Ballet. www.musees-vd.ch www.cinematheque.ch www.bejart.ch


Les autorités vaudoises L’exécutif

François Marthaler ---> Vert ---> chef du Département des infrastructures Jean-Claude Mermoud ---> UDC ---> chef du Département de l’économie Anne-Catherine Lyon ---> Socialiste ---> cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Pascal Broulis ---> Radical ---> président, chef du Département des finances et des relations extérieures Jacqueline de Quattro ---> Radicale ---> cheffe du Département de la sécurité et de l’environnement Pierre-Yves Maillard ---> Socialiste ---> chef du Département de la santé et de l’action sociale Philipe Leuba ---> Libéral ---> chef du Département de l’intérieur

Le pouvoir exécutif est exercé par le Conseil d’Etat, gouvernement de sept membres élus par le peuple (prochaines élections cantonales : 2012). Chaque conseillère ou conseiller d’Etat est également chef-fe d’un département.

Le Législatif Le pouvoir législatif est exercé par le Grand Conseil, parlement composé de 150 députées et députés, élus au scrutin proportionnel. Les arrondissements électoraux correspondent aux districts, en sorte que toutes les régions du canton soient représentées. Le parlement sera renouvelé lors des élections cantonales de 2012.

Le Judiciaire Les autorités et offices rattachés à l’Ordre judiciaire sont le Tribunal cantonal, les tribunaux d’arrondissement, le Tribunal des mineurs, le Tribunal des baux, le Tribunal des mesures de contrainte et d’application des peines, les justices de paix, les offices des poursuites, les offices des faillites et l’Office cantonal du registre du commerce. www.vd.ch/fr/autorites    www.vd.ch/ce    www.vd.ch/gc    www.vd.ch/ojv


Les départements DSE Département de la sécurité et de l’ environnement Responsable de la sécurité des personnes et des biens ainsi que de la protection de l’ environnement et de la promotion de l’ égalité. Dossiers 2011 : réforme de la police ; développement des énergies renouvelables ; modernisation de la politique forestière.

DFJC Département de la formation, de la jeunesse et de la culture En charge de la formation de près de 130 000 enfants, jeunes et adultes, le DFJC est en outre responsable de la politique culturelle du Canton. Dossiers 2011 : nouveau Musée cantonal des beaux-arts ; lois sur l’enseignement obligatoire et sur les écoles de musique ; politique de promotion et d’encouragement de la culture.

DINT Département de l’ intérieur Le département chapeaute notamment les services pénitentiaire, de la population, des communes et le service juridique et législatif. Dossiers 2011 : réformes au Service pénitentiaire ; finalisation sur le terrain de la réforme CODEX ; fusions de communes ; dossier de l’asile ; réforme des tutelles à l’Office du tuteur général (OTG).

DSAS Département de la santé et de l’ action sociale Responsable de la politique sanitaire et de l’aide aux personnes en difficulté (assurances et aides sociales). Dossiers 2011 : poursuite stratégie cantonale de lutte contre la pauvreté ; travaux préparatoires pour la mise en œuvre du revenu déterminant unifié ; planification et financement des établissements sanitaires d’intérêt public.

DEC Département de l’ économie Responsable de la politique économique (promotion, agriculture, viticulture, logement et police du commerce), de l’emploi, de l’aménagement du territoire et du sport. Dossiers 2011 : lutte contre le chômage ; soutiens renforcés à la production de logements ; application de la nouvelle loi sur l’agriculture.

DINF Département des infrastructures En charge de la gestion de plus de la moitié des investissements de l’ Etat : routes, transports publics, bâtiments et informatique. Dossiers 2011 : route transchablaisienne ; tram t1 Renens-Flon ; mise en oeuvre de la stratégie immobilière ; guichet électronique unique ; assainissement de la CGN.

DFIRE Département des finances et des relations extérieures Département transversal, dirigé par le président du Conseil d’ Etat, en charge des finances, du personnel, de la statistique, des affaires extérieures et de la Chancellerie. Dossiers 2011 : affirmer la présence du canton sur la scène fédérale et renforcer la collaboration intercantonale. www.vd.ch/departements


Les comptes de l’ Etat Des finances saines pour une économie dynamique Les charges totales de l’Etat de Vaud s’élèvent à 8113,4 millions de francs aux comptes 2010. Les revenus atteignent 8415 millions, d’où un excédent de 301,6 millions. Le Canton a ainsi connu son sixième exercice positif, après quinze années de déficits. La dette a passé au-dessous de la barre des deux milliards de francs. La bonne la santé financière du Canton favorise le dynamisme de l’économie vaudoise, qui a bien résisté à la dernière crise économique et dont les résultats ont permis d’éviter la chute des rentrées fiscales que prévoyait le budget 2010. La Constitution cantonale de 2003 oblige les autorités à équilibrer leur budget. Elles ont pu respecter cette contrainte depuis 2005, au prix d’un vaste effort d’assainissement lancé lors de la législature précédente (2002-2007) et poursuivi pendant la législature ­actuelle (2007-2012). Cet effort a porté principalement sur la maîtrise des charges. Il a abouti en 2009 à la disparition d’un découvert qui grevait son bilan financier depuis 19 ans et qui dépassait les quatre milliards en 2002. Le retour à l’équilibre financier permet aux autorités cantonales de financer les projets du Programme de législature, notamment en matière d’intégration sociale, de politique de la jeunesse et de développement durable. En 2010, les investissements directs du Canton ont atteint le montant record de 304 millions.

Millions de francs

Finances du Canton de Vaud 1990-2010

500 400

+370

Comptes

300

+302

+267

Budget

200 100

+6

0 -100 -200 -300

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2002

2001

2000

1999

1998

1997

1996

1995

1994

1993

1992

1991

1990

www.vd.ch/finances-publiques

2004

-385

-420

-500

2003

-400


La promotion économique Au service des milieux économiques La promotion économique a pour objectif de faciliter tout projet de création ou de développement d’entreprise dans le canton. Ses prestations, destinées principalement aux PME et start-up vaudoises (promotion économique endogène), sont gratuites et diverses : renseignements et conseils, accompagnement dans les démarches administratives, aide à la recherche de terrains et de locaux, mise en relation avec des partenaires financiers, industriels et technologiques, octroi d’aides financières (prêts garantis par l’Etat, prise en charge des intérêts bancaires, subventions pour des projets innovants et pour la formation du personnel) et de mesures fiscales incitatives. La promotion économique a également pour vocation de valoriser la place économique vaudoise auprès des milieux économiques à l’étranger afin d’attirer de nouvelles entreprises dans le canton (promotion économique exogène). Ainsi, un nombre croissant de sociétés multinationales choisissent le Canton de Vaud pour y développer leurs activités.

Elles ont choisi le canton de Vaud

© Stephan Engler

Entreprises présentes dans le Canton de Vaud • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Beckman Coulter Bobst Cisco Eaton General Mills Ferring Pharmaceuticals Kudelski Logitech Marvell Technology Medtronic Merck Serono Nestlé / Nespresso Nissan Nokia Research Center Schott Guinchard Siemens Yahoo! …

CPW (Cereal Partners Worldwide) Les deux géants de l’industrie agroalimentaire, Nestlé et General Mills, ont inauguré début 2011 leur nouveau centre de recherche et développement dans le domaine des céréales sur le site de Nestlé à Orbe. L’investissement initial dépasse les 47 millions de francs et le centre emploie déjà plus de 80 personnes. Il constitue ainsi un pôle mondial de compétence dans ce domaine et contribue largement à dynamiser le développement économique du Nord vaudois. La concrétisation de ce projet est le fruit d’une étroite collaboration avec la promotion économique du Canton de Vaud et la Commune d’Orbe. www.vaud.ch


Quelques chiffres Superficie : 321 205 hectares, 4e canton suisse, 7,8 % du territoire national Surfaces d’habitat et d’infrastructure : 9,3 % Surfaces agricoles : 42,4 % Surfaces boisées : 32,1 % Surfaces lacustres : 12,1 % (lac Léman, lac de Neuchâtel, lac de Morat, lac de Joux) Surfaces improductives : 4 % (autres lacs, rivières, glaciers, névés, surfaces sans végétation, végétation improductive) Point culminant : les Diablerets, 3209 mètres Point le plus bas : le lac Léman, 372 mètres Capitale : Lausanne, 4e ville suisse Communes : 375, dont 12 de plus de 10 000 habitants Districts : 10 Frontières : 750 kilomètres, dont 146 avec la France Plus petite commune : Rivaz (32 hectares) Plus grande commune : Château-d’Œx (11 376 hectares) Commune la plus peuplée : Lausanne (125 546 habitants) Commune la moins peuplée : Vaugondry (36 habitants) Population : 708 000 habitants (mars 2011) Accroissement 2008 : 1,9 % Densité : 247 habitants par km2 (sans les lacs) Population étrangère : 30,1 % Emplois en 2008 : 339 935 Secteur primaire : 14 187 (4,2 %) Secteur secondaire : 66 132 (19,45 %) Secteur tertiaire : 259 616 (76,37 %)

la

c

d

e

n

eu

c

h

â

te

l La

c

de

M

or

at

Jura – Nord Vaudois Broye –

la

c

d

e

Jo

u

Vully

x

Gros-de-Vaud Morges

Lausanne Lavaux – Oron Ouest Lausannois

Nyon lac

léman

Riviera – Pays-d’Enhaut

Aigle

Sources : Office fédéral de la statistique (OFS), Statistique suisse de la superficie, données 2004-2005. OFS, Recensement fédéral des entreprises, 2008, (état des données au 29 mars 2010) www.vd.ch/scris

Avril 2011 ; conception et réalisation : www.vd.ch/bic


Le canton de Vaud 2011