Page 11

André Paillé, inspecteur

« Au début des années 1980,

nous étions perçus comme des policiers, rappelle André Paillé, ingénieur et inspecteur de la CSST dans Lanaudière depuis un quart de siècle. Les plus démunis nous voyaient cependant d’un bon œil ; ils avaient besoin de notre aide. » Aujourd’hui, l’inspecteur de la CSST, outre examiner des milieux de travail et enquêter sur des accidents, four‑ nit plutôt de l’aide et du soutien aux employeurs et aux travailleurs. «  Les mentalités ont changé et comme organisation nous avons changé aussi », précise celui qui a été inspecteur dans les domaines des hôpitaux, des centres d’accueil, de l’ébénisterie, de la vitrerie, de la fonderie, et chez des fabricants d’objets en plastique, en caoutchouc et d’appareils électriques. Il connaît toutes les facettes du métier, qu’il transmet d’ailleurs à la jeune géné‑ ration en parrainant les nouveaux inspecteurs ; il a ainsi contribué à en former 15 depuis 1997. Monsieur Paillé, qui garde la flamme pour son travail, estime qu’il faut de l’autorité, de la cohérence, de la clarté, du respect, de l’écoute, de la courtoisie, de la souplesse, de l’équité et de la neutralité pour faire ce travail. « Il faut être à l’aise aussi bien avec des ouvriers qu’avec des ingénieurs chevronnés  », dit-il. Les jeunes inspecteurs ont au‑ jourd’hui la chance de recevoir une formation exhaustive qui dure six  mois, à l’inverse de celle des collègues de sa génération, qui n’avaient qu’une journée où on leur faisait part des dispositions de la Loi sur la santé et la sécurité du travail, et qu’on envoyait dès le lendemain sur le terrain accompagner un inspecteur expérimenté ! Ceux d’aujourd’hui sont donc mieux outillés pour intervenir dans un monde plus complexe. André Paillé adore apprendre et son travail d’inspecteur le comble puisque technologies, machines et ressources humaines qui les font fonctionner ne cessent d’évoluer. Pour lui, les jeunes

inspecteurs devront s’adapter à des réalités qui changent aujourd’hui très vite. En contrepartie, ils peuvent s’appuyer sur une documentation exhaustive qui n’existait pas naguère. Avec ses visites dans les milieux de travail et ses conseils éclairés, l’inspecteur sauve des vies… et des membres. Jugeant que 30 amputations par année dans les ateliers d’ébénisterie de son secteur, ça suffisait, André Paillé a bâti au début des années 2000 un ambitieux programme pour informer les 160  employeurs de sa région de la nécessité de mettre des protecteurs sur leurs machines. «  À l’époque, il y avait sur le marché deux ou trois types de gardes

aide à analyser leurs besoins, quitte à faire modifier leurs machines dès le départ, ce qui revient moins coûteux que de payer des indemnités durant des années aux travailleurs blessés. André Paillé aime bien jouer ce rôle de conseiller, répondre aux demandes d’assistance, prendre appui sur d’autres experts qui l’épaulent dans la recherche de solutions.

Photo : iStockphoto

Par Guy Sabourin

Photo : Chantal Beaudoin, CSST

Sauver des vies... et des membres

Aujourd’hui, l’inspecteur de la CSST, outre examiner des milieux de travail et enquêter sur des accidents, fournit plutôt de l’aide et du soutien aux employeurs et aux travailleurs. pour les machines, alors qu’aujourd’hui on en compte une grande variété (entre 30 et 40) possédant chacun leurs caractéristiques », précise-t-il. Résultat de son programme : dix  amputations en 2003 et une seule en 2005. Beaucoup d’employeurs l’ont appelé pour qu’il les conseille pour choisir le bon matériel de protection. Aujourd’hui encore, il les

Beaucoup de situations auraient fini en accidents faute de l’intervention de l’inspecteur, qui personnifie le lien entre la CSST comme organisme de santé et de sécurité et les milieux de travail. « Ne plus jamais pouvoir retourner au travail constitue un grand drame pour ceux qui, nombreux, trouvent dans leur milieu de travail l’équiva‑ lent d’une deuxième famille  », déclare celui qui a vu un jeune de 16  ans amputé du pied, un autre mourir sous les roues d’un tracteur en ramassant des concombres dans le champ. «  C’est toujours si épouvantable que nos ef‑ forts en tous genres pour éviter les accidents ont et auront toujours leur raison d’être  », conclut-il. PT Hiver 2010

Prévention au travail

9

Profile for irsst

Prévention au travail  

Prévention au travail s'adresse à tous ceux et celles qui ont un intérêt ou un rôle à jouer dans le domaine de la santé et de la sécurité du...

Prévention au travail  

Prévention au travail s'adresse à tous ceux et celles qui ont un intérêt ou un rôle à jouer dans le domaine de la santé et de la sécurité du...

Profile for docirsst
Advertisement