Page 1

SOMMAIRE PREMIERE PARTIE INTRODUCTION ..................................................................................................... p. 6 CHAPITRE 1 - NOTIONS DE COMMUNICATION ............................................... p. 10 I.

Les enjeux de la communication .......................................................................................................................... p. 10

III.

Un exemple de vécu professionnel ....................................................................................................................... p. 16

INTRODUCTIONInrrofoof II. Le sens de la communication .............................................................................................................................. p. 12 CHAPITRE 2 - LES LANGAGES .......................................................................... p. 18 I. II. III.

Le langage animal ................................................................................................................................................ p. 18 Le langage verbal ................................................................................................................................................. p. 19 Le langage non verbal ........................................................................................................................................... p. 25

CHAPITRE 3 - LES OUTILS DE LA COMMUNICATION ..................................... p. 32 I. II. III. IV. V. VI.

L’écriture .............................................................................................................................................................. p. 32 Les images .......................................................................................................................................................... p. 39 La fabrication des images .................................................................................................................................... p. 45 La réalisation d’images peintes ............................................................................................................................ p. 52 Autres communications par l’image ..................................................................................................................... p. 56 Autres outils de communication ........................................................................................................................... p. 65

DEUXIÈME PARTIE CHAPITRE 1 - PRÉPARATION DU P.U.S. ........................................................... p. 70 I. II. III.

Définitions ............................................................................................................................................................ p. 70 Les origines du projet ........................................................................................................................................... p. 71 Le choix du projet ................................................................................................................................................. p. 72

CHAPITRE 2 - MÉTHODOLOGIE DU P.U.S. ....................................................... p. 74 I. II. III. IV. V. VI. VII. VIII. IX.

La documentation ................................................................................................................................................. p. 74 Le diagnostic ........................................................................................................................................................ p. 75 Les objectifs ......................................................................................................................................................... p. 75 Les moyens d’évaluation ...................................................................................................................................... p. 76 Le porteur du projet .............................................................................................................................................. p. 77 Les partenaires .................................................................................................................................................... p. 77 La mise en œuvre ................................................................................................................................................. p. 78 Les moyens ......................................................................................................................................................... p. 79 La communication ................................................................................................................................................ p. 80

cLLLLLLLLL

ÉVALUATION CERTIFICATIVE DES ÉLÈVES ................................................... p. 82 QUELQUES EXEMPLES DE P.U.S. ..................................................................... p. 83 CONCLUSION ....................................................................................................... p. 84 INDEX .................................................................................................................... p. 85


Première partie Imaginer et créer dans différents domaines d'expression et de communication • Acquérir des outils et des langages • Réaliser des travaux d'expression et de communication • Utiliser ces travaux dans le cadre du Projet d'Utilité Sociale

5


INTRODUCTION L'ÉDUCA TION SOCIOCUL TURELLE L'ÉDUCATION SOCIOCULTURELLE pEET PETIT RET OUR EN ARRIÈRE RETOUR

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

L'activité nommée «socioculturelle» a commencé par ce qui était appelé «l'éducation populaire». L'éducation populaire se définit, en complément de l'enseignement scolaire formel, par rapport aux notions voisines d'éducation permanente et d'animation socioculturelle. C'est l'éducation qui n'est pas cadrée dans les structures traditionnelles de la famille, de l'école ou de l'université. C'est aussi l'éducation dispensée pendant les temps de loisir, par une pratique volontaire de la vie de groupe, par la confrontation et par le partage. L'éducation populaire est identifiée par tout projet de démocratisation de l'accès au savoir et de diffusion de la connaissance au plus grand nombre. C'est former des citoyens actifs et responsables par une pédagogie adaptée favorisant la créativité. C'est aussi un moyen et une méthode d'éducation à la citoyenneté.

HIST ORIQUE HISTORIQUE

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

• La déclaration de Condorcet, à l'Assemblée Nationale, sous la Révolution, en avril 1792, jette les bases de l'éducation populaire. C'est un projet social qui a pour but d'émanciper le peuple par le savoir afin d'instaurer une société nouvelle. Le rapport de Condorcet, qui s'intitule «Organisation générale de l'instruction publique», est une reconnaissance de la finalité civique de l'éducation. L'instruction permet d'établir une égalité, reconnue par la loi.

Source : Un intellectuel en politique de Robert et Elisabeth Badinter - Editions France Loisirs

Faites des recherches sur Condorcet et rédigez sa biographie. Quel a été son rôle sous la Révolution ? 6


• En 1866 Jean Macé fonde la Ligue française pour l'enseignement. Il s'agit, pour les laïques, d'instruire le peuple en vue d'une citoyenneté républicaine et, pour les catholiques, de l'instruire pour restaurer ou instaurer un nouvel ordre chrétien. L'apogée de l'éducation populaire est liée à l'affaire Dreyfus et au sentiment d'une République en danger menacée tant par l'Armée que par l'Église. À cette époque, la classe intellectuelle pense que le salut viendra du peuple et qu'il faut l'éduquer au plus vite. Le moyen choisi fut la création des «Universités populaires» qui accueillirent plus de 50 000 auditeurs entre 1901 et 1902.

Qu’est-ce que la «Ligue française pour l’enseignement» ? Comment fonctionnent les Universités populaires ? ............................................................................................................................................................................................... ............................................................................................................................................................................................... ............................................................................................................................................................................................... ............................................................................................................................................................................................... ...............................................................................................................................................................................................

• Au début du XXème siècle, suite à des difficultés financières et des divergences idéologiques, les mouvements d'éducation populaire périclitent.

• En 1936, sous l'impulsion de Léo Lagrange et du Front populaire, les hommes politiques pensent qu'il faut construire une société saine et heureuse. C'est à cette époque que l'État reconnaît certaines associations d'éducation populaire comme, par exemple, les Auberges de Jeunesse. Source : INJEP Marly le Roi Léo Lagrange

• Durant la seconde guerre mondiale, la rencontre dans les maquis de la résistance de personnes d’idéologies différentes est à la base d'importants mouvements d'éducation populaire. Parallèlement, sous le régime de Vichy, un système d'agrément et de subvention, ainsi qu'une direction des mouvements de jeunesse sont mis en place. Depuis cette époque l'Éducation populaire reste sous la tutelle du Ministère de la Jeunesse et des Sports.

>

MINISTÈRE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

DIRECTION DES SPORTS

?

DIRECTION DE LA JEUNESSE ET DE L’ÉDUCATION POPULAIRE

7


Le Régime de Vichy est une période sombre de notre histoire. À l’aide de films ou de vidéos, organisez une projection sur ce thème dans votre lycée.

• À la libération, l'objectif est de former le peuple à une culture militante pour renforcer une République progressiste en lutte contre les forces réactionnaires et les puissances de l'argent. C'est la thèse défendue par Dumazedier.

Document 1 - Joffre Dumazedier Joffre Dumazedier (1915-2002) est un sociologue français qui fait des études littéraires à la Sorbonne et soutient un mémoire de linguistique portant sur les fonctions médiatrices du langage. Après la défaite de 1940 il enseigne à l’École des Cadres d'Uriage. L'objectif de cette école est de redynamiser les Cadres de la Nation afin que la France prenne sa revanche sur l'Allemagne et puisse se reconstruire. Son créateur, Pierre Dunoyer de Segonzac, fait venir à Uriage des intellectuels comme Beuve Méry, futur fondateur du journal Le Monde, Dumazedier, Cacerès, Chombart de Lauwe, Reuter, Domenach, ainsi que des conférenciers comme Mounier ou Jeanneney. Cette école devient un lieu de liberté, de réflexion et de débats, véritable vivier intellectuel de la résistance. C’est pour cette raison qu’elle est dissoute par Pierre Laval en 1942. À noter que cette expérience préfigure l’actuelle École Nationale d’Administration (E.N.A.). En plus des cours qu’il dispense Dumazedier organise des stages pour les ouvriers. Il est à l'origine de la création de «Peuple et Culture» en 1940 et expérimente ses théories en matière de sociologie des loisirs et de l'utilisation du temps libre. Il enseigne ensuite à Paris V où il est considéré comme un auteur éminent. Ses ouvrages les plus célèbres sont : «Vers une civilisation des loisirs», «Le loisir et la ville», «Sociologie empirique du loisir», «La révolution du temps libre», «La télévision et l’éducation populaire». Le thème à retenir de la pensée de Dumazedier est que les loisirs ne sont pas des produits secondaires mais centraux dans la société actuelle.

1) Au Ministère de la Jeunesse et des Sports (aujourd'hui Secrétariat d'État rattaché à la Santé) quels sont les rôles de la Direction de la Jeunesse et de la Direction des Sports ? - Direction de la Jeunesse : ....................................................................................................................................... ..................................................................................................................................................................................... ....................................................................................................................................................................................... - Direction des Sports : ............................................................................................................................................. ..................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................... 8


2) Que signifient les abréviations «INSEP» et «INJEP» ? Quels sont les rôles et les actions de chacune de ces institutions ? - INSEP : ................................................................................................................................................................... - INJEP : ................................................................................................................................................................... - Rôles et actions : .................................................................................................................................................... ..................................................................................................................................................................................... ....................................................................................................................................................................................... ..................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................... ......................................................................................................................................................................................

• À partir des années 1960-1970, de nouvelles Universités populaires réapparaissent. La notion d'éducation populaire évolue par rapport au renouveau de l'éducation permanente (loi de 1971 sur la formation continue).

part de l'idéologie fondatrice de l'éducation populaire disparaît.

C'est au début de cette époque qu’apparaît l'animation socioculturelle.

La notion de «peuple» est abandonnée au bénéfice de «public», «usagers» qui viennent consommer des activités. Le militantisme s'émousse et cette tendance s’accentuera jusqu’à nos jours.

Avec la création des Maisons des Jeunes et de la Culture (MJC), l'ouverture dans les quartiers des Maisons pour tous et le développement des Fédérations (Léo Lagrange, Cemea, Francas, Ffmjc, Frmjc, Fédération des œuvres laïques), une

L'animation socioculturelle est née dans une société de consommation de masse qui désacralise les valeurs culturelles et provoque une consommation individuelle de signes culturels.

****************************************** *************************** ****************

9


CHAPITRE 1 NO TIONS NOTIONS DE COMMUNICA TION COMMUNICATION Dans notre vie quotidienne, dans toutes les situations (familiales, professionnelles ou de loisir), nous communiquons avec les autres. L'être humain commence sa carrière de communicateur très tôt. À peine est-il né, qu'il se met à hurler, crier ou pleurer. Par ses cris, manifeste-t-il de la douleur, de la peur ou de la colère ? Toujours est-il que bébé nous fait savoir qu'il est là, dans le monde qui l'environne. En se manifestant, il fait comprendre à sa maman qu'il a faim, soif, mal ou qu'il veut simplement être pris dans les bras afin d'être bercé, caressé et recevoir de la tendresse. Une mère n'a pas besoin de parler à son nourrisson pour ressentir ses besoins. Entre eux la communication est très riche. Edgar Morin disait que l'on communique pour informer, s'informer, connaître, éventuellement expliquer, comprendre et se comprendre.

I

LES ENJEUX DE LA COMMUNICATION

Alex Mucchelli, sociologue, distingue cinq types d'enjeux qui agissent sur les processus de communication.

1. LES ENJEUX INFORMA TIFS INFORMATIFS

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

La communication est un acte dans lequel il y a nécessairement transmission et non pas simple échange d’informations.

Communiquer, c’est informer.

2. LES ENJEUX DE POSITIONNEMENT D’IDENTITÉ

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

La communication est un acte de positionnement personnel ; en s’en tenant au modèle où un sujet émet et l'autre reçoit, chacun peut à un moment donné être l'émetteur et à un autre moment le récepteur. Les deux intervenants sont à égalité sans tenir compte des relations de pouvoir. Chaque acteur, dans une situation de communication, interprète un rôle qu'il cherche à faire reconnaître. Communiquer c'est, en partie, se positionner par rapport à autrui en proposant des éléments de son identité.

Mise en situation : deux élèves sont face à face et imaginent une seynette sur le positionnement. 10


3. LES ENJEUX D’INFLUENCE ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ La communication est un acte de mobilisation d’autrui avec une tentative forte de l’influencer. L’influence est une ressource humaine, liée à la nature de certaines personnes qui ont un pouvoir de conviction tel qu’elles le font passer à travers leur communication. Communiquer c’est, en partie, s’efforcer de mobiliser autrui par divers processus d’influence.

Mise en scène : un élève essaie de convaincre un groupe à ses idées.

4. LES ENJEUX RELA TIONNELS RELATIONNELS ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ La communication est un acte de concrétisation de la relation humaine ; c'est un mécanisme par lequel les relations humaines existent et se développent. Elle inclut les attitudes, les gestes, les mimiques, l'intonation, ainsi

que tous les moyens mis à sa disposition : les écrits, le téléphone, Internet... Par exemple, l'internaute est un voyageur qui navigue sur le Web et rencontre de nombreux partenaires. Il cherche à travers ses différents contacts une ou plusieurs influences qui lui plaisent.

Communiquer c'est, en partie, établir et spécifier la relation avec notre semblable.

Document 2 - Quelques bons trucs pour téléphoner Tout le monde croit savoir téléphoner. Et pourtant ! Certes, pour téléphoner à un ami, il n’est pas toujours nécessaire d’appliquer certaines pratiques qui, dans le milieu professionnel, sont indispensables, voire obligatoires. La voix, le vocabulaire, l’écoute, les attitudes, le sourire, la conduite de l’entretien sont très importants. Il faut donc s’entraîner à téléphoner correctement.

• Avant de décrocher, il est très important de penser à ce que l’on va dire, avoir les idées claires et au besoin noter par écrit les points à développer lors de la conversation.

En toute circonstance rester poli, courtois, bien articuler et parler lentement. Ne pas oublier que la politesse et le respect permettent d’obtenir beaucoup de choses.

• Après avoir décroché et positionné correctement le téléphone, commencer par dire «Allo, bonjour Monsieur (ou Madame)», puis se présenter et s’assurer de parler au bon interlocuteur (il est inutile de formuler sa demande à un intermédiaire qui ne pourra pas y répondre).

• Les personnes qui ont des difficultés de prononciation ou d’articulation, ou qui sont timides, peuvent s’améliorer en parlant devant une glace (afin de se voir). Il est également possible de s’entraîner avec un membre de sa famille ou un ami. Celui-ci pourra signaler ce qui ne va pas et aussi relever d’éventuels tics verbaux (par exemple, la répétition de nombreux «euh...»).

• S’assurer ensuite que l’on ne dérange pas. Si l’interlocuteur semble préoccupé, agressif ou distrait, lui proposer de le rappeler plus tard. • Penser à soigner le vocabulaire et également à faire des phrases correctes (sujet, verbe, complément). Éviter les formules telles que : «Je vous téléphone car...» (il est évident que vous êtes en train de téléphoner !), ou «Êtes-vous occupé ?» (l’interlocuteur est toujours en train de faire autre chose quand le téléphone sonne !) ou «Excusez-moi de vous déranger...» (le téléphone est tellement dérangeant qu’il est inutile de le rappeler !). • Notifier l’objet de votre demande et attendre la réponse.

• Il est parfaitement inutile de crier dans le combiné, l’interlocuteur entend ! • Penser à sourire car au téléphone le sourire passe !!! Un simple essai est convaincant. • Être concis et précis, aller à l’essentiel. Les phrases trop longues et compliquées lassent l’interlocuteur qui raccroche rapidement. • Terminer l’entretien en confirmant les accords passés, sans oublier de remercier et de dire au revoir.

11


Après avoir compris comment il faut téléphoner, faites un jeu de rôle en classe, deux par deux : un qui appelle et l'autre qui reçoit le coup de fil. Les autres élèves notent les problèmes et les attitudes des deux acteurs et font un commentaire en fin de scène. Si vous pouvez filmer c'est encore mieux car les protagonistes se voient en pleine action !

5. LES ENJEUX NORMA TIFS NORMATIFS ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ La communication est un acte d'élaboration de normes relationnelles ; on ne peut pas communiquer sans être dans un système de règles. Mais s'il y a référence à des règles d'échange (les rituels de salutation ou de

séparation par exemple), il y a aussi construction et élaboration en commun de ces règles. On constate ce phénomène dans des situations limites comme les groupes de thérapie par exemple.

Communiquer c'est, en partie, contribuer à la mise au point de règles d’échange collectif.

II

LE SENS DE LA COMMUNICATION

Un message / Un contenu

Une relation / Un contact

↑ Communication

Une action / Une démarche

Un moyen / Un outil

1. LES COMPOSANTES DE LA COMMUNICA TION COMMUNICATION

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Des éléments constitutifs semblables sont présents dans toutes les situations de communication.

a) Les acteurs À l'origine de toute communication il y a un émetteur qui produit un certain nombre de mots ou de signes constituant le message à transmettre. Face à l'émetteur, le destinataire, ou récepteur, reçoit le message, éventuellement de façon inconsciente. 12

b) Le message C'est le contenu des informations transmises, l'élément du processus de communication. Il exprime l'attitude du locuteur à l'égard du contenu émis.

c) Le canal C’est la voix ou l’outil de transmission du message. Par exemple, une lettre est envoyée par la poste, la parole transite par le téléphone...


d) Le code

Des contextes souvent différents :

C'est la langue utilisée (français, anglais, chinois par exemple), mais aussi le ton de la voix et le registre de langue. Ce sont autant de codes que l’émetteur et le récepteur doivent partager pour réussir la communication.

• Culturel : éducation, environnement familial ou social.

e) Le contexte Dans toute communication, les acteurs doivent adopter une définition commune de la situation. Si elle n’existe pas ou peu, il est nécessaire de la préciser dès les premiers échanges pour éviter des malentendus. - Toute communication se fait dans une situation de relation sociale. - Le contexte donne un sens aux échanges. - La situation contient un ensemble de problématiques plus ou moins partagées. - Les acteurs se sentent plus ou moins impliqués dans ces problématiques et ont plus ou moins envie de les résoudre.

• Organisationnel : milieu professionnel, appartenance à un groupe (club, syndicat...). • Matériel : dépendance par rapport à un outil ou une machine, dépendance financière. • Spatial : espace relationnel selon la zone de communication (bureau, rue, train...). • Temporel : une information transmise à un moment peut prendre un sens différent à un autre moment. • Relationnel : type de rapport entre les interlocuteurs (exemples : le niveau hiérarchique dans une entreprise, l’amitié...).

f) Le schéma de communication Pour qu’il n’y ait pas seulement «information» mais «communication», il faut qu’il y ait un retour ou «feedback», c’est-à-dire que le récepteur manifeste sous une forme verbale ou non qu’il a reçu le message et se transforme alors lui-même en émetteur ; c’est la permutation des pôles.

ÉMETTEUR Quelle information ?

CANAL

Quel codage ? Quel message émis ?

RÉCEPTEUR Quel message reçu ? Quelle qualité de réception ? Quelle distorsion de l’information ?

↑ RETOUR (feed-back)

Dans le télétravail (notion à expliquer) qui est l’émetteur et qui est le récepteur ? .............................................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................................

13


2. LES FREINS À LA COMMUNICA TION COMMUNICATION

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Une analyse sérieuse du processus de compréhension d'une communication, même simple, permet de se rendre compte des étapes successives et fondamentales par lesquelles passent les idées puis les mots ou les gestes. À chaque étape un ou plusieurs «filtres» peuvent

venir perturber, voire obstruer la relation entre les communicants. Il faut donc savoir les repérer pour y remédier et assurer une communication efficace.

a) Du côté de l’émetteur (phase d’encodage) • Que veut-il dire ? (A-t-il les idées claires et précises ?)

• Que sait-il dire ? (Sa formulation est-elle claire ?)

• Qu’ose-t-il dire ? (Exprime-t-il le fond de sa pensée ?)

Source : Revue Le délégué de l’Éducation Nationale n° 217

• Que dit-il réellement ? (Y a-t-il un décalage entre sa pensée et ce qu’il dit ?)

b) Du côté du récepteur (phase de décodage) • Qu’entend-il ? (Comprend-il ce qu’on lui dit ?)

• Qu’écoute-t-il ? (N’écoute-t-il que ce qui l’intéresse ?)

• Que comprend-il ? (Est-il en phase avec l’émetteur ?)

• Qu’admet-il ? (Est-il d’accord ou pas ?) • Que ressent-il réellement ? Source : Revue Le délégué de l’Éducation nationale n° 217

c) Quels sont les freins à la communication 

Les freins techniques : les incidents techniques peuvent avoir des origines diverses et empêcher la bonne transmission du message à son destinataire. Il peut s’agir d’un défaut du moyen de transmission utilisé, d’une erreur de manipulation d’un appareil ou d’une défaillance du support qui porte le message.

‚

Les freins culturels ou liés au langage : le destinataire ne comprend pas la teneur du message qui lui

14

est adressé car il n’a pas les mêmes codes culturels ou lexicaux que l’émetteur. À l’écrit, la rédaction est illisible ou maladroite, le sens des mots n’est pas respecté, les phrases ne suivent pas les règles de syntaxe de la langue utilisée. À l’oral, la langue employée est mal connue ou l’expression et l’élocution sont défaillantes : débit trop rapide, accents mal prononcés, prononciation incorrecte.


Document 3 - BD «La psychanalyse du show-biz»

.

En regardant la page de la BD «La psychanalyse du show-biz» de Dirick aux éditions Urbain (ci-dessus) et après avoir lu le texte, pouvez-vous dire pourquoi il y a incompréhension entre les deux personnages ? 15


ƒ

Les freins extérieurs : la mauvaise compréhension du message peut être liée à des causes extérieures, comme par exemple des lieux qui ont une mauvaise acoustique ou l’inconfort sonore lié à des bruits matériels entravant l’écoute.

„

Les freins organisationnels : une communication peut échouer simplement à cause de la gestion déficiente du personnel, de la mauvaise organisation d'un service ou du mauvais emploi des outils de communication. Les informations sont déformées, n'arrivent pas, ne sont pas transmises en temps et heure à la bonne personne ou se perdent faute d'outils adaptés.

Parfois le surmenage ou le stress sont directement liés à cet aspect organisationnel.

…

Les freins physiologiques ou psychologiques : la communication peut être freinée par le comportement des interlocuteurs qui peuvent être désorientés ou, pire encore, choqués par une attitude non conforme aux usages de l’environnement. Les freins peuvent avoir des origines physiques ou émotionnelles liées aux caractères individuels ou être dus à des critères d’éducation, de respect ou de tolérance.

Une bonne communication ne peut se faire que si les idées sont exprimées avec clarté.

Pouvez-vous citer et expliquer des handicaps qui sont des freins à la communication chez l'homme ? ............................................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................................

III

UN EXEMPLE DE VÉCU PROFESSIONNEL Document 4 - Récit d’une institutrice

«Je sens qu'il y a quelque chose qui ne va pas. J'ai l'impression qu'ils me prennent pour une martienne, comme si je ne vivais pas sur leur planète ! Ils ne comprennent pas ce que je dis, ne prennent presque pas de notes et me regardent sceptiques. Quand ils ne parlent pas, j'en vois qui bâillent aux corneilles (c'est une expression à prendre au pied de la lettre...). Et puis ils discutent, et pas seulement avec moi. J'ai un mal fou à leur faire lever le doigt avant de prendre la parole, ou à leur expliquer qu'on ne peut pas définir un mot en commençant par «c'est un truc qui...».

Je me demande bien pourquoi je me suis donné autant de mal à apprendre autant de choses ces dernières années. À croire que tout ce que j'ai appris ne me sert à rien aujourd'hui. Ce que je fais avec mes poulpes n'a aucun rapport avec ce que j'ai appris à l'université et dans les livres. Pour qu'ils comprennent, je simplifie tellement que j'en viens presque à dire des choses fausses. J'ai du mal à comprendre comment leur parler. Il paraît que c'est normal. Que tous les profs se posent ce même genre de question.» Éva

Source : Chère école - Mémoire de maîtres et paroles d’élèves de Jean-Pierre Guéno et Jérome Pecnard - Editions France bleue

16


1) Ajoutez un commentaire sous chaque photo.

Source : Chère école - Editions France Loisirs

.......................................................................................

.......................................................................................

2) Analysez la situation de communication entre l’institutrice et ses jeunes élèves. 3) D’où proviennent les blocages ? 4) Que pensez-vous des remarques de l’institutrice ? .............................................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................................

****************************************** *************************** **************** 17


CHAPITRE 2 LES LANGA GES LANGAGES Depuis la préhistoire, le langage est l'outil de communication par excellence. L'expression de la pensée par le langage marque un tournant dans l'évolution de l'espèce humaine. Les experts dénombrent entre 3 000 et 3 500 langues différentes parlées dans le monde. Cette richesse peut aussi parfois compliquer la communication. Les langues sont vivantes, donc elles évoluent, elles se modifient et parfois elles meurent. À ce propos, pouriez-vous citer trois langues mortes ? ..............................................................

..............................................................

..............................................................

IL EXISTE NON PAS UN, MAIS DES LANGAGES.

Le terme langage évoque immédiatement le langage parlé. En effet, la parole est le moyen le plus simple pour s'exprimer, demander ou s'expliquer. Les langages sont multiples et chaque région possède le sien. De grandes

I

tendances se confirment comme par exemple la langue anglaise très pratiquée dans le monde à cause des échanges commerciaux. Mais le langage parlé n’est pas le seul qui existe.

LE LANGAGE ANIMAL

On a longtemps cru que le langage était réservé aux seuls humains, mais les progrès de la science et de nombreuses études ont montré que les animaux communiquaient entre eux. Le mode d'expression est variable d'une espèce à l'autre mais il en existe toujours un à l’état naturel. La communication est une propriété de la matière vivante. Au niveau génétique, le transfert d'informations entre les molécules d'ADN peut être considéré comme une première forme de communication. Chaque espèce animale vit dans un monde qui lui est propre et développe des moyens de communication adaptés. Il s’agit avant tout d’un transfert d'informations convoyées par des signaux ou des combinaisons de signaux, émis en direction des congénères (les baleines et les dauphins envoient régulièrement des ultrasons pour guider ou informer les autres et ce parfois à des distances considérables). 18


Les individus récepteurs réagissent aux signaux par des comportements adaptés. Par exemple, le signalement de l’approche d’un danger fait taire le chant des oiseaux ou stoppe instantanément le déplacement de certains animaux. D'autres comportements peuvent être également considérés comme faisant partie de la communication ; par exemple, dans le monde des oiseaux :

- sur les environ 8 500 espèces présentes dans la nature, seulement la moitié d’entre elles sifflent ; ce sont principalement les mâles qui émettent des signaux sonores pour protéger leur territoire ou attirer les femelles au printemps. Les autres communiquent différemment. - chez certaines races d’oiseaux, les mâles cherchent à retenir l’attention des femelles par un plumage magnifique et en pratiquant des danses rituelles pendant les parades nuptiales.

1) Pouvez-vous expliquer des moyens de communication existant chez certaines espèces animales (donnez des références de livres ou de films qui parlent de ce sujet). 2) Choisissez une espèce animale et essayez de comprendre quelques signes de son langage (beaucoup de films animaliers traitent de ce sujet). 3) Que pensez-vous des films de Bouchitey (La vie privée des animaux) qui fait dialoguer des animaux ?

Mais revenons à l’homme... II

LE LANGAGE VERBAL

Les circonstances et les différentes situations de la vie entraînent des modes de communication différents les uns des autres. On n'écrit pas une lettre comme on rédige un discours ou un exposé, on ne s'adresse pas à un supérieur comme on parle à un camarade. Le vocabulaire employé est différent selon que l'on se trouve dans la rue, sur un chantier, dans une cour d'école ou en classe. La syntaxe varie également et pourtant nous parlons toujours la même langue. Pour formuler une idée, le locuteur (celui qui parle) doit choisir les bons mots et les bonnes expressions en fonction du lieu et du contexte dans lesquels il se trouve.

1. LES REGISTRES DE LANGAGE

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

La langue française (qui est l’une des plus riches du monde) offre de nombreuses possibilités nommées

registres de langage, également appelés niveaux de langue ou de langage. Les trois registres de langage sont :

a) Le langage soutenu C’est le langage utilisé en littérature, en poésie et aussi dans certains textes scientifiques, philosophiques ou religieux. Dans sa forme parlée, il a aujourd’hui tendance à disparaître des conversations ordinaires, mais reste employé lors de discours officiels ou politiques, ainsi qu’au cours de commémorations ; il est très employé dans le monde juridique ou judiciaire. Ce langage est marqué par l’emploi rigoureux des règles de grammaire (notamment la concordance des temps) et de phrases complexes et par le choix d’un vocabulaire recherché, technique, parfois précieux, intégrant des tournures de phrases et de styles peu courantes. 19


1) Donnez des exemples de langage soutenu : - Lisez une poésie devant vos camarades en y mettant l’intonation nécessaire et en exprimant les sentiments décrits. Prenez ensuite des exemples de textes littéraires, scientifiques ou philosophiques et de discours officiels ou de commémorations (La Fontaine, Yves Coppins, Bernard-Henry Lévy, de Gaulle, Malraux, par exemple). - Quelles différences remarquez-vous dans les styles employés dans chaque cas ? 2) Lors de l’opération «Portes ouvertes» de votre établissement, vous devrez présenter vos différentes actions à des officiels. Écrivez les textes correspondants et lisez-les à haute voix.

b) Le langage courant C’est le mode d’expression (oral ou écrit) ordinaire, employé tous les jours par exemple entre collègues ou pour une correspondance amicale. Les règles de grammaire y sont employées de façon simple mais correcte. Ce registre accepte certaines formulations raccourcies.

Les conjugaisons des verbes sont généralement limitées au présent, à l’imparfait, au passé composé (qui tend à remplacer le passé simple), au futur et au plus-queparfait. Exemple avec le verbe apprécier :

Présent

Imparfait

Passé composé

Passé simple

Futur

Plus-que-parfait

J’apprécie

J’appréciais

J’ai apprécié

J’appréciai

J’apprécierai

J’avais apprécié

c) Le langage familier C’est le langage des conversations quotidiennes, en famille ou entre amis, utilisé par des personnes qui ne marquent pas de distances particulières entre elles. Les règles de grammaire ne sont pas toujours respectées. Le registre familier se divise lui-même en trois sous-registres : 

Le registre populaire : se caractérise par la disparition des négations, l'emploi de «on» pour «nous», l'intrusion systématique de mots comme «alors», «donc», «bon». Les phrases incluent de nombreuses répétitions, des interjections en abondance, des expressions imagées, des plaisanteries, etc.

‚ Le registre argotique : comporte à peu près les mêmes caractéristiques que le langage familier, mais avec davantage de locutions héritées de patois régionaux ou venues récemment des cités. Ce langage comporte des néologismes (mots de création ou d'emprunt) qui ressemblent pour les non-initiés à un véritable code dont le sens est quasi impénétrable.

Voir page suivante un exemple de langue créole qui est très imagée mais parfois difficile à comprendre.

Exemples de mots en argot - Gavé : tout plein - Sous-tif : soutien-gorge - Tunes : de l'argent - Avoir la crève : avoir un rhume - Avoir la dalle : avoir faim - Ça caille : il fait froid.

20


Document 5 - Exemple de langue créole Traduction en Français Allo tou dimoun, Couma zot conner, ena ene tas dimoune écrire Créol ici avec differan syntaxe ek ena dimoune pas trop compran bien. Donc pou aide nou mem ek lezot dimoune, mo penser ti pou ene bon lider pou fer ene dictionnaire traduction banne expression Créol morisien ek la langue Créol. Pou période vacances, li ene bon zouti pou bannes touristes ki pe débark Moris.

Salut tout le monde, Comme vous le savez, il y a beaucoup de gens qui écrivent le créole ici avec des syntaxes différentes et il y en a d'autres qui ne comprennent pas très bien. Donc, afin d'aider nousmêmes et les autres, je pense que ce serait une bonne idée de faire un dictionnaire de traduction des expressions créoles mauriciennes et aussi de la langue créole. Pour la période des vacances, ce sera un bon outil pour les touristes qui débarquent à Maurice.

Exemple - Herezman mo enflé camion ti la pou donne mwa direction pou mette arriere, sinon mo ti pou bez tasser mem. Mersi man.

Exemple - Heureusement que mon aide-chauffeur était là pour me donner les directions pour reculer le camion sinon je serais resté bloqué. Merci mon pote.

Document 6 - Exemple de fable en argot

Corbeau-le-ballotin sur un arbre paumé, Planquait entre ses crocs un comac frodogome ; Renard-le-combinard qui n'avait pas croqué, Radina en loucedé pour lui faire à l'estom, Bavonjavour mon pot' ; je n'avais pas gaffé Que tu étais si bath, et si bien balancé, Sans attiger, si tes chocottes Sont kifkif avec ta bouillotte, Tu es le plus girond des mectons du loinqué... À ces vann's, le corbeau se sentit chanc'tiquer ; Et pour mieux faire zieuter ses crocs, Débrida son bavec, lâchant son calendos. Le renard le briffa sans casquer un rotin, Jaspinant : "Je t'ai eu avec mon baratin." Les marles auront toujours la loi avec les caves ; Ce rencard me vaut bien bien un fromag' têt' de nave. Le corbeau répondit : " Vieille cloche, Je m'en tap', ce fromgi avait des astibloches." Moralité Chacun dans son loinqué, s'il veut rester peinard, Doit boucler son clapet, devant les combinards.

ƒ

Le registre vulgaire : possède les mêmes caractéristiques avec, en plus, l'intrusion de formules grossières, de jeux de mots plus ou moins connotés, voire des insultes. Il stigmatise tout de suite l'émetteur. Dans le langage parlé, l’important c’est la voix.

Document 7 «L'homme est certes la seule espèce à posséder le langage verbal qui permet l'émission de séquences de mots, de propositions ou de phrases. Des règles complexes et bien déterminées, transmises au moins en partie par la culture, en régissent l'ordonnance. Le langage humain est conventionnel et appris dans un contexte social». (Source : La communication : état des savoirs aux Éditions sciences humaines)

Essayez de transformer un texte avec des mots d’argot que vous connaissez. Faites-en profiter vos camarades de classe ! 21


Langage soutenu

Il vient d’acquérir une magnifique automobile.

Langage courant

Il vient d’acheter une belle voiture.

Langage familier populaire

argotique

vulgaire

Il vient de s’acheter une super bagnole !

Il a mis beaucoup d’oseille dans sa caisse.

Putain ! La bagnole qu’il vient d’acheter !

1) Sur le modèle de ce tableau, prenez une phrase au hasard et déclinez-la en différents langages. Quelle expression vous paraît la plus correcte ? 2) Faites le même exercice avec des mots. Que pensez-vous de la richesse de la langue française ?

2. COMMENT PPARLER ARLER

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

a) Rappels techniques Chez l’homme, la voix est une série de sons émis par les cordes vocales qui font vibrer l’air. Elle est caractérisée par cinq paramètres : la hauteur, la durée, l’intensité, le timbre et la justesse.  La hauteur : c’est la qualité d’un son, plus ou moins grave ou aigu, qui dépend du nombre de vibrations par seconde. En effet, un corps quelconque ne peut émettre de sons que s’il vibre. Les vibrations sont alors transmises à l’oreille par l’intermédiaire de l’air. Les fréquences audibles peuvent varier de 16 à 20 000 vibrations par seconde (l’unité de fréquence est le hertz, symbole : Hz). Plus le son est aigu, plus la fréquence est élevée.

‚

La durée : la tenue des sons dépend de la quantité d’air expiré. Plus les poumons contiennent d’air à expirer, plus les sons tiennent longtemps. Interrogez des musiciens qui jouent de la trompette, du saxophone ou du cor d’harmonie.

ƒ

L’intensité : elle fait distinguer un son fort d’un son faible et est proportionnelle à l’amplitude des vibrations, ellemême liée à la pression exercée sur l’air ambiant. L’unité de mesure en est le décibel (symbole : dB). Voici l'intensité de quelques sources sonores pour illustrer nos propos : un bruissement de feuilles = 10 à 20 dB ; une conversation normale allant du chuchotement à un volume normal = 20 à 50 dB ; une discussion animée = 50 à 65 dB ; le passage d'un train = 80 à 90 dB ; le bruit du tonnerre = 90 à 110 dB et d'un avion à réaction au décollage = 110

22

à 140 dB. Un bruit devient douloureux à l'oreille à partir de 120 dB et est destructeur au-dessus de 160 dB.

„ Le timbre : c' est ce qui permet de reconnaître qu'une même note est émise par une flûte traversière ou un hautbois. Une note émise est composée d’un ensemble de vibrations de fréquences différentes. La fréquence la plus basse et la plus intense est appelée la fondamentale. C’est celle qui correspond à la note écrite. À celle-ci se superposent des harmoniques, plus faibles, dont les fréquences sont des multiples entiers de la fréquence de la fondementale (2, 3, jusqu’à 10, 20 et parfois plus). Ce sont les intensités relatives de la fondementale et des harmoniques qui créent le timbre et font reconnaître, par exemple, la même note émise par un violon ou un piano. À noter qu’un bruit, ou un son, de hauteur non définie (un gong par exemple) est un ensemble de sons dont les fréquences n’ont pas de rapport entier entre elles.

… La justesse : la justesse, propre à la voie humaine, s’ajoute aux caractéristiques précédentes communes à tous les sons. C’est la possibilité d’émettre la fréquence exacte de la note chantée (par exemple, exactement 440 Hz pour la note «La»).


b) Comment intéresser son auditoire Pour parler, il faut suivre certaines règles en fonction de son auditoire (client, jury d’examen, usager, classe, professeur ou groupe plus ou moins important). Il faut prêter attention au débit, à l’articulation et à l’intonation. Cela s’apprend et se travaille. Il faut toujours penser que si la qualité de la voix est mauvaise (pas assez ou trop forte, avec un débit trop lent ou trop rapide, avec une articulation peu claire ou trop prononcée, avec des bafouillages, d’une intonation monocorde ou forcée), l’auditoire décrochera.  Ne dit-on pas «qu'un bon dessin vaut mieux qu'un long discours» ? Alors pour éviter d'être ennuyeux durant un exposé n'hésitez pas à vous servir d'un visuel (photo, document, journal, diaporama). Une image a toujours un impact puissant pour justifier un commentaire, pour appuyer une thèse. ‚

On peut aussi, pour détendre l'atmosphère et capter l'attention de son public, introduire une petite anecdote dans son exposé. C'est ce qu'a fait Jacques Martin lors d'une interview.

ƒ Utiliser une bande sonore permet à l’auditoire de s’investir dans le contenu du message. Choisissez un message en rapport avec votre exposé (par exemple un discours historique, un sketch comique, une interview faite dans la rue) et déclenchez votre magnétophone au bon moment (assurez-vous, avant votre intervention, qu'il est calé au bon endroit et qu'il fonctionne correctement).

„ Se servir de questions d’actualité valorise l’auditoire en créant chez lui une émulation positive. Les sujets d’actualité plus ou moins récents ne manquent pas.

…

Utiliser l’humour peut détendre l’auditoire... mais attention, c’est un art difficile, il faut donc le manier par petites touches et avec précaution. Il ne faut pas tomber dans un humour lourd qui donnerait un résultat inverse du but recherché.

Document 8 - Interview de J. Martin ...J'étais en train d'interviewer un petit garçon pendant «L'Ecole des fans» et, comme à chaque fois, je lui demande s'il est venu accompagné et avec qui. «Je suis venu avec ma maman et monsieur Jo, c'est le monsieur qui couche avec maman quand papa est au restaurant». La maman et ce monsieur Jo, qui étaient dans la salle, ont eu un geste invraisemblable : ils ont levé leurs bras pour cacher leur visage, ce qui les accusait encore plus. J'ai dû, pour la première fois de toute ma carrière, couper au montage. Je ne voulais pas déchaîner la colère du père ! Jacques Martin (animateur)

1) Lisez un texte assez long devant vos camarades en tenant compte des conseils précédents. Le reste de la classe écoute et note ses remarques en silence. 2) À la fin de l'exposé, chacun donne ses impressions (y compris vous). Ne soyez pas timide ! Cet entraînement vous sera utile dans votre vie professionnelle.

3. LL’ESP ’ESP ACE DE COMMUNICA TION ’ESPA COMMUNICATION

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Pour améliorer la qualité d’une communication, l’espace doit être aménagé en fonction du nombre de personnes et de l’objectif visé par le message. 23


• En communication interpersonnes confidentielle, les deux protagonistes sont assis face-à-face de chaque côté d’un bureau.

- Si d’autres personnes se trouvent à proximité, la communication est non confidentielle.

Communication confidentielle

Communication non confidentielle

• En communication de groupe, il peut y avoir un émetteur et plusieurs récepteurs, ou des participants qui sont à la fois émetteurs et récepteurs (cas des réunions).

Table ovale

Salle de classe

Table en U

Table ovale

1) Tout le monde peut s’entendre. Quelle disposition favorise la meilleure communication ? 2) Travaux pratiques : organisez une séance de travail. Placez les participants en fonction de différentes situations. Justifiez vos choix.

4. LES TERRIT OIRES DE COMMUNICA TION TERRITOIRES COMMUNICATION

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Il existe quatre zones de commnunication : 

La zone publique (au-delà de 3 m) est celle des discours, des exposés, des prises de parole en public.

‚

La zone sociale (de 1,20 m à 3 m) concerne le relationnel courant. C'est la distance d'échange verbal, amical ou professionnel (interview, négociation, entretien).

24

ƒ

La zone personnelle (de 0,60 m à 1,20 m) est le domaine de la convivialité. C'est la mesure approximative d'un bras tendu. Elle permet une communication de proximité, de confidentialité importante.

„ La zone «intime» (distance de l'avant-bras) est la «bulle» mentale que chaque individu se construit et dans laquelle il se sent en sécurité. Cette zone est tellement personnelle que seuls les intimes ont le droit d'y pénétrer.


III

LE LANGAGE NON VERBAL

Le langage non verbal est défini comme un acte communicatif n’utilisant ni l’oral, ni l’écrit. Le langage gestuel en fait partie, mais bien d’autres éléments entrent en ligne de compte pour former la communication invisible ou silencieuse. La communication inclut de nombreux codes dus, par exemple, à la communauté d’origine ou aux contraintes culturelles (chant, musique, habillement, accessoires, parfums, nourriture... et bien d’autres encore). Toile de Picasso intitulée «Codes»

1. LES TERRIT OIRES DE COMMUNICA TION TERRITOIRES COMMUNICATION

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Le choix, l’agencement et l’occupation de l’espace sont les prolongements de la personnalité et du statut social revendiqué.

a) Les territoires d’appartenance  Le territoire tribal : l’appartenance à un groupe est caractérisée par des signes de reconnaissance spécifiques. Ces critères sont plus ou moins objectifs et identifient le groupe. Par exemple, énumérez les critères de reconnaissance et trouvez d’autres catégories de personnes : • Les Français se reconnaissent à : .............................................................................................................................. • Les gens du Nord se reconnaissent à : ....................................................................................................................... • Les spécialités de Nancy sont : ................................................................................................................................... • Les travailleurs de chez Peugeot sont reconnaissables à : ............................................................................................. • Les jeunes se reconnaissent à : .................................................................................................................................

‚

Le territoire familial : les lieux de vie (appartement, maison, voiture) sont des endroits où chacun se sent bien et partage avec les autres membres de la famille des espaces communs et des espaces privés.

ƒ

Le territoire personnel : c’est l’espace propre à un individu dans lequel il organise ses repères. C’est une sorte de «bulle» où d’autres ne peuvent entrer que s’ils y sont «autorisés», d’où une source possible de conflits.

b) Les territoires de comportement



Le territoire de confrontation : les interlocuteurs sont de

chaque côté du bureau et s'observent mutuellement. Les deux territoires sont délimités par les bords du bureau et chacun préserve ses outils (documents, notes, dossiers) sans que l'autre ne puisse les voir.

25


‚

Le territoire de coopération : les deux interlocu-

teurs sont placés à angle droit, l’un étant positionné dans la largeur du bureau. Chacun n’empiète pas frontalement sur le territoire de l’autre, mais cède un peu d’espace. Ils se prêtent plus facilement leurs documents et peuvent échanger leurs outils au prix d’un effort mutuel.

ƒ

Le territoire de collaboration : les interlocuteurs sont

côte à côte du même côté du bureau. Le territoire est commun, chacun disposant sensiblement du même espace de travail. Ils se partagent les outils qu'ils n'ont plus la peine d'avoir en double. Ils peuvent lire et étudier ensemble les mêmes documents.

2. LE LANGAGE GESTUEL

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Il n'y a pas que le langage parlé. Notre corps lui aussi s'exprime, communique et traduit notre état d'esprit. Dans notre vie quotidienne, au travail ou chez nous nos attitudes sont remarquées, analysées et interprétées. Selon notre caractère ou notre volonté d'exigence les signes envoyés ne sont pas les mêmes.

a) La langue des signes

b) Les mouvements et les postures

C’est un langage gestuel (mouvements des mains, du visage et même de l’ensemble du corps) mis au point pour que les personnes sourdes et muettes puissent communiquer. Il remplit toutes les fonctions des langues orales. Certaines émissions de télévision «traduisent» ainsi les paroles en langue des signes.

L'attitude générale et les mouvements sont des signes visibles de l'état d'esprit des interlocuteurs. Tous ces mouvements, contrôlés ou non, sont le reflet de ce que nous sommes (individualité, mentalité). Il faut être très prudent dans leur interprétation car les apparences sont parfois trompeuses et même contradictoires.

Essayez de retenir quelques gestes de la langue des signes et tentez de communiquer entre vous par ce moyen. 26


Type de mouvement

Signification

Mouvements vifs

Stress, activité, dynamisme

Mouvements calmes

Disponibilité ou restriction

Mouvements lourds

Paresse, fatigue, relâchement ou nonchalence

Mouvements incontrôlés ou répétitifs

Nervosité, manque d’assurance, agacement

Les postures peuvent traduire une personnalité ou un trait de caractère et indiquer un état d’esprit. 

Les postures en extension, comme la démarche volontaire et dynamique, indiquent un esprit «battant». Un bras, les épaules et le buste en avant trahissent une image surdimensionnée de soi-même.

‚

Les postures en contraction sont caractérisées par la tête avancée, le cou allongé, le buste penché vers l’avant,

les bras l’un vers l’autre et les mains ouvertes. Ces postures marquent l’intérêt porté à l’interlocuteur.

ƒ

Les postures de rejet ou attitudes de refus : c’est l’attitude du boxeur qui, pour éviter les coups, se met de profil par rapport à son adversaire. Cela peut aussi être une manière de se préparer à contre-attaquer ou à répliquer de façon agressive.

À l'aide de tous ces conseils, relevez dans vos actions de tous les jours des attitudes, des expressions, des mimiques qui traduisent un état d'âme.

3. LA GESTUELLE D’APPUI DANS UN DISCOURS

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

a) La gestuelle du corps • Précision

• Ouverture

«C’est très simple, vous allez comprendre».

«Je vous comprends. Croyez-moi, je fais ce que je peux».

Je ponctue mon discours et souligne un point précis en associant le pouce et l’index, mais je conserve le bras près du corps pour me protéger des agressions extérieures.

En bon communicant, je fais preuve de bonne volonté et marque ma sincérité en montrant les paumes de mes mains et en ouvrant les avant-bras. Cependant je trahis mon envie d’en finir avec une attitude de recul, un pied en arrière.

• Importance

• Fermeture

«Retenez bien ce que je vais vous dire».

«Je ne suis pas d’accord» !

Je pointe le doigt vers le haut pour attirer, avec autorité, l’attention sur l’importance du message.

Je suis sur mes gardes et je ferme les poings en signe de désaccord. Je recule et ne suis pas en face de mon interlocuteur, mais légèrement de côté, prêt à lui tourner le dos.

27


• Domination

• Rupture de cohérence

«C’est moi qui ai raison».

«Je m’ennuie, je décroche, je pense à autre chose».

Je rassemble mes idées en rapprochant mes mains, je reprends le contrôle et je défie mon interlocuteur en poussant le menton en avant.

Épaules relâchées, bras ballants, je suis mal à l’aise ; je suis ici et ailleurs en même temps ; je ne suis plus en phase avec mon interlocuteur.

• Autorité

• Autocontact

Je campe, mes mains sur les hanches (façon cowboy), pour donner un signe d’autorité virile.

«Cause toujours, tu m’intéresses». Je me rassure par des gestes de protection ; mes bras sont repliés vers moi, ils protègent mon buste, siège de l’émotion.

• Soumission

• Fin d’entretien

«Je suis à votre service, vos désirs sont des ordres».

«Bien, l’entretien est terminé, une bonne chose de faite».

Je suis dans la position de l’élève puni.

Les mains serrées (de plus en plus fort) puis qui se ferment indiquent qu’il est temps d’en finir et que le sujet est clos.

b) La gestuelle des mains Les mains sont des appuis au discours. Bien maîtrisées, elles doivent servir le contenu du message en l'accompagnant, voire en le suppléant. Voir illustrations page suivante. 28


• Les paumes ouvertes, dirigées vers le haut, expriment le désir de communiquer, de partager. C’est un geste d’invitation.

• La main qui soutient la tête indique la lassitude, l’ennui.

• L'index pointé est un geste autoritaire, voire agressif qui signifie une menace.

• Le point serré exprime le désir de dominer, de convaincre, de prendre possession. Associé à un mouvement de bas en haut, il marque la ponctuation d’une idée.

• Un geste de réajustement traduit un malaise, une peur, un stress déstabilisateur.

• La pince faite à l’aide du pouce et de l’index accompagne une démonstration et exprime un désir de clarté. • Un geste d’autocontact traduit un sentiment de supériorité ou d’ironie. • Les doigts joints indiquent une assurance dans la démonstration.

• Les mains croisées expriment parfois une attitude «pare-chocs», le désir de se protéger dans une situation où l’on se sent vulnérable.

• Le jeu avec des objets (crayon, lunettes, trombone, règle) traduit une nervosité difficilement contrôlée.

29


c) La gestuelle du visage

Le visage occupe une place importante dans toutes communications directes. C'est la partie du corps de notre interlocuteur que nous regardons le plus lorsque nous lui parlons. C'est de là que partent les mots et c'est là que les émotions sont les plus visibles. Le sourire est, par exemple, une aide à la communication et peut être communicatif.

Notez sous chaque visage l’émotion qu’il dégage.

.........................................................

........................................................

........................................................

........................................................

........................................................

.........................................................

30


4. UN MAÎTRE DU LANGAGE GESTUEL

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

S’il est bien quelqu’un qui fut le maître du langage gestuel, c’est bien le mime Marceau. Document 9 - Le mime Marceau Né le 22 mars 1923, à Strasbourg, Marcel Mangel -tel est son vrai nom- a traversé la vie accompagné de deux figures essentielles : Charlie Chaplin, découvert dans La Ruée vers l'or, à l'âge de 10 ans, et le mime Jean-Baptiste Deburau tel que Jean-Louis Barrault l'a incarné dans Les Enfants du paradis de Marcel Carné. Et puis il rencontre Etienne Decroux, le maître des maîtres, l'inventeur de la marche sur place (que l'on a vue, depuis, cent fois déclinée, que ce soit par Michael Jackson ou par Philippe Caubère). Il a 24 ans alors et un don unique qui a besoin de s'incarner dans un autre lui-même, fictif, poétique, hors du temps. Ce double, ce sera Bip. Hommage au personnage de Pip imaginé par Charles Dickens dans Les Grandes espérances, Bip naît tout habillé en 1947, sur la scène du Théâtre de poche : visage fardé de blanc aux lèvres noires, haut de forme piqué d'une marguerite, pantalon clair et caraco fermé sur un polo rayé, telle sera la panoplie de Marcel Marceau, nom de résistance que s'est choisi ce jeune juif dont le père fut déporté à Auschwitz. Et commence pour le chasseur d'invisibles papillons, le grimpeur d'escaliers imaginaires, un voyage ininterrompu à travers le monde qui l'acclame bien plus que son propre pays. Si les Japonais l'ont élevé au rang de «trésor vivant», les Français, eux, l'admirent mais un peu comme un objet de musée et sans véritable enthousiasme. Son art, lui, paraît un peu vieillot, un peu figé. Quant à sa descendance, elle est en principe assurée depuis la création de son école de mimodrame, en 1978. Mais pour le moment personne n'est vraiment apparu pour prendre la suite de l'héritier du Pierrot lunaire, décédé en 2007.

1) À la manière du mime Marceau, utilisez votre corps pour simuler une scène. Vos camarades de classe doivent reconnaître ce que vous mimez. 2) Autre proposition : pour votre fête de fin d'année, montez un spectacle sur «Les pas du mime Marceau». 3) Trouvez un DVD ou une cassette du mime Marceau en spectacle.

****************************************** *************************** **************** 31


CHAPITRE 3 LES OUTILS DE LA COMMUNICA TION COMMUNICATION Nous avons vu que l'oral et le langage gestuel étaient importants dans la façon de communiquer. Mais il existe d’autres outils pour cela. Nous sommes dans l'ère du multimédia, de l'image, du son, de l'écrit et du dessin. Ce chapitre a pour but de vous sensibiliser à ces techniques afin que vous puissiez les utiliser dans votre communication.

I

L’ÉCRITURE

Il y a plus de 5 000 ans, en Mésopotamie (zone entre les fleuves Tigre et Euphrate, aujourd’hui en Irak) il y avait déjà des populations urbanisées avec des artisans, des marchands et des administrateurs ; il y avait aussi des paysans et des bergers. Ces populations pratiquaient entre elles toutes sortes d’échanges et la conservation des traces de leurs transactions commerciales était devenue une nécessité.

1. LES PICT OGRAMMES PICTOGRAMMES ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Vers 3300 avant J.-C. apparaissent de simples dessins représentant schématiquement les marchandises échangées.

Les pictogrammes étaient nés ; ils avaient une fonction signe-image. Même si cette forme d’écriture est la plus ancienne, elle reste utilisée de nos jours.

Chèvre

Document 10 - Les pictogrammes Les pictogrammes, ou symboles graphiques, peuvent servir à décrire une situation, à prescrire un comportement déterminé ou encore à donner une indication de danger. Sur les lieux de travail, un pictogramme appliqué sur un panneau participe à la signalisation de santé et de sécurité.

Les pictogrammes servent également en matière d'étiquetage des produits chimiques. Les symboles sont déterminés par la réglementation (et publiés au Journal officiel). Source : INRS (Institut national de recherche sur la sécurité)

32


1) Autour de vous beaucoup de pictogrammes sont visibles. Photographiez-les et exposez vos clichés en précisant la signification de chacun d’eux. 2) Expliquez la signification des exemples ci-dessous.

....................................

......................................

....................................

....................................

2. LES IDÉOGRAMMES ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ Dans le courant du troisième millénaire avant J.-C. les pictogrammes furent associés les uns aux autres pour représenter, non plus un Oiseau-oeuf, symbole de la fécondité objet, mais une action ou une idée. Ces assemblages sont des idéogrammes ; ils ont également une valeur phonétique afin de rendre l’écriture aussi proche que possible de la langue parlée. Ils ont donc une fonction de signe-son.

Les Egyptiens ont beaucoup développé l’emploi des idéogrammes en les codifiant et en leur attribuant des significations de plus en plus précises : se sont les hiéroglyphes.

Hiéroglyphes

Document 11 - Les hiéroglyphes

Les hiéroglyphes ont été décryptés à partir de 1822 par Champollion, spécialiste des langues anciennes, par l’étude approfondie de la pierre de Rosette, dalle présentant le même texte gravé dans trois types d’écriture : les hiéroglyphes, le démotique (écriture utilisée plus tard -du VIIème siècle avant J.-C. au Vème siècle après J.-C.- par les Egyptiens) et les caractères grecs, écriture bien connue.

Pierre de Rosette

Décors égyptiens

33


Cherchez, sur Internet, votre nom et votre prénom écrits en hiéroglyphes. Recopiez-les sur un carton que vous poserez sur votre table de travail.

De nos jours, les langues chinoises s’écrivent toujours à l’aide d’idéogrammes. Une bonne connaissance du chinois nécessite de reconnaître environ 5 000 idéogrammes !

3. LL’ÉCRITURE ’ÉCRITURE CUNÉIFORME

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Dans la région qui a vu apparaître les pictogrammes puis les idéogrammes, la cité de Sumer a été le berceau d’une révolution capitale : l’emploi d’un ensemble de signes, chacun sans signification propre, mais qui, assemblés, peuvent exprimer des objets, des actions ou des idées. Cette écriture est appelée cunéiforme à cause de la forme en coin de ses éléments due au poinçon qui servait à graver les caractères dans l’argile.

Écriture cunéiforme

4. LL’ÉCRITURE ’ÉCRITURE ALPHABÉTIQUE ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ L’évolution ultime de l’écriture est sa forme alphabétique dans laquelle un petit nombre de signes (les lettres) sont assemblés en mots pouvant couvrir toutes les nuances du langage parlé. Les premiers à utiliser une écriture alphabétique furent probablement les Phéniciens (habitants de la Phénécie, correspondant approximativement au Liban actuel) au XIIIème siècle avant J.-C.

Û

1 cm

L’alphabet phénicien (22 lettres) a été repris et modifié par les Grecs (24 lettres) vers 900 avant J.-C. Une

dernière évolution a donné l’alphabet latin (26 lettres) et vers 800 après J.-C. est apparue la différenciation entre les majuscules et les minuscules. Les lettres latines peuvent adopter des formes légèrement différentes les unes des autres. Citons par exemple les écritures «ronde», «gothique», «bâtarde» ou «anglaise». Si l’alphabet latin est actuellement le plus utilisé dans le monde moderne, il n’en demeure pas moins vrai qu’il en existe d’autres (arabe, hébreu et plusieurs en Asie, par exemple).

A BCDEFGHIJKLM

NOPQRSTUVWXYZ abcdefghijklmnop qrstuvwxyz Écriture anglaise 34


5. LA CALLIGRAPHIE

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Comme beaucoup d’autres activités humaines, l’écriture a donné naissance à un art. Celui de tracer de belles lettres est appelé calligraphie. Presque toutes les civilisations qui pratiquent l’écriture ont développé cet art (la calligraphie arabe est l’une des plus abouties). Exemple de calligraphie arabe

Pour sa part, la calligraphie latine a été développée tout au cours du Moyen Âge par les moines copistes qui, de plus, n’hésitaient pas à enrichir leurs manuscrits d’illustrations très fines, les enluminures.

Comme tout art, la calligraphie nécessite un matériel spécifique. Citons, entre autres : le calame en roseau, la plume d’oie, les pinceaux fins ou à bout carré, les porte-plumes permettant d’utiliser une grande variété de plumes détachables, le stylo calligraphe, le feutre à bout plat, les crayons automatiques pour les grands formats... Les différentes plumes de calligraphie et les ouvrages traitant de leur emploi (par exemple «l’ABC du calligraphe» de David Harris) permettent de tracer de belles lettres en respectant les épaisseurs, les angles d’attaque de la plume sur le papier ainsi que l’ordre de progression du tracé.

L’imagination étant la caractéristique principale d’un art, celui de la calligraphie a conduit à une variété infinie de styles d’écriture et d’interprétation des lettres de l’alphabet.

ACTIVITE N° 1 1) Les plumes pour la calligraphie étant onéreuses, vous pouvez fabriquer un calame à partir d’un roseau (ou d’un petit tube en matière plastique). a) Prenez un roseau du diamètre d'un stylo. Faites une entaille de 4 à 5 cm à l'extrémité. Le roseau est creux à l'intérieur !

b) Effectuez un biseau à l'extrémité de votre calame. Suivant l'angle que vous obtiendrez (oblique ou droit) l'écriture ne sera pas la même. Faites des essais ! 35


c) À l'opposé de cette entaille coupez le roseau de façon à former un «bec

d) À l'extrémité de votre calame, et pour donner plus de souplesse, prati-

plat» (comme une plume).

quez dans le bec une fente dans le sens de la longueur de 1,5 cm. L'encre pourra ainsi mieux s'écouler.

2) Avec votre calame, essayez d’écrire d’abord des lettres en vous inspirant des modèles ci-dessous, puis suivez votre inspiration.

3) Sur une feuille de bon papier, tracez légèrement au crayon des lignes espacées d’un centimètre. À l’aide d’un porteplume et d’une plume fine (type Sergent Major), exercez-vous à tracer de belles lettres régulières puis des mots. Le résultat doit être beau, n’oubliez pas que la calligraphie est un art ! (voir modèle d’écriture anglaise page 34). Quand vous aurez bien maîtrisé l’écriture anglaise, écrivez des lettres à vos amis(es). Ils(elles) seront étonnés(es) et ravis(es).

4) Une technique très simple consiste à attacher ensemble deux crayons ou stylos à l’aide de ruban adhésif. Les couleurs peuvent être identiques ou différentes. En variant l’angle d’écriture, il est facile de modifier les effets obtenus.

36


5) Pour faire de gros titres, vous pouvez dessiner vos propres lettres, mais aussi en découper dans des magazines pour former des mots. Servez-vous en pour annoncer un événement tel que «Portes ouvertes le...», ou «Tournoi sportif au lycée».

ACTIVITE N° 2 À la limite de l’écriture et du langage gestuel... 1) Avec vos mains ou votre corps, seul ou à plusieurs, essayez de former les lettres de l’alphabet. 2) À la maison, repérez des objets ou des meubles qui vous font penser à des lettres. 3) Reconstituez l’alphabet à partir de vos recherches.

Document 12 - Benjamin Vauthier

Un artiste atypique ! Ben, de son vrai nom Benjamin Vautier, est un artiste français d'origine Suisse, né le 18 juillet 1935 à Naples en Italie. Il vit et travaille à Nice. Sa philosophie : «Je cherche systématiquement à signer tout ce qui ne l'a pas été. Je crois que l'art est dans l'intention et qu'il suffit de signer. Je signe donc : les trous, les boîtes mystères, les coups de pied, Dieu, les poules, ... Je vais être très jaloux de Manzoni qui me volera l'idée des sculptures vivantes». À la fin des années 1950, Ben ouvre à Nice une petite boutique dont il décore la façade d'une accumulation d'objets hétéroclites et dans laquelle il vend des disques d'occasion. Dans sa boutique ou plutôt sur le trottoir se retrouvent les principaux membres de ce qui sera appelé «l'École de Nice» : César, Arman, Martial Raysse, Sosno, etc. Proche d'Yves Klein et séduit par le nouveau réalisme, il développe l'idée que «l'art doit être nouveau et apporter un choc». Au début des années 1960, il rejoint le groupe Fluxus et publie de nombreux textes.

37


6. LES MO TS D ANS LA PUBLICITÉ MOTS DANS ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Dans le livre «Une histoire de la publicité» les auteurs Stéphane Pincas et Marc Loiseau mentionnent :

L'entreprise doit communiquer à l'extérieur si elle veut se faire connaître sur le marché et vendre ses produits.

«L'on pourrait faire commencer l'histoire de la publicité en 1630, lorsque le Français Théophraste Renaudot fait paraître ses premières insertions dans La Gazette de France. La première apparition de l'expression «agence de publicité» (advertising agent) remonte très précisément à 1842. Elle est utilisée par un certain Volney B. Palmer qui désigne ainsi la société qu'il crée à Philadelphie, en Pennsylvanie. La plupart des historiens voient là la naissance de la publicité moderne, cette industrie créative qui a su transformer d'innombrables messages commerciaux en autant d'icônes culturelles».

Aujourd'hui tout est support de publicité. Elle envahit la vie quotidienne et pousse inconsciemment à la consommation. Les boîtes aux lettres sont pleines de tracts ou de magazines ventant les vertus de tel ou tel produit. On frôle parfois l'intoxication. À l'entrée des villes, (qui par ailleurs se ressemblent toutes avec leurs ronds-points et leurs grands panneaux de publicité), il est facile de trouver rapidement un restaurant, de l'essence, le centre-ville historique, le centre commercial...

Document 13 - Règlement local de la publicité

La ville met le holà sur la publicité. La ville de La Roche-sur-Yon vient de modifier le règlement local de publicité sur son territoire. Le nouveau texte doit permettre, d'ici la fin 2009, de diminuer de 30 à 40 % le nombre de panneaux publicitaires et d'enseignes existants. La place de «Lune» avant l'enlèvement des panneaux publicitaires... Près de 600 panneaux publicitaires sont actuellement disposés sur le territoire de La Roche-sur-Yon. Avec la mise en place de son nouveau règlement local de publicité, «la ville a pour objectif de diminuer de façon significative le nombre de panneaux et de modifier les enseignes, tout en prévoyant une meilleure intégration dans le paysage pour ceux qui subsistent», explique Joël Soulard, adjoint à l'urbanisme. Avant d'être adopté en Conseil municipal, le projet a été examiné et approuvé à l'unanimité par les publicitaires et les fabricants d'enseignes le 16 mai dernier. Le règlement a ensuite été soumis à l'avis de la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites du 3 juillet 2007 qui s'est prononcée favorablement. Conformément à la procédure, les afficheurs disposent désormais de deux ans pour se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation. «Après négociations, nous avons d'ailleurs obtenu de ces derniers que cette mise en conformité commence à se mettre en place dès maintenant», souligne Joël Soulard. «Le zéro publicité n'est pas possible, car les panneaux sont utiles à l'activité commerciale locale».

Six principaux objectifs ont été définis par la ville dans son règlement : - protéger le quartier de la gare, les bourgs anciens… ; - protéger les entrées de ville ; - protéger les ronds-points ; - supprimer les concentrations le long des axes ; - limiter la surface et le nombre des panneaux publicitaires dans les quartiers résidentiels ; - rendre lisibles les informations et donner la priorité aux enseignes sur les axes des zones d'activités.

Et maintenant... Concrètement, à chaque aménagement structurant dans la ville, une négociation sera menée avec les afficheurs concernés. Cette démarche a été d'ores et déjà conduite l'été dernier au niveau du giratoire de la «Lune». Cette opération a concerné cinq panneaux d'affichage. Ce sera également le cas boulevard Edison (à l'emplacement des trois ponts) début 2008. L'une des difficultés majeures de ce dossier repose sur le fait qu'une grande partie de ces panneaux est installée sur des domaines privés régis par des conventions. La ville est donc amenée à sensibiliser et expliquer les incidences en terme de pollution visuelle à chaque intervention sur l'espace urbain. Un dossier de longue haleine qui nécessite une vraie sensibilisation de toutes les parties prenantes. L'incidence économique de ce nouveau règlement est en effet conséquente. Roche Mag - Décembre 2007 - Notre avenir

38


1) Que pensez-vous de la décision prise par la ville de la Roche-sur-Yon ? Argumentez votre réponse. 2) Photographiez dans votre ville des lieux de «pub» puis à l'aide d'un calque transparent posé sur les photos tracez ce que vous verriez sans les panneaux publicitaires. La ville vous apparaît-elle autrement ? 3) À l'aide de ces photos regroupées sur un panneau, échangez vos points de vue et organisez un débat sur le thème «La pub... un envahisseur qui défigure nos villes». 4) Répertoriez des mots utilisés en publicité et classez-les par genre (exemples : tendresse, amour, luxe, utilité, service...). 5) Relevez des supports de publicités et faites des photos de l’ensemble... Comparez vos recherches.

II

LES IMAGES

Communiquer, nous l'avons vu, signifie «établir des relations avec quelqu'un». Il faut d'abord, pour qu'une communication soit établie, que le schéma de communication soit en place. Une deuxième condition nécessaire pour établir une communication est que le message soit compréhensible pour le récepteur. Le message, ou signe, comporte toujours un signifiant et un signifié. Le signifiant est la forme utilisée pour transmettre le message : un dessin, un mot, un geste..., qu'entend ou que voit le récepteur du message. Le signifié est ce que représente le message transmis, ce qu'il veut dire. Pour qu'une communication

soit réellement établie, il est donc impératif que le signifié soit compris par le récepteur. Certains signes sont utilisés par tous selon des conventions (par exemple, le code de la route) : on dit qu'ils ont une signification fixe. D'autres doivent être placés dans un contexte précis pour que leur signification prenne un sens (par exemple, une phrase) : on dit qu'ils ont une signification ouverte. Nous avons déjà abordé différentes formes de communication (orale et verbale, gestuelle) mais il en existe une autre, très développée dans nos sociétés modernes, c'est l'image.

1. DÉFINITION D’UNE IMAGE ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ «C'est la représentation d'un être ou d'une chose par les arts graphiques ou plastiques, la photographie ou les films. L'imagerie d'Épinal fut au XIXème siècle (et encore aujourd'hui) un centre de fabrication de gravures à usage populaire... les fameuses images d'Épinal». Source : Dictionnaire Larousse

Les images sont partout, sous différentes formes, fixes ou animées : dessins préhistoriques, vitraux et basreliefs dans les églises, icônes des églises orthodoxes, tapisseries (reine Mathilde à Bayeux, tapisseries d'Aubusson...), tableaux (Chagall, Picasso, Manet,

Monet, Léonard de Vinci et bien d'autres). Des représentations graphiques se trouvent également sur les monnaies, les gravures militaires, les bandes dessinées... 39


Collectez un maximum de représentations graphiques puis triez-les en classe, par sujet, par époque et par auteur (essayez de connaître les œuvres des auteurs).

2. LA COMMUNICA TION PPAR AR LL’IMA ’IMA GE COMMUNICATION ’IMAGE ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ S’il est d’ordinaire convenu que «l’Histoire» commence à l’apparition de l’écriture, l’homme ne l’a toutefois pas attendue pour avoir une vie intellectuelle, artistique et spirituelle. La préhistoire est, en fait, le premier temps (très long) de l’histoire de l’humanité. Le langage, donc la pensée, a pu atteindre une grande complexité sans s'écrire. L'art fait partie de la vie humaine et apparaît avec des images figuratives d'animaux sur les parois rocheuses, d'abord simples puis plus élaborées. Elles sont gravées ou dessinées et représentent des scènes de la vie quotidienne (chasse, pêche, mains). L'image, des grottes de Lascaux aux vignettes des bandes dessinées, est non seulement un moyen d'expression artistique, mais aussi un outil réel de communication bien antérieur à l'écriture. Tout au cours des siècles l'expression visuelle n'a cessé de se développer sous toutes ses formes avec des courants, des tendances et des modes. Dans le domaine de la peinture par exemple, les impressionnistes, les surréalistes, les cubistes, les naïfs et bien d’autres encore, ont fait évoluer l’art pour enrichir la pensée humaine au fil du temps.

Peintures préhistoriques

Observez bien les reproductions ci-dessous ainsi que celles de la page 41 afin de compléter le tableau qui les suit en vous aidant du nom de l’auteur et du titre de l’œuvre.

N° 9 40

N° 6

N° 1


N° 5

N° 7

N° 2

N° 8

N° 3

Artiste

Nom de l’œuvre

N° 4

N°10

Numéro de l’œuvre reproduite

Antoni Tapies

Grand X - Technique sur carton

...............

Nam Junes Paik

Installation vidéo

...............

Franck G. Gehry

Musée Guggenheim à Bilbao (photo)

...............

Henri Matisse

La blouse roumaine

...............

Joan Miró

Femme et oiseau au clair de lune

...............

Salvador Dali

Persistance de la mémoire

...............

Paul Gauguin

Arearea-Joyeusetés (1892)

...............

Vincent Van Gogh

L’église d’Auvers sur Oise

...............

Edouard Manet

Le déjeuner sur l’herbe

...............

William Turner

Le téméraire

...............

41


3. LES DOMAINES D ’UTILISA TION DES IMA GES D’UTILISA ’UTILISATION IMAGES ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

a) L’information Que ce soit dans les magazines, les journaux ou à la télévision, l’image est omniprésente sous forme de reportages, d’images chocs (rappelons le célèbre slogan de Paris Match : «Le poids des mots, le choc des photos»), de dessins de presse ou d’actualité ou encore de caricatures. Sans elle l’information ne serait pas ce qu’elle est de nos jours.

L'anglais Julien Beever, qui fait partie du mouvement les «arts du trottoir», fait un travail exceptionnel à la craie sur les trottoirs des grandes villes.

b) La communication On trouve l’image sous forme de pictogrammes, d’idéogrammes, d’icônes (en informatique), de symboles, de signaux, d’emblèmes, de logos...

c) L’art Fresques murales, trompe-l'œil, mosaïques, céramiques, sculptures, tableaux, architecture, vitraux, arts décoratifs, collages, photographies, cinéma, dessins animés... Attardons-nous quelques instants sur la technique du trompe-l'œil : C'est une manière de peindre qui cherche à donner l'impression de la réalité. Lorsqu’elle est appliquée sur des murs ou des plafonds le spectateur a l’impression de voir en relief.

d) Les sciences Images du réel du plus petit (microscope) au plus grand (téléscope) ou images virtuelles explicatives (échographie, IRM, scanner)...

e) L’éducation Illustrations de livres pour enfants ou manuels scolaires, documents iconographiques relatant l’histoire du monde, portraits peints ou photographiques, schémas et dessins éducatifs...

f) L’industrie Schémas et dessins industriels, croquis de mode ou d’objets design...

g) Les commémorations Images pieuses, timbres-poste, plaques sur les monuments...

h) Les souvenirs Trompe-l’oeil de Michel Bougas

L’apparence de volume est donnée par la perspective et les lignes de fuite. 42

Banques d'images, archives, photos souvenir, cartes postales, albums photographiques, scrapbooking (collage de photos en composition)...


4. LES FFAMILLES AMILLES D ’IMA GE D’IMA ’IMAGE ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

a) L'image informative ou narrative

b) L'image décorative

Elle raconte des faits, des tranches de vie. Son rôle est d'expliquer, d'informer, parfois de façon provocante, mais elle peut aussi être divertissante ou ludique. Les dessins humoristiques et les bandes dessinées rencontrent un franc succès grâce à leur côté amusant. En journalisme, l'image peut choquer ou séduire le lecteur.

La peinture fut longtemps l'unique procédé de représentation du monde et d'imitation de la réalité. Depuis l'invention de la photographie en 1826 par Nicéphore Niépce (né sous le règne de Louis XV, le 7 mars 1765 à Châlon-sur-Saône), celle-ci se consacre plutôt à une transposition fidèle de la réalité alors que la peinture évolue vers une représentation de l'émotion, de l'expression intérieure de l'artiste et d’une recherche du beau.

c) L’image publicitaire Que ce soit sous forme de dessins, d'affiches, de tracts, de dépliants, de spots ou de clips promotionnels..., sur tous les supports imaginables, l'image est la matière première de la publicité. Alliée à un slogan qui la complète et l'accentue, elle agite les consciences et déclenche l'envie de posséder, donc d'acheter. Nous avons vu que le texte était important dans la publicité, mais les images sont vendeuses. La promotion des produits et des services passe aujourd'hui par le visuel. Les images incitatives envahissent le quotidien sur des supports inattendus tels que les vêtements, les automobiles, les camions, les avions, les mongolfières, les skis, les articles de sport...

43


1) Créez une publicité en utilisant une musique classique, un texte d'auteur et un collage de photos découpées dans des magazines. 2) Relevez des supports d'images différents des exemples ci-dessus. 44


III

LA FABRICATION DES IMAGES

Une image est un assemblage de points, de lignes, de surfaces, de couleurs dont la disposition donne parfois l'illusion du volume, de la lumière, du mouvement, de la vie. La perspective géométrique est l'organisation des objets sur la surface, de telle sorte que leur représentation corresponde à leur perception visuelle. Par exemple, une table peut être dessinée de manière à donner l’illusion de la voir en trois dimensions.

sont une interprétation personnelle à partir de transcriptions de codes ou de rapprochements avec d'autres images.

Toute image suppose un point de vue : ce qui est montré par l'image est en fait ce qui est vu par l'œil du peintre ou du photographe. Le cadrage détermine la portion d'espace représentée. Ce que l'image montre constitue sa dénotation. La dénotation se borne à un constat technique et pratique de cadres, de formes, d'aspects, de lignes et de couleurs..., auquel il convient d'ajouter un commentaire sur les formes observées par comparaison et rapprochement avec des modèles connus. Ce que l'image suggère (la subjectivité) constitue ses connotations. Les connotations complètent la dénotation car elles viennent superposer, associer des significations supplémentaires. Elles dépendent du lecteur lui-même, de sa mémoire, de ses valeurs personnelles, de sa culture, de ses pratiques sociales et culturelles, de ses émotions et de son imaginaire. Elles

Sandales sur la plage (Anne-Sophie G.)

- Que pensez-vous de la mise en scène de cette photo ? - Que dénote-t-elle ? - Quelles connotations suggère-t-elle ?

1. LES COMPOSANTES DES IMAGES ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ Le point, la ligne, les formes géométriques sont des signes graphiques qui possèdent des valeurs expressives.

a) Le point Un point seul posé sur une page blanche situe, centre ou décentre, tout en produisant un effet de profondeur. Il peut stabiliser ou déstabiliser une surface.

Faites un essai : posez une pastille colorée sur une feuille de papier blanc et déplacez-la sur toute la surface. La perception reste-t-elle toujours identique ? 45


b) La ligne En fonction de sa place, de sa direction, de son épaisseur, de sa forme, une ligne prend des valeurs différentes.

‚



ƒ

…

 Des valeurs de direction, avec les effets statiques, stables de l'horizontale, les valeurs dynamiques de la verticale ou instables de l'oblique. La ligne horizontale, qui est par essence une ligne froide, évoque le calme, le plat. Elle fait penser à l'horizon avec une impression de profondeur, d'étalement des plans rapprochés et lointains. Elle suggère l'immobilisme. Elle élargit les surfaces.

Élargissement de la surface et Étalement des plans (dessins de l’auteur)

La ligne verticale évoque la station debout et exprime la hauteur. Elle n'approfondit pas l'espace et si le regard rencontre plusieurs verticales devant lui, il est arrêté comme par une barrière et ne pénètre pas dans la profondeur de l’image.

…

Des effet d’intensité par l’utilisation de segments et/ ou de points plus ou moins serrés les uns aux autres.

Les diagonales, dans un dessin, un tableau ou une photo, entraînent le regard, montrent la direction à suivre.

‚

Des valeurs de force ou de faiblesse en fonction de l'épaisseur du trait.

ƒ

Des valeurs de tension : attachement pour la ligne courbe ou la spirale, rupture pour la ligne brisée.

„

Des valeurs de clôture ou d'ouverture avec des surfaces, des masses ou des volumes quelles que soient leurs formes.

Bon à savoir Lorsque vous regardez un tableau (ou une photo) l'œil balaye, dans un premier temps, la surface de haut en bas puis de gauche à droite. Dans un deuxième temps, il parcourt les diagonales de l'image. Ceci est important à savoir car lorsque vous aurez à créer des documents visuels il faudra bien placer votre texte, votre photo...! 46

Dessin de Laure

Réalisez un dessin avec uniquement des points obtenus en tapotant votre crayon sur la feuille de papier (cette technique s'appelle le pointillisme).


c) Le cercle Souvent utilisé en architecture, le cercle (vitraux, rosaces...) se retrouve aussi en peinture dans les visages, les médaillons. Il intervient également pour introduire un élément de régulation et de calme et donne un effet général d'harmonie et d'équilibre.

L’église du Sacré-Cœur à Paris

1) Sur des gravures, dessins ou photos de magazines, essayez de retrouver les lignes de force et tracez-les.

2) Sur la photo ci-contre tracez tous les cercles que vous découvrez. Statue hindoue (photo de l’auteur)

2. LA COMPOSITION DES IMAGES ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

a) Le nombre d’or Dans la composition d’un tableau, d’un dessin ou d’une photo, il faut respecter des proportions dans l’espace entre chaque chose, entre chaque objet, entre horizon et ciel..., pour que l’image obtenue soit équilibrée. Depuis les Grecs, l’Homme a toujours recherché la notion de «beau» et le célèbre Pythagore a bâti la théorie du nombre d’or. Elle équilibre particulièrement bien les compositions.

Pour bien positionner un arbre (point Y) sur une route figurée par le segment AB, il faut qu’il soit situé à une certaine distance de chacune des extrémités. Y sera la «section d’or» de AB quand le rapport entre les segments AB et AY sera égal au rapport entre les segments AY et YB (AB/AY = AY/YB). Ce rapport est invariable et égal à 1,618. C’est le nombre d’or. Vous pouvez le vérifier sur le schéma ci-contre. Le nombre d’or résulte de la célèbre suite de Fibonacci dans laquelle chaque nombre est égal à la somme des deux nombres qui le précèdent : 1 - 1 - 2 - 3 - 5 - 8 - 13 - 21 - 34 - ...

Dans cette suite le rapport entre un nombre et celui qui le précède est égal au nombre d’or (approximativement au début puis de façon de plus en plus exacte à mesure que la suite se poursuit - cela est facile à vérifier).

Une autre expression du nombre d’or est (1 +V 5) / 2. Une méthode simple pour positionner la section d’or est de plier une feuille en deux, trois fois de suite dans la longueur et la largeur. On obtient 8 carreaux en longueur et 8 carreaux en largeur. Il suffit ensuite d’en compter 5 pour obtenir une valeur approchée du nombre d’or (8 : 5 = 1,6).

47


b) L’illusion du volume

‚



Division de l’espace Perspective de Michel Bougas

Diffusion de la lumière Île de Skye (photo de l’auteur)

 La division de l'espace en plusieurs plans successifs crée l'illusion de la profondeur. Le jeu sur les couleurs des objets éloignés donne une perspective que l'on dit colorée.

‚

Dans la nature la diffusion de la lumière donne une teinte bleutée ; en peinture il suffit d'estomper les contrastes sur les formes éloignées pour donner l'illusion de l'éloignement.

ƒ Le chevauchement des formes : l’objet qui est caché par un autre donne l’impression d’être en arrière.

ƒ

„ La perspective linéaire est basée sur l’illusion d’optique qui fait paraître les objets lointains plus petits que ceux qui sont proches. Le rayon visuel est la ligne imaginaire située entre le point de vue et le sujet. Par exemple, en regardant un paysage, le rayon visuel est situé entre les yeux et l'horizon observé. Dans le dessin ou la peinture d’un paysage la distance entre le point de vue et l'objet doit être égale à 2,5 fois la hauteur de l'objet pour avoir une perspective égale à la vision. Chevauchement des formes (photo de l’auteur)

…

La ligne d’horizon est une ligne imaginaire qui est symbolisée par la limite de l’eau de la mer ou par ce qui est vu à hauteur d’œil. Les lignes qui vont dans la direction du regard et qui convergent vers un point unique sont appelées les lignes de fuite.

…

†

La ligne d’horizon et les lignes de fuite (en rouge) (photo de l’auteur)

†

La hauteur des objets peut donner une illusion de relief en modifiant les échelles. L’objet qui est le plus proche du regard paraîtra le plus grand, même s’ils ont tous la même taille.

48

La hauteur des objets (photo de l’auteur)


c) Les plans L’échelle des plans est la grandeur des éléments du décor par rapport à la taille de celui-ci. C’est un rapport proportionnel entre le sujet et le cadre. Il existe plusieurs plans :

ƒ  

‚

Plan général (photo de l’auteur)

Plan large

Vue en pied

 Le plan général a pour fonction de montrer l’ensemble du décor compatible avec le champ visuel.

ƒ

‚

Elle marque une action ou un temps fort dans l’action du personnage qui remplit intégralement le cadre de l’image.

Le plan large permet de situer les personnages d’une scène et sert de toile de fond. Il s’appelle aussi plan de demiensemble et est souvent utilisé dans des scènes mettant en jeu plusieurs acteurs.

La vue en pied est utilisée pour les portraits officiels, en peinture ou en photographie et également dans les vignettes des bandes dessinées.

…

†

„

Gros plan

Plan moyen (photo de l’auteur)

„ Le plan moyen sert à attirer l’attention sur le personnage présenté en buste. En général les poses sont très étudiées et le costume est significatif du rôle social. Il y a trois possibilités de coupe du personnage dans le plan moyen : - Poitrine : plan poitrine - Taille : plan américain - Genou : plan italien

Très gros plan (photo de l’auteur)

…

Le gros plan dramatise une scène ou exprime des sentiments forts. Pour des personnes, il est centré sur le visage ; pour des objets, le gros plan a pour fonction de montrer un détail d’un ensemble.

†

Le très gros plan porte l’émotion à son maximum. En publicité il est souvent utilisé pour mettre en valeur un détail, en photo et peinture pour souligner la symbolique et en bandes dessinées pour suggérer l’intensité de l’émotion. Les détails du visage sont alors très marqués. 49


d) L’angle de vue C’est l’angle sous lequel l’œil du peintre ou l’objectif photographique voient le sujet. Celui-ci peut se présenter de face, de profil ou de trois quarts ; il peut être vu à niveau depuis le haut ou depuis le bas. Il est très important (surtout en photographie) car les effets obtenus sont très différents les uns des autres.



ƒ

‚

Vue de face

Vue de dos

Vue de profil

 La vue de face : le sujet est directement face au spectateur et capte son attention. C’est un face-à-face qui peut engendrer de la confiance. Cette technique est utilisée pour la prise de vue des photos d’identité. ‚

La vue de dos crée un effet «énigmatique» et est souvent utilisée dans les films policiers. Le fait de ne pas voir le visage donne une impression de mystère «Mais qui est-ce ?».

ƒ

La vue de profil évoque l’imminence d’un danger.

„

†

Vue de trois quarts

„

‡

Vue en plongée (photo de l’auteur)

Vue en contre-plongée (photo de l’auteur)

La vue de trois quarts est une vision moins directe que la vue de face et incite au regard. L’interpellation est moins

forte.

…

La vue prise au niveau du sujet est la plus souvent utilisée car elle ne nécessite pas de mise en scène particulière. L’image est en quelque sorte neutre.

†

La vue en plongée est une technique dans laquelle celui qui prend la photo ou qui dessine se trouve au-dessus du sujet. C’est une position de domination du metteur en scène.

‡

La vue en contre-plongée est l’inverse de la plongée, c’est-à-dire que l’opérateur se trouve en dessous du sujet, en situation d’infériorité. Le sujet est tout puissant et affirme sa personnalité.

50


3. LL’EMPL ’EMPL OI DES COULEURS ’EMPLOI ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ Pour fabriquer vos outils de communication et exercer votre créativité, il vous sera parfois utile d'employer, non pas seulement des dessins au crayon, mais également des images peintes.

Les couleurs sont des pigments naturels ou chimiques qui, en se mélangeant entre eux, donnent une très grande variété de couleurs. • Les trois couleurs de base, apppelées couleurs primaires, sont : jaune - rouge - bleu.

Il existe trois techniques principales : - l'aquarelle qui est une peinture à l'eau transparente, - la gouache qui couvre plus que l'aquarelle, - la peinture à l'huile, plus difficile à travailler que les deux autres et qui nécessite un temps de séchage beaucoup plus long.

• Les couleurs secondaires sont obtenues en mélangeant deux couleurs primaires.

Toutes les couleurs possibles (il y en a une infinité) sont obtenues en modifiant les proportions respectives des trois couleurs primaires. Elles peuvent être éclaircies en ajoutant du blanc ou assombries en ajoutant du noir.

Prenez trois tubes de gouache : un rouge, un bleu, un jaune. Puis tracez trois carrés sur une feuille de papier dessin. Mélangez deux couleurs primaires ensemble, peignez les carrés et complétez le tableau suivant.

En mélangeant les couleurs ci-après :

J’obtiens du :

Rouge + jaune

...............................

Rouge + bleu

...............................

Bleu + jaune

...............................

Comparez vos résultats. Avez-vous tous obtenu les mêmes couleurs ? Essayez d’expliquer ce phénomène.

Remarques • L’équilibre visuel entre les couleurs doit créer une harmonie qui dépend également de la luminosité des couleurs employées et des surfaces occupées par chaque couleur. • Avant de peindre, il faut décider de la couleur dominante et de la surface qu’elle occupera, d’autant plus que des formes semblables peuvent apparaître différentes suivant les couleurs employées.

• Les couleurs dites chaudes (rouge, jaune orangé, orange, rouge, violet) sont des couleurs excitantes générant du dynamisme, voire de l’agressivité. • À l’inverse, les couleurs froides (vert, bleu, bleu/ violet, bleu/vert, vert/jaune) sont des couleurs apaisantes, source de calme, prédisposant à l’immobilisme.

51


IV

LA RÉALISATION D’IMAGES PEINTES

Dans ce paragraphe, nous n’aborderons pas la peinture à l’huile car elle est techniquement difficile et, de plus, est trop onéreuse.

1. LL’A ’A QU ARELLE ’AQU QUARELLE ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ L’aquarelle utilise de l’eau pour appliquer les couleurs qui sont conservées sous forme sèche. Les couleurs obtenues soit par mélange, soit par superposition, sont appliquées sur un papier épais et absorbant, dit «papier aquarelle».

En raison de son aspect très liquide, l’aquarelle se pratique sur une feuille posée à plat. Sa principale caractéristique est la transparence. Elle est exécutée rapidement, mais sa maîtrise totale n’est pas toujours facile.

COMMENT RÉALISER UNE AQUARELLE 1. Le matériel

b) Réservez les blancs

- du papier aquarelle ou du papier épais (300 g/m2), - un support pour dessiner (carton, table), - des pastilles d’aquarelle - un peu d’eau - une palette, - des pinceaux en poils de martre et/ou de petit-gris, - un crayon à papier de dureté 2H, - une gomme blanche propre, - de la gomme liquide à aquarelle ou une bougie qui peut la remplacer, - un vieux pinceau pour appliquer la gomme liquide, - un chiffon - une éponge - un pulvérisateur.

Appliquez la gomme liquide pour protéger les zones qui ne seront pas peintes. Préférez cette gomme à la cire de bougie blanche : la gomme s’enlève alors que la cire s’étale.

2. La technique L'aquarelle que nous allons réaliser sera simple. L'idée n'est pas de réussir immédiatement un chef-d'œuvre mais de travailler les techniques. Dans un premier temps essayez, avec patience, vos couleurs et la transparence sur une esquisse simple.

c) Utilisez peu de couleurs Pour une première aquarelle, limitez-vous à quelques couleurs uniquement : vous garderez ainsi une certaine harmonie. Préférez un sujet plus proche du lavis monochrome que du clown de cirque. N’utilisez pas de couleurs pures mais préférez des mélanges réalisés sur la palette. Conservez de la peinture pour les couleurs dominantes du sujet avant de procéder à d’autres mélanges. Si vous ne possédez pas de peintures spéciales aquarelle, utilisez de simples peintures à l’eau en pastille.

a) Réalisez une esquisse Choisissez un sujet simple (une photo ou une carte postale de paysage par exemple) puis dessinez une esquisse au crayon. N'appuyez pas. Après avoir été mouillés les traits de crayon seraient difficiles à effacer. Travaillez avec précision les formes complexes à mettre en valeur ; dégrossissez seulement les formes moins importantes. Cette esquisse n'est là que pour préparer la tâche.Travaillez uniquement les contours avec des traits légers, très légers. Aquarelle d’Anne-Sophie G.

52


d) Travaillez l’aquarelle • Essayez plusieurs effets : pour créer un fond flou, humidifiez le papier avant d’appliquer la couleur. Patientez jusqu’au séchage pour travailler un premier plan précis. Enlevez de la couleur encore humide avec un pinceau sec ou un chiffon.

• Jouez la superposition et la transparence ; l’image doit rester transparente. Si vous déposez trop de peinture sur le papier, son opacité ne permettra plus d’ajuster les nuances. Superposez les couleurs pour comprendre les mélanges délicats sur papier. Posez les couleurs très transparentes en premier, pour finir par des couleurs de plus en plus opaques.

• Si vous utilisez des crayons aquarelle, ayez la main légère. Les couleurs pures des mines sont très fortes et assez difficiles à mélanger sur le papier.

• Finition de l’aquarelle : après séchage de votre tableau retirez la gomme liquide et posez les finitions dans les zones réservées.

2. LA PEINTURE À LA GOUACHE

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

La gouache est aussi une peinture à l’eau, mais alors que l’aquarelle est transparente et permet de voir le papier sous la peinture, la gouache est opaque et couvre la totalité du dessin, ne laissant apparaître ni les traces de crayon, ni le papier. Il est donc possible de peindre des couleurs claires sur des fonds plus sombres. Un tableau peint à la gouache est mat quand il est sec ce qui facilite sa reproduction par scannage car les rayons lumineux sont bien absorbés.

La gouache est commercialisée en tubes. Il en existe plusieurs qualités dont la plus prisée des artistes est «l’extra-fine». Chaque marque a ses qualités, soit de pigment pour les couleurs, soit de couverture et de finition. La gouache (que l’on connaît depuis l’antiquité) est soluble dans l’eau et sèche rapidement.

Remarques - Très fortement diluée, la gouache permet d’obtenir également des effets d’aquarelle. - Pour l’utiliser sur des papiers lisses ou glacés, il faut y ajouter du «fiel de bœuf» afin d’augmenter le pouvoir couvrant.

- Le papier à utiliser doit être épais, spécial dessin ou peinture. - Les pinceaux et brosses pour peinture à l’eau conviennent parfaitement.

Pour commencer, tracez des figures géométriques les unes à côté des autres sur une feuille de papier à dessin et peignez la première d’une seule couleur sans déborder (ce n'est pas toujours facile ! ). Puis changez de couleur et peignez la figure à côté. Quand ceci est acquis essayez des figures plus complexes comme par exemple celle ci-dessous . Changez de couleur à chaque surface.

Une fois cette approche maîtrisée laissez courir votre imagination. Gouache de Annick Moreeuw Musée d’art contemporain 53


3. LE PPA AYSA GE YSAGE ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ Un tableau représentant un paysage est une interprétation de l'espace. On y trouve différents éléments tels que végétation, bâtiments, étendues, cours d'eau, mer, montagne et ciel (calme, orageux, limpide, brumeux...). Dans l'interprétation, il faut tenir compte de l'orientation, de l'angle de vue du peintre ou du dessinateur, afin de donner une perspective et de la profondeur de champ. Pour suggérer le relief, il faut étager les différents plans, tenir compte des lois de la perspective que nous avons vues précédemment ; il faut aller de la couleur la plus foncée au premier plan, vers la plus claire à l'horizon.

‚

Le paysage impressionniste dans lequel ce sont le travail sur la lumière et l'emploi de couleurs pures qui prédominent. Le peintre, qui généralement compose son tableau au dehors directement face à son sujet, juxtapose des couleurs complémentaires par petites touches.

ƒ

Le paysage expressionniste est plus tourmenté ; la peinture est posée avec violence sur la toile, en couches épaisses.

„ Le paysage cubiste de construction organisée, se signale par une décomposition de l'espace en formes géométriques.

Plus la couche de peinture sera fine, plus elle renforcera l'impression de réel. Il faut aussi assurer la lisibilité et l'harmonie de l'ensemble. Il est possible de jouer sur la séparation des différents éléments par un travail sur le contraste entre couleurs claires et foncées. Il existe différents types de paysage :  Le paysage classique caractérisé par l'étalement des plans et des perspectives marquées.

Paysage d’Anne-Sophie G. (photo de l’auteur)

1) Cherchez des tableaux représentant différents types de paysage ; comparez puis analysez vos images. 2) Sur chacune de vos reproductions, tracez les lignes de fuite et la ligne d'horizon.

4. LA NA TURE MOR TE NATURE MORTE

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

La composition peut inclure tout ce qui n’est pas vivant. L’artiste, avant de peindre, réalise une mise en scène des objets (fruits, fleurs, légumes, objets de la maison, objets fabriqués...) et les place de telle sorte qu’ils soient mis en lumière de façon attrayante. La nature morte, comme son nom l'indique, ne traduit aucun sentiment, aucun mouvement. Les objets sont inertes. 54

Le langage codé de cette forme d'expression passe par des objets qui n'ont pas d'avenir, qui sont fixés sur la toile pour longtemps (celui de la durée de vie de l'œuvre). D'autre part, cette forme picturale renvoie aux cinq sens de l'homme et le temps est souvent symbolisé. La pomme, la poire, le raisin, la rose font référence à la bible et aux symboles religieux. Très souvent les peintres expriment dans leur travail le caractère éphémère de la vie.


5. LA PEINTURE NON FIGURA TIVE FIGURATIVE

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Il existe une forme de peinture qui n’a pas pour but de représenter des éléments (objets, personnages, animaux) mais de créer des formes. Les couleurs et les graphismes sont utilisés pour leurs valeurs plastiques propres. Ce courant a inspiré différentes écoles regroupées sous le non de «non figuratives».

ƒ

‚



Carré blanc sur fond blanc Malévitch - 1918 (Histoire de l’art en image)

 Le suprématisme utilise les carrés, les rectangles et les cercles. Il y a toujours un rapport entre la forme utilisée et l’espace qui l’entoure. Exemple : le peintre Malévitch, qui a peint à l’huile sur toile une œuvre intitulée «Carré blanc sur fond blanc», a déclaré : «N’importe quelle surface-plan picturale est plus vivante que n’importe quel visage avec deux yeux et un sourire».

Composition rouge, jaune, bleu Mondrian - 1935 (The Gallery de Londres)

Formes géométriques - Vasarely (Fondation Vasarely à Aix-en-Provence)

‚ Le néoplasticisme est la recherche de la pureté, sans lignes courbes. Le mariage fond, formes et couleurs donne son rythme à la toile. Dès 1914, les lignes courbes s'effacent peu à peu au profit des lignes droites et, parmi celles-ci, les lignes obliques tendent à être remplacées par des horizontales ou des verticales. L'utilisation de couleurs primaires signifie qu'elles doivent apparaître uniquement sous leurs aspects fondamentaux. Piet Mondrian est un digne représentant de ce courant et il a peint en 1935 sa fameuse toile intitulée «Composition rouge, jaune et bleu». Il disait : «La nature est parfaite, mais l'homme n'a pas besoin en art de la nature parfaite».

„

L’abstraction informelle est basée sur le hasard entre les traits et les taches de peinture (on pourrait comparer ce travail à un dessin d’enfant). Il n’y a aucune réflexion sur la construction de l’œuvre qui combine les couleurs élémentaires.

Le cinétisme ƒ (représenté par Vasarely) joue sur les formes géométriques et sur le contraste entre les couleurs chaudes et froides pour créer des effets d’optique (rayures, damiers...).

„

„

Les principaux porteurs de ce style sont Miró et Paul Klee. Formes géométriques Paul Klee

Femme et oiseau au clair de lune Miró - 1949 55


…

Le tachisme consiste à couvrir la toile de taches de couleurs et de traits suivant l’intuition de l’artiste. Ce résultat est obtenu soit par projection de peinture sur la toile posée au sol, soit par l’emploi de couleurs industrielles qui coulent directement sur la toile (le «dripping»). Ce sont les déplacements du peintre autour de la toile qui provoquent les effets souhaités. Pollock, l’impressionniste abstrait américain, est le plus radical dans ce style.

…

Choisissez un style et créez votre propre tableau en imitant l’un de ces maîtres. Le peintre Pollock dans son atelier

V

AUTRES COMMUNICATIONS PAR L’IMAGE 1. LE DESSIN DE PRESSE

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

a) Définition Son rôle est d'attirer l'attention du lecteur qui d'un coup d'œil comprend le sujet traité. Situé très souvent sur la première page (appellée «la Une») il fait vendre le journal (quotidien ou hebdomadaire). Il se trouve également dans les magazines car il complète très bien les textes et rompt la monotonie. Parfois composé de simples traits, il peut aussi être en couleur. Le dessin de presse a pour particularité de délivrer un message en lien avec l'actualité. Le plus souvent, audelà de l'illustration, le dessinateur prend parti,

Dessin de presse au crayon (Source : La classe - Dossier pratique recyclage des déchets) 56

dénonce, se moque, met en perspective, critique… Pour comprendre un dessin de presse il est nécessaire d'analyser sa construction et les procédés graphiques et rhétoriques utilisés. Le dessin de presse joue un rôle essentiel pour certains journaux : c'est le cas du «Monde», du «Canard Enchaîné», de «Charlie hebdo» où il participe à part entière à la diffusion de l'information et s'inscrit dans la ligne éditoriale du journal. Pour d'autres il n’est qu'une simple illustration de l’actualité.

Dessin de presse en couleur (Source : Notre temps n° 461 - Mai 2008)


b) Les différentes techniques du dessin de presse  La caricature : le dessinateur accentue tout ce qui sort de l’ordinaire. En allongeant ou en raccourcissant certains traits, il déforme un visage, un corps. Le lecteur reconnaît cependant le personnage. C’est la caricature par amplification. Certains dessinateurs se contentent de ne tracer que quelques traits : c’est la caricature par simplification. D’autres partent des traits d’un animal et le transforment par phases successives en un être humain : c’est la caricature zoomorphique. ‚

Le paradoxe présente une situation qui va à l’encontre de la façon de penser habituelle en heurtant la logique et le raisonnement dans le but de faire réagir le lecteur.

ƒ

La provocation est une façon violente de représenter un thème ou un sujet d’actualité de façon complètement décalée. Le dessinateur traite les sujets tabous à contresens (guerre, maladie, famine, mort...).

„ La répétition reproduit la même scène légèrement modifiée dans plusieurs numéros successifs du même journal (exemple : Le Chat de Philippe Geluck). …

L’ironie consiste à présenter une situation ou des traits de caractère d’un personnage en illustrant leurs contraires. Cela permet d’engendrer un contraste et d’amener à une absurdité évidente.

†

Les figures de style modifient la signification du dessin.

• L’allégorie est une image figurative représentant une idée abstraite. Exemple : la mort, le temps, la République...

• La comparaison est le rapprochement de deux images dans un rapport de ressemblance. • La métaphore est une figure de style par laquelle la signification propre de l’image est modifiée en un sens qui ne lui convient que dans un rapport sous-tendu. Exemple : la lumière de l’esprit, la fleur de l’âge, la ficelle (pour la baguette de pain). • La métonymie change la signification de l’image en une autre qui ne lui convient que dans un rapport de contiguïté. Exemple : «il est refroidi» (meurtre) ou «une fine lame» (pour un escrimeur).

Choisissez un dessin de presse et étudiez-le en suivant le guide ci-dessous. 1. Grille d’analyse :

a) Référence du dessin : nom de l’auteur.

c) Sens du dessin :

b) Scène représentée et procédés graphiques :

- Quel est selon vous le sens de ce dessin ? Quel message essentiel délivre-t-il ? - À quelle actualité fait-il référence ? Résumez l’information livrée en quelques lignes en vous aidant de l’article lié.

- Qui sont les personnages [sexe, âge, milieu social, personnes connues (politique, cinéma) ] ? - Quelle est la mise en scène (actions, jeux, objets...) ? - Comment sont représentés les personnages ? Par quels procédés graphiques (portrait, caricature, anachronisme, stéréotype) ? - Le dessin utilise-t-il des figures de styles (allégorie, métaphore, comparaison) ? - Est-ce de l’humour par rapprochement d’actualités différentes, de l’humour noir, de l’ironie, de l’humour par l’absurde, par le paradoxe... ? - Quelle est la nature des commentaires (bulles s’il y en a) : commentaires simples, jeux de mots... ?

2. Relevez également :

- Le nom du journal, la date, la page. - Le rôle de ce dessin : attirer le lecteur, illustrer, apporter une information supplémentaire, critiquer, mettre en perspective, donner l’opinion du dessinateur... 3. Faites un commentaire critique et personnel du dessin.

57


2. LA PHO TO DE PRESSE PHOT

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

C'est en 1842 que la première photo a été publiée dans un journal londonien. À cette époque les clichés, qui étaient reproduits mécaniquement, étaient souvent décalés par rapport à l'actualité. Il faudra attendre le début du XX ème siècle pour que la photo fasse vraiment partie du journal : c'est le début du photojournalisme. La photo de presse a un pouvoir d'information directe et permet de visualiser les événements décrits dans le texte qu’elle accompagne. La force d’une photo de presse réside dans son iconocité, c’est-à-dire son pouvoir à transmettre un message (comme vu précédemment pour les icônes). Elle atteste d'un événement et est le signe d'une évolution. Une photo peut être chargée en émotion, alors qu'une autre peut apparaître banale et sans intérêt. Lorsque des personnages figurent sur une photo la place de ceux-ci est importante. Si un personnage est à gauche du cliché, il domine l'image. S’il est placé à droite, il devient insignifiant car l'œil du spectateur glisse toujours de gauche à droite. La place de la photo dans la page, sa superficie, le renforcement de l'image par une autre, le cadrage, le choix de la légende, des titres et des sous-titres sont essentiels.

Observons En regardant cette page de journal (contrôle de camions par des douaniers) on constate l’importance de la photo de presse. Trois photos en haut de la page expliquent l'action : dans celle de gauche, un douanier contrôle la nature du carburant du camion, celle du milieu présente un étui (briquet) qui contenait du cannabis et celle de droite montre l'inspection des bagages du chauffeur par un chien. Le décor est planté. La scène se passe donc au bord de l'autoroute, non pas à une frontière, non pas dans un pays étranger, mais bien en France, en plein centre de la France... en Beauce. 58

Le grand titre, au centre de la page, annonce l'action et accompagne une photo grand format qui montre plusieurs camions alignés et les douaniers photographiés de dos, avec des allures peu rassurantes. Sous cette photo un commentaire qui intrigue «les camions frigorifiques dans les mailles du filet...». Le texte sur le côté donne une description précise des faits. Cette photo pose une question : alors qu’il n’y plus de frontières en Europe, donc plus de douanes, à quoi servent les douaniers aujourd'hui ? Quelles sont leurs missions ?


3. LA BANDE DESSINÉE ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

• Une bande dessinée est le récit d’une action racontée par une suite d’images dans la continuité l’une de l’autre. • C’est le scénariste qui écrit l’histoire (le scénario), parfois en collaboration avec le dessinateur lui-même. Le scénario décrit dans le détail les actions des personnages et le contexte du déroulement de l’histoire. • Le scénario est ensuite découpé en vignettes accompagnées des indications nécessaires au travail du dessinateur. Les vignettes sont les cadres des images montrant le déroulement de l’action. Autrefois, les cadres étaient tous identiques mais aujourd’hui ils peuvent être de tailles différentes. Dans certains cas, les dessinateurs n’hésitent pas à sortir du cadre pour créer un effet de surprise. • Le dessinateur doit toujours faire en sorte que le lecteur comprenne l’action à l’aide d’indices et de codes. Les dialogues entre les personnages ou des textes explicatifs sont ajoutés dans de petits encadrés appelés les «bulles». • Les vignettes sont assemblées dans des planches qui forment les pages de l’album et comprennent généralement trois parties :

Esquisse de dessin par Hergé Tintin dans l’affaire Tournesol (Source : Le monde d’Hergé par Benoît Peeters chez Castermann)

- le début qui conclut la page précédente et commence une nouvelle phase de l’action, - le milieu qui est une phase de transition, - la fin de page qui annonce la suite. La lecture d’une planche se fait en général de gauche à droite et de haut en bas.

Effet Marey (Source : Album n° 15 des gags de Boule et Bill - Éditions Dupuis - 1978)

• Les dessinateurs utilisent parfois des effets graphiques. Par exemple, pour donner du mouvement à leurs personnages ils emploient une astuce découverte par Jules Marey qui fut le premier (en photographie) à décomposer un mouvement en gestes successifs. Cette technique (l'effet Marey) permet de donner une impression de vitesse dans le geste. Le principe est de démultiplier les parties du corps en mouvement et les hachures représentent l'espace.

COMMENT COMPRENDRE UNE PLANCHE DE BANDE DESSINÉE

Prenons, par exemple, une planche de l’album «Les Passagers du vent 5» de F. Bourgeon (page 60) et observons sa composition.

59


Planche Les Passagers du Vent 5 - Page 46 - Éditions GlÊnat 60


En haut de la planche (page 60) cinq vignettes représentent une conversation entre quatre hommes. La sixième et dernière représente un chat, signe de mystère et d’intrigue. La bulle accentue d’ailleurs ce phénomène car elle indique une future rencontre. Puis viennent ensuite trois vignettes de taille différentes. La première, à gauche, la plus grande, montre le personnage (le capitaine) sortant de la cale du bateau ; c'est l'homme de la rencontre, celui qui donne les ordres. Dans la vignette du centre, nous voyons un jeune homme, au demeurant mal à l'aise et transpirant. Dans la vignette à droite, le capitaine parle au jeune homme et lui rappelle son passé. Les deux hommes se connaissent donc ! La dernière vignette, la plus grande, en plan large (elle fait la largeur de la page) nous montre le voilier en pleine mer vers une destination inconnue, vers de nouvelles aventures. Le suspense est total.

4. LE COLLAGE

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Le collage peut être employé pour la réalisation de tableaux d’art ou de décoration, mais aussi pour la fabrication de tracts ou d’affiches. Cette technique est basée sur le principe de la recomposition d’une nouvelle image à partir de fragments (de revues, de magazines, de morceaux de papier unis ou colorés, de journaux, de dessins, de tissus, de carton gaufré...) découpés, déchirés, détournés de leur première utilisation et recollés sur un support. Le travail doit être soigné et faire appel aux sens artistiques et esthétiques. Il est également possible d’ajouter des parties peintes aux éléments collés. Le fait de détourner un objet et de l’extraire de son contexte lui donne une signification nouvelle. L'assemblage d'éléments disparates recombinés induit souvent des effets surprenants. Les couleurs vives donnent un aspect dynamique à l'ensemble. L'utilisation de papier glacé (comme des extraits de magazines de mode par exemple), donne à l'ensemble un aspect luxueux et fini. Le collage permet de développer à volonté toutes les formes de créativité.

Collage réalisé par Christine au cours de Florence Heralp

5. LL’AFFICHE ’AFFICHE ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ L’affiche est un outil de communication qui est utilisé dans différents domaines pour avertir, prévenir ou attirer l'attention sur un événement futur. Que ce soit en publicité pour vanter les mérites d'un produit, que ce soit pour avertir d'une réunion associative, politique ou municipale, que ce soit pour annoncer

un spectacle culturel, une pièce de théâtre, un film... l'affiche est partout. Dans la ville elle est omniprésente et a parfois des dimensions gigantesques. L'affiche doit être vue, lisible de loin et posséder des couleurs attrayantes. 61


a) Les origines Vers 1875 et jusque dans les années 1900, les affiches de style «art nouveau» sont souvent utilisées soit dans un but culturel (affiches de libraires ou de salles de spectacles), soit à des fins publicitaires.

La première affiche (1,3 m x 0,70 m) a été créée en 1477 par William Coxton pour faire connaître les cures thermales de Salisbury. Au début, les affiches étaient manuscrites et seul du texte y figurait. Ce moyen de communication n’était employé que pour les ordonnances royales et arrêts de justice ou pour les annonces de spectacles.

Au début du XXème siècle, apparaît la conception moderne de l'affiche publicitaire. Les personnages sont stylisés et associés à un produit.

Durant la guerre de 1914/1918, Ce n’est que vers 1715 que des l'affiche sert également d'instruillustrations font leur apparition. ème ment de propagande. Elle soutient Au XVIII siècle, l’utilisation des l'effort de guerre, incite les jeunes affiches se répend dans les villes. à s'engager pour défendre la patrie. Le financier Law (créateur du système bancaire moderne) a eu Pendant l'entre-deux-guerres et recours aux affiches pour informer La ouate thermogène sous l'influence du «Bauhaus», le public des affaires en cours. Les commerçants, qui ne se faisaient alors connaître que l'affiche s'épure et devient plus stylisée. C'est l'ère du par voie de crieurs, utilisèrent cette petite révolution photomontage, de la géométrie et de la typologie. pour promouvoir leurs activités.

Document 14 - Le Bauhaus Le Bauhaus est un Institut des arts et des métiers fondé en 1919 à Weimar (Allemagne) par Walter Gropius et qui, par extension désigne un courant artistique concernant notamment l'architecture et le design, mais également la photographie, le costume et la danse. Ce mouvement posera les bases de la réflexion sur l'architecture moderne et notamment du style international.

et professeurs s'enfuient aux États-Unis pour échapper au nazisme.

En 1933, le Bauhaus est fermé par les nazis et sa dissolution est prononcée par ses responsables. De nombreux artistes

Le Bauhaus a connu trois directeurs : Walter Gropius, Hannes Meyer et Mies Van der Rohe.

Le programme du Bauhaus a suscité l'adhésion d'un grand nombre d'artistes d'avant-garde de toute l'Europe, parmi lesquels on peut citer Johannes Itten, Wassily Kandinsky, Paul Klee, László Moholy-Nagy ou Marcel Breuer.

b) L’affiche publicitaire Un affiche publicitaire est un moyen efficace d’attirer l’attention du chaland et de le conduire à l’acte d’achat. Son but est de vanter les qualités du produit et de démontrer que l’on ne peut pas vivre sans lui. Le produit doit devenir indispensable à la vie quotidienne. Beaucoup de marques ne sont plus représentées dans la publicité que par un simple logo (chaussures, voitures...) de façon à concentrer l’attention au maximum sur le produit et rien que sur le produit. Une affiche comprend toujours une illustration, une accroche, un texte et une signature. 62


COMMENT COMPOSER UNE AFFICHE Nous allons composer une affiche publicitaire pour une station de ski de fond. • L’illustration (un dessin, une photo ou autre composition) doit mettre en valeur le produit promu. Dans notre exemple, la neige «produit touristique» crée le désir par la qualité des paysages, la couleur du ciel et les grandes étendues presque désertes de randonneurs. Elle est souvent située au centre de l’affiche et doit être vue en premier. Ses couleurs, ses contrastes obligent le regard et forcent l’attention.

>

ENTRE CIEL ET TERRE

• L’accroche est destinée à attirer l’attention du lecteur. Elle est courte, significative et doit bien traduire ce que le concepteur veut faire ressentir.

>

• Espace vide • Le texte qui vante les mérites du produit se trouve en bas de l’affiche : dans notre cas ce sera l’air pur, l’absence de pollution, les grands espaces avec peu de monde donc pas de bousculade. Il donne aussi des indications sur les adresses où l’on peut acheter le produit, les numéros de teléphone utiles et/ou un rapide descriptif du produit comme, dans notre exemple, les caractéristiques principales de la station.

>

• La signature (exemple : Blanche vallée - Le royaume du ski de fond) rappelle le nom ou la marque et éventuellement le logo. Le slogan peut aussi être placé ici, à côté de la signature. C’est une formule brève, facile à retenir et qui interpelle le lecteur.

c) L’affiche politique Elle fleurit dans les rues surtout au moment des élections. Son but est de faire connaître les différents candidats ou partis qui se présentent au suffrage des électeurs. Les adhérents d’un parti politique sont sensibles à l’affiche car elle véhicule leurs idées et a pour but d’augmenter le nombre de sympathisants. L’image y tient une grande place car elle est celle du candidat éligible. L’aspect physique prenant un rôle de plus en plus important dans la société actuelle, l’affiche doit montrer qui est le prétendant au poste à pourvoir (âge, situation sociale et professionnelle). Dans certains cas, le candidat est même photographié en compagnie de sa famille (voir, par exemple, l’élection du Président Obama aux Etats-Unis).

>

 Le message est clair, sans ambiguïté, parle de l’avenir et rarement du passé. L’affiche dégage un certain positivisme et un dynamisme évident. Elle met en valeur le changement et l’espoir. Les symboles de justice sociale, de générosité, d’effort, de liberté et de fraternité sont toujours employés. ‚

Les codes de l’image sont présents dans les vêtements, l’attitude et le décor que les concepteurs choisissent avec application.

ƒ

Les couleurs utilisées sont surtout celles qui ont un symbolisme fort : - le vert pour l’espoir, - le bleu pour la tranquillité, la compétence, - le rouge pour la révolution et par extension l’évolution, - le blanc pour la pureté.

„ La typographie privilégie les caractères très lisibles et en harmonie avec l’image pour véhiculer un sentiment de confiance. 63


Observez cette affiche et essayez de retrouver les codes qui ont guidé son élaboration : couleur, logo, disposition, etc.

d) L’affiche de cinéma Son histoire est parallèle à l’évolution du cinéma qui, au début, était muet et plutôt comique ; l’affiche est souvent une caricature. Aux USA, dans les années 1930/1950, l'affiche est composée d'un gros plan de l'acteur principal déjà désigné comme la "star". L'affiche était d'autant plus colorée que les films étaient en noir et blanc (les concepteurs de ces affiches deviendront plus tard ceux de la publicité). Depuis 1950, les réalisateurs d'affiches abandonnent les compositions naïves et les remplacent par des images clef du film présenté. L’affiche caricature 1933

Affiche du film «Hôtel du Nord» avec Louis Jouvet

L’affiche star Années 1950

L’affiche réaliste

L’affiche symbolique

L’affiche actuelle

Affiche du film «Rio Lobo» avec John Wayne

Scène du film «Les Choristes» avec Gérard Jugnot

Affiche du film «Le Grand Bleu»

Affiche du film «Les 3 Royaumes»

L’affiche est faite à partir d’une scène du film

Le symbole entre l’homme et l’élément «eau» est ici fortement marqué

Affiche du film à grand spectacle «péplum» avec de nombreux figurants

L’acteur principal Utilisation du dessin occupe toute l’affiche

e) L’affiche de théâtre Plus riche en informations écrites que l'affiche de cinéma, elle comprend au centre une grande photo, avec le nom du metteur en scène et le nom de l'auteur de la pièce. Le nom de la pièce se détache par une calligraphie différente. 64


Les noms des acteurs principaux se trouvent en tête d'affiche afin d'attirer l'attention. Les acteurs secondaires, mentionnés en plus petit, sont placés en bas de page. Les concepteurs des décors, costumes et musique sont nommés également en bas de page. De plus cette affiche informe sur le lieu et l'heure du spectacle. Les «codes couleurs» de l'affiche sont ici très marqués et l'utilisation du rouge a sa signification. Un graphisme blanc (que l'on ne voit pas tout de suite) représentant un chat renforce le titre de la pièce.

1) Comparez une affiche de théâtre et une affiche de cinéma et relevez les différences. 2) Réalisez ensuite une affiche suivant les techniques énoncées ci-dessus.

VI

AUTRES OUTILS DE COMMUNICATION 1. LE TRACT ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Il sert à informer un grand nombre de personnes. Il est souvent utilisé dans les secteurs sanitaires, sociaux ou associatifs. Le public destinataire est bien ciblé mais non identifié personnellement.

Ses dimensions sont réduites (en général ¼ de page de format A4 imprimé en recto). Il peut ou non comporter un dessin ou une image (afin de renforcer le texte).

Le tract doit comporter les réponses à diverses questions :

QUI ?

: est l’émetteur de ce tract : nom, adresse, téléphone, Email, fax ?

QUOI ?

: nature de l’événement : spectacle, conférence, rencontre... ?

OÙ ?

: va avoir lieu l’événement : adresse précise, plan d’accès ?

QUAND ?

: va avoir lieu cet événement : date, jour et heure ?

Le tract peut être déposé chez les commerçants proches ou distribué dans la rue (remis en main propre) ou dans les boîtes aux lettres. Son tirage est en général effectué en grand nombre. 65


Réalisez un tract pour annoncer un événement dans votre lycée à l'aide de différentes techniques que nous venons de voir.

2. LE DÉPLIANT ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

a) Définition du dépliant La fabrication, le but recherché et le public visé par le dépliant sont très proches de ceux du tract. Mais il comprend plusieurs volets et par là-même l’information est moins brutale et concentrée ; elle est progressive au fur et à mesure de la lecture et donc globalement plus complète. Les dépliants sont accessibles dans des présentoirs ou peuvent être distribués comme les tracts. Leur forme plus attrayante facilite leur lecture et incite moins à s’en débarrasser très rapidement.

b) Analyse d’un dépliant Pour notre étude prenons un dépliant de six pages imprimées recto/verso, nous invitant à une foire exposition. Ce document de type commercial peut facilement servir d'exemple pour une autre manifestation. Il suffit de changer les contenus de chaque page.

 La première page, appellée «Première de couverture», annonce l'événement (une foire commerciale), les dates, le lieu, les sponsors et l'exposition sur la Chine qui se déroulera durant cette foire. Cette page a des couleurs assez chaudes qui ont été choisies par rapport au sujet «Les soldats de Xi’An». (Recherchez des documents sur cette page d'histoire). 66

‚

Le verso de la première page (n° 2 en ouvrant le document) donne des informations complémentaires à celles de la couverture : l’invitée d’honneur «La Chine et son Histoire». Deux publicités sous forme d’encadrés (une pour l’animation des enfants, l’autre pour les restaurants) clôturent la page.

ƒ

La page centrale présente un programme détaillé des différentes journées ainsi que la liste des animations de jour ou en nocturne. Un dépliant permet de fournir une multitude d’informations sur plusieurs pages.


„ La page intérieure de droite et son verso sont réservés à la publicité commerciale. Dans le cadre de vos travaux pratiques, ces pages peuvent être remplacées par des annonces des partenaires à votre projet.

…

La dernière page (en repliant le document) donne les informations pratiques : horaires d’ouverture, tarifs, organisateur et ses coordonnées ainsi que le plan d’accès en fonction des différents modes de transport.

COMMENT RÉALISER UN DÉPLIANT

Si vous décidez de produire un dépliant, prenez le temps de bien réfléchir à son but et à sa composition en fonction du message à faire passer et du public ciblé. La maquette peut être réalisée par un professionnel et le tirage confié à un imprimeur (faites faire des devis car les prix sont très variables). Si vous envisagez de le concevoir vous-même, les phases techniques du contenu sont les mêmes que pour les tracts

(Qui - Quoi - Où - Quand), mais il faut en plus penser à l’aspect esthétique : - format (15 x 21 cm est souvent un bon compromis), - type de papier, - choix des illustrations (bonne qualité des images avec de belles couleurs et bien cadrées), - choix des caractères d’imprimerie (le texte peut aussi être manuscrit mais il faut alors que l’écriture soit très soignée). Enfin, n’oubliez pas que les dépliants sont beaucoup plus onéreux que les tracts et que le pliage est long et fastidieux.

3. LES PPANNEA ANNEA UX D ’EXPOSITION ANNEAUX D’EXPOSITION ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ Au cours de votre scolarité vous serez amenés à présenter vos travaux au public. Les quelques notions que nous allons étudier vous seront alors très utiles. ‚ 

Les panneaux sont des plans verticaux, composés de grilles assemblées les unes aux autres. Ce système évite de faire des trous dans les murs et permet une présentation à hauteurs multiples et une circulation autour des œuvres. Il est donc possible d’exposer sur les deux faces des panneaux.

Les «masses», c'est-à-dire les surfaces de carton, papier ou tissu, sur lesquelles vous avez dessiné, peint ou accroché des objets sont fixées sur les panneaux. Elles comportent des titres, des sous-titres, des textes, des illustrations et des flèches pour orienter le spectateur. Elles sont de dimensions différentes et disposées horizontalement ou verticalement.

67


ƒ

Composition d’un panneau :

• Le titre général doit être visible à 5 mètres, très lisible, de taille importante mais proportionnée aux masses ; il doit attirer le visiteur. La hauteur des lettres du titre doit être de 6 à 7 centimètres et leur épaisseur de 1 centimètre. • Les sous-titres doivent être vus à 2 mètres avec une hauteur des lettres de 2 centimètres. Ne pas oublier que les lettres minuscules sont plus lisibles que les majuscules. • Les textes doivent être assez courts, précis, avec des phrases explicites. Un texte trop long n’est jamais lu. Il faut donc faire des résumés et des synthèses et ne jamais mettre un texte brut sur un panneau.

• La disposition verticale divise le panneau en colonnes ce qui donne une impression de rigueur. Les informations doivent être classées, c'est-à-dire que l'introduction sera en haut du panneau, alors que la conclusion sera en bas. Pour aider le lecteur, l'emploi de flèches ou de marqueurs de couleur est indispensable.

Panneau Masses

Masses

• La disposition des masses doit être esthétique, en jouant sur les positions, les contrastes des couleurs, le rapport «texte/image» et l’opposition des photos. • La disposition mosaïque, c’est-à-dire des carrés ou des rectangles côte à côte, donne l’impression d’un éclatement de l’information. Le lecteur lit les masses comme il le souhaite, sans ordre imposé.

Masses Masses

• La disposition horizontale guide le cheminement de l’œil dans un processus logique. Dans ce cas, il faut que les titres et les sous-titres tiennent sur une ligne. Cette présentation est utilisée pour expliquer les différentes étapes d’un processus.

****************************************** *************************** ****************

68


Deuxième partie Réaliser un projet collectif : le P.U.S. (PROJET D’UTILITÉ SOCIALE) • Identifier des ressources sociales et culturelles de l’environnement • Choisir un projet et anticiper sa conception • Déterminer et utiliser une méthode pour sa mise en œuvre • Réaliser le projet et l’évaluer.

69


CHAPITRE 1 PRÉP ARA TION PRÉPARA ARATION .S DU P.U .U.S .S.. Le PROJET D’UTILITÉ SOCIALE que vous allez mettre en place exige un travail individuel et un travail de groupe. Votre investissement sera un facteur important de l’aboutissement de ce projet et vous permettra de comprendre les besoins des personnes d’être reconnues par d’autres. Il vous permettra d’agir avec et pour les autres.

I

DÉFINITIONS 1. QU’EST QU’EST--CE QU’UN PROJET ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Selon le dictionnaire Quillet, c’est un choix de moyens pour l’exécution d’un dessein. C’est aussi une première réaction à une chose dont la réalisation fait envie et la première idée pour sa concrétisation. Par exemple, pour construire une maison il y a une idée de départ, puis des plans, des calculs, des devis et la

construction peut alors commencer. Le travail terminé, la réception des travaux est prononcée. Un projet est donc pensé, analysé par une étude de faisabilité, réalisé puis évalué. Le projet est évolutif et une fois terminé il est suivi d’une réalisation ou meurt et laisse place à une autre idée.

2. QU’EST .S QU’EST--CE QU’UN P.U .U.S .S..

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

C'est d'abord et avant tout un projet, donc une représentation mentale pour une action future. Cette représentation mentale est fréquemment formalisée à des fins de communication ou de mémorisation. La particularité d'un P.U.S. est de venir en aide à une catégorie de personnes qui expriment directement ou indirectement des besoins spécifiques. 70

Ce projet a donc une utilité et intervient dans le domaine «social», c'est-à-dire qu'il s'adresse à un groupe.

a) Quelques conseils S’engager dans la réalisation d'un P.U.S. implique une


quasi-obligation d'aller jusqu'à son terme. Sinon vous ressentiriez un profond sentiment de frustration et le public qui attend beaucoup de vous serait très déçu de ne rien recevoir. Le P.U.S. est un engagement, une sorte de contrat moral. C'est pourquoi il faut rester modeste dans ses prétentions. Il vaut mieux un petit projet bien organisé, qu'un gros projet irréalisable, trop ambitieux et trop coûteux ! Une collectivité attend une action concrète et votre investissement est de nature affective ; ces deux éléments forment le ciment et la cohésion de votre groupe. En résumé, disons que dans une mise en situation de «projet à réaliser» vous allez toujours osciller entre la théorie (vos idées) et la pratique (les contraintes de la réalisation). Il y aura souvent un écart entre elles. Il faudra essayer de le réduire au maximum afin que la réalisation finale ressemble le plus possible à l'idée de départ. Il vous faudra une bonne dose d'imagination et de créativité, une grande ouverture d'esprit et beaucoup d'écoute. La prise de risque devra être raisonnée et votre détermination sans faille ; il faudra croire en votre projet ! Grâce à un questionnement permanent, une bonne

II

organisation et de la méthode vous pourrez concrétiser votre idée et obtenir ainsi de nombreuses satisfactions. Une patience à toute épreuve vous aidera à garder le cap car un projet c'est avant tout du travail, du travail et encore du travail !!!

b) Les dimensions du projet 

Une dimension personnelle : pour vous c’est une démarche d’apprentissage car c’est votre idée dans laquelle vous mettez une part affective. Vous rencontrerez d’autres personnes et vous découvrirez des potentialités que vous ne soupçonniez même pas !

‚

Une dimension sociale : vous aurez besoin des autres. Votre action s’inscrira dans un environnement plus ou moins éloigné du vôtre. Vous serez amenés à nouer des contacts, à engager le dialogue.

ƒ

Une dimension technique : vous aurez à maîtriser tous les aspects matériels et concrets du projet.

„

Une dimension économique : tout projet ayant un coût, même minime, et l’argent étant le nerf de la guerre, vous devrez trouver des financements. Mais, à l’inverse, votre idée pourra peut-être rapporter de l’argent.

…

Une dimension temporelle : le projet est un travail à moyen terme et il faut gérer le temps de façon précise tout au long de ses évolutions. C’est pourquoi l’établissement d’un tableau de bord vous sera utile.

LES ORIGINES DU PROJET

L’origine du projet fait appel à la motivation de votre groupe et conditionne sa nature et son déroulement. Un P.U.S. étant porté par un petit groupe d’élèves (entre 3 et 6 maximum), il faut qu’il y ait consensus dans le groupe afin que tous aillent dans le même sens.

Le projet peut avoir plusieurs origines :

Prenez donc le temps de discuter de vos différentes idées, éliminez les plus ambitieuses, les plus coûteuses ou celles qui demandent trop de transports. Alors, vous pourrez définir une plateforme d’actions communes.

• Soit une demande extérieure faite par un groupe ou une association : mairie, maison de retraite, centre aéré, crèche, école, C.C.A.S. (Centre communal d’action sociale)...

Chaque membre du groupe devra avoir la volonté de réaliser concrètement «quelque chose».

• Soit une opportunité locale (rencontre avec telle personne qui a des compétences dans un domaine, un savoir-faire particulier par exemple).

• Soit une idée personnelle d’un élève ou une simple observation (j’aimerais réaliser ceci ou cela, j’ai entendu dire que..., j’ai observé telle chose, j’ai vu à la télé...).

71


L’observation est ici importante ; c’est pourquoi, dans la phase de recherche de projet, vous devrez être à l’écoute de la vie sociale de votre quartier ou de votre commune.

III

LE CHOIX DU PROJET

Comme nous venons de le voir votre projet servira à d’autres, à des personnes parfois démunies qui ont des besoins. Vous devrez être créatifs et faire fonctionner votre imagination afin de donner un sens original à votre P.U.S..

• QUOI ?

Que voulez-vous faire ?

• POURQUOI ?

Quelles sont vos motivations pour monter ce projet ?

Vous devrez également identifier les centres d’intérêt et les possibilités du partenariat local.

• QUI ?

Quels sont ceux qui ont besoin de votre aide (enfants, personnes âgées, handicapés, femmes seules, adolescents, adultes...) ?

Pour cela, vous devrez vous poser un certain nombre de questions :

Quels sont les partenaires locaux avec qui • AVEC QUI ? vous pouvez monter votre projet (institutions, associations, groupes de pression...) ?

72

SECONDE BAC PRO VIE SOCIALE ET CULTURELLE  

Ce manuel, à la fois livre de cours et de travaux dirigés, aborde l'éducation socioculturelle de manière concrète et active. Objectif 1 : La...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you