Page 1

SERVICES AUX PERSONNES Accompagnement Soins et Services à la Personne

Les besoins de la personne : son organisation, ses fonctions et ses caractéristiques en tant que bénéficiaire de services

Olivier PARMENT


avant-propos Ce manuel a pour objectif d'aider les enseignants et les élèves dans leur progression de cours. Par son contenu diversifié et ludique, il motive et intéresse les élèves tout en les préparant à leur Bac Professionnel. Il a la volonté d'exposer les notions des différentes séquences de la manière la plus simple et la plus claire possible, pour donner une vision globale de la personne en vue de repérer et répondre à ses besoins. Il contient également de nombreux schémas et illustrations pour faciliter la compréhension et l'acquisition des connaissances. Enfin, il propose de nombreux articles visant à découvrir les applications pratiques des sujets abordés. L'auteur

Ce manuel a été réalisé dans le cadre de la convention de coopération signée entre l’APECITA et le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche. Éditeur : Docéo Éditions

ISBN : 978-2-35497-104-5


sommaire première partie réaliser une approche systémique de la physiologie humaine 1

La digestion

5

2

La respiration

10

3

La circulation

16

4

L’excrétion

21

5

Les organes des sens

26

6

Le système nerveux

30

7

La reproduction

38

deuxième partie analyser les comportements observables en situations 8

La famille

45

9

L’enfant

49

10

L’adolescent

53

11

La personne âgée

62

12

La personne handicapée

67

troisième partie communiquer 13

Communiquer avec le patient

73

14

Communiquer avec l'équipe

77

INDEX

80


première partie réaliser une approche systémique de la physiologie humaine


LA DIGESTION ACTIVITÉ Réaumur (1683-1757), naturaliste et physicien français, a réalisé les premières expériences sur la digestion. Voici l’une d’elles, faite sur un rapace qui rejette par son bec tout ce qui n’est pas digéré par son estomac. « Une buse, à qui j’avais seulement arraché quelques plumes des ailes pour la laisser vivre en liberté dans mon jardin, fut destinée à des expériences. Je plaçai dans un gros tube de fer blanc ouvert par les deux bouts un morceau de viande. Le tube ainsi garni fut

Réaumur, Observations sur la digestion des oiseaux.

Au départ

Bouchon de cire Suc gastrique Grains de blé écrasés

Fragment de viande

La viande est dissoute sans putréfaction

=>

3 jours plus tard

=>

L’abbé Spallanzani (1729-1799) fut le premier biologiste à tenter des digestions expérimentales hors de l’organisme (digestions « in vitro »). Il se procure du suc gastrique (sécrété par les glandes de la paroi de l’estomac) sur des oiseaux à jeun (poules, oies...). Avec le suc gastrique ainsi recueilli, il réalise une expérience devenue célèbre et résumée par le dessin ci-contre. Pour que ces tubes soient maintenus à une température constante, proche de celle du corps, Spallanzani, qui n’avait pas d’étuve, les place pendant trois jours sous ses aisselles.

donné à la buse pour son premier déjeuner. Ce ne fut que le lendemain que je trouvai le tube qu’elle venait de rendre : il avait toute sa rondeur, on ne découvrait sur sa surface extérieure aucune trace de frottements. Le morceau de viande avait été réduit peut-être au quart de son premier volume ; ce qui en restait était couvert par une espèce de bouillie, venue probablement de celles de ses parties qui avaient été dissoutes. »

Les grains sont réduits à leur écorce avec un peu de farine au fond

a) Quel est le résultat de l’expérience de Réaumur ? ........................................................................................... .............................................................................................................................................................................. b) Comment expliquer le résultat observé ? ....................................................................................................... .............................................................................................................................................................................. c) Pourquoi Réaumur enferme-t-il la viande dans un tube en fer ? ..................................................................... .............................................................................................................................................................................. d) Quel est le résultat de l’expérience de Spallanzani ? ...................................................................................... .............................................................................................................................................................................. e) Comment expliquer le résultat de l’expérience ?............................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

La digestion

5


f) Pourquoi Spallanzani a-t-il conservé les tubes sous ses aisselles ? ................................................................. .............................................................................................................................................................................. g) Quelle est la notion mise en évidence par les expériences précédentes ? ....................................................... ..............................................................................................................................................................................

Étudie les documents précédents puis explique les connaissances issues de ces expériences.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................



RÉSUMÉ

La digestion consiste à transformer les aliments en nutriments. Cette simplification s’effectue par l’intermédiaire de phénomènes mécaniques et chimiques grâce aux enzymes contenues dans les sucs digestifs. La digestion se réalise en trois temps : la bouche, l’estomac et l’intestin grêle. Les aliments y sont écrasés et hydrolysés jusqu’à obtenir trois nutriments : le glucose, l’acide aminé et l’acide gras. Les deux derniers nutriments, vitamines et sels minéraux, sont obtenus sans transformation car leur taille ne le nécessite pas. À l’issu de la digestion, les nutriments traversent l’intestin pour rejoindre le sang directement ou non. Celui-ci les transportera jusqu’aux organes dont ils permettront le fonctionnement. 6

La digestion


EXErCICES A

Légende le schéma suivant puis réponds aux questions proposées.

1

2

3 4

5 a) Que symbolisent les bulles du schéma ? ....................................................................................................... b) Quelle est l’idée suggérée par la localisation de ces bulles ? ....................................................................... ............................................................................................................................................................................ c) Quelle est la signification de chacun des symboles présents dans les bulles ? ............................................. ............................................................................................................................................................................ d) Quelle est la différence entre les deux premières bulles ? ............................................................................ e) Quelle est la raison de ce phénomène ? ........................................................................................................ f) Quelle est la différence entre les deuxième et troisième bulles ? .................................................................. g) Quelle est la raison de ce phénomène ? ........................................................................................................ h) Quelle est la différence entre les troisième et quatrième bulles ? ................................................................. i) Quelle est la raison de ce phénomène ? .......................................................................................................... j) Quelle est la différence entre les deux dernières bulles ? ............................................................................... k) Quelle est la raison de ce phénomène ? ........................................................................................................ l) Quels sont les constituants alimentaires n’apparaissant pas sur ce schéma ? ............................................... ............................................................................................................................................................................ m) Quelle est la cause de cette absence ? ..........................................................................................................

La digestion

7


B

Retrouve l’intrus qui s’est glissé dans la liste suivante : mastication, brassage, hydrolyse, déglutition, péristaltisme. Intrus

C

Raison

Complète le texte à trous suivant :

Le tube digestif est constitué par les organes que les aliments traversent ; on trouve ainsi :

- la bouche dans laquelle une partie des ………………….. est transformée en maltose grâce à l’action

combinée de la mastication et de l’amylase contenue dans la …………………… ;

- le pharynx dans lequel les molécules alimentaires sont …………………….. ;

- l’œsophage que les molécules alimentaires traversent facilement grâce au……………… de sa paroi ;

- l’estomac dans lequel les protides sont transformés en …………………….. par le brassage et la

……………………. contenue dans le suc gastrique ;

- l’intestin grêle qui assure deux séries de transformations :

• le ………………………….. et les enzymes du suc pancréatique (amylase, ………………..

et lipase) décomposent les ………………….. restant en maltose, les polypeptides en peptides

et une partie des lipides en ………………………………. ;

• le brassage et les enzymes du …………………………………. (…………………….,

érépsine et lipase) terminent la transformation des maltoses en ……………….., des peptides

en ……………………………. et des lipides en acides gras.

D

Indique si les affirmations suivantes sont correctes ou non puis corrige-les lorsque c’est nécessaire. AFFIRMATIONS

Les molécules alimentaires : - sont toutes hydrolysées - traversent le foie - sont dégluties dans le pharynx Les glucides sont : - transformés en nutriments - hydrolysés dans l’estomac - directement absorbés dans l’intestin Les protides sont : - transformés par un suc digestif - hydrolysés en acides gras - hydrolysés puis absorbés dans l’intestin Les lipides sont : - transformés dans deux organes - hydrolysés par deux enzymes - simplifiés en acides gras 8

La digestion

VRAI

FAUX

CORRECTIONS


E

Détermine dans chaque QCM la ou les bonnes réponses.

a) une fois la digestion terminée, les nutriments sont dans : le colon

l’appendice

le pancréas

l’intestin

b) l’absorption intestinale concerne : les molécules utilisables tout le chyle

les déchets

les nutriments

c) les villosités séparent la lumière intestinale : des vaisseaux sanguins

des bronches

des nerfs

des vaisseaux lymphatiques

d) les acides aminés traversent les villosités pour rejoindre : des vaisseaux sanguins des bronches

des nerfs

des vaisseaux lymphatiques

e) les acides gras traversent les villosités pour rejoindre : la veine porte

le vaisseau chylifère

le milieu intérieur

les capillaires sanguins

f) les glucoses traversent les villosités pour rejoindre : les capillaires sanguins F

les capillaires lymphatiques

la veine porte

l’artère intestinale

Complète la grille de mots croisés suivante :

1 - renforce l’émail 2 - zone médiane de la dent 3 - creuse la dent 4 - entoure la dent 5 - nature de la dent de sagesse 6 - située sur la partie antérieure de la mâchoire 7 - nombre de dents de lait 8 - origine des caries

9 - couche superficielle de la dent 10 - contient la zone nerveuse 11 - conséquence d’une perforation de la troisième couche par les microbes 12 - constitue la plaque dentaire 13 - zone inférieure de la dent

13

1 

10

12 2 9

3

8

4 

11

5 6

7

La digestion

9


LA RESPIRATION ACTIVITÉ Inspiration

Expiration

Les poumons Le diaphragme

Inspiration 0,50 litre 3,50 litres

Volume courant Volume forcé

Expiration 0,5 litre 1,5 litre

Étudie le document puis explique les connaissances issues du schéma et du tableau.

............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ 10

La respiration




RÉSUMÉ

La respiration permet à nos organes de recevoir le O2 dont ils ont besoin et de les débarrasser du CO2 qu’ils contiennent. La fonction respiratoire est facilitée par les mouvements des côtes et du diaphragme qui vont tour à tour laisser de la place pour que les poumons puissent se remplir puis les comprimer pour qu’ils puissent se vider. La respiration s’effectue par un double échange de molécules gazeuses : • le premier au niveau des poumons, dans lequel une partie du dioxygène contenu dans l’air inspiré quitte les alvéoles et rejoint les hématies des vaisseaux sanguins. Le dioxyde de carbone réalise le trajet inverse et se retrouve dans l’air expiré • le second au niveau des organes, le dioxygène quitte les globules rouges et rejoint les cellules pour être utilisé comme source d’énergie. Le dioxyde de carbone effectue une fois encore le chemin inverse.

EXErCICES

A

Remplis le tableau suivant concernant l’anatomie respiratoire. DÉFINItIONS

rÉpONSES

Structure composée de nombreuses cellules regroupées en forme de grappe de raisin

Organe comprenant le voile du palais

Elles sont qualifiées de souches car elles donnent naissance à de nombreux petits tuyaux

Ils conduisent l’air à l’intérieur des poumons

Organe contenant les cordes vocales

Organe traversé à la fois par le bol alimentaire et l’air respiré Organe constitué d’anneaux cartilagineux et situé devant l’œsophage

La respiration

11


B

Observe le schéma et le tableau comparatif ci-dessous afin de répondre aux questions.

Composition de l’air Dioxygène Dioxyde de carbone Diazote

Air inspiré

Air expiré

20,00 %

16,00 %

0,10 %

4,10 %

79,90 %

79,90 %

Rappel : - Le dioxygène est aussi symbolisé par le terme 02. - Le dioxyde de carbone est aussi symbolisé par le terme C02. - Le diazote est aussi symbolisé par le terme N2.

a) Quel est le résultat de l’expérience ? Qu’observe-t-on dans les deux récipients ? Quelle est la raison de ce résultat ? .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

b) Comment évolue la quantité d’O2 si on compare l’air entrant et sortant ? Quelle est l’explication de cette évolution ? .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

c) Comment évolue la quantité de CO2 si on compare l’air entrant et sortant ? Quelle est l’explication de cette évolution ? .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

d) Comment évolue la quantité de N2 si on compare l’air entrant et sortant ? Quelle est l’explication de cette évolution ? .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

12

La respiration


C

Retrouve les bonnes réponses des questions suivantes.

L’air inspiré circule dans :

L’air inspiré dépose une partie de l’O2 dans :

 la bouche  le pharynx  l’œsophage  le larynx L’échange pulmonaire concerne les molécules de :

 la trachée  les bronches  les bronchioles  les alvéoles L’échange pulmonaire fait intervenir :

 dioxygène  diazote  dioxyde de carbone  monoxyde de carbone L’air expiré circule plus facilement grâce :

 les globules blancs  les globules rouges  les cellules pulmonaires  les cellules musculaires L’air expiré ressort avec :

au déplacement du diaphragme à la contraction des muscles intercostaux à la compression des poumons à l’écartement des côtes D

 plus de monoxyde de carbone  moins de dioxyde de carbone  plus de diazote  moins de dioxygène

Lis l’article suivant puis réponds aux questions.

QuATRE BONNES RAISONS DE L’ÉCRASER parce que vous êtes séduisant(e)

parce que vous êtes pauvre

Vous ne le serez plus si vous continuez. Outre l’haleine de coyote (mort) et les fringues qui sentent le vieux cendrier, la clope jaunit ongles et dents. Les fumeuses auront beau se tartiner de crèmes, elles auront des rides et des vergétures plus tôt que les autres, car la clope attaque l’élasticité de la peau. Elle perturbe aussi l’équilibre hormonal : la fertilité diminue... et la pilosité augmente ! Quant aux mecs qui ricanent, ils risquent l’impuissance et la baisse de la spermatogénèse.

Si vous en êtes à dix clopes par jour, avez-vous calculé ce que vous économiseriez en arrêtant ? Avec des paquets de 20 à 3,50 euros, vous « gagnez » 52,50 euros par mois. L’équivalent de trois CD et (presque) d’un abonnement à Phosphore. Au bout de trois mois, à vous la console de jeux ou la semaine en Turquie. Un peu de soleil, ça fera du bien à vos poumons...

parce que vous êtes libre Qui doit sortir en plein devoir pour s’en griller une ? Faire le tour de la ville pour trouver un tabac ouvert le dimanche ? Gagné, c’est le fumeur accro, qui apprécie peut-être certaines clopes, mais n’arrive plus à se passer de toutes les autres.

parce que vous êtes en bonne santé Chaque jour en France, près de 200 personnes meurent à cause du tabac. Les problèmes frappent généralement vingt à trente ans après les premières clopes, ça paraît loin... Mais qui veut vivre sous la menace d’une crise cardiaque, d’une bronchite chronique ou d’un cancer (de la bouche, du poumon...) ? À savoir aussi, pour les filles qui s’imaginent mamans : la clope accroît le risque de grossesse extra-utérine et d’avortement spontané...

La respiration

13


J’ARRÊTERAIS BIEN MAIS...

... je fume des light

Les cigarettes light semblent presque inoffensives, avec leurs mini-taux de nicotine et de goudrons. Mais ces chiffres ne correspondent pas aux quantités que vous absorbez. Ils sont calculés à partir de machines, alors que chacun inhale des doses différentes selon la façon d’inspirer ou la pression des doigts sur le filtre. Quand un gros fumeur se met à consommer des light, il modifie malgré lui sa manière de fumer pour absorber le même taux de nicotine qu’avant. ... j’ai peur de grossir Pas facile de renoncer quand on redoute les kilos ! La nicotine a un effet coupe-faim et, en plus, elle brûle des calories. En moyenne, on prend trois-quatre kilos à l’arrêt, pour atteindre le poids qu’on afficherait sans fumer. Mais un tiers des ex-fumeurs ne prennent pas un gramme ! Avec un peu de sport et une alimentation équilibrée, on peut s’en sortir sans surcharge. D’autant que les fumeurs mangent plus gras que les autres car leur goût est altéré.

... ça me déstresse La sensation de détente attribuée à la cigarette est souvent due au manque de nicotine. Notre corps réclamait sa dose. Cette impression disparaît dès que l’on n’est plus dépendant. On attribue nombre de bienfaits à la cigarette : détente, assurance, concentration... Mais selon plusieurs études, les fumeurs sont plus sensibles au stress, à l’anxiété et à la dépression que les autres. La clope, parfois aussi l’alcool et le cannabis, les aident à contrer leur malaise. Mieux vaut bien sûr trouver des dérivatifs moins dangereux pour la santé ! Phosphore, septembre 2003

a) Quels sont les organes affectés par la consommation de tabac ? . .................................................................. ............................................................................................................................................................................. b) Peux-tu calculer, comme dans l’article, le prix de ta consommation mensuelle ? ......................................... ............................................................................................................................................................................. c) Quelles sont les deux raisons qui aveuglent le fumeur sur les dangers qu’il risque ? ............................................................................................................................................................................. d) Peux-tu citer des maladies d’origine tabagique ? ........................................................................................... ............................................................................................................................................................................. e) Peux-tu expliquer la phrase « il modifie malgré lui sa manière de fumer... » ? . ............................................ ............................................................................................................................................................................. f) Quelle est la sensation affectée par la consommation de tabac ? . .................................................................. g) Peux-tu citer deux raisons expliquant la régulière prise de poids lorsqu’on arrête de fumer ? ............................................................................................................................................................................. h) Quelle est l’origine de la sensation de détente ressentie par le fumeur au moment de la consommation d’une cigarette ? ............................................................................................................................................................................. 14

La respiration


E

Complète le tableau suivant : AffirmationS

Vrai Faux

CorrectionS

La tuberculose est toujours localisée dans les poumons.

La tuberculose a pour origine une bactérie.

La détection de la tuberculose implique une culture de staphylocoques.

Le traitement de la tuberculose nécessite une vaccination par le BCG.

La tuberculose peut atteindre des individus immunodéprimés, non ou mal vaccinés.

L’asthme se caractérise par une dyspnée.

L’augmentation de la quantité de mucus lubrifie la paroi des bronches.

La crise d’asthme entraîne un rétrécissement du diamètre des bronches.

La crise d’asthme touche souvent des individus allergiques.

La bronchiolite peut se traiter par kinésithérapie.

La respiration

15


LA CIRCULATION ACTIVITÉ

Étudie le document puis explique les connaissances issues du schéma sur le fonctionnement du cœur.

............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ 16

La circulation




RÉSUMÉ

La circulation du sang, à l’intérieur des vaisseaux, est assurée par le cœur qui joue le rôle de moteur par des mouvements de contractions. Le cœur est constitué de quatre cavités : deux oreillettes et deux ventricules, fermés par des valvules et entourés par une paroi musculaire appelée myocarde. De plus le cœur fonctionne suivant une révolution en trois étapes : • la diastole qui permet au sang de pénétrer dans les oreillettes • la systole auriculaire qui envoie le sang dans les ventricules grâce à la contraction des oreillettes et à l’ouverture des valvules mitrale et tricuspide • la systole ventriculaire qui expulse le sang grâce à la contraction des ventricules et à l’ouverture des valvules sigmoïdes Le sang circule dans trois catégories de vaisseaux sanguins : les artères qui le transportent vers les organes, les veines qui le transportent vers le cœur et les capillaires qui assurent les échanges avec les organes. Le sang est constitué de cellules mélangées à un liquide, le plasma. On trouve ainsi les hématies qui transportent les gaz respiratoires, les leucocytes qui détruisent les microbes et les plaquettes qui assurent la coagulation du sang.

EXErCICES

A

Observe le schéma puis réponds aux questions.

a) Peux-tu replacer les légendes suivantes ?

1

aorte

2

artère pulmonaire

3

artère rénale

4

artère mésentérique

5

veines caves inférieure et supérieure

6

veine pulmonaire

7

veine rénale

La circulation

17


b) Quelle remarque peux-tu faire concernant la circulation du sang dans les vaisseaux sanguins ? ............................................................................................................................................................................. c) Quelle remarque peux-tu faire sur la circulation du sang dans les artères ? . ................................................. ............................................................................................................................................................................. d) Quelle remarque peux-tu faire sur la circulation du sang dans les veines ? . ................................................ ............................................................................................................................................................................. e) Que peux-tu dire sur la localisation des capillaires ? ...................................................................................... ............................................................................................................................................................................. f) Quelle est la cause de cette localisation (un indice : les capillaires ont la propriété d’être perméables) ? ............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................

B

Étudie le document (page suivante) présentant le bilan sanguin d’un individu atteint de leucémie (cancer du sang) puis réponds aux questions.

a) Quel est le nom de ce document ? .................................................................................................................. b) Que représentent les valeurs de gauche ? ....................................................................................................... c) Que représentent les valeurs de droite ?.......................................................................................................... d) Peux-tu indiquer le sens des mots suivants ? Hématie : . ........................................................................................................................................................... Leucocyte :........................................................................................................................................................... Glycémie :............................................................................................................................................................ Cholestérol :......................................................................................................................................................... Triglycéride : . ..................................................................................................................................................... e) Que représentent les constituants sanguins dont on fournit les pourcentages (un indice : additionne leur quantité respective puis compare ce résultat aux autres informations du bilan) ? ............................................................................................................................................................................. ............................................................................................................................................................................. ............................................................................................................................................................................. f) Quelles sont les anomalies présentes sur ce bilan sanguin ? ............................................................................................................................................................................. ............................................................................................................................................................................. ............................................................................................................................................................................. 18

La circulation


g) Quels sont les constituants dont les quantités vont varier dans les cas des maladies ci-après ? Diabète :............................................................................................................................................................... Hémophilie (maladie provoquant un sang trop liquide) : ................................................................................... Anémie (maladie provoquant une mauvaise oxygénation du corps) : . .............................................................. Embolie (accident cardiaque causé par l’obstruction d’un vaisseau) : ...............................................................

LABORATOIRE D’ANALYSE LABM DE BIOLOGIE MEDICALE SCP DE PHARMACIENS BIOLOGISTES ANCIENS INTERNES DES HOPITAUX DE PARIS

Crépy, le 12/09/2006

Dossier N° 050912133 du 12/09/05 Prélèvement effectué au laboratoire

HÉMATOLOGIE

Valeur normale

Valeur antérieure 03/02/2006

4 000 à 10 000 4 500 000 à 6 500 000 13,0 à 17,7 38,0 à 54,0

7 800 5 300 000 16,9 50,5

Polynucléaires neutrophiles......................58 % Polynucléaires éosinophiles .....................4 % Polynucléaires basophiles.........................1 % Lymphocytes.............................................28 % Monocytes.................................................9 %

730/mm3 740/mm3 185/mm3 3 330/mm3 1665/mm3

2 000 à 7 500 40 à 800 inf. à 200 1 000 à 4 000 200 à 1 000

NUMÉRATION DES PLAQUETTES.....63 000/mm3

150 000 à 450 000

245 000

0,60 à 1,10

0,90

CHOLESTEROL TOTAL.........................1,73 g/l

1,00 à 2,20

1,96

H.D.L........................................................0,71 g/l

0,35 à 0,70

0,62

HÉMOGRAMME

NUMÉRATION GLOBULAIRE Leucocytes................................................18 500/mm3 Hématies ..................................................210 000/mm3 Hémoglobine.............................................16,3 g/100 ml Hématocrite . ............................................47,9 % FORMULE SANGUINE

BIOCHIMIE GLYCÉMIE à jeun....................................0,90g/l EXPLORATION LIPIDIQUE

L.D.L.........................................................0,81 g/l

1,08

Rapport L.D.L/H.D.L................................1,14

1,75

TRIGLYCÉRIDES....................................1,17 g/l

1,43

0,50 à 1,40

La circulation

19


C

Complète le texte à trous :

Le sang constitue environ 10 % du poids d’un individu soit entre .......... et .......... litres. L’observation d’une goutte de sang révèle la présence de nombreuses et différentes ......................... à l’intérieur d’un liquide appelé .................................... . On trouve ainsi : - les hématies ou globules rouges dont le nom provient du colorant qu’ils contiennent, l’............................... . Ils présentent la caractéristique d’être une cellule sans ............................. . Ils jouent le rôle de taxi pour le dioxygène et le .............................. de ........................................ ; - les leucocytes ou globules blancs classés en plusieurs catégories : les ....................................., les monocytes qui diffèrent par leur taille, et les ..................................... dont le nom provient de l’impression qu’ils donnent à avoir plusieurs noyaux. Ils interviennent tous dans la lutte contre les ........................................... ; - les ........................................ ou plaquettes qui se distinguent par leur petite taille. Ils contrôlent le processus de coagulation du sang. Quant au plasma, il contient principalement de ……………….., des molécules fonctionnelles (hormones, …………………, anticorps…) et des déchets. Son rôle est de …………………... ces molécules et ainsi de participer aux grandes …………………. de l’organisme : communication, nutrition et ………………………… . D

Complète la grille de mots croisés suivante :

1 - origine de la crise cardiaque 2 - pathologie entraînant un rythme cardiaque trop rapide 3 - sang coagulé 4 - pathologie issue d’une mauvaise circulation dans les veines 5 - mauvaise circulation dans les artères 6 - une déficience de cette fonction est un des signes d’un possible AVC 7 - plaque de graisse qui gène la circulation dans les artères 8 - artère obstruée lors d’une crise cardiaque 9 - synonyme de crise cardiaque 10 - facteur favorisant les maladies cardio-vasculaires 

8

6

1 

10

7

9

2 

3

4 

5

20

La circulation


L’EXCRÉTION ACTIVITÉ La dialyse ne guérit pas l’insuffisance rénale, elle permet de survivre tout en tentant de mener une existence aussi « normale » que possible et en attendant une éventuelle transplantation. En outre de nombreuses complications peuvent apparaître à plus ou moins long terme. Dans la mesure où on ne peut traiter qu’une petite quantité de sang à la fois et que plusieurs passages dans le dialyseur sont nécessaires, le patient doit rester branché à la machine pendant trois à cinq heures pour assurer l’efficacité du traitement. Ce traitement peut être renouvelé une à trois fois par semaine. Les séances de dialyse à elles seules ne peuvent pas corriger tous les symptômes de l’insuffisance rénale, de nombreux médicaments sont nécessaires pour tenter d’améliorer l’état des malades. Par exemple, l’anémie est corrigée par des injections d’érythropoïétine, les carences en calcium et vitamines par des compléments adaptés, l’hypertension par des anti-hypertenseurs...

1

Je prendrai un cassoulet, mais il faudrait que vous remplaciez les haricots par des pâtes, sans sel si possible, très peu de sauce et un blanc de poulet grillé à la place du confit de canard. En dessert une mousse au chocolat sans chocolat, c’est-à-dire un blanc d’oeuf battu en neige, avec un peu de sucre, et un petit verre de glace pilée SVP...

2

Étudie les documents et explique les avantages et les inconvénients de la dialyse.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

L’excrétion

21




RÉSUMÉ

L’excrétion est l’élimination des déchets du corps humain. Il existe principalement deux liquides corporels qui assurent cette évacuation : l’urine et la sueur. Ils permettent de diminuer la quantité de certaines molécules, comme l’urée, dont l’accumulation serait toxique pour l’organisme. L’appareil urinaire est constitué de quatre organes : le rein qui fabrique l’urine, l’uretère qui la transporte, la vessie qui la stocke et l’urètre qui l’évacue. L’élaboration de l’urine se déroule dans des structures microscopiques appelées néphrons suivant un processus en trois étapes : • la filtration pendant laquelle le glomérule laisse entrer l’urée, les minéraux et le glucose • la réabsorption qui permet au tubule de laisser repartir le glucose, une partie des minéraux et de l’urée • la sécrétion au cours de laquelle le tubule produit de l’ammoniaque Le rein n’effectue pas seulement un rôle d’épuration du sang, il peut également participer à sa régulation en faisant varier sa vitesse de travail. Enfin l’appareil urinaire peut être à l’origine de pathologies comme l’incontinence, la cystite ou les calculs qui peuvent entraîner des coliques néphrétiques.

EXErCICES A

Observe les documents suivants puis réponds aux questions.

2

1

8 3

7

4 6 5

Lieu Quantité de glucose (g/l) Quantité d’urée (g/l)

1 1,00 0,35

2 0,90 0,30

3 0,78 0,26

4 0,65 0,21

5 0,34 0,18

6 0,14 0,15

7 0,00 0,14

8 0,00 0,14

a) Comment évolue la quantité de glucose ? .................................................................................................... b) Comment expliquer cette évolution ? ........................................................................................................... ............................................................................................................................................................................ 22

L’excrétion


c) Quelle est l’évolution de la quantité d’urée ? ................................................................................................. d) Peux-tu expliquer cette évolution ? ................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................. e) Quelle est la différence entre les évolutions de glucose et d’urée ? ............................................................... ............................................................................................................................................................................. f) Quelle est l’étape du fonctionnement rénal qui est illustrée dans ces documents ? ........................................ .............................................................................................................................................................................

2

Complète le schéma suivant en nommant les structures représentées et les molécules qui correspondent aux déplacements indiqués.

1

4

3

B

L’excrétion

23


C

Étudie les deux cas décrits puis réponds aux questions.

- On demande à une personne de boire en peu de temps 1,50 litre d’eau puis on mesure les quantités de sang et d’urine contenues dans son corps. Temps écoulé après consommation de l’eau (minute) Quantité de sang (litre) Quantité d’urine (litre)

10

20

30

40

50

60

6,00 0,01

6,00 0,01

7,50 0,01

7,00 0,50

6,50 1,00

6,00 1,50

- Une personne vient de se blesser, elle a perdu 0,50 litre de sang ; on mesure les quantités de sang et d’urine contenues dans son corps. Temps écoulé après la blessure (heure) Quantité de sang (litre) Quantité d’urine (litre)

2

4

6

8

10

12

5,00 0,01

5,20 0,0001

5,45 0,0001

5,68 0,0001

5,87 0,0001

6,00 0,01

a) Où aboutit l’eau au terme de la digestion ?.................................................................................................... b) Où va l’eau pendant l’absorption ?................................................................................................................. c) Comment évolue l’activité rénale dans le premier cas ?................................................................................ ............................................................................................................................................................................ d) Pourquoi évolue-t-elle ainsi, que cherche à faire le rein selon toi ? . ............................................................ ............................................................................................................................................................................ e) Comment évolue l’activité rénale après l’hémorragie ? ................................................................................ ............................................................................................................................................................................ f) Pourquoi évolue-t-elle ainsi, que cherche à faire le rein selon toi ? ............................................................... ............................................................................................................................................................................ g) Quel est le rôle du rein mis en évidence par ces deux cas ? .......................................................................... ............................................................................................................................................................................ 24

L’excrétion


D

Remplis la grille de mots croisés à l’aide des définitions suivantes :

1 - molécule fabriquée par le tubule qui compose l’urine 2 - étape terminale du fonctionnement rénal 3 - rôle du rein qui consiste à éliminer les déchets du sang 4 - pathologie de la vessie fréquente chez les personnes âgées 5 - liquide corporel (composition proche de celle de l’urine) 6 - tuyau qui permet d’évacuer l’urine 7 - inflammation de la vessie 8 - étape du fonctionnement rénal qui consiste à faire le tri des molécules sanguines

9 - élément microscopique où se déroule l’activité rénale 10 - molécule fabriquée par le foie que l’on retrouve dans l’urine 11 - muscle circulaire qui permet l’ouverture ou la fermeture de la vessie 12 - rôle du rein qui consiste à maintenir la quantité de sang constante 13 - fonction de l’appareil urinaire 14 - petit caillou situé dans les voies urinaires qui gène l’évacuation de l’urine 15 - tuyau qui relie le rein à la vessie

13 1 

12

11 2 

15 3

14 4

5 

10

6

7 8

9

E

Corrige les phrases suivantes :

On parle d’incontinence quand un enfant de trois ans continue à faire pipi au lit. L’incontinence est provoquée par un dysfonctionnement de la valvule située à la sortie de la vessie. L’incontinence peut également être appelée diurèse. L’incontinence issue d’une déchirure du périnée pendant l’accouchement est irréversible. La cystite est une infection urinaire située dans le rein. Toutes les infections urinaires se traduisent par l’apparition de brûlures à la miction. Les cystites sont plus fréquentes chez les femmes à cause de la taille de la vessie. Les infections urinaires peuvent être éliminées par un traitement aux antibiotiques. La prévention de la santé du rein passe par la consommation de 1,5 l de boisson. Il vaut mieux un apprentissage de la propreté précoce plutôt que tardif.

L’excrétion

25


LES ORGANES DES SENS ACTIVITÉ La peau est sensible sur toute sa surface à la pression et au contact. On mesure, à l'aide d'un compas, l'écartement minimum des pointes qui appliquées

sur la peau donnent naissance à deux sensations distinctes ; on réalise cette mesure en différentes régions du corps : localisation front joues pointe de la langue avant-bras paume de la main dos de la main bout du doigt bras

Distance entre deux sensations distinctes (mm) 20 10 1 40 5 30 2 65

Apparition du message nerveux en fonction de la variation de température - Δt (°C) + paume dos de la main

Étudie les documents et indique les notions mises en évidence.

............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ 26

Les organes des sens




RÉSUMÉ

Les organes des sens sont au nombre de cinq : • la peau, •  l’œil, •  l’oreille, • la langue, • le nez. Ils envoient des messages au cerveau par l’intermédiaire des nerfs et de la moelle épinière. Ils contiennent en effet des cellules réceptrices qui sous l’action de stimulants produisent une activité électrique. Celleci voyage ensuite de neurone en neurone jusqu’à atteindre une zone de traitement d’information. La création d’un message par les organes des sens implique de recevoir une quantité minimale de stimulants, on parle de seuil de sensibilité.

EXErCICES A

Complète la grille de mots croisés suivante :

1 - liquide présent dans le limaçon 2 - jonction oreille pharynx 3 - situé sous les canaux semi-circulaires 4 - transmet les vibrations à la fenêtre ovale 5 - cartilage de l’oreille 6 - premier osselet 7 - issu du limaçon et des canaux semi-circulaires 8 - membrane de l’oreille moyenne 9 - synonyme de limaçon 10 - glande qui produit le cérumen 7 

6 

1 

10

9

8 

2

3

4 5 

Les organes des sens

27


B

Retrouve l’intrus des QCM suivants et justifie tes réponses : QCM

La peau se protège par : le squame le sébum les terminaisons nerveuses les mélanocytes l’hypoderme

La peau régule la température par : les capillaires l’épiderme les muscles les terminaisons nerveuses les pores

La peau réalise la synthèse de : lipides vitamine D sueur minéraux mélanine

La peau réalise l’excrétion de : l’urée O2 CO2 toxines minéraux 28

Les organes des sens

JustificationS


a) Replace les légendes suivantes : cristallin

rétine

cornée

humeur vitrée

fovéa

nerf optique

b) Indique le rôle du cristallin. ............................................................................................................................................................................ c) Indique la notion mise en évidence sur la composition de la rétine et la conclusion correspondante sur sa sensibilité. ............................................................................................................................................................................ d) Explique le rôle de la rétine. ............................................................................................................................................................................ e) Explique la nature de la zone appelée fovéa. ............................................................................................................................................................................ f) Explique la notion mise en évidence sur le trajet de l’image reçue par l’œil. ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................

Les organes des sens

29


LE SYSTÈME NERVEUX ACTIVITÉ Article 2

Article 1

L

A

à-haut, tout là-haut, l’encéphale trône dans la boîte ujourd’hui, les neurologues voient fonctionner en crânienne comme dans un bureau présidentiel. Maître direct le cerveau d’une personne lorsqu’elle effectue à penser et autorité suprême d’un extraordinaire réseau de diverses tâches comme compter de 20 à 0 à l’envers. Comment ? La méthode la plus connue est l’IRM dite renseignements, il est informé en permanence de ce qui fonctionnelle (ou imagerie par résonance magnétique). se trame dans chaque recoin de notre corps. Et il avise, Grâce à elle, on traque la concentration d’oxygène commande et veille, inlassablement, à la bonne marche de dans le sang et on repère les zones de notre cerveau qui l’entreprise. La moelle épinière, précieuse collaboratrice, réclament du rab lorsque nous pensons - c’est-à-dire celles l’assiste dans cette lourde tâche. À l’abri de la colonne qui travaillent. D’autres appareils enregistrent l’activité vertébrale, elle exécute ses ordres sans discuter, assure électrique ou magnétique des neurones, les cellules les contrôles routiniers, prend l’initiative de nombreux réflexes et envoie à son supérieur un rapport complet sur nerveuses qui remplissent notre caboche. Ces méthodes différentes disent toutes la même chose. toutes ses activités. Entre eux, une étroite complicité. Lorsque vous réalisez une tâche donnée, certaines zones de votre cerveau, toujours les mêmes, se mettent en activité. Si l’on vous « scanne » pendant que vous bougez successivement le pouce, l’index, le majeur, l’annulaire et l’auriculaire, on repère, dans une zone appelée « cortex moteur » située sur le haut de votre cerveau, les circuits de commande de vos doigts. Lorsque l’on vous demande de regarder un portrait et de nommer la personne représentée, les chercheurs voient votre lobe Personne à l’intérieur d’un scanner IRM durant l’enregistrement de l’activité cérébrale. frontal s’activer (vous vous concentrez) ainsi que votre « cortex visuel » (qui analyse les images à l’arrière de votre La connexion est établie par des faisceaux d’axones qui cerveau). Puis d’autres zones s’allument qui correspondent courent de l’un à l’autre (substance blanche). à la mobilisation de vos souvenirs. Enfin, une activité Partenaires inséparables, l’encéphale et la moelle épinière apparaît dans votre lobe temporal (un des centres de la hébergent l’ensemble des centres nerveux qui forment le parole situé plus souvent près de la tempe gauche) au système nerveux central. Privé du premier, nous ne serions moment où vous vous apprêtez à dire « c’est Zidane ! » que des légumes inertes, sans la seconde nous serions Parfois même, on voit frémir, sur le dessus de la tête, le juste de purs esprits. Tous deux, à la tête d’un bataillon de circuit de commande de votre jambe droite, ce qui montre nerfs, communiquent avec le reste du corps. Douze paires de nerfs crâniens partent ainsi des régions cérébrales pour que vous pensez à Zizou en train de tirer un penalty ! Les zones spécialisées du cerveau ont beau varier desservir la tête, le cou, la face et les organes internes, légèrement d’un individu à l’autre, elles ont beau, dans 31 paires de nerfs rachidiens s’étirent de part et d’autre certains cas rares, changer de fonction au cours de la vie, de la moelle épinière jusqu’à des segments précis de l’imagerie cérébrale montre sans doute possible que le l’organisme, du petit orteil gauche à l’annulaire droit en cerveau est divisé en compartiments spécialisés. À chaque passant par les mollets. C’est à travers ce vaste câblage, instant, tous ces compartiments ne sont pas activés, mais à baptisé « système nerveux périphérique », que cheminent un moment ou à un autre, vous finissez toujours par tous les informations. les utiliser !

30

Le système nerveux


a) Quel est l’organe qui contrôle le système nerveux ? ..................................................................................... b) Quelles sont les fonctions assurées par cet organe ? ..................................................................................... c) Par quel organe est-il secondé ? ..................................................................................................................... d) Quelles sont les fonctions réalisées par ce collaborateur ? . .......................................................................... ............................................................................................................................................................................ e) Quels sont les éléments du corps qui servent de routes pour les informations envoyées par les organes du système nerveux ? ............................................................................................................................................................................ f) Quelle est la molécule qui permet au cerveau de travailler ? . ....................................................................... g) Quelle est la nature de l’activité cérébrale ? . ................................................................................................ h) Quelle est la caractéristique du cerveau mise en évidence par le texte 2 ? ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ i) Que représentent les zones du cerveau du schéma ci-dessous ?

Étudie les documents et explique les principes du fonctionnement du système nerveux.

............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................

Le système nerveux

31




RÉSUMÉ

Le système nerveux, d’un point anatomique, se compose : • du cerveau, du cervelet, du tronc cérébral et de la moelle épinière qui forment le système nerveux central • des nerfs crâniens et rachidiens qui forment le système nerveux périphérique D’un point de vue physiologique, on oppose les organes précédents constituant le système nerveux cérébro-spinal qui transportent les informations sensitive et motrice, à la moelle épinière et les nerfs constituant le système nerveux végétatif qui va contrôler le fonctionnement des organes internes. Les organes nerveux sont constitués de cellules appelées neurones qui communiquent malgré la synapse qui les sépare et permettent le déplacement d’un message. Celui-ci est une faible quantité d’électricité qui traverse le neurone puis stimule la libération d’un neuromédiateur. Ce dernier rejoint le neurone suivant et induit la création d’une nouvelle quantité électrique. La communication nerveuse fonctionne suivant un schéma général : un organe des sens produit un message qui est transmis à un centre nerveux, celui-ci l’analyse et produit un second message qui est envoyé à un muscle.

EXErCICES A

Complète la grille de mots croisés suivante :

1 - élément permettant de distinguer l’avant de l’arrière de la moelle épinière

7 - qualifie un nerf transportant des informations vers la moelle épinière ou les muscles

2 - os qui contient la moelle épinière

8 - structure formant un nerf

3 - région du cerveau située au niveau de la nuque

9 - organe pouvant être crânien ou rachidien

4 - structure de la moelle épinière formant la substance grise

10 - moitié gauche ou droite du cerveau

5 - organe appartenant à l’encéphale

12 - région du cerveau qui peut être pariétal par exemple

11 - qualifie le nerf auditif par exemple

6 - membrane des organes nerveux

5

3

2

8

1

9  7

10  11  12 

32

6

4

Le système nerveux


B

Replace les éléments proposés dans le système qui convient :

cerveau

nerfs crâniens

cervelet

nerfs rachidiens tronc cérébral

moelle épinière

fibres nerveuses parasympathiques nerf optique

nerf sciatique

fibres nerveuses sympathiques nerf vague

Système nerveux central Système nerveux périphérique Système nerveux végétatif

C

Retrouve l’intrus qui s’est glissé dans les listes suivantes :

Liste 1 nerf auditif, nerf optique, nerf cubital, nerf olfactif, nerf gustatif

Liste 2 hémisphère cérébral droit, cervelet, bulbe rachidien, moelle épinière, hémisphère cérébral gauche

Intrus

Intrus

Explication

Explication

Le système nerveux

33


D

Étudie les expériences suivantes puis réponds aux questions :

E

n 1822, dans son journal de physiologie expérimentale, Magendie relate ainsi ses expériences : « Depuis longtemps, je désirais faire une expérience dans laquelle je couperais sur un animal les racines postérieures des nerfs qui naissent de la moelle épinière… J’ignorais quel serait le résultat de cette tentative… » Après avoir réalisé cette section, Magendie observe l’animal et écrit : « Je crus d’abord le membre correspondant aux nerfs coupés entièrement paralysé ; il était insensible aux piqûres et aux pressions les plus fortes ; il me paraissait immobile, mais à

ma grande surprise, je le vis se mouvoir d’une manière très apparente, bien que la sensibilité y fut tout à fait éteinte. Une seconde, une troisième expérience me donnèrent exactement le même résultat… Il se présentait naturellement à l’esprit de couper les racines antérieures en laissant intactes les postérieures… Comme dans les expériences précédentes, je ne fis la section que d’un seul côté, afin d’avoir un terme de comparaison. On conçoit avec quelle surprise je suivis les effets de cette section. Ils ne furent point douteux : le membre était complètement immobile et flasque tandis qu’il conservait une sensibilité non équivoque… » Extrait du Journal de physiologie expérimentale de Magendie, Tome II, 1822.

a) Localise sur ce schéma la première section réalisée par Magendie.

b) Quelles sont les conséquences de cette section sur l’animal ? ...................................................................... ............................................................................................................................................................................ c) Quelle hypothèse peut-on faire sur le rôle de l’élément sectionné ? ............................................................. ............................................................................................................................................................................

d) Localise sur le schéma ci-contre la seconde section réalisée par Magendie.

e) Quelles sont les conséquences de cette section sur l’animal ? ...................................................................... ............................................................................................................................................................................ f) Quelle hypothèse peut-on faire sur le rôle de l’élément sectionné ? . ............................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ 34

Le système nerveux


E

Utilise le schéma afin de réaliser le travail suivant.

a) Trace le trajet de l’activité nerveuse pour chacun des trois cas : Cas 1 : un individu saisit sa tasse de la main gauche afin de boire son café. Cas 2 : un individu change de chaîne de télévision de la main droite car le programme actuel ne lui plait pas. Cas 3 : un individu marche pied nu sur un objet pointu, il se pique et retire alors son pied. b) Quelles sont les deux différences entre les messages nerveux des cas 1 et 2 ? .................................................................................... .................................................................................... .................................................................................... .................................................................................... .................................................................................... .................................................................................... .................................................................................... ....................................................................................

c) Quelles sont les deux différences entre les messages nerveux des cas 2 et 3 ? ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................

d) Quelle est la nature des activités correspondant aux messages nerveux 2 et 3 ? ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................

Le système nerveux

35


F

Complète le texte à trous suivant :

On distingue principalement deux types d’activités nerveuses : ……………. et volontaire. Dans les deux cas, un organe des sens réagit à une stimulation de ses cellules …………………. par la production d’une …………………….. nerveuse appelée sensation. Celle-ci traverse un ………….. qualifié de sensitif pour atteindre la moelle épinière. Si l’acte est volontaire, l’information poursuit son trajet jusqu’au ………………….. pour y être analysée. Une …………….. sera ensuite décidée et mise en œuvre. Le cerveau produit une information c’est-à-dire un ordre de …………………….. Celui-ci descend par la ……………………………………… puis traverse un nerf qualifié de moteur et atteint enfin un muscle. Ce dernier, excité par l’………………………. du message nerveux, se ………………………… et provoque un mouvement. Si l’acte est involontaire, le trajet de l’information sensitive s’arrête à la ……………………………… qui va décider de la réaction appropriée et envoyer l’ordre au ………………………. Ce raccourcissement du trajet permet au réflexe de s’effectuer plus …………………………….. que l’acte volontaire.

G

Lis le texte suivant et indique les utilités du sommeil pour le cerveau.

O

n le sait aujourd’hui, dormir est essentiel. Mieux, ce serait vital, comme respirer ou manger. Privez des rats de sommeil : en moins de vingt jours, ils passeront tous de vie à trépas. Plus vite que si on les

V

ous l’avez tous constaté : après une nuit blanche, on a le cerveau en compote ! On a du mal à se concentrer, et se souvenir de l’endroit où l’on a posé ses clés la veille nous semble une tâche insurmontable. Dormir permettrait à notre cerveau, en le coupant des stimulations extérieures, de prendre du repos. Et ce, sans doute au cours du

36

Le système nerveux

avait privés de nourriture. Stupéfiant ! Reste à savoir pourquoi cette activité étrange est indispensable au bon fonctionnement de notre système nerveux. Pour l’instant, les chercheurs n’ont que des hypothèses.

sommeil lent : un état pendant lequel il fonctionne à 2 à l’heure. Cela lui permettrait d’économiser son énergie (il en consommerait trois fois moins qu’à l’éveil). Mais peut-être aussi de réparer les cellules nerveuses (neurones) usées par l’activité de la journée, et de renouveler certains de leurs composants, comme les enzymes qui orchestrent les réactions chimiques.


P

endant le sommeil, notre cerveau passe régulièrement par des phases où l’activité est au moins aussi intense qu’à l’éveil. C’est le sommeil paradoxal. On a longtemps cru cet état indispensable pour mémoriser et organiser les souvenirs et apprentissages de la journée. Mais ce n’est pas le cas : les personnes privées de sommeil paradoxal parce que leur cerveau est endommagé sont parfaitement capables d’apprendre de nouvelles tâches et de les mémoriser. Ce qui est sûr, en revanche, c’est qu’une bonne nuit permet de progresser plus vite dans l’apprentissage. Ainsi, si vous commencez un nouveau jeu vidéo un matin, vous allez vous améliorer au fil de la journée puis stagner. Arrêtez-vous et faites une sieste. Deux heures plus tard, comme par magie, vos performances auront fait un sacré bond. Quand vous dormiez, les zones cérébrales activées pendant le jeu se sont allumées. En quoi cela vous a-t-il fait progresser ? Mystère... Selon certains scientifiques, le cerveau rejouerait la partie pendant le sommeil, testant les réseaux de neurones utilisés durant le jeu et les réorganisant au besoin, afin qu’ils réalisent cette tâche le plus efficacement possible.

E

t les adultes alors? Chez eux aussi le sommeil paradoxal occupe une place importante pendant la nuit. Sans doute, estiment les scientifiques, parce que notre cerveau poursuit sa construction tout au long de la vie. Mais peut-être aussi parce que le sommeil paradoxal permet à chaque individu de réviser et de renforcer tous les comportements caractéristiques de son espèce. Par exemple, si pendant le sommeil paradoxal d’un chat d’appartement, on lève l’inhibition qui paralyse ses muscles, il se met à sauter ou à se tapir. Comme si, dans son sommeil, il s’exerçait à chasser les souris... alors qu’il n’en a peut-être jamais vu !

............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................

Le système nerveux

37


LA REPRODUCTION ACTIVITÉ

Étudie le document puis explique les connaissances issues de ces graphiques.

............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................ 38

La reproduction




RÉSUMÉ

L’appareil génital féminin présente la particularité de fonctionner de manière cyclique. Le développement de l’ovule et de la paroi utérine se renouvelle à l’issu de chaque cycle. Les mécanismes de l’ovaire et de l’utérus sont contrôlés par des hormones provenant du complexe hypothalamohypophysaire qui assurent la synchronisation de l’ensemble. Quant à l’appareil génital masculin, son fonctionnement consiste à produire, faire mûrir et déplacer des spermatozoïdes. Le mécanisme est également sous contrôle hormonal mais s’effectue de manière continue. La fonction de reproduction implique les déplacements des cellules sexuelles et leur rencontre : la fécondation. Il en suit une période de multiplication de la cellule œuf ou segmentation puis une implantation dans l’endomètre appelée nidation. À ce stade, l’organisme pluricellulaire obtenu prend le nom d’embryon. Le processus se termine par une gestation pendant laquelle le corps se développe et prend une forme humaine, c’est alors que l’on parle de fœtus.

EXErCICES A

Complète le tableau suivant : Masculine

Glande mixte de l’appareil génital Féminine Organe dont la paroi permet le péristaltisme Organe contenant l’endomètre Organe fermé par l’hymen Masculine Zone de jonction des voies génitales et urinaires Féminine Zone de stockage du sperme Masculin Organe situé sous la vessie Féminin

La reproduction

39


B

Observe les documents suivants puis complète le tableau sur les différences entre les deux cellules sexuelles.

Nature de la différence

40

La reproduction

Description de la différence


C

Remplis le tableau suivant en indiquant le ou les mécanismes concernés. Fécondation

Segmentation

Nidation

Fait intervenir la trompe utérine Fait intervenir l’endomètre Fait intervenir un gamète Fait intervenir un embryon Fait intervenir une morula Fait intervenir une fusion cellulaire Fait intervenir une division cellulaire Fait intervenir une cellule haploïde Fait intervenir une cellule diploïde Fait intervenir l’hormone appelée HCG D

Complète la grille de mots croisés suivante :

1 - rôle du placenta 2 - éléments spécialisés élaborés pendant la période embryonnaire 3 - peut traverser le placenta 4 - période de développement du corps 5 - fonctionne à la deuxième semaine de grossesse

6 - change au septième mois 7 - perceptible par la mère au cinquième mois 8 - seule protéine capable de traverser le placenta 9 - prend ce nom au troisième mois 10 - traverse le placenta pour permettre au bébé de grandir ou respirer

7  9 

8

1 2  10 

3 

4  5  6 

La reproduction

41


E

Remplis le tableau suivant et corrige les phrases si c’est nécessaire. affirmationS

La syphilis est une infection bactérienne.

Une IST est soit d’origine virale soit d’origine bactérienne.

La blennorragie est une IST provoquée par les chlamydia.

Les IST sont responsables de 60 % des cas de cancers.

L’herpès et les condylomes sont des IST d’origine identique.

Le SIDA entraîne la disparition de toutes les familles de globules blancs.

L’incubation du SIDA peut durer plusieurs années.

Toutes les IST entraînent des symptômes.

La transmission de toutes les IST peut s’effectuer de manière fœto-maternelle.

La recrudescence des IST peut être associée à des flux de populations de touristes. 42

La reproduction

Vrai

Faux

CorrectionS


La reproduction

43


deuxième partie analyser les comportements observables en situations


LA FAMILLE ACTIVITÉ

Couples avec enfant(s) Familles monoparentales dont femmes seules avec enfant(s)

Couples sans enfant(s) Ensemble des familles

Composition des familles 1999 en milliers en % 8 061,5 48,8 2 113,6 12,8 1 806,5 10,9 6 338,9 38,4 16 514,1 100,0

2007 en milliers 7 773,5 2 427,1 2 050,4 7 299,9 17 500,6

en % 44,4 13,9 11,7 41,7 100,0 source : Insee

les familles monoparentales

les familles homoparentales On parle de famille homoparentale lorsqu’un enfant vit avec deux parents de même sexe. Généralement, il est né d’une relation hétérosexuelle antérieure de l’un des conjoints. Mais il peut aussi avoir été conçu par insémination artificielle ou adopté. On estime que 30 000 à 50 000 enfants sont élevés dans une famille homoparentale.

 Étudie les documents puis indique les informations fournies sur l’évolution des familles monoparentales. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

La famille

45




RÉSUMÉ

De nos jours les modèles familiaux se sont diversifiés, on trouve ainsi les familles traditionnelle, recomposée et monoparentale. Dans les deux premiers cas, la famille peut résulter d’une union libre ou civile comme le mariage ou le pacte civil de solidarité. Le ou les parents de la famille possède des droits et des devoirs désignés par l’expression autorité parentale. Cela consiste à assurer la protection, l’éducation et le développement de l’enfant. L’autorité parentale peut dans certains cas être confiée à un tiers, cette décision pouvant venir d’un juge ou des parents eux-mêmes.

EXErCICES

A

Lis le texte suivant et indique les facteurs favorisant le bon déroulement d’un divorce.

 après plusieurs mois de tensions, nous avons décidé de ne plus vivre sous le même toit. Que doit-on dire à Julie ? Quel que soit l’âge de votre enfant, vous devez ensemble, son père et vous, prendre le temps de lui parler. Dites-lui que vous avez longuement mûri cette décision et que vous avez trouvé un accord sur les modalités. Moins votre discours sera teinté de reproches et d’agressivité et plus vous aiderez votre enfant à accepter cette réalité. Ajoutez que vous resterez, pour toute la vie, un couple parental soucieux d’assurer son éducation et que ne plus vivre ensemble sous le même toit n’enlève rien à l’amour que vous lui portez. Précisez encore que vous vous montrerez disponible et à son écoute, que vous respecterez l’autre parent en lui faisant confiance.

46

La famille

aNNE GatECEl, psychologue clinicienne et psychothérapeute, nous parle des relations parents-enfants.

 Dès que je suis seule avec thomas, 3 ans, il refuse d’obéir. Dois-je en parler à son père ? Quand un enfant estime que son papa n’est pas suffisamment présent (ou ne va plus l’être), cela peut se traduire par un rejet de l’autorité maternelle. Aussi, même si votre ex-compagnon n’est effectivement pas très disponible, pensez à l’inclure dans vos discussions. De façon très concrète, tenez-le au courant des grosses bêtises de votre enfant. Il est important que Thomas ne soit pas confronté à une seule limite. De même, la décision d’une sanction doit être partagée par les deux parents, Ainsi, votre petit garçon ressentira moins le besoin de rentrer en conflit avec vous puisque vous aurez introduit un tiers dans votre relation. Enfin, s’il voit rarement son père, d’autres personnes (oncle, grand-père...) peuvent jouer le rôle de substitut paternel.


 Malgré nos différends, nous souhaitons faire pour le mieux. Comment nous y prendre ?

 Nous avons l’intention d’opter pour une garde partagée. Qu’en pensez-vous ?

Tentez d’établir une vraie communication entre vous en gardant toujours en tête la priorité des priorités qui est... l’intérêt de votre enfant. Pour toutes les questions d’éducation, de santé... précisez-lui toujours qu’elles font l’objet de discussions entre son père et vous. Si vous avez un nouveau compagnon, essayez de ne pas trop l’impliquer. Il ne pourra jamais être tout à fait neutre. Bien sûr, consultez-le mais sans forcément appliquer à la lettre ses conseils. Pour nourrir le lien père-fils (ou fille), de façon positive, vous pouvez souffler à votre enfant l’idée d’encadrer une photo de son père pour sa chambre. Et incitez-le à lui téléphoner régulièrement. Lorsqu’il part en week-end chez lui, préparez ensemble son sac sans oublier le doudou. Établissez un calendrier précis des visites et respectez-le. Enfin, si votre ex-conjoint a une compagne, rencontrezla pour lui parler des rythmes, des habitudes... de votre enfant.

Cette formule, qui consiste à avoir son enfant avec soi une semaine sur deux, nécessite que vous vous sentiez capables, l’un et l’autre, d’être complètement disponibles pendant le temps de garde. Il est essentiel que chacun s’épanouisse dans ce fonctionnement. Dans le cas contraire, il ne faut pas hésiter à repenser l’organisation sans préjugé. Vous pouvez aussi opter pour la quinzaine alternée. Celle-ci permet à l’enfant de bien s’installer dans la relation avec l’un de ses parents et de trouver ses repères. Bien sûr, pendant ce temps, il faut lui laisser la possibilité de passer une ou deux soirées chez l’autre parent.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

La famille

47


B

Complète le tableau suivant : affirmationS

Vrai

Faux

CorrectionS

Lorsque l’autorité parentale est déléguée, l’enfant ne peut plus vivre chez ses parents. L’autorité parentale se termine toujours à la majorité de l’enfant. Tous les parents ont l’obligation d’entretenir financièrement leur enfant. L’obligation d’entretien et d’éducation se termine à la majorité de l’enfant. L’autorité parentale peut être retirée totalement ou partiellement par un tribunal. Les parents ont l’obligation d’associer l’enfant aux décisions qui le concernent. L’autorité est déléguée soit à un membre de la famille soit à un proche. Lorsque ce sont les parents qui font la demande de délégation, la décision du juge est toujours favorable. Déléguer l’autorité parentale est une décision définitive. On peut retirer l’autorité parentale en cas de défaut de soins. C

Complète le texte à trous suivant :

Le PACS ou pacte civil de …………………… est un engagement pour une vie commune et une ………………………. réciproque signé par deux individus quel que soit leur sexe. Cette union entraîne des droits et des …………………….. . On peut citer par exemple la solidarité pour les …………………. issues des dépenses de vie courante. Il faut bien sûr que celles-ci ne datent pas de la période …………………. le pacte. Concernant les droits, il existe en cas de décès l’utilisation …………………….. du logement pendant un an dont le partenaire était ………………………. . On trouve également le bénéfice d’………………….. maladie, maternité ou décès en qualité d’ayant droit lorsque le partenaire n’est pas ………………….. . Il y a ensuite l’……………………. qui doit tenir compte des dates de ……………. du partenaire pour organiser celles de son employé. Enfin la signature d’un pacte avec un partenaire ……………….. favorise l’obtention d’un titre de ……………………… mais n’assure pas sa délivrance. 48

La famille


L’ENFANT ACTIVITÉ

L

’aîné a souvent, pendant quelque temps, le privilège de capter sans partage l’amour et l’intérêt de ses parents. Lorsqu’il perd ce privilège, du fait de l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, il devient inévitablement jaloux. Une jalousie qui se manifeste parfois dès la grossesse, par une « régression » vers des attitudes plus enfantines ou par un comportement empreint tantôt de tristesse, tantôt d’agressivité. Il est courant que l’aîné exige de bénéficier des mêmes avantages que le nouveau-né : il veut reprendre des biberons, il demande plus de câlins, il se remet à parler comme un bébé, à marcher à quatre pattes. Mais l’aîné n’éprouve pas uniquement des sentiments hostiles à l’égard de son cadet. Il s’intéresse à lui donner le biberon, le changer. En réalité, la position la plus délicate à l’intérieur de la fratrie est celle de l’enfant qui n’est ni l’aîné, ni le benjamin car sa place ne lui permet d’espérer

aucun avantage particulier (être le premier, le dernier) tandis qu’elle ne lui épargne aucun conflit. Un cadet pourra être profondément attristé par l’arrivée d’un nouveauné, tout en se montrant très gentil, presque trop, à son égard. Il essaiera de se démarquer du nourrisson en s’identifiant à son aîné, mais se découragera parfois de ne pas y réussir. S’il a finalement l’impression d’être le mal-aimé de la famille, il mettra tout en œuvre pour capter votre intérêt : il fera par exemple beaucoup de bêtises pour vous pousser à réagir, quitte à se faire punir... Pour le cadet, la naissance d’un troisième enfant est plus difficile à accepter, du fait que l’aîné offre au bébé sa protection, ses soins et le cadet peut sentir un genre de coalition entre le plus vieux et le plus jeune et ainsi, se sentir exclu. Il ne vous sera pas toujours facile de prêter à chacun de vos enfants l’attention bienveillante à laquelle ils s’attendent. Le benjamin, le bébé de la famille, lui, ne se pose pas de question du partage de la même manière. Il apprécie généralement la compagnie de l’aîné et tolère ses manifestations de jalousie parce qu’il l’admire. Cependant, il peut lui-même se montrer envieux : envieux de tout ce que l’aîné a le

droit de faire et qui lui est encore interdit, refusé. S’il interprète cette « inégalité de droits » comme un signe de favoritisme de votre part, il risque alors de chercher à rivaliser avec l’aîné (pour avoir les mêmes droits que lui) ou bien d’essayer de le dévaloriser à vos yeux en vous poussant à le punir. Parfois, il est également tenté de gagner votre préférence en faisant le bébé, de façon à rester le petit dernier que l’on cajole. Il est ainsi partagé entre le désir de grandir et celui de rester dépendant de vous. Les frères et sœurs vivent ensemble des contacts qui présentent tous les aspects d’une amitié intense. Généralement, les adultes sont inconscients de la richesse de ces contacts. Ils ne tiennent pas compte que les jeunes enfants ont la

capacité de se lier d’amitié. L’offre ou l’acceptation d’un jouet ou d’un objet, la coopération autour d’un jeu ou d’une tâche, les gestes d’affection ou de consolation ; même les actions agressives ont un contenu très affectif et sont les ingrédients qui, au jour le jour, façonnent cette amitié fraternelle. Cette relation d’amitié contribuera à l’apprentissage des habiletés et de la compétence sociale.

L’enfant

49


Lis le texte puis indique les sentiments ou attitudes observés au sein d’une fratrie et les liens de cause à effet correspondants.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................



RÉSUMÉ

Le développement de l’enfant se caractérise par trois aspects différents : • le développement physique qui comporte l’évolution de la croissance, de la posture et de la préhension • le développement intellectuel qui reprend l’évolution du raisonnement et du langage • le développement social qui décrit l’évolution du comportement de l’enfant envers sa famille, les autres adultes et les autres enfants Le suivi du développement de l’enfant permet de dépister rapidement un éventuel trouble et de prévenir son aggravation.

EXErCICES A

Complète le texte à trous suivant :

Au cours des deux premières années, l’enfant peut établir un lien avec un autre …………… à condition que ce dernier se lie auparavant avec lui et qu’il assure ses …………….. . Quant aux enfants, ils ne sont tout d’abord qu’une ……………….. visuelle comme une autre, puis apparaîtra l’intérêt et enfin l’envie d’…………………….. avec eux.

Au cours de la troisième année, l’enfant doit affirmer sa ....................................... (il est alors nécessaire d’être à son écoute et de tenir compte de ses ............................) et s’ouvrir aux autres. C’est l’âge des premiers copains avec qui il va jouer. Mais jouer avec l’autre peut se dérouler soit dans un climat d’entente soit dans un climat plus ou moins agressif. Le rôle parental est alors primordial : il faut lui proposer l’.......................... d’un adulte calme, sociable et ne pas hésiter à le ...................................... de son bon comportement avec les autres. 50

L’enfant


Pendant la période de trois à six ans, l’enfant va développer sa personnalité en se confrontant aux autres dans le cadre de l’.................................. par exemple. La scolarisation permet également de lui proposer des activités sportives qui vont canaliser son ........................................ et des activités manuelles qui vont développer la créativité et la .......................................... de soi. Cette période se caractérise enfin par une tendance à .......................... l’adulte dans ses comportements pour satisfaire son désir d’être ................................... . Enfin de six à douze ans, l’enfant ressent le besoin d’appartenir à un ..................................... dans le cadre de la famille mais aussi dans le cadre d’un club sportif ou d’une association culturelle. Il est donc important d’une part, de ........................................... l’enfant par votre affection et une bonne ambiance familiale, d’autre part, de favoriser son ........................... en lui laissant par exemple porter les mêmes vêtements que ses amis et en lui ménageant une place dans sa vie pour le sport et la détente qui vont développer l’émulation et la .............. ......................... . B

Corrige les phrases suivantes :

La croissance staturo-pondérale évolue de manière uniforme au cours de l’enfance. L’évolution de la posture d’un enfant dépend principalement de l’augmentation de la solidité osseuse. L’évolution de la locomotion après l’acquisition de la marche, implique uniquement le développement de l’équilibre. Dès le deuxième mois, un enfant est capable de relever la tête lorsqu’il est sur le ventre. La courbe de poids d’un enfant ne fait qu’augmenter depuis sa naissance. Dès la naissance, l’enfant peut décider d’effectuer une activité de préhension. Vers 7-8 mois, la préhension en pince apparaît, il peut alors saisir des petits objets. Plus un enfant est stimulé rapidement plus son développement moteur s’effectuera précocement. Le franchissement d’un obstacle, comme passer sous un banc, nécessite uniquement la maîtrise corporelle. Il est possible de décider de la latéralité de son enfant sans que cela ne provoque de conséquence.

L’enfant

51


C

Indique la catégorie d’âge concernée par les capacités suivantes : 2-3 ans

4-5 ans

Parler en utilisant des rimes Commencer à utiliser des indicateurs de temps : hier, demain Jouer à faire semblant Commencer à utiliser des indicateurs de direction : dessous, derrière Employer des mots nouveaux et non familiers de son environnement Commencer à repérer des changements survenus dans la nature Questionner sur un lieu ou une personne Questionner sur une manière ou une raison Effectuer des constructions simples Reproduire une action à l’aide de jouets D

Complète la grille de mots croisés suivante :

1 - lacune issue de troubles d’expression et de compréhension orale 2 - trouble du langage oral 3 - fonction exercée afin de traiter le bégaiement 4 - facteur favorisant le bégaiement 5 - activité pendant laquelle le bégaiement disparaît 6 - proximité entraînant la confusion de certaines lettres 7 - trouble du langage écrit 8 - professionnel de la rééducation du langage 9 - origine possible du trouble du langage écrit 10 - difficulté commune aux deux troubles du langage oral 3

2

7

1

5

8

9

10 

52

6

4

L’enfant


L’ADOLESCENT ACTIVITÉ « DEuX TIERS des adolescentes de collèges et lycées font ou feront un régime », affirme JeanMichel Borys, nutritionniste spécialiste de l’obésité infantile « et surtout au printemps ».

Du côté des éditeurs en tout cas, on a flairé ce nouveau créneau : les livres de conseils destinés aux ados pour perdre du poids fleurissent. Même le site web des ados, ados.fr, propose cette semaine une sélection de trois régimes !

Or s’imposer une restriction alimentaire en pleine période de croissance et d’examens peut s’avérer très nocif pour la santé : carences nutritionnelles, inattention, irritabilité, et surtout frénésie alimentaire avec le risque d’une alimentation déséquilibrée durable ! D’autant que la plupart des jeunes candidates à l’amaigrissement n’en ont pas besoin. La distorsion de l’image corporelle est courante chez les ados, qui se sentent souvent trop gros même s’ils ont un poids normal. Tout comme les adultes, les ados sont de plus en plus victimes du culte de la minceur véhiculé par les magazines de modes ou les vedettes du cinéma et de la chanson. « À force de les alerter sur l’obésité,

nous autres médecins sommes aussi peut-être un peu fautifs », admet Jean-Michel Borys. Mais cette obsession des ados pour l’amaigrissement trouve une autre explication, plus psychologique. « C’est un âge où le corps change énormément, explique le nutritionniste. Doubler son poids et sa taille en deux ans, il faut s’y faire. Les filles ont de nouvelles rondeurs qui attirent le regard des hommes. Certaines cherchent à les faire disparaître. C’est pourquoi les garçons sont moins concernés par ce fléau des régimes. » A. Echkenazi, Le Parisien, le 28/04/2005

T

out irait pour le mieux si la croissance et la métamorphose de l’organisme s’opéraient de façon harmonieuse et synchronisée. Eh non, la nature n’en fait qu’à sa tête. Tous les segments et les organes du corps ne grandissent pas en même temps. Les pieds gagnent des pointures avant que les jambes s’allongent. Idem pour les mains par rapport aux bras. Le crâne, en revanche est le dernier à prendre du volume pendant que le nez grossit avec une longueur d’avance sur le reste du visage. Betty Mamane « Vilain petit canard », Science et vie Junior N° 81

Étudie les documents puis explique les connaissances qui sont abordées.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

L’adolescent

53




RÉSUMÉ

L’adolescence est une période de transformations de natures diverses. Elles sont à la fois physique, physiologique et psychologique. On observe ainsi une évolution importante de la taille et de la forme du corps. Cela s’accompagne de la puberté c’est-à-dire l’apparition des hormones sexuelles et du fonctionnement des appareils génitaux dont elles sont responsables. Ces bouleversements ont des conséquences sur la psychologie de l’adolescent qui donne alors une grande importance à son image et découvre le désir sexuel. Enfin, l’adolescence se caractérise par des comportements comme l’opposition, la recherche d’expérience, l’intégration à un groupe d’amis… Mais lorsque cette période se révèle trop difficile à vivre, cela se traduit aussi par des comportements dits de refuge comme peuvent être la violence, la toxicomanie, la fugue, le suicide…

EXErCICES A

Complète le tableau suivant : Nature

Garçon

Fille

................................................. Épaule ................................................. Transformation ...................................... du ......................................................... physique appelée apparition ................................................. ............................................. du visage ................................................. développement ................................................. ................................................. ................................................ ................................................. ................................................. B

Lis les articles suivants puis explique les origines possibles d’une modification de son image.

« C’EST BEAu ! » Après quelques secondes d’un silence indécis, Pauline et Florian répondent simultanément, sans se concerter… La question, leurs parents, grands-parents, voisins, relations, la leur ont déjà posée des centaines de fois, en réprimant mal une grimace d’incompréhension dégoûtée : « Mais pourquoi tenez-vous absolument à vous faire percer l’arcade sourcilière ou le menton ? » La réponse de ces deux lycéens de 16 et 17 ans est à la fois simple, déconcertante… et sans appel. « Je sais, les adultes trouvent ça moche, sourit Pauline, de ce sourire étrange et pulpeux alourdi d’une petite perle en 54

L’adolescent

argent. Mais moi j’adore. » À chaque trou supplémentaire fait dans la chair de son gamin, l’incompréhension s’est aggravée. Mais quand Florian s’est fait percer la langue l’an dernier, là, sa mère a vu rouge. « Elle m’a supprimé mon portable, et a exigé que je retire ce truc au moins à la maison. Sauf que quand on vient de se faire percer, on ne peut pas enlever la tige tout de suite… » Il se souvient de sa langue gonflée les premiers jours, de la douleur quand il mordait par erreur dans la tige, des purées obligatoires… Et de l’air mortifié de sa maman. « Elle ne comprend pas. Mais il n’y a rien à comprendre ! C’est un défi ou

quoi, c’est juste que je trouve ça joli, ça fait partie de moi. C’est même pas vraiment une mode. » Pauline tempère. « C’est un peu une mode quand même. Regarde au bahut, on est quoi, 100, 200 percés ? La plupart des élèves veulent le faire ! » Les tribus rock métal se font plutôt percer le menton et l’arcade, les R’n B ont un faible pour le nez, et bien peu songent à ce à quoi ils auront l’air en costard-cravate avec des trous plein le visage. « On vit au jour le jour, justifie Florian. Pour l’instant, on trouve ça beau. Demain, c’est loin… »

F. Deguen, Le Parisien, 11/03/2003


V

ladimir s’inquiète de son goût pour les rituels gothiques : « Elle m’a dit qu’elle commençait à s’intéresser aux messes noires, ce qu’on appelle le gothique. Elle a découvert qu’en s’habillant en noir avec des pics les autres avaient un regard sur elle. Ça commence par se lacérer les veines avec un couteau. Il suffit de lui lever la main pour voir que c’est tailladé dessous. Elle est à

fond là-dedans. » Vladimir voudrait arriver à l’aider : « Je lui ai demandé de trouver un dialogue avec sa mère. Elle a essayé de m’écouter, d’organiser des petits trucs avec sa mère, de parler et tout, mais elle s’est rendu compte que c’était le travail avant et sa fille après, et ça l’a rendue malade comme pas possible. Je lui ai dit de trouver un but, elle adore le dessin, l’écriture. Je lui ai dit : Tu m’écris tous les jours un poème, tu dis ce que tu ressens. » Sa copine se taille vraiment les veines, « ça a été le déclic pour que sa mère comprenne que c’était

grave ». Vladimir pense que sa copine, encore fragile reprend goût à la vie, et juge que dans ce genre de situation le dialogue avec les adultes est très difficile : « C’est pas parce qu’ils sont adultes qu’ils vont savoir comment arrêter ça (…). Ils écoutent l’enfant parler pendant une heure, si déjà ils réussissent à instaurer un dialogue c’est énorme. Quand on est entre ados, on va pas chercher un adulte (…). La meilleure solution làdedans c’est les amis, c’est tout (…). Après, les parents, quand il y a un bon dialogue, mais la plupart du temps, non malheureusement. »

« La meilleure solution là-dedans c’est les amis »

...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

L’adolescent

55


C

Lis les articles suivants puis explique les origines possibles de la consommation de cannabis.

CONSOMMATION Une banalisation stupéfiante À 17 ANS, UN JEUNE SUR DEUX A DÉJÀ FUMÉ. COMME LA PREMIÈRE CUITE, LE JOINT TIENT DÉSORMAIS DU RITE INITIATIQUE. LE GOÛT DE L’INTERDIT EN PLUS… L’accès au produit est devenu plus facile et, selon Stéphane Legleye, « on ne peut négliger un possible goût français pour le cannabis, comme pour le vin. Il y a également l’attrait de la transgression, la loi étant très sévère en France », à la différence des Pays-Bas, où les fumeurs de cannabis sont proportionnellement moins nombreux. « Je fume presque tous les jours » Julia, 16 ans « J’ai fumé mon premier joint à 13 ans, en colo. Quelques semaines après, j’en ai repris avec des amis, puis de plus en plus souvent, au fil des soirées. Depuis deux ans, je fume un ou deux pétards tous les soirs, seule ou avec mes copains. Quand je suis tendue, ça me fait du bien. Avec mes amis, je trouve ça convivial, même si je sais que c’est pas top pour la santé et pour les notes. C’est clair que depuis que je fume, je ne travaille plus avec autant de sérieux. Le problème, c’est que je suis dépendante : maintenant, quand je ne fume pas, je me sens vraiment mal. J’aimerais diminuer et ne voir le cannabis que comme un plaisir, et plus comme un besoin. »

56

L’adolescent

« C’est si facile de fumer, remarque Lucas, 16 ans. Dans ma classe, il y a d’un côté le petit groupe de vrais fumeurs, et de l’autre tous ceux qui, comme moi, ne croisent pas souvent de cannabis mais ont de temps en temps l’occasion d’en fumer. On a envie d’essayer, pour savoir… C’est une drogue, mais moins dangereuse que l’alcool ».

Les risques d’une drogue pas si douce BIEN QUE BANALISÉ, LE CANNABIS EST… INTERDIT ! IL PEUT DONC VOUS MENER AU POSTE DE POLICE, ET PLUS SÛREMENT À DES PROBLÈMES DE SANTÉ. Le cannabis contient du THC (le tétrahydrocannabinol), molécule qui agit sur des neurotransmetteurs placés dans certaines zones du cerveau, sièges du plaisir, du raisonnement, de la mémoire, des émotions et de la motricité. Sensation de relaxation et de bien-être, euphorie… le haschisch produit d’agréables effets. « Mais si le cannabis possède des effets anxiolytiques à très court terme, à long terme, il renforce l’angoisse », note Bruno Rocher, psychiatre au service d’addictologie du CHU de Nantes.

EN FRANCE, IL EXISTE 280 CENTRES Où L’ON PEUT PARLER DU CANNABIS ET DES PROBLÈMES QU’IL CAUSE. L’OBJECTIF : D’ABORD SE SENTIR MIEUX AVANT, PEUT-ÊTRE, DE LÂCHER LE JOINT.


« Une angoisse impossible à maîtriser » Guillaume, 19 ans « C’était il y a un an, chez une copine, avec un de ses amis qui avait de l’herbe de Hollande, de la skunk très forte. Ils avaient l’habitude de fumer ça, mais pas moi. Très vite, je n’ai plus rien dit. Je suis resté assez longtemps, j’étais malade mais je ne voulais surtout pas le montrer, je me concentrais

sur ma respiration. Puis j’ai fini par sortir. J’ai vomi dans la rue, je suis tombé sur mon lit complètement stressé, j’avais peur, mais de rien en particulier. Une angoisse impossible à maîtriser ! Je n’ai plus fumé pendant des mois et je refuse encore de prendre de la skunk aujourd’hui. »

...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ..............................................................................................................................................................................

L’adolescent

57


D

Lis les textes suivants et indique les caractéristiques de la sexualité chez les adolescents.

MARTA MAIA, anthropologue, auteur de « Sexualités adolescentes » D’une ville à l’autre, les Vous dites avoir été surtout premiers pas de la sexualité surprise par le manque sont donc si différents ? d’information des élèves des populaires, Marta Maia. Ce n’est pas une établissements histoire de ville mais de milieu notamment en matière de familial, de moyens et de choix prévention. éducatifs : beaucoup de petits C’est le plus frappant. Côté VinMontreuillois sont scolarisés à cennes, on a des élèves qui parVincennes ! Ce qui est sûr, c’est lent avec leurs parents. Des filles que, du côté le plus populaire, de terminales m’ont même avoué tout se fait plus tôt : vers 11- que c’est leur maman qui les avait 12 ans pour le premier flirt des emmenées chez la gynéco pour garçons, 12-13 ans pour les filles prendre la pilule. D’une manière d’origine française ou africaine. La « première fois » a lieu souvent vers 15 ans, elle est initiatique plutôt que romantique, comme s’il fallait à tout prix en passer vite par là. Il n’y a que les petites Maghrébines et Portugaises qui revendiquent leur virginité. Alors qu’à Vincennes filles et garçons ont leurs premiers flirts vers 13 ans et attendent 17 ans – et le premier amour un peu solide – pour aller plus loin.

générale, tous ceux qui ont fait l’amour ont « naturellement » utilisé un préservatif. Ils sont soucieux de se préserver et très bien informés. À Montreuil, c’est plutôt : « On demande à une copine qui demande à une copine… » et le résultat est là : beaucoup sont incapables de citer une maladie sexuellement transmissible, pensent que sodomie ou fellation sont sans danger, mais qu’on peut attraper le sida chez le dentiste…

« Ils partagent tous la même quête maladroite et absolue : celle du grand amour… »

58

Le préservatif, pourtant, est rentré dans les mœurs de toutes les catégories sociales, non ?

Les ados les plus favorisés sont donc les plus sages ?

Les jeunes garçons de Montreuil ne sont pas fous et savent qu’il faut l’utiliser. Mais ils commencent leur vie sexuelle plus jeunes… Et sont plus inconscients à 14 ans qu’à 18 ! La prise de risques est valorisante, et puis, surtout, proposer le préservatif est compliqué : ça peut signifier qu’on prend la fille pour « une salope » ou qu’on ne va pas rester longtemps avec elle. Ils craignent aussi beaucoup de voir leurs performances entravées. La « virilité » est très importante au lycée Jean Jaurès, où l’homosexualité arrache des grimaces écœurées.

Ils adaptent eux aussi leur discours à l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes : tolérants, ouverts… Mais ils ont quand même quelques points communs avec « la racaille », comme ils disent. Si les garçons de Montreuil divisent les filles en deux catégories, les « salopes » et les « sérieuses », côté Vincennes, les termes sont moins crus, mais les ados vous disent : « Il y a des filles vraiment bien, et d’autres avec lesquelles ça ne vaut pas la peine de s’engager ! » Le critère de sélection est exactement le même : la tenue vestimentaire et la réputation.

L’adolescent


C

’est précisément au terme d’une de ces grandes balades qu’il a connu Cécile, il y a un an : « Comme je patine bien, je lui ai appris à faire du roller. Avec les filles, y a toujours un peu de frime. Faut leur montrer ce qu’on sait faire en dehors du bahut. » Après un mois de roller et quelques soirées dans des « petits bars ambiance », les deux jeunes gens ont saisi l’occasion d’un « squat » – comprenez : une soirée à six ou sept, suivie d’une nuit passée au domicile de l’un deux, en l’absence des parents – pour passer à l’acte. « Comme je n’avais jamais mis de préservatif, Cécile m’a aidé… et on n’a pas beaucoup dormi de la nuit ! », se souvient-il.

C

hef de patrouille l’été chez les scouts, Basile n’a pas non plus franchi le pas. Il assure, en tout cas, que, le jour venu, il n’oubliera pas le préservatif. De ces choses-là, Basile parle plus facilement avec ses

deux grandes sœurs qu’avec ses parents, enseignants. D’autant que, lorsque ses petites amies téléphonent à la maison, ceux-ci font des remarques ironiques qui ont le don d’horripiler l’adolescent.

« Si j’ai le feeling, pourquoi pas le premier soir… » SANDRA, AMÉLIE ET CHARLOTTE, 17 ans, font leurs rencontres en boîte

M

inuit, la célèbre discothèque la Scala, à Paris, ne fait pas le plein en ce milieu de semaine de vacances. Sandra, Amélie et Charlotte, trois adolescentes venues du Val-de-Marne (Le Perreux et Neuilly-sur-Marne), attendent sur une estrade que la piste de danse se remplisse. Aucune des trois n’espère rencontrer le grand amour ce soir-là, mais pas d’interdiction, pour autant, d’aller plus loin que le flirt. « Jamais le soir même, scande Charlotte, qui a fait l’amour pour la première fois à 13 ans. Mais si le garçon est vraiment bien et que j’ai le coup de foudre, cela peut se faire quelques jours après. » Sandra ne s’embarrasse pas de ces principes. « Cela m’est déjà arrivé de connaître une personne en

boîte et d’avoir un rapport sexuel la nuit même. C’est spontané, si j’ai le feeling, pourquoi pas le premier soir. Cette fois, je suis allée chez lui mais cela peut se faire également chez une copine lorsque ses parents sont absents. » « Moi je préfère chez moi, renchérit Charlotte. Je me sens plus en sécurité. De toute façon, mes parents sont au courant. Je suis en ce moment avec quelqu’un qui vient dormir à la maison plusieurs fois par semaine. »

...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ...................................................................................................................................................................................................... ..............................................................................................................................................................................

L’adolescent

59


E

Lis les textes puis les facteurs favorisant cette extrême violence.

« La violence augmente chez les adolescentes » DOCTEUR XAVIER POMMEREAU, psychiatre RESpONSABLE de l’unité médico-psychologique de l’adolescent et du jeune adulte au CHU de Bordeaux, Xavier Pommereau est de plus en plus souvent confronté à des jeunes filles qui, comme les garçons, « retournent la violence contre les autres ». Qu’est-ce qui a bien pu se passer dans la tête de ces adolescentes ? Xavier pommereau. D’ordinaire, les filles qui vont mal se font mal à elles-mêmes : elles se scarifient, cessent de s’alimenter, font des tentatives de suicide… Mais il arrive de plus en plus fréquemment qu’elles fassent comme les garçons et retournent leur violence contre les autres. Avec le même effet d’entraînement par le groupe. La plus jeune devient le bouc émissaire. Il n’y en a pas une pour arrêter l’autre, au contraire, c’est l’escalade. Une espèce de sauvagerie déchaînée, contagieuse, sans autre motivation que « faire mal ». Et faire le plus mal possible. Dans ce drame, tout est peut-être parti d’une broutille, d’un mot, d’un regard, d’un geste de la victime, peut-être lui-même interprété comme une violence par les autres. C’est donc une barbarie gratuite ? Il y a souvent un mélange d’attirance, de dépit et d’impuissance dans ce délire. Elles se vengent en détruisant, en humiliant, des impulsions qui sont habituellement masculines. Ce n’est pas une barbarie préméditée, pas quelque chose de pervers au sens d’élaboré et de réfléchi. Ce type de gamines, je le connais bien : elles n’ont pas les freins qui les arrêteraient à temps, comme la peur ou la honte. C’est malheureusement de plus en plus fréquent. Une fille qui va très mal, aujourd’hui, peut attaquer sa voisine au cutter pour un regard de travers. La violence des adolescentes est beaucoup moins rare qu’on ne le dit. Et elle augmente.

« La chambrée est un lieu d’intimité forcée, propice au dérapage » 60

L’adolescent

mais la torture sexuelle entre filles… Plus elles vont mal, plus elles veulent faire mal. Cela me frappe qu’elles aient cherché à raser la plus jeune, à lui brûler la chair pour la marquer, puis à la torturer sexuellement. C’est comme une vierge qu’on sacrifie. Une victime expiatoire. C’est très significatif qu’elles soient toutes, victime comprise, incapables d’expliquer pourquoi elles ont fait ça. La pire chose que pourraient leur faire des garçons, elles l’infligent à une autre fille. Comme si ce déchaînement pulsionnel les détournait de leur propre marasme, de leur propre statut de victime. Le plus sidérant souvent, dans ces cas-là, c’est qu’elles ne réalisent pas la portée de leurs actes. Il n’est même pas sûr qu’elles ressentent de la culpabilité. Quelles sont les questions que toute cette violence soulève ? Cela doit faire réfléchir à l’encadrement de ce type de structures, et même à la pertinence des chambrées. La chambrée, ce n’est pas nouveau, c’est un lieu d’intimité forcée, propice au dérapage. Alors mettre ensemble des personnes très fragiles peut entraîner des phénomènes de contagion. L’identification joue à plein, les victimes deviennent agresseurs, il y a un risque d’emballement par le groupe.


De terribles précédents

..................................................................................

LES ACTES de violences impliquant des filles sont de plus en plus fréquents. Voici quelques faits récents dont les auteurs sont souvent des adolescentes.  Août 2006 à Saint-Quentin (Aisne). Cinq jeunes filles de 14 à 17 ans torturent l’une de leurs camarades, Élodie, 16 ans, dans un foyer pour mineurs en difficulté. À la suite de prétendues injures racistes, la victime est rouée de coups de pied et de poing puis entraînée dans une chambre où ses tortionnaires s’acharnent à coups de rasoirs et de ciseaux. Elles versent du parfum sur ses plaies et sur son visage. Mises en examen pour « actes de torture ou de barbarie en réunion », les cinq adolescentes ont été placées sous contrôle judiciaire dans différents foyers.

..................................................................................

 Décembre 2005 à L’Aigle (Orne). Tiphaine, une lycéenne de 18 ans, est battue à mort par une de ses amies, Lénaïc, 20 ans, qui lui reproche d’être la maîtresse de son ancien compagnon. Le drame se noue chez Lénaïc, qui roue de coups sa victime avant qu’un de ses amis ne s’y mette aussi. Les deux agresseurs sont mis en examen pour homicide volontaire, la mère, la sœur et le frère de Lénaïc, qui auraient tenté de les aider à dissimuler le corps, pour non-assistance à personne en danger et dissimulation de preuve.  Septembre 2005 à L’Haÿ-les Roses (Val-deMarne). Quatre jeunes filles âgées de 15 à 18 ans avouent avoir allumé l’incendie qui a causé la mort, dans la nuit du 3 au 4 septembre, de 19 personnes dans un immeuble HLM. Elles ont mis le feu dans la boîte aux lettres d’une ex-amie avec laquelle elles ne « s’entendaient plus ». Elles sont mises en examen pour incendie volontaire ayant entraîné la mort.  Mars 2004 à Paris (XIIe). Clémentine S, 21 ans, est violemment agressée par trois adolescentes de 14 et 15 ans rue de Bercy alors qu’elle sort du ministère des Finances, où elle fait un stage. Sous la menace d’un couteau, elle est amenée d’un distributeur de billets jusqu’au sous-sol d’un parking, où le trio la roue de coups, la contraint à lécher le sol et lui brûle les cheveux. Les trois ados ont été condamnées à des peines de huit à quinze mois ferme.

.................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. .................................................................................. ..................................................................................

L’adolescent

61


LA PERSONNE ÂGÉE ACTIVITÉ fois. Claudine souffre de la maladie d’Alzheimer depuis cinq ans, une dégénérescence frontotemporale qui attaque ses neurones. Elle reconnaît encore ses enfants, son époux, son nom, mais sa mémoire s’en va. Son numéro de téléphone ? Elle n’est plus sûre.

« Je vis avec une inconnue que j’ai épousée il y a plus de quarante ans »

E

lle vient à vous, tend les bras, vous embrasse sans trop savoir si ce visage-là lui est familier. Claudine a 72 ans, un sourire d’enfant qui quitte rarement ses lèvres, un regard qui vous sonde. Ses phrases sont rares, souvent les mêmes, spontanées. « Vous avez de jolis yeux », « vos cheveux sont trop longs ». Impatiente, elle met vite de côté le puzzle de dix pièces de Blanche Neige posé devant elle. Trop difficile. Elle préfère déambuler, ça la calme. Là, au fond du salon, elle fait les cent pas, adresse de temps à autre un signe de la main. « Fut un temps, elle marchait sur de la musique militaire. Il fallait que ça soit rythmé. Après, elle a voulu des valses. Maintenant, c’est Léo Ferré et Yves Montand », explique Jean, 68 ans, son mari, soucieux de la ramener à lui, à la raison. Jamais il n’enlève sa main de son bras. Parfois, elle arrête ses va-et-vient, formule une requête. Toujours la même. « Tu me donnes une cigarette ». « Tu ne fumes plus depuis des mois ma Claudine », répond-il chaque

62

« Claudine, il m’est arrivé de la perdre. La première fois, elle s’est réfugiée chez un cordonnier, la seconde fois ce sont les policiers qui m’ont appelé. Elle ne savait plus où était la maison ni comment marchait son portable. Depuis, je lui ai fait faire une gourmette avec son nom et son adresse. » « Elle a commencé à ne plus supporter le cinéma et les concerts. Au bout de dix minutes, il fallait partir. Elle ne pouvait plus rester assise et attentive. Au début, j’ai cru à des sautes d’humeur. Elle s’est mise à éviter les plaques d’égout, elle craignait que ça s’effondre. Il lui arrivait aussi d’oublier : une fois elle est allée chez son gynécologue, mais n’a pas retrouvé l’adresse. Elle a eu ensuite des frénésies d’achats. Elle commandait toutes les babioles des prospectus, on en avait des caisses. » Jean poursuit : « Ce sont mes deux enfants qui m’ont parlé d’Alzheimer. J’étais outré qu’ils puissent imaginer que leur mère perde la tête. Je me suis finalement rendu à l’évidence. Dix huit mois après les premiers signes, on est allé consulter. Là, on a su. On m’a dit « il n’y a pas de traitement, juste des antidépresseurs. Il a fallu

La personne âgée

que j’encaisse sa souffrance et la vie que nous allions avoir. J’ai décidé de la garder chez nous. Là, elle se sent en sécurité et je peux m’en occuper. Claudine, il faut l’aider à manger sinon elle s’étouffe car sa salive s’est épaissie. Il faut la changer quand elle est incontinente. Son état se dégrade. Aujourd’hui, elle ne comprend plus trop, parle peu, mais j’essaie qu’elle ne perde pas tout contact. Quand on va faire des courses, je l’envoie acheter le pain. On lit, on marche aussi beaucoup, ça la stimule ». Pour Jean, le quotidien s’est rétréci autour de la maladie de sa femme. Ses enfants habitent loin, il assume seul. Jean s’accorde, parfois, un cinéma, ou un verre dehors, quand Claudine fait sa gym à l’association France Alzheimer, une fois par semaine. « Cette vie, c’est lourd. C’est bien de chercher des médicaments contre Alzheimer, il faudrait aussi penser à plus simple. J’ai besoin d’aide pratique, des fluidifiants pour la salive, des remèdes à l’incontinence. Ce ne sont pas les 38 € d’aide par mois que je touche qui vont me soulager. Pourquoi n’existe t-il pas des petites unités de soins dans les quartiers ? Aujourd’hui, je vis avec une inconnue que j’ai épousée il y a plus de quarante ans. On s’aime beaucoup mais on ne va pas gâcher le temps qui nous reste. Avant la maladie on avait écrit tous les deux que nous étions favorables à l’euthanasie quand la satisfaction de vivre n’est plus là. Je sais qu’à certains moments Claudine ne se supporterait pas si elle avait conscience de son état ».


 Lis le texte puis indique les effets d’Alzheimer sur les capacités physique, physiologique et mentale ainsi que sur le comportement.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................



RÉSUMÉ

Le vieillissement du corps s’accompagne souvent de dysfonctionnements qui touchent la quasi-totalité des appareils et systèmes de l’organisme. On peut citer par exemple l’Alzheimer qui touche le système nerveux, l’ostéoporose pour l’appareil locomoteur, l’incontinence pour l’appareil urinaire, l’hypertension pour l’appareil circulatoire… Les personnes âgées souhaitent généralement vivre à leur domicile car c’est un lieu rempli de souvenirs et dans lequel elles ont leurs repères. Malheureusement ce maintien à domicile peut également avoir des inconvénients lorsque la personne est isolée de toutes relations familiales ou amicales, ou ne peut plus assurer les actes de la vie quotidienne. Il n’est pas rare de trouver des personnes âgées dont la solitude et l’ennui provoquent des pathologies comme la dépression. Il peut être préférable pour la santé ou la sécurité d’une personne âgée d’intégrer une structure spécialisée. Il lui est souvent difficile de faire le pas car elle se sent frustrée et abandonnée. Il est alors important de lui expliquer et lui montrer les avantages de la structure. La famille doit la rassurer sur la continuité du lien familial et lui faire visiter son nouveau domicile. Quant à la structure, son rôle est d’accueillir de manière personnalisée, d’accompagner, de rassurer, de favoriser les contacts… On observe souvent dans ces structures de la solidarité entre des pensionnaires plus ou moins valides qui permettent pour certains de renforcer l’estime de soi et pour d’autres de se rassurer.

La personne âgée

63


EXErCICES A

Complète la grille de mots croisés suivante :

1 - fonction pulmonaire très diminuée 2 - pathologie entraînant des douleurs pendant les mouvements 3 - pathologie proche de la myopie 4 - pathologie favorisant les fractures 5 - dysfonctionnement du foie 6 - pathologie entraînant l’apparition d’un voile sur les yeux 7 - dysfonctionnement d’un sphincter 8 - dysfonctionnement de la circulation du sang 9 - pathologie du système nerveux 10 - trouble de l’intestin 11 - arrêt de l’alimentation du cerveau 12 - capacité de la peau qui diminue 

10 8

1 

2

3

12

9

4

5 

11 6 

7

64

La personne âgée


B

Replace les attitudes suivantes puis explique la manière et le rôle de ces comportements.

accompagner

dialoguer

Sentiment

faire participer

Attitude

rassurer

respecter

responsabiliser

Pourquoi

stimuler

solidariser

Comment

Perte d’estime de soi

Angoisse

Frustration

Isolement

C

Complète le texte à trous suivant :

Les personnes atteintes d’Alzheimer, présentent des besoins de …………………………… comme tout individu. Toutefois les conséquences de la maladie impliquent d’adapter la manière de dialoguer. Il est ainsi important d’attirer son ………………….. en instaurant un contact …………………… et en la fixant les yeux dans les yeux. Il faut également parler …………………………. et simplement en utilisant des phrases ………………… ou des questions fermées (qui limitent les ………………… ). Il faut aussi être attentif à certaines ……………………… qui renseignent sur sa compréhension et ne pas montrer son ………………………….. lorsque le message ne passe pas (pour ne pas la communiquer au malade). On peut ensuite ……………….. l’objet de la conversation et ………………….. l’information plusieurs fois. Enfin, il convient d’être …………………….. à chaque prise de parole du malade, il est en effet plus simple de dialoguer lorsqu’il instaure ………………………. . De plus, les symptômes de la maladie obligent à assumer la sécurité de l’individu. Il s’agit d’évaluer et ………………… les risques domestiques (par exemple en libérant le passage, en rangeant les ……………….. …). On doit également assurer ses besoins alimentaires et favoriser l’exercice physique qui ……………………… et limite donc les risques d’……………………… du malade le jour et la nuit. On peut enfin avertir le ………………...et faire porter un signe distinctif (comme un bracelet avec le nom et l’adresse) afin de prévenir l’…………………………. du malade.

La personne âgée

65


D

Lis le texte suivant puis indique les facteurs caractérisant l’accompagnement d’une personne en fin de vie.

L’accompagnement du patient âgé

D

ans le grand travail émotionnel qui est le propre de cet âge, où l’on ressent plus que ce que l’on « mentalise », ils sont livrés tout autant que l’adulte jeune à la peur de la souffrance physique, de la séparation d’avec ceux qu’ils aiment, de la perte de contrôle de soi dans la mort, de l’inconnu, de la « peur en retour » lue dans les yeux de l’autre, à la peur de la peur ellemême.

P

eur quelquefois d’ « avoir vécu en vain », et il faut alors les accompagner dans la quête du sens intime de leur vie, pour qu’ils puissent finir en paix avec euxmêmes et avec les autres. Cette quête passe par une relecture de leur passé, qui réaffirme leur système de valeurs, donne cohérence à leur histoire, les libère du poids de ce qu’ils ont vécu. Ils livrent des doutes, s’épanchent sur une « destinée » plus ou moins heureuse (enfance difficile et privations, perte précoce d’un conjoint ou d’un enfant), ou s’abîment dans une culpabilité ou une rancœur qu’il faudra apaiser.

E

n les aidant à affronter les questions existentielles qui se posent à eux (« pourquoi tout ça ? pourquoi moi ? »), en leur manifestant par une présence attentive qu’ils sont compris, on rend possible une maturation de ce vécu, une réconciliation avec leur existence et une acceptation de son terme. Ce passé « revisité » va s’inscrire dans une appartenance à un groupe, à

des « racines », et se projeter dans une lignée, une descendance, qui en assurera une forme de continuité.

L

e témoin que nous sommes va recueillir cette parole : difficile expérience, où les connaissances sont vaines et la neutralité illusoire : on accompagne avec tout ce que l’on est, tellement interpellé parfois que l’on peut être tenté de fuir et de se trahir (par un geste, une mimique, une tentative pour éviter le regard, dévier la conversation, une réponse « technique » ou convenue) tout en sentant que l’autre n’est pas dupe ; surpris aussi parfois par l’évolution de son attitude ou de sa demande, à respecter, y compris dans la liberté de vouloir mourir seul, ou de choisir de refuser certains soins et traitements, une fois clairement informé.

C

et accompagnement consiste en une écoute sans projet pour l’autre, où il s’agit avant tout de le ramener à lui-même et de l’aider à cheminer, en le laissant dire et en encourageant l’expression de ce cheminement, en le mettant parfois en mots pour lui. Non pas parler mais écouter, non pas faire mais être.

L

a personne âgée a plus qu’une autre besoin de cet acte de reconnaissance, de ce regard « individualisant  » qui lui restitue un statut d’être unique, singulier, « essentiel ».

........................................................................................................................................................................... ........................................................................................................................................................................... ........................................................................................................................................................................... ........................................................................................................................................................................... ........................................................................................................................................................................... ........................................................................................................................................................................... ........................................................................................................................................................................... ........................................................................................................................................................................... 66

La personne âgée


LA PERSONNE HANDICAPÉE ACTIVITÉ

prénom Ludovic Jamila Georges

Âge 22 ans 15 ans 57 ans

Kevin

35 ans

Anne

8 ans

Pauline

16 ans

Karim

5 ans

Stéphane

25 ans

Carole

10 ans

Fatou

8 ans

problème Asthme Diabète Parkinson

Cause Allergie au pollen Processus d’auto-immunité

Accident de moto et rupture de la moelle épinière Surdité Rubéole contractée pendant la vie fœtale Retard intellectuel et blocage Manque un chromosome sexuel dans de la croissance ses cellules Myopathie Chute pendant son travail de peintre en Fracture du fémur bâtiment Défaut d’oxygénation du cerveau Retard intellectuel pendant l’accouchement Béribéri ou carence alimentaire en Troubles neurologiques vitamine B1 Paraplégie

Étudie le document et indique les individus qui sont des personnes handicapées, explique ton choix.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

La personne handicapée

67




RÉSUMÉ

Le handicap se définit par trois termes : la déficience (fonction atteinte), l’incapacité (activité altérée) et le désavantage (le rôle social qui est plus ou moins limité). On distingue ensuite trois natures de handicaps : moteur, mental et sensoriel. L’apparition de ces handicaps peut résulter d’une maladie transmise par les parents, l’origine est alors héréditaire ; d’un problème pendant la grossesse ou l’accouchement, elle est alors congénitale ; ou d’un accident au cours de la vie, elle est enfin acquise. On observe chez les personnes handicapées et notamment les enfants de l’insécurité provoquant un manque de confiance en soi et une constante recherche d’approbation, de l’agressivité ou de la passivité, des besoins affectifs importants qui peuvent les rendre possessifs et jaloux. De plus, les personnes handicapées sont souvent touchées par le regard de la société. Elles ressentent le malaise qu’elles inspirent. Cela peut les peiner ou les énerver selon leur caractère mais dans tous les cas, cela ne les aide pas ni à s’intégrer ni à accepter leur handicap.

EXErCICES A

Complète le tableau suivant en reprenant les exemples de l’activité. Origine He = Héréditaire

Prénom

68

Co = Congénitale

Origine He Co Ac

Nature Ac = Acquise

Nature Mo Me Se

La personne handicapée

Mo = Moteur

Déficience

Me = Mentale

Incapacité

Se = Sensoriel

Désavantage


B

Lis le document suivant puis réponds à la question posée.

« Au collège, à côté de mon foyer, je sensi­ bilise les jeunes. On regarde la cassette, après je parle. Avant, ils regardaient bizarrement. Grâce à ça, ils regardent diffé­remment, quand ils me voient, ils disent : « Ah ouais... c’est toi... ». C’est mieux comme ça. Ils savent pourquoi tu marches pas, t’es dans un fauteuil. Que m’habiller, j’arrive le haut, mais pas le bas. Le matin, il y a quel­qu’un pour m’aider. Pour la douche aussi. J’ai toujours envie de faire quelque chose. Je ne veux pas qu’on dise : « Celui-là, il est han­dicapé, il va pas faire grand­-chose avec ses mains et aussi avec... » (il désigne sa tête). Je suis drôlement content quand j’arrive à faire un truc que j’ar­rivais pas à faire. Surtout pour avoir une bonne image de moi. Aujourd’hui, je me suis dit : « Je vais m’habiller bien, avec ma belle chemise, mon beau pan­talon. » Je suis moins timide, je vais plus vers les autres. Le matin, quand je me regarde dans la glace, je ne me dis plus : « Il me regarde bizarrement, celui-là. Je me dis que ça va être

une bonne journée. Ici, il y a Pascal. Il aime bien tchatcher. On aime le foot tous les deux, on va à des matches. Il ne voit pas. Alors je l’aide. Des fois, il s’accroche derrière moi, je l’emmène faire des courses. Il va partir bientôt dans un autre foyer. Il est in­quiet. Je lui dis que ça va bien se passer. On va se revoir. J’aime aider les autres et voir d’autres gens en dehors du foyer. Ma copine, c’est Chantal. Je l’ai rencontrée pendant un séjour de vacances. C’est elle qui est venue me chercher. Elle m’a dit : «Tu veux venir chez moi à Pipriac (35) ? » J’ai dit oui. On se comprend, c’est le même handicap. Quand elle me voit pas, ou qu’elle est dans la peine, elle me téléphone. Avant elle, il y avait quelque chose en moins ». • L’infirmité motrice cérébrale (IMC) touche 3 naissances sur 50 000. Causée par une lésion cérébrale, elle empêche les facultés motrices et/ou intellectuelles de se développer normalement.

Quels sont les comportements mis en évidence par ce texte ? .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

La personne handicapée

69


C

Étudie le document suivant puis réponds à la question.

« Mon prénom à moi, c’est Morgiane­-Marie. Mais tout le monde m’ap­pelle Morgiane. C’est le nom de la fiancée de Fernandel dans Ali Baba et les quarante voleurs. À part ça, je suis porteuse de la trisomie 21*. Oui, je le sais, moi. Ça veut dire que je suis différente. En quoi ? Euh... Je ne sais pas. Je sais juste que c’est un handi­cap. C’est Dieu qui a inventé ma vie. Je crois que c’est lui qui a inventé la trisomie 21. Je lui parle, le soir, quand je suis dans mon lit. Lui, il est sur son nuage, il m’écoute.

Mais attention, tous les triso­miques ne sont pas pareils. Par exemple, ma collègue du res­taurant, Juliette. Ma sœur Fio­na dit « qu’elle parle magnifi­quement bien, mais qu’elle a du mal à faire la cuisine. » Moi, c’est le contraire. Je vais voir un orthophoniste et ma mère me reprend toujours. Ça m’agace qu’on me dise que je parle mal. Je suis peut-être trisomique, mais je peux tout faire, sauf le jardinage. Parce que je n’aime pas me salir. Je suis toujours très coquette. Je suis toujours à la mode. Le samedi, après mes cours de théâtre, je vais souvent faire les magasins avec Milène, ma voisine. Je fais aussi attention à ma ligne : je ne mange jamais de pain avec la pizza, je bois du Coca light... Je suis petite, alors il faut faire attention. Ma mère dit que je suis « une ma­quette d’être humain » parce que ma « croissance s’est arrê­tée à l’âge de 12 ans ». Quand j’ai appris ça, moi, j’ai voulu mourir. C’était en voiture avec ma mère. J’ai ouvert la por­tière. « Au revoir, maman », et j’ai sauté. Ma mère m’a rattra­pée par les cheveux. Alors, je ne suis pas morte. Depuis, on dit que j’ai compris une chose importante. On m’aime. ’amour, je connais, moi. Je suis souvent amoureuse. Mon der­nier fiancé s’appelait Jérôme (trisomique lui aussi), on est resté trois ans ensemble. Mais il voulait habiter avec moi. Et il voulait toujours me faire des câlins. Alors mainte­ nant, je suis seule. En ce mo­ment, j’aime bien Édouard. Il fait partie, comme moi, du conseil d’administration

L

du Geist 21 (Groupe d’étude pour l’insertion sociale des personnes porteuses d’une trisomie 21). Il sort avec une de mes copines. Mais c’est pas grave. Elle et moi, on fait une sorte de match. Édouard, il veut des en­fants. Moi, je n’en veux pas, ou une fille à la rigueur. Et encore, si je ne m’en occupe pas. Bientôt, j’aurai mon appar­tement. Je veux vivre toute seule. D’ailleurs, avec le Geist je m’entraîne comme dans un vrai appartement. Ma sœur dit que « ce sera une coloca­tion dans laquelle il y aura des handicapés physiques et des trisomiques. » Elle dit aussi que « quelqu’un viendra tous les jours pour voir si ça se passe bien ». Au départ, mes parents et mes frères ne voulaient pas. Alors, un matin, j’ai pris ma valise. J’ai dit que je partais. Depuis, ils sont d’accord. Je suis souvent obligée de me mettre en colère pour qu’on m’écoute. Avec ma mère sur­tout. Parce que j’aime bien dé­cider. J’ai du caractère, moi, un peu, oui, un peu. Par exemple, j’ai un compte en banque, je gagne mon argent, je fais mes chèques et j’ai une voiture. C’était pas facile la voiture. Je la voulais pour faire comme mes frères. Et aussi parce que ma mère déteste Claude François. C’est mon chanteur pré­féré, je voulais écouter ses chan­sons sur la route. La banque disait non. Les trisomiques n’ont pas le droit de passer leur permis de conduire. Et alors, on a quand même le droit d’avoir une voiture ! Parfois, quand on est trisomique, il faut se battre. Alors j’ai écrit une lettre à Jacques Chirac. Oui, moi ! Je l’ai fait ! Mainte­nant, j’ai ma voiture, elle est dans le jardin. C’est moi qui ai choisi la couleur : jaune. Les papiers sont à mon nom. Et j’ai quatre chauffeurs : mon père, ma mère, ma tante Mar­celle et maintenant Fiona, de­puis qu’elle n’a pas raté son permis de conduire. » Propos recueillis et mis en forme par Laëtitia de Kerchove, Phosphore, juin 2005 *La trisomie 21 est une maladie gé­nétique qui se caractérise par la pré­sence d’un troisième chromosome au niveau de la 21e paire. Elle provoque un retard mental auquel peuvent être associées des malformations physiques.

Quels types de comportements peut-on observer chez Morgiane et sa famille ? .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. 70

..............................................................................................................................................................................

La personne handicapée


D

Lis le texte suivant et analyse la position des uns et des autres ; enfin explique les avantages et les inconvénients de l’intégration des enfants handicapés dans le système scolaire classique.

JOHAN COCHEtEuX, 8 ans,

est atteint du syndrome de Prader Willi. Cette maladie rare qui, fort heureusement, a été dépistée très tôt par l’hôpital d’Amiens, pose d’énormes problèmes à ses parents car Johan doit être constamment surveillé, À son âge, il ne parle quasiment pas en raison de l’atrophie des dix-sept muscles favorisant le langage. Il souffre en outre de problèmes de comportement avec des accès de violence à l’encontre de son entourage. Sa maman, Myriam, n’a d’ailleurs pas repris d’activité professionnelle après sa naissance. « On s’est inscrits rapidement à l’Association des paralysés de France. À 3 ans, il a été pris en charge à mi-temps en soins thérapeutiques à la maison puis est allé pendant deux ans, également à mi-temps, à l’école de Moyenneville, en attendant de trouver une place dans une classe d’intégration scolaire (Clis). Quand l’école d’Estrées en a ouvert une à

l’école des Courtilles, il a pu y aller », raconte son père Eddy. L’idéal, une place en Institut médico-éducatlf Scolarisé dans cette classe depuis deux ans, Johan se retrouve aujourd’hui sans établissement, la famille n’étant plus d’accord avec le projet de prise en charge que lui propose l’Éducation nationale. Si l’an dernier, il bénéficiait du lundi aprèsmidi, mardi et vendredi matin aux titres de différentes prises en charge – soins externes, réseau de soutien de l’école et aide supplémentaire dans la classe – les choses ont changé avec la rentrée. « Vendredi dernier, j’ai refusé de signer la convention car ils ne nous proposent plus que le mardi matin », lâche le père.

d’une auxiliaire de vie scolaire pour lui tout seul. Dans la Clis, il y en a une mais pour huit enfants. L’idéal serait que l’on puisse le mettre à l’institut médico-éducatif (IME) de la Faisanderie à Compiègne. Je sais qu’ils ont de la place, mais ils exigent une admission en hôpital de jour que l’on ne nous donne pas. » Les services spécialisés lui ont fait une proposition dans ce sens mais à Clermont. « Cest vrai, reconnaît Eddy, mais j’ai refusé car cela aurait été trop dur pour lui. Il y a des barreaux partout et on imagine très bien ce qui se passerait s’il piquait une colère. Non, ce n’est pas possible. C’est une voie de garage pour Johan. » Eddy Cocheteux a donc décidé d’alerter le préfet. Car, selon lui, c’est juste une « question de moyens ».

Visiblement énervé par cette situation, Eddy Çocheteux est sûr de ses droits : « Mon fils a le droit d’aller à l’école qui est obligatoire pour tous les enfants. Il a simplement besoin

« Les maîtresses reçoivent des coups de pied »

L

’école des Courtilles, scolarisant Johan, est sous la responsabilité d’Anne-Marie Besaury, inspectrice de l’Éducation nationale à Margny-lès-Compiègne. Elle confirme le changement de prise en charge de l’enfant par rapport à l’année dernière, notamment le vendredi : « Je n’ai pas de solutions pour l’accueil ce jour-là. Du fait de sa maladie, cet enfant est, en quelque sorte, en garderie à l’école. Nous avons fait des propositions à la famille pour une structure hospitalière (NDLR : à Clermont) mais elle a refusé pour des raisons qui ne regardent qu’elle. Moi, je ne peux pas laisser les maîtresses recevoir des coups de pied. J’ai des certificats qui en attestent. »

Pour ce dossier délicat, Anne-Marie Besaury et tous les services ont beaucoup travaillé. Et avec une grande humanité. « Tout enfant a sa place dans l’école, mais celle-ci ne doit pas être un moyen de ne pas mettre en œuvre d’autres solutions. L’année dernière, nous avons fait un effort mais c’était transitoire. Si l’enfant avait progressé, on aurait pu le garder mais, malheureusement, il n’y en a pas eu. Dans cette affaire, on touche aux limites de l’accueil des enfants handicapés à l’école », conclut l’inspectrice.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

La personne handicapée

71


troisième partie communiquer


COMMUNIQUER AVEC LE PATIENT ACTIVITÉ Obtenir l’adhésion de tous Le professeur Jocelyne Just est pneumopédiatre, spécialiste de la prise en charge de l’asthme sévère à l’hôpital parisien Armand Trousseau. « Lorsque l’on prend en charge des enfants souffrant de pathologies chroniques, les parents sont toujours une aide, ils sont essentiels. Ce sont eux qui vivent au quotidien avec l’enfant et nous permettent de recouper les informations et d’enrichir l’interrogatoire clinique. De même, il faut avant toute décision thérapeutique obtenir l’adhésion de tous. Si les parents ne sont pas convaincus, l’enfant ne le sera pas. En revanche, face à des parents surprotecteurs ou qui étouffent de leur angoisse l’enfant, nous essayons

de nous appuyer sur des données objectives, de dédramatiser, de redonner confiance à travers un travail progressif : à chaque étape de la prise en charge, il s’agit de montrer les améliorations. Le diagnostic d’asthme, et qui plus est, d’asthme sévère, fait peur aux parents. Je le pondère toujours en évoquant tout de suite les possibilités de prise en charge et la façon dont cette dernière va améliorer la vie de l’enfant. Dès lors que les parents comprennent ce que l’on fait et pourquoi nous le faisons, ils adhèrent. Souvent, et

« S’interroger sur le rôle du proche » Angelo Testa est néphrologue, à Nantes, au sein du centre E.C.H.O, Expansion des Centres d’Hémodialyse de l’Ouest. « Je me souviens lors de la canicule de 2003, alors que nous n’avions pas noté de surmortalité parmi nos patients âgés en hémodialyse sur lesquels nous avions renforcé la surveillance, que c’est parmi les conjoints qu’il y a eu le plus de décès. Cela nous a, notamment, amené à nous interroger sur le rôle du proche. Nous n’avons pas mis en place de protocole standardisé mais, au cas par cas, et selon les liens que chacun d’entre nous peut nouer avec les aidants, nous faisons attention à eux. En ce moment, j’ai une patiente en dialyse péritonéale aidée par

son mari. Je sens que ce dernier est épuisé alors que la patiente ne s’en rend même pas compte. Avec l’équipe, nous cherchons des solutions car cela ne peut continuer. Nous essayons de manière générale d’être vigilant face à l’épuisement de l’aidant, de faire de la prévention. Il ne faut pas que l’aidant soit plus malade que le patient. »

ce, quel que soit l’âge de l’enfant, ils nous demandent d’expliquer la maladie à l’enfant. »

l‘entourage fait-il pression pour obtenir le pronostic d’un proche ?

« Les membres de la famille, en particulier les parents, ressentent un fort sentiment de culpabilité à l’idée d’avoir transmis la maladie. La loi française interdit de pratiquer un test génétique sur un mineur à moins qu’il n’en retire un bénéfice médical direct. Néanmoins, pour faire face à leur angoisse et évaluer le désir réel de l’enfant, nous recevons les parents et les enfants inquiets depuis l’année 2000. Lors

de ces consultations, les parents prennent conscience des conséquences psychologiques d’une telle révélation sur l’enfant et se résolvent, pour la plupart, à attendre qu’il soit en état de le demander lui-même lorsqu’il en ressentira le besoin. Sur l’entourage des adultes, nous avons également évolué. Alors qu’au départ on conseillait de venir accompagné, les patients sont désormais libres de venir seuls. Dans les faits, on reçoit souvent le conjoint qui doit également se préparer à l’annonce du résultat du test et ses conséquences sur la vie future du couple. »

Communiquer avec le patient

73


Lis les textes puis indique les caractéristiques de la communication avec l’entourage d’un patient.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................



RÉSUMÉ

La communication est la transmission d’un message entre un émetteur et un récepteur. Cette information peut être de nature écrite, verbale ou non verbale. Cette dernière peut s’exprimer sous la forme d’une expression du visage, d’un regard par exemple. Dans le cas d’une communication entre un soignant et un soigné, différents facteurs doivent être pris en compte : 74

• l’identification de sa culture, de son origine, de sa religion ou de ses croyances • l’adaptation au vocabulaire qui lui est familier, à ses réactions ou à la finalité du soin • la réponse à ses inquiétudes • l’accueil du soigné nécessite de créer une relation et de respecter l’individu

Communiquer avec le patient


EXErCICES A

Critique les paroles suivantes :

« Je vais essayer de vous expliquer ce qui vous arrive avec des mots simples. » « Nous vous annonçons que l’équipe de soins va procéder à l’opération demain matin. » « Veuillez m’excuser, mon fils a pleuré toute la nuit, je vais vous faire un soin rapide ce matin. » « Vous voulez vraiment mettre ces vêtements, vous ne préférez pas plutôt ceux-là. » « Excusez-moi, j’ai encore de nombreux soins à effectuer ce matin, vous me raconterez cela tout à l’heure. » « Bonjour madame, alors on a fait un gros dodo, on est en forme ce matin. » « Je vous passe les explications, croyez-moi sur parole, vous avez besoin de cette opération. » « Vous êtes croyante, vous êtes sérieuse. » B

Complète la grille suivante et découvre une des caractéristiques principales de la relation soignant-malade.

1 - destinataire d’un message 2 - sa complexité peut gêner la communication 3 - doit être laissé de côté pour favoriser la communication 4 - synonyme de contexte de soins 5 - comportement qui consiste à comprendre la douleur des malades 6 - exemple de communication non verbale 7 - il faut en créer une pour faciliter la communication 8 - réaction à un message reçu 9 - producteur d’un message 1

 2

3  4  5  6  7  8  9 

Communiquer avec le patient

75


C

Complète le tableau suivant : affirmations

La communication non verbale traduit ou complète toujours ce que dit une personne.

Il est important de justifier un soin qui dure plus longtemps que d’habitude.

Le passage d’une information dépend uniquement des efforts de l’émetteur.

La communication entre soignant et soigné passe par le respect du premier pour le second.

Il n’est pas utile que le soignant prouve ses compétences au soigné.

La communication nécessite de prendre en compte les croyances des patients.

L’efficacité de la communication passe par la transmission d’informations claires et rapides.

La communication s’effectue toujours de la même façon quel que soit le patient.

76

Communiquer avec le patient

Vrai

Faux

Justifications


COMMUNIQUER AVEC L’ÉQUIPE ACTIVITÉ

Une fracture de fémur qui cache un malaise cardiaque Au petit matin, une femme de 75 ans chute dans sa salle de bain et se fracture le fémur gauche au-dessus d’une prothèse de genoux. Le chirurgien examine la patiente sans se soucier des annotations des infirmières des urgences sur le « questionnaire d’entrée » qui mentionnent une douleur thoracique et dans la mâchoire. Après des examens radiographiques complémentaires, l’intervention chirurgicale est programmée quelques jours plus tard. Durant la matinée, l’infirmière d’hospitalisation, qui n’arrive pas à percevoir le pouls de la patiente, téléphone au bloc opératoire où une intervention est en cours : inquiète, elle demande que la patiente soit vue par un médecin et bien qu’il lui ait été répondu que cela serait transmis, cette requête reste sans

suite. Sur la fiche de suivi de la patiente il est noté à 12 h 00 la prise d’antalgiques et « pas de douleur dans la mâchoire, ni dans la poitrine ». Tout au long de la journée, une difficulté récurrente pour prendre la tension artérielle est constatée par les infirmières. En milieu de soirée, quelques minutes après la visite d’un médecin anesthésiste, la patiente décède d’un arrêt cardiaque. L’article R.4312-29 du Code de la Santé Publique (CSP) énonce notamment que « chaque fois qu’il l’estime indispensable, l’infirmier ou l’infirmière demande au médecin prescripteur d’établir un protocole thérapeutique et de soins d’urgence écrit, daté et signé ».

Selon l’art. R.4312-29 CSP « L’infirmier ou l’infirmière communique au médecin prescripteur toute information en sa possession susceptible de concourir à l’établissement du diagnostic ou de permettre une meilleure adaptation du traitement en fonction de l’état de santé du patient et de son évolution ».

Lis l’article puis donne ton avis sur la responsabilité de chacun.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. ..............................................................................................................................................................................

Communiquer avec l’équipe

77




RÉSUMÉ

Au sein d’une équipe, la transmission d’informations peut s’effectuer de façon écrite ou orale. Dans le premier cas, cela concerne les transmissions ciblées qui utilisent des mots-clefs qui attirent l’attention des collègues, un dossier de soins ou une planification murale. Dans le second cas, cela concerne les échanges qui ont lieu au moment des changements d’équipes. La qualité de la communication au sein d’une équipe dépend principalement des facteurs suivants : • l’utilisation du temps et de l’espace nécessaire • la présence d’une ambiance favorable à la communication • la capacité à mettre de côté la fatigue, les émotions • l’absence d’interruption

EXErCICES A

Étudie les documents suivants puis explique les fonctions des transmissions écrites.

Date et heure

Cibles

28 / 03 / 2011

Douleurs

transmissions Signature Donnée : M. X a mal au niveau de sa cicatrice. action : du paracétamol en intraveineux lui a été administré Dupont F. selon la prescription médicale. résultat : M. X n’a plus mal à sa cicatrice.

« La contrainte temporelle – il faut aller vite et à l’essentiel – la crainte du jugement social, l’insécurité linguistique devant la faute d’orthographe ou la formulation malheureuse, et à l’extrême la menace des conséquences juridico légales. »

Dans le service de gastro-entérologie les dossiers de soins sont dans un chariot mobile, ils suivent les visites des médecins. Les infirmières arrivantes les consultent avant les transmissions orales.

.............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. .............................................................................................................................................................................. 78

Communiquer avec l’équipe


B

Complète la grille suivante à l’aide des définitions :

1 - utilité des transmissions vis-à-vis du stress occasionné par le travail 2 - synonyme de dialogue 3 - surveillée grâce aux transmissions 4 - assurée par le dialogue entre les anciens et les nouveaux 5 - synonyme de transmission orale 6 - à utiliser pour des transmissions de qualité 7 - qualité indispensable pour que les transmissions aient le temps de s’effectuer 8 - leur existence empêche la création d’un climat propice à la communication 9 - à laisser de côté pour se concentrer sur la communication 10 - indispensable pour le bon déroulement des transmissions 1

5 

 2

3 

 6

7 

4 

8 

9  10 

Communiquer avec l’équipe

79


index A

L

U

acide aminé 6 acide gras 6 Alzheimer 62 ammoniaque 22 artères 17

langue 27 leucocytes 17

urée 22 uretère 22 urètre 22 urine 22 utérus 39

M message 27, 32, 74 microbes 17 moelle épinière 27, 30, 32 muscle 32 myocarde 17

B bouche 6

C

N

capillaires 17 cellules 11 cerveau 27, 30, 32 cervelet 32 circulation du sang 17 coagulation 17 cœur 17 congénitale 68 cortex 30

néphrons 22 nerfs 27, 32 neurologues 30 neurones 32 nez 27

valvules 17 veines 17 ventricules 17 vessie 22 vitamines 6

O obésité 53 œil 27 oreille 27 oreillettes 17 organes nerveux 32 ostéoporose 63 ovaire 39 ovule 39

D déchets 22 déficience 68 dialyse 21 diaphragme 11 diastole 17 digestion 6 dioxygène 11 divorce 46

P

embryon 39 encéphale 30 estomac 6

peau 26 plaquettes 17 plasma 17 poumons 11 pronostic 73 puberté 54

F

R

fécondation 39 fœtus 39

rein 22 respiration 11

G

S

globules rouges 11 glomérule 22 glucose 6, 22

sels minéraux 6 sommeil 37 spermatozoïdes 39 sueur 22 systole auriculaire 17 systole ventriculaire 17

E

H hématies 17 héréditaire 68 hormones 39 hypertension 63

T tabac 13 trisomie 21 70 tronc cérébral 32 tubule 22

I incapacité 68 incontinence 63 intestin grêle 6 IRM 30

80

V

INDEX

Achevé d'imprimer : juin 2011 Ce manuel a été réalisé dans le cadre de la convention de coopération signée entre l’APECITA et le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche. Éditeur : Docéo Éditions Mise en page et illustrations : Michaël SANCHEZ Docéo Éditions 5 rue de l’ancienne mairie 92110 CLICHY ISBN : 978-2-35497-104-5 Imprimerie : AIRneed

EP1 ASSP services aux personnes  

Les besoins de la personne : son organisation, ses fonctions et ses caractéristiques en tant que bénéficiaire de services. Ce manuel permet...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you