Page 1

PLANETE Actualités

P L A N E T E Actualités

gratuit !

N° 14 - Eté 2012 - France - Magazine gratuit - Site: www.planetactu.com

Le Saola reste un mystère La découverte du Saola s’est avérée être l’une des plus surprenantes trouvailles zoologiques du 20ème siècle. Vingt ans après, nous ne possédons que peu d’informations sur lui.

Les jardins partagés Quoi de plus naturel que de cultiver son jardin ? Cela nous apporte détente et connexion à la nature. Le monde qui nous entoure est dur, il exclut souvent. On a du mal à trouver nos marques et cela mène parfois au désespoir. Alors que faire ? Une solution peut nous aider, il suffit de renouer avec la planète en cultivant la terre. Et oui, jardiner nous reconnecte à la nature et nous apporte joie et bonheur.

©

Histoires de moustiques Leurs piqûres sont le plus souvent anodines. Néanmoins, elles créent une voie d’entrée sanguine qui peut laisser le champ libre à des virus comme la dengue et le chikungunya.

©

Solar City, la tour du futur Il est des idées environnementales tellement fabuleuses qu’elles nous redonnent espoir en l’avenir. A l’occasion des Jeux olympiques d’été de 2016 qui auront lieu à Rio de Janeiro au Brésil, le cabinet suisse « Rafaa Architecture © & Design » dont le siège est à Zurick propose un édifice unique et totalement novateur d’écoconstruction auto suffisante en énergie.

Restaurer la biodiversité de l’île de Pâques

©

Le Yin de la Femme

©

Découvrez les aspects Yin des Vertus (partie gauche du Tao) qui vous permettent de comprendre à côté de quoi, nous les femmes, nous passons la plupart du temps. Etant Yin de nature, la femme a un accès direct au Yin, aux émotions profondes et au ressourcement.

Les News de la planète Une multitude d’infos sur les abeilles, les tigres, le thon rouge de Méditerranée et beaucoup d’autres choses encore, à découvrir absolument.

Le Pélion sublime la Grèce ©

La ville de Menton et l’Office National des Forêts international ont signé un protocole d’accord permettant de mener ensemble la réintroduction de plants de sophora toromiro sur Rapa Nui, la célèbre île de pâques du Pacifique sud.

Tombez sous le charme du Pélion et découvrez l’authenticité de ce lieu qui n’a pas été sacrifié à l’autel de l’uniformisation. A vous l’ambiance des tavernes dans les petits ports, le bruit du vent dans les mâts des barques de pêche, l’ouzo et le poisson grillé, le tout au son de quelques notes de bouzouki.

Retrouvez-nous sur www.planetactu.com

©


NEWS Planète

NEWS Planète

EDITO Tout est équilibre Vous le savez, la nature est bien faite, elle tend vers une certaine harmonie où la vie et les écosystèmes associés sont équilibrés. Connaissez-vous l’effet papillon ? Il s’appuie sur les travaux de Poincaré effectués au XIXème siècle qui traitent du phénomène lié à « la sensibilité aux conditions initiales ». Cet épisode mathématique et complexe prétend que toute modification d’un système arithmétique chaotique entraîne des effets imprévisibles à long terme. Remis au goût du jour en 1963 par Lorentz, lors de ses travaux en météorologie, il peut se résumer par la question suivante : « Un simple battement d’aile peut-il provoquer un cyclone dévastateur à l’autre bout du monde ? ». Il semblerait que ce soit possible ! On voit ici la fragilité de l’équilibre naturel et l’intérêt à maintenir cet équilibre. Malheureusement l’industrialisation excessive des humains a mis à mal le climat et les écosystèmes. Dans notre article sur les moustiques, nous avons évoqué le rôle qu’exerce le dérèglement climatique sur leur prolifération anarchique, sachant qu’à l’instar de l’effet papillon leur surpopulation entraînera un autre effet néfaste sur la planète. Nous avons aussi expliqué qu’il faut agir sur les causes profondes de cette surmultiplication et surtout ne pas créer un autre dérèglement en aspergeant nos moustiques de pesticides. Nous le voyons bien, l’équilibre planétaire est bafoué. Où va-t-on aller, si aucune solution n’est trouvée ? A vous de deviner. Pour le moment, c’est mal parti puisque le sommet de Rio 2012 n’a rien apporté de satisfaisant, preuve que l’avenir écologique du monde s’assombrit. Nous le voyons bien, rien ne va plus sur terre, les abeilles se réfugient dans les villes, la banquise fond, les forêts disparaissent, le climat bat la chamade, etc. Subirons-nous encore longtemps les conséquences de tous ces déséquilibres ? Serons-nous la résultante de l’effet papillon en déclenchant un cyclone dévastateur de l’humanité ? A ce jour, faute d’actions suffisantes, une chose est sûre, nous nous dirigeons vers un futur digne des mauvais scénarii de science fiction. Alors, s’il vous plaît, réagissons énergétiquement. Bonne lecture ! La rédaction, D. Soulet PLANETE ACTUALITES Magazine édité par la SARL CD Editions 10, rue Blacas 06000 Nice Tél : 04 93 92 26 07 - Fax : 04 93 13 45 37 Mail : journaldelaplanete@gmail.com Port : 06 76 14 26 54 - N° RCS NICE 484 323 589 - N° de commission paritaire en cours ISSN : 1961-3806 - Dépôts légaux à parution Directeur de publication : M. Christian PINSON Rédaction : au journal 06 76 14 26 54 Imprimé en U.E. Ont participé à ce numéro : C. Pinson, D. Soulet, W. Kopec, S. Voizard, P. Goett, M. Mézard, P. A. Nicolas, G. Pons, T. Morfin. Mise en page : www.beatricegallas.fr Les articles et publicités contenus dans ce magazine paraissent sous la seule responsabilité de leurs auteurs. Le magazine « Planète Actualités » n’en sera en aucun cas responsable. Ne pas jeter sur la voie publique.

Les abeilles affectionnent nos villes

Des tigres sauvages victimes du braconnage en pleines zones protégées

Nos butineuses fuient les campagnes et abandonnent ainsi la chute de biodiversité liée à des pratiques ultramodernes. Avec leurs parcs, leurs jardinières, leurs balcons fleuris, leurs parterres et leurs suspensions, les villes deviennent de plus en plus accueillantes pour les abeilles. Il faut dire que beaucoup de municipalités ne ménagent pas leurs efforts pour rendre leurs agglomérations accueillantes. De nos jours de nombreuses © villes offrent une exceptionnelle diversité de fleurs via leurs jardins, leurs parcs et terrasses. L’objectif est clair, il faut rendre une partie des zones urbaines à la nature. C’est ainsi que les traitements des espaces verts et des jardins publics passent au naturel. La richesse des balconnières bien fleuries et des parcs est une manne d’abondance pour nos petites abeilles. En conséquence, de plus en plus de ruchers voient le jour dans nos villes. Le miel des villes est-il de bonne qualité ? Pour Paris la réponse est oui. L’association des apiculteurs d’Ile-de-France nous informe que le miel parisien a passé avec succès les analyses. Et, résultats à l’appui, on peut dire qu’il est de très bonne facture. Aucun résidu de plomb, ni de mercure n’ont été détectés. Mieux, son homogénéité et sa fluidité amplifient les parfums de tilleul, d’acacias, de châtaigniers et autres. Si vous n’êtes pas parisien, rassurez-vous, il en va de même pour beaucoup d’autres villes de France et même à Monaco. Et oui, les abeilles se portent mieux en ville ! Paradoxalement, nos butineuses produisent une plus grande quantité de miel en ville qu’à la campagne.

Selon une récente étude du WWF, seulement 22 des 63 zones évaluées offrent de véritables refuges pour les tigres et autres espèces menacées. Ces sites protégés ne sont pas toujours viables en toute sécurité pour nos tigres. Ils sont parfois mal adaptés à la lutte anti-braconnage. C’est pourquoi, la menace persiste et croît. A ce sujet, Mike Baltzer, responsable de l’Initiative Tigres du WWF, explique que : « Le braconnage est la menace la plus immédiate pour les tigres. Les aires protégées, quant à elles, sont les premières lignes de défense face au braconnage. Si cette évaluation préliminaire reflète réellement la situation sur le terrain, cela veut dire que les zones protégées ne fonctionnent donc pas comme des havres de paix pour les tigres. Il n’y a donc aucun espoir d’atteindre l’objectif de plus de 6000 tigres en 2022.». 

La tour Montparnasse accueille des abeilles Depuis le 22 mai 2012, dans le cadre de son programme de protection des abeilles l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF) a entériné un accord avec la globalité des propriétaires de l’ensemble immobilier Tour Maine-Montparnasse. Ils ont communément signé la charte « Abeille sentinelle de l’environnement » et ont inauguré le rucher Montparnasse situé sur l’esplanade Jean Tossan, au pied de la tour. Les 10 ruches mises en place vont abriter pas moins de 400 000 abeilles. Une fois accoutumées, les petites butineuses produiront un miel de qualité « Made in Paris » réputé pour sa qualité et la richesse de ses parfums. Autre volet de l’opération, les quelques 850  000 visiteurs annuels seront sensibilisés à la protection de ces petites ouvrières en soulignant particulièrement le rôle qu’elles jouent dans l’équilibre © de nombreuses espèces végétales. Rappelons que leur rôle de pollinisatrices est capital pour la planète. Depuis 2005, le programme de soutien à la sauvegarde de l’abeille et de l’apiculture française a totalisé une bonne cinquantaine de partenaires privés et publics sur notre territoire. Source et photos : Agence Hémisphère Sud

Les sites protégés manquent de moyens humains et de matériels d’efficacité Un ensemble de sites reconnus comme « critiques » pour la croissance de la population des tigres sauvages ont été déterminés par les scientifiques et les chercheurs œuvrant dans le domaine. Les résultats sont le fruit d’une évaluation couvrant 84 sites (dont 63 zones protégées où le WWF travaille sur la conservation de l’espèce). Ils reposent sur trois facteurs jugés essentiels à la protection des tigres : - le nombre de personnel dans les aires protégées - l’utilisation d’outils de répression - la surveillance et le degré de protection légale du parc en question.  Selon les équipes du WWF, 41 de ces 63 zones protégées manquent de personnel. D’autre part, une évaluation indique également que seulement 18 des aires protégées étudiées, soit 29% du total, sont actuellement équipées d’ordinateurs, de systèmes de détection et de répression de surveillance adéquats, les aidant à gérer les sites de manière plus efficace. La majorité des sites se servent encore de techniques d’analyses manuelles. Mais cela devrait s’améliorer, puisque dans les prochains mois le nombre moyen d’équipements informatiques augmentera. Edina Ifticene, chargée du programme Mékong au WWF France déclare que : « De toute évidence, afin d’assurer une meilleure application des principes de protection, de nombreuses zones essentielles pour les tigres ont un besoin urgent d’investissements». Les gouvernements des pays du tigre devraient immédiatement accroître leurs engagements et leurs investissements dans la sécurisation de ces sites. Ils doivent veiller à la bonne application des règles grâce à des équipes de travail suffisantes, efficaces et dévouées sur le terrain afin de parvenir à l’objectif zéro braconnage ». 

Au mois de mai 2012, les 13 gouvernements des « pays du tigre », qui lors du Sommet du tigre de Saint-Pétersbourg de 2010 s’étaient engagés à doubler le nombre de tigres sauvages d’ici à 2022, se sont réunis à New Delhi afin d’évaluer les progrès et planifier les prochaines étapes. Il se trouve que le braconnage est le principal « facteur-risque » susceptible d’inverser les attentes des gouvernements et des partenaires impliqués dans cet « objectif 2022 ». N’oublions pas que s’il y a chasse illégale, c’est qu’il y a intérêt financier. Dans notre cas, il s’agit d’une demande accrue de certaines parties du corps du tigre. Ces morceaux de chair et produits dérivés, pour qui la médecine traditionnelle chinoise attribue des vertus particulières, sont très prisés par certains consommateurs peu scrupuleux. La réunion de New Delhi a été l’occasion de mettre en place une opération immédiate dont le but est d’améliorer la protection des sites classés comme « critiques » pour les tigres.   

Les solutions Suite à de tels résultats, le WWF a identifié trois mesures importantes que les gouvernements des « pays du tigre » doivent absolument prendre afin de lancer une opération «  zéro braconnage ». Il s’agit notamment d’identifier et de délimiter les sites prioritaires qu’il faut absolument protéger contre le braconnage. Il est également important de mettre en place des équipes suffisantes et bien formées capables d’utiliser des systèmes de surveillance adéquats permettant d’améliorer l’efficacité de la lutte anti-chasse illégale. Qui plus est, le WWF suggère que la police et la justice puissent favoriser une répression stricte du braconnage et s’engager activement auprès des communautés locales qui vivent à proximité de zones essentielles pour la conservation du tigre.

Le saviez-vous ? 65% des français consomment du miel ou des produits de la ruche comme le pollen, la gelée royale, etc. Depuis 1995, en France 300 000 colonies d’abeilles disparaissent chaque année. Le chiffre d’affaire mondial induit par les abeilles atteint la barre des 153 milliards d’euros.

Retour à Monaco pour le ‘‘Turanor PlanetSolar’’ 60 000 kilomètres sur les océans et zéro émission, zéro pollution…

Dans les colonnes de nos précédents numéros, nous avons largement parlé du Turanor PlanetSolar et de son périple qui l’a mené sur tous les océans et sur toutes les mers du Monde. Nous avons été séduits par sa prouesse technologique entièrement liée au soleil et par ses importantes études océaniques. Parti il y a 19 mois de Monaco pour le premier tour du monde au tout solaire, le Turanor PlanetSolar, est aujourd’hui de re© tour au bercail. Il a accosté le 4 mai 2012 au port Hercule de Monaco où une foule de curieux, de reporters et d’amoureux de la planète attendait là, fidèle au rendez-vous. Bertrand Piccard, concepteur de Solar Impulse était aussi présent ainsi que Patrice Drevet, journaliste, qui participe chaque année au Salon Ever de Monaco. L’arrivée du bateau était chaleureuse et remplie d’émotions. Raphaël Domjan et ses comparses, Erwan le Rouzic, Christian Ochsenbein ainsi que Jens Langwasser, tous marins aguerris, ont parcouru ce tour du monde écologique en pensant à la planète. Le challenge était grand et, ils l’ont fait. Bravo ! Convaincus depuis longtemps par l’avenir de l’énergie solaire, ils désirent laisser la planète dans un meilleur état que celui annoncé par les prévisions scientifiques les plus pessimistes. Grâce aux 540 mètres carrés de panneaux solaires du bateau, ces aventuriers de la nature ont rendu visite à 28 pays sans avoir besoin de pétrole. Ils sont passés par le canal de Panama, la mer Rouge, le canal de Suez, Bora Bora, plusieurs îles du Pacifique sud, etc.… Nos experts ramènent avec eux une manne de données scientifiques et zoologiques récoltées tout au long de leur périple. Promouvoir l’énergie solaire, à travers les pays du globe est le nouveau défi de ces voyageurs des nouveaux temps modernes. Un autre challenge s’ouvre à eux, mais cette fois, il s’agira d’explications du changement climatique, d’énergies non polluantes, du photovoltaïque et des alternatives de propulsion propre. Une information qui devrait très bien passer grâce à l’excellent palmarès de ce bateau exceptionnel, qui a vogué tout autour de la planète terre, avec zéro émission et zéro pollution. Texte et Photos : Christian Pinson ©

2

Source : Communiqué de presse WWF Photo : Vladimir Filonov fournie par WWF. Pour en savoir plus : Rendez-vous sur : http://3200tigres.wwf.fr

Il ne reste que 3200 tigres dans le monde sieurs styles de paysages comme les forêts tropicales et indochinoises, les Taïga ou forêts boréales russes, les mangroves (marais maritime), etc. Excellent nageur, il traverse sans rechigner de larges cours d’eau lorsque c’est nécessaire. Réparti en Asie, on le retrouve sur le territoire indien, au Népal, au Bhoutan, au Bangladesh, en Birmanie, au Laos, en Malaisie, en Thaïlande, au Cambodge, au Vietnam, en Chine, en Russie et en Indonésie. C’est en Inde que l’on dénombre le plus de Tigres du Bengale qui vivent également dans le sud-est asiatique. Cette espèce est estimée à 2000 individus environ. Le tigre d’Indochine est très largement réparti sur plusieurs pays voisins du sud-est asiatique. Malheureusement, il n’en reste actuellement que 350. Une sous espèce du tigre du Bengale vit en Malaisie. Quant au tigre de Sumatra, il s’agit de la plus petite espèce de tigres. Cette espèce en voie d’extinction ne vit qu’en Malaisie, sur l’île de Sumatra dont elle porte le nom. Elle demeure essentiellement dans des zones protégées, ce qui ne l’empêche pas d’être menacée par la déforestation (huile de palme).

Trop chassé par le passé les tigres présents sur terre ne sont plus que 3200. Pour info, ils étaient 100 mille en 1900. A l’époque, la chasse du tigre était la distraction favorite de la royauté qui sévissait dans les colonies. Les glorieux tableaux de chasse ont sérieusement entamé l’espèce. Aujourd’hui de nombreuses sous-espèces de tigres ont disparu de la planète. Le tigre de Caspienne a disparu suite à une énorme déforestation. Les tigres de Java et de Bali n’ont pas survécu à l’acharnement des chasseurs. Ce qui est grave, c’est que malgré sa mise sous protection mondiale, deux principales menaces modernes pèsent de plus en plus sur l’espèce. Il s’agit, du braconnage destiné à alimenter les douteux marchés parallèles et de la destruction de leur habitat naturel. Le tigre est un mammifère qui tire sa splendeur de son appartenance aux félidés (félins). C’est un prédateur qui chasse essentiellement le matin et à la tombée du jour. Il peut atteindre la vitesse de 50 km/h et peut parcourir jusqu’à cent de kilomètres pour trouver des proies, des partenaires et/ou de nouveaux territoires. Le tigre s’accommode de plu-

3


PLANETE Actualités

NEWS Planète

Découvrez LE CENTRE ANIMA Dans un cadre agréable, spacieux et silencieux venez découvrir et pratiquer les techniques de gymnastiques douces. Un grand choix de techniques enseignées par des professeurs spécialisés est à votre disposition. Vous pourrez accéder à une détente profonde en choisissant une ou plusieurs activités : Le CENTRE ANIMA, ce sont des professeurs spécialisés qui enseignent: Le Sretching Postural® - le Yoga - la Méthode Pilates - la Méthode Feldenkrais la Gym Séniors - Abdos sans risque - Qi Gong - l’Eurythmie de Santé

Le Rorqual Second plus grand animal de la planète après la baleine bleue, sa taille atteint 18 à 20 mètres pour 50 à 70 tonnes, sa vitesse avoisine les 35 km/h, ce qui en fait un des plus rapides grands cétacés. Son souffle vertical peut atteindre jusqu’à 6 mètres de hauteur. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) l’a classé sur sa liste rouge des espèces en voie d’extinction. Au mieux, selon un ancien recensement, il n’en resterait environ que 2000 dans le bassin méditerranéen nord-occidental. Comme l’indique les premiers résultats des études menées par le WWF

Le CENTRE ANIMA, ce sont des intervenants qui exercent : La Relaxation et la Réflexologie - la Méthode Vittoz l’Energiologie - la Relaxation (dynamique, Jacobson) la Sophrologie - le Coaching - la Méditation le Développement Personnel - la Psychologie L’ostheopathie

®

OCEAU MARI NE

Cr èmesdes oi nsdebeaut é ® àbas ed’ eaudemerBi océan I s ot oni c

Pourv ot r ebi e nê t r eos e zl ’ e a udeme r!

Source : WWF - Photos fournies par le WWF

© Hal Whitehead WWF Canon

Cap Cétacés

anima c e n tr e

de gym douce

Retrouvez-nous aussi sur Facebook et Twitter

France, le Rorqual commun vient se nourrir dans la zone du sanctuaire Pelagos. Il est probable qu’il s’y reproduise également. Attention, cela ne le met pas pour autant totalement à l’abri de nos activités humaines. L’actualité passée nous l’a rappelé cruellement avec l’éperonnage mortel d’un Rorqual par un cargo de la compagnie CMA-CGM au large de Marseille. Quant au changement climatique, il est susceptible de menacer la principale ressource alimentaire des Rorquals communs, une crevette d’eau froide qui survit © Morten LinkhardI dans les grands fonds. Elle pourrait ne pas supporter le réchauffement des eaux. Faute de moyens pour engager les recherches nécessaires, cette menace demeure à ce jour une hypothèse qui devrait se vérifier.

Le WWF France pousse un cri d’alerte concernant le niveau de contamination des cétacés (baleines, cachalots, globicéphales) par les polluants comme les PCBs. Il rappelle les actions et les résultats de son programme Cap Cétacés. Surnommée la grande bleue, la mer Méditerranée est une mer de biodiversité à protéger absolument. Ce bassin de prédilection des cétacés constitue notamment une zone remarquable pour les cétacés les plus communs comme les Grands dauphins, les Dauphins bleus et blancs, le Dauphin de Risso, le Rorqual commun ainsi que le Cachalot. Créé il y a 10 ans et recouvrant le bassin Corso-Liguro-Provençal, le sanctuaire Pelagos est une zone de prédilection pour ces espèces, notamment en été. Malheureusement, les pressions et dégradations humaines comme le trafic maritime (collision) et la pollution mettent en danger ces espèces.

Votre centre de gymnastiques douces à Paris

Pour tout renseignement : Tel. 01 53 20 97 47 Centre ANIMA 31, rue de Maubeuge 75009 Paris M° Cadet (ligne 7) Notre Dame de Lorette (ligne 12) Anvers (ligne 2) Bus : 26, 32, 42, 43, 48, 85 - Parking : Square Montholon Site Web: www.centreanima.com

Dans le sillage du rorqual commun et de ses menaces avec le programme Cap Cétacés du WWF

- d’établir un niveau de références pour la contamination de trois espèces (Rorqual, Cachalot et Globicéphales) ; - d’évaluer un taux de grossesse pour les populations de Rorquals communs  afin d’estimer leur état de santé et l’impact éventuel de leur contamination sur leur reproduction. Les deux premières semaines de la mission, qui se déroulaient du 25 mai au 15 juin, ont permis de collecter une trentaine de biopsie sur des Rorquals et des Cachalots. Elles renforceront les résultats des années 2010 et 2011 et permettront de mieux les interpréter. © Jurgen Freund Parmi ces résultats il ressort que les Rorquals se reproduisent en Méditerranée selon un rythme qui oscillerait autour d’un petit tous les 3 ans. C’est une bonne nouvelle qu’il faudra néanmoins vérifier et valider au cours des années à venir. La mauvaise est que l’intensité de nos activités ne cesse de perturber le Rorqual.

Il s’agit d’une mission scientifique permettant de comprendre les comportements des cétacés et de diagnostiquer le niveau de dégradation des océans. Afin de mieux connaître les populations de cétacés, chaque année, depuis dix ans, le programme d’étude Cap Cétacés du WWF organise des expéditions de plusieurs semaines au large de nos côtes. Grâce à la prospection, à la collecte de photos d’identification et aux prélèvements-biopsies, on peut ainsi évaluer leur état de santé et améliorer les connaissances sur leur écologie. Ces études ont permis à long terme :  - d’étudier la distribution des cétacés au sein du bassin méditerranéen pour identifier les zones préférentielles de chaque espèce et estimer la taille de leurs populations ; - de mettre en évidence la diversité et la résilience génétique des populations de Rorquals communs et de dresser progressivement leur carte génétique en établissant des liens de parentés entre individus ;

Source : WWF - Photos fournies par le WWF

Le thon rouge de Méditerranée va-t-il disparaître ?

GammeSoi ns

GammeBeaut é

Rel axI s ot oni c( peaumuqueus es ) I s ot oni cRel i ef( ar t i cul at i ons ) Ci r cul at e( ci r cul at i on) Spor tCr eam ( mus cl es )

Ros eCl eaner( r evi gor ant e) DayBeaut y( vi s age

fallu qu’une trentaine d’années de surpêche à l’homme pour détruire l’espèce. Les zones de reproduction n’ont pas été épargnées. Il faut dire que les pêcheurs n’ont pas lésiné sur les moyens mis en œuvre pour anéantir le thon rouge avec radars, sonars de repérages, cartes satellites, avions de surveillance des bancs, cargots surgélateurs, remorqueurs de cages à thon, etc. En 2010, les derniers espoirs se sont tournés vers la CITES, organe des Nations Unies qui gère le commerce des espèces menacées. Mais sous différentes pressions dont celle du japon, la CITES n’a pas osé interdire le commerce international du poisson à la chair rouge. Greenpeace nous informe que : « Pendant la saison de pêche 2010, l’organisation s’est mobilisée pour tenter de libérer les thons rouges capturés en Méditerranée avec le Rainbow Warrior et l’Arctic Sunrise. Enfin, en novembre 2010, la conférence de l’Iccat s’est tenue à Paris. Les militants de Greenpeace ont rappelé au Ministre de l’agriculture, Bruno Le Maire, qu’il ne restait plus que quelques jours pour sauver le thon rouge… Une nouvelle fois, l’Iccat a été incapable de prendre les mesures à la hauteur de la situation ». Ce qui se passe avec le thon de Méditerranée nous montre à quel point les enjeux économiques menacent la biodiversité © planétaire.

Les thons rouges font partie des plus grosses espèces de thon. Leur particularité, avoir une chair rouge fortement prisée par certains consommateurs, notamment sur le marché japonais. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point ce poisson est prisé au Japon. Les gens n’hésitent pas à se lever très tôt le matin pour arpenter les marchés à la recherche de cette fameuse chair rouge. En janvier 2012, un thon rouge s’est vendu 565 000 euros aux enchères à Tokyo ! Coup de pub ou déraison ? Ce qui est sûr, c’est que l’acquéreur est la propriétaire de Sushizanmai, une célèbre chaîne de restaurants qui a fait parler d’elle en achetant le thon de 342 kilos. Actuellement le Japon consomme 76% des thons rouges péchés sur la planète. Voilà maintenant plus de 10 ans que Greenpeace et d’autres grandes organisations de défense de la nature s’insurgent contre la menace certaine d’extinction du thon rouge de Méditerranée. Pêchée depuis plus de 7000 ans dans la mer bleue, il n’aura

r adi eux)

Ni ghtMagi c( hydr at ant e)

Le sc r è me sa ppor t e ntuné qui l i br ei dé a ldemi né r a ux oc é a ni que sbi odi s poni bl e sgr â c eàl e urc ompos a nta c t i f , l ’ ea udeme rr a me néeàl ’ i s ot oni epl a s ma t i que c onf or mé me nta uxpr i nc i pesé t a bl i spa rRe néQui nt on Re commandéespourbé bés ,e nf ant s ,a dol es c ent s ,adul t es e tf emmesence i nt esai ns iquepourl esus agesvé t ér i nai r es .

LePor t eBonheurSARL-Michel et Denise Piers 101,r ueJeanJaur ès40400TARTAS-Tél .0558734769 www. oceau. f r

4

5


NEWS Planète

Biodiversité

Le projet Menton-Rapa Nui permet de restaurer la biodiversité de l’île Une île qui a perdu ses arbres Située à 3700 km du Chili et à 4000 km de Tahiti, l’île de Pâques ou Rapa Nui est un îlot volcanique de 118 km² perdu en plein sud-est de l’océan Pacifique. De nos jours, l’île est principalement connue pour ses vestiges mégalithiques laissés par les peuplades autochtones. Hautes de quatre mètres en moyenne, prés de 900 statues en basalte (moais) reposent sur les terres. Associées aux 300 terrasses empierrées qui gisent à leurs pieds, les colossaux moais attestent d’un passé religieux riche. Dans le passé, une florissante végétation habillait l’île de Pâques mais l’importance croissante des cultes ancestraux a graduellement appauvri la végétation, jusqu’à carrément faire disparaître une grande partie de l’écosystème local. Grâce à des analyses polliniques appuyées par la datation de divers prélèvements effectués sur les sites locaux, on peut attester de la présence d’un important couvert végétal sur l’île, datant de l’an mille. Au sein de l’ancienne flore, on distinguait trois variétés d’arbres, le sophora toromiro, le palmier ainsi qu’une sorte d’hibiscus, le triumpheta. Ces trois arbres ont malheureusement joué un rôle peu glorieux dans l’histoire de cette région. Ils ont été les instruments de la pire bêtise humaine qui consistait à ériger en permanence de grandioses statues et ce, jusqu’à épui© sement total de la végétation arboricole. Avec son tronc assez large, le sophora toromiro a donné naissance à de puissants traîneaux, le palmier a fourni d’excellents leviers et l’écorce du triumpheta a permis de tresser des cordes bien résistantes. La présence humaine sur Rapa Nui remonterait à une période comprise entre le Vème et le Xème siècle, concomitante à la colonisation par des colons polynésiens. Il semblerait que les premiers ancêtres soient arrivés à bord de grandes pirogues ou de catamarans en provenance des îles Tuamotu éloignées de 2600 km en passant par l’île Pitcairn située à 2000 km mais aussi des îles Marquises distantes de plus de 3200 km. Plus tard lorsque les navigateurs européens comme le hollandais Jacob Roggeveen (dimanche de pâques 1722), l’espagnol Phelipe Gonzales de Haedo (1770), l’anglais James Cook (1774) ou le français La Pérouse (1786) débarquèrent sur l’île, ils ne trouvèrent plus aucunes traces d’arbres. Seule une savane herbeuse parsemée de gigantesques statues prédominait. Depuis 1888, l’île est devenue un territoire chilien et le parc de Rapa Nui a été classé site culturel au patrimoine mondial de l’humanité (UNESCO) en 1995. Territoire chilien, l’île vit aujourd’hui du tourisme. La majorité des 3000 âmes présentes en permanence sur l’île vit sur la capitale, Hanga Roa. Les habitants vivent du tourisme, de la pêche et de la maigre agriculture locale. L’idée de réimplanter sur l’île la végétation d’avant est extraordinaire, elle fera revivre un

©

peu de ce passé riche en biodiversité qui se morfond encore de la stupidité dévastatrice de l’époque. A Menton, un partenariat de réintroduction du sophora toromiro vient juste de démarrer. En mars 2012, la ville de Menton et l’Office National des Forêts international (ONF international) ont signé un protocole d’accord permettant de mener ensemble la réintroduction de plants de sophora toromiro sur Rapa Nui, l’île mystérieuse du Pacifique sud. Grâce à l’obstination de quelques scientifiques, regroupés au sein du ‘‘Toromiro Management Group’’, plusieurs arbustes de la variété sophora toromiro ont été plantés aux serres de la Madone, situées dans la cité des citrons. Ils seront réimplantés très bientôt sur l’île de Pâques et participeront à la réintroduction de l’espèce, ce qui aidera à oublier l’action néfaste des anciens. Lors de la venue spéciale d’une délégation à Menton, Franck Roturier a présenté les spécimens d’arbustes destinés à être réimplantés. Plusieurs organismes et personnalités comme l’ONF international et les professeurs Monnier et Catherine Orliac, spécialistes de la flore de l’île de Pâques au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, ont collaboré à ce projet exceptionnel. Ils souhaitent bien entendu le succès de l’opération. Mettons aussi à l’honneur l’aide du docteur Lobin exerçant au jardin botanique de Bonn, en Allemagne, qui a permis d’acquérir plusieurs plants dont deux âgés de plus de 20 ans. Ces pousses seront plantées aux Serres de la Madone à Menton. Dans un premier temps, la multiplication et le suivi des arbustes auront lieu dans une des serres municipales chauffées. Ils seront ensuite placés en extérieur pour permettre une bonne acclimatation. Soulignons qu’un réaménagement du jardin mentonnais est prévu afin de recréer un espace naturel adéquat. En signant cette convention, la mairie de Menton et l’ONF, en la présence de Martin Perrier, ont fait de ce lieu une terre d’accueil idéale pour le sophora toromiro. Merci à Menton, cette magnifique ville du sud est de la France, pour le concours qu’elle apporte à la restauration de la biodiversité de cette île du bout du monde qui a suscité tant de mystères et dont la beauté a fait légende dans le monde. ©

Texte et photos : Christian Pinson

Le programme « un arbre un jour une vie » applaudit la signature d’un accord historique pour les îles et territoires de l’Océanie Au côté du Directeur de la CPS,  les représentants du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Anthony Lecren et Roch Wamytan ont reçu les délégations des Iles du Pacifique venues collaborer à la rédaction de la « position commune » dont l’objet consiste à fédérer les pays de l’Océanie au sommet de la Terre de RIO + 20. Lors des rencontres et des ateliers qui ont eu lieu en avril à Nouméa,  ils ont travaillé sur la rédaction d’un texte commun. Les débats ont porté sur les répercussions du changement climatique dans les Iles du pacifique et le moyen de faire entendre sa voix dans le concert des nations. La « position commune » a été adoptée et signée à la CPS le samedi 28 avril, lors d’une séance  plénière. Le Gouvernement calédonien a souhaité que cette signature ait lieu symboliquement le jour du lancement dans le pays du programme « un arbre, un jour, une vie » et de la campagne 2012 dont l’objectif affiche 250 000 arbres. Pour les Pays et Territoires d’Océanie déjà regroupés autour de l’initiative «un arbre, un jour, une vie», c’est déjà plusieurs millions d’arbres plantés par an.

6

C’est ce signal fort que souhaite porter cette position commune à RIO+20. L’initiative « un arbre, un jour, une vie » consiste à faire planter chaque année autant d’arbres que d’habitants » soit 250 000 en Nouvelle Calédonie et plus de 10 millions par an pour les 22 pays de l’Océanie. Le programme « un arbre, un jour, une vie » symbolise pour les pays de l’Océanie la volonté d’afficher la vie face aux dangers des changements et dérèglements climatiques. Il est bon de noter qu’à ce jour, onze des vingt deux États et Territoires de l’Océanie ont manifesté pour rejoindre l’initiative «un arbre, un jour, une vie». Aujourd’hui le monde change et de nombreuses régions réputées pour leur rôle de captation du CO² basculent malheureusement du mauvais côté et deviennent des émetteurs de gaz carbonique. De ce fait, le Pacifique se retrouve être le premier producteur d’oxygène de la planète, véritable  poumon mondial. Source : Communiqué de presse de « Un arbre, un jour, une vie » / www.1arbre1jour1vie.nc

Le Saola reste un mystère ou très peu du Saola. Ce ne sont pas eux la vraie menace, ce sont plutôt les mercenaires braconniers qui dérangent. A ce sujet, William Robichaud, le coordinateur du Groupe de travail Saola, nous explique que,  « le Saola est l’un des rares vertébrés du Vietnam dont le prix local ne s’avère pas trop excessif » et que, « la plupart des Saolas pris dans les pièges le sont par accident, comme c’est le cas des dauphins qui connaissent un fort taux de mortalité en raison de la pêche au thon ». Les pièges métalliques fixes servant à attraper des cerfs Muntjac, Sambar ou des civettes constituent une vraie menace de capture accidentelle.

Il y a vingt ans, en 1992, la découverte du Saola (Pseudoryx nghetinhensis) faisait sensation. A la fois très proche du bovin mais ressemblant fortement à l’antilope, cette espèce a été découverte par une équipe conjointe du WWF et du ministère vietnamien de la foresterie. Ce surprenant bovidé au pelage marron vit au Vietnam. C’est un membre primitif de la famille des bovidés qui comprend les antilopes, les bisons, les buffles, les bovins, les chèvres et les moutons. Il mesure un mètre cinquante de long pour quatre vingt dix centimètre de haut et possède une petite tête avec un long cou. Son poids adulte est estimé entre 80 et 110 kilos. Mâle et femelle ont des cornes mais, celles du mâle peuvent atteindre 45 centimètres. D’étonnantes marques blanches sur son visage lui donnent un aspect très caractéristique. Les grandes glandes maxillaires situées sur leur museau permettent de marquer leur territoire et d’attirer les femelles. Néanmoins, aujourd’hui encore, cette nouvelle espèce d’ongulés reste très mystérieuse et insaisissable. C’est pourquoi, le WWF, le Groupe de travail Saola, la Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN ainsi que la Société pour la Conservation de la Vie sauvage mettent en garde sur les dangers que font peser la chasse intensive et la gestion insuffisante des réserves sur cette espère rare qui est déjà en voie de disparition.

Une urgence qui nécessite des efforts immédiats

La protection du Saola est devenue un enjeu essentiel de conservation, par son urgence. Dès sa découverte, le Vietnam et le Laos ont établi un réseau d’aires recouvrant son habitat. Actuellement, certaines réserves s’impliquent dans la lutte contre le braconnage endémique de l’espèce. Dans cet esprit, la Réserve Naturelle du Saola, située en pleine province de Thua Thien Hue au Vietnam, obtient de bons résultats grâce aux nouvelles techniques de cogestion de la protection de la forêt, soutenues par le WWF. Depuis Février 2011, la toute nouvelle équipe de gardes forestiers qui patrouille dans la réserve © William Robichaud a retiré plus de 12 500 pièges et fermé près de 200 camps illégaux de bûcherons et de chasseurs.  Le Dr Barney Long, spécialiste des espèces asiatiques pour le WWF États-Unis, a déclaré que « Les gouvernements du Vietnam et du Laos ont créé des réserves dites «critiques», c’est-à-dire où les mesures de conservation sont prioritaires, cette initiative doit être félicitée ». Et, Chris Hallam, conseiller planification de la conservation au sein du WCS Laos déclare que  « si le niveau de chasse peut être considérablement réduit, nous sommes optimistes quant aux perspectives des espèces (…). Cela nécessite un apport financier qui permettrait aux patrouilles d’être davantage présentes sur le terrain dans les zones où vit le Saola mais aussi de développer des initiatives positives en faveur de la conservation de l’espèce. Ces fonds seraient également nécessaires pour réduire la demande des consommateurs pour un certain nombre de produits issus de ces animaux ».

Un vrai mystère l’entoure

La découverte du Saola s’est avérée être une des plus surprenantes trouvailles zoologique du 20ème siècle. Il s’agit du premier mammifère découvert au cours des cinquante dernières années. Pourtant, vingt ans plus tard, nous ne possédons que très peu d’informations à son sujet. Il se comporte de façon très mystérieuse, comme un fantôme quasiment impossible à voir. En 2010, des villageois de la province de Bolikhamxay, au centre du Laos, en ont capturé un, mais il n’a pas © William Robichaud survécu. Le dernier enregistrement vidéo que l’on a de lui remonte à 1999. Il provient d’une caméra camouflée dans la nature. Nick Cox, le Directeur du programme espèces du WWF Grand Mékong, constate que « Le Saola est une espèce extrêmement secrète qui n’est que très rarement vue. Bien qu’il habite une chaîne de montagne très restreinte, il n’y a toujours aucune observation scientifique de l’animal à l’état sauvage.». La difficulté à détecter l’animal empêche les scientifiques de faire une estimation précise de la population. « Si tout va bien, il peut y avoir quelques centaines de saola dans la région, mais au contraire, si les choses vont plutôt mal, la population peut avoisiner une dizaine d’individus », a déclaré William Robichaud, coordinateur du Groupe de travail Saola. 

Un vrai symbole de biodiversité

Chris Hallam constate que « Le Saola fête son vingtième anniversaire en 2012. Et, qu’à moins que des mesures ne soient prises instantanément, il risque de ne plus y en avoir beaucoup ». Le Saola est une icône pour la biodiversité de la chaîne des Annamites qui longe la frontière du Vietnam et du Laos. Cette riche zone bénéficie d’une incroyable variété d’espèces, pour la plupart rares et endémiques.

L’espèce est menacée par la chasse illégale

De nos jours deux menaces rôdent sur le Saola, le modernisme et la chasse illégale. Les habitats du Saola subissent l’inéluctable rouleau compresseur du modernisme qui détruit l’environnement. Et, des sortes de mercenaires de la chasse traquent notre Saola afin de le capturer illégalement parce qu’il est fortement prisée par des marchés alimentaires parallèles vietnamiens et laotiens qui désirent alimenter le très lucratif marché de la médecine traditionnelle chinoise. Les habitants locaux ne se préoccupent pas

Source : communiqué WWF Photos : William Robichaud - fournies par le WWF

© William Robichaud

7


et ne se limite pas aux symptômes.

PLANETE Actualités

Médecine orientale

La Médecine Traditionnelle Orientale par Marc Mézard aux Editions Grancher

Enfin un livre à la portée de tous qui ne nécessite pas de connaissances médicales particulières et qui présente la MTO d’une façon simple. A DE C O U V RI R A B S OL U M E NT !

L’ouvrage dévoile les secrets de la Médecine Traditionnelle Orientale qui s’intéresse aux causes profondes du mal et ne se limite pas aux symptômes. Son propos repose sur une habile représentation du corps humain, l’Arbre de Vie. Cela permet de comprendre aisément le fonctionnement des organes, leurs interactions et leurs dérèglements.

Une approche authentique de la Médecine Traditionnelle Orientale L’Institut Sino-Franco-Vietnamien est extraordinaire, il se démarque par une approche toute particulière des enseignements et par la nature « Authentique » de ces derniers. L’école a été fondée en 1995, cela fait 17 ans. Marc Mézard est le directeur des études. Il exerce depuis 30 ans en cabinet libéral et met tout son savoir à votre service. Élève de deux éminents professeurs, le Pr Leung Kok Yuen (Chinois) et le Pr Truong Thin (Vietnamien), Marc est l’auteur d’un merveilleux livre intitulé « La Médecine Traditionnelle Orientale » paru aux éditions Grancher.Pendant plus de 12 années (1980 à 1992), Marc Mézard a étudié patiemment aussi bien à Shanghai qu’à Hô Chi Minh-Ville auprès des médecins traditionnels reconnus. De nos jours, il se rend encore régulièrement au Vietnam où il exerce des responsabilités dans des hôpitaux et des dispensaires locaux tout en peaufinant ses connaissances. Le professeur Truong Thin pratique la médecine au Vietnam et dirige l’Institut IFVMTO. Il est le directeur d’un centre privé de soins traditionnels à Hô Chi Minh-Ville.

©

Cours à Villefranche sur Saône

s’ajouter six branches principales qui correspondent à six grands systèmes que sont le système nerveux central, le système nerveux automatique, le système respiratoire, le système digestif, le système articulo-musculaire et le système uro-génital. Ces branches principales vont se ramifier en deux petites branches yin et yang, les 12 méridiens. Ces deux petites branches vont à leur tour se diviser en deux très petites branches pour former les 24 rameaux qui donneront du yin et yang de Yin et du yin et yang de Yang. Puis au bout des 24 rameaux, se trouvent les feuilles qui sont la représentation du fonctionnement de chaque grand système. Grâce à l’Institut IFVMTO, l’apprentissage devient logique et simple tout en allant plus loin grâce à une clé secrète que les professeurs vous dévoileront.

216 pages, 22 € Vous pouvez vous procurer le livre : Dans les librairies, FNAC …. etc. ou chez l’auteur : Marc Mézard 307, rue de la Quarantaine - 69400 Villefranche -sur-Saône et bien entendu aux Editions Grancher 98, rue de Vaugirard - 75006 Paris.

Une école de taille humaine

A l’Institut, les promotions ne dépassent pas 10 à 12 élèves, ce qui permet une relation maître élève plus proche de la tradition (un maître - un élève) et donc plus efficace. La pratique est omniprésente, dès le premier cours, les élèves commencent à manipuler les aiguilles d’acupuncture, d’abord sur des pommes, oranges puis dans les cours suivants sur du savon, ensuite sur eux-mêmes et pour finir sur un collègue. Ainsi, lors des stages pratiques en hôpitaux ou dispensaires, les élèves seront habitués à cette pratique. Tout au long de la formation, on vous bichonne et on s’intéresse au cheminement de votre compréhension de la méthode. Pour vérifier votre progression, un contrôle continu est effectué à chaque séminaire. Ensuite un dernier examen se déroule en fin de formation théorique. Il per© met de vérifier le niveau de votre savoir, la moyenne demandée pour ce test est de 45/50. Une fois les bases assimilées, il vous est proposé un stage pratique au Vietnam où vous travaillerez officiellement dans un hôpital d’état, dans une clinique semi-privée et dans un dispen© saire d’état. Vous devrez vous comporter comme des praticiens Stages à part entière: consultations générales, service de soins hospitaliers et soins gratuits pour la population vietnamienne. A l’issu de ce stage un Certificat vous est remis sous réserve de l’obtention des 6 Unités de Valeur et d’une pratique correcte lors du stage au Vietnam. Un deuxième stage pratique vous est proposé en Chine à l’Université de Médecine Traditionnelle Chinoise de Shanghai et dans ses hôpitaux pour travailler en particulier sur l’utilisation des plantes médicinales. En France la formation vous propose des spécialités: Rhumatologie, dermatologie, parasitologie, gastro-entérologie, cancérologie, pédiatrie, pharmacopée, les Ba Zi, Dong Fa...

©

Marc Mézard en cours

La transmission d’un enseignement exceptionnel

Issu des plus grands maîtres du Vietnam, l’enseignement dispensé à l’Institut Sino-Franco-Vietnamien de Médecine Traditionnelle Orientale est certainement le plus ancien de la Médecine Traditionnelle Chinoise. Rappelons que la révolution culturelle chinoise a mis à mal les dogmes ancestraux. Durant cette « chasse aux sorcières », la médecine traditionnelle n’a pas été épargnée et a subi un total anéantissement. Les professeurs ont été littéralement traqués et les connaissances médicales ancestrales détruites. Contrairement à ce qui s’est produit en Chine, au Vietnam l’enseignement n’a pas changé depuis l’invasion Sino-Vietnamienne et, dans le pays il n’y a pas eu de révolution culturelle.Tout ce savoir accumulé se devait d’être transmis, sous peine de disparition. Ce qui fut le cas grâce à la création de l’Institut. Mais ce n’est pas tout, ici l’enseignement de la Médecine Orientale est effectué en se référant en permanence à la Médecine Occidentale car les deux sont complémentaires et l’une permet d’expliquer l’autre, ceci est vrai dans les deux sens. En réalité ces deux médecines sont comparables aux deux ailes d’un oiseau, elles sont indissociables et complémentaires. Cette dualité est primordiale, elle représente la médecine du corps alliée à la médecine de l’âme et la dualité entre la société moderne et l’individu propre. La connaissance d’une seule approche sera assimilée à un oiseau qui ne possède qu’une seule aile et qui finira par tourner en rond. En MTO, le bilan fonctionnel se préoccupe des causes profondes du mal, il ne se limite pas aux symptômes. Pour favoriser l’approche, une habile méthode à été mise au point. Elle s’appuie sur la représentation de l’être humain par un « arbre de vie ». Cet arbre prend vie grâce à six racines que sont les hormones, le sang, l’énergie, la force, le mental et les liquides organiques. Ensuite, on trouve le tronc qui permet la circulation de l’énergie grâce à deux gros vaisseaux, le vaisseau conception et le vaisseau gouverneur, pour la distribuer aux systèmes et aux fonctions générales de ces systèmes.Viennent ensuite

Des cours sont assurés en Métropole, à La Réunion, en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, en Nouvelle-Calédonie, à Tahiti ou dans tout pays intéressé par cette Médecine Orientale Moderne. ©

Dispensaire au Vietnam

8

©

Cours à la Réunion

9

Marc Mézard


Découvrir

INDE

Réflexologue, un métier passionnant et humain pour la forme, le bien-être & l’hygiène de vie Les principes de la réflexologie globale

La réflexologie globale s’appuie sur l’organisation énergétique du corps, qui met en relation le corps, les sentiments, la sensibilité, le cycle des saisons, du jour, de la nuit ainsi que les cinq éléments, cet ensemble étant relié aux organes et aux entrailles. L’anatomie énergétique est formée des méridiens, où circule l’énergie vitale. Ceux-ci aboutissent aux points et aux zones réflexes du corps qui sont situés principalement sur les pieds, les mains, le crâne, les oreilles et le visage ainsi que sur certains points d’acupuncture. De l’équilibre de ces flux d’énergie dépend l’état de santé de la personne.

utilisant : le massage, la digitopuncture et l’acupression. Préalablement le réflexologue procède à un bilan énergétique pour définir l’état des organes et des fonctions. Si l’énergie et les liquides qui la transportent fonctionnent normalement, les points et zones réflexes réagiront positivement au toucher. Dans le cas contraire, ils seront très sensibles voire douloureux. Cette démarche se fait à l’écoute de l’état émotionnel du patient et avec sa participation active. Le patient et le réflexologue travaillent ensemble au maintien du bien-être et à l’amélioration de la santé.

Le fonctionnement de la réflexologie globale

La réflexologie globale : une médecine manuelle

La réflexologie globale repose sur 3 piliers : - Le souffle - Les nutriments - Le mouvement Le souffle aide à la métabolisation de l’énergie nutritive et la complète. Il met l’énergie vitale en mouvement sur le support des liquides organiques du corps, dont fait partie le sang. Considérant l’être humain comme une entité indivisible, en stimulant les points et zones réflexes répartis sur le corps, la réflexologie touche toutes les composantes de l’être et œuvre à les harmoniser.

Une séance de réflexologie globale

L’action réflexologique consiste à dynamiser l’énergie vitale du corps afin de libérer les zones sensibles et fragilisées de l’organisme en

La réflexologie globale se veut d’abord préventive pour maintenir la forme et le bien-être. Elle est d’ailleurs reconnue comme médecine manuelle qui peut suffire pour un grand nombre de disharmonies. Elle est aussi un précieux complément d’autres pratiques pour des déséquilibres plus profonds. Elle s’exerce toujours dans une approche globale de la santé et de la personne. Tout en étant active et efficace, elle est indolore, ce qui apporte un confort apprécié des patients qui peuvent ainsi parvenir à l’autonomie et à l’engagement face à leur santé. Article écrit par Bernard OLIVIER - Tel : 04 93 16 08 06 - Mail : edmap06@gmail.com - Web : www.edmap.com

L’électropuncture : retour aux origines alors le rééquilibrer. En MTO, on prend note de la douleur pour vraiment s’intéresser à son origine donc au déséquilibre énergétique. L’acupuncture rétablira la chose en agissant sur les méridiens.

Venue du fin fond des âges, la Médecine Traditionnelle Chinoise considère que l’être humain est un tout qui doit rester en équilibre. Pour elle, nos petits maux du quotidien seraient issus d’un déséquilibre énergétique de nos méridiens d’acupuncture.

L’électronique au service d’un art millénaire

Qu’est-ce qu’un déséquilibre énergétique ?

Dans notre corps circule une énergie de vie, nommée Qi. Elle est source de vie et doit rester en équilibre. Selon la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), cette énergie se décompose en deux grandes tendances qui doivent s’équilibrer, le Yin et le Yang. Parfois l’équilibre se rompt et les ennuis commencent. Il peut alors s’agir d’un surplus d’énergie (yang) qui crée des irritations ou d’un manque d’énergie qui amoindrit nos fonctions vitales (yin). Il est important de maintenir un subtil équilibre entre le yin et le yang. Beaucoup de disciplines recherchent cette harmonie énergétique, que ce soit par exemple dans les arts martiaux ou dans certaines pratiques de bien-être. Pour la MTC, l’énergie circule à travers 12 canaux subtils qui parcourent le corps, nommés méridiens principaux. Ces méridiens commencent et finissent à l’extrémité des mains ou des pieds.

Imaginez maintenant que grâce à un appareil l’on puisse mesurer un méridien d’acupuncture et que, l’on puisse aussi détecter et stimuler un point d’acupuncture. Et bien, cela est désormais possible grâce à certains grands noms de la médecine. Parmi ces grands noms, notons : - le Dr Reinhold Voll qui a effectué des travaux sur le Testeur Energétique - le Dr Niboyer, très connu pour ses expérimentations sur l’anesthésie par l’électropuncture - le Dr Semelar réputé pour ses recherches qui ont mis en évidence certains phénomènes électriques au niveau des points d’acupuncture.

Le Testeur Energétique

Le principe de l’acupuncture

Lors d’un dérèglement, la MTC propose d’agir en stimulant ou en inhibant les méridiens, c’est le grand principe de l’ancestrale acupuncture. Un méridien d’acupuncture est une ligne immatérielle et bien réelle liée à un organe où circule l’énergie qui est en nous. Comme nous l’avons évoqué plus haut, ces lignes principales sont au nombre de douze. Il s’agit de : Rate (Rt), Cœur (C), Poumon (P), Foie (F), Reins (Rn), Maître cœur (MC) Estomac (E), l’Intestin Grêle (IG), Gros Intestin (GI), Vésicule Biliaire (VB), Vessie (V), Triple Réchauffeur (TR). Le principe même de l’acupuncture consiste à connaître l’état des méridiens en prenant ce qu’on appelle « les poux Chinois ». Dès lors, le praticien saura quel point tonifier, s’il y a trop de yin ou quel point disperser, s’il y a trop de yang.

©

Grâce à ce testeur dont l’utilisation est simple, la personne aura la possibilité, dans un premier temps, de mesurer ses méridiens d’acupuncture et de localiser les blocages. Cela se fait via l’appareil qui comprend un cadran gradué de 0 à 100. Lors de la mesure, l’idéal énergétique se traduira par une convergence de l’aiguille du cadran vers la valeur 50. En dessous, on sera en présence d’une déficience énergétique (trop de Yin), au-dessus il y aura excès d’énergie (trop de Yang). En fonction des résultats, l’utilisateur pourra procéder à un rééquilibrage énergétique par électrostimulation, en tonifiant ou en dispersant les points d’acupuncture (expliqués clairement par une méthode avec description des points et schémas). Cet appareil a l’avantage de permettre la détection des points d’acupuncture avec une extrême précision et de les stimuler à certains niveaux de profondeur, grâce à des fréquences en hertz. Pour les appareils les plus complets et perfectionnés, il a été rajouté des champs magnétiques pulsés très efficaces pour vous aider. 

Śrī Tathāta à nouveau en France lée. De plus, il établit des centres à partir desquels l’énergie de la Source est reçue et diffusée sur le plan terrestre. Le principal est le Dharma Pītha de Kollur (Karnataka, Inde). © Le Dharma, tel que Śrī Tathāta veut le transmettre au monde, signifie la compréhension par les êtres humains qu’il existe un ordre cosmique, rayonnant de beauté et de perfection. Notre vie, lorsqu’elle s’en approche, s’ouvre à l’harmonie profonde, jusqu’à devenir jaillissement spontané de justesse et de noblesse. Le Dharma Pītha rayonne en permanence cette énergie du Dharma pour aider l’humanité. 2012 est l’année de l’établissement d’un autre centre d’énergie : le Śānti Pītha, à Varaire, Lot, France. Śānti veut dire paix et Pītha siège ou réceptacle. Le Śānti Pītha va re-transmettre l’énergie du Dharma Pītha ; il rayonnera la vibration de la Paix universelle.

Beaucoup pressentent que l’humanité en tant que telle vit un moment charnière : une ère se termine, une autre est à naître. Dans ce grand passage collectif, des êtres de haute conscience se sont incarnés pour aider. Śrī Tathāta a passé une partie importante de sa vie en ascèse, dans le Kerala (sud de l’Inde) qui l’a vu naître, avant d’embrasser sa mission pour l’humanité. Il émane de lui une immense pureté, ainsi qu’une puissance totalement contenue et un rayonnement d’amour et de compassion pour chacun. Śrī Tathāta s’adresse à ceux qui pressentent que pour aider les autres, l’humanité et la planète il convient de commencer par un chemin personnel. Il donne les outils les plus précieux pour ce chemin : pour tous, des mantras et pratiques simples permettant de se connecter à la Source divine et de © faire avancer sa vie et celle de ses proches vers plus d’harmonie ; et pour les plus motivés, des initiations assorties de pratiques quotidiennes pour un travail sur soi relié à la lumière et la grâce. Śrī Tathāta encourage le chercheur  : il n’y a aucune souffrance que le travail spirituel ne puisse transformer ; et encore : nous sommes tous fondamentalement des êtres divins, et en nous transformant nous pouvons retrouver cette divinité. Śrī Tathāta aide sur un plan individuel avec ces outils puissants d’évolution, il œuvre aussi pour l’humanité de façon globale en conduisant des rituels avec des protocoles venant de la tradition védique, la plus ancienne de l’humanité, dont les hymnes possèdent selon lui une puissance de transformation inéga-

Śrī Tathāta conduira le 23 août une cérémonie d’ouverture du Śānti Pītha au monde. Il délivrera un grand message pour la paix sur notre planète. Son programme d’enseignement, du 23 au 25 août 2012, sera, comme au cours de ses 5 visites précédentes en France, l’occasion de moments à la beauté inoubliable, où s’expriment amour, grâce et dévotion. Article écrit par l’Association Namaskaram 05 65 35 79 40

L’Ayurveda nous vient de l’Inde

L’Ayurveda, ou « science de la vie », est la médecine traditionnelle, le système de guérison naturel de l’Inde et son domaine culturel. C’est vraisemblablement le système de guérison le plus ancien © du monde possédant des racines qui remontent à plus de 5 000 ans à l’époque védique. Appelé «  mère de tous les systèmes de guérison », l’Ayurveda s’occupe à la fois du corps, du mental et de l’esprit. Selon l’Ayurveda, il existe trois forces vitales principales dans le corps et trois humeurs biologiques appelées « doshas » en sanskrit. Les humeurs sont les forces principales et les substances subtiles à l’origine de toutes les fonctions physiologiques et psychologiques. Les trois humeurs sont « Vata », « Pitta », « Kapha », qui correspondent respectivement aux éléments « air », « feu », « eau et terre ». En tant qu’éléments actifs ou mobiles, ils déterminent les processus vitaux de la croissance et de la destruction. Lorsque les doshas sont déséquilibrés, ils deviennent les forces responsables du processus de la maladie. La constitution individuelle est acquise à la naissance et reste constante toute la vie.

le traitement des empoisonnements, la pédiatrie, le rajeunissement, l’utilisation des aphrodisiaques, la psychologie. En résumé, les thérapies principales en Ayurveda sont : - le régime alimentaire, les plantes, les huiles et les massages, les couleurs et les pierres, le yoga, la méditation - l’hygiène de vie, les pratiques de purification, le panchakarma. Article écrit par Kalidas de Terre Bleue

Les formes essentielles de Vata, Pitta, Kapha pour maintenir une vitalité positive sont : - PRANA, force vitale première, responsable de la coordination de la respiration, des sens et de l’esprit. - TEJAS, énergie subtile du feu, rayonnement de vitalité. - OJAS, vigueur première, énergie subtile de l’eau, base de l’endurance physique et mentale. Traditionnellement, l’Ayurveda possède huit branches : la médecine interne, les maladies de la tête et du cou, la chirurgie,

Rappelons toutefois que sans les livres explicatifs des points à stimuler et sans un appareil d’acupuncture mesurant les méridiens et détectant les points de stimulation, il est carrément déconseillé de mettre en pratique cette méthode avec des aiguilles. Cet appareil de se substitue ni au diagnostique ni aux soins d’un médecin ©

Le saviez-vous ?

Le méridien de la vessie est le méridien le plus long du corps. Il prend son passage à l’extrémité du petit orteil puis passe sur les points de sciatique, des lombaires, des cervicales et de la tête. Si celui-ci se retrouve en déséquilibre, il pourra induire, entre autre, des maux de dos. Il faudra

10

Article écrit par Alexandra Dabancourt - Tél : 06 62 05 65 18.

11


RECETTES CUISINE

ALIMENTATION

Les délices de Baumstal

Ratatouille de légumes et riz 3 couleurs + pesto

Saupoudrez la cannelle, versez le miel liquide et mélangez pour bien incorporer ces ingrédients à l’ensemble. Ajoutez le mélange jus d’orange / raisins secs, mélangez. Poursuivre la cuisson en remuant. Servir le légume encore un peu ferme. Le truc en plus : pour une cuisson plus fondante, couvrez à l’aide du couvercle.

Les ingrédients : (Pour 8 personnes ou préparation de bocaux) - 2 grosses courgettes vertes - 2 courgettes jaunes - 2 poivrons, 2 piments doux - 3 aubergines - des tomates de toutes tailles et de toutes couleurs, rouges, oranges, jaunes… - un petit chou rave - une poignée de haricots beurre et une poignée de haricots longs fins verts - 6 gousses d’ail, 2 oignons, 2 branches de sarriette, 2 branches de thym citronnelle, une feuille de laurier. - Sel, poivre, paprika doux, 2 cuillères à soupe d’huile d’olive.

Confiture de fraises - 1 kg de fraises - 750 g de cassonade - Wok-Cataplana 36 cm

Lavez rapidement les fraises sans les tremper. Si toutefois elles sont un peu trop gorgées d’eau, laissez les sécher sur une serviette. Equeutez– les et coupez-les en deux. Laissez quelques petites fraises entières si vous aimez les retrouver sur votre tartine. Installez-les dans le Wok – Catapalana, versez le sucre pardessus et chauffez sur une source de chaleur moyenne : plaque à induction : 8 /15 ou sur le gaz : moyen bruleur réglé au maximum.

Lavez les légumes, épluchez l’ail, l’oignon, le chou-rave. Epépinez les poivrons, les piments doux, et les courgettes si elles sont trop dodues. Détaillez tous les légumes. Émincez finement les oignons et écrasez l’ail, mettez-les dans la marmite avec l’huile d’olive et faites les revenir rapidement et ajoutez les cubes d’aubergines et les haricots, ajoutez les cubes de chou-rave, les poivrons et les piments découpés en morceaux, puis les tomates, laissez cuire à découvert, et remuez de temps en temps. Rajouter en dernier les courgettes et le bouquet d’herbes, mélangez le tout et laissez cuire thermostat 6/12 ou 3/6 pendant ¾ d’heure. Goûtez et appréciez la texture et le fondant. Votre ratatouille est prête, prélevez la quantité nécessaire si vous souhaitez la déguster de suite.Laissez tiédir le restant avant de mettre en bocaux pour une dégustation dans quelques semaines. Nous avons servi la ratatouille avec un riz 3 couleurs : cuisson dans le cuiseur à riz et saucé d’un Pesto alla Genovese : une grosse poignée de feuilles de basilic – 2 gousses d’ail – quelques pignons de pin – 50 g de parmesan / pecorino. Mixer finement, piler les feuilles, l’ail le fromage râpé les pignons et rajouter petit à petit un peu d’huile d’olive jusqu’à obtenir la texture souhaitée. Salez et poivrez. Dans la marmite en 24 cm il vous sera possible de placer 3 bocaux de 1 litre. Rajoutez de l’eau jusqu’au niveau des anses de la marmite posez le légumier à l’envers pour une fonction couvercle et portez à ébullition. Réduire la source de chaleur pour conserver une petite ébullition pendant 30 minutes puis coupez la source de chaleur.

Portez à petite ébullition en touillant régulièrement, réduire la source de chaleur si besoin pour garder des blups et des blops pendant 25 minutes en continuant à touiller régulièrement. Laissez l’écume se former pendant toute la cuisson elle contient la pectine nécessaire à la bonne tenue de votre confiture . . . et continuez à touiller ! Après 25 minutes de cuisson, si vous êtes un peu attentifs à la musique des blup et des blops, vous entendrez une “ note” légèrement différente ! Vous remarquerez aussi que la consistance de votre confiture aura changé et que la spatule plongée dans le magma fraiseux laissera se figer la dernière goutte sur ses bords. Il sera temps alors de couper la source de chaleur et d’écumer soigneusement la mousse avant de mettre en pot. Si ce n’est pas le cas, poursuivez la cuisson de quelques minutes encore attendant que... ! Fermez les pots de suite après remplissage, nettoyez parfaitement les bords. Quelques astuces : Ecumez toujours à la fin de la cuisson pour conserver le peu de pectine contenue dans certains fruits telles les fraises, les cerises ou les framboises. Réaliser une confiture nécessite une présence et une attention soutenues : touillez souvent pour faire évaporer l’eau pour une bonne concentration des sucres. Vos pots et couvercles doivent être irréprochables. Prévoyez un torchon ou un essuie-tout humide pour nettoyer les bords des pots avant fermeture car les débordements risquent de perturber la conservation de votre confiture ! La confiture maison réussit facilement si elle est cuite en petite quantité à la fois : 2 kg maximum.

Carottes au miel - La Poêle-wok ou le Wok-cataplana - 1 kg de carottes nouvelles coupées enjulienne - Le jus d’une orange - 2 c. à soupe de raisins secs sultanines (trempés dans le jus d’orange) - 1 c. à soupe de miel liquide - ½ c. à café de cannelle en poudre - Sel et poivre

Vegusto, une histoire de goût

Enfin, une variété de produits végétariens innovants qui flattent nos papilles gustatives ! Ce délicieux assortiment riche d’une cinquantaine de produits VEGANE, tout droit venu de Suisse, possède le label « Union Végétarienne Européenne ». La principale motivation du fabricant Vegi-Service étant le respect de l’animal, cette entreprise à taille humaine nous propose la gamme Vegusto100% végétale. Le couple fondateur du projet, Katharina et Andreas Läuffer, a une douzaine d’employés. Ces spécialités constituent des alternatives remarquables à la viande, à la charcuterie et aux fromages. Sans cholestérol, elles sont, à une exception près, sans soja (un peu de tofu pour rappeler le blanc du salami dans le «Velamettli»), leur base étant le seitan (protéine de blé). Elles s’adressent tout particulièrement aux végétariens mais aussi aux personnes qui veulent limiter leur consommation en viandes et en produits laitiers, ou allergiques au lactose. Dans ses interviews, le grand chef de cuisine français Bernard Loiseau, disait que « l’important c’est le goût, le goût, le goût ». © VEGUSTO, ne déroge pas à la règle en vous proposant ses délicieuses préparations culinaires. Cette fabuleuse gamme a su allier des saveurs et des textures particulières qui se rapprochent des références gustatives carnées et lactées,  le tout « cruelty free ». Elle permet d’offrir une porte de sortie délectable aux omnivores. Rappelons qu’avec moins de gaspillage et de pollution, le végétarisme contribue à la santé de la planète et au bien-être des animaux que l’on ne fera ni souffrir, ni mourir. L’homme s’en trouvera grandi et restera en bonne forme grâce aux conséquences positives de ce type d’alimentation, démontrées par de nombreuses études du végétarisme sur la santé en général. Les produits VEGUSTO sont déjà sans OGM, sans huile de palme, sans conservateurs synthétiques et autres exhausteurs de goût. Néanmoins, le bio reste un objectif à moyen terme, car il faut trouver les bons équivalents qui ne dénaturent pas l’excellent goût obtenu actuellement, tout en maintenant des prix abordables. La société ALTERNATURE importe la gamme VEGUSTO et cherche des magasins. Renseignements : www.alternature.com -  info@alternature.com - Tél : 03 89 68 13 47.

La touche perso : Rajoutez le jus d’un demi-citron ou des zestes de citron ou d’orange dans votre cuisson. Parfumez votre confiture de fraises en rajoutant en début de cuisson quelques graines de cardamome, un petit bouquet de mélisse, de menthe ou quelques feuilles de basilic que vous retirez à la fin de la cuisson. Mariez les fruits : fraise – banane / fraise – rhubarbe / fraise – framboise. L’avantage du wok-cataplana Baumstal : son ouverture confortable permet une évaporation rapide : gage de réussite d’une bonne confiture ! Autre ustensile Baumstal adapté pour la cuisson des confitures marmelades ou gelée : le Faitout Ø 24 ou le Faitout Ø 28.

Les cuissons au wok se réalisent le plus souvent à découvert car c’est en ajoutant progressivement les ingrédients que les saveurs se développent. Disposez tous les ingrédients à portée de main avant de commencer. Confirmez le préchauffage doux par le test de la goutte d’eau. La cuisson commence avec les carottes. Maintenez une chaleur douce 3/6 ou 6/12 et remuez pendant 5 minutes.

Pour tous renseignements : Euro Baumstal - BP 30 223 Wittisheim - 67604 SELESTAT Cedex - Tél : 03 88 85 82 64 Site : www.baumstal.com

12

13


HABITATIONS

HABITATS monde

®ISOMAX - Pour une habitation durable Les énergies consommables, une belle invention humaine trop souvent galvaudée. Aujourd’hui la planète en a de plus en plus besoin. Mais voilà, elles manquent d’originalité et de diversité durable. Nos énergies proviennent à outrance des ressources fossiles et de l’atome. La chose n’est plus acceptable, trop de pollution et de danger sont en cause. Nous devons absolument prioriser les énergies vertes et les technologies associées. Une maison« zéro énergie » (moins de 12 kWh/m2/a) et zéro pollution, cela paraît incroyable, et pourtant ça existe ! Grâce aux sociétés ®ISOMAX - ®TERRASOL, présentes partout dans le Monde, une telle maison a pu voir le jour.

Économie d’énergie et résolutions des problèmes environnementaux

Faire une maison entièrement autonome qui ne dépend d’aucune énergie fossile, quel beau challenge ! Un ingénieur et physicien passionné, Edmond Krecké, a relevé le défi. À l’entendre parler, trouver des solutions, c’est très simple ! Pour améliorer notre avenir, il a voué sa vie à cette nouvelle approche énergétique en menant à bien les dépôts de brevets et leurs applications. Aidé de son épouse, Anne Krecké, notre inventeur infatigable a voyagé à travers le monde pendant plus de 30 ans et a mis ses recherches au service de tous. Avec ses brevets de technologie de construction énergétique ®ISOMAX - ®TERRASOL en poche, Edmond Krecké désire absolument préserver © l’environnement à l’échelle mondiale.

Un nouveau type de maisons, les maisons passives

Ces habitations d’un genre nouveau sont remarquables par la variante énergétique novatrice qu’elles utilisent. Elles mettent en valeur une méthode très efficace où l’énergie naturelle est à l’honneur. Cette méthode d’avenir nommée « géothermie superficielle et illimitée  » consiste à absorber l’énergie solaire par les murs et les toits pour la stocker dans le sol. Son système de « barrière de la température » inclus dans les murs extérieurs associé à une ventilation à contre-courant, utilisant des conduits doubles en acier inoxydable, permet de récupérer l’énergie et d’offrir la climatisation et l’aération souhaitée à toute l’habitation. Le système s’applique aux maisons neuves, aux constructions anciennes, aux ossatures en bois et aux vérandas. Que vous soyez dans des pays chauds ou froid, vous aurez une température adéquate (22°C) à l’intérieur. Fier de sa technologie novatrice, dès 1984, l’entreprise ®ISOMAX s’installe dans de multiples pays, de la Belgique à l’Argentine en passant par la Pologne, de Singapour à la Malaisie, etc.

Une baisse des dépenses en perspective

Selon une grande étude faite en Allemagne et d’après l’Office fédéral de la statistique, l’espace habité s’élève à quelques 3,3 milliards de m2. La dépense énergétique associée à cet espace est pharaonique puisque actuellement 42 milliards d’Euros sont gaspillés chaque année pour la climatisation. Ces milliards pourraient être économisés grâce à la chaleur solaire et géothermique, si on l’utilisait à la place du pétrole et du gaz naturel pour chauffer et refroidir les bâtiments. Et ce n’est pas tout, la Thermomodernisation énergétique ®ISOMAX créerait des milliers d’emplois pour améliorer thermiquement les constructions existantes.

Un passé émérite pour un futur durable

Dans leur passé, Mr et Mme Krecké ont beaucoup voyagé. Chose qui les a conduits à Cuba où en 1959, dès l’arrivée au pouvoir du ‘‘lider maximo’’, des contacts avec les deux frères Castro ont eu lieu. Et aujourd’hui, la réfection des vieux bâtiments administratifs serait bientôt décidée. Puis, étant tout proche du fameux Architect Oscar Niemeyer avec qui il a toujours des contacts, notre ingénieur- physicien a conçu, planifié et construit des grands bâtiments dans la capitale Brasilia. Dès 1963, ses essais sur l’application de nouvelles technologies brevetées, au niveau des

routes, autoroutes, glissières, écrans anti-bruits, bornes de jalonnement, dispositifs anti-éblouissants ont fait grand bruit dans le monde. Dès ces années-là, des bâtiments écologiques, sont déjà inscrits à son programme mondial, ce qui démontre son avance. La basse consommation d’énergie dans les habitations est l’une de ses préoccupations privilégiées. Aujourd’hui encore, ses objectifs sont simples, il s’agit de fournir en tant que chercheur scientifique et producteur de nouvelles technologies physiques du bâtiment des contributions au niveau © de la politique de l’environnement. La réduction du coefficient de consommation d’énergie primaire des produits nouveaux et futurs, par rapport aux produits précurseurs, fait aussi partie de ses priorités. Ses contacts avec la Chine vont peut-être offrir une forte possibilité de reforestation d’une grande région du Brésil où d’autres projets sont en cours actuellement avec rachats de terres, suite à la déforestation de ces dernières décennies. Edmond Krecké est plutôt favorable au bambou, car la Chine, une fois les pandas nourris, peut encore en exporter en grande quantité. Le respect qu’ont les autorités chinoises pour cet ingénieur très inventif va lui permettre certainement d’honorer son pari. Par ailleurs, des licenciés regionaux exclusifs pour la France seront appréciés. Beaucoup de choses sont à faire. Rappelons qu’un licencié est une entreprise habilitée officiellement à utiliser exclusivement cette technologie. Edmond Krecké s’exclame en disant que : ‘‘ Notre génération n’a loué la Terre que pour une courte durée et nous voulons la transmettre dans un état intact à nos enfants’’ et que ‘‘ Le pouvoir scientifique doit être au service de la jeunesse et de toutes les générations futures. ’’

Un exemple des projets aboutis par ®ISOMAX ®TERRASOL

En 2007, Link Global Logistik China a racheté l’aéroport de Parchim avec son terrain avoisinant. C’est ainsi que grâce à des reprises (acquisitions) et fusions transnationales, elle est devenue actionnaire à 100% de l’aéroport de Parchim et propriétaire des 850 ha de terrain. Située au bord de la mer du Nord, entre les deux plus grandes villes d’Allemagne Berlin et Hambourg, la zone franche aéroportuaire accompagnée de son centre administratif va voir le jour dans peu de temps, les travaux étant achevés. L’entreprise Luftlogistik, va exploiter la zone franche internationale de l’aéroport international de Parchim. Les gouvernements régionaux et le gouvernement allemand subventionnent le projet. L’aéroport international de Parchim va devenir une enclave, une sorte de zone franche où logistique et traitement, commerce et recherche, finance et services seront rattachés à l’aéroport et se complèteront respectivement. Une nouvelle plateforme de coopération et d’échange international va être créée. Construite de façon écologique, cette zone est respectueuse de l’environnement. Le fondateur de l’énergie écologique, Edmond Krecké a participé au développement de l’aéroport. Tous les aménagements aéroportuaires ainsi que ceux de la région en charge de la coopération et du développement économique vont être effectués en concertation avec les leaders mondiaux des technologies de l’environnement, y compris l’énergie géothermique, l’énergie solaire. Sans oublier l’utilisation de nouveaux matériaux de construction respectueux de l’environnement et la conception d’économie énergétique du bâtiment etc. Le premier éco-aéroport mondial à caractère ‘‘zéro émission’’ va ainsi poindre le jour. Les pistes d’envol et atterrissage utiliseront les technologies géothermiques ®ISOMAX de dégivrage et de déneigement.

©

14

Christian.pinson Email : terrasol-th@monaco.mc Sites : www.isomax-terrasol.eu - www.terra-solinternational.org - www.aieg-international.com Google : edmond krecke

Solar City Tower, un projet hors du commun Il est des idées environnementales tellement fabuleuses qu’elles nous redonnent espoir en l’avenir. A l’occasion des Jeux olympiques d’été de 2016 qui auront lieu à Rio de Janeiro au Brésil, le cabinet suisse « Rafaa Architecture & Design » dont le siège est à Zurick propose un édifice unique et totalement novateur d’éco-construction autosuffisante en énergie. Le projet que l’on nomme « Solar City Tower » sera réalisé sur l’île de Cotonduba où les paysages environnants sont somptueux. Outre son aspect énergétique novateur, il servira de symbole de bienvenue pour les arrivants aux jeux olympiques venus par mer ou par les airs. L’objectif prévoit de reconsidérer les concepts architecturaux classiques. Très novatrice, cette approche durable de bâtiment du futur inclura une usine à énergie solaire. L’énergie naturelle ainsi collectée fournira durant la journée de l’électricité au village olympique, à la ville et à sa propre consommation. Mais ce n’est pas tout, une partie de l’énergie obtenue permettra de pomper de l’eau de mer et de l’amener tout en haut de la tour. La nuit tombée, l’eau accumulée pourra être libérée pour alimenter des turbines génératrices d’énergie nocturne. Ce principe s’apparente à celui d’un château d’eau tout particulier, puisque tourné à 100% vers le développement écologique. Outre la forme structurale emblématique de l’ensemble, c’est plutôt un retour aux véritables valeurs qui permettra de relever le défi de l’après pétrole. L’espoir induit par cette emblématique réalisation urbaine permettra de faire passer un message d’avenir durable à toute la communauté internationale olympique et au monde entier. Grâce à cet édifice et après avoir accueilli le Sommet de la Terre des Nations Unies en 1992, Rio de Janeiro sera une nouvelle fois le point de départ d’un grand mouvement écologiste mondial. ©

L’approche globale du projet

l’observation à 360° des alentours. Un plancher en verre vous donnera une vue hors-norme de la cascade, sensations garanties.

L’idée permettra de créer en plein milieu urbain une imposante merveille verte associée à une énorme chute d’eau qui deviendra un véritable symbole de la puissance des forces de la nature. Dans le même temps, cette construction exprimera aussi la prise de conscience collective de la ville envers la grandeur de son paysage environnant. On accédera à l’édifice par une immense place située à 60 mètres au-dessus du niveau de la mer. Cette magnifique esplanade donnera accès à l’entrée où se trouve le grand amphithéâtre situé au rezde-chaussée. Au sommet de la tour, à 105 mètres de haut, un immense balcon urbain viendra surplomber le tout. Il mettra en valeur les merveilles de la nature avoisinante et offrira aux visiteurs une vue à 360 degrés.

A quoi ressemblera cette tour ?

Découvrez ici les premières images du projet. A travers ces somptueuses images, on prend la mesure d’une architecture sans pareil et tellement belle. Ce concept architectural préfigure un monde où l’ économie d’énergie et le mot durable prennent tout leurs sens. Faire du beau en magnifiant les somptueux paysages que la planète nous offre, quoi de plus naturel ? Rappelons que le projet « Solar City Tower » est une proposition présentée par Rafaa au bureau olympique local. Le « Comité Rio » ne s’est pas encore prononcé sur la faisabilité de l’édifice. De fait, on ne sait pas à ce jour si le projet sera concrétisé. Dans le cas d’un avis favorable, il faudra alors poursuivre les études en peaufinant les estimations des coûts et mieux définir la production d’énergie nécessaire par rapport à la consommation réelle d’énergie du bâtiment et du village olympique. Quoi qu’il en soit, tout cela prouve qu’un développement astucieux durable est possible. Il nous appartient de modeler écologiquement notre environnement tout en pensant à notre descendance. ©

L’organisation du site

La zone d’entrée débouchera sur un fabuleux amphithéâtre qui servira de lieu de rencontres sociales et permettra d’organiser des événements. Notons que des accès spécialement dédiés faciliteront l’entrée directe au hall d’accueil et aux bureaux administratifs. Une somptueuse cafétéria prendra place sous la cascade avec en prime une vue à vous couper le souffle. La circulation interne, les terrasses et le grand balcon urbain seront desservis par des ascenseurs ultramodernes qui donneront directement accès aux différentes entrées. Des conférences, des congrès, des animations et des événements internationaux seront organisés. La zone arrière du bâtiment abritera les espaces semi-publics qui pourront être utilisés séparément. Pour les amateurs de sensations fortes, une plate-forte rétractable dédiée aux sauts à l’élastique sera mise à disposition. Une terrasse d’observation lointaine fera le bonheur des curieux et des amateurs de paysages lointains. Quant au balcon urbain dont on a parlé plus haut, il sera un lieu convivial où les visiteurs pourront s’adonner à différentes activités ainsi qu’à

©

Christian Pinson et Rafaa Architecture & Design

©

15


EAU

EAU

« La Vitalité de l’eau »

L’approche de Terre de Lys Une approche simple : Les céramiques revitalisantes.

L’eau est un élément essentiel à la Vie. Grâce à son aspect liquide, elle permet de dissoudre, d’apporter et de distribuer tous les éléments essentiels au fonctionnement des cellules. En même temps, elle emmène les déchets et les impuretés de notre organisme hors du corps. De plus, lorsqu’il n’y a pas suffisamment d’eau dans nos cellules, celles-ci ne peuvent plus produire correctement de l’énergie. Selon le Dr Batmanghelidj1, de nombreux troubles de santé pourraient être atténués par une hydratation correcte. Il conseille ainsi de boire entre 2 et 3 litres de bonne eau tous les jours. D’autant que certains spécialistes affirment qu’en cas de déshydratation (même légère) la réhydratation de notre organisme pourrait prendre de 2 à 6 semaines. Mais toutes les eaux sont-elles propices à agir correctement dans notre corps ? Beaucoup de personnes se posent la question sur l’importance de la qualité de l’eau et son action sur notre organisme…

La Notion de qualité de l’eau

Aujourd’hui nous savons que certains oligo-éléments présents dans l’eau peuvent la rendre toxique (Nitrate, Plomb, Mercure, Arsenic, etc.). De même l’eau est extrêmement contrôlée sur le plan des virus et des bactéries. Par contre de nouveaux éléments, comme les composés organiques (Bisphénols A issus des plastiques) et les molécules pharmaceutiques, participent à la prise de conscience que la qualité de l’eau est fragile et que son impact sur la santé peut être important sur le long terme. Mais la qualité de l’eau ne se limite-t-elle qu’à ce que l’eau contient ? En se limitant exclusivement à la qualité extérieure de l’eau on en oublie sa véritable valeur intrinsèque : La vitalité de l’eau.

La Vitalité de l’eau

Beaucoup de personnes ont oublié la formidable histoire des eaux minérales. Car les premiers à chercher à embouteiller les eaux furent les Pharmaciens du 19ème Siècle. A cette époque, il existait une spécialité médicale qui était de conseiller les cures thermales en fonction des affections. Les médecins envoyaient ainsi leurs patients dans les différentes sources thermales pour que ceux-ci puissent boire de leurs eaux guérisseuses ou éventuellement prendre des bains thérapeutiques. Chaque source était référencée selon ses vertus et cela fonctionnait très bien puisque les cures, alors très nombreuses, portaient leurs lots de guérisons. Vers 1870 les Pharmaciens se sont dis : « pourquoi ne pas proposer les eaux des sources thermales directement dans nos officines ! Les malades pourront alors bénéficier des vertus de ces eaux, chez eux, sans se déplacer auprès des sources thermales… ». C’est ainsi qu’a commencé l’aventure des eaux en bouteilles (qui étaient alors en bonbonnes en verre). Malheureusement, de nombreuses études réalisées entre 1870 et 1930 montrèrent © qu’une fois mise en bouteilles les eaux perdaient leurs vertus bienfaisantes au bout de 24 à 48 heures. Il existe donc une notion de qualité de l’eau qui n’est pas liée aux éléments qu’elle contient car, dans ce cas, il n’y a pas de modification de sa composition tant au niveau minéral que bactériologie ou viral !

Quelques chercheurs en quête de l’Eau Vivante

Depuis 1930, de nombreux chercheurs ont essayé de trouver ce qui différentie l’eau vivante de l’eau morte ! Ainsi le professeur Marcel Violet (1886 – 1973) aura pu observer que l’eau morte, voir déminéralisée retrouvait sa vitalité en étant soumise à certains rayonnements électro1

A la fin des années 1980, un chercheur Français, Pierre NICOLAS, a été l’un des premiers à évoquer le concept de céramiques revitalisantes. L’idée, tirée de diverses observations dans le cadre de la physique, est simple : En créant une organisation particulière des structures de Silice dans les céramiques, celles-ci peuvent avoir une action sur la qualité et la vitalité de l’eau ! L’eau, au contact de ces céramiques pourra retrouver, peu à peu, sa qualité vivante. S’ensuivent des expériences pour préparer les argiles (base des céramiques), les cuire selon diverses modalités, vérifier en laboratoire de physique (notamment avec l’aide du Pr. LUU et du Dr. Jeanne ROUSSEAU) l’impact des matériaux sur l’eau, etc. Après quelques années Pierre NICOLAS mets au point les premières céramiques pour revitaliser les eaux de boisson. Le Concept Terre de Lys était né.

L’énergie dans l’eau ©

magnétiques. Ces rayonnements étaient, pour lui, en lien avec l’énergie vitale de l’univers. Le professeur Rodolphe Lavinay arrivera à des conclusions similaires, une forme d’énergie vitale qu’il nommait énergie Hydrobiologique est absorbée par l’eau et retransmise par celle-ci. Le tout pour revitaliser l’eau reviendrait à savoir capter et transmettre cette énergie subtile au cœur de l’eau. D’autres chercheurs comme le professeur Louis-Claude Vincent ont observé que la qualité vivante de l’eau peut s’exprimer autour de 3 paramètres : l’acidité (le pH), l’électronégativité (ou potentiel d’Oxydo-Réduction) et la résistivité (en lien avec la minéralisation). Si la résistivité et l’acidité d’une eau sont des paramètres généralement bien compris, l’électronégativité par contre (facilité avec laquelle le milieu libère des électrons) expliquerait de nombreux liens en rapport avec le développement de la vie. Aussi selon Louis-Claude Vincent la meilleure eau serait légèrement Acide et avec un potentiel réducteur. Ce qui est étonnant c’est que lors de diverses études réalisées, il a été montré qu’une eau ayant un potentiel réducteur à la sortie de la source, le perd progressivement pour devenir légèrement oxydante après 48 h. Dans les années 1970 - 1980, le professeur LUU, directeur du laboratoire de physique de l’eau de Montpellier, en lien avec le professeur Etienne Guillé et le spécialiste de l’électrophotographie Kirlian Georges Guilpin, a démontré que l’eau vivante (sortant de la source) avait une organisation des molécules d’eau de façon dite Trimère, alors que les eaux mortes étaient plutôt dans une structure Pentamère. Enfin le chimiste Italien Georgio Piccardi (1895 – 1972) a montré la relation entre la qualité vivante d’une eau et l’organisation Colloïdale des oligo-éléments qui y sont présents. Notons que sous cet état les minéraux et autres éléments présents dans l’eau sont plus facilement assimilables par l’organisme.

Dans le cadre des recherches de Pierre NICOLAS, aucune piste n’a été négligée. Que ce soit l’information homéopathique au sein de l’eau, la mémoire de l’eau, l’énergie vitale ou Orgone… Au fil du temps il rencontra de nombreux spécialistes du sujet avec qui il échangea et dont il intégrera les données dans sa propre compréhension de l’eau. Ainsi, au travers des céramiques Terre de Lys, l’approche est de proposer une régénération au sens le plus large pour que l’homme retrouve toutes les caractéristiques des véritables eaux de sources bienfaisantes.

Au-delà de l’eau

Dans ce cadre la société Terre de Lys fut l’une des premières à vérifier, quantifier et valider l’impact de la régénération de l’eau selon divers paramètres de la physique contemporaine. L’étude aura également permis, au fil du temps, de montrer une amélioration de la qualité des boissons contenant de l’eau (thé, café, jus de fruits ou de légumes, lait, bière, vin, etc.) mais aussi une amélioration de la qualité et de la conservation des aliments (excepté les aliments peu hydratés comme les fruits secs, les produits déshydratés, etc.). Aujourd’hui la société Terre de Lys développe un ensemble de produits pour revitaliser l’eau à la sortie du robinet, pour des systèmes d’arrosage de plantations ou encore pour des bassins ou des piscines…

Pierre-Alexandre NICOLAS, auteur du livre « Les Secrets de l’Eau » aux Ed. Terre de Lys (Avril 2010)

Qu’est-ce qu’une eau vivante ?

Au vu de toutes ces recherches nous pouvons en déduire qu’une eau vivante est une eau chargée d’une certaine énergie vitale, dont les molécules sont organisées par paquets de trois (trimère), qui donne facilement ses électrons (réductrice) et dont les oligo-éléments vont s’organiser de façon colloïdale afin d’être plus assimilables. On comprend alors qu’une eau morte, contenant les mêmes oligo-éléments n’ait pas du tout les mêmes propriétés.

La Revitalisation de l’eau

A partir de ce constat, il est clair que les eaux embouteillées, ou venant du robinet, sont mortes. Elles n’offrent pas le potentiel d’hydratation optimum ni une qualité d’assimilation de leurs oligo-éléments. Ainsi au-delà des qualités chimiques et bactériologiques existe un troisième paramètre que l’on pourrait appeler la qualité vitale (ou vivante) de l’eau. Ce troisième paramètre est le véritable enjeu du 21ème Siècle ! C’est le paramètre qui pourrait rendre à l’eau tout son potentiel bienfaisant pour l’homme. Depuis plus de 80 ans divers procédés ont été développé pour redonner à l’eau cette vitalité originelle. Il est donc essentiel, pour pouvoir bénéficier de © tous les bienfaits de l’eau, de la Revitaliser…

Dr. Batmanghelidj, votre corps réclame de l’eau : effet méconnu de la déshydratation, Ed. Jouvence, 2007

16

17


NEWS Planète

ENVIRONNEMENT

Les Ions Négatifs sont Positifs !

La semelle à Eau MEDICOVI

Génial, des semelles à eau !

Nul n’ignore que le bien-être corporel passe aussi par les pieds. C’est pour cela qu’il faut en prendre soin. Elaborées en accord avec les connaissances médicales du laboratoire d’anatomie fonctionnelle et de biomécanique de l’université de Copenhague, les semelles MEDICOVI possèdent une technologie très innovante. A chaque changement de position du pied, il se produit un déplacement d’eau dans les semelles qui induit des variations de pressions massantes et stimulantes. Médaille d’argent au concours Lépine de Paris, les semelles MEDICOVI s’adressent à toutes les personnes qui désirent vivre confortablement, agréablement massées sous l’effet d’une fine lame d’eau. Une gamme de semelles est à votre disposition, que vous soyez à la recherche du confort ou d’une solution pour un problème de pieds.

Nul n’ignore que le bonheur passe par les pieds

MEDICOVI, une vraie gamme de semelles massantes à eau, spécifiques, où chacun peut y trouver son bonheur

Renseignements : Société GDJA - Tél : 03 88 68 77 04

Quel bonheur de vivre confortablement, la plante des pieds agréablement massée sous l’effet bienfaisant d’une fine lame d’eau circulant dans les semelles à Eau MEDICOVI.

Le monde moderne, sa pollution et ses poussières nous fatiguent. Il induit des allergies, des problèmes respiratoires et favorise l’asthme. On constate de plus en plus d’allergies aux COV 1, graminées et squames d’animaux. Alors que faire ? Bien évidemment, il faut lutter contre la pollution, mais les résultats ne se verront qu’à long terme. Et à court terme ? Des solutions existent pour améliorer l’environnement de son habitat et de son lieu de travail, notamment grâce aux ions négatifs. Nos maisons et bureaux modernes nous forcent à vivre dans des environnements vidés d’ions négatifs. Les écrans d’ordinateurs, l’électronique qui envahit nos habitats, l’éclairage fluorescent, les systèmes de ventilation forcés et les matériaux modernes génèrent une surabondance d’ions positifs qui nous rendent bizarres, déprimés et irritables. Qui ne s’est pas senti bien après un bel orage source magnifique d’ions négatifs !

Les ions négatifs et nous

Tel est le but des semelles massantes à Eau MEDICOVI, conçues non seulement pour des personnes souffrant des pieds, des talons, mais également pour celles qui recherchent le confort, l’aisance.

MEDICOVI, c’est le pied ! Médaille d’argent au Concours Lépine de Paris Coordonnées : Tél. 03 88 68 77 04 fax 03 88 96 86 33 Courriel : Semelles67_gdja@orange.fr

Jeûne et randonnée dans le sahara tunisien

En décembre, janvier et février, pour une, deux ou trois semaines, avec ou sans reprise, au campement ou en ville : 480 € par semaine. Vol Transavia ou Tunis Air à partir de 150 € A/R, navette gratuite pour tozeur tous les vendredis, pour Djerba tous les lundis. … et toute l’année en Drôme provençale - depuis 1990 :

Gertrud et Gisbert Bölling Léoux 26510 Villeperdrix - 04 75 27 41 58

WWW.jeune-et-randonnee.com

Le Philosophe

Librairie spirituelle - Café - Salon de thé Vente de cristaux

Espace bien-être avec des consultations en iridologie, réflexologie plantaire, sophrologie, naturopathie, Ki-reiki-Yoga… Mais aussi des conférences, débats, stages et ateliers. Consultez notre agenda sur notre site internet :

http://www.lephilosophe.fr

58, bd du Général Louis DELFINO à NICE Tél : 09 50 33 52 64 – contact@lephilosophe.fr

18

Sur la planète et dans notre environnement les ions négatifs et positifs sont partout, ils nous entourent. Mais ce n’est pas tout, on les retrouve à l’intérieur et à l’extérieur de nos cellules. Ils ont une influence notoire sur notre organisme. Nous absorbons les ions négatifs au travers de nos poumons, de notre peau, et dans le système sanguin. Les ions négatifs limitent l’acidification du sang. Notre métabolisme intègre le processus d’acquisition de nutriments dans le sang et le rejet des déchets. Plus il y a d’ions négatifs dans le sang, plus le processus cellulaire de métabolisme semble efficace. Au contraire, plus il y a des ions positifs, plus lent et moins performant sera le processus cellulaire de métabolisme. Cela provoque un affaiblissement des cellules de l’organisme avec les aléas qui vont s’en suivre. Se retrouver dans un environnement riche en ions négatifs est favorable. On se sent mieux et plus résistant envers les petits maux de la vie comme les rhumes des foins, les petites dépressions saisonnières, la sensation de fatigue, les maux de tête légers, etc. La richesse en ions négatifs aide aussi à mieux dormir, en régulant la production de sérotonine dans le cerveau. Des scientifiques ont remarqué que des grands brûlés, mis dans une atmosphère ionisée négativement, auraient tendance à se rétablir plus rapidement. Et ce n’est pas tout, il semblerait que les ions négatifs produits à l’intérieur de nos véhicules améliorent certains effets de la fatigue et du comportement des conducteurs.

©

• En Renforçant le collagène (tissus qui sont résilients et liés à la tension). • En Améliorant la perméabilité des membranes des cellules plasmatiques prototype (améliore le métabolisme). • En Renforçant le système immunitaire de l’organisme.

Quels dispositifs sont dispensateurs d’Ions négatifs ?

Il existe sur le marché toute une gamme de produits générant des ions négatifs : Ioniseurs ainsi qu’ampoules ionisantes purificatrices d’air. La majorité de ces produits sont soit inefficaces, soit grands producteurs d’ozone, ce qui n’est pas conseillé. Certains sortent du lot comme les purificateurs d’atmosphère du constructeur suédois LIGHTAIR® www.lightair.com. Ces modèles se différencient des autres ioniseurs du marché par leur capacité à générer un montant extrêmement élevé d’ions négatifs, sans produire l’ozone comme sous-produit. Ils sont équipés d’une partie cylindrique métallique polarisée positivement qui récupère efficacement les nanoparticules chargées négativement de l’air de la pièce, agissant ainsi comme un gros aimant pour celles-ci. La plupart des autres ioniseurs laissant retomber sur le sol ces nanoparticules insidieuses. Notons que les LIGHTAIR, ne possèdent pas de filtre coûteux. Ils sont d’une efficacité équivalente à ceux équipés d’un filtre HEPA, sans bruit et d’une consommation très faible (7 watts). Article écrit par Gérard PONS, Président du C.E.I.LT - Consultant en Éclairage et Purification d’atmosphère - Auteur d’ouvrages « Soif de Lumière » et « Du Soleil Plein la Tête ».

Les ions négatifs sont bénéfiques pour le corps humain de 4 façons principales 2

COV : Composés Organo Volatils : hydrocarbures, solvants, colles qui se trouvent en suspension dans l’atmosphère de nos habitations et bureaux. Extrait de « Nouvelles Economie Quotidien », 30 janvier 2002.

1

• En renforçant les fonctions des nerfs autonomes

2

Sortir du perchlorétylène avec les pressings verts Sequoia Le plus souvent, on assimile les pressings à l’odeur caractéristique du perchlorétylène. Soumis à débats, ce solvant est toxique pour l’environnement. Il serait nuisible pour la santé et probablement cancérigène. C’est pourquoi toute alternative de substitution nous semble la bienvenue. « SEQUOIA Pressing » est la © première enseigne française de pressings éco- responsables et de haute qualité utilisant une technologie écologique innovante de nettoyage à sec. La méthode brevetée de nettoyage utilisée se nomme GreenEarth®. Mis au point aux USA en 2001, GreenEarth® est un procédé sans eau et sans produits chlorés. Il est respectueux du sol, des nappes phréatiques et de l’air inhalé par le personnel ou du voisinage. Son utilisation permet d’abandonner le perchlorétylène au profit du silicone liquide ou siloxane, un mélange de sable et de silice (produit minéral neutre) biodégradable par photosynthèse. Inodore, incolore et 107 fois moins volatile que le perchlorétylène, le silicone permet de nettoyer tous types de vêtements ou d’accessoires sans risque (daim, cuirs, toiles, chaussures, sacs à main, …). Le Président de « SEQUOIA Pressing », Nicolas de Bronac, nous explique le déroulement du nettoyage : « Nous trempons les vêtements dans

un bain de silice pendant une trentaine de minutes afin de les nettoyer. Ensuite, le produit est régénéré dans les machines, distillé et filtré. Il peut ainsi resservir pour la machine suivante. Nous travaillons en circuit fermé afin de ne rien rejeter dans l’environnement ». Nicolas de Bronac continue son exposé en précisant que : « En fin de vie, quand le silicone liquide devient trop souillé, il est alors récupéré, revalorisé ou incinéré ». La technologie GreenEarth® permet également : - d’éviter la consommation d’eau du fait d’un nettoyage à sec sans circuit de refroidissement. - de conserver l’éclat, les couleurs du linge, contrairement aux pressings classiques qui utilisent un produit chloré. - de ne pas dessécher les fibres, mais de les assouplir en les hydratant pour leur rendre leur toucher initial, contrairement à l’eau ou aux autres technologies. - d’obtenir du linge plus facile à repasser, puisque les fibres ne sont pas asséchées. Dans un pressing traditionnel, l’utilisation du perchlore nettoie le vêtement en pénétrant agressivement la fibre, ce qui la rend rêche. Le silicone présente l’avantage de se glisser dans la fibre pour enlever les tâches en profondeur sans abîmer les fibres. GreenEarth® est un procédé subventionnée & validée par les Agences de l’Eau et par la Médecine du Travail pour le remplacement des procédés traditionnels. Créé en janvier 2008 par Nicolas De Bronac, Sequoia est la première chaîne française de pressings éco-responsables de haute qualité à utiliser en exclusivité la technologie de nettoyage à sec brevetée GreenEarth®. Plus d’informations sur : http://www.sequoiapressing.fr/

19


ENVIRONNEMENT

ENVIRONNEMENT

Histoires de moustiques Bzzzz…, voilà le bruit caractéristique que font les moustiques avant de nous attaquer. On les déteste d’autant plus que leurs piqûres peuvent parfois se compliquer, bien qu’elles soient le plus souvent anodines. Lorsqu’ils piquent, ils créent une voie d’entrée sanguine directe qui le cas échéant peut laisser le champ libre à quelques vilains virus comme la dengue et le chikungunya. Pourtant dans la nature ces petits insectes sont très utiles. Ils participent pleinement à la pollinisation des fleurs, au même titre que les papillons, les hyménoptères et autres diptères. Les moustiques sont aussi une source de nourriture importante pour les oiseaux, les lézards, les insectes prédateurs, et bien d’autres petites bêtes... Mais ce n’est pas tout, outre le fait qu’elles servent aussi de nourriture aux autres espèces, leurs larves ont la capacité de filtrer l’eau des mares en se nourrissant des micro-organismes et des déchets organiques qui s’y trouvent. Néanmoins leur surmultiplication reste un grand danger. Et oui, tout doit être équilibre dans la nature.

injecte la salive anesthésiante et les éventuels virus, l’autre qui pompe le sang. La transmission virale ne se fait pas lors de l’absorption du sang mais uniquement quand la femelle inocule sa substance anesthésiante. Elle peut transmettre ainsi : - des plasmodiums, un genre de protozoaires entraînant des maladies comme le paludisme - des nématodes filaires entraînant des maladies parasitaires - des arbovirus, sortes de virus qui ont pour vecteurs les suceurs de sang comme les moustiques, les tiques et les phlébotomes. Quant aux idées préconçues qui disent que les moustiques n’attaquent que le soir et la nuit, elles sont fausses. En fait chaque bébête à son propre cycle qui tient compte de son espèce et de son environnement. Par exemple, en montagne et dans les forêts denses, certaines espèces qui d’habitude attaquent le soir et la nuit peuvent très bien le faire en plein jour. A bon entendeur, salut.

La ponte des œufs

Communément appelés moustiques, il s’agit d’insectes volants appartenant à la famille des Culicidae. Pour les puristes, notons qu’ils sont classés dans l’ordre des Diptères et plus particulièrement dans celui des Nématocères. Les moustiques sont facilement reconnaissables grâce à leurs ailes écaillées bien caractéristiques et à leurs fines et longues antennes. Rassurez-vous parmi les plus de 3500 espèces de moustiques répertoriées à ce jour, bien peu piquent l’homme. D’une variété à l’autre, ils affichent quelques petites différences, notamment dans leur attitude, leur mode de vie et lors de la reproduction. En France, plus de soixante espèces sont répertoriées. Là où l’histoire se gâte, c’est lorsque l’on évoque les risques zoonotiques (maladies transmises de l’animal à l’homme) qu’ils nous font courir. Ce sont des grands vecteurs d’agents pathogènes.

Une fois rassasiée, madame pond ses œufs à la surface d’eaux douces stagnantes et ombragées. Un simple récipient ou une canette peuvent faire l’affaire. Alors soyez vigilant et ne laissez pas traîner des objets susceptibles de favoriser la ponte, tout en gardant à l’esprit que durant son existence miss moustique peut produire de 400 à 900 œufs. En cas de sécheresse ou lorsque les conditions sont défavorables, les œufs de certaines espèces (Aedes, Psorophora,…) peuvent survivre plusieurs mois dans la nature. Puis dès que les conditions redeviennent favorables, grâce à une bonne température ambiante et un bon taux d’humidité, les œufs reprennent leur maturation pour se transformer en larves aquatiques, au bout d’un cycle de trois à huit jours. Les larves deviendront des nymphes aquatiques puis des moustiques aériens. Bref, vous l’avez compris, l’importance des eaux stagnantes dans le développement des moustiques est un facteur premier à prendre en compte lors de la lutte anti-moustique. Dans la nature, mâle et femelle se nourrissent de sève d’herbe et de nectar de fruits, seule la femelle de certaines espèces à besoin de sang pour sa reproduction. De fait, les mâles sont dépourvus de pièces buccales pouvant transpercer la peau des vertébrés puisqu’ils n’ont pas besoin de sang.

Pourquoi piquent-ils ?

Pourquoi les piqûres de moustiques démangent-elles ?

Ce sont uniquement les femelles qui piquent. Elles le font pour assurer le développement de leurs ovaires et de leurs œufs mais, toutes ne sont pas hématophages (dévoreuses de sang). Donc, si vous apercevez une longue trompe rigide prête à piquer, alors pas de doute, vous êtes sûrs d’être en présence d’une femelle qui a besoin de sang. Pour ce faire la trompe de dame moustique dispose de deux canaux parallèles : l’un qui

Le phénomène est dû à la pénétration de la salive du moustique. Cette dernière contient un anticoagulant qui provoque une réaction de type inflammatoire mettant en jeux des cellules particulières dénommées mastocytes, présentes dans la couche inférieure de la peau. Les mastocytes sécrètent de l’histamine qui au bout d’une soixantaine de secondes provoque une sensation de démangeaisons qui peut durer jusqu’à dix minutes.

Mais qui sont-ils ?

Comment calmer une piqûre de moustique ? Pas mal d’astuces existent, en voici quelques unes : - Frotter la piqûre avec du persil frais - Couper un oignon en deux et appliquez le doucement sur la piqûre durant quelques minutes - Appliquer une compresse de vinaigre de cidre ou de vinaigre blanc durant une à deux minutes - le gel d’arnica que l’on trouve en pharmacie soulage assez bien la rougeur

Le moustique Tigre

©

Scientifiquement dénommé Aedes Albopictus, le moustique tigre possède des rayures blanches très caractéristiques et reconnaissables. Son adaptation sur notre territoire est le résultat du phénoménal pouvoir d’acclimatation à nos longitudes qu’il possède. Redoutable, il s’intègre aisément à nos contrées et n’hésite pas à envahir nos zones habitables, dans lesquelles il se multiplie faci-

tique se déroule de la même façon que celle du Chikungunya que nous avons vu plus haut. Il n’y a pas de transmission de personne à personne. La Dengue sévit dans de nombreux pays et notamment aux Caraïbes, en Amérique du Sud, en Océanie, dans les îles Pacifiques Sud, dans l’Océan indien, en Asie du Sud et du Sud Est. Elle est arrivée en Floride (États-Unis) via l’Asie du sud est et l’Amérique Latine pour atterrir en Méditerranée et diffuser en Europe. Comme nous l’avons vu, le moustique Aedes albopictus (Tigre) a pris demeure sur le territoire français. De fait, la possibilité d’une circulation autochtone de la Dengue est possible, surtout s’il y a une introduction supplémentaire du virus par un voyageur malade. La maladie provoque de la fièvre associée à des courbatures, des maux de tête et parfois des complications hémorragiques qui peuvent entraîner une hospitalisation. Comme il existe quatre types de virus de la dengue, on peut l’attraper quatre fois. Il existe aussi des formes sans symptôme où l’on ne ressent qu’une simple fatigue. Néanmoins, on abrite dorénavant le virus et, si un moustique sain nous pique de nouveau, il pourra ingérer le virus et contaminer quelqu’un d’autre.

lement. La femelle tigre affectionne les zones urbaines pour pondre ses œufs. Elle privilégie les eaux stagnantes, notamment dans les gouttières, les soucoupes de pots de fleur, les récipients en fer ou en plastique abandonnés, les pots de yaourts, les emballages divers, les flaques d’eau, etc. Très agressif, il peut transmettre un bon nombre de virus dont la Dengue, le Chikungunya, la Fièvre Jaune et le virus West Nile. La journée, il n’hésite pas à enfoncer sa trompe à travers notre peau avec un acharnement particulier en soirée et au petit matin. Il ne s’en prend pas qu’à l’homme, les mammifères et les oiseaux l’intéressent aussi. La modernité et l’expansion des transports n’ont fait que favoriser son expansion à travers le monde. Le stockage mondial des vieux pneus, propice à la rétention d’eau, semble être le facteur premier de son développement. Introduit en Europe via des marchandises à la fin des années 70, il est de nos jours implanté dans 17 pays européens dont la France. Le réchauffement climatique pourrait avoir aussi favorisé son © expansion vers les zones tempérées. Chez nous, il a été détecté pour la première fois dès 1999. Depuis, sa propagation semble être inexorable sur notre territoire et plus particulièrement en région PACA, en Languedoc Roussillon et dans les Pyrénées orientales. Lentement mais sûrement, il continue sa progression en remontant le long de la côte Atlantique et vers l’intérieur de nos terres. On le retrouve ainsi à Bordeaux, La Rochelle, Nantes, Vannes, Rennes, Tours, Le Mans, Orléans, en Région parisienne, etc. L’année 2012 ne semble pas épargnée. Des états de veille sanitaire ont été mises en place sur nos côtes et sur des lieux de propagations ciblés.

Des moustiques OGM au secours de la dengue

Chikungunya et Dengue

Mais où va s’arrêter le bricolage génétique ? Des chercheurs d’Oxitec Limited Oxford ont génétiquement modifié et créé des chimères moustiques mâles stériles. Le 11 Novembre 2010, quelques experts britanniques annoncent que de mai à octobre, sous prétexte d’améliorer la lutte contre la dengue, trois millions de moustiques OGM ont été lâcher pour la première fois dans une zone de 16 hectares, située aux îles Caïmans. Ils précisent que, durant plusieurs années, des tests et des calculs hypothétiques, effectués en laboratoire, ont précédé ce lâché. L’idée consiste à ce que les mâles stériles génétiquement modifiés qui s’accouplent aux femelles de la région ne puissent pas se multiplier. Dès le mois d’août, on a constaté que leur nombre s’est effondré de 80 %, par rapport à une zone voisine où aucun insecte bricolé n’a été relâché. Mais dans un secteur si peu étendu, il sera difficile de constater un réel recul du nombre de contamination par le virus de la dengue. Aussi, des voix se sont élevées pour dénoncer cet outrage à Dame nature. De telles pratiques d’anéantissement ne constitueront-elles pas un péril pour l’écosystème ? Le fait de retirer le moustique de l’environnement aura certainement un impact, mais ce qui inquiète, c’est © de savoir quel sera vraiment cet impact. Comme nous l’avons vu plus haut les larves de moustiques sont utiles, elles servent de nourriture et purifient l’eau des mares et leur absence pourrait affamer d’autres espèces. D’autres maladies pourraient prendre la place de la dengue. Bref, le fait de trop bouleverser la nature n’est pas vraiment la meilleure solution, l’histoire nous l’a souvent montré. Par contre, chercher quel est le dérèglement du milieu naturel qui a provoqué la surmultiplication des moustiques peut constituer une bonne voie de recherche.

La France surveille de près le moustique Tigre, vecteur de maladies infectieuses comme la dengue et le chikungunya. Cette année, les agences régionales de santé (ARS) ont renforcé la surveillance dans les zones les plus critiques. Cette surveillance intègre l’établissement de pièges sur les sites à risque d’importation, en particulier sur les plates-formes de fret, les aéroports, les ports, les marchés d’Intérêt National et les sites de pneus. Le Chikungunya Il s’agit d’une pathologie induite par un arbovirus de type alphavirus transmis par notre moustique Tigre. C’est après avoir aspiré le sang contaminé de sa proie que ce dernier ingère le virus en question. Ensuite l’arbovirus traverse la paroi intestinale du moustique pour finir dans ses glandes salivaires. Puis à l’occasion d’une autre piqûre, il passe vers une personne saine. C’est la faculté qu’a le moustique Tigre à dupliquer l’arbovirus contaminant qui fait la virulence et non pas la quantité de sang absorbée. Une fois infectée, la femelle le reste toute sa vie. Par contre les œufs issus de moustiques contaminés ne sont pratiquement pas envahis par le virus, ouf ! Composé d’un seul brin d’ARN à polarité positive, l’arbovirus incriminé pénètre les cellules de la proie infestée lors de la piqûre. Une fois à l’intérieur des cellules, le virus contaminant perd sa capsule et libère l’ARN viral qui, par la suite, sera largement dupliqué. Ensuite, une synthèse de protéines structurales formera la future capside et l’enveloppe des nouveaux virions et permettra la libération cellulaire de nouveaux virus. L’infection va ainsi s’amplifier dans l’organisme atteint. Après une période d’incubation de 4 à 8 jours, la maladie se manifestera par une fièvre supérieure à 38,5°C accompagnée de courbatures et par des douleurs articulaires, des maux de tête, des nausées occasionnelles, une conjonctivite et des éruptions cutanées. L’évolution va dépendre de la façon dont le patient répondra aux traitements symptomatiques. Il n’y a pas de traitements curatifs à ce jour et aucun vaccin n’a abouti. La Dengue Surnommée petit paludisme, la dengue peut être définie comme une arbovirose infectieuse à Flavivirus. Elle est transmise par la piqure d’un moustique de type Aedes (Aedes aegypti, Aedes polynesiensis, Aedes albopictus) infecté par le virus en question. Ce Flavivirus particulier à simple brin d’ARN se décompose en quatre souches. La contamination par le mous-

20

Une double contamination En France, des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement de Marseille et du Centre international de Recherches Médicales de Franceville se sont aperçu que le moustique tigre (Aedes albopictus) pouvait transmettre deux virus en simultané, la dengue et le chikungunya. Les protagonistes de l’étude se sont penchés sur une double épidémie de chikungunya et de dengue survenue au Gabon et ont constaté cette double transmission virale. Ils ont aussi remarqué que les virus en question étaient issus d’une souche asiatique importée. L’étude insiste sur les moyens prophylactiques à mettre en place et plus particulièrement sur la destruction des populations de moustiques incriminés.

Comment se protéger

21

Un des meilleurs moyens de lutter contre la transmission du virus du chikungunya consiste à se protéger individuellement contre les piqûres de moustiques en portant des vêtements longs et en utilisant des répul-

©


ENVIRONNEMENT

BIEN-ÊTRE

Le drap de cuivre

sifs cutanés et/ou aériens, de préférence naturels. Même si cela paraît lourdaud, la bonne vielle moustiquaire peut encore vous rendre de bons services. Ralentir leur reproduction en détruisant leurs gîtes larvaires les plus visibles est aussi un excellent moyen de protection. Il faut faire la chasse aux points d’eau stagnante. Mieux vaut bannir de votre environnement les coupelles, les pots en plastique, les pots vides, les balconnières, les petits récipients, les sots à serpillères, les vieux pneus et autres qui pourraient conserver de l’eau. Sur votre balcon, même combat, la chasse à la présence d’eaux résiduelles est de rigueur. Si vous avez un jardin, un bon débroussaillage associé à un élagage des arbres seront les bienvenus. Les fruits tombés à terre, les feuilles mortes et les débris végétaux seront ramassés. L’arrosage se fera avec parcimonie et après, il faudra prendre soin de vider tous les recoins et récipients afin de ne pas laisser d’eau stagnante. Bien évidemment les différents pesticides et autres produits aux conséquences désastreuses sont fortement déconseillés. Il existe tellement de produits naturels et d’astuces.

Un géranium odorant contre les moustiques Proche du géranium que l’on connaît, le pélargonium ou variété odorante nous enivre d’agréables senteurs de citron, d’orange, de rose, de menthe, de pin,…, liées à la catégorie choisie. Le fait de froisser les feuilles de chaque variété sélectionnée libère des fragrances caractéristiques. Alors, l’idée de mettre un géranium de type « odorant à la citronnelle » aux fenêtres et aux balcons semble être une excellente alternative à la lutte anti-moustique. Dans les cas les plus rebelles vous pouvez aussi vous frotter le cou, les bras, les mains et les jambes afin de mieux vous protéger. Le géranium odorant se cultive en pot. Attention, il craint le gel, les intempéries et le vent alors n’oubliez pas de le rentrer en cas de grand froid, de tempêtes et d’orages. Mieux vaut ne pas trop l’arroser et sa température idéale de conservation est de 7°C à 14 °C.

©

Géranium Odorant à la citronnelle

Moustiques et gouttes de pluies Que font les moustiques lorsqu’il pleut ? Qui ne s’est pas posé cette question, un jour. Et bien aussi paradoxalement que cela paraît, ils survivent. Une étude publiée dans l’excellente revue “Proceedings of the National Academy of Sciences” relate les travaux d’une équipe de chercheurs américains du Georgia Institute of Technology d’Atlanta dirigée par David Hu. Nos chercheurs se sont penchés sur le devenir du moustique face à une goutte d’eau. Les résultats sont étonnants et démontrent l’incroyable capacité d’adaptation de notre petit vampire. Lorsqu’une goutte d’eau l’atteint, il se montre très habile en suivant le mouvement et en faisant pivoter l’ensemble formé par le couple moustique-goutte d’eau grâce à ses pattes et ses ailes. Il offre ainsi le moins de résistance possible. Et, même si une goutte d’eau le frappe, il s’en sort indemne grâce aux qualités adaptatives de son habile exosquelette.

Une piqûre de moustique peut-elle transmettre le virus du Sida ? Les moustiques sont les principaux vecteurs du paludisme, de la fièvre jaune, de la dengue ou du chikungunya. De fait, on peut se demander ce qu’il en est pour le virus du sida. Bien que rien ne soit définitivement sûr en science, il semblerait, sauf preuve du contraire, que le moustique ne puisse pas transmettre le VIH. En effet, pour qu’un moustique puisse véhiculer un virus, il faut que le virus en question ait la capacité de se dupliquer dans ses propres cellules et gagner ses glandes salivaires. Or, contrairement à d’autres virus comme, le paludisme, la dengue ou le chikungunya, le VIH est incapable d’infester les cellules du moustique. Qui plus est, la charge virale présente dans le sang d’un séropositif est relativement faible. Il y a donc peu de chance pour qu’une dose suffisante à une contamination VIH soit prélevée par notre femelle moustique. Si, malgré tout, c’était le cas, de nombreuses expériences ont montré que le VIH serait digéré et détruit en 16 à 24 heures par les enzymes stomacales du moustique. Mais durant cette période, me direz-vous ? Et bien, après nous avoir piqués, il est très très rare que la femelle recommence immédiatement. Elle a plutôt tendance à se réfugier dans © un endroit tranquille pour digérer son repas. De plus, les pièces buccales des femelles ne retiennent que d’infimes quantités de sang à leur surface, ce qui limite au maximum tout risque. Et pour finir, rappelons que la trompe d’un moustique est constituée de deux canaux à sens unique, l’un qui inocule de la salive anesthésiante et fluidifiante, l’autre qui aspire le sang mais sans jamais régurgiter de sang issu de la piqûre précédente.

Dérèglement environnemental et surpopulation de moustiques La nature est un tout et à l’identique de « l’effet papillon », toute atteinte par l’hypermodernisme va entraîner des dérèglements des écosystèmes existants, avec par exemple une surpopulation de moustiques. Le dérèglement climatique influence de nombreux fondamentaux de la santé humaine comme le taux d’humidité, la température des étendues d’eau et la qualité de la nourriture. Cela conditionne la propagation des maladies dans le monde et notamment des maladies virales transmises par les moustiques. Climat et santé sont donc étroitement liés. Les brusques changements climatiques que nous vivons actuellement favorisent l’exposition à certains vecteurs de maladies transmises par le moustique tels que le paludisme, la fièvre du Nil et la dengue. Chaleur et humidité sont fortement propices à la multiplication des moustiques. Aujourd’hui, environ 62% des éléments des écosystèmes mondiaux sont soumis à des dégradations qui malheureusement vont interagir avec notre bien-être. C’est ainsi que des maladies infectieuses transmises par les moustiques sont terriblement influencées par ce déséquilibre. Exposant actuellement 42 à 49% de la population mondiale, la dengue et le paludisme viennent d’enregistrer un net accroissement de leurs aires d’extension géographique. D’autres facteurs tels que la transformation des habitats et le déboisement intensif affectent directement certaines populations de moustiques et modifient les schémas de transmission des maladies virales. Alors, on ne trouve pas mieux que de pratiquer des éradications de moustiques à travers le monde sans se soucier du pourquoi et du comment de cette surpopulation. Cela n’est pas forcément la meilleure manière d’agir, à long terme. Par exemple, l’élimination des moustiques vivant dans les marais de la planète perturbe les écosystèmes puisque ces derniers sont une source de nourriture pour les poissons, les grenouilles et autres insectes.

22

Nous vivons aujourd’hui en plein brouillard invisible. Notre monde génère une pollution électromagnétique sans pareil. Les causes en sont multiples avec les téléviseurs, les ordinateurs, les téléphones cellulaires, les antennes diverses et variées, les tissus synthétiques, les montres à quartz et radio réveils, et… la liste est longue. De nombreux ouvrages traitent du sujet, n’hésitez pas à vous les procurer. Toute cette modernité pollue gravement notre environnement et contribue à notre fatigue. Notre corps se trouve affaibli, il faut réagir. Parmi les nombreuses solutions qui peuvent nous aider, une a retenu tout particulièrement notre attention : le Drap © de Cuivre tissé. Il agit comme un véritable régulateur. Très simple d’utilisation, il suffit de le placer entre le drap et le matelas. Le drap de cuivre possède un petit fil sur le côté qu’il faudra mettre régulièrement à la masse (voir la notice) afin de le rééquilibrer énergétiquement. Comme le cuivre possède une action antibactérienne naturelle, il ne sera pas nécessaire de nettoyer le drap de cuivre fréquemment. Lors des premières utilisations, certaines personnes pourront ressentir de nouvelles perceptions corporelles. Pas d’inquiétude, elles témoignent de l’action bénéfique du drap.

Valdemar Kopec – Responsable du Dos Agile – Tél : 01 45 81 05 14

Mettez de la laine dans votre vie Véritable valeur naturelle, la laine représente un aparté au modernisme. Elle offre à votre corps le confort d’une fibre animale aux multiples vertus. Par le passé, les premiers hommes se sont sédentarisés et ont appris à élever les moutons. Ils ont ensuite compris qu’ils pouvaient en extraire la laine. Aujourd’hui, la laine provient de plusieurs espèces d’animaux comme les ovins, le chameau, le lapin angora, …. et bien d’autres espèces. Ses propriétés isothermiques exceptionnelles assurent à la fois une aération naturelle pour que la peau ne transpire pas et une parfaite isolation qui protège de l’humidité. Voyons de plus près d’où viennent ces caractéristiques. Longue de 3 à 30cm, la fibre kératinique de la laine mesure 20 à 90 microns de diamètre avec en son milieu, un canal entouré d’une sorte d’écorce nommée cuticule. Cette cuticule possède des petits pores qui permettent à la vapeur d’eau accumulée d’être évacuée vers l’extérieur. Grâce à leurs structures physiques et chimiques particulières, les fibres ont la capacité d’absorber jusqu’ 35% de leur poids en eau et jusqu’à plus de 70% de leur volume d’air. En conséquence, elles s’entourent d’un matelas d’air © et d’eau qui régule les échanges thermiques entre l’air ambiant et le corps. Les fibres de laine libèrent ou absorbent continuellement de la vapeur d’eau. De plus, elles ont une face hydrophobe qui repousse l’eau et une structure hydrophile qui absorbe l’eau. Eté comme hiver, la laine se comporte comme un isolant naturel ventilé très efficace. C’est pour cette raison qu’on dit que la laine respire. Les vêtements en laine sont d’une souplesse remarquable. Ils épousent les mouvements et ne retiennent pas les odeurs. Ils ne collent pas à la peau et attirent moins la poussière que les autres. La propriété antistatique de la laine est notoire, c’est une caractéristique importante dans un monde où les pollutions sont pléthores (ordinateurs, téléphones portables, antennes relais, télévisions, etc). C’est pour cette raison que les anciens pilotes utilisaient une peau de mouton durant leurs vols. Pour le sommeil, rien de mieux qu’une couette en laine qui maintient le corps à température constante avec une bonne aération et qui protège de l’électricité statique, même pour les bébés. De fait, on dort mieux car on a ni trop chaud, ni trop froid, ce qui évite de se découvrir et se recouvrir sans cesse. Et puis, il y a aussi la robe de chambre en laine qui améliore votre vie à la maison et le gilet de laine, extrêmement pratique.

Valdemar Kopec – Responsable du Dos Agile – Tél : 01 45 81 05 14

©

23


JARDINS

JARDINS

La joie des jardins partagés Et si le jardinage nous aidait à retrouver notre vraie place dans ce bas monde !

Quoi de plus naturel que de cultiver son jardin ? Cela nous apporte détente et connexion à la nature. Il faut dire que l’excès de modernisme nous éloigne parfois de la vraie vie. Pour certains, il va même jusqu’à exacerber une forme d’hypermatérialisme et pour d’autres, il fait des ravages. Rappelons qu’un matérialisme débordant à tendance à nous couper de mère nature, ce qui peut entraîner un déséquilibre. Le monde qui nous entoure est dur, il exclut souvent. On a du mal à trouver nos marques et cela mène parfois au désespoir. Alors que faire ? Une solution peut nous aider, il suffit de renouer avec la planète en cultivant la terre. Et oui, jardiner nous reconnecte à la nature. Cela nous nourrit physiquement et psychologiquement, chose qui peut nous aider à trouver notre place en ce bas monde et à nous reconstruire. Nous pouvons ainsi ventiler notre esprit et renouer avec notre sens profond des valeurs, tout en éliminant nos pensées perturbatrices. © Par analogie, on parle souvent de jardin intérieur. Cela n’est pas anodin ! Cultiver la terre est créatif, ordonné et enrichissant. Il en va de même pour notre jardin intérieur qui se doit d’être structuré et riche. En nous offrant l’usage d’une parcelle de terre, les jardins partagés vont dans ce sens et nous reconnectent avec la terre. Ils nous montrent aussi les voies de l’amitié et de la convivialité. Ce sont des lieux citoyens où l’égoïsme n’a plus lieu d’être et où l’on se côtoie les uns les autres avec une passion commune, la vraie vie.

D’où vient l’idée ?

Il faut remonter aux guerres napoléoniennes pour voir apparaître en Angleterre les prémices des jardins ouvriers nommés « allotments ». Petit à petit l’idée fait son chemin. En France, au XIXème siècle, les usines décident de mettre des parcelles de terres à disposition de leurs ouvriers. Rassurezvous, elles ne l’ont pas fait par philanthropie mais pour éloigner les ouvriers des cabarets tout en améliorant leur bien-être nutritionnel. Les utilisateurs peuvent améliorer leur quotidien alimentaire et respirer de l’air pur. Des ouvriers mieux nourris, oxygénés et buvant moins, c’est bon pour le rendement et pour la cohésion. Ainsi naissent ces nouveaux genres de jardins potagers. L’histoire veut qu’en répondant à un réel besoin social et sanitaire, ils deviennent vite bénéfiques. Puis, après la seconde guerre mondiale, les jardins ouvriers laisseront petit à petit la place aux jardins familiaux. Au XXème siècle, l’idée fait des émules partout en Europe. Après une légère stagnation, dans © les années 70 le continent nord américain remet l’idée au goût du jour avec les « community gardens ». En France, depuis une quinzaine d’année on assiste à un fort développement de ce type de jardins.

Comment fonctionnent t-ils ?

Ces petites oasis de verdure trouvent leur place sur des terrains communaux, de mairie, de bailleurs sociaux ou d’entreprises. Une fois mis à disposition, le terrain est géré par une association loi 1901. Pour avoir accès à ces jardins, il suffit de s’inscrire au sein de l’association et de s’acquitter d’une cotisation annuelle, le plus souvent très abor-

Visite au jardin de l’Aqueduc à Paris

Un samedi du mois de mai 2012, nous avons rendu visite au jardin des « jardiniers de l’Aqueduc » situé entre la rue Thomas Francine et la rue de l’Empereur Valentinien, dans le 14 ème arrondissement parisien. Ce jardin est un vrai havre de nature. La mare pédagogique avec ses nénuphars, ses papyrus et sa faune aquatique lui donne une note toute particulière. Quelle bonne surprise de voir l’agréable ambiance qui se dégage du jardin. Le lieu est bien agencé, des terrasses optimisent le terrain, des vignes agrémentent l’endroit et des roseraies apportent une note supplémentaire de beauté. Mais ce n’est pas tout, la lavande a pris demeure sur le talus du jardin avec la visite régulière d’insectes, de papillons, bourdons et abeilles aux heures les plus chaudes. Puisque l’on parle d’abeilles, attardons-nous sur le rucher expérimental présent dans ce jardin. Il s’améliore d’année en année et des visites portes ouvertes sont même organisées. A vous la magie et l’aventure des abeilles. Et puis, passons au jardinage. Lors de cette journée nous avons été agréablement surpris par la bonne ambiance, l’entraide et le partage qui animent nos jardiniers. Une dame nous a expliqué le bon© heur qu’elle éprouve à pouvoir cultiver la terre et les bienfaits que cela lui apporte tandis qu’une autre faisait de la récup en restaurant une table de bois. Un homme accompagné de son enfant était fier de lui apprendre le jardinage en le mettant aussi sur le chemin du développement durable. Ici, les pesticides sont bannis et le compost est à l’honneur avec ses différents bacs. Enfin, nous avons apprécié la bonne humeur et l’entente qui se dégageait de la grande tablée d’amis présents ce jour là. Photos prises au jardin de l’Aqueduc

dable. Ensuite, à vous le jardinage dans le respect du règlement qui régit chaque association et de la charte commune, lorsqu’elle est de mise. L’ambiance est au vert et la valorisation du vivant est primordial avec le bannissement des pesticides au bénéfice du compost, du paillage, etc.

A qui s’adressent ces jardins ?

Ils s’adressent à tous et rassurez-vous pas besoin de savoir jardiner, un échange convivial avec les jardiniers déjà présents fera de vous un bon cultivateur. Peut importe votre âge et votre classe sociale, ici l’ambiance est conviviale. Elle permet le partage et la bonne humeur. Vous accédez à une détente en plein air où les connaissances jardinières sont mises en commun. Les futures bonnes récoltes de légumes et de fruits frais vous rendront fiers d’être jardinier. Les enfants ne sont pas oubliés, ils ont accès à ce lieu éducatif qui leur communiquera l’amour de la terre et de la nature. Ici le droit à une qualité de vie urbaine prend tout son sens. C’est pourquoi même si vous n’êtes pas accro au jardinage, vous pouvez devenir membre de l’association uniquement pour le plaisir de flâner dans le jardin et de passer un bon moment convivial tout en participant aux événements organisés.

Où les trouver ?

Beaucoup de grandes villes et de communes françaises disposent de jardins partagés. Pour en connaître la liste, c’est assez simple, la plupart des mairies sont en mesure de vous communiquer une liste complète de leurs jardins partagés. Internet est aussi © une bonne source d’information. Si malgré tout, le jardin que vous souhaitez n’existe pas, vous avez la possibilité de le créer à condition de trouver un terrain adéquate disponible et que la demande de création soit acceptée.

©

Le

Meilleur du Cru est dans le Cuit

Comment créer un jardin partagé ?

L’aventure commence par la recherche d’un terrain adapté qui peut appartenir soit à une collectivité ou à un bailleur. Ensuite, il faut créer une association loi 1901. Puis la nouvelle association fait une demande d’acceptation à la mairie concernée qui étudiera la faisabilité du jardin et donnera son avis. Les futurs usages du jardin seront définis dans les statuts de l’association. Notons que dans certaines villes il existe des chartes, comme la charte « Main verte » de Paris. Dans ce cas précis, l’association contacte la cellule main verte de la direction des parcs, jardins et espaces verts parisiens qui va l’aider dans ses démarches. En général, les jardins prêtés ou loués le sont le plus souvent de façon pérenne mais ils © peuvent aussi ne l’être que temporairement. Ensuite on passe à la préparation du terrain. Le cas échéant la mairie pourra apporter une aide utile en allouant les services de jardiniers professionnels. Une convention est alors signée à la remise du terrain. L’association aura en charge l’entretien et l’animation du jardin partagé en conformité avec les statuts et les éventuelles chartes.

AU ! NOUVE se 28 cm u te u a S La

Cours de cuisine et vente en magasin BIO

Baumstal c’est depuis plus de 30 ans :

- Des ustensiles de cuisson en inox 18/10 garantis à vie. - Une cuisson douce qui préserve les vitamines et minéraux de vos légumes. - La cuisson des viandes sans matière grasse. - Un goût incomparable !

Vive le partage

Participer à l’aventure d’un jardin partagé est très enrichissant. Vous profiterez d’une amicale osmose sociale accompagnée d’un étroit rapport à la terre donc à la nature. Jardiner fait rejaillir ce qu’il y a de meilleur en nous. Quoi de plus beau que de voir pousser ses plants ! Les enfants seront émerveillés et les adultes aux anges. Avoir pour passion commune l’amour du jardinage donne tout son sens au mot partage.

24

www.baumstal.com Documentation gratuite et date des animations : Euro Baumstal - BP 30223 Wittisheim 67604 SELESTAT CEDEX - 03 88 85 82 64

25


PLANETE Actualités

TAO

Le Yin de la Femme

INSTITUT HYPOTENUSE Ecole française de massage

Membre fondateur de la Fédération Française de Massage Traditionnel de Relaxation

PARIS - TOULOUSE - BORDEAUX - LYON - NANTES - FREJUS - SUISSE

Tél : 06 60 69 88 85 – Site : http://www.hypotenuse-institut.com Notre école s pécialisée vous propose des formations certifiantes en massage sur table et en massage assis.

Toutes nos formations sont reconnues par la seule Fédération de massage au monde à être certifiée ISO 9001 : la FFMTR dont nous sommes membre fondateur. Notre école est une des rares écoles au monde à être certifiée ISO 9001 et elle permet d’accéder au Label Qualité Massage.

NOS FORMATIONS DE BASE EN 3 WEEK-END DE TROIS JOURS : Techniques de base et fondamentales - Massages de chaque partie du corps - Massage Hypoténuse (détente-relaxation) - Massage global chinois Massage Impérial (une création de l’institut) - Automassage - Règles de sécurité relatives au massage - Positionnement et organisation du travail Aromathérapie - Techniques de jeu de serviette pour protéger l’intimité physique des clients (exclusivité).

FORMATION COMPLEMENTAIRE Réservée aux élèves ayant suivi la formation de base, elle amène au Certificat de Praticien Spécialiste en Techniques de Massage Traditionnel, reconnu par la FFMTR.

NOMBREUSES DATES DE STAGES DANS DIFFERENTES VILLES FORMATIONS RITUELS SPA ET MASSAGES DU MONDE : des rituels exclusifs (Rose Thérapie, Aromastones, Bio Karité Spa, Hot Karité Spa) et les classiques des massages à travers le Monde : Pierres chaudes, Balinais, Hawaïen... Institut Hypoténuse - La Boutique du Massage Secrétariat général Tel : +33 (0)2.38.32.00.63 Lun-Ven 9h30-12h30/14h30-18h30 Institut Hypoténuse - Ecole française de massage http://www.hypotenuse-institut.com - edb@hypotenuse-institut.com La Boutique du Massage -17:14:45 Spécialiste N°1 en Europe Pub_étiquettes.ai 2 05/10/2010 http://www.boutique-massage.com - edb@boutique-massage.com

Biofruisec sélectionne les meilleurs fruits, cueillis à maturité et séchés sur place. Le choix de la qualité, le respect de l’environnement, des producteurs : plaisir et santé.

À consommer sans modération ! C

IGENIO - IGENIO VAPEUR - COCOON

Poids net :

M

10 0 0 gr

J

Nettoyage en profondeur de toute votre maison – Air et Sols !

CJ

CMJ

3 7 760025 25 5 650051 5 5 Poids net :

gr

A con nsommer er de préférence nce c avant le :

Produit issu de l'agriculture biologique certifié par ECOCER RT sas F-32600

3 7 760025 6002 5 6 5 50 00 00 01 3 Poids net :

200 gr

A consommer de préférence avant le :

Produit duit issu de l'agriculture biolo logique certifié parr ECO OCERT sas F-326 600

3 760025 5 6 50020 0 640, rue du jeu eu d'arc 60490 0 Margny M sur Matz Fax : 03 44 42 51 61 biofruissec@online.fr

N

Produit issu de l'agriculture biologique certifié par ECOC CERT sas F-32600

640, 0, ru 0, rrue u d ue du jjeu je eu u d' d d'ar d'a d'arc 'a arc ar rc 60490 Margn Margny arg rg gn gny nyy ssu sur urr Ma u M Matz Fax : 03 44 42 51 61 biofruisec@online.fr

MJ

250 gr

A conso ommer de préférence de p éfé avant le :

640, rue du jeu d'arc 6 604 6 490 Margny sur Matz Fa ax : 03 44 42 51 61 bio biofruisec@online.fr

Ionisation …………. meilleure qualité de l’air (ions négatifs) Aromathérapie……. les bienfaits des huiles essentielles Bio* Humidification …… peau et système respiratoire apaisés Désodorisation……. Du fait du puissant mouvement de l’air Aseptisation………. élimine spores et micro-organismes grâce aux huiles essentielles Bio*

640, rue du jeu d'arc 60490 Margn Margny sur Matz Fax : 03 44 42 5 51 61 biofruisec@ uisec@online.fr e fr

640, rue du jeu d'arc 60490 Margny sur Matz Fax : 03 44 42 51 61 biofruisec@online.fr

Poids net :

CM

http://www.lovadoo.com http://www.mèrenature-revitalisor.com Société Mère Nature Tél : 06 47 999 309

*Disponible chez Mère Nature

© Clikéa • 06 09 63 48 30

26

La meilleure datte d’Algérie...

A consommer de préférence avant le : Produit issu de l'agricultu ure b biologique cer ertifié pa ar ECOCERT sass F-326 600

Nous avons vu lors d’un précédent numéro, une approche du fonctionnement de la femme et de la gestion des ses émotions selon le Tao et ses douze phases, ainsi que l’utilité pour la femme de se connecter à son Yin afin de vivre pleinement son authenticité de femme et vivre en harmonie avec l’homme. Aujourd’hui je vais développer les aspects Yin des Vertus (partie gauche du Tao) pour vous permettre de comprendre ce à côté de quoi, nous les femmes, passons la plupart du temps. Ce qui est aussi valable pour les hommes, mais de façon différente JOIE car ils sont pour leur part rattachés au côté COEUR : 11h - 1h Yang du Tao, donc plus au mental et à l’acDEVOTION tion. Ils ont ainsi beaucoup moins tendance RATE : 9h - 11h à se laisser aller dans leurs émotions. AMOUR Etant Yin de nature, la femme a un accès ESTOMAC : 7h - 9h direct au Yin, aux émotions profondes, au ressourcement. Cela lui donne une plus COMPASSION GI : 5h - 7h grande intuition et capacité de compréFELICITE hension de ce qui l’entoure, et par la même POUMON : 3h - 5h un grand besoin d’échange et de créativité.

Les six phases Yin du Tao

SOUMISSION FOIE : 1h - 3h

Pour maintenir ou retrouver ce côté Yin, cette partie intime d’elle même, la femme doit, avant toute chose, percevoir ses propres besoins et nécessités en dehors de toute influence extérieure. Et ce pour chaque contexte de sa vie. Ce qui lui permet de faire ses choix et à les définir. Cette phase a une correspondance directe avec le foie, qui selon les fondements de la médecine chinoise « dresse les plans ». Si les besoins et projets correspondent profondément aux vrais désirs de la femme, aux choix du cœur, ses énergies se mettent à circuler librement et ouvrent l’accès à la deuxième phase de son Tao. Si les choix sont dictés par des croyances, des références mentales ou d’autres personnes, cela crée en elle des tensions, des frustrations, des angoisses…. Là, l’accès à la deuxième phase du Yin est bloqué et l’énergie passe directement dans le côté Yang, dans le mental pour essayer de gérer les tensions et trouver une solution aux conflits intérieurs. Naîtra ainsi une instabilité émotionnelle lorsqu’on ne tient plus compte de ses besoins. Ce qui poussera la femme à s’appuyer en permanence sur un extérieur pour se rassurer. Elle perd ainsi son autonomie et n’est plus elle même. Alors que si la femme s’écoute profondément, elle prend conscience de sa place et de son importance et ne se laisse pas dévier de ses choix. Elle est conforme à elle-même et dans la deuxième phase du Yin, le bien-être s’installe ainsi que la perception de ses possibilités d’œuvrer et le besoin de s’ouvrir à autre chose. Cette phase, reliée au poumon « maître de l’énergie », favorise le ressourcement, et l’épanouissement corporel. Dans le cas contraire, tourne en rond, incapacité de passer à autre chose et étiolement guettent la femme. Dans la troisième phase, consciente de sa différence, la femme va s’ouvrir et s’adapter à la différence des autres. Tolérante, elle accepte les autres tels qu’ils sont, sans jugement, ni critique. La dualité commence à s’effacer, il n’y a plus de comparaison, on ne peut plus refuser le Tout car on en fait partie. Sans cette conscience, la femme se compare, jauge et rejette les autres par peur de cette différence qui peut être prise pour une supériorité. Et l’on fait vite le rapprochement avec les blocages du gros intestin rattaché à cette phase du Tao. La compréhension que tout ce qui est en elle vient du TOUT amène le besoin d’échanger dans la phase suivante, en ouvrant son cœur avec constante et fiabilité dans ses relations. Associé à l’estomac, celui-ci sera, par notre façon de manger, le reflet de notre capacité relationnelle et d’échange dans la vie de tous les jours. Cet amour envers les autres crée ainsi en soi une reconnaissance de tous les bienfaits reçus. La femme est en gratitude envers tout ce qu’elle possède et ne se fait pas de soucis pour sa destinée. Si elle ne perçoit pas tout ce qu’elle reçoit, elle tombe alors dans la comparaison. Les autres ont plus ou mieux qu’elle, et arrivent les sen-

timents d’injustice et de fatalité. En relation avec la rate en énergétique chinoise, le blocage de cette phase par de tels sentiments, ralentit la fonction de montée de l’énergie pure tirée des aliments. Ceci favorise notamment l’accumulation du trouble dans le corps, ou mucosités, que l’on peut très vite rapprocher à l’image de la prise de poids ou de la cellulite. Et ce qui normalement devrait ouvrir à la satisfaction, la joie et la pleine jouissance de ce qu’elle est profondément et de tout ce qu’elle vit dans la dernière phase du yin, dans le tao inverse aboutit à l’insatisfaction et la perte complète de spontanéité . En liaison avec CONNAISSANCE le cœur et les vaisseaux sanguins, leur bon ou mauvais IG : 1h - 3h fonctionnement manifestent notre état émotionnel et SAGESSE mental dans cette phase. VESSIE : 3h - 5h LUCIDITE REIN : 5h - 7h

Les répercussions sur les six phases Yang du Tao

Les trois premières phases yang du Tao correspondent à notre mental, notre capacité d’analyse et notre vision de ce que l’on est et de ce que l’on JUSTICE TR : 9h - 11h va pouvoir faire. Et les trois dernières sont directeDON DE SOI ment liées à nos attitudes dans l’action. VB : 11h - 1h Si la femme arrive à maintenir la connexion à son côté Yin, aux vertus Yin du Tao, et à cette partie intime d’elle même, elle a aussitôt accès dans le yang, à la compréhension de sa place, de son importance et de ses capacités de mise en œuvre. Elle n’a alors aucun doute sur ce qu’elle a à faire et sera déterminée et juste avec elle-même dans ses actions. Et pour finir, n’aura aucune attente quant au résultat de celles-ci, ce qui la reconnectera tout de suite à son Yin. La recherche de résultat ou de profit, que ce soit au travers d’une pensée, d’une parole ou d’une action coupera l’accès au Yin en bloquant l’énergie du foie et en relançant le Tao par le mental, soit directement par la septième phase. La femme ne s’appuie plus sur elle, mais sur des références extérieures ou des croyances. D’où un engrenage duquel elle aura du mal à sortir. Ainsi le bon déroulement du Tao de la femme et le bon enchaînement de ses phases dépend étroitement de sa capacité à rester connectée à son Yin. C’est ce qui lui donne intuition, force et stabilité intérieure. Face aux autres elle peut ainsi garder son autonomie et dans son couple sera le pilier de la cellule familiale, en ayant toujours conscience à la fois de ses besoins et de ceux qui l’entourent. Elle vit ainsi en harmonie dans tous les paramètres de sa vie, dynamisant en elle les énergies du Ciel et de la Terre, afin d’exprimer pleinement son mandat Céleste. FORCE MC : 7h - 9h

©

Les soins et formations en Tao Energétiques sont dispensés au sein de l’Espace Yi Tao. Ségolène VOIZARD, Enseignante et thérapeute en Médecine du Tao, Directrice de l’Ecole Yi Tao. Espace Yi Tao - 2 rue Alfred de Musset - 30320 MARGUERITTES - Tel : 04 66 75 55 99

27


BIEN-ÊTRE

BIEN-ÊTRE

Bio dans le corps, mais aussi bio dans l’esprit

L’ostéopathie...juste pour le corps ?

Christian Samuel Hanemann, créateur de l’homéopathie au XVIIIe siècle a fait écrire sur sa pierre tombale : « il y a deux trésors dans la vie : une santé sans faille et une conscience sans reproche ». La médecine globale est une réponse au premier point et la foi pour le second.

L’ostéopathie repose à l’origine sur des bases rationnelles. Son fondateur, A.T. Still, mit à jour des concepts aujourd’hui validés par la science. Il puisa également dans l’irrationnel pour donner du sens à certains faits pratiques. En bon empirique il remarqua que ce qu’il découvrait ne pouvait être expliqué uniquement par une logique cartésienne. Cette forme de courage et d’honnêteté intellectuelle perd pied de nos jours depuis la reconnaissance de l’ostéopathie. L’institutionnalisation de ce secteur autrefois beaucoup plus libre, oriente l’enseignement vers un strict cadre rationnel. Ainsi, certaines approches, pratiques et techniques, se perdent au détriment d’une vision plus mécaniste de l’homme. Les praticiens attentifs mesurent néanmoins bien vite dans leur cabinet que tout ne se passe pas comme prévu dans le « manuel du bon ostéopathe ». Ceux qui se mettent à chercher découvrent alors une réalité plus complexe, mais aussi plus rassurante !

L’homme n’est pas une machine

Notre corps n’est pas une machine. Ce n’est pas un empilement d’os et de muscles. Nous sommes des êtres de subjectivité, pétris d’affects, influencés par notre environnement. Cette sensibilité, si elle siège symboliquement au niveau du cœur, est en fait « engrammée » PARTOUT dans le corps. Bien-sûr, certaines zones sont plus réceptives, et parfois très sensibles aux émotions (gorge, plexus, intestins…). Néanmoins, aucun tissu humain n’est uniquement fonctionnel et tous sont remplis de contenu symbolique propre à chaque culture, religion, croyance, époque et sujet. Personne ne se blesse le corps avec un total détachement, comme s’il s’agissait d’un morceau de tôle de voiture : toute atteinte du corps vient toucher le sujet au plus

©

profond et lui « fait quelque chose ». Regardez les enfants comme ils sont émus et impressionnés à la perte de la 1re dent, ou à la vue des gouttes de sang qui perlent d’un petit bobo. Certains adultes endurcis prétendent que leur corps n’est qu’ « utilitaire » et que telle blessure ou maladie leur est indifférente. Ceux-là sont dans une illusion et une souffrance inconsciente. Ils répètent les maltraitances de leur enfance (souvent issue de la « violence ordinaire ») car ils ont dû apprendre très tôt à serrer les dents, face à une société qui broie les enfants tellement elle ne connaît pas et ne satisfait pas leurs besoins.

L’homme sensible

La réalité de l’adulte sensible est différente. Toute perturbation émotionnelle va se manifester dans le corps, et vice-versa. Comment pourrait-il en être autrement ? L’émotion n’est pas logée dans une case isolée du reste du corps. Elle n’est pas séparée mais fondue, diluée, présente dans CHAQUE cellule. J’entends déjà les commentaires de certains. « Il n’y a rien à dire ou expliquer si j’ai glissé sur une plaque de verglas, si j’ai attrapé un virus qui se promenait ou si une voiture m’a foncé dessus : ce n’est que le hasard ! Quand bien même ces événements surviennent malgré nous, ils ont pour chacun un sens particulier, ils arrivent à un moment caractéristique, à un endroit qui n’est pas anodin, d’une manière qui « fait sens », pour peu que nous prenions le temps de poser ce regard particulier sur notre histoire.

Notre société moderne a concentré ses efforts sur le matérialisme et la technicité en négligeant dangereusement l’humain dans sa dimension spirituelle. Je vois d’année en année l’impact sur le mental de mes patients. Concentré sur des critères de performance et de résultats, la consommation de temps pour y parvenir et de produits alimentaires transformés entraîne des comportements sur l’hygiène de vie de plus en plus néfastes. Et lorsque ce mode de vie est revu à la baisse ou entaché par le spectre de la crise, comme en ce moment, la dimension spirituelle n’est pas là pour donner un sens et une autre direction. Cette idée de lien entre le physique et le moral « mens sana in corpore sano » ne date pas d’aujourd’hui. Plus encore, c’est Hildegarde de Bingen, moniale bénédictine du Moyen-Age, qui expliquait que la maladie était une déficience de la foi suivie d’erreurs de comportement. La mauvaise santé, ce n’est pas être victime face à une maladie, mais simplement le reflet d’un déséquilibre vital. L’origine de ce déséquilibre est multifactorielle. Tout part en premier du haut, c’est-à-dire de l’état mental (objectif de vie désiré) et de l’état émotionnel vécu (ressenti positif ou négatif) qui engendre un comportement de compensation. Ce sont les effets répétitifs de ce comportement compensatoire qui, en dernier, auront des conséquences positives ou destructrices sur le physique. Par conséquent, agir sur le symptôme ne résout pas totalement le problème. Il faut remonter à la source du symptôme, tout d’abord, en étant à l’écoute

du patient et en décodant la symbolique de son comportement. Quand une personne fait « tomber la salière » sur ses aliments, il faut comprendre ce que cette personne compense en commettant cet excès qui, par persistance, aura des conséquences néfastes sur sa santé. Pour ma part, la symbolique des remèdes m’a montré le bien-fondé de l’existence d’une grille universelle des mécanismes de vie, que ce soit l’Ayurveda, la médecine traditionnelle chinoise voire même la kabbale ! Par exemple, il est étonnant de voir la réaction de certains de mes patients qui aiment un peu trop le sel à qui j’ai demandé à la manière d’un psy de me parler de leur rapport au père se mettre à pleurer spontanément ! En alchimie, comme en photo, le sel fixe la lumière. La lumière vient du soleil (le père). La lumière est la relation entre le père et son fils. En homéopathie, par exemple on le vérifie avec Natrum muriaticum (sel de mer) comme remède émotionnel pour ce profil psychologique. C’est un exemple parmi tant d’autres qui nous montre que le mal, ce n’est pas « l’autre » mais un prolongement du sens que l’on met à sa vie, d’inconnaissances de ce qui est vrai et des conséquences engendrées par le comportement qui en découle. ©

Aujourd’hui, la médecine allopathique répond de moins en moins aux maladies chroniques ou dégénératives. Alors une fois saturé par le chimique, on se tourne de plus en plus vers le bio. C’est bon pour le corps ! D’accord, c’est une prise de conscience honorable mais soyons bio aussi dans notre esprit, dans notre façon de penser la vie. L’ère du Verseau sera spirituelle, certes ! Mais en réconciliant, et plus encore, en acceptant la prédominance de l’esprit sur la matière et non l’inverse ! Thiery Morfin (th.morfin@gmail.com)

L’ostéopathe sensible

Tout ceci conditionne la compréhension de la santé : La moindre vertèbre bloquée est vue sous un jour nouveau. L’ostéopathe qui partage cette vision de l’homme ne regarde plus le patient comme un ensemble d’os et de muscles à régler, mais comme un être vulnérable, délicat, avec lequel il doit engager une relation de qualité. C’est ce lien qui permet, par la confiance et la détente installées, d’honorer la véritable dimension de la blessure ou de la douleur. Le muscle tendu, les intestins spasmés, ces organes représentent et disent quelque chose en se mettant à dysfonctionner. Ils SONT le sujet. Ils sont l’intelligence animale du corps, qui trop souvent capitule devant la croyance que tout est réductible aux contingences de la rationalité. Progressivement, s’il est abordé, touché et manipulé avec soin, le sujet sentira qu’il « se passe quelque chose». Dans le meilleur des cas, il trouvera du sens à ce qui lui arrive et ce faisant aidera son corps, enfin reconnu dans ce qu’il vit intimement, à se défaire du symptôme devenu inutile. Sinon, la compréhension ajustée de l’ostéopathe « parlera directement » aux tissus qui une fois « entendus » pourront se relâcher et recouvrer la santé.

5

Je vous conseille donc de choisir un ostéopathe attentif, sensible, qui prend soin de vous sur la table, vous garde un temps suffisant, et avec lequel vous vous sentez véritablement écouté et exister…en tant que sujet ! ©

Site : www.echirion.fr

Pierre Goett www.osthéopathiepourtous.com

28

29


SPIRITUALITé

VOYAGE

Une messe Gallicane pour les Animaux

Entre mer et montagnes, le Pélion sublime la Grèce Située à l’extrémité sud de la péninsule des Balkans, la Grèce vous attend avec ses paysages, son histoire, sa musique, son humour, sa cuisine et la qualité de cœur de ses ressortissants. N’oubliez pas que par le passé, ce peuple acceuillant fut le berceau de la politique, de la démocratie, du théâtre dramatique, des jeux olympiques et de beaucoup d’autres choses à découvrir sur place.

Vous savez l’intérêt que nous portons aux animaux, aussi lorsque nous avons appris qu’une église parisienne célébrait une messe à leur attention, nous lui avons rendu visite. Cette église très particulière où les animaux sont à l’honneur est située au 27, rue François Bonvin dans le 15ème arrondissement de Paris. Elle est devenue la Cathédrale de l’Eglise Catholique Gallicane de Paris dont Mgr Dominique Philippe est l’Archevêque PRIMAT. Les messes y sont célébrées en accord avec l’esprit Gallican et à la liturgique de la messe catholique traditionnelle de Saint Pie V.

Petit historique de l’Eglise Gallicane

Gallican venant de Gaulois, l’église gallicane est d’origine française. Respectueuse de la papauté, cette église a par le passé établi certaines différences avec l’église de Rome. Tout en ne contestant pas le pouvoir spirituel du pape mais seulement son pouvoir temporel, elle a exprimé une farouche volonté à prioriser l’indépendance des évêques de France, réunis en concile. Dans la pratique, cela s’est traduit par la nomination des évêques français par le roi de France. Désirant résister à la curie romaine, cette tradition bien gauloise, a prit le nom de Gallicanisme. La doctrine s’est affirmée avec l’opposition de Philippe le Bel (1268-1314) au pape Boniface VIII. Puis de nombreux épisodes similaires ont illustré l’histoire de France. Au XVII ème siècle, Bossuet, alors évêque de Meaux, devient un grand ambassadeur de ce courant. En 1682, il rédigea les célèbres «quatre articles » approuvés par l’assemblée des évêques de France. Louis XIV adhéra à la pensée gallicane. C’est ainsi que Bossuet et Louis XIV marquèrent la belle époque de cette église. Soucieux de rétablir un certain équilibre civil, Napoléon Bonaparte signa le déclin du gallicanisme en négociant le Concordat avec le pape Pie VII. On voit alors l’apparition de « la petite Eglise » où siègent les survivants de l’esprit gallican.

Les bienfaits de Sainte Rita

Il semblerait qu’un autre phénomène anime cette église ? Une émission de TMC a révélé des actions miraculeuses octroyées par Sainte Rita. En effet, beaucoup de témoignages de satisfaction émanant de personnes qui ont prié la patronne des causes désespérées attestent des bienfaits de cette Sainte. Alors, peut-on parler de miracle ? La réponse se trouve plus bas, dans l’entretien avec Monseigneur Dominique Philippe.

La messe des animaux

Chaque année, Monseigneur Dominique Philippe dédie une magnifique messe aux animaux. Nous l’avons interviewé sur le sujet. Planète Actualités : Pourquoi le culte de Sainte Rita ? Monseigneur Dominique Philippe : Parce que, quand j’étais môme, j’étais malade et je ne pouvais pas marcher. Le toubib ne savait pas ce que j’avais. Alors ma mère en parla à une vieille copine qui lui dit : « tu devrais aller à Vendeville (Nord), c’est un lieu de pèlerinage dédié à Sainte Rita » Chose que ma mère ne tarda pas à faire et, un mois après, je marchais normalement et tout allait bien. PA : Et après qu’avez-vous fait ? MDP : Quand j’ai grandi, je suis entré dans un monastère, chez les moines bénédictins, puis j’ai intégré le séminaire. Je me suis alors promis que si je devenais prêtre, j’ouvrirai un culte à Sainte Rita. Quand je suis arrivé à Paris, en 1974, je n’avais pas d’église et j’ai du louer une église américaine pour faire mes messes. Puis j’ai occupé, moyennant finances, plusieurs locaux pour en faire des chapelles. Et, un soir alors que je rentrais chez moi, J’ai reçu un coup de fil de suisse me disant, il paraît que vous chercher une église ? Je l’occupe aujourd’hui. PA : Pourquoi une messe pour les animaux ? MDP : J’aime les animaux. J’ai un chien, des oiseaux, un lama, des tourterelles, un poney, etc. L’histoire a commencée lorsque dans la matinée, les gens venaient mettre un cierge. Ils étaient obligés d’attacher leurs chiens à la grille. Voyant ses petites créatures gémir pour appeler leur maître, un jour je leur ai dit, « venez avec votre chien ». Ça c’est su dans le quartier et, le bouche à oreille aidant, de plus en plus de personnes sont venues avec leur animal. C’est alors que j’ai réuni mes prêtres en leur proposant de célébrer une messe de Saint François d’Assise dédiée aux animaux.. Et là, ce fut le succès avec pas moins de cinquante chiens et chats. Puis les médias en ont parlé et maintenant, on a près de 800 animaux, des chevaux, des chameaux, des poneys, des petits sangliers, des cochons, etc.

PA : Durant la messe, y-a-t-il une omélie particulière ? MDP : Oui bien sûr et chaque année je change, l’année dernière c’était sur la corrida, il y a deux ans, c’était l’abandon et cette année se sera sur la souffrance. PA  : Contrairement à ce que disait Descartes qui affirmait que les animaux n’ont pas d’âme, pensez-vous qu’ils en aient une ? MDP : Bien évidemment, ce sont des créatures de Dieu, puisque Dieu a tout créé. J’ai même trouvé des bouquins de Bossuet (grand ambassadeur du Gallicanisme) qui parle déjà de l’âme des animaux et de la messe des animaux. Des personnes me demandent souvent si les animaux vont au paradis. Je leur réponds que oui, mais qu’ils vont au paradis des animaux. PA : Pourquoi le paradis des animaux. N’y a-t-il pas qu’un seul et unique paradis ? MDP : Oui, il ne devrait y avoir qu’un paradis mais si on regarde bien les textes… Ah, les textes ! Une fois, Henri Tisot m’a rendu visite et m’a dit : « si je retrouve mon chien au paradis, c’est qu’il y a un paradis. Si je ne le retrouve pas, c’est qu’il n’y a rien ». J’ai trouvé ça très bien. PA : Par rapport à l’émission passée sur TMC*, il semblerait qu’il y ait un coté miraculeux dans votre église. MDP : Le coté miraculeux ? Bon, il n’y a pas besoin d’épiloguer, c’est celui de la foi ! Vous savez, il y a trois catégories de personnes qui fréquentent l’église. Tout d’abord, on trouve ceux qui viennent pour la messe en latin, puis il y a ceux qui viennent pour prier Sainte Rita et les troisièmes viennent pour exprimer leurs suppliques à l’avocate des causes désespérées parce qu’ils sont dans la souffrance et/ou malades. Quoi qu’il en soit, les gens qui nous rendent visite viennent de toute la France pour prier intensément, ils ont la foi. Et quand on a vraiment la foi, tout peut arriver. PA : Donc, le coté miraculeux est du à la prière ? MDP : Oui, les vœux ne s’exaucent pas comme ça, il faut croire et prier intensément. Par contre, une chose est sûre, on a beaucoup de témoignages de remerciements. Certains vœux sont exaucés. PA : Peut-on parler d’un lieu miraculeux ? MDP : Ah ! La Vierge Marie ne m’est toujours pas apparue. J’aimerais bien ! Pour tout vous dire, je ne fais pas des chapelets tous les jours, mais je crois et je prie énormément. Quand je suis arrivé à Paris, je n’avais pas de quoi exercer mon culte. J’ai prié abondement et la providence s’en est mêlé. Il s’est toujours produit quelque chose de bénéfique. C’est pour cela que je pense que, si vous priez pour les gens qui souffrent ou pour vous-même si vous souffrez, il ne sera pas étonnant que vous obteniez un résultat. Ce qui compte, c’est l’intensité de la prière. Et, si le miracle doit arriver, il arrive. Beaucoup de gens viennent me voir pour qu’on les aide, souvent parce qu’ils pensent ne pas savoir prier, ou pour renouer avec la croyance. Je leur parle du bon Dieu. Le Seigneur me fait des petits clins d’œil car j’ai souvent des flashs, des visions sur les souffrances de certaines personnes. Et alors, je les aide dans leur malheur. PA : Il paraît qu’on menace de détruire votre église pour reconstruire autre chose ? MDP : Oui effectivement, vous pouvez voir le panneau de démolition à l’extérieur. Mais, suite à plusieurs recours, il semblerait qu’elle ne soit pas détruite. L’avenir nous le dira. Prions ! *Emission Zone- paranormale diffusée le 25 Avril sur la chaine TMC

30

Pour des vacances inoubliables, visitez le Pélion, une cachette grecque du pays des Centaures « Îles du Monde », tour opérateur spécialisé dans l’organisation de « voyages rares » à travers de nombreuses îles de la planète, vous propose de tomber sous le charme du Pélion, l’une des dernières cachettes grecques essentiellement fréquentée par les Grecs. C’est dire l’authenticité de ce lieu qui n’a pas été sacrifié à l’autel de l’uniformisation. En partance des routes de l’est d’Athènes, cette destination encore méconnue vous permettra de découvrir, au fil de votre trajet, le site de Delphes et les Météores pour finalement arriver à destination, le pays des anciens Centaures. Retour à la mythologie garanti au milieu de belles montagnes verdoyantes où jadis le Centaure Chiron fut le mentor d’Ulysse. Entre Athènes et Thessalonique, vous admirerez la presqu’île du Pélion qui s’avance sur la Mer Égée, face aux Sporades. Entre les genêts et les oliviers, les maisons aux toits d’ardoise attirerons votre attention par leur échelonnement spectaculaire en pleine montagne des Centaures, de Jason et des Argonautes. L’hiver, la neige n’hésite pas à s’inviter. Cette région est l’une des plus belles de Grèce avec son architecture unique, son histoire, ses sublimes paysages, sa grande variété d’arbres fruitiers, ses oliviers et son ambiance particulière. C’est le verger et le potager de la Grèce. Vous y découvrirez de jolis villages traditionnels perchés dans les hauteurs. Ces bourgades affichent des maisons en pierre et en bois alliant une architecture unique, dans le plus pur style ottoman ou grec classique du XIXème siècle. Ici, rien n’a changé depuis deux siècles. Dans l’un de ces villages situé sur le flanc du mont Pélion, le Despotiko, un bel hôtel douillet de style ottoman d’une quarantaine de chambres avec vue au loin sur le golfe de Pagasitikos vous attend. Vous pourrez y séjourner et y passer quelque délicieuses nuits tout en vivant au rythme des petits villages avec de belles balades dans les montagnes et de superbes baignades dans les torrents en perspective. Juste un peu plus bas sur la côte, des farnientes dans les criques sauvages vous procureront un ressourcement sans pareil. A vous l’ambiance des tavernes dans les petits ports, le bruit du vent dans les mâts des barques de pêche, l’ouzo et le poisson grillé, le tout au son de quelques notes de bouzouki. Pour les baignades, deux choix s’imposent, la mer d’Egée qui offre sa beauté sauvage et la baie de Pagassitikos, riche de ses splendeurs. Bordées d’hêtres et de pins, les côtes déchiquetées et entrecoupées de petites baies bien cachées vous proposeront des plages de sable blanc aux eaux turquoises. Bien au calme, le Pélion n’est jamais saturé. De chaque côté, il offre des bords de mer et une douzaine de beaux villages riches en tavernes.

Deux autres endroits fabuleux à découvrir sur la route Lors du trajet qui vous mène d’Athènes au Pélion, deux incontournables sites vous attendent, il s’agit de Delphes et des Météores. Delphes À deux heures d’Athènes, la ville est sublime avec ses deux grandes rues principales agrémentées de restaurants, de boutiques et d’hôtels.

31

Sa célébrité, ce petit village la doit aussi à son site archéologique qui lui a valu le surnom de « nombril du monde ». Adossé au mont Parnasse, le sanctuaire d’Apollon domine la vallée parsemées d’oliviers et les eaux azurées de la baie d’Itea située en plein golfe de Corinthe. Jusqu’au IIIème siècle après JC, ce sanctuaire était respecté et ses richesses très convoitées. Puis la disparition de la religion païenne du IIIème siècle entraîna son déclin. Ce n’est qu’au XIXème siècle que le site réapparaît avec, en 1893, le gigantesque chantier archéologique de l’école Française d’Athènes. Depuis les fouilles continuent toujours. Les météores Cet incroyable ensemble de « pics rocheux » sculptés par l’érosion abrite des monastères orthodoxes en nid d’aigle pour,... prier au plus près de Dieu. Impressionnant et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, les météores sont des cadeaux divins. Etablies au XIème siècle, ces 24 bâtisses haut-perchées servaient auparavant de refuge et ce n’est qu’à partir du XIVème siècle qu’elles évoluèrent en monastères. La plupart des demeures abritent des chapelles aux mûrs décorés de fresques avec des bibliothèques remplies de manuscrits précieux. De nos jours, six constructions abritent encore des moines. Mais les météores, c’est aussi les sculptures rocheuses façonnées de manière unique dans le grès. Depuis leurs sommets, un panorama exceptionnel emplira vos yeux de bonheur. Si depuis longtemps la Grèce vous fascine et que depuis toutes ces années vous n’avez pas osé ou tenté le voyage, c’est aujourd’hui que la décision doit être prise. Christian Pinson avec l’aide de sophie.victor@voyages-tdc.com ou infos@ilesdumonde.com site web : www.ilesdumonde.com


OFFR

E SPÉ “Lecte C urs de Planète IALE Actuali tés” remise d e pour to ute co mman Code de p romo: *Valab PA007 le jusq u’au

10%*

15/08/2

012

Spécialiste du dos et des produits pour le bien-être

LE MIEUX VIVRE AU QUOTIDIEN ARTICULATIONS

STRESS

À BASE D’AMBRE

Chi Machine

Tee-shirt avec ambre

Deprescaps

Harpagophytum

Bande cheville, ceinture lombaire, baume...

SOMMEIL

Bouillotte de tourbe cervicale Oreiller Ergoform

Oreillers d’épeautre et laine

Couettes en laine ou coton bio

Sommeil

Soulagez votre cervical

Draps de cuivre

RC Paris 334100153

Patch Détox

Purificaps et/ou Détoxifort

DÉTOX

L’eau dialytique de Slackstone II

La chromathérapie

PA007

Articaps

ET AUSSI...

VITALITÉ

Plateau Bioceram

Baume rouge

Les eaux florales

s u Lotu ition d le à tous! s o p La sib acces enfin

Germoirs

N’hésitez pas à demander notre catalogue, il est gratuit!

La santé par les plantes

Le Dos Agile, 843 rue des bruyères, 45200 Amilly - Tél.: 01 45 81 05 14 - contact@dosagile.com

www.dosagile.com

Planète Actu n°14  

Le magazine qui parle de ce qui nous entoure

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you