Issuu on Google+

Un syndicalisme de solutions ÉLECTIONS CHAMBRES D’AGRICULTURE 2013

NOUVEAUX DÉFIS, NOUVEAUX COMBATS

FAISONS ENSEMBLE LE CHOIX DE L’AVENIR

Fiers de notre métier, nous avons des raisons d’avoir confiance en l’avenir : l’agriculture est un gisement de croissance, une solution, certainement pas un problème ! Pour saisir ces opportunités, l’agriculture de l’Oise dispose d’atouts essentiels : sa diversité et les savoir-faire, les talents, le professionnalisme des femmes et des hommes ayant choisi ce métier. Mais, pour que chaque agriculteur puisse tirer les bénéfices de ce potentiel de croissance, nous agissons pour ne pas subir, pour nous faire entendre et être écoutés : manifester notre refus par des actions syndicales fortes quand des décisions mettent en danger l’avenir de notre métier ; proposer des solutions pour que chacun d’entre nous puisse être acteur de cette croissance et en bénéficier. C’est dans cet esprit que nous proposons à tous les agriculteurs et agricultrices notre projet pour l’agriculture de l’Oise. Un projet destiné à orienter l’action de la Chambre d’agriculture, acteur majeur au service du développement agricole de nos territoires, durant les 6 prochaines années. Le président de la FDSEA 60 Luc Smessaert

Le président de JA 60 Nicolas Caron

« En janvier, je vote pour Fdsea60 - JA60 ! »


NOTRE MÉTIER, C’EST PRODUIRE La croissance démographique annoncée se traduira par un doublement de la demande alimentaire mondiale d’ici 2050. Avec la biomasse, l’agriculture dispose de cartes maîtresses pour produire de l’énergie renouvelable et capter le CO², clés de la lutte contre l’émission de gaz à effet de serre. Nous avons donc une chance et une obligation : produire pour nourrir le monde et répondre aux attentes plurielles des consommateurs. Nous voulons inscrire résolument nos exploitations dans la croissance : une croissance durable - économique, sociale et environnementale - qui crée des emplois et qui ouvre des perspectives à long terme pour les producteurs, les territoires et la société.

Pour produire, il faut revenir au bon sens en matière d’environnement

Pour produire, il faut des jeunes qui s’installent

‚ Lorsque les mesures qui nous sont imposées sont incohérentes sur le plan agronomique ou économique, sont sources de complexité aberrante et parfois même se télescopent les unes avec les autres, nous saurons faire connaître les lignes rouges qui, pour nous, sont infranchissables. Oui, nous sommes résolument engagés pour que l’agriculture évolue, pour qu’elle produise plus et mieux. Non, l’agriculture ne sera pas le jardin récréatif dont certains rêvent. ‚ Il est urgent de remettre de l’intelligence et du pragmatisme dans les décisions politiques pour concilier performance économique et performance environnementale. La science agronomique, l’innovation et le progrès doivent être réhabilités.

‚ Nous sommes pour conforter l’installation et le développement d’exploitations familiales, viables, vivables et transmissibles. ‚ Il est impératif de donner aux jeunes qui s’installent de la visibilité et des perspectives. La politique agricole doit être garante d’un cadre stable qui permette le développement de projets. ‚ Les futurs agriculteurs ont besoin d’une politique d’installation incitative et cohérente qui accompagne l’ensemble des porteurs de projets. Cette politique doit comporter un volet ambitieux d’accès au foncier facilité pour les jeunes. Dans cet esprit, il est nécessaire d’anticiper les transmissions d’exploitations.

Pour produire, il faut stopper le gaspillage des terres agricoles

Pour produire, il faut libérer les énergies et les projets

‚ Perdre près de 600 ha par an dans l’Oise, ce n’est plus acceptable. Nous demandons des règles d’urbanisme qui respectent l’activité agricole. ‚ Nous devons être acteurs des décisions et systématiquement associés, avec toute la place qui nous revient, dans les instances de gouvernance. ‚ Nous affirmons que protéger le foncier, c’est protéger la biodiversité. La terre agricole est non renouvelable et fragile. Il faut la préserver. ‚ Nous ne sommes pas opposés, ni au développement économique, ni aux grands ouvrages, mais ces projets ne doivent, ni bloquer les exploitations agricoles (Canal Seine-Nord), ni être démesurés ou excessifs au regard des besoins.

‚ Simplifier doit devenir un maître mot. L’empilement

de mesures qui se chevauchent n’est plus supportable ; les délais d’instruction et de mise en œuvre doivent être réduits. Non aux contrôles tatillons qui ne tiennent pas compte de nos réalités quotidiennes ! ‚ L’adaptation, la modernisation, l’investissement… bref la performance de nos exploitations doit être soutenue. ‚ Pour le développement des énergies renouvelables, nous exigeons un cadre stable et ambitieux.

Pour produire, il faut des politiques qui reconnaissent le rôle stratégique de l’agriculture ‚ La Pac doit retrouver de l’ambition et conserver son rôle régulateur pour les marchés agricoles au bénéfice des producteurs et des consommateurs, aujourd’hui pénalisés par la dérégulation et la volatilité des prix et des revenus qui en résultent.

Produire, nous y travaillons chaque jour… www.fdsea60.fr

2

jeunesagriculteursdeloise@gmail.com


UN AVENIR POUR NOTRE MÉTIER ‚

‚ ‚ ‚

Une future Pac ambitieuse afin de développer l’agriculture de notre département et une mise en place progressive, indispensable afin de produire plus et mieux et de tenir compte des spécificités de l’Oise et de la diversité de nos productions Une politique dynamique d’installation des jeunes, qui assure la relève Des règles de bons sens en matière d’environnement La mise en œuvre des technologies les plus avancées afin de satisfaire le développement technique et économique des exploitations, en menant veille et expérimentation simultanément

NON à...

‚ ‚

OUI à...

La libéralisation débridée des marchés et au tout-pouvoir de la finance La perte, chaque année, de 100.000 ha de terres agricoles en France et de 600 ha dans l’Oise La complexité de règles et mesures en décalage complet avec nos réalités quotidiennes

L’accompagnement de l’installation Suite au transfert des missions de service public « installation » de l’Adasea à la Chambre d’agriculture en 2010 : • animation du PPP et mise en œuvre d’un programme installation-transmission au sein de la Chambre d’agriculture • organisation d’un accompagnement individualisé de l’instruction à la validation du plan de professionnalisation personnalisé • participation active aux dispositifs d’installation État et Région

L’agriculture de l’Oise, c’est • • • • •

3.000 exploitations professionnelles 4.200 chefs d’exploitation 5.480 salariés permanents 346.000 ha de SAU 120.000 bovins dont 28.000 vaches laitières

Le foncier dans l’Oise • • • •

Autonomie, aide à la décision et développement agricole

400 PLU en cours d’élaboration ou de révision, de nombreux Scot en élaboration La Chambre d’agriculture étudie attentivement les documents d’urbanisme Donne des avis pour l’intérêt général agricole afin de limiter la consommation du foncier Participe à la Commission départementale de la consommation des espaces agricoles

www.fdsea60.fr

3

La formation est un axe majeur de la Chambre d’agriculture de l’Oise : se former, c’est se préparer à l’avenir, mieux gérer son présent Groupes thématiques cultures, lait, viande, prospective économique… la Chambre d’agriculture de l’Oise au service de tous les agriculteurs

jeunesagriculteursdeloise@gmail.com


NOTRE TRAVAIL, C’EST POUR UN REVENU Doublement pénalisés par des prix volatils sur des marchés extrêmement concurrentiels et par des coûts de production qui s’envolent avec celui de l’alimentation animale et des intrants, nos revenus restent trop souvent insuffisants et plus que jamais instables. Agir pour notre revenu, c’est redonner de la valeur à notre métier.

Pas de revenu sans prix

Mettre en œuvre des outils pour gérer nos risques et sécuriser notre revenu

‚ Les prix alimentaires ne peuvent pas être la variable d’ajustement du pouvoir d’achat des Français.

‚ Les outils de gestion des risques sont plus que jamais

indispensables. Nous devons pouvoir anticiper la survenance d’aléas économiques, sanitaires ou climatiques. Afin de gérer au mieux nos exploitations, nous avons besoin d’outils permettant de stabiliser ou lisser notre revenu, protéger notre entreprise contre les risques et assurer sa pérennité en cas de coup dur. ‚ Nous demandons une amélioration de la fiscalité, tant pour financer les stocks à rotation lente, mais aussi d’approvisionnement (dont le fourrage), que pour permettre la constitution de provisions pour gérer les risques et maintenir la valeur ajoutée. C’est indispensable dans le contexte actuel de la volatilité des prix des matières premières.

‚ Le niveau des prix alimentaires à la consommation ne peut pas varier indépendamment de la réalité des coûts de production des produits agricoles : le travail de l’observatoire des prix et des marges doit être valorisé.

Un prix, ça se construit ‚ Le rôle et la place des producteurs doivent être reconnus et affirmés dans les filières. Pour s’affirmer comme des partenaires à part entière dans les négociations et ainsi peser davantage dans la construction des prix, leur capacité de négociation collective doit être renforcée. ‚ Nous voulons une valeur ajoutée des filières mieux partagée au profit des producteurs par plus de transparence et de loyauté dans les relations commerciales avec les grandes surfaces. L’État doit être le garant et sanctionner les pratiques abusives.

Redonner de la compétitivité aux filières ‚ L’enjeu de la compétitivité, c’est aussi être plus innovant, plus conquérant, créer de la valeur ajoutée… À cette fin, non seulement nous demandons une politique ambitieuse de recherche, d’innovation, de développement et de formation et déjà, nous sommes dans l’Oise clairement engagés dans ces démarches et notre territoire est en pointe (UTC, Institut LaSalle, la Ferme du futur, le pôle IAR...). ‚ Pour lutter contre le dumping social au sein même de l’Union européenne et dans l’attente d’un Smic européen, les filières agroalimentaires ont besoin d’une baisse du coût du travail pour maintenir l’emploi. Rappelons avec force que les filières agricoles et agroalimentaires, ce sont 3,5 millions d’actifs, le 2e employeur de France, le 2e employeur de l’Oise.

Pas de revenu sans baisse des charges ‚ Dans un contexte de crise, nous agirons pour défendre

les dispositifs fiscaux et sociaux obtenus par l’action syndicale : 3,8 milliards d’€ d’allègements fiscaux et 1,3 milliards d’€ d’exonérations de charges sociales par an. ‚ Nous refusons toute nouvelle charge plombant notre revenu ou créant de nouvelles distorsions de concurrence, particulièrement au sein de l’Union européenne. ‚ Avant toute nouvelle réglementation sociale, sanitaire ou environnementale, nous exigeons une évaluation de son impact économique et social.

Notre revenu doit refléter la valeur de notre métier www.fdsea60.fr

4

jeunesagriculteursdeloise@gmail.com


UN JUSTE REVENU POUR NOTRE TRAVAIL ‚

‚ ‚

Un poids renforcé des producteurs dans les filières, quelle que soit la taille de leur exploitation, face à une grande distribution qui tire nos prix vers le bas et une transformation qui se concentre Une baisse du coût du travail, arme contre le dumping européen et levier pour la création d’emplois Une politique forte en matière de recherche, d’innovation, de développement et de formation, atout de pérennité de nos métiers.

NON à...

‚ ‚

OUI à...

Des prix alimentaires variable d’ajustement du pouvoir d’achat du consommateur final Toute nouvelle charge pesant sur notre revenu ou créant de nouvelles distorsions de concurrence L’inflation de réglementations sociales, sanitaires ou environnementales

Porte-parole des intérêts du monde agricole et rural

Entreprises, références et marchés

Avec la Chambre d’agriculture, vos représentants FDSEA 60 et JA 60 représentent les intérêts économiques, sociaux et territoriaux de l’agriculture de l’Oise • Des porte-paroles sont désignés localement pour tout projet foncier • Des interlocuteurs sont présents sur tout projet environnemental, bassin d’alimentation, captage… • La Chambre d’agriculture en session adopte des avis qui expriment clairement les positions agricoles, par exemple contre l’extension des zones vulnérables

L’expérimentation, la vulgarisation, l’innovation sont des axes forts d’actions de la Chambre d’Agriculture de l’Oise • Les groupes de développement sont des lieux d’échanges, facteurs de développement local, de progrès, de diffusion technique, de réflexion • La Chambre d’agriculture, la FDSEA60 et JA 60 sont parties prenantes et acteurs de la Ferme du Futur : l’innovation dans l’Oise, c’est l’avenir • Production d’énergie à la ferme… la Chambre d’agriculture accompagne tous les projets • Assurer une veille et une prospective économique

L’élevage, une valeur ajoutée

Entreprendre et développer

Avec le programme élevage, la Chambre d’agriculture assure un développement technico-économique des éleveurs, l’identification des animaux, les activités équestres, un secteur important de notre économie départementale

www.fdsea60.fr

Conforter les groupes de développement et les initiatives locales afin de • accompagner les projets • mettre en valeur les initiatives • développer les nouveaux débouchés : agro-tourisme, produits fermiers, filières courtes

5

jeunesagriculteursdeloise@gmail.com


MIEUX VIVRE DANS NOS TERRITOIRES Nous jouons un rôle déterminant dans le dynamisme rural. Nous restons la colonne vertébrale de la vie de nos territoires. Pourtant, de plus en plus fréquemment, nous ressentons une certaine défiance de la société. Défiance quant à nos pratiques notamment. Nous avons également le sentiment d’être, comme tous les habitants de nos territoires ruraux, trop souvent considérés comme des citoyens de seconde zone dont les besoins en terme de santé, de services publics ou de nouvelles technologies seraient inférieurs aux autres Français. Sensibles aux conditions d’exercice de notre métier, mais aussi sensibles à notre relation avec nos concitoyens, nous revendiquons simplement d’être des citoyens comme les autres.

Les agriculteurs, des acteurs sur qui compter dans les territoires

‚ Assurer d’ici 2015 le déploiement effectif du très haut

débit pour tous les territoires qui n’y ont toujours pas accès et améliorer la couverture mobile 3G et 4G. ‚ Soutenir les acteurs associatifs et professionnels qui jouent un rôle crucial d’animation en milieu rural dans le domaine de la petite enfance, de la culture, des loisirs et de l’éducation… ‚ Développer la mise en place de points multiservices qui offrent des services marchands (alimentation, presse, tabac…) et assurent des missions d’intérêt général, Agence postale). ‚ Encourager le développement de tous les types de transport pour relier la campagne à la ville (ferroviaire, bus, covoiturage…) afin qu’aucun habitant du monde rural ne reste isolé et que les enfants d’agriculteurs ne soient pas pénalisés dans leur cursus scolaire du seul fait de leur éloignement des collèges et lycées.

‚ Nous participons à la gestion collective de la ressource en eau, à l’entretien des paysages, à la biodiversité… Notre rôle d’acteurs de la préservation de l’environnement et des ressources naturelles doit être reconnu. ‚ L’agriculture est source d’activités économiques et d’emploi sur tous les territoires : industries agroalimentaires, fournisseurs d’intrants et de matériels, prestations de services, tourisme, enseignement… Notre rôle d’acteurs de la vitalité économique des territoires et de l’emploi doit être reconnu. ‚ Nous participons à la vie de nos communes en nous impliquant dans leur gestion, en apportant des services et en contribuant à la vie culturelle et associative. Nous sommes également des interlocuteurs incontournables pour la gouvernance de nos territoires. Notre rôle d’acteurs dans la société, corps intermédiaire interlocuteur du monde politique, doit être reconnu.

L’équité des droits sociaux ‚ L’objectif d’une retraite minimale à 75 % du Smic n’est

Une indispensable égalité d’accès aux services en milieu rural

toujours pas atteint. C’est insupportable, alors même que ce minimum est prévu par la loi… Comme tous les assurés sociaux, notre retraite doit être calculée sur les 25 meilleures années et non plus sur la totalité de notre carrière. ‚ Nous poursuivons notre combat en faveur de l’accès des conjoints aux droits économiques. Après avoir obtenu qu’ils puissent bénéficier de la retraite complémentaire obligatoire, nous revendiquons la mise en place des droits gratuits de retraite, juste reconnaissance du travail effectué dans les exploitations. ‚ La santé et la sécurité des femmes et des hommes qui travaillent en agriculture sont un sujet primordial. Les politiques de formation et de prévention contre les risques inhérents à nos métiers sont à conforter et à développer.

‚ Lutter contre les déserts médicaux : mise en place d’un système de péréquation entre les territoires, développer les maisons de santé pluridisciplinaire, inciter les étudiants en médecine à s’engager à pratiquer en zone rurale…

Citoyens comme les autres, les agriculteurs ont droit à leurs droits www.fdsea60.fr

6

jeunesagriculteursdeloise@gmail.com


AGRICULTEURS, ACTEURS ET CITOYENS ‚ ‚

‚ ‚

Une meilleure reconnaissance de notre rôle : source d’activité économique, préservation de l’environnement, interlocuteurs privilégiés dans les territoires Une action efficace pour faire reculer les déserts médicaux et scolaires (la Picardie est la région française dans laquelle la densité de médecins généralistes est la plus faible en France avec 297 généralistes pour 100.000 habitants) Une égalité d’accès à la mobilité, au haut très débit, aux services publics L’amélioration des droits sociaux : retraite minimale à 75 % du Smic, parité hommes/femmes, l’extension aux agriculteurs du régime d’indemnités journalières

NON à...

Des campagnes de seconde zone

La Chambre d’agriculture de l’Oise • •

La Chambre d’agriculture de l’Oise

Force de proposition auprès des collectivités pour répondre aux enjeux de développement économique et environnementaux L’expertise technique des conseillers pour des études de gisements de production, d’environnement… et l’élaboration de plans d’actions

• •

Acteur sur le terrain Interlocuteur économique et politique des pouvoirs publics, des collectivités territoriales, des Chambre de commerce et de métiers…

« Tous les six ans, les pouvoirs publics évaluent la représentativité de la FDSEA et des JA en fonction des résultats des élections à la Chambre d’agriculture.C’est cela le deuxième enjeu de ces élections. Aussi, il nous faut obtenir un très fort taux de participation et un très grand nombre de voix pour la FDSEA 60 et les JA 60, afin s’assurer une défense professionnelle forte pour les six années à venir. En période de crise, face à des règles environnementales tatillonnes, des contraintes nouvelles et un risque de diminution du soutien à l’agriculture, ne dispersons pas nos voix.»

VOTEZ ENTRE LE 21 JANVIER ET LE 31 JANVIER 2013

VOTEZ POUR UN PROJET AU SERVICE DE FEMMES ET D’HOMMES FIERS DE PRENDRE LEUR AVENIR EN MAIN, FIERS DE LEUR MÉTIER www.fdsea60.fr

OUI à...

VOTEZ FDSEA 60 ET JA 60 ! 7

jeunesagriculteursdeloise@gmail.com


NOS 21 PRIORITÉS POUR L’AGRICULTURE DE L’OISE n Évaluer l’impact économique, technique et social de toute nouvelle règlementation sanitaire ou environnementale

n Promouvoir la formation continue, complémentaire de la formation initiale en s’assurant qu’elle réponde aux besoins de la profession

n Protéger le foncier agricole par une action déterminée, concertée et de terrain avec les agriculteurs et l’ensemble des acteurs afin de réduire la consommation excessive des espaces agricoles

n Imposer à la grande distribution de répercuter la hausse des charges

n Compenser plutôt qu’indemniser les pertes de foncier et reconnaître les pertes de l’Oise induites (biodiversité, emploi...) dans un fonds départemental pour le développement et l’innovation n Mettre en œuvre une politique de l’eau quantitative (stockage) et qualitative (protection des masses d’eau) compatible avec le développement de la production agricole n Défendre une future Pac ambitieuse pour développer l’agriculture de notre département et une mise en place progressive, indispensable afin de produire plus et mieux et de tenir compte des spécificités et de la diversité des productions de l’Oise n Offrir à tout candidat à l’installation un soutien personnalisé, qui réponde aux besoins spécifiques de son projet n Accompagner les cédants afin de mieux transmettre leur exploitation à un jeune qui s’installe n Contribuer au développement et à l’innovation au service de tous les agriculteurs du département n Accompagner tous les porteurs de projets pour développer les nouveaux débouchés, les nouveaux marchés, la diversification n Reconnaître le droit des agriculteurs de s’organiser et sanctionner les pratiques abusives et déloyales de la grande distribution vis-à-vis de ses fournisseurs

n Simplifier les mesures administratives, alléger les procédures et réduire les délais d’instruction et de recours n Soutenir la production d’énergies renouvelables (méthanisation, solaire…) par les exploitations agricoles n Rétablir les exonérations de charges sociales pour l’emploi de travailleurs occasionnels, les étendre aux travailleurs permanents n Réformer le mode de financement de la protection sociale en privilégiant la TVA emploi qui s’applique sur les produits importés n Permettre la constitution de provisions fiscales pour gérer les risques de toute nature et maintenir la valeur ajoutée de l’exploitation n Lutter contre les déserts vétérinaires et médicaux, développer l’accès aux services en milieu rural (très haut débit, 4G, petite enfance...) n Assurer aux agriculteurs de l’Oise des services de proximité pour répondre aux exigences économiques et réglementaires (identification des animaux, bulletin de santé du végétal...) n Permettre un entretien des cours d’eau, fossés, drainage... dans un cadre sécurisé et répondant aux nécessités agricoles n Conforter les petites régions agricoles avec les groupes de développement, la vulgarisation, la proximité...


Faisons ensemble le choix de l'avenir