Page 1


Objectifs et Engagements Pour un Congo émergent à l’horizon 2030 Pour un Congo puissance mondiale à l’horizon 2060

L’

émergence du Congo à l’horizon 2030 à l’instar des pays à forte croissance économique, membres du BRICS que sont le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et la République Sud-Africaine, et son développement en qualité de Puissance Mondiale à l’horizon 2060, reposent sur la Révolution de la Modernité. Depuis 2001, celle-ci constitue le concept-clé de toute l’action publique de Joseph Kabila qui fonde sa démarche politique sur une vision et sur des idées-forces résolument tournées vers des choix portant sur des formules novatrices, efficaces et audacieuses. La Révolution de la Modernité s’articule autour des objectifs et engagements suivants qui reflètent la volonté et la détermination de Joseph Kabila pour l’émergence et le développement du Congo : • Faire du Congo un Pool d’intelligence et du savoir faire • Faire du Congo un Vivier de la nouvelle citoyenneté et de la classe moyenne • Faire du Congo un Grenier agricole • Faire du Congo une Puissance énergétique et environnementale • Faire du Congo un Pool économique et industriel • Faire du Congo une Terre de paix et de mieuxêtre • Faire du Congo une Puissance régionale au cœur de l’Afrique

2


“La Révolution de la Modernité’’ a

Engagement I: Congo Faire duunCongo Engagement I: Faire du Pool

“La Révolution de la Modernité’’ a pour pour objectif l’Emergence objectif l’Emergence du Congo du Congo

d’intelligence un Pool d’intelligence

La Révolution de la Modernité se présente comme une

La Révolution de la Modernité créera les conditions d'émergence d'une intelligence au service du développement. Maître de son destin, l'homme congolais, qui en est la raison d'être et le moteur, doit assumer de la meilleure façon sa vocation en recourant à son intelligence, à son savoir-faire collectif et à l'intelligence du monde. Il est indéniable qu’un capital humain de grande qualité reste l’atout majeur de l’émergence et du développement d’un peuple. C’est sur la base de cette prémisse que le Président Joseph Kabila fonde sa vision de faire du Congo un Pool d’intelligence.

plan social, économique, culturel et politique. Elle est une qui retardent ou freinent l’évolution de la société, et un désir d’émancipation considérable tourné vers la quête des innovations dans tous les domaines. Elle est une exigence de nouvelles mœurs et d’un nouveau mode de vie. Elle est un objectif : l’Emergence. La Révolution de la Modernité se fonde sur la démarche limpide qu’entreprend constamment Joseph KABILA, avec un regard résolument tourné vers l’avenir, dans les actions

Objectifs primordiaux : renforcement

du capital humain, création des conditions d’émergence d’une intelligence au service du développement, renforcer la gouvernance du secteur de l’éducation.

d’une seule ambition ‘’des choix novateurs d’aujourd’hui pour le Congo Emergent de demain’’. Cette volonté de changement a

Objectifs stratégiques: à l’horizon 2016, le programme de Joseph Kabila compte augmenter le taux net de scolarisation dans le primaire en le portant jusqu’à 100%. Il compte améliorer le taux d’achèvement au primaire en le faisant passer à 83% et le taux de scolarisation dans le préscolaire en le remontant à 13%. L’autre cible du programme de Joseph Kabila par rapport au pool d’intelligence est l’éradication de l’analphabétisme par l’augmentation des taux d’alphabétisation des hommes et des femmes jusqu’à 100 %.

modernité, entendue comme attitude et mode vie et d’agir, par-delà la modernisation des structures et des infrastructures qu’elle entraîne. La Révolution de la Modernité, cette vision fondatrice, entend faire émerger le Congo par delà les clivages politiques et idéologiques et au-delà des contingences conjoncturelles. Elle repose, par delà la personne de son initiateur, sur l’ambition d’un Congo émergent à l’horizon 2030 et d’un Congo développé à l’horizon 2060. Ambition dans la logique de laquelle le Président Joseph Kabila prend sont autant d’axes fondateurs pour le pays, à savoir : Faire du Congo un Pool d’intelligence, un Vivier de la nouvelle citoyenneté et de la classe moyenne, un Grenier agricole, un Pool économique et industriel, une Puissance énergétique et environnementale, une Terre de paix et de mieux-être, et une Puissance régionale au cœur de l’Afrique.

Actions phares : Instauration de l’école obligatoire pour tous les enfants jusqu’à l’âge de 15 ans à partir de la rentrée scolaire 2013 – 2014 ; Création en 2014 d’une grande école de management et d’administration publique, d’envergure internationale, ainsi qu’un centre international de mise à niveau et de formation continue.

3

p p

E

n

v

g d p q e

a d n e

d r e d

d p d g f d e

m e

q

e a i


ns nt. n n à n u e o

nt ns e nt, u

s n e e x n e Il x e % n e e la e ar es

ur e e e u

Engagement III: Faire du Congo un Grenier agricole agricole

Engagement III: Faire du Congo un Grenier

Création d’ici 2013 d’une Bourse d’étude remboursable par public, soit sur une échéance déterminée pendant son activité professionnelle .

Engagement II : Faire du Congo un Vivier Engagement II : Faire du Congo un Vivier de de la nouvelle citoyenneté et de moyenne la nouvelle citoyenneté etladeclasse la classe moyenne

Joseph Kabila veut faire de la société congolaise une société véritablement nouvelle. C’est-à-dire une société qui puisse germes de celle-ci ; une société dont les membres apprécient de vivre dans la concorde, en respectant chacun ses devoirs par-delà la revendication de ses droits. C’est sur cette base que Joseph Kabila entend faire émerger une classe moyenne en Rdc. La réhabilitation et la revalorisation d’une classe moyenne au sein de la société congolaise nécessitent des actions et des initiatives innovantes en faveur de la fonction publique nationale et provinciale, des acteurs de l’économie informelle et des exploitants agricoles.

Objectifs primordiaux : L’Emergence d’un Etat de droit

démocratique, une nouvelle citoyenneté formée aux valeurs républicaines et morales, promotion des droits fondamentaux et des libertés publiques, la mise en œuvre de la Décentralisation - Optimiser la participation citoyenne au processus de prise de décision et à la vie publique et décharger l’Etat central des de régulation ; permettre aux populations de participer à la vie publique et à l’élaboration des politiques publiques dans les domaines qui les concernent - le renforcement de la bonne gouvernance politique, administrative et économique - meilleur fonctionnement des institutions, approfondissement de la démocratie, l’accélération de la réforme du système judiciaire et la promotion des droits humains.

Objectifs stratégiques : lutter contre la corruption,

mobiliser les ressources conséquentes en faveur des Provinces et des Entités Territoriales Décentralisées ; doter les provinces

quantitatif global, répartition sectorielle et par âge des effectifs, et agents de l’Etat - ainsi que des équipements modernes; accroître les moyens et améliorer les compétences des institutions parlementaires nationales et provinciales.

4

Dans le cadre de la Révolution de la Modernité, la République Démocratique du Congo se doit d'être une puissance agricole à l'horizon 2020, préalable à la puissance industrielle et fer de lance de la lutte contre la pauvreté. La Révolution de la Modernité entend assurer la redynamisation de la structure productive du monde rural axée sur le développement d’une production agro-industrielle moderne - café, thé, cacao, palmier à huile - et sur le renforcement des petits exploitants, la production des biocarburants, tout en assurant la conservation des ressources naturelles du pays. La démarche prend appui sur une stratégie qui consiste à optimiser le potentiel agricole du pays de l'ordre de 80 millions d'hectares arables dont onze millions seulement sont routes de desserte agricole. Si ces terres sont adéquatement cultivées, la RDC pourra devenir un exportateur de produits alimentaires et nourrir 3 milliards de personnes, en utilisant La Première Dame Marie Olive Kabila à Mbandaka

le ag ag al

d

su vi d d ra u s'

O

p o l’é d ré

O

p la vi d 2 à e 3 ca e 0 to 2 ac e

ca

E

é

u se re l'h u p n


r

la e e La n e e es n

e 0 nt

nt ts nt

répertoriées, explorées, évaluées et sécurisées pour un les bonnes méthodes d’exploitation agricole. Une banque agricole sera créée à cet effet. Les provinces à forte vocation agricole regrouperont l'essentiel des industries agroalimentaires et deviendront de véritables agropoles, garants denrées et produits alimentaires des pays frontaliers. Au delà du développement de l’agriculture, le monde rural subira une véritable mutation qui redressera la fracture entre villes et villages, cause de l’exode rural. Dans chaque ville rurale, des services publics de base en matière de santé, d’éducation, d'état-civil, de police, de poste et de télécommunication rapprocheront le mode de vie en campagne de celui en milieu urbain. Un tourisme rural de proximité sera développé en s'appuyant sur la diversité climatique, la variété des paysages et

Objectifs primordiaux : redynamiser la structure productive du monde rural, atteindre une exploitation optimale des potentialités du pays dans les domaines de l’élevage et de la pêche, notamment par la reconstitution du cheptel, l’amélioration génétique des races animales et la réhabilitation des services de protection sanitaire animale. Objectifs stratégiques : le taux de croissance de la production agricole devra atteindre au moins 5% par an sur la période 2012-2016, la production des principales cultures vivrières et commerciales telles que le manioc devra passer d’environ 15 millions de tonnes actuellement à 45 millions en 2016, le maïs devra passer de 1,2 millions de tonnes en 2002 à 5 millions en 2016, le riz devra passer de 325 000 tonnes en 2002 à 1 millions de tonnes en 2016, l’huile de palme de 300 000 tonnes en 2002 à 1 million de tonnes en 2016, le caoutchouc doit passer de 10 000 tonnes à 30 000 tonnes en 2016, le café d’environ 15 000 tonnes de Robusta et 10 000 tonnes d’Arabica actuellement à 45 000 tonnes et 30 000 tonnes en 2016, le cacao pourra passer de 2 000 tonnes en 2006 à 10 000 tonnes en 2016 et le thé d’environ 2 000 tonnes actuellement à 10 000 tonnes en 2016. Le taux de pauvreté en milieu rural devra passer de 75,7% en 2007 à 50% en 2016. Le niveau minimal d’apport calorique devra passer de 1.500 calories par jour par personne en 2005 à 2.500 en 2016.

Engagement IV: FaireIv: duFaire Congo pool Engagement du un Congo économique et industriel un Pool économique et industriel L'ambition de faire de la RDC un pays émergent en 2030 et une nation développée en 2060 se fonde particulièrement sur ses atouts naturels et principalement sur sa population et ses ressources naturelles, non plus à exploiter dans la lignée de l'héritage colonial mais à mettre en valeur dans le sens de créer une plus-value par la transformation sur place des matières premières. Gage de développement de la RDC, ses ressources naturelles doivent être, à travers des structures appropriées,

5

Le soubassement du développement industriel sera constitué par des unités de transformation de minerais ainsi produits agricoles qui pourront s’installer dans des Zones Economiques Spéciales dont l’objectif principal est d’instaurer un "mini climat" propice à l'investissement et d’accélérer l'introduction des capitaux, des technologies avancées et des expériences de gestion moderne.

a) Des infrastructures : Objectifs primordiaux : créer cinq Zones Economiques spéciales : La zes de l’Ouest sera destinée à développer la ceinture industrielle Kinshasa-Banana en soutenant une structure technologique, industrielle et maritime de très haute importance. La zes du Centre fera d’Ilebo le point de jonction des différentes voies du réseau infrastructurel de communication. La zes du Sud - ceinture industrielle Kolwezi-Sakania - se constituera autour des entreprises d’extraction, de traitement et d’exportation des produits miniers. La zes de l’Est (axe Bukavu – Goma – Butembo – Beni) permettra d’associer le développement des villes côtières (Bukavu, Goma, Sake, Rutshuru, Butembo, Beni) en formant une ceinture commerciale par le développement de la pêche sur les différents lacs, du commerce transfrontalier et régional basés sur une industrie manufacturière et agro-alimentaire de forte compétitivité. La zes du Nord-Ouest - ceinture Kisangani-BumbaMbandaka - se concentrera principalement sur la mise en valeur de l’exploitation du bois, la gestion de la forêt et des ressources pétrolières, et de l’agriculture (riz). Les autres objectifs primordiaux pour cet axe sont : améliorer le climat des affaires - mise en vigueur de la législation notamment OHADA par le renforcement du contrôle bancaire et la réforme du le processus de désengagement de l’Etat dans la gestion des entreprises publiques, développer les infrastructures de base et les services. Objectifs stratégiques : la position du pays dans le classement Doing business devra s’améliorer considértablement. Le nombre d’entreprises publiques ayant achevé le processus de désengagement partiel devra atteindre le chiffre 9 d’ici 2013 et celui d’entreprises ayant achevé le processus de désengagement total doit atteindre le chiffre 8 d’ici 2013. Les linéaires de routes nationales bitumées devront atteindre 25 000 km sur la période 2012-2016, celles de routes nationales réhabilitées 15 000 km. 25 000 km de routes devront avoir été entretenues à l’échéance 2016, alors que 3 000 à 5.000 km de pistes rurales devront être mises en bon état. Le nombre de kilomètres de routes revêtues pour mille habitants devra passer de 0,06 actuellement à la norme internationale de 0,2. Le volume de fret ferroviaire devra


Transport Maritime

HIER

AUJOURD’HUI

DEMAIN

AUJOURD’HUI

DEMAIN

AUJOURD’HUI

DEMAIN

Agriculture

HIER

Transport ferroviaire

HIER


atteindre 1 000 millions de tonnes-km en 2016, le tarif de fret ferroviaire sera de 0,05 US$ par tonne-km à cette échéance, le linéaire de voies navigables aménagées sera de 6 000 km et le le chiffre 10 d’ici à 2016.

b) Les Télécommunications et technologies de l’information : Objectifs : l’accroissement de la télé-densité à 40 lignes de l’Internet à 5%, en arrivant notamment à la connexion de toutes les villes de plus de 2 000 habitants. En outre, d’ici à décembre 2013, l’on devra atteindre la couverture totale du pays en réseau débit. Principales actions : Mise à jour du cadre légal et réglementaire des télécommunications et Renforcement des capacités de l’Autorité de régulation - ARPTC - ; développement d’une infrastructure nationale à haut débit; modernisation du réseau de Kinshasa ; interconnexion avec le réseau mondial de ; restructuration des opérateurs publics RENATELSAT et OCPT.

c) Développement de l’industrie :

Objectif : Faire passer le taux de croissance sectoriel à 4,3% en moyenne sur la période 2012-2016. Principales actions : renforcement du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) ; révision du cadre juridique pour favoriser l’entreprenariat féminin et l’investissement privé, y compris étranger dans l’industrie ; continuation des efforts en matière de gestion et surveillance de la métrologie industrielle, poursuite de l’appui ciblé aux flières prioritaires, de l’extension des partenariats publics-privés ; étude des mécanismes pour le ; réalisation du plan RDCOMPI sur la propriété industrielle, et intensification de la prise en compte des préoccupations environnementales dans le secteur. d) Rationaliser l’exploitation des mines : Objectifs : le taux de croissance du secteur devra atteindre 8,8% en moyenne sur la période 2012-2016 contre 6,7% en moyenne sur la période 2007-2010. Les volumes de production des principaux minerais seront augmentés, ainsi le volume de production du cuivre devra passer d’environ 400 000 tonnes en 2010 à plus de 1 800 000 en 2016, celui du cobalt devra passer de 40 000 tonnes en 2010 à environ 137 000 en 2016, l’or passera de 350 Kg en 2010 à 12 800 kg en 2016 et les diamants de 17 millions de carats en 2010 à 27 millions en 2016. Principales actions : développer les recherches géologiques et minières ; renforcer l’encadrement des exploitants artisanaux et approfondir la prise en compte des questions environnementales dans le secteur . e) Promouvoir le commerce intérieur et extérieur : Objectifs : le poids des exportations mesuré par rapport au PIB devra passer de la moyenne de 48,7% pour la période 2007-2010 à 51,0% entre 2012-2016. Le poids des exportations non minières par rapport au PIB devra quant à lui passer d’une moyenne de 6% sur la période 2007-2010 à une moyenne de 14,9% sur la période 2012-2016. La position de la RDC dans le classement Doing business pour les procédures de commerce extérieur devra s’améliorer considérablement pour passer à moins de 137 qui est la moyenne subsaharienne. Les surcoûts et délais d’attente des opérateurs privés pour l’importation doit diminuer de 3735 dollars /container à 1 241,5 et de 63 à 33 jours.

La Rdc désormais connectée à la fibre optique qui longe l’Atlantique

8


L’exportation devra diminuer de 3 505 dollars/container à 1 303 et de 44 à 23 jours. Principales actions : révision du cadre réglementaire et juridique du commerce, y compris notamment la mise en œuvre de la législation OHADA et l’actualisation du code de commerce; renforcement des capacités d’analyse et négociation commerciale du Ministère du Commerce ; amélioration de l’information sur le commerce notamment par l’informatisation des douanes avec le logiciel SYDONIA et l’interconnexion avec les autres services impliqués dans le commerce; mise en place d’un Guichet Unique Intégral Virtuel pour le commerce extérieur ; augmentation de la coopération et de la coordination transfrontalière ; promotion de la concurrence parmi les prestataires de services de transport (des biens et des personnes) et parmi les ports.

SNEL et la réforme du secteur de l’énergie de manière à permettre l’entrée des opérateurs privés dans la production et éventuellement dans la distribution ; renforcer l’interconnexion électrique avec les pays voisins et notamment avec la SAPP - Southern African Power Pool - ; réhabiliter les centrales électriques et les infrastructures de transport existantes ; créer d’accroitre l’accès à l’énergie en milieu rural et dans les villes secondaires ; réaliser des projets en matière d’énergie solaire hydroélectriques et de production d’électricité à partir du gaz du lac Kivu.

b) Production pétrolière et de gaz

Objectifs : d’ici 2013, la production pétrolière et gazière devra passer de 25 000 à 225 000 barils par jour actuellement,

Engagement V: Faire v: duFaire Congo Engagement du une Congo Puissance énergétique et environnementale une énergétique et environnementale Avec la Révolution de la Modernité, la RDC se veut une puissance énergétique et environnementale en phase avec la problématique de développement durable, véritable enjeu du millénaire pour une croissance économique respectueuse de l'écosystème et de l'environnement en général. Dotée d'une formidable hydrographie essentiellement constituée du bassin RDC possède ainsi un capital précieux à l'échelle mondiale dans la problématique de la lutte contre le changement climatique. La RDC se doit de prendre un rôle central dans les négociations internationales autour des questions de l'environnement. Le colossal potentiel hydroélectrique du Congo estimé

Le taux d’approvisionnement en produits pétroliers devra passer de 70% à 98% et le taux d’accès de la population aux biocarburants doit atteindre les 10% en 2013. Principales actions : propulser la RDC parmi les pays africains producteurs d’hydrocarbures ; améliorer l’approvisionnement national en hydrocarbures; améliorer le réseau de transport, de stockage et de distribution notamment par la reconstruction d’un gazoduc au Bas-Congo, la réhabilitation du pipeline Matadi-Kinshasa et la construction d’un terminal pétrolier à Matadi; démarrer et faire décoller

nationaux du programme de développement de la RDC et pour l'exportation en Afrique et au-delà. Il sera accordé une priorité renouvelée à l'hydroélectricité, avec la possibilité d’installer des micro-barrages, dans notre politique énergétique. Le projet phare du secteur sera la construction du Gand Inga, dont les études préliminaires ont déjà commencé. La Révolution de la Modernité a pour particularité de reculer les limites. Le Grand Inga sera construit !

a) Branche électricité :

Objectifs : le taux de croissance de la branche électricité, eau et gaz devra passer à une moyenne de 11,3% annuel sur la

période 2012-2016 et la production effective d’électricité devra augmenter d’au moins 600 MW sur la période 20102013. Le taux de desserte électrique devra passer de 9% actuellement à 45% d’ici 2016. Principales actions: achever la restructuration de la

9

Le lac Kivu regorge d’enormes potentialités en gaz methane


Un éléphant dans le parc de Kundelungu

la production de biocarburants ; démarrer la production du gaz naturel par la mise en exploitation de celui du lac Kivu et la valorisation de celui brulé en torchères, réduisant ainsi par ailleurs les émissions de gaz à effet de serre .

La forêt tropicale

Engagement duune Congo Engagement VI: Faire vI: du Faire Congo Terre de une de paix et de mieux-être paix et deTerre mieux-être Apaisée par la prise en charge des problèmes de santé de toutes les couches sociales et la création d’un véritable

c) Secteur forestier :

des hôpitaux de référence dans tous les chefs-lieux des 26 provinces, de l’élargissement de la couverture sanitaire et d’une gratuité des soins de santé pour les malades du sida et les femmes enceintes. Des efforts sans relâche feront de la Rdc une terre de paix et de mieux-être. Dans ce cadre, en application du principe innovant de loca-propriétaire, chaque congolais, par le paiement régulier de l'équivalent d'un loyer sur une période de 10 ou 20 ans, devrait accéder à la propriété. d) Secteur du Tourisme : Objectif : promouvoir le secteur et en particulier le sous- Par ailleurs, une banque de l'habitat garantira les différentes

Objectifs : le taux de croissance du secteur forestier devra passer de 3% en moyenne sur la période 2007-2010 à 4,8% sur la période 2012-2016. Principales actions : restructurer le secteur forestier par la mise en oeuvre des dispositions du code forestier ; renforcer le contrôle forestier par le déploiement du corps d’éco-gardes.

la protection de l’environnement. Principales actions : réorganiser le secteur à travers l’adoption de la Loi sur l’organisation du tourisme et du Plan directeur national intégré pour le développement du tourisme ; réhabiliter les sites touristiques et aires protégées, notamment les Parcs Nationaux de Salonga, Virunga, Maïko, Garamba et Kahuzi Biega.

partenaires. Objectifs primordiaux : éradication des poches d’insécurité entretenues par les groupes armés ; renforcement des capacités d’intervention des forces armées de la RDC et des forces de l’ordre ; lutte contre le chômage et le sousemploi, en particulier des jeunes ; amélioration du cadre de vie des populations. Objectifs stratégiques : Réduire le taux d’activité élevé dans le secteur informel qui cache un phénomène de sousemploi et de pauvreté profond. Ce taux d’activité est de 60,2% en RDC dont 60,8% pour les hommes et 59,9% pour les femmes. Ce taux est estimé à 67% en milieu rural pour seulement 46,55 en milieu urbain.


Accroissement progressif de l’accès à l’eau potable par l’augmentation du nombre de centres et l’exploitation opérationnels de 71 en 2010 à 94 en 2013, amélioration du taux de rendement du réseau national de 58% en 2010 à 75%. Volet Assainissement : poursuite de l’initiative «villages 2006, l’objectif étant d’arriver à 4 500 en 2012 ; accroissement du taux d’utilisation d’installations sanitaires améliorées qui devra atteindre 45% en 2016 contre 15% en 2010. Volet habitat : mise en œuvre du Plan National pour l’Habitat Logement: accroître sensiblement le nombre des logements produits notamment 8.300 en promotion publique et 3.000 en partenariat public-privé à l’horizon 2013. Le nombre de professionnels de l’immobilier enregistrés devra atteindre le chiffre 300 d’ici 2013 et le nombre de Plans de Développement Urbain (PDU) élaborés celui de 18 d’ici 2013. Volet égalité des chances pour tous les congolais : d’ici 2016, il s’agit de l’amélioration de la qualité de la réponse apportée aux besoins d’au moins 15% des Orphelins et Enfants Vulnérables, et de l’accroissement de la proportion de personnes vulnérables assistées, de 25% en 2010 à 80% en 2013. Volet environnement socio-économique et institutionnel favorable à l’équité de genre dans le primaire devra être atteinte d’ici 2016, le pourcentage des femmes salariées dans le secteur non agricole doit arriver à 50% en 2016 et la parité à l’Assemblée Nationale sera un objectif pour les années à venir.

Engagement vII: du Faire du Congo Engagement VII: Faire Congo une une Puissance régionale au coeur de l’Afrique Puissance régionale au cœur de l’Afrique. Par la Révolution de la Modernité, de par sa position géostratégique, la RDC va, d'une part, assumer pleinement sa position géostratégique en devenant un passage obligé, un carrefour, un hub en matière d'intelligence, de télécommunications, de transport, de circulation des biens et plan de la culture et des sports. D'où la nécessité de développer la capacité de la RDC à garantir sa souveraineté en toutes circonstances, et à se doter d’une armée nationale républicaine puissante, dissuasive, professionnelle, motivée et bien équipée pour la défense du territoire national. En appui à la puissance militaire, sera développée une diplomatie à la hauteur des enjeux. Relations de bon voisinage avec les pays limitrophes, leadership dans les instances régionales, recherche des partenariats innovants et appui continu aux exportations congolaises seront les principales caractéristiques de cette diplomatie de paix et d'émergence.

Révolution de la Modernité comme voie vers la Renaissance du Congo Il est désormais un fait qu’avec J. Kabila le Congo renaît et s’avance vers son émergence. Et partout, où se réalisent des ouvrages qui participent de la reconstruction et de la modernisation de pays qui bouge. Les réalisations en cours en termes de reconstruction attestent que l’avenir de la RDC sera radieux et que les congolais ont raison d’y croire. Tout indique en effet qu’avec de la volonté politique, il est possible de changer rapidement le cours de l’histoire de ce pays et, pourquoi pas, en l’espace d’une ou de deux générations, rattraper les retards accumulés. Le Président Joseph Kabila, lui, a déjà montré des dispositions particulières à explorer des pistes de solution

chantiers de la République, dans un contexte international extérieurs, a surtout permis la fermentation d’une ambition et la déclinaison d’un formidable engagement à sortir le Congo du sous-développement dans lequel le manque d’audace et de volonté politique des responsables politiques précédents Avec la Révolution de la Modernité, l’espoir et l’espérance sont de nouveau de retour dans la maison Congo ! Chaque jour qui passe, la Rdc progresse davantage sur le chemin de son developpement.

Puisse la vision traduite dans ces quelques lignes redonner pays, qu’il est possible de faire du Congo ‘’un pays plus beau qu’avant’’ c'est-à-dire, dans la perspective de la Révolution de la Modernité, un pays émergent d’ici 2030 et développé à l’horizon 2060.


vision, idée-force et programme  

vision, idée-force et programme du canidat n°3 Joseph kabila Kabange.