Issuu on Google+

DESARTS HORS-SÉRIE PAYSAGES DE FRANCE

Leurs coins secrets • Les bonnes adresses à déguster •

RÉGION PAR RÉGION : • Les plus beaux sites à peindre • Les musées incontournables

PAYSAGES DE FRANCE NOS PLUS BELLES RÉGIONS À PEINDRE

12 PEINTRES SUR LE MOTIF DÉVOILENT LEUR SAVOIR-FAIRE

PARIS SECRET, FORÊTS VOSGIENNES, LUMIÈRE DE PROVENCE , PLAGES NORMANDES, PARC DES ÉCRINS, BRETAGNE SAUVAGE…

M 01106 - 18 H - F: 7,90 E - RD

EXTRAIT HS N° 18 - OCTOBRE 2009 - 7,90 €

HORS-SÉRIE PAYSAGES DE FRANCE

PRATIQUE

ITINÉRAIRES D’ARTISTES


Sommaire

Jean-Claude Grandfond

NORD-OUEST

p. 7

Sur les plages d Le Val de Loire Le golfe du Mo

Tous les bons coins à peindre p. 24

Deke

Région Nord-Est 10 Eva Ledecky 16 Michel Duvoisin 20 Reynald Goldstein Région Sud-Est 30 Ji Dahai 36 Constant Idoux 42 Didier Samson

p. 27

Conseils sur le motif

p. 46

Annie Puybareau

Région Sud-Ouest p. 49 52 Francis Saure 56 Sylvie Cosnier, Claude Nicaud 64 Julian Taylor

Patrimoine du Bordelais Le Quercy Trésors du Périgord noir

Découvrez les plus beaux sites p. 68

Région Nord-Ouest 74 Annie Puybareau 80 Jean-Claude Grandfond 86 Guy Dekeryver

p. 71

Astuces de peintres

p. 90

93 94 96

Carnet d’adresses Shopping Livres d’artistes

4 Pratique des Arts-Régions de France

Sylvie Cosnier, Claude Nicaud

SUD-OUEST


NORD-EST

de Normandie e à perte de vue orbihan

Michel Duvoisin

En baie de Somme Paris secret Les forêts vosgiennes

Guy eryver Eva Ledecky

Reynald Goldstein

Constant Idoux Francis Saure

SUD-EST Didier Samson Julian Taylor L’Hérault et son arrière-pays Le parc des Écrins Lumière provençale

Ji Dahai


CONSTANT IDOUX

La quiétude de l’air du sud DE SES GOUACHES AUX COULEURS DOUCES AUX TEINTES AFFIRMÉES DE SES HUILES, CONSTANT IDOUX PASSE D’UN MÉDIUM À L’AUTRE AVEC POUR SEULE EXIGENCE L’ÉPUREMENT DES FORMES ET L’HARMONIE DES TONS. LE PEINTRE NAVIGUE AINSI DE LA MER CALME DES CÔTES SÉTOISES AUX ESCARPEMENTS DES GARRIGUES, LE DÉCOR QUI L’A VU GRANDIR.

36 Pratique des Arts-Régions de France


Texte : Alexandra Bourré. Photos : Stéphane Grangier.

Né au Niger en 1937, Constant Idoux suit une formation à l’École des beaux-arts de Montpellier puis à l’École des Métiers d’Art à Paris, avant d’installer son atelier de sérigraphie dans le sud de la France en 1963. Pendant plus de trente ans, il collabore avec les musées de Montpellier et de Sète auxquels il fournit affiches et estampes. Il réalise par ailleurs des sérigraphies pour des artistes de renom, tels que Bioulès et Soulages. Parallèlement à cette activité, il poursuit ses recherches personnelles en peinture avec pour inspiration principale les paysages de garrigue et les bords de mer de la région.

Soir. Huile sur toile, 50 x 61 cm.

Pratique des Arts-Régions de France

37


CONSTANT IDOUX

à la présence de gomme arabique, texture très subtilement les aplats. Je joue avec ces deux aspects, substance et finesse de la teinte, une véritable aubaine pour les accords de gris par exemple. » Pour l’heure, Constant Idoux est aux prises avec les monts des Garrigues. « Petit à petit, je tâtonne, je cherche les formes par touches plus ou moins larges, par tons différents jusqu’à atteindre la traduction la plus juste. » Il semble, en effet, que le paysage de mer, autre ambiance de la région, se prête davantage à cette volonté de représentation simplifiée. La ville de Sète est le motif d’élection de l’artiste : « Sète est comme une île, une langue de terre qui va jusqu’à Agde. D’un côté, miroitent les étangs calmes et de l’autre, la mer ponctuée de paquebots. Cette quiétude immobile m’attire beaucoup plus que l’agitation. Les vagues au premier plan d’une marine m’indiffèrent. Je préfère l’écume aux vagues elles-mêmes ! » Dans les terres arides de l’arrière-pays ou sur les fronts de mer calmes et sereins, une constante anime et intériorise le regard de l’artiste : la perception aiguë de cet élément naturellement invisible, l’air. « Je suis un peintre de l’air », déclare-t-il. « Je tente toujours de décrire l’air et la lumière, en dégageant des mouvements dessinés. Finalement, les petits courants d’air importent plus que la juxtaposition des couleurs. » Au vol des oiseaux, Constant Idoux comprend que le ciel va bientôt se voiler. Il sait que la lumière va changer et que le pic SaintLoup, sa dent noire moins menaçante, va soudain scintiller de notes colorées. n

40 Pratique des Arts-Régions de France

Rochers.

2005. Huile sur toile, 81 x 116 cm.

CONTACT Rendez-vous dans notre carnet d’adresses p. 93.


Vue atypique du pic Saint-Loup Le pic Saint-Loup est une des curiosités de l’Hérault. Fiché au cœur de la Garrigue, le célèbre mont a inspiré bien des peintres, dont Vincent Bioulès qui a produit des séries en peinture et en gravure. Ici, Constant Idoux propose une vue atypique où émergent le pic, ses contreforts et le mont Hortus.

une palette, je prépare la couleur du ciel : mélange de bleu Pour l’instant je cherche la composition en posant les princiJe façonne les montagnes en modulant la lumière par l’épaisde blanc de titane et noir additionné d’une touche de 2 paux espaces du tableaux. Sur le plan intermédiaire, j’applique 3 seur des touches appliquées tour à tour sur la tranche ou sur 1rougeSurcéruléum, anglais. En touches très larges je chapeaute la ligne de crête sur le blanc de la toile quelques touches pour les massifs végétaux. le plat du spalter synthétique. Je descends la teinte verte obtedes montagnes puis je remplis l’espace du ciel.

La teinte chaude est composée de jaune cadmium foncé, d’éme- nue par le mélange précédent sur le premier plan. Le jaune laisse raude phtalocyanine éteint de rouge anglais. des traces filandreuses sur les larges aplats obliques des vignes.

de la terre d’ombre naturelle enrichie de noir, je délimite Au premier plan, j’évoque les chemins et les champs par aplat Surlespartieséclairéesdesroches,j’ajoutedurougeentouches les masses brun foncé qui ombrent et sculptent la zone végé- 5 d’ocre-gris. Cette teinte caractéristique de la région résulte d’un 6 légèresàpeinefonduessurlebleufoncé.Unefaçonderéchauf4tale.Avec Le soleil écrase la masse du pic qui, avec une face en contre- mélange de rouge anglais, de terre d’ombre naturelle, d’ocre-jaune fer et d'éclaircir la teinte en même temps. jour, apparaît particulièrement sombre. Au bleu outremer et un peu et de blanc. En bas à gauche, la base ocre est éclaircie : une partie de blanc, je détoure le sommet afin d’accentuer les contrastes. du paysage surexposée devient presque blanche. Sur une nouvelle palette, je pose des couleurs vives : rouge anglais 7et rouge vermillon. À l'aide d'une brosse ronde moyenne, je mélange à égale proportion les deux rouges et je forme les troncs tortueux des arbres épineux. Ces bandes épaisses et sinueuses s’amenuisent à mesure que j’approche de l’arrière-plan.

UN

JEU DE PALETTES

Même quand je peins dans la nature, je m’équipe toujours de plusieurs palettes (en moyenne trois). Chacune correspond à une famille de couleur et à une étape du tableau. Au fur et à mesure que j’avance le tableau, je pioche dans les palettes les teintes appropriées. Je pourrais nettoyer la palette initiale à l’aide d’un couteau, mais à un certain moment, les couleurs se mélangent et s’altèrent.

de plus en plus les volumes en 8Je dégage commençant à créer des passerelles entre les tons. Cette étape, qui se poursuit jusqu’à l’achèvement du tableau, joue sur l’équilibre entre fusion et discernement.

Pic Saint-Loup.

2009. Huile sur toile, 54 x 81 cm.

Pratique des Arts-Régions de France

41


Eva Ledecky

Dans les Vosges avec

Mes coins préférés  La « ligne des crêtes », à la frontière entre Alsace et Lorraine, formée par les plus hauts sommets des Vosges, le Hohneck, le Rainkopf, le Grand Ballon : à relier du Thillot ou de Gérardmer.  La « vallée des lacs » qui regroupe trois lacs glaciaires, le lac de Gérardmer, le lac de Longemer et le lac de Retournemer : ils sont reliés par la D417  Les très belles tourbières de -Malgrange

La Bresse, le lac de Lispach et la tourbière de Machey : autour de La Bresse, prendre la D486 de Gérardmer.  Les monts Faucilles : au sud-est du massif des Vosges, prendre la D460 d’Épinal en direction du sud-ouest.  Le canal des Vosges qui longe la Moselle jusqu’à Épinal et rejoint la vallée de Côney : de Charmagne à Fontenoy-le-Château en passant par Épinal.

n Sano

t-Nicolas Port

Blâmont

LUNEVILLE

Me urth e

ort agn e

À découvrir

Cirey-surVezouze

Me urthe M

Badonviller

Gerbéviller

Schirmeck

Bayon

Baccarat

Raon-l'Etape Senones Mo s

Villé

Saales

ell

Rambervillers

e

Charmes

SAINT-DIE Fave

M ta or



Provenchèressur-Fave

Châtel-sur-Moselle

gne

Sainte-Marieaux-Mines

mpaire

Meurth

Brouvelieures Bruyères

EPINAL



Saulxuressur-Moselotte

Plombièresles-Bains

Le Thillot



Munster 1362 m Le Honek t Fech

Faucogneyet-la-Mer

Rouffach



GUEBWILLER SaintAmarin

SoultzHaut-Rhin

ur Th

B

hin

SaintSauveur

E V O S G

t

ld el 'Es

an a

Remiremont

Luxeuil-les-Bains

Wintzenheim



Bainsles-Bains

reu c

Kaysersberg

Gérardmer

Xertigny

Saint-Loupsur-Semouse

Lapoutroie

S

Vologne

selle

e

RIBEAUVILLE

Fraize

e

Corcieux

Mo

« Après la pluie, les vapeurs s’élèvent et enveloppent les montagnes. J’aime contempler un paysage lorsque l’eau rejoint le ciel. »

THANN non Og

Cernay

Masevaux Giromagny

Mélisey

Se renseigner

HÔTEL LE MANOIR AU LAC : hôtel **** dans une ancienne demeure de villégiature posée sur les rives du lac. Chambres de 150 € à 220 €. Service de restauration : 30 €. 59, chemin de la droite du lac 88400 Gérardmer. Tél. : 03 29 27 10 20. www.manoir-au-lac.com

• Office de tourisme de Gérardmer : 4, place des Déportés, 88400 Gérardmer. Tél. : 03 29 27 27 27. www.gerardmer.net

CENTRE HIPPIQUE DU BALLON D'ALSACE : chambres d'hôtes dans un centre équestre situé sur le Ballon d'Alsace. Chambres de 28 à 82€.

24 Pratique des Arts-Régions de France

LA GÉROMOISE : brasserie vosgienne qui sert des bières artisanales. Budget : 15-30€. 2, avenue Morand 88400 Gérardmer. Tél. : 03 29 60 91 45. www.lageromoise.fr

Les Vosges incarnent un paradis pour les peintres animaliers : en forêt, au détour d'un sentier, en plein milieu des champs ou sur les pentes abruptes du massif, on peut croiser des cerfs, biches, brocards, chevrettes, chamois ou sangliers ou encore des écureuils, castors, renards, blaireaux, martres, chauve-souris, hérons… Discret, le lynx des Vosges reste plus difficile à observer. Quant aux oiseaux, on pourra contempler des mésanges bleues, picsverts, buses, faucons, hiboux, chouettes hulottes. Plus rare, le grand tétras (ou coq de bruyère), oiseau mythique en voie de disparition, a fait l'objet d'un programme de protection. ?Le village d’Autigny-la-Tour et son château du XIIe s., au sud de Nancy. ?Le petit village de Saint-Jean-d’Ormont : prendre la D49 de Saint-Dié-des-Vosges. ?Le Parc naturel régional des Ballons des Vosges. Point d’accueil à Munster (Maison du Parc, 1, cour de l'abbaye) ou au Grand Ballon. www.parc-ballons-vosges.fr

Rougemont-leChâteau

Où manger, où dormir La Jumenterie, 88560 Saint-Mauricesur-Moselle. Tél. : 03 29 25 12 28.

Les paysages de forêt, avec leurs arbres imposants, incitent à des compositions larges et panoramiques : pensez aussi à regarder la nature de près et à prendre des gros plans de tous ces éléments qui se trouvent à l'intérieur de la forêt.

Sarre

le-Château

Mon conseil

• Quelques sites : www.massifdesvosges.com www.vosges.fr

Musées MUSÉE DÉPARTEMENTAL D’ART ANCIEN ET CONTEMPORAIN. 1, place Lagarde, 88000 Épinal. Tel : 03 29 82 20 33. www.ville-epinal.fr LA MAISON NATALE DE CLAUDE GELLÉE. 18, rue Claude Gellée 88130 Chamagne. Tél : 03 29 38 86 07. LE MUSÉE DE L’ÉCOLE DE NANCY dédié à l’Art Nouveau. 36-38, rue du Sergent Blandan 54000 Nancy. Tél : 03 83 40 14 86.


À Paris avec

Michel Duvoisin À découvrir

18e 17e

?Les maisons ateliers de Jean Arp et Sophie Taeuber à Clamart. 21, rue des Châtaigners 92140 Clamart. RER Meudon-Val-Fleury.

19e



9e

10e

8e

« Chaque arrondissement recèle ses trésors, coins paisibles dénichés au hasard d’une flânerie. »

2e 3e

1er

16e 7e

6e

 5e

15e 14e

20e

11e

4e



12e

13e

Où manger, où dormir

?Les portes ouvertes ateliers d’artistes: toute l’année, dates variables selon l’arrondissement. www.parisinfo.com ?La Pinacothèque de Paris pour ses grandes expositions internationales. 28, place de la Madeleine (8e). M° Madeleine. www.pinacotheque.com

LE RESTAURANT DU PALAIS ROYAL dont la terrasse donne directement sur les jardins, un délice de calme et de verdure. Menu à 26 €. 43, Rue de Valois/110GaleriedeVallois (1er). M° Palais Royal.

Musées

LE CAFÉ MARLY pour boire un verre sous les arcades, face à la grande pyramide. 93, rue de Rivoli ( 1er). M° Palais Royal.

LE MUSÉE GUSTAVE MOREAU, un extraordinaire lieu de rêverie. 14, rue de La Rochefoucauld 75009 Paris. M° Trinité. www.musee-moreau.fr

LES OMBRES AU MUSÉE DU QUAI BRANLY: haute gastronomie, sur une terrasse panoramique avec vue imprenable sur la tour Eiffel, dans un cadre imaginé par Jean Nouvel. Menus à 38 et 95 €. 27, quai Branly (16e). M° Iéna. Tél. : 01 47 53 68 00.

LE PALAIS DE L’UNESCO qui abrite des œuvres d’Henry Moore, Joan Miró et Picasso. 7, place de Fontenoy 75007 Paris. M° Cambronne. www.unesco.org

LE FLORE EN L’ISLE, sur l’île Saint-Louis: un glacier qui fait également office de salon de thé et de restaurant. Budget: 15-30 €. 42, Quai d’Orléans (4e). M° Pont Marie. Tél. : 01 43 29 88 27.

LE MUSÉE RODIN. Hôtel Biron, 77, rue de Varenne (7e). M° Varenne www.musee-rodin.fr

Se renseigner

LE MUSÉE CONDÉ pour les Très Riches Heures du Duc de Berry et les miniatures peintes par Jean Fouquet. Château de Chantilly 60631 Chantilly. www.musee-conde.fr

• office de tourismede Paris: 25, rue des Pyramides. M° Pyramides. Tel: 08 92 68 30 00. • Autre site: www.parisinfo.com

Mon conseil

Mes coins préférés  Les quais de l'île Saint-Louis (4e)

La pointe de l'Ile de la Cité (1er)

solitaires et sublimes  La place des Vosges ( 4e), entourée de ses élégantes arcades  La place Dauphine (1er) qui débouche sur le pont Neuf Le parc Monceau (8e) pour son petit côté XVIIIe

La rue de Furstenberg (6e) et sa placette à l’écart de l’effervescence du quartier latin

avec le petit square du Vert-Galant

Et aussi Les jardins des musées : Bourdelle, Petit-Palais, Carnavalet, Cognac-Jay, Zadkine, Galliéra. Les jardins botaniques de la ville de Paris : Breuil, Bagatelle, Auteuil Les bois : Boulogne, Vincennes

Le Centre des Monuments Nationaux (92) La base de loisirs de Cergy-Neuville (95) L’Espace Rambouillet (78)

Le mois d’août est le moment le plus calme, le printemps la plus belle saison.

Pratique des Arts-Régions de France

25


JULIAN TAYLOR

Né en 1954 à Paris, Julian Taylor a grandi en Angleterre d’où ses parents sont originaires. Il arrive à Paris à l’âge de 18 ans, sûr de son art. Il participe à de nombreux Salons et gagne un prix de la Jeune peinture. Il commence rapidement à se faire connaître et expose dès 1975. Après trois ans passés à SaintGermain-en-Laye, il décide de s’installer en Dordogne. De ce port d’attache, il part régulièrement pour des séjours en Bretagne, dans la Somme, les Alpes, la Corse, l’Italie. Dernier projet en date : la Sicile. Depuis 1984, il est représenté en exclusivité par la galerie 26 à Paris.

PETITS

CROQUIS PRIS SUR LE VIF

Le dessin est le début du tableau. Lors de mes « séances de reportage », je prends des notes rapides sans préciser les teintes ni les ombres. Il s’agit de capter l’essentiel du paysage tout en laissant le dessin ouvert pour pouvoir ensuite l’adapter à ma composition. Pour moi, il n’est pas fondamental pour peindre d’être devant son sujet (je trouve tellement ennuyeux de le copier!). Je me sers de mes croquis pris sur le motif pour construire une autre réalité sur la toile. Comme le croquis, le dessin préparatoire ne doit pas être figé et doit m’autoriser au contraire un maximum de liberté tout au long de la conduite de l’œuvre.

CONTACT Rendez-vous dans notre carnet d’adresses p. 93.

64 Pratique des Arts-Régions de France


Texte et photos : Stéphanie Portal.

Les trésors cachés du Périgord noir

IL PEINT LA CATALOGNE, LES ÎLES BRETONNES, VENISE, L’IRLANDE, PARIS… MAIS SON PORT D’ATTACHE RESTE LA DORDOGNE OÙ IL VIT DEPUIS PLUS DE VINGT-CINQ ANS. LÀ, LOIN DES BATEAUX ET DES PHARES AUXQUELS IL NOUS A HABITUÉS, IL TOURNE SON REGARD SUR LES CHARMES DISCRETS D’UNE RÉGION, LE PÉRIGORD NOIR, ET LEUR IMPRIME SON STYLE GRAPHIQUE RECONNAISSABLE ENTRE TOUS.

Le Versant sud. Acrylique, 55 x 38 cm.

Julian Taylor est loin d’être le seul artiste d’outre-Manche à avoir trouvé dans les paysages de notre Dordogne une source inépuisable d’inspiration. Toutefois, rares sont ceux d’entre eux qui parlent la langue de Molière avec autant d’aisance et si peu d’accent. Sa relation avec la France date, il est vrai, de bien avant son installation : des séjours dans la capitale avec son père, artiste un brin excentrique familier du cercle de l’école de Paris, des vacances en Dordogne avec ses grands-parents. Il était donc tout naturel qu’à l’âge de 18 ans, interrompant ses études entamées dans une école d’art anglaise, il décide de venir tenter sa chance à Paris. « Je n’ai jamais aussi peu peint que dans cette école. C’était l’époque du pop art et je ne rentrais visiblement pas dans le rang. J’y ai au moins appris la photo et la sérigraphie. » C’est là aussi qu’il rencontre Linda, qui deviendra sa femme et le suivra en France. Pratique des Arts-Régions de France

65


ANNIE PUYBAREAU

Née à Paris en 1955, Annie Puybareau s’inscrit aux cours du soir des Beaux-Arts de Rouen auprès de Robert Savary (Grand prix de Rome) alors qu’elle se destine à l’enseignement de l’espagnol. Puis elle rencontre Albert Mallet avec lequel elle apprend à travailler sur le motif. Sa passion devient bientôt une nécessité et elle franchit le pas d’une carrière artistique. Son parcours est récompensé de nombreux prix et ses toiles séduisent des collectionneurs français et étrangers, notamment au Japon et aux États-Unis.

CONTACT Rendez-vous dans notre carnet d’adresses p. 93.

74 Pratique des Arts-Régions de France


Texte : Catherine Desvé. Photos : Sylvie Durand.

Des ciels changeant au gré des vents

Le Geronimo. Huile, 40 x 80 cm.

Fidèle à la tradition de la peinture en plein air, Annie Puybareau nous convie à une escapade en bord de mer et à une découverte intimiste. Laissant de côté la trop séduisante falaise d’Étretat, elle nous emporte loin de la foule, dans la petite station balnéaire d’Yport. Le soleil en cette matinée resplendit sur la plage où reposent sagement des barques aux couleurs vives. Les falaises nimbées d’une ombre colorée donnent une allure coquette à la petite cité et la mer étale lui apporte sa douceur paisible. Après avoir scruté l’horizon et cadré de ses mains la composition à venir, Annie apprête son chevalet de voyage, les sens en alerte. Bientôt l’odeur de la térébenthine se mêle aux senteurs iodées. Combinant lumières et couleurs, force des ombres et masses structurées, elle mènera la conception de sa toile avec franchise et détermination, privilégiant l’instantanéité de son émotion. Une pause bien méritée laisse place à l’échange.

ANNIE PUYBAREAU PEINT LA DIVERSITÉ DES PAYSAGES DE SA RÉGION, LA NORMANDIE, SOUS L’ANGLE DE LA LUMIÈRE. ET C’EST LE SENTIMENT DE SA PRÉSENCE, DANS LA FRAÎCHEUR DES COULEURS ET LA VIVACITÉ DE SA TOUCHE, QUI APPORTE À SES COMPOSITIONS UNE AMBIANCE DE DOUCEUR ET DE PLÉNITUDE HEUREUSE.

Pratique des Arts-Régions de France

75


Pour toutes informations, téléphonez au :

05 49 90 09 16 Pour l’étranger : 00 33 549 900 916

www.pratiquedesarts.com LE GUIDE PRATIQUE

5ABONNER BONNES RAISONS

LE PORTFOLIO

DE VOUS

1. Vous bénéficiez d’une remise privilégiée. 2. Vous choisissez la formule d’abonnement qui vous convient le mieux.

Découvrez à travers de magnifiques reproductions les plus grands artistes d’aujourd’hui.

3. Vous ne manquez aucun numéro. 4. Vous évitez toute augmentation de prix pendant toute la durée de votre abonnement.

Retrouvez dans chaque numéro 16 pages d’idées, de recettes et solutions techniques proposées par les plus grands artistes pédagogues, le tout présenté étape par étape.

Plus de 200 photos gestes et plus de 100 conseils techniques et pratiques.

L’ACTU DES ARTS Toute l’actualité du monde des arts, les nouveautés, les expos, les événements… le tout décrypté pour vous par la rédaction.

CHEF D’ŒUVRE À L’ÉTUDE

L’AVENTURE DE LA CRÉATION Ils sont aquarellistes, céramistes, sculpteurs, Pratique des Arts les accompagne au plus près de leur création pour vous livrer en exclusivité les secrets de leur art.

5. Vous recevrez Pratique des Arts directement chez vous.

Qui n’a pas rêvé de peindre à la manière de Van Gogh, Caillebotte ou Vermeer ? Un rendez-vous pour tout connaître et ne rien oublier de ces grands maîtres.

PRATIQUE DES ARTS, C’EST AUSSI… 15 numéros spéciaux à thème

Des DVD vidéo

Une collection de livres


Pratique des Arts Hors-série Paysages de France