Page 1

HORS -SÉRIE HUILE

PRATIQUE

EN SUPPLÉMENT

Fiches 20À CONSERVER techniques

DESARTS HORS -SÉRIE HUILE

FRANCE MÉTRO : 8 €- CH : 14 FS - GR : 9,50 €- SPM : 9,50 €- DOM : 8 €- TOM : 1350 CFP - CAN : 14 $ CAN - MAR : 68 DH - PORT. CONT. : 9,50 €- MAY : 10,50€- BEL : 9,50 €- ESP : 9,50 € - LUX : 9,50 €- TUN : 9,500 DTU - CFA SURFACE : 5500 CFA

PARTAGER Le savoir-faire des maîtres d’aujourd’hui

EXTRAIT

DÉCOUVRIR

25

œuvres inédites

Portrait, paysage, nature morte…

COMMENT

PEINDRE À L’HUILE AVEC C. DEBUSSCHÈRE, A. PUYBAREAU, M. CHALMÉ, L. DINGLEY, P. DE MICHELIS, C. DUMOULIN, A.-M. LACAZE, S. TOUTOUNOV, O. BEVAN, J.-C. GRANDFOND, E. BARI…

MODE D’EMPLOI LES ESSENTIELS COULEURS, MÉDIUMS, GLACIS : • Composition et perspective ASTUCES ET TOURS DE MAIN • La peinture en plein air Conseils POUR BIEN LES MAÎTRISER • Valeurs, contrastes et lumières et recettes L 14793 - 26 H - F: 8,00 € - RD d’atelier • Les règles académiques

100

HORS-SÉRIE N° 26 - AVRIL/MAI 2012 - 8 €


Pratique

ARTS

DES

peinture, sculpture, gravure

Sommaire

6

Hors-série « Comment peindre à l’huile » avril/mai 2012

ANNIE PUYBAREAU Du plein air à l’atelier Le bon chevalet sur le motif et à l’atelier Conseils pour peindre en plein air FICHE 1 Les bons mélanges

10

démos pas à pas : composition, palette et gestes clés

ÉRIC BARI Composer et peindre les reflets Lumières et valeurs Cadrer et composer son sujet FICHE 2 Lignes de force et perspective

CHRISTIAN DUMOULIN Huile en matière Un tableau décrypté FICHE 3 Les bons gestes et outils au couteau

OLIVER BEVAN L’eau, une invitation à peindre Matériel, mélanges et couleurs FICHE 4 La simultanéité des couleurs

CHRISTOFF DEBUSSCHÈRE L’art du portrait L’artiste face à son modèle : démonstration en direct FICHE 5 Les bonnes proportions du visage FICHE 6 Les clés de la ressemblance

JEAN-CLAUDE GRANDFOND L’art des beaux fondus Bien composer ses paysages : du croquis sur le motif à l’œuvre finie Maîtriser la palette des verts FICHE 6 Réussir de beaux glacis

ÉRIC BARI « Cadrer son sujet, c’est composer son tableau. »

10 CONSEILS POUR PEINDRE SUR LE MOTIF

12 18 22

12

28 32 32 UN TABLEAU À LA LOUPE

25

œuvres inédites à découvrir

4

6

28


UN ARTISTE, TROIS THÈMES

38

38 MARC CHALMÉ

• Nature morte : FICHES 7 ET 8 Bien composer et éclairer son sujet • Une œuvre du croquis au tableau final

• Portrait : Un autoportrait étape par étape • Intérieur : Trouver la bonne composition • Réaliser une bonne ébauche FICHE 9 Contrepoints et accents

52 LAURENCE DINGLEY

Lumières et scintillements Maîtriser la transparence FICHE 10 7 règles d’or pour peindre la lumière Peindre avec le soleil

58 SERGUÉÏ TOUTOUNOV EN BONUS Paysages impressionnistes La peinture alla prima FICHE 11 Les mélanges pour de beaux verts Peindre avec les saisons

52

100

64 ANNE-MARIE LACAZE

7 RÈGLES D’OR POUR PEINDRE LA LUMIÈRE

Tableau ethnique Une œuvre décryptée

conseils PDA pour vous faciliter la peinture

70 PIERRE DE MICHELIS

Couleurs et graphismes La gestion des couleurs dans la composition

PRATIQUE 73 DOSSIER Maîtrisez vos mélanges pour

FICHES 12 À 20

une palette équilibrée. choisir et bien utiliser les médiums incontournables

• Bien

73 POUR

EN SAVOIR PLUS

RENDEZ-VOUS DANS VOTRE LIBRAIRIE P.

À

66

CONSERVER

20

fiches thématiques

Conseils et astuces pour améliorer votre technique Pratique des Arts- Spécial huile

5


JEAN-CLAUDE GRANDFOND ANNIE PUYBAREAU

L’art des beaux fondus

C’EST DANS LA RÉGION D’ORLÉANS, ENTRE FLEUVE ET PLAINE, QUE S’ÉTIRENT LES PAYSAGES PLATS QU’AFFECTIONNE JEANCLAUDE GRANDFOND. D’IMMENSES ÉTENDUES QUE CE CONTEMPLATIF ÉPURE DAVANTAGE ENCORE À L’AIDE DE LA COULEUR MONTÉE EN GLACIS ET PAR L’ANIMATION DE LA LIGNE D’HORIZON. IL NOUS LIVRE ICI UNE LEÇON DE PEINTURE.

32 Pratique des Arts-Spécial huile


« Croquis réalisé sur le motif : une base de travail précieuse pour la réalisation de mes tableaux une fois rentré à l’atelier. »

S

eulement cinquante kilomètres et je passe des rives vertes de la Loire aux espaces sans relief de la Beauce, deux entités radicalement différentes. Pour beaucoup, la Beauce rime avec monotonie, paysage sans vie. Or, il en va tout autrement si l’on prend la peine de regarder vraiment ce paysage, de se laisser aller à la contemplation des étendues immenses et des horizons infinis. Dans mes tableaux, j’accentue ce caractère d’immensité, j’exagère la platitude en épurant au maximum.

LE PRINCIPE DE BASE

PORTRAIT Né en 1943, Jean-Claude Grandfond étudie le dessin et la peinture à l’école des Arts appliqués d’Orléans. C’est dans cette ville qu’il enseigne aux Beaux-Arts de 1976 à 2004. Parallèlement, il participe à de nombreux Salons. Son travail maintes fois récompensé a notamment été distingué par le prix du conseil régional du Centre en 1996 ou au Salon artistique d’Étampes en 2003. Régulièrement exposés en galerie, ses tableaux sont aussi présents dans les collections de l’artothèque d’Orléans et au conseil général du Loiret.

Je scinde la toile en deux parties, le ciel et la terre. La partition se joue ensuite sur deux gammes distinctes : la couleur montée en glacis et l’animation de la ligne d’horizon. Sur la ligne qui sépare la terre du ciel, je pose toujours la lumière la plus claire du tableau, une ligne si mince qu’elle est parfois réduite à un fil teinté et presque blanc. Petit coup de triangle, l’éclat infime réveille le tableau car il contient l’âme de ce paysage beauceron. Je dentelle ensuite l’horizon d’éléments en contre-jour : un corps de ferme, une allée d’arbres ou quelques silos. Le décor s’arrête là, nul besoin d’accessoires dans ces espaces de couleurs que j’amplifie et étire à loisir : la bâche bleue du ciel empiète sur les champs qui plongent jusqu’aux pieds du spectateur. Déserts vertigineux, ces espaces sont comme des plaques miroitantes qui reflètent la lumière. Pratique des Arts- Spécial huile

33


LAURENCE DINGLEY

Lumières et scintillements

Astuces Cet « isolateur » est idéal pour trouver une teinte précise en l’isolant des autres, permettant ainsi de vérifier la justesse de la teinte par rapport à celle du sujet. Je le fabrique en perforant des trous dans un morceau de carton que je tiens devant mon sujet. Je procède de la même façon avec la couleur que je prépare sur la palette.

CARAÏBES, ITALIE, GRÈCE, FRANCE, PAYS-BAS, CET AMOUREUX DE LA CORNOUAILLES PARCOURT LE MONDE EN QUÊTE DES PLUS BELLES LUMIÈRES ET DE LEUR SCINTILLEMENT AQUATIQUE. OMBRES, VALEURS, REHAUTS… LAURENCE DINGLEY, AUTODIDACTE ET PLEIN-AIRISTE CONVAINCU, NOUS DONNE LES CLÉS POUR BIEN LES TRADUIRE SUR LA TOILE.

L

aurence Dingley n’est vraiment heureux que lorsqu’il peut installer son chevalet en extérieur. Quelle que soit la saison, il fait de la nature son atelier et se contente, avec un flegme tout britannique, de ce que la météo lui offre. Quelques rayons de soleil suffisent à son bonheur ; pour le reste, il fait confiance à son instinct. Ce qu’il le motive à sortir par tous les temps, c’est bien le plaisir de peindre en pleine nature. Mais c’est aussi le défi de capturer sur la toile un moment précis, à la fois éphémère et changeant, dans un espace et un temps donnés. Pour cela, il s’octroie deux-trois heures en général et cette pression, imposée par le mouvement de la lumière, est son principal enjeu. « Il s’agit d’aller à l’essentiel en usant d’une grande économie de moyens. C’est ce qui, selon moi, donne cette incroyable vitalité à la toile, si difficile à obtenir sur une œuvre réalisée calmement en atelier. Sur le terrain, la concentration est absolue. » Et comment arrive-t-il à gérer les changements de lumière? « Cela fait partie de l’expérience du plein air. Je décide dès le départ quel moment précis je choisis de peindre afin de garder une même source lumineuse et des ombres cohérentes. Il m’arrive d’installer ombres et lumières dès le départ afin de ne plus y penser. »

PORTRAIT Né en 1959, Laurence Dingley a obtenu, en 1983, un Bachelor of Arts en Beaux-Arts à l’université de Reading. Se considérant donc comme autodidacte, il a appris son art par des lectures et beaucoup de pratique. La recherche de sujets, notamment aquatiques, l’a amené à voyager dans de nombreux pays. Il est représenté par la galerie Montpellier à Stratfordupon-Avon et par la galerie Tryon à Londres.

DES VOYAGES AU FIL DE L’EAU Quand on lui demande quels sont ses lieux favoris pour capter cette lumière, le peintre globe-trotter a du mal à choisir : « J’aime beaucoup voyager, en Europe et au-delà. Le thème de l’eau m’a amené aux Caraïbes et en Sardaigne par exemple. Mais souvent, je pars sans savoir ce que je vais trouver. C’est le cas avec la France, si riche, ou avec la Hollande qui m’a inspiré une série sur les vélos. Parfois, c’est ce que je crois connaître d’un lieu qui m’attire, telle la Toscane. J’aime aussi la Cornouailles pour ses plages et ses falaises, sa mer grandiose et agitée. Mais surtout pour la variété qu’elle offre au peintre avec le mouvement des marées, ses changements de lumière et d’atmosphère. Un même lieu varie au fil des heures et forme des compositions toujours renouvelées. C’est ce qui rend cet endroit si intéressant à mes yeux. »

52 Pratique des Arts-Spécial huile

Daisy, Fishing.


Couleurs. Les huiles alkydes sont idéales pour peindre en extérieur. Elles sont un bon compromis entre l’acrylique, qui sèche trop vite, et l’huile traditionnelle, trop lente. Je peux donc aller assez loin sur le motif dans les trois heures imparties. Parfaites en voyage, elles sèchent en six heures et se laissent retravailler dès le lendemain.

Chevalet sur mesure À l’aide de quatre morceaux de bois, j’ai fixé à mon chevalet cette étagère très pratique qui reçoit tout mon matériel : pinceaux, tubes et gobelet de white-spirit.

Motif et photographie Les photos sont intéressantes pour donner des informations précises, se référer à des détails. Mais pour la recherche des valeurs, mieux vaut ne pas s’y fier. Sur un sujet contrasté, les valeurs les plus claires et/ou les plus sombres sont écrasées. Seul un travail en plein air permet de distinguer correctement les différents gris et noirs dans une zone sombre et les blancs dans une zone claire. La photo unifie et mélange les tons.

Toiles Je travaille sur de la toile de coton que je prépare à l’avance : deux couches d’apprêt acrylique puis un fond coloré ocré ou rosé, de valeur moyenne et de ton chaud. Je préfère amener la lumière à l’aide de la couleur plutôt


SERGUÉÏ TOUTOUNOV

Paysage impressionniste

sur le motif HÉRITIER DE LA TRADITION RUSSE DES PEINTRES DE CHEVALET, SERGUÉÏ TOUTOUNOV TRAVAILLE UNIQUEMENT SUR LE MOTIF, ALLA PRIMA. UN JOUR D’ÉTÉ, IL S’EST LAISSÉ SÉDUIRE PAR UN BEL

LE SUJET

ACCORD DE COULEUR ENTRE VERDURE MORDORÉE ET ORS PLUS SOUTENUS…

MA PALETTE Bleu de cobalt

Terre d’ombre brûlée

Vert Armor

Vert olive

Terre de Sienne brûlée

Ocre jaune

Jaune de cadmium foncé

Jaune de cadmium moyen

Cadmium orange

Rouge de cadmium clair

Laque de garance foncée

Rouge de cadmium foncé

MON MATÉRIEL J’utilise des chevalets russes, dont le pied est en aluminium et qui se portent comme une valisette. Leur avantage ? Ils se déplient en quelques secondes. Il s’écoule donc un minimum de temps entre le moment où l’on se sent prêt à peindre et celui où l’on commence le tableau. Ma palette est toujours prête et mes pinceaux toujours propres ; il est très important que je puisse capter immédiatement un paysage qui s’offre sous une certaine lumière. Je peins sur des panneaux de médium, support lisse enduit d’un mélange d’acrylique.

58 Pratique des Arts-Spécial huile

« J’ai choisi de poser mon chevalet près de l’hippodrome de Longchamp, devant un point de vue romantique où un chemin parsemé de feuilles dorées longe un étang dans lequel se reflètent les arbres et les roseaux. »


1 Après un dessin léger au crayon, je réalise le dessin définitif avec une couleur neutre, du bleu et du vert très dilués. Je passe ensuite un chiffon sur mon tableau pour estomper les traits.

2 J’ai posé dans le ciel un gris à base de blanc, de noir et d’ocre qui donne une tonalité chaude au mélange. Je fabrique un vert que je modifie au gré de ce que je vois dans l’arrière-plan des feuillages.

3 Je m’intéresse à l’eau. Par touches verticales, le pinceau suit toujours le mouvement de ce qu’il peint. J’ajoute du blanc et de l’ocre dans les endroits plus clairs, en bas où le ciel se reflète.

4 Au pinceau fin, je rentre dans les détails situés à l’horizon.

PEINDRE PARTOUT ET PAR TOUS LES TEMPS Le bois, c’est mon atelier. J’aime travailler sur le motif, debout, alors j’ai eu l’idée d’organiser un véritable atelier mobile qui contient tout le nécessaire du peintre naturaliste, et dans lequel il m’arrive également de m’installer pour y réaliser des natures mortes car, dans un atelier fixe, on travaille moins ; dès que quelqu’un passe, on boit un café ! Là, on n’a pas le choix : on se poste soit dans le paysage, soit dans le camion, et on peint ! Ma préférence va au Peugeot Boxer, pour la lumière qui règne à l’intérieur étant donné la hauteur vitres.

5 Je fais place nette sur ma palette avant de m’attaquer au premier plan dont les couleurs sont plus chaudes. Je pose désormais la peinture par touches nerveuses.

6 J’esquisse le feuillage jaune derrière à gauche, puis à droite avec des tons plus ocre. Je fais les détails du tronc au pinceau fin, avec un mélange sombre de vert olive et de laque de garance foncée. La lumière vient de gauche.

7 La couleur du ciel sur l’eau mérite d’être éclaircie. Je renforce les contrastes des reflets.

8 Le pinceau éventail me permet d’estomper les coups de pinceaux trop visibles. Je tapote doucement le pinceau sur la peinture jusqu’à ce que les marques soient atténuées.

Pratique des Arts- Spécial huile

59


CHRISTOFF DEBUSSCHÈRE

L’exercice du portrait SI SE RAPPROCHER DE LA RÉALITÉ EN PEINTURE NÉCESSITE SOUVENT D’OUBLIER LE SUJET, C’EST ENCORE PLUS VRAI POUR LE PORTRAIT. NE PAS SE LAISSER TOUCHER DANS UN PREMIER TEMPS PAR LA PERSONNALITÉ MÊME DU MODÈLE AIDE À MONTER VOLUME ET CARNATION. ENSUITE LA PRÉCISION DES TRAITS NAÎTRA DE L’OBSERVATION.

PORTRAIT Né en 1962 à Paris, Christoff Debusschère peint tout jeune avec sa mère, l’artiste Nicole Lacombe, avant de suivre l’enseignement de Philippe Lejeune à l’atelier de la Vigne à Étampes. De nombreuses expositions personnelles lui ont été consacrées, alors que son œuvre est régulièrement présente dans les Salons, en France comme à l’étranger. Depuis 1997, l’artiste fait en outre partie des peintres officiels des Armées, de l’Air et de la Marine.

28 Pratique des Arts-Spécial huile

L’

art du portrait définit les grandes lignes de la peinture : de Vélasquez à Degas en passant par Frans Hals, pour ne citer qu’eux, il a su résister aux différents mouvements artistiques. Il est resté au centre des questionnements plastiques des maîtres de toute époque. De par mon expérience, j’expliquerai ce phénomène par le fait que le portrait, plus que tout autre thème, exige une grande cohérence avec la réalité, à savoir une épure extrême du dessin doublée d’une grande justesse de la couleur, soit un rendu subtil des effets de carnation équilibrés par contrastes et successions des clairs-obscurs. Plus à l’aise dans la réalisation d’un portrait de commande, je préfère ne pas trop connaître la personne qui pose; j’aborde l’œuvre avec une plus grande objectivité. Ma perception immédiate dicte les premiers traits de pinceau. J’essaie dès lors


de ne plus dévier de ce chemin, jusqu’à ce que… cette vision commence à m’échapper. Quelque chose d’indicible s’interpose entre mes yeux et le sujet, entre le représenté et le vivant. Moment réjouissant et rassurant, je me propose « de faire de la peinture pour la peinture », jouer d’habileté technique en me concentrant sur le visage.

LES PLEINS ET LES VIDES Je pars d’un endroit précis, l’oreille par exemple, élément fondamental dans l’équilibre d’une tête. Effacée, puis repositionnée, modelée et encore déstructurée jusqu’à la forme juste, jusqu’à l’inclinaison exacte. Il suffit de continuer à peindre autour, emplir le vide par ajouts méthodiques. Bien que je n’apprécie guère l’idée de méthode, c’est bien ici ce qui peut me sauver un temps du naufrage, m’éloigner du trouble de cette image qui sans cesse se brouille et se dérobe. Mon regard concentré sur la personne, mon geste absorbé par la représentation, seule ma mémoire demeure en alerte, inconditionnée. Une foule d’informations ressurgit, emmagasinées depuis le début de la séance. Les souvenirs se juxtaposent sur la toile, ils sont couleurs, formes, émotions : le trait peint se confond avec le trait du visage. Homonymie propre à signifier le moment magique où le modèle ne se distingue plus du tableau, où réalité et représentation flirtent dangereusement.

CONSEILS PDA

LES BASES : LE CANON DU VISAGE Avant de dessiner, il est nécessaire de bien comprendre comment un visage se construit. La maîtrise du canon, sur lequel peuvent se caler tous les visages, va nous y aider. Il s’inscrit dans un rectangle qui comporte toutes les cotes à retenir, dont la plus importante : les trois tiers.

1/8

1/3

1/3

1/3

+1/3

1/3

1/3

1/3

Face On part d’un carré (à visualiser comme un cube) dans lequel on construit un cercle (ou une sphère) qui correspond à la boîte crânienne, de la racine des cheveux à la base du nez. Sur ce carré, on rajoute ensuite 1/3 vers le bas pour le maxillaire inférieur et 1/8 du carré de départ en haut pour le haut du crâne.

1/3

Profil On reprend le carré dans lequel on inscrit le cercle, également augmenté de 1/3 vers le bas et de 1/8e vers le haut. Puis on ajoute un deuxième cercle, décalé de 1/3 vers l’arrière, qui correspond à la profondeur du crâne. On relie ensuite la boîte crânienne au menton en descendant à partir du milieu du tiers central (donc très haut).

Soigner son ébauche POSE DES COULEURS D’ENSEMBLE, FOND ET VISAGE, PUIS MONTÉE DES CONTRASTES : L’IDENTITÉ DU MODÈLE SE DESSINE PEU À PEU, AU GRÉ DES CORRECTIONS DE PROPORTIONS.

PLACER LE SUJET SUR LA TOILE Directement à la peinture à l’huile, je définis une forme monolithe anguleuse aux épaules et axée autour de la position de la tête.

JE RENTRE PEU À PEU DANS LE DESSIN. Sans préciser la forme, les teintes du visage s’opposent à celles des cheveux. Deux volumes majeurs, bruts, se dégagent. L’affinement des contrastes tendra à la volonté d’identifier le modèle.

Pratique des Arts- Spécial huile

29


FICHE 12 : Palette d’artiste, Pierre De Michelis FICHE 13 : Réussir de beaux mélanges FICHE 14 : Dégradés et transitions harmonieuses FICHE 15 : Le passage visuel FICHE 16 : Application

9

FICHES TECHNIQUES FICHE 17 : Qu’est ce qu’un médium ? FICHE 18 : Quelle consistance ? FICHE 19 : Quel médium pour quel usage ? FICHE 20 : Les incontournables

Pratique des Arts- Spécial huile

73


Pour toutes informations, téléphonez au :

05 49 90 09 16 Pour l’étranger : 00 33 549 900 916

www.pratiquedesarts.com LE GUIDE PRATIQUE

5ABONNER BONNES RAISONS

LE PORTFOLIO

DE VOUS

1. Vous bénéficiez d’une remise privilégiée. 2. Vous choisissez la formule d’abonnement qui vous convient le mieux.

Découvrez à travers de magnifiques reproductions les plus grands artistes d’aujourd’hui.

3. Vous ne manquez aucun numéro. 4. Vous évitez toute augmentation de prix pendant toute la durée de votre abonnement.

Retrouvez dans chaque numéro 16 pages d’idées, de recettes et solutions techniques proposées par les plus grands artistes pédagogues, le tout présenté étape par étape.

Plus de 200 photos gestes et plus de 100 conseils techniques et pratiques.

L’ACTU DES ARTS Toute l’actualité du monde des arts, les nouveautés, les expos, les événements… le tout décrypté pour vous par la rédaction.

CHEF D’ŒUVRE À L’ÉTUDE

L’AVENTURE DE LA CRÉATION Ils sont aquarellistes, céramistes, sculpteurs, Pratique des Arts les accompagne au plus près de leur création pour vous livrer en exclusivité les secrets de leur art.

5. Vous recevrez Pratique des Arts directement chez vous.

Qui n’a pas rêvé de peindre à la manière de Van Gogh, Caillebotte ou Vermeer ? Un rendez-vous pour tout connaître et ne rien oublier de ces grands maîtres.

PRATIQUE DES ARTS, C’EST AUSSI… 15 numéros spéciaux à thème

Des DVD vidéo

Une collection de livres

Profile for Diverti Editions

Pratique des Arts hors-série Comment peindre à l'huile  

Un numéro exceptionnel du magazine de la pratique artistique : riche en démonstrations par les meilleurs peintres, ce magazine vous explique...

Pratique des Arts hors-série Comment peindre à l'huile  

Un numéro exceptionnel du magazine de la pratique artistique : riche en démonstrations par les meilleurs peintres, ce magazine vous explique...

Profile for diverti
Advertisement