Page 1

Mensuel gratuit d’informations

#51 avril

2013

Bourgogne

Culture et actualité

Festival Beaune Vibrations - Le Théâtre Universitaire de Dijon prépare son festival Éclosions 4.0 Ouverture de la Cité des Arts à Besançon - Asaf Avidan à La Vapeur - Rolling Saône à Gray L’Orchestre Dijon Bourgogne enregistre son premier album (Super) Hamlet au Théâtre des Feuillants - Müller Machines au TDB et Saison Ici l’Onde - Le Jardin des Sciences de Dijon + l’agenda du mois + Chroniques CD, Livres, Cinéma...


diversions-magazine.com

cultures sorties société

#51 #26 avril 2013

Bourgogne

L’AGENDA - 4 REPÉRAGES - 6

Festival Beaune Vibrations Le Théâtre Universitaire de Dijon présente son festival Éclosion 4.0 Ouverture de la Cité des Arts à Besançon

Festival Rolling Saône à Gray L’Orchestre Dijon Bourgogne enregistre son premier album

THÉÂTRES - 9

(Super) Hamlet au Théâtre des Feuillants Müller Machines au TDB

Identités masculines à Mâcon Scène Nationale

EXPOSITIONS - 12

Le Jardin des Sciences de Dijon Pierre-Louis Grivaud

CHRONIQUES CD - 13 CHRONIQUES LIVRES - 14 CINÉMA - 15

MUSIQUES - 8

Asaf Avidan & Band à La Vapeur

Diversions - Edition Bourgogne Journal d’information gratuit 1, rue de Vittel 25000 Besançon 03 81 87 40 05 - 06 34 12 01 91 www.diversions-magazine.com diversions@orange.fr Editeur : SARL Diversions RCS : 508 184 934 Directeur de la publication : Boban Stanojevic 03 81 87 40 05 / 06 34 12 01 91 diversions@orange.fr

Rédacteur en chef : Dominique Demangeot magazine.diversions@yahoo.fr Rédaction : Florian Antunes Pires, Lucie Brownie, Frédéric Dassonville Dominique Demangeot, Manu Gilles, Amandine Mannier, Sébastien Marais Chloë Mabranche, Paul Sobrin, Boban Stanojevic, Marc Vincent, Caroline Vo Minh Comité de relecture : Dominique Demangeot, Caroline Vo Minh Régie publicitaire : Boban Stanojevic - 03 81 87 40 05 / 06 34 12 01 91 - diversions@orange.fr

Dépôt légal : avril 2013 © Diversions 2013 Imprimé en Espagne - Rotimpres ISSN : en cours valeur : 1,15 euros offert Diversions est diffusé gratuitement sur la Bourgogne Franche-Comté Prochaine parution : 25 avril 2013


Diversions - L’Agenda du mois

4

Les sorties du mois en un clin d’oeil

CHENÔVE Escale Charcot Du 22 avril au 17 mai : Exposition Alexis Ferrier

Exposition d’Alexis Ferrier à Chenôve Espace culturel François Mitterrand 3 avril à 15h : Sac à modeler – Spectacle visuel et musical BEAUNE Musée des beaux-arts Du 1er mars au 21 mai : Michel Hans, chorégraphe de l’image – Exposition photographique 4 avril à 18h30 : Conférence par Michel Hans et Marion Leuba Cycle de conférences sur la vie bourguignonne : 30 avril à 20h : Conférence d’Emmanuel Bourguignon : protéger son terroir en respectant son sol Théâtre de Beaune 10 avril : Rosie Rose – Cirque 13 avril : Flying Fish Circus – Cirque

DIJON ABC (au Théâtre des Feuillants) 3 avril à 20h : Ten Drum Art Percussion Group - Percussions 9 avril à 20h : (Super) Hamlet – Ciné concert 11 avril à 20h : Paquier « sur mesure » (Grand Théâtre) – Musique classique 30 avril à 20h : Le Horla - Théâtre

Bistrot de la Scène 3 avril à 10h30 et 15h : Badabulles en concert – Jeune public 4 avril à 20h30 : Jeanne Garraud et Adèle – Chanson 5 et 6 avril à 20h30 : Ce soir ou jamais LISA21 – Improvisation comique 10 avril à 10h30 et 15h : Pas si bêtes ! – Spectacle et atelier 10 avril à 20h30 : Tout feu tout slam #7 – Slam 11 avril à 20h30 : Philip Catherine Jazz at the Bistro(t) – Jazz 12 avril à 20h30 : Romain Billard Trio – Jazz 13 avril à 20h30 : Hypérion + Cargo – Concert Du 16 au 18 avril à 10h30 et 15h : La famille FarfeluX – Jeune public

Téléchargez l’application Diversions pour i-Phone

Asaf Avidan le 13 avril à La Vapeur Consortium Du 14 février au 14 avril : Larry Pittman – Exposition art contemporain Du 14 février au 16 juin : Phillip King – Exposition art contemporain Jusqu’au 14 avril : Matthew Mc Caslin : What goes on in my mind ? – Exposition art contemporain Jusqu’au 14 avril : Valère Novarina – Exposition peintures Jusqu’au 14 avril : Marie Cool, Fabio Balducci - Exposition art contemporain Hôtel de Vogüé (Salle des Gardes) 12 avril à 18h30 : «Fantasmes et écritures» Tout public à partir de 15 ans. Divagations et débrouilles d’un écrivain qui a décidé, quoi qu’il arrive, de consacrer sa vie aux mots, à la lecture, à l’écriture. Une façon exemplaire d’aller jusqu’au bout de son désir tout en répondant à une sorte d’appel… Louis Calaferte (Turin, 1928 – Dijon, 1994) évoque ici sa jeunesse et la naissance de sa vocation. Textes lus par Pierre Lambert, accompagné d’un musicien. Organisé par Les Mousquetextes

Jardin des Sciences (Planétarium) 21 avril de 14h30 à 15h30 : «Ah, les vaches !» Tout public à partir de 12 ans. D’Hector Malot à Ludovic Janvier et Pascal Commère, évocation des bovidés et de ceux qui en vivent, les mangent et de ceux qui ont même oublié à quoi ils ressemblent. Textes lus par Gérard Brey et Constant Cazalca. 
 Dans le cadre de l’exposition “La vache !” Opéra de Dijon 4 avril à 20h : Bachfest : Bach, Vivaldi, concerti pour clavier – Concert 5 avril à 20h : Bachfest : La passion selon St Jean – Concert 6 avril à 20h : Bachfest : Bach, Chostakovitch – Concert 7 avril à 15h : Bachfest : Cantates – Concert 8 avril à 20h : Carlson, short stories – Danse 9 avril à 20h : Quatuor Arcanto – Concert 13 avril à 20h : Anderszewski – Concert 30 avril à 20h : La neuvième de Beethoven - Concert

Et retrouvez notre agenda des sorties en Alsace Bourgogne Franche-Comté ainsi que notre sélection de reportages vidéo Parc des Expositions Du 5 au 7 avril : Immo d’or : 10ème salon de l’immobilier 6 et 7 avril : Eclipsss – Spectacle 10 et 11 avril : Salon Apprentissimo Du 18 au 22 avril : Foire de Printemps

La Vapeur 2 avril à 20h : Ursus Minor and More – Jazz hip hop 5 avril à 20h30 : Human Beatbox Festival – Beatbox 8 avril à 19h : Musique et cybernétique – Music story #2 11 avril à 20h : Tribute to Gerry Mullingan – Jazz 13 avril à 20h : Asaf Avidan and Band – Folk rock 21 avril à 18h : Bright Moments – Folk 26 avril à 20h : Marie Pierre Arthur et Laurent Lamarca – Chanson 27 avril à 20h : Don Aman / The Sons of Faow Verny / After Taste – Rock Latitude 21 Du 6 avril au 31 juillet : Objectif - 7 % - Exposition jeu sur la réduction des déchets

Exposition Phillip King jusqu’au 16 juin au Consortium Phillip King, Point X, 1962 © Fondation Speerstra, Suisse. Phillip King - La couleur au volant, 2012 - Photographie: Annik Wetter


L’Agenda du mois

Les sorties du mois en un clin d’oeil Théâtre Dijon Bourgogne 2 et 3 avril à 20h : Les magnifiques (Parvis St Jean) – Théâtre Du 4 au 6 avril : Il n’y a pas de cœur étanche (Salle Jacques Fornier) – Théâtre Musique 6 avril à 20h : Müller Machines (Parvis St Jean) – Théâtre Du 9 au 13 avril : Retour à Argos (Parvis St Jean) – Théâtre

La Péniche 3 avril à 20h : Toad + Jericho – Trad électrique 10 avril dès 19h : EMA Péniche elle te plait pas ? - Soirée expérimentale image, geste et son 12 avril à 21h30 : Les Sales Majestés + Les Soeurs Siamoises - Punk Rock 19 avril à 20h30 : Unknown Flying Orchestra + Cruzer Ivory & Rahft + DJ Da Pyjama Club - Reggae / Rap 21 avril à 18h30 : Lydia Lunch’s Putan Club - Rock + Lecture + Instant art movie 23 avril à 16h : François Hadji-Lazaro et Pigalle - Concert jeune public 27 avril à 21h30 : 1989 par Gran Kino + Octopulse - Bandes originales + Rock Jazz Electro 28 avril à 18h30 : The Limiñanas + Les MOOritz - Yéyé / Pysché Salle Marcel Sembat 6 avril à 20h : Les Franglaises - Humour et musique

Théâtre Mansart 2 avril à 20h : Sessions Jam - Théâtre 4 avril à 20h30 : La fascination du désastre – Théâtre 5 avril à 20h30 : Fables par le collectif R.A.S – Théâtre Du 9 au 11 avril à 20h30 : Back to the roots 12 avril à 20h30 : Elefanf’u – Théâtre 19 et 20 avril : Tempo par la compagnie Anxo – Théâtre Du 29 avril au 3 mai : Festival Éclosion 4.0 - Théâtre - voir article p.6 Zénith 2 avril à 20h30 : Kaas chante Piaf – Chanson 3 avril à 20h : Saez – Chanson 3 avril à 20h : Si Carmen m’était contée 5 avril à 20h30 : Skip The Use – Rock 6 avril à 20h30 : Booba – Rap 12 avril à 20h : Voca People – Récital 13 avril à 14h et 17h15 : Disney live – Jeune public 14 avril à 16h : Franck Michaël et ses musiciens – Chanson 16 avril à 20h30 : Dany Brillant – Chanson 17 avril à 20h30 : Rock Voisine – Chanson 20 avril à 20h : Stars 80 - Spectacle

© DR

© Frédéric Iovino

Retour à Argos du 9 au 13 avril

Théâtre Piccolo 5 avril à 20h : Patrik Cottet-Moine - Humour LE CREUSOT L’arc scène nationale Du 6 avril au 18 mai : Zhu Hong – Exposition de peinture 6 avril à 20h30 : Short stories – Danse 11 avril à 20h30 : Aldona – Chanson

Lydia Lunch le 21 avril à La Péniche de Chalon-sur-Saône Musée des Ursulines Jusqu’au 21 avril : Exposition Paysages en mouvement II de 1860 à 1960 - Peinture QUETIGNY

MÂCON

Cave à Musique 5 avril à 21h : Mathieu Boogaerts + Joe Bel – Chanson 7 avril à 16h45 : Minifocus 12 avril à 21h : Lycées en scène

Espace Mendès-France 5 avril à 20h30 : La photo de sixième - Théâtre

Le Crescent 6 avril à 18h30 : Manu Lévèque – Jazz 8 et 9 avril à 18h30 et 20h30 : Ateliers 11 avril à 21h30 : Jam sessions 27 avril à 21h : B12 – Jazz

Mâcon Scène nationale 3 avril à 19h30 : Les fenêtres éclairées – Théâtre 7 avril à 17h : Contes symphoniques – Musique classique 9 avril à 20h30 : Zoom, John Cage au creux de l’oreille – Musique 12 avril à 19h30 : Identités masculines – Danse

CHALON-SUR-SAÔNE Auditorium du Conservatoire 2 avril à 20h : Les monstrations inouïes – Spectacle visuel 9 avril à 20h : Salon romantique  – Concert dégustation 13 avril à 18h : Brass Band du Grand Chalon – Concert Espace des Arts 3 avril à 20h : Le visiteur – Danse 9 et 10 avril à 20h : Les amours vulnérables de Desdémone et Othello - Théâtre

© C. Ganet

Musée Nicéphore Niépce Jusqu’au 19 mai : BLV5, finir en beauté – Exposition photographique Jusqu’au 19 mai : Les arts associés, la photographie au service du cinéma – Exposition photographique Jusqu’au 26 juin : Stanley Greene, sur la route d’une guerre – Exposition photographique

Identités masculines à Mâcon Scène Nationale le 12 avril

Petit Théâtre des Prairies 25 avril à 15h et 19h : Moi, Josephina - Arts du Cirque Place centrale Roger Raymond 17 avril à 16h et 20h : Wasteland - Arts du cirque

55


Repérages

6

Festival Beaune Vibrations Pour la deuxième année consécutive, la Ville de Beaune met en avant les jeunes musiques actuelles bourguignonnes. Du 12 avril au 17 octobre, ils seront nombreux à fouler les planches de la toute récente salle de La Lanterne pour rencontrer le public.

Après la musique gorgée de soleil, entre jazz, folk et pop de Lou di Franco le 11 mai, place aux Anonymes Anonymes le 18 mai, un one man show cette fois, dans lequel Matthieu Denis arpente seul la scène pour endosser différents rôles, du banquier au chanteur douteux, en passant par un présentateur de télévision. Le 25 mai, The Flying Sutch Band présentera sa pop psychédélique teintée de rock, tandis qu’à la rentrée, le 21 septembre, Sidi, fondateur d’Iltika, sera présent pour dévoiler au public son nouveau spectacle « À l’horizon, plein de tout et puis c’est tout »,

© DR

Après le succès hivernal du festival Mômes et Merveilles, La Lanterne de Beaune propose au spectateur, du printemps à l’automne, de découvrir la scène locale qui a des choses à dire, et surtout à chanter. C’est l’occasion d’aller à la rencontre d’artistes dont Lou di Franco, jeune chanteuse d’origine sarde, que l’on a déjà pu croiser sur quelques scènes régionales et dans des cafés concerts. Beaune Vibrations, c’est avant tout une scène éclectique, à l’image des Poupées qui toussent, du rock à voir le 12 avril à 20h30 à La Lanterne. Les locaux de l’étape - les Poupées sont beaunoises - pratiquent une musique qui va s’abreuver auprès des grands noms du rock et de la folk, lors de reprises, mais les sept membres de la formation proposent aussi leurs propres compositions.

Gran Kino mélange de jazz et de hip hop. Iltika, cela fait déjà quelques années qu’il tourne sur la Bourgogne. C’est en 1987 qu’il découvre le hip hop, avant de s’entourer quelques années plus tard de musiciens. L’artiste est de retour avec une formation élargie - dont un quatuor à cordes - après trois ans d’absence nécessaires pour recharger les batteries... et l’inspiration ! Le 17 octobre enfin, Gran Kino, quatuor oscillant entre rock, électro et hip hop, proposera un spectacle aux collégiens et lycéens, retraçant l’histoire des musiques amplifiées, et sensibilisant également aux risques auditifs. Le soir, un concert sera donné pour le public adulte cette fois, avec comme thématique l’année 1989. - Manu Gilles -

Beaune Vibrations, La Lanterne, Beaune, du 12 avril au 17 octobre Plus d’informations : www.beaune.fr

Le TU Dijon prépare son festival Éclosion 4.0 Une nouvelle édition du festival de théâtre universitaire Éclosion se tiendra au Théâtre Mansart de Dijon du 29 avril au 3 mai. L’occasion de rencontrer à nouveau plusieurs troupes de comédiens amateurs qui rythmeront la vie culturelle dijonnaise au printemps. Le Théâtre Universitaire de Dijon, présent depuis près de 40 ans dans la capitale bourguignonne, a pour objectif de favoriser la pratique théâtrale pour tous, et vise à soutenir des initiatives d’amateurs. Des professionnels du spectacle vivant interviennent régulièrement avec les artistes afin d’enrichir leur travail. Afin de présenter au public les divers travaux entrepris durant l’année au sein du théâtre universitaire, le festival Éclosion a vu le jour. En préambule du festival, des « lâchers de masques  » supervisés par Lise Holin, se dérouleront dans les lieux les plus fréquentés de la ville, une semaine avant l’ouverture d’Éclosion 4.0 et au cours de la semaine. Cette année, le public pourra découvrir deux créations  : Ailleurs, mis en scène par Sébastien Foutoyet et La chasse aux rats, mis en scène par Guillaume Malvoisin et écrit par Peter Turrini. Trois ateliers, menés tout au long de l’année, seront également présentés aux spectateurs : «  Masque et poésie  », «  Improvisation  » et « Zone de heurts, Espace de frictions ». Afin de montrer que des collaborations existent entre les différents théâtres

universitaires de la région, Éclosion 4.0 accueillera en outre une création du Théâtre Universitaire de Besançon: « Embarqués… », mise en scène par Joseph Melcore. Deux autres spectacles sont également au programme d’Éclosion 4.0 en 2013 : Le rien, le pire, le meilleur, mis en scène par Sylvain Paolini et écrit par Jean-Michel Baudoin et Jean et Béatrice  mis en scène par deux jeunes comédiens, Lucile Morin et Pierre Lhenri. Pour la première fois, le festival s’ouvre à la musique, offrant au public la possibilité de découvrir plusieurs groupes de la scène dijonnaise. Ainsi la soirée d’inauguration sera animée par un groupe local et par Radio Campus Dijon. Le public pourra aussi découvrir, le 1er mai à 22h, Nahotchan, groupe sélectionné au Dijon Live 2012. Un photographe Dijonnais, Fox, a réalisé de nombreux clichés durant les stages et les répétitions. Il présentera son travail sous la forme d’une exposition durant toute la durée du festival, au Théâtre Mansart. Les clichés concernant la création de La chasse aux rats seront exposés à l’atheneum, lieu de création de la pièce. - Caroline Vo Minh -

Festival Éclosion 4.0, Théâtre Mansart, Dijon, du 29 avril au 3 mai www.tudijon.fr


Repérages

7

Événement Ouverture de la Cité des Arts à Besançon Comme La Rodia et la Friche culturelle, elle est posée au bord du Doubs, devant le port fluvial. L’imposante Cité des Arts ouvrira ses portes les 6 et 7 avril. Le bâtiment, conçu par l’architecte japonais Kengo Kuma, abrite à la fois le Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Besançon et le Fonds Régional d’Art Contemporain de FrancheComté.

Le « Passage des Arts » et deux halls d’accueil constituent le point de transition entre les bâtiments du Conservatoire et du Frac. Des espaces communs (centre de documentation, restaurant/salon de thé) ont été aménagés pour favoriser la transition d’un lieu à un autre, des arts plastiques à la musique, et vice versa. Des projets impliquant différentes structures, mêlant musiques et arts plastiques, pourront également être mis en place.

© DR

À la croisée des arts

© David Cesbron - Région Franche-Comté

On pourra retrouver l’architecte, ainsi que la Ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti, lors de l’inauguration officielle de la Cité des Arts le 5 avril. Des portes ouvertes sont organisées les 6 et 7 avril, afin que le grand public se familiarise avec ce nouveau bâtiment dédié aux arts plastiques et à l’enseignement de la musique. La maîtrise d’ouvrage de la Cité des Arts a été menée par le Conseil régional de FrancheComté pour la partie Frac, la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon pour le Conservatoire à Rayonnement Régional et la Ville de Besançon, qui a aménagé l’ancien port fluvial ainsi que le mur de protection contre les crues.

La Cité des Arts à Besançon Un lieu ouvert au public

La Cité des Arts est un bâtiment public. Il a donc vocation de proposer un véritable service public. Le Fonds Régional d’Art Contemporain présentera ainsi ses expositions, mais devrait aussi accueillir des partenaires comme l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon, voire des expositions d’artisans dans les prochaines années. La construction de la Cité des Arts fut aussi l’occasion pour les lycéens et étudiants du lycée Pierre-Adrien Pâris à Besançon de suivre l’évolution du chantier au quotidien.

Le Conservatoire à Rayonnement Régional

Toutes les disciplines de l’ancien conservatoire, qui se situait place de la Révolution à Besançon, seront enseignées dans le nouveau bâtiment de la Cité des Arts : musiques classique et ancienne, musiques actuelles et jazz mais aussi direction d’orchestre et de choeur. Le conservatoire, c’est aussi de la danse - classique et contemporaine, jazz... - et du théâtre. Un auditorium de 290 places permettra en outre aux élèves de présenter leur travail en public.

Le Fonds Régional d’Art Contemporain

Le Frac présentera ses trois premières expositions dans la Cité des Arts. Des Mondes Possibles est une sélection d’œuvres en relation avec le Temps, thématique centrale du Frac Franche-Comté depuis quelques années. Quant à Test pattern [n°4], il s’agit d’une installation de Ryoji Ikeda qui produit des code-barres et des schémas binaires - 0 et 1 -, en écho aux pixels des cloisons de la Cité des Arts... Ces deux expositions sont à voir dès le 6 avril. Jean-Christophe Norman présentera quant à lui des cartes postales du Mont Fuji du 1er avril au 31 mai. Des événements - projections, performances ... - pourront aussi être organisés dans une salle de conférences de 110 m². Trois studios accueilleront des résidences d’artistes tandis que la collection du Frac sera abritée dans des réserves de 400 m². - Marc Vincent -

Ouverture de la Cité des Arts, 6 et 7 avril de 10h à 19h - Entrée libre et gratuite http://www.citedesartsetdelaculture.fr


Musiques

8

Asaf Avidan & Band à La Vapeur

dans le domaine du hard rock comme Robert Plant. Sensible et classieux dans la folk - le joplinien Maybe You Are qui ouvrait The Reckoning en 2008), survolté et rugueux dans le rock.

Asaf Avidan et ses musiciens sont de retour en France pour nous présenter leur nouvel opus Different Pulses. La précédente série de concerts d’Asaf dans l’hexagone avait laissé de bons souvenirs à nos oreilles. Le chanteur israélien sera de passage à La Vapeur le 13 avril prochain.

Le premier single du nouvel album qui est aussi la chanson titre, Different Pulses, est un midtempo plutôt différent de ce à quoi nous avait habitué Asaf Avidan. Une ballade fiévreuse et baignée d’écho, sous-tendue d’un piano, où se perd de temps à autres la complainte d’une trompette discrète. On retrouve ce cuivre sur Conspiratory Visions Of Gomorah, morceau planant qui amène définitivement le chanteur vers des paysages trip hop, où se déploie à la fin, contre toute attente, un joli chœur qui ajoute au côté introspectif du morceau.

Rencontrer Asaf Avidan est une expérience que l’on peut difficilement oublier. D’autant qu’on est sûr comme ça de ne pas se méprendre sur le sexe de l’artiste. Il faut dire que sa voix tire plus vers l’organe féminin que masculin... Un timbre que certains critiques ont rapproché à raison de celle de la diva Janis Joplin. En un sens, Asaf Avidan est lui aussi une diva, une diva scénique, doté d’un timbre d’une rare intensité qui fait des merveilles dans les aigüs. Sa musique est à son image : versatile, à la fois racée et pleine d’énergie, si bien que l’on compare aussi le bonhomme à des chanteurs de référence

- Manu Gilles -

Asaf Avidan & Band + Joe Bell, La Vapeur,

Musique Festival Rolling Saône à Gray La Halle Sauzay de Gray s’apprête à rugir à nouveau du 9 au 11 mai prochains. La Ville de Gray offre un troisième jour de musique aux festivaliers, qui pourront venir assister aux concerts dès le jour de l’Ascension, jeudi 9 mai cette année.

© DR

Dès le vendredi on retrouve la formule traditionnelle de Rolling Saône avec de nombreux groupes chaque soir. Ce vendredi aura un pied dans le hip hop et un autre dans le métal. C’est d’abord IAM qui sera la première tête d’affiche. Le groupe mythique de la cité phocéenne qui se fait plutôt rare en Franche-Comté, vient à Gray ! Déjà bientôt 25 ans de carrière pour les Marseillais qui n’ont jamais perdu le feu sacré, avec cette tendance réjouissante à ne jamais se prendre au sérieux tout en sachant aborder des thèmes graves quand il le faut. Le groupe a forgé quelques galettes mythiques du rap français dans les années 90 - le double Ombre Est Lumière en premier lieu et L’École du Micro d’Argent -. Après avoir quitté le

© DR

Le jour de l’Ascension, c’est Tryo qui viendra donc inaugurer cette nouvelle journée de Rolling Saône, car d’ordinaire les concerts n’ont lieu que les vendredi et samedi. On ne présente plus la formation de Mali et ses collègues, qui publiaient en août dernier un cinquième album dont le titre, Ladilafé, est dédié à la regrettée Patricia Bonnetaud, fondatrice du label Yelen Musique, et qui avait grandement contribué au développement de Tryo. Ce cinquième opus, où de nouvelles sonorités sont intégrées comme les platines ou le didgeridoo, poursuit le mariage heureux du reggae et de la chanson, initié par Mali et ses acolytes.

Naive New Beaters

IAM label AZ pour la filiale française du mythique label hip hop Def Jam, IAM annoncent un nouvel album pour avril, dont quelques extraits - avec le single Peine profonde courent déjà sur la toile. Place ensuite à Mass Hysteria qui viennent de reprendre la route, une nouvelle tournée pour défendre leur nouvel album L’armée des ombres paru à la fin de l’été dernier. Plus brut de décoffrage, de l’avis même des membres du groupe, L’armée des ombres reste aussi dans la veine Mass Hysteria, avec des textes toujours aussi engagés. Les machines sont aussi plus présentes, apportées par Olivier Coursier, ancien guitariste de MH - et piano du duo AaRON -. En parlant de six cordes, on remarque aussi des riffs un peu plus métalliques sur ce nouvel opus. Le vendredi on pourra aussi rencontrer sur scène le groupe Broussaï pour des couleurs reggae ainsi que Michaël Miro pour des ambiances folk et pop.

Si la soirée du samedi convie notamment les jeunes rockeurs de BB Brunes, dont le troisième album sorti en septembre dernier se veut clairement plus pop, une place importante sera donnée aux ambiances synthétiques avec la venue notamment des Parisiens de Naïve New Beaters et leur pop électronique, tirant tantôt vers le rock, tantôt vers le hip hop, un joyeux magma musical et décomplexé - pour ne pas dire férocement décalé - qui en tous cas remplit allègrement les salles depuis 2009. À découvrir également Aeon Seven et Kunst Throw, duo sévissant sous le nom de Christine pour rendre hommage au thriller mécanique de John Carpenter. Accompagnés sur scène de mix vidéos, Christine ont d’abord produit leur petite sensation aux Découvertes du Printemps de Bourges 2011, avant d’écumer les festivals et de remixer à tour de bras - et de platines - pour Naïve New Beaters, The

Name, Florian Mona et bien d’autres. Après un premier EP Catharsis en vinyle le 11 mars 2013, disponible en digital depuis le 25 février, le second sortira en mai. Le festival s’achèvera sur des ambiances techno house avec la venue du DJ d’origine belge Basto. N’oublions pas cette année les groupes locaux sélectionnés pour les concerts tremplins. Les festivals du calibre de Rolling Saône sont souvent l’occasion pour ces derniers de jouer pour la première fois devant un public conséquent. - Manu Gilles -

Festival Rolling Saône, Gray, sous la Halle Sauzay, du 9 au 11 mai www.rolling-saone.com


Musiques

9

L’Orchestre Dijon Bourgogne enregistre son premier album L’ODB s’exporte et voyage. S’il propose des concerts en région, comme dernièrement à Mâcon pour la création de Lost In The Stars, ou en septembre dernier à Beaune pour le début de saison, l’orchestre, qui aura bientôt un chef attitré, a découvert mi-mars les joies de l’enregistrement. Son premier album, intitulé Fictions, sortira dans les bacs et en format digital en septembre prochain.

Même si l’ODB n’est pas un orchestre de jazz à part entière, sans batterie, contrebasse et

© Sylvain Gelineau

Fictions, c’est aussi le nom de l’œuvre composée spécialement pour l’occasion par Guillaume de Chassy, l’un des pianistes de jazz les plus doués de sa génération, qui a donc fait un bout de chemin avec l’Orchestre Dijon Bourgogne. Le pianiste et l’orchestre, dirigé pour l’occasion par JeanChristophe Cholet, ont présenté Fictions au public de Nevers le 17 mars dernier. L’œuvre s’inspire du recueil de nouvelles du même nom de l’écrivain argentin Jorge Luis Borgès. « Ce qui a été pris chez Borgès, ce n’est pas une histoire ou un thème, mais plutôt un esprit, une sorte de poésie dans les personnages, les situations », explique Guillaume de Chassy. Cette suite concertante dépeint cinq paysages, cinq scénarios différents. Si la partie orchestrale est entièrement écrite, celle du piano est improvisée selon les règles du jazz, « avec l’articulation rythmique du jazz, avec le son du jazz », souligne encore le pianiste.

L’ODB ne fait pas uniquement office d’accompagnateur ici, il mène un véritable dialogue avec le piano

Enregistrement en mars dernier à la Maison de la Culture de Nevers saxophone, l’ODB ne fait pas uniquement office d’accompagnateur ici, il mène un véritable dialogue avec le piano. Pour cela, Guillaume de Chassy a confié les arrangements à Jean-Christophe Cholet, « afin que l’orchestre sonne bien et que j’ai vraiment un alter ego sur scène », explique le pianiste. Dans la belle salle de la Maison de la Culture de Nevers, le week-end fut non seulement

(Super) Hamlet au Théâtre des Feuillants

Cette version, clairement hybride, a été inventée par la compagnie. « C’est une forme qui s’inspire du ciné-concert avec la particularité que c’est nous qui réalisons les films», explique Samuel Hercule, metteur en scène - et acteur ! - de la pièce. Les membres de la compagnie de La Cordonnerie ont joué, réalisé et monté eux-mêmes les scènes du film Hamlet qui sera projeté au Théâtre des Feuillants le 9 avril. La musique est quant à elle jouée en direct, tout comme les narrations. « On est assez loin d’Hamlet, ne serait-ce que parce qu’il s’agit

- Dominique Demangeot -

Sortie en septembre 2103 du disque Fictions (Bee Jazz), par l’Orchestre Dijon Bourgogne et Guillaume de Chassy - Arrangements et direction : Jean-Christophe Cholet www.orchestredijonbourgogne.fr

Théâtres

© Laurent Combe et Sébastien Dumas

En avril, l’Association Bourguignonne Culturelle invite la compagnie de La Cordonnerie, qui propose une version très particulière du chef d’œuvre de Shakespeare, Hamlet. Ici la musique y tient une place centrale, et le spectacle, dans son ensemble, rend un bel hommage à la noirceur de la pièce d’origine, en lui ajoutant une dimension surréaliste, qui sied finalement assez bien au personnage torturé qu’est Hamlet.

consacré aux répétitions du concert, mais aussi et surtout à l’enregistrement de Fictions par les musiciens de l’ODB et de Guillaume de Chassy. L’album sortira chez Bee Jazz, label de renom qui fête ses dix ans en 2013, créé par la maison de disque indépendante Abeille Musique - classique, jazz, musiques du monde... -. Pour les besoins de l’enregistrement, le label Bee Jazz a eu recours aux services de Nicolas Baillard, qui s’est chargé des prises de son

qui se sont déroulées les 15 et 16 mars. Les premières séances de travail de l’orchestre avaient d’ailleurs été consacrées, en début de semaine, à la préparation de l’enregistrement. « On a réfléchi aux détails, au découpage, à l’organisation des séances, c’est-àdire l’ordre dans lequel seraient joués les morceaux, comment ils seraient découpés, etc. », explique Jean-Christophe Cholet. L’expérience est aussi une première pour le label Bee Jazz, comme l’explique son directeur artistique Mohamed Gastli. « C’est vraiment la première fois que Guillaume s’aventure sur des terres de musique classique ». Pour écouter le résultat, rendezvous à la rentrée dans les bacs !

d’un texte très littéraire, où les gens parlent beaucoup». Dans la version proposée par La Cordonnerie, c’est davantage l’introspection qui est recherchée. Il y a beaucoup de voix off, moins de dialogues. (Super) Hamlet reprend cependant les grands thèmes de la pièce d’origine, dans une version épurée, plus accessible. D’autant que (Super) Hamlet est un spectacle tout public, qui peut être également vu par de jeunes spectateurs à partir de 8 ans. La Cordonnerie s’est également basée sur les Contes d’après Shakespeare, écrits par Charles et Mary Lamb au début du XVIIIe siècle. Il s’agit d’une adaptation, un classique de la littérature enfantine en Angleterre. « Pour nous c‘était assez précieux. Il y a tellement d’aspects et d’interprétations possibles ! », explique Samuel Hercule. - Marc Vincent -

(Super) Hamlet, Théâtre des Feuillants, Dijon, 9 avril à 20h www.abcdijon.org


Théâtres

10

Müller Machines au TDB C’est dans le cadre de la saison d’Ici l’Onde 2013, portée par l’association Why Note, que sera créé au TDB Müller Machines, trois monologues de Heiner Müller - Paysage sous surveillance, Libération de Prométhée et Nocturne. Danse, théâtre, musique, vidéo sont convoqués dans ce spectacle hybride qui s’inspire de la nature même de ces trois textes d’Heiner Müller, sombres mais terriblement lucides, sur notre Europe au sortir de la Seconde guerre mondiale.

6 avril - 17h, Cinéma Eldorado

Conférence-projection de Philippe Langloi Nouveaux sons pour un nouveau cinéma ?

6 avril - 20h, Parvis St Jean :

Müller Machines Conception, écriture musicale et mise en scène de Wilfried Wendling, textes de Heiner Müller avec Denis Lavant, Kasper Toepliz et Cécile Mont-Reynaud

« Müller a été une révélation personnelle, autant que générationnelle », explique Wilfried Wendling qui s’inspire aussi beaucoup de la collaboration musique/théâtre entre Heiner Goebbels et Heiner Müller. Sur scène un musicien, un acteur et une danseuse se côtoieront. La programmation de Müller Machines prend alors tout son sens dans une saison qui met l’expérimentation sonore au centre des préoccupations. Recherche, expérience : des mots clés pour Ici l’Onde qui convie des artistes en constante recherche. Wilfried Wendling avoue s’être également inspiré du metteur en scène Bob Wilson. Ce fidèle collaborateur de Philip Glass n’a cessé de visiter, dans ses mises en scène, les frontières entre théâtre, danse, musique et arts plastiques, une conception de la scène où l’image prend véritablement tout son sens. « Son travail sur la lenteur et sur l’image est une des sources importantes pour ce projet ».

7 avril - 11h, Le Consortium :

Concert Carte Blanche #3 Didier Petit & Étienne Bultingaire violoncelle et installation électronique

© Béatrice Logeais

Denis Lavant dans Müller Machines attachée au langage des mains, car au-delà de son fond et de sa forme, le texte induit des mouvements du corps, des déplacements, une imagerie scénique. Le spectacle Müller Machines s’inscrit plus généralement dans le cadre d’un temps fort autour de la machine.

Le 5 avril à 20h au Consortium :

Radio Artefact : performance voix et électronique / Noéh Duo BetweenUs : Fabrizio Casti, piano préparé & Elio Mart, électronique et vidéo Electric Pop Art Ensemble (Patrice Soletti,

Denis Lavant interprète les trois textes d’Heiner Müller, desquels le metteur en scène souhaite avant tout extraire la matière sonore brute. Une attention particulière a été

Norbert Lucarain, Boris Darley) & Guillaume Malvoisin – Création rencontre. Texte écrit et parlé, et musique sur le thème de la machine

6 avril-14h/17h, Le Consortium :

Dema Made Organisé par l’École Média Art Fructidor, avec l’Atelier de Recherche « Écologie urbaines », sous la co-direction de Lilian Bourgeat (artiste), Fred Pintus et Bruno Voydet (tout deux designers), dijonnais enseignants à Chalon-sur-Saône.

9 avril - 20h30, Mâcon Scène Nationale :

Zoom, John Cage aux creux de l’oreille Compagnie Inouïe / Conception et musique électroacoustique : Thierry Balasse / Piano préparé et chant : Cécile Maisonhaute / Percussionniste : Eric Groleau / Voix parlée : David Jisse - Marc Vincent -

Müller Machines, Théâtre Bourgogne, 6 avril à 20h www.tdb-cdn.com Programme complet Ici l’Onde : http://www.icilonde.whynote.com

Dijon

Identités masculines à Mâcon Scène Nationale Après Drôles de Dames en mars... place à ces drôles de messieurs avec une soirée mettant en lumière, le 12 avril, les «identités masculines». C’est le nom de cette soirée spéciale qui présente trois spectacles chorégraphiés et dansés par des hommes.

© Béatrice Pavasini

Trois spectacles dans ce programme monté par la directrice de la scène nationale mâconnaise, Laurence Terk, qui explorent le rapport de l’artiste à son œuvre et à la danse.

© Jef Rabillon

Kawa

© C. Ganet

F. et Stein Kawa, solo à deux

Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou Dans un amas de tasses en porcelaine blanche, se dissimule le corps de Hafiz. En fond de scène, les mots du poète palestinien Mahmoud Darwich s’affichent en contrepoint. Les centaines de tasses à café sont là pour symboliser le matin, l’aube d’un jour nouveau. Au début du spectacle, le danseur s’extrait de l’amas de tasses. C’est

comme une naissance, c’est lent et pénible. C’est aussi un réveil. Le texte de Mahmoud Darwich que l’on peut entendre dans le spectacle, fait d’ailleurs référence à la liberté du buveur de café. La chorégraphie de Hafiz Dhaou et Aïcha M’Barek nous présente deux êtres en proie au monde extérieur, son bruit et sa fureur. Il y a la guerre au loin mais aussi ce corps qui s’éveille au monde, prend ses marques. Le corps conscient qui s’abandonne aussi, parfois, à l’étourdissement de la danse des derviches tourneurs.

F. et Stein

Dominique Bagouet - Christian Bourigault L’un des danseurs de Dominique Bagouet, Christian Bourigault, reprend F. et Stein, qui

nous conte la rencontre entre un musicien punk-rock et un danseur contemporain, deux êtres que tout semble opposer a priori, une variation sur le thème de l’altérité, qui prend pour base le mythe de Frankenstein. F. et Stein est une création particulière dans l’œuvre de Dominique Bagouet, une rupture avec ses travaux antérieurs, autrement plus fluides. Ici le chorégraphe libère sur scène une fureur inédite, portée par Christian Bourigault et Sven Lava, guitariste du groupe punk Parabellum, tout à fait dans son élément ici.

I wanna dance all night

Philippe Ménard Dans son dernier spectacle, le chorégraphe se penche sur son métier de danseur et tente, en traversant les différents courants, de

I wanna dance all night retrouver un geste premier, intime, l’essence même de tout danseur. Une telle mise à nu, retour à l’essentiel, ne peuvent s’effectuer qu’à partir d’une déconstruction du mouvement. Philippe Ménard opère un retour sur son propre parcours de danseur jazz et classique, se remet en question, quitte à risquer de perdre l’équilibre... I wanna dance all night s’abreuve à différents courants, de la danse classique à la danse contemporaine... en passant par le disco! Mais c’est bien sa propre expérience que Philippe Ménard met à profit, son expérience de danseur chorégraphe, de danseur interprète également, questionnant aussi son corps en tant qu’outil. - Amandine Mannier -

Identités masculines, Mâcon Nationale, 12 avril à 19h30 www.theatre-macon.com

Scène


Théâtres

11


Expositions

12

Le Jardin des Sciences de Dijon À l’occasion de l’exposition « La biodiversité au Liban et en Syrie » du mois dernier à Latitude 21, nous avons rencontré Gérard Ferrière, directeur du Jardin des Sciences de Dijon, qui a évoqué pour nous les collections du muséum ainsi que la prochaine réouverture du Pavillon de l’Arquebuse.

Un autre lieu important du Jardin des Sciences est le Pavillon de l’Arquebuse qui va rouvrir ses portes à partir du 29 juin prochain. Le lieu est dédié à la diversité du vivant.

© Diversions

Extrait de la collection du Muséum de Dijon

© Diversions

L’exposition présentait des photographies mais également des planches d’herbiers et des animaux naturalisés, issus des pourtours des milieux méditerranéens. « Nous avons la chance au Jardin des Sciences de conserver des herbiers très anciens qui parfois remontent au 19ème siècle », explique Gérard Ferrière, « et des plantes qui, pour certaines, ont déjà disparu ». L’exposition, co-construite notamment avec l’IUT, a été l’occasion pour les étudiants de rencontrer des professionnels du Jardin des Sciences qui ont apporté un complément scientifique. « Les étudiants ont cependant fait le choix final à partir de critères esthétiques, et ils ont également réalisé les photographies présentées à Latitude 21 ».

Le Jardin des Sciences est un établissement à la fois culturel et scientifique, permettant la diffusion des connaissances autour des sciences de la nature. « Il s’agit du seul établissement au niveau européen à tenir ce discours », souligne le conservateur en chef. « Nous avons une vision complète de toutes les sciences de la nature et de l’impact de l’humain sur ces sciences, c’est-à-dire que pour comprendre le vivant aujourd’hui, on est obligés d’aller chercher les racines du vivant, savoir à partir de quand et comment le vivant est apparu. Cela demande de comprendre comment notre planète a fonctionné. Et pour comprendre le fonctionnement de la terre, il faut aller chercher ses racines dans notre galaxie ». Le Jardin des Sciences accueille ainsi également un planétarium ainsi qu’une exposition permanente sur les volcans et les continents en mouvement.

Le Muséum de Dijon recèle une importante collection de pièces : végétaux, minéraux, animaux, insectes... « Nous allons expliquer la vie, sa provenance, qui est un grand bricolage », explique Gérard Ferrière. « Il y a eu d’autres formes de vie qui ont essayé de percer mais qui n’ont pas fonctionné, on ne sait pas exactement pourquoi ». Le Jardin des Sciences retrace les grandes évolutions du vivant comme la reproduction sexuée, la disparition d’espèces. « La plus spectaculaire médiatiquement est la disparition des dinosaures, tout ceci sera expliqué là-bas : comment la vie s’est mise petit à petit en place pour arriver au vivant que nous connaissons aujourd’hui ». L’ouverture fin juin sera accompagnée d’une semaine festive. Chaque jour un grand scientifique sera présent pour apporter sa vision du vivant, d’une part sous forme de visite puis le soir sous forme de conférence débat avec le public. Le public jeune et familial sera notamment ciblé à travers divers ateliers. Une artiste qui photographie des coquilles d’escargots et des graines de végétaux à partir d’une technique utilisant

les rayons X, sera accueillie également cet été au Jardin des Sciences. Esthétique, l’exposition a également pour objectif de sensibiliser le grand public à la nécessité de protéger la biodiversité. « On souhaite que tous les publics de Dijon comprennent ce message et soient associés à nos investigations scientifiques », explique Gérard Ferrière. Un observatoire participatif et culturel est lancé sur la ville de Dijon. Le public est invité à recenser des végétaux, des insectes et des animaux clés, « par exemple les insectes qui participent à la pollinisation des végétaux ». Ces photographies seront ensuite étudiées par les scientifiques. - Caroline Vo Minh -

Jardin des Sciences de la ville de Dijon Pavillon de l’Arquebuse - 1, avenue Albert 1er - Jardin de l’Arquebuse Pavillon du Raines - 14, rue Jehan de Marville

Pierre-Louis Grivaud Artiste dijonnais, Pierre-Louis Grivaud est un musicien de l'Art. Il peint en musique. D'ailleurs il sait jouer de la batterie et de la guitare. S’il y avait un mouvement en peinture se rapprochant du style de Pierre-Louis Grivaud, ce serait le fauvisme, avec un côté figuration libre : des couleurs très art brut, très accrocheuses. Sa dernière exposition vient de s’achever à l’espace Paul Ricard et une prochaine est bientôt prévue à la Coupole, une autre en mai, puis en juillet sur la place Wilson, en novembre avec l’association Reflet comprenant 49 peintres, «Mon Voisin expose».

Est ce que tu as des couleurs préférées ? Je me considère pourtant comme coloriste, mais je n'aime pas les aquarelles et les pastels fades. Je n'ai pas de couleurs préférées. Trop de lavis, va pour l'encre... mais pas pour la peinture. Je n'aime pas les couleurs diluées.

‘‘Même si le pastel, symbole de la grâce de l'Ancien régime, tombe en désuétude peu après la Révolution au profit du néoclassicisme et de la peinture à l'huile, j'aime son côté sensuel et ses couleurs franches’’ Pierre-Louis Grivaud

Tu as commencé de peindre à quel âge ? J'ai dessiné des Disney recopiés dès le primaire, mais je me suis mis au pastel en 2006 et je ne fais plus que ça depuis. Même si le pastel, symbole de la grâce de l'Ancien régime, tombe en désuétude peu après la Révolution au profit du néoclassicisme et de la peinture à l'huile, j'aime son côté sensuel et ses couleurs franches. Il faut mettre l’œuvre sous verre pour la conserver, les pigments restant sensibles à la poussière et au toucher.

Est ce que tu écoutes de la musique quand tu peins? Je balance la musique du genre Pink Floyd, Dire Straits ou plus blues comme celle d'Eric Clapton, du New Age ou Hôtel Costes, musique d'ambiance, pour peindre.

http://plgrivaud.wix.com/pierre-louisgrivaud

© Pierre-Louis Grivaud

Combien de temps te faut-il pour peindre une toile? Je te répondrai à la manière de Picasso: "Pour faire celle là j'ai mis 20 ans !". Donc parfois j'en commence une et j'en fais d'autres à côté. Pour le tableau avec les feuilles de courgettes ciselées, j'ai mis cinq mois ! J'ai fait deux toiles entretemps.

- Propos recueillis par Chloë Malbranche -


13

Chroniques CD

Diversions Retrouvez plus de chroniques, découvertes, interviews et infos musicales sur www.sensationrock.net

FOLK

FOLK ROCK

ROCK

Rodriguez Searching For Sugar Man (Light In The Attic/Legacy/Sony Music)

H-Burns

Madjive À La Royale (Maximise Records)

Off The Map

(Vietnam/Because/Warner)

METAL FUSION

Monsieur Z NSLB [chap.2] (Autoproduction)

Sixto Rodriguez ou le destin hors du commun d’un songwriter américain méconnu devenu icône en Afrique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande depuis le milieu des années 70. Pour célébrer ce destin assez fou, le cinéaste Malik Bendjelloul est allé filmer aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, récoltant des témoignages et resortant des images d’archives. Searching For Sugar Man est donc l’occasion de (re)découvrir cet artiste très talentueux. La B.O., quant à elle, est une compilation des morceaux de Rodriguez les plus réussis et aussi les plus variés, parfois arrangés avec orchestre et cuivres ou tout simplement joués à la guitare. On y trouve bien sûr l’inusable et désormais culte Sugar Man, suivi de l’impeccable Crucify My Mind et sa basse bavarde à souhaits, I Wonder qui trouverait aisément sa place sur n’importe quelle compilation de la Motown, This Is Not A Song, It’s An Outburst : Or, The Establishment Blues, morceau engagé qui s’inscrit dans la droite lignée de ceux de Dylan. En somme, cette compilation/ bande originale est le cadeau parfait pour découvrir ou faire découvrir un artiste assez incroyable - il faut le dire - en attendant un nouvel album et des concerts. - Georges -

Porté par l’impeccable morceau Six Years, paru il y a quelques mois sur un EP éponyme dispo en vinyle, le nouvel album d’H-Burns envoie le bois, se passant de fioritures et devient un classique, instantanément. Renaud Brustlein a publié dans un relatif anonymat une poignée de disques façonnés artisanalement, souvent accompagné par la fine fleur des musiciens folk-rock hexagonaux tel que Jonathan Morali (Syd Matters). Ici il sera question de rock. Un rock indé enregistré chez Steve Albini à Chicago. Soutenu par Jonathan Morali et quelques musiciens, Renaud Brustlein a donc couché sur bandes l’essence même du rock, à savoir des mélodies et des guitares. Six Years est l’exemple parfait pour illustrer cette base. Sans être non plus obsédé par les rythmiques sommaires et les guitares saturées, H-Burns parsème son disque de morceaux plus acoustiques ou atmosphériques, vous catapultant direct en Amérique. Même s’il chante «I’ve been burning my life from both ends», on est convaincu que H-Burns accomplit album après album de grandes choses. Off The Map en est la preuve. - S. with a little help from his friend F. -

Tel un boulet de canon, Madjive poursuit sur la lancée de Swing & Rock (2009) et Ready Made Rock (2011) avec un nouvel album détonnant. Sans aucun doute enregistré avec la même débauche d’énergie que le groupe propose sur scène, A La Royale est un condensé de rock brut, une bonne grosse baffe dont on ressort groggy. Limiter Madjive à un énième groupe de punk rock serait une grosse erreur. Bien sûr que le quatuor est punk. The Clash est une haute influence du combo et Don’t Be So Shy n’est pas sans rappeler Strummer et sa bande, et en fait par la même occasion un bel hommage. Sloth et la méchante religion de Strike Again confirment aussi l’affiliation au mouvement musical de 1977. Mais derrière tout ça se trouve un ensemble de titres bien ficelés, qui va réunir aussi bien les amateurs de rock garage actuel à la The Hives que ceux qui apprécient des morceaux plus mélodiques. Madjive délivre un LP maitrisé de bout en bout. Brut, énergique, burné, À La Royale est une bonne grosse claque qui s’abat comme ça, sans prévenir. Et le pire dans tout ça, c’est qu’on tend l’autre joue sans se faire prier. - Florian Antunes Pires -

FOLK

POP ROCK

POP

POP

Woodkid The Golden Age (PIAS)

Black Woods

Rokia Traoré Beautiful Africa

(None Such/East West) Mêlant instruments traditionnels et guitare acoustique, et multipliant également les collaborations, notamment avec le Kronos Quartet - quatuor à cordes -, spectacle consacré à la vie de Billie Holiday, mélangeant blues et musique mandingue, Rokia Traoré sort son cinquième album, façonné avec, aux manettes, le producteur John Parish, qui a notamment travaillé avec PJ Harvey, laissant respirer ici les morceaux lumineux de la chanteuse. Testés pour la plupart sur scène, ces titres ont gardé en effet une énergie très brute, très live. On y retrouve un melting pot de musiciens européens et maliens et même... un beatboxer australien - Jason Singh -. Si l’album demeure empreint de cette douceur mélancolique et intime propre à Rokia Traoré, la Malienne n’hésite plus à aborder certains thèmes plus universels comme avec Samara qui traite du courage des femmes en Afrique. La chanson titre évoque quant à elle le récent drame malien. - Dominique Demangeot -

Monsieur Z. Chapitre 2. Deux ans après la première livraison, le groupe nous revient avec la suite de leur nouvel album sorti en deux temps. Le texte du premier morceau, Nuisible, ne laisse pas de doutes sur les intentions du parolier JB et de ses acolytes. L’âme est bien noire, comme le scande le chanteur sur Mon cœur est rouge, et force est de constater - comme on dit dans la presse - que cette face B de NSLB chemine dans un monde particulièrement sombre. La faute à qui ? Nous-mêmes ou plutôt cette race humaine qui peut s’avérer particulièrement Nuisible parfois. Le groupe ralentit quelque peu le tempo et prend le temps d’installer ses rythmiques de plomb. Il paraît poursuit ce constat d’échec, s’y invitent même quelques cordes, même si le mariage gros riffs saturés/machines est toujours d’actualité, dosé avec un parfait équilibre. Tandis que Coupable renoue avec les inflexions regga du chant, la formation s’amuse avec le rythme, variant les tempi sur ce morceau particulièrement efficace. Monsieur Z avance en faisant le dos rond, après un passge par le studio Honey For Bears Lab, à Rennes-sur-Loue. - Dominique Demangeot -

Suede

Bloodsports

(Warner) Suede se reforme et sonne l’heure du retour après un mutisme de plus de dix ans. N’espérez pas trouver une pointe de modernisme dans Bloodsports. Brett Anderson et les siens oublient cette décennie vierge de toute sortie et éditent un disque à la production très nineties, compositions construites pour être des tubes en puissance. Riffs de guitare entêtants, nappes de synthé accompagnent un Brett Anderson qui n’a rien changé à ses tics vocaux, dont les rêves doivent toujours être hantés par Bowie. Même si la voix semble un peu fatiguée, elle garde ce côté androgyne typique de l’Anglais et on gage que le déhanché est encore de la partie pour accompagner la langoureuse ballade For The Strangers. La formule démontre cependant ses limites et s’essoufle malheureusement sur le dernier tiers du disque. Suede signe un retour efficace avec des titres spontanés, qui en dehors d’une conclusion râtée, font ressortir le blouson en cuir saillant chez certains nostalgiques. - Florian Antunes Pires -

Des clips en noir et blanc qui butent, des morceaux ultra-arrangés qui en constituent la bande-son. Yoann Lemoine avait déjà fait fort ces deux dernières années. Difficile d’être passé à côté du phénomène Woodkid. Iron et son incroyable clip nous en avaient mis plein la vue en 2011. Deux ans plus tard, c’est The Golden Age qui risque de se faire une place dans les lecteurs du monde entier. Démarrant dans la sobriété d’un piano, le disque nous dévoile un timbre de voix chaleureux, évoquant Antony & The Johnsons ou Patrick Watson. Au bout d’un peu plus d’une minute, les trompettes et percussions se mettent en branle pour donner le ton de l’album. Un disque ambitieux réunissant les univers de l’heroic fantasy, de la musique classique et de la pop. L’artiste touche-à-tout Yoann Lemoine se révèle un compositeur, auteur et arrangeur hors-pair. En revanche pour l’interprétation vocale sans grands reliefs, il faudra peut-être repasser... - Georges -

-Wandering -

(Autoproduction) Après un EP inaugural confidentiel, le trio bisontin délivre enfin sa première longue production, un condensé de noirceur lumineux. Le bien nommé It’s Time ouvre la cérémonie sur une intro instrumentale qui assoit le son de Black Woods : une atmosphère pesante cousine de l’Unplugged d’Alice In Chains, une voix éraillée à la Tom Waits et des histoires qui nous emportent. L’enregistrement live de - Wandering - transmet l’intensité que le groupe délivre en concert et confère toute la profondeur aux compos. To Feel The Light est rythmée comme une longue chevauchée épique à travers les grandes plaines. So Many Long Nights est un flamenco plein de mélancolie. Low Sky est un blues heavy. En seulement huit pistes, Black Woods délivre une première longue production prometteuse, qui prend toute son ampleur en live et qui est à découvrir rapidement. - Florian Antunes Pires -


Littératures

14

Salon Les P’tits Papiers - Salon du Livre Jeunesse de Dole

37 auteurs/illustrateurs seront présents durant le festival. Qu’ils viennent de Franche-Comté – Marjorie Pourchet, Bérangère Delaporte… – ou d’ailleurs, les auteurs invités défendent des styles et des inspirations variés. Entre les beaux livres des éditions Hongfei Cultures, qui nous font découvrir quelques perles littéraires venues de Chine, et Les Editions Marie-Louise, dont les pages des livres se déroulent et peuvent s’accrocher aux murs de la chambre, le public aura le choix.

© DR

Réservez votre week-end du 5 au 7 avril. Le Grand Dole organise son Salon du Livre Jeunesse, accueillant dans la belle salle de La Commanderie, plusieurs auteurs jeunesse mais aussi différents spectacles à voir en famille. « Les P’tits Papiers » est le sous-titre de cette troisième édition du salon qui se tient tous les deux ans à Dole. Cette année, les décors du festival ont été réalisés – il faut le souligner – par les étudiants du BTS Design du lycée Duhamel. Les élèves de la section Métiers de la Mode du lycée Prévert ont quant à eux conçu les cols en papier des agents d’accueil sur le festival.

Avant même le festival, le Grand Dole a organisé la venue d’écrivains dans les classes et les médiathèques de l’agglomération, dès le 8 janvier dernier. 50 rencontres ont ainsi eu lieu en amont de l’événement. Depuis 2009, la section BTS Design du Lycée Duhamel à Dole expose des projets en rapport avec le thème du festival. C’est autour du livre PopUp que les élèves ont travaillé cette année. Ils créent également les décors de la salle, comme on peut le voir ci-dessus.

qui promeut la lecture jeunesse en FrancheComté, animera ainsi un atelier « P’tits Papiers » pour découvrir l’art du pliage. L’atelier « Zikamuz » invitera les visiteurs à découvrir différents instruments, apprendre des chansons et même… monter orchestres et chorales éphémères !

qui a sillonné le monde pour dénicher des livres issus de plusieurs continents. D’autres expositions sont prévues, comme par exemple une dédiée aux travaux réalisés par les classes, groupes et centres de loisirs de l’agglomération doloise durant l’année scolaire.

Plusieurs expositions seront aussi montées, pour découvrir notamment le travail de Kimiko, auteur de livres pour les tout petits, ou encore les ouvrages issus de la collection d’un passionné d’illustration, Bruno Lonchampt,

Enfin n’oublions pas les nombreux spectacles qui sont proposés durant le salon, et qui font aussi son originalité. Théâtre, marionnettes, contes, musique…

ROMAN

BANDE DESSINÉE

POÉSIE

MUSIQUE

Easter Parades

Les aventures extraordinaires de Lio Tome 2 - Le petit musée des horreurs de la crypte hantée

22, Placards !

U2

Æncrages & CO

Hors Collection

Le salon sera aussi l’occasion de rencontrer quelques « personnages » à l’image d’Alain Goy, conteur franc-comtois qui restitue les traditions contées de la Forêt de Chaux, lieu magique propice aux histoires féériques, ou Laurent Audoin, qui nous fera la démonstration, de A à Z, de la création d’un ouvrage, depuis les premiers mots de l’auteur jusqu’à l’impression finale. Car le Salon du Livre Jeunesse de Dole sera aussi le lieu de nombreux ateliers qui invitent le public à entrer en action… L’association Croq’Livre,

Richard Yates

Robert Laffont/Pavillons Poche

Jacques Rebotier

- Manu Gilles -

Salon du Livre Jeunesse de Dole, La Commanderie, Dole, du 5 au 7 avril 2013 Entrée libre et gratuite Programme complet : http://ptitspapiers2013.blogspot.fr

Niall Stokes

Mark Tatulli

Hors Collection

Richard Yates propose, dans ce très joli roman, de faire connaissance et de suivre Sarah et Emily, filles de parents divorcés dans une Amérique en pleine guerre. Ces deux filles, aimées, même maladroitement par des parents plein de fêlures et de paradoxes, vont faire le difficile apprentissage d’une forme de désenchantement qui semble caractériser l’oeuvre de cet auteur encore, hélas, trop peu connu en France. Il est l’auteur du sublime La fenêtre panoramique, dont a été tiré le scénario des Noces rebelles, où les héros sont incarnés par les talentueux Léonardo DiCaprio et Kate Winslet. Dans Easter Parade, c’est le même désenchantement, la même mélancolie douce qui est à l’oeuvre, mais teintés d’une pointe d’ironie, qui augmente encore le plaisir du lecteur qui suit les destinées de ces deux sœurs qu’en apparence tout sépare. Tout sauf cette course vaine, cette fuite en avant vers un bonheur illusoire, perdu dans des relations claudicantes voire totalement bancales ou délétères. Un grand auteur à découvrir ou à redécouvrir de toute urgence! - Lucie Brownie -

Mark Tatulli publie le deuxième tome des aventures horrifiques et absurdes de Lio. Le très jeune garçon se trouve toujours confronté à une horde de démons qui pénètrent sans crier gard dans son quotidien. Dans sa chambre ou à l’école, en pleine rue ou dans la cuisine, zombies, aliens et autres fantômes prennent un malin plaisir à venir perturber l’existence paisible de Lio. Mais le jeune garçon ne s’en laisse pas compter et accueille la plupart du temps ces manifestations paranormales avec le plus grand flegme. Mark Tatulli, qui publie les aventures de Lio depuis 5 ans dans plus de 100 journaux américains, privilégie la concision dans ces histoires qui n’occupent le plus souvent que 3 ou 4 cases. Cela suffit à l’auteur pour distiller son humour noir qui contraste avec le monde enfantin du petit Lio. Mark Tatulli en profite pour parsemer ses courtes histoires de références multiples à la culture américaine, celle des comics notamment. On pourra ainsi croiser, au fil des strips, Calvin & Hobbes, Superman ou encore des scènes de jeux vidéo. - Paul Sobrin -

Jacques Rebotier ne fait jamais rien comme tout le monde. L’écrivain qui retourne la langue comme personne a pu, grâce au concours de la maison d’édition Æncrages & CO de Baume-les-Dames, mêler le fond et la forme. 22, Placards, comme tous les ouvrages d’Æncrages & CO, est un «livre à voir» comme l’explique la maison d’édition qui est aussi imprimeur à l’ancienne, avec caractères en plomb et méthodes d’impression traditionnelles. Jacques Rebotier propose donc ici une collection de 22 affiches - que l’on appelle aussi placards -, destinées à être lues par l’auteur lui-même en public. Jacques Rebotier aime à faire vivre ses textes en direct. Il est ici gâté avec ces 22 placards qui sont aussi un bel objet. Chaque affiche se déplie en effet pour interpeler le lecteur tant par la voix que par le regard. Dès la première affiche d’ailleurs, Rebotier s’adresse au lecteur pour ne plus le lâcher ensuite. « Toi. oui toi. Viens toi ! ». Rebotier nous guide dans les méandres de sa langue à travers ces avis de décès, de recherche, au lecteur... Une langue souvent truculente, où chaque mot est pesé, d’autant qu’ici, la mise en page vient appuyer encore le propos. - Dominique Demangeot -

Voici un ouvrage à offrir à tout fan du quatuor irlandais qui se respecte, mais aussi à tous les amateurs de pop un tant soit peu curieux. L’ouvrage de Niall Stokes, rédacteur en chef du magazine irlandais Hot Press, propose en effet une revue exhaustive des titres de U2, depuis le premier album Boy paru en 1980 jusqu’à No Line On The Horizon en 2009. Comme le dit l’auteur lui-même, pas évident d’écrire quelque chose de nouveau sur un groupe qui a fait autant parler de lui que U2. Niall Stokes parvient cependant à trouver des angles originaux, les différents commentaires contenant des informations à la fois purement musicales - choix des sonorités, des rythmes, influences diverses et variées -, mais faisant aussi allusion au contexte politique - central chez U2 et Bono -, sans oublier la vie personnelle des membres du groupe, Bono et The Edge en particulier. C’est aussi l’occasion de revenir sur trente ans d’histoire du rock et de la pop, ses évolutions au fil du temps, les incursions de l’électro au début des années 90 - où U2 fut ici précurseur - mais aussi l’accession du groupe au rang de groupe culte. Que de chemin parcouru depuis les premiers concerts à Dublin... - Dominique Demangeot -


Cinéma

27 mars

15

Jack le chasseur de géants De Bryan Singer Aventure

Avec Nicholas Hoult Un jeune ouvrier agricole ouvre une porte entre notre monde et une race de géants monstrueux qui vont tenter d’envahir la terre.

Pieta

De Kim Ki-duk Drame Avec Lee Jung-Jin, Jo Min-Su Un homme gagne sa vie en menaçant des personnes de leur donner l’argent contracté par des prêts.

G.I. Joe : Conspiration De Jon Chu Action

Avec Channing Tatum, Dwayne Johnson L’équipe des GI Joe se rend compte que le gouvernement a été infiltré et que le monde est sur le point d’être détruit.

La belle endormie

De Marco Bellocchio Drame Avec Isabelle Huppert Un père reçoit l’autorisation de stopper les soins cliniques de sa fille, en état de mort cérébrale.

La Cité Rose

De Julien Abraham Drame Avec Azize Abdoulaye Diabate Un jeune garçon vit dans une cité de banlieue parisienne. Suite à un pari, il décide de conquérir la plus jolie fille de sa classe : Océane.

Les Amants passagers De Pedro Almodóvar Comédie dramatique

Avec Penelope Cruz, Antonio Banderas Une panne technique d’un avion met en danger les passagers qui voyagent sur ce vol. Les pilotes tentent de trouver une solution.

El Premio

De Paula Markovitch Drame Avec Paula Galinelli Hertzog Une jeune fille de 7 ans vit en Argentine dans les années 1970. Elle partage avec sa mère un lourd secret mais n’est pas en âge de comprendre.

Les Croods

GI Jope : Conspiration le 27 mars Dead Man Talking

De Patrick Ridremont Drame Avec François Berléand William Lamers est condamné au poison pour homicides. Un vide juridique ne précisant pas la longueur de sa dernière déclaration, il fait alors défiler le fil de sa vie.

Le Petit Corbeau De Sandor Jesse Animation

De Yorgos Lanthimos Drame Avec Aggeliki Papoulia, Ariane Labed ALPS est une société secrète qui propose d’étranges services au moment du décès d’un proche.

Le Premier homme De Gianni Amelio Drame

Avec Jacques Gamblin Un célèbre écrivain rend visite à sa mère qui habite Alger. Ses souvenirs d’écolier lui reviennent.

Los Salvajes

De Niels Arden Oplev Action Avec Colin Farrell, Noomi Rapace Un assassin abat tour à tour les hommes d’un gang new yorkais. Afin de s’attirer les faveurs du chef du gang, un homme recherche le tueur.

Perfect Mothers

Petit corbeau essaie de convaincre ses amis de demander de l’aide aux castors lorsque le barrage menace de céder et de tout emporter avec lui.

De Anne Fontaine Drame Avec Naomi Watts, Robin Wright Deux femmes inséparables vivent en osmose avec leurs deux enfants. Peu à peu, chaque femme se rapproche du fils de l’autre.

Le Diable dans la peau De Gilles Martinerie Drame

Berberian Sound Studio De Peter Strickland Drame

Guerrière

Ill Manors

Avec Quentin Grosset, Paul François Xavier et son frère Jacques vivent à la campagne où ils profitent de la nature. Il apprennent qu’ils seront séparés à la rentrée prochaine.

ALPS

Dead Man Down

Avec Toby Jones, Tonia Sotiropoulou Un ingénieur venu d’Angleterre doit se charger du mixage du dernier film d’un maestro de l’horreur, dans le studio le plus miteux d’Italie

De David Wnendt Drame Avec Alina Levshin, Jella Haase Marisa fait partie d’un gang de néo nazis au nord de l’Allemagne. Sa vie va être chamboulée lorsqu’un réfugié afghan arrive en ville.

de Ben Drew Drame Avec Riz Ahmed, Ed Skrein Plusieurs personnages au passé douloureux tentent de trouver un équilibre en milieu hostile.

Stories we tell

De Philippe Godeau Drame Avec François Cluzet, Bouli Lanners Toni Musulin est convoyeur de fonds. Il doit transporter 11,6 millions d’euros.

De Sarah Polley Drame Avec Peter Evans, Rebecca Jenkins Sarah Polley découvre que sa famille cache un lourd secret. Elle décide de chercher la vérité.

3 avril Effets secondaires

De Steven Soderbergh Drame Avec Rooney Mara, Channing Tatum Un jeune homme est arrêté et envoyé en prison. Son épouse ignore la raison de cette incarcération, et décide de consulter un thérapeute à cause de ses angoisses.

De Alejandro Fadel Drame Avec Leonel Arancibia Cinq adolescents s’évadent d’un centre de détention pour mineurs. Ils veulent à tout prix rejoindre la grande ville et vont aller jusqu’à tuer les personnes qu’ils rencontrent pour y parvenir.

Le Repenti

De Merzak Allouache Drame Avec Nabil Asli, Adila Bendimered Un jeune jihadiste regagne son village. Selon la loi de « pardon et de concorde nationale », il doit se rendre à la police et restituer son arme.

Derrière la colline De Emin Alper Drame

Avec Tamer Levent, Reha Özcan Fik vit avec sa femme au pied des collines rocheuses. Son deuxième fils et ses petitsenfants viennent leur rendre visite.

Casa Nostra

De Nathan Nicholovitch Drame Avec Céline Farmachi, Gilles Kazazian Hélène, Mathilde et Ben se rendent en banlieue pour visiter leur père mourant.

Photo

De Carlos Saboga Drame Avec Anna Mouglalis, Marisa Paredes Elisa découvre la vérité sur son père et décide de partir pour Paris et Lisbonne.

11.6

Des gens qui s’embrassent De Danièle Thompson Drame

Kinshasa Kids

Le Temps de l’aventure De Jérôme Bonnell Drame

De Marc-Henri Wajnberg Drame Avec Emmanuel Fakoko Huit enfants des rues au Congo, considérés comme des sorciers par leurs familles, montent un groupe de musique pour déjouer le sort.

Amour et turbulences

De Alexandre Castagnetti Comédie Avec Ludivine Sagnier, Nicolas Bedos Une jeune femme doit se marier à Paris et prend l’avion depuis New York pour s’y rendre. Elle y retouve Antoine, son ancien amant.

Avec Kad Merad, Monica Bellucci Deux frères ont des vies totalement opposées : métiers, femmes, tempéraments…

Avec Gabriel Byrne Alix, comédienne de théâtre, fait la connaissance d’un mystérieux Anglais dans le train pour Paris.

Blanche Nuit

De Fabrice Sebille Drame Avec François Berléand Arthur n’a plus de nouvelles de son père depuis son enfance. Ce dernier n’est autre que « La Malice », l’ennemi public numéro 1.

10 avril

Les Voisins de Dieu De Meni Yaesh Drame

Oblivion

Une Chanson pour ma mère De Joël Franka Drame

Mariage à l’anglaise De Dan Mazer Comédie

De Joseph Kosinski Action Avec Tom Cruise, Olga Kurylenko Dans un futur lointain, la planète Terre n’est plus habitable. Un soldat y est envoyé pour réparer des drones de patrouille et tuer une race d’aliens.

Avec Roy Assaf, Gal Friedman Trois jeunes hommes s’autoproclament les gardiens de leur quartier. Ils font respecter le Shabbat et surveillent les tenues des filles.

Avec Patrick Timsit, Dave Les membres d’une famille décomposée offrent un cadeau inattendu à leur maman qui est en train de mourir : faire venir Dave le chanteur en personne.

De Chris Sanders Action Avec Nicolas Cage, Ryan Reynolds Les Croods doivent partir de leur caverne et découvrent alors un nouveau monde.

Quartet

De Dustin Hoffman Drame Avec Maggie Smith, Billy Connolly Une pension accueille musiciens et chanteurs d’opéra à la retraite. Une nouvelle arrivante va bouleverser la vie des résidents.

Avec Rose Byrne, Rafe Spall Nat et Josh se rencontrent. Ils vivent alors une grande histoire d’amour et décident de se marier.

Des gens qui s’embrassent le 10 avril


Diversions Bourgogne avril 2013  

Journal culture et actualite

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you