Diversions Bourgogne - avril 2018

Page 1

Aire Urbaine Culture - Tourisme - Loisirs et actualité

#96 avril 2018

Besançon Besançon Dole Dijon Beaune Chalon-sur-Saône

www.diversions-magazine.com



Culture - Tourisme - Loisirs et actualité

#96 avril

2018

Besançon Dole Dijon Beaune Chalon-sur-Saône

SALONS - 4

6ème Besançon Tattoo Show à Micropolis

CULTURE SCIENTIFIQUE - 4

Festival VIVO ! en Bourgogne Franche-Comté

CULTURE - 5

46e Salon des Artistes de Fontaine-lès-Dijon

Diversions - Édition Besançon Dole Dijon Journal d’information gratuit 16, avenue du Président Kennedy 25110 Baume-les-Dames 06 34 12 01 91 www.diversions-magazine.com diversions@orange.fr Editeur : SARL Diversions RCS : 508 184 934 Directeur de la publication : Boban Stanojevic 03 81 87 40 05 / 06 34 12 01 91 diversions@orange.fr

Marlon Williams à La Rodia de Besançon La Nuit par l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté aux 2 Scènes Les panoramas de 2100 - Luc Schuiten à la Saline royale d’Arc-et-Senans Festival Théâtre en Mai à Dijon Tribus à l’Espace des Arts de Chalon-sur-Saône Exposition Remake au Musée des beaux-arts de Dole

Rédacteur en chef : Dominique Demangeot magazine.diversions@yahoo.fr Rédaction : Dominique Demangeot, Manu Gilles, Paul Sobrin, Marc Vincent, Pascal Vernier, Caroline Vo Minh Comité de relecture : Dominique Demangeot, Caroline Vo Minh Régie publicitaire : Boban Stanojevic - 06 34 12 01 91 diversions@orange.fr

Festival Europopcorn à Mervans L’Iliade au Théâtre de Morteau Besançon fête les 10 ans de l’inscription de l’œuvre de Vauban au patrimoine mondial de l’UNESCO

ENVIRONNEMENT - 10

Une exposition à parcourir à la Maison Départementale de l’Environnement

SPORT - 11

La Mondialette de Pétanque revient à l’Axone

DOUBS CENTRAL - 12 Mine De Rien

LES VOYAGES DE MAX - 13 SORTIES CINÉMA - 15

Dépôt légal : Avril 2018 © Diversions 2018 Imprimé en Espagne ISSN : en cours valeur : 1,15 euros offert Diversions est diffusé gratuitement sur la Bourgogne Franche-Comté Prochaine parution : jeudi 26 avril 2018


Culture - Tourisme - Loisirs et actualité en Bourgogne Franche-Comté

4

Salons Besançon Tattoo Show Le salon revient les 21 et 22 avril prochains pour une nouvelle édition, au parc des expositions de Micropolis. Après le succès de l’an dernier, les organisateurs du Besançon Tattoo Show ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin et convient une fois encore près de 200 tatoueurs venus de la région, ou de plus loin en France ainsi que de l’étranger.

© Diversions

Pour faire face à l’afflux de l’an dernier, le Besançon Tattoo Show double tout d’abord sa superficie. L’événement passe ainsi de 3000 à 6000 m² en intégrant le grand Hall 2 de Micropolis. Le premier objectif du Besançon Tattoo Show est bien sûr de proposer au grand public deux jours entiers pour

rencontrer un nombre impressionnant d’artistes tatoueurs, et autant de styles, car le tatouage, pratiqué sur les cinq continents, se décline dans des esthétiques très diverses. Le site web du Besançon Tattoo Show liste l’intégralité des tatoueurs invités, ce qui permet de prendre rendez-vous avec celui – ou ceux ! – qui vous intéressent. Les tatoueurs vous proposeront également des « flashs », à savoir des tatouages de leur catalogue qu’ils ont l’habitude de réaliser. Qu’il s’agisse des portraits ultra-réalistes de Freddy (Fred Ink Tattoo), des illustrations plus stylisées du Dijonnais Haddock, ou encore des créatures inquiétantes du Strasbourgeois Uncle HO, il y a forcément un style ou une thématique qui va vous convenir ! Le Besançon Tattoo Show propose aussi une trentaine de stands marchands ainsi que des concours de tatouage qui donneront une bonne idée de la création tattoo en 2018. Un

espace restauration et un bar seront également mis en place. Des expositions en lien avec la culture du tatouage seront proposées pour en apprendre plus sur cet art. En matière d’animations, un concours de graffiti sera organisé sur les deux jours en extérieur. Un vote le dimanche désignera le lauréat. Notons encore que certains tatoueurs n’hésitent pas à faire un grand voyage pour venir rencontrer le public du BTS, puisqu’Ed Torres nous viendra tout droit de Colombie afin de présenter ses personnages créés dans un style très réaliste. Tetuanui présentera quant à lui sa culture, originaire de Tahiti même s’il réside aujourd’hui à Perpignan. Il laissera peut-être sur vos peaux des traces de ses tatouages polynésiens, Maohi, Maori et Samoa. En parlant de la Polynésie, berceau mondial du tatouage, le BTS vous offrira également un show mettant en scène une danse du feu qui devrait ravir les visiteurs. À noter, le soir du 20 avril, un Before au Bar de

l’U à Besançon, avec concert et présence de plusieurs des tatoueurs à rencontrer lors du week-end du Besançon Tattoo Show. Une bonne occasion de faire connaissance avec quelques-unes des fines lames - ou plutôt des fines aiguilles - qui seront présentes sur le salon à Micropolis les 21 et 22 avril prochains ! - Dominique Demangeot -

Besançon Tattoo Show, 6ème Convention Internationale du Tatouage de Besançon, Micropolis, Samedi 21 avril de 11h à 23h, Dimanche 22 avril de 11h à 20h - Pass Journée : 12€ - Pass Week-end : 20€ Entrée gratuite pour les enfants de moins de 12 ans accompagnés, et sur présentation d’une pièce d’identité www.besancon-tattoo-show.fr

Culture scientifique VIVO ! Entrez en nature En 2018, les arts et les sciences se côtoieront étroitement en Bourgogne Franche-Comté. Les fruits de collaborations entre des chercheurs et des artistes sont à découvrir lors de plusieurs rendez-vous tout au long de l’année : expositions, concerts, performances, gastronomie, tables-rondes, ateliers vous attendent, avec de très nombreux rendezvous de mars à novembre, entre Bourgogne et Franche-Comté.

© Caroline Vo Minh

L’exposition IMPACTS ! à l’atheneum de Dijon jusqu’au 24 mai

© Lionel Maillot

Le 3 mars dernier, le programme VIVO ! Entrez en nature était officiellement lancé à Cluny à l’École nationale supérieure d’arts et métiers. Depuis le 12 mars et jusqu’au 24 mai, l’atheneum accueille en outre une exposition baptisée IMPACTS ! Homme-Nature, la recherche in vivo, qui interroge les relations

entre l’homme et la nature en s’appuyant sur des travaux de chercheurs de Bourgogne Franche-Comté. L’exposition, organisée par l’Université de Bourgogne, partira en septembre au Musée de la Résistance en Morvan et en octobre à Besançon. Plusieurs sections traitent tour à tour du monde agricole et notamment de la vigne, ainsi que de l’univers urbain avec des recherches sur les oiseaux et la climatologie. Les forêts et les pôles sont également explorés dans cette exposition qui se veut ludique et accessible à tous. Des jeux sont d’ailleurs disséminés tout au long de l’exposition, réalisés par des étudiants de Licence en Biologie. Les disciplines concernées sont très variées : histoire, archéologie, études de la faune et de la flore... L’exposition évoque aussi l’impact de l’homme sur son milieu, et la nécessité de protéger la biodiversité.

Les chercheurs rencontrent régulièrement le grand public, lors de l’Expérimentarium notamment. Avec VIVO !, les artistes les rejoindront ! Parmi les nombreux rendez-vous que propose ce nouveau festival de culture scientifique qu’est VIVO !, un temps fort sera notamment à suivre lors de la Fête de la Nature du 25 au 27 mai au Jardin des Sciences – Parc de l’Arquebuse à Dijon. Trois jours – dont une journée scolaire le 25 mai – pour découvrir les projets concoctés par les chercheurs et les artistes. Des questions en lien avec le changement climatique, l’évolution environnementale, la santé, la gestion des ressources naturelles, seront abordées entre autres sujets. Quels sont les travaux des chercheurs en lien avec ces questions ? S’il est difficile d’être exhaustif ici, ce « bouillon de culture » étant particulièrement étoffé, citons par exemple une rencontre le 27 mai entre Thierry Pozzo, chercheur (laboratoire INSERM Cognition, Action et Plasticité Sensomotrice de l’uB) et Éric Lamoureux, chorégraphe et

co-directeur de VIADANSE à Belfort, autour de l’anthropomorphisme, de la résonance motrice et des OSCYLS, sculptures au cœur d’un des spectacles d’Éric Lamoureux et Héla Fattoumi. Bien d’autres croisements sont prévus à l’occasion du festival VIVO ! - Entrez en nature, dont Diversions se fera l’écho dans les prochains mois. - Dominique Demangeot -

VIVO ! Entrez en nature - Création scientifique et recherche artistique en Bourgogne Franche-Comté Temps fort dijonnais Vivo !, Jardin des Sciences - Parc de l’Arquebuse, Dijon, du 25 au 27 mai - Programme complet : http://vivo.ubfc.fr


5

Culture - Tourisme - Loisirs et actualité en Bourgogne Franche-Comté

Exposition Salon des Artistes de Fontaine-lès-Dijon

Quel bilan peut-on tirer d’un salon possédant une telle longévité ? Cela peut prouver, si besoin était, de la qualité de ce qui est présenté, et qui ne cesse d’aller en s’améliorant. On cherche toujours le mieux ! Je crois que le salon par lui-même atteint ses objectifs. Il y a un jury, qui est aussi une partie très passionnante. Le Salon des Artistes de Fontaine-lès-Dijon possède-t-il une ligne directrice ? On peut constater que le figuratif est très présent, et on voit maintenant resurgir des choses dont on était un peu nostalgique, mais qui commencent à revenir au goût du jour, comme le dessin. Les salons d’arts plastiques en général ont-ils connu une évolution ces dernières années ? Il y a une évolution à l’heure actuelle en effet. Je dois dire qu’on en souffre peut-être moins que d’autres. Les artistes créent des sites pour montrer leurs œuvres. Ils peuvent être

© Diversions

Le 46e Salon des Artistes de Fontaine-lèsDijon se déroulera cette année du 21 avril au 6 mai. L’invité d’honneur sera Philippe Guerry. Le peintre, originaire de Bourg-enBresse et qui aspire à « la solitude muette du tableau qui se peint » comme il le dit lui-même, présentera ses toiles aux côtés de nombreux autres artistes à découvrir au Centre d’Animation Pierre Jacques. L’an dernier, Diversions rencontrait le nouveau président du salon, René Petit, qui officie depuis trois ans. Éclectisme, qualité de la sélection et suivi du travail des artistes sont toujours d’actualité à Fontaine-lès-Dijon.

amenés pour certains à penser que c’est suffisant, et que cela va remplacer l’exposition. Mais si je peux faire une comparaison osée : le numérique ne remplace pas le livre papier. Ce n’est pas le même support, ce n’est pas le même objet. C’est la même chose entre le mode de présentation sur le site de l’artiste et montrer les véritables œuvres. Le contact avec l’œuvre, on le retrouve ici au salon et je crois que c’est ce qui rend le public fidèle. Il sait qu’il va trouver des originaux à voir, qu’il va pouvoir croiser des artistes et il n’y a pas cette distance un peu froide qu’on peut trouver avec le numérique. Les deux sont complémentaires. Certains artistes sont-ils devenus des fidèles du salon ? On retrouve des artistes au fil des éditions, pas forcément d’une année sur l’autre, ce

La Rodia Marlon Williams Soirée folk le 26 avril prochain à La Rodia avec Marlon Williams que le public bisontin pourra découvrir. Né en Nouvelle-Zélande, Marlon les grands espaces, ça le connait. Ses chansons country et bluegrass évoluent pourtant, et le crooner prend une direction différente sur son deuxième album qu’il présentera à Besançon. Préparé dans la petite ville natale de Marlon Williams, Lytleton en Nouvelle-Zélande, Make Way For Love a été produit en Caroline du Nord par Noah Georgeson et en collaboration avec le groupe The Yarra Benders. Come To Me ouvre le dernier album en date, sorti en février, sur une longue mélopée embellie de cordes lancinantes, du grand art que Marlon Williams confirme dans la suite de la galette. Make Way For Love est avant tout l’histoire d’une rupture, comme souvent dans la musique. L’artiste nous conte l’histoire de sa séparation avec Aldous Harding, ellemême chanteuse, avec qui il avait enregistré le très beau Nobody Gets What They Want Anymore. Mais ici le chanteur parvient à sublimer sa peine au moyen de mélodies joliment désuètes - What’s Chasing You -, de chansons dépouillées - le quasi guitare-voix Beautilful Dress -, ou en élevant le tempo sur le galopant Party Boy. Make Way For Love, sorti sur le label Dead Oceans, s’éloigne donc de la country du premier opus pour des couleurs plus pop. Ces onze nouvelles chansons, Marlon les a composées au piano, écrins parfaits pour sa voix de baryton. Un timbre qui fait des merveilles de noirceur sur Can I Can You, de la part de l‘artiste qui a tout de même passé

son enfance à pousser la voix dans une chorale de cathédrale. Avec un père punk Maori, la musique lui était sans nul doute destinée… Il est vrai que la Nouvelle-Zélande ressemble un peu à l’Amérique des cow-boys, avec ses immenses étendues sauvages et ses églises à chaque coin de rue. Alors certes, les thèmes évoqués dans ces chansons ne sont pas toujours désopilants, comme nous le prouve le piano-voix Love Is A Terrible Thing, qui arracherait des larmes à un All Black. Dans son premier album, Marlon Williams évoquait déjà le deuil, les amour déçues et le temps qui passe. Make Way For Love nous montre une autre facette musicale du chanteur. - Dominique Demangeot -

Marlon Williams, La Rodia, Besançon, 26 avril à 20h30 - www.larodia.com

qui impliquerait de leur part une production importante. Et puis les artistes peuvent avoir pendant un moment des périodes de lassitude si j’ose dire, mais on va sûrement les retrouver quelques années plus tard. Mais cette fidélité, et la manière de travailler avec des gens qui connaissent bien le salon, cela nous donne cette unité, cette homogénéité du salon qu’on cherche à privilégier, sans toutefois écarter des choses qui peuvent intéresser un certain public et non un autre. - Propos recueillis par Dominique Demangeot lors de l’édition 2017 -

46e Salon des Artistes, Centre d’Animation Pierre Jacques, Fontaine-lès-Dijon, du 21 avril au 6 mai - www.fontainelesdijon.fr


Culture - Tourisme - Loisirs et actualité en Bourgogne Franche-Comté

6

Orchestre Victor Hugo Franche-Comté La Nuit Le 6 avril à Besançon, le Victor Hugo se mettra en mode nocturne. Au programme, quatre pièces, quatre chefs d’œuvre pour nous faire passer du crépuscule à l’aube, des pièces composées entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle en France, Allemagne et Russie. La nuit, tour à tour siège de la fête ou des cauchemars, enveloppant les amoureux de son manteau noir.

De Schoenberg, on pourra écouter La Nuit transfigurée, op.4, version pour orchestre à cordes, composée en 1899 pour Mathilde,

© The Glint

Prélude à la nuit est la première des quatre brèves parties de La Rapsodie espagnole composée par Maurice Ravel en 1907. Le musicien rendait ici hommage aux racines espagnoles de sa mère, un terreau culturel que l’on retrouve dans d’autres œuvres telles que Pavane pour une infante défunte, Boléro, L’Heure espagnole… Le premier mouvement entame en douceur cette rapsodie de Ravel, avec ses quatre notes hypnotiques, un motif repris à plusieurs moments dans ce prélude aux couleurs crépusculaires. Des trois Nocturnes composés par Debussy, le Victor Hugo interprètera les deux premiers, Nuages et Fêtes. Pour Nuages, Debussy évoque la lente procession des nuages dans le ciel, tandis que Fêtes propose un rythme plus soutenu comme le laisse présager ce titre, et comme le décrit Debussy lui-même: « c’est le mouvement, le rythme dansant de l’atmosphère avec des éclats de lumière brusque, c’est aussi l’épisode d’un cortège (vision éblouissante et chimérique) passant à travers la fête, se confondant avec elle ».

la sœur d’Alexander von Zemlinsky qu’il épousera par la suite. Cette œuvre de jeunesse, aux allures romantiques, trahit également les influences de Brahms et Wagner, notamment de Tristan und Isolde. Le compositeur s’est en outre inspiré d’un poème de son ami Richard Dehmel figurant dans le recueil La Femme et le monde (Weib und Welt). Ce poème symphonique suit la structure des cinq strophes du poème de Dehmel, exprimant de nombreuses émotions telles que la tendresse et la crainte, l’extase, le pardon… On pourra enfin entendre, dans ce programme nocturne, Une Nuit sur le

Mont Chauve de Moussorgski, dans la version de Rimsky-Korsakov datant de 1886, cinq ans après la disparition du compositeur. Inspirée d’une nouvelle de Nicolas Gogol, La Nuit de la Saint-Jean, dépeignant une réunion de sorcières, la pièce nous fait pénétrer dans un monde surnaturel. On y entend des voix venues des entrailles de la terre, on y croise des esprits ainsi que Tchernobog, une divinité de la Russie païenne. Moussorgski, qui n’a que 28 ans quand il crée Une nuit sur le Mont Chauve, nous accompagne jusqu’à l’aube. Cette clarté apportée par l’aube est un ajout de Rimsky-Korsakov lui-même. Ici, les démons

sont chassés par la lumière du soleil, tandis que dans la version originale de Moussorgski, le diable parvient à imposer le chaos sur terre. Le Victor Hugo vous invite donc à plonger dans les entrailles de la nuit, pour en apprécier toutes les facettes. - Marc Vincent -

La Nuit, Orchestre Victor Hugo FrancheComté, Théâtre Ledoux (Les 2 Scènes), 6 avril à 20h - www.les2scenes.fr www.ovhfc.com

Arc-et-Senans Les panoramas de 2100 - Luc Schuiten

© Luc Schuiten

Au cœur de la cité de l’utopie qu’est la Saline royale, le parti pris de cette nouvelle exposition à découvrir ne pouvait être qu’optimiste ! Pour Luc Schuiten, la cité de demain sera végétale, ou offrira en tous cas aux espaces verts une place prépondérante. En tant qu’architecte, Luc Schuiten a déjà eu l’occasion de donner corps à ses idées, en travaillant sur plusieurs maisons véritablement ouvertes sur la nature. Ce dernier inclut dans ses créations des problématiques en lien avec le développement durable, ainsi que le biomimétisme, une démarche qui consiste à s’inspirer du vivant dans les constructions humaines, faire confiance à la nature pour améliorer nos manières d’habiter. Luc Schuiten a été l’un des premiers architectes en Europe à imaginer une maison autosuffisante en énergie, dans les années 70. Sa maison Oréjona met ainsi à profit les énergies du solaire et du vent. Jardins verticaux (« moyen de cicatriser les blessures infligées au tissu urbain », comme le dit Luc Schuiten), constructions végétales diverses, voitures volantes en forme d’oiseaux, les villes de demain imaginées par Luc, si elles proposent des solutions concrètes, ne manquent pas non plus de poésie !

© Diversions

La Saline royale d’Arc-et-Senans vous donne rendez-vous le 7 avril pour le lancement de sa nouvelle grande thématique, consacrée cette année à l’architecte belge Luc Schuiten, qui proposera une exposition imaginant la ville de demain. Les panoramas de 2100 sonneront le début d’une nouvelle saison à la Saline royale qui nous réserve bien d’autres rendez-vous, dans la continuité des deux précédentes années.

Les paysages de Luc Schuiten à l’honneur en 2018 à la Saline royale Avant que ne revienne le grand spectacle Lux Salina pour sa troisième édition – nous vous en reparlerons dans notre numéro estival -, les jardins de la Saline royale auront revêtu entretemps leurs nouveaux costumes. Après l’univers de Tintin l’an dernier, le Festival des Jardins reviendra à partir du 2 juin pour une nouvelle édition, qui sera « naturellement » placée sous le signe du travail de Luc Schuiten. L’architecture de ce dernier, de par son caractère utopique, entre en résonance avec la cité idéale de Claude-Nicolas Ledoux. Les Cités Végétales de l’architecte belge inspireront sans nul doute les étudiants qui participeront au festival cette année.

N’oublions pas la présence pour la troisième année consécutive de Jordi Savall, qui viendra une fois encore travailler à la Saline royale pour préparer ses concerts. En 2018, le musicien nous donne plusieurs rendez-vous. Après un premier concert le 28 mars dernier à l’église de Montrapon avec La Passion selon St Marc de Bach, le public pourra le retrouver notamment le 9 juin avec un programme intitulé Music for the Royal Fireworks, de Haendel, composé en 1749 à l’occasion des festivités du traité d’Aix-la-Chapelle. Un feu d’artifice sera tiré pour l’occasion. Tout au long de l’année, qui s’achèvera comme en 2017 par un marché de l’artisanat et l’installation d’une patinoire dans la

Comme chaque année, les préparatifs vont bon train pour créer les jardins, s’inspirant cette année des travaux de Luc Schuiten grande berne en décembre, la Saline royale proposera visites commentées, ateliers jeune public, et dès les 5 et 6 avril un colloque autour du sel et du projet Interreg FranceSuisse « Terra Salina – Patrimoine du sel et développement économique ». Il s’agit de six itinéraires de randonnée pour découvrir les voies historiques du sel et les sites touristiques aux alentours. Le colloque est organisé par la Saline royale d’Arc-et-Senans et la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement (MSHE) Claude Nicolas Ledoux. - Dominique Demangeot -

Saline royale d’Arc-et-Senans - Exposition Les panoramas de 2100 - Luc Schuiten, du 7 avril au 21 octobre www.salineroyale.com


7

Culture - Tourisme - Loisirs et actualité en Bourgogne Franche-Comté

Théâtre Dijon Bourgogne Festival Théâtre en Mai l’humanité ». Céline Champinot mettra les dernières touches à cette création lors d’une résidence au TDB.

© Laure Villain

Le Théâtre Dijon Bourgogne accueillera fin mai une nouvelle édition de son festival Théâtre en Mai, toute une série de rencontres entre le public et des auteurs, le public et des metteurs en scène, des compagnies qui s’emparent de textes classiques ou contemporains pour en donner leur propre interprétation scénique. Benoît Lambert, directeur du TDB, souhaite mettre l’accent sur la jeune création, dans la continuité de ses prédécesseurs, tout en invitant une figure majeure de la scène théâtrale. En 2018, c’est le Théâtre du Radeau qui accostera en terres dijonnaises.

La Dévorée

© Brigitte Enguérand

Soubresaut

Charge donc à Laurence Chable, François Tanguy et les comédiens de la compagnie d’ouvrir le festival avec leur dernière création, Soubresaut, mûrie entre les murs de La Fonderie au Mans, ancienne succursale automobile transformée en fabrique de théâtre. Après avoir exploré les textes classiques dans ses premières années, la compagnie a créé ses propres pièces, piochant dans des matériaux divers pour créer une œuvre originale. Pour le Théâtre du Radeau, le plateau est lieu d’expérimentation et de confrontation. « Qui va nous raconter comment on va s’en sortir et si on va pouvoir encore s’en sortir ? Alors on retrace, on fait le pas du pas, on recompose le tracé, c’est cela que je nomme le théâtre », confiait François Tanguy à Laure Adler en 2016.

Espace des Arts Tribus L’Espace des Arts accueille en mai la metteure en scène Mélanie Leray, qui présentera Tribus, pièce de Nina Raine que l’auteur et chanteur Theo Hakola traduit en France pour la première fois. Les spectateurs rencontrent un couple d’universitaires proches de la retraite, mais dont les enfants vivent encore avec eux. L’un d’eux, Billy, qui est sourd, revient à la maison et rencontre Sylvia, qui lui enseigne la langue des signes.

Tribus est cependant une pièce pleine d’humour, caustique certes, qui dépeint les relations au sein de cette famille que l’on pourra aisément qualifier de dysfonctionnelle, avec l’aîné qui n’en finit plus d’être étudiant, la fille Ruth qui tente d’être chanteuse d’opéra… Cette langue, qui est au cœur de la pièce, Mélanie Leray l’aborde sous des angles divers et de manière très ludique.

© Ivan Verbizh

Sylvia a grandi dans une famille sourde, touchée elle aussi par une maladie génétique qui va la priver à terme de l’ouïe. Tribus pose alors la question du langage, du rapport des sourds à notre monde. Billy reproche à ses parents de n’avoir jamais voulu qu’il apprenne la langue des signes. Au sein de sa famille se fait alors jour, peu à peu, un malaise, une incompréhension voire une hiérarchisation des relations. Car ce que nous montre la pièce, c’est que l’incommunicabilité, qui semble être l’un des grands maux de notre époque, ne touche pas que les sourds et les malentendants. Les membres de la famille de Billy, tous très narcissiques, veulent constamment avoir raison, prendre le pas sur l’autre. Ou quand l’expression « dialogue de sourds » prend tout son sens ici !

Il lui fallait tout d’abord trouver un moyen pour que Billy puisse s’exprimer. La metteure en scène a travaillé avec Luca Gelberg, un acteur sourd dont on peut entendre la voix dans la pièce, et qui a notamment joué dans le long métrage La Famille Bélier. Dans Tribus, qu’elle soit chantée, écrite ou passée au prisme de la vidéo, la langue est notamment là pour souligner la présence de Billy au sein de cette famille d’intellectuels où l’on parle beaucoup… et où l’on s’engueule aussi ! - Marc Vincent -

Tribus, Espace des Arts (Théâtre du Port Nord), Chalon-sur-Saône, 23 et 24 mai à 20h - www.espace-des-arts.com

La programmation 2018 de Théâtre en Mai va une nouvelle fois permettre de retrouver des artistes déjà croisés sur les scènes du TDB, à commencer par Céline Champinot, artiste associée avec son groupe LA gALERIE au CDN. Dans sa dernière création, dont la première sera donnée à Théâtre en Mai, la metteure en scène aborde la Bible, définie ici comme une « vaste entreprise de colonisation d’une planète habitable ». Elle nous présente cinq jeunes qui s’intéressent aux origines du bien et du mal en rejouant les épisodes de la Genèse : création, Eden, déluge, Noé, exode. Un univers surprenant, comme ont pu l’être Vivipares et son second épisode Posthume, qui s’inspire des mondes hallucinés de Philip K. Dick. « Voilà le point de départ de mon spectacle », ditelle, « une vaste dispute avec cette Bible, bibliothèque publique et patrimoine de

Théâtre en Mai accueillera également un projet international, entre la Côte d’Ivoire – Cie N’Zassa – et la France – Soleil Glacé -, Mon ami n’aime pas la pluie, comédie notamment mise en scène par l’auteur du texte lui-même, Paul Francesconi, d’origine réunionnaise. Qu’elles mêlent le politique et l’intime – En route-Kaddish, Doreen du même metteur en scène, David Geselson -, qu’elles évoquent les quartiers sensibles - Ce que je reproche le plus résolument à l’architecture française, c’est son manque de tendresse – ou la ville en elle-même en tant qu’espace de conditionnement de nos existences - Città nuova -, la programmation de Théâtre en Mai se veut éclectique. Les arts du cirque s’inviteront aussi sous un chapiteau forain avec La Dévorée, par la cie Rasposo, interrogeant la figure féminine de l’artiste. Citons enfin une création pour le moins particulière puisqu’elle est le fruit d’une collaboration entre de jeunes metteurs en scène venus du Brésil, d’Argentine, d’Espagne, d’Uruguay et de France. On y retrouve notamment Maëlle Poésy, associée avec sa compagnie Crossroad au Théâtre Dijon Bourgogne depuis septembre 2016. Créé en octobre 2017 à Las Condes au Chili, País clandestino aborde les thèmes de l’identité et de l’héritage, qu’il soit familial ou politique. - Dominique Demangeot -

Théâtre en Mai, Théâtre Dijon Bourgogne, du 25 mai au 3 juin - www.tdb-cdn.com


Culture - Tourisme - Loisirs et actualité en Bourgogne Franche-Comté

8

Dole Remake au Musée des beaux-arts Étienne Bossut est très présent en ce moment en Franche-Comté. En février, Diversions vous présentait un premier volet bisontin pour découvrir ou redécouvrir l’artiste, avec trois pièces exposées au rez-de-chaussée du Frac Franche-Comté. Remake se poursuit depuis le 9 mars dernier au Musée des beauxarts de Dole, l’artiste investissant cette fois tous les niveaux du musée. © Caroline Vo Minh

© Diversions

La directrice du musée dolois, Amélie Lavin, a invité le sculpteur né à Saint-Étienne à venir présenter ses pièces dans la cité jurassienne. Étienne Bossut place l’objet du quotidien au cœur de son travail, reproduisant, à partir de moulages en résine, mobilier, ustensiles de cuisine, armement, matelas pneumatiques… et jusqu’à des voitures, à l’image de la Porsche que l’on peut admirer à la Cité des Arts de Besançon. Si la voiture, entièrement reproduite en polyester, roule vraiment, l’artiste en a crevé les pneus, pour bien signifier son statut d’œuvre d’art, plutôt que d’objet utilitaire. Depuis quarante ans,

Vue de l’exposition «Étienne Bossut - Oeuvres des années 70-80». © Courtoisie de l’artiste / Galerie Valentin, Paris, cl. Sylvie Chan-Liat Étienne Bossut projette des objets dans le monde de l’art en les reproduisant. On pense évidemment à Duchamp et ses ready-made, à cette différence qu’ici les objets sont reproduits par le geste de l’artiste-artisan. Étienne laisse d’ailleurs la plupart du temps les traces de la confection sur ses moulages, pour signaler justement ce geste, des traces qui « ramènent les questions de l’original et du bricolage dans un processus de production en série », souligne Amélie Lavin. On trouve donc aussi dans ce travail des références évidentes au pop art de Warhol, dans cette volonté de proposer des séries

Mervans Europopcorn L’équipe de l’Europopcorn est de retour avec cette année des dates de festival qui sont posées fin mai, toujours dans la petite commune de Mervans en Saône-et-Loire. Au programme 2018, huit groupes à venir rencontrer les 25 et 26 mai prochains. Et on n’oublie pas les lauréats du tremplin Europopcorn qui ont décroché le précieux sésame le 14 avril dernier à La Péniche de Chalon-sur-Saône, un marchepied toujours appréciable quand on débute en tant qu’artiste ! Le 25 mai, après le passage du premier groupe tremplin, on découvrira un homme seul en scène, Thomas Schoeffler Jr, un chanteur et sa guitare pour des couleurs folk blues, un one man band dont les Vosges d’origine ressemblent un peu aux grandes plaines américaines, lorsque l’on écoute cette musique acoustique et très roots, où la country et le rock font aussi des apparitions. La Cafetera Roja se présentera ensuite, groupe cosmopolite qui possède un lien fort avec Barcelone puisque c’est là-bas que ses membres se sont rencontrés en 2008. Le résultat de cette recette bigarrée ? Une musique toute aussi riche mêlant l’énergie du rock et les envolées de la pop, mais aussi des éléments de hip-hop qui lui confèrent une touche résolument moderne. Le dernier opus, One Shot, sorti l’an dernier, fait la part belle aux textes en anglais. Enfin à minuit, place au ska punk avec Los Tres Puntos, qui proposent depuis 1995 leur musique musclée et renforcée aux cuivres, avec des touches latines comme semble l’annoncer leur sobriquet. En 2015 pour leurs vingt ans ils publiaient l’EP 5 titres Contre vents et marées, en totale auto-prod – punk oblige ! -. La rage

est toujours là après deux décennies, et les riffs toujours saignants, réchauffés au soleil latin. Le 26 mai, on aura droit à un deuxième groupe issu du tremplin, avant que ne se présente ensuite sur la scène de Mervans Pocket Full Of Funk, du funk donc, mâtiné de quelques bonnes doses de soul et de groove. Après le rock alternatif de Che Sudaka, mûri dans les rues de Barcelone comme leurs compatriotes de La Cafeteja Roja, le public profitera de la prestation des Sales Majestés. Ces artistes ne sont pas nés de la dernière pluie, le groupe fêtant cette année 37 ans d’activisme musical. À l’époque de leur formation, le punk rock était encore naissant en France, sous l’impulsion des Clash et quelques autres formations britanniques de la fin des années 70. Les Sales Majestés – clin d’œil aux God Save The Queen version cradingue des Sex Pistols ? -, chantent quant à eux leurs brûlots en français dans le texte. Militants, ils l’étaient et le restent, produisant eux-mêmes leurs disques, depuis leur premier album sorti en 1995. Des décennies de concerts leur ont gagné une bonne base de fans qui les suivent sur les scènes de France, et s’ils sont habitués des lieux underground, les musiciens ont tout de même rempli l’ÉlyséeMontmartre à Paris en 2008, et la Cigale deux ans plus tard… Leur dernier album en date, baptisé Droit dans le mur, est toujours aussi revendicatif avec des titres comme No futur et Où est-il possible de vivre ?. - Manu Gilles -

Europopcorn, Mervans, 25 et 26 mai www.europopcorn.fr

d’un même objet. Ses moulages, Étienne les fait siens en appliquant ses propres couleurs. « Un jour j’ai eu l’idée, en moulant un vieux fauteuil club, de le réaliser en polyester rouge vif », nous explique-t-il. « Là j’ai réalisé que je tenais quelque chose de merveilleux, c’està-dire de basculer d’un côté œuvre d’art à quelque chose de fonctionnel ». Ce côté ambigu, entre ce qui serait de l’art et ce qui ne le serait pas, traverse comme un clin d’œil toute l’œuvre d’Étienne Bossut. C’est ce décalage, ce surgissement souvent incongru du quotidien dans un musée, qui crée aussi l’intérêt de l’exposition Remake.

La rétrospective doloise nous présente des pièces anciennes issues de collections publiques et privées, mais aussi de plus récentes. L’artiste a préféré à la présentation chronologique un accrochage en lien étroit avec le lieu. « Le musée étant installé dans un ancien pavillon d’officiers datant du XVIIIe siècle », fait remarquer Amélie Lavin, « il garde de son ancienne destination une échelle presque « domestique », avec ses longs couloirs et ses salles compartimentées comme des chambres ou de petits appartements ». Ainsi Mon Fauteuil, son premier moulage datant de 1976, se retrouve au premier étage parmi les tableaux. Parallèlement aux titres qui font référence au monde de l’art, qu’il s’agisse des arts plastiques, du cinéma entre autres domaines, les pièces d’Étienne Bossut prennent également d’autres sens selon les endroits où elles sont exposées. Le décalage joue parfois à plein, comme lorsque l’artiste installait ses 101 skis colorés au sein d’une chapelle en 1995 - une installation que l’on retrouve à Dole -, ou quand il jette des carcasses de voiture Coccinelle grandeur nature dans des salles de musée, en les ayant préalablement criblées de trous... Le musée des beaux-arts de Dole donne à voir toute la diversité de l’œuvre d’Étienne Bossut, « une exploration des possibles de la sculpture depuis le début du XXe siècle », dit encore Amélie Lavin. - Dominique Demangeot -

Remake, Musée des beaux-arts de Dole, du 9 mars au 3 juin - www.sortiradole.fr À voir également Remake au Frac FrancheComté, Cité des Arts, Besançon, jusqu’au 20 mai - www.frac-franche-comte.fr


9

Culture - Tourisme - Loisirs et actualité en Bourgogne Franche-Comté

Morteau L’Iliade

© P.Savoir

La mythologie grecque s’invite à Morteau en ce début de printemps dans le cadre de la saison théâtrale du Centre d’Animation du Haut-Doubs. À l’occasion de l’enterrement de leur père, deux frères retournent dans la maison de leur enfance et retrouvent au grenier de vieux objets apparemment anodins, qui leur servaient cependant de jouets trente ans plus tôt. Il n’en faut pas plus aux deux frères pour retourner au temps béni de leur enfance, lorsqu’ils incarnaient les personnages de L’Iliade dans leur petit grenier. Damien Roussineau et Alexis Perret incarnent ces deux frères qui vont eux-mêmes interpréter… 35 personnages à eux seuls. Cette version originale de L’Iliade constitue un bel hommage à la fois à l’imaginaire de l’enfance et au théâtre. Adaptée par les deux comédiens, elle est aussi une prouesse puisqu’elle condense, en une heure et dix minutes, l’épopée grecque mondialement connue. C’est en 2013 qu’ils découvrent L’Iliade dans la traduction de Jean-Louis Backès et décident alors de la transposer

à la scène. Texte fondateur de la poésie occidentale, L’Iliade d’Homère nous conte l’affrontement des Troyens et des Achéens, guidés par Hector et Achille. Pour Jean-Louis Backès, L’Iliade « exprime l’essence des passions humaines (la colère, la jalousie, l’envie), des conflits, de l’amitié, de l’héroïsme ». Toute une palette de sentiments et de situations à exploiter pour les comédiens de la compagnie Abraxas, qui ont décidé de relever le défi. « Notre adaptation théâtrale a consisté à garder la succession des événements de l’épopée en alternant narration et incarnation tout en conservant la langue d’Homère, la multiplicité des personnages, la présence des dieux et leur fantaisie », expliquent Damien et Alexis. La compagnie Abraxas offre à L’Iliade une forme contemporaine, assurant aussi bien les rôles masculins que féminins, dans ce spectacle à la fois poétique et ludique, sans temps morts. - Manu Gilles -

L’Iliade, Morteau, Théâtre, 5 avril à 20h30 www.morteau.org

Patrimoine Les 10 ans de l’inscription de l’œuvre de Vauban

au patrimoine mondial de l’UNESCO

© Jacky Renard

Pièce de Mauro Corda

© Marc Perrey

Du 1er avril au 15 juillet, la Citadelle de Besançon accueillera les œuvres de l’artiste Mauro Corda, une exposition qui sera dédiée au règne animal, l’occasion pour le Muséum de réaffirmer sa contribution à la préservation de la biodiversité. Zoospective, le règne animal fait ainsi écho aux collections du Muséum de la Citadelle et en particulier au nouvel espace du Naturalium inauguré l’an dernier.

© Bibliothèque Municipale de Besançon

La Ville de Besançon et les douze sites fédérés au sein du réseau Vauban s’apprêtent à célébrer une date clé dans l’histoire de leur patrimoine. Le 7 juillet 2008, douze sites fortifiés par l’architecte Vauban, dont la Citadelle bisontine, étaient inscrits sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Une programmation spéciale est ainsi mise en place à Besançon d’avril à septembre, avec notamment quelques temps forts.

La Citadelle de Besançon, et à droite Panthéon charivarique par Benjamin Roubaud Manipulation génétique, bioéthique sont des thématiques abordées par Mauro Corda, sculpteur animalier qui crée des créatures fantastiques, hybridant le chameau et le yack, le cerf et la girafe entre autres chimères. L’artiste propose un parcours au sein de la Citadelle, depuis le Front SaintÉtienne, investi par une horde de chauvessouris, jusqu’à l’Aquarium. Le Hangar aux Manœuvres accueillera également de nombreuses pièces, qui côtoieront d’autres œuvres prêtées par des musées, l’occasion de découvrir des pièces d’Antoine-Louis Barye (1795-1875) ou encore de François Pompon (1855-1933).

À voir également à la Citadelle et dans la ville, l’exposition photographique Citadelles du monde et autres fortifications à partir du 12 mai, passage en revue des citadelles inscrites sur la liste du Patrimoine mondial ou engagées dans cette démarche. Le Musée du Temps accueillera l’exposition Guerre aux démolisseurs ! Victor Hugo et la défense du patrimoine, du 16 juin 2018 au 27 janvier 2019. Montée en partenariat avec La Maison Victor Hugo, l’exposition retrace les actions menées de par le monde en faveur du patrimoine. À noter qu’un volet contemporain sera également proposé à la Maison Victor Hugo en partenariat avec l’ISBA de Besançon et le FRAC Franche-Comté.

Cet été, un temps fort attend les Bisontins et les touristes de passage. Les 7 et 8 juillet, le Week-end Anniversaire des 10 ans proposera un spectacle son et lumière baptisé Vauban. La paix des étoiles, qui se tiendra sur plusieurs sites du Réseau Vauban à la date anniversaire du 7 juillet 2018. Une œuvre éphémère en carton, à laquelle le public est invité à prendre part, sera également construite le 7 juillet vers le Pont Battant, proposée par l’artiste Olivier Grossetête. Visites guidées, conférences, lectures et autres animations attendent le public pour en apprendre plus sur Vauban et son œuvre. - Dominique Demangeot -

Programme complet : dixans.besancon.fr


Culture - Tourisme - Loisirs et actualité en Bourgogne Franche-Comté

10

Environnement Une exposition à parcourir à la Maison Départementale de l’Environnement Depuis la saison dernière, la Maison Départementale de l’Environnement de Sermamagny met en lumière la randonnée, dans un nouveau décor et au moyen d’une exposition ludique qui nous invite à découvrir d’étranges contrées. « La randonnée, c’est ma nature ! » entame cette année sa deuxième saison pour en découvrir davantage sur le charme des sorties en plein air.

© Samuel Carnovali

© Samuel Carnovali

Le programme des animations a été entièrement revu l’an dernier, et se poursuit en 2018. « Une nouvelle invitation pour les visiteurs de la Maison de l’Environnement », explique le directeur Vincent Rouire, « qui est une invitation à sortir dans la nature, à marcher ». La randonnée pédestre et les sorties en pleine nature sont proposées durant toute la saison, de mars à novembre à la MDE. Un programme très diversifié propose

des conseils pour profiter au mieux de la nature qui nous environne. Des balades pistées à des expériences plus fortes comme des nuits en refuges, tout un chacun, selon son niveau et ses envies, pourra s’initier ou approfondir l’art de la rando. Les balades pistées sont des parcours en pleine nature, encadrées par des guides et jalonnées d’étapes d’observation, ainsi que de rencontres avec des experts des zones traversées. Des balades naturalistes nous apprendront également à reconnaître les plantes et la faune, et à s’orienter dans la nature. Les Déclics Rando sont des séances où le grand public peut rencontrer des randonneurs pédestres qui leur apportent

des conseils très pratiques tels que l’orientation avec une boussole, choisir ses chaussures et son sac à dos, etc. Les Déclics Randos se déroulent le dimanche après-midi à 16h, et traiteront notamment en 2018 des balisages, des pique-niques, de la rando avec des enfants, etc. L’espace d’information Info Rando a répondu la saison dernière à une vraie attente. 20 000 fiches rando ont ainsi été diffusées, et plus de 15 000 visiteurs ont découvert la salle. De nouvelles fiches seront distribuées ce printemps. La nouvelle saison a débuté le dimanche 25 mars dernier sur une balade contée de Mapie

Caburet, de la Compagnie À la Lueur des Contes, qui a également pris part l’an dernier à la mise en place de la nouvelle exposition de la MDE, parcours ludique durant lequel les spectateurs rentrent littéralement dans une histoire. Toutes les occasions semblent bonnes pour ne pas sortir ! Trop de travail, de dangers, on va se perdre, il va faire froid… L’homme s’est peu à peu déconnecté de la nature. Au départ, le visiteur rencontre une vieille dame enfermée chez elle, coincée entre sa télévision et sa plante verte. Mais quand la plante décide de retrouver la nature et de s’en aller, la vieille dame « enlève ses semelles de plomb et part à la recherche de sa plante », comme l’explique Mapie Caburet. Le périple peut alors commencer, à travers des contrées étranges. Un décor interactif a été spécialement conçu pour vivre en temps réel cette aventure. La MDE vous donne également rendez-vous du 11 au 18 avril avec Azimut et crapahute, temps fort durant lequel des guides donneront des clés pour s’orienter dans la nature. Jeux et tests d’orientation, ateliers pour construire une boussole, entre autres animations, seront proposés. De véritables formations à l’orientation sur le terrain seront aussi proposées. L’événement est organisé en lien avec de nombreux partenaires, dont les bénévoles de la Compagnie Belfort Loisirs, les éducateurs sportifs de la base nautique et de loisirs du Malsaucy, et bien d’autres. - Dominique Demangeot -

Programme complet de La randonnée c’est ma nature #2 sur www.territoiredebelfort.fr/mde


11

Culture - Tourisme - Loisirs et actualité en Bourgogne Franche-Comté

Montbéliard La Mondialette revient à l’Axone Du 19 au 21 avril, la Mondialette de Pétanque revient pour une deuxième édition à l’Axone de Montbéliard. Durant trois jours, près de 400 équipes de trois joueurs chacune s’affronteront au parc des expositions pour tenter de remporter la compétition. En mode indoor à l’intérieur de l’Axone, la météo ne sera pas un problème, d’autant que la compétition se veut la plus ouverte et conviviale possible.

La Mondialette est accessible via une inscription sur internet ou sur papier. Les participants, qui devront amener leurs propres boules (sans oublier le fameux cochonnet et le mètre), se retrouvent sur 14 boulodromes en terre battue, avec en prime… le doux bruit des cigales pour recréer l’ambiance méridionale qui accompagne généralement ce sport ! Des animations musicales orchestrées par un DJ sont également prévues. Les parties se déroulent en temps limité (45min) ou en 13 points. Les

© Lionel Vadam

Lors de la première édition en avril dernier, on ne pouvait s’empêcher de penser à la fameuse course à obstacles de La Montbéli’Hard. Ici les boules et le cochonnet avaient remplacé les bottes de paille et autres obstacles, mais le côté convivial de la Montbéli’Hard était cependant bel et bien présent ! Il faut dire que la Mondialette est une compétition ouverte à tous. Nul besoin d’être un professionnel de la pétanque pour y prendre part. Et comme le rappellent les organisateurs, « la mondialette n’est pas un concours, c’est un état d’esprit » ! L’an dernier, ils avaient été 2000 à venir taquiner le cochonnet, amateurs, licenciés, débutants.

organisateurs conseillent bien sûr aux joueurs de connaître ou de se familiariser avec les règles de base de la discipline, même si l’ambiance se veut avant tout détendue. Pour les novices, le règlement est expliqué sur le site de la compétition (www.lamondialette. com). Chaque équipe compte ses points de manière autonome avec l’adversaire, et les résultats sont notés en fin de partie sur la feuille de match. Il est donc bien entendu que le fairplay doit aussi être de rigueur ! Une phase de poules se déroulera dans des groupes composés de trois équipes les jeudi et vendredi. Le vainqueur de la poule sera qualifié pour les phases finales qui se dérouleront le samedi. En phase finale, les

matches sont à élimination directe. À noter que les équipes éliminées aux phases de poules auront la possibilité de s’inscrire au tournoi de consolante qui aura lieu le samedi (gratuit) ! Si la Mondialette de Pétanque est ouverte à tous, une mini-mondialette, encadrée par un animateur, sera également consacrée aux enfants de moins de dix ans avec des terrains en libre accès (inscriptions sur place : 5 euros). La mini-mondialette des enfants sera accessible de 15h à 21h les jeudi, vendredi et samedi. En pleine période de vacances, voilà une nouvelle qui ravira les parents en manque d’idées pour occuper leurs rejetons.

Le public est bien sûr invité à venir assister aux matchs. Une buvette sera mise en place durant toute la durée du tournoi, avec un espace proposant une vue sur les terrains pour ne rien manquer de la compétition. De nombreuses animations seront également proposées au public durant ces trois jours. - Manu Gilles -

2ème Mondialette de Pétanque, Montbéliard, l’Axone (grande salle), du 19 au 21 avril - Les jeudi et vendredi de 15h à minuit (phases de poules) - Le samedi de 11h à minuit - www.lamondialette.com


Culture - Tourisme - Loisirs et actualité en Bourgogne Franche-Comté

12

Commerce Mine de Rien à Baume-les-Dames u

Florence Bonfils ouvrait il y a onze ans sa boutique, baptisée Mine de Rien et dédiée aux articles de maroquinerie et autres objets comme les parapluies ou encore les chaussons. Vous pouvez la retrouver au 6 de la Grande Rue à Baume-les-Dames.

au moment de Noël : on fait gagner des bons d’achat. Cette année il y avait des magnums de Crémant, des ballotins de chocolat, des ballotins de biscuits, des hottes magiques en bons d’achat ». Au moment de Pâques, de la Fête des mères et des pères, le même type d’action est mis en place pour dynamiser le commerce baumois. « On est une vraie association, avec une secrétaire à temps complet qui gère tout cela ». Plus de cent adhérents font actuellement partie de l’association Baume Bienvenue.

Sur 50 m², Florence propose des produits à classer dans une moyenne gamme, comme l’explique cette dernière, tout cuir pour la plupart. En majorité, ils viennent d’Europe, et l’on trouve également chez Mine de Rien quelques modèles français. Ces derniers se font cependant de plus en plus rares. On trouve néanmoins de très bons cuirs venus d’Espagne et du Portugal. Chez Florence,

- Caroline Vo Minh -

Mine de Rien, Baume-les-Dames, 6, Grande Rue Association Baume Bienvenue : facebook.com/associationbaumebienvenue © Diversions

vous trouverez également des parapluies, des chaussons de marque Isotoner, ainsi que des sacs à main, portefeuilles, des porte monnaie, en bref un choix assez large à découvrir à Baume-les-Dames !

une collection diversifiée et coup de cœur, et la saison suivante je ne travaillerai peutêtre pas avec lui ». Florence se fie à ses propres goûts pour choisir un modèle et rien n’est figé.

« Cette année et depuis plusieurs années, on est sur une tendance de bottines », explique Florence. « La botte disparait un peu. La cliente s’est faite à la bottine. C’est un petit peu moins cher aussi que la botte. Pour une belle botte cuir, il faut vite compter 150 euros ». Avec le printemps qui arrive, ce sera mocassins et derbys, « un côté très sport et au niveau des couleurs : plutôt pastel », souligne Florence. « Il y a des saisons où je vais plus travailler avec un fournisseur car il a vraiment

Mine de Rien fait partie du réseau de commerçants de Baume-les-Dames, Baume Bienvenue, association qui accueille également artisans, industriels et professions libérales. « On essaie d’apporter des solutions au mieux, de valoriser toutes les professions ». Des actions commerciales sont régulièrement mises en place, à l’image des trois chéquiers de réduction où chaque artisan ou commerçant peut proposer des offres comme il l’entend. « On a des actions


13

Les voyages de Max

Robert «Robert, tu fais quoi, là ?». Il fixait du regard sa main droite, qu’il faisait glisser systématiquement d’avant en arrière sur la table, juste à côté de sa tasse à café. Le geste répété, a priori anodin, accaparait toute son attention. Il ne disait plus un mot, comme s’il n’avait pas entendu ma question. «Robert, ça va ?»... «Non, ça ne va pas. Je n’arrive plus à saisir ma petite cuillère. Ma main ne m’obéit plus... Quelque chose ne va pas. J’ai peur, Max.» J’avais rencontré Robert trois semaines plus tôt dans un restaurant végétarien qui venait d’ouvrir. Nous

étions ce soir-là les seuls étrangers parmi les rares clients qui avaient osé pousser la porte de l’établissement. Les murs blancs, les leds à la lumière crue et mal choisie donnaient à l’endroit une ambiance clinique de döner kebab fraîchement carrelé. Les deux posters affichés d’une part et d’autre de la salle et censés représenter des paysages bucoliques magnifiés par la fée Photoshop, rivalisaient de médiocrité ou, c’est selon, d’excellence en matière de mauvais goût. Robert était moitié mexicain et américain, ce qui, pour des raisons évidentes, me l’avait d’emblée rendu éminemment sympathique. À 68 ans, sans enfant, sans compagne ou

compagnon, très loin du Tennessee et de sa famille, il venait de passer quelques années en Chine à enseigner l’espagnol et l’anglais dans une toute petite ville de quelques dizaines de millions d’habitants. Fort de cette expérience, Saigon se présentait à lui comme une nouvelle aventure. À mon grand étonnement, en plus de maîtriser ses deux langues natales, il parlait aussi l’arabe, un peu le français et l’italien. Il colorait notre conversion d’expressions typiquement francophones et ne manquait jamais de me demander comment je pouvais traduire tel ou tel idiome singulier. Il dégageait une douceur rassurante et je sentais poindre derrière ses mots une vie riche, ponctuée d’histoires et de rencontres. Il avait notamment fait la connaissance de l’écrivain Arthur C. Clarke et me vantait les qualités littéraires de ses romans. Robert était lui-même en train de se consacrer à l’écriture d’un manuscrit, qui relatait son périple à vélo autour de la Méditerranée. Pendant 5 ans, dans les années 80, il avait pédalé sur 36000 kilomètres, travaillant au gré des opportunités, découvrant les cultures et les langues des pays traversés. Nous avions plus d’un point commun, moi qui avais modestement rallié Tokyo à Osaka en deux roues et en 5 jours, lors d’un de mes lointains et longs séjours au Japon. À la fin du repas, quand bien-même nous ne nous connaissions que depuis quelques minutes, nous étions devenus amis, naturellement. Nous nous revîmes plusieurs fois pour de longues conversations autour d’un café, et toujours avec le même plaisir, jusqu’à cette matinée fatidique où les premiers signes du malaise qui allait frapper Robert se manifestèrent. Je me souviens qu’il était en train de me décrire le paysage de montagnes près de l’auberge qu’il tenait avec sa sœur dans les Smoky Mountains. J’avais le sentiment de revivre les scènes du film Et au milieu coule une rivière, quand sa main droite commença à défaillir. «Je ne comprends pas ce qui m’arrive, Max. Je crois que ça ne va pas ».

Sans céder à la panique, et pensant que c’était peut-être une simple crise d’angoisse passagère, nous refîmes rapidement le trajet en sens inverse jusqu’à sa chambre, afin qu’il prenne les médicaments pour sa tension, médicaments qu’il avait sciemment omis de prendre la veille. Le temps d’arriver au premier étage de son hôtel pour qu’il avale ses pilules, et déjà sa jambe droite donnait des signes de paralysie. «Il faut appeler une ambulance tout de suite !» lança un voyageur présent. Le visage de Robert trahissait l’angoisse qui le submergeait. On se mit à trois pour l’aider à marcher, il fallait regagner au plus vite le rez-de-chaussée. Dans l’étroite descente d’escalier, je sentis tout le poids de son corps se reporter sur le mien. Avant d’atteindre la dernière marche, il s’était complètement raidi, sa tête fit un quart de tour sur sa droite, ses yeux se révulsèrent et sa mâchoire se contracta. Son visage était complètement déformé. Dans l’affolement, Mark, un de ses voisins de chambrée, cria qu’on lui cale vite un bout de bois entre les dents, n’importe quoi pourvu qu’il ne se morde pas la langue, mais c’était déjà trop tard. Sa bouche était pleine de sang. Je trouvai quand même une règle en plastique qui fit plus ou moins l’affaire. On l’installa en position latérale, et soudain, alors qu’il luttait encore contre un marionnettiste invisible, les convulsions s’arrêtèrent et je vis la carnation de sa peau passer du rose au gris en quelques secondes. «OH, Robert, Robert ! Dis-je maladroitement en lui tapotant la joue et en pressant n’importe comment sur sa poitrine, comme j’avais vu faire dans les films. C’était impossible, ça ne se pouvait pas, Robert ne pouvait pas avoir succombé comme ça. Ce matin quand j’étais passé le chercher ici même, il allait très bien. C’est à ce moment que ambulanciers arrivèrent... À suivre...

les



Cinéma 28 mars

15

Du soleil dans mes yeux De Nicolas Giraud Drame

Les dents, pipi et au lit De Emmanuel Gillibert Comédie

Avec Clara Ponsot, Nicolas Giraud Irène veut vivre à nouveau avec son fils. Elle passe ses vacances d’été à la Rochelle et en profite pour le retrouver.

Avec Arnaud Ducret, Louise Bourgoin Antoine vit en colocation avec Thomas dans un magnifique appartement parisien. Thomas décide de partir vivre à Los Angeles.

Milla

De Valérie Massadian Drame Avec Séverine Jonckeere, Luc Chessel Milla, 17 ans, est amoureuse de Leo. Ils se réfugient au bord de la Manche.

Ready Player One

De Steven Spielberg Science-fiction Avec Tye Sheridan, Olivia Cooke 2045. Les humains vivent dans l’OASIS, univers virtuel créé par James Halliday qui léguera sa fortune à la personne qui découvrira l’œuf de Pâques numérique caché.

25 avril Avengers: Infinity War De Joe Russo Science-fiction © DR

Gaston Lagaffe le 4 avril The Rider

De Chloé Zhao Drame Avec Brady Jandreau, Tim Jandreau Brady, étoile montante du rodéo, apprend qu’il ne peut plus participer aux compétitions en raison de son accident de cheval.

Vent du Nord

De Walid Mattar Drame Avec Philippe Rebbot L’usine d’Hervé est délocalisée. Il est le seul à accepter ce changement.

Madame Hyde

De Serge Bozon Comédie, Fantastique Avec Isabelle Huppert, Romain Duris Une professeure de physique est détestée par ses élèves et ses collègues. Un jour, elle est foudroyée et ressent une énergie nouvelle.

Les Destinées d’Asher De Matan Yair Drame

Avec Ami Smolartchik, Keren Berger Asher est un jeune garçon de 17 ans. Son père souhaite qu’il reprenne l’entreprise familiale d’échafaudage.

Croc-Blanc

De Alexandre Espigares Animation Croc-Blanc est un chien loup recueilli par Castor Gris et sa tribu indienne. Mais Castor Gris cède l’animal à un homme cruel.

Avec François Cluzet, Nicolas Duvauchelle 1919. Un héros de guerre est retenu prisonnier au fond d’une caserne. Son chien, posté devant la porte, aboie jour et nuit.

Carnivores

De Jérémie Renier Comédie dramatique Avec Leïla Bekhti, Zita Hanrot Mona a toujours voulu être comédienne. Mais c’est Sam, sa sœur, qui devient actrice.

Mademoiselle Paradis De Barbara Albert Drame

Comme des garçons De Julien Hallard Comédie

Avec Roland Møller, Lola Le Lann Un ancien prisonnier souhaite mener une vie tranquille, mais la fille de la femme qui l’héberge est victime d’une agression.

Avec Maria-Victoria Dragus, Devid Striesow Vienne, 18ème siècle. Maria Theresa von Paradis est une jeune pianiste aveugle. Son médecin Franz Anton Mesmer tente de lui rendre la vue.

Gaston Lagaffe

Taxi 5

De Armando Iannucci Drame Avec Steve Buscemi, Jeffrey Tambor Staline est victime d’une attaque cérébrale. Ses ministres les plus proches souhaitent prendre le contrôle d’une manière ou d’une autre.

Red Sparrow

De Franck Gastambide Action Avec Franck Gastambide, Malik Bentalha Sylvain Marot est muté à la police municipale de Marseille. Le Maire de la ville lui confie la mission de stopper le « Gang des Italiens ».

Sherlock Gnomes De John Stevenson Animation

Avec James McAvoy, Emily Blunt Les nains de jardin s’amusent et préparent l’arrivée du printemps. Mais ils disparaissent mystérieusement un par un.

De Francis Lawrence Thriller Avec Jennifer Lawrence, Joel Edgerton Une jeune ballerine voit son destin professionnel brisé en raison d’une chute. Elle est recrutée par les services secrets russes.

Avec Rooney Mara, Joaquin Phoenix Marie Madeleine constitue l’un des personnages religieux les plus énigmatiques de l’histoire biblique.

Avec Romain Duris, Olga Kurylenko Une étrange brume mortelle arrive sur Paris. Des survivants tentent de se réfugier dans les derniers étages des immeubles et les toits.

Mobile Homes

De Vladimir de Fontenay Drame Avec Imogen Poots, Callum Turner Ali et Evan parcourent les routes des États-Unis et du Canada. Ils utilisent Bone, le fils d’Ali, pour leurs trafics.

À l’heure des souvenirs De Ritesh Batra Drame

Otages à Entebbe De José Padilha Biopic

Avec Rosamund Pike, Daniel Brühl Deux Palestiniens et deux Allemands prennent un avion en otage et le détournent vers Entebbe, en Ouganda.

Amoureux de ma femme De Daniel Auteuil Comédie dramatique

Avec Daniel Auteuil, Gérard Depardieu Daniel est amoureux de sa femme. Son meilleur ami lui propose un dîner « entre couples ».

Transit

De Christian Petzold Drame Avec Franz Rogowski, Paula Beer De nombreux réfugiés se trouvent à Marseille. Parmi eux un Allemand, Georg, qui prend l’identité d’un écrivain mort.

Comme des rois De Xabi Molia Comédie dramatique

L’Île aux chiens

Avec Kad Merad, Kacey Mottet Klein Joseph vit grâce à une petite entreprise d’escroquerie au porte à porte. Mais le propriétaire de son appartement menace de l’exclure pour loyers impayés.

De Wes Anderson Animation Une grippe canine sévit. Le maire décide la mise en quarantaine de tous les chiens de la ville qui sont envoyés sur une île.

Kings

De Deniz Gamze Ergüven Drame Avec Halle Berry, Daniel Craig 1992. Los Angeles. Millie s’occupe de sa famille et de plusieurs enfants qu’elle accueille.

Luna

De Elsa Diringer Comédie dramatique Avec Laëtitia Clément, Rod Paradot Luna travaille dans une exploitation maraîchère. Un soir, durant une soirée arrosée, elle agresse un inconnu avec ses amis.

© DR

© DR

Avec Jim Broadbent, Charlotte Rampling Tony Webster tient un magasin de photographie à Londres. Sa vie est bouleversée suite à un lègue : le journal intime de son meilleur ami.

Avec Vanessa Guide, Max Boublil Un journaliste sportif décide d’organiser un match de football féminin pour défier son directeur lors de la kermesse annuelle.

Avec Charlie Plummer, Steve Buscemi Charley Thompson, 15 ans, trouve un petit boulot chez un entraineur de chevaux.

Avec Joaquin Phoenix, Jonah Hill John Callahan a failli mourir dans un accident de la route après une soirée bien arrosée. Il accepte de suivre une cure de désintoxication.

Dans la brume De Daniel Roby Science-fiction

Avec Éric Carrière, Francis Ginibre À Port Vendres en Catalogne française, le maire et ses employés profitent des acquis sociaux.

La Route sauvage De Andrew Haigh Drame

Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot De Gus Van Sant Biopic

Marie Madeleine De Garth Davis Biopic

Le Collier rouge le 28 mars

Les municipaux, ces héros De Éric Carrière Comédie

11 avril

La Mort de Staline

Le Collier rouge De Jean Becker Drame

Tu ne tueras point De Jérémie Guez Drame

4 avril De Pierre-François Martin-Laval Comédie Avec Théo Fernandez Gaston arrive en stage au Petitcoin. Il amuse ses collègues avec ses inventions.

Avec Robert Downey Jr., Chris Hemsworth Les Avengers et leurs alliés doivent combattre Thanos qui a pour objectif de détruire complètement l’univers.

La route sauvage le 25 avril