Page 1

Aire Urbaine mensuel gratuit

#29 décembre 2010

Alsace

culture - sorties - société - tendances

Joanne Leighton fait danser Strasbourg L’Art à l’école à Sélestat - Momix fête ses 20 ans TGV GéNéRiQ - Les Rockeurs ont du coeur à Sélestat Les acteurs de bonne foi au TNS - Absinthe à la Comédie de l’Est - Jusqu’à ce que la mort nous sépare - Montres et Merveilles au Musée du Temps de Besançon Architectures transfrontalières à Saint-Louis - Des artistes dans leur temps + Agenda des sorties p.4

Marchés de Noël p.10 / Chroniques CD p.14 sorties CINÉMA p.15


tale Carpoipéenne eu

Orchestre

PHILHARMONIQUE dE STRASBOURG ORcHESTRE NATIONAL

2010

ts

jeudi 2 vendredi

3

• Bertrand de Billy direction CONCEPTION REYMANN COMMUNICATION // MONTAGE BKN.FR // © SHUTTERSTOCK // LICENCES D’ENTREPRENEURS DE SPECTACLES N° 2 : 1006168 ET N°3 : 10066169

nvite

DECEMBRE

• Heidi Brunner soprano

vendredi 10 • marc alBrecHT direction • Pauline HaaS harpe • david KadoucH piano • antoine PierloT violoncelle • raphaël Sévère clarinette • Tianwa yanG violon

PMC - SALLE ÉRASME 20H30 Wagner / messiaen brahms

PMC - SALLE SCHwEitzER

20H30 ConCert jeunes talents

debussY / Copland mendelssohn saint-saëns / bruCh

jeudi 16 vendredi 17 • kirill karabits direction • Jean-yves THiBaudeT piano

PMC - SALLE ÉRASME 20H30 stravinskY / liszt sibelius

samedi 18 • Jean-yves THiBaudeT piano • evelyne alliaume violon • anne Werner violon • Harold HirTz alto • alexander Somov violoncelle • Sébastien GioT hautbois • Sébastien KoeBel clarinette

AuditoRiuM dE LA CitÉ dE LA MuSiquE Et dE LA dAnSE 20H30 jean-Yves thibaudet invite des musiCiens de l’ops

poulenC / britten sChumann

SAISON 2010>2011 Caisse OPS - Entrée Schweitzer - Du lundi au vendredi de 10h à 18h sans interruption - 03 69 06 37 06 Boutique Culture - 10 place de la Cathédrale Du mardi au samedi de 12h à 19h - 03 88 23 84 65

experts-comptables


diversions-magazine.com

cultures sorties société tendances

#29

décembre 2010

Soirér Les Rockeurs ont du coeur à Sélestat

AGENDA - 4 REPÉRAGES -6 Joanne Leighton fait danser Strasbourg Momix fête ses 20 ans en 2011 L’Art à l’école à Sélestat

THÉÂTRES - 9 Les acteurs de bonne foi Absinthe à La Comédie de l’Est Jusqu’à ce que la mort nous sépare

MUSIQUES - 7 TGV GéNéRiQ

MARCHÉS DE NOËL - 10 Besançon Montbéliard Belfort fête les 130 ans du lion Ungersheim Sélestat OUVREZ LES YEUX - 12 Montres et merveilles au Musée du Temps de Besançon Architectures transfrontalières

De leur temps (3) : dix ans de création en France, le prix Marcel Duchamp CHRONIQUES CD- 14 CINÉMA - 15

L’image du mois

Mathieu Wernert à l’Illiade d’Illkirch-Graffenstaden

DÉCOUVREZ PARTAGEZ OFFREZ… PASS MUSÉES 190 MUSÉES 3 PAYS 1 PASSEPORT En vente dans tous les musées membres. www.passmusees.com

La saison 2010-2011 de l’Illiade fait une fois encore une bonne place aux arts plastiques en proposant, dans le hall de la salle, des expositions toute l’année. L’Illiade développe depuis deux ans des expositions avec des artistes locaux et des collaborations de plus en plus nombreuses avec Le Frac Alsace ou d'autres organismes et associations. « Nous essayons de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes de notre ville, à l'art contemporain avec l'aide des professionnels, et de mettre en place des expositions dans des lieux qui, si initialement ne sont pas destinés à ce genre de manifestations permettent d'ouvrir des perspectives nouvelles et remportent un large succès auprès de notre public » explique Jorge Goncalves de l’Illiade. Jusqu’au 12 décembre, on peut prendre connaissance du travail de Mathieu Wernert. Avec l’exposition « Côté Cours », le peintre 101110_MUSE_AZ_Weihnachten_F_125x155_4c_RZ_v3.indd 1 Diversions - Edition Alsace Journal d’information gratuit 12, rue des Vieilles Perrières 25000 Besançon 03 81 57 58 92 - 06 34 12 01 91 www.diversions-magazine.com diversions@orange.fr Editeur : SARL Diversions RCS : 508 184 934 Directeur de la publication : Boban Stanojevic 03 81 57 58 92 - 06 34 12 01 91 diversions@orange.fr

travaille sur la disparition, la lente mais inéluctable désagrégation de la matière peinture et de son support. Mathieu Wernert a ajouté à sa peinture un produit chimique qui accélère le processus de décomposition, pour des oeuvres qui témoignent du temps qui passe.

Centre culturel de la ville d’Illkirch-Graffenstaden Exposition accessible à en entrée libre du lundi au vendredi de 14h à 19h le samedi de 10h à 17h le dimanche de 14h à 18h www.illiade.com

10.11.2010 17:16:35 Uhr

Rédacteur en chef : Dominique Demangeot magazine.diversions@yahoo.fr

Régie publicitaire : Boban Stanojevic - 03 81 57 58 92 - 06 34 12 01 91 - diversions@orange.fr

Rédaction : Gilles Bloin, Frédéric Dassonville, Dominique Demangeot Bertrand Demornieux, Ludovic Drouet, Simon Grangereau Amandine Longeois, Amandine Mannier, Sébastien Marais, Fabien Pautot Paul Sobrin, Marc Vincent, Caroline Vo Minh

Dépôt légal : décembre 2010 © Diversions 2010 Imprimé en Espagne ISSN : en cours

Comité de relecture : Dominique Demangeot, Caroline Vo Minh

valeur : 1,15 euros offert Diversions est diffusé gratuitement sur l’Alsace, la Bourgogne et la Franche-Comté Prochaine parution : 4 janvier 2011


Diversions - L’Agenda du mois

4

Les sorties du mois en un clin d’oeil

HAUT-RHIN ALTKIRCH CRAC Alsace Du 10 octobre 2010 au 16 janvier 2011 : Exposition « Folklore ? » + Project Room n°8 «Mais Godard c’est Delacroix/Plan 3»

COLMAR Comédie de l’Est

Jusqu’au 3 décembre : Hiver 9 et 10 décembre : Absinthe 16 et 17 décembre : L’Illusion comique

Gaëtan Roussel sera à l’Espace Tival de Kingersheim pour les enfants... et les adultes

Le Grillen

2 décembre : Les Sales Majestés + The Hop La - Punk Rock 3 décembre : Dani - Chanson 4 décembre : Pierre Souchon - Chanson 10 décembre : Release Party : NIC-U - Electro Rock 11 décembre : Les Rockeurs ont du coeur Rock 17 décembre : Festival Gabba Gabba Hey Punk Rock

Théâtre municipal 12 décembre à 11h, 14h30 et 16h : « Dimanche famille » Le Rouge et le Vert - Marionnettes 19 décembre à 15h - « Dimanche famille » Le merveilleux voyage de Nils Olgersson Théâtre

Espace d’art contemporain André Malraux Du 6 novembre au 13 janvier : Alexandre Ponomarev (Installation, Vidéo, Dessin)

Lézard

Exposition - Du 5 novembre au 22 décembre Galerie Rémy Bucciali : Mitsuo Shiraishi (Gravures – Peintures)

ENSISHEIM Caf’Conc 30 novembre et 1er décembre à 21h : Frank Nello – Soul/Blues 3 et 4 décembre à 22h : Roberdam -Chanson Française 7 et 8 décembre à 21h : Nina Van Horn -Blues 10 et 11 décembre à 22h : Bianchi Birthday, Soirée Croix Roussienne avec Balmino, Pasquale d’Inca… 12 décembre à 20h : Le Stammtisch des Bredelers 17 et 18 décembre à 22h : Renaud Hantson - Chanson/Rock 22 décembre à 20h : Jam Session

ILLZACH

Espace 110 Du 1er au 17 décembre : Rendez-vous Conte - « Au bout du monde ! »

7 décembre à 20h : Contes à table 14 décembre à 20h : Au coeur des hommes Spectacle jeune public

1er décembre à 15h : Aladdin et le mystère 1er décembre à 15h30 : Les comptines de Capucine Concert

11 décembre à 15h30 : Okou

Moriarty le 16 décembre à 20h au Temple Saint-Etienne KINGERSHEIM Espace Tival 15 décembre à 15h : Gaëtan Roussel chante pour les enfants 15 décembre à 20h : Gaëtan Roussel + Oh La La !

MULHOUSE Chapelle Saint-Etienne

16 décembre à 20h30 : Moriarty + The Bewitched Hand - Folk / Pop Rock

La Filature

1er décembre à 19h30 : La Vérité 25x par seconde - Danse Du 3 au 16 décembre : Secret : Cirque ici par Johann Le Guillerm - Cirque 8 décembre à 15h : Premiers pas sur la Dune Théâtre dès 3 ans 10 et 11 décembre à 20h30 : Concert Symphonique 4 - Gounod - Chostakovitch - Borodine 11 et 12 décembre à 19h30 : Visite dansée du Musée des Beaux-Arts de Mulhouse par Aurélie Gandit

Kunsthalle Mulhouse

Du 26 novembre au 9 janvier : Exposition N’oublions pas que le vertige se prend sur les hauteurs

Noumatrouff

4 décembre à 20h30 : Tagada Jones + Scène Ouverte avec Inside Project / The Boring / Khan - Métal 9 décembre à 20h : Luke + guest - Rock 16 décembre à 20h : Moriarty (au Temple Saint-Etienne) - Folk 17 décembre à 20h30 : Bomba Estereo + Das Racist + Colt Silvers + DJ B The Bomb 18 décembre à 20h30 : Syd Matters + Florent Marchet - Chanson

18 décembre à 23h : Jamaica + The Toxic Avenger + Teenage Bad Girl + DJ Solid Boom Aka Leeben - Rock Electro Pop

Théâtre de la Sinne

8 décembre à 15h et 12 décembre à 16h : Chogan - Théâtre dès 8 ans 15 décembre à 20h30 : Boubouroche Théâtre Vaudeville 22 décembre à 20h30 : Kalisto - Théâtre, musique, danse, arts plastiques 26 décembre à 16h : La Belle de Cadix - Opérette

Parc des expositions 11 décembre : Sweet People - Concert de Noël (Groupe suisse populaire mené par Alain Morisod) 22 décembre : Florence Foresti

SAINT-LOUIS

La Coupole 12 décembre à 17h : Casse-Noisette - Danse 16 décembre à 20h : Galantes Scènes Théâtre musical 18 décembre à 17h : J’existe (Foutez-moi la paix) - Cabaret 18 décembre à 20h : Je vous entends penser - Humour

Espace Fernet Branca Jusqu’au 30 décembre : Utopies et innovations/Architectures transfrontalières

1er décembre à 19h30 : Hôtel de ville - Remise des prix du public du Salon des 40 1er décembre à 20h30 : Café littéraire - Solo Jazz - Monk’s Mood par Eric Lotz 7 décembre à 20h30 : Foyer Saint-Charles Lecture concert - Gourmandises par la Compagnie l’Indocile 12 décembre de 14h à 17h :Médiathèque le Parnasse - Ouverture exceptionnelle de la médiathèque : concerts, magies, animations…

10 décembre à 20h : Théâtre la Coupole - Concert de Noël du Conservatoire : Du baroque au jazz (Entrée libre) 14 décembre à 19h30 : Auditorium du Conservatoire Musique de chambre - Concert du Conservatoire 15 décembre à 20h30 : Espace Fernet-Branca - Conférence en histoire de l’art - L’art, une expérience scientifique ? par Stéphane Valdenaire Marché de Noël du 4 au 24 décembre Patinoire du 4 décembre au 2 janvier Jusqu’au 18 décembre : Forum de l’Hôtel de ville - Exposition peinture / photographie / céramique Rêve de métal par Jacqueline BilheranGaillard et Marie-Rose Gutleben

BAS-RHIN

BISCHHEIM Salle du Cercle 3 décembre à 20h30 : Denis Marechal - Humour

ERSTEIN Musée Würth Jusqu’au 9 janvier 2011 : Vents d’est et d’ouest

HAGUENAU Théâtre de Haguenau 8 décembre à 20h30 : Voyageurs immobiles - Théâtre visuel

Musée historique Jusqu’au 8 janvier 2011 : Loup y es-tu ? (également à la médiathèque de la Vieille Ile, à la bibliothèque des Pins)

ILLKIRCH-GRAFFENSTADEN L’Illiade

2 décembre à 20h30 : Catherine Major Chanson 3 décembre à 20h : Die Ray Charles Musical Show - Concert ( à la Oberrheinhalle d’Offenbourg) 17 et 18 décembre à 20h30 : Troïka - Danse 21 décembre à 20h30 : Le Noël de Lisa Doby - Pop rock Du 28 au 30 décembre à 20h30 : L’Ultime Trio - Théâtre


Diversions - L’Agenda du mois

5

Les sorties du mois en un clin d’oeil

OBERHAUSBERGEN Le PréO

Théâtre National de Strasbourg

3 et 4 décembre à 20h30 : Les Sprutzi Folie’s - Humour 7 et 21 décembre : Les Chemins Contés : gouter conté à 16h, apéro conté à 18h, repas conté à 20h - Contes 11 décembre à 20h30 : Rémy Couvez - Musique classique, jazz, expérimentale... (à l’Église protestante d’Oberhausbergen 17 décembre à 20h30 : Trio Tzane - Musique des Balkans (à Église protestante d’Oberhausbergen) 18 décembre à 16h : Contes de Neige et de Noël - Contes (à Église protestante d’Oberhausbergen)

Du 25 novembre au 18 décembre : Les acteurs de bonne foi

3 décembre à 20h30 : Enzo Enzo - Chanson 10 décembre à 20h30 : Face de cuillère Théâtre/Danse/Musique 17 décembre à 20h30 : Le cabaret des Acrostiches - Cirque burlesque

SÉLESTAT

Frac Alsace Jusqu’au 13 février 2011 : De leur temps (3) : dix ans de créatio en France , le Prix Marcel Duchamp - Exposition

Les Tanzmatten

7 décembre à 14h30 et 19h : Gérard Dalton - Chanson jeune public 14 décembre à 20h30 : Coloro par la Cie Stage TV - Spectacle multimédia 18 décembre à 20h30 : Jim Murple Memorial + Pigalle + New York Ska Jazz Ensemble Musiques actuelles

Chambre à part Jusqu’au 19 décembre : Richard Petit, « Cheap Land »

Musée Alsacien © G. Kuhnle, Inrap

OSTWALD Le Point d’Eau

Expositions

Strasbourg-Argentorate, Un camp légionnaire sur le Rhin (1er - 4e siècle après J.-C.) Série «Fouilles récentes» n° 8 STRASBOURG Le Kafteur Du 25 novembre au 4 décembre à 20h30 : Chasseloup Du 9 au 18 décembre à 20h30 : Lou Volt

La Laiterie

Sélection décembre 2010 Métal - 6 décembre : Helmet + Lafaro + Superbutt Chanson - 8 décembre : Madjo + Brune Electro Hip Hop Jazz - 3 décembre : Lyre Le Temps + Primate Reggae Roots Dub - 15 décembre : Horace Handy & Homegrown Band + Ackboo feat. Zion UK Punk’n’Roll - 4 décembre : Blood Red Shoes + Wallace Vanborn

Le Maillon

Jusqu’au 10 décembre : Exposition « Les ruines de Détroit » Du 3 au 8 décembre : Petit Mal - Cirque Du 6 au 11 décembre : La Nuit des fous - Théâtre Du 14 au 16 décembre : Gardenia - Danse

Le Molodoï

Ibrahim Maalouf SCHILTIGHEIM Saison de l’Echappée Belle 1er décembre à 20h30 : Daniel Humair, Tony Malaby et Bruno Chevillon Trio - Jazz 4 décembre à 20h30 : Cercle Wladimir Rabi Klez’Orient express avec Zamri et invités - Klezmer 7 décembre à 20h30 : Ibrahim Maalouf - Jazz 10 décembre à 20h30 : Jacky Terrasson Trio - Jazz 11 décembre à 20h30 : Les Célestins avec Cécile Solin - Jazz New Orleans 12 décembre à 17h : Quatuor Florestan - Musique classique 18 décembre à 20h30 : Le cabaret des Acrostiches - Cirque burlesque

SOULTZ-SOUS-SALINE La Saline

Du 4 au 19 décembre : Tradi’Sons de Noël décorations et illuminations, marché de Noël, crèche vivante, animations, ateliers, concerts

2 décembre : Assonance et PMR - GOUFFRE D’UN POLE A L’AUTRE + ROCK MONSIEUR 3 décembre : Rock post punk - PLASTIC SMILE + BACKSTAGE RODEO + DIRTY DEEP + LABO PHOTO PI ... 6 décembre : Free rock psyche - PIERRE MOERLEN GONG TRIBUTE 10 décembre : Soutien au festival Interferences - KUKCHA K AND THE RISE BAND + THINKING OF A NEW DAY + ROTEK + ... 11 décembre : Death in depth - UNFORMED + TUMOR NECROSIS + ADS + FODT 17 décembre : Paye ton Noel #4 - ALEK ET LES JAPONAISES + LES TOUFFES KRETIENNES + LA FAMILLE ... 18 décembre : Paye ton Noel #4 - POCKETLIPS + POCKET + NICKEL PRESSING + R.E.Q + SMITH AND SM ... 19 décembre : Assonance/PMR - THE GOLDEN BOYS 31 décembre : VTR chez les Vikings - CLEM + JC + JOHN + THE KICK HUNTER’S + FINGER + GUESTS

Pôle Sud Danse 4 décembre à 20h30 : Raphaëlle Delaunay Bitter Sugar + Bal Swing 5 décembre à 14h30 et 17h30 : Joanne Leighton - Made In Strasbourg Du 14 au 16 décembre à 20h30 : Alain Platel et Frank Van Laecke - Les Ballets C de la B Gardenia

Théâtre Jeune Public

Du 1er au 8 décembre à 11h et 16h : Embrasser la lune Du 3 au 8 décembre à 20h30 : Les Prédateurs Du 11 au 18 décembre : Jules Verne et le Griot

Jusqu’au 31 janvier 2011 : Des mondes de papier, l’imagerie populaire de Wissembourg ( à la Galerie Heitz, Palais Rohan)

MAMCS

Jusqu’au 13 février 2011 : De leur temps (3) : 10 ans de création en France, le Prix Marcel Duchamp

Musée Archéologique

Jusqu’au 31 décembre Strasbourg-Argentorate (Fouilles 8)

Musée Historique

Strasbourg brûle-t-il ? Dans trois lieux : Du 8 octobre au 15 décembre : à la Médiathèque André-Malraux Du 12 septembre au 10 décembre : aux Archives Du 11 septembre au 10 décembre : au Musée historique


Repérages

6

Joanne Leighton fait danser Strasbourg

Momix fête ses 20 ans

Le dimanche 5 décembre à 14h30 et 17h30, cinq danseurs accompagnés de 99 participants mettront en mouvement la nouvelle création de Joanne Leighton, nommée récemment à la direction du Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort. La danse ouvre ses portes au public amateur.

« Ouvrir les voies de l’imaginaire, permettre à chacun d’inventer sa vie en tant que citoyen libre et responsable », tel est en substance l’objectif du festival Momix depuis vingt ans. Il se déroule à Kingersheim bien sûr, berceau du festival, mais aussi dans d’autres salles du Haut-Rhin. Dédié aux enfants et aux adolescents, Momix accueillera trente compagnies venues de toute l’Europe. Plusieurs créations seront notamment présentées, traversant même les frontières puisque certains spectacles seront joués au Granit de Belfort et l’Arche de Bethoncourt.

Le Musée d’Art Moderne et Contemporain accueillera cette troupe atypique formée à la suite de résidences de la compagnie Velvet à Strasbourg et Belfort. Spectacle in situ, Made In Strasbourg quitte la salle de spectacle rassurante pour investir les couloirs et les salles du musée. L’espace est ici un aspect clé du spectacle puisque c’est à partir des lieux que la chorégraphe belgo-australienne a conçu sa partition dansée. Avec 104 danseurs elle a justement à sa disposition l’outil nécessaire pour occuper les lieux et en révéler les dispositions topographiques.

Après une présentation du projet en octobre, suivie d’un atelier découverte, les danseurs amateurs ont été invités à prendre part aux répétitions durant les week-ends de

© Bernard Schlaefli

Après avoir posé les jalons du travail au CCN à Belfort, Joanne Leighton a invité les 99 amateurs à prendre part à ce projet basé sur la collaboration et le partage. Créé spécifiquement pour le MAMCS, Made In Strasbourg souhaite refléter une appartenance forte à Strasbourg, dans un de ses lieux culturels emblématiques. Cette danse de groupe, élaborée dans le cadre de la résidence de Joanne Leighton à Pôle Sud cette année, pourra s’adapter à d’autres lieux.

Focus Jeune Public

novembre. A raison de séances de travail par groupe d'une vingtaine de personnes, des mouvements simples sont enseignés. Made In Strasbourg illustre l’intérêt de Joanne Leighton pour la pédagogie. Ce sera d’ailleurs l’un des axes forts de son travail au CCN à Belfort. Elle a notamment donné des cours ouverts à tous au Théâtre Royal de La Monnaie, et le dialogue et l’échange font partie intégrante de sa conception de la danse. En 2008 le projet Mobile poursuit cette volonté de dialogue en proposant des cours destinés aux

danseurs amateurs, des masterclasses pour les danseurs professionnels ainsi que des ateliers jeune public. - Amandine Longeois -

Made In Strasbourg, Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg, 5 décembre à 14h30 et 17h30 - Entrée libre – www.pole-sud.fr

A Kingersheim et Mulhouse, un focus jeune public sera opéré du 3 au 5 février 2011. Proposée par l’Office National de Diffusion Artistique, et organisée par le Créa/Momix et La Filature, cette plateforme proposera 12 spectacles et 3 jours d’échanges pour mettre en lumière la création jeune public auprès d’un public de professionnels, et notamment des programmateurs venus du monde entier. Réservations : A l’accueil du Créa = Avant le festival : Billetterie du 6 au 17 décembre 2010 et du 3 au 26 janvier 2011 Pendant le festival : du 26 janvier au 8 février 2011 Par téléphone = à partir du lundi 6 décembre 2010 de 10h à 12h et de 14h à 18h - 03 89 50 68 50 Par courriel = billetterie@momix.org Informations tarifs : www.momix.org

L’Art à l’école à Sélestat Depuis 1987, la Ville de Sélestat mène une importante politique de sensibilisation du jeune public à l’art contemporain. A travers le dispositif « L’Art à l’école » qui fêtait ses vingt ans en 2007, Sélestat fait découvrir au jeune public l’art contemporain dans toute sa diversité. Conçue à l’origine dans le cadre de Sélest’Art, l’opération « L’Art à l’école » s’est désormais intégrée à la vie culturelle sélestadienne chaque saison. Les occasions de jouir de l’art contemporain ne manquent pas à Sélestat. De l’incontournable Frac à l’entrée de la ville aux expositions montées régulièrement à la Chapelle Saint-Quirin, en passant par la biennale Sélest’Art, la discipline occupe une place importante dans la saison culturelle à Sélestat. On a pu s’en rendre compte notamment l’été dernier avec la traditionnelle exposition des travaux des enfants durant l’année, montée dans le hall de l’Agence culturelle d’Alsace. Alors que Raphaël Zarka exposait dans l’espace réservé au Frac, quelques mètres plus loin on pouvait prendre la mesure des travaux des enfants faits en collaboration avec des artistes. « Des enfants et des monstres » par exemple, projet mené dans la classe de Mme Dominique Maire, traitait du thème du monstre, que chaque élève devait imaginer et dessiner en peinture. Des prises de vue des enfants ont été réalisées par l’artiste Olivia Benveniste. Cette dernière les a ensuite incluses sur la feuille avec les monstres. Un dépliant d’image a été conçu à partir de ce travail. Citons encore, entre autres projets, une ville entière, dessinée, peinte, découpée et collée par les enfants, avec ses maisons, ses immeubles, ses habitants, des dessins et des peintures de tailles diverses dans lesquels les enfants ont pu se représenter, l’art étant un

Quelques oeuvres des enfants présentées dans le hall du Frac Alsace cet été... moyen de connaître l’autre... mais aussi soimême. « L’Art à l’école » est l’occasion pour les enfants de rencontrer l’art contemporain, mais surtout les artistes eux-mêmes à travers une démarche participative que les expositions visent à valoriser. « L’Art à l’école » est avant tout le résultat d’une collaboration entre plusieurs structures: l’Office de la culture de la Ville de Sélestat, le Frac Alsace, l’Agence Culturelle d’Alsace et l’Inspection de l’Education Nationale de la circonscription de Sélestat. La collaboration avec l’enseignement est en effet essentielle

puisque c’est dans les classes que l’art et les artistes viennent rencontrer enfants et adolescents. Une réflexion s’opère entre les conseillères pédagogiques, les enseignants et les artistes, autour d’un thème donné. Le champ des possibles est très vaste : couleurs, mise en espace, matières, angles de traitement… Des prémisses de réflexion dès septembre à la restitution finale sous forme d’exposition en mai, l’enfant passe par les différentes étapes de la constitution d’un projet artistique. Une fois ce dernier clairement défini, les artistes interviennent dans les classes de février à avril, à raison d’une

dizaine d’heures ainsi que deux heures pour le montage de l’exposition. Les enseignants sont accompagnés par des formateurs en arts plastiques et des médiateurs culturels. En 2010-2011, la thématique sera une nouvelle fois en accord avec la prochaine édition de Sélest’Art qui se déroulera en mai prochain. C’est le thème du papier qui a été retenu cette saison. Une nouvelle occasion de présenter l’art contemporain au jeune public. - Marc Vincent -

A suivre : L’art à l’école 2010-2011 Renseignements : www.culture-alsace.org (section Art contemporain)


Musiques

TGV GéNéRiQ

© Monsieur M

En Alsace les artistes se partageront entre les salles de concert traditionnelles et des lieux plus insolites. Le Noumatrouff de Mulhouse accueillera ainsi Syd Matters et Florent Marchet (voir chronique du dernier album de Florent Marchet, Courchevel, p.14) le 18 décembre à 20h30, tandis que l’Espace Tival de Kingersheim recevra Gaëtan Roussel le 15 décembre à 20h. Auparavant, le chanteur de Louise Attaque aura donné un spectacle pour le jeune public à 15h. Moriarty qui proposeront bientôt un nouvel album, se produiront quant à eux au Temple SaintEtienne de Mulhouse. A ne pas manquer lors de la même soirée, d’autres français : The Bewitched Hands et leur pop flamboyante (voir chronique du nouvel album p.14). Ces deux formations sont à suivre le 16 décembre à 20h30.

Barcella Mais aussi…

TGV GéNéRiQ, c’est aussi un grand nombre de concerts dans des lieux variés. Plusieurs bars où l’on croisera notamment Thomas VDB à L’Avenue de Mulhouse le 14 décembre à 18h30 pour un spectacle gratuit. A découvrir également Barcella le même jour à 22h, au Greffier à Mulhouse. Les fans de pop mélancolique et léchée iront trainer leurs oreilles du côté de la Bibliothèque municipale de Mulhouse le 16 décembre à 18h pour écouter Cascadeur. Ceux qui préfèrent le rock iront au Café Atlantik de Freiburg le 14 décembre à 21h rencontrer Future Of The Left.

Jamaica (18 décembre, Noumatrouff)

Le nouveau duo dont on ne fait que parler sur la blogosphère. La raison ? Peut-être cet agencement entre rock et électro, saupoudré de quelques beaux atours pop. Le groupe a des arguments pour séduire aussi bien les amateurs de guitares que de dance floors branchés. I Think I Like U 2 a « tout » du single imparable, comme un mix réussi entre Justice et Phoenix. Antoine Hilaire et Florent Lyonnet se sont offert les services de Peter Franco (ingé du son de Daft Punk) et ça s’entend. Très produits, riffs de guitares, chœurs et batteries envahissent la stéréo. Les titres fleurent bon la pop des années 80 avec cette grosse caisse quasi perpétuelle (et une tendance au petit solo de guitare comme on n’en entend plus si souvent). Si on ne misera pas forcément sur la longévité du groupe, ce dernier a compris qu’il faut battre la pop pendant qu’elle est chaude. L’intro efficace de Jericho (même si on l’a entendue mille fois avant eux) nous poussera tout de même à détendre un peu nos jeans slim pour aller tester les deux jeunots sur scène. - Brent -

Future Of The Left

Les Gallois apporteront leur côté rugueux à GéNéRiQ. Le deuxième album, à l’image du titre d’ouverture Arming Eritrea et son refrain inattendu, apporte une dimension mélodique un peu plus développée, histoire de faire passer la pilule de ce rock souvent brut et décalé qui frôle constamment avec l’excès, sentant bon les effluves de bière des clubs de Cardiff et vous vrillant les tympans. Si Jack Egglestone reste à la batterie, Falkous a purgé le reste du groupe après le départ du bassiste historique Kelson Mathias. Seuls restent les deux anciens membres de Mclusky, déjà mythique chez les amateurs de rock alternatif. - Sébastien Marais -

TGV GéNéRiQ, du 12 au 19 décembre à Belfort - Mulhouse - Besançon - Dijon - Montbéliard - Baume-les-Dames - Freiburg - Kingersheim Programmation complète par ville : www.generiq-festival.com

© Amaury Choay

Jamaica Barcella (14 décembre, bar Le Greffier, Mulhouse)

© Amish Brown

Future Of The Left

GENERIQ-FESTIVAL.COM | GRAPHIC DESIGN : SCHLEP | SCHLEP.FR | IMAGE : © JACK SCHIFFER | DREAMSTIME.COM

- Dominique Demangeot -

Les têtes d’affiche

La boîte à musiques de Barcella (le pluriel est important) mêle sans complexe l’accordéon et le hip hop, Oxmo Puccino et Jacques Brel sur une même galette. Si le chanteur préconise de porter plainte contre Walt Disney dans Le brocanteur, il n’empêche qu’il « réinvente l’ordinaire » en assemblant des

live is fun !

esthétiques variées, swing et pop, jazz manouche et rock pour convoquer des souvenirs d’enfance. Capitaine Flam et Pierrot la Lune, madeleines d’un trentenaire qui se souvient. Barcella prose et poétise sans distinction, suscite la nostalgie et soigne ses textes. Entre les années 30, les soubresauts hip hop des années 90 et le rock, la musique de Barcella pourrait bien s’avérer tout simplement intemporelle.

Du 12 au 19 décembre, le festival GéNéRiQ devient TGV GéNéRiQ et s’installe une nouvelle fois sur l’axe Rhin-Rhône dans plusieurs villes du Grand est. Manière de faire un clin d’œil à l’arrivée prochaine de la Ligne Grande Vitesse sur notre territoire, l’appellation TGV GéNéRiQ invite également à bouger, d’une ville à l’autre, d’une région à l’autre, le festival investissant salles de concerts bien sûr mais aussi cafés concerts, appartements, bibliothèques, chapelles et autres lieux insolites.

7

... 69 ARTisTes

GeneRiQ-fesTivAl.COM

Les rockeurs ont du coeur à Sélestat Zone 51, en partenariat avec la salle des Tanzmatten de Sélestat, renouvelle la soirée « Les rockeurs ont du coeur », une opération solidaire pour aider l’association sélestadienne « Paprika » qui oeuvre auprès des familles démunies. Cette opération solidaire a pour but de collecter des produits de première nécessité (hygiène, entretien, produits pour bébé, alimentation non-périssable). Le prix d’entrée du concert correspond à l’achat de ce type de produits qui sont ensuite redistribués par l’association sélestadienne « Paprika » auprès des familles démunies. Au programme de la soirée, la chanson rock et réaliste de Pigalle, le blues du Jim Murple Memorial ainsi que le New York Ska-Jazz Ensemble qui réinterprète les grands standards du jazz à la sauce reggae/ska.

Pigalle

Les Garçons Bouchers avaient su mêler dans les années 80 la fureur du rock alternatif et la dimension contestataire de la chanson réaliste. Ce mariage improbable entre les guitares et les accordéons avait également propulsé Pigalle sur le devant de la scène. A la tête de tout ce petit monde, Francis HadjiLazaro, chanteur-leader et fondateur du label Boucherie Production. Jouant de plus de 25 instruments (guitare, violon, accordéon, vielle à roue, cornemuse, banjo, violon, ukulélé, oud, mandoline…), Francis Hadji-Lazaro commence sa carrière dans le métro avant de créer Pigalle en 1982 puis Les Garçons Bouchers en 1985. Pigalle s’éteint en 1998 et renait de ses cendres en 2008 avec Neuf & occasion, double album avec dix-huit titres anciens du groupe et six inédits. Les textes jouent toujours la fibre de l’engagement avec une réflexion sur les sans-papiers et les

exclus en général, l’environnement… Mais Pigalle c’est surtout un véritable patrimoine rock/chanson revisité à l’occasion de cette nouvelle tournée, pour présenter le nouvel album de Pigalle, Des espoirs sorti le 8 février dernier. - Amandine Mannier -

Les Rockeurs ont du coeur, 18 décembre à 20h30, Les Tanzmatten, Sélestat Tarifs : Normal : 17 € ou un panier garni / Réduit : 15 € / Abonné : 12 € / Majoration de 2 € en caisse du soir Allez rencontrer l’Epicerie solidaire Paprika : 2 rue Brigade Alsace-Lorraine 67600 Sélestat - 03 88 58 47 56 association.paprika@gmail.com www.tanzmatten.fr - www.zone51.net


Théâtres

8

Les acteurs de bonne foi au TNS

Absinthe à La Comédie de l’Est

En décembre, le TNS embraie sur le théâtre classique avec une adaptation de la dernière pièce de Marivaux, Les acteurs de bonne foi. L’occasion pour Jean-Pierre Vincent de mettre à jour toute la modernité de cette pièce hautement classique du répertoire. Pour le metteur en scène, cette pièce de Marivaux est en effet « un chef d’oeuvre dont les perspectives historiques et la violence latente n’ont d’égal que la transparence lumineuse ». Il souhaite donc aller au-delà du traditionnel marivaudage qui colle un peu trop à la peau du dramaturge français.

Défense du théâtre

Cette pièce en un acte nous parle des rapports entre le théâtre et la réalité, œuvre brève mais dense, et surtout très polémique de la part d’un dramaturge qui arrive à la fin de sa carrière. Marivaux s’interroge sur le rôle de l’acteur, comme une réponse à la lettre de Rousseau à D’Alembert dans laquelle le promeneur solitaire dressait un réquisitoire contre le théâtre. Jean-Pierre Vincent plaide également ici pour la lecture et la mise en scène d’œuvres classiques. « On voudrait nous faire croire […] qu’être absolument moderne c’est ne pas avoir lu La Princesse de Clèves », dit-il. Le metteur en scène monte justement ces textes « pour que le passé serve le présent ». Dans cette pièce drôle et acide, Marivaux nous donne à voir notamment les rouages du théâtre, à travers un véritable discours sur le travail des dramaturges et des acteurs. Identité, position sociale, apparences. Le théâtre est souvent le miroir de notre monde.

Jean-Pierre Vincent étoffe l’œuvre avec les réflexions de Rousseau ainsi que des extraits d’une autre pièce de Marivaux, L'épreuve.

Une famille en bord de mer, une tempête qui s'avance et une digue qui la retient. Tel est le cadre d'Absinthe dont la maison fut bâtie sur des lames de fond. Méfions-nous de l'eau qui dort, surtout quand elle se réveille.

L’histoire

Des domestiques et des paysans doivent jouer un impromptu chez Madame Argante. La sévère dame s’y oppose, au grand dam de Madame Amelin, qui elle apprécie le théâtre. Le neveu de cette dernière doit épouser la fille de Madame Argante. Les deux dames vont alors s’affronter, symbolisant également ici l’opposition entre l’aristocratie parisienne et la bourgeoisie de province. Car la pièce vaut aussi pour le commentaire social qu’elle propose.

Fantômes échoués dans les goémons, trahisons extirpées de la vase : les souvenirs sont parfois des ennemis retors. Qui est le père, qui est l'usurpateur ? Est-ce un homme ou un revenant ? Est-ce un rêve ou le quotidien qui perd la boule, à force de mensonges ? Car les mensonges dans Absinthe atteignent une densité remarquable, ils se répondent, se confondent et s'amalgament aux mythes (fondateurs).

- Paul Sobrin -

Le souvenir de la légendaire Vineta, citée engloutie et brisée par les vagues, se mêle aux égarements d'Absinthe et de son frère. Une odeur d'intemporel baigne leurs tribulations. Mais l'eau monte et le vent tourne, place à l'action ! À la fête ! Au carnaval !

Les acteurs de bonne foi, d’après Marivaux,Théâtre national de Srrasbourg du 25 novembre au 18 décembre www.tns.fr

Jusqu’à ce que la mort nous sépare

© Dorian Rollin

La compagnie Le Gourbi bleu de Colmar présente au Taps du 9 au 12 décembre la création d’une oeuvre de Rémi de Vos, Jusqu’à ce que la mort nous sépare, travaillant la dynamique burlesque de cette pièce qui s’approche aussi du vaudeville. Comme à son habitude, Rémi de Vos porte un regard acide sur ses contemporains, Sandrine Pirès qui joue et met en scène la pièce, forme avec Bryce Quétel et Anne Gaillard un trio désabusé. De situations cocasses en quiproquos insensés, l’histoire des trois personnages tombe dans un engrenage absurde. Les enterrements sont de bien tristes occasions pour se revoir. Simon y retrouve sa mère Madeleine avec laquelle il entretient des rapports conflictuels. Anne, l’amour d’enfance de Simon, vient s’immiscer entre eux et qui plus est, brise l’urne où reposent les cendres de la grand-mère de Simon... Il n’en faut pas plus à l’intrigue pour s’emballer et emporter les per-

sonnages dans un tourbillon familial. La simplicité de la langue de Rémi de Vos va droit au but, à travers des dialogues vifs, et la pièce aborde de grands thèmes maintes fois traités (l’amour et la haine, la mort, le désir, la folie) qui sont vus ici sous l’angle comique de l’auteur. Comme dans les vaudevilles, le rire est là pour atténuer le malheur qui perce sous l’intrigue plutôt mince, comme pour mieux souligner ces sentiments forts. Simon est confronté à deux femmes, sa mère envahissante et autoritaire, et son amour de jeunesse. Toutes deux le ramènent dans le passé, loin de sa réussite, déterrant les fantômes de son enfance. - Bertrand Demornieux -

Jusqu’à ce que la mort nous sépare, Taps Gare, Strasbourg, du 9 au 12 décembre www.taps.strasbourg.eu

Les personnages se transforment, agissent, dévoilent des secrets, s'affirment dans le doute : "moi je suis, c'est non négociable", déclare l'homme à moustache répondant ainsi – et de manière définitive – au très shakespearien To be or not to be. Le texte de Pierre-Yves Chapalain tend parfois au lyrisme mais sa mise en voix nous touche par le jaillissement tronqué des paroles, le débit syncopé du discours imitant l'emballement du cœur. La mise en scène à la fois sobre et paroxysmique est entièrement tournée vers le spectateur, elle l'invite à rentrer (ou plonger) dans l'histoire par une économie des moyens et une sincérité du ton qui font mouche. - Ludovic Drouet -

Absinthe, mise en scène Pierre-Yves Chapalain, Comédie de l’Est, Colmar, 9 et 10 décembre - www.comedie-est.com


Les Marchés de Noël

9

Besançon et son Noël artistique Cette année le marché de Noël de Besançon propose comme toujours un esprit traditionnel avec ses chalets et ses animations de fin d’année, mais innove aussi en conviant six artistes contemporains qui vont investir des chalets. A suivre dès le 27 novembre.

Quatre zones pour le marché

Cette année, le marché de Noël de Besançon aura différents visages en investissant quatre quartiers de la ville. Place de la Révolution, on trouvera une nouvelle ferme restaurant s’inspirant de nos fermes comtoises, montée par une entreprise locale, où le public pourra se restaurer. Une grande roue de près de 40 mètres de hauteur pour ajouter à l’aspect festif de la manifestation sera installée. Parmi les nombreux chalets présents, six chalets un peu spéciaux seront investis par des artistes contemporains. « Il nous semblait important de faire un pas entre le monde de la culture et le marché de Noël », explique Jean-François Lepin, de l’Office du Commerce de Besançon. Le marché accueillera donc l’Ecole Régionale des Beaux-Arts dans le cadre de ce projet, l’occasion pour l’art contemporain d’aller à la rencontre du public. Quartier Pasteur, on trouvera l’association Métiers d’Art en Franche-Comté qui promeut les artisans et leurs savoir faire. L’autre nouveauté de 2010, c’est le retour du marché de Noël autour de la promenade Granvelle, avec notamment le village de l’invité d’honneur, la ville de Bielsko-Biala en Pologne, qui présentera ses nombreux artisanats. On trouvera également l’incontournable maison du Père-Noël qui double sa surface cette année et passe à quatre pièces. Un chapiteau de 200 mètres carrés

proposant des produits francs-comtois sera monté, où l’on pourra déjeuner et diner. Une piste de luge synthétique accueillera également le public. Le Square Saint-Amour n’est pas oublié avec le marché de Noël solidaire de Recidev, puis une nouvelle édition du marché Zone Art. Mettant en lumière la création locale, le collectif franc-comtois Zone Art convie artistes et créateurs. Vin chaud aux épices et petits plats chauds et froids, bio de surcroit, seront proposés ainsi que des concerts gratuits, sous un chapiteau chauffé du lundi 20 au vendredi 31 décembre de 10h à 20h. - Amandine Longeois -

Marché de Noël de Besançon, du 27 novembre au

L’art s’invite au Marché de Noël : Le temps des Présents En invitant l’art contemporain à son marché de Noël, la Ville de Besançon, sur une proposition de Laurent Devèze, directeur de l’Ecole régionale des Beaux-Arts, souhaite distinguer son marché des autres manifestations de ce type. Six artistes ont été conviés à travailler sur l’élément traditionnel par excellence du marché de Noël : le chalet. Un chalet que les artistes vont décomposer, désosser, transformer au gré de leur imagination. Disséminés parmi le marché traditionnel de la place de la Révolution, ces six chalets un peu spéciaux illustrent la volonté d’apporter une démarche véritablement artistique à l’événement. Lorsque le chalet devient une contrainte et un stimulant pour les artistes, le traditionnel marché de Noël acquiert une dimension

supplémentaire. Chaque chalet sera réinterprété de manière très personnelle. Jérôme Vaspard a ainsi choisi de décomposer son chalet à la manière d’un patron de cube, afin d’obtenir la forme d’une croix sur laquelle il reproduira une peinture classique du Christ. C’est l’une des fonctions de l’artiste de mélanger les esthétiques et les époques, quitte à déstabiliser le spectateur dans ses croyances ou ses habitudes. Qu’ils soient recouverts de matériaux de récupération (Didier Bourdenet) ou désossés jusqu’au moindre clou pour renaître sous une autre forme (Pauline Repussard), les chalets sont aussi là pour perturber le marché de Noël de manière ludique, piquer la curiosité du passant. Le véritable intérêt réside peut-être ici, dans cette incursion de l’art contemporain dans l’espace public, quittant pour un temps les lumières, un peu froides parfois, des galeries d’art, pour aller rencontrer le public. Pour aborder cette problématique de l’art dans l’espace public, une table ronde sera d’ailleurs organisée dans le restaurant couvert de la place de la Révolution, à l’occasion du vernissage le 27 novembre à 16h. Autour de Laurent Devèze, on retrouvera entre autres intervenants Anita Weber, nouvelle présidente du Centre Chorégraphique National de Belfort qui mène cette réflexion sur la démocratie culturelle. Notons encore dans le cadre du marché de Noël, le lancement le 15 décembre à 16h de la première étiquette collector de l’eau « La Bisontine », réalisée par un jeune graphiste de l’Ecole Régionale des Beaux-Arts, Julien Boschiero. - Dominique Demangeot -


Les Marchés de Noël

10

Les lumières de Noël de Montbéliard De somptueuses illuminations seront à l’honneur dès la fin du mois de novembre dans la ville de Montbéliard. En volutes bleues, jaunes, vertes et rouges, des ampoules basse consommation habilleront les rues du centre ville et les quartiers alentours pour un marché de Noël respectueux de l’environnement.

Animations

Des animations divertiront les visiteurs au détour des rues : musiciens, chanteurs et la fameuse bonne fée, la Tante Airie, qui apporteront joie et bonne humeur sans oublier le Père Noël et Saint-Nicolas qui distribueront bonbons et cadeaux aux enfants. Ajoutons à

Dix-huitième état américain acquis le 30 avril 1812, la Louisiane se situe au sud-est des Etats-Unis. Cet état, longtemps peuplé par les amérindiens, a été appelé Louisiane en l’honneur du roi de France Louis XIV.

© Denis Bretey

L’installation du marché, qui dure six semaines, aboutit au coup d’envoi de toutes les lumières le 27 novembre. Les illuminations ne constituent pourtant pas les seules attractions du marché de Noël, loin de là. Les promeneurs apprécieront également l’installation de petits chalets en bois proposant de nombreux produits alimentaires, accessoires divers et décorations. Tout un éventail de produits régionaux sera également proposé en l’honneur de la gastronomie franc-comtoise. Montbéliard accueille en outre pour la première fois un marché provençal. Une dizaine d’artisans feront découvrir les saveurs du Sud de la France avec un espace restauration dans la cour du Musée Meunier. On retrouve cette année les traditionnelles « Allées » du marché de Noël de Montbéliard. L’Allée Gourmande dédiée à la gastronomie avec notamment les produits régionaux, l’Allée des Saveurs Sucrées qui comme son nom l’indique sera consacrée aux sucreries et douceurs de toutes sortes, et enfin l’Allée Nature pour les produits naturels et bio.

La Louisiane, invitée d’honneur

ce programme enchanteur de nombreuses expositions de tableaux et peintures, photographies d’artistes français mais aussi d’origine américaine, et plus particulièrement de Louisiane, invité d’honneur de ces Lumières de Noël 2010.

Expositions

Comme chaque année, le marché de Noël de Montbéliard proposera de nombreuses expositions. Jusqu’au 6 février prochain, on pourra notamment admirer toute une collection de jouets dérivés de bande dessinées. « ABC... de Benjamin Rabier à Asterix, la bande dessinée et ses dérivés » se tiendra au Musée du Château des Ducs de Wurtemberg.

Belfort fête les 130 ans de son lion Belfort s’illuminera durant plus d’un mois, du 26 novembre 2010 au 2 janvier 2011, ainsi que toute la nuit les 24 et 31 décembre. Ce 31 décembre belfortain aura une résonnance particulière puisqu’il sera aussi l’occasion de clôturer l’année de la première Biennale de la Métropole Rhin-Rhône. Une année 2010 qui s’achève donc sur un nouvel exemple d’utopie et d’innovation avec le célèbre Lion de Bartholdi.

Une fin d’année sportive...

Comme les trois dernières années, un Village de la glisse sera monté au centre-ville de Belfort. Une piste de luge 7 couloirs sera installée sur la place Corbis et les visiteurs pourront découvrir trois nouvelles pistes permettant de pratiquer le snow tubing, une grosse bouée pneumatique qui fait office de luge. On pourra également rencontrer le Père Noël aux abords de la piste du 18 au 24 décembre.

... et festive

Après Cité Rêvée à Montbéliard l’année dernière, le réveillon dans la rue est de retour à Belfort. Au soir du 31 décembre, la ville attend une nouvelle fois les spectateurs, les conviant à célébrer par la même occasion dans la Vieille Ville, les 130 ans du Lion de Bartholdi. Un spectacle aura lieu aux douze coups de minuit au pied de la Citadelle, place de l’Arsenal, constitué de musique, projection et feux d’artifice. Il fera intervenir également un récit historique. L’histoire contée sera bien sûr celle du Lion de Belfort (voir encadré). De 21h à 2h, animations et spectacles ryth-

meront la soirée et la nuit. De nombreux restaurants seront bien sûr ouverts et proposeront des menus pour le Réveillon. - Gilles Bloin -

www.mairie-belfort.com

Le Lion rugissant ... Sculpture monumentale, le fameux Lion, taillé dans du grès rouge des Vosges, mesure 22m de long sur 11m de hauteur. Frédéric-Auguste Bartholdi, né à Colmar en 1834, souhaitait faire référence au siège de Belfort lors de la guerre de 1870. Lors de ce conflit opposant la France et la Prusse, la ville fortifiée de Belfort résiste héroïquement à un siège durant 103 jours malgré la supériorité numérique de l’adversaire. Pour symboliser cette résistance de Belfort qui se détache alors du Haut-Rhin annexé, avant de former avec 105 communes le territoire de Belfort, Bartholdi, sollicité par le maire en 1872, offre à la ville la sculpture du lion. Les travaux s’étendent de 1875 à 1880. Etrangement, le monument ne sera jamais inauguré de manière officielle, Bartholdi finançant lui-même une courte cérémonie… L’arrivée d’un nouveau maire, adversaire de l’ancien, différera une remise de médaille à Bartholdi… qui n’arrivera finalement jamais.

Le Musée d’Art et d’Histoire Beurnier-Rossel proposera quant à lui, jusqu’au 24 décembre, des collections dédiées à des artistes de Louisiane (peintures, photographies, peinture sur soie). Jusqu’au 24 décembre également, place à des expositions sur le jazz à la Médiathèque, sur les paysages de Provence à la Salle des Passions et sur l’héritage franco-américain dans le hall de l’Hôtel de Ville et du Théâtre. Une dernière exposition, « Couleurs de peinture » de Rino Godi est à voir dans les salles de l’ex-Atelier du Patrimoine. - Caroline Vo Minh -

Plus d’informations sur les Lumières de Noël : www.lumieres-de-noel.fr

Le français est d’ailleurs enseigné comme deuxième langue dans les établissements scolaires, ce qui fait de la Louisiane l’état le plus francophone des Etats-Unis. La Louisiane est connue pour ses trois grandes villes : New Orleans, la plus étendue, Bâton Rouge sa capitale et Lafayette, sa capitale culturelle, francophone et créolophone. Le français et le créole ne sont pas les seules langues parlées, d’autres cultures sont présentes comme l’espagnol ou l’indien. La Louisiane est réputée pour sa gastronomie, souvent élaborée à base d’écrevisses, de crevettes… et d’alligators ! L’andouille et le boudin sont des plats particulièrement appréciés. Une autre spécialité de la région est un ragoût appelé gumbo, dont le nom tire son origine d’une plante africaine, le gombo.


Les Marchés de Noël

11

Noël à l’Écomusée d’Alsace L’Ecomusée d’Alsace se met à l’heure des fêtes de fin d’année en accueillant du 25 novembre au 2 janvier un marché de Noël ancré dans la tradition, dans ce lieu dédié tout entier à la culture alsacienne.

L’écomusée profite de l’hiver pour présenter les activités des villageois en période de grand froid : méthodes de chauffagen, distillation du fameux Schnaps, artisanat, travail au champ...

Ouvert en 1984, l’Écomusée d’Alsace à Ungersheim est le plus important musée à ciel ouvert de France. Il donne à voir un village alsacien traditionnel qui a été entièrement reconstitué et composé de plus de 70 maisons et bâtiments. Les lieux font également une grande place à la nature. On y trouve ainsi une rivière et une forêt recélant une belle biodiversité. Ce village-musée permet d’appréhender la culture alsacienne, ses arts et ses savoir-faire, à travers la visite des lieux bien sûr mais aussi lors d’ateliers artisanaux et culinaires, des dégustations et des expositions.

Un Noël de traditions

Durant la période des fêtes, l’écomusée convie les visiteurs à un véritable Noël alsacien. En Alsace, Ungersheim est le pays des Veillées. Les contes y tiennent donc une bonne place, comme ceux que l’on racontait dans l’ancien temps, à l’heure de la veillée avant d’aller dormir. Le public pourra donc assister à 23 veillées spectacles traitant des traditions de Noël en Alsace. Les Veillées spectacles, à 17h et durant une heure et quart transmettront diverses émotions aux auditeurs, feront peur ou feront rire à la lueur des bougies. Des histoires parfois contées, parfois chantées au fil des dates clés des fêtes de Noël, (l’Avent, St Nicolas...). Ces veillées seront aussi l’occasion de connaître les traditions et les rites des campagnes de

Un Noël de traditions à l’écomusée d’Alsace l’ancien temps. La tradition du conte est notamment symbolisée en Alsace par le Veilleur de Noël, bien connu dans la tradition rurale, qui apporte le sommeil aux habitants. Il est le gardien du patrimoine oral et connait quantités de contes et légendes. Le fameux Saint-Nicolas arrivera dans le village le dimanche 5 décembre à la tombée de la nuit. Rendez-vous est donc donné ce jour Place des Charpentiers… Le 2 janvier 2011 aura lieu la veillée des rois

Le sapin à l’honneur à Sélestat Au marché de Noël de Sélestat, le sapin est roi. Le célèbre conifère possède même dans la ville une dimension historique puisque c’est à Sélestat que l’on recense la plus ancienne mention écrite de l’Arbre de Noël datant de 1521. Si le sapin sera donc un thème clé du Noël sélestadien, bien d’autres animations seront organisées durant le mois de décembre. « Chez nous, Noël sans sapin, ce n’est plus vraiment Noël. Plus qu’un simple symbole que l’on décore, il est l’arbre de la fête » fait remarquer le professeur Sappinus. Le sapin de Noël fait à la fois partie de l’Histoire avec un grand H, de la tradition, mais participe aussi des histoires personnelles de chaque famille. On pourra le retrouver dans plusieurs manifestations durant le marché de Noël. Il aura par exemple son propre marché, dans le square Ehm du 4 au 24 décembre. Le marché de Noël a lieu place SaintGeorges, au pied de l’église, derrière la Maison du Pain, dans le prolongement de la Cour des Prélats et non loin de la Bibliothèque Humaniste. Les chalets accueilleront produits gastronomiques et artisanaux comme le veut la tradition. Les weekends seront animés et les associations solidaires bien sûr présentes (IME Arc en ciel et Le Rotary Club CentreAlsace). Sélestat fait également une bonne place aux artisans à l’Arsenal Saint-Hilaire, 20 rue des Chevaliers. A découvrir également le marché Sainte-Foy, situé place du Marché aux poissons pour le plaisir des papilles.

cienne mention du sapin de Noël, dans un livre de comptes datant de 1521. On y apprend que des gardes-forestiers avaient été chargés de surveiller les arbres dans les forêts municipales, et d’infliger une amende à celui ou celle qui abattrait un arbre pour le ramener chez lui à l’occasion de Noël…

A voir du 26 novembre au 8 janvier La bibliothèque humaniste présentera aussi une collection de cartes de vœux tandis que l’église Saint-Georges effectuera un éclairage sur le sapin à travers une exposition retraçant l’évolution de ses décorations, l’occasion d’en apprendre plus sur notre histoire et nos traditions, car le sapin est étroitement lié à la société. Dans l’église on admirera également une collection de jouets, et les visiteurs pourront déposer dans une grotte jouets et livres qui seront offerts à des enfants le soir de Noël. Citons encore le Jardin du sapin, 7 place du Marché aux Choux dans l’arrière-cour de l’hôtel Saint-Lô, espace forestier naturel temporaire où conifères et résineux sont rois. Le marché de Noël à Sélestat, c’est aussi une grande crèche en décor naturel à l’église Saint –Antoine, le Fournil de Noël à la Maison du pain (8 rue du Sel), une chasse au trésor, « Le royaume du sapin » (s’adresser à l’Office de Tourisme), la fameuse boîte aux lettres du Père Noël où déposer sa liste, et bien d’autres choses encore, des concerts, des animations... - Gilles Bloin -

Le sapin à l’honneur

La Bibliothèque humaniste recèle la plus an-

Plus d’informations : www.noel-selestat.fr

mages arrivant au village, accompagnée d’une itinérance dans les rues.

Autres animations

A retrouver également la Grande Roue présentée à l’Exposition Universelle de Paris en 1900 durant le marché de Noël. Cette roue de 19 mètres permettra au public de prendre de la hauteur... pour admirer le village sous un autre angle.

La Maison des Goûts et des Couleurs accueillera des ateliers où les enfants pourront confectionner décorations de Noël et gourmandises qu’ils ramèneront ensuite chez eux pour les déposer au pied du sapin. Plusieurs expositions sont également organisées. « Nativité et petites roues », au premier étage de la Maison de Soultz, proposera une collection de landaus datant de la Belle Epoque aux années 50. Au rez-de-chaussée, c’est l’histoire de l’arbre de Noël qui nous est contée. La Maison de Wettolsheim accueillera quant à elle L’Ange de Noël, une installation contemporaine à base de boules en verre. A découvrir également des crèches confectionnées par des artisans. Un veilleur présentera chaque jour la vie des saint jusqu'au jour de Noël, puis les histoires de la Petite Année, ‘s Kleinajohr, qui sont les douze jours entre Noël et l’Epiphanie, sources de nombreuses légendes. - Gilles Bloin -

Programme complet des manifestations : www.ecomusee-alsace.fr


Ouvrez les yeux

12

Montres et merveilles au Musée du Temps La nouvelle exposition du Musée du Temps à Besançon a pour objet la montre. Cet objet, utilisé par tous, a évolué depuis le XVIème siècle et a fait beaucoup pour la popularité de la capitale comtoise dans le monde entier. L’exposition « Montres et merveilles » présente l’évolution de l’horlogerie au fil des siècles, mais aussi les matériaux utilisés par les joailliers. Construite de manière chronologique, elle donne à voir au visiteur l’univers fascinant - et mystérieux - de l’horlogie : fusées et ressorts à balancier du XVIIème siècle, mouvement à ponts ou encore montres à complications. L’exposition comporte près de 200 objets divers, liés au domaine de l’horlogerie comme des boîtiers, des plaques émaillées, l’outillage de l’horloger ou encore des documents iconographiques inédits. Une autre partie de l’exposition est consacrée à la ville de Besançon elle-même, célèbre pour sa tradition horlogère, capitale française de la montre au XIXème siècle. On pourra admirer des collections de boîtes de montres ou encore la spécificité technique bisontine : l’établissage (montage du mouvement dans les boîtes de montres).

Les grandes heures de l’horlogerie bisontine

Besançon et l’horlogerie sont indissociables durant près de 300 ans. A la fin du XVIIème siècle, une horloge à pendule fabriquée dans le Haut-Doubs est baptisée horloge comtoise. Elle représente une industrie typique de la région durant trois siècles.

En 1880, la Chambre de commerce de Besançon indique que la capitale couvre 90% de la production horlogère française. La ville est sacrée capitale de la montre française lors de l’exposition universelle de Besançon en 1860. L’ère industrielle

Montre à répétition - Bossy, Besançon, 1910 Collection musée du Temps Laurent Mégevand, horloger originaire de Suisse, sera l’un des grands noms de l’histoire horlogère de Besançon. Il s’installe dans la capitale comtoise avec 80 de ses confrères. L’extension de son activité entraine la création de la Manufacture d’Horlogerie en 1793. Peu à peu, les bisontins remplacent la main d’œuvre suisse et la production augmente de 70% en dix ans avec 21400 pièces produites en 1803. L’horlogerie franc-comtoise est née. La production ne cesse de s’accroître, atteignant son apogée avec 500.000 pièces en 1883. En 1880, la Chambre de commerce de Besançon indique que la capitale couvre 90% de la production horlogère française. La ville est sacrée capitale de la montre française lors de l’exposition universelle de Besançon en 1860.

La mécanisation se développe dès 1889 avec la création de manufactures de mouvement fabriquant des pièces motrices de façon mécanique. La conséquence est l’accroissement des machines à sertir et un gain de temps non négligeable. En 1901, Besançon est devenue un haut lieu de l’horlogerie avec une production de plus de 600.000 pièces. L’abbé Faivre fonde sa première école dans le couvent des Petites Carmes à Battant en 1844. L’Ecole municipale d’horlogerie est ensuite créée dans l’ancien grenier à blé (actuel Conservatoire) en 1862 et connait un succès sans précédent avec l’obtention de plusieurs prix lors de trois expositions universelles en 1867, 1878 et 1889.

Diversification

Le succès se poursuit au début du XXème siècle et 1931 voit l’ouverture d’un nouvel établissement situé avenue Villarceau, comprenant une école, l’Institut du chronomètre et une section de bijouterie. L’Ecole nationale d’horlogerie de Besançon est inaugurée le 2 juillet 1933 par le président Albert Lebrun.

Montre émaillée - Jean-Antoine Lépine, Paris, 1760 La fin d’une époque

Il faut attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour voir l’industrie horlogère reculer, en raison du développement d’autres activités comme le textile, le bâtiment et l’industrie agro-alimentaire. En 1962, seules trois entreprises dépassent les 1000 employés (Lip, Kelton Timex et Rhodiaceta). Ces dernières ferment à leur tour entre 1977 et 1982. L’horlogerie laisse cependant la place à d’autres technologies qui font aujourd’hui la fierté de Besançon comme les microtechniques et les nanotechnologies. - Caroline Vo Minh -

Exposition Montres et merveilles, Musée du Temps, Besançon, du 9 décembre 2010 au 29 mai 2011

Architectures transfrontalières à Saint-Louis En matière d’utopie et d’innovation, l’architecture tient une bonne place. Comme nous l’avons vu dans d’autres expositions lors de la Biennale de la Métropole Rhin-Rhône, l’habitat a souvent été un laboratoire des utopies. Cité jardins à Mulhouse, phalanstères pensés par Proudhon, Saline royale de Ledoux… Les idéaux des hommes s’incarnent aussi dans la pierre et le bois. L’exposition «Architectures transfrontalières» illustre ces liens étroits entre l’idée d’une société meilleure et l’innovation en matière de construction.

Écrire le futur

Le Campus Novartis à Bâle Environnement

La préoccupation environnementale est un autre sujet clé de cette exposition. Plusieurs projets lauréats d’un concours sur les quartiers innovants sont ainsi présentés, pour une nouvelle manière de construire et d’habiter. Le grands enjeu du XXIème siècle sera de conjuguer l’économie et l’environnement. Notons par exemple l’impressionnant projet du Campus Novartis à Bâle s’étalant jusqu’en 2030, avec notamment le bâtiment construit par Frank O. Gehry et sa structure en céramique réduisant la chaleur due au rayonnement solaire.

Transfrontaliers

Le projet IBA Basel 2020, consistant à mettre en place une exposition internationale d’architecture à Bâle, est également présenté. Au mur, une carte géante du district

- Dominique Demangeot -

Architectures transfrontalières, Espace d’art contemporain Fernet Branca, SaintLouis, jusqu’au 30 décembre www.museefernetbranca.fr www.utopinov.org

trinational réunit France, Suisse et Allemagne au sein de ce grand espace économique et culturel. Plusieurs feutres nous invitent à écrire ce que l’on souhaite voir changer sur la carte, nos endroits favoris, nos déplacements quotidiens et hors frontières…

Communautés de vie durables

L’architecture peut être aussi une prise de position, à l’exemple de l’Eco Box, atelier d’architecture autogérée, bel exemple de micro-urbanisme appliqué à un quartier défavorisé de Paris qui peut être démonté et reconstruit ailleurs. Proximité, auto-gestion, production sociale et culturelle deviennent des valeurs clés à travers lesquelles perdure l’esprit de Proudhon. Ici les habitants s’approprient le lieu. L’idée ne date pas d’hier et traverse aussi les frontières, comme le montre

© Dominique Demnageot

Architectures transfrontalières nous donne à voir de nombreux projets, plans, maquettes symbolisant l’innovation, la réflexion et l’ingéniosité. Depuis la Babel des temps bibliques, l’architecture permet à l’homme d’illustrer sa supériorité, domptant la nature et l’apesanteur. C’est ce que semble nous dire le projet de la tour de bureaux de Bakou, vertigineux édifice qui brillera bientôt dans la capitale d’Azerbaïdjan, ou le mémorial sphérique de l’ONU à Chungju en Corée. Et puisque comme l’écrit Yona Friedman, l’objectif pour les jeunes est de « former leur avenir », l’exposition nous présente aussi les derniers prix décernés par la Fondation d’Entreprise Wilmotte, où seront représentées cette année quelques 119 écoles européennes d’ingénieurs.

L’exposition à Saint-Louis dans le cadre de la Biennale de la Métropole Rhin-Rhône fourmille d’exemples de ce type, où innovation et utopie sont intimement liées, où une recherche de communautés de vie durables, mêlant écologie, solidarité et mixité sociale, est à l’œuvre. © Dominique Demnageot

L’espace Fernet Branca a choisi de mettre en lumière la dynamique transfrontalière entre l’Alsace et la Suisse, du fait de la proximité de la ville de Saint-Louis avec Bâle. On peut notamment traverser la frontière franco-suisse en suivant la Rheinuferpromenade qui relie Huningue à Bâle, épousant respectueusement la courbure du Rhin. Trait d’union entre deux villes et deux cultures qui illustre assez finement l’esprit de l’exposition.

l’exemple de cet immeuble pour une vie communautaire à Moscou sur Novinsky Boulevard. Dans les années 30 déjà, la préoccupation était à la réduction des coûts et la rationalisation des moyens. Les bonnes idées aussi se recyclent...

Plusieurs réalisations en cours sont présentées à Saint-Louis


Ouvrez les yeux

13

Des artistes dans leur temps Le MAMCS et le Frac Alsace nous convient à un cheminement à travers les œuvres de plus de 40 artistes. «De leur temps (3), 10 ans de création en France : le Prix Marcel Duchamp» est le troisième volet d’une exposition passée auparavant par Tourcoing (2004) et Grenoble (2007), qui vise à soutenir et faire connaître les travaux de jeunes artistes.

Au Frac Alsace et à la Chapelle SaintQuirin de Sélestat

On retrouve à Sélestat des œuvres occupant un espace important, qui interrogent la notion de spectacle, centrale de nos jours avec l’omniprésence de l’image dans nos vies. Pascal Pinaud a ainsi recouvert un mur de la salle de tapis et de peintures. Les frontières entre lieu d’exposition et objet exposé se brouillent. L’œuvre a les épaules larges comme celle d’Olivier Blanckart à la Chapelle Saint-Quirin qui reproduit la scène d’horreur d’un jeune palestinien mourant dans les bras de son père en 2000 à Gaza. Selon le principe de la colonne sculptée, l’artiste retrace la mort en direct. Claude Lévêque nous rappelle lui aussi que le dernier voyage est inéluctable. Faut-il alors faire l’autruche ? Gilles Barbier nous propose de nous séparer de nos semblables en nous isolant dans d’étranges masques diffusant une musique sombre et hypnotique tandis que Valérie Belin ne nous propose que des mannequins, simulacres de vie.

A l’initiative de l’ADIAF (Association pour la Diffusion Internationale de l’Art Français), ce troisième volet nous présente, à travers photographies, peintures, sculptures, vidéos et installations, les lauréats mais également l’ensemble des artistes nommés pour le prix Marcel Duchamp.

Au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg

Plusieurs lieux du musée sont investis par les artistes, depuis le fond de la nef qui accueille l’œuvre Théâtre de Pierre Ardouvin nous invitant à pénétrer dans ce monde de l’art, jusqu’au « pavillon » de Mathieu Mercier. Les générations se mélangent, et pour éviter de se noyer dans cette profusion d’œuvres s’étendant sur 1200 m2, un chemin thématique a été tracé. Les artistes sont fermement ancrés dans leur temps, utilisant des éléments de leur époque en les réorchestrant selon leur propre vision. Regards ironiques, décalés mais toujours en rapport avec l’ici et maintenant. Les artistes dénoncent certes mais de mille manières et nous présentent finalement un kaléidoscope de notre société actuelle, à travers les religions, la condition des femmes, la violence... Parfois ces visions nous troublent, font vaciller nos certitudes en bousculant nos repères

Gilles Barbier, La jolie fille, 2001, cire pigments et technique mixte, 80x110x125 cm, collection particulière, courtesy Galerie GP & N Vallois Paris © Adagp, Paris 2010 dans l’espace ou le temps. Les artistes créent du rêve et nous font passer « de l’autre côté du miroir ». Ils revisitent aussi notre environnement et nos paysages à l’exemple de Cyprien Gaillard que l’on a pu croiser récemment à la Kunsthalle Mulhouse, investissant ici des tableaux pour y incorporer des éléments contemporains. Comme semble nous le dire la section « Héritages », l’artiste s’inscrit dans la tradition de ses aînés, empruntant les

codes et les conventions pour mieux les détourner et servir son propos. Au premier étage « La vie mode d’emploi » fait référence au roman à tiroirs de Georges Perec. Comme dans l’immeuble que nous dépeint avec minutie l’écrivain, les œuvres disposées ici nous ouvrent des fenêtres sur des moments du quotidien, parfois intimes, mais vus avec une certaine distance. Le recul nécessaire qu’apporte l’art parfois.

- Paul Sobrin -

De leur temps (3), 10 ans de création en France, le prix Marcel Duchamp, à suivre au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg et au Frac Alsace à Sélestat, jusqu’au 13 février 2011 www.musees.strasbourg.eu www.culture-alsace.org


Chroniques CD

14

L’album du mois

FUNK

FOLK POP

POP

POST ROCK METAL

Jamiroquai Rock, Dust, Light, Star (Mercury / Universal)

Ben’s Symphonic Orchestra

The Bewitched Hands Birds And Drums Jive Epic

Generic

Embauché par Universal après un contrat longue durée chez Sony, Jay Kay est retourné dans son studio personnel avec une paire de producteurs et un groupe tout neuf (Derrick McKenzie, batteur des débuts est toujours présent) pour enregistrer le successeur du très décevant Dynamite. Dès l’intro on sait que le disque va bénéficier d’un son plus live. Le morceau-titre est très réussi et une bonne moitié du disque l’est tout autant, avec des cuivres vigoureux, des basses rondes, de vieux claviers, des chœurs soul (White Knuckle Ride et cette bonne vieille recette du single disco futuriste dans la lignée de Little L ou Cosmic Girl) mais quelques morceaux somme toute bien intentionnés font retomber lourdement le soufflé (Two Completely Different Things, nouveau générique de La Croisière S’amuse ?). Même si le disque est inégal, plus intéressant au début qu’à la fin, il est assez agréable de retrouver le chanteur à coiffure de chef indien avec quelques chansons efficaces qui réconcilieront les fans de la première heure. - Simon Grangereau -

Le musicien et producteur multi-instrumentiste Benoît Rault revient avec un troisième album qui puise son inspiration des deux côtés de l’Atlantique. Adepte des mariages de styles, parfois considéré comme le Beck français, il prouve après deux albums qu’il est l’un des plus habiles compositeurs de popsongs de l’Hexagone. En installant à chaque titre une ambiance typique (Crashed On A Beach, Island, très cinématographiques), avec un ukulélé et des chœurs en cascade (We Feel Love sonne comme du Faris Nourallah), quelques bonnes vieilles ficelles folk avec force flûtes (Come Back To My House), et parfois un truc un peu sexuel à la Bowie (You’re Making Some Good To Me), Rault s’emploie à écrire des chansons de bonne facture qui rappellent les belles heures de la pop indé anglo-saxonne.

Les petits Frenchies sont de retour. Et oui ils sont français The Bewitched Hands, et ont particulièrement bien intégré tous les canons de la pop des ces quarante dernières années. Leur dernier album en date en est une nouvelle preuve. Ici c’est d’abord la bonne humeur qui règne, au travers de morceaux solaires, et l’amateur de pop californienne qui vous envoie des embruns au visage ne sera pas déçu. Le très blurien So Cool alterne couplet pop et refrain rock plus brouillon, tandis que Cold aurait presque une dimension punk. Des morceaux avec une réelle ampleur symphonique (Underwear, Work) composent le coeur d’un album qui rappelle par moments les envolées d’Arcade Fire, et laisse augurer de moments scéniques assez excitants. Arrangements lumineux, variations de tempos et un esprit quelque peu hippie (Staying Around, Sea), chants cools, chœurs foisonnants forment la véritable identité du groupe, nous ramenant à l’époque d’une certaine insouciance, ce qui n’est pas négligeable en ces temps moroses. - Manu Gilles -

Le groupe retourne à ses vertiges sonores et comme d’ordinaire, le son est ici souvent compact et massif. A l’image du magma sonore orchestré par la guitare dans Onze Heures, Generic s’approche souvent de climats bruitistes captivants pour qui apprécie ces errances soniques. Expressive mais jamais bavarde avec ses fréquents changements de rythmes, la musique de Generic sait faire doucement monter l’adrénaline chez l’auditeur. Le duo nous a concocté une fois encore ses ambiances très cinématographiques comme l’intro sombre et toute en nuances de Sur la route qui déroule ses 13 minutes 31 comme un serpent, où s’affrontent dans la dernière partie du morceau un clavier cristallin et une batterie autrement plus musclée. L’orage menace, l’atmosphère est lourde et s’étend parfois en de longues plages instrumentales et introspectives. Quelques samples et les arrangements pour clavier apportent une personnalité supplémentaire à ces paysages que le lecteur sera libre d’interpréter à sa guise. Entrez dans l’univers de Generic ! - Brent -

POP

FOLK ROCK

CHANSON

ELECTRO POP

Florent Marchet Courchevel (PIAS)

Little Dragon Machine Dreams (Peacefrog)

Après Gargilesse et Rio Baril, Florent Marchet poursuit son exploration d’une carte de France mi-réelle mi-rêvée avec un arrêt à Courchevel. Des orchestrations une fois encore fournies pour une petite symphonie du quotidien, douce amère et finement orchestrée à l’image du morceau d’ouverture. Florent Marchet poursuit l’œuvre de mémoire d’une enfance enfuie, porteparole des grands dadais trentenaires qui parlent à leurs sacs à dos. Des trois albums produits par l’artiste depuis 2002, Courchevel est celui qui se rapproche le plus des formats pop habituels avec ces petites photographies contemporaines. Florent Marchet porte sur son époque un regard désabusé mais aiguisé, ces arêtes dans la gorge, ces ronces qu’on avale... Et le chanteur de filer une douce désespérance dans ce nouvel album (catastrophe aérienne, noyade, pas très réjouissant tout cela...). Une bande son qui à l’instar de ses compagnons de cordée Arman Méliès, Arnaud Fleurant-Didier, Benjamin Biolay, nous ramène parfois aux années 70, dans ces dix morceaux (plus un instrumental) qui sont autant de petites vies racontées comme au cinéma. - Dominique Demangeot -

Little Dragon marque un pas supplémentaire dans les paysages électroniques, forts de leur récente expérience avec quelques grands noms de la pop internationale (ils ont récemment participé au nouvel album de Gorillaz). La voix de la troublante Yukimi apporte un côté charnel indéniable à ces nouvelles compositions, petits airs de synth pop façon années 80 aux rythmiques martelées et froides (Looking Glass, Runabout), un côté glacé que l’on retrouve à de nombreuses reprises dans cette électro pop concise et élégante, parfois éthérée (Come Home et Fortune). Pourtant, comme lorsque l’on verse de l’eau brûlante sur un bloc de glace, la vapeur surgit à travers des rythmiques souvent dansantes inspirées de couleurs funk et R’n’B, à l’image de Feather qui joue d’un équilibre délicat entre rythmique légère au charley, nappes de synthé aériens et ligne de basse plus musclée. Un album pour danser un peu et rêver aussi, qui se termine d’ailleurs dans une douce torpeur. Nébuleuse musicale alliant trip-pop, jazz, soul, électro, qui excelle dans l’édification de petits formats furieusement électro pop, simples en apparence et qui recèlent pourtant des ressorts très énergiques (Swimming à la rythmique binaire et délicieusement heurtée). - Dominique Demangeot -

Madjo Trapdoor

(Mercury) Après un Ep prometteur, Madjo propose en cette rentrée son premier album qui navigue entre pop, folk et world, une musique étoffée de tout un attirail de bricolages sonores au charme évident. On pense à Feist sur des titres comme Leaving My Heart, Trapdoor in a wall, Lion monkey husband et les rythmiques variées impriment un groove certain à ce premier opus. La jeune artiste d’origine franco-sénégalaise a tout loisir de s’exprimer en anglais comme en français. Capable de faire profil bas (Heading For Trouble, Catch The Bird et ses frêles arrangements) ou de pousser plus la voix, Madjo pratique ici un éclectisme musical à l’image de Cœur de hibou et ses sons vaporeux. Avec Mad Mind, Madjo produit une belle machine pop, efficace tout comme Another Day et Je claque des doigts à l’ambiance plus échevelée, dénotant d’un véritable univers personnel en matière de musique mais aussi de texte. Et pour troubler encore plus l’auditeur, Madjo termine par une belle et sensible ballade guitare voix. Car le dépouillement sied aussi à la chanteuse... - Manu Gilles -

Island On A Roof

(Musicast)

- Simon Grangereau -

Charlotte Mildray La ballade de Julie S (autoproduction) Julie Rey prépare son nouveau spectacle en solo autour du projet Charlotte Mildray, porté en studio avec la collaboration d’Arnaud Cathrine et Bastien Lallemant. Deux noms qui résonnent de belle manière pour les amateurs d’une scène française attentive aux textes comme aux paysages musicaux. La ballade de Julie S, élégant livre-disque sorti en 2009, s’inscrit dans cette mouvance, entrecoupé d’intermèdes parlés. Un album qui chante et parle de fuites, de disparitions et d’errances. En filigrane, une histoire d’amour troublée comme il en existe tant. Charlotte a quitté Anton. Voici pour les faits. Une séparation originelle qui laisse place à une douce mélancolie. Dans les chansons de Charlotte Mildray les réponses s’enfouissent sous la terre et la production, discrète, court à l’essentiel, subtile à la faveur d’un quatuor guitare voix violon contrebasse (Millions of kisses), folk rock tout en sobriété. Julie Rey prend la mer (voire l’horizon…) avec Bastien Lallemant sur un morceau pesant et empli de cuivres, voyageant sur des chansons tout en sobriété, dont L’étreinte qui convoque un chant habité. La guitare accompagne la voix tout en finesse même si, sur les derniers titres, des guitares plus électriques déchirent la brume. - Dominique Demangeot -

II

(UFV Records/Cryptophyte Prod)


Cinéma 24 novembre

Holiday

De Guillaume Nicloux

Harry Potter et les Reliques de la Mort, Partie 1

Comédie policière

avec Josiane Balasko, Jean-Pierre Darroussin Parti en week-end avec sa femme Nadine, Michel se réveille seul, et on l’accuse du meurtre de la propriétaire de l’hôtel...

De David Yates

Fantastique, Aventure

avec Emma Watson, Daniel Radcliffe Voldemort prend de l’ampleur et contrôle désormais le Ministère de la magie et Poudlard. Harry, Ron et Hermione doivent réunir les Horcruxes pour détruire le sorcier maléfique.

Mardi, après Noël De Radu Muntean

Drame

Takers

avec Dragos Bucur, Maria Popistasu L’épouse et la maîtresse de Paul se rencontrent de manière imprévue...

De John Luessenhop

Thriller

avec Chris Brown, Hayden Christensen Un inspecteur de Manhattan traque une équipe de gros braqueurs.

Harry Potter et sa bande de retour le 24 novembre

8 décembre Le Monde de Narnia : Chapitre 3 L’odyssée du passeur d’aurore

Outrage

De Takeshi Kitano avec Takeshi Kitano, Ryo Kase, Renji Ishibashi

Quartier lointain De Sam Garbarski

Comédie dramatique

avec Pascal Greggory, Jonathan Zaccaï

Raiponce, le 1er décembre

Le Nom des gens De Michel Leclerc

Comédie dramatique

avec Jacques Gamblin, Sara Forestier Bahia Benmahmoud couche avec ses adversaires politiques pour les rallier à sa cause. Lorsqu’elle rencontre Arthur Martin, sa vie change...

L’Apprenti Père Noël De Luc Vinciguerra

Animation

avec les voix de Line Renaud, Julie Gayet... Le Père Noël doit choisir un apprenti qui le remplacera.

De Edgar Wright

Aventure, Romance

avec Michael Cera, Mary Elizabeth Winstead Scott Pilgrim doit affronter les anciens prétendants de sa petite amie.

Raiponce

De Nathan Greno, Byron Howard

Animation (Walt Disney)

Flynn Rider est le bandit le plus recherché du royaume. Il se cache dans une tour et rencontre Raiponce, une jeune fille dont la chevelure mesure 20 mètres de long...

De Michael Hoffman

De Fred Cavayé

avec Gilles Lellouche, Roschdy Zem

Nowhere Boy

Le Soldat dieu

Musique, Biopic

Drame

avec Shinobu Terajima, Keigo Kasuya Une jeune femme s’occupe de son mari, revenu de la guerre sourd, sans bras ni jambes.

Mon Pote

De Marc Esposito

Comédie dramatique

avec Edouard Baer, Benoît Magimel

De Sam Taylor Wood avec Kristin Scott Thomas, Aaron Johnson La jeunesse de John Lennon et sa rencontre avec Paul McCartney et George Harrisson.

De vrais mensonges De Pierre Salvadori

Comédie dramatique

avec Audrey Tautou, Nathalie Baye Emilie reçoit une lettre d’amour, qu’elle adresse à sa mère que son père vient de quitter...

L’histoire d’un superméchant qui est aussi un looser, et qui crée un super héros pour redorer son blason. Mais le super héros s’avère finalement encore plus cruel que lui...

The Tourist

De Florian Henckel von Donnersmarck

Thriller

avec Johnny Depp, Angelina Jolie Un touriste américain est utilisé par une agent d’Interpol pour tromper un criminel avec qui elle a vécu une relation.

Devil

De John Erick Dowdle, Drew Dowdle

Thriller, Fantastique

avec Chris Messina, Logan Marshall-Green

Une vie de chat

De Alain Gagnol, Jean-Loup Felicioli

Animation

Un chat vit avec Zoé, fille d’un commissaire, mais accompagne un voleur la nuit sur les toits de Paris. Un jour, Zoé est kidnappée...

Les Trois prochains jours De Paul Haggis

Comédie dramatique

avec Russell Crowe, Elizabeth Banks

Comédie

Scott Pilgrim

Le Monde de Narnia, le 8 décembre

avec James McAvoy, Christopher Plummer La dernière année de vie de l’écrivain Léon Tolstoï.

De Jason Friedberg, Aaron Seltzer

1 décembre

Animation, Fantastique

Drame, Biographie

Mords-moi sans hésitation

avec Jenn Proske, Matt Lanter Une parodie déjantée de la série Twilight.

De Tom McGrath

avec Diane Kruger, Ludivine Sagnier

De Kôji Wakamatsu

Drame

Megamind

Tolstoï, le dernier automne

Thriller

Roses à crédit

15 décembre

De Fabienne Berthaud

A bout portant

avec Benedict Cumberbatch, Kayvan Novak

avec Léa Seydoux, Grégoire Leprince-Ringuet Après la guerre, Marjoline épouse un jeune chercheur en horticulture. La jeune femme se couvre de dettes pour meubler leur nouvel appartement, mettant son couple pourtant heureux en danger.

Action

Comédie dramatique

Comédie dramatique

avec Ben Barnes, Skandar Keynes Edmund et Lucy séjournent chez leurs oncle et tante. Avec leur cousin Eustache, ils sont transportés sur le navire «Le Passeur d’Aurore» et partent en quête du pays d’Aslan...

De Ethan Maniquis, Robert Rodriguez

Pieds nus sur les limaces

De Chris Morris

De Amos Gitaï

Machete

avec Michelle Rodriguez, Jessica Alba Un ouvrier est pris comme bouc émissaire d’un assassinat politique. Manque de chance : il s’agit d’un ancien agent fédéral, la terreur des malfrats.

We Are Four Lions

De Michael Apted

Aventure, Fantastique

Drame

15

Bébé mode d’emploi De Greg Berlanti

Stockholm (I) - L’Argent facile De Daniel Espinosa

Drame policier

avec Joel Kinnaman, Matias Padin Varela Premier volet de trois histoires entremêlées autour de la drogue et du crime organisé.

Le Secret de Chanda De Oliver Schmitz

Drame

avec Khomotso Manyaka, Lerato Mvelase Dans un township proche de Johannesburg, la jeune Chanda fait face à une rumeur qui touche sa famille. La fillette part en quête de la vérité...

Comédie dramatique

avec Katherine Heigl, Josh Duhamel, Josh Lucas Holly et Eric Messer pensaient ne pas survivre à un premier rendez-vous râté, mais doivent s’improviser parents pour leur filleule adorée qui n’a plus qu’eux au monde.

Une vie de chat, le 15 décembre Un balcon sur la mer De Nicole Garcia

Comédie dramatique

avec Jean Dujardin, Marie-Josée Croze

Faites le mur ! De Banksy

Documentaire

avec Banksy, Shepard Fairey L’artiste graffeur Bansky raconte l’histoire de Thierry Guetta, un excentrique qui se reconvertit en documentariste en suivant les traces des maîtres du Street Art.


Diversions Alsace décembre 2010  

Journal des cultures et des sorties

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you