Issuu on Google+

Aire Urbaine mensuel gratuit

#51 avril 2013

Alsace

Culture et actualité

Blues et chanson à l’Espace Dolfus & Noack Colmar fête le Printemps ! - Festival Caméléon au Noumatrouff - Le théâtre équestre Zingaro arrive au Parc Expo de Mulhouse - Tout va bien en Amérique à La Filature - Tannhäuser à l’OnR Corpus Sanum au TJP - La Folie dans la danse à l’Opéra national du Rhin - Danse à l’Illiade en avril - Pour le meilleur et pour le pire à Offenburg... + Agenda + chroniques Albums, Livres, Cinéma...


diversions-magazine.com

cultures sorties société

#51

avril 2013 AGENDA - 4

HAUT-RHIN- 8

Blues et chanson à l’Espace Dolfus & Noack de Sausheim Festival Caméléon au Noumatrouff Zingaro arrive à Mulhouse Tout va bien en Amérique à La Filature

AIRE URBAINE BELFORT-MONTBÉLIARD - 6

Festival Impetus Rencontre avec Félicien La création européenne à MA Scène Nationale et au Granit

BAS-RHIN - 9

La Folie dans la danse à l’Opéra national du Rhin Danse à l’Illiade en avril Pour le meilleur et pour le pire à Offenburg

CHRONIQUES CD - 13 CHRONIQUES LIVRES - 14 SORTIES CINÉMA - 15

EXPOSITIONS - 12

Ronan Barrot au Musée Courbet d’Ornans

Tannhäuser à l’OnR Corpus Sanum au TJP

C’est le printemps à Colmar L’Office de Tourisme en partenariat avec la Ville de Colmar, organise du 28 mars au 14 avril 2013 la troisième édition de son événement printanier « Colmar Fête le Printemps ». Ce rendez-vous d’avril est l’occasion de profiter des premiers rayons du soleil dans le cœur historique de la ville de Colmar. La ville s’anime avec l’arrivée des poules, poussins, canards, lapins et autres animaux.

Près de 70 exposants proposent objets et spécialités en accord avec les traditions de Pâques, mais aussi des produits printaniers dans des maisonnettes spécialement décorées pour l’occasion © Offide de tourisme de Colmar

Deux marchés de saison sont organisés sur la place des Dominicains et la place de l’Ancienne Douane. Près de 70 exposants proposent objets et spécialités en accord avec les traditions de Pâques, mais aussi des produits printaniers dans des maisonnettes spécialement décorées pour l’occasion. De nombreuses animations sont aussi mises en place pour fêter le retour du printemps comme de la musique de rue, les animaux de la ferme, une démonstration de la volerie des aigles, des chasses aux œufs… Du 28 mars au 14 avril 2013 Place des Dominicains / Gratuit Le Canaris-Club de Colmar présentera ses volières de callopsittes, colliers d’Asie, grandes perruches américaines et australiennes. Démonstration de la Volerie des aigles Place des Dominicains / Gratuit 6 et 7 avril / 13 et 14 avril de 10h à 19h La Volerie des Aigles de Kientzheim donne aux visiteurs l’occasion de pouvoir observer, à quelques centimètres d’eux seulement, quelques-uns des plus beaux et des plus grands rapaces du monde.

© Offide de tourisme de Colmar

Diversions - Edition Besançon Journal d’information gratuit 1, rue de Vittel 25000 Besançon 03 81 87 40 05 - 06 34 12 01 91 www.diversions-magazine.com diversions@orange.fr Editeur : SARL Diversions RCS : 508 184 934 Directeur de la publication : Boban Stanojevic 03 81 87 40 05 / 06 34 12 01 91 diversions@orange.fr

Samedi 30 mars Chasse aux oeufs Au Parc du Champ de Mars De 14h à 17h Tarif : 2,50€ (sans inscription) Une chasse aux oeufs se déroulera dans le Parc du Champ de Mars, réservée aux enfants âgés de moins de 10 ans.

Exposition-vente Du 29 mars au 1er avril 2013 Koïfhus – salle Rosselmann – 29 Grand’Rue De 10h à 19h - Gratuit L’oeuf : Un symbole universel Depuis l’antiquité, l’oeuf occupe une place singulière au sein de toutes les cultures: il symbolise le renouveau de la vie et le retour du printemps. Dans la société païenne, on lui attribuait des pouvoirs magiques et mystiques. À l’ère chretienne ensuite, associé à la fête de Pâques et à la renaissance, il garde toute sa force symbolique. Depuis les temps les plus reculés, l’oeuf est ainsi au centre d’une activité artistique foisonnante et offre aux arts décoratifs un de leurs supports les plus féconds... Une vingtaine d’artistes et artisans venant de toute l’europe et dont les réalisations ont pour support l’œuf, font la démonstration de leurs techniques de décoration : peinture, calligraphie, grattage, perforation, batik...

Rédacteur en chef : Dominique Demangeot magazine.diversions@yahoo.fr Rédaction : Florian Antunes Pires, Gilles Bloin, Aurélie Choley, Frédéric Dassonville Dominique Demangeot, Bertrand Demornieux, Manu Gilles, Simon Grangereau Bruno Kolanek, Amandine Mannier, Sébastien Marais, Paul Sobrin, Marc Vincent Caroline Vo Minh Comité de relecture : Dominique Demangeot, Caroline Vo Minh Régie publicitaire : Boban Stanojevic - 03 81 87 40 05 / 06 34 12 01 91 - diversions@orange.fr

Exposition-vente Déclinaisons Patchwork Du 10 au 14 avril 2013 Au Koïfhus - 29 Grand’Rue De 10h à 19h - Entrée libre Des pièces uniques sont présentées par des créateurs de Quilts - couvertures de lits ou décoratives -. Les concerts Sérénades de musique classique À la Collégiale Saint Martin, l’Église des Dominicains et l’Église Saint Matthieu, on pourra entendre des œuvres de Vivaldi, Haendel, Haydn, Bach, Mozart entre autres compositeurs, interprétées par de grands noms de la trompette - Bernard Soustrot, Nicolas André, Franck Pulcini - ainsi que par le chœur de l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, l’ensemble des Cordes de France et l’organiste Jean Dekyndt. Jazz manouche Parmi les musiciens manouches les plus emblématiques et reconnus à l’international, bon nombre sont originaires d’Alsace et de Lorraine. Ils seront présents à Colmar pour 9 concerts. L’occasion de retrouver sur scène Marcel Loeffler, Engé Helmstetter, Yorgui Loeffler, Hono Winterstein, Francko Mehrstein et leurs invités prestigieux : Bireli Lagrène, Martin Weiss...

Le progamme complet de «Colmar fête le Printemps» sur www.printemps-colmar.com

Dépôt légal : avril 2013 © Diversions 2013 Imprimé en Espagne - Rotimpres ISSN : en cours valeur : 1,15 euros offert Diversions est diffusé gratuitement sur la Bourgogne Franche-Comté Prochaine parution : 25 avril 2013


Diversions - L’Agenda du mois

4

Les sorties du mois en un clin d’oeil

HAUT-RHIN CRAC Alsace

ALTKIRCH

Téléchargez l’application Diversions pour i-Phone

Jusqu’au 5 mai : Exposition Grundfrage (question fondamentale) - Exposition

Espace Grün

CERNAY

9 avril à 20h30 : Mon histoire du théâtre - Théâtre

COLMAR Comédie de l’Est

3 et 4 avril : Héritages – Théâtre 6 avril : Entretien avec Emmanuelle Laborie Du 9 au 11 avril : Un chapeau de paille d’Italie – Théâtre

Lézard

Théâtre Municipal

5 avril à 20h : Boulevard des Airs – Concert 7 avril à 15h : Festival chant chorale – Musique 13 avril à 20h : Riké – Chanson Reggae 18 avril à 20h30 : Constance – Humour 20 avril à 20h30 : Ah ! Vos souhaits… - Comédie

Parc des Expositions

6 avril : Top de Colmar Du 6 au 7 avril : Le Printemps des Séniors Du 12 au 15 avril : Marché aux véhicules d’occasion 13 et 14 avril : Salon Animalia 13 avril : Voca People

Espace 110

ILLZACH

5 et 6 avril à 20h30 : Silence complice - Théâtre 11 avril à 20h30 : Le patchwork, histoire et reconnaissance d’art – Conférence 13 avril à 20h30 : Opération Lunapolis – Humour musical

© DR

Du 1er mars au 20 avril : Exposition Sylvie Villaume « Des habillés » couzages et dessins

Bright Moments le 20 avril au Noumatrouff

Kunsthalle

MULHOUSE

Le Noumatrouff

20 avril à 20h30 : Bright Moments - Pop Folk 26 avril à 20h30 : Veronica Falls - Indie Pop Shoegaze 27 avril à 20h30 : Festival Metal Twilight #2 : Shakra + Uncolored Wishes + Blackhole - Metal

Jusqu’au 28 avril : exposition Sous vos yeux (partie 1) – Photographie

La Filature

Du 12 au 30 avril : Calacas par le Cirque Zingaro – Théâtre équestre Jusqu’au 21 avril : Exposition Walter Niedermayr : Appareances Du 4 au 5 avril : Pygmalion miniature, Actéon miniature – Marionnettes 5 et 6 avril : Mon histoire de théâtre – Théâtre 9 et 10 avril : Ma cabane – Théâtre 12 avril à 20h : La face cachée de la lune – Jazz pop rock 21 et 23 avril : Tannhaüser de Richard Wagner – Opéra

Théâtre de la Sinne

7, 9 et 11 avril : Owen Wingrave – Opéra 13 avril à 20h30 : De filles en aiguilles – Théâtre 20, 21, 26 et 27 avril : Dr’Ufscnyder – Théâtre alsacien 28 avril à 17h : Gold – Danse

Parc des expositions

6 avril : 31ème Salon de l’ arme ancienne, des équipements, figurines et insignes militaire Du 12 au 30 avril : Calacas par le Cirque Zingaro – Théâtre équestre 20 avril : Escapade italienne

KINGERSHEIM Espace Tival

La Passerelle

RIXHEIM

18 avril à 9h30, 10h30 et 17h : Miss Monde - Marionnettes + 1 ans 19 avril à 10h et 14h30 : Ne m’appelez plus jamais mon petit lapin - Marionnettes sur table 4 ans et + 26 avril à 14h30 et 20h30 : Guitare Amoro - Clown musical 6 ans et +

5 avril à 20h30 : Aelle - Chanson 12 avril à 20h30 : Festival Caméléon : DJ Vadim, Doctor Flake, D-Bangerz... - Abstract Hip Hop Electro 13 avril à 20h30 : The Toxic Avenger + Slagsmalklubben... - Electro Groove...

SAINT-LOUIS Caveau du Café Littéraire

11 avril à 20h30 : Protesto ! Solo Inutile Pour une Culture qui Cultive ! - Théâtre 30 avril à 20h30 : La poésie hébraïque moderne - Conférence-lecture

Cinéma La Coupole

© Estelle Chaigne

Pygmalion Miniature les 4 et 5 avril à La Filature de Mulhouse

18 avril à 19h30 : Troisième symphonie de Gustav Malher (en direct depuis l’Opéra Bastille de Paris) - Opéra 22 avril à 19h30 : Hansel et Gretel (en direct depuis l’Opéra Garnier de Paris) – Opéra

Forum de l’Hôtel de Ville

Du 13 avril au 5 mai : Exposition «Amazing Amasie» - Claire Hannicq, Gretel Weyer & Antoine Lejolivet - Dessin, sculpture

Et retrouvez notre agenda des sorties en Alsace Bourgogne Franche-Comté ainsi que notre sélection de reportages vidéo Fondation Fernet Branca

Jusqu’au 12 mai : Exposition Collection de la Fondation des Treilles - Art moderne

La Coupole

3 avril à 20h30 : Figaro ! – Opéra 6 avril à 20h30 : La voix, l’espace et le temps – Concert musique classique 10 avril à 14h : Abeilles, habillez-moi de vous – Théâtre jeune public

Salle des Portes

4 avril à 20h30 : To’thème - Pop Folk Rock

SAUSHEIM Espace Dolfus & Noack

4 avril à 20h30 : Les monologues voilés - Théâtre 5 avril à 20h30 : Le bagad de Lann Bihoue - Musique celtique 9 avril à 20h30 : Paul Personne - Blues 16 avril à 20h30 : Franck Dubosc - Humour 18 avril à 20h30 : Edouard Baer - Théâtre 23 avril à 20h30 : Bénabar - Chanson

Relais culturel

THANN

5 et 6 avril à 20h30 : Mélodie d’une vie - Théâtre

VILLAGE-NEUF Le Rive-Rhin

6 avril à 20h30 : Sébastien Troendlé - Ragtime / Boogie 27 avril à 20h30 : Fou normal - Humour visuel / Burlesque


Diversions - L’Agenda du mois

Les sorties du mois en un clin d’oeil BAS-RHIN Etapenstall

Pôle Sud

Du 2 au 4 avril : Parmi N(V)ous – Danse 9 avril à 20h30 : Dans la nuit par Louis Sclavis – Ciné-concert

ERSTEIN

Jusqu’au 28 avril : Quotidien singulier de Jean Paul Keiser – Exposition photographique 3 avril : Mercredi du musée – Atelier enfants 28 avril : Croque musée – Animation famille

Taps

Du 3 au 5 avril à 20h30 : Fait(s) divers, à la recherche de Jacques B (Taps Scala) – Théâtre Du 9 au 13 avril : Œdipe à colone (Taps Gare) – Théâtre classique

Musée Würth

Jusqu’au 19 mai 2013 : Exposition «L’appel de la forêt, arbres et forêts dans la collection Wurth»

TJP

Du 2 au 8 avril : Dégage, petit – Jeune public 6, 7, 13 et 14 avril : Corpus Sanum – Installation chorégraphique

HAGUENAU Théâtre de Haguenau

6 avril à 17h : L’ennemi – Théâtre

Expositions La Chambre

ILLKIRCH GRAFFENSTADEN L’Illiade

3 avril à 20h30 : Les sœurs Tartellini – Théâtre 5 avril à 20h30 : Poésie urbaine – Tournoi de slam 6 et 7 avril : Ieto – Cirque 7 avril à 11h : 2, rue bulles – Famille 9 avril à 20h30 : DeSrives – Danse Du 11 au 13 avril à 20h30 : Christel KerN – Spectacle musical 11 avril à 20h30 : Jacques Higelin – Chanson 25 avril à 20h : Compagnie Cisne Negro – Danse 28 avril à 17h : Hommage au « Creative Music Studio » - Musique

Du 8 mars au 28 avril : Africa, America de Philippe Guionie – Exposition photographique Du 8 mars au 13 avril : Envisage-moi de Eric Vazzoler - Exposition photographique

Stimultania

Du 11 avril au 16 juin : The Mystic Black Body - Maïmouna Guerresi - Photographie

Olivia Ruiz le 11 avril à Schiltigheim 9 avril à 20h30 : Les lois de la gravité – Théâtre 13 avril à 20h30 : La grande Sophie – Chanson Pop 30 avril à 14h30 et 20h30 : 2084, un futur plein d’avenir – Jeune public

SCHILTIGHEIM L’Échappée Belle

3 avril à 15h et 17h : Ah d’accord (au Brassin) – Jeune public 5 avril à 20h30 : La fleur au fusil (au Cheval Blanc) – Théâtre 6 avril à 20h30 : Ballaké Sissoko et Vincent Ségal (au Brassin) – Musique du monde

Musée archéologique

Jusqu’au 31 août : Exposition «Un art de l’illusion»

Musée d’art moderne et contemporain

Du 30 mars au 21 juillet : Interférences / Interferenzen - Art contemporain

Musée Tomi Ungerer

Du 12 avril au 14 juillet : Du duel au duo - Dessin

STRASBOURG Le Kafteur

La Laiterie Sélection Diversions

5 avril à 20h : Eric Truffaz Quartet - Jazz 11 avril : Olivia Ruiz + invité – Chanson 28 avril : Archive + Benjamin Biolay + Woodkid + Lou Doillon + Lescop - Dans le cadre du festival des Artefacts 2013 (au Zénith de Strasbourg)

OBERHAUSBERGEN

3 avril à 15h : ZEF – Jeune public 6 avril à 20h30 : «De mieux en mieux pareil» de Gustave Parking – Humour 13 avril à 20h30 : Abraham Inc, David Krakauer, Fred Wesley, Socalled – Klezmer 28 avril à 16h : La dame du sac à main – Jeune public

Le Maillon

Du 21 mars au 31 mai : Exposition Verna de Guillaume Greff 4 et 5 avril à 20h30 : Ganesh versus the Third Reich – Théâtre Du 7 au 10 avril : Pour le meilleur et pour le pire – Cirque Aïtal 25 avril à 19h : Clockwork / voies off – Cirque

OSTWALD Le Point d’Eau

6 avril à 20h30 : La fleur au fusil – Théâtre 12 avril à 20h30 : Bertrand Belin – Chanson

SÉLESTAT Les Tanzmatten

4 avril à 20h30 : Ieto – Cirque 7 avril à 17h : El Camino de la vida – Musiques du monde

9 avril à 20h30 : Carte blanche aux professeurs de l’École des Arts (au Brassin) – Musique classique 11 avril à 20h : Olivia Ruiz et invité (Salle des Fêtes) – Chanson 12 et 13 avril à 20h : Gaspard Proust tapine (Salle des Fêtes) – Humour 12 et 13 avril : Scène régionale plateau Découverte (au Cheval Blanc) – Musique 23 avril à 20h30 : Laurent Coq et Miguel Zenón Quartet (au Cheval Blanc) – Jazz 27 avril à 20h30 : Chilli Gonzales (Salle des Fêtes) – Musiques du monde 30 avril à 20h30 : Manu Galure (au Brassin) – Chanson française

Musées de Strasbourg

Du 9 au 13 avril à 20h30 : Philippe Elno et Marlène Noël – Humour 30 avril : Les labos du mardi : Champagne mademoiselle ?

Ieto les 6 et 7 avril à l’Illiade

Le PréO

55

Opéra National du Rhin

Gaspard Proust les 12 et 13 avril à Schiltigheim

2, 5, 8 avril à 19h: Tannhaüser – Opéra 4 avril à 20h : Michael Schade – Récital Du 13 au 18 avril : La Folie dans la danse - Danse

Cabu (Jean Cabut, dit) (né en 1938), Sans titre (On dit que vos ancêtres coupaient les mains des petits enfants…), 2013, encre de Chine sur papier, 31 x 25 cm, Collection de l’artiste © Cabu, photo: Catherine Meurisse


Aire urbaine Belfort-Montbéliard

6

Impetus dans l’Aire urbaine Cultures et musiques divergentes seront une fois encore à l’honneur dans l’Aire urbaine en avril. Du 17 au 23 avril, plusieurs temps forts sonores et musicaux se dérouleront dans différents lieux de la zone Belfort Héricourt Montbéliard, dans les salles de concert mais aussi galeries, bibliothèques et même... un fort.

© DR

Cependant avant cette soirée de clôture, l’Aire urbaine sera passée par divers états sonores mais aussi visuels. Ainsi la cultissime émission L’œil du cyclone, diffusée sur Canal + dans les années 90, sera présentée les 18 et 19 avril, respectivement à l’UTBM de Belfort et de Sévenans. Une rencontre avec Alain Burosse, directeur artistique de l’émission, se déroulera le samedi 20 avril à 16h à l’Espace Multimédia Gantner de Bourogne.

Lydia Lunch rockeurse que l’on vous conseille fortement ce jour-là, c’est Nadj. Une énergie débordante sur scène à voir en live.

© DR

Il faut dire que l’expérimentation est l’un des chevaux de bataille d’Impetus. Depuis ses débuts, le festival met en avant des projets originaux, divergents, et impulse lui-même la création comme cette année encore avec un projet qui clôturera le festival le mardi 23 avril au Fort du Mont-Bart à Bavans, dans le Pays de Montbéliard. Cette année encore, le Conservatoire du Pays de Montbéliard tiendra une place centrale dans ce projet. Son Pôle de composition investira les quatre coins du fort pour y mener leurs expérimentations sonores. Sur la scène de l’allée centrale du fort, deux autres rendez-vous sont donnés lors de cette soirée. Lorenzo Bianchi Hoesch proposera tout d’abord une performance de musique électronique expérimentale. Place ensuite à Mombu, duo italien composé d’un saxophoniste et d’un batteur, entre hardcore et free jazz. Impetus aime les contrastes !

Cult Of Luna La galerie Cheloudiakoff à Belfort accueillera une exposition, La Tranchée Racine, consacrée à Blanquet et son univers surréaliste. Mais Impetus, c’est aussi et avant tout des concerts avec notamment une tête d’affiche, Cult Of Luna le dimanche 21 avril au Moloco. La formation pratique un posthardcore particulièrement sombre, aux rythmiques pesantes entre hard rock, rock progressif et électronique. Avec Vertikal, leur nouvel album, ils ont pris comme base le mythique Metropolis de Fritz Lang. Cult Of Luna sera accompagné ce soir-là par le groupe hardcore australien LO!, le post métal allemand de The Ocean sans oublier les locaux de Aside From A Day.

La ligne du festival demeure toujours orientée vers la découverte. Le trio berlinois Kadavar inaugurera ainsi Impetus à la Poudrière de Belfort, avec son hard rock qui lorgne clairement vers les années 70. Place à un rock plus satanique le 18 avril avec la venue au Moloco des Polonais de Behemoth, tout droit sortis du Seigneur des Anneaux... Un death metal particulièrement sombre. Dans ce monde de brutes, la chanteuse Lydia Lunch peut sembler plus douce... Elle aussi a pourtant exploré sa part d’ombre dans les bas-fonds new-yorkais des années 70. Les drogues et la prostitution n’ont pas eu raison de l’artiste qui est aujourd’hui un symbole du New York underground, ayant collaboré avec Brian Eno, Sonic Youth ou encore Nick Cave. Elle sera le 20 avril au SAS Delémont dans le Jura Suisse. Une autre

Impetus, ce sont d’autres propositions divergentes comme des interventions bruitistes et expérimentales l’après-midi du dimanche 21 avril à l’Espace Gantner, du hip hop underground et décalé le 23 avril dès 18 heures à la Bibliothèque de Belfort, sans oublier une soirée entièrement concoctée par des associations de l’Aire urbaine qui inviteront au Catering Café Music à Héricourt, le 19 avril, deux formations métal Slaughterers et Zatokrev - et un groupe noise underground : Sleeppers. - Dominique Demangeot -

Festival Impetus, dans l’Aire urbaine et le Jura suisse, du 17 au 23 avril Programmation complète : www.impetusfestival.com

Rencontre avec Félicien Lauréat du concours Énergie Jeune 2012 organisé par la Ville de Besançon, ayant sorti récemment son premier album, le chanteur bisontin Félicien Gallecier poursuit sa route. Il participera à un apéro-concert le 20 avril au fort du Lomont (région de Montbéliard). Il tentera ensuite un nouveau challenge, le 27 avril à Saignelégier en Suisse, à l’occasion de la Médaille d'Or de la chanson.

Avec un style folk chanson française, il ne cache pas son goût pour le son bluegrass. C’est une de ses influences, et c'est encore plus vrai sur scène

Déjà sur l'album, l'envie d'enrichir la musique était perceptible. Une plage instrumentale fait partie de la tracklist. Félicien décrit son premier album comme une photo. "C'est quelque chose de marqué sur un moment donné", dit-il. Les lieux géographiques de son vécu y apparaissent comme des cartes postales. Dans Nouveau Monde, Félicien fait un résumé abstrait de sa vision du quartier Planoise à Besançon, de l’intérieur, qu'il a habité durant trois ans. Avec un style folk chanson française, il ne cache pas son goût pour le son bluegrass. C’est l’une de ses influences, et c'est encore plus vrai sur scène. "C'est apparent dans la manière dont je joue de la guitare acoustique", confie-t-il. Venant du milieu de la musique festive avec son

© Diversions

Alors qu'un deuxième album est en projet avec le bassiste Julback, Félicien avait enregistré son premier disque tout seul. Son binôme est arrivé quelques mois après pour la scène. Le chanteur ressentait en effet le besoin de s'épanouir en duo. Seul en scène, "on n'a personne pour partager des regards complices", explique-t-il. S'il est vrai qu'à deux ils s'ennuient moins sur la route, la démarche est d'autant plus artistique. Félicien peut compter sur l'expérience de Julback, qui met ainsi à contribution ses talents d'arrangeur.

ancien groupe, "83 rue Battant", le jeune homme propose des compositions qui tendent vers la mélancolie. "Je me sens plus sérieux, parce que désormais j'ai d'autres objectifs", concède-t-il. Ses morceaux actuels l'amènent également à se produire dans d'autres types d'endroits. Avec son groupe de l'époque, il était second guitariste, et n'avait que peu d'opportunités de mettre en avant ses propres compositions. "À présent, je peux m'exprimer pleinement parce que ce sont mes morceaux, et que ça vient du fond de moi !", se réjouit-il. Tout de son époque en groupe n'a pas disparu. La

chanson Prud'homme fait office de transition, où Félicien joue en frappant les cordes de guitare, technique qui rend son jeu percussif. "J'ai commencé à développer cela quand j'étais en groupe, dans l'optique que j'avais d'un projet solo", avoue le chanteur. Concernant la date du 20 avril, l'association Fortissimo organise son premier apéroconcert, un honneur pour Félicien. Rappelons que cette structure qui rénove le fort du Lomont, a certes déjà eu l'occasion de faire jouer des musiciens pendant les marchés bio qu'elle organise. Mais pour elle, "le concept de show en début de soirée le samedi soir est nouveau", souligne Félicien.

L'artiste a surtout dans le viseur le concours qui l'attend en Suisse le 27 avril. Pour une quinzaine de compétiteurs, des Prix de scène, des médailles (d'argent et d'or) seront à la clé. La joie d'avoir remporté le concours Énergie Jeune a donné l'envie à Félicien de "remettre ça ailleurs", s'enthousiaste-t-il. C'est aussi la renommée de ce rendez-vous helvétique qui l'a incité à s'y inscrire. Au-delà de la compétition, Félicien ne cache pas que des partenaires de la chanson française seront présents. "Il y a cette visibilité, et puis la possibilité de savoir ce que des professionnels pensent de ce que l'on fait est intéressant", avoue-t-il. Et d'ajouter que cela permet de se situer. L'objectif premier pour le jeune artiste est au moins d'obtenir un Prix de scène, grâce auquel les rideaux des premières parties s'ouvriraient sur lui. Sur les quinze groupes qui se présenteront sur scène l'après-midi, une sélection sera faite pour jouer le soir. "Si j'arrive à ça, ce sera déjà gagné pour moi", explique Félicien, qui privilégie la reconnaissance plutôt que le podium. - Frédéric Dassonville -

www.myspace.com/feliciengallecier


Aire urbaine Belfort-Montbéliard

7

Cap sur la création européenne dans l’Aire urbaine En avril, l’Aire urbaine accueille un nouveau temps fort qui se partage entre les deux scènes nationales de Belfort et du Pays de Montbéliard. L’objectif est de mettre en avant la création européenne, en conviant artistes et compagnies venus d’Autriche, du Danemark, d’Islande ou de Belgique. Si Le Granit a décidé de rappeler à notre bon souvenir la grande époque de la Belge Quinzaine en instaurant un focus sur des artistes belges, MA Scène Nationale opte quant à elle pour la création au féminin, à l’occasion de la première édition des Européennes.

MA Scène Nationale et Le Granit proposent un temps fort commun dans l’Aire urbaine en avril

MA Scène Nationale

« Les Européennes ». C’est donc le nom retenu pour la version montbéliardaise de ce festival sur l’Aire urbaine. On retrouvera notamment Chloé Moglia, qui participera également au festival Green Days en mai prochain. À l’occasion des Européennes le 4 avril aux Bains Douches, elle va proposer son spectacle Opus Corpus, qui fait pénétrer le spectateur au cœur même de l’art du trapèze. En deuxième partie de soirée, la chorégraphe belge Lisbeth Gruwez traduira en mouvements la transe induite par les mots des prédicateurs dans It’s going to get worse and worse and worse my friend.

En trois lettres... à l’Arche de Bethoncourt En matière de concerts, MA Scène Nationale accueille Jettlive, dont la musique a été composée à l’origine pour (A)pollonia, spectacle de Krzysztof Warlikowski, entre texte, vidéo et musique, traitant de la violence inhérente à l’espèce humaine. Renate Jett a décidé de reprendre dans un contexte de concert ces « chansons pour (A)pollonia », en y incluant de nouvelles compositions.

venir découvrir la formation qui a par ailleurs composé la bande originale du multioscarisé The Artist - dont l’Oscar de la meilleur musique ! -. Avec Bal en Chine, à voir le 8 avril, les sœurs Sagna évoqueront elles aussi l’ouverture à l’autre. Elles aborderont ici la question de l’identité en prenant comme contexte l’omniprésence chinoise sur la scène internationale. Depuis quelques années, les médias font état de la formidable croissance économique de l’Empire du Milieu, non sans relayer une certaine inquiétude en lien avec cette évolution. Dans Bal en Chine - qui ne se situe pas en Chine ! -, cinq personnages

Le Granit

À Belfort, la scène nationale prend comme ligne de mire la Belgique, pour nous rappeler le temps fort de la Belge Quinzaine il y a quelques années. Ce sont donc plusieurs artistes originaires du plat pays qui viendront présenter leur travail à la Scène nationale de Belfort. « Y’a’d’l’Europe dans l’Aire !»

© Léo Scomorovschi

Chloé Moglia aux Bains Douches

Si la création chorégraphique est notamment mise en avant, avec plusieurs spectacles, le théâtre a également droit de citer avec En trois lettres..., l’histoire d’une petite fille qui tour à tour gagne un petit frère et perd une arrière-grand-mère. La compagnie belge Tool 61 aborde ici quelques grands sujets universels à travers des regards d’enfants, des regards d’artistes...

© Luc Depreitere

Danse toujours avec Igen qui met aux prises deux danseurs à l’Arche de Bethoncourt du 2 au 4 avril. Si ce spectacle s’adresse au jeune public en particulier, dès 1 an, le suivant qui aura lieu aux Bains Douches le 6 avril, Teach Us To Outgrow Our Madness, puise dans la tradition des contes nordiques, la chorégraphe Erna Ómarsdóttir mettant en scène cinq femmes en proie à l’hystérie et à la violence, un chaos qui sort du corps, de la musique et de la mise en scène, un cri primal qui nous ramène à nos instincts les plus ancestraux, donnant également à voir diverses figures féminines, mère protectrice ou amante. De la musique lyrique au hard rock - les adeptes du headbanging apprécieront... -, Teach us... nous montre des visages féminins pour le moins contrastés...

It’s going to get worse and worse and worse, my friend Avec Michel Dupont ou réinventer le monde, le Granit invite le Théâtre de Namur et Das Fräulein Kompanie qui se sont inspirés de contes mais aussi de faits divers. Le spectateur est ainsi transporté des bas-fonds d’une cave aux hauteurs d’un donjon, pour méditer sur l’enfermement. Ou comment, en situation d’emprisonnement, l’esprit peut se révéler notre meilleur allié. Un hymne à la création en quelque sorte, puisque le spectateur, plongé dans le noir total, se voit enveloppé d’un dispositif de spatialisation sonore, où seules son ouïe et son imagination sont mises à contribution. Le jazz sera aussi à l’honneur avec le Brussels Jazz Orchestra. Le Granit vous propose de

se croisent dans une cour d’immeuble. Des individus d’origine diverses s’y rencontrent, s’y observent mais surtout imaginent fantasment ? - ce à quoi peut bien penser leurs voisins. Comme souvent chez les sœurs Sagna, la dimension dramatique est centrale dans le spectacle. Ici Caterina a travaillé avec le dramaturge Roberto Fratini Serafide pour évoquer la peur de l’autre, et accompagner par des mots la partition dansée. Eve Bonfanti et Yves Hunstad viendront présenter à Belfort le 10 avril Au bord de l’eau, prenant comme prétexte la lecture de deux comédiens, pour rendre hommage à la création, non sans humour. À noter que ces spectacles qui se jouent au Granit, sont proposés en partenariat avec le Club Malt et Houblon qui, Belgique oblige - contrée brasseuse par excellence proposera un bar de spécialités de brasserie au fumoir à l’issue des spectacles. - Dominique Demangeot -

À suivre au Granit de Belfort et à MA Scène Nationale dans le Pays de Montbéliard www.legranit.org www.mascenenationale.com


Haut-Rhin

8

Festival Caméléon au Noumatrouff

Blues et chanson à Sausheim Deux artistes bien différents se succèderont en avril à l’Espace Dolfus et Noack de Sausheim. Le 9 avril c’est Paul Personne qui se présentera sur scène pour défendre son double album Personne à l’Ouest. Quelques jours plus tard c’est Bénabar qui viendra proposer un concert orienté chanson française cette fois.

Le français, c’est aussi ce à quoi se consacre Bruno Nicolini alias Bénabar, en hommage au duo de clown Patchol et Barnabé qu’il avait monté avec un ami. Il faut dire que Bénabar est aussi acteur et que ce goût pour la comédie se retrouve dans ses chansons, qu’il interprète souvent autant qu’il les chante sur scène. Parlant de la vie quotidienne sur un mode décalé, Bénabar reste un modèle pour de nombreux trentenaires et quarantenaires. - Manu Gilles © Bruno Gagliardi

Paul Personne, 9 avril à 20h30 Bénabar, 23 avril à 20h30 Espace Dolfus & Noack, Sausheim www.eden-sausheim.com

Chaque année au retour du printemps, la salle du Noumatrouff à Mulhouse propose au public un temps fort musical. Le festival Caméléon revient donc les 12 et 13 avril pour deux soirées sous le signe du hip hop et de l’électro. La première soirée, le 12 avril, convie l’incontournable DJ Vadim, qui a donné ses lettres de noblesse à l’électro hip hop. Sur une base clairement hip hop, il a su adjoindre avec tact toute une palette musicale, de la soul au jazz, en passant par l’électro. L’année dernière, le Britannique publiait Don’t Be Scared, un sixième album où l’artiste s’en va une fois encore explorer de nouvelles contrées sonores. On trouve certes les courants habituels chez le DJ d’origine russe - dubstep, nu-soul, hip-hop mais aussi de l’afrobeat... -. DJ Vadim se renouvelle pourtant en se frottant également cette fois à des sonorités tribales, mêlant ambiances introspectives ou au contraire carrément dansantes. Avec toujours ce talent de colleur génial qui a fait de DJ Vadim l’un des papes du beat. DJ Vadim accueille sur ce nouvel album les voix de Sabira Jade - The Electric -, et le funky Greg Blackman, entre autres perles vocales de l’opus. À noter également que cet album est bien international, composé ou enregistré entre la Nouvelle-Zélande, l’Allemagne, le Royaume-Uni, Hawaï, le Mexique, la Malaisie... et enfin Londres où a été finalisé le tout. Ce 12 avril, on retrouvera aussi, entre autres artistes, un autre maître en matière d’abstract hip hop, avec la venue de Doctor Flake. Le lendemain soir, le festival Caméléon

© DR

Récemment Paul Personne s’offrait les services d’un duo de frères originaires de Basse-Normandie, Anthony et Nicolas Bellanger. Un batteur est venu les rejoindre plus tard. C’est avec ce trio que Paul Personne a enregistré son nouvel album sorti en deux temps - Face A puis un peu plus tard

Face B -. Tout l’art de Paulo est contenu dans ces galettes, le blues se taille bien sûr la part du lion ici même s’il se mêle à diverses influences. Cavalcade le morceau d’ouverture de Personne à l’Ouest prend des atours pop, tandis que Longue Absence ou encore le magnifique La roue du temps s’orientent vers des ballades blues dont Paul Personne a le secret. Il n’oublie pas le rock, très présent également sur son dernier opus, comme il l’a toujours été dans sa carrière. Révélé au grand public en 1984 avec Barjoland, il continue depuis son petit bonhomme de chemin. Lui qui enregistra un album avec Hubert-Félix Thiéfaine en 2007 - Amicalement Blues –, fait donc escale à Sausheim le 9 avril pour offrir au public un florilège de chorus et de riffs au son de ses magnifiques Gibson Les Paul couleur sunburst. Le blues chez Paul Personne s’est toujours conjugué au français, et le guitariste de prouver que la musique du diable peut s’accomoder de la langue de Molière.

The Toxic Avenger prendra des atours plus pop et groovy avec notamment la venue de The Toxic Avenger. Le DJ français qui a collaboré avec Orelsan et Disiz, lorgne aussi du côté du monde du rock, à travers ses collaborations avec le chanteur de Stuck in the sound. Après avoir tombé le masque scénique en 2009, TTA, de son vrai nom Simon Delacroix, n’a pas abondonné sa recette qui consiste à produire une électro riche en basses musclées et en mélodies pop. À découvrir aussi ce 13 avril, les Suédois de Slagsmalklubben et leur «Blip Hop» inédit, un terme qu’ils ont eux-mêmes inventé, désignant leur musique, une techno tendance 8 bits qui plaira aux nostalgiques des ordinateurs des eighties, musique pour le moins décalée, joyeusement old school ! - Manu Gilles -

Festival Caméléon, 12 et 13 avril à 20h30, Le Noumatrouff, Mulhouse www.noumatrouff.fr

Tout va bien en Amérique à La Filature

La nouvelle création de Bartabas pour le théâtre équestre Zingaro est proposée à Mulhouse du 12 au 30 avril. Si la Ville de Mulhouse et La Filature organisent cet événement dans le Haut-Rhin, c’est le Parc Expo qui l’accueillera. Il faut dire que Calacas - c’est le nom de cette nouvelle création - est un spectacle d’envergure mobilisant jusqu’à 29 chevaux sur scène...

Après Les Jeunes qu’il présentait à La Filature en février, le metteur en scène David Lescot, artiste associé cette année à la Scène nationale de Mulhouse, revient avec sa nouvelle création 2013 qui nous dévoile le côté sombre des États-Unis, traitant de l’histoire des minorités et des classes populaires, loin du rêve américain vanté d’ordinaire.

Avec Zingaro, les morts enfourchent des chevaux, animaux du voyage par excellence, pour donner vie à un mouvement perpétuel, sur terre comme dans les airs. C’est d’ailleurs pour cela que Bartabas a souhaité que deux pistes soient installées dans Calacas. Pour donner le rythme, Bartabas a souhaité inviter les tambours des chinchineros

- tambours et cymbales -, des fanfares mexicaines ainsi que des orgues de Barbarie, comme pour nous rappeler que le spectacle, au théâtre équestre Zingaro, est d’abord un spectacle de rue et populaire. D’un point de vue plastique, Bartabas avoue s’être inspiré des travaux de Basquiat et Matisse, même s’il a dû aussi puiser dans l’énergie numéro un de tous les spectacles de Zingaro, à savoir celle du cheval qui «doit être utilisé pour son énergie vitale», souligne encore Bartabas. Une nouvelle preuve en est donnée avec Calacas, un voyage au royaume des morts... pour sentir battre encore plus fort la vie. - Marc Vincent-

Calacas, par le Théâtre équeste Zingaro, Parc Expo de Mulhouse, du 12 au 30 avril www.lafilature.org

Comme dans Les Jeunes, la musique tient ici une place centrale. Le metteur en scène a recours aux différentes musiques nées en Amérique, du jazz au rap en passant par le gospel et le slam, invitant notamment une chanteuse américaine de comédies musicales, un rappeur lui aussi américain Mike Ladd, grand spécialiste du « spoken word » - sans oublier l’actrice Irène Jacob qui prend part ici au projet. Vidéo et technologie numérique sont également là pour lier le tout. Ce que David Lescot et le directeur musical de la pièce Benoît Delbecq, du collectif Stratégies Obliques, qualifient eux-mêmes d’essai théâtral et musical, s’inspire de textes historiques et populaires et peut aussi, de par sa forme mêlant musique et textes, être comparé à un oratorio. Tout va bien en Amérique, dont il faut bien sûr prendre le titre au second degré, nous transporte tour à tour au temps des premiers colons, lors de la Guerre de Sécession, mais également à celui des luttes syndicales et des Droits civils. David Lescot et Benoît Delbecq nous rappellent ainsi que le rêve américain, tel que l’on a essayé de nous le vendre depuis les années 50, s’est construit sur des bases pour le moins troubles. Si des pas décisifs ont bien sûr été franchis, notamment en

© Barbara Rigon

Après avoir ravi plus de 160.000 spectateurs, Calacas revient pour une deuxième saison, choisissant Mulhouse pour redémarrer cette aventure. Bartabas a voulu traiter ici de la danse macabre, mais une danse que l’artiste qualifie aussi de « danse de vie ». Calacas signifie « squelette » au Mexique, et s’inspire de la tradition mexicaine de la Fête des morts. Mais la grande faucheuse au Mexique est considérée bien différemment là-bas, contrairement à nos sociétés européennes. « Derrière cette imagerie, un peu classique et enfantine, avec ses représentations assez naïves et populaires de la mort, on découvre la trace de racines indiennes », explique Bartabas. Calacas apporte également des éléments du chamanisme. On peut donc s’attendre aussi à des ambiances teintées de mysticisme qui nous ramèneront au temps des amérindiens, avant la colonisation espagnole.

© Agathe Poupeney / PhotoScene.fr

Zingaro arrive à Mulhouse

matière de ségrégation, il n’en demeure pas moins une histoire « officielle » qu’il convient de reconsidérer dans une certaine mesure. C’est ce que font David Lescot et Benoît Delbecq en proposant avec Tout va bien en Amérique cette forme de spectacle hybride entre théâtre et musique. - Marc Vincent-

Tout va bien en Amérique, La Filature, Mulhouse, 9 et 10 avril à 20h www.lafilature.org


Bas-Rhin

9

Tannhäuser à l’ONR L’Opéra national du Rhin monte sa nouvelle production autour du chef d’œuvre romantique de Wagner, qui nous transporte dans le monde merveilleux des légendes germaniques.

© Alain Kaiser

Richard Wagner séjourne à Paris lorsqu’il achève la partition du Fliegende Holländer. Il s’inspire alors pour son prochain opéra des légendes germaniques, et en particulier  de celle du tournoi de chant du château de la Wartburg. Il faudra quatre années à Wagner pour écrire le texte de son nouvel opéra, avant de travailler ensuite sur la musique. Il remanie cette œuvre à plusieurs reprises, notamment à l’occasion de sa présentation parisienne en 1861. Il existe trois versions principales à ce jour : la version dite de Dresde qui est celle créée en 1845, celle dite « de Paris », comprenant les modifications pour les représentations parisiennes et enfin la version de Vienne en 1875. C’est la version de Paris qui est présentée par l’Opéra national du Rhin.

Le choix du chevalier Tannhaüser d’opter pour la vie terrestre plutôt que les charmes divins du royaume de la déesse de l’Amour, peut être vu comme une métaphore du dilemme de Wagner lui-même, artiste écartelé entre les contraintes matérielles et affectives, et ses élans créateurs

Dans Tannhäuser, s’opposent constamment le profane et le sacré, le sensuel et le spirituel. Le héros, Tannhaüser, est un chevalier menestrel, sauvé par l’amour d’une femme. Dans sa résidence du Venusberg, la déesse de l’Amour attire les chevaliers de Wartburg pour les retenir prisonniers de ses charmes. Tannhaüser est capturé lui aussi, mais il finit par se lasser et échappe à l’emprise de la déesse. Il souhaite se rendre à Rome mais le Landgrave le convainc de retourner au Wartburg où Elizabeth, son aimée, se languit de lui. Mais Wolfram est lui aussi secrètement amoureux de la belle Elisabeth... © Alain Kaiser

Le choix du chevalier ménestrel d’opter pour la vie terrestre plutôt que les charmes divins du royaume de la déesse de l’Amour, peut

être vu comme une métaphore du dilemme de Wagner lui-même, artiste écartelé entre les contraintes matérielles et affectives, et ses élans créateurs. On retrouvera dans cet opéra les Choeurs de l’OnR ainsi que six danseurs, interprètant une chorégraphie d’Alfred Karl Schreiner. La version de Paris a en effet la particularité de proposer un ballet, illustrant la Bacchanale du Venusberg. Le metteur en scène Keith Warner a souhaité apporter sur le plateau un cône lumineux et monumental, élément central de la scène. Ce dernier, façonné par les ateliers de l’OnR, n’est pas qu’une simple source de lumière. Keith Warner a souhaité qu’il symbolise la dualité de Tannhäuser, car l’opéra retrace

aussi le parcours du jeune chevalier, tiraillé entre la décadence et l’élévation spirituelle, le monde divin et celui des hommes... Muse ou ennemi, cette lumière illustre toute l’ambiguïté de Tannhaüser, héros romantique par excellence. - Caroline Vo Minh -

Tannhäuser, Opéra national du Rhin Strasbourg, Opéra, du 24 mars au 8 avril Mulhouse, La Filature, 21 et 23 avril www.operanationaldurhin.eu

Corpus Sanum au TJP Michaël Cros et sa compagnie marseillaise La Méta-Carpe sont invités par le TJP à l’occasion de leur nouveau spectacle. Corpus Sanum peut être défini comme une installation chorégraphique, dans laquelle l’artiste part à l’exploration du corps.

Dans Corpus Sanum, Michaël Cros pose donc lui aussi la question de la transformation du corps, à travers la maladie, la vieilllesse, les accidents... À la croisée de différentes pressions, notre corps est en évolution perpétuelle, son intégrité dépendant de nombreux facteurs, de la médecine et de ses progrès, mais pas seulement... Coproduite par le TJP de Strasbourg, CDN d’Alsace, cette création nous fait rencontrer à nouveau les étranges personnages du Peuple Sombre, imaginés par Michaël Cros, créatures hybrides entre humanité, animalité et machinerie. On avait pu les voir précédemment dans ZOO Chaleurhumaine, créé en 2010 et Les Safaris Sombres en 2011. Michaël Cros avait proposé au public

© DR

Michaël Cros est chorégraphe-plasticien, et son travail se trouve à la croisée de plusieurs arts, entre danse contemporaine, marionnettes et arts numérique. L’œuvre phare du romancier allemand Thomas Mann, La Montagne magique, est le point de départ de cette nouvelle création. La société occidentale en crise, qui y est dépeinte, nous rappelle fortement notre quotidien de 2013. L’action se déroulant dans un sanatorium de la station alpine de Davos, Michaël Cros transforme donc le plateau de théâtre en un établissement de soins, où se côtoient corps sains et corps malades. Le spectacle s’inspire aussi de La grande santé d’Olivier Razac, qui traite du corps machine et de ses dysfonctionnements, une réflexion philosophique sur notre rapport à la maladie.

d’embarquer pour ces Safaris Sombres en octobre dernier, au Musée Zoologique de Strasbourg. La création de Corpus Sanum sera enrichie par un travail lors d’ateliers avec différents publics amateurs. Le tournage, qui s’est fait en partie aux Bains Municipaux de Strasbourg, aboutira à des extraits vidéos diffusés durant le spectacle, des séquences où les participants sont tour à tour interprètes et vidéastes. Hors des horaires de représentation, l’installation Corpus Sanum sera ouverte au public du 8 au 12 avril. - Amandine Mannier -

Corpus Sanum, TJP de Strasbourg, du 6 au 14 avril - www.tjp-strasbourg.com


Bas-Rhin

10

La folie dans la danse avec le Ballet de l’Opéra national du Rhin Arrivé à la tête du Ballet de l’Opéra national du Rhin en septembre dernier, Ivan Cavallari présente en mars et en avril sa première création en tant que directeur. Il partagera l’affiche avec trois autres chorégraphes pour traiter du thème de la folie, comme l’indique le titre de la soirée. Une thématique qui sera également abordée dans des chorégraphies de Yuval Pick, Stephan Thoss et Marco Goecke.

mouvements sur les rythmes cardiaques et froids du groupe britannique. « Cette énergie m’a inspiré l’idée de travailler avec un groupe masculin », explique Yuval Pick, « de les rassembler comme une équipe de sport qui serait animée par un langage du corps dynamique, rebondissant, dans une succession de scènes où la proximité entre eux est très importante ». Parallèlement à ces créations, deux pièces entrent au répertoire du Ballet : le Boléro de Stephan Thoss et Sweet, Sweet, Sweet de Marco Goecke. Dans la première, Stephan Thoss convie sur scène six vieilles dames en partance pour une étonnante cure de jouvence. C’est la tonitruante musique de Ravel qui réinsuffle la vie dans leurs corps, dans cette œuvre maintes fois chorégraphiée. Stephan Thoss prend cependant ici le contrepied du Boléro classique. C’est bien la musique qui donne des ailes aux esprits et aux corps des vieilles dames, opèrant comme un déclencheur. «Je me laisse conduire et diriger par elle, et j’essaie de rendre visible ce que l’écoute a fait naître devant mon oeil intérieur », explique le chorégraphe. Marco Goecke a quant à lui l’occasion de présenter son étonnante et fantasque partition de Sweet, Sweet, Sweet qui comme souvent déstabilise et part loin des sentiers battus.

On se rendra compte que la folie ici n’a pas nécessairement une dimension pathologique. Cela peut aussi renvoyer à la notion de passion... pour la danse notamment. La soirée proposera des musiques et des styles variés : musique moderne (Ravel, Prokofiev), ou new wave des années 80 (New Order), chansons revisitées des années 20-30 (Max Raab), chants tibétains et jazz... La palette musicale sera large. Dans la création qu’il présente pour ce programme, Ivan Cavallari, ancien danseurétoile du Ballet de Stuttgart qui fut aussi directeur artistique du West Australian Ballet, souhaite évoquer le thème du clonage. Dolly, c’est en effet le nom de la première brebis clonée en 1996. C’est sur le Concerto piano n°2, op.16 de Prokofiev qu’Ivan Cavallari a élaboré sa chorégraphie. Cette œuvre de jeunesse, qui fit scandale lors de sa création, alterne atmosphères sombres et déchaînements. La virtuosité y côtoie la sauvagerie. Et le clonage est aujourd’hui encore considéré par certains comme une folie de la part de l’homme !

- Amandine Mannier-

© Nis&For

C’est sur la musique de New Order que Yuval Pick a monté sa création The Him. Le chorégraphe israélien calque donc ses

Danse à l’Illiade en avril En avril, l’Illiade accueille deux spectacles de danse très différents l’un de l’autre. Le premier, DeSrives, est le dernier volet d’une trilogie de la compagnie Ballet Actuel, tandis que le second nous transporte au Brésil.

Avec la compagnie Cisne Negro, l’Illiade nous invite cette fois au Brésil, pays d’origine de la troupe. C’est une compagnie pour le moins expérimentée qui se présentera sur les planches de l’Illiade, fondée en 1977 et installée à Sao Paulo. L’originalité de son travail réside dans l’union de danseurs de

© Agentur

La Compagnie Ballet Actuel est dirigée par Nathalie Bard. Créée en 1987 à Toulouse, de nombreux professionnels s’y retrouvent et collaborent ensemble sur des projets variés. Ainsi danseurs, chorégraphes, musiciens, techniciens, pédagogues échangent et créent tous ensemble. Le spectacle DeSrives est une création de 2009, dernier volet du triptyque chorégraphique créé par Nathalie Bard dont les deux autres spectacles étaient Là en 2005 et Bleu 119 en 2007. DeSrives aborde la fragilité du corps en ne proposant aucune parole, aucun mot que celui exprimé par le mouvement. Tout comme les deux précédents volets, la chorégraphe a axé son travail sur la liberté du corps et sur une perception «organique» du monde. DeSrives est une pièce chorégraphique pour six interprètes où différents thèmes sont abordés  tels que la résistance des corps entre eux et la notion de déséquilibre entre les interprètes. La confrontation des corps rappelle au spectateur que nous sommes mortels et soumis aux aléas de l’existence.

Cisne Negro ballet classique et d’étudiants en sport. La compagnie collabore avec de nombreux chorégraphes provenant de pays divers, et trouve son inspiration dans la musique classique comme Stravinsky, mais également dans les musiques du monde telles que les percussions brésiliennes. À travers Cisne Negro, il faut comprendre « Cigne Noir ». La compagnie souhaite retranscrire sur scène l’énergie urbaine et cosmopolite existant à Sao Paulo. - Caroline Vo Minh -

À suivre à l’Illiade, Illkirch-Graffenstaden DeSrives, 9 avril à 20h30 Cisne Negro, 25 avril à 20h www.illiade.com

La Folie dans la danse, La Sinne, Mulhouse, du 26 au 28 mars, Strasbourg, Opéra, du 13 au 18 avril, Colmar, Théâtre municipal, les 28 et 30 avril - www.operanationaldurhin.eu

artsenscene.tv un site du journal DIVERSIONS

L’actualité du spectacle vivant

en vidéo

Le journal DIVERSIONS vous invite à le suivre dans les coulisses du spectacle vivant en Alsace Bourgogne Franche-Comté


Bas-Rhin

Pour le meilleur et pour le pire Place au cirque à Offenburg en avril avec la venue d’un duo d’acrobates issus du Cirque Altaï, qui mêlent travail et vie intime.

Après le précédent spectacle, La piste là, le Cirque Aïtal revient donc en duo. Comme toujours au cirque, le risque est permanent, aussi bien sur la piste que dans leur vie personnelle ! Ou comment trouver l’équilibre tant dans sa vie de couple que sur un trapèze... L’expérience des deux acrobates pourra faire écho à tout un chacun, en suivant l’histoire des deux circassiens. Notons encore, en matière de cirque, la compagnie Sisters qui viendra présenter, le 25 avril au Théâtre de Hautepierre, un spectacle en entrée libre (dans la limite des places disponibles). C’est ici l’occasion de découvrir le travail de trois artistes de la compagnie Sisters, lauréate de Circus Next, dispositif accompagnant de jeunes créateurs dans le cadre du cirque en Europe. Les artistes auront l’opportunité de présenter au public une étape de travail concernant

© Christophe Raynaud de Lage - Wiki Spectacle

Victor Cathala et Kati Pikkarainen forment en effet un couple sur scène et dans la vie, « pour le meilleur et pour le pire », pour reprendre le titre de leur nouvelle création. C’est cette double relation professionnelle et personnelle que les deux artistes ont souhaité évoquer ici. Autour de sa Simca rouge, le duo nous fait pénétrer dans son quotidien, fait de recherche et de travail, mais aussi cimenté par une belle complicité durant les longues tournées. Et de la complicité, il en faut pour enchaîner, soir après soir, les portés et les voltiges, d’autant que Victor et Kati proposent aussi dans ce nouveau spectacle un travail autour de la perche et des jeux icariens.

des projets préparés lors de mini-résidences de création. Le travail s’effectue ici autour d’un double mât chinois. - Manu Gilles -

Pour le meilleur et pour le pire, Kulturforum d’Offenburg (chapiteau), du 7 au 10 avril - Co-réalisation du Maillon et du Kulturbüro d’Offenburg => Les billets peuvent être achetés au Maillon ou à Offenburg À voir aussi Clockwork / Voies Off, 25 avril à 19h au Théâtre de Hautepierre à Strasbourg - www.maillon.eu

11


Expositions

12

Exposition Ronan Barrot au Musée Courbet L’Éclaircie (2010) - dyptique 162 x 97 cm chaque panneau - Collection particulière © Galerie Claude Bernard

Ronan Barrot expose pour la première fois en Franche-Comté. Au Musée Courbet d’Ornans, il présente jusqu’au 20 mai sa nouvelle exposition Escande, belle porte d’entrée sur la peinture saisissante de l’artiste, en équilibre entre abstraction et figuration. L’art de Ronan Barrot est une peinture mosaïque, faisant se côtoyer des codes parfois opposés, aussi bien en matière de couleurs que de styles, même si l’on peut discerner dans ces toiles quelques motifs récurrents comme les arbres, souvent décharnés, nus, arbres solitaires contre lesquels s’appuient des corps. Les personnages se confondent, se perdent dans leur environnement, sous les coulures et les empâtements, si bien que notre regard est mis à l’épreuve. L’exposition nous présente portraits et paysages récents de Ronan Barrot, mais aussi d’étranges scènes baignées dans la pénombre, dans ce brouillard diffus propre à l’artiste originaire de Bretagne, même si parfois la couleur perce ce voile pour nous donner à voir une chair qui palpite, rouge, rosée, comme gorgée de sang. La vie est bien présente, mais ces scènes ambigües nous maintiennent dans une indécision inquiétante : scènes d’amour ou de crime ? Douce étreinte ou coup fatal ? Ronan Barrot brouille les pistes, comme le suggère en partie le titre de l’exposition - Escande signifie scandale en occitan mais aussi l’éclaircie escandihada - en provençal. On discerne des corps, bras ouverts ou levés, menaçants ou suppliants. L’artiste esquisse les formes. Dans le diptyque Demain les chiens, le paysage, sombre et sale à première vue,

s’avère plus complexe qu’il n’y parait, vibrant sous les coups de pinceaux. Paul Audi nous explique dans le catalogue accompagnant l’exposition, que l’artiste s’inspire en puisant « dans tel ou tel tableau appartenant à la tradition picturale, mais aussi des images de hasard, sorties d’un

journal ou d’une émission de télévision, ou trouvées sur le Net, et retenues par plaisir ou par dégoût ». La violence est très présente dans les tableaux de Ronan Barrot, même si elle nous parvient toujours nimbée dans un brouillard tenace, si bien que le spectateur ne la voit pas tant qu’il ne la pressent.

La violence est très présente dans les tableaux de Ronan Barrot, même si elle nous parvient toujours nimbée dans un brouillard tenace, si bien que le spectateur ne la voit pas tant qu’il ne la pressent Dans La Pioche (2010), le personnage au premier plan, tenant ledit outil, semble s’éloigner d’une masse humaine avachie entre deux arbres. La mort rôde, elle est là, contrebalancée par une autre force, charnelle celle-là. La chair se devine derrière un grillage Prudence (2010) -, se mélangeant à d’autres chairs, en des élans dont on a peine à discerner, là encore, s’il s’agit d’assauts malintentionnés ou de réelles relations physiques - Cythère et Olympie (2012) -. « Celui qui cherche » pour reprendre le nom d’un tableau de 2012, n’est-il pas plutôt « celui qui étrangle », de ses bras luisant dans la pénombre ? La menace est là, et l’ennemi tapi dans l’ombre. La série des «crânespaysages» de Ronan Barrot - l’artiste en a réalisé 365 entre 1995 et 2012 - nous rappelle d’ailleurs notre propre vanité et la fragilité de l’existence. - Paul Sobrin -

Escande, Exposition de Ronan Barrot, Musée Courbet, du 23 mars au 20 mai 2013 - www.musee-courbet.fr


13

Chroniques CD

Diversions Retrouvez plus de chroniques, découvertes, interviews et infos musicales sur www.sensationrock.net

FOLK

FOLK ROCK

ROCK

Rodriguez Searching For Sugar Man (Light In The Attic/Legacy/Sony Music)

H-Burns

Madjive À La Royale (Maximise Records)

Off The Map

(Vietnam/Because/Warner)

METAL FUSION

Monsieur Z NSLB [chap.2] (Autoproduction)

Sixto Rodriguez ou le destin hors du commun d’un songwriter américain méconnu devenu icône en Afrique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande depuis le milieu des années 70. Pour célébrer ce destin assez fou, le cinéaste Malik Bendjelloul est allé filmer aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, récoltant des témoignages et resortant des images d’archives. Searching For Sugar Man est donc l’occasion de (re)découvrir cet artiste très talentueux. La B.O., quant à elle, est une compilation des morceaux de Rodriguez les plus réussis et aussi les plus variés, parfois arrangés avec orchestre et cuivres ou tout simplement joués à la guitare. On y trouve bien sûr l’inusable et désormais culte Sugar Man, suivi de l’impeccable Crucify My Mind et sa basse bavarde à souhaits, I Wonder qui trouverait aisément sa place sur n’importe quelle compilation de la Motown, This Is Not A Song, It’s An Outburst : Or, The Establishment Blues, morceau engagé qui s’inscrit dans la droite lignée de ceux de Dylan. En somme, cette compilation/ bande originale est le cadeau parfait pour découvrir ou faire découvrir un artiste assez incroyable - il faut le dire - en attendant un nouvel album et des concerts. - Georges -

Porté par l’impeccable morceau Six Years, paru il y a quelques mois sur un EP éponyme dispo en vinyle, le nouvel album d’H-Burns envoie le bois, se passant de fioritures et devient un classique, instantanément. Renaud Brustlein a publié dans un relatif anonymat une poignée de disques façonnés artisanalement, souvent accompagné par la fine fleur des musiciens folk-rock hexagonaux tel que Jonathan Morali (Syd Matters). Ici il sera question de rock. Un rock indé enregistré chez Steve Albini à Chicago. Soutenu par Jonathan Morali et quelques musiciens, Renaud Brustlein a donc couché sur bandes l’essence même du rock, à savoir des mélodies et des guitares. Six Years est l’exemple parfait pour illustrer cette base. Sans être non plus obsédé par les rythmiques sommaires et les guitares saturées, H-Burns parsème son disque de morceaux plus acoustiques ou atmosphériques, vous catapultant direct en Amérique. Même s’il chante «I’ve been burning my life from both ends», on est convaincu que H-Burns accomplit album après album de grandes choses. Off The Map en est la preuve. - S. with a little help from his friend F. -

Tel un boulet de canon, Madjive poursuit sur la lancée de Swing & Rock (2009) et Ready Made Rock (2011) avec un nouvel album détonnant. Sans aucun doute enregistré avec la même débauche d’énergie que le groupe propose sur scène, A La Royale est un condensé de rock brut, une bonne grosse baffe dont on ressort groggy. Limiter Madjive à un énième groupe de punk rock serait une grosse erreur. Bien sûr que le quatuor est punk. The Clash est une haute influence du combo et Don’t Be So Shy n’est pas sans rappeler Strummer et sa bande, et en fait par la même occasion un bel hommage. Sloth et la méchante religion de Strike Again confirment aussi l’affiliation au mouvement musical de 1977. Mais derrière tout ça se trouve un ensemble de titres bien ficelés, qui va réunir aussi bien les amateurs de rock garage actuel à la The Hives que ceux qui apprécient des morceaux plus mélodiques. Madjive délivre un LP maitrisé de bout en bout. Brut, énergique, burné, À La Royale est une bonne grosse claque qui s’abat comme ça, sans prévenir. Et le pire dans tout ça, c’est qu’on tend l’autre joue sans se faire prier. - Florian Antunes Pires -

FOLK

POP ROCK

POP

POP

Woodkid The Golden Age (PIAS)

Black Woods

Rokia Traoré Beautiful Africa

(None Such/East West) Mêlant instruments traditionnels et guitare acoustique, et multipliant également les collaborations, notamment avec le Kronos Quartet - quatuor à cordes -, spectacle consacré à la vie de Billie Holiday, mélangeant blues et musique mandingue, Rokia Traoré sort son cinquième album, façonné avec, aux manettes, le producteur John Parish, qui a notamment travaillé avec PJ Harvey, laissant respirer ici les morceaux lumineux de la chanteuse. Testés pour la plupart sur scène, ces titres ont gardé en effet une énergie très brute, très live. On y retrouve un melting pot de musiciens européens et maliens et même... un beatboxer australien - Jason Singh -. Si l’album demeure empreint de cette douceur mélancolique et intime propre à Rokia Traoré, la Malienne n’hésite plus à aborder certains thèmes plus universels comme avec Samara qui traite du courage des femmes en Afrique. La chanson titre évoque quant à elle le récent drame malien. - Dominique Demangeot -

Monsieur Z. Chapitre 2. Deux ans après la première livraison, le groupe nous revient avec la suite de leur nouvel album sorti en deux temps. Le texte du premier morceau, Nuisible, ne laisse pas de doutes sur les intentions du parolier JB et de ses acolytes. L’âme est bien noire, comme le scande le chanteur sur Mon cœur est rouge, et force est de constater - comme on dit dans la presse - que cette face B de NSLB chemine dans un monde particulièrement sombre. La faute à qui ? Nous-mêmes ou plutôt cette race humaine qui peut s’avérer particulièrement Nuisible parfois. Le groupe ralentit quelque peu le tempo et prend le temps d’installer ses rythmiques de plomb. Il paraît poursuit ce constat d’échec, s’y invitent même quelques cordes, même si le mariage gros riffs saturés/machines est toujours d’actualité, dosé avec un parfait équilibre. Tandis que Coupable renoue avec les inflexions regga du chant, la formation s’amuse avec le rythme, variant les tempi sur ce morceau particulièrement efficace. Monsieur Z avance en faisant le dos rond, après un passge par le studio Honey For Bears Lab, à Rennes-sur-Loue. - Dominique Demangeot -

Suede

Bloodsports

(Warner) Suede se reforme et sonne l’heure du retour après un mutisme de plus de dix ans. N’espérez pas trouver une pointe de modernisme dans Bloodsports. Brett Anderson et les siens oublient cette décennie vierge de toute sortie et éditent un disque à la production très nineties, compositions construites pour être des tubes en puissance. Riffs de guitare entêtants, nappes de synthé accompagnent un Brett Anderson qui n’a rien changé à ses tics vocaux, dont les rêves doivent toujours être hantés par Bowie. Même si la voix semble un peu fatiguée, elle garde ce côté androgyne typique de l’Anglais et on gage que le déhanché est encore de la partie pour accompagner la langoureuse ballade For The Strangers. La formule démontre cependant ses limites et s’essoufle malheureusement sur le dernier tiers du disque. Suede signe un retour efficace avec des titres spontanés, qui en dehors d’une conclusion râtée, font ressortir le blouson en cuir saillant chez certains nostalgiques. - Florian Antunes Pires -

Des clips en noir et blanc qui butent, des morceaux ultra-arrangés qui en constituent la bande-son. Yoann Lemoine avait déjà fait fort ces deux dernières années. Difficile d’être passé à côté du phénomène Woodkid. Iron et son incroyable clip nous en avaient mis plein la vue en 2011. Deux ans plus tard, c’est The Golden Age qui risque de se faire une place dans les lecteurs du monde entier. Démarrant dans la sobriété d’un piano, le disque nous dévoile un timbre de voix chaleureux, évoquant Antony & The Johnsons ou Patrick Watson. Au bout d’un peu plus d’une minute, les trompettes et percussions se mettent en branle pour donner le ton de l’album. Un disque ambitieux réunissant les univers de l’heroic fantasy, de la musique classique et de la pop. L’artiste touche-à-tout Yoann Lemoine se révèle un compositeur, auteur et arrangeur hors-pair. En revanche pour l’interprétation vocale sans grands reliefs, il faudra peut-être repasser... - Georges -

-Wandering -

(Autoproduction) Après un EP inaugural confidentiel, le trio bisontin délivre enfin sa première longue production, un condensé de noirceur lumineux. Le bien nommé It’s Time ouvre la cérémonie sur une intro instrumentale qui assoit le son de Black Woods : une atmosphère pesante cousine de l’Unplugged d’Alice In Chains, une voix éraillée à la Tom Waits et des histoires qui nous emportent. L’enregistrement live de - Wandering - transmet l’intensité que le groupe délivre en concert et confère toute la profondeur aux compos. To Feel The Light est rythmée comme une longue chevauchée épique à travers les grandes plaines. So Many Long Nights est un flamenco plein de mélancolie. Low Sky est un blues heavy. En seulement huit pistes, Black Woods délivre une première longue production prometteuse, qui prend toute son ampleur en live et qui est à découvrir rapidement. - Florian Antunes Pires -


Littératures

14

Salon Les P’tits Papiers - Salon du Livre Jeunesse de Dole

37 auteurs/illustrateurs seront présents durant le festival. Qu’ils viennent de Franche-Comté – Marjorie Pourchet, Bérangère Delaporte… – ou d’ailleurs, les auteurs invités défendent des styles et des inspirations variés. Entre les beaux livres des éditions Hongfei Cultures, qui nous font découvrir quelques perles littéraires venues de Chine, et Les Editions Marie-Louise, dont les pages des livres se déroulent et peuvent s’accrocher aux murs de la chambre, le public aura le choix.

© DR

Réservez votre week-end du 5 au 7 avril. Le Grand Dole organise son Salon du Livre Jeunesse, accueillant dans la belle salle de La Commanderie, plusieurs auteurs jeunesse mais aussi différents spectacles à voir en famille. « Les P’tits Papiers » est le sous-titre de cette troisième édition du salon qui se tient tous les deux ans à Dole. Cette année, les décors du festival ont été réalisés – il faut le souligner – par les étudiants du BTS Design du lycée Duhamel. Les élèves de la section Métiers de la Mode du lycée Prévert ont quant à eux conçu les cols en papier des agents d’accueil sur le festival.

Avant même le festival, le Grand Dole a organisé la venue d’écrivains dans les classes et les médiathèques de l’agglomération, dès le 8 janvier dernier. 50 rencontres ont ainsi eu lieu en amont de l’événement. Depuis 2009, la section BTS Design du Lycée Duhamel à Dole expose des projets en rapport avec le thème du festival. C’est autour du livre PopUp que les élèves ont travaillé cette année. Ils créent également les décors de la salle, comme on peut le voir ci-dessus.

qui promeut la lecture jeunesse en FrancheComté, animera ainsi un atelier « P’tits Papiers » pour découvrir l’art du pliage. L’atelier « Zikamuz » invitera les visiteurs à découvrir différents instruments, apprendre des chansons et même… monter orchestres et chorales éphémères !

qui a sillonné le monde pour dénicher des livres issus de plusieurs continents. D’autres expositions sont prévues, comme par exemple une dédiée aux travaux réalisés par les classes, groupes et centres de loisirs de l’agglomération doloise durant l’année scolaire.

Plusieurs expositions seront aussi montées, pour découvrir notamment le travail de Kimiko, auteur de livres pour les tout petits, ou encore les ouvrages issus de la collection d’un passionné d’illustration, Bruno Lonchampt,

Enfin n’oublions pas les nombreux spectacles qui sont proposés durant le salon, et qui font aussi son originalité. Théâtre, marionnettes, contes, musique…

ROMAN

BANDE DESSINÉE

POÉSIE

MUSIQUE

Easter Parades

Les aventures extraordinaires de Lio Tome 2 - Le petit musée des horreurs de la crypte hantée

22, Placards !

U2

Æncrages & CO

Hors Collection

Le salon sera aussi l’occasion de rencontrer quelques « personnages » à l’image d’Alain Goy, conteur franc-comtois qui restitue les traditions contées de la Forêt de Chaux, lieu magique propice aux histoires féériques, ou Laurent Audoin, qui nous fera la démonstration, de A à Z, de la création d’un ouvrage, depuis les premiers mots de l’auteur jusqu’à l’impression finale. Car le Salon du Livre Jeunesse de Dole sera aussi le lieu de nombreux ateliers qui invitent le public à entrer en action… L’association Croq’Livre,

Richard Yates

Robert Laffont/Pavillons Poche

Jacques Rebotier

- Manu Gilles -

Salon du Livre Jeunesse de Dole, La Commanderie, Dole, du 5 au 7 avril 2013 Entrée libre et gratuite Programme complet : http://ptitspapiers2013.blogspot.fr

Niall Stokes

Mark Tatulli

Hors Collection

Richard Yates propose, dans ce très joli roman, de faire connaissance et de suivre Sarah et Emily, filles de parents divorcés dans une Amérique en pleine guerre. Ces deux filles, aimées, même maladroitement par des parents plein de fêlures et de paradoxes, vont faire le difficile apprentissage d’une forme de désenchantement qui semble caractériser l’oeuvre de cet auteur encore, hélas, trop peu connu en France. Il est l’auteur du sublime La fenêtre panoramique, dont a été tiré le scénario des Noces rebelles, où les héros sont incarnés par les talentueux Léonardo DiCaprio et Kate Winslet. Dans Easter Parade, c’est le même désenchantement, la même mélancolie douce qui est à l’oeuvre, mais teintés d’une pointe d’ironie, qui augmente encore le plaisir du lecteur qui suit les destinées de ces deux sœurs qu’en apparence tout sépare. Tout sauf cette course vaine, cette fuite en avant vers un bonheur illusoire, perdu dans des relations claudicantes voire totalement bancales ou délétères. Un grand auteur à découvrir ou à redécouvrir de toute urgence! - Lucie Brownie -

Mark Tatulli publie le deuxième tome des aventures horrifiques et absurdes de Lio. Le très jeune garçon se trouve toujours confronté à une horde de démons qui pénètrent sans crier gard dans son quotidien. Dans sa chambre ou à l’école, en pleine rue ou dans la cuisine, zombies, aliens et autres fantômes prennent un malin plaisir à venir perturber l’existence paisible de Lio. Mais le jeune garçon ne s’en laisse pas compter et accueille la plupart du temps ces manifestations paranormales avec le plus grand flegme. Mark Tatulli, qui publie les aventures de Lio depuis 5 ans dans plus de 100 journaux américains, privilégie la concision dans ces histoires qui n’occupent le plus souvent que 3 ou 4 cases. Cela suffit à l’auteur pour distiller son humour noir qui contraste avec le monde enfantin du petit Lio. Mark Tatulli en profite pour parsemer ses courtes histoires de références multiples à la culture américaine, celle des comics notamment. On pourra ainsi croiser, au fil des strips, Calvin & Hobbes, Superman ou encore des scènes de jeux vidéo. - Paul Sobrin -

Jacques Rebotier ne fait jamais rien comme tout le monde. L’écrivain qui retourne la langue comme personne a pu, grâce au concours de la maison d’édition Æncrages & CO de Baume-les-Dames, mêler le fond et la forme. 22, Placards, comme tous les ouvrages d’Æncrages & CO, est un «livre à voir» comme l’explique la maison d’édition qui est aussi imprimeur à l’ancienne, avec caractères en plomb et méthodes d’impression traditionnelles. Jacques Rebotier propose donc ici une collection de 22 affiches - que l’on appelle aussi placards -, destinées à être lues par l’auteur lui-même en public. Jacques Rebotier aime à faire vivre ses textes en direct. Il est ici gâté avec ces 22 placards qui sont aussi un bel objet. Chaque affiche se déplie en effet pour interpeler le lecteur tant par la voix que par le regard. Dès la première affiche d’ailleurs, Rebotier s’adresse au lecteur pour ne plus le lâcher ensuite. « Toi. oui toi. Viens toi ! ». Rebotier nous guide dans les méandres de sa langue à travers ces avis de décès, de recherche, au lecteur... Une langue souvent truculente, où chaque mot est pesé, d’autant qu’ici, la mise en page vient appuyer encore le propos. - Dominique Demangeot -

Voici un ouvrage à offrir à tout fan du quatuor irlandais qui se respecte, mais aussi à tous les amateurs de pop un tant soit peu curieux. L’ouvrage de Niall Stokes, rédacteur en chef du magazine irlandais Hot Press, propose en effet une revue exhaustive des titres de U2, depuis le premier album Boy paru en 1980 jusqu’à No Line On The Horizon en 2009. Comme le dit l’auteur lui-même, pas évident d’écrire quelque chose de nouveau sur un groupe qui a fait autant parler de lui que U2. Niall Stokes parvient cependant à trouver des angles originaux, les différents commentaires contenant des informations à la fois purement musicales - choix des sonorités, des rythmes, influences diverses et variées -, mais faisant aussi allusion au contexte politique - central chez U2 et Bono -, sans oublier la vie personnelle des membres du groupe, Bono et The Edge en particulier. C’est aussi l’occasion de revenir sur trente ans d’histoire du rock et de la pop, ses évolutions au fil du temps, les incursions de l’électro au début des années 90 - où U2 fut ici précurseur - mais aussi l’accession du groupe au rang de groupe culte. Que de chemin parcouru depuis les premiers concerts à Dublin... - Dominique Demangeot -


Cinéma

27 mars

15

Jack le chasseur de géants De Bryan Singer Aventure

Avec Nicholas Hoult Un jeune ouvrier agricole ouvre une porte entre notre monde et une race de géants monstrueux qui vont tenter d’envahir la terre.

Pieta

De Kim Ki-duk Drame Avec Lee Jung-Jin, Jo Min-Su Un homme gagne sa vie en menaçant des personnes de leur donner l’argent contracté par des prêts.

G.I. Joe : Conspiration De Jon Chu Action

Avec Channing Tatum, Dwayne Johnson L’équipe des GI Joe se rend compte que le gouvernement a été infiltré et que le monde est sur le point d’être détruit.

La belle endormie

De Marco Bellocchio Drame Avec Isabelle Huppert Un père reçoit l’autorisation de stopper les soins cliniques de sa fille, en état de mort cérébrale.

La Cité Rose

De Julien Abraham Drame Avec Azize Abdoulaye Diabate Un jeune garçon vit dans une cité de banlieue parisienne. Suite à un pari, il décide de conquérir la plus jolie fille de sa classe : Océane.

Les Amants passagers De Pedro Almodóvar Comédie dramatique

Avec Penelope Cruz, Antonio Banderas Une panne technique d’un avion met en danger les passagers qui voyagent sur ce vol. Les pilotes tentent de trouver une solution.

El Premio

De Paula Markovitch Drame Avec Paula Galinelli Hertzog Une jeune fille de 7 ans vit en Argentine dans les années 1970. Elle partage avec sa mère un lourd secret mais n’est pas en âge de comprendre.

Les Croods

GI Jope : Conspiration le 27 mars Dead Man Talking

De Patrick Ridremont Drame Avec François Berléand William Lamers est condamné au poison pour homicides. Un vide juridique ne précisant pas la longueur de sa dernière déclaration, il fait alors défiler le fil de sa vie.

Le Petit Corbeau De Sandor Jesse Animation

De Yorgos Lanthimos Drame Avec Aggeliki Papoulia, Ariane Labed ALPS est une société secrète qui propose d’étranges services au moment du décès d’un proche.

Le Premier homme De Gianni Amelio Drame

Avec Jacques Gamblin Un célèbre écrivain rend visite à sa mère qui habite Alger. Ses souvenirs d’écolier lui reviennent.

Los Salvajes

De Niels Arden Oplev Action Avec Colin Farrell, Noomi Rapace Un assassin abat tour à tour les hommes d’un gang new yorkais. Afin de s’attirer les faveurs du chef du gang, un homme recherche le tueur.

Perfect Mothers

Petit corbeau essaie de convaincre ses amis de demander de l’aide aux castors lorsque le barrage menace de céder et de tout emporter avec lui.

De Anne Fontaine Drame Avec Naomi Watts, Robin Wright Deux femmes inséparables vivent en osmose avec leurs deux enfants. Peu à peu, chaque femme se rapproche du fils de l’autre.

Le Diable dans la peau De Gilles Martinerie Drame

Berberian Sound Studio De Peter Strickland Drame

Guerrière

Ill Manors

Avec Quentin Grosset, Paul François Xavier et son frère Jacques vivent à la campagne où ils profitent de la nature. Il apprennent qu’ils seront séparés à la rentrée prochaine.

ALPS

Dead Man Down

Avec Toby Jones, Tonia Sotiropoulou Un ingénieur venu d’Angleterre doit se charger du mixage du dernier film d’un maestro de l’horreur, dans le studio le plus miteux d’Italie

De David Wnendt Drame Avec Alina Levshin, Jella Haase Marisa fait partie d’un gang de néo nazis au nord de l’Allemagne. Sa vie va être chamboulée lorsqu’un réfugié afghan arrive en ville.

de Ben Drew Drame Avec Riz Ahmed, Ed Skrein Plusieurs personnages au passé douloureux tentent de trouver un équilibre en milieu hostile.

Stories we tell

De Philippe Godeau Drame Avec François Cluzet, Bouli Lanners Toni Musulin est convoyeur de fonds. Il doit transporter 11,6 millions d’euros.

De Sarah Polley Drame Avec Peter Evans, Rebecca Jenkins Sarah Polley découvre que sa famille cache un lourd secret. Elle décide de chercher la vérité.

3 avril Effets secondaires

De Steven Soderbergh Drame Avec Rooney Mara, Channing Tatum Un jeune homme est arrêté et envoyé en prison. Son épouse ignore la raison de cette incarcération, et décide de consulter un thérapeute à cause de ses angoisses.

De Alejandro Fadel Drame Avec Leonel Arancibia Cinq adolescents s’évadent d’un centre de détention pour mineurs. Ils veulent à tout prix rejoindre la grande ville et vont aller jusqu’à tuer les personnes qu’ils rencontrent pour y parvenir.

Le Repenti

De Merzak Allouache Drame Avec Nabil Asli, Adila Bendimered Un jeune jihadiste regagne son village. Selon la loi de « pardon et de concorde nationale », il doit se rendre à la police et restituer son arme.

Derrière la colline De Emin Alper Drame

Avec Tamer Levent, Reha Özcan Fik vit avec sa femme au pied des collines rocheuses. Son deuxième fils et ses petitsenfants viennent leur rendre visite.

Casa Nostra

De Nathan Nicholovitch Drame Avec Céline Farmachi, Gilles Kazazian Hélène, Mathilde et Ben se rendent en banlieue pour visiter leur père mourant.

Photo

De Carlos Saboga Drame Avec Anna Mouglalis, Marisa Paredes Elisa découvre la vérité sur son père et décide de partir pour Paris et Lisbonne.

11.6

Des gens qui s’embrassent De Danièle Thompson Drame

Kinshasa Kids

Le Temps de l’aventure De Jérôme Bonnell Drame

De Marc-Henri Wajnberg Drame Avec Emmanuel Fakoko Huit enfants des rues au Congo, considérés comme des sorciers par leurs familles, montent un groupe de musique pour déjouer le sort.

Amour et turbulences

De Alexandre Castagnetti Comédie Avec Ludivine Sagnier, Nicolas Bedos Une jeune femme doit se marier à Paris et prend l’avion depuis New York pour s’y rendre. Elle y retouve Antoine, son ancien amant.

Avec Kad Merad, Monica Bellucci Deux frères ont des vies totalement opposées  : métiers, femmes, tempéraments…

Avec Gabriel Byrne Alix, comédienne de théâtre, fait la connaissance d’un mystérieux Anglais dans le train pour Paris.

Blanche Nuit

De Fabrice Sebille Drame Avec François Berléand Arthur n’a plus de nouvelles de son père depuis son enfance. Ce dernier n’est autre que «  La Malice », l’ennemi public numéro 1.

10 avril

Les Voisins de Dieu De Meni Yaesh Drame

Oblivion

Une Chanson pour ma mère De Joël Franka Drame

Mariage à l’anglaise De Dan Mazer Comédie

De Joseph Kosinski Action Avec Tom Cruise, Olga Kurylenko Dans un futur lointain, la planète Terre n’est plus habitable. Un soldat y est envoyé pour réparer des drones de patrouille et tuer une race d’aliens.

Avec Roy Assaf, Gal Friedman Trois jeunes hommes s’autoproclament les gardiens de leur quartier. Ils font respecter le Shabbat et surveillent les tenues des filles.

Avec Patrick Timsit, Dave Les membres d’une famille décomposée offrent un cadeau inattendu à leur maman qui est en train de mourir : faire venir Dave le chanteur en personne.

De Chris Sanders Action Avec Nicolas Cage, Ryan Reynolds Les Croods doivent partir de leur caverne et découvrent alors un nouveau monde.

Quartet

De Dustin Hoffman Drame Avec Maggie Smith, Billy Connolly Une pension accueille musiciens et chanteurs d’opéra à la retraite. Une nouvelle arrivante va bouleverser la vie des résidents.

Avec Rose Byrne, Rafe Spall Nat et Josh se rencontrent. Ils vivent alors une grande histoire d’amour et décident de se marier.

Des gens qui s’embrassent le 10 avril



Diversions Alsace avril 2013