Page 9

Café de l’Actu Maryna : Il y a en France une conscience politique beaucoup plus développée qu’au Mexique. Chez nous, soit les jeunes ne sont pas conscients des enjeux, soit ils s’en fichent.

Quelle image aviez-vous de la France avant d’arriver ici ? Julio : Après avoir visité Paris, je pensais que tous les Français étaient hautains. Heureusement, ce n’est pas le cas. Kushal : Je voyais un pays très artistique, musical et au top de la mode. J’avais aussi l’image de bons boulangers. Ici, La vie est cool et tranquille, comme je l’imaginais... sauf à Paris. Maryna : Le pays est magnifique, comme je l’imaginais. Le fromage et le vin sont à la hauteur de leur réputation. Je m’attendais à rencontrer des gens arrogants. Finalement, les Français sont adorables et chaleureux. Rabih : La France accorde beaucoup d’importance à la culture. Je m’attendais à un rythme de vie plus rapide, qui se révèle en fait plutôt plaisible. Les infrastructures sont encore plus développées que je ne l’imaginais. Les Libanais sont plus accueillants que les Français. En revanche, j’ai remarqué qu’il y avait moins de préjugés et plus de tolérance ici. Par contre, les Français ne mangent pas beaucoup. Encore moins que je ne l’imaginais! Comment faîtes-vous pour survivre? (rires).

Quel était pour vous le portrait type du/de la Français(e) ? Maryna : Pour moi, les Français La avaient yeux et les cheveux clairs centraleles de Golfech et ils prenaient soin de leur image. Ils avaient aussi la réputation d’être romantiques. Julio : Et j’ajouterais, avec une baguette sous le bras!

Nous aurions tous les cheveux longs, mangeant épicé, pratiquant le yoga et la lévitation, et dansant au milieu des éléphants ! Maryna : On me parle tout de suite de Speedy Gonzalez, du sombrero, du désert et de la tequila. Ils pensent aussi au piment et au Chili con carne (qui est pourtant un plat texan). Rabih : Il y a deux types de personnes. Certains nous voient vivant dans des tentes, parcourant le désert à dos de chameau. L’autre moitiée, plus au courant, y voient un pays touristique, avec une vie nocturne et une excellente gastronomie. Ils imaginent tout de suite de très belles filles, et des hommes romantiques mais agressifs!

Êtes-vous choqués par l’expulsion de jeunes travailleurs étrangers récemment? Rabih : Oui le changement de loi concernant les étudiants étrangers m’a fait peur. En revanche, j’ai aimé la réaction des universités, qui sont montées au créneau. Kushal : Je dois avouer qu’il est difficile pour des non-européens de trouver du travail ici. Ali, un ami égytien, a attendu six mois avant de trouver du travail.

Un avenir en France, ça vous tente ? Maryna : Ça ne me dérangerait pas. Il y a tellement d’endroits merveilleurs à découvrir. Rabih : Je ne suis pas sûr de rester, mais je souhaite garder cette option. Il me reste encore quelques années pour décider. Propos recueillis par Matthieu Stricot et Cyrille Venaruzzo.

Kushal : Je voyais des personnes d’une grande politesse. Rabih : J’espérais voir des filles blondes aux yeux bleus, très bien habillées... j’ai été un peu déçu (rires) ! On ressent plus d’égalité entre les hommes et les femmes, même au niveau de l’attitude et des codes vestimentaires.

À l’inverse, comment les Français percoivent votre pays? Julio : En général, pour la Colombie, ils ne voient que Shakira et la cocaïne... Kushal : Quand ils me parlent de l’Inde, on se croirait dans Bollywood !

ît ? ue vous pla e rubridqvo ! Cett es idé s On atten ail.com

diselo.mag@gm

diselo mag

|9

Diselo N°7  

Diselo, le magazine participatif étudiant toulousain !

Diselo N°7  

Diselo, le magazine participatif étudiant toulousain !

Advertisement