Page 1

revue professionnelle pour architectes & consultants ANNEE 8 OCT-NOV-DEC 2013 - N30

DIMENSION Un nouveau point de repère pour Hasselt © Photo: Marc Scheepers

architect@home Edith Wouters et Paul Vandenbussche - TEEMA architectes • une ville en image Liege • REPORTAGE La justice plante un arbre à Hasselt • DOSSIER Coûts de construction: la partie visible et son iceberg • Tendances dans l’architecture de soins • SPECIALISTE Comment armer votre bureau contre la crise • EVENT International HOLCIM AWARDS

Bureau de dépot 1099 Bruxelles X - P602602 - Périodique trimestriel - Editeur responsable: Filip Cossement - Bld. des Canadiens 118 - B-7711 Dottignies


Geberit Monolith

Un design épuré.

Lorsque vous envisagez de rénover votre salle de bains, ce ne sont certes pas les idées qui manquent. Par sa structure modulaire, le Geberit Monolith peut être installé sans devoir effectuer de travaux au préalable. Vous obtiendrez une sculpture compacte qui viendra se glisser entre le mur et la cuvette. Geberit Monolith vous offre une alternative séduisante pour votre salle de bains pour en faire une œuvre d’art fascinante. L’art contemporain ! Facile à installer, où que vous le désiriez. Pour plus d’informations sur Geberit Monolith, surfez sur → www.geberit.be


DIMENSION HELPDESK

04

L’ordre fête ses 50 ans, et soudain, une réforme

Edith Wouters et Paul Vandenbussche, TEEMA architectes

06

UNE VILLE EN IMAGE: LIEGE

16 24 / 47

DOSSIER Coûts de construction: la partie visible et son iceberg 31 Tendances dans l’architecture de soins 40

REPORTAGES Aménagements flexibles pour le soleil et la vie privée 14 La justice plante un arbre à Hasselt 26 Chape design pour obtenir l’aspect du béton industriel 36 Combinaison audacieuse de tuiles en terre cuite et de cuivre 38 Contribution durable au certificat d’excellence BREEAM du Balk van Beel 44 Isolation performante pour la tour résidentielle du UP-site 52

MEDIA EVENTS

54 58 / 60 / 61

PRODUCTSPOTS Être créatif avec de la résine 63 Systèmes de portes à passage aisé pour plus de confort 64 Une gamme complète d’automatisation des accès 67 Connecteur flexible multi-applications 68

NEW

71

Un beau tour de magie! A l’occasion de la réception des 50 ans de l’’Ordre des Architectes, un lapin blanc comme neige est soudain sorti du chapeau. Les architectes présents ont appris à leur grande surprise qu’il existait un accord quant à la réforme de l’Ordre. Cela met définitivement fin à cette gestation éléphantesque et permet de se mettre au travail pour réaliser la scission de l’Ordre telle qu’énoncée dans la sixième réforme de l’État. Malheureusement, aucun autre détail ne fut divulgué durant cette soirée quant au contenu de l’accord. A la clôture de ce numéro de DIMENSION, les organisations professionnelles ne disposaient pas non plus des textes de cet accord de sorte que je ne peux vous apporter de détails pour l’instant. Pourtant, ces organisations à l’initiative desquelles l’Ordre a été fondé voici 50 ans ont formulé un grand nombre de questions et de propositions inspirées par la pratique professionnelle quotidienne. Nous ne pouvons qu’espérer voir nos aspirations prises en compte. Et même si c’est le cas à 100%, je suis optimiste, il restera encore pas mal de travail à faire. Il est donc urgent de définir qui fait quoi. Une répartition claire des tâches entre le(s) nouveau(x) ordre(s) et les associations professionnelles ainsi qu’un bon équilibre entre les deux s’imposent. Ce ne sera que de cette manière que nous pourrons délivrer suffisamment d’armes à l’architecte pour que, demain, il puisse exécuter son travail de manière créative, rentable, administrativement réalisable et socialement pertinente. Quoi qu’il en soit, je suis heureux que l’Ordre se soit mis en marche. La chose importante est qu’il ne s’engage pas au petit trot sur l’autoroute où notre profession se trouve et que, demain, il ne prendra pas la première mais la meilleure sortie. Nous y veillerons. rEvUE PrOfESSIONNEllE POUr ArchItEctES & cONSUltANtS ANNEE 7 JUI-AOÛ-SEP 2013 - N29

ARCHITECT@HOME

LA PAROLE AU SPECIALISTE

PREFACE

Rectification: Dans l’article Babel ou Pharosʼ paru dans DIMENSION 29, tous les bureaux architectes n’ont pas été correctement mentionnés. (exécution). SVR-ARCHITECTS était responsable du reste du site. • Pour les tours Westkaai 4, 5 et 6 de l’Eilandje d’Anvers, Architecten Nv n’était pas seulement chargés de la mise en œuvre mais également de la conception. Seule, l’architecture de façade est de David Chipperfield et Tony Fretton Architects.

La London Tower de Coninx RDBM Architects - © photo: Bram Goots

• La Tour de Londres (couverture et p. 51) est une collaboration de Conix RDBM Architects (conception) et SVR-ARCHITECTS architect@home Bart CoBBaert De DenC!-stuDio • interview Florian iDenBurg (so - il) • Une viLLe en iMAGe ganD • DOSSier ConstruCtion en hauteur: BaBel ou Pharos? • teCHniQUe isoler CorreCtement les murs extérieurs De l’intérieur • event arChiPrix international 2013

Bureau de dépot 1099 Bruxelles X - P602602 - Périodique trimestriel - Editeur responsable: Filip Cossement - Bld. des Canadiens 118 - B-7711 Dottignies

DIM29_fr.indd 1

26/07/13 13:12


DIMENSION

revue professionnelle pour architectES & consultantS

Periodicité Trimestrielle Redaction Philip Declercq Staf Bellens & Colette Demil FCOmedia - redactie@fcomedia.be - T 056 77 13 10 Publicité - conseil FCOmedia - Katja Wijffels Boulevard des Canadiens 118, 7711 Dottignies 0473 86 59 70 - F 056 77 13 11 katja.wijffels@fcomedia.be Conception graphique marieke.veys@fcomedia.be Editeur responsable FCOmedia - Filip Cossement Boulevard des Canadiens 118, 7711 Dottignies

Helpdesk

01 Quand un entrepreneur livre des matériaux

et prévoit d’assister le maître d’ouvrage dans l’exécution, l’entrepreneur peut-il facturer à 6% (s’il est satisfait aux autres conditions en rapport avec l’utilisation et l’âge du bâtiment)? L’une des conditions pour pouvoir appliquer le tarif de TVA réduit de 6%, dans le cadre de la rénovation d’habitations privées, est qu’il doit s’agir effectivement de travaux à «destination immobilière». Ceci désigne la «transformation, rénovation, réhabilitation, amélioration, réparation, entretien, nettoyage, démolition complète ou partielle de biens qui sont immeubles par nature». Les actes par lesquels un bien mobilier est livré et est incorporé dans un bien immobilier, de manière à ce que le bien mobilier devienne immobilier par nature est un travail en état immobilier. Ce qui est important, ici, c’est qu’il faut que des travaux soient effectivement réalisés, qu’il y ait donc une prestation de services. Le simple fait de livrer des matériaux n’est pas un «travail en état immobilier». Celui qui livre les matériaux doit aussi les placer effectivement dans le bien immobilier. Si ce n’est pas le cas, il n’est pas satisfait à l’une des conditions permettant le tarif réduit de 6% de TVA. La simple assistance lors du placement, n’est pas non plus suffisante si le prestataire de services n’aide pas physiquement au placement. S’il se limite à donner les instructions nécessaires, ceci est considéré comme un travail immatériel, ce qui ne peut par conséquent être un travail à destination immobilière. Isabel Dillen, SBB Accountants & Adviseurs

02 NAprès un appel d’offre européen, les Nederlandse versie op aanvraag Aucune partie de cet ouvrage ne peut être reproduite et/ou publiée par impression, photocopie, microfilm ou de quelque manière que ce soit, sans accord écrit préalable de l’éditeur. Les articles signés n’engagent que la responsabilité de leur auteur. Le contenu des

soumissionnaires qui n’ont pas été choisis, peuvent introduire un recours auprès du Conseil d’état pendant la période de standstill (délai d’attente). Dans la lettre contenant le rapport d’attribution, il leur a aussi été demandé de prévenir le maître d’ouvrage dans ce cas. Et s’ils ne le font pas, comment et quand le maitre d’ouvrage est-il informé qu’un recours a été introduit? Pouvonsnous demander cela nous même à la fin du délai d’attente?

publicités n’engage que la responsabilité des annonceurs. L’éditeur se réserve le droit de refuser d’insérer les publicités proposées.

DIMENSION

Membre de l’union des editeurs de la presse periodique.

04

Le but est effectivement qu’un soumissionnaire qui entame une procédure auprès du Conseil d’état, au cours de la période de standstill, en informe le pouvoir adjudicateur. Ceci ressort entre autres de l’art. 65/11 de la loi du 24.12.1993. De cette question, je déduis que le pouvoir adjudicateur est

»


HELPDESK

que possible faire rédiger un procès-verbal de constatations et le signifier à, l’entrepreneur. L’entrepreneur est tenu, en principe, de réparer les manquements dans les plus brefs délais. Il peut également faire connaitre ses moyens de défense, endéans les 15 jours de calendrier. L’entrepreneur pour lequel des manquements ont été constatés (et quand ce dernier n’y remédie pas) s’expose à des peines, amendes et mesures prises d’office (voir art. 20§ 3 AVV). En fonction de l’attitude de l’entrepreneur et des éléments concrets du dossier, l’administration devra alors prendre une décision au sujet des sanctions qu’elle va éventuellement appliquer. De plus, l’art. 20§7 des conditions générales d’entreprise fixe que:

03 La demande de prolongation de la durée

§7 Compensation Le montant des amendes et peines, ainsi que le montant des dégâts, frais et dépenses, conséquences de l’application des mesures prises d’office ou qui en découleront seront retenus en premier lieu sur les montants exigibles par l’entrepreneur pour quelque raison que ce soit, et ensuite sur la caution.

La durée de validité est la période pendant laquelle un soumissionnaire est lié par son offre.

Cette compensation peut, selon le texte de l’art. 20§7, uniquement être réalisée pour des dégâts consécutifs à l’application d’une mesure prise d’office. Sans connaitre les pièces du dossier, la simple rétention de paiement ne semble pas évidente. Comme pour le moment encore rien n’est livré, il faut faire référence à l’art. 30 §2 des Conditions générales d’entreprise.

de validité d’une offre dans le cadre d’un marché public est-elle habituelle? Faut-il dans ce cas suivre une procédure déterminée? Ceci est-il uniquement demandé pour l’offre la plus favorable?

Adresser une demande de prolongation de la durée de validité aux soumissionnaires n’est pas inhabituel. En pratique, ceci se fait en adressant une lettre à tous les soumissionnaires en leur demandant s’ils sont d’accord de prolonger la durée de validité, jusqu’à une date fixée.

04 Lors d’un marché public portant sur des

travaux de rénovation à un toit, des dégâts ont été occasionnés par un écoulement d’eau consécutif à un recouvrement insuffisant du toit ouvert. Des photos ont été prises des dégâts et tout est consigné dans le rapport de construction. Je postpose la réception jusqu’à ce que les murs soient repeints. Est-ce qu’en plus de cette caution, je peux aussi retenir la dernière facture (même si ces travaux ont déjà été effectués) comme caution supplémentaire?

Dans le cadre de la réalisation de marchés publics et de la défaillance de l’entrepreneur, il est important de faire référence à l’art. 20§2 des Conditions générales d’entreprise. Cet article stipule que tous les manquements aux dispositions de la mission seront constatés dans un procès-verbal. Au nom de pouvoir adjudicateur, il faut par conséquent aussi rapidement

§2 L’entrepreneur prend sous sa propre responsabilité et à ses propres frais toutes les mesures qui sont indispensables pour la protection, le maintien et l’intégrité des constructions et des travaux existants; il prend également toutes les mesures préventives qui sont exigées par les règles de l’art et par les circonstances particulières pour préserver tous les biens voisins et pour éviter que par sa faute des perturbations y soient occasionnées. Dans cette optique, on peut argumenter que l’entrepreneur devra procéder à la réparation.

02,03 & 04: Joris Wouters, GSJ Avocats

Le helpdesk de NAV a pour but de répondre aux questions de première ligne de ses membres dans un délai raisonnable de quelques jours. Dans cette optique, NAV fait appel à un réseau de conseillers et spécialistes: architectes, UNIZO/FVIB, SBB Accountants et Adviseurs et le bureau d’avocats GoossensSebreghts-Jacqmain et le bureau d’advis VEKMO. NAV et les personnes consultées ne sont pas responsables du contenu et de l’interprétation des réponses données. DIMENSION

»

soumis au contrôle du Conseil d’état. Quand un soumissionnaire introduit un recours auprès du Conseil d’état le greffe va, en principe, transmettre immédiatement ce recours par fax au pouvoir adjudicateur. L’avis mentionnera également la date à laquelle l’administration pourra introduire une note de défense auprès du Conseil d’état. Il est bien entendu possible de prendre personnellement contact avec le greffe du Conseil d’état pour demander si une requête a été introduite. Ceci se fait en téléphonant au numéro 02/234.96.11. Il faut cependant tenir compte du fait qu’il peut y avoir un certain retard, puisque le soumissionnaire peut introduire son recours par recommandé jusqu’au 15ème jour. Ce recours peut n’arriver que quelques jours plus tard au Conseil d’état.

05


@HOME

DIMENSION

© Studio Dann

Edith Wouters et Paul Vandenbussche – TEEMA architectes

06

« Notre partenariat est né de considérations très pragmatiques »


@HOME

Depuis peu, TEEMA architectes a pris ses quartiers dans la villa Peirsman (Brasschaat), un projet classé de l’architecte Eduard Van Steenbergen datant de 1934. Paul Vandenbussche (47 ans) nourrit un lien personnel avec l’immeuble, car il y était chez lui pendant sa scolarité au Collège SintMichiels tout proche. Mais ce n’est pas ici qu’ont été semés les germes des études d’architectes qu’il suivrait plus tard. « La biologie et la nature m’ont toujours intéressé, et c’est pourquoi, après mes études secondaires, je me suis inscrit pour une formation de vétérinaire à Gand. Quand j’ai jeté l’éponge après trois ans, j’ai envisagé de devenir agriculteur. Après réflexion, j’ai jeté mon dévolu sur l’architecture de jardins, mais comme je trouvais l’aspect spatial très important, j’ai choisi une formation combinant architecture de jardin et architecture. Or, une fois qu’on a goûté à l’architecture, le virus ne vous lâche plus. C’est une sensibilité que j’ai acquise à la maison. Mon père était peintre, ma mère sculpteuse, et ils travaillaient tous les deux dans l’enseignement artistique. Quand, après mes études, je suis parti en randonnée en Laponie, les autres marcheurs me regardaient d’un air curieux le soir autour du feu de camp parce qu’à 27 ans - ce qui est pourtant tard selon les normes belges - j’étais déjà architecte. Ils me disaient que sans maturité, il est impossible de soutenir la vie des autres. Ils n’avaient pas tort, car quand on n’a même pas 30 ans, on a envie de faire bouger les choses, mais on manque de profondeur. Il faut du temps pour transcender le métier et faire de l’architecture un art. Aujourd’hui, on a trop tendance à dire: ce n’est ‘que’ de l’art. C’est précisément la partie créative qui est capable de pétrir le monde, et c’est pourquoi je me pose des questions au sujet de l’intégration des écoles supérieures dans les universités. Le créatif ne risque-t-il pas de s’enliser dans l’académique? Les mathématiques et la science sont des valeurs absolues depuis trop longtemps. Le caractère et la personnalité comptent bien plus que les études et le parcours; on le constate même chez les stagiaires. Les jeunes qui ont une vaste formation humaniste domptent généralement mieux le métier que les bûcheurs acharnés. » Son propre stage l’a amené dans les

bureaux d’architectes de Jo Crepain puis de Paul Warmenbol. « Chez le premier, j’étais un pur concepteur; chez le second, je participais au bureau, ce qui était beaucoup plus instructif. De ce fait, j’ai beaucoup capitalisé sur la construction écologique et saine, dont Warmenbol était un pionnier. En tant que stagiaire déjà, on me confiait beaucoup de missions et il m’est vite devenu impossible de tout faire moi-même. C’est ainsi qu’est né le partenariat avec Edith en 1997. »

Doublures l’un de l’autre Depuis qu’ils dirigent ensemble le bateau TEEMA architectes, Edith Wouters (43) a toujours suivi, de manière très consciente, un trajet parallèle. Depuis sa formation d’ingénieur architecte (Université de Leuven, Venise), qu’elle a complétée par un mastère en gestion de la construction, »

Le logement abordable ne doit pas nécessairement rompre avec l’architecture et l’utilisation de l’espace.

DIMENSION

Avec le projet-pilote de l’initiative DBFM flamandes « Scholen van Morgen » (« Écoles de demain »), TEEMA Architectes sort des sentiers battus tout en se profilant comme un bureau qui met la construction à la portée des bourses de tous les maîtres d’œuvre. De quoi alimenter amplement le débat pour cette interview avec les architectes-gérants du bureau, Edith Wouters et Paul Vandenbussche.

07


@HOME

« Il n’est pas possible d’incorporer dans une loi la sagesse d’un individu qui doit ou peut prendre une décision. C’est vrai pour tous les secteurs, et a fortiori pour le nôtre. Dans les grands projets urbanistiques, on se heurte soudainement à des règles que personne ne peut encore outrepasser par le caractère raisonnable et juste de sa propre réflexion. » elle se meut sur le fil séparant théorie et pratique, culture et construction. Chez Kluwer, elle a participé pendant quatre ans à la rédaction d’un ouvrage de référence sur la technique de la construction. Chef de projet à l’Architectuurinstituut flamand, elle s’est occupée pendant cinq ans de l’Architectuurjaarboek Vlaanderen. Elle a porté sur les fonds baptismaux le centre architectural Ar-Tur (Turnhout), dont elle est

De Hoge Rielen (Kasterlee): TEEMA architectes a transformé

DIMENSION

d’anciens hangars militaires en emplacement de camping.

08

directrice artistique. « L’interaction entre, par exemple, les aspects ‘contenu’ et ‘business’, est incroyablement passionnante. Ar-Tur bénéficie depuis peu de subsides structurels, ce qui nous permet à présent d’avoir un directeur financier. C’est là qu’on se dit qu’une telle fonction pourrait aussi avoir sa raison d’être au bureau, car nous faisons nos choix sur la base de la qualité, ce qui va quelquefois à l’encontre de l’aspect financier. » Il n’y a pas de répartition des tâches entre les deux partenaires de TEEMA, qui compte actuellement onze architectes. « Une certaine répartition a fini par se mettre en place organiquement », explique Edith Wouters, « mais rien ne dit que ce sera encore le cas demain. Pour l’instant, Paul s’occupe un peu plus de la construction à prix abordable, qui est une de nos activités clés, tandis que je me consacre plus aux grands projets et aux marchés publics comme le projet DBFM flamand ‘Scholen van Morgen’, dans lequel nous sommes architecte du projet-pilote à Londerzeel. Il n’est pas toujours facile de combiner ces processus et procédures de longue haleine avec des projets de moindre envergure, même si ces derniers sont indispensables pour féconder les grands projets. « En fait », complète Paul Vandenbussche, « notre partenariat est issu de considérations très pragmatiques. Je voulais pouvoir m’échapper de temps à autre en Laponie, tandis qu’Edith avait rencontré à Leuven un partenaire nigérian avec qui elle partait régulièrement pour le Nigeria. Nous avions donc tous les deux besoin de quelqu’un qui puisse ‘couvrir’ l’autre. Et en tant que jeune architecte, on est très reconnaissant de pouvoir exposer certains problèmes à une personne de confiance. La vision internationale est un autre élément que nous partageons. Notre bureau a déjà vu passer des personnes de diverses nationalités européennes, et je suis moi-même marié à une Russe. »

‘Abordable’ contre ‘exploitation de l’espace’ Comme on l’a déjà dit, le logement abordable constitue un des leitmotivs de TEEMA. « Notre vision de la construction abordable ne se fonde pas sur l’aspect économique, mais sur le souhait d’offrir au maître d’œuvre une vie aussi agréable que possible », précise Paul Vandenbussche. « Je suis content quand je peux en faire en sorte que les gens en aient plus pour leur argent, qu’il s’agisse d’une maison individuelle ou de projets plus importants. De très nombreux bâtisseurs particuliers peuvent à peine se permettre de faire construire, et les développeurs prennent des risques pour lesquels ils apprécient un coup de pouce. La construction abordable est parfaitement compatible avec une bonne exploitation de l’espace, une architecture de qualité et un ressenti chaleureux - à condition que le maître d’œuvre sache dire non au consumentisme qui nous impose tel ou tel robinet design ou autre gadget. » »


Design, innovation et qualité caractérisent la nouvelle offre

GENERATION R.

Depuis septembre 2013, la commercialisation des produits Berker se fait exclusivement par Hager sous le label "Berker by hager". Cet événement marquant s’accompagne du lancement d’une nouvelle offre : GENERATION R. Ce programme d’interrupteurs attrayant où le cercle est l’élément déterminant se décline en plusieurs séries : R.Classic (interrupteurs rotatifs), R.1 (contours arrondis), R.3 (contours carrés) et Touch Sensor (domotique KNX).

www.hager.be


@HOME

Maison Wauters: En utilisant des matériaux de façade tels le béton coulé et le bois, le bungalow de fabrication personnelle, datant des années 1960, a subit une métamorphose complète. TEEMA prit également en charge l’intérieur.

DIMENSION

Bien entendu, il faut aussi se demander si l’on peut encore construire dans le tissu urbain diffus qu’est la Flandre. « On nous a déjà reproché de contribuer, avec la construction abordable, à ‘bourrer’ une région où l’on a déjà du mal à respirer. C’est une question qui m’interpelle, car je dois moi-même partir de temps à autre dans les Ardennes ou en Scandinavie pour ne pas étouffer. C’est d’ailleurs en Scandinavie que j’ai appris comment peuvent être les jardins: purs, esthétiques, méditatifs, écologiquement corrects. A mon avis, on pourrait les implémenter ici, mais ce serait révolutionnaire. Notre concept de domaine de vacances dans la vallée de la Meuse allait dans ce sens. Il installait notre manière de construire comme une couche distincte sur le biotope écologique, avec des logements de haute technologie et luxueux laissant place à la nature, avec vue sur les couleuvres et les crapauds sonneurs. Aujourd’hui, on ne parle que de construction danoise, mais j’entends toujours exactement les mêmes choses que dans les années 1990. Je suis convaincu que nous pourrions vivre à la danoise même comme des termites sur une colline, une donnée que nous avons intégrée dans notre concept de tours d’habitation sur le Kattendijkdok à Anvers. Mais le changement n’y est pas. Je suis moi-même partisan d’une évolution plutôt que d’une révolution, mais sur le plan écologique, je crains qu’il ne soit trop tard pour une évolution. Je ne crois pas dans le scénario du réchauffement lent. La nature nous apprend qu’un biotope peut s’effondrer en un claquement de doigt si l’équilibre est rompu. Jadis, à la maison, nous avions plusieurs grands étangs où la vie pouvait disparaître d’un instant à l’autre suite à une augmentation de la température, un orage de chaleur ou la présence de certaines substances. Sur ce plan, je suis pessimiste par rapport à notre planète. » Ce qui ne l’empêche pas d’œuvrer sur la planète en question. En tant que membre de la fondation Levend Erfgoed, son principal hobby consiste à élever des races anciennes

10


@HOME

de poulets, de pigeons et de lapins. Par ailleurs, il cherche à créer par croisement un mouton qu’il ne sera pas nécessaire de tondre (‘d’élaguer’, comme il dit), et qui serait en outre à la fois beau et savoureux. « Les gens peuvent recommencer à exprimer leur appréciation pour le goût authentique des variétés de fruits anciennes, la viande de qualité, disons le terroir. »

« Aujourd’hui, on ne parle que de construction danoise, mais j’entends toujours exactement les mêmes choses que dans les années 1990. Je suis convaincu que nous pourrions vivre à la danoise même comme des termites sur une colline. »

Ping pong avec le maître d’œuvre

de le rejoindre dans sa réflexion. Cela entraîne beaucoup de travail en double, car l’entreperneur doit reprendre tous les calculs de la construction, le bureau d’études technique avec lequel nous travaillons doit les contrôler sur le plan technique et de la procédure, et nous-mêmes devons donner notre accord pour que tout soit en ordre sur le plan légal au niveau des responsabilités. En plus, on ne perçoit pas toujours les conséquences de certaines modifications. Les problèmes risquent surtout de survenir en fin de parcours, quand le temps commence à presser. Jusqu’à présent, tout s’est bien passé, mais il a fallu faire preuve d’une grande flexibilité. La conception dure d’ailleurs jusqu’au dernier jour, même si on a vraiment poussé le détail auparavant. Heureusement que nous avions abordé la même approche dans nos projets plus petits, où l’entrepreneur a toujours de la marge pour intervenir. Ces projets ont d’ailleurs aussi un budget fixe, sauf que nous appréhendons mieux ce qu’ils impliquent, tandis que pour les Écoles de demain, nous n’avons pas été consultés pour les offres et l’adjudication, et nous connaissons seulement le budget global. Ce qui est intéressant dans ce projet DBFM, c’est qu’il s’agit d’un maître d’œuvre qui rassemble beaucoup de connaissances. Seulement, ces connaissances, au niveau des coûts d’entretien par exemple, ne sont pas partagées avec nous autres architectes, alors qu’elles pourraient par exemple contribuer à des concepts et à des choix plus durables. » « Plus généralement, je trouve dommage que le contenu ne soit pas à la hauteur de l’emballage », regrette Paul Vandenbussche. L’École de Demain est la réponse à un problème qui remonte à des années, à savoir le manque de ressources pour construire suffisamment d’écoles. Mais on n’a pas profité de l’occasion pour développer une vision de la destinée de l’école, explorer les parcours scolaires possibles et créer ainsi les véritables écoles de demain. Notre rôle se borne donc à concevoir une école qui, grâce à une architecture de qualité, répond le mieux possible aux besoins des utilisateurs, en respectant toutes les spécifications d’output. »

Concept pour le parc de vacances Prana Resort sur les terrils et les lacs à gravier de Dilsen-Stokkem.

Rogner les ailes Les projets de construction de logement social de TEEMA lui ont également valu une large reconnaissance à l’étranger. Mais, comme le soulignent en chœur les deux associés, ce n’est pas le but qu’ils poursuivent. « Évidemment, il est » DIMENSION

Le travail sur mesure est une autre devise du bureau. « Chaque projet est le résultat d’une enquête qui part de la personne et de ses émotions. On peut comparer notre façon de travailler avec une partie de tennis de table: nous lançons une proposition, notre interlocuteur réagit, nous canalisons son feedback et nous nous efforçons d’y répondre de la façon la plus adulte possible, sans nous baser sur des préjugés contraignants. Ce processus mène à un résultat qui est à chaque fois très différent, et dans lequel le maître d’œuvre se reconnait, qu’il s’agisse d’un particulier, d’une instance publique ou d’un développeur. » Dans quelle mesure peut-on jouer au ping pong avec un projet tel que les Écoles de demain? « Nous sommes les premiers à le découvrir dans la pratique », rétorque Edith Wouters. « En tant qu’architecte, on doit parfois se livrer à quelques contorsions. Le maître d’œuvre présume d’emblée que l’entrepreneur peut apporter des modifications si nécessaire, par exemple pour des raisons de budget ou de calendrier, ou parce que l’architecte oublie quelque chose ou ne respecte pas bien une norme. En effet, le timing est serré et le budget aussi. Si l’entrepreneur n’en sort pas et demande une autre solution, il arrive que nous n’ayons pas d’autre choix que

11


@HOME

TEEMA a conçu l’extension passive de l’Institut technique général à Londerzeel à titre de projet-pilote pour le projet DBFM ‘Scholen van Morgen’.

DIMENSION

agréable de recevoir une telle appréciation après une journée de paperasse », explique Edith Wouters. « Cela permet de garder la balance en équilibre. Un des aspects intéressants de la construction de logements sociaux, c’est que les sociétés disposent encore souvent de grandes parcelles, de sorte que l’on peut pousser le projet plus loin sur le plan urbanistique, par exemple en créant des concepts inspirés des béguinages, d’habitat autour d’une place centrale etc. » « Mais ce marché de grands développements menace d’échapper aux architectes», confirme Paul Vandenbussche. « Le tout est de savoir s’il faut intervenir et restreindre la liberté du marché par des mesures politiques. Nous sommes nousmêmes réticents à trop de règlementation et d’encadrement à cause de leurs effets secondaires quelquefois imprévus, mais on ne peut pas non plus nier qu’une régulation trop lâche a également des effets pervers. Cela dit, on risque de créer plus de restrictions que de libertés en régulant les choses trop strictement, au risque de rendre toute amélioration impossible. Il n’est pas possible d’incorporer dans une loi la sagesse d’un individu qui doit ou peut prendre une décision. C’est vrai pour tous les secteurs, et a fortiori pour le nôtre. Dans les grands projets urbanistiques, on se heurte soudainement à des règles que personne ne peut encore outrepasser par le caractère raisonnable et juste de sa propre réflexion. Nous vivons une époque de structuration excessive. La règlementation s’oppose à la flexibilité, alors que tout en demande: construction abordable, construction durable, utilisation durable de l’espace... » « Nous essayons notamment de contourner cet obstacle en expérimentant sur des projets atypiques comme le ‘camping en hangars’, à savoir l’utilisation d’anciens hangars militaires à des fins touristiques », commente Edith Wouters. « Chez le Maître-architecte flamand aussi, de plus en plus de voix s’élèvent pour que l’on fléchisse occasionnellement les règles en cas de projets-pilotes apportant une valeur ajoutée, qui bénéficieraient donc d’une espèce de grâce. Ar-Tur s’inscrit également dans ce cadre comme une sorte de port libre en-

12

thousiasmant où les personnes peuvent se ranger derrière un espoir commun. Nous avons récemment mis sur pied un labo paysager parce que les projets paysagers ne constituent pas vraiment une discipline à part entière dans notre pays lorsqu’il s’agit de grands ensembles paysagers, alors que c’est justement maintenant que nous avons besoin d’une vision forte de l’espace ouvert qui nous reste encore. C’est pour cela que nous avons embarqué des spécialistes de tous les secteurs dans un car qui a parcouru la Campine du Nord. Les réactions ont été extrêmement positives, car pour la première fois, ils ont pu se parler librement, alors que pendant les réunions officielles, ils ne défendent que leurs propres intérêts. C’est ainsi que l’on élargit la vision. Un chercheur en conception qui faisait partie de l’équipée a lancé une proposition par la suite. Il y avait aussi d’autres activités, qui ont toutes été consignées dans un rapport. Nous aimerions faire cela plus souvent afin de créer une plateforme stratégique. Nous cherchons actuellement à savoir si nous pouvons faire la même chose avec TEEMA architectes, par exemple pour un projet de réaffectation. Une petite enquête portant sur la conception, avec participation du public, peut faire naître beaucoup d’inspiration. Mais quand un bureau d’architectes prend ce genre d’initiatives, on a l’impression que c’est pour s’attirer du travail. En revanche, si c’est un centre architectural qui le fait, tout le monde acceptera qu’il crée ses propres missions. C’est d’ailleurs son rôle essentiel. » Question de clôture: en dépit de la féminisation de la profession, rares sont les femmes architectes qui montent jusqu’à des postes de direction. Comment Edith Wouters y est-elle parvenue? « Mon secret? Un bon réseau. J’habite dans l’ancienne colonie de pionniers de Merksplas, pas loin de chez mes parents; ils s’occupent de nos deux filles deux à trois soirs par semaine. Sans leur engagement, je n’en serais pas où j’en suis aujourd’hui. » www.teema-architecten.com Redaction: Colette Demil & Staf Bellens


DucoSun Ellips Brise-soleil architectural

Les

lames

elliptiques

du

DucoSun

Ellips assurent une diffusion maximale de la lumière du jour. Ce système de brise-soleil est proposé à lames fixes ou motorisées. Les différents angles un ombrage optimal, quelle que soit la surface vitrée ou la position du soleil.

We inspire at www.duco.eu

info@duco.eu - Handelsstraat 19 - 8630 Veurne - Belgium - tel +32 58 33 00 66 - fax +32 58 33 00 67

Besam SL500 Innovant, intelligent et modulaire

L’automatisation pour porte coulissante Besam SL500 se distingue avant tout par sa modularité. Grâce à son concept innovant, vous choisissez la configuration de votre automatisation en fonction de vos exigences, de vos souhaits et de votre budget. Vous combinez à loisir le confort, la sécurité, la protection, la durabilité et le design. Vos exigences évoluent? L’automatisation Besam SL500 s’y adapte sans le moindre problème. Adapté à vos exigences, vos souhaits et votre budget Modulable en fonction du volume et du type de trafic Design épuré, pour tous les niveaux de performance Flexibilité totale, même après l’installation

www.besam.be

HOME OF OXYGEN

d’inclinaison permettent au système


REPORTAGE

DUCO Ventilation & Sun Control

Aménagements flexibles pour le soleil et la vie privée Pour la nouvelle maison de retraite et de soins ‘t Hof de Lichtervelde, un aménagement flexible pour le soleil et la vie privée fut une priorité du maître d’ouvrage. Osararchitects a opté pour une protection solaire architecturale et un système de ventilation naturelle de DUCO Ventilation & Sun Control. La maison de retraite et de soins (MRS) ‘t Hof de Lichtervelde peut accueillir 78 résidents valides, dépendants et déments. La MRS comporte deux sections occupées en fonction du degré de dépendance. Le rez-de-chaussée comporte une section fermée pouvant héberger des personnes lourdement dépendantes et des déments. Celle-ci est protégée de manière «soft» comme à l’aide de portes vitrées verrouillées utilisant la détection par boucle et des bracelets. Il existe aussi un jardin intérieur fermé où les résidents peuvent profiter de la terrasse en toute sécurité Le premier étage accueille les résidents valides et semi-valides qui demeurent relativement mobiles et nécessitent des soins moins intensifs. Sur les 78 chambres, 3 sont réservées aux séjours de courte durée. Esthétique et intimité familiale

timité familiale». Cela nécessite une approche architecturale intégrée. L’un des souhaits du maître d’ouvrage était un arrangement flexible pour le soleil et la vie privée. Les façades devaient se présenter comme un tout et non comme un mur ne comportant que des trous. Le choix de brise-soleil architecturaux de DUCO Ventilation & Sun Control était en fait une traduction du concept esthétique tant dans le domaine de la protection solaire que (sous forme flexible) dans celui de la vie privée. Le choix d’une ventilation naturelle fut la conséquence - et la traduction technique – des détails de la menuiserie. »

Alignement parfait Plusieurs solutions DUCO Ventilation & Sun Control ont été combinées dans le projet MRS. Le choix se porta sur le brise-soleil DucoSun Cubic comportant des lames réglables électriquement, une sorte de « couverture de terrasse ». Ces lames ont été montées sur place dans la structure porteuse. La possibilité existe aussi de placer des lames fixes. Posées en fonction du type à un angle de 0 ° ou 90 °, la forme rectangulaire de la lame confère un effet élégant à l’ensemble. Lorsque les lames réglables électriquement sont fermées, elles fonctionnent de manière optimale comme protection solaire. Les lames fermées et la surface de la façade sont alignées pour former une unité parfaite.

Un maximum d’intimité

DIMENSION

L’architecte Ruben Van de Walle de osararchitects: «Dans les projets de soins de santé, nous nous efforçons toujours de trouver une solution «sur mesure» à la fois pour les résidents et pour le personnel soignant au moyen d’entretiens approfondis avec le maître d’ouvrage/client. L’aspect esthétique n’est évidemment pas oublié tout comme le thème de «l’in-

14

En installant DucoSlide LuxFrame avec panneaux coulissants, on obtient également un système de protection solaire externe permanent. Dans ce système, les différentes lames sont contenues dans un profilé de cadre robuste. Deux types de DucoSlide LuxFrame sont disponibles: avec un profil de 40/40 et lames fixes ou de 40/80 et lattes fixes ou réglables.


A la MRS ‘t Hof, c’est cette dernière solution qui a été choisie. Le système assure un maximum d’intimité.

Les solutions globales de Zehnder pour un climat intérieur sain, confortable et économe en énergie

Design authentiquement «Soft Line» L’architecte Ruben Van de Walle a également opté pour un système de ventilation naturelle de DUCO Ventilation & Sun Control. DucoKlep 80 ‘ZR’ est un aérateur à clapet auto réglable avec grille intérieure complètement plate, ce qui rend le système particulièrement adapté à une utilisation dans la partie fixe d’une baie vitrée coulissante. La grille est munie d’une manette à pouce. Cette grille plate se caractérise par son design authentiquement «Soft Line» de DUCO. Le système qui délivre un débit d’air abondant est applicable à chaque épaisseur de verre jusqu’à 48 mm. www.duco.eu - www.osar.be

Zehnder ComfoAir XL La toute nouvelle génération de systèmes collectifs de ventilation à double flux conforme à la PEB · Un système collectif de ventilation à double flux pour les petites constructions non-résidentielles et les appartements · Caisson étanche à l’air unique · Existe en 6 modèles - capacité maximale de 800 à 6 000 m3/h · Certificats NBN EN 308 et PHI · Configuration et devis personnalisés · Mise en service gratuite par Zehnder After Sales

Plus d’informations: www.zehnder.be

Chauffage

Rafraîchissement

Ventilation


UNE VILLE EN IMAGE

Willy Demeyer, bourgmestre de Liège

«Rénover une ville comme Liège demande beaucoup de talent» Dire que les choses bougent à Liège sur le plan architectural et urbanistique est une litote monumentale. L’inauguration récente du Théâtre de Liège marque le point d’orgue provisoire d’une longue liste de projets - provisoire, car l’agenda reste plein comme un œuf pour les années à venir - et si cela ne dépendait que du bourgmestre Willy Demeyer, la Cité Ardente se transformerait vite en incontournable pour les aficionados de l’architecture contemporaine. «Je fais ce que je dis», déclare-t-il d’un ton ferme. Willy Demeyer est maïeur de la ville de Liège depuis 1999. La première année, il a succédé à Jean-Maurice Dehousse, parti pour l’Europe puis, dès octobre 2000, il a été élu bourgmestre directement. Lors de son entrée en fonction, la ville était aux prises avec une dette colossale doublée d’un lourd héritage urbanistique, résultat d’une véritable obsession de la démolition ayant fait disparaître quantité de belles maisons de maître, surtout dans les années 1950 et 1960. A un certain moment, il avait même été question de faire passer une autoroute par la place Saint-Lambert, en plein milieu du cœur historique de la ville.

DIMENSION

Willy Demeyer: «Nous avons pris le problème de la dette à bras-le-corps et établi un plan, le ‘projet de ville’, dans lequel nous fixons des objectifs et définissons les stratégies à suivre pour les atteindre». Le réaménagement de la Place Saint-Lambert, puis le musée du Grand Curtius, ont constitué les premières étapes pour mettre un holà à cette véritable saignée urbanistique. L’arrivée du TGV et le développement qu’il a entraîné ont marqué un autre jalon. La nouvelle gare de Liège-Guillemins, que l’on doit à Santiago Calatrava, le complexe Médiacité de Ron Arad, qui, en plus du studio de la RTBF, abrite une des plus belles patinoires olympiques du monde, ou encore l’exploit architectural que constitue le cinéma Sauvenière signé V+, ont montré que les architectes internationaux pouvaient venir exprimer leur talent à Liège. Depuis lors, toute une série de projets ont été menés à bien, dont l’Opéra Royal de Wallonie et le Théâtre de Liège. Nous avons ainsi rééquipé la ville, avec comme ligne directrice le choix de ce qui était le meilleur. Tous les projets devaient contribuer à la renommée et au rayonnement de la ville, de façon à attirer les gens. Une architecture banale n’encourage pas à s’établir quelque part. Si, dans trois ans, on voit paraître un beau livre présentant Liège comme un lieu incontournable pour découvrir l’architecture contemporaine, je serai l’homme le plus heureux de la ville. Et croyez-moi, je ne serai pas le seul. Les

16

Liégeois sont fiers de leur ville et de son passé grandiose, ce qui ne leur facilite pas toujours les choses. Plus on leur donne de beaux projets, plus ils sont demandeurs d’initiatives nouvelles.»

Créer ensemble une dynamique Quid du coût inévitablement lié à toutes ces réalisations? Willy Demeyer: «Jusqu’à présent, nous avons utilisé au mieux les subsides publics de diverses provenances. En tant qu’ancien échevin des travaux publics, c’est une mécanique que je connaissais parfaitement. Mais certains investisseurs privés ont aussi fait de sérieux efforts. Par exemple, l’hôtel cinq étoiles Crowne Plaza, une restauration avec extension d’un palais urbain du 15ème siècle, a représenté un investissement de 75 millions d’euros. En tant que première destination touristique et principal nœud commercial de Wallonie, nous délivrons 800 permis par an. Cela nous met en position de force pour négocier avec les candidats-investisseurs.» «Nous avons la chance d’habiter dans une cité au patrimoine et à l’histoire particulièrement riches, mais rénover une telle ville coûte cher. Il se fait que les projets qui partent de la situation existante en cherchant une intégration réussie demandent plus de ressources que des immeubles neufs. C’est pourquoi les architectes doivent nous convaincre que leur vision est pertinente, utile et a du sens, nous sensibiliser à la beauté, quitte à nous ‘balader’ un peu à l’occasion pour obtenir ce qu’ils veulent, et à nous relancer si nous nous montrons timorés. Au coeur de la ville, il est très difficile de chercher la bonne réaffectation et l’intégration réussie, mais c’est un défi qui sied aux architectes. D’ailleurs, le talent n’est pas l’apanage des concepteurs: ils le partagent avec les urbanistes et les fonctionnaires. En fait, nos projets sont moins une affaire d’architecture que d’urbanisme: chaque intervention est une tentative pour donner de nouvelles impulsions à un quartier entier, ou le restructurer. Une réaffectation qui apporte une »


DIMENSION

© Studio Dann

UNE VILLE REPORTAGE EN IMAGE

17


UNE REPORTAGE VILLE EN IMAGE

La célèbre Médiacité de Ron Arad, en collaboration avec Jaspers Eyers. Photo: Ville de Liège - Jean-Pierre Ers.

plus-value et un rayonnement esthétique, social ou culturel constitue un moteur adéquat pour y parvenir. C’est grâce à cela que les Liégeois s’approprieront le chantier, ce que nous encourageons d’ailleurs en les invitant à des journées portes ouvertes et autres événements. Nous en faisons ainsi de fiers ambassadeurs, et le Collège m’alloue les budgets nécessaires.»

La ville mise aussi beaucoup sur le sentiment liégeois d’appartenance, par exemple dans sa communication au sujet de l’Expo 2017, l’Exposition universelle sur les énergies du futur, qu’Astana a fini par décrocher. Willy Demeyer: «Il faut une stratégie pour faire bouger les gens et créer une dynamique. Nous y sommes parvenus avec Liège 2017. Grâce à notre candidature et à la communication qui l’a entourée, nous avons pu faire avancer notre projet de tram qui était sur la table de la Région Wallonne depuis longtemps, sachant que la Région est devenue à notre demande le moteur de cette initiative de PPP. Malheureusement, dans un premier temps, les lignes de tram resteront limitées à la ville proprement dite, mais si tout se passe comme je le prévois, elles s’étendront sur quelques kilomètres supplémentaires jusqu’aux communes voisines. Le fait que la ville-centre ne soit pas suffisamment importante pour les projets que nous voulons mener à bien et qui profite à l’ensemble de la population de l’agglomération constitue un obstacle majeur. Le nombre d’habitants actuel, environ 200.000, ne suffit pas. Pour l’instant, nous cherchons à améliorer la coopération pour arriver à un total de 600.000 à 1.000.000 d’habitants; la province peut faire office de liant dans ce cadre. Il faut encore mettre certaines choses à plat, mais en principe, toutes les fédérations politiques sont d’accord et la Région est disposée à nous aider sur une série de projets-pilotes.»

«Liège compte suffisamment de chantiers pour donner une chance à chacun: architectes locaux, belges et internationaux.» loppeurs, c’est même encore plus intéressant car ils n’auront plus de changement de fonction à prendre en compte, à savoir transformer des palais d’exposition en espaces de logement, de travail, commerciaux ou autres. Pour l’instant, deux groupes ont présenté leur candidature. Le premier se compose principalement d’entreprises wallonnes, et propose Christian de Portzamparc comme concepteur. L’autre est plutôt d’origine flamande, et avance Norman Foster et ses partenaires. Deux noms qui confirment d’entrée de jeu la présence d’architectes internationaux de renom à Liège. Normalement, le nom candidat qui pourra réaliser le projet sera connu en mai 2015.» «Pour maintenir le consensus à propos de Liège 2017, nous y avons attaché un projet de suivi sous le nom de Liège Métropole Puissance. Là aussi, nous avons obtenu un consensus entre tous les partis politiques et les diverses instances: la ville, la province, la région, l’université. Les concepts de base sont créatifs, reliés entre eux et ouverts au monde. Nous mettons notamment sur pied un réseau universitaire mondial alimenté par l’université, un forum durable où les connaissances scientifiques sont mises gratuitement à disposition, et un forum scientifique pour les jeunes du monde entier. L’objectif est aussi d’organiser, tous les trois ans, un événement en région liégeoise dont les thèmes seront attachés à l’innovation, à la créativité et à la qualité.»

Le trou dans la caisse des pensions Quels autres grands projets sont encore au programme?

Liège 2017 allait de pair avec le développement du site de Coronmeuse, qui devait accueillir par la suite un quartier écologique intégrant un mix de fonctions. Ce projet est-il encore à l’ordre du jour?

DIMENSION

Willy Demeyer: « Absolument. Nous avons d’emblée décidé que Coronmeuse se ferait, Expo ou pas. Pour les déve-

18

Willy Demeyer: «Dans les starting blocks, nous avons la transformation du musée d’art moderne en CIAC, centre à vocation internationale pour les événements culturels contemporains, d’après un projet de Rudy Ricciotti et du bureau d’architectes liégeois p.HD, ainsi qu’une nouvelle bibliothèque et une nouvelle piscine. Pour améliorer la mobilité, »


UNE REPORTAGE VILLE EN IMAGE

Une impression du nouvel hôpital du CHC à Glain, qui sera baptisé «Clinique de MontLégia». Projet: AAH (Artau, Assar, Hoet en Minne).

nous créons des infrastructures P&R en périphérie, ainsi que deux parkings souterrains dans le centre. C’est nécessaire, car quelque 240.000 véhicules pénètrent dans Liège chaque jour. Nous allons déplacer la Foire Internationale de Liège de Coronmeuse à Bressoux. En divers endroits, notamment à Val-Benoît, nous avons implanté ou modernisé des parcs économiques. Nous poursuivons notre politique de valorisation du centre historique.»

«Je suis demandeur d’une règlementation qui respecte les droits de chacun, mais tout en garantissant une rapidité suffisante.»

DIMENSION

«L’habitat fait l’objet d’une attention soutenue, puisque nous comptons chaque année 1000 habitants supplémentaires. Nous misons sur des projets mixtes à Coronmeuse, Droixhe, Bavière et aux Guillemins. Ce dernier site inclut aussi la création d’une vaste place, d’un pont piétonnier et le réaménagement des quais, pour lequel nous travaillons avec l’architecte paysager français Michel Corajoud. Les lieux plus décentrés, comme Jupille-sur-Meuse où j’habite, offrent de l’espace pour des lotissements plus traditionnels. Dans le centre historique, nous avons déjà racheté, grâce à la politique fédérale des grandes villes, de nombreuses maisons que nous transformons en logements avec commerce ou artisanat au rez-dechaussée, afin de donner une impulsion positive aux propriétaires voisins. Dans la rue Léopold, qui est encore dans les mémoires suite aux explosions de gaz dévastatrices qui s’y sont produites, nous avons exproprié trois immeubles jouxtant les maisons détruites et avons lancé, pour l’ensemble, un marché public portant sur un projet durable à intégrer dans un voisinage à forte dominante hausmannienne. Nous avons des accords avec les développeurs pour la construction de kots étudiants. Seul le pourcentage de logements sociaux est inférieur à l’objectif de 10%, notamment parce que nous avons dû démolir une série de tours d’habitation à Droixhe. Pour retrouver les 10% prévus, il faudra attendre les ressources de la Région.»

20

Le budget nécessaire est-il présent pour les autres projets? Willy Demeyer: «Pour certains, oui; pour d’autres, il y a encore du pain sur la planche. Malheureusement, cette année, nous avons à compter avec un problème financier spécifique, à savoir notre participation à la charge des pensions des fonctionnaires communaux. Dans le passé, nous avons engagé beaucoup de fonctionnaires qui sont aujourd’hui retraités. Comme nous avons, depuis lors, nommé beaucoup moins de fonctionnaires communaux, les montants des cotisations en cours ont diminué et nous avons un trou dans la caisse. Nous devrons donc exploiter encore plus efficacement les ressources disponibles, et éviter de payer deux fois pour le même travail à des niveaux différents. La norme européenne SEC95 nous rogne aussi les ailes, dans la mesure où elle impose de comptabiliser les investissements comme des dépenses sur un seul exercice. On peut comparer cela à l’achat d’une maison pour lequel il faudrait allonger le montant cash en une fois. Mais soyons très clair: je n’ai pas vraiment envie d’augmenter la taxe communale liégeoise, qui est inférieure de 8% à la norme wallonne, d’autant que notre précompte immobilier est déjà relativement élevé.»

Trilogiport Demeyer, qui est aussi le président du port autonome de Liège, ne demande qu’à promouvoir le projet Trilogiport à Hermalle-sous-Argenteau, un site logistique multimodal de 100 hectares avec terminaux pour conteneurs, entrepôts, terrains portuaires, services et espaces verts. Il s’agit d’un investissement estimé à 65 millions d’euros, dont une partie considérable provient de fonds européens. Le privé ajoute près du double, ce qui se traduira par la création de plus de 2000 emplois directs. Mais comme tous les grands projets, Trilogiport doit compter avec les résistances habituelles, qui vont jusqu’à des procédures au niveau du Conseil d’État. «En effet, c’est un cas typique de procédure qui prend beaucoup trop de temps», confirme le bourgmestre. «Nous avons suivi toutes les règles. Nous avons fait preuve de patience. Nous avons bétonné tous les dossiers sur le plan juridique, parlé


UNE VILLE REPORTAGE EN IMAGE

avec le ministre, écouté les gens, tenté de convaincre tout le monde en bons pédagogues, mais j’ai malgré tout perdu l’une ou l’autre chose de vue (ironique), à savoir, le crapaud calamite et la salamandre rayée. Nous avons aussi mis au jour des villages archéologiques. Heureusement, après concertation, nous sommes parvenus à un accord pour déménager tous ces vestiges et les mettre dans un espace réfrigéré, où on pourra les conserver en sécurité et les étudier à l’aise. Malheureusement, tout cela fait que le projet traîne depuis plus de dix ans, alors que la Belgique dans son ensemble, et Liège en particulier, disposent de par leur situation d’atouts logistiques uniques. Nous avons tout: les voies d’eau, un aéroport, une ligne TGV, des autoroutes, le réseau de voies lentes RAVeL, et bientôt un tram... Nous avons des accords avec Anvers, Rotterdam, Dunkerque, des péniches passent sans cesse sur la Meuse. Tous ces éléments nous donnent une opportunité unique de créer de la valeur ajoutée pour la ville. Grâce à l’université, aux clusters et aux autres fers de lance économiques, il y a suffisamment d’emplois qualifiés. Mais la force de Trilogiport est que l’initiative créera de nombreux

emplois non qualifiés. Si le projet n’avait pas pris autant de retard, les pertes d’emplois dans l’industrie sidérurgique pèseraient aujourd’hui beaucoup moins lourd. Heureusement, à présent, tout évolue dans la bonne direction. Nous devons seulement veiller à faire appel à temps aux budgets européens disponibles.»

Tout le monde se plaint des procédures impossibles pour les grands projets. Y a-t-il une amélioration en vue? Willy Demeyer: «Je suis demandeur d’une règlementation qui respecte les droits de chacun, mais tout en garantissant une rapidité suffisante. Le Grand Curtius nous a pris quinze ans: classement, marché public, accessibilité, procédures en appel, etc. Il a fallu déplacer la priorité de l’intérêt individuel à l’intérêt collectif. De toute façon, quand un projet ne se fait pas, l’individu se trouve aussi dans le camp des perdants. Le CoDt - le nouveau code d’aménagement du territoire qui remplacera le CWATUPE, apportera déjà une amélioration. Comme il y a un accord global sur cette législation, espérons qu’elle sera approuvée avant les élections. Le CoDt simplifiera »

Après une rénovation-agrandissement par les architectes Pierre Hebgelinck et Pierre de Wit, l’ancien immeuble de

DIMENSION

la Société Libre de l’Émulation, qui date des années 1930, est devenu le Théâtre de Liège. Photo: François Brix.

21


UNE REPORTAGE VILLE EN IMAGE

Le musée du Grand Curtius est implanté dans quatre palais de la ville rénovés et reliés entre eux par une construction neuve. Architectes: Cabinet p.HD, Jean Marc Huygen et Daniel Dethier & associés. Photo: Ville de Liège - Marc Verpoorten.

les procédures tout en donnant plus d’autonomie aux communes, toujours sous la tutelle de la Région bien entendu. En contrepartie, les communes devront investir dans le savoir. Nous nous sommes déjà livrés à cet exercice. Nos services communaux ont été réorganisés et comptent aujourd’hui beaucoup de collaborateurs jeunes et motivés qui savent comment s’y prendre avec les investisseurs, les dossiers et toutes les parties prenantes. Si un investisseur - en tant que ville ouverte, peu nous importe qu’il s’agisse d’un Wallon, d’un Flamand ou d’un étranger - est bien accueilli et que son dossier est traité de manière rapide et correcte, il reviendra frapper à notre porte demain pour un nouveau projet. Mais il faut pour cela l’adhésion générale, surtout s’il s’agit de grands projets. C’est le seul moyen pour faire avancer les choses. Mais une fois qu’elles sont en mouvement, on peut dormir sur ses deux oreilles.»

Approche pragmatique Comment abordez-vous les problèmes typiques de la ville, comme l’inoccupation spéculative et les marchands de sommeil? Willy Demeyer: «Nous avons créé un service « sécurité et salubrité publique » qui me permet de vérifier l’état des immeubles. En 2011, notre police administrative a dressé environ 850 procès-verbaux. Nous négocions ensuite les mesures à prendre avec les propriétaires. Toujours avec le sourire, mais en gardant une possibilité de sanctionner puisque je signe quelque 50 arrêtés d’insalubrité chaque année. Si nécessaire, nous travaillons main dans la main avec la police judiciaire et nous allons jusqu’à la confiscation des bâtiments, que nous pouvons ensuite rénover et vendre.»

Vous avez choisi l’efficacité.

DIMENSION

Willy Demeyer: «Je suis un pragmatique: sans devoirs, point de droits, et vice versa. J’ai été le seul francophone et le seul

22

socialiste à prôner les amendes administratives communales dès 14 ans. On peut choisir une approche théorique ou bien partir de la pratique. Et sur ce point, je sais de quoi je parle. Je sais ce qui arrive quand on abandonne les jeunes à leur sort. Il faut alors disposer de ressources pour responsabiliser les parents. Je suis le candidat d’un parti, mais le bourgmestre de tout le monde; sans quoi il est impossible d’administrer une ville. Tout le monde doit pouvoir vivre ici (sourire entendu), y compris les riches. Je les taxe amicalement et ils paient volontiers, tant que ce n’est pas excessif. (Il reprend son sérieux) Nous menons une politique humaine et sociale, mais aussi efficace. Nous investissons beaucoup dans notre corps de police, sans tomber dans une démarche autoritariste. C’est pourquoi je m’irrite de voir comment on présente les chiffres de la criminalité liégeoise. Tous les faits constatés sont additionnés et divisés par 200.000, le nombre d’habitants. Pour moi, il faudrait diviser par 500.000, car c’est le nombre de personnes qui circulent chaque jour dans notre ville. Pour l’instant, les chiffres de la criminalité de toute une région sont intégralement imputés à la ville. La ministre de l’Intérieur m’a d’ailleurs donné raison sur ce point au Sénat.» Sénat dont il regrette en passant la quasi-disparition, un lieu où selon lui les sages pouvaient encore, loin des clivages politiques et linguistiques, réfléchir et discuter sereinement de la législation, contrairement au ‘poulailler’ de la Chambre. L’an prochain, il sera candidat aux élections fédérales, car des thèmes comme la police, la justice et l’armée lui tiennent à coeur. Il souligne que les questions régionales sont déjà suffisamment présentes dans sa ville. «Le fait que la Wallonie se concentre aujourd’hui beaucoup plus sur les villes, plutôt que sur les des communes comme elle le faisait jadis, est une évolution positive. Avec Paul Furlan, nous avons un ministre explicitement compétent pour la ville. De très nombreuses villes ont aussi des bourgmestres forts: Charleroi, Namur, Mons, La Louvière.»


ACO. The future of drainage. Des solutions totales pour une gestion efficace de l’eau

[COLLECT]

[CLEAN]

[HOLD] [RELEASE]

Partout dans le monde, les solutions totales du groupe allemand ACO assurent une gestion optimale de l’eau. Depuis les premières gouttes qui tombent en surface jusqu’au plus gros débit calculé, l’eau est recueillie de manière contrôlée et envoyée dans la direction souhaitée. L’eau de pluie est-elle polluée ou s’agit-il d’eaux de traitement? L’eau est alors débarrassée des graisses, des huiles ou des boues qu’elle contient parce l’environnement nous est précieux. L’eau est stockée dans des bassins-tampons ou des bassins d’infiltration pour lutter contre les inondations dans les zones situées à un niveau inférieur. Enfin, l’eau est acheminée dans le sous-sol vers le réseau d’égouts, une rivière ou un bassin d’attente naturel.

s.a. ACO Passavant, Preenakker 8, 1785 Merchtem, Tél. 052 38 17 70, Fax. 052 38 17 71, www.aco.be, info@aco.be

TECH

Wood Building Solutions

MATÉRIAUX ET CONSEILS POUR LA CONSTRUCTION BOIS DURABLE

PANNEAUX DE CONTREVENTEMENT

POUTRES STRUCTURELLES

ISOLATION OUATE DE CELLULOSE

ISOLATION FIBRES DE BOIS

Si vous souhaitez obtenir plus d’informations, de conseils ou des échantillons: Tél.: +32 (0)56 66 70 21 • mail: sales@spanotech.be

www.spanotech.be


SPECIALISTE REPORTAGE

La parole au spécialiste

Mon Maître d’ouvrage me met en demeure. Et maintenant? Quand en tant qu’architecte, vous avez conclu une convention d’architecte avec le maître d’ouvrage, vous partez en général du principe que vous pourrez réaliser la mission sans problème et que le maître d’ouvrage ne pourra rien vous reprocher. Si des différents sont alors déjà prévisibles, ils seront probablement en rapport avec le paiement des honoraires de l’architecte. Malheureusement, dans la pratique il arrive de plus en plus souvent, que le maitre d’ouvrage estime, à tort ou à raison, que l’architecte n’effectue pas bien ses tâches de sorte que le maitre d’ouvrage affirme connaitre des dommages. Indépendamment de la possibilité pour le maître d’ouvrage de téléphoner souvent à l’architecte et de le mitrailler de reproches en tous genres lors de la réunion de chantier, le maitre d’ouvrage peut aussi passer à l’envoi d’une mise en demeure à l’architecte. Une mise en demeure peut être décrite comme l’expression claire et évidente de la volonté du créancier (ici le maitre d’ouvrage), de voir le débiteur (ici l’architecte) exécuter ses engagements. Il s’agit en général d’une sommation formelle visant au respect des prestations contractuelles. A côté de la dénonciation de la carence de la partie contractante, la mise en demeure contient aussi un avertissement vis à vis de la partie en défaut. De cette manière, la partie en défaut est informée des sanctions qui peuvent éventuellement être prises si elle ne se met pas en règle. Dans le cadre d’un contrat d’architectes, on peut penser pour ce type de sanction à la résiliation du contrat d’architecte au préjudice de l’architecte ou à une requête devant le tribunal en paiement de dédommagement. Egalement quand le maitre d’ouvrage veut appliquer une clause contractuelle qui prévoit une sanction en cas de non-prestation contractuelle de l’architecte, une mise en demeure est exigée. On peut penser à une clause du contrat dans laquelle est mentionnée que l’architecte est redevable d’un dédommagement quand il ne respecte pas les délais convenus pour la livraison des documents.

Sanction

DIMENSION

En principe, une mise en demeure préalable est par conséquent exigée avant de pouvoir passer à une sanction. Aus-

24

si longtemps qu’aucune mise en demeure n’est envoyée, les parties contractantes sont, en principe, estimées être en règle, ne peuvent être obligées d’exécuter leurs obligations et ne peuvent être ainsi simplement sanctionnées; Il existe cependant quelques exceptions à cette règle générale. Ainsi la loi peut prescrire que dans certains cas, aucune mise en demeure n’est nécessaire. De plus, dans leur contrat, les parties peuvent déroger à l’exigence d’une mise en demeure préalable. Un exemple très courant est la clause qui prévoit qu’une amende est prévue de droit pour exécution tardive et sans mise en demeure préalable. Ceci a pour conséquence que l’amende de retard peut être automatiquement appliquée simplement par le dépassement du délai d’exécution prévu. Pour conclure, il est admis qu’une mise en demeure n’est pas exigée quand celle-ci est devenue inutile. On peut penser dans ce cas, à la situation dans laquelle une des parties contractantes a déjà elle-même fait savoir qu’elle ne donnerait pas suite à ses obligations contractuelles. C’est aussi le cas quand une partie contractante a commis une telle faute que la nécessaire confiance entre les parties, pour permettre la conservation du lien contractuel est perdue. Contrairement à ce que l’on pense parfois, les mises en demeure ne sont pas liées à des conditions de forme particulières. Du contenu de la pièce, il doit ressortir de manière évidente qu’une partie contractante a fait appel à l’exécution d’un engagement par l’autre partie. Il n’est pas exigé d’utiliser certains titres ou termes. Cependant la mise en demeure doit être effectuée par écrit. Pour cela il est important que la


mise en demeure soit envoyée de préférence par recommandé, pour que par la suite, il n’y ait pas de discussion sur la réception de la mise en demeure. Au moyen du récépissé de l’envoi recommandé, l’expéditeur peut démontrer par la suite qu’il a effectivement envoyé sa lettre. Le fait que le maitre d’ouvrage mette l’architecte en demeure, indique que l’on attend quelque chose de l’architecte ou que certaines erreurs lui sont reprochées. L’architecte qui reçoit une mise en demeure, doit savoir que ceci est peut-être un signe avant-coureur d’autres actions ultérieures vis à vis de lui. L’architecte ne peut nier une mise en demeure qui lui est adressée. Bien que l’architecte ne soit pas un commerçant et que la présomption d’acceptation, en cas d’absence de protestation ne puisse à proprement parler, être invoquée contre lui, il existe cependant le risque que le silence de l’architecte soit interprété comme la reconnaissance de sa responsabilité. L’architecte, en tant que professionnel ne peut pas être mis sur le même pied qu’un simple particulier. L’architecte doit donc vérifier soigneusement le contenu de la mise en demeure et ensuite formuler sa réponse. Si l’architecte estime que les prétentions du maitre d’ouvrage sont inexactes, il doit les réfuter de manière motivée. La seule réponse très générale que le contenu de la mise en demeure a été protesté, ne suffit pas dans ce cas. Si la mise en demeure contient des prétentions justifiées du maitre d’ouvrage, l’architecte fait bien, de se mettre aussi rapidement que possible en ordre pour éviter des dommages supplémentaires.

NOUVELLE

GÉNÉRATION DE FENÊTRES POUR TOITS PLATS

Si l’architecte est interpellé sur des dommages, qui selon le maitre d’ouvrage sont apparus suite à des prestations mal exécutées par l’architecte (par ex. un concept erroné ou l’absence de contrôle), alors une prise de contact avec l’assureur est à envisager. Puisqu’il existe dès lors la possibilité que l’assureur soit obligé de dédommager les dégâts, l’architecte ne peut se contenter de répondre au maitre d’ouvrage qu’il est effectivement responsable de ce qui a mal tourné et reconnaitre sa responsabilité. De cette manière, les intérêts de l’assureur sont complètement minés et ce dernier aura du mal à argumenter que l’architecte n’a pas commis d’erreur. Par conséquent, une concertation avec l’assureur est absolument nécessaire.

ILLUMINEZ VOTRE INTÉRIEUR Lore Derdeyn Joris Wouters GSJ Avocats

U=0,76 W/m²K Peut être livré sur mesure, parfait donc pour la rénovation de vieilles coupoles.

Tout en éclairant les pièces de lumière naturelle, les fenêtres pour toits plats de FAKRO permettent aussi de les ventiler et conjuguent une haute fonctionnalité avec une excellente performance thermo-isolante. www.fakro.be


REPORTAGE

Inauguration du nouveau palais de justicei

DIMENSION

© Marc Scheepers

La justice plante un arbre à Hasselt

26


REPORTAGE

Le nouveau Palais de Justice de Hasselt vient tout juste d’être inauguré officiellement; il s’agit d’un projet métaphorique de l’association provisoire TWINS, alias les bureaux d’architectes locaux Lens°Ass architectes et a2o architectes, ainsi que le Berlinois J. MAYER H. Architects. Ils ont remporté en 2005 le concours portant sur la création d’un repère architectural à côté de la gare, à quelques pas du centre. Il s’inscrivait aussi dans le master plan de West 8 qui transformait les environs de la gare en nouvel espace urbain proposant un parc, des immeubles publics, des bureaux, des hôtels et des immeubles d’habitation. Le palais de justice amorphe composé de deux volumes organiques est l’une des deux tours que compte le site.

©Reynders Bouw & Interieur.

Le projet de TWINS est une référence au noisetier, l’arbre qui représente la sagesse dans la mythologie, et dont le bâton est considéré comme un signe d’autorité. C’est sous les noisetiers que la justice se rendait jadis, de sorte que l’arbre véhicule aussi le concept de communauté. Une référence parallèle est celle des armes de la ville de Hasselt, qui représentent notamment deux noisetiers. Le nom de la ville serait dérivé du terme germain hasaluth (‘bois de noisetiers’). Le concept, au même titre que le choix des matériaux, relie également l’immeuble aux structures d’acier industrielles et à la période art nouveau. Les formes audacieuses capitalisent en outre sur la soif d’expérimenter optimiste des années 1960-1970, qui explorait non seulement sur les structures et matériaux nouveaux, mais aussi les structures sociales et familiales différentes. Ce palais de Justice donne à Hasselt un nouveau repère à part entière. De par son emplacement à côté de la gare et tout près du centre, on peut dire qu’il a véritablement trouvé sa place. L’aspect de l’ensemble est surtout marqué par les tours et la structure spécifique de la façade partiellement double. Celle-ci combine une couche intérieure composée uniquement de verre, et une couche extérieure de verre et plaques d’aluminium perforé, fixée sur une structure de poutres et de colonnes en bois lamellé. Elle évoque l’image de branches, tandis que le schéma des plaques d’aluminium ainsi que le jeu de la transparence et de la réflexion forment une imitation abstraite des branches. L’implantation et les perforations des plaques d’aluminium permettent à la façade sud de bénéficier d’un ensoleillement maximal. Les passerelles reliant les deux couches de la façade facilitent l’entretien. Contrairement à la partie générale des travaux, qui est passée par le processus d’adjudication habituel, la structure complexe de la façade a été réalisée en équipe par les concepteurs, l’entrepreneur et divers conseillers.

Ce sont surtout les tours et la structure spécifique de la façade qui dé-

© Philippe van Gelooven

terminent son aspect.

La double façade a une couche intérieure composée uniquement de

Partage des fonctions

verre, et une couche extérieure de verre et plaques d’aluminium per-

»

foré, fixée sur une structure de poutres et de colonnes en bois lamellé. DIMENSION

Le découplage formel entre le bâtiment principal horizontal et le volume vertical de la tour se prolonge dans l’organisa-

27


© Philippe van Gelooven

REPORTAGE

On trouve partout des doubles portes et fenêtres, ainsi que des plafons

© Philippe van Gelooven

perforés à isolation absorbante.

Dans la plupart des salles d’audience, il n’y a même pas besoin de sonorisation grâce à l’utilisation intelligente de panneaux de tissu.

Les services administratifs se trouvent dans les douze étages de la tour. Depuis le restaurant panoramique du dernier étage, les membres du personnel peuvent profiter de la vue sur la ville et ses environs tout en prenant leur déjeuner. En sous-sol, le complexe compte près de 30.000 m² d’archives ainsi qu’un parking public dont une partie est réservée aux services de la justice. Conçu initialement comme un immeuble de bureaux multifonctionnels, le bâtiment héberge désormais l’ensemble de ces services. Auparavant, ils étaient disséminés entre plusieurs bâtiments qui ne présentaient pas toujours la même facilité d’accès. La construction a démarré fin 2008 et près DIMENSION

© Philippe van Gelooven

tion intérieure. Le socle, qui fait le lien avec le parc, compte six étages. Ils abritent des bureaux, des salles d’audience, des cellules, un poste de police et un local de vidéoconférence, de manière à ce que la Cour d’Appel d’Anvers puisse également siéger en ces lieux. Au rez-de-chaussée, les services juridiques partagent la bibliothèque accessible séparément avec la faculté de droit de l’Université de Hasselt. Cette dernière peut aussi utiliser une série de locaux pour des cours, des conférences ou autres activités.

28

de trois ans plus tard, à l’automne 2011, elle a été mise à la disposition du SPF Justice qui loue l’édifice pour 36 ans. A l’époque, les finitions intérieures n’étaient pas entièrement terminées; elles n’ont été livrées que plus tard, ce qui a reporté le déménagement au deuxième semestre 2012. La bibliothèque, enfin, est entrée en service cette année. La métaphore de l’arbre se prolonge à l’intérieur. Les espaces publics sont garnis de tables dont la forme évoque des branches, et le bureau de la réception reprend lui aussi ce même style. Le vinyle qui recouvre le sol, et qui a été spécialement créé pour ce projet, s’inspire d’un feuillage aux tons bruns caractéristiques. Derrière l’accueil, on trouve l’image agrandie cent fois d’une feuille de noisetier. Les espaces publics sont séparés des locaux à accès restreint par une zone de transition peinte en orange, dans lesquels se trouvent les installations techniques, les sanitaires, les escaliers et les ascenseurs.

Un immeuble performant Le nouveau palais de justice est très performant sur le plan thermique et acoustique. La double façade garantit un bon confort thermique sans impacter la transparence ni nuire à l’éclairage naturel. Par ailleurs, de nombreux éléments contribuent à une très bonne performance énergétique: isolation thermique poussée à K34, utilisation d’une chaudière à condensation, d’un plafond climatique pour la climatisation et le chauffage, pose d’un drycooler pour refroidissement passif en demi-saison, pare-soleil automatiques, chauffe-eau solaire et éclairage commandé en fonction de la lumière naturelle et au moyen de détecteurs de présence. Du côté acoustique, rien à redire non plus. On trouve partout des doubles portes et fenêtres, ainsi que des plafonds perforés à isolation absorbante. Dans la plupart des salles d’audience, il n’y a même pas besoin d’amplification sonore grâce à l’utilisation intelligente de panneaux en tissu. Enfin, grâce à son implantation à proximité de la gare, l’immeuble contribue à limiter les embarras de trafic et à améliorer la mobilité.


« Eclairage LED durable, peu énergivore et innovant » •

Le rapport lumen/watt le plus élevé

DALI (commande bidirectionnelle)

Non-éblouissant (faible UGR)

5 ans de garantie

Résistant à l’humidité/poussière (IP66)

Résistant aux chocs/coups (IK 10+)

Très rapide à installer

Résistant aux très basses températures

Câblage intégrée

Graduation linéairement www.technospecials.be

BB-Ledlightpipes, un nouveau système d’éclairage

LED pour les constructions souterraines telles que des parkings, tunnels piétonniers et routiers, stations de métro et gares,....

Cet éclairage LED sans entretien est extrêmement économique à l’usage. BB-Ledlightpipes sont garanties pour une durée de plus de 100.000 heures de fonctionne-

ment, particulièrement durable et certifié cradle to cradle.


More than a rock. It’s acoustic comfort. Bruits de la rue, avions, systèmes de ventilation, musique, conversations, des portes qui s’ouvrent et qui se ferment. Parfois, nous enregistrons tous ces bruits inconsciemment, mais ils nous influencent tout de même. Grâce à leur structure ouverte les produits ROCKWOOL absorbent les ondes sonores, ce qui crée un environnement de vie et de travail confortable. www.rockwool.be


DOSSIER

Coûts de construction: la partie visible et son iceberg

l’IMP Zonneken - Conception: ABSCIS architecten

De plus en plus, les autorités, les investisseurs immobiliers et les constructeurs privés professionnels et non professionnels ne regardent plus uniquement les coûts de la conception initiale et de la construction dans la planification de leurs projets. Aujourd’hui, ils prennent également en considération dans leur approche financière les coûts liés au bâtiment qui apparaîtront tout au long de sa vie. Cela concerne en particulier les coûts d’exploitation, d’entretien et de réparation ainsi que la valeur résiduelle éventuelle.

Coût total de possession Une LCC ou ACL (Analyse du Coût de Longévité) est basée sur trois éléments essentiels, à savoir le coût de possession, la période durant laquelle ces frais sont considérés et le taux d’actualisation convertissant les coûts futurs à la valeur actuelle. Comme déjà indiqué, les coûts à venir sont pris en compte à côté du coût initial lié à la construction. Il s’agit de coûts uniques (par exemple, le remplacement d’une installation) ou de coûts récurrents (utilisation et entretien). En outre, la valeur résiduelle ou les coûts à la fin de la durée de vie (par exemple, les frais de démolition) font partie du calcul. Habituellement, on se limite aux coûts relatifs à la construc-

tion. Pour les bureaux, les écoles ou les bâtiments administratifs, les équipements de bureau, par exemple, n’entrent pas en ligne de compte. Toutefois, un coût qui, à première vue ne doit pas être considéré peut cependant avoir son importance. Dans le cas des bâtiments scolaires, par exemple, parmi les alternatives peut figurer une proposition exigeant l’emploi de personnel supplémentaire pour permettre l’accès aux infrastructures en dehors des heures de cours. C’est le cas avec le Vlaamse PPS Scholenbouw (construction scolaire flamande PPP) où l’entrepreneur doit fournir un certain service et donc l’obligation de prévoir une permanence. Cela coûte de l’argent que l’entrepreneur doit donc inclure dans son calcul. La période est une seconde donnée de base. La durée de vie est-elle de 20, 30, 40 ans ou plus? Les coûts prévus au cours de cette période sont enregistrés. Tous ces coûts futurs sont ensuite convertis à leur valeur actuelle en utilisant le taux d’actualisation. Pour les entreprises privées, celui-ci est supérieur à l’intérêt d’un investissement à long terme sans risque, par exemple, les taux des banques centrales ou le fort intérêt des obligations d’État. La différence dépend de la branche. La conversion peut être effectuée sur base du taux d’actualisation réel (hors inflation) ou nominal (inflation comprise). La somme de tous les coûts convertis aujourd’hui forme la valeur constante nette ou actuelle (net present value, NPV). Le résultat d’une ACL est un aperçu des coûts budgétaires annuels de la période d’analyse. Le rapport peut également » DIMENSION

Pour répertorier tous ces coûts, on utilise le life cycle costing (LCC également appelé Life Cycle Cost Analyse). Cette technique d’évaluation économique permet de confronter des solutions alternatives pour la conversion d’un programme d’exigences spécifiques à un immeuble dans le respect des conditions préalables. Une condition est évidemment qu’il s’agisse de solutions possibles et clairement définies. Ainsi, vous pouvez éviter notamment que le choix se porte sur une solution d’un coût initial inférieur mais qui se révèle beaucoup plus coûteuse lors du décompte final en raison des coûts élevés au cours du cycle de vie. Une analyse LCC est également appropriée pour déterminer si des dépenses supplémentaires pour une installation ou une solution particulière se récupèrent rapidement de par leur existence même.

31


DOSSIER

comprendre, par exemple une description de l’alternative choisie avec une ACL détaillée, l’argumentation de ce choix avec un aperçu de la comparaison ACL entre différentes solutions alternatives, une explication des hypothèses faites relatives à la méthode ACL appliquée, une indication de la conception et un plan d’implantation.

Il ne s’agit pas d’une science exacte Une ACL n’est pas une solution miracle. Dans le choix final, d’autres paramètres jouent également un rôle. Le budget disponible, bien sûr, mais aussi la fonctionnalité et la flexibilité de la construction, les risques potentiels, l’impact possible sur l’environnement etc. L’Analyse du Coût de Longévité n’est pas une science exacte. Chaque méthode sélectionnée comporte certaines hypothèses relatives à l’essence du projet. Associées à un certain facteur d’incertitude, elles doivent donc être explicitement claires. Pensez à la durée de vie considérée, la façon dont le maître d’ouvrage envisage d’utiliser le bâtiment, le taux d’actualisation... Evaluer correctement l’entretien et les remplacements et verser dans un calendrier réaliste n’est pas simple sans parler de réparations imprévues en raison de dommages ou de pannes. «Pour l’évaluation de l’entretien et des remplacements, il existe peu de points sur lesquels se reposer,» reconnaît Jeroen Vrijders, chef de projet au labo développement durable au CSTC. «Vous avez le Guide de l’entretien pour les bâtiments durables de la CSTC, un guide assez complet comprenant de bonnes descriptions pour les propriétaires. Cependant, il n’aborde pas la durée de vie ou les intervalles

d’entretien plus longs. Le guide permet aux entrepreneurs de répertorier l’entretien de «routine» nécessaire et d’en évaluer le coût sur cette base. Le Life Cycle Guidelines for Materials and Building Systems for Florida’s Public Educational Facilities de l’Université de Floride (http://www.fldoe.org/edfacil/ pdf/lccgmbsfpef.pdf) est l’un des rares documents qui, pour la construction d’écoles, permet de comparer les matériaux les uns aux autres en tenant compte de différents critères: les coûts initiaux, les coûts du cycle de vie, la performance acoustique, l’impact environnemental... Il faut agir prudemment avec les allégations des fabricants. En ce qui concerne les revêtements de sols, par exemple, il existe plusieurs études qui livrent des résultats variables, dus ou non aux conditions qui ont été prises en considération. Mais, en général, les fabricants eux-mêmes se limitent à la responsabilité décennale, sauf exceptions proverbiales ». Par exemple, Tarkett dispose d’un outil ALC sur base duquel le fabricant donne des conseils pour le calcul de certains régimes d’entretien. Certains fabricants de membranes de toiture jouent sur la durée de vie de leur produit pour se démarquer des produits plus traditionnels (par exemple, le roofing). Mais si vous lisez les petits caractères, vous voyez que la garantie concerne uniquement le produit, pas les coutures.

L’impact sur l’environnement gagne en importance Une autre limitation de la ALC est qu’elle ne s’occupe que de la seule rentabilité et n’inclut donc pas les éléments importants tels que la facilité d’utilisation et les coûts environnementaux externes, par exemple, l’impact sur l’environnement (effet de »

DIMENSION

Le deuxième projet-pilote, à savoir l’IMP Zonneken, l’enseignement secondaire spécialisé Baken et l’internat Zonneken

32

à Saint-Nicolas cadrent dans l’initiative DBFM flamande des « écoles de demain ». Conception: ABSCIS architecten.


DOSSIER

Ce concept « De Doening  » à Vilvorde cadre dans l’initiative DBFM flamande des « écoles de demain ». Conception: association d’architectes BRUT + BO + HOEBA.

Entretien «Les coûts liés aux bâtiments peuvent être comparés à un iceberg », dit-il. « La partie émergée constitue les coûts initiaux de construction. Le reste, l’exploitation, l’entretien et l’énergie, peut atteindre jusqu’à 75 % de l’éventail du coût total ». Les contrats d’entretien sont généralement des engagements de moyens. Il y est précisé ce que l’entretien comprend exactement (CVC, électricité, sanitaire, cuisine, gestion de bâtiments, ascenseurs. La peinture, le nettoyage et l’entretien des bâtiments ne figurent généralement pas dans les conventions d’Ingenium). Les attentes du client sont converties en service level agreements: fréquence de l’entretien, température minimale / maximale, vitesse d’intervention... « Pour ces dernières, nous ne travaillons habituellement plus avec des composants comme c’était le cas auparavant mais avec des niveaux d’importance avec, à l’avant-plan, la sécurité et la sûreté de l’entreprise, et, en second plan, la redondance et ensuite le reste. » Une autre option est le cahier de performances. Dans ce cas, certains domaines sont précisés dans une sorte de balanced scorecard pour laquelle on définit ensuite les indicateurs de prestation (Key Performance Indicators - KPI). « L’idée est qu’un cahier de performances est rédigé de telle sorte qu’il ne soit réalisable qu’avec un bon entretien. L’avantage pour l’entreprise de maintenance est qu’elle peut contribuer à penser au contenu et est même responsable de l’organisation. Le client peut compter sur des installations bien entretenues, un grand confort et la satisfaction des utilisateurs. Habituellement, une vérification périodique est associée à ces contrats pour assurer un bon état et éviter que certains risques ne surviennent. Les contrats de performances facilitent aussi la possibilité d’associer un bonus aux prestations énergétiques, procédé de plus en plus souvent partie intégrante du contrat de maintenance. Si le client consomme moins d’énergie que prévu, il se crée un bonus au profit de la firme d’entretien ». »

DIMENSION

« Pour les installations techniques des bâtiments, l’entretien est une matière relativement bien connue », explique Jeroen Vrijders (CSTC). «Outre les acteurs majeurs du marché de la maintenance qui se chargent à la fois de l’installation et de la gestion, les propriétaires peuvent également s’adresser à nombre de bureaux d’études. En ce qui concerne les installations, il existe aussi un certain nombre de normes comportant des informations sur la durée de vie type et le pourcentage des coûts de maintenance. En revanche, pour l’entretien architectonique, les données disponibles sont limitées. Vous pouvez en trouver, parmi d’autres, auprès d’une société commerciale néerlandaise (BIM Media – http://www.bouwkosten. nl/ et sites connexes, ndlr) mais ces données ne sont pas complètes, pas toujours convaincantes et pas forcément extrapolables à la situation belge. Les chemins de fer français ont un manuel reprenant les pourcentages et les fréquences de maintenance mais leurs exigences sont très élevées. L’Institut royal britannique Chartered Surveyors possède également un site reprenant des informations pour différents types de bâtiments (http://www.rics.org/be/knowledge/bcis/, ndlr). Dans notre pays, le thème de l’entretien est suivi de manière beaucoup moins intense et, par le passé, des données intéressantes n’ont pas été systématiquement conservées pour pouvoir en tirer des leçons. Peu à peu, une évaluation de l’état des bâtiments existants et de leurs équipements se révèle importante afin de pouvoir en adapter l’entretien. Les Pays-Bas ont mis en place une norme à cet effet, la NEN 2767. Celle-ci spécifie l’état de chaque élément de construction au moyen d’une inspection visuelle. « Un certain nombre de gestionnaires de patrimoine belges, comme la ville d’Anvers, appliquent cette méthodologie. L’ingénieur Geert Verhelst est à la tête du département Commissioning du bureau d’ingénieurs interdisciplinaire Ingenium. Celui-ci gère également la maintenance technique.

33


DOSSIER

Quelques conseils

« De Doening » à Vilvorde

serre, pollution, santé). Cependant, ces éléments ont de plus en plus d’influence sur le CCV (Coût du Cycle de Vie) compte tenu de la sensibilité croissante des utilisateurs à la durabilité des bâtiments et en raison de l’évolution rapide de la législation. C’est pourquoi, nous cherchons des moyens de mesurer l’impact sur l’environnement, par exemple, grâce à des paramètres quantifiables pour l’acidification, l’eutrophisation ou l’occupation des sols. Ces paramètres doivent également être ensuite transformés sous forme de coût comme cela se fait avec d’autres directives européennes pour les voitures moins polluantes, par exemple. Bien sûr, cela ne rend pas l’exercice plus facile. Les frais supplémentaires éventuels doivent être considérés au vu des risques financiers (inoccupation, valeur résiduelle inférieure) et les effets de remboursement influencent parfois moins parce que les avantages sont principalement environnementaux. La pensée est pleinement engagée dans chaque cas. C’est ainsi qu’au sein de l’organisation internationale sans but lucratif SETAC (Society of Environmental Toxicology and Chemistry, www.setac.org ), un groupe de travail a déjà étudié comment une analyse «traditionnelle» ACL peut se dérouler parallèlement à une analyse d’impact environnemental (life cycle assessment - LCA) afin d’obtenir une ACL «écologique». On examina également dans quelle mesure ces études parallèles pouvaient être menées avec le même logiciel. Rédaction: Staf Bellens

DIMENSION

Geert Verhelst, Ingenium. Jeroen Vrijders, CSTC.

34

Jeroen Vrijders: «Le bon sens reste le meilleur guide. Dans notre société dynamique, il est plus que probable qu’un bâtiment scolaire et ses environs subissent à l’avenir des changements réguliers. Essayez déjà de tenir compte à l’avance d’un certain nombre de scénarios. Dans une école avec étage, il est réaliste que de temps en temps quelqu’un doive monter sur le toit pour aller chercher un ballon. Prévoyez donc une passerelle. L’usure du sol est facilitée par la saleté des chaussures amenée à l’intérieur. Placer des tapis à l’entrée limite cette usure. Gardez les installations accessibles car, si un bâtiment comme une école doit être utilisé pendant 50 ans, ces installations seront remplacées au moins une fois durant cette période. » Geert Verhelst: «L’entretien des installations nécessite aussi une bonne accessibilité. Sans elle, l’entretien menace d’en souffrir et la durabilité de diminuer rapidement ». Jeroen Vrijders: « Portez une attention appropriée au choix des matériaux et aux détails. Adaptez-les selon que l’utilisation est intensive ou non. Un choix réfléchi des matériaux de façade, par exemple, peut aider à réduire les risques et les dommages imprévus. Une bonne connaissance des environs et de l’utilisateur sont nécessaires. Ne vous leurrez pas non plus: évaluer les différents critères demeure une tâche difficile. » Geert Verhelst: «Dans la mesure du possible, essayez de normaliser les types de matériaux pour un même bâtiment. Choisissez-les durables et ne nécessitant que peu d’entretien. Examinez aussi le risque d’une attaque éventuelle par des produits tels que l’urine ou le savon désinfectant dans les hôpitaux ou les centres de repos et de soins. Tenez compte du fait que le revêtement de sol doit être en mesure de libérer la chaleur en cas de chauffage par le bas. » Jeroen Vrijders: «S’il existe des exigences strictes en matière d’étanchéité à l’air ou de construction passive, amenez à temps les différentes parties autour de la table et veillez à obtenir de bons accords. Examinez également la possibilité de faire participer l’entrepreneur à certaines décisions de conception puisque celles-ci affecteront ses obligations d’entretien.» Geert Verhelst: «Placez les ambitions suffisamment haut pour que le bâtiment ne soit pas déjà démodé à la livraison. Surveillez le niveau d’ambition en matière de qualité et de durabilité dans toutes les étapes de la conception, de la réalisation, de la durée de vie future et ajustez le cas échéant. Sur une période déterminée, tout bâtiment a une qualité décroissante, un rendement y afférent et une hausse des coûts d’exploitation. Lorsque ces derniers deviennent plus élevés que le rendement, le bâtiment a atteint la fin de sa durée de vie. Avec un bon entretien et des ajustements réguliers des installations, vous pouvez allonger ce processus et améliorer l’earning ability, soit le rendement. Le commissioning et les audits sont des techniques appropriées permettant de détecter les ajustements nécessaires.»


Faites la différence avec

SmartZone !

• Ventiler la pièce où se trouve les occupants grâce au principe révolutionnaire SmartZone • Extraction de l’air pollué commandée de manière intelligente grâce aux détecteurs d’humidité relative et de CO 2 • Réglage automatique et sans erreur du système en 12 minutes de moyenne

jusqu’à

-24 points E

w

! E VO I I

Davantage d’information ? www.renson.be

dimension_HDC_FR_0912_205x132.indd 1

13/03/13 09:47


REPORTAGE

Saint-Gobain Weber Belgium

Chape design pour obtenir l’aspect du béton industriel G-Star RAW a récemment ouvert un nouveau magasin dans la Kapellestraat d’Ostende. L’aspect brut et résistant des produits (il est souvent fait usage de denim «brut») se reflète dans l’aménagement du magasin. La conception de la chape de ciment design de Saint-Gobain Weber Belgique confère l’aspect du béton industriel. La nouvelle boutique G-Star RAW d’Ostende a une surface de 260 m². Frédéric Lambert en est le franchisé: «Tous les magasins sont décorés selon le même concept. Nous travaillons avec des matériaux bruts comme le béton, le bois et le métal dans leur forme originale pour obtenir l’aspect et la perception caractéristiques typiques de G-Star. Le propriétaire de ce nouvel immeuble d’appartements a livré les lieux gros-œuvre fermé. Outre le rez-de-chaussée et le premier étage du nouveau bâtiment d’angle, le rez-de-chaussée d’un immeuble classé adjacent a été intégré au concept. «L’équipe d’architectes d’intérieur G-Star RAW, qui opère depuis son siège d’Amsterdam, s’est chargée de la conception du magasin. En ce qui concerne les couleurs, le gris, le noir et le bleu foncé dominent. Elles sont combinées à des tons plus légers qui forment le contraste. Le franchisé s’est lui-même chargé de la finition des plans. Lambert: «En raison des loyers élevés des immeubles commerciaux de cette rue, la période de rénovation a été effectuée le plus rapidement possible. Celle-ci et l’aménagement de cette boutique ont duré six semaines. »

un béton poli parce qu’il est nécessaire de disposer d’un sol d’une épaisseur minimale de 7 à 8 cm. Nick Florue, Business Development Manager Flooring chez Saint-Gobain Weber Belgique: «Après nettoyage et mise en place des profils de pose, nous avons d’abord coulé un primer acrylique en deux couches parce que la chape n’était pas complètement sèche. Sur cet apprêt, nous avons posé le ‘weber.floor 4650’, un revêtement de sol design de Weber ouvert à la vapeur, en d’autres termes, qui peut être traversé par la vapeur d’eau. Ce produit a été placé sur une épaisseur de quelque 10 mm. Comme bouche-pores, nous avons utilisé le «weber.floor 4792» et comme émulsion, le « weber.floor 4793 » Björn Ceulemans, gérant de la firme Dacatuc de Lierre et installateur accrédité par Saint-Gobain Weber Belgique ajoute: «Du point de vue du travail, l’utilisation du béton polymère est une méthode qui offre plusieurs avantages: elle exige moins de hauteur de pose, le processus de séchage est plus rapide et il n’y a pas formation de poussière. En outre, cette chape «vit» littéralement et l’on obtient l’aspect véritable du béton. Sa résistance à la compression de 30 N / mm ² est supérieure à celle du béton (25 N / mm ²). Quant à sa résistance à la flexion, elle atteint 7 N / mm ². De plus, la surface du sol fini est sans rayure et facile à entretenir. »

Idéal pour la rénovation Le magasin RAW G-Star de Knokke a été pris en charge par Dacatuc. Ici, il s’est toutefois agi d’un projet de rénovation durant lequel le carrelage existant a été traité en commençant par un primer époxy. «Bientôt, nous effectuerons également la rénovation du sol d’un restaurant classique prévue dans notre programme. L’avantage d’un tel designfloor de Weber est qu’il offre une solution de qualité réalisable dans un très court laps de temps », a déclaré Ceulemans.

Système ouvert à la vapeur

DIMENSION

Un look en béton identique caractérise tous les magasins. En pratique, cela n’est pas toujours possible à réaliser avec

36

www.weber-belgium.be www.flooringsolutions.be


Fenêtre pour toit plat VELUX, elle tient vos promesses.

Vous êtes inspiré? Recommandez la fenêtre pour toit plat de VELUX. • Double vitrage de sécurité avec un dôme de protection Valeur U

= 0,72 W/m²K (EN 1873)

• Isolation thermique et acoustique optimales • Design contemporain • Version électrique ventilée

Plus d’infos sur velux.be ISOLATION PARFAITE

©2013 VELUX GROUP ®VELUX, LE LOGO VELUX, CABRIO, INTEGRA, io-homecontrol ET Pick&Click! SONT DES MARQUES DÉPOSÉES ET UTILISÉES SOUS LICENCE PAR LE GROUPE VELUX.

Lumière et isolation sont entre vos mains.

N EW


REPORTAGE

Récemment, les architectes de BLAF ont conçu une habitation zéro énergie demi ouverte à Sint-Amandsberg. Pour les finitions de toiture et de façade de ce bâtiment à ossature bois, le maître d’ouvrage et l’architecte ont choisi un mélange de tuiles en terre cuite d’Eternit ACME et HAWKINS dans une audacieuse combinaison avec le cuivre. «Nous partons d’abord du principe qu’un client choisit KLAF en fonction de notre portefeuille et de notre vision» a déclaré Lieven Nijs des architectes KLAF de Lokeren. «Pour beaucoup de personnes, s’ajoute notre expertise dans la construction passive et le fait que nous sommes très ouverts dans le processus du projet. Ce maître d’ouvrage a tenu à construire une maison passive à partir de considérations écologiques et aussi de la conviction qu’une maison contemporaine ne peut pas négliger les problèmes de notre consommation énergétique. La demande d’intimité familiale a conduit à un plan des pièces».

Préférence pour le bois BLAF Architecten a un penchant pour les ossatures en bois. Bart Vanden Driessche et Lieven Nijs ont effectué voici dix ans un stage chez un architecte pour qui l’ossature bois était déjà alors un choix évident même si, à cette époque, la technologie et l’attention accordée à l’étanchéité à l’air, à l’isolation et à la régulation de la vapeur n’étaient pas encore aussi poussées. Nijs: «Construire en ossature bois est rapide, propre et sec. De plus, nous aimons l’odeur du bois sur le chantier. Dans certaines interprétations du mot « durable », l’ossature bois est encore souvent considérée comme inférieure à celle d’une construction solide. Dans ce contexte, on fait particulièrement référence à la durée de cette dernière. C’est précisément la durée de vie qui nous joue souvent des tours aujourd’hui parce qu’il est difficile et inefficace de transformer le patrimoine «massif» qui est vendu (trop) cher et qui ne peut donc pas être repensé en profondeur. Une ossature bois est également idéale pour les maîtres d’ouvrage qui passent beaucoup de temps et accordent beaucoup d’attention au chantier et qui sont coopératifs. Ce sont dans ces projets que nous obtenons les meilleurs résultats en matière d’isolation et d’étanchéité à l’air. »

Agencement des pièces

DIMENSION

La maison de Sint-Amandsberg se compose de deux étages avec cinq pièces implantées en fonction de l’orientation et la limitation de l’espace de circulation. Au rez-de-chaussée, les trois espaces de vie sont disposés en palier, ce qui permet de

38

Eternit

Combinaison audacieuse de tuiles en terre cuite et de cuivre


créer une perspective en diagonale. «De cette manière, nous avons pu installer une plus grande terrasse orientée au SudOuest et donner à chaque espace de vie sa propre relation avec cette terrasse» a déclaré Nijs.

Le cuivre s’accorde avec la palette de couleurs de la façade Le choix des tuiles en terre cuite d’Eternit a été motivé par les règles urbanistiques qui ont imposé l’utilisation de la brique. Après consultation avec les maîtres d’ouvrage et les autorités de la ville, le choix s’est porté sur les tuiles de façade d’Eternit. Il s’agit d’un mélange de tuile en terre cuite Eternit ACME et Hawkins (16,5 x 26,5). Nijs: «Tant le matériel que le module sont très près de la qualité d’aspect des briques. En ce qui concerne la teinte de la couleur, nous avons choisi le grisbrun et l’orange en concertation avec le maître d’ouvrage. Les textures sont également différentes, allant de lisse à sablée. Le fait que, par ce choix, le toit et la façade pouvaient être finis de la même manière, la délimitation des nœuds de construction fut tout à fait gérable et a permis de procéder de manière sculpturale à la volumétrie. Pour les finitions du revêtement de façade, nous avons voulu nous limiter à une seule matière tant pour les bandes de rives, l’évacuation de l’eau de pluie, l’auvent au-dessus de la terrasse et le cadre des fenêtres. Le cuivre s’accorde parfaitement à la palette de couleurs des tuiles de façade et est très polyvalent. Il procure un rayonnement haut de gamme à la maison et vieillit très joliment », conclut Nijs. www.eternit.be www.blaf.be

DESEO,

BECAUSE WE LIKE TO KEEP THINGS SIMPLE

Deseo roomcontroller brushed nickel

www.basalte.be | info@basalte.be


DOSSIER

Tendances dans l’architecture de soins

De Zande (Beernem) - BURO II & ARCHI+I © Klaas Verdru

Le 3 et 4 juillet dernier, le consortium PRoF organisait à Poperinge deux journées thématiques sur le thème « nouvelles techniques et architecture dans le secteur des soins ». Le PRoF est un groupe de réflexion regroupant utilisateurs, établissements d’enseignement et de savoir, fabricants et architectes du secteur des soins de santé. Ce consortium d’origine belge connaît actuellement une croissance européenne soutenue, qui fera sans doute doubler rapidement ses effectifs actuels de 180 partenaires. Dimensions s’est penché sur les contributions de deux bureaux d’architectes qui font partie des partenaires de PRoF: Serge Lefevere (Boeckx Architecture & Engineering) et l’orateur invité de BURO II & ARCHI+I, Cor Wagenaar (Université de Delft).

DIMENSION

Dans son article, Serge Lefevere s’est penché sur le Lean-led Hospital Design, un thème qui a fait l’objet d’un ouvrage de Nadia Grunden et Charles Hagood (Lean-Led Hospital Design: Creating the Efficient Hospital of the Future) paru l’an dernier. Au États-Unis, pas moins de deux formations spécialisées sont consacrées au concept de Lean Architecture. Cela contraste fortement avec la conviction que l’architecte doit pouvoir tout faire, relève finement Serge Lefevere qui est, comme on le sait, un fervent partisan de la spécialisation dans l’architecture des soins de santé. Le terme ‘lean’ se justifie par l’environnement de production (lean manufacturing, lean production) et est d’office associé au constructeur automobile Toyota. Après la Deuxième Guerre mondiale, celui-ci a dû construire une industrie avec des ressources raréfiées, ce qui l’a amené à mettre au point un processus d’amélioration continue en vue de renforcer la qualité tout en luttant contre le gaspillage, tout en combinant une meilleure performance et un coût moins élevé. Transposé dans le secteur des soins de santé, le ‘lean’ a pour objet d’apporter une valeur ajoutée au client. Cette valeur se définit comme tout ce pour quoi le patient est disposé à payer, par exemple le bon médicament, administré ponctuellement

40

et de manière adéquate, ou un diagnostic exact et un service médical correct. Pour y parvenir, on allie trois composants: les personnes (patients, personnel, direction), les processus et un design efficace notamment de l’immeuble, des facilités, de l’équipement et de la technologie. Tout ce pour quoi le patient n’est pas disposé à payer est du gaspillage et doit être évité au maximum. Il peut même s’agir de soignants qui perdent du temps en manipulations parce que les fax n’ont pas été installés de façon professionnelle.

Éviter le gaspillage Pour Serge Lefevere, la lean architecture implique aussi de tout repenser. Au lieu de construire ce qu’on connaît et de présumer qu’il faut x mètres carrés pour les stocks, le rangement, les laboratoires ou autres, il y a lieu de se demander si ces éléments sont vraiment indispensables. Résultat: il n’est pas difficile de construire à plus petite échelle et de gagner sérieusement en efficacité, comme l’a démontré l’expérience d’un service pilote au Virginia Mason Hospital de Seattle. Elle a permis de réaliser des économies considérables sur la superficie totale (-41%), la quantité de stocks (-53%) et les distances à parcourir (-44%).


DOSSIER

Mais comment s’y prendre? La clé, c’est de se concentrer non pas sur la conception, mais sur le fait de savoir si tel ou tel élément représente une valeur ajoutée pour le patient. Certaines choses sans valeur ajoutée sont parfois indispensables, par exemple suite à ces contraintes législatives. Si ce n’est pas le cas, il s’agit de gaspillage. Dans les soins de santé, ce gaspillage peut être lié à une surproduction (p.ex. trop de recherches), aux stocks (formulaires, médicaments), au transport (des patients, mais aussi des visiteurs), aux déplacements (du personnel), aux temps d’attente (pour les personnes, mais aussi pour le matériel), aux corrections ou aux actions supplémentaires et à la sur- ou sous-exploitation du potentiel humain.

Le plan d’ensemble de l’établissement communautaire pour soins juvéniles adaptés De Zande (Beernem) de BURO II & ARCHI+I, en par-

d’utilisateurs ne formulent leurs attentes sans tenir compte de la vision d’ensemble; à l’inverse, on développe un plan de surface adapté à des processus multidisciplinaires, basés sur le consensus, et à l’épreuve de l’avenir au lieu de dupliquer la manière de travailler actuelle, le diagramme du plan de surface valide le flux de valeur. La standardisation peut être un outil puissant, estime Serge Lefevere. Par exemple, à la Monroe Clinic (Wisconsin), on a pu constater que les chambres standardisées pour les patients étaient plus sûres et permettaient de construire plus petit. Enfin, l’architecte a signalé que les nouveaux hôpitaux aux USA, au Royaume-Uni et ailleurs comptent facilement 50% à 100% de chambres individuelles. Celles-ci bénéficient

De Zande (Beernem) - BURO II & ARCHI+I © Klaas Verdru

tenariat avec Cenergie et Denis Dujardin, impliquait successivement la construction de la première école passive de Flandre, d’une salle omnisport passive, et la rénovation d’une grange à lin iconique. Le soins de santé, est un des dix projets nominés pour le World Architecture Festival (WAF) qui aura lieu du 2 au 4 octobre à Singapour.

L’autre approche Au lieu d’établir une liste fonctionnelle et spatiale d’exigences, on commence par des observations sur le terrain. Quelles sont les données d’entrée, quels sont les processus en jeu et quelles sont les données de sortie? Les diagrammes d’activité donnent une vision spatiale des lignes de foulée. Au lieu de travailler avec des groupes d’utilisateurs, on demande un input d’équipes qui se penchent sur une analyse du flux de valeur. On évite ainsi que des groupes spécifiques

tant à la satisfaction du patient (calme, contrôle de l’environnement) qu’à sa sécurité (infections). Autres avantages: le rétablissement est plus rapide, une chambre particulière se prête mieux au processus post-mortem ou à l’annonce de mauvaises nouvelles. Inconvénients potentiels: isolement en cas de séjour prolongé, prix et absence de choix.

La fin de l’architecture des soins A l’invitation de BURO II & ARCHI+I qui, tout comme Boeckx Architecture & Engineering, participe au PRoF, Cor Wagenaar est venu prendre la parole. Cet historien néerlandais spécialisé dans l’urbanisme et l’architecture hospitalière est attaché à l’Université de Delft. Sa présentation a porté sur un thème » qui pose question: « La fin de l’architecture des soins ». DIMENSION

projet, qui a remporté le Prijs Bouwmeester 2012 dans la catégorie

41


DOSSIER

Le TRIAMANT (Velm, Hesbaye) de BURO II + ARCHI+I voit cohabiter en toute fluidité logement, soins et bien-être. Dans une première phase, le château et ses dépendances ont été rénovées pour accueillir un Grand BURO II & ARCHI+I © Filip Dujardin

Café, 8 chambres réservées au tourisme de soins et quelques unités de logement, avec la construction de 37 unités de séjour de soins, 37 flats, 6 maisons de maître, une vaste gamme de soins et de services

Les soins de santé traversent une crise, a expliqué Wagenaar qui garde le doigt sur le pouls du secteur, et cette crise est liée tant à l’offre qu’à la demande. La première craque aux entournures grâce au développement de la technologie médicale; la seconde présente la même évolution suite aux conséquences du vieillissement de la population. Comment relever ce défi? Pour Wagenaar, deux voies s’ouvrent à nous. Soit on s’efforce d’intervenir sur la demande en jouant sur la prévention et le vieillissement en bonne santé, ou en recherchant une vie et un environnement sains. On peut évoquer le souci d’avoir des villes plus saines. Mais cette approche n’est pas toujours évidente, car s’il est vrai que nous vivons plus longtemps, notre santé se détériore plus vite à cause de notre mode de vie - c’est notamment vrai pour les amateurs de chips et de canapé/télévision. Il faut donc chercher une autre façon de faire, par exemple en créant des zones de soins de santé, des quartiers où les seniors auront leur place et, pourquoi pas, en étudiant les causes du vieillissement dans l’espoir de pouvoir intervenir sur le phénomène. Autre possibilité: aborder la question sous l’angle de la gestion de crise, en passant par l’architecture des soins de santé. C’est clairement là que réside le problème. L’architecture des soins de santé facilite l’interaction entre l’entreprise médicale et le patient, et se caractérise par un déséquilibre fondamental entre l’expertise et l’autorité du personnel médical d’une part, et l’ignorance et l’incertitude du patient de l’autre.

Tendances

DIMENSION

Mais on voit se dessiner plusieurs tendances qui en finissent avec la relégation traditionnelle de l’architecture de soins au rôle de structure de production. Cor Wagenaar énumère quatre de ces tendances. La première est ce qu’il nomme la ‘désinstitutionnalisation’. Diverses initiatives sont prises pour rendre l’hôpital-institution plus agréable à vivre. Aux PaysBas, par exemple, les zorgboulevards (littéralement ‘boulevards de soins’) sont devenus incontournables; ces véritables ‘centres commerciaux’ sont collés comme une enveloppe aguichante sur les établissements de soins, et ils ont l’avantage de générer des profits supplémentaires. En Allemagne, on déplore cette évolution, tout en misant sur le concept des

42

et des infrastructures communes. Au plan d’ensemble s’ajouteront par phases 8 unités normalisées de logement à petite échelle, 41 flats, des salles d’activités et 5 maisons unifamiliales. TRIAMANT Hesbaye a été nominé aux premières IWT Innovatie Awards et au Prijs Vlaams Bouwmeester 2012, dans la catégorie soins de santé.

thermes et du wellness, argument efficace pour renforcer l’attrait des établissements de soins aux yeux du consommateur. La deuxième tendance privilégie une approche plus générique. Dans un hôpital, on trouve aujourd’hui toute une série de fonctions générales dont on peut se demander si elles ont leur raison d’être. Le concept lean, entre autres, examine dans quelle mesure on peut les soustraire de l’activité hospitalière. La troisième tendance est ce que Cor Wagenaar nomme décentralisation. Il admet volontiers que pour l’instant, elle n’est encore qu’un concept théorique, sauf si l’on considère les initiatives d’aval en amont dans lesquelles des associations de médecins créent des partenariats avec une pharmacie, un kinésithérapeute, des infirmières et autres prestataires de soins. La dernière tendance évoquée par Wagenaar est l’evidence based design, qui se fonde sur la nécessité de justifier par des chiffres des éléments comme la satisfaction du patient, les soins et autres éléments. Nous avons besoin de déléguer le pouvoir au patient, et le dossier numérique peut jouer un rôle important dans ce processus, conclut Cor Wagenaar. En permettant au patient de s’approprier le processus de soins, ce dossier contribue à accélérer la transformation de l’architecture de soins. Pour terminer, l’orateur a énuméré les priorités qu’il estime nécessaire d’adopter: la prévention doit avoir priorité, en insistant suffisamment sur la qualité de l’environnement. Si de la gestion de crise est nécessaire, il faut qu’elle se concentre sur le cœur du problème et que l’architecture de soins actuelle en tant que structure de production s’adapte à cette nouvelle donne. C’est la seule manière de restaurer l’équilibre entre l’entreprise médicale et le patient. Rédaction: Colette Demil & Staf Bellens


Mr. President, Pour l’entrepreneur de demain Bulo fête son 50e anniversaire avec inspiration. Nos créateurs ont ainsi imaginé une table pour enfant (évolutive!) baptisée O Mr. President. Un ravissant bureau pour ceux qui feront le monde de demain. Cette série limitée, conçue pour durer, survivra à plusieurs générations, à l’image de tout le mobilier Bulo. Durable, O Mr. President l’est aussi par son respect de l’environnement. Sa tablette est en bois de recyclé de haute qualité.

Découvrez notre vision sur l’avenir du travail et du jeu sur bulo.com. Réservez votre bureau créatif sur omrpresident@bulo.be.

Avant tout O Mr. President est un hymne, un (r)appel au jeu. « Jouez, encore et toujours, quel que soit votre âge! »

399- € TVA inclus

Des meubles pour travailler, durablement conçus et fabriqués à Malines

bulo.com

ftl


REPORTAGE

Recticel Insulation:

Contribution durable au certificat d’excellence BREEAM du Balk van Beel Depuis des années déjà le Vaartkom à Louvain subit une transformation complète. Après des appartements avec vue sur l’eau et un centre culturel, le nouveau quartier ‘Tweewaters’ est né. Toute la zone a été transformée en quartier écologique par Ertzberg, le développeur du projet, qui a réussi à attirer des noms ronflants, dont Xaveer De Geyter et Stéphane Beel. Son ‘Balk’, en cours de construction, est le premier bâtiment sur le continent européen à avoir reçu le certificat BREEAM avec mention ‘excellent’. Recticel Insulation a participé à cette réalisation exceptionnelle.

DIMENSION

Le quartier tout entier est remarquable par son concept écologique radical. Jo Vandebergh, CEO d’Ertzberg: «Nous sommes en train de perdre la bataille contre le changement climatique, il faut donc changer radicalement. Le projet Tweewaters - littéralement ‘deux eaux’ en français -, ce qui est une référence directe à sa situation entre le Vaartkom et un bras de la Dyle - est articulé autour de l’utilisation de l’espace, de l’architecture, de l’énergie, des matériaux, des déchets et de la mobilité... Et tout cela ne peut seulement être accompli qu’avec beaucoup d’imagination et des innovations poussées.» Le concept était si révolutionnaire que Ertzberg a du tout financer sur fonds propres… Les appartements et les espaces commerciaux se sont littéralement arrachés. Comme cerise sur le gâteau, le Balk van Beel a obtenu un score de 87,8% avec mention ‘outstanding’ (‘excellent’) de l’organisation britannique BREEAM. «Nous n’avions pourtant pas in-

44

clus les exigences du BREEAM lors de la conception du Balk. Nous avons été très surpris de réaliser un score si élevé », déclare Vandebergh. Pour la certification BREEAM, le projet a été évalué sur un grand nombre de critères dans neuf catégories comme l’énergie, l’utilisation des matériaux, la gestion des déchets et la santé. Le score ‘outstanding’ est rarement accordé - c’est même la première fois que cela se produit en Europe continentale. Au début de 2013, Ertzberg a reçu le Prix BREEAM International à Londres.

Isolation durable de la toiture Ertzberg s’est associé à des partenaires fiables qui fournissent non seulement des produits de haute qualité, mais accordent également une grande importance à la durabilité et la préservation de l’environnement. Pour l’isolation de toiture, ils décidèrent de faire appel à Recticel Insulation. Les toitures plates du Balk ont été couvertes avec Powerdeck F, un panneau d’isolation avec une âme en TAUfoam by Recticel (une mousse PIR rigide avec une structure cellulaire particulière) et revêtu sur chaque face d’un voile de verre minéralisé. Grâce à leur grande performance, les produits TAUfoam by Recticel n’exigent qu’une épaisseur limitée pour offrir un niveau d’isolation thermique suffisant. De plus, ils sont certifiés Keymark. « Le développement durable fait aussi partie de la philosophie de notre entreprise », explique Herman Raes, Directeur Commercial de Recticel Insulation. « C’est pourquoi, nous recherchons des méthodes pour rendre plus durable chaque phase du cycle de vie de nos produits. Nous avons par exemple un projet en phase de test pour le transport de nos produits par voie fluviale plutôt que par la route. »

Le défi BREEAM L’isolation performante contribue au bon score dans la catégorie ‘énergie et émissions de CO2’ du BREEAM. En outre,


S

Dallmer CeraWALL Wandablaufsystem mit Ablaufschiene Drainage system with drainage-strip

une attention particulière a été accordée à la gestion des déchets sur le chantier: lors des travaux, les flux de déchets ont été séparés et emportés afin de leur donner une nouvelle destination utile. Pour cela, Recticel Insulation a développé une solution en collaboration avec l’entreprise de traitement de déchets van Gansewinkel. L’entrepreneur, Willemen, a fait en sorte que les restes du chantier fassent l’objet d’une collecte sélective dans des conteneurs, ensuite sont retirés par van Gansewinkel et transportés vers un site de retraitement. Làbas, les chutes de découpe des panneaux d’isolation ont été réduites en granulés pour servir comme source d’énergie à une centrale bio vapeur qui les a transformé en électricité.

Ablaufbereich mit Gefälle

Drainage by DesignAblauföffnung

mit Abdeckung

drainage area with fall

The newest generation shower drains Ablaufbereich inlet zone with mit Gefälle

cover plate

drainage area CeraWALLwith P fall

Designed for a smooth transition Drainage system with concealed cover plate

CeraWALL S (displayed below) Elegantly showing a little more: subtle drainage-strip

Une visualisation de jour du Balk van Beel, avec les silos sur la face arrière comme ils ressembleront après les modifications. Recticel Insulation a isolé les toitures plates du Balk van Beel avec l’isolation Powerdeck F.

S Wandablaufsystem mit Ablaufschiene Drainage system with drainage-strip Le déchet le plus ‘pur’ possible « Nos mousses d’isolation ont une très haute valeur calorifique, tout comme leur principal composant: le pétrole », poursuit Raes. « C’est pourquoi, ils doivent être transformés en granulés pour être injectés avec un dosage précis dans le réacteur. » Il est important que le déchet soit le plus ‘pur’ possible: moins il est contaminé par d’autres substances, plus il y aura de possibilités de le retraiter en matériau de haute qualité. On peut ainsi parfois réaliser un upcycling, en transformant par exemple des bouteilles PET en textile polaire. Herman Raes conclut: « Ce genre de sélection poussée n’est pas encore la pratique quotidienne dans le secteur de la construction. Recticel est constamment à la recherche de moyens de production et de transformation durables. Nous avons donc participé avec plaisir à cette aventure. Pour nous le projet s’est très bien déroulé et nous sommes heureux de l’excellent résultat obtenu. C’est la preuve qu’on peut construire de façon plus écologique, s’il y a une bonne coordination entre le fabricant, l’entrepreneur, le transporteur et tous les autres concernés.»

Ablaufbereich mit Gefälle Ablauföffnung mit Abdeckung 12

Ablaufbereich mit Gefälle

Dallmer GmbH + Co. KG

Drainage area drainage area with fall fall with

inlet zonewith with Inlet zone cover plate cover plate

Drainagearea area drainage with withfallfall

www.recticelinsulation.be

www.dallmer.be VigotecAkatherm NV - Schoonmansveld 52, 2870 Puurs - RPR BRUXELLES T.V.A. BE0421.497.662 11-04-2013 PUB-DIMENSION.INDD


Optimalisez votre niveau E en soignant l’étanchéité à l’air ! 1

2

4

5

3

ISOVER dévoile un éventail de solutions efficaces qui montrent comment construire de manière étanche à l’air – et économiser de l’énergie. En combinaison avec une isolation performante, c’est la méthode par excellence pour récolter, de manière relativement simple, un bon paquet de points E. 1. Placer le pare-vapeur hygro-régulant Vario KM Duplex et coller le ruban adhésif Vario KB1 sur les chevauchements 2. Etanchéifier le pourtour à l’aide du mastic de colmatage Vario DoubleFit 3. Pour des raccords étanches à l’air au niveau des fenêtres de toit, des conduites et des passages 4. Vario MultiTape SL qui facilite le collage dans les angles 5. Etanchéifier les coins de portes, fenêtres et plafonds avec Vario TightTec X - TightTec I

Vadémécum pour une construction étanche à l’air Dans une brochure spécialement réalisée à cet effet, ISOVER examine en détail l’étanchéité à l’air, entre les éléments de construction et au niveau des raccords difficiles. ISOVER fournit les accessoires, des conseils et des astuces pour mettre fin aux pertes d’énergie. La gamme Vario propose une solution pour presque tous les scénarios où de l’air peut s’échapper. Et ce ne sont pas les cas de figure qui manquent : raccords entre matériaux et parties de la construction, passages de conduites techniques à travers la couche d’étanchéité à l’air, etc. Pour plus d’infos : www.isover.be

www.isover.be


SPECIALISTE

Piet Delagaye (Istema) et Rita Agneessens (BURO II & Archi+I)

« Faire des choix clairs crée une stabilité des revenus »

Question: Dans quelle mesure vos clients d’aujourd’hui déterminent-ils votre entreprise de demain? N’y regardez pas de trop près: un client qui communique votre nom à un ami ou une connaissance détermine aussi bien votre entreprise de demain que celui qui revient frapper à votre porte chaque année avec quelques nouveaux projets. Vous avez un bilan supérieur à 50%? Sachez donc que vous avez les meilleures opportunités pour que votre bureau résiste à la crise. Si vous arrivez bien en deçà des 50%, il est temps de chercher une meilleure orientation afin que votre avenir soit moins dépendant du mélange incertain du hasard et de la conjoncture. En fait, l’entreprise de services qu’est tout bureau d’architecte obéit à une logique commerciale similaire à celle des comptables, des conseillers juridiques, des bureaux d’ingénieurs, des consultants et même des laveurs de vitres et des entreprises de nettoyage. La clé de la croissance et du succès de toute société de services est une couche de base solide et stable du chiffre d’affaires (le gâteau) garnie d’un certain

nombre de projets totalement nouveaux issus d’une source inattendue (la cerise). Si votre revenu dépend chaque année uniquement des cerises, votre flux de revenus sera trop constitué de bosses et de fosses pour réaliser une croissance stable. Si chaque année, vous devez totalement repartir de zéro pour convaincre de nouveaux clients de vos capacités, vous resterez dans l’incertitude de savoir si vous aurez ou non des revenus et vous continuerez à hésiter à prendre des risques encore plus grands pour étendre le bureau et faire de votre rêve une réalité. Une orientation claire ne contribuera pas seulement à créer plus de sécurité d’emploi: elle permettra que vos clients existants soient votre meilleur canal de vente.

S’orienter n’est pas copier Bien sûr, chaque architecte veut toujours réaliser un projet d’excellence et aucun ne veut la corvée de dessins répétitifs. Pour plus de clarté: une orientation sans ambiguïté ne doit absolument pas signifier que votre travail architectural soit limité à copier des modèles de base. C’est ce que prouvent BURO II & ARCHI + I qui ont fusionné. Ils mettent un point d’honneur à accorder un espace unique à chaque client par une approche holistique. Rita Agneessens, CEO: «Notre offre est très diversifiée. Il ne peut en être autrement quand vous employez 140 personnes mais notre processus est toujours le même: nous plaçons le maître d’ouvrage en position centrale et nous le guidons dans la participation. Chez nous, rien ne se passe en coulisse. Nous essayons même de toujours rechercher avec le client le projet dont il a vraiment besoin.

» DIMENSION

Une entreprise qui fait des choix clairs et opte pour une orientation stratégique nette a la clé d’un avenir résistant à la crise. Ce n’est pas une théorie destinée à des cours de gestion: elle est confirmée par la pratique de BURO II & ARCHI + I, du bureau d’étude Istema ainsi que par notre propre société de conseil en gestion.

47


SPECIALISTE

Souvent, les clients eux-mêmes ont certaines idées brutes initiales pour lesquelles ils vont à la recherche d’un concepteur qui vient le plus vite possible avec des croquis concrets. Nous allons délibérément plus en profondeur et essayons d’abord d’extraire la véritable demande C’est la première étape de chacun de nos projets. Nombre de nos clients le savent et ils continuent à venir parce qu’ils sont conscients de cette valeur ajoutée. D’autres ne reviennent pas chez nous parce qu’ils veulent quelque chose de simple et de rapide et sont dissuadés de nous rejoindre parce que nous ne pouvons pas leur montrer immédiatement une image 3D. Est-ce la raison pour laquelle nous perdons parfois un client? Hélas oui, mais notre approche veille à obtenir des clients satisfaits qui reviennent et nous recommandent, ce qui détermine l’avenir de la société. Nous avons découvert que cette focalisation fonctionne ».

La raison d’un changement de nom La raison pour laquelle BURO II & ARCHI + I ont cherché une orientation claire a été la fusion des deux bureaux d’architectes homographes. Ils voulaient communiquer clairement vers l’extérieur. Cette communication avec le monde extérieur fut également l’occasion pour le bureau d’étude Istema spécialisé dans les techniques de bâtiments de plus de 2 millions d’euros de rechercher une nouvelle orientation stratégique. Piet Delagaye, administrateur délégué explique: «Quelques années après l’acquisition du bureau d’ingénieurs Stockman, nous avons voulu définir une nouvelle orientation stratégique pour l’avenir qui se fonde sur une valeur ajoutée durable. Nous avons ensuite également renouvelé le nom de notre société et notre style propre ».

DIMENSION

Pour Delagaye également, l’orientation pour l’avenir a été trouvée dans sa clientèle composée de maîtres d’ouvrages et d’architectes qui réalisent des projets pour les premiers. «Le donneur d’ordre ne veut pas seulement poser un bâtiment mais il veut s’assurer que celui-ci conservera sa valeur au cours des prochaines années, voire qu’il en prendra. La durabilité d’un bâtiment ou au moins la possibilité qu’il ait de répondre aux nouvelles exigences en termes de pérennité est un facteur essentiel de sa valeur permanente. C’était là le sens de notre bureau: veiller en collaboration avec les architectes à s’assurer que les bâtiments de nos clients obtiennent une valeur ajoutée durable. Ce message a visiblement du succès et nous donne de plus en plus souvent la chance de faire notre compte-rendu auprès des clients et des architectes. Auparavant, ceux-ci voyaient notre service plus comme un coût nécessaire que comme une valeur ajoutée «, a ajouté Delagaye.

48

« Nous voulons donner un espace unique à chaque client. Pour ce faire, toute notre équipe sait que nous devons oser poser des questions depuis le début de la collaboration pour atteindre le cœur de la mission. » Rita Agneessens, Partner, Architect-Urban planner BURO II & ARCHI+I

Les promesses doivent aboutir Communiquer avec de nouveaux clients potentiels est souvent l’occasion d’une réflexion sur l’orientation de l’organisation mais le pouvoir réel d’un tel exercice est ailleurs: les collaborateurs et les clients existants. Autrement dit, cette réflexion ne doit pas rester un exercice théorique mais bien pénétrer dans les moindres fibres de l’organisation et être systématiquement examinée avec les clients. Ce dernier point est la clé de la réussite et bien souvent précisément le chaînon manquant. Mais je vais trop vite. Tout d’abord, penchons-nous sur la façon dont peut naître un exercice de plani-


SPECIALISTE

fication stratégique. Tous les bureaux d’architectes flamands ne sont vraisemblablement pas aussi importants que BURO II & ARCHI + I. Pourtant, nous pouvons tirer des enseignements sur la façon dont ils ont traité la chose. Convaincre les clients par des promesses sur le site internet est une chose. Le vrai travail est de s’assurer que cette promesse se réalise. Agneessens: «Il est important d’impliquer nos collaborateurs dans notre approche en les concernant et en les intégrant dans une solide équipe de projet. Chacune de celles-ci a un directeur expérimenté qui a la responsabilité ultime du projet et peut se reposer sur l’un des partenaires. Chaque projet doit répondre à quatre valeurs essentielles: valeur socio- culturelle, des équipements, économique et technique. Chaque projet est régulièrement vérifié en interne, tant pendant les phases de conception que de mise en œuvre. De la sorte, nous évitons de perdre en cours de route les objectifs visés et le message que nous transmettons. Et, ce message, il est également important de le répéter (à la fois en interne qu’à l’extérieur). Lorsque nous rédigeons des témoignages de clients, nous y incluons le même message. Quand nous organisons des conférences au cours de notre « Open Academy », nous répétons une fois de plus les mêmes messages-clés. « Donner vie à une nouvelle orientation stratégique est un travail de longue haleine, un constat qui apparaît également chez Istema. Même si les collaborateurs sont moins nombreux chez Delagaye, on accorde aussi beaucoup de temps pour mettre l’équipe dans le bain: «Juste avant le lancement de la nouvelle identité, j’ai organisé, au profit du personnel d’encadrement, plusieurs réunions de sensibilisation à la valeur durable des bâtiments. De là, nous leur avons donné l’opportunité de travailler avec leurs coéquipiers pour réfléchir comment ils pourraient donner un contenu concret à cette mission. Ne vous attendez pas à ce que votre équipe puisse réaliser un tel revirement du jour au lendemain. Il s’agit d’un processus de plusieurs mois. Il est crucial de répéter le message. « De cette façon, les deux sociétés ont réussi à créer une différence à court terme.

leur ajoutée pour votre bureau. Pour BURO II & ARCHI + I, la voici: «Vous ai-je offert l’espace unique qui apporte un score élevé aux quatre valeurs du projet? « Chez Istema: « Ai-je donné une valeur ajoutée durable à votre bâtiment? « Et chez nous: « Vous ai-je donné plus d’indications pour réaliser une croissance consolidée de la marge dans les années à venir? « Cette question n’est pas évidente à poser.Il est plus simple de demander «êtes-vous satisfait » mais la réponse est également beaucoup plus informelle. «Avez-vous la valeur ajoutée que je vous ai promise « est beaucoup plus contraignant. Suit alors un moment de grand silence. Je vous assure que lorsque le mot « oui » est prononcé, on se sent particulièrement soulagé. Vous savez alors que vous avez atteint un objectif. En satisfaisant un client, vous avez fait plus que de simplement gagner votre argent. Vous savez l’intérêt que votre client a eu d’être l’un des vôtres, ce dont on est également parfaitement conscient. Et puis, vous savez également qu’il existe une réelle chance qu’il reviendra pour davantage de choses. Et si c’est un non? Dans ce cas, c’est particulièrement instructif. Du moins, si vous osez demander le pourquoi. Après chaque « non », nous avons changé quelque peu notre approche et, de ce fait, nous sommes devenus de plus en plus prompts à tenir notre promesse. »

Affrontez les clients et tirez-en les leçons

Graphique que nous utilisons chez Forte depuis le début de cette année pour suivre la réalisation des promesses faites à nos clients. La grosse ligne rouge suit les objectifs des semestres à venir. La mince ligne rouge est la réalisation qui donne donc le Key Value Indicator (KVI) de notre société. DIMENSION

La clé du succès à moyen terme réside dans la rétroaction des clients et les modifications que vous apportez à l’organisation pour vous assurer que ce retour d’information s’améliore au fil des ans. Certes, cela peut être très contraignant. Moi-même, en tant que consultant en gestion, je me rends trop souvent compte à la fin d’un processus consultatif que je n’ai pas posé cette importante question: «Cher client, vous ai-je donné la valeur ajoutée que je vous avais promise au début de notre collaboration? Notez en quoi consiste cette va-

49


SPECIALISTE INTERVIEW

Pour certains « non », nous avons même proposé de refaire gratuitement une partie de notre travail jusqu’à ce que cela soit bon. Et cela fonctionne. Ceci coûte de l’argent, bien sûr mais vous le récupérez à moyen terme.

La valeur ajoutée du client est mesurable

DIMENSION

Ce moyen terme, vous devez le réaliser si vous voulez que votre bureau résiste à la crise En créant un ancrage solide avec votre clientèle existante par le biais de cette valeur ajoutée, vous pouvez veiller à générer pour votre bureau une sérieuse couche de base stable en matière de revenus. Il existe même une méthode pour suivre et mesurer la couche de base. C’est surtout dans les organisations comprenant plus qu’une poignée de collaborateurs qu’il peut être utile d’en faire une des premières priorités pour entretenir la fidélité des clients et en rendre compte à tout le monde par des liens internes et non pas uniquement à ceux qui sont impliqués dans un projet particulier. Nous avons appelé Key Value Indicator ou KVI le paramètre destiné à suivre cette réalisation de la valeur ajoutée et ce, par analogie avec les Key Value Indicator ou KVI qui sont introduits pour mesurer la performance interne suivie dans de nombreuses entreprises industrielles. La grande différence avec les KVI est que le KPI ne peut être mesuré à l’intérieur de ses propres murs mais suit précisément si vos clients ont effectivement constaté la valeur ajoutée que vous leur aviez promise. La façon la plus simple de mesurer cette perception est de cocher. Tirez un trait devant chaque client qui confirme votre promesse de valeur. Placez le chiffre d’affaires ou la marge brute de ce client ou de ce projet sur une liste de «ventes stratégiques» ou «chiffre d’affaires ancré». Le résultat est, espérons-le, un graphique KVI ascendant et une

50

« Si vous voulez concrétiser la promesse de valeur durable, vous devez prendre le temps de sensibiliser tous les collaborateurs à l’orientation de l’organisation afin qu’ils puissent chacun y trouver leur propre place » Piet Delagaye, administrateur délégué, bureau d’ingénieurs Istema

indication de l’ordre de grandeur de la couche de base au niveau du chiffre d’affaires ancré. Plus grande est la couche de base en proportion de votre chiffre d’affaires total et plus stable sera celui de demain. Et plus facile il sera de grandir et de réaliser vos rêves. Il n’existe pas de meilleure protection que cela contre la crise. www.forte.eu

Jan Lagast est Managing Partner chez prestataire de services Forte


Rockfon Une Solution pour chaque défi

Protection contre l’incendie Confort acoustique Esthetique Durabilité Climat intérieur sain

www.rockfon.be


REPORTAGE

ROCKWOOL

Isolation performante pour la tour résidentielle du UP-site La ville de Bruxelles a découvert dans le promoteur Atenor le client-partenaire idéal pour développer le site sous utilisé près de la gare du Nord sur le canal Bruxelles-Charleroi. La conception de ce nouveau quartier confiée à A2RC Architects et à Ateliers Lion, prévoit notamment la tour UP-site entourée de quatre bâtiments d’appartements terrasses, quatre bâtiments de bureaux, et des commerces. ROCKWOOL s’est chargée d’y apporter des solutions d’isolation performantes. Le vaste terrain offre non seulement des opportunités pour l’implantation de bureaux mais la proximité de la gare du Nord confère également au site des atouts en matière de mobilité sans compter sa fonction résidentielle concrétisée par les terrasses d’UP site, ainsi nommées, comportant appartements et bureaux assortis de terrasses spacieuses. Les quatre Terrasses d’UP-site implantées devant la tour résidentielle à proximité du canal présente une architecture de gabarit classique. La tour résidentielle du UP-site couronne littéralement l’ensemble du nouveau projet. A la demande expresse de la ville de Bruxelles, celle-ci dispose à son sommet d’un point d’observation ouvert au public. Aujourd’hui, le gros œuvre des quatre bâtiments de logement et les quatre bâtiments de bureaux est terminé, la tour du UP-site elle-même devrait être achevée d’ici fin Juin 2014.

Un phare urbain

DIMENSION

En raison de sa hauteur exceptionnelle, cette tour est très présente dans son environnement. Elle constitue littéralement un point de repère par rapport aux bâtiments de Tour & Taxis situés de l’autre côté du canal. Les tours d’habitation sont très populaires en raison de leur utilisation efficace de l’espace. Ces projets de logement sont de plus en plus en

52

cours de réalisation même dans de grandes villes comme Rotterdam, Londres et Paris. La hauteur finale de la tour résidentielle (140 mètres) a été approuvée par la ville de Bruxelles et le service d’incendie local. Avec ses ±260 appartements, cette tour résidentielle est le troisième bâtiment le plus élevé de Bruxelles après la tour du Midi et la tour des Finances. Si nous considérons le seul critère du logement, la Up-site est même la plus haute tour de la capitale.

Béton armé et pierre de granite La structure de la tour résidentielle est constituée de différents types de béton armé, tant sous forme de colonnes préfabriquées que de dalles de béton. Le bâtiment a été construit étage par étage à l’aide d’un coffrage métallique amovible. Les murs extérieurs sont constitués d’une combinaison de pierres de façade en granite portugais blanc et du granite chinois gris foncé. Les châssis de fenêtres sont constitués d’aluminium thermo-laqué. En ce qui concerne la réalisation des économies d’énergie, trois techniques ont été combinées: panneaux solaires thermiques, système de cogénération et une installation de pompage de l’eau dans le canal. Celle-ci est chargée de complémenter le refroidissement du bâtiment. L’isolation fut donc de toute évidence une préoccupation ma-


REPORTAGE

jeure. C’est pourquoi, quelque 10.000 m² de Rockfit 434 pour mur creux de 150 mm d’épaisseur de ROCKWOOL ont été, parmi d’autres produits, inclus dans ce projet.

Résistance au feu Greg Abnet, architecte chez A2RC Architects de Bruxelles a repris de ses collègues qui l’avait méticuleusement préparé, le suivi du projet UP-site. « La résistance au feu des murs creux de la tour résidentielle et de la structure du bâtiment fut une préoccupation majeure. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi la laine de roche ROCKWOOL pour l’isolation des façades car elle peut résister à des températures pouvant atteindre 1000 ° C. Initialement, le projet prévoyait des façades en béton architectonique, un matériau plus épais et qui, par conséquent, laisse moins de place à l’isolation. En cours de projet, il fut cependant décidé d’opter pour une façade en granite qui a permis de libérer de l’espace pour l’isolation. La structure et l’enveloppe de l’immeuble devaient bien sûr être respectées.»

Moins de découpages «Un autre élément sur lequel l’entrepreneur du gros œuvre attira notre attention fut le fait que si l’on utilisait la laine de roche ROCKWOOL, on pourrait significativement faciliter et améliorer la pose de l’isolation de manière performant autour des fixations des pierres. Ce projet comportant une structure mixte de différents types de béton requérait des fixations plus élaborées que dans un bâtiment ordinaire mais l’exécution avec de l’isolation Rockfit 434 autour des fixations complexes de la pierre de façade étaient plus faciles à mettre en œuvre. Les ouvriers de la construction ont pu parfaitement apposer l’isolation en fonction du profil de chaque type de fixation, une manière de travailler intéressante pour eux. Dans d’autres cas, ils auraient dû scier beaucoup de petits morceaux d’autres matières, par exemple du polyisocyanurate ou du polyuréthane, pour isoler correctement tous les petits coins et recoins «, dit Greg Abnet. Le choix de Rockfit 434 de ROCKWOOL pour murs creux a non seulement satisfait le bureau d’architectes mais également les travailleurs qui ont érigé les façades. « Effectuer des découpes dans de la laine de roche est beaucoup plus rapide que dans d’autres matériaux plus durs.»

acoustique, la seconde avait trait aux exigences EPB pour les murs intérieurs. Ici aussi, nous avons de nouveau fait appel à un autre produit ROCKWOOL, à savoir le Rockfit 431 ADAPT, également d’une épaisseur de 50 mm. Du point de vue des exigences en matière EPB, nous pouvons parler d’une isolation horizontale optimale entre les appartements, d’une part, ainsi que d’un isolement acoustique vertical de même valeur, d’autre part.»

Une solution durable «Le concept de durabilité dans lequel s’inscrit cette tour résidentielle du UP-site, imposait d’opter pour une isolation constituée de laine de roche, choix évident en raison de son caractère hautement durable», a déclaré Rik Puttemans. «La détermination des calculs comparant les différents types d’isolation et leur épaisseur ne sont pas encore largement introduits. Ils n’apportent donc pas de connaissance objective au monde de la construction. La plupart des enquêtes et études soulignent cependant les caractéristiques positives de l’utilisation de laine de roche pour l’isolation. Grâce à ce mode de travail, on peut souvent gagner des dizaines de centimètres d’espace intérieur dans un bâtiment. Nous constatons que cette façon de travailler et que le choix de ce matériel ont très tôt acquis la préférence lors du processus de construction.» www.rockwool.be www.a2rc.be

Qualités EPB et acoustique vont de pair

DIMENSION

«Pour la finition intérieure des murs et des applications coupe-feu entre 2 appartements, le choix se porta sur le Panneau Bâtiment 210 (50 mm d’épaisseur) de ROCKWOOL et ce, pour deux raisons», déclare Rik Puttemans, account manager chez ROCKWOOL. «La première est de nature purement

53


MEDIA

ISBN 9789490814045

‘bOb Van Reeth Architect ‘- Bart Verschaffel, Christophe Van Gerrewey, Birgit Cleppe - 158 pages - Néerlandais et anglais - A+ editions et Bozar Books ISBN 978-94-908-140-45.

A+editions / Bozar Books

Cover_Spreads.indd 1

This book gathers together forty designs produced by bOb van Reeth (1943) over the past fifty years. Rather than an oeuvre complète it is a cross section of his work, a compilation of greatest hits with something from almost every year of his career. bOb van Reeth – Architect thus provides a key to the activities of one of the most important post-war Belgian architects, whose name is widely known to successive generations without there being a complete overview of his projects and achievements. The purpose of this book is to fill a void by bringing into focus an architectural approach based on distinct works presented in chronological order, from the sixties to today.

Christophe Van Gerrewey, Bart Verschaffel, Birgit Cleppe

A l’occasion du 70ème anniversaire de bOb Van Reeth, BOZAR organise une exposition sur l’œuvre du maître qui a été le premier à revêtir la fonction de Maître-architecte flamand en 1999. Croquis, dessins, plans, photos, documents et maquettes étalent le processus de naissance et de concrétisation de quelque soixante-dix projets de la carrière de Van Reeth qui, avec son bureau ArchitectenWerkgroep, a conçu des centaines d’immeubles depuis sa création en 1972. Dans le prolongement de l’expo est paru l’ouvrage bOb Van Reeth Architect qui rassemble 40 projets représentatifs, complétés par des notes conceptuelles, des extraits d’articles, d’interviews et d’essais. Cette sélection orientée donne un aperçu de l’œuvre de Van Reeth. On découvrira notamment la

maison Botte à Malines, la maison d’édition d’Averbode, la maison Van Roosmalen à Anvers, le pavillon de la Maison Van de Voorde à Bruges, le Centre administratif flamand à Hasselt, l’agrandissement et la rénovation de l’Abbaye SaintSixte à Westvleteren, la Caserne Dossin à Malines avec le Mémorial, le Musée et le Centre documentaire sur l’Holocauste, et divers projets aux Pays-Bas. Pour un livre présentant un aperçu plus complet de la production de Van Reeth, il était encore trop tôt, car le maître poursuit encore son œuvre avec la construction de ruines intelligentes.

bOb van Reeth—Architect

bOb Van Reeth Architect

bOb Van Reeth Architect

Bruxelles 100 ans d’urbanisme 1910-2012

DIMENSION

Contrairement à des villes comme Paris, Londres et Barcelone, Bruxelles n’a pas vraiment une image architecturale forte, ni d’ailleurs l’aura d’une métropole. En 2013, c’est une ville qui est toujours en quête de son identité. Pourtant, maints rois, architectes, urbanistes et développeurs ont forgé de grands projets pour la capitale. Certains, ambitieux, ont été réalisés et ont donné une plus-value à la ville, d’autres ont créé pendant des décennies un chapelet d’excavations coûteuses. Admirateur de Paris, Léopold II rêvait d’une ville aux boulevards et aux édifices monumentaux, avec la Basilique de Koekelberg et le Palais de Justice en point de mire. En 1910, l’Exposition Internationale de Bruxelles active l’urbanisation avec l’aménagement du plateau du Solbosch, le jardin du Mont des Arts, la construction du nouveau port, le Palais Stoclet; dans la populaire rue Haute, on voit se dresser sept blocs de logements sociaux. Quelques années plus tard suivent, dans la ceinture qui entoure la ville, les premières cités-jardins telles que Floréal

54

ou Le Logis à Watermael-Boitsfort. Dans les années 1930, la liaison Nord-Midi aura une influence déterminante en créant une ligne de fracture entre une ville haute et une ville basse. L’Exposition Universelle de 1935 donnera le stade du Heysel, les palais d’exposition, la construction du Centenaire. A l’approche de l’Expo 58, on voit grandir l’envie de table rase et de changement. On sacrifie nombre d’éléments du patrimoine, les boulevards plantés d’arbres sont transformés en véritables autoroutes. Certains décrivent ce qui arrive à l’époque comme « l’art de détruire une ville en temps de paix ». Le quartier Nord est pratiquement anéanti pour faire place à des tours de bureaux. Dans les années 1960, on reproduit la manœuvre car Bruxelles est un terreau fertile pour les structures P-P des promoteurs liés à des politiciens. Dans le quartier Nord, on voit s’élever le World Trade Center, un prestigieux centre d’affaires constitué de tours de bureaux dont certaines, désertées, ne seront plus que des fantômes trente ans plus tard. Des années 1970 à nos jours, on

continue à démolir et à bâtir, avec le Carrefour de l’Europe, le quartier Léopold et son enclave européenne, la zone du Canal, le quartier du Midi avec la gare du même nom… Mais heureusement, il arrive de temps à autre que l’on se montre attentif aux parcs, aux places, au logement et à un espace de vie (de qualité) pour les êtres humains. Bruxelles 100 ans d’urbanisme - 1910-2012 entraîne le lecteur à travers une passionnante promenade architecturale dans Bruxelles. Un périple dans le temps mêlé à une collection unique de documents, de croquis et de photos.

‘Bruxelles 100 ans d’urbanisme 19102010 - Brussel 100 jaar stedenbouw 1910-2010 ’ - Maurice Culot - 224 pages – Néerlandais-français - Archives d’Architecture Moderne /AAM Editions » ISBN 978-2-87143-279-1.


VOLA Round shower Uniquely refreshing. Visibly VOLA.

VOLA Studio Tour & Taxis Havenlaan 86C 1000-Bruxelles Tel.: 03 440 46 19 sales@vola.be www.vola.be


MEDIA

EXPERTISE

UN TRAVAIL PROFESSIONNEL SE CONÇOIT EN ÉQUIPE.

Quelle que soit l’importance de votre projet de peinture, chez Sikkens, vous n’êtes jamais seul. En tant que partenaires professionnels, nous combinons votre expertise, nos produits et nos services. Qu’il s’agisse de choisir entre du satiné ou du brillant. Ou de demander un conseil couleur ou un soutien technique.

Ensemble,

nous

travaillons pour trouver des idées et des solutions. Car finaliser parfaitement un projet est toujours le fruit d’une étroite collaboration. Découvrez nos produits et services sur www.sikkens.be


MEDIA

Designing Circulation Areas Zones de circulation, couloirs, patios, portes, escaliers, ascenseurs et signalisation constituent l’épine dorsale d’un bâtiment. Ils veillent à ce que l’immeuble « fonctionne » correctement. Ils séparent et relient locaux et zones, verticalement et horizontalement. Ils définissent le degré d’accessibilité, indiquent la direction, dirigent les flux de résidents et de visiteurs, simplifient l’orientation dans un espace. Ils influencent l’organisation, l’efficacité, la communication interne et le confort d’utilisation d’un bâtiment. Ils procurent lumière, espace et transparence. Ils renforcent l’architecture (interne) et le ressenti de l’espace. Par leurs formes, leurs matériaux, leurs couleurs et leurs finitions, ils apportent une valeur ajoutée à l’architecture et à l’intérieur. Bref, la circulation dans un immeuble a de multiples dimensions et visages. Certains architectes (d’intérieur) voient la thématique de la circulation comme un défi et une opportunité, tan-

dis que d’autres la considèrent comme un mal nécessaire au vu des règles et lois contraignantes. Pour dédramatiser cette dernière attitude, Designing Circulation Areas se penche tant sur la théorie que sur les formes de tout ce qui a trait à la circulation. L’ouvrage analyse la circulation dans plus de 27 projets, variés dans leur échelle et leurs fonctions. Photos, plans, croquis et schémas expliquent le comment et le pourquoi de solutions spécifiques dans les immeubles publics, appartements, maisons, restaurants, hôtels, théâtres, musées, écoles et bureaux présentés. On pourra notamment s’inspirer des projets de Morphosis Architects (Cooper Union, New York), Sou Fujimoto Architects (maison-cube avec escalier extérieur, Utsunomiya), Studio Up (auberge de jeunesse à Zagreb), 3XN (école supérieure, Copenhague), Klein Dytham architecture (agence de publicité, Tokyo), KLab architecture (pharmacie, Athènes), Snohetta (Opéra, Oslo ) et Delugan Meissi Associated Architects (Porsche Museum, Stuttgart).

‘Designing Circulation Areas/ Stairs, ramps, lifts, routing, planning principles’ - Christian Schittich - 176 pages - Anglais - Edition Detail - ISBN 978-3920034-89-8.

Atelier d’Architecture Bruno Erpicum Son portefeuille international inclut aussi des réalisations en France, en Italie, aux USA, au Pérou et dans les Caraïbes. Architectural Moments by Bruno Erpicum permet de découvrir 12 maisons accueillantes à l’architecture sobrissime et à l’aménagement épuré, avec une magnifique mise en images par le photographe Jean-Luc Laloux. Certains projets fascinent par leurs formes, les matériaux qu’ils utilisent et leurs détails. Pour l’information, son fils Baptiste Erpicum, philosophe de formation, s’est limité à quatre phrases par projet. C’est d’ailleurs la faiblesse du livre, même si une phrase incarne, très sporadiquement, une pensée clé. Du fait de cette approche, Architectural Moments by Bruno Erpicum n’est guère qu’un énième ‘beau livre’, et c’est bien dommage. Mais peut-être la contemplation de maisons de rêve en Méditerranée nous aidera-t-elle à oublier quelques instants les froides journées hivernales.

‘Architectural Moments by Atelier d’Architecture Bruno Erpicum’ - 192 pages Néerlandais-français-anglais - Éditions Beta-Plus - ISBN 978-908-944-15-22.

Rédaction: Colette Demil DIMENSION

Cette année, il y aura 30 ans que Bruno Erpicum (1959) travaille comme architecte. Il était donc temps de produire un nouveau livre évoquant ses réalisations récentes en Belgique et à l’étranger. Bruno Erpicum, depuis toujours fasciné par l’œuvre de Marcel Leborgne et d’Henry van de Velde et admirateur des bâtiments de Frank Lloyd Wright et de Mies van der Rohe, est heureux de voir que l’architecture moderniste récolte de plus en plus d’intérêt. Dès le début de sa carrière, son langage des formes moderniste a servi de terreau à son travail. Il a étudié l’architecture à Saint-Luc (Bruxelles). Quelques années après la création de son bureau « Atelier d’Architecture Bruno Erpicum » à Bruxelles, il a ouvert le département « Taller de Arcuitectura Bruno Erpicum y Socios » en Espagne. Depuis lors, voici 20 ans qu’il fait la navette entre Bruxelles et Ibiza, l’île où il passe une bonne partie de son temps.

57


EVENT

International Holcim Awards pour la construction durable

DIMENSION

Récemment, le coup d’envoi a été donné de la quatrième édition des prestigieux Holcim Awards, un concours international de design lancé par la Holcim Foundation for Sustainable Construction. Cette fondation basée en Suisse a été créée en 2003 pour stimuler la construction durable en soutenant des idées et des projets innovants. L’organisation veut aussi faire prendre conscience aux concepteurs, aux entrepreneurs en construction et au grand public du rôle et de l’importance que l’architecture, l’ingénierie et le secteur de la construction en général jouent dans cette affaire de durabilité.

58

Le maître architecte bruxellois Olivier Bastin qui a donné le coup d’envoi de la nouvelle édition voit les Holcim Awards comme une incitation au développement de projets innovants qui parviennent à trouver un équilibre entre performances écologique, économique et sociale. Ces trois aspects sont inclus dans les critères imposés par la Holcim Foundation, critères auxquels les projets participants doivent se conformer. En ce qui concerne la construction durable, les projets doivent avoir l’œil sur cinq défis majeurs: le développement équilibré de la croissance économique, la performance environnementale, la responsabilité sociale, l’intégration dans l’environnement et la reproductibilité ou transférabilité. Le projet présenté doit avoir une grande qualité architecturale et témoigner d’une intégration durable dans son environnement: formuler des idées novatrices dans le domaine de la construction durable et des innovations techniques, être économiquement réalisable, répondre aux normes éthiques durant toutes les étapes de la construction, tenir compte de la protection de l’environnement par l’utilisation rationnelle et la gestion des ressources naturelles au cours de la durée de vie du projet, y compris pour ce qui concerne l’exploitation et l’entretien.

Arroyo a tout de fois réussi à se faire remarquer en Belgique en obtenant le silver award européen 2011 avec son projet Oostcampus, la conversion d’un ancien entrepôt de Coca-Cola en un centre destiné à accueillir les services communaux et le CPAS d’Oostkamp. Lors de l’élaboration du concept, pour la disposition des pièces et le choix des matériaux, l’architecte a écouté les souhaits et les besoins des employés, futurs utilisateurs du bâtiment.

Silver Award pour un projet belge

Une réussite remarquable. L’architecte Diébédo Francis Kéré du bureau

Beaucoup sont appelés, peu sont élus. Ceci s’applique également aux participants de concours internationaux d’architecture d’une telle envergure. L’architecte espagnol Carlos

Kéré Architecture de Berlin, fils du chef du village de Gando, reçut un Global Golden award pour ce complexe scolaire de Gando (Burkina Faso).


EVENT

L’architecte a préservé autant que possible les éléments existants, parmi lesquels toute la structure, les sols et les conduites techniques. Un patio spacieux et de nouvelles ouvertures dans la façade et le toit assurent l’apport d’un maximum de lumière. Il a aménagé le hall selon le principe de l’oignon thermique qui veut que plusieurs couches valent mieux qu’une, afin de réduire la perte de chaleur. Dans la grande salle centrale, «un ciel de nuages» a permis d’isoler l’intérieur du bâtiment de l’enveloppe extérieure. Sous les bubbles, de grands et petits espaces isolés ont été aménagés selon les besoins. Ces bubbles ont été réalisés sous la forme d’une construction autoportante en plâtre renforcée de fibre de verre en texture légère. Les «bulles» de sept mm d’épaisseur ne pèsent que sept kg / m². Pour des raisons acoustiques, l’architecte a ajouté à certains endroits une couche de papier recyclé. Les «bulles» sont thermiquement isolées du côté extérieur.

Les autres lauréats Toujours en 2011. Le duo néerlandais Marijke Bruinsma et Marjan Van Capelle a reçu un prix de reconnaissance pour son Eethuis écologique, un concept facile à appliquer en ville. Dans celui-ci, le sol, les murs, le plancher et le toit peuvent être utilisés pour cultiver des fruits et des légumes. La structure se compose d’un échafaudage métallique et d’un système modulaire de bacs en plastique dont chacun renferme un sac de culture et un treillis soudé pour maintenir le tout en place. Dans ce système vertical vert, les plantes poussent à travers les trous dans les sacs de culture. Tous les matériaux de la structure sont réutilisables. Le Global Golden award 2012 a été décerné à un projet de

construction d’une école secondaire à Gando (Burkina Faso). Le projet, sélectionné parmi plus de 6000, était une conception remarquable de Diébédo Francis Kéré du bureau Kéré Architecture de Berlin. L’architecte, lui-même fils du chef du village de Gando, a conçu ce complexe scolaire pour plus de 1000 enfants à partir d’une forte passion et d’une grande motivation. Pour la construction, il a combiné matériaux traditionnels et nouvelles technologies. En impliquant les populations locales dans le processus de construction, ce projet a été soutenu par les habitants et la région lui permettant de remplir une fonction symbolique d’étape vers un avenir meilleur.

Qui peut participer? La rétrospective de plusieurs projets primés prouve la diversité de la problématique. C’est pourquoi, le concours est ouvert aux architectes, aux urbanistes, aux ingénieurs, aux entrepreneurs et aux entreprises de construction. Les jeunes architectes et les étudiants de moins de 30 ans peuvent participer dans la catégorie Next Generation. Les participants peuvent soumettre autant de projets qu’ils le désirent jusqu’au 24 mars 2014. La condition est que les bâtiments n’aient pas encore été commencés le 1er juillet 2013. Après la remise des prix de la première phase en septembre 2014 à Moscou, suivra la phase finale reprenant les quinze meilleurs projets des cinq continents, dont l’Europe. www.holcim.be www.holcimfoundation.org Rédaction: Colette Demil

Photo gauche: L’architecte espagnol Carlos Arroyo a mis notre pays à l’honneur avec le Silver award pour la transformation d’un ancien hall industriel de Coca-Cola en un centre destiné aux services communaux et au CPAS d’Oostkamp. Photo droite: La Eethuis écologique du duo néerlandais Marijke Bruinsma et Marjan Van Capelle a reçu un Acknowledgement Award lors de l’édition précé-

DIMENSION

dente. Le sol, les murs, le plancher et le toit de la construction peuvent être utilisés pour cultiver des fruits et des légumes.

59


EVENT

Xaveer De Geyter Architects a participé à de nombreux concours d’architecture et a notamment remporté celui du réaménagement du rond-

L’Expo Xaveer De Geyter Architects à Bruxelles Jusqu’au 26 janvier 2014, le CIVA accueillera à Bruxelles une exposition rétrospective du travail de Xaveer De Geyter Architects. XDGA_160_Expo revient sur les activités de ces 25 dernières années et se concentre sur un programme passionnant et varié de projets prestigieux (inter)nationaux, de concepts à petite échelle, de projets non réalisés, de participations à des concours et de plans directeurs urbanistiques.

DIMENSION

Xaveer De Geyter (1957, Tournai) a étudié l’architecture à l’Institut Sint-Lucas à Gand. Comme la plupart des architectes, il a commencé sa carrière en concevant principalement des maisons individuelles. Début des années 1990, son attention fut attirée par un certain nombre de réalisations parmi lesquelles des maisons à Mariakerke, Brasschaat et Saint-Nicolas, des réalisations qui aiguisèrent l’intérêt de son travail. Entre-temps, l’architecte a pris part à de nombreux concours d’architecture parmi lesquels le Carrefour de l’Europe à Bruxelles (1997), le MAS à Anvers (2000) et, en collaboration avec OMA, les Halles de Paris (2004). Xaveer De Geyter a travaillé pendant dix ans avec Rem Koolhaas pour l’ «Office for Metropolitan Architecture (OMA) », entre autres, sur la Villa Dall’Ava à Paris, « le design urbain » Melun Sénart

60

point Schuman situé au cœur du quartier européen à Bruxelles. © Photo: Xaveer De Geyter Architects.

à Paris, le terminal maritime de Zeebrugge et le centre ZKM d’art et de technologie des médias de Karlsruhe.

Carrière internationale Il reçoit en 2005 le prix de l’urbanisme de l’Académie d’Architecture en France. Un an plus tard, il remporte le concours organisé par la Région bruxelloise pour le réaménagement de la place Rogier. En 2011, il est lauréat pour le réaménagement du rond-point Schuman à Bruxelles et la réalisation de la nouvelle Maison de la Province d’Anvers. Les projets pour lesquels Xaveer De Geyter a suscité l’attention sont notamment le plan urbain de l’ilot Saint Maurice à Lille, la réalisation des cinq tours d’habitation comportant 137 appartements à Breda, un complexe résidentiel de 410 appartements à Bordeaux, le Collège de l’Europe à Bruges, les bâtiments de l’Université de Gand et, bien sûr, la tour de cuisine Elishout sur le campus Coovi à Anderlecht. L’un de ses principaux projets est le réaménagement du rond-point Shuman au cœur du quartier européen à Bruxelles. Au centre de la place, une sorte d’amphithéâtre multifonctionnel ouvert présente la forme d’une coquille sous laquelle s’ouvrent les entrées du métro et de la gare ferroviaire. Les réalisations citées ne représentent qu’une fraction du travail de Xaveer De Geyter Architects qui comprend maintenant cinquante collaborateurs et a son siège à Bruxelles, une ville que l’architecte marquera encore davantage de son sceau durant les années à venir. www.civa.be Rédaction: Colette Demil


Where next is now! Heimtextil définit de nouvelles tendances Heimtextil, le salon annuel international des textiles de maison et de projet se déroulera du 8 au 11 janvier 2014 au Messe de Francfort. Quatre nouvelles tendances sont annoncées autour des thèmes « Progress! » et « Revive! ». Cette année, le cahier de tendances 2014/2015, intitulé «Progress! Revive! », est un travail de l’agence londonienne Franklin Till. La publication fournit un avant-goût de ce que le salon offrira cette fois comme nouveautés. Ce cahier de tendances permettra aux fabricants, aux designers et aux décorateurs textiles d’obtenir une première ébauche des nouvelles tendances qui se présentent dans le domaine du design.

« Progress! » et « Revive! » Selon Franklin Till, deux catégories (Progress! et Revive!) peuvent être subdivisées en quatre nouvelles tendances. La première, « Progress! Generate Collision!» indique que la technologie moderne permet désormais également la production en masse de produits réalisés sur mesure pour le client. Ceci peut, par exemple, s’effectuer par l’impression numérique de tissus décoratifs sans répétition du design. «Progress! Engineer Nature! » implique que la nature et la biologie constituent pour ainsi dire de nouvelles manières de créer du design. «Revive! Exalt Purity! », la troisième tendance de Heimtextil, fait référence au fait que de plus en plus de designers vont à la recherche de simplicité, de pureté et de sobriété dans leurs créations. Les matériaux naturels et non traités sont plus que jamais en vogue. La dernière tendance, « Revive! Rejuvenate! », indique que l’on travaille de plus en plus avec des matériaux déjà utilisés précédemment. Les concepteurs proposent un style de vie improvisé en contrepoids à la domination de la technologie dans notre société. L’organisateur du salon prévoit que le nombre d’exposants de Heimtextil sera similaire à celui de l’édition précédente, soit environ 2.600 inscrits.

REPORTAGE

Où trouver la qualité supérieure du design d‘intérieur textile demandée par les architectes, là où les planificateurs et les architectes d‘intérieur se rencontrent. Lors de la plus grande plateforme au monde pour les textiles de maison, découvrez un Forum d‘échanges de très haut niveau. Et où « Chercher » devient rapidement « Trouver ». Informations et cartes d’entrée au prix de vente anticipée sur contact-contract.com info@messefrankfurt.be Tél. +32 (0)2 880 95 88

8 – 11. 1. 2014

DIMENSION

www.heimtextil.messefrankfurt.com www.heimtextil-trends.com

61


PRODUCTSPOT

Gyproc L’innovation dans la protection contre l’incendie

Une protection optimale contre l’incendie grâce à la technologie du plâtre • armé aux fibres de verre

• Montage rapide et aisé • Catégorie hydrofuge H1 (EN 15283), un avantage dès le début de la phase de construction SAINT-GOBAIN CONSTRUCTION PRODUCTS BELGIUM nv/sa Sint-Jansweg 9 Haven 1602 B-9130 Kallo Tél.: +32 (0)3 360 22 11 Fax: +32 (0)3 360 23 80 info@gyproc.be www.gyproc.be


PRODUCTSPOT

Caradec

Être créatif avec de la résine © aqua-design.be

On ne peut mieux décrire Caradec du fabricant O.I.L. que comme un matériau composé de granulés de marbre contenus dans une résine claire. L’effet 3D et la transparence de la résine offrent une grande liberté de création pour apporter une apparence personnalisée aux salles de bains, aux aménagements de magasins et à d’autres intérieurs. Ce sont principalement les douches à l’italienne qui constituent un marché en croissance pour Caradec.

Durcissement contrôlé Les panneaux Caradec sont fabriqués dans une ligne semi-automatique dans laquelle la plupart des dimensions et des formes habituelles peuvent être réalisées. Par une armature invisible intégrée, le matériel est si rigide qu’il est possible de produire de grandes dimensions. Le matériau est cuit dans un four approprié pendant plusieurs heures afin d’obtenir la finition dure et résistante désirée. Actuellement, Caradec s’occupe principalement de douches à l’italienne et de salles de bains. Récemment, l’entreprise a effectué le remplacement des anciens panneaux de douches imperméables de la piscine communale de Meulebeke. Dieter Timbreur de Caradec by O.I.L: «Outre la liberté créative, les points forts de Caradec sont la facilité d’entretien, l’aspect hygiénique et la possibilité d’intégrer des solutions LED. Il s’agit d’une solution transparente et durable qui peut également être allumée à l’aide de fibres optiques Le matériau convient

pour des applications verticales et horizontales et résiste aux variations de températures de - 20 ° C à + 75 ° C. La finition est polie de façon lisse, semi-brillante ou brillante selon le choix. Ce que peu d’architectes savent, c’est que Caradec est une fabrication purement belge. En plus de douches à l’italienne, d’autres applications existent également comme les revêtements originaux d’escaliers, les revêtements de sol pour ascenseurs et le mobilier Horéca. Dans la plupart des cas, le placement est effectué par notre propre équipe spécialisée en raison de la garantie offerte. Ceci n’exclut cependant pas que notre société soit ouverte à la coopération avec des installateurs externes expérimentés».

Choix parmi 12 couleurs Il existe un choix de 12 couleurs de granulats de marbre. Dans les applications résidentielles, Bianco Carrara (blanc), Bardiglio Toscane et Occhialino sont les plus courues. Des couleurs relativement légères qui semblent apporter plus d’espace (à la salle de bains). Dans l’Horéca, c’est particulièrement Nero Assoluto (noir) qui est bien représenté sur le marché. Récemment, un partenariat commercial a été conclu avec le grossiste en sanitaire FACQ. Les plaques Caradec sont exposées dans les salles d’exposition d’Alost, d’Anderlecht, de Gosselies, de Namur et de Zaventem. www.caradecbvba.be DIMENSION

Initialement, Caradec fondée en 2007 à Adegem, se profilait comme un spécialiste en placement de cast planchers au design de haute qualité à des fins particulières. Entre-temps, les activités ont été élargies aux revêtements de salle de bains, de comptoirs et d’autres garnitures intérieures. L’inspiration a été et est encore acquise dans les sphères italiennes et dans les salons de ce pays du sud de l’Europe.

63


PRODUCTSPOT

Dorma

Systèmes de portes à passage aisé pour plus de confort Dans une maison de retraite, les portes importantes sont adaptées et faciles à actionner. «Home Care of the Future», le projet d’innovation et de prise de conscience du «Living Tomorrow» relatif aux soins, au bien-être, au confort et à la santé, consacre donc une attention particulière aux systèmes de portes qui rendent plus confortable la vie du personnel et des résidents. Dans ce domaine, on a fait appel à l’expertise de DORMA. Le groupe allemand DORMA, spécialisé dans les fermeportes, les techniques de ferrures pour verre, l’automatisation, les issues de secours et les contrôles d’accès a son siège dans notre pays: DORMA foquin à Bruges. Avec le nouveau slogan: «DORMA. The Access.», le fabricant met l’accent sur les solutions pour portes qui permettent d’optimiser l’accessibilité des bâtiments.

Opérateurs pour portes battantes

DIMENSION

Antony Vandeplas, responsable du Marketing & de la Communication chez DORMA foquin: «Home Care of the Future a choisi les solutions de DORMA parce que nos produits augmentent sensiblement et directement le confort d’une porte. Les ED 100 et ED 250 sont des opérateurs automatiques qui permettent d’ouvrir et de fermer rapidement et silencieusement. Plusieurs fonctions sont possibles: ainsi, la porte peut s’ouvrir et se fermer automatiquement lorsque l’on s’approche d’elle et il est possible de régler la vitesse d’ouverture et de fermeture. En outre, DORMA propose le PORTEO, un système d’ouverture de porte compacte pour portes intérieures. Celui-ci se caractérise sa facilité d’installation et des fonctionnalités personnalisables. Pensons, par exemple, aux résidences-services».

64

CS 80 MAGNEO

Avec le CS 80 MAGNEO, DORMA a présenté à Carehome of the Future un système pour portes coulissantes innovant, automatique et silencieux qui fonctionne à l’aide d’une technologie magnétique hyper moderne. Les battants de porte sont en suspension dans un champ magnétique actif qui permet de minimaliser le frottement et l’usure. Le système dispose d’un design épuré élégant et convient pour les vantaux en verre, en bois et métalliques.

Ferme-portes à roulement libre Les ferme-portes à roulement libre de DORMA ferment la porte à l’aide d’une commande hydraulique dont la pression est réglée, un système qui fonctionne seulement en cas d’incendie. Dans les circonstances normales, la porte se déplace librement sans aucune résistance. La sécurité incendie est cependant assurée car lorsque l’alarme se déclenche, le ferme-portes devient actif et les portes sont fermées de manière étanche, contrôlée et en toute sécurité. Le célèbre ferme-portes à roulement libre TS 99 FL de DORMA constitue une valeur ajoutée pour assurer la sécurité contre l’incendie dans les hôpitaux, les maisons de retraite, les centres de soins... Il est monté au cours de la construction de la porte. La gamme des ferme-portes à roulement libre a été récemment élargie avec le nouveau ITS 96 FL, qu’il est pratiquement invisible dans le vantail.

Dans une maison de retraite, la sécurité contre l’incendie joue un rôle majeur. Une solution classique consiste à placer des ferme-portes hydrauliques qui veillent à ce que la porte se referme immédiatement après chaque ouverture Il s’agit d’une solution efficace mais on ressent toujours une certaine pression lors de l’ouverture de la porte. Cela peut être vécu comme un obstacle pour la facilité d’utilisation des personnes âgées et du personnel soignant. L’utilisation de ferme-portes à roulement libre et / ou l’automatisation de la porte peuvent se révéler être une solution confortable et sûre. www.dorma.be


ILUZO La maçonnerie traditionnelle avec le look du collé. Le choix du connaisseur.

La maçonnerie à joints fins n’a jamais été aussi facile et avantageuse.

www.wienerberger.be

Maçonner à joints fins n’est pas une sinécure. L’homme de métier le sait parfaitement. C’est pourquoi Wienerberger a créé une brique de parement associant les avantages de la maçonnerie avec un mortier traditionnel et l’esthétique homogène d’une maçonnerie collée.

Wienerberger sa Kapel ter Bede 121, 8500 Kortrijk T 056 24 96 16 – info@wienerberger.be

Venez découvrir la brique Iluzo dans les showrooms Wienerberger de Londerzeel et Courtrai, ou demandez votre brochure gratuite par e-mail adressé à info@wienerberger.be


[ lesaffer.be ]

PRODUCTSPOT

Emperador

valeur naturelle

Crystal White

King Brown

SHOWROOM PARC EXTÉRIEUR Venetiëlaan 22, 8530 Harelbeke, Belgique T ++ 32 56 23 70 00 F ++ 32 56 23 70 02 info@beltrami.be

Simyra

NOUVEAU! STUDIO D’ARCHITECTE

www.beltrami.be HEURES D’OUVERTURES SHOWROOM

lu-ven 9h-17h | sam 9h-13h

suivez nous sur FACEBOOK


PRODUCTSPOT

ASSA ABLOY Entrance Systems

Une gamme complète d’automatisation des accès

ASSA ABLOY Entrance Systems commercialise une gamme complète de solutions d’accès. Il permet ainsi aux clients de ne s’adresser qu’à un seul fournisseur, que ce soit pour une installation neuve ou pour l’entretien et le service. La division ASSA ABLOY Entrance Systems englobe plusieurs marques connues: citons p.e. Besam, le spécialiste du segment des portes automatiques pour la circulation des personnes, qui propose des portes coulissantes automatiques, portes tournantes, portes battantes et rideaux d’air. Il y a également les marques Crawford, Megadoor et Albany. ASSA ABLOY Entrance Systems a lancé, via Besam, le concept ‘Automatically Green’ qui aide les clients à mieux évaluer les économies d’énergie qu’ils peuvent réaliser. Des illustrations claires et des outils de calcul pratiques illustrent les avantages écoresponsables des produits et des extensions disponibles, depuis les portes battantes et coulissantes automatiques jusqu’aux portes tournantes. « Pour Besam, répondre aux besoins des entreprises sur le plan de la protection, de la sécurité et du confort représente un défi permanent », explique Louise van den Brink, Coordinatrice Marketing Pedestrian Door Solutions chez ASSA ABLOY Entrance Systems Belgique.

Modulaire avant, pendant et après l’installation L’innovation le plus récent est le Besam SL500, un système modulaire de portes coulissantes qui s’adapte intégralement aux besoins du client. Avec ses quelques 200 caractéristiques produit, il offre la solution adéquate dans des situations di-

verses: circulation piétonne dense, portes lourdes, fonctions spéciales, besoins spécifiques en matière de sécurité… Louise van den Brink: « Le Besam SL500 a un design bien à lui qui ne nuit en rien aux performances de la porte. Le design reste identique, quelle que soit le poids de la motorisation. Il peut s’adapter automatiquement aux flux de circulation. Dans de nombreuses situations, la vitesse d’ouverture et de fermeture joue un rôle important. Le système ne manque pas de rapidité, même si les battants sont plus lourds. L’ouverture et la fermeture rapides du système de portes coulissantes minimise la perte d’énergie et garantit une circulation sans entrave des personnes. Les besoins et les exigences des entreprises et établissements peuvent évoluer; même une fois installé, le Besam SL500 reste adaptable aux besoins du client et offre diverses possibilités d’extension. Besam a conçu un système de modernisation permettant d’améliorer les portes automatiques existantes, quelle qu’en soit la marque.

Porte tournante automatique heavy duty Besam présente également son modèle SW300, un mécanisme pour tournante automatique robuste capable d’ouvrir et de fermer les portes, même lourdes. De plus, il peut être équipé d’une extension ‘Urgence’ qui permet à la porte de s’ouvrir dans les deux sens. En cas d’alerte incendie, la porte se fermera en fonction du compartimentage. Grâce au système de bras qui fonctionne en poussée et en traction, la porte peut s’actionner manuellement dans les deux sens. Lorsque la fonction ‘panique’ est activée, le fonctionnement automatique est mis hors circuit et la porte ne s’actionne que manuellement, de manière à garantir un chemin de fuite optimal et sûr. Grâce au système Power Assistant, la porte est facile à ouvrir manuellement. www.besam.be www.assaabloyentrance.com DIMENSION

ASSA ABLOY Entrance Systems, aussi connu grâce à la marque Besam, est un fournisseur extrêmement complet de solutions d’automatisation des accès. Ses produits offrent un équilibre idéal entre coûts, qualité et durée de vie.

67


PRODUCTSPOT

Techno Specials

Connecteur flexible multi-applications Ces dernières années, Techno Specials - le spécialiste gantois en solutions connectiques et câbles spéciaux pour l’industrie, le bâtiment et les communications - a pris un sérieux essor avec son programme de câblages structurés Multimedia Connect (MMC). La gamme MMC comprend dorénavant aussi un connecteur flexible multi-applications, une solution extrêmement compacte et facile à monter sur tous les câbles de données.

très exigus (jusque 26mm) tout en respectant le rayon de pliage minimal du câble, un point essentiel pour la qualité des liaisons. Bien que la flexion du connecteur soit garanti jusqu’à 50 cycles, le produit a en principe été développé pour des applications statiques.

Montage simple, sans outils Le développement récent d’applications IP pour les caméras de surveillance, le contrôle d’accès, les points chauds WiFi, l’audio, la télé, la vidéo. … fait que les câblages de données s’emploient de plus en plus dans des environnements inhabituels. Ceci impacte directement sur la façon dont les câbles s’assemblent et s’installent: montage de conducteurs à âme massive sur le terrain, espaces de montage disponibles plus réduits, performances en hausse impliquant l’emploi de câbles CAT6 et CAT6A, pour ne citer que ces quelques contingences. Les connecteurs traditionnels ne sont généralement pas compatibles avec les conducteurs à âme massive AWG23 et requièrent en plus des pinces à dénuder spécifiques et un bonne dose d’habilité.

Innovation brevetée

DIMENSION

En collaboration avec l’Université Internationale de Paris, Multimedia Connect a mis au point une solution particulière: un connecteur flexible multi-applications. Cette innovation brevetée résout la plupart des problèmes qui se posent lors du montage et de l’installation de câbles non blindés âme massive. Le montage ultra compact sans outils permet d’atteindre, et même de dépasser, les normes Class Ea / CAT6a Channel Links. Le connecteur flexible multi-applications forme un angle de 135° et permet de réaliser les connexions dans des espaces

68

Un montage ‘sans outils’ signifie qu’une pince à dénuder n’est plus requise. Le connecteur multi-applications est compatible avec les conducteurs à âme massive de section AWG26 à AWG22, mais pas avec les conducteurs souples. Le repérage par couleurs est clairement indiqué (568A & 568B). Le montage de ce connecteur ne prend qu’1 minute et 40 secondes: une vidéo sur www.multimedia-connect.com montre comment s’y prendre. Les performances élevées et la qualité du connecteur multi-applications MMC sautent aux yeux lorsqu’on analyse ses spécifications techniques en général, et électriques en particulier. Les performances électriques ne sont pas des moindres: Cat 6a / Class Ea (Channel); Amd 1.0 ISO 11801 Channel Class Ea; EIA-TIA 568-C.2 Channel Cat 6A; compatibilité avec Cat 5e / Class D et CAT6 / Class E pour liaisons non blindées, ainsi qu’avec les normes POE et POE-Plus s. Les autres caractéristiques techniques plaident également en faveur du connecteur multi-applications: PCB flexible, contacts dorés, technologie de montage IDC, corps en matière synthétique. Les dimensions du connecteur valent 13.6 x 50.5 x 8 mm et il pèse 6 grammes. Le connecteur multi-applications MMC se commande sous la référence PLAG6ANB. www.technospecials.be


Bi+ ique isolation acoust des sols

Une protection een solide proFonde poUr bescherming EEN SOLIDE Une proFession voor een BESCHERMING solide stevig beroep VOOR EEN

STEVIG BEROEP

Ainb Ainb wordt wordt ondersteund ondersteund door: door:

www.argentalu.be www.argentalu.be www.argentalu.be AiNB door: AiNB wordt wordt ondersteund ondersteundwww.argentalu.be door:

www.giroflex.be www.giroflex.be www.giroflex.be www.giroflex.be

Ainb est soutenu par:

www.dedon.be www.dedon.be www.dedon.be www.dedon.be

www.vescom.be www.vescom.be www.vescom.be

www.gira.be www.gira.be www.gira.be www.gira.be

www.sigma.be www.sigma.be www.sigma.be www.sigma.be

www.desso.be www.desso.be www.desso.be www.silentgliss.be www.glazz.eu www.glazz.eu www.glazz.eu www.desso.be www.glazz.eu

www.vola.be www.vola.be www.vola.be www.vola.be

www.interfaceflor.be www.aquaconcept.be www.interfaceflor.be www.aquaconcept.be www.interfaceflor.be www.aquaconcept.be www.duravit.be www.interfaceflor.be www.aquaconcept.be

the the future of Glass since 1665 thefuture futureof ofGlass Glasssince since1665 1665 the future of Glass since 1665 www.saint-gobain-glass.com www.saint-gobain-glass.com www.saint-gobain-glass.com www.saint-gobain-glass.com

www.silestone.com www.silestone.com www.silestone.com www.silestone.be www.silestone.com

www.bosspaints.be www.bosspaints.be www.bosspaints.be

www.lambrechts.eu www.aro.be www.lambrechts.eu www.aro.be www.lambrechts.eu www.aro.be www.giroflex.be www.lambrechts.eu www.aro.be

www.deltalight.be www.deltalight.be www.deltalight.be www.deltalight.be

Insulit Bi+ : la nouvelle génération d’isolation acoustique La gamme insulit Bi+ répond aux différentes exigences acoustiques de la nouvelle norme NBN S01-400-1. Nos membranes ont été testées au CSTC en 2012 en conformité avec les dernières réglementations européennes EN ISO 10140-3. Les doubles couches d’isolant mince sont fiables et ne s’altèrent pas dans le temps. Elles réduisent considérablement les bruits d’impact entre étages et offrent les plus hauts niveaux de confort acoustique.

5

23 dB

∆Lw

7

26 dB

∆Lw

9

30 dB

∆Lw

www.insulit.be www.formica.be www.formica.be www.formica.be

www.abet.be www.abet.be www.abet.be www.abet.be

www.sv.be www.giorgetti.eu www.sv.be www.sv.be www.giorgetti.eu www.giorgetti.eu www.argentalu.be www.sv.be www.giorgetti.eu

www.ainb.be www.ainb.be www.ainb.be

067/41.16.10 insulco@insulco.be


GOEDHART REPRO Acteur majeur dans la reprographie professionnelle B2B, Goedhart Repro répond aux besoins des architectes et des ingénieurs. Goedhart Repro vous offre la combinaison unique de ses services reprographiques externes et de ses facilités d’impressions internes. L’adaptation de notre formule selon vos besoins vous permet un soutien parfait pour votre organisation. Avec Goedhart Repro, la sous-traitance devient un choix stratégique.

IMPRESSIONS 3D Goedhart Repro rend les impressions 3D accessibles aux architectes grâce à des courts délais de livraison et à des prix abordables. Afin d’optimaliser le résultat final de votre travail, nous vous conseillons et nous vous accompagnons tout au long du processus d’impression. Pour plus d’informations, contactez-nous ou visitez notre site Internet.

REPRODUCTION DE DOCUMENTS / GESTION DE DOCUMENTS / DISTRIBUTION

www.GOEDHARTREPRO.cOM

StyleConcept 175 + 180 - Prise de mesures par le fabricant - Possibilité de montage par les techniciens de Aquaconcept - Méchanisme de relevage dans les charnières - Les joint parcourent les charnières - Disponible dans plus de 20 vitrages - Livraisons possibles uniquement par des grossistes sanitaires autorisés

StyleConcept 180 + 172

RailConcept 311 + 320


NEW

Carl Stahl • Les systèmes de façades ‘vertes’

Zehnder • ‘Reverse’ panneaux rayonnants Au moment de choisir un système de chauffage ou de rafraîchissement, c’est avant tout l’efficacité énergétique qui compte. Les systèmes Zehnder de chauffage et rafraîchissement par rayonnement permettent de réaliser une économie de plus de 40 % par rapport à d’autres systèmes, tout en garantissant un climat ambiant agréable. Depuis des décennies, Zehnder a ainsi recours à ses systèmes de panneaux rayonnants pour chauffer des pièces pouvant atteindre 30 m de hauteur comme des ateliers de production, entrepôts, gymnases, bureaux, écoles et hôpitaux, halls d’exposition et locaux de vente. Propriétés: Puissance de chauffage et de rafraîchissement élevée, s’intègre parfaitement dans les faux plafonds, esthétique, disponible dans plus de 700 couleurs, conforme à la norme EN 14037.

Les systèmes de façades Greenwall de Carl Stahl permettent de munir les façades neuves ou déjà existantes d’une couverture de verdure. Les systèmes de façades existent en trois variantes. Les ecarteurs légers en aluminium sont particulierement faciles à utiliser pour créer des espaces variés sur des constructions légères. Les écarteurs en acier inoxydable sont des supports robustes pouvant transmettre de lourdes charges à la construction. Le système avec un filet de cable X-Tend en acier inoxydable offre une grande liberté de formes grace à sa transparence. Avec ce système on peut couvrir d’une façon durable des façades entières. www.carlstahl.nl

www.zehnder.be

Riello • lance l’Alu Pro POWER V La chaudière avec échangeurs en alliage aluminium-silicium Riello Alu Pro POWER V est un générateur de chaleur à condensation modulaire pour installations à rendement élevé (rendement utile jusqu’à 108 %), à haute modulation. La chaudière module de 15 kW jusqu’à sa puissance maximale, et est équipée d’un caisson latéral d’entrée d’air comburant facilitant le raccordement de l’air extérieur, et renferme donc une cascade de modules thermiques indépendants de 15 à 75kW. La version étanche compte 6 modèles de 115 à 375 kW, pré-équipés pour un fonctionnement en cascade pour atteindre une puissance jusqu’à 3 MW. Le (dé)montage des éléments thermiques est aisé, permettant ainsi l’installation dans des chaufferies difficilement accessibles (escalier, petite ouverture de porte, etc.).

DIMENSION

www.riello.be

71


REPORTAGE NEWS NEW

Dejond • Litefront: La perfection des balustrades tout en verre

ACV • Archimedes

Le système Litefront, avec son profilé de fixation ingénieux, réglable en hauteur, ouvre de nouvelles perspectives dans le domaine des balustrades modernes tout en verre. L’architecture moderne privilégie les formes simple et les lignes claires. Parfaitement adaptées à cet égard, les balustrades tout en verre garantissent également une sécurité maximale. On profite ainsi en toute sécurité d’une vue sans aucune entrave sur la nature environnante. Polyvalent et simple à poser, ce système répond néanmoins aux plus hautes exigences architectoniques.

Au fil des ans, ACV a acquis un large éventail de connaissances qui lui permettent de calculer le besoin en eau chaude et chauffage dans les projets tertiaires. Afin de partager ce savoir-faire ACV a développé un logiciel simple et efficace: Archimedes. Ce logiciel permet aux bureaux d’études, architectes et consultants techniques... de calculer les besoins en eau chaude d’applications très diverses telles qu’hôtels, hôpitaux, complexes sportifs et processus industriels. Une fois qu’on a introduit toutes les données, le programme calcule les différentes configurations et détermine les données techniques de la configuration choisie. Chaque aspect de l’installation, depuis l’étude et l’installation jusqu’à l’utilisation, a été simplifié.

www.dejond.com

www.acv.com

Vectorworks 2014 impressionne par ses innovations centrées sur le client

Bramstore • démontre la facilité de construction

Découvrez Vectorworks 2014: plus de 130 améliorations en modélisation, visualisation, gestion BIM, ergonomie et échange. Des innovations remarquables sont entre autres l’option Rayon X unique, qui vous permet de voir temporairement à travers des objets solides en 3D et la prise en charge d’OpenGL entièrement revue pour Vectorworks, qui facilite sensiblement le travail en 3D. Les utilisateurs au Benelux pourront découvrir la version en anglais dès le 30 septembre 2013. Les versions en français et néerlandais seront disponibles dès le 31 octobre 2013. www.vectorworks.be

Récemment, BRAMSTONE a ouvert ses portes pour un test comparatif de matériaux et une présentation. Le test visait à comparer la façon traditionnelle de construire au moyen de briques et de ciment et la manière de faire avec BRAMSTONE qui elle est composée de pierre ponce. Le montage du mur traditionnel fut effectué par un maçon possédant des années d’expérience. Le mur en BRAMSTONE a été construit par un quidam maladroit. BRAMSTONE se compose de blocs modulaires qui permettent de ne pas devoir utiliser de mortier. On commence sur une base plane, on place la première pierre et il n’est pas nécessaire de tendre des fils ou de niveler. Dans chaque BRAMSTONE, il existe déjà des découpes et des cavités pour faire passer les conduites d’électricité, d’eau et de gaz. Une étude menée par l’université de Gand révéla que BRAMSTONE offrait de meilleures prestations face à la pression et à d’autres tests que la brique ou la pierre traditionnelle.

DIMENSION

www.eucomat.eu

72


NEW REPORTAGE

Inter-Beton 145.000 m3 de béton pour un parking souterrain

Fermacell • lance la plaque à base de ciment Powerpanel H2O à bords amincis

Un parking souterrain va être aménagé dans les alentours en cours de rénovation de la gare de Malines. Avant de creuser le parking, des parois moulées d’un mètre d’épaisseur et 27 à 35 mètres de profondeur sont mises en place dans le sol. Elles constituent les murs extérieurs du futur puits de construction. Pendant le creusement, elles sont remplies de bentonite, un mélange liquide de minéraux d’argile et d’eau. Ensuite on y place l’armature préfabriquée et le béton est coulé. La coentreprise Mechelen Stationsparking a demandé à Inter-Beton de mettre au point un mélange de béton ayant une ouvrabilité de 180 minutes au moins, parce que le béton coulé en premier doit parcourir toute la hauteur et doit rester liquide suffisamment longtemps. Un mélange de béton C 30/37, à base de ciment à prise lente, a été proposé.

Fermacell est le premier fabricant aux Pays-Bas qui a produit une plaque à base de ciment et à bords amincis (40 mm). La plaque est imperméable à l’humidité et donc très appropriée pour la finition des murs intérieurs, des plafonds et des finitions en bois des piscines, des centres de thalassothérapie, des cuisines collectives et des sanitaires. Les panneaux à bords amincis permettent de faciliter le montage des plaques apposées l’une à l’autre avec lesquels un mur plat peut rapidement être fait.
Les plaques Powerpanel H2O sont mises ensemble à froid. La partie biseautée permet une jointure rapide en série, et peut être jointoyée de sorte qu’une transition sans couture se produise entre les parties plats de la paroi.

www.interbeton.be

www.fermacell.be

Gyproc • Proteam Trophy 2013 Les sociétés Proteam sont des installateurs reconnus par Gyproc qui répondent aux critères de qualité repris dans la charte Gyproc Proteam. Récemment Gyproc organisa pour la 3e fois le Gyproc Pro Team Trophy award. 51 projets furent rentrés dont seuls 34 ont été retenus, partagés à travers 5 catégories. Seul 5 membres se sont vu récompensés, chacun dans sa propre catégorie. Dans la Catégorie ‘secteur des soins, éducation et hôtellerie’: ADB Finish de Hoboken avec le BMW Training Center à Bornem; dans la Catégorie ‘innovation et usage mixte’ Genisol de Gand avec le Ghelamco Arena AA Gent; dans la Catégorie ‘résidentiel’ CAP Parachève Line de Herstal avec la Maison Henry à Saive; dans la Catégorie ‘plâtres’: Ronny Schoeffaerts Afwerkingsbedrijf de Diepenbeek avec l’habitation privée Mobe à Bertem, et dans la Catégorie ‘plaques de plâtre’: Verhulst-Dejonckheere d‘Ieper avec le St.-Sixtus Abdij Westvleteren. Ces gagnants sont placés pour participer au Saint-Gobain Gypsum International Trophy à Berlin le 6 juin 2014.

DIMENSION

www.saint-gobain-gypsum-international-trophy.be

73


REPORTAGE NEW

Qbus • Le télérupteur intelligent - Domotique Ready sans PC En octobre, Qbus lancera la gamme Qbus Stand-Alone, dont la base est constituée du nouveau module de sortie Stand-Alone breveté - le REL04SA. Le module de sortie REL04SA pour montage sur rail DIN possède 4 sorties et 5 entrées. Des boutons-poussoirs standard peuvent être raccordés à ces entrées, dont la cinquième commande une ambiance « tout éteint » et une ambiance « tout allumé » (touche panique). Ce module peut fonctionner de manière autonome (c’est-à-dire sans le contrôleur Qbus et sans alimentation externe), mais il peut aussi être raccordé à un contrôleur Qbus afin d’être intégré à une installation de domotique complète. L’installateur peut ainsi utiliser le même module comme télérupteur ou comme élément d’une installation de domotique Qbus. Dans sa fonction Stand-Alone, ce nouveau module relais ne doit pas être programmé et les boutons du module peuvent être utilisés pour activer/désactiver les sorties ou pour les placer en mode « volet ». De plus, si une alimentation externe est employée, des LED permettent de disposer d’un feed-back sur les boutons-poussoirs. Outre le module REL04SA, la gamme comporte désormais un module de variateur Stand-Alone et un Qbus-driver (pour le raccordement d’interrupteurs Qbus via le bus, mais sans contrôleur). wwwqbus.be

ROCKFON se réfère à un thème: durable? Naturellement Les panneaux de plafond Rockfon sont composés de basalte, une roche ignée naturelle que la terre produit annuellement en abondance. ROCKFON fabrique 1 750 m2 de panneaux pour plafond à partir de 1 m³ de basalte, ce qui représente 30 salles de classe. Avec relativement peu de matières premières renouvelables, le fabricant peut réaliser une grande quantité de produits finis garantis quinze ans. En étroite collaboration avec des clients et Van Gansewinkel, ROCKFON produit des briquettes à partir de déchets de son secteur, d’autres industries et de sa production propre. Elle les retraite dans le Benelux pour produire de nouveaux panneaux pour plafond appelés ROCKCYCLE. L’analyse du cycle de vie de ROCKFON a été déterminée sur base du système néerlandais MRPI d’où il ressort une classification de type III selon la norme ISO 14020. Divers produits ROCKFON seront inclus dans la catégorie 1 de la base de données nationale relative à l’environnement. www.rockfon.be

Renson • Nouvelle grille avec imperméabilité maximale, type 450 RENSON® vous présente la grille brevetée type 450. Cette grille combine un passage d’air important avec un très haut degré d’imperméabilité, testée selon la classe HEVAC classe A2 jusqu’à une vitesse de l’air de 3 m/sec. La grille type 450 est une grille murale, fabriquée en profils d’aluminium extrudés et comportant d’origine un profil récupérateur d’eau sous la lame inférieure et au-dessus de la lame supérieure. Cette grille est composée de lames offrant une très haute étanchéité à l’eau (RENSON® Linius® L.050W), testées selon la classe HEVAC, classe A2 jusqu’à 3 m/sec. Le pas de lame est de 50 mm, la profondeur d’encastrement est de 159 mm et le recouvrement du cadre de 38 mm. Cette grille est fournie avec une moustiquaire en inox 304 (2,3 x 2,3 mm), mais peut aussi être obtenue avec un treillis (6 x 6 mm) sur demande. La grille 450 peut être laquée dans toutes les teintes de la gamme RAL. Elle est idéale pour des applications dans des banques de données, des locaux IT, des cabines haute tension et des centres d’appel.

DIMENSION

www.renson.be

74


PROJET KANAAL - VERVOORDT © BOGDAN & VAN BROECK ARCHITECTS

e evolve volve with better BIM

BIM et créativité, ces deux notions semblent contradictoire. Mais pas pour Vectorworks. Avec Vectorworks 2014, vous décidez vous-même quel est la méthode du BIM que vous allez implanter dans vos projects. Et grâce aux technologies avancées comme Parasolid ou CineRender, vous êtes sûr que vos concepts novateurs peuvent être transformés en modèle intelligent. N’acceptez pas de limiter votre liberté créatrice, optez pour un BIM flexible avec Vectorworks.

plus d’information: www.vectorworks.be | info@vectorworks.be | 015 71 96 00


REPORTAGE NEW

Vandersanden nouveau développement de brique et nouveau format

Hager • a acquis Berker Hager Group a racheté la société Berker, situé à Schalksmühle en Allemagne. l’Acquisition permet d’élargir son offre dans l’optique de proposer des solutions complètes pour les systèmes d’installation électrique destinés aux bâtiments. Berker est une entreprise familiale qui bénéficie d’une notoriété internationale. Des interrupteurs de haute qualité aux plus avancés systèmes d’automatisation des bâtiments y sont fabriqués. L’importance accordée au design, à la qualité et à l’innovation ont été récompensés par différents prix. Ce lancement est accompagné d’une série de nouveautés comme les nouvelles finitions pour la gamme B.IQ et la gamme Generation R. www.hager.be

Ventilair • Canalisations d’air flexibles UniflexPlus+ Grâce au nombre limité de composants nécessaires et au système de clic unique, le système de distribution d’air flexible UniflexPlus+ de Comair est facile à installer et permet de gagner du temps.
La faible hauteur du composant rend le système facile à utiliser. Également, ces tuyaux flexibles peuvent être facilement déplacés lorsque les circonstances l’exigent.
Le système est traité antistatique et antibactérien, autant à l’intérieur des flexibles que dans les collecteurs principaux ou finaux.
Enfin, le système répond à la classe d’étanchéité à l’air la plus élevée (D) selon les normes européennes EN12237 et EN1507.

DIMENSION

www.ventilair.be

76

Lors de la « Bis Beurs », Vandersanden Group a présenté quantité de nouveautés parmi lesquelles le format WF- 7: 210 x 70 x50. Cette élégante petite sœur de la brique classique au format WF est moins large de 3 cm. Avantages de cette solution: 3 cm de plus d’espace pour l’isolation et un volume de vie potentiel plus grand, moins de pertes d’énergie et de coûts de transport ainsi que des possibilités de rénovation intéressantes. Ce format est disponible en 6 couleurs: Argentis, Platina, Salvia, Parma, lithium et noir manganèse. En outre, une nouvelle brique a été développée chez Vandersanden: la Wasserstrich avec engobes. Dans cette technique de moulage, les briques obtiennent leur structure à l’aide d’eau. L’effet rend le matériau relativement lisse et offre peu de veines. La nouvelle gamme Wasserstrich se décline en Aalborg, Viborg, Billund, Kolding et Herning. Pour obtenir ces nouvelles couleurs, Vandersanden Group a ajouté une technique supplémentaire, à savoir l’engobage qui permet d’obtenir des effets de couleur spéciaux. Les engobes sont des colorants liquides essentiellement composés de minéraux argileux. www.vandersandengroup.be


REPORTAGE NEW

DuPont Building Innovations se joint à Power Matters Alliance DuPont Building Innovations apporte la solution d’intégration de systèmes de charge sans fil pour smartphones et tablettes dans le revêtement solide en DuPont™ Corian® utilisé pour l’ameublement d’espaces privés et publics. L’entreprise se joint à Power Matters Alliance (PMA) - fondée en 2012 par Powermat Technologies et Procter & Gamble. Elle collabore avec d’autres membres de PMA sur les solutions sans fil adaptées aux smartphones et tablettes pouvant être intégrées dans des plans de travail réalisés avec le revêtement de surface DuPont™ Corian®. La prochaine étape est d’intégrer les systèmes dans le matériau de revêtement du mobilier. Le matériau de revêtement solide DuPont™ Corian® est une solution globalement reconnue dans le secteur du mobilier et du design intérieur, tant du point de vue des entreprises que dans l’optique privée. www.corian.be www.powermatters.org www.dupont.com

Vaillant • auroFLOW plus L’auroFLOW plus de Vaillant est un module d’énergie solaire destiné aux installations industrielles et collectives. Il régule l’envoi de l’eau glycolée dans des panneaux solaires thermiques à écoulement libre et transfère la chaleur dans un réservoir tampon. Son grand avantage est qu’il permet de placer plusieurs panneaux solaires à écoulement libre en une seule installation. Chaque module auroFLOW plus peut servir à 15 m² de panneaux solaires. Grâce à une extension, et étant donné qu’il est possible d’installer 4 auroFLOW plus en cascade, une seule installation peut comprendre jusqu’à 120 m² de panneaux solaires. www.vaillant.be

DRT Gietvloeren • Living Concrete, le béton ciré autrement … DRT Gietvloeren est depuis plus de 30 ans spécialiste dans le domaine des chapes fluides dont Living Concrete. Living Concrete est un sol sans joints doté d’une base naturelle en ciment; robuste, à la fois osé et soigné. La nature chez soi de manière unique… Le sol Living Concrete est un sol naturel et durable qui ressemble beaucoup à du béton ciré non seulement de manière visuelle mais également au toucher. Il s’agit d’une chape fluide, à base de ciment, polie à plusieurs reprises, puis faisant l’objet d’une finition avec une huile et une cire spéciales. Le mode d’application artisanal donne au sol son aspect, avec de légers mouvements et de subtiles différences de couleurs rendant ainsi chaque sol Living Concrete unique.

DIMENSION

www.drtgietvloeren.be

77


NEW

DTplan • Journées démo: nouveau forum pour la gestion de l’énergie et des bâtiments Wienerberger • Toutes les solutions pour rénover les façades dans un outil en ligne pratique Avec le site www.solutionsrenovation.be, Wienerberger offre aux professionnels un trésor d’informations pour la rénovation des façades avec 4 solutions efficaces: les briques Terca et Desimpel – particulièrement l’Eco-brick -, les tuiles Façatile, les tuiles de toit Koramic et le système d’isolation de façade StoTherm Brick avec des plaquettes. Outre un descriptif détaillé, on y retrouve pour chacune des 4 solutions des détails d’exécution schématisés, des conseils, des références et des documents téléchargeables. Pour pratiquement toutes les situations, on pourra consulter, agrandir et télécharger les détails schématisés. Un blog suit de près le déroulement de 2 projets de rénovation.

Les récentes journées démo de DTplan permirent aux visiteurs de faire la connaissance de l’importance croissante de la gestion de l’énergie et des possibilités de l’automatisation du bâtiment. DTplan d’Izegem a mené une enquête sur les connaissances en matière de gestion de l’énergie et des bâtiments auprès de quelque 1800 entreprises. Elle a démontré que plus de 80% comprennent ce que comporte la gestion de l’énergie mais la moitié seulement entreprend des démarches efficaces pour diminuer les coûts énergétiques. Cependant, 86% estiment que l’investissement dans la gestion de l’énergie se récupère de son fait même. Sam Tytgat de DTplan a pu accueillir des intervenants de divers secteurs: Université de Gand, Lemcko, CEBEO, Deknudt Mirror Works, KNX professionnels, OVED & KHBO. Même des marques telles que ABB, Siemens, Schneider Electric, Cenergie / eSight, Gira, Socomec, Stagobel & Vecolux ont associé leur nom à l’événement. Entre autres, des participants des secteurs automobile, de la santé, de grands bureaux bancaires et des bâtiments logistiques furent régulièrement présents.

www.solutionsrenovation.be

www..dtplan.be

Beal • BEALSTONE®, une alternative contemporaine au béton de type granito/terrazzo Avec BEALSTONE®, une alternative au béton de type granito/terrazzo, BEAL présente un revêtement personnalisable permettant d’insuffler une vie nouvelle aux sols, aux murs et au mobilier. L’ambiance minérale originaire de la Venise italienne fait son grand retour. Granito/terrazzo respire cette atmosphère et s’intègre parfaitement à la transformation de zones industrielles en lieux d’habitation. Avec BEALSTONE®, une nouvelle génération de revêtements a vu le jour. Outre le marbre, d’autres granules peuvent être ajoutés à la préparation: éclats de miroir, verre, cailloux... A l’origine, granito/ terrazzo était uniquement utilisé pour les sols des nouvelles constructions. Avec BEAL, le produit peut être poncé à sec et donc, placé dans un bâtiment occupé. Grâce à sa faible épaisseur (dès 3 mm selon le choix des agrégats), BEALSTONE® offre un avantage esthétique. Aucun joint n’est nécessaire si ce ne sont peut-être ceux de dilatation du support existant.

DIMENSION

www.beal.be

78


Silestone Authentic Life ®

Surfaces Cuisines et Salles de Bains Chaque élément qui nous entoure contribue à construire notre réalité. C’est la vie authentique, l’existence qui définit qui vous êtes. Silestone® reflète votre caractère et votre émotion à travers votre cuisine et salle de bains. L’unique plan de travail incluant une protection bactériostatique, et disponible dans des textures exclusives et variées.

THE ORIGINAL

Vivez la vie authentique, vivez votre vie avec Silestone®.

“J’aime l’architecture et la mode, mais les choses authentiques sont dans les maisons où nous vivons, dans les vêtements que portent les vraies personnes. C’est ce que je dis aux gens sur mon blog. C’est la vie authentique”. Macarena Gea (Blogger et Architecte)

www.silestone.com

Plan de travail UNSUI / Èviers INTEGRITY/ Texture Exclusive SUEDE

twitter Silestone_BE CoSEntino BELGiUM / Koeweidestraat 44 / 1785 MerchteM / t. 0800-99869 / info.be@cosentinogroup.net

Demandez un véritable plan de travail Silestone® Activez votre garantie sur notre site internet.

10

ANS

facebook SilestoneBelgium

GARANTIE

PROTECTION BACTERIOSTATIQUE Avec Technologie D’argent


L’ardoise en fibres-ciment dans l’architecture contemporaine ges a p 80 s t e j o r 31 p inaux orig

‘Best of Slates Volume 3’ vous présente à nouveau un vaste éventail de constructions récentes – et remarquables – qui font toutes appel aux ardoises en fibres-ciment pour les bardages de façade, les revêtements de toiture ou une combinaison des deux. Peu de matériaux créent autant de possibilités architecturales que le fibres-ciment dès qu’il s’agit de mettre en valeur une toiture ou façade. Le format réduit des ardoises en fibres-ciment permet à l’architecte inventif de négocier courbes, arêtes, projections et renfoncements de façade sans le moindre problème. Les toitures, elles aussi, peuvent se concevoir dans tous les styles : du purement traditionnel au résolument moderne, sans saillies et à gouttières et descentes invisibles. Nous osons espérer que les nombreux exemples internationaux rassemblés ici – Belgique, Pays-Bas, Irlande, Grande-Bretagne, France et Allemagne – retiendront toute votre attention et vous procureront le plaisir que l’on associe à la vue de jolies choses. De nombreux exemples repris dans ce livre sont agrémentés de dessins à l’échelle 1:10. Découvrez les multiples facettes et solutions offertes par les ardoises en fibres-ciment dans le Volume 3 de ‘Best of Slates’. Le livre se compose de 80 pages et décrit 31 projets originaux nationaux et internationaux. Vous pouvez obtenir votre exemplaire via info@eternit.be.

Eternit NV-SA

Kuiermansstraat 1 B-1880 Kapelle-op-den-Bos

Tél. +32 (0)15 71 71 71 Fax +32 (0)15 71 71 79

RPR Brussel-RPM Bruxelles BTW BE 0466 059 066 TVA

KBC 482-9098061-09 info@eternit.be

www.eternit.be

DIMENSION 30 - FR  

Revue professionnelle pour architectes & consultants

DIMENSION 30 - FR  

Revue professionnelle pour architectes & consultants

Advertisement