Issuu on Google+

Œuvres Educatives Obres Educatives Maristes L’Hermitage

1 à la une

7

Décembre 2009

Nouveaux outils au service de la mission mariste dans nos oeuvres (I)

L L

Fr. Gabriel Villa-Real

e mois de juillet dernier, l'EPSH (Équipe de planification stratégique l'Hermitage) s'est mise en route. C'est une équipe qui a été chargée par le Conseil Provincial d'élaborer un Plan Stratégique pour l'ensemble des œuvres éducatives (scolaires et sociales) de notre province de l'Hermitage. L'élaboration de ce plan est pour nous une occasion de réfléchir ensemble, comme Province, sur la mission mariste dans nos centres d'éducation scolaire et sociale. La mission mariste, aujourd'hui comme au début de l'Institut, demeure essentiellement l'éducation chrétienne des enfants et des jeunes, spécialement les plus démunis. Nous, maristes d'aujourd'hui, frères et laïcs, avons le défi de concrétiser les réponses aux appels des enfants et des jeunes de nos jours. Notre contexte européen change et évolue vite du point de vue social, culturel, religieux… C'est pourquoi ce travail de réflexion et de planification s'enracine dans la vie de nos centres, écoles, œuvres sociales, et aspire à être dans les prochaines années, un élan pour la mission mariste qui s'y développe, afin que nos œuvres deviennent de plus en plus évangélisatrices.

1


La réalité de notre province, riche en bien des aspects, avec des œuvres éducatives présentes dans quatre pays différents, nous demande d'évoluer vers des modèles de gestion plus partagés et participatifs. En outre, la gestion des œuvres devient de plus en plus complexe ; d'où la recherche de nouvelles structures et moyens pour les temps nouveaux et les nouveaux défis, plus adaptés au présent, qui nous aident à redonner un nouvel élan à la mission mariste dans nos œuvres d'aujourd'hui, en visant aussi leur avenir. L'équipe a commencé un chemin d'apprentissage de nouveaux programmes de planification et de gestion qui rendent possible le progrès dans la culture de l'évaluation et de l'amélioration continues. Cette planification stratégique suppose de prendre conscience des changements de notre entourage. Il faudrait donc : 1. envisager des objectifs qu'on puisse atteindre et évaluer, pas seulement des énoncés de bonnes intentions; 2. proposer des actions spécifiques et prévoir les besoins en ressources (humains, physiques, financiers et technologiques) pour y parvenir. Nous avons commencé à nous doter d'outils communs et à travailler aussi sur des axes stratégiques communs suffisamment souples pour pouvoir définir les objectifs propres à chaque pays, en tenant compte de la réalité de chacun. Une première concrétisation a été de définir la mission pour l'ensemble de nos œuvres éducatives : Proposer un service d'éducation intégrale aux enfants et aux jeunes inspiré de l'idéologie mariste, où frères et des laïcs en collaboration, avec leur exemple et leur souci des autres, assurent sa mise en pratique spécialement chez les enfants en difficulté, dans n'importe quel pays ou quelle œuvre. Faire attention aux changements et aux défis que le monde d'aujourd'hui nous pose à l'égard de l'éducation scolaire, sociale ou de la pastorale, et promouvoir des initiatives innovatrices. Développer notre mission en réseau et en collaboration avec l'ensemble des Œuvres de la Province, à partir de la dimension européenne de l'Hermitage et de sa diversité. Il nous reste encore un long chemin à faire, mais la décision prise nous encourage pour continuer d'avancer.

2


2 expériences LA PLANIFICATION STRATEGIQUE

A A

Christophe Schietse

l'initiative du conseil Provincial, et sous l'égide de Manuel PORTERO du cabinet de management EIM, une équipe s'est constituée depuis le mois de juillet dernier dans le but d'imaginer l'avenir des œuvres éducatives maristes en tenant compte des réalités des quatre pays qui constituent notre Province, à savoir : la Catalogne, la France, la Grèce et la Hongrie.

Imaginer le futur des œuvres éducatives maristes pour les faire croître et les pérenniser. L'équipe constituée de 10 personnes (2 représentants par pays, le Frère provincial et son vicaire) s'est déjà retrouvée à deux reprises pour travailler la démarche de planification stratégique. Nous avons défini ce à quoi nous souhaiterions que les œuvres éducatives maristes ressemblent à l'horizon 2015 (lignes de vision). Entre les deux rencontres, chaque pays devait réaliser une matrice appelée DAFO, c'est-àdire analyser au niveau externe et interne, les forces et les faiblesses, les menaces et les opportunités qui affectent le développement des œuvres maristes. Pour le réseau Français, la démarche a été présentée lors de la journée de rentrée des chefs d'établissements du réseau mariste. Les directeurs de tous les établissements, répartis en petits groupes suivant le type d'établissement, ont réalisés ces analyses externe et interne. Elles ont ensuite été reprises en détails par le groupe de pilotage (issu du conseil de tutelle) en vue de la seconde rencontre au niveau provincial à Athènes.

Dégager des axes stratégiques pour la mise en place d'un plan d'action 2009-2012 Chaque pays ayant effectué le même travail, la mise en commun a permis de faire une analyse au niveau provincial, le but de cette seconde réunion étant de dégager des axes stratégiques pour la province. Dans chaque pays, ces axes seront travaillés afin de poursuivre la démarche de planification et de l'adapter à chaque situation locale. L'intérêt de la démarche de planification stratégique réside dans le fait qu'elle peut se décliner pour chaque pays de la province et, par delà, à chaque œuvre. Pour la France, le service de la tutelle propose à ses établissements de rentrer dans cette démarche prospective, elle est déjà en cours ou va débuter dans deux établissements. Outre cette adaptabilité de la méthode, la planification stratégique permet de renforcer l'identité provinciale, de mieux connaître les situations locales, tout ça dans le but de faire croître et de renforcer la dimension mariste, de mettre en lumière l'actualité du charisme de Marcellin Champagnat au sein des œuvres éducatives dans un souci d'attention aux plus démunis.

3


L'École saint Paul. Une nouvelle présence à Karcag (Hongrie)

L L

es frères de Hongrie, forts du soutien et de l'accompagnement du Conseil Provincial, ont décidé d'assumer une nouvelle présence apostolique dans le pays. Le changement a été assez frappant. Nous travaillions auparavant dans une école récemment construite, avec des moyens et des installations très bonnes. Tout le monde était admiré du développement de centre et de son niveau éducatif. Par contre, la nouvelle école, située dans la petite ville de Karcag, au milieu de la Grande Plaine hongroise, présente une réalité différente. Cela suppose un grand défi pour nous tous.

Fr. Miquel Mont

Il s'agit d'une petite école primaire de 240 élèves. Sous tous les aspects, elle a besoin d'une profonde amélioration et d'une mise à jour. La rénovation de quelques bâtiments est si nécessaire qu'il vaudrait mieux les reconstruire. Le programme pédagogique du centre est très ambitieux. À différence de la plupart des écoles du pays, nos élèves de la primera étape (1er.- 4ème.) suivent des cours le matin et l'après midi. C'est pour cette raison que chaque classe a deux maîtresses principales : celle du matin et celle de l'après midi. Le système pédagogique n'est pas traditionnel. Des activités nouvelles sont menées à bien, inconnues des autres établissements. En voilà quelques-unes : la méthode coopérative, le pas à pas, des axes transversaux ou le projet. On prête une attention spéciale au développement des compétences. Comme il y a un grand nombre d'élèves qui ont besoin d'un suivi spécial, des heures de soutien ont été établies, avec des éducateurs et des éducatrices spécialisés. Cette présence d'élèves avec une bonne capacité intellectuelle et d'autres avec des difficultés et un rythme plus lent, constitue un vrai défi pour l'équipe des professeurs. Les résultats immédiats déjà atteints par les élèves ne sont peut-être pas merveilleux, mais si l'on considère la tendance, le progrès, le point de départ, c'est-à-dire, les manques sociaux de l'entourage familial de la plupart des élèves (un grand pourcentage appartient à l'ethnie tsigane ayant un système de valeurs différent du nôtre), nous pouvons en être satisfaits : c'est du bon travail. Evidemment, tout peut s'améliorer et nous, les frères de la communauté, avons des raisons de collaborer, dans la mesure de nos possibilités, à la réussite de l'établissement. En tant que frères, nous nous consacrons surtout à l'animation pastorale. A vrai dire, nous pouvons en être satisfaits. Le changement d'une école laïque à une autre de type confessionnel ne se fait pas du jour au lendemain. Pourtant, nous avons trouvé les élèves disposés à participer aux activités se rapportant aux valeurs chrétiennes, malgré leur manque d'habitude. Nous sommes bien surpris, par contre, du grand intérêt des professeurs, autant les catholiques que les calvinistes, pour la formation religieuse personnelle. A leur initiative, un cours de formation sur les éléments de base de la foi a été organisé, et la participation est nombreuse. Tous les mois il y a deux rencontres de formation, ce qui fera un total de 12. Notre collaboration s'est aussi élargie à l'animation de la vie paroissiale. Nos rapports avec le curé sont excellents. Lui-même se fait présent de temps à autre aux activités catéchétiques de l'école. Nous n'avons pas encore parlé de notre identité mariste ni de Marcellin Champagnat. À notre avis, c'est trop tôt. Nous pensons néanmoins, que notre Fondateur et les premiers frères seraient très fiers de cette nouvelle œuvre éducative de Karcag, ville assez isolé où l'urgence de l'évangélisation et de l'éducation chez les enfants et les jeunes des familles sans ressources est tout a fait évidente. C'est tout un défi.

4


La Formation Mariste des enseignants en Grèce

B B

Maria Kokkalaki

ien convaincus que la vitalité de notre communauté éducative mariste et la fidélité à sa mission dépendent, pour une large part, de la formation de ses membres, il y a deux ans nous avons créé une Équipe de Formation pour chaque Établissement Mariste d'Athènes : le Lycée Léonin de Patissia et le Lycée Léonin de Néa Smyrni. Les deux Équipes forment la Commission de Formation, constitué de trois Frères et de six Laïcs, qui collaborent souvent pour organiser des sessions communes. Cette Commission est surtout chargée de la Formation Mariste du personnel de nos établissements scolaires. Ses objectifs sont les suivants : Formation des nouveaux collègues aux Principes de la Mission Pédagogique Mariste. Approfondissement de la Spiritualité Mariste. Approfondissement de notre Identité Mariste et de notre Mission, afin d'avancer ensemble, Frères et Laïcs, vers notre vision commune. Il faut souligner que les dernières années c'est nous, les enseignants Laïcs, qui assumons la responsabilité de former nos collègues, répondant ainsi à notre vocation Mariste, selon l'itinéraire que nous avons déjà parcouru dans nos écoles, soutenus et imitant les Frères qui sont toujours à notre côté. Nous avons ainsi organisé en 2008 et en 2009, deux sessions pour les nouveaux professeurs, afin de leur insuffler nos Principes Pédagogiques et l'esprit Mariste, à partir de notre propre expérience. En Janvier 2008, une session sur la Mission Mariste s'est réalisée pour tout le personnel de nos deux établissements scolaires. Clôturant ainsi un cheminement que nous avons commencé en Septembre 2006 dans chacune de nos écoles et qui s'est continué à l'Hermitage, à Guardamar et finalement à Mendes, nous avons étudié en petits groupes les conclusions de l'Assemblée Internationale de la Mission Mariste. Chaque petit groupe a partagé sur un des cinq éléments, sortis de la lettre : "Au Cœur de notre Rêve Mariste", réfléchissant comment notre identité Mariste et notre mission se forment aujourd'hui dans notre pays. Fruit de ce cheminement fut un livret, qui contient les conclusions de chaque rencontre de notre Province, celles de l'Assemblée de Mendes, ainsi que les réflexions des groupes de partage de nos deux établissements. Ce fascicule constitue un outil précieux pour ceux qui veulent connaître et approfondir la Mission Mariste dans le monde et plus particulièrement en Grèce. Au mois de Février 2009, nous avons voulu étudier la Spiritualité Mariste, comme celle-ci jaillit du livre : "L'Eau du Rocher", que nous avions traduit en grec. Nous avons décidé d'organiser cette session pour tout le personnel de nos deux établissements, basés sur la conviction que tout le monde devrait au moins connaître l'identité de l'établissement où il travail, les valeurs et la spiritualité qui inspirent notre mission.

5


La session s'est déroulée d'une façon très positive. Notre but était d'approfondir la Spiritualité de Saint Marcellin, d'étudier son développement dans le temps et d'examiner comment nous vivons cette Spiritualité aujourd'hui, dans nos écoles, où orthodoxes et catholiques travaillent harmonieusement ensemble, avec des traditions différentes mais ayant tous la même foi au Jésus Christ. Pour stimuler nos collègues à participer d'une façon plus active, nous les avons partagés en petits groupes et nous avons confié à chacun un paragraphe du livre "L'Eau du Rocher", afin qu'il le présente à son groupe, exprimant ainsi sa réflexion, et, s'il voulait, ses expériences personnelles. Nous avons été pleinement satisfaits du résultat. Le déroulement de la session a commencé en réalité un mois avant, quand tous les participants se sont mis à se préparer. Ainsi, lors de la session chacun avait quelque chose à partager, parfois tellement personnel et émouvant, qu'à la fin de la journée les participants se sont sentis plus proches les uns des autres. Cette expérience riche et fructueuse nous a poussé à planifier pour le mois d'Avril prochain, une journée de réflexion sur le 4ème Chapitre ("Comme Frères et Sœurs") du livre "L'Eau du Rocher". Elle sera animée par le Frère Teófilo Minga et adressée à ceux qui veulent continuer à approfondir la Spiritualité Mariste. Aussi, nous avons commencé à traduire en grec le livre : "Autour de la même table", avec l'idée de l'étudier avec nos collègues l'an prochain, ainsi que les documents du XXIème Chapitre Général. Notre dernière session a été organisée à la fin du mois d'octobre, lors du passage de Frère Pau Fornells à Athènes. Plusieurs de nos collègues ont assisté, la participation étant facultative. Frère Pau Fornells est le coordinateur de l'équipe des Laïcs qui ont rédigé le livre : "Autour de la même table". Il a eu d'abord une rencontre avec des groupes d'élèves de nos deux Établissements Maristes sur le thème des "Droits des Enfants". Aux enseignants il a présenté la pensée de l'Institut concernant la mission commune des Frères et des Laïcs, exprimée par l'esprit de coresponsabilité et le partage du charisme du Saint Marcellin Champagnat. À la fin de la matinée il a rencontré aussi les membres des quatre Fraternités Maristes de Grèce, s'informant ainsi de leurs activités.

6


Les Maristes avec les Droits des Enfants Nous fêtons le 20ème anniversaire de la Déclaration des Droits de l'Enfant des Nations Unies Fr. Miquel Cubeles

" Ce matin, à l'aube de notre XXIème. Chapitre Général, je vous invite tous à emprunter les yeux d'un enfant pauvre "

C C

'est le Frère Seán Sammon, supérieur général en ce moment-là, qui a prononcé ces paroles dans la salle capitulaire. C'était un message pour tous les maristes du monde, frères, laïcs et laïques. Le 20 novembre, en fêtant le 20ème anniversaire de la Convention des Droits de l'Enfant, nous avons été appelés d'une manière spéciale à regarder le monde avec les yeux d'un enfant pauvre et à découvrir à travers son regard, la grandeur de la vie, la bonté, la tendresse, les rêves pour grandir, marcher et vivre une enfance heureuse. Nous avons aussi aperçu à travers leurs yeux, notamment ceux des pauvres, comment les enfants eux-mêmes sont les témoins de l'égoïsme et de la méchanceté, des abus et de l'exploitation ; en somme, de la violation des droits des personnes et, plus concrètement, de leurs droits. C'est pour cette raison que nous, les Maristes de Catalogne, les enfants et les jeunes, dans la célébration du 20ème anniversaire de la Convention des Droits de l'Enfant, avons manifesté notre engagement de travailler pour la justice et pour la défense des droits des enfants. Le Frère Emili Turú, nouveau supérieur général, lors de son discours de clôture du XXIème. Chapitre Général nous disait : " Pourvu que les maristes soient des experts dans la défense des droits des enfants et des jeunes. Pourvu que dans huit ans, lorsque nous regarderons en arrière, nous puissions dire que l'Institut a fait des pas très significatifs dans cette direction " Voilà un défi que nous voulons assumer. Nous avons donc fait une action plus concrète. Pendant deux semaines, les enfants et les jeunes des œuvres éducatives maristes de Catalogne ont réfléchi sur les droits des enfants avec leurs éducateurs et éducatrices en considérant les objectifs suivants : Connaître la Convention des Droits des Enfants Prendre conscience d'en être eux-mêmes les destinataires Être conscients du devoir de garantir ces droits entre eux-mêmes Connaître la réalité de certaines situations où les droits des enfants sont violés Favoriser la participation des enfants et des jeunes dans la prise des décisions à l'égard de la société et de l'école.

7


C'est le 20 novembre et dans le collège mariste " L'Immaculée " de Barcelone qu'on a organisé une rencontre des élèves de différents établissements. Les représentants, en nombre de trois cents, ont participé à un acte institutionnel, commémoratif et joyeux. La musique, le mime, le théâtre, l'audiovisuel et les témoignages ont été des éléments qui nous ont davantage approché de la réalité des enfants, des jeunes et de leurs droits. Trois enfants ont lu un message élaboré avec la participation de toutes les écoles et comme fruit de la réflexion et de l'engagement des élèves et des éducateurs. Les voix des enfants maristes se sont unies à celles des enfants et des jeunes du monde. En voilà quelques extraits : " En représentation de nos camarades, nous nous sommes réunis pour fêter l'anniversaire de la Convention, mais aussi et surtout pour élever nos voix afin que tous les enfants du monde puissent avoir leur voix, afin que tous puissent vivre et grandir avec de la dignité. Quoique tous les enfants aient les mêmes droits, nous sommes conscients qu'il y en a, partout dans le monde, dont leurs droits sont violés. Nous savons aussi que les gouvernements et la société, en général, ne font pas tous les efforts nécessaires pour changer cette situation […] Nous ferons des efforts pour respecter et aider les autres, pour trouver des solutions aux conflits avec du dialogue, pour prendre souci de la nature, pour valoriser la liberté, pour ne pas jeter de la nourriture, pour rendre heureux celui qui est à notre côté… En somme, nous nous engageons à bâtir un monde meilleur pour tous. Un bon présent pour les enfants est un bon avenir pour la société " Le frère Gabriel Villa-Real, président du Service des Œuvres Maristes, a aussi adressé quelques paroles aux participants " Chaque enfant, chaque jeune est un cadeau pour la société, un cadeau dont il faut avoir des égards car nous sommes tous responsables. Nous, les maristes voulons ratifier notre engagement avec les enfants et les jeunes et nous assumons le défi d'être capables de sensibiliser notre milieu scolaire et la société environnante pour que les droits des enfants soient reconnus et protégés. Est-ce-que nous, les éducateurs auront le courage de regarder le monde avec les yeux d'un enfant? Dans un monde bâti à la mesure des adultes, c'est vraiment un défi et une responsabilité " Tous les participants à cet événement ont montré leur satisfaction. Pourvu que nous sachions continuer de soutenir les droits des enfants dans notre engagement quotidien de la mission mariste. D'être là, Marcellin Champagnat se serait aujourd'hui mis à l'avant-garde de cette initiative, nous en sommes sûrs.

Publication trimestrielle de la commission d'oeuvres éducatives de la Province de L'Hermitage Gérard Cuinet, Alain Degroote, Dominique Kammerer, Albert Salazar, Gabriel Villa-Real, Ramon Rúbies

8


Diktuo 7 FR 0910_1