Page 1

1/199

DÉPARTEMENT DU VAR

D’

P L U

C O M M U N E

D E

CALLAS

LAN OCAL RBANISME

D O C U M E N T

1

Rapport de présentation avec évaluation environnementale et évaluation des incidences Natura 2000 P L U P R E S C R I T P A R D C M D U : 3 M A R S 2 0 06 P L U A R R E T E P A R D C M D U : 2 8 J U I N 2 012 P L U A P P R O U V E P A R D C M D U : … … …… …… … … …… …

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


2/199

Sommaire

1.

PREAMBULE........................................................................................................................ 7    

Pourquoi un PLU ? .................................................................................................................................................................................................................... 7 Du POS au PLU ........................................................................................................................................................................................................................ 8 Comment s’élabore un PLU ? ................................................................................................................................................................................................... 8 Pourquoi une évaluation environnementale du PLU ?............................................................................................................................................................... 9

2.

LE DIAGNOSTIC ................................................................................................................ 10

1.

Présentation géographique ................................................................................................................................................ 11 

2.

La démographie.................................................................................................................................................................. 14   

3.

Explosion de la population active ............................................................................................................................................................................................ 16 Une population peu diplômée .................................................................................................................................................................................................. 16 Des catégories socioprofessionnelles tertiaires ....................................................................................................................................................................... 17 Les navettes domicile-travail ................................................................................................................................................................................................... 17 Le tissu économique existant .................................................................................................................................................................................................. 18 le potentiel économique de Callas ........................................................................................................................................................................................... 20

L’exploitation des carrières ................................................................................................................................................. 21      

5.

1782 habitants en 2007 ........................................................................................................................................................................................................... 14 Hypothèse démographique ..................................................................................................................................................................................................... 14 Vieillissement de la population ................................................................................................................................................................................................ 15

L’économie ......................................................................................................................................................................... 16      

4.

Un site stratégique au carrefour des routes touristiques ......................................................................................................................................................... 11

Le projet d’extension de la Joyeuse ........................................................................................................................................................................................ 21 Justification du projet d’extension par rapport au contexte technico-économique ................................................................................................................... 22 Justification du projet d’extension par rapport aux besoins en matériaux de carrière ............................................................................................................. 23 La recherche de solutions alternatives .................................................................................................................................................................................... 27 Le choix de l’extension plutôt que de l’ouverture d’un nouveau site ........................................................................................................................................ 29 Les atouts du site « La Joyeuse » ........................................................................................................................................................................................... 33

L’agriculture ........................................................................................................................................................................ 34  

Etat des lieux socio-économique agricole ............................................................................................................................................................................... 34 Evolution spatiale .................................................................................................................................................................................................................... 36

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


3/199

  

6.

L’habitat, le logement ......................................................................................................................................................... 44       

7.

La naissance de Callas ........................................................................................................................................................................................................... 44 Evolution du parc de logement ................................................................................................................................................................................................ 45 répartition et forme de l’habitat ................................................................................................................................................................................................ 47 Les zones d’habitat diffus NB .................................................................................................................................................................................................. 47 La périphérie villageoise .......................................................................................................................................................................................................... 48 le devenir des zones NA du POS ............................................................................................................................................................................................ 48 Articulation avec le Programme Local de l’Habitat de la CAD ................................................................................................................................................. 50

Les équipements et les services ......................................................................................................................................... 51       

8.

Les zones NC du POS ............................................................................................................................................................................................................ 38 Le potentiel agricole de Callas ................................................................................................................................................................................................ 40 Les 2 principales problématiques agricoles de Callas ............................................................................................................................................................. 43

les équipements administratifs et communaux ........................................................................................................................................................................ 51 les équipements scolaires ....................................................................................................................................................................................................... 51 les équipements de santé........................................................................................................................................................................................................ 51 les équipements socio-culturels et sportifs .............................................................................................................................................................................. 51 les équipements liés à la gestion des déchets ........................................................................................................................................................................ 51 les équipements d’adduction en eau potable .......................................................................................................................................................................... 52 les équipements d’assainissement des eaux usées ................................................................................................................................................................ 52

Les transports et les déplacements .................................................................................................................................... 53     

Les infrastructures routières : .................................................................................................................................................................................................. 53 Les voies à grande circulation : ............................................................................................................................................................................................... 53 La sécurité routière : ................................................................................................................................................................................................................ 53 Le stationnement ..................................................................................................................................................................................................................... 53 Les transports collectifs ........................................................................................................................................................................................................... 54

9.

Articulation du PLU avec d’autres documents .................................................................................................................... 55

3.

ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT............................................................................ 56

1.

Les ressources naturelles ................................................................................................................................................... 57   

2.

Un climat méditerranéen ......................................................................................................................................................................................................... 57 Des espaces forestiers considérables ..................................................................................................................................................................................... 58 contexte géologique ................................................................................................................................................................................................................ 60

La gestion et qualité de l’eau .............................................................................................................................................. 61

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


4/199

3.

La biodiversité .................................................................................................................................................................... 65           

4.

Catastrophes naturelles :......................................................................................................................................................................................................... 94 Risques de mouvements de terrain : ....................................................................................................................................................................................... 94 risques inondation ................................................................................................................................................................................................................... 95 risques liés aux feux de forêts ................................................................................................................................................................................................. 97

Le paysage ......................................................................................................................................................................... 99   

7.

Air : .......................................................................................................................................................................................................................................... 91 Bruit ......................................................................................................................................................................................................................................... 92 Déchets ................................................................................................................................................................................................................................... 93 Radiotéléphonie ...................................................................................................................................................................................................................... 93 Eau .......................................................................................................................................................................................................................................... 93

La gestion des risques ........................................................................................................................................................ 94    

6.

Des secteurs à fort enjeu environnemental bien connus ......................................................................................................................................................... 65 la ZNIEFF du Massif de la Colle du Rouet et de Malvoisin ...................................................................................................................................................... 66 la ZNIEFF de la forêt royale de St Paul en forêt ...................................................................................................................................................................... 68 la ZNIEFF de la vallée de l’Endre et ses affluents ................................................................................................................................................................... 70 la ZNIEFF des massifs boisés entre Callas et St Paul en forêt ............................................................................................................................................... 72 Le site d’importance communautaire (sic) de la forêt de palayson et du bois du rouet ........................................................................................................... 74 La Zone de Protection Spéciale (zps) Colle du Rouet ............................................................................................................................................................. 76 Résultats des prospections de terrain sur la commune ........................................................................................................................................................... 79 L’enjeu particulier de la Tortue d’Hermann .............................................................................................................................................................................. 83 Fonctionnement des réseaux écologiques du territoire ........................................................................................................................................................... 87 L’état des lieux des EBC du POS ............................................................................................................................................................................................ 90

Pollutions et nuisances ....................................................................................................................................................... 91     

5.

Articulation du PLU avec le SDAGE ........................................................................................................................................................................................ 61

Les différentes unités paysagères ........................................................................................................................................................................................... 99 La dynamique paysagère ...................................................................................................................................................................................................... 101 Les enjeux paysagers locaux ................................................................................................................................................................................................ 101

Perspectives d’évolution de l’environnement .................................................................................................................... 102 

Caractéristiques des zones susceptibles d’être touches de manière notable par le plu ........................................................................................................ 102

4.

EXPLICATION DES CHOIX RETENUS ........................................................................... 103

1.

Les choix retenus pour établir le PADD ............................................................................................................................ 104

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


5/199

 

un projet pour Callas ............................................................................................................................................................................................................. 104 Un PLU sur la voie du Grenelle de l’environnement .............................................................................................................................................................. 105

2.

Justification des Espaces boisés classés ......................................................................................................................... 108

3.

Justification des emplacements réservés ......................................................................................................................... 110

4.

Le patrimoine identifié au zonage ..................................................................................................................................... 111   

5.

Patrimoine à protéger ............................................................................................................................................................................................................ 111 Changement de destination des bâtiments agricoles ............................................................................................................................................................ 113 Restauration des bâtiments avec murs porteurs ................................................................................................................................................................... 114

Justification du zonage ..................................................................................................................................................... 115         

Les zones urbaines « U » ...................................................................................................................................................................................................... 115 Les zones à urbaniser « AU » ............................................................................................................................................................................................... 118 Répartition spatiale de la population au sein des zones a vocation d’habitat ........................................................................................................................ 121 Articulation avec le Programme Local de l’Habitat de la CAD ............................................................................................................................................... 122 Les zones agricoles « A » ..................................................................................................................................................................................................... 124 Les zones naturelles « N » et les secteurs Np Nt Ng ............................................................................................................................................................ 127 La zone du camping de la Garduère « Nh » .......................................................................................................................................................................... 127 Les zones de carrière « Nx » ................................................................................................................................................................................................. 128 Le reclassement des zones NB du POS .............................................................................................................................................................................. 129

6.

Solutions alternatives écartées et projets non retenus ..................................................................................................... 130

5.

CONSEQUENCES SUR L’ENVIRONNEMENT ............................................................... 132

1.

Analyse des incidences notables du PLU sur l’environnement ........................................................................................ 133      

2.

Incidences sur les ressources naturelles : contexte géologique ............................................................................................................................................ 134 Incidences sur la gestion et la qualité de l’eau ...................................................................................................................................................................... 134 Incidences sur la biodiversité et le fonctionnement écologique ............................................................................................................................................. 135 Incidences sur les pollutions et nuisances............................................................................................................................................................................. 137 INCIDENCES SUR LES PAYSAGES ................................................................................................................................................................................................ 137 Incidences sur la gestion des risques naturels ...................................................................................................................................................................... 139

Analyse des incidences notables sur l’environnement spécifiques à l’extension de la carrière de La Joyeuse 140  

Incidences sur les ressources naturelles : contexte géologique ............................................................................................................................................ 140 Incidences sur la biodiversité et le fonctionnement écologique du territoire .......................................................................................................................... 140

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


6/199

   

3.

Evolution probable de l’environnement en l’absence de PLU et avec le PLU .................................................................. 148   

4.

Mesures concernant les ressources naturelles : contexte géologique .................................................................................................................................. 154 Mesures concernant la gestion et la qualité de l’eau ............................................................................................................................................................. 154 Mesures concernant la biodiversité et le fonctionnement écologique .................................................................................................................................... 155 Mesures concernant les pollutions et nuisances ................................................................................................................................................................... 158 Mesures concernant les paysages ........................................................................................................................................................................................ 158 Mesures concernant la gestion des risques naturels ............................................................................................................................................................. 159 Mesures d’évitement, de réduction et de compensation des incidences sur l’environnement de « la Catalane » ................................................................. 160 Mesures d’évitement, de réduction et de compensation des incidences sur l’environnement de « la Joyeuse » .................................................................. 163

Evaluation d’incidences Natura 2000 ............................................................................................................................... 165     

6.

Si le PLU n’existait pas … ..................................................................................................................................................................................................... 148 L’évolution entre le POS et le PLU ........................................................................................................................................................................................ 149 Comparatif des surfaces entre le POS et le PLU et des capacités théoriques d’accueil: ...................................................................................................... 151

Les mesures envisagées pour réduire et compenser les conséquences dommageables du PLU sur l’environnement ... 153        

5.

Incidence sur le paysage ....................................................................................................................................................................................................... 140 Incidences sur la gestion et la qualité de l’eau ...................................................................................................................................................................... 141 Incidences sur les pollutions et nuisances............................................................................................................................................................................. 141 Justification du projet d’extension par rapport aux meilleures techniques disponibles permettant de limiter les incidences sur l’environnement ................. 142

Question préalable (R414.23.I CE) ...................................................................................................................................................................................... 165 Analyse des incidences (R414.23.II CE) .............................................................................................................................................................................. 176 Mesures de suppression, réduction (R414.23.III CE) .......................................................................................................................................................... 178 Conclusion............................................................................................................................................................................................................................. 178 Méthodologie et difficultés rencontrées ................................................................................................................................................................................. 179

ANNEXES ......................................................................................................................... 180     

Résumé non technique :........................................................................................................................................................................................................ 181 Exposé méthodologique : ...................................................................................................................................................................................................... 182 Dispositifs de suivi : ............................................................................................................................................................................................................... 183 Cartes de localisation des espèces inscrites à l’annexe II de la directive Habitat et de l’annexe I de la directive oiseau ...................................................... 185 Entités archéologiques recensées sur la commune de Callas .............................................................................................................................................. 193

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


7/199

1. Préambule 

Le PLU et la prise en compte de l’environnement

POURQUOI UN PLU ?

Les élus municipaux sont responsables de l’aménagement du territoire de leur commune. Le PLU, un document d’urbanisme local Pour cela, un outil réglementé par le code de l’urbanisme, est à leur disposition : le Plan Local d’Urbanisme (PLU), qui remplace le Plan d’Occupation des Sols. Le PLU est fondamental car il détermine, sur le moyen terme, la cohabitation entre les zones économiques, l’habitat, les zones naturelles et agricoles. Le PLU délimite ces zones (documents graphiques) et les réglemente (règlement de PLU). La philosophie du PLU, l’essence même du projet fondateur du PLU, est le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD). Ce document, débattu en conseil municipal le 26 avril 2012 permet à la commune de définir sa stratégie locale de développement durable et d’aménagement : projet en matière d’environnement, en matière de cadre de vie, en matière de développement économique etc.

Le PLU permet de définir l’aménagement des espaces et l’évolution des paysages : La commune y définit des espaces protégés, des espaces naturels à préserver, n’autorise que des activités respectueuses de l’environnement, préserve le patrimoine architectural du noyau villageois, contribue à stopper le mitage de l’urbanisation dans les espaces naturels à forte valeur paysagère… Avec le PLU, la commune est amenée à structurer la cohabitation entre les différents espaces de son territoire : zones d’habitat, zones de loisirs, zones dédiées aux activités économiques, zones naturelles, zones agricoles… La commune peut donc réussir à maîtriser l’artificialisation des sols, à protéger ses espaces naturels et à préserver la biodiversité existante sur son territoire. Avec le PLU, il ne s’agit plus « d’occuper le sol » mais de l’aménager, et si possible durablement, c’est à dire sans mettre en péril les ressources naturelles non renouvelables : l’eau, l’air, le terroir agricole… et surtout le sol, qui en matière d’aménagement, est la première ressource mobilisée. 1et 2

Le PLU incite à épargner le foncier, lui porter attention, et à l’économiser pour mieux le mobiliser.

1 2

D’après le guide de l’éco-électeur, fnh.org, 2008 D’après le n° hors série du Moniteur, « construire durable », mars 2008

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


8/199

DU POS AU PLU

La commune dispose d’un POS, document d’urbanisme en vigueur jusqu’à l’approbation du PLU par délibération du conseil municipal de Callas. 3

Cependant, suite à l’application de la Loi SRU en décembre 2000, la municipalité a décidé de procéder à la révision totale de son document d’urbanisme. L’objectif est de réaliser un nouveau document d’urbanisme, un PLU, sur l’intégralité de la commune, et remplaçant le POS. L’élaboration de son Plan Local d’Urbanisme a été prescrite par DCM du 3 mars 2006. Le PLU est la traduction du projet d’aménagement de Callas qui poursuit les objectifs suivants :         

Protéger les paysages exceptionnels de Callas et la riche biodiversité du territoire communal Protéger les biens et les personnes contre les risques naturels et anthropiques présents sur le territoire Gérer durablement les ressources naturelles Stopper l’urbanisation diffuse et recentrer l’urbanisation autour du village Créer une greffe villageoise Développer le potentiel agricole du territoire Affirmer la vocation « santé » de Callas au sein de la CAD Favoriser le développement des commerces, services, de l’artisanat Faire de Callas un lieu touristique incontournable

COMMENT S’ELABORE UN PLU ? 4

Conformément au code de l’urbanisme , le PLU est élaboré à l’initiative et sous la responsabilité de la commune de Callas. La commission urbanisme de Callas Une « commission urbanisme » a été créée au sein du conseil municipal de Callas. La « commission urbanisme » travaille en ateliers thématiques avec le bureau d’études chargé de l’élaboration du PLU : thématique économie, habitat, environnement, règlement, zonage … etc. La concertation publique avec les habitants Une fois les différentes étapes validées par la « commission urbanisme », le projet est présenté publiquement à la population dans le cadre d’une concertation publique ouverte à tous. La commune a organisé plusieurs réunions publiques en 2009 et 2010 et présenté l’état d’avancement des étapes du PLU. Une grande concertation publique s’est tenue au cours de l’été 2010. L’association des Personnes Publiques Le PLU a fait également l’objet de réunions de travail et de réunions officielles réunissant les « personnes publiques associées » à l’élaboration du PLU (Etat, Communauté d’Agglomération Dracénoise, Chambre d’Agriculture, communes limitrophes, Conseil Général …). Le Conseil Municipal de Callas Le Conseil Municipal a débattu sur le PADD le 26 avril 2012. Le projet de PLU a été arrêté par délibération du Conseil Municipal le 28 juin 2012.

Le PLU est un document de planification urbaine et de réflexion sur le développement communal pour les 20 prochaines années.

3

Loi Solidarité et Renouvellement Urbain créant les Plans Locaux d’Urbanisme.

4

L.123 et suivants et R.123 et suivants du code de l’urbanisme.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


9/199

POURQUOI UNE EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DU PLU ?

Le PLU de Callas fait l’objet d’une évaluation environnementale. 5

En effet, le PLU de Callas : 

permet la poursuite de l’activité d’extraction de matériaux calcaires, dans les carrières de la Joyeuse et de la Catalane, toutes deux situées sur le territoire communal et à proximité d’un site Natura 2000 dénommé « forêt de Palayson, bois du Rouet, Colle du Rouet ».

déclasse des Espaces Boisés Classés situés en secteur Natura 2000 pour une mise en valeur agricole des terres et favoriser l’ouverture des milieux forestiers.

L’ensemble de ces projets sont situés au sein (ou à proximité) de deux sites Natura 2000 : le rapport de présentation comprend une évaluation environnementale. Ainsi et conformément à l’article R.123-2-1 du code de l’urbanisme, le rapport de présentation : 1° Expose le diagnostic et décrit l'articulation du PLU avec les autres documents d'urbanisme et les plans ou programmes avec lesquels il doit être compatible ou qu'il doit prendre en considération ; 2° Analyse l'état initial de l'environnement et les perspectives de son évolution en exposant, notamment, les caractéristiques des zones susceptibles d'être touchées de manière notable par la mise en œuvre du plan ;

5

3° Analyse les incidences notables prévisibles de la mise en œuvre du plan sur l'environnement et expose les conséquences éventuelles de l'adoption du plan sur la protection des zones revêtant une importance particulière pour l'environnement (sites Natura 2000) ; 4° Explique les choix retenus pour établir le projet d'aménagement et de développement durable, et, le cas échéant, les raisons qui justifient le choix opéré par rapport aux autres solutions envisagées. Il expose les motifs de la délimitation des zones, des règles qui y sont applicables et des orientations d'aménagement. ; 5° Présente les mesures envisagées pour éviter, réduire et, si possible, compenser s'il y a lieu, les conséquences dommageables de la mise en œuvre du plan sur l'environnement et rappelle que le PLU fera l'objet d'une analyse des résultats de son application, notamment en ce qui concerne l'environnement, au plus tard à l'expiration d'un délai de dix ans à compter de son approbation ; 6° Comprend un résumé non technique des éléments précédents et une description de la manière dont l'évaluation a été effectuée.

Conformément à l’article L.121-11, le rapport de présentation contient les informations qui peuvent être raisonnablement exigées, compte tenu des connaissances et des méthodes d'évaluation existant à la date à laquelle est élaboré ou révisé le document, de son contenu et de son degré de précision et, le cas échéant, de l'existence d'autres documents ou plans relatifs à tout ou partie de la même zone géographique ou de procédures d'évaluation environnementale prévues à un stade ultérieur.

D’après l’article R121-14 du code de l’urbanisme

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


10/199

2. LE DIAGNOSTIC

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


11 / 199

1. 

Présentation géographique UN SITE STRATEGIQUE AU CARREFOUR DES ROUTES TOURISTIQUES

La commune de Callas se situe au Sud du Camp Militaire de Canjuers et des Gorges du Verdon, au nord-est du département du Var. A proximité de grands massifs naturels et sites remarquables (Verdon, Châteaudouble, Pennafort), d’une agglomération dynamique (la CAD), d’un échangeur autoroutier facilitant l’accessibilité aux métropoles régionales les plus renommées, Callas jouit d’une situation stratégique touristique non négligeable : 

Au cœur de la Dracénie,

Proximité de la Mer Méditerranée et des premières stations de ski,

Proximité des Alpes Maritimes (Grasse est à 47 km),

Proximité du Parc Naturel Régional du Verdon (Comps-sur-Artuby est à 25 km), et des premières stations de ski (Alpes Maritimes).

Proximité de l’échangeur autoroutier du Muy (à 16 km) qui permet aux Callasiens de rejoindre Cannes ou Aix-en-Provence en moins d’une heure d’autoroute A8.

Le cours d’eau de l’Endre (bassin versant de l’Argens) traverse la commune dans sa partie Sud. Le village, de type Bas-Alpin, aux maisons de caractères et rues étroites en « calade », est implanté sur un versant sud bien ensoleillé, ce qui en fait un des plus beaux villages de Provence.

Situation stratégique de Callas

6

Le territoire de Callas s’étend sur 4 932 hectares , dont les ¾ sont couverts de bois et forêts en partie protégés par Natura 2000. Du point de vue de la topographie, la commune de Callas est constituée d’un ensemble de plateaux et de collines boisées dont les altitudes varient de 158 à 729 mètres. 6

Superficie MapInfo communes83

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


12 / 199

Situation administrative de Callas au sein de la Communauté d’Agglomération de la Dracénie - CAD :

Commune de Callas

Canton de Callas

CAD

Située au nord-est du département du Var, Callas est le chef lieu du canton regroupant les communes de Figanières, Chateaudouble, Montferrat, Bargemon et Claviers. Callas est également membre de la CAD – Communauté d’Agglomération de la Dracénie.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


13 / 199

La CAD

Arc résidentiel Nord de la Dracénie

Callas fait partie de la Communauté d’Agglomération de la Dracénie (CAD). La sous-préfecture Draguignan est la ville-centre de cette agglomération qui regroupe 16 communes. La CAD élabore actuellement son propre Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT).

Principe de compatibilité et de subsidiarité : Le PLU prend en compte les préconisations de la CAD émises au sein du SCOT.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


14 / 199

2. 

La démographie 

1782 HABITANTS EN 2007

Lors du dernier recensement de la population effectué en 2007, le constat 7 est clair : la croissance démographique de Callas a repris son envol. En effet, de 1990 à 1999 celle-ci s’était essoufflée : environ 1% de croissance annuelle moyenne. Le nombre d’habitants Callassiens était passé de 1276 habitants en 1990 à 1391 habitants en 1999, soit 115 habitants supplémentaires en 9 ans.

HYPOTHESE DEMOGRAPHIQUE

L’évolution annuelle moyenne de 1999 à 2007 a été de 3% par an : Ce qui correspond à un apport de 40 à 50 personnes chaque année. Si le taux de croissance annuel moyen reste identique à la dernière période censitaire (1999-2007) alors la projection démographique serait la suivante :

Mais, depuis 1999, la courbe démographique a repris un rythme de croissance qui se rapproche des années 80. Au dernier recensement de 2007, la commune est passée de 1391 habitants en 1999 à 1782 habitants en 2007, soit 391 habitants supplémentaires en 8 ans.

Scénario au fil de l’eau : population de plus de 2000 hab. d’ici 5 ans, et plus de 2700 hab. dans un peu plus de 10 ans. Or la commission urbanisme souhaite ne pas dépasser le seuil des 2500 habitants d’ici 2020 : la croissance de la population devra donc être réduite et les capacités d’accueil du PLU devront correspondre.

7

Recensement de l’INSEE – population légale 2007.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


15 / 199

VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION

Les chiffres suivants sont issus du recensement intermédiaire de la population effectué en 2007. En 2007, la tranche d’âge la plus importante concerne celle des plus de 60 ans : 31% de la population. Un rajeunissement s’est opéré depuis 2000 : les tranches 0-19 et 20-39 augmentent légèrement. Toutefois, 56% de la population est âgée de plus de 40 ans. Depuis 1990, la part des jeunes ralentit, alors que la part des personnes plus âgées ne cesse d’augmenter : aujourd’hui, la population Callassienne bénéficie d’une plus longue espérance de vie..

L’indice de jeunesse est le rapport entre la population de moins de 20 ans et la population de plus de 60 ans. Plus cet indice est élevé, plus le nombre de moins de 20 ans est important par rapport aux plus de 60 ans. Un indice de jeunesse égal à 1 signifie qu’il y a autant de moins de 20 ans que de plus de 60 ans. L’indice de jeunesse à Callas était de 0.72 en 1999 : il y a donc plus de personnes âgées de plus de 60 ans, que de moins de 20 ans. Cet indice est inférieur à celui du Var qui était de 0.85 et à celui de la CAD qui s’élève à 0.9. Callas fait donc partie des communes à forte représentativité de personnes âgées avec Les Arcs, Bargemon, Lorgues et Taradeau. Les indices de jeunesse des communes de la CAD : Indice >1 jeunesse importante

Evolution depuis 1982 en % 1982

1990

1999

2007

35%

Indice <1 Jeunesse insuffisante

30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 0-19 ans

20-39 ans

40-59 ans

60 et +

L’actualisation, avec les derniers chiffres de 2007, ne justifie pas un renouveau démographique. La commune doit poursuivre ses efforts en matière d’attraction et/ou de conservation de ses populations jeunes.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


16 / 199

3. 

L’économie 

EXPLOSION DE LA POPULATION ACTIVE

2007 révèle une explosion du nombre d’actifs ayant un emploi : 627 actifs 8 occupés . Ainsi, le taux d’activité bondit : de 62% en 1999 à 70% en 2007. Et le taux de chômage chute de 19% en 1999 à 14% en 2007. Evolution de la population active

Nombre d'actifs ayant un emploi

Nombre d'actifs

9

En 2007, le diplôme le plus courant chez les Callassiens âgés d’au moins 15 ans est le CAP ou le BEP (23.4%). La population diplômée d’un bac +2 et d’un niveau supérieur est en augmentation depuis 1999 : 9.9% possèdent un bac+2 et 8.8% ont atteint un niveau supérieur (bac+3, +4, +5…). L’évolution entre 1999 et 2007 montre que les Callassiens tendent à poursuivre de longues études.

Diplômes de la population de 15 ans et + (1999-2007)

Nombre de chômeurs

700

UNE POPULATION PEU DIPLOMEE

2007

627

1999

600 niveau supérieur

500 400

425

421

BAC + 2

306

BAC ou BP

300

CAP ou BEP

200 100

70

81

100

102

BEPC CEP

0 1982

1990

1999

aucun diplôme

2007

0,0

8

Sources : INSEE 2007

9

5,0

10,0

15,0

20,0

25,0

30,0

Sources : INSEE 2007

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


17 / 199

DES CATEGORIES SOCIOPROFESSIONNELLES TERTIAIRES

Les catégories socioprofessionnelles les plus représentées à Callas sont : 

les employés pour 30% (la majorité des actifs),

les professions intermédiaires administration…) pour 22%,

(enseignement,

santé,

La part des cadres (11%) est relativement plus importante au regard d’autres communes de la Dracénie. Cette tertiarisation des activités est importante à Callas.

LES NAVETTES DOMICILE-TRAVAIL

10

En 2007, la majorité des actifs (66.8%) travaillent dans une autre commune que celle de Callas : 61% travaillent dans le Département Varois. Il s’agit essentiellement des Communes membres de la zone d’emploi de Draguignan, mais aussi de quelques communes varoises proches du littoral (Fréjus, St Raphaël) et des communes des Alpes Maritimes. La proportion d’actifs travaillant dans un autre département, voire dans une autre région, a légèrement augmenté depuis 1999.

A noter la très faible proportion d’agriculteurs (2%). Lieu de travail des actifs 1999-2007 30% 17%

22%

70,0%

19%

11%

60,9% 61,0%

50,0% 40,0%

0% Artisans, Cadres, prof. commerçants Intel.

2007

60,0%

2% Agriculteurs

1999

Professions inter.

Employés

34,8% 33,2%

30,0%

Ouvriers

20,0% 3,3% 4,6%

10,0%

0,9% 1,3%

0,0% à Callas

10

dans le Var

autre département de la PACA

autre région

Sources : INSEE 2007

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


18 / 199

LE TISSU ECONOMIQUE EXISTANT

Le cœur du village accueille l’essentiel des services de proximité et

Le tissu économique est caractérisé par une majorité d’entreprises (72%) unipersonnelles et d’artisans (chiffres 2006).

des petits commerces. Quelques restaurants et un hôtel sont également présents. La clinique des Oliviers (80 lits et 60 emplois) représente le pôle santé communal qu’il convient de conserver.

22% des entreprises accueillent 1 à 5 salariés, 3% accueillent 6 à 19 salariés, 2% 20 à 49 salariés (les deux carrières de la SOMECA et de LAFARGE) et une seule entreprise accueille plus de 50 salariés (la clinique des Oliviers située dans le village).

Le sud et l’est du territoire communal accueillent calcaire :

11

Nombre d'établissements par salariés

deux carrières de

 la carrière de La Joyeuse, à l’est, exploitée par la société Lafarge

granulats sud. (voir le chapitre suivant spécifique à la Carrière de La Joyeuse)

 La carrière de La Catalane, au sud et également sur le territoire de La Motte, exploitée par la société Someca.

Nombre d'établissements 0 salarié

72%

Nombre d'établissements 1 à 5 salariés Nombre d'établissements 6 à 19 salariés

22%

3%

1% 2%

11

Sources : INSEE PACA 2006

Nombre d'établissements 20 à 49 salariés Nombre d'établissements + 50 salariés

La commune disposait d’une zone NA au POS, au lieu dit Pont de Fer, qui était destinée à accueillir une zone artisanale, d’une superficie d’1.8 ha. Cette zone est reliée au réseau d’assainissement collectif. Aujourd’hui, seule la caserne de pompiers (600 m²) est installée sur ce secteur : les 1.2ha restants ont été plantés d’oliviers. La commune ne souhaite plus étendre l’urbanisation sur ce secteur localisé à l’entrée du Plan, zone agricole à préserver. Callas compte également deux campings : la Haute Garduere, une exploitation familiale de 80 emplacements et les Blimouses, 170 emplacements.

L’hostellerie des « Gorges de Pennafort » entend développer son attractivité avec quelques projets d’aménagements légers et de mise en valeur du patrimoine de l’hôtellerie (espace thalasso…). Touristiquement, Callas fait preuve d’une faiblesse de l’attractivité hôtelière, de restauration, de signalétique etc. Et pourtant, Callas est localisée sur la route d’accès aux Gorges du Verdon, et située à proximité du site des gorges de Pennafort et de celles de Châteaudouble. Un développement de l’accueil touristique, sur le territoire de Callas et dans le centre ancien, permettrait de contribuer au dynamisme villageois.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


19 / 199

Implantation des principaux pôles d’activités économiques de la commune de Callas

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


20 / 199

3. La filière Bois :

LE POTENTIEL ECONOMIQUE DE CALLAS

1. Le noyau villageois : Véritable petit bijou du patrimoine communal, le noyau villageois doit maintenir et assurer le développement de ses petits commerces, de ses services de proximité et de ses activités de restauration, tout en respectant sa typicité architecturale. La commune souhaite étendre son droit de préemption sur les commerces et identifier du stationnement supplémentaire, afin de favoriser l’attractivité commerciale du centre villageois : la rue Saint Eloi, l’ancienne route de Bargemon et la Place Clemenceau présentent de beaux atouts et un potentiel commercial et artisanal fort. Il est regrettable que les rez-de-chaussée se transforment en habitation : conserver une dynamique économique serait souhaitable.

Miser sur le potentiel touristique de la commune : le tourisme représente, non seulement sur Callas, mais aussi sur l’ensemble de la Dracénie, un gisement d’emplois.

Superficie de la forêt :

Nombre de propriétaires :

Total en hectare :

Moins de 1 ha De 1 à 4 ha De 4 à 10 ha De 10 à 25 ha Supérieure à 25 ha

516 238 50 21 24

204.6 ha 468.73 ha 305.99 ha 307.72 ha 1568.45 ha Source : CRPF septembre 2010

2. Le potentiel touristique :

La commune envisage de soutenir le développement d’éventuels projets de la filière bois conformément aux préconisations émises par la Dracénie et le Centre Régional de la Propriété Forestière (confection de plaquettes forestières destinées au chauffage, bois de chauffage en bûches, bois pour la construction). En effet, 65% des forêts privées du territoire de Callas appartiennent à des propriétaires de plus de 10 ha de bois, ce qui 12 est à considérer comme un potentiel économique important :

Le cœur du village pourrait devenir une étape touristique incontournable de la Dracénie : le paysage urbain doit être préservé, les calades rénovées (projet en cours), l’accueil doit se développer (hôtellerie, restauration), l’office du tourisme mis en valeur… Callas pourrait être inscrit comme « site d’étape » et « village de caractère » sur les grandes routes touristiques (Verdon, Fayence…). L’objectif étant d’attirer les touristes et visiteurs dans le village. L’agritourisme, l’accueil à la ferme, la réhabilitation de bâtiments en vue de permettre les activités touristiques en milieu rural … autant de microprojets à soutenir et favoriser. Le pôle touristique des Blimouses pourrait être conforté, ainsi l’accueil en camping perdurerait, conforté par un développement de l’hôtellerie en bordure de la RD 562 (gîte ou hôtel). D’autres sites sont à valoriser : quelques aménagements à Pennafort (restauration de la chapelle, belvédère surplombant les gorges…), protection incendie au camping de la Haute Garduère,…

4. Les deux carrières : Permettre les 2 projets d’extension des carrières de La Catalane et de La Joyeuse (voir le chapitre suivant spécifique à la carrière La Joyeuse), en prenant en compte leur intégration dans le contexte environnemental spécifique de la commune : préserver le caractère naturel des abords des carrières, intégrer au mieux cette activité économique au sein de l’environnement humain et naturel de la commune.

5. Une zone artisanale à proximité de la déchetterie existante (secteur des Venes) en limite communale avec Figanières. Ce projet étant intimement lié à l’aménagement d’un accès, voire d’un giratoire, réalisé par le Conseil Général.

6. la vocation « santé » de Callas (clinique des Oliviers au cœur du village) doit être affirmée : le cadre de vie et le site de Callas présentent des atouts incomparables en Dracénie. Enfin, Callas souhaite tirer profit de sa situation géographique et notamment de la traversée de la RD562 sur son territoire. 12

Source cahier communal forestier, diagnostic de la forêt privée de Callas, juin 2006, CRPF

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


21 / 199

4.

L’exploitation des carrières

Callas dispose de deux carrières, inscrites au schéma départemental des Carrières (SDC) du Var, qui a été approuvé le 22 novembre 2011 : - La carrière de la Catalane, exploitée par la SOMECA. - La carrière de la Joyeuse exploitée par Lafarge Granulats Sud. Ces deux carrières ont chacune fait l’objet d’un projet d’extension, lors d’une procédure de « révision simplifiée du POS », approuvée en 2009. Le périmètre de la Catalane reste donc inchangé à celui approuvé en 2009 : ce périmètre sera repris dans le PLU. Le périmètre de la Joyeuse, a été réduite suite à l’enquête publique de 2009, et à nouveau en 2012. Le PLU propose donc un nouveau périmètre à la carrière de la Joyeuse. Ci-après, les raisons économiques et règlementaires du choix du projet d’extension de la Joyeuse :

lors de la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites du Var du 30 novembre 2010 et arrêtée le 7 mars 2011. Dans le cadre de l’exploitation de carrières, en particulier de calcaires en roches massives, il préconise : 

De maintenir la diversité de l’offre par zone, soit en renouvelant ou en agrandissant les sites actuels, soit si ce ne peut être le cas, en ouvrant de nouvelles exploitations ;

De conserver l’équilibre de l’offre, dont la dérive peut se traduire pour certaines zones par la création de positions dominantes ou par une augmentation significative des transports, engendrant des surcoûts et une gêne accrue ;

Un choix d’implantation opportun, en visant la protection des sites, des milieux et des paysages, en apportant des garanties de préservation des eaux, en évitant la concurrence entre l’exploitation des matériaux et celle des terres agricoles ;

D’assurer la protection du voisinage immédiat en réduisant les bruits, en retenant ou évitant les poussières. Les masques naturels sont à privilégier pour intégrer la carrière dans le paysage. Une surveillance de la qualité des eaux rejetées et du milieu récepteur doit être assurée ;

De tenir compte de l’aptitude du réseau routier à supporter le trafic induit par l’exploitation de la carrière ;

De privilégier les emplacements proches des grands axes de circulation ;

Un réaménagement paysager en phasages coordonnés avec l’exploitation et tenant compte de la valeur paysagère et de la protection du paysage, en évitant les réaménagements trop typés (gradins, banquettes), les stocks aériens de stériles définitifs, les

LE PROJET D’EXTENSION DE LA JOYEUSE

En remarque liminaire, il convient de noter que la principale raison qui justifie le projet est évidemment que les conséquences de l’exploitation sur les intérêts protégés à l’article L511-1 du Code de l’Environnement seront plus faibles dans le cadre de l’extension d’une carrière existante que lors de la création d’une nouvelle carrière sur site vierge. En outre, le choix de poursuivre l’exploitation d’une carrière s’inscrit dans une démarche globale de gestion des matériaux naturels. Cette réflexion s’effectue réglementairement à l’échelle départementale et donne lieu à la rédaction d’un Schéma Départemental des Carrières. Toute nouvelle implantation ou extension doit être compatible avec ce Schéma Départemental. Le Schéma Départemental des Carrières (S.D.C.) du Var en vigueur a été approuvé le 22 novembre 2001 et a fait l’objet d’une mise à jour examinée

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


22 / 199

bâtiments et friches et en privilégiant les plateformes larges et des zones remblayées avec inertes et stériles ; En respectant les protections réglementaires ainsi que les inventaires écologiques et forestiers et relevant des aspects patrimoniaux et des ressources naturelles.

Le projet présenté satisfait à l’ensemble des préconisations du Schéma Départemental des Carrières du Var :

Il ne porte pas atteinte à la protection des sites ;

Il est masqué par des écrans paysagers naturels (frange boisée conservée en bordure Nord-Est de l’Extension) et l’extraction s’effectuera en dent creuse pour ne pas porter d’atteinte au paysage ;

Il est situé sur une zone compatible avec le Plan d’Occupation des Sols, dans un environnement relativement isolé où les plus proches voisins sont des habitations retirées ;

Il se situe à proximité des principales zones de consommation et des grands axes de circulation ;

Il est raccordé au réseau routier départemental par des voies au gabarit adapté ;

Il intègre un projet de réaménagement paysager coordonné ;

Il propose une diversité de l’offre en matière de production de granulats ;

Il intègre l’utilisation de matériaux issus du recyclage et de la valorisation pour le remblaiement et le réaménagement du site.

JUSTIFICATION DU PROJET D’EXTENSION PAR RAPPORT AU CONTEXTE TECHNICO-ECONOMIQUE

L’activité d’extraction de matériaux se range parmi les moins polluantes du monde industriel. En effet, il s’agit uniquement de la production de matériaux « naturels » qui ne contiennent pas de produits toxiques, répondent aux exigences de la construction HQE (Haute Qualité Environnementale) et qui sont recyclables dans leur très grande majorité. Les principaux aspects économiques sont rappelés dans le Schéma Départemental des Carrières (cf. pages 7,8 et 9 de l’annexe 1 de la mise à jour du S.D.C. du Var du 7 mars 2011 :

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


23 / 199

JUSTIFICATION DU PROJET D’EXTENSION PAR RAPPORT AUX BESOINS EN MATERIAUX DE CARRIERE

a) Identification des besoins La consommation en matériaux de carrière put se décliner en quelques chiffres : 

  

De plus, comme toute entreprise du secteur « carrières et matériaux », la carrière LAFARGE de Callas doit concilier l’efficacité économique, la qualité technique et la préservation du cadre de vie. La prise en compte de la dimension environnementale se fait dans chaque étape de la vie du site de production :  en contrôlant et minimisant les inconvénients liés à l’activité (suivi des poussières, enregistrement des vibrations liées aux tirs de mines, suivi écologique…) ;  en assurant une meilleure intégration du site dans le milieu environnant ;  en apportant une contribution positive à l’aménagement de l’espace par la remise en état des sols après exploitation.

la consommation moyenne en granulats (sables, graviers et enrochements) est en France de 7 tonnes par an et par habitant, il s’agit de la deuxième ressource naturelle la plus consommée en volume et en poids après l’eau ; dans le département du Var, cette consommation est supérieure à la moyenne nationale : 8,6 tonnes/an/habitant, une maison représente environ une consommation de 400 tonnes de granulats, un collège, 6 000 tonnes, un kilomètre de route, 15 000 tonnes.

Les matériaux de carrières nous sont indispensables, ne serait-ce que pour nous permettre de nous loger, d’étudier, de nous déplacer ou d’entretenir les réseaux actuels Ils interviennent également dans de nombreuses autres applications (cosmétiques, industrie papetière, sidérurgie…) mais là n’est pas la destination des granulats qui sont fabriqués sur le site de « la Joyeuse » à Callas. L’approvisionnement en granulats courants et l’étude prospective d’évolution est définie par le Schéma Départemental des Carrières (cf. pages 12, 13 et 14 de l’annexe 1 de la mise à jour du S.D.C. du Var du 7 mars 2011, sur la base de l’étude économique réalisée en 2005 par l’Union Nationale des Carrières et Matériaux de Construction (syndicat interprofessionnel). Cette étude a été validée par la Commission Départementale des Carrières (C.D.C.) du 20 juin 2006.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


24 / 199

b) La production de granulats dans l’Est Varois La consommation de granulats dans le département du Var est globalement répartie au niveau des zones habitées. La carte ci-dessous présente la densité de population par commune, ainsi que les 3 zones considérées par l’étude de l’UNICEM, qui regroupe les zones des SCOT (Schémas de Cohérence Territoriale) : « Est Var » (regroupant l’aire Dracénoise, Saint Tropez – Grimaud et Var Est : Fréjus – Saint Raphaël ; soit environ 230 000 habitants), « Centre Var » (Provence Verte et Cœur du Var), « Toulon » (Toulon Provence Méditerranée). Illustration 1 : Densité de population dans l’Est varois

L’étude économique de l’UNICEM de 2005 indique que la consommation annuelle s’établit à 7.73 millions de tonnes de granulats courants dans le département, dont 2.86 millions de tonnes pour le secteur de l’Est Varois, soit une légère progression par rapport aux besoins identifiés à 2.7 millions de tonnes par an pour ce secteur dans le S.D.C de 2001.

La production des carrières dans le Var était d’environ 7.53 millions de tonnes en 2003, en légère progression sur la période 1993-2003 ; la production dans l’Est Varois était de 3.27 millions de tonnes en 2003 (source : étude économique UNICEM de 2005).

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


25 / 199

2011 est reportée dans le tableau ci-dessous (source : statistiques économiques UNICEM).

ANNEE

Sables et graviers

Granulats calcaires

Granulats éruptifs

d'alluvions (en kT)

(en kT)

(en kT)

Production totale de granulats en PACA (en kT)

2000

10120

14710

1600

26430

2001

10440

16060

1480

27980

2002

9890

15610

1770

27270

2003

9820

16450

1870

28140

2004

10100

15690

2120

27910

2005

9970

16800

2300

29070

2006

10390

17110

2090

29590

2007

10830

18490

2120

31440

2008

9820

16530

2070

28420

2009

9030

14630

1800

25460

2010

9300

16440

2010

27750

2011

9120

17110

2220

28450

L’année 2007 est considérée comme une année d’activité exceptionnellement importante. La crise de 2008 – 2009 s’est traduite sur le marché des granulats en PACA par une baisse d’environ 25 % du volume d’activités entre les années 2007 et 2009. La reprise de l’activité en PACA a eu lieu en 2010 et 2011, le marché des granulats ayant retrouvé ces 2 dernières années (2010 et 2011) des niveaux d’activité connus entre 2001 et 2004. En conséquence, malgré des variations d’activité liées aux variations de l’activité économique nationale et internationale, le marché des granulats en PACA est relativement constant, voire en légère augmentation si l’on se réfère à des périodes de plusieurs années. Les sites de production du secteur de l’Est Varois et les productions annuelles sont listés dans le tableau suivant (cf. annexe 2 de la mise à jour du S.D.C. du 7 mars 2011). Pour confirmer la validité de ces prévisions au regard des derniers cycles économiques, l’évolution de la production régionale (PACA) entre 2003 et

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


26 / 199

Commune / Lieu-dit

Capacité de production annuelle maximale

Callas / La Catalane

1 250 000 tonnes

Callas / La Joyeuse

500 000 tonnes

Draguignan / La Granégone

500 000 tonnes

Fayence / La Péjade Figanières / La Clue

150 000 tonnes 20 000 tonnes/an

Flayosc / Les Tuilières

50 000 tonnes

Fréjus / Pont du Duc

400 000 tonnes

Grimaud / Fangaroute La Mole / Gontier Saint Raphaël / Les Grands Caous (*) TOTAL

5 000 tonnes 400 000 tonnes 800 000 tonnes 4 075 000 tonnes

(*) La carrière de Saint Raphaël est identifiée par le Schéma Départemental des Carrières comme un gisement de matériaux nobles (matériaux nécessaires à la fabrication des enrobés ou couches de roulement des chaussées, cf. p. 5 de l’annexe 1 de la mise à jour du S.D.C. du Var), qui n’entrent pas dans le décompte des besoins en granulats courants (ou ordinaires, tels que les matériaux nécessaires à l’industrie du bâtiment, des travaux publics, hors couches de roulement des chaussées ; par ailleurs les grands travaux ne sont pas pris en compte dans le décompte des besoins en granulats, cf. p. 12 de l’annexe 1 mise à jour du S.D.C.). Une fois décomptée la production de la carrière des « Grands Caous » à Saint Raphaël, la production cumulée des carrières situées dans l’Est Varois s’établit donc à 3 275 000 tonnes extraites par an. Le traitement des matériaux extraits pour la production de granulats courants commercialisables conduit à éliminer 10 à 20 % de matériaux non commercialisables. En conséquence, les 3 275 000 tonnes extraites par an permettent de produire de 2 600 000 à 2 900 000 tonnes de granulats commercialisables, qui couvrent les besoins annuels en granulats courants du secteur de l’Est Varois (2,86 millions de tonnes en 2003). La production de la carrière de « la Joyeuse » ne pourrait être compensée par les autres carrières locales, le cumul de production ne permettant pas de couvrir les besoins du secteur. De la même manière, la carrière du

«Défens d’Embuis» au Cannet (située dans le secteur « Centre Var » et en limite du secteur « Est Var »), a une capacité de production limitée à 400 000 tonnes par an, et la distance par rapport au barycentre de consommation de l’Est Var induirait des surcoûts liés au transport. De ce point de vue, la carrière de « la Joyeuse » est idéalement située pour desservir les marchés du BTP du secteur de l’Est Varois : zone de Draguignan (16 km), Fréjus (30 km) et Fayence (18 km). Par ailleurs, la disparition de la carrière de « la Joyeuse » pourrait induire une position dominante sur le secteur de Draguignan et de quasi monopole sur tout le secteur de l’Est Varois : les principales carrières du secteur étant celles de Fréjus, la Mole (exploitant : CEMEX), la Catalane et la Granégone (exploitant : SOMECA dont CEMEX est actionnaire depuis 2001 avec 33 % des parts) qui représentent 2 550 000 tonnes extraites (soit 80 % de la production). La position des carrières de l’Est Var est figurée ci-dessous (en bleu les carrières de calcaire, en rouge les carrières de roches siliceuses, en vert les centres de recyclage, la taille est proportionnelle à la capacité de production) :

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


27 / 199

c) Adéquation entre approvisionnement en granulats courants et ressources Au regard de la disposition des carrières existantes, des distances de transport et de la consommation globale du secteur de l’Est Varois, la production actuelle (3,275 millions de tonnes extraites pour 2,6 à 2,9 millions de tonnes de granulats commercialisables) est juste suffisante pour satisfaire les besoins du secteur en granulats courants (2,86 millions de tonnes). L’approvisionnement des chantiers de l’ensemble du secteur de l’Est Varois (secteurs de la Dracénie, de Fréjus – Saint Raphaël et de Fayence), est réparti entre les différents sites existants, en fonction de l’offre globale proposée pour chaque chantier (distance, qualité des matériaux, cadence de production, etc). La mise à jour du S.D.C. du Var précise (p. 13 de l’annexe 1) que la zone Est Var « présentera à l’échéance 2013 et en l’absence de renouvellement d’autorisation et d’extension des sites existants, un déficit de 1 360 000 tonnes par rapport à sa production actuelle ». Ce déficit correspond à la fin de l’exploitation des carrières de « la Joyeuse » et de « la Catalane », dont les extractions concernent 1 750 000 tonnes (soit 1 360 000 tonnes à 1 400 000 tonnes de granulats courants commercialisables par an, après traitement et élimination d’environ 20 % de matériaux non commercialisables). La mise à jour du S.D.C. précise aussi (p. 14 de l’annexe 1) que « la pérennisation et la préservation des sites de production de matériaux est un impératif dont les documents d’urbanisme doivent tenir compte. Aucun scénario de substitution n’étant viable techniquement, économiquement et administrativement dans les délais impartis, l’enjeu économique majeur s’applique à ce jour pour l’ensemble du département ». La carrière de « la Catalane » a fait l’objet d’un renouvellement et d’une extension de son autorisation début 2012 ; la demande d’autorisation de renouvellement et d’extension de la carrière de « la Joyeuse » a été retardée suite à l’annulation de la zone d’extension de la carrière au POS de la commune de Callas en août 2011. L’extension de la carrière de « la Joyeuse » à Callas permettra donc de participer à l’équilibre du département varois, en particulier dans l’Est du Var. De plus, les carrières approvisionnant actuellement le marché de l’Est Var livrent des chantiers situés en moyenne à une distance de 11 km (à vol d’oiseau). La livraison de granulats depuis des carrières situés au Centre Var ou dans l’Ouest Varois représenterait un coût de transport non

négligeable, qui se répercuterait sur le coût global des chantiers du BTP de l’Est Varois. Une augmentation du coût des matières premières se répercuterait inévitablement sur le produit final (logements, ouvrages d’art…). Compte tenu de la forte augmentation des prix de l’immobilier et des chantiers publics depuis les années 2000, il ne paraît pas être judicieux que de rajouter une cause de renchérissement supplémentaire. La société Lafarge Granulats Sud répond, à partir de cette carrière, à de nombreux marchés du BTP, tant pour la fourniture de granulats pour la viabilité que pour celle de composants des bétons par exemple. Cette carrière génère des produits finis qui sont utilisés sur la zone de marché de l’Est du département du Var et l’Ouest du département des Alpes-Maritimes (Draguignan, Fréjus, Fayence, Callas, Cogolin, Grasse, Mandelieu).

LA RECHERCHE DE SOLUTIONS ALTERNATIVES

Cette carrière est déjà ancienne, son existence étant antérieure aux années 1970. A l’heure actuelle, la superficie totale de la carrière autorisée est de 31,8 hectares. La zone d’extraction du gisement représente 12 hectares, la zone de traitement et de stockage des matériaux produits, les aires de circulation, les zones des bureaux et de l’atelier représente 14 hectares, les zones réaménagées représentent 5 ha. Les solutions alternatives qui pourraient être envisagées sont les suivantes:  La recherche de nouvelles sources d’approvisionnement (départements voisins, pays méditerranéens),  L’utilisation de matériaux alternatifs (granulats recyclés et autres matériaux),  L’ouverture d’un nouveau site. a) L’approvisionnement depuis les départements voisins L’approvisionnement courant de l’Est varois en matériaux calcaires depuis les carrières des Alpes Maritimes, situées à plus de 40 kilomètres, est inenvisageable d’un point de vue économique et environnemental. En effet, ces carrières approvisionnent par ailleurs un marché important, dans un département qui a des difficultés considérables d’accès à la ressource. De plus, ces carrières ne sauraient répondre durablement, en quantité et

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


28 / 199

qualité, au marché de l’est varois. Enfin, l’éloignement entre la ressource et le bassin de consommation rend le bilan environnemental et économique défavorable. b) L’approvisionnement par bateau depuis les pays Méditerranéens (ou plus lointains) Dans le cadre de l’étude engagée pour l’extension de la carrière de Callas, les possibilités d’approvisionnement par bateau ont également été envisagées. En effet, le coût de transport maritime des granulats semble limité, du fait des quantités transportées et de la fonction éventuelle de lestage des bateaux parfaitement remplie par les granulats. Toutefois, l’approvisionnement en granulats par bateau et leur déchargement nécessite la création d’infrastructures pour le déchargement de minéraliers d’une capacité minimum de 50 000 tonnes. Or, les ports de la côte Est varoise sont aujourd’hui dépourvus de ces infrastructures et ne peuvent pas à court terme les mettre en place. C’est pourquoi ce choix n’a pas été retenu. De plus, les granulats sont historiquement issus de centres de productions locaux destinés à approvisionner des chantiers de proximité. Notre société a donc choisi de s’orienter vers la pérennisation de ce mode de production et d’approvisionnement local, garant de la conservation des savoirs-faire. c) L’utilisation de matériaux alternatifs L’utilisation de matériaux alternatifs se heurte aujourd’hui à plusieurs limites : Des limites qualitatives Dans le contexte actuel, les matériaux alternatifs sont exclusivement utilisés sous forme de remblais ou de terres recomposées. L’utilisation de matériaux recyclés ou d’autres types de matériaux alternatifs n’est pas envisageable pour la fabrication du béton prêt à l’emploi, la préfabrication ou les usages routiers, compte tenu des caractéristiques physicochimiques de ces matériaux. En effet, les granulats entrant dans la composition des bétons et couches des chaussées doivent répondre à des caractéristiques chimiques et de résistance bien particulières, ce qui n’est aujourd’hui pas le cas des matériaux alternatifs.

Par ailleurs, un récent exemple de dégradation accélérée de béton fabriqué avec des granulats recyclés impropres est apparu dans la Vallée de la Maurienne en octobre 2006, ayant pour conséquence la destruction de plusieurs bâtiments, le préjudice financier étant estimé à plusieurs dizaines de millions d’euros. Des limites quantitatives Dans le cadre de travaux publics, la plupart des excédents de chantiers sont réutilisés sur place, pour la réalisation des couches de forme, ou sur des chantiers situés à proximité. Les granulats composant les enrobés sont également réutilisés immédiatement lors de la rénovation des couches de roulement des chaussées. Dans le cadre de la démolition des bâtiments, les matériaux recyclables sont la plupart du temps utilisés pour la constitution des plates-formes, sur place ou à proximité. Pour les chantiers de construction, les matériaux recyclables sont également réutilisés sur place. Les éléments d’actualisation des Schémas Départementaux des Carrières de la région PACA (juin 2006) précisent que la quantité annuelle d’inertes disponible est de 7 115 000 tonnes sur la région, dont 3 millions de tonnes (40 % environ) sont d’ores et déjà recyclées dans les chantiers de travaux publics. Le potentiel disponible sur la région est donc au maximum de 4 millions de tonnes/an. Dans le Var, la quantité d’inertes est de 1 500 000 t/an, dont 600 000 t/an (40 % environ) sont aujourd’hui recyclées dans les chantiers de travaux publics : le potentiel disponible est donc de 900 000 t/an. En considérant que l’Est varois représente environ 40 % de ce potentiel, soit moins de 400 000 tonnes/an et que 100 à 150 000 tonnes de granulats y sont déjà recyclés par an, le gisement potentiel restant estimé entre 200 et 250 000 tonnes de granulats par an n’est donc pas suffisant pour combler le déficit d’approvisionnement pour les besoins courants estimé à près de 1,4 million de tonnes par an dans l’est varois à l’horizon 2013. Les autres matériaux alternatifs L’usage de matériaux naturels tels que le bois, le chanvre, l’argile….pourrait également contribuer à réduire la consommation de « granulats neufs ». Cependant, l’utilisation de ces matériaux est encore naissante et le béton reste majoritairement utilisé pour les fondations et structures de constructions diverses, en particulier les ouvrages d’art, les

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


29 / 199

logements collectifs, etc. Par ailleurs, la plupart des matériaux alternatifs cités ci-dessus ne sont pas produits localement, ce qui impliquerait des nuisances environnementales dues notamment à leur transport. Les solutions apportées par Lafarge Granulats Sud La société Lafarge Granulats Sud a développé dans le cadre du projet d’extension de la carrière de Callas un dispositif visant à augmenter la production de granulats issus du recyclage des déchets inertes du bâtiment. La société Lafarge Granulats Sud sollicitera l’autorisation d’extension de la carrière mais également l’autorisation de recevoir, dans le cadre du réaménagement de la carrière, des terres inertes issues des chantiers du bâtiment et des travaux publics. Une « plate-forme de tri et valorisation des matériaux » sera mise en place sur le site et des campagnes régulières de concassage des matériaux recyclables seront réalisées. Le site de la carrière permettra d’apporter une solution pour le stockage des matériaux inertes, acheminés aujourd’hui encore vers des sites dispersés, induisant un trafic de camions non négligeable et des nuisances environnementales importantes. De plus, les matériaux recyclables accueillis seront triés et stockés en vue de leur concassage et de leur réutilisation.

LE CHOIX DE L’EXTENSION PLUTOT QUE DE L’OUVERTURE D’UN NOUVEAU SITE

L’extension de la carrière de « la Joyeuse » de Callas plutôt que l’ouverture d’une nouvelle carrière provient d’un choix mûrement réfléchi. Ce choix a été effectué au regard des diverses conditions qui doivent être réunies pour procéder à la création d’une nouvelle exploitation : 

Tout nouveau site doit être situé dans un rayon de 30 km au maximum (à vol d’oiseau) par rapport au centre de consommation de l’est Varois, pour limiter les distances de transport jusqu’aux chantiers, Le gisement doit être de bonne qualité pour permettre la production de granulats pour béton et voiries, et respecter les critères du marquage CE,

Les accès routiers doivent permettre une bonne desserte de la zone de consommation de l’est varois, l’utilisation d’une desserte alternative (ferroviaire ou maritime) de ce marché étant encore illusoire compte tenu de l’infrastructure existante (desserte limitée, ligne unique, quais minéraliers inexistants et gares de l’Est varois inadaptées), Aucune contrainte réglementaire ne doit empêcher ou fortement compliquer l’ouverture de ce nouveau site (sites classés, zones Natura 2000, …), L’impact sur l’environnement et le paysage doit être minimal.

La recherche et la reconnaissance de sites potentiels pour l’ouverture d’une carrière se sont déroulées en plusieurs phases : Phase 1 : étude bibliographique et cartographique de la géologie régionale qui a permis de déterminer les formations géologiques affleurantes dans le secteur et de sélectionner les formations dont les caractéristiques peuvent répondre aux critères de qualité et d’exploitabilité souhaités. Elle se conclut par la délimitation des zones d’affleurement des séries géologiques retenues. Phase 2 : étude de la topographie des zones déterminées en phase 1 qui a permis de définir les sites potentiels présentant une desserte routière favorable et la meilleure insertion dans l’environnement. Phase 3 : visite de terrain qui a permis d’esquisser une géologie sommaire des sites retenus, de vérifier les caractéristiques géologiques et géotechniques des matériaux affleurants et de préciser le contexte environnemental. Certains sites peuvent alors être éliminés lors de cette phase. Phase 4 : analyse multicritères plus fine (contraintes réglementaires, contraintes environnementales, comparaison des variantes…). Les illustrations en pages suivantes représentent la superposition, sur la carte des ressources minérales, de l’accessibilité et de la distance par rapport au marché de l’est varois, des zones urbanisées et de la frange littorale, et des sites classés et zones concernées par la Directive Européenne « Natura 2000 ».

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


30 / 199

a) Phase 1 Illustration 2 : Localisation des carrières existantes dans l’Est varois

La carte géologique fait apparaitre des ressources calcaires au Nord de Draguignan (figurées en bleu sur la carte simplifiée) et des ressources siliceuses dans les massifs des Maures et de l’Estérel (figurées en orange sur la carte simplifiée). Globalement, ces formations sont exploitables pour la production de granulats. Cependant les gisements du secteur sont souvent très hétérogènes, en raison des nombreuses perturbations géologiques liées à la formation de la chaîne alpine. Ces hétérogénéités se manifestent localement par de fortes épaisseurs de recouvrement, de nombreuses failles qui contribuent à « polluer » le gisement par des argiles et des plissements prononcés des formations géologiques, qui rendent d’autant plus difficile la reconnaissance précise de gisements réellement exploitables. Illustration 3 : carte géologique simplifiée de l’Est varois

Ressources calcaires

Ressources siliceuses

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


31 / 199

Illustration 4 : secteurs facilement accessibles par le réseau routier

b) Phase 2 L’accessibilité (proximité et compatibilité des réseaux de transports existants avec le trafic engendré) et la distance par rapport au marché de l’est varois constituent une première contrainte à intégrer. La consommation de granulats dans l’Est varois est globalement centrée sur les zones à forte densité de population, le barycentre se trouvant entre Draguignan et l’agglomération de Fréjus / Saint-Raphaël. Des aménagements importants de l’infrastructure ferroviaire existante seraient à prévoir pour acheminer les granulats par fer : quai de déchargement avec desserte routière, sur un tracé existant présentant peu de zones aménageables. Ces contraintes rendent aujourd’hui l’approvisionnement en granulats de l’Est varois par réseau ferré encore trop onéreux. La desserte routière conditionne l’exploitabilité d’un gisement, qui n’est économiquement plus rentable au-delà de 30 kilomètres par rapport au cœur du marché, en effet les granulats sont des matériaux pondéreux dont le coût de transport double le prix au-delà de 30 kilomètres parcourus. Un rayon de 20 km autour du barycentre de consommation a été figuré sur les cartes ci-après, symbolisant la zone de chalandise maximale (rayon de 20 km à vol d’oiseau correspondant approximativement à 30 km parcourus par la route). Les réseaux routiers conduisent à éliminer un certain nombre de secteurs trop excentrés et/ou dont la desserte routière est peu adaptée : Cogolin, la Garde-Freinet, Plan de la Tour, Lorgues, Flayosc, Seillans, Montauroux. Par ailleurs, les secteurs situés au centre du maillage routier mais trop distants de celui-ci sont considérés comme inaccessibles : secteurs situés à l’est et à l’ouest de Bagnols en Forêt, secteur situé au Nord de Sainte Maxime.

Enfin, les différentes zones dans lesquelles l’ouverture d’une nouvelle carrière n’est pas envisageable apparaissent une fois superposées les zones urbanisées ainsi que les zones à forte contrainte environnementale (sites Natura 2000, sites classés, sites militaires).

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


32 / 199

Illustration 5 : superposition des zones urbanisées et à fortes contraintes environnementales

c) Phase 3 et 4 Les gisements dont la valorisation peut être envisagée sont considérablement réduits par la superposition de ces différentes contraintes. Les zones restantes (en rose et bleu clair) correspondent aux zones déjà exploitées (Callas), et aux zones dans lesquelles l’exploitation d’une carrière n’est pas envisageable du fait des contraintes paysagères (bordure de l’autoroute entre Fréjus et Mandelieu, lac de Saint Cassien et secteur de Bagnols en Forêt le long de la RD 4, contreforts de Draguignan et des Arcs, bordure de la RD 25 entre le Muy et Sainte Maxime). Les secteurs du Luc, du Thoronet et de la Môle, outre leur éloignement du cœur de consommation, sont déjà exploités. La recherche de secteurs compatibles avec l’ouverture d’une carrière et les critères énumérés plus haut (géologie, accessibilité, proximité des zones de consommation, moindres contraintes environnementales) n’a donc pas abouti à la détermination de sites potentiels dont l’impact environnemental serait moindre par rapport à l’impact environnemental de l’extension de la carrière actuelle de « la Joyeuse » à Callas.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


33 / 199

LES ATOUTS DU SITE « LA JOYEUSE »

Les principaux atouts du site de « la Joyeuse » à Callas pour la poursuite et l’extension de l’exploitation d’une carrière sont les suivants : 

La présence d’une formation géologique dont la valorisation permettra la fabrication de matériaux de qualité permettant de répondre aux normes en vigueur, sans avoir d’impact sur l’hydrogéologie locale et régionale.

Une configuration permettant une exploitation en « dent creuse » qui facilite l’insertion paysagère sans problème de co-visibilité.

Une localisation privilégiée à l’écart des zones densément habitées.

Les objectifs de l’aménagement décidés de manière concertée pourront faire l’objet d’un partenariat entre la société Lafarge, la commune, les associations et les partenaires techniques et financiers institutionnels. Pour le site de « la Joyeuse » à Callas, on peut ainsi citer d’ores et déjà l’existence d’une retenue collinaire dans le cadre de la protection incendie du massif, les partenariats avec des associations culturelles et de préservation de l’environnement (SOPTOM), et le « comité de suivi » de la carrière qui suit depuis le début des années 2000 l’avancement de la carrière, auquel siège le représentant local du CEN (ex CEEP), gestionnaire de la future réserve naturelle régionale de « la Joyeuse ».

Des enjeux faunistiques et floristiques maîtrisés. De plus, le projet, bien que limitrophe, est situé en dehors des zones Natura 2000, Z.I.C.O., et en dehors de tout espace protégé règlementairement.

Une possibilité d’accès simple et existante.

Une réserve minérale importante.

Le maintien des emplois locaux (16 emplois directs et une soixantaine d’emplois indirects).

Le maintien de la diversité de l’offre en granulats l’agglomération Dracénoise et l’Est du Var.

Par ailleurs, pour tous ses projets, le Groupe Lafarge travaille dans un esprit de concertation qui permet de passer d’un « simple » projet de carrière à un projet d’aménagement et de développement local.

sur

Une répartition du trafic plus homogène sur le réseau routier que si l’approvisionnement de l’aire Dracénoise et de l’Est Var ne se faisait que par une seule carrière.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


34 / 199

5.

L’agriculture

ETAT DES LIEUX SOCIO-ECONOMIQUE AGRICOLE13

70

autres exploitations

Contrairement à de nombreuses communes Varoises, le nombre d’exploitations reste stable de 1988 à 2000.

exploitations professionnelles

43 39

51

13

14

1979

1988

Répartition des exploitations en fonction de la SMI sur la commune de Callas (source MSA 2005)

6 0 2000

Cependant, à l’analyse plus fine des exploitations, il s’avère que les exploitations professionnelles diminuent (de 14 à 6 entre 1988 et 2000) alors que les autres types d’exploitations augmentent (de 43 à 51).

Ainsi les exploitations non professionnelles restent largement majoritaires et représentent 89% des exploitations agricoles totales en 2000. La Superficie Agricole Utilisée (SAU) moyenne par exploitation reste également stable : 5ha en 2000.

>2 SMI 17%

entre 1 et 2 SMI 13%

<1/2 SMI 57% entre 1/2 et 1 SMI 13%

Répartition des exploitations sur Callas en fonction de la SMI et des cultures 14

>2 SMI entre 1 et 2 SMI entre 1/2 et 1 SMI <1/2 SMI

12 10

Le diagnostic agricole réalisé par la CAD montre que la majorité des exploitations (57%) sont en dessous de la ½ SMI, et que cela concerne majoritairement les exploitations viticoles (exploitations les plus nombreuses). A l’échelle de la CAD, 46% des exploitations sont en dessous de la SMI. A Callas, sur 23 exploitations, seules 10 sont de taille professionnelle (>1/2 SMI) : 6 en viticulture, 2 en arboriculture, 1 dédiée aux grandes cultures et 1 d’horticulture.

8 6 4 2 0 Viticulture

13

Arboriculture

Grandes cultures

Horticulture/pépinière

Elevage

Sources : RGA2000, cahier communal agricole janvier 2007 AADSEA, CAD, CDA38

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


35 / 199

Une population agricole qui vieillit : L’emploi agricole est non seulement en diminution constante, mais il subit aussi un vieillissement de sa population agricole. Selon les données MSA 2005, Callas compte 27 exploitants dont :  16 sont âgés de + 50 ans ;  11 sont âgés de – 50 ans. La moyenne d’âge des exploitants agricoles est de 52 ans (en 2005).

Caractéristique foncière agricole : Le marché foncier sur Callas est extrêmement fort. Les notifications (intentions de vente) sont au nombre de 233 (période 2001-2005), et les surfaces échangées de 634.3 ha. La surface moyenne échangée est de 2.7ha, ce qui est important au regard des SMI. Le marché foncier des terres agricoles de Callas est encore agricole, et non pas spéculatif. Des interventions SAFER peu fréquentes : Seules 2 interventions SAFER sur la commune depuis 2001 (surface moyenne échangée par intervention SAFER : 0.8ha)

Pyram ide des âges des exploitants agricoles sur la com m une de Callas (source MSA 2005) Age (ans)

Prix moyen du foncier agricole à Callas : bien qu’inférieurs à la moyenne de la CAD, les prix moyens pratiqués à Callas sont soutenus par rapport à la réalité économique agricole des terrains.

plus de 80 entre 70 et 80 entre 60 et 70

Prix du foncier agricole bâti et non bâti 50-60 Moyenne des prix par ha notifié avec du bâtit (€)

40-50

30-40

300 000

20-30 <20 Nom bre

Moyenne des prix par ha notifié sans bâtit (€)

250 000 0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

200 000

Installations et transmissions des exploitations agricoles : Une seule installation a été recensée entre 1995 et 2006 sur la commune de Callas. Ce nombre est très faible par rapport au nombre d’exploitations professionnelles existantes (10 sur la commune). Les installations de la commune de Callas représentent 3% des installations de la CAD sur la période 1995-2006 (33 installations sur la CAD).

150 000

L’enquête ADASEA-CAD 2006 démontre que 79.3% des exploitations détenues par un exploitant âgé de + 50 ans, ont une transmission assurée. Chiffre nettement supérieur à la moyenne de la CAD : 53.3%.

0

100 000 50 000

Callas

CAD

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


36 / 199

EVOLUTION SPATIALE14

L’évolution de l’occupation du sol est relativement importante sur les 30 dernières années (1972 à 2003). Cette évolution est caractérisée par une régression des espaces agricoles.

Evolution de l'occupation du sol 1972-2003

100%

Les espaces agricoles perdus les plus conséquents se situent autour du village. Le développement urbain s’est en effet localisé en fer à cheval autour du noyau villageois, et plusieurs zones d’habitat diffus se sont développées au sud du village. (Voir carte suivante). 80%

Environ 350 ha de terres agricoles ont disparu en 30 ans au profit : De l’urbanisation et de l’influence urbaine, au bas des vallons et sur les coteaux (137.8 ha).Il n’y a plus d’opportunités agricoles au sein de ces espaces. Ou d’une recolonisation naturelle des restanques (198.9 ha). Aujourd’hui, de nombreuses oliveraies sont présentes en forêts.

 

La viticulture et l’oléiculture qui constituaient en 1972 les cultures dominantes sur Callas, sont devancées largement par les surfaces en herbe en 2003 ; ce qui n’est pas forcément un mauvais signe : en effet en 2003 la prime herbagère agro-environnementale a permis une réorientation ou une diversification pour les exploitations qui arrachaient des vignes Néanmoins , la proportion importante de friches viticoles récentes au sein des surfaces cultivées en 2003, symbolise un état de santé relativement mauvais de l’agriculture sur la commune.

Espaces naturels

60% Espaces agricoles

40% Espaces sous influence urbaine

40

%

1972 (%)

2003 (%)

30

20%

Espaces artificialisés

20

10

0%

0

Arboriculture

14

Viticulture

Fourrage/Surface en herbe

Autre

Friche récente

1972

2003

Sources : cahier communal agricole janvier 2007 ADSEA, CAD, CDA38 et SIG CAD

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


37 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


38 / 199

LES ZONES NC DU POS15

Le POS de Callas (approuvé en 1999) donne une place modérée à l’usage agricole avec 13% de la surface communale classée en zone NC (agricole).

Forte régression de la viticulture en zones NC.

Nette augmentation des espaces en friche en zones NC.

Nette augmentation des superficies fourragères/surfaces en herbe en zones NC (ce qui n’est pas forcément un mauvais signe : en effet en 2003 la prime herbagère agro-environnementale a permis une réorientation ou une diversification pour les exploitations qui arrachaient des vignes).

Malgré l’émergence de projets arboricoles, les surfaces dédiées à l’arboriculture en zones NC ont diminué.

Les espaces agricoles cultivés hors zone NC : Un certain nombre d’espaces agricoles se trouve en dehors du zonage NC : les cultures concernées sont en majorité arboricoles (culture de l’olivier). Ces espaces agricoles cultivés hors zonage NC sont classés en zone ND (naturelle) et dans une moindre mesure, en zone NA, NB ou même en zone U.

Les espaces agricoles classés NC : Les zones NC ont globalement des tailles modestes, excepté la zone dite du « Plan ». La CAD et la Chambre d’Agriculture ont analysé l’occupation du sol entre 1972 et 2003 des 10 grandes zones NC présentes sur la commune. De cette analyse fine, il en ressort un état de santé plutôt négatif : 

Baisse généralisée des surfaces cultivées en zones NC.

Augmentation des surfaces artificialisée en zones NC.

Augmentation des espaces naturels en zones NC.

L’ensemble des 10 grandes zones NC possède une élasticité potentielle importante compte tenu de l’absence de zones urbaines ou d’axes de communication à proximité directe des zones agricoles. Cependant, la zone du Plan, et la zone agricole située juste au pied du village (piémont) possèdent pour leur part une élasticité faible puisqu’elles sont à proximité :  des axes de communication,  de zones urbaines U,  de zone d’urbanisation future NA,  et de zones d’habitat diffus NB. La zone du Plan constitue le cœur de l’agriculture de Callas. Cet espace agricole est en nette diminution sur ces trente dernières années. L’artificialisation des terres est en augmentation et l’enfrichement des espaces cultivés a été considérable (+34ha). Cet espace autrefois dédié à la viticulture (152 ha viticoles en 1972) est aujourd’hui partagé entre vignes, fourrages ou friche. La zone du Plan mais également la zone agricole au pied du village (piémont) représentent toutes deux, les zones agricoles les plus exposées à la pression foncière.

15

Sources : cahier communal agricole janvier 2007 ADSEA, CAD, CDA38 et SIG CAD

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


39 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


40 / 199

Les appellations d’origine certifiée 

Les projets agricoles :

LE POTENTIEL AGRICOLE DE CALLAS 16

:

L’agneau de Sisteron : indication géographique protégée ( IGP)

Le Côte de Provence - vin blanc, rosé, rouge : Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) concernant 300 ha sur le territoire de Callas, et le Vin de Qualité Produit dans une Région Déterminée (VQPRD)

Le Côte de Provence Fréjus - Rosé et Rouge : AOC et VQPRD

L’Huile d’Olive de Provence : Appellation d’Origine Contrôlée (AOC)

L’irrigation :

Le Miel de Provence : indication géographique protégée ( IGP)

Le canal de Provence irrigue quelques secteurs agricoles de la commune, et notamment le secteur du Plan (l’eau provient du Lac de St Cassien). Voir le tracé de la canalisation dans les servitudes d’utilité publique.

L’agriculture biologique (AB) :

L’image du territoire :

L’agriculture biologique est un mode production agricole qui exclut l’usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite l’emploi d’intrants en vue de pratiquer le respect des équilibres écologiques et l’autonomie des agriculteurs. Sur la commune de Callas, seul un producteur maraîcher 17 est certifié en Agriculture Biologique (SCEA les Nouveaux Jardiniers) . L’oléiculture : L’agriculture Callassienne est axée sur l’olivier : la culture oléicole est ancienne sur le territoire communal. On dénombrait 56 000 oliviers en 1890 et 23 moulins en activité. Le gel de 1956 a cependant porté un coup fatal à cette dynamique oléicole. Le potentiel oléicole est important : la commune possède de nombreuses oliveraies, et notamment sous la forêt.

16 17

La commune compte plusieurs projets agricoles portés par des propriétaires privés. La majorité des terres concernées est aujourd’hui couverte de bois ou de friches, et classée en zone naturelle au POS (et très souvent couvertes d’EBC). L’objectif du projet agricole du PLU est de favoriser l’émergence de ces projets. Le PLU classera ces terrains en zone agricole réservée à l’activité agricole et à l’installation de locaux strictement nécessaires à l’activité agricole. Les EBC seront systématiquement supprimés afin de permettre la mise en culture.

Le paysage agricole de Callas participe à l’image attractive de la commune. La diversité des productions agricoles contribue à la qualité du cadre de vie : autant de cultures que de variétés d’aspects, de camaïeu de couleurs et d’évolutions paysagères au grès des saisons. Le paysage agricole joue également le rôle de révélateur du patrimoine communal. A titre d’exemple : le piémont agricole du noyau villageois de Callas. Ce piémont participe à la mise en valeur du village. Le paysage agricole associe également le patrimoine bâti agricole (du cabanon au hangar agricole). Les bâtiments présentant un intérêt patrimonial et situés en zone agricoles se doivent d’être réhabilités afin d’éviter de tomber en ruine ; d’autres bâtiments n’ayant plus de fonction agricole peuvent tout aussi bien changer de destination, sans compromettre l’activité agricole principale de l’exploitation et ainsi contribuer à la diversification de l’activité agricole (agritourisme…).

Source : Institut National des Appellations d’Origine Source : annuaire officiel des professionnels de la Bio

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


41 / 199

La contribution environnementale de l’agriculture : Une biodiversité propre aux espaces cultivés existe, et des corridors agricoles écologiques peuvent être identifiés : … ripisylves des canaux d’irrigation, cours d’eau, haies et plantations en milieu agricole qui font office de niche écologique ou d’îlot de refuge… Les pratiques agricoles peuvent également participer à la préservation d’espèces protégées telles la tortue d’Hermann. Les cahiers d’habitat du réseau Natura 2000 établissent des propositions de gestion, afin de maintenir les populations de tortues d’Hermann, espèce fortement menacée : Il faut : « Favoriser la réhabilitation des habitats favorables à la Tortue d’Hermann. Les mosaïques et les ouvertures de milieux (espaces cultivés, zones agricoles…) sont à favoriser, notamment dans le Var où la densification forestière constitue une forte menace. Le pastoralisme peut contribuer au maintien d’espaces ouverts. Des mesures agroenvironnementales allant dans ce sens sont à 18 envisager » . Enfin, les intrants agricoles, et notamment les intrants agricoles polluants tels les nitrates, phosphates ou pesticides, ont un fort impact écologique sur les eaux superficielles et les nappes phréatiques. L’utilisation de matières organiques (fumier, compost, boues…) comme alternative aux engrais minéraux est hélas encore trop peu pratiquée.

18

Pourquoi maintenir une activité agricole sur le territoire ? Les productions agricoles génèrent des revenus à l’exploitant, aux ménages… … elles génèrent de l’activité aux coopératives, aux saisonniers, à l’agritourisme…

Les cultures sont créatrices de variétés de formes, de couleurs, et structurent le paysage communal en tant qu’interface entre bâti et forêt … … elles participent au patrimoine local, au cadre de vie … … à la qualité de vie des habitants qui traversent ces paysages… … mais aussi touristique…

Enjeu Socioéconomique

contribuent

à

l’attractivité

Enjeu paysager

L’AGRICULTURE Enjeu Environnemental

Les secteurs cultivés sont des corridors écologiques et favorisent la biodiversité propre aux zones agricoles… … ils jouent également le rôle de pare-feu agricole limitant la propagation des incendies de feux de forêts …

d’après les cahiers d’habitat Natura 2000, Testudo Hermanni, page 129.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


42 / 199

Callas possède 300 hectares de terres classées en appellation AOC Côtes de Provence

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


43 / 199

LES 2 PRINCIPALES PROBLEMATIQUES AGRICOLES DE CALLAS

La problématique viticole La viticulture est en diminution constante, de part :  la conjoncture de la filière,  l'absence de cave coopérative (les viticulteurs vont à Figanières ou au Muy),  et les différentes primes à l'arrachage. Or, le potentiel viticole est important (300 hectares d’AOC).

Ainsi :  afin de préserver les terres encore cultivées,  afin de stopper l’étalement de l’urbanisation sous forme de mitage en plaine agricole,  afin maintenir le « poumon agricole » de la commune de Callas, … L’ensemble du Plan doit être protégé afin que l’agriculture puisse se maintenir et se développer, tout en favorisant l’accueil touristique (hôtellerie, restauration…) en bordure de la RD 562.

Le domaine de La Bastide du Plan possède une cave viticole (vins AOC). Le PLU doit identifier les terres à potentiel agronomique, telles que les terres AOC. Celles-ci seront classées en zone agricole. La problématique des secteurs agricoles du « Plan » et bordant le « Plan » Le Plan, situé au cœur de l’espace communal, est un « triangle agricole » encadré par trois routes départementales, dont la RD562 au sud. Deux phénomènes caractérisent l’évolution spatiale du Plan : 1°) L’urbanisation qui s’est développée sur les franges du Plan depuis une trentaine d’années (au POS on remarque la présence de zones urbaines U et de zones NB en bordure du Plan). 2°) L’enfrichement qui se développe au cœur du Plan : Les terres agricoles cultivées ont nettement diminué.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


44 / 199

6. 

L’habitat, le logement

LA NAISSANCE DE CALLAS

19

Le territoire de la commune fut peuplé depuis la Haute Antiquité, comme l’atteste la présence d’un oppidum sur la hauteur du plateau de Piol dominant le village. Callas s’est donc peuplé sur les hauteurs, la topographie jouant un rôle de protection naturelle. D’autres habitats antiques ont été révélés : au Blimouses, en plaine ou encore à Pennafort. Au XIème siècle le village est fortifié, avec des ruelles étroites, des calades, et des maisons resserrées à l’intérieur d’un rempart percé de plusieurs portes. Au XIVème siècle, la famille des Pontevès s’installe à Callas. Leur demeure était un grand et beau château. Aujourd’hui, les ruines du château de Pontevès sont encore visibles. Le village de Callas fut construit sur les remparts du château. L’implantation du village révèle le souci permanent de l’approvisionnement en eau et la nécessité de conserver une exposition plein sud permettant de ne pas trop souffrir du froid en hiver. En contrepartie la chaleur de l’été devait être combattue par l’entassement des constructions aux murs épais et des passages étroits, souvent couverts, offrant le plus d’ombre et de fraîcheur possibles. La silhouette du village est aujourd’hui remarquable. Encore aujourd’hui, le village a conservé sa typicité provençale avec ses places et placettes ombragées, ses calades, ses vieux lavoirs, ses fontaines, son jeu de boules et ses vieilles rues piétonnes : le patrimoine architectural et urbain du village est à protéger. Les ruines de la chapelle de la Trinité font l’objet d’un périmètre de protection au titre des Monuments historiques inscrits le 24/05/1974. Un recensement du patrimoine villageois est identifié dans le PLU, en référence à l’article L.123-1-7 du code de l’urbanisme. (Voir chapitre 4-4). 19

Source texte et photos : Si Callas m’était conté, 2003

Voir également les entités archéologiques recensées sur Callas (En annexe du présent rapport)

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


45 / 199

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENT Typologie du parc de logements :

Croissance du nombre de logements : Depuis 1968, le nombre de logement est en constante augmentation. En 2007, Callas totalise près de 1150 logements, contre à peine 460 en 1968. Les résidences principales ont toujours été majoritaires dans le parc de logement. L’attractivité résidentielle de la commune est avérée. En 2007, les résidences principales sont au nombre de 748, soit 65%. Les résidences secondaires se sont essoufflées dans les années 80 pour rebondir depuis 2000. En 2007, on en dénombre 323, soit 28% du parc. Les logements vacants sont encore trop importants notamment dans le centre du village : en 2007 l’Insee en dénombre 77, soit 6% du parc. Mais cette donnée est à relativiser, car plusieurs réhabilitations ont été entreprises depuis.

Evolution du nombre de logements par catégorie 800

700 600

Résidences principales

500 400 300

Résidences secondaires et logements occasionnels

200

logements vacants

100

0 1968

1975

1982

1990

Sources : fiches INSEE juin 2010.

1999

2007

Les maisons individuelles sont toujours prédominantes, malgré un petit ralentissement depuis 1999. Les appartements sont en legère hausse.

Les occupants des résidences principales sont majoritairement des propriétaires (pour 64.8%). En effet, le développement résidentiel s’est majoritairement réalisé par l’accueil de ménages en accession à la propriété, dans de l’habitat individuel. Depuis 2007, 5,60% Statut d'occupation en 2007 4,30% la part des locataires a propriétaire légèrement 25,20% augmenté. locataire privé Quant au locatif social, Callas totalise locataire HLM 32 logements 64,80% locatifs logé gratuitement sociaux situés dans le village : Les Muriers (22 HLMO) et l’Olivado (10 PLA), gérés par Var Habitat). Soit 4.3% des résidences principales. Il est important de préciser que Callas, possédant moins de 3500 habitants, n’est pas concerné par l’application de l’article 55 de la Loi SRU stipulant l’obligation de réaliser 20% de logements locatifs sociaux.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


46 / 199

Croissance du nombre de pièces :

Evolution du rythme de construction :

57% des résidences principales possèdent au moins 4 pièces en 2007. Depuis la décennie 90, les résidences principales sont de plus en plus vastes et comportent de plus en plus de pièces.

Un pic d’urbanisation s’est révélé dès l’année 2000, suite aux possibilités offertes par le POS en vigueur. Mais depuis 2002, le rythme de construction s’est considérablement ralenti. Les permis accordés pour des maisons individuelles ont chuté depuis 2002 : la moyenne est aujourd’hui située à 8 permis par an. Il est toutefois important de noter que certains permis concerne parfois 2 ou 3 logements.

Résidences principales selon le nombre de pièces 1999

2007

Les derniers permis accordés pour du collectif neuf datent de 2006 : 2 permis accordés pour une production totale de 14 logements.

300 250

Les réhabilitations progressent lentement depuis 2004 : 4 permis accordés en 2007 et 2009, un permis en début d’année 2010.

200 Permis de construire accordés depuis 2000

150

Maisons individuelles

100

Collectifs

Réhabilitation centre ancien

35

50

30

0

25

1 pièce

2 pièces

3 pièces

4 pièces

5 et +

20 15

Epoque d’achèvement des résidences principales : 39% des logements sont anciens : construits avant 1949 et forment le noyau villageois. La seconde période propice au développement de l’habitat se situe entre 1975 et 1989 où près de 30 % des logements ont été construits essentiellement en périphérie du centre villageois.

10 5 0 -5 2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


47 / 199

Par ailleurs certaines zones NB présentent les caractéristiques suivantes :

REPARTITION ET FORME DE L’HABITAT

-

Cas des zones NB situées dans les quartiers de Peypin, Les Rays, Les Gardettes, St Pierre-Les Hubacs, ou encore de Camp de Pontes: ces secteurs font partie d’une entité paysagère spécifique, les contreforts des collines surplombant l’ensemble villageois. Ces collines et lignes de crêtes participent à la qualité des paysages de callas : Ces secteurs encore boisés mettent en valeur le dessin si caractéristique du village de Callas. L’ambiance boisée devra être favorisée, ces secteurs ne devront pas se densifier.

-

Cas des zones NB de Camp Redon, Camp de Pontes, Les Merigues, Clos Deris : ces secteurs à dominante naturelle et boisée, sont éloignés du village. La préservation de cet environnement naturel devra être favorisée, ces secteurs ne devront pas se densifier.

-

Cas des zones NB du Villard, des Blimouses, de Peycavier : ces secteurs représentent fort bien l’étalement urbain et le mitage du territoire de Callas. Fortement éloignés du village, présentant un impact paysager fort (notamment à l’ouest de la zone agricole du Plan), ces secteurs d’habitat diffus devront conserver leur ambiance naturelle et ne pas se densifier.

Le recul notable des activités agricoles et le phénomène de 20 « rurbanisation » a favorisé un développement urbain sous forme de mitage des espaces agricoles et naturels, notamment ceux proches du centre ancien (collines, espaces boisés…). Le développement urbain de Callas s’est effectué ainsi au gré d’initiatives individuelles sur des terrains situés principalement aux abords du village ou bien desservis par le réseau viaire (RD et voies communales). Il en résulte une urbanisation diffuse qui entraîne un mitage de l’espace. Les grandes zones du POS (avant le PLU) : U

NB

NA

La superficie du territoire de Callas totalise 4932 ha. Le POS les répartissait de la façon suivante :

NC 2NC*

- 191 ha de surfaces constructibles (zones U, NA et NB) soit 3.8 %. - 552 ha de surfaces agricoles (zone NC)

ND

- 147 ha de zones de carrières (zones 2NC) - 4039 ha de zones naturelles (zone ND)

LES ZONES D’HABITAT DIFFUS NB

Les zones d’habitat diffus totalisent près de 80 hectares (zones NB du POS). Ces zones de mitage de l’espace naturel sont peu équipées (en assainissement, en voirie, ou en protection incendie) ou présentent des carences en matière d’accessibilité. L’équipement de ces zones ne pourrait être supporté par la Commune.

20

Ligne de crête forte et collines surplombant le village

Rurbanisation : phénomène d’étalement urbain en milieu rural.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


48 / 199

LA PERIPHERIE VILLAGEOISE L’extension villageoise s’est effectuée le long des routes, chemins et voiries existantes. La répartition de l’habitat est nettement plus diffuse, les habitations sont individuelles (villas) et implantées sur de larges terrains. La plupart de ces zones sont aujourd’hui facilement accessibles, équipées et raccordées à l’assainissement collectif. Ces zones étaient classées en zones urbaines au POS antérieur. C’est à l’intérieur de ces zones que nous retrouvons l’essentiel des constructions à usage d’habitation de Callas. Il s’agit des quartiers de Moulières, La Colle, Peyblou, Les Costes… Bien qu’urbains et équipés, ces quartiers présentent toutefois une ambiance arborée, « verte », où l’élément végétal domine. Les jardins, les bois des collines, et les restanques (aux Costes notamment) font partir du paysage urbain de ces quartiers. Cette ambiance « verte » et rurale participe à la qualité de vie de ces quartiers. Le PLU entend conserver cette ambiance.

LE DEVENIR DES ZONES NA DU POS

4 zones NA (d’urbanisation future) existaient au POS de Callas. Seules 2 sont conservées car la commune entend conserver un potentiel « futur » d’urbanisation : 1- la future greffe villageoise au pied du village (zone 1AU au PLU) 2- et le futur quartier de Camp de Pontes (zone 2AU au PLU). Les autres zones NA du quartier Pont de Fer (pompiers) et au nord des Costes sont supprimées.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


49 / 199

Part respective des zones constructibles du POS (avant le PLU)

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


50 / 199

ARTICULATION AVEC LE PROGRAMME LOCAL DE L’HABITAT DE LA CAD

retraités….) qui se trouvent aujourd’hui dans l’impossibilité de trouver un logement abordable, en location ou à la vente. L’objectif est que le parcours résidentiel soit respecté.

Outils stratégique de programmation et de pilotage, le PLH exprime la politique que la CAD, communauté d’agglomération de la Dracénie, entend développer en matière d’habitat.

L’intégration architecturale et la volonté de développer un « éco quartier » font partie des priorités communales.

Le PLH définit Callas comme étant un « village relais », « au cadre de vie remarquable » et « favorable à une fonction résidentielle ».

2. Objectif du PLH « Rééquilibrer, diversifier et développer l’offre de logements » :

Fin 2009, le scénario retenu du PLH consiste à « renforcer les polarités » de la CAD. Ce scénario se décline en plusieurs objectifs que le PLU de Callas entend poursuivre :

Objectif du PLU de Callas : Callas entend développer l’offre de logements locatifs sociaux de façon équilibrée sur l’ensemble des zones urbaines jouxtant le cœur du village (notamment une offre neuve de qualité en accession sociale). La mixité sociale doit pouvoir se développer au sein des projets d’habitation proches du village. Des obligations pourraient être imposées aux constructeurs, en matière de logement social, pour tout projet d’habitation à partir de 10 logements.

1. Objectif du PLH : « Développer un politique foncière pour l’habitat » : Objectif du PLU de Callas : Callas entend procéder au renouvellement urbain sur le site de la Ferrage-Les Clos, au pied du village. Ce projet est porté par la commune (en partie) et l’EPFR (acquisition de terrain, mixité des opérations de logement…). Situé au pied du village, le site de la Ferrage-Les Clos d’une superficie de 17 000 m² est stratégiquement bien localisé pour faire l’objet d’un projet de greffe villageoise en continuité directe avec le centre du village. Ce site était déjà classé en zone d’urbanisation future (NA) au POS et son raccordement aux réseaux publics (accès, assainissement, eau potable, électricité…) est envisagé. La commune, l’EPFR (établissement public foncier de la région), et la CAD y projettent une opération de greffe villageoise, connectée au village. Ce nouveau quartier accueillerait de l’habitat, notamment de l’habitat social, et des équipements publics. L’objectif principal est de pouvoir accueillir dans ce quartier toutes les catégories de population (jeunes ménages, personnes à mobilité réduite,

3. Objectif du PLH « Favoriser le renouvellement du patrimoine d’habitat privé » : Objectif du PLU de Callas : Callas entend valoriser son centre ancien par des aménagements d’espaces publics, création de stationnement de proximité, maintien des résidences principales et des commerces dans le village… Le PADD définit notamment des orientations particulières d’aménagement sur le cœur du village : rues et places dédiées à la vitalité commerciale, patrimoine communal à protéger, cheminements piétons identifiés, stationnement de proximité programmé…

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


51 / 199

7.

Les équipements et les services

21

Callas dispose d’un bureau de Poste principal situé stratégiquement au cœur du village près de la place centrale, d’un office du tourisme, ainsi que d’un centre de secours et d’incendie au quartier de Pont de Fer. La gendarmerie se situe à Bargemon, Un projet de cimetière aménagé tel un « jardin du souvenir » est envisagé au Camp de Pontes, près du récent boulodrome.

LES EQUIPEMENTS SCOLAIRES

En matière de petite enfance, Callas ne possède pas de crèche (située à Figanières) : C’est pourquoi la commune envisage l’installation d’une crèche intercommunale au pied du village, aux Ferrages-les Clos. En revanche, la commune assure :  1 garderie périscolaire qui accueille une vingtaine d’élèves.  2 classes de maternelle accueillant 38 élèves et 4 classes d’école primaire pour 103 élèves.  Un système de ramassage scolaire. Les collégiens poursuivent leur scolarité à Figanières (≃75 Callassiens), et les lycéens sont scolarisés à Draguignan ou Lorgues (≃30 Callassiens).

LES EQUIPEMENTS SOCIO-CULTURELS ET SPORTIFS

LES EQUIPEMENTS ADMINISTRATIFS ET COMMUNAUX

LES EQUIPEMENTS DE SANTE

Une médiathèque, une école de musique, ainsi qu’une salle polyvalente (salle des fêtes de Beaujour) sont présents à Callas. Récemment a été inauguré le musée de l’huile d’olive situé dans l’ancien moulin communal, près du, quartier de la Ferrage (gestion du musée par la CAD). En matière d’équipements sociaux, la commune ne dispose pas de maison ème des jeunes, de foyer social ou de foyer du 3 âge, … Le terrain de foot, situé au pied du village, constitue le noyau dur du pôle sportif du village. L’aménagement d’un bâtiment pour usage socioculturel est prévu à proximité. Un boulodrome a récemment été installé à l’ouest du village, près du chemin menant au Camp de Pontes. 2 chemins de randonnée sillonnent le territoire communal (tourisme CAD). En ce qui concerne d’autres équipements sportifs (piscine, gymnase…) les Callassiens bénéficient des équipements de la CAD (intercommunalité).

LES EQUIPEMENTS LIES A LA GESTION DES DECHETS

La CAD assure la gestion des déchets de toute l’intercommunalité. Une déchetterie est installée sur la commune de Callas, quartier des Venes, en bordure de la route de Figanières. La tournée d’enlèvement des ordures ménagères a lieu quotidiennement l’été et 4 fois par semaine le reste de l’année.

L’hôpital le plus proche se situe à Draguignan. En revanche, une clinique moyen-séjour « Les Oliviers », d’une capacité de 82 lits, est installée dans le centre du village. La commune envisage également l’installation d’un éventuel second pôle médical. 21

Données communales

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


52 / 199

LES EQUIPEMENTS D’ADDUCTION EN EAU POTABLE

LES EQUIPEMENTS D’ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES

Les données de cadrage :

Les données de cadrage :

L’adduction en eau potable : Gestionnaire : Saur. Nombre abonnés : 1118 abonnés en 2009.

L’assainissement des eaux usées : Gestionnaire : SAUR. Nombre d’abonnés : 591 abonnés.

Consommation : Volume produit : 194 387 m3. Volume consommé : 138 393 m3. Consommation moyenne par jour et par habitant : 300 l / j / hab. Consommation moyenne en été : 450 l / j / hab. Temps de réserve en pointe : > à 24 h.

Equipements existants : Station d’épuration dimensionnée pour 3 500 eq/hab, située au cœur du Plan.

Equipements existants : 1 réservoir d’une capacité de stockage de 300 m3. Projet de création d’autres réservoirs aux Gardettes, et Coudone (voir la liste des ER) 30 302 mètres linéaires de réseau d'eau potable (2009). Les Ressources : Forages et captages : forage des Costes (DUP du 24/10/1990) et nd existence du réseau du canal de Provence. Il est prévu un 2 forage aux Costes en renforcement du forage existant. Un périmètre de protection du forage des Costes a été instauré (servitude d’utilité publique). Le schéma départemental des ressources et de l’alimentation en eau du Var (2006) : Rendement en distribution : moyen (existence de réseaux âgés de 30 à 50 ans : mauvais état et fuites) Secours et diversification de la ressource : assurés par le SIVOM de Callas (Madeleine, Adoux et Costes)

Capacité résiduelle de la station : 1500 eq/hab. Le schéma directeur d’assainissement : Le schéma d’assainissement délimite la zone d’assainissement collectif et la zone d’assainissement non collectif (SIEE juillet 2004). Un complément a été réalisé en 2009 (Pro Eco Conseil) sur le quartier des Ferrages, zone urbaine conservant un assainissement autonome et une superficie minimale.

L’assainissement autonome : L’arrêté du 7 septembre 2009, fixe les prescriptions techniques applicables aux systèmes d’assainissement non collectif (voir les annexes générales, document n°5 du PLU).

Voir également les annexes sanitaires (document n°5 du E PLU) et les plans des réseaux : documents graphiques n°4 et 4F du PLU.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


53 / 199

8. 

Les transports et les déplacements

LES INFRASTRUCTURES ROUTIERES :

Les principales voies de communication reliant Callas aux territoires voisins sont des Départementales.

LE STATIONNEMENT

Plusieurs emplacements réservés dédiés au stationnement seront mis au place dans le PLU : et notamment au pied du village et dans le village.

  

RD 562, axe Est-Ouest, reliant Grasse à Draguignan. RD 25, axe Nord-Sud, reliant Bargemon au Muy. RD 225, bordant le flanc ouest du Plan. La RD 562 représente un atout important pour Callas puisque cette voie relie la CAD au territoire Fayence.

LES VOIES A GRANDE CIRCULATION :

RD 25 et RD 562 : En dehors des espaces urbanisés, le long de ces voies les constructions sont interdites dans une bande de 75 m de part et d’autre de l’axe de la RD. Callas supporte entre 2000 et 5000 véhicules par jour (RD562 notamment)

LA SECURITE ROUTIERE :

Sur Callas ont été réalisés plusieurs aménagements au titre de la sécurité : aménagement du carrefour des 4 chemins et sens unique dans le village. D’autres projets pourraient voir le jour :  carrefour d’accès à la déchetterie.  désenclavement et élargissement de plusieurs voiries (au sein des zones habitées).  élargissement de voirie et création d’aire de retournement au sein des zones habitées.  élargissement et rectification de virages…

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


54 / 199

Le réseau communautaire Ted Bus :

LES TRANSPORTS COLLECTIFS

Le réseau Départemental Var Lib : Le Département a adopté le 12 décembre 2007 le nouveau schéma départemental des déplacements, après une importante phase de concertation avec les élus locaux.

Un service de transport à la demande : Une ligne Ted Bus mise en place par la CAD dessert Callas (à la demande). Près de 100 passagers par mois fréquentent le réseau TED à Callas. Cette fréquentation est en constante hausse, comme pour l’ensemble des communes du nord de la CAD (Ampus, Chateaudouble, Montferrat, Claviers et Figanières) Le réseau Ted jeunes dessert Callas également (transports scolaires).

En matière de transports interurbains, il s’agit de répondre véritablement aux préoccupations quotidiennes des varois en matière de déplacements et de promouvoir une mobilité nouvelle qui devrait conduire un nombre croissant d’automobilistes à délaisser leur véhicule pour utiliser les transports collectifs. Les nouveaux services offerts aux usagers depuis septembre 2009, sont plus souples, tant sur l’organisation des horaires, que sur les moyens d’exploitation. La commune de Callas est ainsi desservie par la ligne interurbaine départementale n°3201 « Fayence-Seillans-Draguignan ».

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


55 / 199

9.

Articulation du PLU avec d’autres documents

Le PLU de Callas s’articule avec : 

le projet de SCoT de la Dracénie : le PLU de Callas est cohérent avec les premiers enjeux et objectifs définis dans le projet de SCoT. Les représentants du SCoT ont été régulièrement invités et tenus informés de l’évolution du PLU de Callas. Leurs remarques aux cours des réunions des Personnes Publiques Associées ont été prises en compte.

Le PLH de la Dracénie : le PLU de Callas est cohérent avec le PLH. voir chapitre 5 du présent diagnostic paragraphe « articulation avec le PLH de la CAD ».

Le SDAGE : le PLU de Callas est cohérent avec les orientations définies dans le SDAGE. Voir le chapitre 2 « la gestion et la qualité de l’eau » de l’Etat initial de l’Environnement (situé ci-après) qui décrit l’articulation du PLU avec le SDAGE.

Les périmètres de protection Natura 2000, mais aussi les périmètres de ZNIEFF : voir le chapitre 5 « la biodiversité » de l’Etat Initial de l’Environnement (situé ci-après) qui décrit les sites à forts enjeux environnementaux (site par site) et analyse les résultats des prospections de terrain.

Les zones de risques naturels ; le PLU prend en compte ces secteurs de risques naturels (zones soumises au risque incendie, zones de mouvements de terrain, zone inondable…). Voir le chapitre 5 « la gestion des risques » de l’Etat Initial de l’Environnement (situé ciaprès) qui répertorie l’ensemble des risques naturels.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


56 / 199

3. ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


57 / 199

1. 

Les ressources naturelles

UN CLIMAT MEDITERRANEEN

Le territoire de Callas, à 398 m d’altitude, bénéficie d’un climat méditerranéen qui se caractérise par un fort ensoleillement (près de 1973 heures par an), une température moyenne positive toute l’année et une sécheresse estivale prononcée. Les données climatiques de la commune sont comparables à celles de la station météorologique de Figanières (commune limitrophe). Ci dessous les données de l’année 2009 :

Les principaux caractères du climat sont les suivants : - La région est sous un climat avec un rythme à 4 temps : 2 saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), 2 saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps. - Les précipitations sont, sur une moyenne de 30 ans, comprises entre 600 mm et 900 mm et l’ensoleillement est supérieur à 2 700 heures par an.

Callas : Un potentiel énergétique solaire à ne pas négliger

Source : CDA83

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


58 / 199

DES ESPACES FORESTIERS CONSIDERABLES

Sur la commune, pousse une végétation typique du milieu méditerranéen où dominent des formations forestières sur près des trois-quarts de la superficie totale du territoire : Chênes verts (Quercus ilex) sur les versants les plus ensoleillés et plus secs, et Chênes blancs ou pubescents (Quercus pubescens) appréciant la relative fraîcheur et la profondeur des sols.

Importance de la forêt privée 65% des forêts privées du territoire de Callas appartiennent à des propriétaires de plus de 10 ha de bois, ce qui est à considérer comme un 23 potentiel économique important (développement de la filière bois) : Superficie de la forêt :

Nombre de propriétaires :

Total en hectare :

Moins de 1 ha

516

204.6 ha

De 1 à 4 ha

238

468.73 ha

De 4 à 10 ha

50

305.99 ha

De 10 à 25 ha

21

307.72 ha

Supérieure à 25 ha

24

En raison de la présence à la fois de terrains calcaires et siliceux, la végétation présente une variété d’espèces. De plus, la déprise agricole depuis une cinquantaine d’années favorise la progression d’une végétation spontanée caractérisée notamment par le Pin d’Alep (Pinus halepensis). Ce dernier s’installe rapidement sur les anciennes terrasses de culture laissées à l’abandon et qui repousse par semis naturels après un incendie. Il laisse par endroit la place au Pin sylvestre (Pinus sylvestris), plus rustique et montagnard.

1568.45 ha Source : CRPF septembre 2010

De la garrigue s’installe également sur d’anciennes terrasses cultivées et sols calcaires : Genêts, Cistes cotonneux (Cistus albidus), Prunelliers, Chênes kermès (Quercus coccifera), Genévrier commun, Salsepareille, asperges sauvages… Au sud de la commune, là où les terrains sont acides, près de Pennafort, La Joyeuse, au Siaï, la végétation change : on retrouve le Pin d’Alep, le Chêne vert et le Chêne blanc, mais il est possible d’observer le Chêne liège (Quercus suber), le Pin pignon ou parasol (Pinus pineaster). Le maquis en sous-bois fait son apparition lorsque la forêt a été dégradée par un incendie ou pas du pâturage. : Bruyère arborescente (Erica 22 arborea), Arbousier, Cistes à feuilles de sauge (Cistus salvifolius).

23 22

Source : Si Callas m’était conté, 2003

D’après le cahier communal forestier, diagnostic de la forêt privée de Callas, juin 2006, CRPF

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


59 / 199

24

Espaces naturels en 2003 : 4 414 hectares

En 1972, Callas est fortement marqué par la ruralité : l’espace naturel y est omniprésent occupant près de 84% du territoire. Il se concentre essentiellement dans les espaces au relief accidenté.

En 2003, l’espace naturel est encore plus marqué, sa part atteint 89.5%. Les espaces naturels ont progressé sur les espaces autrefois cultivés et/ou mis en valeurs (déprise agricole). Ces espaces agricoles abandonnés présentent parfois une valeur agronomique, mais ils se sont transformés en espaces naturels (maquis, garrigue puis formations arbustives de pins d’Alep). Ces espaces ne sont pas définitivement perdus et peuvent potentiellement faire l’objet d’une reconquête agricole.

Espaces naturels en 1972 : 4 165 hectares

L’agriculture sur le territoire est assez étendue notamment au Plan, et autour du village, sur les contreforts des collines et coteaux du Nord (nombreuses cultures sur restanques).

Les espaces agricoles ont reculé nettement, les parcelles agricoles sont émiettées.

24

Source : CDA 83

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


60 / 199

CONTEXTE GEOLOGIQUE

Situation géologique régionale – Carte géologique au 1/250000 de Nice) :

Callas

Draguignan

ème

(BRGM Feuille

Le territoire de Callas accueille deux des plus importantes carrières du département varois : La Joyeuse et La Catalane. Les formations géologiques sont nombreuses : dolomie avec bancs calcaires, calcaires altérés, calcaire sain, brèche, marnes noires. Les gisements ont une faible profondeur : 50m en moyenne. La Joyeuse : La carrière de calcaire connue sous le nom de « La Joyeuse » est située en partie nord-est de la commune de Callas. Elle est exploitée depuis plus de 30 ans (la première autorisation a été délivrée en 1979), et depuis plus de 15 ans par la société Lafarge. L’autorisation actuelle (arrêté préfectoral du 8 juin 2001) porte sur une surface totale d’environ 31 ha. La carrière actuelle se présente comme un amphithéâtre, ouvert vers le nord et l’est, qui présente un étagement de 2 à 3 fronts d’extraction entre les cotes 338 et 370 m NGF ; au centre du site, une plate-forme technique d’environ 45 000 m², calée à la cote 335-336 m NGF, sur laquelle est érigée une installation de concassage-criblage ; 2 zones au Sud où sont regroupés bureaux, atelier, locaux sociaux, et enfin, en bordure nord-est et à l’extrémité sud-ouest, deux zones de stockage des stériles d’exploitation. La Catalane : La société SOMECA exploite, depuis 1982, une carrière de calcaire connue sous le nom de La Catalane, située à cheval sur les communes de Callas (partie Nord Est de la carrière) et La Motte (partie Sud Est de la carrière). L’autorisation actuelle (arrêté du 27 avril 2001) porte sur une surface totale de 91 ha. La carrière de la Catalane est localisée dans le fond du talweg « le vallon de la Catalane », orienté nord-est / sud-ouest, qui présente un étagement de 2 à 3 fronts d’extraction jusqu’à la côte 210 m NGF, une plate-forme technique, une zone de stockage, des ateliers et à l’est, une retenue d’eau de 80 000 m3. Ces deux carrières font chacune l’objet d’un projet d’extension, conformément au Schéma Départemental des Carrières du Var, approuvé par arrêté préfectoral du 21 novembre 2001, qui privilégie la poursuite de l’activité des sites existants par rapport à la création de nouveaux : Deux révisions simplifiées du POS de Callas autorisent ces extensions (DCM du 25/09/2009).

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


61 / 199

2. 

La gestion et qualité de l’eau

ARTICULATION DU PLU AVEC LE SDAGE

Définition : Le Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) est un document de planification décentralisé instauré par la loi sur l’eau du 3 janvier 1992. Il est élaboré sur le territoire du grand bassin hydrographique du Rhône (partie française), des autres fleuves côtiers méditerranéens et du littoral méditerranéen. Le SDAGE bénéficie d'une légitimité politique et d'une portée juridique. Il définit pour une période de 6 ans les grandes orientations pour une gestion équilibrée de la ressource en eau ainsi que les objectifs de qualité des milieux aquatiques et de quantité des eaux à maintenir ou à atteindre dans le bassin. Son contenu a fait l’objet de 2 arrêtés ministériels en date du 17 mars 2006 et du 27 janvier 2009. Dans la pratique, le SDAGE formule des préconisations à destination des acteurs locaux du bassin. Il oblige les programmes et les décisions administratives à respecter les principes de gestion équilibrée, de protection ainsi que les objectifs fixés par la directive cadre sur l’eau de 2000. L’échelle prise en compte pour fixer les objectifs : L’échelle retenue par la directive cadre sur l’eau pour fixer et suivre les objectifs est la masse d’eau (souterraine ou superficielle). Une masse d'eau est un tronçon de cours d'eau, un lac, un étang … présentant des caractéristiques physiques, biologiques et/ou physicochimiques homogènes. Les zones humides ne sont pas considérées comme des masses d’eau par la directive cadre sur l’eau mais leur préservation est essentielle pour la bonne gestion des eaux et des milieux aquatiques. L’objectif fixé par la directive cadre sur l’eau est que chaque masse d’eau, appartenant aux différents milieux aquatiques, atteigne le bon état en 2015, sauf exemption motivée.

L’état d’une masse d’eau est qualifiée par : l’état chimique et l’état écologique pour les eaux de surface ; l’état chimique et l’état quantitatif pour les eaux souterraines. Caractéristiques du bassin Rhône-Méditerranée :* La commune de Callas appartient au bassin Rhône-Méditerranée. Ce dernier regroupe les bassins versants des cours d'eau continentaux s'écoulant vers la Méditerranée et le littoral méditerranéen. Il couvre, en tout ou partie, 9 régions et 30 départements, et s'étend sur plus de 120000 km2, soit près de 25% du territoire national. Comparées à l'ensemble des ressources hydriques de la France, celles du bassin Rhône-Méditerranée apparaissent relativement abondantes : Réseau hydrographique dense et morphologie fluviale variée, Richesse exceptionnelle en plans d'eau (lac Léman, lac d'Annecy, lac du Bourget...), Glaciers alpins (15,5 milliards de m3 d'eau emmagasinés), Grande diversité des types de masses d’eau souterraine (nappes alluviales, aquifères karstiques, systèmes composites…), Des zones humides riches et diversifiées (11 des 13 grands types de zones humides recensés au niveau national sont présents dans le bassin), Grande variété géomorphologique du littoral et présence de sites remarquables. Le bassin Rhône-Méditerranée se caractérise par des contextes ‘’naturels’’ bien marqués sur les plans de la géologie, du climat et de la topographie, explicitant une très grande diversité de milieux aquatiques et humides.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


62 / 199

Le cours d’eau de l’Endre : Le cours d’eau de l’Endre appartient au bassin versant de l’Argens qui fait partie du bassin Rhône-Méditerranée. A Callas, l’Endre traverse la partie sud du territoire communal pour se jeter dans l’Argens à la frontière entre le Muy et Roquebrune sur Argens Sur Callas, l’Endre ne traverse que des territoires naturels, boisés, au relief accidenté. La station d’épuration de Callas est située à 6.5 km de l’Endre : une fois les effluents épurés, elle les rejette dans le vallon de la Risse, qui devient vallon du Plan, puis vallon de la Bouisse, puis le vallon de Garidelle, qui se jette dans le vallon de Pennafort qui lui-même se jette dans l’Endre Aucune industrie, aucune usine hydroélectrique, aucunes activités de loisirs liées à l’eau ne sont implantées, à Callas, en bordure de l’Endre. Une biodiversité importante est recensée dans l’Endre et le long de ses berges : une zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (n° 83-100-166) intitulée « l’Endre et ses affluents » englobe les espèces et les habitats associés au cours d’eau et inféodés aux milieux humides. Le secteur surveillé le plus proche se situe au Muy, lieu de convergence de l’Endre avec la rivière de l’Argens. Les dernières données disponibles datent de 2005 : Station de surveillance de la qualité de l’eau : Fiche SEQ eau : Rivière 25 de l’Argens – station du Muy - code station 06205450 année 2005 LEGENDE : QUALITE OU APTITUDE 48 A.E.P. LOIS. IRRI. ABR. AQU. H.A.P. P.C.B. M.e.S.

Très bonne Bonne Indice de qualité ou d’aptitude à la biologie Absence ou insuffisance de données Alimentation en Eau Potable Loisirs aquatiques Irrigation Abreuvage Aquaculture Hydrocarbures aromatiques polycycliques Polychlorobyphéniles Matières en Suspension

Les objectifs d’état qualitatif et quantitatif des masses d’eau du bassin : L’objectif premier est le bon état des masses d’eau de l’ensemble du bassin Rhône Méditerranée en 2015. Le bon état est atteint lorsque, pour une masse d’eau superficielle (telle que le cours d’eau de l’Endre) l’état ou le potentiel écologique et l’état chimique sont bons ou très bons. Le SDAGE 2010-2015, approuvé par le préfet coordinateur de bassin le 20/11/2009, chapitre 3 – page 223 et suivantes, puis page 312, présente les objectifs pour le cours d’eau de l’Endre sous forme d’un tableau de synthèse repris ci-après :

25

Source : résultat de la surveillance des milieux : qualité des cours d’eau (siermeeaurmc.fr/eaux-superficielles/seq-eau)

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


63 / 199

Sous bassin versant : LP 15 01 Argens Code masse d’eau

FRDR 105

Nom masse d’eau

L’Endre

Catégorie

Cours d’eau Etat

Bon état

Echéance

2015

Etat chimique

Echéance

2015

Objectif de bon état

Echéance

2015

40 km de cours d’eau présents sur le territoire de Callas : Autant de linéaires « corridors biologiques » à préserver

Etat écologique

Motif d’exemption

*

Paramètres justifiant l’exemption ou faisant l’objet d’une adaptation

*

Les échéances sont proches, portées à 2015 pour l’état chimique et écologique : afin de contribuer à ce « bon état des milieux aquatiques » du cours d’eau de l’Endre, le PLU de Callas prévoit de classer en zone inconstructibles les berges de l’Endre.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


64 / 199

Le schéma des ressources et de l’alimentation en eau du Var (2005): Qualité des eaux brutes distribuées : A Callas : Principaux problèmes de qualité détectés sur les eaux destinées à la consommation humaine : turbidité et agressivité de l’eau

Sécurité de l’approvisionnement (vulnérabilité des ressources et de l’alimentation) : A Callas : diversification des ressources en eau jugée « bonne » puisque la production est assurée par plusieurs ressources

Quantité d’eau distribuée : Sécurité de l’approvisionnement (vulnérabilité des ressources et de l’alimentation) : A Callas : temps de réserve en période de pointe estivale > à 24 heures

A Callas : Consommation par jour et par habitant moyenne en été : < 270 l/j/ habitants estimés en 2005 par le conseil général, 450 l/j/habitants estimés par la commune de Callas en 2010 !

Quantité d’eau distribuée : Sécurité de l’approvisionnement (vulnérabilité des ressources et de l’alimentation) : A Callas : protection des captages jugé « moyen » car captage en zone péri urbaine (forage des Costes)

A Callas : qualité du rendement en distribution jugée « moyen » (analyse croisée de l’indice linéaire de perte en m3/j/km et du nombre d’abonnés /km)

Quantité d’eau distribuée : Sécurité de l’approvisionnement (vulnérabilité des ressources et de l’alimentation) : A Callas : qualité du secours de l’alimentation en eau potable (présence ou non d’équipements de secours ou d’interconnexion) : « moyen » demande partiellement satisfaite par le secours

A Callas : marges de production en été, année sèche : Dimensionnement des ouvrages : suffisant aujourd’hui Disponibilité des ressources : ressources suffisantes aujourd’hui Source : cartes du schéma, CG83, zoom sur la CAD

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


65 / 199

3. 

La biodiversité

DES SECTEURS A FORT ENJEU ENVIRONNEMENTAL BIEN CONNUS

Le territoire de Callas est concerné par :

 4 Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et

Floristique ZNIEFF (Massif de la Colle-du-Rouet et de Malvoisin, Forêt Royale de St Paul en forêt, Vallée de l’Endre et ses affluents et massifs boisés entre Callas et St Paul en forêt)

 1 Zone de Protection Spéciale « La Colle du Rouet » (Natura 2000)

 1 Site d’Importance Communautaire « Forêt de Palayson et du bois du Rouet » (Natura 2000)

Le territoire de Callas fait également l’objet de mesure de protection des eaux. Ainsi, un périmètre de protection des eaux potables a été instauré, « le périmètre de protection du forage des Costes », par arrêté préfectoral du 24/10/1990. (Voir la liste et la carte des Servitudes d’Utilité Publiques SUP en document annexe du PLU, document n°5).

 Les secteurs à fort enjeu environnemental sont localisés dans la grande partie sud de Callas, au sud de la RD562

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


66 / 199

Faune

LA ZNIEFF DU MASSIF DE LA COLLE DU ROUET ET DE MALVOISIN

26

La limite de la ZNIEFF n°83-100-131 est dictée par la topographie du massif de la Colle du Rouet et de Malvoisin. La zone englobe en son centre les Gorges du Blavet, mais inclut à l’Ouest la ripisylve de l’Endre faisant l’objet d’une ZNIEFF à part entière. La zone trouve sa limite Ouest dans le massif du Pennafort, prolongeant le domaine de la Colle du Rouet. Ce beau massif de rhyolites amarante constitue une avancée vers l’Ouest des coulées du volcan d’Agay. Traversé par le Blavet dont les gorges forment un superbe canyon avec une végétation de fond remarquable, le site correspond à un bel ensemble de collines brisées, au relief très diversifié, présentant une alternance de biotopes rupestres, grottes, replats et ruisseaux temporaires et mares temporaires sur rhyolites. Flore et habitats naturels Au sujet des mares cupulaires, Loisel écrivait : « A biotope exceptionnel, végétation exceptionnelle. » En effet, ces petites cuvettes de 5 à 10 cm de profondeur creusées sur le plateau de la Colle du Rouet accueillent des espèces végétales d’une grande rareté, telles que : Isoetes velata, Ranunculus revieleri, Cicendia filiformis… La présence des 2 associations végétales des falaises siliceuses (Phagnalo saxatilis- Cheilanthetum fragantis et Bufonio wilkommianaeLinarietum galioides) et celle des pelouses ouvertes sur fortes pentes rocheuses (Cheilantho marantae - Diplachnetum serotinae) renforce davantage l’aspect remarquable du site. Il faut également noter la présence du Charme qui présente là, sa station la plus occidentale en région méditerranéenne française.

26

Source : base communale paca.ecologie.gouv.fr

Cette zone présente un intérêt faunistique élevé puisque 22 espèces animales patrimoniales dont 6 déterminantes y ont été comptabilisées. L’avifaune nicheuse locale comporte diverses espèces intéressantes et plutôt rares et localisées dans le Var :  Faucon pèlerin (1 couple nicheur possible), Aigle de Bonelli (1 couple nicheur possible), Aigle royal (1 couple nicheur possible), Autour des palombes, Martin-pêcheur d’Europe, Guêpier d’Europe, Huppe fasciée, Monticole bleu, Traquet oreillard, Cincle plongeur. Le Vespère de Savi et le Molosse de Cestoni pour les chauves-souris, la Cistude d’Europe et le Lézard ocellé pour les Reptiles, fréquentent aussi ce secteur, accompagnés du Barbeau méridional pour les Poissons. Les Invertébrés sont, quant à eux, représentés par : des Odonates (libellules) comme  le Cordulegaster boltonii immaculifrons, espèce déterminante dite « sensible » d’Anisoptères Cordulégastéridés, inféodée aux rivières, ruisseaux et torrents à cours rapide pour la reproduction et chassant dans les garrigues vallonnées,  la Cordulie méridionale, espèce remarquable d’Anisoptères Corduliidés, en limite d’aire en région P.A.C.A., plusieurs espèces de papillons comme :  l’Aurore de Provence, espèce remarquable de Lépidoptères Piéridés, que l’on rencontre dans les régions accidentées, les collines arides, les garrigues, les forêts clairsemées et les friches là où poussent les plantes-hôtes de sa chenille,  le Nacré de la Filipendule ou Agavé, espèce remarquable de Lépidoptères Nymphalidés Nymphalinés, que l’on trouve sur les pentes caillouteuses, dans les garrigues pas trop sèches, les bois clairs, les friches mésophiles et les coteaux herbeux plutôt humides à fort recouvrement herbacé  la Zygène cendrée, Zygénidé assez rare et vulnérable, notamment lié aux boisements clairs de chênes pubescents et de hêtres et dont la chenille vit sur la Badasse le Scorpion jaune languedocien, espèce remarquable d’Arachnides Buthidés, liée aux endroits rocailleux, ouverts, secs, chauds et ensoleillés.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


67 / 199

ZNIEFF n° 83-100-131 MASSIF DE LA COLLE-DU-ROUET ET DE MALVOISIN

L’occupation du sol :

Village de Callas

L’ensemble du périmètre couvert par la ZNIEFF est à dominante naturelle, seule l’Hostellerie de Pennafort jouxte la ZNIEFF.

Hostellerie de Pennafort Périmètre de la ZNIEFF concernant Callas

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


68 / 199

LA ZNIEFF DE LA FORET ROYALE DE ST PAUL EN FORET

27

La limite de la ZNIEFF n°83-100-165 trouve sa limite sur les bords de l’Endre. La limite sud est matérialisée par un sentier, de façon à englober la totalité de la formation à Charmes de la zone. La Forêt royale est un massif forestier qui s’étend sur les communes de St Paul en Forêt et de Callas. Cette très belle forêt d’ubac est dominée par 3 essences forestières : le Chêne liège, le Charme et le Chêne pubescent.

Faune Ce secteur forestier offre un certain intérêt pour sa faune patrimoniale avec 6 espèces animales présentes dont 2 déterminantes. L’avifaune nicheuse comporte au moins trois espèces :  

Flore et habitats naturels Le Chêne liège occupe le haut des pentes avec un sous-bois à Myrte et Lentisque, infiltré progressivement, en descendant vers l’Endre, par des espèces de la chênaie pubescente. De très beaux bosquets de Charmes occupent les fonds de vallons. Cette formation végétale, rare dans le Sud-Est de la France abrite en sous-bois des espèces peu communes comme le Geranium lanuginosum. Sur les escarpements rocheux d’adret, on trouve la fougère peu commune Notholaena marantae. Sous les taillis et futaies de Charmes, le cortège des mousses est très particulier puisqu’il est en partie composé d’espèces à caractère relictuel, bien développées en Europe moyenne et parfois même à l’étage montagnard des reliefs méditerranéens.

27

l’Autour des palombes, la Bécasse des bois (nicheuse possible). La nidification de la Bécasse dans ce secteur si elle venait à être confirmée serait une donnée intéressante à prendre en compte pour cette espèce rare dans le Centre Var. et le Martin-pêcheur d’Europe.

L’Aigle de Bonelli chasse dans ce secteur. Les insectes sont représentés par : 

un Coléoptère, le Carabique déterminant (Ocydromus siculus winkleri), espèce menacée d’extinction, correspondant à un endémique franco-espagnol, présent en France uniquement dans le Var et les Pyrénées orientales, un Lépidoptère, l’Azuré des Orpins, Lycénidé Polyommatiné remarquable des rocailles, pentes et talus secs et ensoleillés, riches en orpins, jusqu’à 1000 m. d’altitude, papillon d’affinité méridionale à aire de distribution morcelée.

Source : base communale paca.ecologie.gouv.fr

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


69 / 199

ZNIEFF n° 83-100-165 FORET ROYALE DE SAINT PAUL EN FORET

L’occupation du sol :

Village de Callas

L’ensemble du périmètre couvert par la ZNIEFF est à dominante naturelle, les espaces sont préservés de toute activité humaine.

Périmètre de la ZNIEFF concernant Callas

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


70 / 199

LA ZNIEFF DE LA VALLEE DE L’ENDRE ET SES AFFLUENTS

28

La limite de la ZNIEFF n°83-100-166 est dictée par la limite de la ripisylve de l’Endre et de ces petits affluents. La répartition des formations à charmes et des populations de Cistudes intéressent l’ensemble de ces petits cours d’eau. L’Endre est, sans aucun doute, parmi les cours d’eau du secteur celui qui accueille la biocénose la plus exceptionnelle tant du point de vue faunistique que floristique. Sa ripisylve présente notamment des faciès de végétation variés. Ainsi, des stations très particulières sont occupées par des espèces végétales peu communes. Flore et habitats naturels La communauté végétale la plus originale de ce site est le Carpinion, formation à Charmes (Carpinus betulus) qui est présente sur la majeure partie de la ripisylve de l’Endre, en amont du Pennafort. Cette formation est remarquable étant donné l’extrême rareté des Charmes dans l’extrême sud-est de la France. Par ailleurs, le cortège des mousses de ces charmaies apparaît très original. Il comprend, en effet, des espèces à caractère relictuel et appartiennent aux formations forestières, de type hêtraie et charmaie, bien développées en Europe moyenne et parfois même à l’étage montagnard des reliefs méditerranéens. Sur des affleurements rocailleux de poudingue verdâtre permien qui jouxtent l’Endre, se développent deux espèces peu répandues dans la région : la fougère, Notholaema marantae et Cleistogenes serotina. Enfin en bordure de l’Endre, sur la partie Nord de la rivière a été découvert récemment le Dictame blanc, plante rare qui, compte tenu de sa disparition progressive, bénéficie d’une protection régionale. L’essentiel de la vallée de l’Endre a été préservé des aménagements d’origine anthropique. Elle conserve ainsi son apparence naturelle et son intérêt esthétique remarquable. 28

Faune Cette zone est dotée d’un cortège faunistique présentant un intérêt notable sur le plan patrimonial. Dix-neuf espèces animales patrimoniales sont présentes ici. Parmi elles, 4 correspondent à des espèces déterminantes. L’avifaune nicheuse est représentée par le Bihoreau gris, l’Autour des palombes, le Circaète Jean-le-blanc, le Faucon hobereau, le Petit Gravelot, le Martin-pêcheur d’Europe, le Guêpier d’Europe, la Pie-grièche méridionale et l’Hirondelle rousseline. Le Vespère de Savi et la Cistude d’Europe fréquentent également ces lieux. Quant aux insectes, 8 espèces intéressantes sont à noter :  la Diane, espèce déterminante et menacée de Lépidoptères Papilionidés, en régression et assez rare, habitant les ravins, talus herbeux, prairies, garrigues arborées, ripisylves, bords de cours d’eau et dont la chenille vit sur l’Aristoloche (Aristolochia rotunda).  l’Hespérie de l’Abutilon, espèce remarquable de Lépidoptères, vivant dans les milieux ouverts, herbeux, les prairies fleuries, dont la chenille vit sur différentes Malvacées, surtout l’Abutilon (Abutilon avicennae).  l’Echiquier d’Occitanie, espèce remarquable dite « sensible » de Lépidoptères Nymphalidés Satyrinés, des garrigues.  le Damier de la Succise, espèce remarquable de Lépidoptères, protégée au niveau européen, liée aux pelouses, friches et prairies.  l’Aurore de Provence  le Nacré de la Filipendule ou Agavé,  l’Azuré des Orpins (voir ZNIEFF « Massif de la Colle du Rouet et de Malvoisin »)  le Cordulégastre annelé, espèce déterminante dite « sensible » d’Odonates Anisoptères Cordulégastéridés, inféodée aux rivières, ruisseaux et torrents à cours rapide pour la reproduction et chassant dans les garrigues vallonnées.

Source : base communale paca.ecologie.gouv.fr

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


71 / 199

ZNIEFF n° 83-100-166 VALLEE DE L’ENDRE ET SES AFFLUENTS

L’occupation du sol :

Village de Callas

L’ensemble du périmètre couvert par la ZNIEFF est à dominante naturelle, les espaces sont préservés de l’activité humaine, l’Hostellerie de Pennafort est située à 500 mètres du périmètre de ZNIEFF.

Hostellerie de Pennafort Périmètre de la ZNIEFF concernant Callas

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


72 / 199

LA ZNIEFF DES MASSIFS BOISES ENTRE CALLAS ET ST PAUL EN FORET

29

La limite de la ZNIEFF n°83-144-100 est déterminée en partie par des critères géologiques, géomorphologiques et fonctionnels. Par commodité les voies de communication sont utilisées comme limites plutôt que les limites géologiques strictes. A l'Est, l'Endre et la topographie sont aussi utilisés pour le délimiter. Habitats naturels Cet espace forme un grand massif boisé quasiment continu entre les gorges de Pennafort et la Commune de Saint-Paul en Forêt. Quelques espaces ouverts (vignes, prairies ou vergers) permettent aux espèces de milieux ouverts de se développer. Les différents milieux forestiers forment des mosaïques nécessaires à la biodiversité du site. Les quelques retenues collinaires présentes sur la zones permettent le développement d'habitats humides.

Plusieurs espèces intéressantes d’Odonates sont présentes :      

 

la Cordulie à corps fin, le Cordulégastre annelé, l’Aurore de Provence, le Nacré de la Filipendule ou Agavé, l’Echiquier d’Occitanie, le Jason de l’Arbousier ou Pacha à deux queues, encore appelé Nymphale de l’Arbousier, Nymphalidé Charaxiné remarquable d’affinité méridionale, voire même tropicale (Afrique), la Diane, la Proserpine, espèce déterminante et en régression de Papilionidés, dont la chenille vit sur l’Aristoloche Aristolochia pistolochia et dont l’adulte fréquente les garrigues, éboulis, coteaux pierreux, secs, chauds et ensoleillés.

Faune Cette zone présente un intérêt élevé pour la faune puisque 27 espèces animales patrimoniales y ont été dénombrées dont 8 espèces déterminantes. L’avifaune nicheuse comporte des espèces aussi intéressantes que, par exemple, le rare Rollier d’Europe, la Pie-grièche à tête rousse, espèce en déclin marqué en Provence, la Bondrée apivore, l’Autour des palombes, le Circaète Jean-le-blanc et le Faucon hobereau pour les rapaces diurnes, ainsi que la Caille des blés, le Petit-duc scops, le Martin-pêcheur d’Europe, la Huppe fasciée, le Pic épeichette, le Bruant proyer, le Bruant ortolan, la Pie-grièche écorcheur. Les chauves-souris locales sont notamment représentées par le Grand et le Petit Rhinolophes. En ce qui concerne les Reptiles et Amphibiens, ce secteur abrite des noyaux de populations de Cistude d’Europe, de Tortue d’Hermann et de Grenouille agile. 29

Source : base communale paca.ecologie.gouv.fr

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


73 / 199

ZNIEFF n° 83-144-100 MASSIFS BOISÉS ENTRE CALLAS ET ST PAUL EN FORET

L’occupation du sol :

Village de Callas

L’ensemble du périmètre couvert par la ZNIEFF est à dominante naturelle, les espaces sont préservés de l’activité humaine, hormis quelques domaines agricoles.

Périmètre de la ZNIEFF concernant Callas

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


74 / 199

LE SITE D’IMPORTANCE COMMUNAUTAIRE (SIC) DE LA FORET DE

Faune

PALAYSON ET DU BOIS DU ROUET

Amphibiens et reptiles Cistude d’Europe Tortue d’Herman

30

La superficie de ce site n°FR9301625 atteint 5081 ha et concerne près de la moitié du territoire de Callas, une partie des communes de St Paul en forêt, du Muy et de Bagnols en Forêt. Habitats naturels Ce site comprend des milieux forestiers très diversifiés et diverses communautés amphibies méditerranéennes, dont les exceptionnelles mares cupulaires, creusées dans la rhyolite, et le fameux complexe marécageux de Catchéou. Ces milieux hébergent des cortèges riches et intéressants d'espèces animales et végétales. Les ensembles naturels remarquables recensés sont les suivants : collines boisées (forêts de résineux), biotopes rupestres, ruisseaux, mares temporaires. Forêts à Quercus ilex et Quercus rotundifolia Forêts à Quercus suber Pinèdes méditerranéennes de pins mésogéens endémiques Landes sèches européennes Parcours substeppiques de graminées et annuelles du Thero-Brachypodietea Pentes rocheuses siliceuses avec végétation chasmophytique Mares temporaires méditerranéennes Forêts-galeries à Salix alba et Populus alba et Matorrals arborescents à Juniperus Eaux oligotrophes très peu minéralisées sur sols généralement sableux de l'ouest méditerranéen à Isoetes spp

30

Source : base communale paca.ecologie.gouv.fr

site important pour cet habitat site très important pour cet habitat site très important pour cet habitat site important pour cet habitat

site important pour cette espèce site important pour cette espèce Invertébrés

Cordulie à corps fin Damier de la succise Ecaille chinée Grand capricorne Lucane cerf volant

site important pour cette espèce site important pour cette espèce site important pour cette espèce site important pour cette espèce espèce présente mais non significative Mammifères

Grand Rhinolophe Petit Rhinolophe

site important pour cette espèce site important pour cette espèce Poissons

Barbeau méridional Blageon

site important pour cette espèce site important pour cette espèce

Ce site d’importance communautaire (SIC) a été proposé en 1998. Les données ont été mises à jour en 2005. Le Document d’Objectifs est en cours d’élaboration, le Tome 1 présentant le Diagnostic, les Enjeux et les Objectifs de Conservation a été approuvé.

site important pour cet habitat

L’occupation du sol

site important pour cet habitat

La moitié sud de Callas est concernée par le SIC. L’occupation du sol est naturelle ou agricole (existence de beaux domaines agricoles). Seuls 3 secteurs sont occupés différemment :

site très important pour cet habitat site important pour cet habitat

L’Hostellerie de Pennafort, haut lieu d’hébergement touristique et de restauration. - Le camping de la Haute Garduère : accueil touristique de renommée Européenne. - La carrière de la Catalane, quasiment hors périmètre du SIC, mais située à proximité (tout comme la carrière de La Joyeuse située à 400 m du périmètre du SIC). Compte tenu des enjeux liés à ce site Natura 2000, le projet de PLU fera l’objet d’une évaluation d’incidences Natura 2000. -

site très important pour cet habitat

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


75 / 199

SITE D’IMPORTANCE COMMUNAUTAIRE SIC N°FR9301625 FORET DE PALAYSON – BOIS DU ROUET

L’occupation du sol : L’ensemble du périmètre couvert par le SIC est à dominante naturelle ou agricole. Sont localisés sur la carte ci-contre les principales activités humaines, autres qu’agricoles, localisés à proximité du site d’importance communautaire :

Village de Callas

Carrière de La Joyeuse

Périmètre du SIC concernant Callas

Camping de la Haute Garduère Hostellerie de Pennafort

Carrière de la Catalane

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


76 / 199

LA ZONE DE PROTECTION SPECIALE (ZPS) COLLE DU ROUET

La ZPS « Colle du Rouet » est une zone constitutive de réseau Natura 2000 désignée par arrêté ministériel du 03/03/2006 en application de la Directive « Oiseaux » du Conseil des Communautés Européennes de 2/04/1979 concernant la conservation des oiseaux sauvages. 31

La superficie de ce site n°FR9312014 atteint 11 558 ha et concerne près de la moitié du territoire de Callas, une partie des communes de St Paul en Forêt, de Bagnols en Forêt, La Motte, Le Muy et Puget sur Argens. Compte tenu du fonctionnement écologique conjoint des deux types de sites Natura 2000 (l’un lié aux oiseaux, l’autres aux habitats), le Document d’Objectifs est commun à celui du SIC « Forêt de Palayson, Bois du Rouet ». Il est en cours d’élaboration : le Tome 1 présentant le Diagnostic, les Enjeux et les Objectifs de Conservation a été approuvé. Habitats naturels Le site présente une association de boisements, de diverses zones ouvertes ou semi-ouvertes, naturelles ou agricoles, où s'imbriquent des affleurements rocheux qui concourent fortement à l'intérêt et à l'originalité du site. Situé à proximité du littoral, le massif de la Colle du Rouet constitue un ensemble naturel majoritairement forestier relativement bien préservé, malgré la proximité des grandes agglomérations de Draguignan et de Fréjus. Il est bordé de plaines agricoles à dominante viticole, sauf la plaine de Bagnols qui constitue un secteur bocager relativement bien préservé. Sur Callas, l’ensemble est majoritairement forestier, avec quelques parcelles agricoles cultivées (vigne mais aussi oliviers). Composition du site : Landes, broussailles, recrus, maquis et garrigues Forêts mixtes Forêts de résineux Rochers intérieurs, Eboulis rocheux Autres terres arables Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 31

25 % 25 % 24 % 10 % 5% 3%

Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) Zones de plantations d'arbres (incluant les Vergers, Vignes, …) Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, Pelouses sèches, Steppes

2% 2% 2% 1% 1%

Faune L'un des arguments initiaux majeurs pour l'intégration du site au réseau Natura 2000 fut la présence de l'Aigle de Bonelli, nicheur jusque dans les années 1990. Depuis, cette espèce ne niche plus sur le site mais des oiseaux sont régulièrement observés. Cette présence régulière permet de conserver quelques espoirs quant à une future reproduction sur le site. Dans tous les cas, la richesse des milieux rupestres permet l'accueil de plusieurs oiseaux d'intérêt patrimonial. Le Grand-duc d'Europe est désormais connu comme nicheur et d'autres aires sont à rechercher. De même, l'Aigle royal et le Faucon pèlerin sont à surveiller car leur reproduction est tout à fait possible à court terme. La population de Monticole bleu, en continuité avec celle de l'Estérel, est tout à fait remarquable. Ce grand ensemble constitue sans doute avec les Calanques de Marseille, l'un des deux bastions provençaux de cette espèce. Au total, huit espèces dépendantes des milieux rupestres sont présentes sur le site. Bien que de faibles étendues, la présence des zones humides et des cours d'eaux apporte une contribution forte à la liste des espèces patrimoniales (17 espèces sur 69). Sept hérons à valeur patrimoniale sont dénombrés, essentiellement au passage migratoire. Toutefois, la reproduction du Blongios nain, bien que non attestée sur le site, est envisageable. Cette espèce pourrait être favorisée par des mesures de gestion adaptées sur certaines retenues collinaires. La présence du Petit Gravelot nicheur, constitue une grande rareté départementale qui mérite d'être soulignée. On notera également la présence d'espèces forestières médioeuropéennes peu communes dans le Var comme le Pic épeichette, le Rougequeue à front blanc et la Fauvette orphée. Ces espèces ont en commun de rechercher des forêts fraîches et d'une certaine hauteur comme les ripisylves ou les châtaigneraies.

Source : base communale paca.ecologie.gouv.fr

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


77 / 199

L'un des intérêts majeurs du site, réside dans la diversité d'une avifaune liée aux milieux semi-ouverts. C'est notamment le cas de 24 espèces dont 8 figurant en annexe I de la directive Oiseaux. En particulier, on peut noter des populations remarquables d'Engoulevent d'Europe, d'Alouette lulu, de Pipit rousseline et de Bruant ortolan. L'impact du passage du feu reste à évaluer (2300 ha incendiés en juillet 2003). Si ce n'est pas forcément le cas pour l'ensemble de l'écosystème, cet impact est souvent positif pour l'avifaune et pourrait dynamiser certaines espèces comme les Pies-grièches, la Huppe fasciée, le Traquet oreillard, le Bruant ortolan et le Coucou geai qui serait à rechercher. Enfin, notons la présence d'une petite population de Rolliers d'Europe qui semble cantonnée aux abords de certains domaines agricoles. Cette population est à rattacher à celle qui occupe les bords de l'Argens et qui semble dynamique depuis une dizaine d'années. Là encore, la prise en compte des besoins de l'espèce dans la gestion du site (ripisylves et bosquets tranquilles, postes de chasse et prairies), serait à même de conforter sa présence. On notera pour ce site des phénomènes de migration observés dans les gorges de l'Endre et du Blavet. Le massif de la Colle du Rouet semble constituer un repère visible de loin pour certaines espèces (rapaces, pigeons ramiers en particulier). Compte tenu des enjeux liés à ce site Natura 2000, le projet de PLU fera l’objet d’une évaluation d’incidences Natura 2000.

Espèces d’oiseaux présentes : Aigle de Bonelli Aigle royal Aigrette garzette Alouette lulu Autour des palombes Bécasse des bois Bécassine des marais Bihoreau gris Blongios nain Bondrée apivore Bruant ortolan Busard cendré Butor étoilé Caille des blés Circaète Jean-le-blanc Coucou geai Crabier chevelu Engoulevent d'Europe Faucon hobereau Faucon pèlerin Fauvette passerinette Fauvette pitchou Grand Cormoran Grand-duc d'Europe Guêpier d'Europe Héron garde-boeufs Héron pourpré Hirondelle de rivage Hirondelle rousseline Martin-pêcheur d'Europe Milan noir Milan royal Petit Gravelot Pie-grièche à tête rousse Pie-grièche écorcheur Pipit rousseline Rollier d'Europe Sarcelle d'hiver Torcol fourmilier Vanneau huppé

Hivernage. Etape migratoire Résidente. Hivernage. Etape migratoire. Hivernage. Etape migratoire Résidente. Résidente. Etape migratoire. Hivernage. Etape migratoire. Hivernage. Etape migratoire Etape migratoire. Reproduction. Reproduction. Etape migratoire Reproduction. Etape migratoire Etape migratoire Hivernage. Etape migratoire Reproduction. Etape migratoire. Reproduction. Etape migratoire Reproduction. Etape migratoire. Etape migratoire. Reproduction. Etape migratoire. Reproduction. Etape migratoire Résidente. Etape migratoire Reproduction. Etape migratoire. Résidente. Hivernage. Etape migratoire Résidente. Reproduction. Etape migratoire. Hivernage. Etape migratoire. Etape migratoire. Etape migratoire. Reproduction. Etape migratoire Résidente. Reproduction. Etape migratoire. Hivernage. Etape migratoire Reproduction. Etape migratoire. Reproduction. Etape migratoire Reproduction. Etape migratoire Reproduction. Etape migratoire. Reproduction. Etape migratoire Hivernage. Etape migratoire. Reproduction. Etape migratoire Hivernage. Etape migratoire.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


78 / 199

ZONE DE PROTECTION SPECIALE ZPS N° FR9312014 COLLE DU ROUET L’occupation du sol : L’ensemble du périmètre couvert par la ZPS est à dominante naturelle ou agricole. Sont localisés sur la carte ci-contre les principales activités humaines, autres qu’agricoles, localisés à proximité du site d’importance communautaire :

Village de Callas

Carrière de La Joyeuse

Périmètre de la ZPS concernant Callas

Camping de la Haute Garduère Hostellerie de Pennafort

Carrière de la Catalane

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


79 / 199

RESULTATS DES PROSPECTIONS DE TERRAIN SUR LA COMMUNE

Au-delà de ces sites inventoriés et règlementés, d’autres données d’inventaires permettent de connaître la richesse écologique de la commune de Callas. Il s’agit notamment des résultats de nombreuses analyses menées par le bureau d’études ECOMED, réalisées dans le cadre des suivis écologiques des deux carrières : La Catalane et La Joyeuse. Ces études ont été présentées aux services de l’Etat, la DREAL, ces dernières années (2008 et 2009) et notamment lors des 2 procédures de Révisions Simplifiées du POS (approuvées par délibération du Conseil Municipal en septembre 2009) L’une de ces études concerne, chose exceptionnelle, l’intégralité de la commune de Callas pour la répartition de 3 espèces protégées emblématiques, la Tortue d’Hermann, la Violette de Jordan et l’Ophrys de Provence. Les conclusions de cette étude qui dégagent les grands enjeux liés à la biodiversité sont présentées à la fin de ce chapitre.

Habitats naturels Etat de conservation

Valeur patrimoniale

Enjeu local de conservation

favorable

modérée

faible

favorable

modérée

faible

défavorable

modérée

modéré

favorable

modérée

modéré

Garrigues calcicoles de l'ouest méso-méditerranéen

favorable

modérée

modéré

Pelouses méditerranéennes xériques

favorable

forte

fort

Type d’habitat naturel Bois de Chênes verts Forêts de Pin provenço-ligurienne

d’Alep

Garrigues à Euphorbes épineuses X Pelouses méditerranéennes xériques Falaises calcaires méditerranéennes occidentales

eu-

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


80 / 199

Flore vasculaire

Espèce

Statut de protection

Rareté en PACA

Valeur patrimoniale

Enjeu local de conservation

Violette de Jordan

régional

assez rare

forte

fort

Ophrys de Provence

régional

assez rare

modérée

modéré

Fritillaire du Piémont

aucun

assez rare

Concernant la Violette de Jordan :

forte

fort

Répartition « Concernant la Violette de Jordan, la répartition de cette espèce est cartographiée sur la carte [ci-avant]. La majorité des stations sont localisées dans le secteur calcaire en sous-bois de chênes pubescents. Seule une station a été recensée dans un roncier en limite de pinède (Saint-Aurin). » Enjeux de conservation « Les principales menaces pesant sur l’espèce semblent être l’urbanisation notamment en contexte forestier, les décharges ponctuelles en lisières de bois et parfois certains défrichements de forêts de vallons. Dans ce contexte, dans le but de prendre en compte cette espèce protégée au niveau régional, il est préconisé de réguler l’extension de l’urbanisation notamment en contexte forestier. Les stations de Péron, vallon de Saint-Pons et Garidelle ne semblent pas directement menacées. Quant aux stations de Camp Redon, Les Clèdes ou encore Saint-Aurin, étant situées en limite de secteurs urbanisés, une attention particulière est requise. Enfin, les stations du Défilé de la Clue, des Issarts et du Vallon de la Catalane étant situées à proximité d’une exploitation de roches massives, leur prise en compte dans le cadre d’extension ou de réaménagement est nécessaire. En plus de la régulation de l’urbanisation en contexte forestier, il est préconisé d’éviter la fragmentation du milieu et de maintenir des corridors biologiques favorables à l’espèce notamment des parcelles forestières à dominance de Chênes pubescents. Ces parcelles peuvent également jouer le rôle de réservoir ou de relais, et participer de la connectivité fonctionnelle des populations. Ainsi la préservation (voire la récréation) de peuplements forestiers en bordure de piste ou route pourrait être bénéfique à l’espèce. » (Extraits de la prise en compte de la biodiversité dans le cadre d’une politique de développement durable et du PLU de Callas, ECOMED, 2009 chapitre 5)

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


81 / 199

Concernant l’Ophrys de Provence : Répartition « Concernant l’Ophrys de Provence, l’espèce peut être présente en deux contextes : contexte naturel (individus épars) et contexte anthropique (parfois grosses populations). » La répartition de cette espèce est cartographiée sur la carte suivante :

Les stations en contexte semi-naturel peuvent constituer des populations puits mais aussi des populations en cours d’expansion, de colonisation de nouveaux secteurs (voire recolonisation) via les corridors écologiques que constituent les abords de pistes (milieux ouvert ou semi-ouverts des pistes). Pour cette raison, la préservation de ces stations (en habitat secondaire) est aussi importante pour le maintien voire le développement de cette espèce à l’échelle locale. Les principaux axes de gestion de ces stations pourraient être : - La gestion des abords de pistes (entretien manuel léger, pâturage,…) ; - Le non bétonnage des pistes forestières. » (Extraits de la prise en compte de la biodiversité dans le cadre d’une politique de développement durable et du PLU de Callas, ECOMED, 2009 chapitre 5)

Enjeux de conservation « Il est prioritairement préconisé de préserver les stations situées en milieux naturels (habitat primaire), non soumises à une action anthropique forte. Ces stations semblent en effet constituer des populations sources alimentant ponctuellement les autres populations en périphérie (bien qu’actuellement ces dernières puissent être plus denses).

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


82 / 199

Mollusques

Batraciens

17 espèces ont été recensées, dont une espèce littorale ( Xerotricha apicina) observée sur des talus artificiels à proximité du bassin (sans doute introduite par des apports de terre extérieure).

Ont été rencontrés : le Pélodyte ponctué, la Rainette méridionale, le Crapaud commun, notamment aux abords du vallon de la Catalane.

D’autres espèces (tel que l’Escargot des bois) sont représentées abords du site d’exploitation. Le bilan malacologique (étude mollusques) d’ECOMED conclut que « dans l’état actuel connaissances, aucune des espèces recensées ne représente contrainte écologique face au projet ».

aux des des une

Reptiles Ont été observés : le Lézard Ocellé, la Tortue d’Hermann et la Couleuvre d’Esculape. La Tortue d’Hermann a fait l’objet de prospections ciblées (liées au fort enjeu décrit ci-après). Au total, 3 individus adultes mâles ont été observées sur la Joyeuse en 2006 (5 h de prospection) et 1 tortue adulte mâle en 2007 (après 31 h de prospection).

Arthropodes 162 invertébrés ont été observés : 94 espèces de papillons, 15 d’odonates (libellules), 30 d’orthoptères (sauterelles) et 14 de coléoptères. 3 espèces protégées sont présentes sur le site de la Catalane : les papillons, la Proserpine et la Zygène Cendrée et le Criquet hérisson. Oiseaux Lors des prospections de terrain sur la commune de Callas, un total de 90 espèces a été identifié dans le secteur géographique de Callas, dont 43 espèces confirmées aux alentours de la Catalane et 31 autour de La Joyeuse. Notons que si une partie de l’avifaune est considéré d’enjeu patrimonial (en particuliers les espèces d’oiseaux pour lesquelles une partie de la commune est classée en ZPS), d’autres espèces avérées (comme le Pinson des arbres, mésanges, Merle noir, etc,) contactées lors de ces prospections sont relativement banales et ne constituent pas un enjeu patrimonial..

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


83 / 199

L’ENJEU PARTICULIER DE LA TORTUE D’HERMANN

Le Plan National d’Actions en faveur de la Tortue d’Hermann (PNATH) confirme les résultats de cette analyse.

De façon générale, Callas présente une herpétofaune très riche favorisée par une alternance d’habitats ouverts et fermés. Parmi ce cortège d’espèces considérables, le Lézard Ocellé, la Tortue d’Hermann et la Couleuvre d’Esculape sont les espèces les plus remarquables. La Tortue d’Hermann est une espèce d’intérêt communautaire, protégée. Il s’agit de l’unique espèce de tortue terrestre française autochtone, vivant plus de 20 ans dans la nature et jusqu’à 100 ans en captivité. La Tortue d’Hermann est strictement inféodée au climat méditerranéen. Sa période d’activité se situe généralement de début mars à fin octobre (l’essentiel de mai à septembre), mais elle peut parfois, quand les conditions le permettent, effectuer des sorties en hiver. (LONGEPIERRE, 2001). Le domaine vital des tortues est composé de deux grands types d’habitats entre lesquels elles migrent : des habitats ouverts, exploités en période hivernale et printanière (plus chauds, avec une végétation herbacée plus importante) des habitats plus fermés, tels que les fonds de vallons et les forêts denses, exploités pendant l’été (habitat plus frais) (B. LIVOREIL, communication personnelle). Autrefois sûrement répandue dans tout le Midi méditerranéen, aujourd’hui, en France continentale, elle est localisée uniquement dans le Massif et la Plaine des Maures et leurs abords immédiats. Un noyau de population est connu depuis longtemps sur la commune. Ce noyau est centré sur les « vallon de la Joyeuse » et « vallon de la Vioune». Une partie de ces terrains est acquise ou en cours d’acquisition par le CEEP, afin de créer une Réserve Naturelle Régionale. Le territoire communal de Callas, encore peu urbanisé, laisse à penser que l’ensemble des zones forestières communales demeure favorable au maintien de la Tortue d’Hermann.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


84 / 199

Analyse de la répartition de la Tortue d’Hermann sur la commune : L’étude ECOMED (2009) sur la totalité de la commune va au-delà de ces relevés et analyse la possible répartition de la Tortue de la manière suivante : « Un périmètre minimal de répartition de la Tortue d'Hermann peut déjà être établi, sur la base de l'ensemble des données disponibles, avec plusieurs niveaux d’enjeux pour la conservation de l’espèce (voir carte suivante « Répartition de la Tortue d'Hermann et objectifs de connexion et de zone d’expansion potentielle en faveur de l'espèce »): - La répartition « a minima » représente les zones contenant toutes les observations de tortues depuis 2001 ; la présence de juvéniles/subadultes a également été identifiée sur certaines zones de cette répartition « a minima » ; - La répartition « reconnectée » représente les surfaces qu'il est important de préserver voire restaurer, afin de lutter contre la fragmentation (et ainsi la fragilisation) des noyaux « a minima » ; - Enfin, sur une échelle plus vaste, incluant les connaissances sur la présence connue ou probable de tortues dans les communes voisines, nous proposons un schéma préliminaire de zone d’expansion potentielle de la Tortue d’Hermann afin de viser le développement des populations de Callas et leur reconnexion avec les populations voisines, objectif à long terme du Plan National de Restauration de l’espèce (MEEDDAT 2009, en cours de parution). La carte [ci-après] mentionne aussi deux points d’interrogation « ?connexion ». A ces endroits, la reconnexion des noyaux de populations, si elle est souhaitée, devra tenir compte de la présence d’une forte activité humaine (tourisme, route importante). Ce problème ne se posera que lorsque les populations de tortues de part et d’autre seront suffisamment bien portantes pour engendrer de nombreuses traversées de ces routes. Dans ce cas-là, des passages à faune pourront être planifiés dans des projets de réfection de la voirie. ».

Les enjeux relatifs à la protection de cette espèce sont donc de : préserver des zones de reproduction minimiser les prélèvements et la mortalité par les engins éviter la fragmentation en petits noyaux de la population existante assurer une bonne qualité des habitats par une étude plus fine des corridors et barrières favoriser l’expansion naturelle de la population naturelle par une dispersion spontanée d’individus à partir d’une zone centrale (source) qui produirait des individus en surnombre (actuellement pas le cas en raison 32 d’une prédation importante)

32

Source : étude cartographique de trois espèces protégées : Ophrys de Provence, Violette de Jordan et Tortue d’Herma, Callas, SOPTOM et ECOMED (carrière la joyeuse, Lafarge)

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


85 / 199

Plan National d’Actions en faveur de la Tortue d’Hermann : carte de sensibilité

Sensibilité selon le Plan National d’Actions pour la Tortue d’Hermann Majeure Notable Moyenne Faible

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


86 / 199

Conclusions de l’étude « prise en compte de la biodiversité dans le cadre d’une politique de développement durable et du PLU de Callas », ECOMED, 2009 – chapitre 6 « C’est la première fois à notre connaissance qu’une commune varoise se dote, dans le cadre de la révision prochaine de son POS/PLU, d’un diagnostic ciblé sur sa biodiversité. Cette démarche, nous l’espérons, va permettre à Callas de montrer qu’il est possible de concilier développement socio-économique et préservation d’espaces naturels vivants et fonctionnels. La Tortue d’Hermann, de par son statut d’espèce menacée, unique représentante des tortues terrestres en France, peut être à cet égard un symbole varois des efforts en faveur du maintien de la qualité de vie pour tous, sa présence étant l’indicateur d’espaces naturels en bonne santé. Concernant cette tortue, Callas bénéficie sans doute de sa localisation géographique particulière, loin des plages trop fréquentées, proche de paysages exceptionnels encore accessibles. La présence de grands domaines peu endommagés par les activités humaines (ex : Domaine de Vioune), l’implication forte du CEEP au Vallon de Joyeuse (acquisitions, conventions avec propriétaires) et sans doute aussi la faible fréquence des feux sont sans doute des explications majeures à la présence d’une population reproductrice de tortues d’Hermann à Callas, même si d’autres menaces persistent (fermeture des milieux, débroussaillages mécaniques, prédation, etc.). Concernant la flore, Callas présente un grand nombre d’habitats naturels en mosaïque qui permet le développement et la répartition des deux espèces remarquables étudiées. L’Ophrys de Provence est présente ponctuellement dans les zones naturelles. Elle forme aussi de grosses populations localisées et globalement éloignées de l’agglomération callasienne, dans des milieux plus ou moins anthropiques (bords de pistes). Quant à la Violette de Jordan, ses stations sont globalement bien réparties sur la partie calcaire de la commune, parfois en limite d’urbanisation. L’espèce semble exclusivement fréquenter des milieux forestiers (notamment des chênaies pubescentes) non perturbés. La méthode d’évaluation présentée dans cette étude est surtout applicable pour des communes disposant de suffisamment d’espaces non urbanisés

afin d’envisager des alternatives à son développement en fonction de la biodiversité cartographiée. Le choix d’espèces présentes en milieux ouverts ou semi-ouverts (telles que l’Ophrys de Provence), milieux plutôt fermés (telles que la Violette de Jordan) ou encore fréquentant de nombreux types de milieux (telles que la Tortue d’Hermann) permet d’atteindre une certaine complémentarité dans une étude à grande échelle. De même, le choix d’espèces faunistiques et floristiques est primordial afin de prendre en compte plusieurs types de supports biologiques qui ne réagissent pas de la même façon aux conditions géomorphologiques, aux menaces anthropiques, aux évolutions de la physionomie générale d’un territoire. De plus, les aspects « stationnels » des végétaux et « déplacements » de la faune participent bien évidemment de la complémentarité de la méthode. Cette méthode est donc reproductible sur d’autres communes ou territoires de collectivités, à condition d’être adaptée en fonction du contexte local, notamment dans l’objectif de déterminer les espèces représentatives les plus pertinentes. Malgré le faible nombre d’espèces choisies, la quantité et la qualité des informations restituées permettent d’obtenir cette vision globale qui fait trop souvent défaut à l’échelle d’un territoire. D’autre part, la majorité des périmètres à statut de la commune de Callas (Périmètres Natura 2000 et ZNIEFF) sont situés dans le sud-ouest de la commune. Cette étude est également l’occasion de connaître la répartition d’espèces dans des secteurs peu ou pas concernés par des périmètres à statut, secteurs sous-prospectés supposés abriter une biodiversité dite « ordinaire ». La localisation des principaux secteurs à enjeux pour les trois espèces étudiées permet de mettre en exergue que les périmètres à statut actuels présentent de manière incomplète la biodiversité à l’échelle d’une commune. La mise en place de ce type d’étude constitue donc un outil d’aide à la décision supplémentaire pour les services de l’urbanisme et les élus des communes. »

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


87 / 199

FONCTIONNEMENT DES RESEAUX ECOLOGIQUES DU TERRITOIRE

La faune et la flore exploitent la totalité du territoire de la commune et pas uniquement les espaces protégés et/ou inventoriés. Il semble donc essentiel de comprendre le fonctionnement des réseaux écologiques du territoire afin de mieux protéger la biodiversité.

intermittents, permettant de créer des retenues collinaires comme le Plan d’eau de Viounes, la retenue de la Joyeuse ou la retenue du Grand Siai.

Légende de la carte page suivante

Quelques définitions : Continuum écologique : ensemble d'éléments tels que l'on peut passer de l'un à l'autre de façon continue ou ensemble des milieux favorables à une espèce ou un groupe d’espèces dans une aire donnée. Réseau écologique : ensemble des continuums sur un territoire donné. L'importance spatiale des continuums écologiques est maintenant admise par la communauté scientifique. En attendant les résultats du Schéma Régional de Cohérence Ecologique, l’analyse des données du patrimoine naturel de Tavernes permet d’identifier de manière structurelle trois grands types de continuums : - forestiers, - semi-ouverts - hygrophile c’est-à-dire lié aux milieux aquatiques

La plaine agricole représente des zones périphériques. Toutefois, lorsque l’activité agricole reste extensive, elle représente une zone relais de milieux ouverts, servant à l’alimentation de certaines espèces d’oiseaux par exemple.

Les routes constituent les principaux obstacles terrestres, notamment lorsqu’elles traversent une route de vol de chauves-souris, entraînant un risque de collisions entre véhicules et animaux en vols. Les obstacles à l’écoulement identifiés par l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (Onema) coupent les continuités aquatiques. A Callas, ces obstacles sont essentiellement des barrages sur des cours d’eau

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


88 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


89 / 199

Une étude pilote sur les territoires de Cœur du Var et de la Dracénie apporte une première approche de la trame verte et bleue qui pourrait être identifié sur un territoire plus élargi autour de Callas. Elle identifie, caractérise et hiérarchise les continuités écologiques en partant du besoin des espèces animales. Les espèces animales indicatrices sont choisies en fonction de : leur intérêt patrimonial, leur représentativité, la dynamique de leurs populations, le niveau de connaissance de leur distribution à l’échelle des territoires étudiés la pertinence de l’échelle de leur mode de distribution

CALLAS

Le territoire de la commune de Callas représente de façon globale une zone de connexion importante entre les unités écologiques principales, traversée d’au moins un corridor biologique secondaire. Les enjeux concernant la préservation des continuités terrestres et aquatiques sont donc majeurs de façon globale, sur toute la commune.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


90 / 199

L’ETAT DES LIEUX DES EBC DU POS

Conformément à l’article L.130-1 du code de l’urbanisme, le PLU doit classer comme espaces boisés, les bois et forêts à conserver, protéger ou à créer. Les Espaces Boisés Classés du POS de Callas :

Ce classement interdit tout changement d’affectation ou tout mode d’occupation du sol de nature à compromettre la conservation, la protection ou la création de boisements. Nonobstant toutes dispositions contraires, il entraîne le rejet de plein droit de la demande d’autorisation de défrichement. Le Plan d’Occupation des Sols (POS) de Callas classait de trop vastes secteurs en EBC : 3265 ha soit environ 65% du territoire communal. Ces EBC couvraient la quasi totalité des secteurs boisés du territoire communal : les collines surplombant le village, les collines surplombant les Costes, et la majeur partie du sud de la commune, au sud de la RD 562. Or, plusieurs hectares d’EBC couvraient des secteurs présentant un projet de reconquête agricole ou de pastoralisme : ces EBC sont un frein à une gestion dynamique de l’espace rural. Ces EBC seront donc supprimé au PLU, afin de permettre le défrichement, la mise en culture, l’élevage ou le projet agricole. En revanche, les EBC qui se justifient par la préservation de l’écrin naturel dans lequel s’inscrit le village, seront conservés. De même, les EBC couvrant des zones boisées, importantes pour raisons paysagères, ou pour la préservation de la biodiversité, seront conservés. Il faut laisser les EBC, arme lourde de la protection des sites, aux communes confrontées à une dangereuse pression urbaine : ce qui n’est plus le cas de Callas. Il faut classer moins pour classer mieux, les EBC doivent être une exception.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


91 / 199

4. Pollutions et nuisances 

AIR :

33

Dans l’arrière pays Varois, les sources d’émissions de polluants sont beaucoup moins nombreuses que sur la bande côtière, très urbanisée qui engendre une pollution liée aux transports et aux activités domestiques. L’ensemble du Var comporte peu d’activités industrielles fortement émettrices de polluants atmosphériques. Le secteur des transports est majoritairement à l’origine des émissions polluantes (80% pour les oxydes d’azote).

Le nombre d’épisodes de pollution à l’ozone de l’année 2009 reste inférieur à celui mesuré entre 1999 et 2006, et le maximum horaire sur le département a été atteint à Brignoles le 18 juin 2009 avec 204 μg/m3. Le Var dans son ensemble est influencé par les émissions des Bouchesdu-Rhône : les épisodes d’ozone sur le département se produisent généralement au cours de l’après-midi, lors de vents d’ouest ou de nordouest faibles à modérés qui entraînent les masses d’air pollué au dessus du département. Les émissions locales de polluants primaires (oxydes d’azotes et composés organiques volatils) contribuent également à ces pics de pollution. Déplacement de la masse d’air pollué en ozone, des Bouches-duRhône vers le Var 18/06/2009 entre 10h et 16h00 :

Dans le cadre de son programme de surveillance de la qualité de l’air (PSQA) Atmo PACA a scindé le département en 4 aires de surveillance : Callas appartient à la zone de surveillance de « Draguignan Fréjus ». La station la plus proche est basée à Brignoles. La pollution photochimique dans le Var en 2009 est plus importante que sur les années 2007 et 2008, qui ont été les deux années les moins polluées en ozone sur le Var. La région PACA a connu, en 2009, 30 jours d’épisodes de pollution à l’ozone (180 μg/m3/h sur au moins une station), 11 ont touché le département du Var. Parmi ces 11 jours, trois procédures d’informationrecommandation à l’ozone, nécessitant le dépassement du seuil de 180 μg/m3/h pour deux des six stations du département, ont été déclenchées les journées des 18 juin, 17 août et 29 septembre 2009.

33

Concernant les pollutions au dioxyde d’azote, l’étude des particules en suspension, du monoxyde de carbone et les composés organiques volatiles, ATMO PACA s’est concentré sur l’agglomération toulonnaise. Ces pollutions ont essentiellement pour origine le trafic routier et le secteur résidentiel et tertiaire (chauffage urbain…).

Source : bilan 2009, ATMO PACA . org

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


92 / 199

BRUIT

Les sources de bruit à Callas sont très réduites : commune rurale, isolée des grands axes routiers, des voies ferrées, des aéroports, la situation de Callas est privilégiée. Seules les activités issues des installations classées des deux carrières de La Catalane et de la Joyeuse sont émettrices de bruit pouvant occasionner une gêne pour le voisinage : 34

La Catalane :

L’environnement sonore en période d’inactivité de la carrière, est celui d’une zone rurale forestière (agitation des branches par les mouvements d’air, chants d’oiseaux, …). Les terrains à l’est de la carrière sont plus ou moins fortement influencés par le bruit de la circulation sur la RD25 située à 600 m. En période d’activité de la carrière (hors tirs de mine), le niveau sonore perçu à 200m des limites de l’exploitation ne dépasse pas le bruit ambiant augmenté de 5 décibels. Quant au niveau sonore perçu juste en limite de l’exploitation, celui-ci ne dépasse pas 65 décibels. Le PLU ne prévoit pas la possibilité de construire autour de la carrière La Catalane : celle-ci sera entourée de zones boisées, obstacles absorbant le bruit. La Joyeuse : Afin de caractériser l’état actuel de l’environnement sonore aux alentours du projet, plusieurs mesures de bruit ont été réalisées avec et sans activité du site de production, au droit des constructions les plus proches - que ce soit des habitations ou des bâtiments susceptibles d’être occupés par des tiers pendant les heures de fonctionnement.

34

L’environnement sonore en période d’inactivité de la carrière, est celle d’une zone rurale et de ses sources propres (agitation des branches par les mouvements d’air, chants d’oiseaux, …), bien qu’il soit plus ou moins fortement influencé, selon le point, par le bruit de la circulation sur la départementale 562 au sud ou par celui de la circulation sur la D.55 au nord. Les niveaux sonores mesurés, hors activité de la carrière, s’établissent entre 31 et 35 décibels en milieu rural, et entre 39 et 43 décibels à proximité de la départementale 562. Les niveaux sonores mesurés, avec activité de la carrière, s’établissent entre 34 et 42 décibels en milieu rural, et entre 35 et 42 décibels à proximité de la départementale 562. Enfin, les tirs de mines réalisés actuellement ne génèrent aucune vibration susceptible d’être à l’origine de dommages sur les constructions proches. Dans leur progression future, les fronts s’approcheront des constructions du lotissement des Issarts ; de plus, les travaux se développeront dans un premier temps à des altitudes supérieures à celles où se déroule l’activité actuelle. Les incidences acoustiques futures seront essentiellement dues à la présence de la foreuse sur la partie haute du gisement, l’étude d’impact du projet précisera les mesures à mettre en œuvre pour maîtriser l’impact de cette source sonore vis à vis des récepteurs potentiels (aménagement d’un merlon, création d’un glacis de protection…). Le niveau de bruit au lotissement des « Issarts » ne sera pas fondamentalement modifié. Le principal point d’incidence est le secteur Nord vers lequel les bruits ont tendance à être « dirigés » par la topographie. Quelques appareils de l’installation de traitement génèrent des bruits qui peuvent être clairement perçus et avoir une incidence sur les niveaux mesurés. Il est prévu que ces appareils fassent l’objet d’un traitement visant à diminuer leur prépondérance. Dans le cas présent, le document d’urbanisme en vigueur sur la commune ne prévoit pas la possibilité de nouvelles constructions aux abords de la carrière (zones N).

Source : dossier de révision simplifié du POS, septembre 2009

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


93 / 199

DECHETS

RADIOTELEPHONIE

35

Les déchèteries sont un complément indispensable à la collecte sélective des déchets ménagers puisqu'elles permettent de proposer aux habitants des solutions d'élimination adaptées à chaque type de déchets.

Face à la demande croissante en radiotéléphonie mobile, on constate un développement important d’infrastructures de télécommunications. Dans la Var, 166 antennes relais sont répertoriées (hypothèse basse).

Ainsi, la CAD met en place un réseau de déchèteries, permettant d’optimiser le service aussi bien auprès des particuliers que des entreprises et de favoriser la valorisation des déchets. Aujourd’hui, 5 déchèteries sont ouvertes (Callas, Draguignan, Le Muy, Vidauban, Les Arcs) ainsi que 4 centres de dépôt d’encombrants (Ampus, Flayosc, Lorgues et les Arcs).

A Callas, une antenne est installée au sommet de la colline de St Auxile, près de la chapelle, au Nord des Costes : aucune habitation n’est comprise dans un rayon de 300 mètres de l’antenne.

A Callas la déchèterie se situe au quartier des Venes, en bordure de la route de Figanières. La tournée d’enlèvement des ordures ménagères a lieu quotidiennement l’été et 4 fois par semaine le reste de l’année.

Source : Agence nationale des fréquences / cartoradio

EAU

Voir le chapitre 3 « état initial de l’environnement », sous chapitre 2 « la gestion et la qualité de l’eau ».

35

Source : dracénie.com / environnement / déchets ménagers

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


94 / 199

5. La gestion des risques 

CATASTROPHES NATURELLES :

Eta des catastrophes naturelles sur la commune de Callas (source : Etat) 01/08/1989 11/10/1991 01/01/1998 01/07/2003 05/09/2005 01/07/2007

01/09/1990 12/10/1991 31/12/1998 30/09/2003 09/09/2005 30/09/2007

03/06/2008 15/06/2010

03/06/2008 16/06/2010

Mouvements de terrain inondations Mouvements de terrain Mouvements de terrain Inondations Mouvements de terrain liés à la sécheresse et à la déshydratation des sols Inondations et coulées de boues Inondations et coulées de boues

27/12/2000 21/09/1992 27/12/2000 20/12/2005 10/10/2005 07/08/2008

09/02/2009 21/06/2010

-

Les chutes de pierre et de blocs : dans les gorges de Pennafort et sur le versant nord en limite de commune.

Une étude géologique réalisée par Campredon (1995) localise les zones susceptibles d’être soumises à des mouvements du sol. Les zones qui ont fait l’objet de cette étude se situent au nord ouest du territoire communal, du village jusqu’à la RD de Grasse : indices « r 1 » inconstructibles (risques de glissements ou d’effondrements des terrains) et « r2 » (risque de mouvements potentiels) au plan. (Voir l’étude en annexes générales). Les indices « r3 » localisent les secteurs inconstructibles du fait des risques de chutes de blocs. Cette délimitation est issue du POS de 1999, qui a repris la carte ZERMOS. Extrait de la carte ZERMOS de la région de Draguignan établie en 1980 : le secteur des Pennafort (en rose au sud est) présente des indices d’instabilités potentielles ou déclarées nombreux et imbriqués : la zone est dite instable dans son ensemble. (voir également les annexes générales)

A noter également que la commune est concernée par le risque sismique de type 1a. Il y a eu une secousse tellurique le 21/04/1995 (Var-Est et Alpes Maritimes) sans dommage constaté sur le territoire

RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN :

36

Un mouvement de terrain est un déplacement plus ou moins brutal du sol ou du sous-sol : il est fonction de la nature et de la disposition des couches géologiques. Il est dû à un processus lent de dissolution favorisés par l’action de l’eau et de l’homme. Les principaux incidents qui ont eu lieu sur la commune sont les glissements de 1977 au quartier « tunnel de la gare » et de 1978 dans le secteur de Pennafort. Les points sensibles du territoire communal concernent : - Les glissements : secteurs de Blimouses, le Villard, la Colle, les Moulières, St Auxuile et St Auvin. - Les risques de tassement et ravinement : en limite de commune de Claviers près du Bois de Claviers. 36

Source : dossier communal synthétique sur les risques naturels, DDE, 1998

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


95 / 199

RISQUES INONDATION

Légende :

Le dossier communal synthétique établi par l’Etat en 1998 ne fait état d’aucun risque lié aux inondations sur le territoire de Callas. En revanche, l’atlas des zones inondables réalisé par l’Etat en décembre 2008 dresse la cartographie page suivante : Extrait de la cartographie de l’Atlas des Zones Inondables de Callas : Le secteur du Plan accueille en cas de crue le lit majeur ordinaire du vallon de la Risse. L’axe d’écoulement de la crue s’effectue du nord au sud. Le règlement prévoit, pour les constructions à usage d’habitat, un recul de 30 mètres de part et d’autre des berges du vallon Un ruissellement s’effectue sur les piémonts (secteur du Villard, des Blimouses et aux Costes).

Enfin, la Zone d’Expansion des Crues (ZEC) définie par le Conseil Général se situe au Pré de l’Etang, au sud ouest du territoire de Callas, en limite avec la commune de Figanières. Ce secteur est classé en zone naturelle et agricole au PLU de Callas.

Précisons que, lors des tragiques évènements liés aux inondations sur le secteur de Draguignan le 15 juin 2010, la commune de Callas n’a subit aucun dommages constatés sur son territoire.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


96 / 199

Extrait de l’Atlas des Zones Inondables Commune de Callas - Décembre 2008 – DREAL PACA

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


97 / 199

RISQUES LIES AUX FEUX DE FORETS

Les feux de forêts sont des incendies qui se déclarent et se propagent sur une surface d’au moins 1 hectare de forêt, de maquis ou de garrigue. Les principaux incendies qui ont eu lieu sur la commune datent de 1966 (à l’ouest), 1973 (à l’est), 1985 au sud-est (d’après le DCS) ainsi qu’en 2003 (dernier grand incendie ayant touche le Var) En effet, les espaces boisés occupent près de 90% de la superficie totale communale. Carte de l’aléa feux de forêts – planche nord : Dossier communal synthétique :

Carte de l’aléa feux de forêts – planche sud : Dossier communal synthétique :

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


98 / 199

Capacité de stockage Incendie Le stockage Incendie est assuré par deux réservoirs : le réservoir de Boussaque (Haut Service) et le réservoir de La Clue (Bas Service). La capacité dédiée à l'incendie, estimée d'après les dimensions du réservoir et des installations, est de 100 m3 pour le réservoir de Boussaque et 100 m3 pour le réservoir de La Clue. Ce qui reste légèrement inférieur aux valeurs imposées par la réglementation. Le réservoir de Saint-Pierre ne possède pas de volume dédié à la protection incendie, mais ce secteur est fréquemment alimenté par le réservoir de Boussaque. Les réservoirs pourraient donc en théorie fournir 60 m3/h pendant 2h. S’ajoutent également le Lac de la Risse et la retenue d’eau de la Catalane.

Extrait du schéma directeur du service de l’eau potable – rapport final – janvier 2008 – G2C environnement – chapitre 10 « défense incendie ».

Périmètres de 200m autour de chaque poteau incendie de la commune :

Couverture Incendie Selon la circulaire interministérielle du 10 décembre 1951, la distance maximale autorisée entre 2 poteaux incendie est de 400 m, ce qui signifie que chaque poteau a une zone d’influence d’un rayon de 200m. Ci-après une cartographie représentant l’étendue de la protection par les poteaux incendie. Bien que la zone de couverture soit réglementairement de 200m par voie carrossable, nous avons représenté la zone couverte par les poteaux incendie (200 m de rayon autour de chaque poteau) par les cercles hachurés : Les zones rouges correspondent à des poteaux dont le débit à 1 bar de pression est insuffisant (<60 m3/h), alors que les zones vertes ne présentent pas de problème. On constate que certaines zones urbanisées ne sont pas couvertes.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


99 / 199

6. 

Le paysage

LES DIFFERENTES UNITES PAYSAGERES

37

Du fait de sa position géographique spécifique à l’articulation des espaces méditerranéens et préalpins, du fait également de la superficie étendue de son territoire qui couvre différentes unités physiques, et du fait enfin de l’ancienneté de la mise en valeur rurale de ce territoire, Callas offre des paysages d’une grande qualité et d’une grande diversité. Les différentes unités paysagères : A. Les zones collinaires de la partie sud de la commune : La plus vaste de toutes, elle couvre plus de la moitié de la surface communale au sud de la RD 562. Cet espace est un domaine de collines boisées (« les collets ») séparées par de multiples vallons et où l’urbanisation est absente. Quelques domaines agricoles sont présents, porteurs de projets visant à reconquérir certaines terres autrefois cultivés (oliviers).On y distingue deux sous unités : -

37

-

Les secteurs localisés en rive gauche de l’Endre, en limite sud-est du territoire communal. C’est un espace frais, les pentes y sont essentiellement exposées au Nord, aux caractères naturels et sauvages bien marqués, avec des reliefs vigoureux (côte de 500m y est atteinte), et qui est le domaine exclusif de la forêt (exemple : forêt domaniale de la Colle du Rouet). Ce secteur supporte également plusieurs périmètres de protection (Natura 2000 et ZNIEFF, voir le chapitre 3 sur la « biodiversité »).

Source : Rapport de Présentation, POS 1999

Les secteurs au relief plus doux, plus aérés, présentant de vastes espaces plans mis en culture (Domaine du Petit et du Grand Siaï, Vioune etc.). Ces secteurs sont également couvert par plusieurs périmètres Natura 2000 et ZNIEFF (voir chapitre « 3. biodiversité »)

B. L’espace plan et le bas des versants de la partie centrale du territoire Cette unité se compose de la vaste plaine agricole de forme triangulaire délimitée par les RD562, 25 et 225 « Le Plan » et des bas versants situés au nord-est de la RD25 entre les lieux-dits les « Quatre chemins » et le « Pont de Fer ». -

La plaine agricole correspond à une plaine alluviale (vallon du Plan issu de la Risse) et à des glacis colluviaux. C’est un espace ouvert, à vocation exclusivement agricole et notamment viticole.

-

Les bas versants délimitent la plaine agricole, notamment aux Costes. Ces espaces traditionnellement aménages en terrasses de cultures destinées aux oliveraies constituent des paysages identitaires ayant une valeur esthétique forte. Les cultures sur restanques symbolisent la maîtrise du milieu par l’optimisation de trois éléments de base : l’eau, la terre et la pierre. Or, ces espaces ont été progressivement gagnés par une urbanisation diffuse importante qui ferme les perspectives et banalise des espaces riches de sens et de symboles. Les versants sont pour la plupart devenus des zones urbaines (les Costes), équipées en eau et assainissement. Le PLU tendra à ne pas sur-densifier ce secteur à forte valeur paysagère.

C. Un axe est-ouest de collines mamelonnaires Cette unité se compose d’un axe est-ouest de collines mamelonnaires d’une altitude moyenne d’environ 450 mètres. Cet axe étroit traverse le territoire communal des Issarts à l’Est au Bas St Blaise à l’ouest, et est coupé par l’étroit défilé du Pont de Fer. Bien que couvert de pinèdes sans valeur, cet axe reste néanmoins un élément très important dans la

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


100 / 199

physionomie d’ensemble du paysage Callassien. Par le cloisonnement de l’espace qu’il introduit, il assure une parfaite individualisation des deux unités paysagères situées de part et d’autres des mamelons boisés. D. L’espace proche du village associant : plaines agricoles, coteaux cultivés et zone submontagneuse il s’agit du « bassin » articulé autour du noyau villageois. Cette unité se compose : -

D’espaces plans à vocation agricole (vignes, oliviers, céréales, fourrages…), au sud immédiat du village (la Ferrage). La caractère très ouvert de ces espaces assure des perspectives remarquables sur la silhouette pittoresque du noyau villageois et permet d’embraser d’un seul coup d’œil l’ensemble de l’espace alentour. L’urbanisation a mité les contours aujourd’hui flous du village.

-

Des versants autrefois ménagés en terrasses de cultures et occupés par des oliveraies, accueillent aujourd’hui une reconquête végétale (résineux) ou un mitage urbain. L’ambiance « verte » reste toutefois prédominante.

-

Des versants élevés (800m) au nord du village (colline du Piol), derniers contreforts sud des massifs montagneux subalpins situés au nord du Callas (Canjuers, Verdon…), ferment au nord le territoire communal Callassien et marquent le rôle d’espace charnière joué par Callas entre les espaces strictement méditerranéens au Sud et les Préalpes méridionales au nord.

-

Paysage cultivé (oliviers)

Paysage cultivé (vignes)

Elevage

Gorges de Pennafort

Et enfin le noyau villageois de Callas, situé à flanc de versant, qui marque profondément le site de sa silhouette et de son épannelage remarquable. Dominé par les ruines de l’ancien château des Pontevès, il constitue un patrimoine architectural de très grande qualité et porteur d’une identité forte.

Noyau villageois de Callas

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


101 / 199

LA DYNAMIQUE PAYSAGERE

Comme tout paysage, les paysages de Callas sont en mutation permanente, causée à la fois par la déprise agricole et par la pression foncière, révélant une progression de l’urbanisation. La déprise agricole n’est pas une réalité récente mais un mouvement généralisé dans les campagnes provençales qui trouve ses origines dès le XIXème siècle. Cette déprise se traduit spatialement par un abandon des terres et par une reconquête forestière des friches agricoles (pins d’Alep). Le territoire de Callas fut un territoire intensément mis en valeur : en 1892 il a été dénombré 56 000 oliviers en pleine production. Aujourd’hui, on constate les terrasses de cultures abandonnées progressivement conquises par la pinède. Les paysages se ferment, se cloisonnent, l’espace rural se banalise. La pression urbaine, est quant à elle bien plus récente. Face à la pression démographique, le phénomène de « rurbanisation », de nombreux urbaines viennent s’installer « à la campagne ». Ces citadins sont fortement consommateurs d’espaces, le plus souvent d’espaces agricoles. L’espace rural se mite, l’urbanisation se développe (réseaux d’eau, d’assainissement, électriques, voirie…), les parcelles sont entourées de clôtures… le paysage se banalise, se ferme, et risque de s’enlaidir si la densité devient trop prononcée. (Voir également à ce sujet : au chapitre « 1. Diagnostic » la partie « 5. L’habitat, le logement »).

LES ENJEUX PAYSAGERS LOCAUX

D’après l’atlas des paysages du Var : -

La silhouette remarquable du village : préservation et gestion du socle et de la silhouette.

-

Point de vue remarquable du village : sensibilité particulière des premiers plans (La Ferrage), maintien de la qualité des paysages perçus.

-

Ligne de crête forte au dessus du village : sensibilité des abords et des axes de vue, valorisation des éléments paysagers.

-

Ensemble des collines boisées à maintenir.

-

Structure rurale de qualité (le Plan) : conserver l’équilibre et l’harmonie du territoire.

-

Partie sud du territoire de Callas : collines boisées à maintenir, lignes de crêtes (pennafort) à protéger, paysage de route touristique à, protéger (maintien de la qualité de la voie et de ses abords).

-

Carrières de La Catalane et de La Joyeuse : reconquête paysagère à poursuivre (en cours par les carriers).

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


102 / 199

7. 

Perspectives d’évolution de l’environnement

CARACTERISTIQUES DES ZONES SUSCEPTIBLES D’ETRE TOUCHES DE MANIERE NOTABLE PAR LE PLU

  

 

Carte localisant les enjeux du PLU :

Les zones à fort enjeu de biodiversité (Natura 2000, ZNIEFF) sont protégées. Les zones cultivées conservent leur zonage agricole. Des projets de reconquête agricole sont favorisés, permettant l’ouverture des milieux, sauf en secteurs de protection de la tortue d’Hermann. Le village et les zones urbanisées conservent leur enveloppe urbaine. Les projets futurs d’extension urbaine sont limités. Les zones d’habitat diffus en zones forestières ne sont pas densifiées et toute nouvelle construction est interdite. Le projet de zone artisanale se situe à proximité de l’actuelle déchetterie (les Venes). Non loin, Peycavier et les Blimouses représentent l’atout « tourisme » de la commune en bordure de la RD 552. Pennafort (hôtellerie) et La Garduère (camping) sont maintenus. La carrière de la Catalane conserve son zonage approuvé par révision simplifiée du POS en 2009. La carrière de la Joyeuse réduit son emprise suite à la concertation publique.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


103 / 199

4. Explication des choix retenus

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


104 / 199

1. 

Les choix retenus pour établir le PADD

UN PROJET POUR CALLAS

Le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) est le document n°2 du PLU : Ce document, pièce maîtresse du PLU, exprime la politique communale en matière d’aménagement du territoire. Située à proximité de grands massifs naturels et de sites remarquables, d’une agglomération dynamique : la Communauté d’Agglomération Dracénoise (CAD) qui élabore actuellement son Schéma de Cohérence Territoriale, d’un échangeur autoroutier facilitant l’accessibilité aux métropoles régionales les plus renommées, Callas jouit d’une situation stratégique touristique non négligeable : -

Proximité de la Mer Méditerranée, du lac de St Cassien et des premières stations de ski,

-

Proximité des Alpes Maritimes (Grasse est à 47 km),

-

Proximité du Parc Naturel Régional du Verdon (Comps-sur-Artuby est à 25 km), et des premières stations de ski (Alpes Maritimes).

-

Proximité de l’échangeur autoroutier du Muy (à 16 km) qui permet aux Callasiens de rejoindre Cannes ou Aix-en-Provence en moins d’une heure d’autoroute A8.

Le territoire de Callas s’étend sur 4 932 hectares, dont les ¾ sont couverts de bois et forêts en partie protégés par Natura 2000. Afin de préserver cet environnement et de tirer profit de son cadre naturel et patrimonial exceptionnel, la commune de Callas a défini des orientations d’urbanisme et d’aménagement profondément inscrites dans une démarche d’urbanisme durable.

Le PADD de Callas traduit la recherche d’un équilibre entre projet économique, environnemental et sociétal. Les choix retenus pour établir le PADD sont les suivants : -

Callas est une commune verte au riche patrimoine : ses paysages sont exceptionnels, une riche biodiversité est présente sur son territoire, ses ressources naturelles sont riches et variées. Ainsi, la préservation de l’environnement est à la base du PLU.

-

Callas est un village tourné vers l’avenir : l’urbanisation diffuse n’est plus de mise, au contraire il faut recentrer l’urbanisation autour du village, et voir plus loin en créent une greffe villageoise au pied du centre ancien sous forme d’un éco quartier. Ainsi, les enjeux urbains du PADD concilient « identité » et « dynamisme » du centre villageois.

-

Callas est une commune au potentiel économique durable : elle possède un potentiel agricole remarquable, des ressources naturelles importantes (bois, calcaire), elle souhaite affirmer sa « vocation santé » au sein de la CAD tout en souhaitant faire du village un lieu touristique incontournable. Ainsi, les enjeux économiques tirent profit du terroir et s’ouvrent sur l’intercommunalité.

Enfin, des orientations particulières d’aménagement concernant le centre villageois de Callas ont été définies en ayant pour objectifs de conserver l’identité Callassienne tout en dynamisant le cœur du village. Le projet de PADD a été présenté aux Personnes Publiques Associées et en concertation publique le 16/04/2009 puis le 27/05/2012. Le PADD a été débattu au sein du Conseil Municipal le 26/04/2012.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


105 / 199

UN PLU SUR LA VOIE DU GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT

La volonté communale traduite dans ce PLU a été de prendre en compte l’environnement dès le début des études. Inspiré la rédaction de l’article L110 du Code de l’Urbanisme, suite au Grenelle de l’environnement, le PLU de Callas répond aux grands principes fondateurs d’une nouvelle génération des documents d’urbanisme : Principe du L110 : « Aménager le cadre de vie » : Le PLU façonne et met en œuvre les outils nécessaires à l’amélioration du cadre de vie pour les 20 prochaines années. A titre d’exemples : a°) un centre villageois dynamisé par le renouvellement urbain de La Ferrage - Les Clos (zone 1AU) propice à l’installation d’une nouvelle vitalité villageoise ; b°) développement des espaces dédiés au stationnement dans le village, facilitant ainsi l’accès aux commerces et aux équipements publics notamment sportifs au pied du village (emplacements réservés); c°) création et aménagement d’espaces verts, paysagers, véritables espaces d’aménités dans le village ; d°) aménagements urbains, élargissement de voirie, … autant d’emplacements réservés destinés à favoriser la sécurité et les échanges entre les quartiers. Principe du L110 : « Assurer sans discrimination aux populations résidentes et futures des conditions d'habitat, d'emploi, de services et de transports répondant à la diversité de ses besoins et de ses ressources » :

de favoriser les échanges piétons entre : domicile / emplois / équipements publics. L’intégralité des habitants du village, sans discrimination, bénéficiera ainsi des aménagements destinés à améliorer le cadre de vie de chacun. A titre d’exemple : la future greffe urbaine programmée (zones 1AU) concentrera un projet d’habitat, des équipements publics, du stationnement, et sera directement connecté au village. Par ailleurs, afin de favoriser la mixité sociale, le règlement prévoit que pour tout projet de plusieurs logements, un pourcentage de logement social devra être programmé. Enfin, le dynamisme économique est renforcé par la vocation économique affirmée de plusieurs voies et place du village (voir les orientations particulières du PADD). Principe du L110 « Gérer le sol de façon économe » : Le PLU supprime l’étalement urbain et le mitage de l’espace (zones NB du POS) : aucune nouvelle construction ne sera autorisée en zone naturelle. L’essentiel des zones constructibles dédiées à l’habitat se situe autour du village. Economiser l’espace c’est non seulement limiter l’étalement de l’urbanisation, mais aussi, combler les « dents creuses » disponibles dans les zones urbaines existantes (exemple des zones Ub et Uc). Le sol est une ressource précieuse, c’est pourquoi l’artificialisation des sols sera maîtrisée : les zones constructibles et les zones à urbaniser dans le futur, (les zones AU sont toutes strictes), sont d’ores et déjà clairement identifiées. Le sous sol est également une ressource précieuse : Callas accueille 2 carrières (zone Nx) exploitées, et de nombreuses zones agricoles (A et Af) au potentiel économique avéré (notamment par la présence d’AOC). Le PLU identifie clairement ces zones à potentiel économique.

En concentrant les zones constructibles autour du noyau villageois, le PLU favorise les échanges et la proximité des lieux de vie : équipements publics, services et petits commerces, quartiers d’habitat… L’objectif étant

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


106 / 199

Principe du L110 « Réduire les émissions de gaz à effet de serre, réduire les consommations d’énergie, économiser les ressources fossiles » :

Principe du L110 : « Assurer la préservation de la biodiversité notamment par la conservation, la restauration et la création de continuités écologiques » :

Le PLU, par une nouvelle rédaction des articles 11 du règlement, permet la réalisation de constructions bio-climatiques, basses consommation, et contemporaines et favorise l’utilisation d’équipements à énergies renouvelables. Seule la zone du village conserve des prescriptions architecturales traditionnelles.

La première continuité écologique de Callas est l’ensemble des collines forestières, notamment celles du sud de la RD 552, couvertes intégralement par un périmètre Natura 2000. Le PLU conserve ces secteurs naturels d’exception tout en permettant l’ouverture agricole des milieux, favorable à la biodiversité. Seules les zones Nx des carrières impactent ces milieux (voir les mesures compensatoires mises en place au chapitre 5).

En zones agricoles, les toitures solaires sont également autorisées sur les constructions et bâtiments techniques. La commune souhaite en effet promouvoir le développement durable en s’appuyant sur le concept d’économie verte et en favorisant les projets à énergie renouvelable tel que le solaire et ainsi à contribuer à la réduction des gaz à effet de serre : l’énergie solaire est disponible, inépuisable et sans nuisance. Enfin, le PLU favorise la marche à pied et les modes doux de transports en créant de nombreux espaces dédiés au stationnement des véhicules à moteur et en développant les chemins piétons. Principe du L110 « Assurer la protection des milieux naturels et des paysages » :

Les secondes continuités écologiques concernent les cours d’eau : l’ensemble des cours d’eau se jette dans l’Endre, bassin de l’Argens. L’ensemble de ces corridors aquatiques a été protégé au PLU, par une préservation des berges et des ripisylves (classement N). A l’échelle du territoire de Callas, le PLU ne créé pas de rupture entre les grandes unités topographiques et naturelles favorables aux déplacements des espèces : les espaces naturels au nord du noyau villageois sont conservés, les espaces agricoles sont étendus permettant le déplacement des espèces en milieux ouverts, et les espaces naturels du sud de la RD562 sont protégés de toute urbanisation.…. Les continuités écologiques sont conservées.

Les zones naturelles (N) du PLU représentent plus de 75 % de l’ensemble du territoire de Callas et les zones agricoles (A) représentent près de 17% du territoire : la commune confirme sa ruralité. Les paysages qu’ils soient naturels ou agricoles sont préservés. A titre d’exemple : la zone agricole Av située au pied du village possède un aout paysager considérable, c’est pourquoi la zone Av est uniquement dédiée aux cultures et à l’élevage, aucune habitation nouvelle n’est autorisée.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


107 / 199

Principe du L110 « Assurer la sécurité et la salubrité publique » : Le PLU identifie les zones à risque naturel connu. Les secteurs soumis aux mouvements de terrain sont clairement identifiés au PLU (R1, R2 et R3). Afin de limiter la vulnérabilité des personnes face au risque incendie, le PLU stoppe toute construction nouvelle en zone boisée : les ex-zones NB du POS sont classées en zone naturelle. La sécurité routière est également une priorité communale, c’est pourquoi le PLU propose des élargissements de voirie, des rectifications de virage, de carrefours, …. Enfin, il est utile de rappeler l’article R.111-2 du code de l’urbanisme qui prévoit qu’un permis « peut être refusé ou n'être accepté que sous réserve de l'observation de prescriptions spéciales s'il est de nature à porter atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique du fait de sa situation, de ses caractéristiques, de son importance ou de son implantation à proximité d'autres installations ». En matière de salubrité publique, la commune protège ses forages et ressources en eau potable. L’assainissement collectif est dirigé vers la station d’épuration d’une capacité de 3500 équivalents habitants. Quant à l’assainissement autonome, l’arrêté du 7 septembre 2009 fixe les prescriptions techniques applicables aux systèmes d’assainissement non collectif (voir les annexes générales du PLU, document n°5). Principe du L 110 « Rationaliser la demande de déplacements » : Le PLU encourage la limitation des déplacements en voiture. L’objectif étant d’augmenter la fréquentation commerciale du centre village par les habitants de Callas, et donc de les inciter à utiliser les commerces et services du village. Le PLU propose donc des emplacements réservés à la création de stationnement dans le village facilitant un accès rapide aux activités économiques villageoises. Le PLU favorise la densité urbaine à proximité du village (zones 1AU, Ub, Uc) et contribue au renouvellement urbain : cette densité est favorable à la mixité des fonctions urbaines que

nous retrouvons dans tout village (logement, commerce, service, artisanat…). Principe du L110 « Le PLU contribue à la lutte contre le changement climatique » : Suite aux constats des climatologues sur l’augmentation de la température moyenne de la planète au cours du XXème siècle, la lutte contre le changement climatique est devenue une priorité nationale traduite dans le Grenelle de l’Environnement. Les activités humaines sont en majeure partie responsables de ce réchauffement climatique. A chaque échelle, à tous niveaux, chacun peut contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. Le PLU de Callas propose les défis suivants : 1°) l’élaboration du document d’urbanisme PLU, document qui, en soit, rationalise l’urbanisation, lutte contre l’étalement urbain et maîtrise l’occupation de l’espace. 2°) la réduction de la consommation d’énergie : en favorisant les nouveaux procédés de constructions réduisant la consommation d’énergie (constructions bioclimatique, basse consommation, performance énergétique, panneaux solaires en toiture …), pour l’habitat, les bâtiments agricoles et les équipements publics. 3°) favoriser les modes doux de transports : cheminements piétons favorisés par la création de parkings en centre ville, … 4°) la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles, par le classement en zone naturelle des corridors écologiques, des secteurs importants pour la biodiversité (périmètres Natura 2000 au sud de la RD562), des zones forestières, et par le classement en zone agricole des secteurs à potentiel agronomique et des secteurs cultivés.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


108 / 199

2.

Justification des Espaces boisés classés

Conformément à l’article L.130-1 du code de l’urbanisme, le PLU doit classer comme EBC, les bois et forêts à conserver, protéger ou à créer. Ce classement interdit tout changement d’affectation ou tout mode d’occupation du sol de nature à compromettre la conservation de boisements : il entraîne le rejet de plein droit de la demande d’autorisation de défrichement.

2- En revanche, les EBC conservés au nord de la commune se justifient par la préservation de l’écrin naturel dans lequel s’inscrit le village : ces EBC participent également à la lutte contre la pression urbaine au nord du village. Les EBC couvrant des zones boisées, importantes pour raisons paysagères, ou pour la préservation de la biodiversité (forêts Natura 2000 du grand sud et de Pennafort), sont conservés. = « 2 » sur la carte.

Le Plan d’Occupation des Sols (POS) de Callas classait de très vastes secteurs en EBC. Le POS avait instauré une large couverture d’EBC sans réelle justification : un peu moins de 3330 ha au POS de 1999.

3- d’autres EBC ont été supprimés car les parcelles sont bâties, ou bien, font l’objet d’Emplacements Réservés (ER voirie, réservoir d’eau…). Enfin, les EBC couvrant les chemins existants (cadastrés ou non) ont été supprimés sur une largeur de 4 mètres. = « 3 » sur la carte.

Environ 60 ha ont été supprimés par 2 révisions simplifiées du POS (approuvées en septembre 2009). Ainsi, le POS totalisait 3265 ha d’EBC soit 65 % du territoire communal. Ces EBC avaient l’avantage de freiner l’extension de l’urbanisation… Ces EBC couvraient la quasi totalité des secteurs boisés du territoire communal : les collines surplombant le village, surplombant les Costes, et la majeur partie de la commune, au sud de la RD 562. 1- Or, plusieurs hectares d’EBC couvraient des secteurs présentant un projet de reconquête agricole ou de pastoralisme. Ces EBC sont supprimés au PLU, afin de permettre le défrichement, la mise en culture, ou l’élevage.

Le PLU conserve 2989 hectares d’EBC soit 60 % di territoire communal.

A l’avenir, Il faudra laisser les EBC, arme lourde de la protection des sites, aux communes confrontées à une dangereuse pression urbaine : ce qui n’est pas le cas de Callas. Il faut classer moins pour classer mieux, les EBC doivent être une exception….

Cependant, les EBC situés en zone rouge du plan national d’action en faveur de la Tortue d’Hermann ont été conservés (Voir également au chapitre « 5. Justification du zonage » la partie sur le zonage agricole Af). De même, les EBC frangeant des espaces cultivés ont été supprimés afin de permettre l’extension des zones cultivées. Au sud-est du territoire, un projet de pastoralisme est en cours : il s’agit d’une des mesures compensatoires menées par la carrière de La Catalane. Les EBC existant ont été supprimés afin de faciliter ce projet agricole. = « 1 » sur la carte suivante.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


109 / 199

EBC du PLU : 2989 ha

EBC du POS supprimés : 276 ha Chiffres juin 2012

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


110 / 199

3.

Justification des emplacements réservés

Un emplacement réservé (ER) est une portion de territoire fixée par le PLU en vue de garantir la disponibilité des terrains qui serviront d’emprise à un équipement futur. C’est le bénéficiaire (commune, département, collectivité…) qui maîtrise l’échéancier des aménagements prévus sur chaque emplacement réservé.

-

Au désenclavement de quartiers en aménageant de la voirie communale, en créant un maillage de quartier, des élargissements de voirie : besoins exprimés par la Commune.

-

En prévoyant dès à présent, l’accès au futur quartier « Camp de Pontes » (zone à urbaniser ultérieurement), depuis la route de Figanières. Ces futurs accès inscrits en emplacement réservé (ER) reprennent le tracé de chemins ruraux.

-

A l’aménagement de stationnement : besoin exprimés par la commune afin d’éviter le stationnement anarchique et de favoriser les déplacements piétons dans le cœur du village.

-

A l’aménagement d’espaces verts : afin d’améliorer le cadre de vie et de favoriser la promenade.

-

A la création de réservoirs d’eau potable : besoin exprimé par la Commune.

-

A la création d’accès piétonnier aux gorges de Pennafort, la création d’un belvédère et d’une aire de pic nic : dans le but de valoriser et de maîtriser la fréquentation de ce haut lieu touristique.

-

A l’accès et à la protection de chapelles (Pennafort et St Auxile).

-

A la protection du Pigeonnier comme patrimoine remarquable.

Les emplacements réservés (ER) sont listés et répertoriés dans l’annexe générale du PLU, document n°5 du PLU. Les emplacements réservés (ER) sont inscrits aux plans de zonage, documents n°4 du PLU. Le PLU de Callas comporte des emplacements réservés destinés : -

-

A l’élargissement et la rectification de virages de routes départementales, aménagements de carrefours : projets demandés par le Conseil Général. Aux équipements publics : Extension du groupe scolaire, création d’un cimetière, autres équipements publics (tels que bâtiment technique communal) : besoins exprimés par la Commune.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


111 / 199

4. 

Le patrimoine identifié au zonage réalisé la réfection de la toiture et la cloche dite « Le Bourdon » qui ne fonctionnait plus depuis 1918.

PATRIMOINE A PROTEGER

En référence à l’article L.123-1-5-7° du code de l’urbanisme : le PLU identifie et localise les monuments, et secteurs à protéger et à mettre en valeur pour des motifs d'ordre culturel ou historique.

8.

La fontaine de la placette Font Basse : date inconnue. Avec bassin hexagonal, buffet central en pierre taillée supportant une sphère.

9.

Le lavoir de la placette Font Basse : datant du XIXème siècle.

38

Certaines de ces constructions présentent un intérêt architectural tant sur le plan historique qu’artistique ou culturel. Conformément à l’article L.1231-5-7° du code de l’urbanisme, la Commune de Callas souhaite inscrire ces éléments patrimoniaux dans le PLU. Le plan de zonage du PLU et la carte ci-après localisent ces éléments du patrimoine. 14 éléments du patrimoine sont recensés dans le village : 1.

L’ancien moulin communal situé aux clos: moulin à huile d’olive datant du XVIIIème siècle, restauré par la CAD en 2008.

2.

Le petit aqueduc en pierre situé en sortie ouest du village : ce canal des arrosants alimentait les jardins et tous les moulins se trouvant le long du parcours (23 moulins à la fin du XIXème siècle).

3.

Le lavoir du Barri (1849), place du Barri : il recevait la source léguée par Sieur Giboin à la Commune. L’étage constitue les anciennes douches municipales.

4.

Le lavoir (1912) du boulevard des Poilus : fontaine et bassin.

5.

La fontaine Sieur Giboin (1849) située sur la placette de la Paix.

6.

L’hôtel de Ville, place de la Victoire : Un conseil se tenait dans cette maison dès 1516. La tour de l’horloge existait déjà en 1553. La maison commune et la tour de l’horloge ont été reconstruites à plusieurs reprises suites aux guerres, invasions, foudre…

7.

38

L’Eglise Notre Dame de l’Assomption, place de l’Eglise : édifiée en 1030, agrandie en 1673 puis en 1762, et restaurée en 1994. En 1997, la Commune a

10. Le lavoir de font de Mine : datant du XIXème siècle. 11. La fontaine Saint Eloi, place Georges Clémenceau : la fontaine originale datait du XIXème siècle, en 2007 une fontaine nouvelle a été réalisée. 12. Le Centre Beaujour : ancienne école et hospice Beaujour, aujourd’hui Maison des Associations : En 1836 le baron de Beaujour légua à Callas une somme destinée à la création d’un hospice et d’une école. La façade porte toujours l’inscription gravée « Hospice Beaujour ». 13. La porte du cimetière : encadrement en pierre de type roman, porte à double battant, restaurée en 2008. 14. La chapelle du cimetière : 1840. Le cimetière fut créé suite au don d’Honoré Féris de sa propriété. Sont également recensées hors du village : La chapelle Saint Auxile : Sur une colline, au sud-est du village, construction entamée au VIIème siècle sur un site gallo romain, et achevée au XIIème siècle. La chapelle fut restaurée en 1998. La chapelle Notre Dame de Pennafort : du XVIIème, elle est issue d’une ancienne communauté médiévale et réhabilitée en 1857. Aujourd’hui lieu de pèlerinage. Le moulin du Pont de Fer : afin de contribuer à sa mise en valeur, est autorisé son changement de destination. pigeonnier fait également l’objet d’une protection via  Le emplacement réservé au bénéfice de la commune.

l’instauration d’un

Source : patribase public, CAUE du Var, 2010

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


112 / 199

Localisation du patrimoine architectural, culturel et historique au sein du village de Callas :

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


113 / 199

CHANGEMENT DE DESTINATION DES BATIMENTS AGRICOLES

En référence à l’article R.123- 7 : Est également autorisé, en application du 2° de l'article R. 123-12, le changement de destination des bâtiments agricoles identifiés dans les documents graphiques du règlement. Il s’agit de « bâtiments agricoles qui, en raison de leur intérêt architectural ou patrimonial, peuvent faire l'objet d'un changement de destination, dès lors que ce changement de destination ne compromet pas l'exploitation agricole » (R.123-12-2°) ; Les bâtiments suivants ont été identifiés sur le plan de zonage du PLU

39

:

1. Domaine Barbero, la Bastide du Plan : Cette Bastide, sur plan rectangulaire de 3 niveaux, date de 1825. Elle se caractérise par son volume bâti imposant. On distingue des décors peints en façade et des reliefs d’enduits de façade. La façade comporte également un fronton en pignon. Les menuiseries sont en bois, les volets sont pleins au rez-de-chaussée, et en persiennes aux étages. Présence de deux occulus avec sourcils. La toiture est à deux pentes, les tuiles sont canales avec trois rangs de génoises. 2. Ferme Gantelme, Domaine des Chênes :il s’agit d’un ancien relais de poste. Il comprend plusieurs corps de bâtiments organisés en hameau. Les constructions sont en longueur et sur plusieurs tranches. Les modénatures sont simples, la toiture est en double pente avec tuiles sur deux rangs de génoise.les menuiseries sont en bois, les ouvertures présentent un rythme régulier. 3. Mas Simpelaere, au Péron Est : cet ancien bâtiment d’exploitation se situe sur plan rectangulaire à trois niveaux. La façade comporte un fronton. Les bâtiments sont en pierre apparentes avec enduit rejointoyé. On distingue un bel encadrement de pierre taillée pour l’entrée principale, un linteau en brique. La toiture tuilée est à deux pans sur deux rangs de génoise.

39

Source : patrimoine architectural à reconnaître, respecter, conserver, CAUE du Var, 2010

4. Mas Cicala, Domaine de Vioune et Péron Est : il s’agit d’une ancienne construction qui s’intégrait dans de vastes exploitations agricoles. Bâtie sur un plan rectangulaire à deux niveaux. Le jardin est remarquable. La toiture à deux pans, avec tuiles et deux rangs de génoise. Les pierres sont apparentes et rejointoyées. Les ouvertures sont plutôt hétéroclites, avec volets pleins en bois, et petits carreaux aux fenêtres. Les appuis sont en terre cuite. 5. Bastide Hickman, Les Issarts Ouest : cette ancienne bastide présente un caractère très rural se référant à la maison provençale de village sur deux niveaux. Une cave voutée existe en sous sol. Les murs sont maçonnés, les pierres apparentes et l’enduit est d’origine. La toiture est à deux pans, les tuiles sont canales. Le dernier niveau (R+1) est sous la génoise et comporte deux trames de fenêtre au rythme. 6. Bastide et bergeries Guiglion, La Colle Blanche :l’édifice principal date de 1775 et présente une typologie architecturale de bastide : volume bâti important, plan carré sur trois niveaux, toit de tuiles à quatre pentes, façades pierre apparentes et enduits rejointoyés, chaîne d’angle apparente, encadrement des baies en pierre taillée ou maçonnées selon le niveau, les menuiseries sont en bois, ouvertures symétriques. Présence de locaux d’exploitation annexes. 7. Ferme du Petit Siai : une partie était dédiée à une ancienne école de filles rattachée au hameau du petit Siai. Ce hameau se caractérise par son volume bâti important (plusieurs corps de ferme en forme de L). Présence d’une maison sur plan rectangulaire à 2/3 niveaux. La façade du bâtiment principal comporte un fronton, une toiture neuve à deux pans, décors de briques, façade noble avec modénatures et encadrements de fenêtres, menuiserie bois sans volets. 8. Le Grand Siai : le propriétaire remet en état une ancienne propriété agricole à vocation vinicole. La propriété est d’un seul tenant et comporte 5 bâtiments. Il a été planté depuis 7 ans environ 8 hectares de vignes et d’oliviers. Un des projets est de

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


114 / 199

planter encore 3-4 hectares de vignes. Il existe un hangar de 300m² sur la parcelle 233. La parcelle 245 comporte actuellement un bâtiment couvert de 600m² environ regroupant une partie logement sur 3 niveaux et des locaux agricoles pour le stockage matériel et bestiaux. La partie habitable a été occupée par un couple d’agriculteur jusqu’à 3 ans environ en arrière. Le souhait du propriétaire est d’en faire sa résidence principale. Cette construction n’est plus adaptée ni à un logement décent ni a un usage agricole, La construction figure sur le plan cadastral napoléonien mais doit être plus ancienne. Des fondements et des fouilles remonteraient à l’ère romaine. Le bâtiment s’il n’est pas de type classique (bastide) n’en est pas moins imposant par son ampleur et son environnement - platanes et marronniers plus que centenaires - et une superbe allée de mûriers sur plus de 300 m. La parcelle 240 comporte une ancienne forge inscrite au cadastre napoléonien qui sert actuellement de local technique pour la station de pompage et d’hébergement pour chevaux. La parcelle 211 supporte une ancienne habitation et une bergerie. La partie habitation a été restaurée il y a quelques années et a fait l‘objet d’un permis de construire. Elle sert de gîte rural. Le souhait est de transformer la partie bergerie encore en état, en gîte. La parcelle 218 supporte un bâtiment actuellement en ruines avec pignons et partiellement génoise (bâtiment qui a brûlé dans les années 70/80 à la suite d’un incendie de forêt). Le propriétaire souhaite adapter ce bâtiment en chaix. Enfin, il existe sur la parcelle 179 un ancien moulin à eau en état de ruine

RESTAURATION DES BATIMENTS AVEC MURS PORTEURS

En référence à l’article L.111-3 : Peut également être autorisée, la restauration d'un bâtiment dont il reste l'essentiel des murs porteurs lorsque son intérêt architectural ou patrimonial en justifie le maintien et sous réserve de respecter les principales caractéristiques de ce bâtiment. Les ruines suivantes ont été recensées sur le plan de zonage du PLU

40

:

1. La chapelle Saint Blaise, Domaine Tuchbant, quartier de Saint Blaise : datant de 1882, cette chapelle est aujourd’hui en ruines. Les murs porteurs en pierre sont debout, on distingue également une voûte en cul-de-four, la clé de voute, et une chaîne d’angle en pierre appareillée. Cette chapelle pourrait être restaurée. 2. La Bastide Moretti, Domaine de Garidelle : il s’agit d’une ancienne bastide comportant plusieurs corps de bâtiments. Le plus important avait un usage d’habitation, il comporte toujours les murs porteurs. Une ancienne cuve à raisin a été identifiée, ainsi qu’une ancienne citerne à eau en pierre taillée et des ruchers remarquables. L’ensemble de la bastide pourrait être restauré.

9. Bâtiments agricoles Peycavier : bâti édifié entre le XVIIIème et le XIX ème siècle, répertorié comme propriété bâtie en 1839. Il s’agissait d’une maison destinée au logement agricole (viticulture). Les dépendances étaient dédiées aux récoltes.

40

Source : patrimoine architectural à reconnaître, respecter, conserver, CAUE du Var, 2010

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


115 / 199

5. 

Justification du zonage

LES ZONES URBAINES « U » La zone Ub :

La zone Ua : Le noyau villageois : La zone Ua représente la délimitation du centre urbain historique, patrimoine bâti remarquable, dont il convient de préserver les caractères architecturaux. L’objectif est de protéger le village tout en préservant ses perspectives depuis les principaux points de vue. Conformément au PADD la zone Ua comporte des éléments inscrits au zonage favorisant sa préservation architecturale. A titre d’exemple, la zone Ua comporte des « terrains cultivés à protéger » et des éléments du patrimoine à préserver (voir chapitre précédent). Pôle central de proximité : Cette zone « Ua » a principalement vocation à accueillir les constructions à destination d’habitat, d’hébergement hôtelier, de commerces, de bureaux, d’artisanat, et constructions ou installations nécessaires aux services publics ou d’intérêt collectif. Les rues St Eloi, Route de Bargemon et place Clémenceau affirment leur vocation liée aux commerces et services. Conformément aux orientations particulières d’aménagement définies dans le PADD, le changement de destination des locaux en rez-de-chaussée n’est autorisé qu’à destination de services ou de commerces pour : protéger l’économie locale, préserver l’économie existante, et inciter les rez-de-chaussée à se transformer en commerce ou service afin de développer l’attractivité commerciale de Callas. Parallèlement, la municipalité à engagé récemment de lourds travaux de rénovation des ruelles du village. Indice de risque : l’indice « r » indique qu’il s’agit d’un secteur pouvant être soumis aux risques de mouvements de terrain. Le règlement de la zone Ua s’applique intégralement aux secteurs « r ».

L’extension du noyau villageois : La zone Ub représente la délimitation de l’extension du village. Elle constitue aujourd’hui l’un des espaces privilégiés du renouvellement urbain fondé sur la densification d’une mixité sociale et urbaine. Vocation mixité des fonctions urbaines : Cette zone Ub a principalement vocation à accueillir des constructions à destination d’habitat, d’hébergement hôtelier, de commerces, de bureaux, d’artisanat et les constructions ou installations nécessaires aux services publics ou d’intérêt collectif.

 La mixité sociale est inscrite dans le règlement (COS majoré). Secteurs : La zone Ub comporte trois secteurs : Ubs : le pôle à vocation unique « santé » avec la clinique des Oliviers. Uba : seule secteur U avec assainissement autonome et par conséquent, une superficie minimale de 1500m² (suite à l’étude géo-pédologique réalisé par PROECO en 2009). Ubh : le secteur des logements sociaux existants possédant une hauteur et un COS différencié. Indice de risque : Lorsque la zone Ub comporte un indice « r » c’est qu’il s’agit d’un secteur pouvant être soumis aux risques de mouvements de terrain. Le règlement s’applique intégralement aux secteurs « r ».

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


116 / 199

(Voir également le diagnostic, chapitre « 5. L’habitat, le logement », la partie consacrée à la « périphérie villageoise » ainsi que l’état initial de l’environnement, le chapitre « 6. Le paysage »).

La zone Uc : Zone résidentielle : La zone Uc représente la délimitation d’une zone résidentielle existante située à l’est et au sud du village. 

Définition : Une zone résidentielle est une zone urbaine où l’habitat est la fonction prépondérante. Le terme « résidentiel » ne vise pas la forme urbaine mais la fonction urbaine. Par conséquent, dans une zone résidentielle peuvent cohabiter de l’habitat individuel, de l’habitat en bande, de la maison de village ou du collectif.

La zone Uc constitue aujourd’hui l’un des espaces privilégiés du renouvellement urbain fondé sur la densification modérée et la mixité des fonctions urbaines. Cette zone Uc a principalement vocation à accueillir les constructions à destination d’habitat, d’hébergement hôtelier, de commerces, de bureaux, d’artisanat, et constructions ou installations nécessaires aux services publics ou d’intérêt collectif.

Indice de risque : Lorsque la zone Uc comporte un indice « r » c’est qu’il s’agit d’un secteur pouvant être soumis aux risques de mouvements de terrain. Le règlement s’applique intégralement aux secteurs « r ». Le quartier des Moulières : Ce quartier avait été classé « zone hors POS » suite au jugement du Tribunal Administratif de Nice du 03/12/1998. Aujourd’hui, le PLU classe ce quartier en zone Uc : Loupe – réseau d’assainissement collectif – quartier des Moulières

Redéfinition du zonage : l’objectif a été de redéfinir le zonage des zones urbaines autour du village (notamment à l’Est) en tenant compte de la réalité des terrains, de l’artificialisation des sols, des réseaux et du niveau d’équipement. La zone Uc ne dispose pas de superficie minimale, les quartiers sont équipés en eau et assainissement : La Colle, Les Moulières, Le Collet Motte, Peyblou, St Laurent, St Antoine, Les Costes… Secteur : la zone Uc comporte un secteur Ucp, possédant un COS différencié. Le secteur Ucp correspond au secteur des Costes, caractérisé par ses paysages de restanques et son ambiance arborée qu’il convient de préserver et de ne pas sur-densifier. Par ailleurs, l’accessibilité n’est pas suffisante pour autoriser une trop forte densité. Le secteur Ucp bénéficie donc d’un COS moitié moins élevé que le reste de la zone Uc : 0,10 au lieu de 0,20.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


117 / 199

La zone Ud : Zone touristique : la zone Ud est affectée à l’hébergement touristique. Le camping des Blimouses est déjà présent sur le site. La zone Ud a principalement vocation à accueillir les constructions à destination d’hébergement hôtelier, d’hébergement touristique et de camping. Les parcs résidentiels de loisirs et parcs d’attraction sont également autorisés. Cette zone Ud, située à proximité de la RD 552, fait partie des pôles économiques de la commune.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


118 / 199

LES ZONES A URBANISER « AU »

La zone 1AU : La greffe urbaine : La zone 1AU représente la délimitation d’espaces (d’une superficie de 17 000 m²) stratégiquement situés au pied du cœur de village, quartier La Ferrage - Les Clos, voués au renouvellement urbain et à la création d’une greffe villageoise, en cours de définition.

Localisation du site « La Ferrage – Les Clos » au sud-est du noyau villageois :

Ce site était déjà classé en zone d’urbanisation future (NA) au POS. La commune, l’EPFR (établissement public foncier de la région), et la CAD y projettent une opération de greffe villageoise, connectée au village. Eco-quartier : Ce nouveau quartier accueillerait de l’habitat, notamment de l’habitat social, et des équipements publics (crèche, pôle médical…) … L’objectif principal est de pouvoir accueillir dans ce quartier toutes les catégories de population (jeunes ménages, personnes à mobilité réduite, retraités….) qui se trouvent aujourd’hui dans l’impossibilité de trouver un logement abordable, en location ou à la vente. L’intégration architecturale et la volonté de développer un « éco quartier » font partie des priorités communales. Programmation de logements : entre 30 et 50 logements sont prévus. Aujourd’hui, cette zone d’urbanisation future est considérée comme «stricte» dans la mesure où les voies et les réseaux existants à la périphérie immédiate de cette zone n'ont pas une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter dans l'ensemble de cette zone et permettre la densification urbaine envisagée. De plus, un programme d’aménagement d’ensemble est en cours de définition. Le règlement n’est pas renseigné, aucun permis ne peut être déposé. Son ouverture à l'urbanisation est subordonnée à une modification ou à une révision du Plan Local d'Urbanisme.

Le site

Source : cyclade, étude urbaine et d’aménagement quartier La Ferrage Les Clos, 19 octobre 2009

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


119 / 199

La zone 2AU :

En effet :

Futur quartier d’habitat : la zone 2AU représente la délimitation d’espaces naturels situés à l’ouest du village, au quartier de Camp de Pontes. Ce quartier se situe en contrebas du noyau villageois, sur la route de Figanières. Afin de répondre aux observations émises par les services de l’Etat associés à l’élaboration du PLU, la zone 2AU a été réduite de 2 hectares afin de correspondre au zonage de l’ex-zone NA du POS. Une zone stricte : Aujourd’hui, cette zone d’urbanisation future est considérée comme «stricte » dans la mesure où les voies d’accès et les réseaux existants à la périphérie immédiate de cette zone n'ont pas une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter dans l'ensemble de cette zone et permettre la création envisagée d’un quartier d’habitat. Le règlement n’est pas renseigné, aucun permis ne peut être déposé. Son ouverture à l’urbanisation est subordonnée à une modification ou à une révision du Plan Local d'Urbanisme, impliquant également la réalisation d’un schéma d’aménagement propre à la zone.

Le projet communal : La zone 2AU constituera le prolongement ouest du village, route de Figanières. Il s’agit de la seule réserve d’urbanisation à long terme que la commune entend conserver.

-

A l’Est du village : les enveloppes U du POS sont conservées et sont en cours de renouvellement urbain : les quartiers sont tous équipée, (zones Ub et Uc).

-

Au sud du village : la greffe villageoise est en cours de définition. Elle représentera la première extension villageoise à court terme.

-

Toutes les zones NB ont intégralement été reclassées en zones N, empêchant de fait toute densification en zones forestières.

Dans ce secteur ouest, la commune envisage également :

-

l’implantation du cimetière paysager, l’installation d’équipements publics à proximité du jeu de boules existant, des connexions viaires et piétonnes avec la future greffe villageoise et le village (voir les emplacements réservés au PLU).

Par ailleurs la voie verte européenne longe la route de Figanières au sud de la zone 2AU La zone 2AU aura vocation à accueillir des constructions à destination d’habitat et d’équipements d’intérêt collectif (mixité des fonctions). Ce sera avant tout une zone résidentielle :  Définition : Une zone résidentielle est une zone urbaine où l’habitat est la

fonction prépondérante. Le terme « résidentiel » ne vise pas la forme urbaine mais la fonction urbaine. Par conséquent, dans une zone résidentielle peuvent cohabiter de l’habitat individuel, de l’habitat en bande, de la maison de village ou du collectif…

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


120 / 199

Insertion de la zone dans son environnement :

Intérêt de définir la zone 2AU au PLU :

La zone 2AU n’est ni perceptible depuis le quartier du Plan, ni depuis le piémont de La ferrage, ni depuis la route de Fayence. Seule une covisibilité pourrait être effective depuis la route de Figanières. Aucune covisibilité n’existe depuis le village.

La zone 2AU correspond à la zone NA du POS.

Bien que la zone soit « stricte » et qu’aucune forme urbaine ne soit privilégiée, l’objectif est d’ores et déjà annoncé : il sera de minimiser au maximum l’impact visuel des futures constructions (l’article 10 du futur règlement devra être rédigé en conséquence). Pareillement, les espaces boisés existants pourront éventuellement camoufler les futures constructions (écrans) : ainsi, lors de l’ouverture à l’urbanisation de la zone 2AU, un intérêt particulier devra être apporté à la préservation des bois existants (classement en EBC par exemple). L’espace agricole situé en contrebas de la zone 2AU est réservé aux activités agricoles : le secteur est classé « A ». La commune souhaite en effet protéger ce paysage rural de qualité, planté d’oliviers. Seuls les chemins ruraux seront aménagés afin de faciliter l’accès à la future zone 2AU.

2 scénarii ont été envisagés concernant le devenir de la zone NA du POS : 1°) Le premier consistait à classer l’ensemble de la zone NA en zone naturelle N au PLU, et de ne l’ouvrir à l’urbanisation que lorsqu’un projet serait défini. Cette ouverture à l’urbanisation nécessiterait une procédure de révision simplifiée du PLU. 2°) le second – qui a été retenu – consiste à délimiter, dès à présent, la future zone, en conservant le zonage du POS : NA. Ainsi, la zone 2AU est d’ores et déjà identifiée, le pétitionnaire, tout comme les personnes publiques associées, sont au courant du futur projet. La zone étant « stricte » aucun permis ne peut être déposé, et une procédure de révision simplifiée du PLU sera également nécessaire pour son ouverture à l’urbanisation.

 Indice de risque :

Lorsque la zone 2AU comporte un indice « r » c’est qu’il s’agit d’un secteur pouvant être soumis aux risques de mouvements de terrain.

Ce scénario a été retenu car il assure une transparence auprès de la population du projet envisagé par la municipalité. Le caractère « stricte » de la zone protège toutefois le site : seul un schéma d’aménagement propre à la zone 2AU et validé par l’ensemble des personnes publiques associées pourra voir le jour.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


121 / 199

REPARTITION SPATIALE DE LA POPULATION AU SEIN DES ZONES A VOCATION D’HABITAT Répartition spatiale de la population au regard du projet de PLU : Zone 1 : zone des 500 mètres autour du village. Les déplacements piétons y sont favorisés, la densité urbaine est préconisée. Les capacités d’accueil théoriques maximales au terme du PLU sont estimées à 1400 habitants en résidence principale au sein de la zone 1. Zone 2 : zone comprise entre 500 mètres et 1000 mètres du village. Les déplacements piétons sont encouragés dans les secteurs à la topographie plane (notamment entre le village et la future zone 2AU), la densité urbaine en zone Uc est moins élevée (boisements, EBC, surface non bâtie de 15% préconisée dans le règlement…) Les capacités d’accueil théoriques maximales au terme du PLU sont estimées à 620 habitants en résidence principale au sein de la zone 2. (En comptant également la zone stricte 2AU).

1

Zone 3 : zone située au-delà des 1000 mètres du village. L’essentiel des déplacements s’effectue en voiture. La zone Uc comprend également le secteur Ucp situé sur les hauteurs de la zone Uc, à densité plus faible. Les capacités d’accueil théoriques maximales au terme du PLU sont estimées à 480 habitants en résidence principale.

2

= soit une capacité théorique d’accueil maximale de 2500 habitants environ.

3 Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


122 / 199

ARTICULATION AVEC LE PROGRAMME LOCAL DE L’HABITAT DE LA CAD

Actions mises en place dans le cadre du projet de PLU pour augmenter l’offre de logements sociaux et diversifier la typologie des logements sur la commune en cohérence avec les objectifs du Programme Local de l’Habitat (PLH) de la CAD : Outils stratégique de programmation et de pilotage, le PLH exprime la politique que la CAD, communauté d’agglomération de la Dracénie, entend développer en matière d’habitat. Le PLH définit Callas comme étant un « village relais », « au cadre de vie remarquable » et « favorable à une fonction résidentielle ». Fin 2009, le scénario retenu du PLH consiste à « renforcer les polarités » de la CAD. Ce scénario se décline en plusieurs objectifs que le PLU de Callas entend poursuivre :

respecté. L’intégration architecturale et la volonté de développer un « éco quartier » font partie des priorités communales.

Mesure prise par le PLU : délimitation de la zone 1AU

2. Objectif du PLH « Rééquilibrer, diversifier et développer l’offre de logements » : Objectif du PLU de Callas : Callas entend développer l’offre de logements locatifs sociaux de façon équilibrée sur l’ensemble des zones urbaines jouxtant le cœur du village (notamment une offre neuve de qualité en accession sociale).

Mesure prise par le PLU : majoration du COS à 0,35 en zone Ub proche du village pour favoriser le locatif social.

1. Objectif du PLH : « Développer un politique foncière pour l’habitat » : Objectif du PLU de Callas : Callas entend procéder au renouvellement urbain sur le site de la Ferrage-Les Clos, au pied du village. Ce projet est porté par la commune (en partie) et l’EPFR (acquisition de terrain, mixité des opérations de logement…). Situé au pied du village, le site de la Ferrage-Les Clos d’une superficie de 17 000 m² est stratégiquement bien localisé pour faire l’objet d’un projet de greffe villageoise en continuité directe avec le centre du village. Ce site était déjà classé en zone d’urbanisation future (NA) au POS et son raccordement aux réseaux publics (accès, assainissement, eau potable, électricité…) est envisagé. La commune, l’EPFR (établissement public foncier de la région), et la CAD y projettent une opération de greffe villageoise, connectée au village. Ce nouveau quartier accueillerait de l’habitat, notamment de l’habitat social, et des équipements publics. L’objectif principal est de pouvoir accueillir dans ce quartier toutes les catégories de population (jeunes ménages, personnes à mobilité réduite, retraités….) qui se trouvent aujourd’hui dans l’impossibilité de trouver un logement abordable, en location ou à la vente. L’objectif est que le parcours résidentiel soit

3. Objectif du PLH « Favoriser le renouvellement du patrimoine d’habitat privé » : Objectif du PLU de Callas : Callas entend valoriser son centre ancien par des aménagements d’espaces publics, création de stationnement de proximité, maintien des résidences principales et des commerces dans le village… Le PADD définit notamment des orientations particulières d’aménagement sur le cœur du village : rues et places dédiées à la vitalité commerciale, patrimoine communal à protéger, cheminements piétons identifiés, stationnement de proximité programmé…

Mesure prise par le PLU : création d’emplacements réservés, identification au règlement des rues à vocation uniquement économique, identification au zonage du patrimoine à valoriser, du stationnement à aménager.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


123 / 199

La zone 3AU : Future zone artisanale : La zone 3AU représente la délimitation d’espaces naturels stratégiquement situés en bordure de la route départementale 562 voués la création d’une zone d’activités artisanales, quartier des Venes. La déchetterie intercommunale est présente sur le site. Un projet d’aménagement du carrefour est à l’étude par le Conseil Général.

Afin de répondre aux observations émises par les services de l’Etat associés à l’élaboration du PLU, les zones 4AU et 5AU ont été supprimées.

Cette zone 3AU a principalement vocation à accueillir des constructions à destination d’activités économiques, artisanales, et des installations nécessaires aux services publics ou d’intérêt collectif. Un espace boisé classé EBC a été instauré dans le vallon séparant la zone 3AU de la zone Ud (camping des Blimouses). Une zone stricte : Aujourd’hui, cette zone d’urbanisation future est considérée comme «stricte » dans la mesure où les voies et les réseaux existants à la périphérie immédiate de cette zone n'ont pas une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter dans l'ensemble de cette zone et permettre le projet envisagée. Ce projet s’établira en concertation rapprochée avec la CAD. Le règlement n’est pas renseigné, aucun permis ne peut être déposé. Son ouverture à l'urbanisation est subordonnée à une modification ou à une révision du Plan Local d'Urbanisme.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


124 / 199

LES ZONES AGRICOLES « A »

La Commune a souhaité favoriser les projets de reconquête agricole émises par de nombreux propriétaires lors de la concertation sur le PLU. Ainsi, le PLU propose une nette augmentation des terres agricoles. Trois types de zone agricole sont définis : La zone agricole A : La zone A représente la délimitation des espaces à protéger en raison du potentiel agronomique, biologique ou économique des terres agricoles. Dans cette zone A, seules peuvent être autorisées les constructions et installations directement nécessaires à une exploitation agricole. Les installations nécessaires à la production et à l’utilisation d’énergies renouvelables sont autorisées sous réserve qu’elles soient intégrées à la toiture des bâtiments agricoles existants ou à construire ou des habitations. L’activité engendrée par ces constructions et installations, lorsqu’elle génère des revenus complémentaires à l’activité agricole, ne devra pas toutefois venir en concurrence des activités agricoles produites sur l’exploitation. Indice de risque : Lorsque la zone A comporte un indice « r » c’est qu’il s’agit d’un secteur pouvant être soumis aux risques de mouvements de terrain Les secteurs de (re)conquête agricole Af : Il s’agit de secteurs non cultivés mais présentant un potentiel agricole (tel que : terroir viticole AOC, oliviers sous forêts…), ou faisant l’objet d’une demande de (re)conquête agricole auprès de la Municipalité. Ces projets de reconquête agricole ont tous été examinés par la Commission urbanisme Municipale. La plupart de ces secteurs sont encore boisés et non mis en culture.

Le règlement des secteurs Af est restrictif : seuls sont autorisés les bâtiments techniques liés et nécessaires à l’exploitation agricole. Le pétionnaire devra démontrer que le bâtiment technique est bien nécessaire à l’exploitation, au préalable le terrain doit être mis en valeur. Sont également autorisés les installations et constructions utiles aux activités agritouristiques, ainsi que les constructions d’intérêt collectif. Les Espaces Boisés Classés (EBC) ont été supprimés afin de permettre le défrichement et la mise en culture et/ou l’élevage. (Voir la carte des EBC supprimés dans la partie « 2. Justification des EBC ») Les projets de (re)conquête agricole sont pour la plupart des extensions de domaines agricoles existants. Cette reconquête agricole traduite par le zonage Af au PLU concerne les quartiers suivants : -

Les fonds de Guigues, Blimouses, Les Cledes, Le Combeau, Les Clots, Beau repaire, La Bouisse, Garidelle, Grand Clot Pouirri, Peron Est, Collet de Peyron, Joyeuse et Colle Blanche,

Tous ont fait l’objet d’une demande auprès de la Commune de Callas. L’ensemble des ces secteurs Af dédiés à la reconquête agricole totalise environ 150 hectares. Certains projets initialement classés en secteurs Af ont été reclassés en zone N afin de respecter le Plan National en faveur de la Tortue d’Hermann : en effet près de 81 ha de secteurs Af se situaient en « zone rouge » du Plan National en faveur de la Tortue d’Hermann. Zone au sein de laquelle l’activité agricole n’est pas assurée d’être compatible avec la préservation de la tortue. Les secteurs Af suivants ont donc été supprimés et reclassés en zone N : - Les projets de reconquête agricole du Petit Siaï, des Crottes, du Mounestier et du Siaï ;

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


125 / 199

-

Les projets de reconquête agricole de la Combe des Selves ; Les projets de reconquête agricole de Vioune.

Le secteur agricole protégé pour raisons paysagères Av :

bâtiments agricoles identifiés dans les documents graphiques du règlement. Les bâtiments suivants ont été identifiés sur le plan de zonage du PLU

Situé au pied du village, le secteur Av d’une vingtaine d’hectares englobe le piémont villageois. C’est un secteur stratégique du pont de vue paysager : ce secteur joue le rôle de révélateur du patrimoine communal.

41

:

1. Domaine Barbero, la Bastide du Plan : Cette Bastide, sur plan rectangulaire de 3 niveaux, date de 1825. Elle se caractérise par son volume bâti imposant. On distingue des décors peints en façade et des reliefs d’enduits de façade. La façade comporte également un fronton en pignon. Les menuiseries sont en bois, les volets sont pleins au rez-de-chaussée, et en persiennes aux étages. Présence de deux occulus avec sourcils. La toiture est à deux pentes, les tuiles sont canales avec trois rangs de génoises.

(Voir également l’état initial de l’environnement, le chapitre « 6. Le paysage »). Le PLU de Callas a redéfinit des zones agricoles A. Elles sont supérieures à celles du POS.

2. Ferme Gantelme, Domaine des Chênes :il s’agit d’un ancien relais de poste. Il comprend plusieurs corps de bâtiments organisés en hameau. Les constructions sont en longueur et sur plusieurs tranches. Les modénatures sont simples, la toiture est en double pente avec tuiles sur deux rangs de génoise.les menuiseries sont en bois, les ouvertures présentent un rythme régulier.

L’inondabilité de la zone du Plan : Bien que la commune de bénéficie pas de PPRI (Plan de Prévention des Risques d’Inondation), contrairement à Draguignan, Trans-en-Provence, ou autres, elle dispose de l’Atlas des Zones Inondables du Var qui localise l’éventuel risque d’inondabilité au Plan de part et d’autre du Vallon de la Risse. (Voir Etat Initial de l’Environnement). Cette carte n’exprime pas d’aléa (il n’y a pas d’études sur la vitesse ou la hauteur d’eau), mais elle doit être prise en compte dans le PLU. C’est pourquoi le règlement du PLU stipule que toute habitation doit observer un recul de 30 mètres de part et d’autre du vallon de la Risse afin de ne pas aggraver la vulnérabilité du secteur.

3. Mas Simpelaere, au Péron Est : cet ancien bâtiment d’exploitation se situe sur plan rectangulaire à trois niveaux. La façade comporte un fronton. Les bâtiments sont en pierre apparentes avec enduit rejointoyé. On distingue un bel encadrement de pierre taillée pour l’entrée principale, un linteau en brique. La toiture tuilée est à deux pans sur deux rangs de génoise. 4. Mas Cicala, Domaine de Vioune et Péron Est : il s’agit d’une ancienne construction qui s’intégrait dans de vastes exploitations agricoles. Bâtie sur un plan rectangulaire à deux niveaux. Le jardin est remarquable. La toiture à deux pans, avec tuiles et deux rangs de génoise. Les pierres sont apparentes et rejointoyées. Les ouvertures sont plutôt hétéroclites, avec volets pleins en bois, et petits carreaux aux fenêtres. Les appuis sont en terre cuite.

Le changement de destination des bâtiments agricoles : Plusieurs bâtiments présentent un intérêt patrimonial ou architectural au sein de la zone agricole de Callas. Le PLU y autorise un changement de destination afin de permettre UNIQUEMENT : les activités agritouristiques, ou bien de l’habitation. Ainsi, et en référence à l’article R.123- 7, est également autorisé, en application du 2° de l'article R. 123-12, le changement de destination des 41

Source : patrimoine architectural à reconnaître, respecter, conserver, CAUE du Var, 2010

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


126 / 199

5. Bastide Hickman, Les Issarts Ouest : cette ancienne bastide présente un caractère très rural se référant à la maison provençale de village sur deux niveaux. Une cave voutée existe en sous sol. Les murs sont maçonnés, les pierres apparentes et l’enduit est d’origine. La toiture est à deux pans, les tuiles sont canales. Le dernier niveau (R+1) est sous la génoise et comporte deux trames de fenêtre au rythme. 6. Bastide et bergeries Guiglion, La Colle Blanche :l’édifice principal date de 1775 et présente une typologie architecturale de bastide : volume bâti important, plan carré sur trois niveaux, toit de tuiles à quatre pentes, façades pierre apparentes et enduits rejointoyés, chaîne d’angle apparente, encadrement des baies en pierre taillée ou maçonnées selon le niveau, les menuiseries sont en bois, ouvertures symétriques. Présence de locaux d’exploitation annexes. 7. Ferme du Peti Siai : une partie était dédiée à une ancienne école de filles rattachée au hameau du petit Siai. Ce hameau se caractérise par son volume bâti important (plusieurs corps de ferme en forme de L). Présence d’une maison sur plan rectangulaire à 2/3 niveaux. La façade du bâtiment principal comporte un fronton, une toiture neuve à deux pans, décors de briques, façade noble avec modénatures et encadrements de fenêtres, menuiserie bois sans volets.

sur le plan cadastral napoléonien mais doit être plus ancienne. Des fondements et des fouilles remonteraient à l’ère romaine. Le bâtiment s’il n’est pas de type classique (bastide) n’en est pas moins imposant par son ampleur et son environnement - platanes et marronniers plus que centenaires - et une superbe allée de mûriers sur plus de 300 m. La parcelle 240 comporte une ancienne forge inscrite au cadastre napoléonien qui sert actuellement de local technique pour la station de pompage et d’hébergement pour chevaux. La parcelle 211 supporte une ancienne habitation et une bergerie. La partie habitation a été restaurée il y a quelques années et a fait l‘objet d’un permis de construire. Elle sert de gîte rural. Le souhait est de transformer la partie bergerie encore en état, en gîte. La parcelle 218 supporte un bâtiment actuellement en ruines avec pignons et partiellement génoise (bâtiment qui a brûlé dans les années 70/80 à la suite d’un incendie de forêt). Le propriétaire souhaite adapter ce bâtiment en chaix. Enfin, il existe sur la parcelle 179 un ancien moulin à eau en état de ruine 9. Bâtiments agricoles Peycavier : bâti édifié entre le XVIIIème et le XIX ème siècle, répertorié comme propriété bâtie en 1839. Il s’agissait d’une maison destinée au logement agricole (viticulture). Les dépendances étaient dédiées aux récoltes.

8. Le Grand Siai : le propriétaire remet en état une ancienne propriété agricole à vocation vinicole. La propriété est d’un seul tenant et comporte 5 bâtiments. Il a été planté depuis 7 ans environ 8 hectares de vignes et d’oliviers. Un des projets est de planter encore 3-4 hectares de vignes. Il existe un hangar de 300m² sur la parcelle 233. La parcelle 245 comporte actuellement un bâtiment couvert de 600m² environ regroupant une partie logement sur 3 niveaux et des locaux agricoles pour le stockage matériel et bestiaux. La partie habitable a été occupée par un couple d’agriculteur jusqu’à 3 ans environ en arrière. Le souhait du propriétaire est d’en faire sa résidence principale. Cette construction n’est plus adaptée ni à un logement décent ni a un usage agricole, La construction figure

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


127 / 199

LES ZONES NATURELLES « N » ET LES SECTEURS NP NT NG

La zone N : La zone N représente la délimitation des zones naturelles à protéger notamment en raison du caractère des espaces naturels, de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leurs intérêts esthétiques, historiques ou écologiques, ou encore de l’existence d’une exploitation forestière. La zone N couvre plus de 77% du territoire de Callas. L’essentiel des ZNIEFF et périmètres Natura 2000 sont recouverts de zone N naturelle et dans une moindre mesure, de zone A agricole). Indice de risque : Lorsque la zone N comporte un indice « r » c’est qu’il s’agit d’un secteur pouvant être soumis aux risques de mouvements de terrain. Les secteurs de la zone N : Le secteur Np : qui retranscrit le périmètre de protection des eaux lié au forage des Costes. Et des secteurs de taille et de capacité d’accueil limitées : Le secteur Nt de l’Hostellerie de Pennafort : Pour l’hostellerie de Pennafort, sont autorisées les constructions nécessaires au maintien et au développement de l’activité touristique. Ces constructions devront être implantées dans les limites de l’emprise maximale de construction définie au plan de zonage. Le développement de l’activité hôtelière ne pourra s’effectuer qu’au regard de la prise en compte du risque incendie : 1°) d’une part, que dans le prolongement des bâtiments existants là ou le risque de feux de forêt est le plus limité, 2°) d’autre part, que par des constructions comprenant, au maximum, un seul étage sur rez-de-chaussée (R+1 soit 7 mètres maximum).

L’accessibilité aux façades se fera par des voies engins conformément au règlement des Etablissements Recevant de Public (ERP). Une voie «périphérique» pourra desservir la nouvelle partie hôtelière. Une aire de retournement sera prévue pour les engins de secours. Une zone d’interface forêt-habitat pourra délimiter la zone concernée. L’accès des engins à l’ensemble de l’établissement devra être amélioré. Pour les besoins en eau, une piscine existante servira de point d’aspiration. Une réserve d’eau de 120 m3 sera créée pour la défense de la partie hôtelière (bassin, bâche souple, retenue, etc.…). Il devra être réalisé et entretenu un débroussaillement conformément à l’arrêté préfectoral en vigueur rappelé à l’article 13 du règlement de la zone. Les deux secteurs Ng : les secteurs Ng sont des secteurs de taille réduite et limitée à l’existant. Les activités artisanales et commerciales existent aujourd’hui (bureaux et ateliers, garage servant de fourrière aux services départementaux). Le règlement du PLU propose que seuls sont autorisés les dépôts de matériaux, les hangars et bureaux nécessaires aux activités existantes, les travaux confortatifs et l'agrandissement des constructions existantes à usage de commerce ou d’artisanat. Afin de limiter les perceptions visuelles sur ces secteurs, es masques végétaux sont préconisés dans le règlement du PLU. Quant au garage, il devra être couvert avec fosse étanche.

LA ZONE DU CAMPING DE LA GARDUERE « NH »

La zone Nh représente la délimitation d’espaces dédiés au camping de la Haute Garduère, situé au sud du territoire communal, au cœur d’un secteur forestier. Cette zone Nh a vocation à accueillir des constructions et installations de camping. Il n’y a pas d’extension du camping ni du nombre d’emplacements. La problématique « prévention face au risque incendie » devant être résolue, le règlement précise que sont autorisées les installations et occupations du sol nécessaires à la mise en sécurité des biens et personnes au regard du risque incendie.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


128 / 199

La sous commission départementale pour la sécurité des occupants de terrains de camping s’est réunie le 4 mai 2011 et a émis un avis favorable au camping de la Haute-Garduère assorti de prescriptions et d’observations : -

Les zones refuge, la bergerie et le Mas ne peuvent recueillir en l’état que 288 personnes en l’absence de sécurisation des étages du Mas ; Le cahier de prescriptions doit être modifié ainsi que le plan ; La protection des bâtiments lieux de refuge doit être complétée en colmatant les orifices ; L’isolement au feu et à la fumée doit être assuré par l’installation de doubles vitrages ou de volets coupe feu ; Les arbres et les buissons à proximité de la zone refuge doivent être élagués ; Les bouteilles de gaz doivent être maintenues sur un RAK à plus de 100m du bâtiment ; Les matériaux et encombrants situés à proximité de la zone refuge doivent être supprimés ou déplacés ; Les mobiliers placés au RDC des zones refuges doivent être montés à l’étage. - Rendre carrossable les voies à l’intérieur du camping ainsi que la voie d’accès principale : la voie d’accès a été rendue carrossable, et le débroussaillement effectué. - Les emplacements doivent être placés à proximité des lieux de refuges.

Le nouveau périmètre de la Catalane, extension comprise, reste inchangé à celui approuvé en 2009 : ce périmètre est repris dans le PLU. En revanche, le périmètre de l’extension de la Joyeuse a été réduit à deux reprises : - Réduction de 4 hectares suite à l’enquête publique effectuée de juillet à aout 2009 dans le cadre de la révision simplifiée du POS : le commissaire avait demandé à ce que les limites de l’extension de la carrière soient situées à plus de 200 mètres des habitations existantes. Cette recommandation a été prise en compte. - Réduction de 12 hectares suite à la concertation publique réalisée lors de l’élaboration du PLU (2011-2012). Le PLU propose donc un nouveau périmètre à la carrière de la Joyeuse. Les secteurs réduits sont les suivants : 

LES ZONES DE CARRIERE « NX »

La zone Nx représente la délimitation des zones de protection de richesse économique réservées à l’exploitation de carrières et aux activités connexes. Callas a classé en zone Nx les carrières de La Catalane et de la Joyeuse, toutes deux inscrites au schéma départemental des Carrières (SDC) du Var, qui a été approuvé le 22 novembre 2011 : - La carrière de la Catalane, exploitée par la SOMECA. - La carrière de la Joyeuse exploitée par Lafarge Granulats Sud. Ces deux carrières ont chacune fait l’objet d’un projet d’extension, lors d’une procédure de « révision simplifiée du POS », approuvée en 2009.

à l’Ouest, les études foncières ont conduit à déplacer la limite d’exploitation : certaines parcelles ne sont pas maîtrisées par la société Lafarge Granulats Sud et certains propriétaires ont fait connaitre leur souhait de ne pas voir leur parcelle classée en zone 2NC ; au Nord, le périmètre a été réduit dans l’objectif de limiter globalement le déclassement d’EBC et de limiter la consommation de l’espace naturel à cet endroit (zone contigüe aux terrains proposés dans le cadre du volet naturel de l’étude d’impact de l’extension de la carrière pour la mesure compensatoire de rétrocession/gestion de terrain naturel) ; au Sud, la zone a été légèrement élargie afin de permettre le déplacement de la bascule à cet endroit, afin d’améliorer la gestion des flux entrants et sortants sur le site, de mieux contrôler le bâchage systématique des camions, et d’optimiser la zone de stockage des matériaux. La piste située au Sud Est du site sera élargie afin d’acheminer les camions vers la zone projetée de stockage de matériaux inertes (située au Nord-Est).

(Voir également le chapitre 4 du Diagnostic, relatif à « l’exploitation des carrières » justifiant le projet d’extension).

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


129 / 199

LE RECLASSEMENT DES ZONES NB DU POS Les 80 hectares de zones NB ont été reclassés en zone naturelle N au PLU.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


130 / 199

6. Solutions alternatives écartées et projets non retenus Lors de l’élaboration du PLU, plusieurs projets ont été étudiés et finalement écartés.

Les projets non retenus ont été les suivants : 1. La délimitation d’une zone à urbaniser 4AU représentant les espaces dédiés au camping existant de la Haute Garduère. Cette zone avait vocation à accueillir des constructions et installations à destination de camping. Cependant, les équipements et installations nécessaires en matière de prévention du risque incendie n’étant pas suffisants, la zone 4AU était « stricte ».

4. L’extension de la zone 2AU de Camp de Pontes jusqu’aux quartiers de Queirons à l’ouest : la zone 2AU était à l’origine bien plus étendue. Le projet de zonage initial comprenait 2 hectares supplémentaires en restanques, vers le sud-ouest. 

Ce projet a été abandonné suite aux avis émis par les services de l’Etat et le SDIS (pompiers). Le camping est désormais classé en zone Nh.

2. La création d’une zone à urbaniser 5AU destinée à l’éventuel futur pôle santé : La zone 5AU, située en bordure de la RD562, était vouée à l’implantation d’un pôle santé au quartier des Issarts, sur un terrain communal. Cette zone aurait été complémentaire à la zone Ubs, premier pôle santé du village (clinique des oliviers). Un second pôle santé aurait permis à la commune de conforter sa vocation « santé » au sein de la CAD. 

Ce projet a été abandonné suite aux avis émis par les services de l’Etat jugeant le site trop éloigné du village.

3. La création d’une zone à urbaniser 6AU à vocation d’habitat résidentiel, au quartier du Villard, en bordure de l’espace plan agricole dénommé « Le Plan ». Ce projet consistait à ouvrir à l’urbanisation le secteur du Villard classé en zone agricole.

Ce projet a été abandonné pour plusieurs raisons : éloignement du village, terres agricoles bénéficiant d’un label AOC viticole « Côtes de Provence », et surtout parce qu’il contribuait à favoriser l’étalement urbain en bordure de Plan, espace dédié à l’agriculture et dénaturait le paysage rural actuel.

La zone 2AU a été réduite de 2 hectares afin de correspondre à la zone NA du POS, bien que les services de l’Etat aient demandé à la commune de supprimer l’intégralité de la zone 2AU.

5. Etendre la zone Uc des Costes jusqu’au quartier des Roumeguières. Ce projet consistait à ouvrir à l’urbanisation une zone naturelle et/ou agricole. 

Ce projet a été abandonné pour plusieurs raisons : éloignement prononcé du village, et surtout parce qu’il contribuait à favoriser l’étalement urbain en zone naturelle boisée.

6. Etendre la zone urbaine aux collines surplombant le village, sur l’actuelle zone NB au bas des Miquéous. Ce projet consistait à ouvrir à l’urbanisation une partie de la colline surplombant le village. 

Ce projet a été écarté, suite à l’impact paysager important qu’aurait engendré une telle ouverture à l’urbanisation, même limitée. Les collines et leur ambiance boisée doivent être préservées, elles participent à la mise en valeur du noyau villageois.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


131 / 199

7. La zone artisanale des Venes (zone 3AU) était à l’origine bien plus vaste qu’actuellement. Le projet initial prévoyait le double de la surface actuelle. 

Ce projet ambitieux a été abandonné afin de correspondre au mieux aux besoins des artisans de Callas. Le zonage a été recentré autour de l’actuelle déchetterie.

8. La création d’une petite zone urbaine à Pont de Fer. Ce projet consistait à ouvrir à l’urbanisation la zone de Pont de Fer (classée en zone NA au POS) afin de permettre l’extension de la caserne et éventuellement d’y installer un secteur artisanal. 

Ce projet a été écarté afin de conserver l’esprit rural et agricole de Pont de Fer : le secteur est classé en zone agricole A, aucune construction autre qu’agricole ne sera permise sauf si nécessaire aux services publics (extension de la caserne par exemple).

9. On peut également rappeler que le zonage Nx de la carrière de la Catalane a été notablement réduit suite aux différentes études environnementales qui ont été menées depuis 2007 par le bureau d’études ECOMED. Le zonage actuel a pris en compte la biodiversité présente sur le site et aux alentours. Ce zonage a finalement été approuvé par décision du Conseil Municipal en septembre 2009 lors de

la procédure de révision simplifiée du POS. Ce zonage est intégralement repris au PLU. 10. Le zonage Nx de la carrière de La Joyeuse a été réduit à deux reprises : premièrement, à l’enquête publique de la révision simplifiée du POS en 2009 (réduction de 4 hectares). Et deuxièmement, il a été réduit de 12 ha suite à la concertation publique du PLU. 11. Les zones Af supprimées : 81 hectares de zones Af ont été supprimés et reclassées en zones N, partiellement couvertes d’EBC. Ces 81 hectares ont été reclassés suite à la demande des services de l’Etat, afin de ne pas impacter la zone rouge du Plan National d’action en faveur de la Tortue d’Hermann. Cette suppression a été vivement contestée par la Chambre d’Agriculture. 12. Secteur Nt de Peycavier : Peycavier, au sud du Plan, était retenu pour comme « secteur de taille et de capacité d’accueil mesurées », dont la destination était d’accueillir des activités liés à l’accueil touristique (hôtellerie et restauration). 

Ce projet de zonage n’a pas été retenu suite à l’avis de l’Etat et à l’avis de la chambre d’agriculture, en effet ce zonage impactait la zone agricole. en contrepartie, les bâtiments de Peycavier sont aujourd’hui identifiés au zonage du PLU, afin de leur permettre un changement de destination.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


132 / 199

5. CONSEQUENCES SUR L’ENVIRONNEMENT

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


133 / 199

1. Analyse des incidences notables du PLU sur l’environnement Au préalable, rappelons que le PLU a été établi suivant les enjeux du PADD, lequel s’inscrit dans une démarche de développement durable et dans un souci de préservation de l’environnement. Des projets ont d’ailleurs été écartés (voir chapitre précédent). Les éléments de projet conservés sont croisés aux enjeux du territoire identifiés dans l’Etat Initial de l’Environnement afin d’évaluer les incidences prévisibles de la mise en place de Plan Local d’Urbanisme de Callas sur l’environnement. L’évaluation de ce document ne se substitue pas à étude d’impact ou aux autorisations nécessaires pour les aménagements envisagés par le PLU lui-même. Elle ne constitue qu’un premier élément pour déterminer leur faisabilité au regard de l’environnement. Les incidences sur l’environnement de la mise en place du Plan Local d’urbanisme sont envisagées au regard de l’état initial de l’environnement et de ses perspectives d’évolution avec les règles générales et des servitudes d’utilisation des sols fixées le Plan d’Occupation des Sols en vigueur. Pour chaque grande thématique, on liste les effets du PLU sur l’environnement c’est-à-dire les conséquences du PLU quel que soit le territoire affecté. Par exemple pour le contexte physique, l’artificialisation des sols.

Ces incidences sont envisagées comme négative, positive ou nulle, traduites dans ce chapitre par les pictogrammes suivants :  Incidence négative  Incidence positive  Incidence nulle Les incidences sont également qualifiées au mieux selon leur durée (ponctuelle, permanente), leur portée, leur caractère irréversible. Lorsque les incidences du PLU sont qualifiées comme négatives, des mesures sont prises pour éviter, réduire ou compenser les incidences du PLU. Concernant le cumul des incidences, la juxtaposition des incidences par grande thématique permet d’appréhender le cumul de ces incidences sur chaque enjeu environnemental. la prise en compte, au stade de cette évaluation environnementale, des incidences des zones dites « strictes » (dont l’ouverture à l’urbanisation est donc soumise à révision ou modification du PLU) ainsi que de celles des Emplacements Réservés permet d’anticiper le cumul d’incidences du PLU avec les projets futurs de la commune de Callas.

On dégage ensuite les incidences c’est-à-dire « l’appréciation croisant l’effet avec la sensibilité environnementale du territoire. Il s’agit d’un 42 changement positif ou négatif dans la qualité de l’environnement » . Par exemple le projet de PLU engendre l’imperméabilisation de nouvelles surfaces dans les zones U et AU. 42

L’évaluation environnementale des documents d’urbanisme, le guide, décembre 2011

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


134 / 199

INCIDENCES SUR LES RESSOURCES NATURELLES : CONTEXTE

INCIDENCES SUR LA GESTION ET LA QUALITE DE L’EAU

GEOLOGIQUE

Hydrologie

Géomorphologie

/

Les aménagements qui seront réalisés en zones urbaines pourront être à l’origine de modifications très locales de la géomorphologie (terrassement, chantier…). Ces transformations, très limitées dans l’espace, n’impacteront cependant pas la géomorphologie générale de la commune.

Le PLU reprend intégralement le zonage de la carrière « la Catalane » et ne crée pas d’incidence supplémentaire sur la géomorphologie et l’extraction de matériaux. Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences potentielles sur la géomorphologie, spécifiques à cette extension, sont décrites ci-après. Erosion

/

Lors des phases de chantiers des projets permis par le PLU, les aménagements qui seront réalisés (voies de circulation, constructions) supprimeront momentanément la couche superficielle des sols, éliminant la végétation qui protège les sols de l’érosion. Le phénomène d’érosion ne concernera que la durée des travaux. Les impacts à ce niveau seront donc faibles. Imperméabilisation des sols

L’impact des eaux de ruissellement concernera plus particulièrement les zones à urbaniser ainsi que les zones urbanisées appelées à se densifier. Les zones artificialisées progresseront, certes, mais lentement, puisque la couverture végétale est favorisée, voir réglementée, dans le règlement du PLU des zones Ub et surtout Uc (plus vaste zone urbaine).

L’ensemble des ruisseaux et rivières sont protégés par le PLU, grâce au classement en zone N, inconstructible. Les corridors aquatiques ainsi que l’hydrologie de Callas sont préservés.

Le PLU reprend intégralement le zonage de la carrière « la Catalane » et ne crée pas d’incidence supplémentaire sur le réseau hydrographique Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences potentielles sur le réseau hydrographique, spécifiques à cette extension, sont décrites ci-après. Gestion de la ressource en eau

La commune (1782 habitants en 2007) consomme près 138 393 m3 d’eau potable. Le PLU a été établi pour accueillir à terme, d’ici 20 ans, moins de 2500 habitants en zones urbaines : ainsi, la ressource en eau (avec une consommation équivalente à celle d’aujourd’hui) devra être d’environ 173 500 m3, 186 000 m3 si on y inclut les zones 1AU et 2AU, non ouvertes à l’urbanisation. Cette situation est envisageable puisque la ressource en eau produite atteint 194 387 m3. Rajoutons toutefois, qu’il est à espérer que, d’ici 20 ans, les consommateurs aient diminué leur consommation d’eau : les économies d’eau doivent devenir quotidiennes, et une consommation moyenne de 400 litres / jour / habitant en été (chiffres 2009) ne peut perdurer. Protection de la ressource

Le PLU n’impacte pas la qualité de la ressource en eau potable : il identifie dans les servitudes d’utilité publique et protège le périmètre de protection de captage du forage des Costes.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


135 / 199

INCIDENCES SUR LA BIODIVERSITE ET LE FONCTIONNEMENT ECOLOGIQUE

Comme vu précédemment, les enjeux du PLU de Callas sont de protéger au maximum les paysages, le caractère rural de la commune, et la riche biodiversité présente sur son territoire. Dégradation / Destruction d’habitats naturels ou d’espèces végétales et animales

Les zones urbaines conservent leur enveloppe sans empiéter sur des zones naturelles. Aucun habitat naturel ne sera touché.

Les zones à urbaniser ultérieurement (1AU, 2AU, 3AU) ont été définies hors des zones à enjeux (Natura 2000 et ZNIEFF), Le PLU ouvre plusieurs secteurs boisés et fermés, afin de permettre une reconquête agricole (zones Af) et d’étendre des exploitations existantes (voir chapitres précédents).  Les défrichements à cette occasion occasionnent la destruction d’habitats naturels.  Des espèces protégées comme la Tortue d’Hermann peuvent être détruites. Notons toutefois que toute opération volontaire entraînant la destruction de l'état boisé d'un terrain et mettant fin à sa destination forestière est considérée comme un défrichement et nécessite une autorisation préalable.  Cette ouverture des milieux peut paradoxalement être jugée profitable aux espèces fréquentant des milieux ouverts et semi-ouverts.

d’extension. Les zonages ont été redéfinis, les études d’impact réalisées, et des mesures compensatoires sont mises en place. (Voir le chapitre « 3.Les mesures envisagées pour éviter, réduire et si possible compenser les conséquences dommageables du PLU sur l’environnement »).

Le PLU reprend intégralement le zonage de la carrière « la Catalane » et ne détruit pas davantage d’habitats naturels.

Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences potentielles, spécifiques à cette extension, sont décrites ci-après. Dérangement de la faune

Le PLU ne crée pas de nouvelles activités susceptibles de générer des perturbations sonores ou lumineuses pour la faune.

Seule la zone Nh est située au cœur d’une zone présentant un intérêt écologique certain. Le caractère saisonnier de l’activité et les capacités d’accueil limitées du camping engendreront des perturbations modérées et ponctuelles.

Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences potentielles, spécifiques à cette extension, concernant les perturbations de la faune sont décrites ci-après.

Fragmentation des continuités écologiques

?

Les deux carrières de La Catalane et de La Joyeuse présentent de fortes incidences potentielles négatives sur les milieux naturels. Toutes deux sont situées à proximité de sites majeurs (SIC et ZPS du réseau Natura 2000). Lors des 2 révisions simplifiées du POS (approuvées en septembre 2009) définissant l’extension des deux carrières, des études ont été menées par le bureau d’études ECOMED afin de mieux calibrer le périmètre

Le PLU favorise la protection des écosystèmes et la préservation des continuités écologiques par la création d’une zone « N » inconstructible.  Concernant les continuités terrestres, le PLU ne prévoit aucun nouveau projet susceptible de créer une fragmentation.  Concernant les continuités terrestres, le PLU ne prévoit aucun nouveau obstacle à l’écoulement.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


136 / 199

PLU de Callas : Zones constructibles : zones U zones AU Zones agricoles : zone A zone Af zones des carrières : zone Nx zones naturelles zone N Espaces Boisés Classés

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


137 / 199

INCIDENCES SUR LES POLLUTIONS ET NUISANCES

Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences prévisibles sur les pollutions et nuisances sont développées ci-après. Pollutions atmosphériques

Le PLU prévoit plusieurs espaces dédiés au stationnement des véhicules (emplacements réservés) afin de limiter les déplacements automobiles dans le village et contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air.

Consommation d’énergie

Le règlement du PLU permet la réalisation de constructions bioclimatiques, à basse consommation, et contemporaines et favorise l’utilisation d’équipements à énergies renouvelables. Ces dispositions sont inscrites dans le règlement du PLU pour les constructions de tout usage : habitation, équipements publics, bâtiments agricoles….

Par ailleurs, le PLU incite au stationnement des véhicules en périphérie immédiate du village, afin de favoriser les modes de déplacements « propres » de type piéton notamment.

Pollutions diffuses et ponctuelles de l’eau

La station d’épuration (STEP) de Callas possède une capacité d’accueil de 3500 équivalents-habitants. En 2010, la capacité résiduelle de la STEP est de 1500 habitants. La capacité d’accueil du PLU en terme de logement est d’environ 1022 logements d’ici 20 ans (732 en 2010). Cette augmentation aura une incidence sur le volume et la charge des eaux usées à traiter par la STEP dans la mesure où le raccordement au réseau d’assainissement en zone urbaine est obligatoire (y compris dans les zones 1AU, 2AU « strictes » dont l’ouverture à l’urbanisation ne sera pas immédiate). La STEP de 3500 équivalents-habitants pourra, sans conteste, absorber cette augmentation d’équivalent-habitants.

A noter que les eaux de piscines sont interdites dans le système de collecte des eaux usées.

Le PLU reprend intégralement le zonage de la carrière « la Catalane » et ne crée pas d’incidence supplémentaire sur la qualité des eaux souterraines et superficielles. Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences potentielles, spécifiques à cette extension, sur la qualité des eaux souterraines et superficielles sont décrites ci-après.

INCIDENCES SUR LES PAYSAGES Préservation du patrimoine architectural et paysager

Le PLU de Callas entend préserver son patrimoine paysager ; l’écrin naturel du village et notamment les collines et lignes de crêtes surplombant le village sont préservées.

L’étalement urbain sera stoppé au dessus du village au niveau de la zone Ua du village.

L’espace plan agricole, le Plan, sera lui-même préservé puisque l’urbanisation y sera proscrite, les versants inconstructibles (Le Villard) ou maîtrisés (exemple de la zone Ucp des Costes).

L’essentiel de la Commune est en zone naturelle N ou agricole A : les paysages ruraux sont protégés. Nouveaux éléments perceptibles Le paysage est constitué d’éléments visibles que l’on « voit » et d’éléments perceptibles, que l’on « ressent ». La perception qu’un observateur a d’un lieu est toujours personnelle.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


138 / 199

En revanche, ce que l’on y voit peut être analysé et décrit. Les paysages ruraux et urbains sont aujourd’hui en réelle mutation. Tout élément nouveau est susceptible d’en transformer la perception.

?

La seule évolution du paysage perçu depuis le pied du village concernera l’espace de la Ferrage-les Clos (zone 1AU) où est projetée la réalisation d’une greffe urbaine villageoise. Ce futur quartier devra s’intégrer parfaitement à l’architecture villageoise, tout en se permettant d’audacieuses innovations architecturales.

La zone 2AU n’est pas perceptible depuis le village. Elle est aujourd’hui en restanque, dans une ambiance boisée et surplombe un secteur agricole cultivé. Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences prévisibles sur la paysage sont développées ci-après.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


139 / 199

INCIDENCES SUR LA GESTION DES RISQUES NATURELS

(Voir également l’Etat initial de l’environnement, chapitre 5 « la gestion des risques ») Exposition au risque mouvement de terrain

Les zones soumises au risque de mouvements de terrain sont identifiées au PLU par les indices « r ». L’indice « r1 » indique l’inconstructibilité des secteurs est renforcée par un classement en zone N (autour du village) L’indice « r3 » indique également l’inconstructibilité due aux chutes de blocs. Ces secteurs sont également classés en zones N (gorges de Pennafort). Les indices « r2 » accolés à différentes zones n’empêchent pas la constructibilité mais indiquent un éventuel risque de mouvement de terrain. Exposition au risque incendie

En signant la fin des zones dites « NB », le PLU stoppe définitivement la construction de nouvelles habitations en zones naturelles Ainsi, la vulnérabilité de ces quartiers ne sera pas aggravée.

En zones agricoles A : le PLU crée des secteurs Af, secteurs boisés et non défrichés mais à potentiel agricole, qui sont dédiés aux cultures et/ou l’élevage, dans lesquels toute construction est interdite afin, notamment, de ne pas exposer l’agriculteur au risque incendie. Le règlement précise qu’en zone agricole, les voies de desserte doivent être conformes aux exigences de sécurité et à des conditions satisfaisantes de desserte (défense contre les incendies, protection civile, brancardage, collecte des ordures ménagères) sans que la chaussée ne soit inférieure à 4 mètres.

NB : Notons que les dispositions du code de l’urbanisme (R111.5) restent applicables. Un permis de construire peut être refusé sur des terrains qui ne seraient pas desservis par des voies publiques ou privées dans des conditions répondant à son importance ou à la destination des constructions ou des aménagements envisagés, et notamment si les caractéristiques de ces voies rendent difficile la circulation ou l'utilisation des engins de lutte contre l'incendie. Il peut également être refusé ou n'être accepté que sous réserve de prescriptions spéciales, si les accès présentent un risque pour la sécurité des usagers des voies publiques ou pour celle des personnes utilisant ces accès. Cette sécurité doit être appréciée compte tenu, notamment, de la position des accès, de leur configuration ainsi que de la nature et de l'intensité du trafic. En outre, il est important de rappeler : Qu’il est interdit de circuler en véhicule à moteur en forêt en période sensible et de faire des feux à moins de 200 m d’une zone boisée. Les propriétaires, publics ou privés, doivent couper les chablis et retirer les bois brûlés après un incendie. Ils ont aussi l’obligation de débroussailler dans un rayon de 50 m autour de leur habitation. Les dispositions de l’arrêté préfectoral du 15 mai 2006 sont applicables sur le territoire de toutes les communes du Var : dans les bois, forêts, plantations, reboisements, landes, maquis et garrigues, ainsi que sur tous les terrains qui sont situés à moins de 200 mètres de ces formations arbustives, y compris les voies qui les traversent, l’ensemble étant défini par arrêté préfectoral du 5 avril 2004.

Le camping de la Garduère, zone Nh, constitue une zone particulièrement vulnérable,

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


140 / 199

2. Analyse des incidences notables sur l’environnement spécifiques à l’extension de la carrière de La Joyeuse 

INCIDENCES SUR LES RESSOURCES NATURELLES : CONTEXTE

GEOLOGIQUE

INCIDENCES SUR LA BIODIVERSITE ET LE FONCTIONNEMENT ECOLOGIQUE DU TERRITOIRE

Extraction de la ressource géologique En termes de qualité Le calcaire extrait sur la carrière de Callas appartient aux formations du Muschelkalk constituées de calcaires dolomitiques. La puissance du gisement est comprise entre 60 et 80 mètres. L’importante réserve minérale ainsi que sa qualité (environ 15 % de stériles) permettent de fabriquer des granulats ayant les propriétés adéquates pour des usages routiers et fabrication de béton prêt à l’emploi. En outre, la qualité du gisement permet de maintenir une offre diversifiée en granulats sur l’agglomération Dracénoise et l’Est du Var.

En termes de quantités L’extension de la carrière de « la Joyeuse » permettra de maintenir la capacité de production moyenne actuelle en granulats calcaires, soit 500 000 t/an pour un tonnage marchand total de 13 180 000 tonnes sur 22 ans d’exploitation et 3 ans de réaménagement final.  En complément, le site permettra d’accueillir des déchets inertes des chantiers dans la zone de chalandise de la carrière pour un volume estimé à 275 000 m3 sur la durée d’autorisation demandée.  La réserve disponible dans le périmètre d’extension de la carrière permettra de continuer d’assurer l’approvisionnement en granulats pour l’industrie du béton et de la route sur la zone Est Var et à l’Est des Alpes Maritimes, pour une durée de 22 ans.

Les enjeux faunistiques et floristiques du site sont maîtrisés. Le projet, bien que limitrophe, est situé en dehors des zones Natura 2000, Z.I.C.O., et en dehors de tout espace protégé règlementairement.  Le Volet Naturel de l’Etude d’Impact, a démontré qu’au regard des enjeux écologiques identifiés et des mesures mises en place, le projet n’entrainera pas d’effets résiduels notables et dommageables pour les éléments d’intérêt communautaires et le milieu naturel.

INCIDENCE SUR LE PAYSAGE

Le projet n’apportera pas de modifications notables sur l’aspect paysager actuel, car l’extension projetée fait partie de la même entité paysagère. De plus, sa configuration permet une exploitation en « dent creuse » qui facilite l’insertion paysagère sans problème de co-visibilité.  Par ailleurs, le réaménagement paysager du site en cours se poursuivra et permettra l’intégration paysagère progressive du site dans l’environnement forestier alentour. A terme, la réhabilitation du site prévue permettra une totale intégration de la carrière dans le paysage. La forme se profilera parfaitement bien par rapport aux collines avoisinantes. Le réaménagement a pour objectif à terme de créer un site à vocation écologique et ludique.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


141 / 199

INCIDENCES SUR LA GESTION ET LA QUALITE DE L’EAU

Eaux souterraines

Dans l’état des connaissances actuelles en matière d’hydrogéologie, l’extension de la carrière jusqu’au niveau 310 mètres NGF ne devrait pas rencontrer de venues d’eau. Le projet n’aura donc pas d’impact sur les circulations d’eaux souterraines. En raison de la présence de forages pour l’alimentation en eau de riverains à l’aval immédiat de la carrière, un suivi de piézomètres sera réalisé afin de surveiller les niveaux de l’aquifère. Eaux superficielles

Aucun cours d’eau permanent n’est présent sur le site. L’ensemble des ruissellements s’infiltre en fond de carrière.

INCIDENCES SUR LES POLLUTIONS ET NUISANCES

Trafic de véhicules engendré

L’implantation de la carrière est parfaitement bien localisée vis à vis des principales voies de circulations de l’Est du département. Elle dispose d’une localisation privilégiée à l’écart des zones densément habitées tout en restant facilement accessible depuis la départementale D562, puis une voie privée. Les tonnages produits n’entraîneront pas d’augmentation du trafic déjà existant sur les routes départementales desservant le site.  En outre, elle permet une répartition du trafic plus homogène sur le réseau routier que si l’approvisionnement de l’aire Dracénoise et de l’Est Var ne se faisait que par une seule carrière. Bruits Dans le cadre de l’exploitation actuelle, le niveau sonore en limite de propriété est en dessous du seuil réglementaire : au niveau des habitations environnantes, dans les Zones à Emergence Réglementaire, l’émergence admissible n’est jamais atteinte.

Dans le cadre du projet d’extension et de remblaiement, il n’y aura pas d’augmentation notable d’activité. Les simulations ont montré que les seuils d’émergence seront respectés au niveau des Zones à Emergence Réglementée (Z.E.R.).  Le projet n’engendrera pas de nuisances sonores supplémentaires, même auprès de l’habitation la plus proche de la zone d’extension. Vibrations Les vibrations induites par l’activité de la carrière proviennent des tirs de mines. Les mesures réalisées jusqu’à présent ont montré que les niveaux vibratoires engendrés par les tirs étaient largement en dessous des seuils autorisés.  Le projet d’extension n’engendrera pas de hausse du nombre de tirs de mines nécessaires pour l’extraction. La méthode et le programme employés pour les tirs de mines en terme de plan de tir, d’horaire ainsi que d’enregistrement des vibrations seront identiques aux actuels.  Le projet d’extension n’engendrera pas de nuisances vibratoires supplémentaires. Poussières Les poussières sont produites par la circulation des véhicules sur les pistes, lors des opérations de chargement et déchargement des matériaux, lors du transport de granulats sur les bandes transporteuses et lors des opérations de concassage et criblage. Le dispositif de suivi mis en place depuis 2001 a permis de déterminer le niveau moyen d’empoussièrement de la carrière et la faible dispersion des poussières aux abords du site.  Dans le cadre du projet d’extension, il n’y aura pas d’augmentation du volume d’activités, ni de changement du mode d’exploitation et de traitement des matériaux extraits. De plus, les zones exploitées seront remises en état au fur et à mesure de la progression de l’exploitation. En conséquence, le projet, n’engendrera pas plus d’envols de poussières qu’actuellement.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


142 / 199

Les incidences quasi-nulles du projet sont les incidences résiduelles après le choix par le porteur de projet des meilleures techniques disponibles permettant de limiter les incidences négatives sur l’environnement.

JUSTIFICATION DU PROJET D’EXTENSION PAR RAPPORT AUX MEILLEURES TECHNIQUES DISPONIBLES PERMETTANT DE LIMITER LES INCIDENCES SUR L’ENVIRONNEMENT

Le terme « Meilleures Techniques Disponibles » est défini dans l’article 2(11) de la Directive 96/61/CE comme étant « le stade de développement le plus efficace et avancé des activités et de leurs modes d’exploitation, démontrant l’aptitude pratique de techniques particulières à constituer, en principe, la base de valeurs limites d’émission visant à éviter et, lorsque cela s’avère impossible, à réduire de manière générale les émissions et l’impact sur l’environnement dans son ensemble ». L’article 2(11) continue en approfondissant cette définition de la façon suivante : Par « techniques » on entend aussi bien les techniques employées que la manière dont l’installation est conçue, construite, entretenue, exploitée et mise à l’arrêt.

(...) compte tenu des coûts et des avantages pouvant résulter d’une action et des principes de précaution et de prévention ». Ces considérations comprennent les informations publiées par la Commission conformément à l’article 16(2). Dans tous les cas, les conditions d’autorisation prévoient des dispositions relatives à la minimisation de la pollution à longue distance ou transfrontière et garantissent un niveau élevé de protection de l’environnement dans son ensemble. Il n’existe pas, pour les carrières, de Document de Référence sur les Meilleures Techniques Disponibles ou Best REFerences (MTD = BREFs en anglais). Nous avons donc pris comme base les MTD génériques relatives aux pratiques et techniques utilisées dans l’exploitation d’un site de traitement des déchets. L’analyse des performances est faite à partir des usages de la profession sur les aspects suivants : -

Gestion des nuisances acoustiques,

-

Gestion des poussières,

-

Gestion des eaux.

Les techniques « disponibles » sont celles mises au point sur une échelle permettant de les appliquer dans le contexte du secteur industriel concerné, dans des conditions économiquement et techniquement viables, en prenant en considération les coûts et les avantages, que ces techniques soient utilisées ou produites ou non sur le territoire de l’État membre intéressé, pour autant que l’exploitant concerné puisse y avoir accès dans des conditions raisonnables. Par « meilleures » on entend les techniques les plus efficaces pour atteindre un niveau général élevé de protection de l’environnement dans son ensemble. Par ailleurs, l’Annexe IV de la Directive contient une liste de «Considérations à prendre en compte en général ou dans un cas particulier lors de la détermination des Meilleures Techniques Disponibles

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


143 / 199

1) Les meilleures techniques disponibles en matière de gestion des nuisances acoustiques et vibratoires L’étude d’impact a montré que l’installation ne serait pas génératrice de nuisances sonores importantes. En effet, les simulations montrent que, le niveau de bruit ambiant en limite de propriété est largement inférieur au seuil autorisé de 70 dB(A) et ne conduira pas à des émergences élevées. En effet, les émergences estimées au niveau des Z.E.R. n’excèderont pas 5,5 dB(A) alors que la réglementation impose un seuil maximal de 6 dB(A). a) Réduction des nuisances au niveau de l’installation de traitement des matériaux Les sources sonores les plus bruyantes sont confinées dans des enceintes entièrement closes (bardage muni d’une isolation phonique), et traitées par caoutchoutage afin de diminuer l’émission sonore à la source. En outre, des merlons de protection sonore au Nord et au Sud-ouest ont été mis en place sur l’installation actuelle. Dans le cadre de l’extension, des merlons périphériques seront conservés et aménagés afin de protéger les habitations environnantes. Ces dispositifs correspondent à la meilleure technologie disponible pour réduire les nuisances acoustiques liées à l’installation de traitement. b) Réduction des nuisances liées aux circulations de véhicules Les mesures de prévention employées seront les suivantes Conformité réglementaire des véhicules de transport, matériels de manutention et engins de chantier fréquentant le site. Utilisation de radars et klaxons de recul de type « cri du lynx » ou des systèmes similaires peu bruyants à la place des avertisseurs sonores type « bip de recul ». Les klaxons de recul de type « cri du lynx » constituent à ce jour la technologie de signal de recul la moins bruyante.

R4722-17, R4724-18, R4213-5, R4431-1 à R4431-4, R4432-1, R4432-2, R4433-1 à R4433-3, R 4433-5, R4433-7, R4434-1). Le décret n° 2006-892 du 19 Juillet 2006 relatif aux prescriptions de sécurité et de santé applicables en cas d’exposition des travailleurs aux risques dus au bruit et modifiant le code du travail (transcription en droit français de la directive européenne 2003/10/CE) fixe de nouvelles valeurs seuils d’exposition plus basses que les précédents textes réglementaires et introduit une valeur limite d’exposition. TABLEAU 1 : VALEURS D’EXPOSITION SEUILS DES TRAVAILLEURS POUR LES RISQUES DUS AU BRUIT

Seuils

Paramètre

Ancienne règlementation

Nouvelle règlementation

EXPOSITION QUOTIDIENNE Valeur d’exposition inférieure déclenchant l’action

Lex,8h

85 dB(A)

80 dB(A)

Valeur d’exposition supérieure déclenchant l’action

Lex,8h

90 dB(A)

85 dB(A)

PRESSION ACOUSTIQUE DE CRÊTE Valeur d’exposition inférieure déclenchant l’action

Lp,c (*)

135 dB©

135 dB©

Valeur d’exposition supérieure déclenchant l’action

Lp,c (*)

140 dB©

137 dB©

VALEUR LIMITE D’EXPOSITION (**)

c) Protection phonique du personnel Les niveaux de bruits supportés par le personnel seront conformes aux recommandations relatives aux limites de bruits dangereux pour l’audition en un lieu de travail, conformément au code du travail (articles R4542-15,

Exposition quotidienne

Lex,8h

Aucune

Valeur limite de crête

Lp,c (*)

Aucune

87 dB(A) 140 dB©

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


144 / 199

Des mesures seront régulièrement effectuées afin de déterminer les protections individuelles selon le degré d’exposition des postes. Dans ce cas, si le personnel est appelé à intervenir dans un secteur proche, des casques antibruit seront mis à sa disposition. Le port de ceuxci sera obligatoire pour toutes les zones d’exposition à un niveau permanent de bruit supérieur à 85 dB(A). En outre, l’installation respecte les prescriptions du RGIE pour le bruit. Ces techniques constituent la meilleure protection disponible sur le marché pour les travailleurs. 2) Les meilleures techniques disponibles en matière de gestion des poussières a) Au niveau des pistes et voies d’accès Afin de limiter les poussières émises par la circulation des véhicules, les pistes sont : Au niveau de la voie d’accès de l’entrée jusqu’à l’aire de chargement, pourvues d’un revêtement en enrobé, humidifié par le biais d’asperseurs fixes, Pour l’aire de chargement et la voie d’accès au carreau de carrière, humidifiées par le biais d’asperseurs fixes, Pour le carreau de carrière, humidifiées par une arroseuse mobile. La vitesse de circulation est limitée à 30 km/h dans l’enceinte du site. De même, après les opérations de chargement des véhicules, des systèmes d’aspersion automatiques se mettent en route afin d’éviter toute production de poussière lors de leur transport. Ces techniques sont les plus adaptées pour limiter la propagation des poussières émises par la circulation des véhicules. b) Au niveau des installations de traitement Plusieurs mesures de lutte contre l’envol de poussières ont été mises en place au niveau des unités de traitement, afin de limiter la propagation de poussière vers l’extérieur. Ces mesures seront conservées et entretenues pendant toute la durée de l’exploitation : • Capotage des convoyeurs à bandes assurant le transport des éléments les plus fins ; • Système d’abattage des poussières par brumisation (micropulvérisation) ; • Capotage des concasseurs ;

• Arrosage et humidification des jetées de tapis, après criblage ; • Bâchage des camions client transportant des sables et graves pulvérulents ; • Rampe d’humidification en sortie de bascule. Ces technologies représentent les meilleurs moyens de lutte contre les émissions de poussières existants sur le marché. En outre, un dispositif de suivi des retombées de poussières a déjà été mis en place et permet de vérifier l’efficacité des dispositifs installés. c) Protection des travailleurs Les personnes particulièrement exposées aux poussières auront à leur disposition les éléments de protection individuelle suivants : • Masques de respiration anti-poussières ; • Lunettes de protection. A noter, le matériau qui est extrait du site a une faible teneur en silice, inférieure à 1%. En outre, l’installation respecte les prescriptions du RGIE, notamment pour les Equipements de Protection Individuelle et l’empoussiérage. 3) Les meilleures techniques disponibles en matière de gestion des eaux a) Les moyens mis en place au niveau des stockages des engins Les moyens de prévention installés sur le site sont les suivants : • Stockage du carburant en cuve double paroi sur rétention ; • Stockage des bidons souillés, des hydrocarbures usagés, huiles en cuve et sur bac de rétention ; • Revêtement étanche pour les aires de service, l’atelier, le parcage des engins… Ces techniques sont les seules disponibles sur le marché pour éviter l’infiltration et la contamination des eaux souterraines par les hydrocarbures présents sur site. Le matériel mobile (engins d’extraction, de transport et de manutention…) fait l’objet d’un entretien et contrôles réguliers pour éviter les risques de fuites et déversements accidentels. b) Les moyens de collecte et de traitement des eaux de ruissellement Les dispositifs de collecte et traitement des eaux de ruissellement présents sur le site de la carrière comprennent un ensemble de fossés de collecte,

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


145 / 199

un bassin de décantation et un débourbeur/déshuileur pour l’aire technique et plusieurs bassins d’orage. Les eaux de ruissellement collectées au niveau de la zone de traitement des matériaux et de stockage des produits finis sont traitées par infiltration ou pompage si nécessaire vers le bassin de décantation situé au Nord-Est du site. Ces dispositifs constituent les meilleures technologies disponibles en matière de traitement des eaux de ruissellement. c) Les eaux de process de l’unité de lavage des sables Le traitement des eaux de process mis en place permet de recycler 90 % des eaux en circuit fermé. Les boues résiduelles sont séchées naturellement et stockées dans l’enceinte de la carrière, dans le cadre du réaménagement du site. Ces dispositifs constituent les meilleures technologies disponibles en matière de traitement des eaux de process.

4) Conclusion : comparaison avec les meilleures techniques disponibles en matière de gestion des eaux et des émissions dans l’air Le tableau suivant compare les dispositifs mis en place dans le cadre du projet de carrière avec les meilleures technologies disponibles génériques. (Voir tableau 2, pages suivantes)

d) Les moyens de traitement des eaux vannes Les eaux vannes peuvent être traitées soit en station d’épuration, soit par un dispositif d’assainissement autonome. La situation de la carrière, très éloignée par rapport au réseau de collecte et d’assainissement collectif, ne rend possible que le traitement par un dispositif d’assainissement autonome. Ce dispositif d’assainissement consiste en un raccordement à une fosse septique suivie d’un épandage avec lit filtrant. Il constitue la meilleure adéquation entre les technologies disponibles et les contraintes du site.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


146 / 199

TABLEAU 2 : COMPARAISON AVEC LES MEILLEURES TECHNIQUES DISPONIBLES (MTD) EN MATIERE DE GESTION DES EAUX ET DES EMISSIONS DANS L’AIR

Gestion des eaux résiduaires

Traitement de réduction des émissions dans l’air

n° 1

Elément de MTD recensé limiter l’utilisation de réservoirs, de cuves et de fosses à ciel ouvert

Mesures mises en place sur site Une cuve double paroi à ciel ouvert sur rétention pour le stockage du carburant Opérations de broyage, concassage, criblage primaires sous enceinte close

2

utiliser le confinement des systèmes avec extraction vers des installations appropriées de réduction des émissions

Convoyeurs transportant des sables et graves pulvérulents capotés Humidification des jetées de tapis après criblage, sorties des concasseurs et cribles

3

appliquer des systèmes d’extractions sur mesure pour certains types de stockage et de traitements

sans objet

4

exploiter correctement et entretenir le matériel de réduction des émissions

Contrôle, maintenance et entretien régulier des systèmes de brumisation

5

avoir des dispositifs de lavage des principaux rejets gazeux inorganiques

sans objet

6

établir des programmes de détection des fuites et de réparation

sans objet

7

réduire les émissions de composés organiques volatils et de particules dans l’air

sans objet Recyclage de 90 % des eaux de process de l’unité de lavage des sables

8

Réduire la consommation d’eau et la contamination de l’eau

Assainissement autonome des eaux vannes et rejet après déshuileur décanteur pour les eaux de lavage des camions. Collecte et décantation des eaux pluviales avant rejet

9

vérifier que la spécification des effluents se prête à un traitement sur site ou critères de déversement

10

éviter que les effluents contournent les dispositifs d’installation de traitement

Dispositif de traitement des eaux de type séparatif

11

collecter les eaux résiduaires

Dispositif composé de canalisations, pompes et bassins

12

procéder à la séparation des eaux résiduaires

Les eaux résiduaires de process sont collectées séparément des eaux vannes et traitées par décantation avant réutilisation dans le système de lavage des sables

Sans objet

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


147 / 199

Gestion des eaux résiduaires

TABLEAU 2 : COMPARAISON AVEC LES MEILLEURES TECHNIQUES DISPONIBLES (MTD) EN MATIERE DE GESTION DES EAUX ET DES EMISSIONS DANS L’AIR n°

Elément de MTD recensé

13

disposer d’une dalle de béton dans toutes les zones de traitement (pour récupérer et acheminer les eaux potentiellement souillées vers le stockage et le traitement appropriés)

L’aire technique est sur une dalle étanche

14

collecter les eaux de pluie

Ci-dessus nommées eaux de ruissellement

15

réutiliser les eaux résiduaires et les eaux de pluie traitées

Eaux de lavage des sables réutilisées dans le process en circuit fermé

16

contrôler quotidiennement le système de gestion des effluents et tenir un journal

Mesures mises en place sur site

Sans objet Les ruissellements provenant des aires techniques et des voies de circulation sont traités dans un débourbeur/déshuileur avant de rejoindre le bassin de décantation, alors que les ruissellements de la zone de traitement et stockage des matériaux est soit infiltrée soit pompée puis traitée par décantation

17

mettre en évidence les effluents à traiter contenant des constituants dangereux (AOX, composés aromatiques, hydrocarbures, métaux lourds, …) afin de les séparer des autres effluents et d’adapter le traitement

18

choisir et mettre en œuvre le traitement approprié à chaque type d’effluent

19

améliorer la fiabilité des techniques de lutte anti pollution pour les eaux résiduaires

20

identifier les principaux constituants des eaux résiduaires traitées

idem n°16

21

déverser les eaux résiduaires traitées uniquement après contrôle de leur conformité avec les normes de rejets

Cf. n°19

22

respecter les niveaux d’émission relatifs à la DCO et DBO et aux métaux lourds associés à l’utilisation des MTD

Dimensionnement du débourbeur déshuileur réalisé en fonction des volumes à traiter

sans objet

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


148 / 199

3. Evolution probable de l’environnement en l’absence de PLU et avec le PLU 

SI LE PLU N’EXISTAIT PAS … Le PLU remplace le POS de Callas datant de 1999. Capacités d’accueil : Le POS possédait une capacité d’accueil de 5 100 habitants (toutes résidences confondues et toutes zones constructibles confondues). Si l’ensemble des zones NB avaient été reclassées en zones urbaines, alors elles auraient pu accueillir plus de 2000 habitants, à terme. Ainsi la station d’épuration aurait été saturée et un agrandissement de la station aurait dû être envisagé, impactant d’autant plus la zone agricole du Plan. Les ressources en eau auraient été difficiles : un approvisionnement supplémentaire aurait été nécessaire. Le PLU limite considérablement cette capacité d’accueil à moins de 2500 habitants. Sans compter les éventuelles ouvertures à l’urbanisation des zones futures d’habitat, pour le moment inconstructibles (la zone 2AU, par exemple). Environnement et paysage : Le POS autorisait l’étalement urbain par le biais de ses zones NB fortement consommatrices d’espace naturel ou à potentiel agricole. Le paysage aurait muté, le mitage de l’espace se serait accentué. L’écrin naturel entourant le village, et notamment la colline nord, se serait densifié, occasionnant ainsi une perte de la lisibilité de la silhouette villageoise.

Aucun projet de reconquête agricole n’aurait été possible, causé par le classement en Espaces Boisés Classés EBC des dizaines d’hectares potentiellement cultivables. Ainsi, les milieux se seraient fermés et le risque incendie aggravé. Les quelques milieux ouverts se verraient colonisés par le Pin d’Alep par exemple, espèce à fort pouvoir colonisateur, entraînant un début de fermeture des milieux. Selon la qualité des sols, le chêne vert (sol peu profond) ou le chêne pubescent (sol profond) coloniseraient également les milieux encore ouverts, entraînant également une fermeture des milieux. Les milieux actuellement fermés se densifieraient, aggravant le risque incendie. Par voie de conséquences, les espèces recensées au sud de Callas qui sont majoritairement liées aux habitats naturels les plus ouverts, ne pourraient pas se maintenir lorsque la majorité des habitats naturels ouverts se serait refermé… Economie : L’économie villageoise s’essoufflerait ; bien que l’urbanisme ne soit pas un outil de développement économique, il est en revanche un révélateur favorisant la vitalité économique du village : le PLU préconise le changement de destination à vocation économique des rues principales du village, le PLU permet l’ouverture future d’une zone artisanale, le PLU met en valeur le potentiel agricole des terres…

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


149 / 199

L’EVOLUTION ENTRE LE POS ET LE PLU

POS de Callas : Zones constructibles : zones U

zones NA

zones NB

Zones agricoles :

zones NC

zones des carrières :

zones 2NC

zone naturelle :

zone ND

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


150 / 199

PLU de Callas : Zones constructibles :

zones U

zones AU

Zones agricoles :

zone A

zone Af

zones des carrières :

zone Nx

zones naturelles :

zone N

Augmentation des zones agricoles A et création des zones Af. Suppression des 80 ha de zones NB. Réduction des zones de carrières Nx

Légère augmentation des zones urbaines U (+8 ha). Augmentation des zones d’urbanisation futures strictes : 10 ha de zones NA au POS pour 15 ha de zones AU au PLU.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


151 / 199

COMPARATIF DES SURFACES ENTRE LE POS ET LE PLU ET DES CAPACITES THEORIQUES D’ACCUEIL:

Zones du POS Zones U

Zones du PLU

hectares

Zones U

109 ha

Zones AU

15 ha

Zones A

756 ha

hectares

101 ha

Zones NA

10 ha

Zones NB

80 ha

Zones NC

552 ha

Zones 2NC (carrières)

150 ha

Zones ND

4039 ha

Superficie de Callas

4932 ha

Dont zones Af

148 ha

Dont zones Av

19 ha

Zones NX (carrières)

138 ha

Zones N (et ses secteurs)

3913 ha

Superficie de Callas

4932ha

Capacité d’accueil théorique du PLU : 2 541 habitants en résidences principales (en totalisant les zones U dédiées à l’habitat et les futures zones 1AU et 2AU). 2 400 habitants en résidences principales (uniquement zones U).

Capacités d’accueil théoriques du POS : 3 580 habitants en résidences principales (en totalisant les zones U et NA dédiées à l’habitat ainsi que les zones NB)

Objectif communal : atteindre environ 2600 habitants d’ici 20 ans. Le PLU remplit cet objectif. NB : Analyse de l’évolution des EBC : voir chapitre 4 « explication des choix retenus », et son sous-chapitre 2 « justification des EBC ».

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


152 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


153 / 199

4. Les mesures envisagées pour réduire et compenser les conséquences dommageables du PLU sur l’environnement

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


154 / 199

MESURES CONCERNANT LES RESSOURCES NATURELLES :

MESURES CONCERNANT LA GESTION ET LA QUALITE DE L’EAU

CONTEXTE GEOLOGIQUE

Géomorphologie Mesure d’accompagnement dans le règlement : les affouillements et exhaussements sont règlementés.  Incidences résiduelles nulles

Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences résiduelles sur la géomorphologie spécifiques à cette extension, seront permanentes. Erosion Mesure de réduction dans le règlement : l’extraction de terre végétale est interdite en zone agricole.  Incidences résiduelles nulles Imperméabilisation des sols Mesure de réduction dans le règlement : la couverture végétale est favorisée, voir réglementée, dans le règlement du PLU des zones Ua, Ub et surtout Uc (plus vaste zone urbaine). L’emprise maximale des constructions y est également règlementée.  Incidences résiduelles faibles à nulles

Hydrologie Pas de mesures préconisées

Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences résiduelles sont jugées nulles. Gestion de la ressource en eau Pas de mesures préconisées. Les modifications ou révisions du PLU nécessaires pour l’ouverture des zones 1AU, 2AU et 3AU devront toutefois comporter une mise à jour de l’état initial de l’environnement de la présente évaluation afin de s’assurer que la ressource est toujours suffisante. Protection de la ressource Mesure d’évitement : le PLU évite le périmètre de protection de captage du forage des Costes.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


155 / 199

MESURES CONCERNANT LA BIODIVERSITE ET LE FONCTIONNEMENT ECOLOGIQUE

Extrait de l’étude cartographique de trois espèces protégées : Ophrys de Provence, Violette de Jordan et Tortue d’Hermann, Callas, SOPTOM et ECOMED (carrière la joyeuse, Lafarge) : Rappel des mesures préconisées pour la prise en compte de la biodiversité dans le cadre d’une politique de développement durable : « Ci-dessous sont repris quelques éléments d’aide à la décision pour les futurs projets d’aménagements issus du PLU : Les projets affectant le moins les espèces étudiées se localiseront aux alentours de l’urbanisation existante (Nord Ouest de la commune). La connaissance de la répartition des espèces étudiées (notamment celle de la Tortue d’Hermann) devra impérativement être transmise aux porteurs de projets d’aménagement, notamment afin de limiter, en amont, toute opération sur les noyaux de répartition a minima et «zones reconnectées», ainsi que les populations floristiques en milieux naturel (source) et seminaturel (puits et expansion) Les opérations d’aménagement sur ces noyaux de répartition ne devraient être conduites qu’après évaluation des incidences sur la Tortue d’Hermann et la mise en œuvre des mesures nécessaires à la préservation de l’espèce.

D’autres mesures sont, par ailleurs, envisageables : * Maintien en statut ND (ou EBC) des surfaces concernées (noyaux de population et corridors biologiques) ; * Encouragement aux pratiques agricoles et forestières tenant compte des espèces concernées (lors des travaux agricoles et des débroussaillages, pour l’entretien des pistes et la gestion des abords) ; * Constitution d’Arrêtés de Protection de Biotopes, soutien au projet de RNR du CEEP, encouragement au maintien et développement des conventions de partenariat entre CEEP, propriétaires privés, agriculteurs ; aux acquisitions foncières dans le cadre de mesures compensatoires. Concernant prioritairement les noyaux rouge et orange pour la Tortue d’Hermann, puis en fonction des possibilités sur la zone d’expansion potentielle, les objectifs devraient être : * D’éviter la disparition des zones de reproduction ; * De minimiser les prélèvements et la mortalité par les engins ; * D’éviter la fragmentation en petits noyaux de la population existante ; * D’assurer une bonne qualité des habitats par une étude plus fine des corridors et barrières ; * De favoriser l’expansion naturelle de la population naturelle par une dispersion spontanée d’individus à partir d’une zone centrale (source) qui produirait des individus en surnombre (actuellement pas le cas en raison 43 d’une prédation importante) »

Cette étude devra permettre de sélectionner les scenarii les moins perturbants pour le patrimoine naturel, à court et moyen terme, pour les projets en cours (carrières), et d’accompagner, le cas échéant, les mesures d’atténuation et/ou de compensation, ainsi que les travaux de réaménagement

43

Source : étude cartographique de trois espèces protégées : Ophrys de Provence, Violette de Jordan et Tortue d’Hermann, Callas, SOPTOM et ECOMED (carrière la joyeuse, Lafarge)

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


156 / 199

Dégradation / Destruction d’habitats naturels ou d’espèces végétales et animales Mesure d’évitement : il était prévu la délimitation d’une zone 4AU, située au cœur d’une zone présentant un intérêt écologique certain pour le camping de la Haute Guarduère (cf Solutions alternatives écartées et projets non retenus). Les extensions qui auraient été possibles, bien que légères, auraient potentiellement dégradé des habitats naturels d’intérêt écologiques.  Incidence résiduelle nulle

Dérangement de la faune Mesure de réduction : il était prévu la délimitation d’une zone 4AU, située au cœur d’une zone présentant un intérêt écologique certain pour le camping de la Haute Guarduère (cf Solutions alternatives écartées et projets non retenus).  Incidence résiduelle nulle

Mesure de réduction : 81 hectares de zones Af ont été supprimés et reclassés en zone N, partiellement couvertes d’Espaces Boisés Classés. Ces 81 hectares ont été reclassés suite à la demande des services de l’Etat, afin de ne pas impacter la zone rouge du Plan National d’action en faveur de la Tortue d’Hermann : selon ce Plan, la zone rouge comporte en effet une densité d’individu forte (supérieure à 2,7 individus à l’hectare). Cette suppression a été vivement contestée par la Chambre d’Agriculture.  Incidence résiduelle limitée à 148 ha de zones Af dont 70 ha sont en zone jaune et 80 hectares en zone verte de sensibilité moyenne à faible.

Les deux carrières de La Catalane et de La Joyeuse présentent de fortes incidences potentielles négatives sur les milieux naturels. Toutes deux sont situées à proximité de sites majeurs (SIC et ZPS du réseau Natura 2000). Lors des 2 révisions simplifiées du POS (approuvées en septembre 2009) définissant l’extension des deux carrières, des études ont été menées par le bureau d’études ECOMED afin de mieux calibrer le périmètre d’extension. Les zonages ont été redéfinis, les études d’impact réalisées, et des mesures compensatoires sont mises en place. Voir le chapitre « 3.Les mesures envisagées pour éviter, réduire et si possible compenser les conséquences dommageables du PLU sur l’environnement ». Les incidences résiduelles sont considérées comme faibles.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


157 / 199

Fragmentation des continuités écologiques Mesure de réduction : La suppression de 81 hectares de zones Af (au motif principal de la protection de la Tortue d’Hermann) contribue à réduire les incidences négatives du PLU sur la fragmentation des continuités écologiques terrestres.  Incidence résiduelle limitée à 148 ha de zones Af sur des zone forestières pour certaines déjà fragmentées. Rappelons enfin que l’ouverture à l’agriculture peut contribuer à restaurer une mosaïue de milieux ouverts et fermés, favorables à certaines espèces.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


158 / 199

MESURES CONCERNANT LES POLLUTIONS ET NUISANCES

Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les mesures prises sont décrites ci-après et les incidences résiduelles les plus faibles possibles sont justifiées ci-après par rapport aux meilleures techniques disponibles permettant de limiter les incidences sur l’environnement. Pollutions diffuses et ponctuelles de l’eau Mesures de réduction : Dans les secteurs Ng, le garage devra être couvert, avec fosse étnche afin de limiter les risques de pollution accidentelle aux hydrocarbures.  Incidences résiduelles faibles Les modifications ou révisions du PLU nécessaires pour l’ouverture des zones 1AU et 2AU devront toutefois comporter une mise à jour de l’état initial de l’environnement de la présente évaluation afin de vérifier les capacités de la STEP.

Mesures d’accompagnement : plusieurs Emplacements Réservés le sont pour le stationnement et les cheminements doux.

MESURES CONCERNANT LES PAYSAGES

Préservation du patrimoine architectural et paysager Mesures d’évitement : le règlement comporte des prescriptions architecturales spécifiques sur les zones Ua et Ub afin d’en préserver son caractère. Identification du patrimoine d’intérêt au titre du L123-5-7° du Code de l’Urbanisme. Identification du patrimoine agricole au titre du L123-3-1 et du R123-12 en piémont du village, sur une zone d’intérêt paysager majeur, le secteur Av est inconstructible. Il est réservé à l’agriculture, le cône de vue est préservé.

Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences résiduelles, spécifiques à cette extension, sur la qualité des eaux souterraines et superficielles sont considérées comme nulles.

Mesures de réduction : La zone Ucp correspond au secteur des Costes caractérisé par ses paysages de restanques et son ambiance arborée. Le COS est donc différencié de celui de la zone Uc afin de limiter l’artificialisation.  Incidences résiduelles faibles

Pollutions atmosphériques Pas de mesures préconisées

Les deux secteurs Ng consacrés aux activités artisanales et commerciales sont limitées à l’existant (cf chapitre « Les choix retenus »). Afin de réduire les perceptions visuelles de ces secteurs, des masques végétaux sont préconisés dans le règlement du PLU.  Incidences résiduelles faibles

Consommation d’énergie Mesure de réduction : Le règlement du PLU permet la réalisation de constructions bio-climatiques, à basse consommation, et contemporaines et favorise l’utilisation d’équipements à énergies renouvelables. Ces dispositions sont inscrites dans le règlement du PLU pour les constructions de tout usage : habitation, équipements publics, bâtiments agricoles….

?

Nouveaux éléments perceptibles Mesures d’accompagnement : Concernant l’espace de la Ferrage-les Clos (zone 1AU) où est projetée la réalisation d’une greffe urbaine villageoise, une orientation d’aménagement encadre ce projet.

Incidence résiduelle non prévisible

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


159 / 199

Mesure préconisée : Sur la zone 2AU, la volonté de préserver l’ambiance boisée du quartier et de travailler sur les perceptions (travail sur les hauteurs et les densités est affirmée. La modification ou révision du PLU devra conforter cette volonté. Concernant la carrière « la Joyeuse », le PLU permet l’extension du périmètre (voir « Les choix retenus pour le zonage »). Les incidences résiduelles sur le paysage sont considérées comme faibles à nulles.

MESURES CONCERNANT LA GESTION DES RISQUES NATURELS

(Voir également l’Etat initial de l’environnement, chapitre 5 « la gestion des risques ») Exposition au risque mouvement de terrain Mesure d’évitement via l’inconstructibilité des zones indicées r1 et r3. Mesure de réduction de la vulnérabilité via la prévention et l’information dans les zones indicées r2.

?

Incidences résiduelle non prévisible

Exposition au risque incendie Mesure d’évitement : plus d’urbanisation dans les zones les plus exposées (certaines zones NB pas d’extension du camping de la Haute Garduère ni du nombre d’emplacements (cf chapitre « Les choix retenus ») Mesures de réduction : Le règlement encadre, pour les secteurs Nt et Nh particulièrement vulnérables au risque incendie, les conditions nécessaires à la mise en sécurité des biens et des personnes. En zones urbaines périphériques au village (Ub et Uc) : le règlement du PLU prévoit que les nouvelles chaussées automobiles doivent avoir une largeur au moins égale à 4 mètres.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


160 / 199

Les deux zonages Nx des carrières de «La Catalane » et de « La Joyeuse » présentent des incidences résiduelles négatives dommageables sur l’environnement. Des mesures d’évitement, de réduction et de compensation ont été mises en place. L’analyse des résultats de l’application de ces mesures devra s’effectuer 10 ans après l’approbation du PLU. Néanmoins, chaque carrier effectue depuis des années un suivi écologique annuel.

-

-

44

MESURES D’EVITEMENT, DE REDUCTION ET DE COMPENSATION DES INCIDENCES SUR L’ENVIRONNEMENT DE « LA CATALANE »

-

-

Mesures d’évitement L’importante accumulation d’observations écologiques sur ce site (probablement un des plus étudiés du Var) a mis en évidence des biotopes sensibles. Ainsi le projet a été amendé et révisé en tenant compte des exigences paysagères et naturelles, fruit d’un travail de concertation entre la DREAL PACA, la SOMECA et ECOMED. En conséquence, il a été convenu que : - La zone du Collet de Rampin initialement prévue, soit retirée. - Le Vallon de la Catalane soit évité. - La zone nord-est déterminée par le remblai de boues de lavage effectué dans le vallon de Saint Pons à l’origine de l’exploitation, entièrement artificiel soit maintenu, entretenu au bénéfice des espèces et habitats en présence - La zone sud-est autour du bassin soit restituée au milieu naturel, avec un suivi écologique de recolonisation ; Le périmètre du zonage : Le périmètre de la carrière a été réalisé en rapport aux contraintes paysagères du site, aux exigences écologiques et aux impératifs liés aux modalités d’exploitation.

44

Source : dossier de révision simplifiée du POS, approuvé en septembre 2009

Préservation des reliefs existants situés dans l’emprise foncière de la SOMECA, afin de limiter les impacts visuels (blocage des perceptions depuis les environs). Maintien d’une ceinture forestière (zone tampon visuelle et sonore) en périphérie du site exploité. Réaménagement progressif des terrains, dont l’exploitation est terminée par remblaiement, remodelage et reboisement, au fur et à mesure de l’avancée de l’exploitation. Restitution des terrains de la SOMECA dont le réaménagement est terminé à la commune de Callas (classement en zone N) Préservation d’une bande de 50 mètres au nord de la route du Vallon de la Catalane au regard des enjeux écologiques. Suppression du projet au Collet de Rampin.

Mesures de réduction Le changement de parcelles à déclasser, effectué en 2007, qui a consisté à remplacer le Collet de Rampin par le Petit Clot Pouiri mérite d’être souligné car il a permis de réduire presque totalement la portée des incidences sur 2 espèces qui présentent localement un fort enjeu de conservation : la Tortue d’Hermann et le Criquet Hérisson. Deux autres mesures sont préconisées par ECOMED : 1Intégration du site de reproduction du Pélodytre ponctué : La proposition consiste au maintien des mares plus ou moins temporaires dans le vallon de l’Ayguier : les quelques points d’eaux recensés dans la parcelle du vallon de l’Ayguier sont d’origine anthropique. Ils résultent de leur situation en fond de vallon et de l’apport de remblais argileux effectué dans le passé. Le maintien, voire la restauration de pièces d’eau plus ou moins temporaires, sont donc préconisés, dans la perspective de pérenniser la présence de cette espèce. Selon les besoins de l’activité ultérieure, de nouvelles mares peuvent être créées. 2Adaptation du calendrier des travaux aux oiseaux reproducteurs : Au préalable à la future activité d’extraction, un débroussaillement puis un raclage des surfaces choisies devra être réalisé. Cette mesure consiste à adapter ces travaux au calendrier écologique du cycle reproducteur des espèces. Globalement la reproduction des oiseaux s’étale du début du

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


161 / 199

mois de mars à la fin du mois de juillet, aussi il est préconisé de ne pas réaliser de travaux à cette époque afin de ne pas détruire les nichées d’espèces protégées. En cas d’impossibilité de décaler la période des travaux, il est conseillé de réaliser le débroussaillement préalable aux travaux en dehors de cette période. En effet, si les parcelles sont débroussaillées entre août et février, le milieu sera moins accueillant pour les espèces au début de la saison de reproduction suivant. Les oiseaux ne s’installeront pas dans la parcelle et les travaux n’auront qu’un impact très limité sur les espèces protégées et nicheuses. Mesure supplémentaire proposée par la SOMECA concernant la préservation de la Tortue d’Hermann : En 6 ans de suivi écologique, seuls 3 spécimens ont été repérés. Ces observations ont conduit la SOMECA à abandonner le secteur d’extension projeté du Collet de Rampin afin de préserver l’aire d’influence de 2 tortues observées et de réorienter le projet sur la zone du Petit Clot Pouiri. Dans le but d’aller jusqu’au bout de la démarche de protection, il pourrait être envisagé avec le concours du Soptom de lancer un protocole de surveillance de la tortue dans ces terrains, y compris, peut être, d’inclure durablement ces terrains dans une zone de protection particulière, à laquelle viendrait se joindre la zone Sud, incendiée en 2003. Incidences résiduelles

 / Suite

à l’application des mesures d’évitement et de réduction préconisées, nous pouvons considérer que le déclassement des parcelles étudiées n’aura qu’une incidence faible sur la Tortue d’Hermann et sur les autres espèces ou habitats d’intérêt communautaire, aussi bien à l’échelle communale qu’à l’échelle du SIC FR9301625 et de la ZPS FR9312014.

Mesures compensatoires globales préconisées par ECOMED La mesure compensatoire globale proposée vise à débroussailler les surfaces colonisées par les pins qui jouxtent le Vallon de la Catalane et au soutien de l’élevage ovin qui pourra maintenir ces milieux ouverts. Cette mesure repose sur la convergence des intérêts entre le maintien de ces espèces à l’échelle du territoire communal et le maintien de l’unique éleveur ovin sur ce même territoire : - Financement de la réouverture (abattage de pins et débroussaillement manuel) d’une surface colonisée par les pins d’Alep. - Financement de parcs fixes afin de pouvoir empêcher la régénération des pins d’Alep. Cette technique permettra de maintenir ces espaces ouverts et assurer la pérennité de l’activité agro-pastorale et du cortège d’espèces associé qui est visé par la mesure. Ces parcelles sont la propriété d’un couple d’éleveurs installé depuis 2002 (responsable de l’entreprise agricole : Mme BIANCO). Elles sont recouvertes à plus de 75 % par de jeunes pins d’Alep, conséquence d’une absence d’entretien depuis 1979 et d’un abandon total du pastoralisme depuis 1990. A l’heure actuelle, cette entreprise agricole pâtit de la fermeture des milieux qui restreint fortement la surface favorable au pâturage. Ce troupeau de 300 brebis est présent de mi-octobre à mi-juin sur les communes de Figanières et de Callas, dont 150 ha sur cette dernière, sont adjacents aux parcelles du Vallon de la Catalane et Petit Clot Pouiri. La contiguïté des terres visées par le débroussaillage avec celles soumises au déclassement est une opportunité qu’il convient de souligner car elle permet d’augmenter considérablement les chances de succès de la mesure proposée. Signalons aussi que les chances de succès sont étayées par les observations de deux espèces protégées dans le vallon de la Catalane : le noyau de population de la Proserpine est situé le long du chemin

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


162 / 199

récemment débroussaillé par l’entreprise agricole concernée pour y faire cheminer les brebis. Dans cette même surface, la Zygène cendrée a aussi été observée et bénéficie d’un très beau peuplement de sa plante-hôte, la Badasse (Dorycnium pentaphyllum). L’ouverture des milieux doit être effectuée de manière à être cohérente avec les objectifs visés : le maintien des pratiques agro-pastorales et de la biodiversité sur le territoire communal. Elle nécessite certaines préconisations : -

Respect des peuplements de chênes (débroussaillage ciblé manuel ou évitement total). Cet habitat doit être le plus possible évité (en particulier les plus vieux arbres) de façon à préserver nombreuses espèces végétales et animales associées, dont deux espèces protégées : la Violette de Jordan (présence avérée) et le Grand Capricorne (présence fortement potentielle). Notons de plus que le maintien de tels milieux n’est pas incompatible avec les pratiques ovines.

Cohérence avec le PLU : les EBC présents sur ce secteur ont été supprimés afin de faciliter l’ouverture des milieux et le zonage agricole étendu. Pilotage de la mesure compensatoire : la DREAL PACA, la société SOMECA, également susceptible de mandater un écologue, l’entreprise agro-pastorale dont Mme BIANCO est responsable, et la municipalité de Callas. Il serait fort souhaitable que le CERPAM soit également associé à cette démarche. En effet, les objectifs de cet organisme public à vocation socioéconomique concordent avec ceux de la mesure compensatoire proposée. Ainsi, une synergie pourrait être créée par le couplage du financement de la mesure compensatoire de la société SOMECA avec d’éventuelles aides publiques destinées à soutenir l’élevage ovin et la biodiversité (CERPAM, Natura 2000). Cette coordination permettrait d’étendre le périmètre d’action, en cohérence avec les surfaces nécessaires à la pérennité de l’activité agro-pastorale locale.

D’une manière générale, un débroussaillement sélectif alvéolaire (et manuel) est à rechercher, en conservant des linéaires de végétation arbustive (arbres + buissons), arbres isolés, bosquets, de façon à ouvrir les milieux tout en évitant l’érosion des sols, conserver de l’ombre et créer une diversité d’habitats. La surface considérée par la mesure compensatoire proposée (150 ha attenants sont voués au pâturage) et sa contiguïté avec les parcelles vouées au déclassement, permettent d’assurer une cohérence dans le contexte actuel de fermeture des milieux dans lequel se trouve le Var et tout particulièrement la commune de Callas, alors que les milieux ouverts constituent le territoire de chasse de l’Aigle de Bonelli, principale espèce pour laquelle la ZPS « Colle du Rouet » a été créée. Partie intégrante du fonctionnement écologique de ce site, la commune de Callas a une part de responsabilité importante dans la conservation des habitats et espèces d’intérêt communautaire. Le respect des mesures et préconisations formulées ci-dessus devrait garantir l’intégrité écologique des systèmes à l’échelle du site et de la commune, participant ainsi à la conservation des espèces végétales et animales patrimoniales.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


163 / 199

45

MESURES D’EVITEMENT, DE REDUCTION ET DE COMPENSATION DES INCIDENCES SUR L’ENVIRONNEMENT DE « LA JOYEUSE »

Il convient de noter tout d’abord que les mesures nécessaires à l’évitement, la réduction et la compensation des incidences négatives sur l’environnement sont moins importantes sur le site de « La Joyeuse » que sur celui de « La Catalane » car le site présente moins d’enjeux écologiques et paysagers. Néanmoins les mesures suivantes ont été validées par le Conseil National de Protection de la Nature pour atténuer et compenser les incidences notables sur : - l’Ophrys provincialis et la Viola jordani - la Tortue d’Hermann, le Psammodrome d’Edwards, le Lézard des murailles, la Couleuvre de Montpellier, la Couleuvre d’Esculape, le Lézard vert occidental, la Tarente de Mauritanie, le Circaète Jean-le-Blanc, la Tourterelle des bois, l’Engoulevent d’Europe, le Pic vert

diversité biologique et de conserver un écran végétal face à la propriété résidentielle des Issarts. Mesures de réduction Mesures paysagères : Le principe d’exploitation privilégié par l’exploitant est le suivant : le procédé d’exploitation en « bande étroite ». Cela consiste à réaliser l’exploitation de la roche en bandes étroites de manière à conserver le plus longtemps possible l’obstacle visuel naturel formé par le relief du point haut du site à exploiter. Cette exploitation en dent creuse étroite permet ainsi la réhabilitation de manière permanente des fronts sud dégagés en priorité, ces fronts étant ceux qui auront l’impact visuel résiduel le plus important en fin d’exploitation. Ce procédé permet une meilleure insertion paysagère et un impact visuel moins important. Mesures écologiques :

Mesures d’évitement Le périmètre du zonage :

Mesures de réduction demandées par le Conseil National de Protection de la Nature :

Un choix du périmètre de la carrière a été réalisé en rapport avec les contraintes environnementales du site et avec les impératifs liés aux modalités d’exploitation.

Concernant la flore réduction de l’emprise du projet d’une superficie de 3,7 ha Actions de balisage et audits de chantier permettant de préserver une partie de la population de l’espèce protégée Ophrys provincialis

-

-

45

Zone paysagère tampon : Le périmètre d’exploitation (environ 25 ha) est inférieur au périmètre des terrains étudiés (environ 32 ha) afin de préserver une bande forestière non exploitée qui constitue une zone paysagère « tampon » entre le domaine forestier et la zone d’exploitation de carrière. Cette « lanière » forestière présente notamment l’intérêt de limiter les perceptions visuelles rapprochées sur la zone d’extension de la carrière. Zone du talweg : le périmètre d’exploitation ne comprend pas le talweg afin de préserver la topographie source potentielle de

Concernant la faune réduction de la zone d’extraction dans la partie nord-ouest et dans la partie sud de la zone d’études (3,7 ha) aménagement du calendrier de débroussaillement et du décapage des surfaces de la zone d’emprise en prenant en compte le cycle reproducteur des espèces d’oiseaux. Mesures de compensation rétrocession d’une zone d’au moins 63 ha sur le Massif de la Colle Blanche et mise en place d’une gestion conservatoire favorable aux

Source : dossier de révision simplifiée du POS, approuvé en septembre 2009

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


164 / 199

espèces protégées impactées dont les deux espèces végétales impactées Ophrys provincialis et Viola jordani - engagement de prendre en compte et de favoriser les besoins écologiques des espèces des milieux ouverts dans les opérations de réaménagement de la carrière sur une surface minimale de 6 ha Incidences résiduelles

 /  Suite

à l’application des mesures d’évitement et de réduction préconisées, nous pouvons considérer que le déclassement des parcelles étudiées n’aura qu’une incidence faible sur la Tortue d’Hermann et sur les autres espèces ou habitats d’intérêt communautaire, aussi bien à l’échelle communale qu’à l’échelle du SIC FR9301625 et de la ZPS FR9312014. Mesures d’accompagnement réalisation pendant toute la durée d’exploitation de la carrière, d’un suivi scientifique de ces opérations et de la réalisation, au moins tous les 3 ans, d’un bilan à transmettre à la DREAL PACA et au président de la commission flore du CNPN .

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


165 / 199

5. 

Evaluation d’incidences Natura 2000 Durée prévisible et période envisagée des projets permis par le PLU

QUESTION PREALABLE (R414.23.I CE)

Le PLU est un document de planification urbaine et de réflexion sur le développement communal pour les 20 prochaines années. Les zones d’urbanisation sont ouvertes dès l’approbation du PLU sans que le délai de réalisation ne soit précisé.

Description du projet de PLU Description détaillée du projet de PLU Le projet de PLU de Callas est décrit précisément : -

de manière structurelle Dans les documents graphiques (Document n°4 du PLU) qui localisent les zones du projet de PLU Dans le règlement (Document n°3 du PLU) qui donne précisément les occupations et utilisations du sol possibles, les conditions de desserte des terrains par les réseaux publics d’eau, d’électricité et d’assainissement, l’implantation des constructions, leur emprise au sol, les hauteurs maximales, l’aspect extérieur, etc. Les emplacements réservés et leur destination sont listés et répertoriés et listés dans l’annexe générale du PLU, document n°5 du PLU.

de manière plus fonctionnelle dans le présent rapport de présentation, notamment dans le chapitre « les choix retenus » : L’évaluation environnementale du PLU présente la nature des rejets dans l’eau, dans l’air des projets permis par le PLU (notamment les carrières) dans le chapitre Conséquences sur l’environnement.

Contexte et historique Le conteste et l’historique du PLU sont présentés en Préambule du présent rapport de présentation.

Etendue/emprise du projet Le projet de PLU concerne tout le territoire de la commune de Callas.

En revanche les zones à urbaniser, 2AU et 3AU sont dites «strictes » dans la mesure où les voies et les réseaux existants à la périphérie immédiate de ces zones n'ont pas une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter dans l'ensemble de cette zone et permettre la création envisagée d’un quartier d’habitat et de la zone artisanale. Le règlement de ces zones n’est pas renseigné, aucun permis ne peut être déposé. Leurs ouvertures à l'urbanisation sont subordonnées à une modification ou à une révision du Plan Local d'Urbanisme. Les incidences de ces deux zones seront envisagées de manière globale, stratégique et hypothétique : pour les zones 1AU et 2AU, les incidences sur Natura 2000 seront envisagées de la même manière que celles de la zone 1AU. pour la zone 3AU, future zone artisanale, selon le type d’activités artisanales, les incidences négatives prévisibles sur Natura 2000 seront différentes et plus ou moins fortes (nature des rejets dans l’air et dans l’eau, nuisances sonores, lumineuses). Le calendrier des chantiers n’est en aucun cas demandé par le règlement d’urbanisme. Entretien / fonctionnement / rejet Le PLU est un document de planification de l’urbanisation. A ce titre, il occasionne en fonction des capacités d’accueil qu’il autorise : des effluents supplémentaires de la STEP la production de déchets

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


166 / 199

des émissions atmosphériques mais également des émissions atmosphériques et effluents liés aux différents projets permis par le PLU comme les carrières, la zone d’activité en zone 3AU. Budget Le PLU est d’un document de planification, non opérationnel. L’aspect budgétaire du PLU est envisagé de manière stratégique concernant, par exemple, les coûts d’extension de réseau d’assainissement et la possibilité ou non de leur réalisation. Les coûts ne sont pas précisément calculés pour les projets du PLU.

Définition et cartographie de la zone d’influence du projet Carte de localisation du projet par rapport aux sites Natura 2000 Voir cartes ci-après

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


167 / 199

Le PLU et le périmètre Natura 2000 : SITE D’IMPORTANCE COMMUNAUTAIRE SIC N°FR9301625 FORET DE PALAYSON – BOIS DU ROUET

périmètre du SIC PLU : zone N naturelle PLU : zone A PLU : zone Af PLU : zone Nx PLU : zones U PLU : zones AU

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


168 / 199

Le PLU et le périmètre Natura 2000 : ZONE DE PROTECTION SPECIALE ZPS N° FR9312014 COLLE DU ROUET

périmètre de la ZPS PLU : zone N naturelle PLU : zone A PLU : zone Af PLU : zone Nx PLU : zones U PLU : zones AU

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


169 / 199

Définition de la zone d’influence L’aire d’étude est définie de façon à prendre en compte les écosystèmes affectés par les projets susceptibles d’avoir des incidences. Elle comprend donc la zone d’emprise directe du projet mais également les habitats qui lui sont limitrophes ou en continuité fonctionnelle. L’analyse des fonctionnalités écologiques de la commune et celle des sites Natura 2000 permet d’envisager une influence du PLU sur : les habitats naturels et les espèces du Site d’Importance Communautaire « Forêt de Palayson – Bois du Rouet » sur la commune de Callas. les oiseaux de la ZPS « Colle du Rouet » et ce, sur un rayon de plusieurs kilomètres autour de la ZPS puisque certaines espèces ont un domaine vital jusqu’à 100 km² (grands rapaces par exemple, l’Aigle de Bonelli pour lequel la ZPS de la Colle du Rouet a été créée).

Source : MEEDDT

Concernant les projets du PLU hors de Natura 2000, considérant les effets à distance les carrières de Callas, la Joyeuse et la Catalane auront un effet à distance selon le schéma de principe ci-après. Elles pourront donc être considérées comme incluses dans l’aire d’influence du PLU et de Natura 2000. On peut en revanche exclure de la zone d’influence les zones urbaines et à urbanisées de Callas. En effet ces zones sont situées dans des zones dont les continuités écologiques sont d’ores et déjà fragmentées. Leurs incidences sur la pollution des eaux et atmosphérique sont considérées comme faibles (cf Incidences sur la pollution des eaux superficielles et souterraines et Incidences sur les pollutions atmosphériques). il n’y aura pas d’influence à distance sur les sites Natura 2000.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


170 / 199

Présentation des sites Natura 2000 susceptibles d’être affectés

Présentation des sites Natura 2000 concernés

 La ZPS « Colle du Rouet » (FR 9312014) et le SIC « Forêt de Palayson, Bois du Rouet » (FR9301625) Ces sites Natura 2000 est présenté de façon sommaire et globale dans le chapitre Etat Initial de l’Environnement du présent rapport de présentation du PLU. Fonctionnement écologique des sites (Extraits du Tome 1 du DOCOB): « Les corridors écologiques sont représentés par trois grands types de milieux : - les habitats aquatiques - les habitats forestiers - les habitats rupestres. Le site d’étude est principalement parcouru par deux cours d’eau à écoulement intermittent :«l’Endre » et « le Blavet ». La caractéristique principale du réseau hydrographique du site Natura 2000 de la Colle du Rouet tient pour beaucoup à la nature de ses sols siliceux, compacts et relativement imperméables. Cette imperméabilité entraîne l’existence d’un réseau de ruisselets temporaires, de bas fonds humides ou de mares temporaires parfois très dense. Qu’ils soient linéaires ou ponctuels, ces habitats aquatiques temporaires sont indissociables des maquis et de divers habitats rocheux très secs avec lesquels ils forment une mosaïque finement imbriquée et très contrastée. Les fonctions écologiques de réseau d’habitats forestiers (pinèdes, yeuseraies, suberaies sur-étagées de résineux, etc.) du site sont essentielles à la faune. Le réseau d’arbres matures et à cavité possède plusieurs fonctions :

rôle pour la reproduction de certains oiseaux et chiroptères qui utilisent les nombreuses cavités de ces forêts pour se reproduire et se réfugier. rôle alimentaire associé aux différentes niches écologiques qu’offrent les forêts âgées (faune du sol, faune saproxylique) pour les oiseaux, les reptiles, les amphibiens et les chiroptères. rôle de corridor écologique pour le déplacement des espèces et des populations d’affinité forestière. Les complexes rupestres sont des milieux ouverts propices à une faune diversifiée d'insectes, reptiles, oiseaux (rapaces nicheurs)… Les rochers sont essentiels pour l'abri des espèces de chiroptères fissuricoles. Les Gorges du Blavet apparaissent comme un corridor important du site pour les chiroptères (notamment pour le Murin de Bechstein). Au delà de cette fonctionnalité au sein même du site, les autres sites Natura 2000 à proximité peuvent servir de connexion biologique entre ces espaces naturels. La notion de réseau cohérent d’espaces naturels, qui doit être la finalité du réseau Natura 2000, peut prendre ici toute son importance. Il est donc primordial de préserver ou de restaurer la qualité naturelle et la fonctionnalité des corridors biologiques des sites « Forêt de Palayson, Bois du Rouet », « Colle du Rouet ». Les corridors pour les oiseaux du site s’étendent au-delà de ce dernier. En effet, au-delà du périmètre strict du site de la Colle du Rouet, certaines espèces ont besoin d’espaces beaucoup plus importants et sont capables de se déplacer à plusieurs kilomètres autour de la ZPS pour accomplir certaines de leurs fonctions biologiques (essentiellement alimentaires). A ce titre les diverses Zones de Protection Spéciale réparties autour de celle de la Colle du Rouet jouent un certain rôle fonctionnel car elles abritent des espèces dont le domaine fonctionnel inclut la zone d’étude. La plupart de ces espèces sont des rapaces mais d’autres comme le Rollier d’Europe, dont des stations sont situées en limite de la ZPS, ont besoin de territoires extérieurs pour accomplir leurs cycles biologiques. Les principaux échanges se font entre le SIC/pSIC du val d’Argens pour les espèces forestières ou semi-forestières ou encore liées aux milieux aquatiques (Faucon hobereau, Martin pêcheur, Milans, Bondrées, etc.) et le massif de l’Estérel pour les espèces de milieux rupestres ou de maquis (Aigle royal, Bondrées, etc.). »

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


171 / 199

Tendances évolutives connues : « L’inventaire de 2010 des habitats d’intérêt communautaire du site Forêt de Palayson, Bois du Rouet a permis d’établir un état initial des connaissances sur ces derniers ; les données antérieures étant peu nombreuses. Le site est un espace naturel relativement bien préservé. La tendance globale ne tend pas vers une fermeture des milieux. Cependant, il est nécessaire de maitriser la dynamique des habitats afin que cette fermeture ne subvienne et qu’elle ne cause pas de régression des espèces de milieux ouverts. La mosaïque des habitats à l’échelle du site est stable et riche d’un point de vue biologique. La menace la plus importante qui pèse aujourd’hui sur l’évolution de la richesse biologique des habitats est le risque incendie. » Enjeux de conservation du site : « Au vu de la valeur patrimoniale des habitats/espèces et des risques subis, les priorités d’intervention porteront sur : - le maintien de la mosaïque de milieux (sur l’ensemble du site Natura 2000). Le paysage écologique du site est structuré par son importante mosaïque d’habitats : habitats aquatiques, rocheux, landes et matorrals, pelouses et prairies et forestiers, qui assurent la pérennité des espèces qui y vivent. Cette structure complexe est fondamentale pour la biodiversité du site. - le maintien de l’état de conservation des habitats aquatiques, tels que les mares temporaires méditerranéennes (localisation au niveau des mares temporaires, des zones humides, des rivières de l’Endre et du Blavet). L’habitat ‘’mare temporaire méditerranéenne’’ est un habitat aquatique prioritaire du site. Les habitats aquatiques, dans un site globalement sec, imbriqués en mosaïque avec d’autres, apportent une précieuse ressource en eau et abritent des espèces protégées ou très spécifiques, ainsi que de belles stations végétales remarquables. Il conviendra de les préserver en priorité.

landes, de maquis bas, de pelouses ou de ruisselets temporaires sont des habitats d’espèces inestimables pour bon nombre d’amphibiens et reptiles (Pélobate cultripède, Tortue d’Hermann, Cistude d’Europe), pour de nombreux oiseaux (Pies grièche, Alouette lulu, Bruant ortolan, Engoulevent d’Europe, Pipit rousseline) et pour les insectes méditerranéens (Magicienne dentelée). - le maintien des corridors écologiques (reliant les habitats aquatiques, rupestres et forestiers du site). Les corridors écologiques sur le site sont représentés par les grands types de milieux. Les milieux aquatiques sont indispensables à tous les chiroptères, qui viennent s’y abreuver chaque nuit. Les habitats forestiers du site sont essentiels à l’ensemble de la faune présente sur le site. Les falaises de la Colle du Rouet, de Pennafort ou du Blavet, par exemple, sont des sites de reproduction pour la faune rupicole (Hibou Grand Duc, Aigle royal). Le réseau de haies et fossés du site est également primordial pour ces espèces. - la maturation des peuplements forestiers via une sylviculture durable et raisonnée. Les ensembles d’habitats forestiers relativement matures des secteurs Nords comme la Chênaie-charmaie sont essentiels pour la faune arboricole : chiroptères (Murin de Bechstein, Barbastelle d’Europe), oiseaux (Pic noir), insectes saproxyliques (Grand Capricorne). - la limitation des impacts des activités humaines (Carrières à Callas, la Bouverie, et au niveau de Bagnols-en-Forêt). La maitrise des impacts des activités humaines est importante, afin de la rendre compatible avec la conservation des habitats et des espèces. » Mesures de gestion : Les mesures de gestion du site seront indiquées dans le Tome 2 du DOCOB à ce jour en cours d’élaboration.

- le maintien de l’ouverture des milieux (au niveau des habitats de pelouses, pairies, landes et de mattorals). Les milieux ouverts variés de

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


172 / 199

Objectifs de conservation du site : Objectif de conservation globale Favoriser le maintien de la mosaïque d’habitats Objectifs de conservation prioritaires Préserver et maintenir l’état de conservation des habitats aquatiques et favoriser l’ouverture des milieux Conserver le caractère intermittent des cours d’eau Développer les populations de Tortue d’Hermann au sein et en périphérie du site : au nord conservation de l’espèce (priorité 1) et au sud restauration des populations (priorité 2) Maintenir et préserver l’état de conservation des milieux forestiers (notamment pour le Murin de Bechstein) et augmenter le nombre de bois sénescents Préserver et restaurer les habitats 3170* et 3120-1, notamment par une gestion écologique de la végétation de ceinture Conserver, voire favoriser la reconquête des noyaux de populations de Pipit Rousseline et de Bruant ortholan, au bord de l’extinction sur le site Conserver les milieux ouverts (agropastoraux) avec haies, buissons et bouquets d'arbres et maintien des habitats de nidification des milieux ouverts Objectifs de conservation secondaires Conserver et/ou restaurer l’existant en gîtes (gîtes souterrains et en bâtiments) Maintenir l’état de conservation de l’habitat Landes sèches européennes Maintien des habitats de pairies et pelouses Objectifs de conservation tertiaires Conserver les habitats rupestres et garantir la tranquillité des aires de nidifications Objectif de conservation transversaux Restaurer la fonction de corridor écologique : ripisylve, biotopes forestiers et agricoles Maintenir et favoriser les peuplements forestiers matures afin de pérenniser les espèces d'intérêt communautaire qui leur sont inféodées, Contribuer à la protection du massif contre les incendies, Veiller à la qualité des eaux et au bon fonctionnement des cours d'eaux, Contrôler l'extension des espèces végétales et animales exogènes ou opportunistes des rapaces

Description des habitats et espèces Natura 2000 présents ou potentiels dans la zone d’influence du projet

Habitats de l’annexe I de la directive Habitats Les inventaires des habitats et espèces sont récents (2010). Sur la zone d’influence du PLU, le site Natura 2000 de la Colle du Rouet comporte au moins 2 habitats communautaires de type forestier : les forêts de chênes verts des collines catalo-provençales (9340) Deux types de ces yeuseraies (forêts de chênes verts sont distinguées sur le site Natura 2000. La yeuseraie à Laurier-tin (9340-3) qui occupe sur le calcaire une grande surface, est un habitat forestier, jeune, fermé et en extension. Dans la zone d’influence du PLU, la yeuseraie acidiphile, plus mésophile, possède une plus grande richesse biologique due souvent à une maturité plus affirmée. Menacés par les incendies, ces habitats sont, globalement, dans un bon état de conservation. Leur 1259 ha occupent 25% du site Natura 2000 La plupart des yeuseraies tendent à supplanter les forêts de chênes lièges ou se substituent progressivement aux pinèdes de Pins d’Alep vieillissantes. Les régressions observées sont liées à des coupes ou des incendies. les pinèdes méditerranéennes de Pins mésogéens endémiques (9540) Ces habitats assez répandus sur le site Natura 2000 sont de deux types à pins maritimes sur sols calcaires ou sols siliceux ou à Pins pignon uniquement sur sols siliceux. Sur la zone d’influence du PLU, elle occupe une place de transition entre les dynamiques évolutives entre lande/ garrigue et chênaie verte. L’état de conservation est jugé bon sur ce site Natura 2000 Les habitats forestiers du site sont particulièrement riches en espèces, et servent notamment pour la reproduction et l’alimentation de certains chiroptères et oiseaux, ou encore pour la reproduction des insectes.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


173 / 199

En effet, les chiroptères et oiseaux utilisent les nombreuses cavités de ces forêts pour se réfugier et se reproduire. Ils ont également un rôle alimentaire associés aux différentes niches écologiques qu’offrent les forêts âgées, pour les oiseaux, les reptiles, les amphibiens et les chiroptères. Leur rôle de corridor écologique pour les déplacements des espèces et les populations d’affinité forestière est également important. Concernant les milieux ouverts et semi-ouverts, on relève 2 principaux habitats communautaires : les prairies maigres de fauche de base altitude (6510-2) Ces habitats de milieux ouverts ont des rôles biologiques, écologiques et fonctionnels majeurs et sont dépendants d’une alimentation en eau plus ou moins importante. Tout comme les milieux aquatiques, leur conservation passe par un maintien du régime hydrologique. Ces habitats sont quelquefois compactés (travail ou passage d’engins agricoles en période pluvieuse). les landes sèches européennes (4030) Bien que plutôt pauvre floristiquement, ce groupement possède une grande valeur patrimoniale et constitue un habitat d’espèce pour la Tortue d’Hermann. Globalement dans un bon état de conservation, les landes sont toutefois menacées par la dynamique naturelle de l’absence d’entretien. L’état de conservation est jugé favorable sur ce site Natura 2000.

Enfin des milieux aquatiques ou hygrophiles apparaissent de manière ponctuelle : des mares temporaires méditerranéennes (3170) Cet habitat regroupe en réalité 4 communautés végétales différentes dotées d’exigences écologiques distinctes. Cet habitat présente, sur le site Natura 2000 et dans la zone d’influence du PLU, une richesse floristique et faunistique exceptionnelle, ce qui en fait un site majeur à l’échelle de la France. Dans un très bon état de conservation, il est globalement peu menacé mais n’en reste pas moins un habitat très fragile comme tous les habitats humides. L’état de conservation est jugé globalement satisfaisant sur ce site Natura 2000.

une galerie de Laurier rose (92D0) Il s’agit d’un habitat à très forte valeur patrimoniale, typique de la région méditerranéenne. Dans un bon état de conservation, il est peu menacé mais sensible aux activités humaines.- Les habitats aquatiques présentent également une forte fonctionnalité écologique pour la faune d’intérêt communautaire. Ce sont en effet des zones d’alimentation pour les chiroptères, des habitats favorables aux reptiles et amphibiens (notamment pour la Cistude d’Europe ou le Pélobate Cultripéde), des zones de reproduction pour les crustacés aquatiques et les poissons. Les indices de faune patrimoniale de ces habitats aquatiques sont, à ce titre, tous au maximum. L’état de conservation est jugé globalement bon sur ce site Natura 2000.

-Les milieux ouverts tels que les habitats de landes, mattorals, pelouses et prairies participent également aux aires à fonction d’alimentation ou de stationnement de certaines espèces. Ces milieux sont des zones d’alimentation pour les oiseaux insectivores (Rolliers d’Europe, Bondrées apivores, Pies-grièches, etc.) ou pour les chiroptères et des zones de reproduction pour les oiseaux nichant au sol (Engoulevent d’Europe, Alouette lulu, Bruant ortolan, etc.). Ce sont également des zones de chasse privilégiés pour certains rapaces comme l’Aigle royal ou le Circaète Jean le Blanc. Ces milieux sont aussi des zones de thermorégulation et d’habitat d’espèces pour de nombreux reptiles comme la tortue d’Hermann ou le Pélobate Cultripéde.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


174 / 199

Cartographie des habitats d’intérêt communautaire Extrait du DOCOB

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


175 / 199

Espèces végétales et animales de l’annexe II de la directive Habitats + Oiseaux de l’annexe I de la directive Oiseaux + espèces migratrices régulières (EMR) Concernant les Mammifères, 7 espèces de chauves-souris identifiées sont inscrites à l’Annexe II de la Directive Habitats ainsi que 11 espèces inscrites à l’Annexe IV. : Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum) Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) Minioptère de Schreiber (Miniopterus schreibersii) Petit Murin (Myotis blythii) Grand Murin (Myotis myotis) Barbastelle d’Europe (Barbastella barbastellus) Murin de Bechstein (Myotis Bechsteinii) dépendant essentiellement de la couverture forestière du site, du maintien de gîtes, des terrains de chasse et des corridors boisés de déplacement. Concernant les Insectes, 5 espèces sont inscrites à l’Annexe II : deux coléoptères inféodés aux peuplements de chênes matures Grand Capricorne (Cerambyx cerdo) Lucane Cerf-volant (Lucanus cervus) un odonate, la Cordulie à corps fin (Oxygastra curtiisii) dépend des milieux aquatiques deux lépidoptères, le Damier de la succise (Euphydryas aurinia) et l’Ecaille chinée (Euplagia quadripunctaria) dont la présence n’a pas été avérées lors des inventaires du DOCOB. Concernant les Poissons, le Barbeau méridional (Barbus meridionalis) dépendant de la qualité des eaux. Concernant les Oiseaux, 21 espèces de l’Annexes I de la Directive oiseaux sont présentes sur le site Natura 2000, 13 espèces migratrices régulières (EMR) ainsi que 9 autres espèces importantes. voir tableau ci-contre Les cartes de localisation de ces espèces sont jointes en Annexes du présent rapport de présentation.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


176 / 199

ANALYSE DES INCIDENCES (R414.23.II CE)

L’analyse des effets temporaires ou permanents, directs ou indirects du projet ne concerne que les habitats et espèces Natura 2000 ayant justifié la désignation des sites Natura 2000 concernés et sur lesquels le projet est susceptible d’avoir une incidence. A ce stade, et sous réserve d’une argumentation, des habitats ou espèces présents ou potentiels dans la zone d’influence mais sur lesquels le projet n’aura aucune incidence peuvent être écartés.

Incidences cumulatives avec d’autres projets du même maître d’ouvrage L’effet cumulé de ces projets à l’échelle d’une même commune accentue le processus de fragmentation des milieux localement. Malgré la présence de milieux favorables à proximité, ce phénomène crée des modifications de paysage auxquelles les espèces locales doivent s’adapter dans leurs déplacements quotidiens. Sur Callas, on peut ainsi considérer que dans la zone d’influence du PLU, se cumuleront les effets: des zones A et Af présentes dans l’aire d’influence des deux carrières de la Joyeuse et de la Catalane du secteur Nt de l’Hostellerie de Pennafort du secteur Nh du camping de la Haute Garduère

choix retenus »). Les activités anthropiques ayant des impacts négatifs, de faibles à forts selon le DOCOB des deux sites sont évitées.

Le PLU prévoit en revanche des pratiques agricoles sur des yeuseraies (chênes verts) et la pinède. Cette incidence ne peut être quantifiée, faute de disposer des données cartographiques permettant le croisement.

Ces espaces ouverts à l’agriculture dans des zones très fermées constitueront, en revanche, de bonnes coupures de combustibles pour protéger la yeuseraie dans sa globalité.

Les habitats de landes sèches, les chênes lièges et fourrés de laurier roses ne sont pas impactés sont classés en N et en Espaces Boisés Classés. Ils ne sont donc pas touchés par les projets autorisés par le PLU.

En classant en A, les prairies maigres de fauche, le PLU conforte les pratiques agricoles contribuant à entretenir ces milieux.

Via la protection des milieux aquatiques, le PLU ne prévoit pas de destruction ou de dégradation d’habitats Natura 2000 aquatiques. ponctuels comme les mares temporaires méditerranéennes ou les habitats qui y sont inféodés comme les galeries de laurier rose. Les projets permis par le PLU n’ont que peu d’incidences sur la qualité des eaux et sur l’hydrologie et donc sur ces habitats Natura 2000 qui y sont inféodés.

Destruction ou détérioration d’habitats Natura 2000

Le périmètre du SIC est majoritairement classé en zone N naturelle. Ce classement évite la destruction ou détérioration d’habitats Natura 2000.

Le PLU ne prévoit pas d’urbanisation, ou autres aménagements anthropiques, pas de nouvelles activités touristiques et de loisirs sur les habitats d’intérêt communautaire en dehors des secteurs Nt et Nh existants et dont l’activité est limitée à une simple extension de l’existant dans l’encadrement très strict de la sécurité incendie (cf chapitre « les

Concernant le cas particulier des carrières : Les incidences sur Natura 2000 concernent :  Les fourrés de Laurier rose potentiellement présents au Collet de Rampin sont évités (cf Mesures d’évitement, de réduction et de compensation concernant la carrière de la Catalane)  Sera défrichée la yeuseraie présente sur la zone d’extension de la Joyeuse

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


177 / 199

Destruction ou perturbation d’espèces ou habitats d'espèces Natura 2000

Pas de destruction d’espèces Natura 2000 envisagées puisque : les zones à vocation d’urbanisation et secteurs d’activité (secteurs Ng) se situent dans des zones de sensibilité faible pour la Tortue d’Hermann et déjà fragmentée par l’urbanisation ou le réseau routier pour la plupart. hors de la zone d’influence du PLU.

En confortant les zones agricoles, le PLU permet le maintien de milieux ouverts favorisant la biodiversité notamment pour les espèces de milieux ouverts.  Le rôle important pour la protection contre le risque incendie permet également de protéger les espèces animales Natura 2000 comme la Tortue d’Hermann.  Ces zones agricoles jouent un rôle de tampon entre les milieux naturels et l’urbanisation, limitant les interactions entre humains et animaux donc le risque de capture et perturbations.  L’activité agricole peut parfois comporter l’utilisation d’intrants (engrais, phytosanitaires…) engendrant donc des pollutions potentielles des eaux et des sols, contaminant la faune liée (insectes, oiseaux, chauves-souris)

Via la protection des milieux aquatiques (cf incidences et mesures sur la gestion et la qualité de l’eau), les projets permis par le PLU n’ont que peu d’incidences sur la qualité des eaux et sur l’hydrologie et donc sur les espèces Natura 2000 qui y sont inféodées comme le Barbeau méridional ou la Cordulie à corps fin.

Le PLU limite les perturbations sonores ou lumineuses dans son aire d’influence à l’existant c’est-à-dire les zones agricoles et les secteurs Nt et Nh dédiés aux activités touristiques.

Concernant le cas particulier des carrières : Rappel : les incidences sur Natura 2000 Concernant la Tortue d’Hermann : destruction et fragmentation de son habitat, destruction possible d’individus Concernant les chauves-souris, « L’extension de la carrière la Joyeuse engendre une perte de territoire de chasse et la perturbation des connectivités écologiques pour les espèces locales, surtout pour les espèces à faible capacité de déplacement. L’extension de carrière induit des détours pour les chauves-souris ce qui peut former une barrière au déplacement pour certaines espèces, tel que le Petit Rhinolophe. Le Petit Rhinolophe a une faible capacité de déplacement. L’extension de la carrière induit un détour de vol qui peut former une barrière au déplacement. L’espèce a beaucoup souffert de l’urbanisation et de la fragmentation des milieux dans le sud du département du Var. Or un noyau de population est présent dans le secteur d’étude. Cette population reste fragile car elle correspond au noyau le plus septentrional du département. L’impact du projet est donc jugé faible par chaque phase et modéré à faible pour les deux phases cumulées. Le Grand Murin est très fidèle aux lisières en déplacement et en chasse. L’extension de la carrière va engendrer une perte de terrain de chasse et une perturbation des fonctionnalités écologiques locales, sachant que l’espèce utilise de longues routes de vol et chasse pendant ses déplacements. L’impact du projet est jugé faible par chaque phase et faible pour les deux phases cumulées. Le Petit Murin est très fidèle aux lisières en déplacement et en chasse. L’extension de carrière va engendrer une perte de terrain de chasse et une perturbation des fonctionnalités écologiques locales, sachant que l’espèce utilise de longues routes de vol et chasse pendant ses déplacements. L’impact du projet est jugé faible par phase et faible pour les deux phases cumulées. » Extrait de l’étude Projet d’extension de carrière Lafarge- Aspects chiroptérologiques - Complément au dossier inventaires « Faune » présenté en 2009

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


178 / 199

Concernant les oiseaux : destruction d’une partie d’habitats naturels appartenant à l’aire d’alimentation, perturbations possibles des espèces nicheuses (cf tableau)

MESURES DE SUPPRESSION, REDUCTION (R414.23.III CE)

Les mesures prises concernant les carrières sont d’ores et déjà détaillée dans les chapitres spécifiques aux mesures d’évitement, de réduction et de compensation. Rappelons que ces mesures d’évitement et de réduction réduisent presque totalement les incidences sur la Tortue d’Hermann ainsi que celles concernant les oiseaux reproducteurs via un calendrier des travaux adaptés. Les diverses mesures compensatoires permettent notamment l’ouverture de milieux via des pratiques agro-pastorales encadrées bénéficiant aux habitats d’intérêt communautaire comme les prairies maigre de fauche ou les landes sèches mais aussi les espèces de milieux ouverts et notamment l’Aigle de Bonelli, principale espèce pour laquelle la ZPS « Colle du Rouet» a été créée. Les mesures d’évitement et de réduction, prises lors de l’évaluation environnementale du PLU et présentées ci-avant sont particulièrement favorables aux habitats et espèces Natura 2000. La mesure d’évitement de l’extension du camping de la Haute Garduère permet d’éviter la destruction de yeuseraies, des perturbations sonores et lumineuses supplémentaires notamment pour les oiseaux et les chiroptères. La mesure de réduction des zones Af permet bien évidemment de préserver la Tortue d’Hermann et de ne pas fragmenter ses habitats. Elle permet de ne pas détruire l’habitat communautaire de chênes lièges, la yeuseraie mais également les landes sèches. Les vieux arbres sont ainsi maintenus réduisant les incidences sur les insectes saproxylophages comme le Grand Capricorne ou le Lucane Cerfvolant.

Justification et pertinence des mesures Notons que les mesures concernant les carrières ont été validées par le Conseil National de Protection de la Nature pour atténuer et compenser les incidences notables sur les espèces inscrites à l’Annexe II de la Directive Habitats et à l’Annexe I de la Directive Oiseaux suivantes : la Tortue d’Hermann, le Circaète Jean-le-Blanc, la Tourterelle des bois, l’Engoulevent d’Europe, le Pic vert. Les mesures de réduction des zones Af ont été décidées en concertation avec les Personnes Publiques Associées dont les représentants des services de l’Etat. A été consulté le Conservatoire des Espaces Naturels de PACA, gestionnaire du Vallon de la Joyeuse, sur la commune.

CONCLUSION a. Synthèse des incidences du projet

Le PLU n’aura pas d’incidences sur les habitats d’intérêt communautaire suivant : subéraies, prairies maigres de fauche, landes sèches, fourrés ponctuels de laurier rose et mares temporaires méditerranéennes. La yeuseraie sera en partie défrichée pour des projets agricoles. Les incidences positives de ce défrichement relèvent de l’ouverture des milieux et de la protection contre le risque incendie. Le PLU n’engendrera pas davantage de perturbations qu’il n’en existe déjà pour les chiroptères et les oiseaux présents sur le site. Il n’a pas d’effets directs ou indirects sur la faune liés aux milieux aquatiques (poisson, insectes). La Tortue d’Hermann, espèce emblématique, est protégée via des mesures de suppressions et de réduction. En l’état actuel des connaissances, le projet de PLU ne présente pas d’incidences significatives non réductibles sur l'état de conservation des habitats et espèces ayant justifié la désignation des sites Natura 2000.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


179 / 199

Grâce aux mesures de suppression, réduction prévues, la réalisation du projet ne portera pas atteinte à l'état de conservation du site, l’évaluation des incidences s’arrête là.

L’évaluation des incidences Natura 2000 aborde de manière stratégique et bibliographique les enjeux des espèces et habitats d’intérêt communautaire.

En l’absence de communication de données géoréférencées intégrables dans un système d’information géographique, les incidences sur les habitats d’intérêt communautaire ne peuvent être quantifiées.

METHODOLOGIE ET DIFFICULTES RENCONTREES a. Présentation des méthodes ayant été utilisées pour produire l’évaluation

Le plan de l’évaluation des incidences Natura 2000 suit le canevas proposé par la DREAL PACA en date du 17 mai 2011 : http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/canevas-de-dossier-pourles-gros-a1356.html

Les informations des listes communales des oiseaux ne sont pas exhaustives et sont évolutives au fur et à mesure des participations. En conséquence, l'absence d'une espèce dans cette liste est peut-être le simple fait d'une prospection lacunaire.

L’évaluation des incidences Natura 2000 est basée essentiellement sur les résultats des études menées dans le cadre de la réalisation des DOCOB – de la ZSC « Forêt de Palayson, Bois du Rouet » et de la ZPS « Colle du Rouet » dont le tome 1 accompagné d’un atlas cartographique sont en ligne : http://www.dracenie.com/index.php/cadrevie-2/44-environnement/natura2000/84-sites-natura2000 [Nos remerciements à Marie Scheffer, chargée de mission Natura 2000 à la CAD] ainsi que la liste communale des Oiseaux fournie par la Ligue de Protection des Oiseaux : http://www.faune-paca.org/index.php?m_id=300

b. Difficultés techniques et scientifiques rencontrées L’évaluation de ce document ne saurait se substituer à des études d’impact ou aux autorisations nécessaires pour les aménagements prévus par le PLU. Elle ne constitue qu’un premier élément pour déterminer leur faisabilité au regard de l’environnement.

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


180 / 199

6. ANNEXES

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


181 / 199

l’environnement. Des mesures compensatoires sont prévues notamment au regard des deux carrières existantes.

RESUME NON TECHNIQUE :

Le présent Rapport de présentation explique et justifie le projet de PLU. Le chapitre 1 « préambule » recadre le contexte général de l’élaboration du PLU. Le chapitre 2 « Diagnostic » établi l’état des lieux communal en abordant plusieurs thématiques telles que la situation géographique, la démographie, l’économie, l’agriculture, l’habitat, les équipements, les déplacements. Ce diagnostic se conclut par l’articulation du PLU avec d’autres documents. Le chapitre 3 « état initial de l’environnement » établi un état des lieux de l’environnement de la commune en abordant plusieurs thématiques telles que les ressources naturelles, la gestion et la qualité de l’eau, la biodiversité (chapitre illustré par des résultats de prospection de terrain et des études réalisées par ECOMED), les pollutions et nuisances, la gestion des risques naturels, le paysage. Ce chapitre se conclut par les perspectives d’évolution de l’environnement (zones susceptibles d’être touchées de manière notable par le PLU). L’état initial de l’environnement naturel et les prospections de terrain réalisées par ECO-MED mettent en avant la sensibilité du patrimoine naturel du secteur qui supporte deux sites du réseau Natura 2000 : SIC FR9301625 « Forêt de Palayson – Bois du Rouet » et ZPS FR9312014 « Colle du Rouet ». Le chapitre 4 « explications des choix retenus » présente les choix retenus pour établir le PADD, justifie les EBC, justifie les ER, justifie le patrimoine identifié au zonage, justifie le zonage et présente les solutions alternatives qui ont été écartées. Le chapitre 5 « conséquences sur l’environnement » analyse des incidences notables du PLU sur l’environnement, présente l’évolution probable de l’environnement en l’absence de PLU et avec le PLU, analyse l’évolution POS/PLU et présente les mesures envisagées pour réduire et compenser les conséquences dommageables du PLU sur

En conclusion, l’environnement de Callas n’est pas perturbé par le PLU : a°) le PLU maîtrise l’urbanisation et améliore le cadre de vie b°) le PLU soutient l’économie locale : pôle santé, zone artisanale, et maintien le périmètre autorisé des deux carrières. c°) le PLU préserve le patrimoine environnemental et architectural par une utilisation économe des espaces naturels urbains et ruraux. En effet : Les zones à fort enjeu de biodiversité (Natura 2000, ZNIEFF) sont protégées : la grande majorité des 3070 ha de Natura 2000 sont classés en zone N, et dans une moindre mesure en zone A (ou Af). Les zones cultivées conservent leur zonage agricole. Des projets de reconquête agricole (zonage Af) sont favorisés, permettant l’ouverture des milieux. Le village et les zones urbanisées conservent leur enveloppe urbaine : les zones urbanisées restent toutes concentrées au nord de la RD562 n’impactant pas les périmètres Natura 2000. Les zones d’habitat diffus en zones forestières ne sont pas densifiées et toute nouvelle construction est interdite. Le projet de zone artisanale se situe sur le site où se trouve l’actuelle déchetterie en dehors des zones à enjeux de biodiversité. La carrière de La Catalane dont le périmètre est issu de la révision simplifiée de septembre 2009, conserve son zonage. Elle fait l’objet d’un suivi régulier réalisé par ECOMED et développe des mesures compensatoires. Quant à la carrière de La Joyeuse, son périmètre est redélimité. Rappelons enfin que le PLU fera l’objet d’une analyse des résultats de son application, notamment en ce qui concerne l’environnement, au plus tard à l’expiration d’un délai de 10 ans à compter de son approbation (voir les tableaux de référentiel d’évaluation pages suivantes).

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


182 / 199

EXPOSE METHODOLOGIQUE :

L’évaluation environnementale contenue de façon diffuse dans le présent rapport de présentation, tel que le prévoit l’article R.123-2-1 du code de l’urbanisme a été réalisée par le Bureau d’Etudes BEGEAT qui a largement repris les diverses études et documentations produites par ECOMED tout au long de l’élaboration du PLU. Les données bibliographiques : les bases de données scientifiques propres à ECOMED, les inventaires des veilles écologiques menées sur différents secteurs de Callas (et notamment autour des deux carrières) de 2002 à 2009 …. Le bureau d’études BEGEAT a élaboré le PLU en tenant compte de l’avancée de ces études et a adapté le zonage du PLU en fonction des résultats obtenus. Les autre sources documentaires proviennent de la DREAL, des données sur le réseau Natura 2000 et ZNIEFF. L’analyse du patrimoine a été réalisée grâce aux études menées par le CAUE du Var. L’analyse de l’occupation du sol a été réalisée grâce aux études conduites par la Chambre d’Agriculture du Var. Les Prospections de terrain : Les habitats naturels, la flore et la faune des zones prospectées ont fait l’objet de nombreuses campagnes de prospections menées par ECOMED Concernant plus particulièrement le rapport intitulé « Prise en compte de la biodiversité dans le cadre d’une politique de développement durable et du PLU de Callas » ECOMED 2009 :

o Un expert en botanique méditerranéenne, Monsieur Pascal AUDA ; o Un expert en herpétologie, Monsieur Vincent RIVIERE, - Le bureau d’études Atelier Territoire Paysage (ATP), ayant réalisé plusieurs cartes géomorphologiques de la commune de Callas : o Un cartographe, Monsieur Christophe REFALO ; - L’équipe de la SOPTOM (Station d’Observation et de Protection des Tortues et de leurs Milieux), spécialisée depuis 20 ans dans la conservation des Tortues, a été chargée de réaliser un nouvel inventaire sur la commune. L’équipe, encadrée par Mademoiselle Barbara LIVOREIL (responsable scientifique de la SOPTOM), était constituée de Mesdemoiselles : o Anne PETEROLFF, chef d’équipe, o Ariane GENESTE, o Emmanuelle MIROUZE. Les résultats présentés sont extraits pour partie d’un document interne remis par la SOPTOM à l’issue de son travail de prospection. Les parties concernant plus spécifiquement la flore ont été rédigées exclusivement par ECOMED. La rédaction de cette synthèse est également l’occasion de remercier ceux sans qui ce travail n’aurait pu être réalisé dans les mêmes conditions, notamment Monsieur et Madame CICALA, du domaine de Vioune, et la Médiathèque de Callas, qui ont su nous accompagner dans cette mission d’inventaire. » Enfin, la mise en forme de l’évaluation environnementale a été réalisée par le bureau d’études BEGEAT.

« Ce travail a été réalisé par : - Le bureau d’études ECO-MED (Ecologie et Médiation) mandaté pour, et composé de spécialistes aux compétences complémentaires :

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


183 / 199

DISPOSITIFS DE SUIVI :

Le PLU fera l’objet d’une analyse des résultats de son application, notamment en ce qui concerne l’environnement, au plus tard à l’expiration d’un délai de 10 ans à compter de son approbation. Les tableaux suivants serviront de référentiel permettant d’assurer ce suivi : a) ) Référentiel d’évaluation pour l’ensemble du PLU :

Etat des lieux aujourd’hui

Cahier des charges

Evaluation au plus tard à l’expiration d’un délai de 10 ans

Consommation de l’espace

% de zones U : 2.2% % de zones AU : 0.6%

% de zones U : …………… % de zones AU : ……………..

Protection agricoles

des

terres

% de zones A : 17.3%

% de zones A : ……………

Protection naturelles

des

zones

% de zones N : près de 77%

% de zones N stricto sensu : ………………

Oui, classement en zone Av au PLU : 18 ha de zone Av

Combien d’hectares sont classés en zone Av : ……..

Le paysage du piémont villageois est il protégé : = indicateur de suivi : surfaces en hectare Les 3070 ha de Natura 2000 existants sur Callas sont classés de la façon suivante au PLU : Quelles zones du PLU impactent un site Natura 2000 ? = indicateur de suivi : surfaces en hectare

37 ha sont classés en zone Nx (carrière existante de La catalane) 11 ha sont classés en zone 4AU (camping existant de la haute Garduère) 5.5 ha sont classés en zone Nt1 (hostellerie existante de Pennafort) 207 ha sont classés en zone Af (zone au potentiel agricole avéré, mais zone couverte de bois) 263 ha sont classés en zone A (zone agricole) 2546.5ha sont classés en zone N (naturelle)

10 ans plus tard, les 3070 ha de Natura 2000 sont classés de la façon suivante : ……….ha en zone de carrière (La catalane) ……… ha en zone de camping ……… ha en zone d’hostellerie de Pennafort ……….ha en zone agricole ……….ha en zone naturelle

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


184 / 199

b) Référentiel d’évaluation propre aux carrières :

Etat des lieux aujourd’hui

Cahier des charges

Zone Nx de La Joyeuse : 63 ha Zone Nx de La Catalane : 84.6ha Superficie des deux zones Nx : (superficies issues des révisions simplifiées du POS approuvées en septembre 2009) Les carrières impactent-t-elles un site Natura 2000 ? Les carrières sont-elles productrices de pollutions d’eau, de l’air ou des sols ?

Oui : 2 sites Natura 2000 Pollution des sols et de l’eau : peu probable car mesures en place Pollution de l’air : probable (empoussièrement)

Evaluation au plus tard à l’expiration d’un délai de 10 ans

Zone Nx de La Joyeuse : ……… ha Zone Nx de La Catalane : ………… ha

Les mesures compensatoires citées au chapitre 5 ont elles été mises en place ? Pollution des sols :……………… Pollution de l’eau :………………. Pollution de l’air : ……………….

Oui, les déchets du BTP

Note-t-on la production d’autres déchets que ceux du BTP ?

Sont-elles sources de risques industriels, notamment pour les populations ?

Non.

Oui ou non ?

Des dispositions de sécurité prévues pour le personnel ?

Oui.

A évaluer

L’activité envisagée est-elle bruyante ?

Seulement à proximité

L’impact « bruit » a-t-il été réduit ?

Les types d’activité envisagés risquent ils de produire des nuisances olfactives ?

Non

Oui ou non ?

Comment est paysagère ?

Les limites de l’extension ont été définies de manière à conserver les reliefs existants + écran végétal sur les pourtours

Cette intégration paysagère a-t-elle effectivement été réalisée ?

le trafic de véhicules sera-t-il accru ?

le trafic est prévu pour être identique

Les rotations augmentées ?

Le projet est-il isolé au regard de sa situation géographique et du voisinage ?

Oui, le document d’urbanisme n’autorise pas l’implantation de constructions d’habitation à proximité : zonage N, naturel inconstructible

Le document d’urbanisme classe-t-il encore les secteurs proches de la carrière en zone N ?

Les carrières sont-elles productrices de déchets ?

envisagée

fortement

sont-elles

l’intégration

quotidiennes

ont-elles

été

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


185 / 199

CARTES DE LOCALISATION DES ESPECES INSCRITES A L’ANNEXE II DE LA DIRECTIVE HABITAT ET DE L’ANNEXE I DE LA DIRECTIVE OISEAU

Voir cartes pages suivantes

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


186 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


187 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


188 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


189 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


190 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


191 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


192 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


193 / 199

ENTITES ARCHEOLOGIQUES RECENSEES SUR LA COMMUNE DE CALLAS

NOTA-BENE : 1- Dans la colonne "Précision", l'absence d'indication équivaut à une localisation précise de l'information 2- Dans la colonne "N°", les numéros manquants correspondent à des informations archéologiques non localisées N°

Nom du site

1

Précision

Vestiges

Chronologie

TRINITE (LA)

villa

Haut-empire

2

CLARET

enceinte

Epoque indéterminée

3

Oppidum de Pennafort

oppidum

Second Age du fer

4

Petit Clot Pouiri

occupation

5

Eglise de Callas

église

6

Château-fort de Pennafort

Notre-Dame de Pennafort

château fort

Paléolithique Néolithique Moyen-âge classique Epoque contemporaine Moyen-âge classique

loc. connue et limites supposées loc. inc. dans une emprise connue loc. connue et limites supposées loc. et extension connues

7

Clos de Pennafort

Clos de Pennafort

occupation

8

inhumation

loc. connue et limites supposées localisation approximative

sépulture

Gallo-romain

localisation approximative

9

ROCHES DE LA FILLE D'ISNARD ROCHES DE LA FILLE D'ISNARD SAINT-PONS

Néolithique Age du bronze Gallo-romain

inhumation

Gallo-romain

9

SAINT-PONS

nécropole

Gallo-romain

10

SAINT-AUXILE

oppidum

Second Age du fer

11

PENNAFORT 1

carrière de meules

Epoque indéterminée

12

LE PLAN OUEST

occupation

LES BLIMOUSES

occupation

14

PLAN OUEST (LE)/LE PLAN OUEST 1,2,3,4 BLIMOUSES (LES)/LES BLIMOUSES 1 CLEDES (LES)

15

VILLARD (LE) !!

Age du bronze Age du fer Bas-empire Haut moyen-âge Haut-empire Bas-empire Age du bronze Age du fer

16

COSTES SUD (LES)

8

13

Lieu-dit

Parcelles E2(478);E2(487);E2(488);E2(489);

occupation habitat

LES COSTES SUD

habitat

République

I2 (79) I2 (105)

H1(32);

E1(110); D2(650);D2(651);

E1(173);E1(179);E1(183);E1(184); D2(723);D2(724);D2(733);D2(734); D2(735); E2(252);E2(254);E2(274);

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


194 / 199

17

PLAN EST (LE) !!

occupation

18

RAVIN DE LA FLEUR

tumulus

Age du bronze Age du fer Epoque indéterminée

19

PRIGNONET 1 (LE)/CAL 035

habitat

Age du bronze

19

PRIGNONET 1 (LE)/CAL 035

Age du bronze

21

SEBIVAN

production alimentaire végétale habitat

Haut-empire

F3(896);F3(899);F3(901);

22

GRATTE-LOUP

occupation

Epoque indéterminée

G3(233);

23

RIOU-SEC

occupation

Age du fer

A1(144);A1(171);

24

VENES (LES)

occupation

D2(381);D2(386);

25 26

PENNAFORT/BOIS COMMUNAL !! CAMPS DE PONTEVES NORD

occupation

Age du fer Gallo-romain Gallo-romain Epoque moderne Moyen-âge

27

ROUISSINE

construction

Néolithique ancien

G3(234);

28

SIAI 1 (LE)/CAL 037

occupation

Age du bronze final

L1(98);

29

SIAI 2 (LE)/CAL 038

occupation

Néolithique récent

L1(93);L1(97);

30

SIAI 3 (LE)/CAL 042

habitat

Haut-empire

31

SIAI 4 (LE)/CAL 040

occupation

32

PRIGNONET 2 (LE)/CAL 033

PRIGNONET

habitat

Age du bronze Age du fer Age du bronze ancien

33

PRIGNONET 3 (LE)/CAL 034

PRIGNONET

occupation

33

PRIGNONET 3 (LE)/CAL 034

PRIGNONET

34

Pourcieux

production alimentaire végétale oppidum

35

Le Petit Siaï

occupation

Age du bronze Age du fer Age du bronze Age du fer Age du bronze Age du fer Gallo-romain

36

CLOS DE GANUS a

CLOS DE GANUS

dépôtoir

Premier Age du fer

1986 :I(94);

36

CLOS DE GANUS a

CLOS DE GANUS

fosse

Premier Age du fer

1986 :I(94);

37

Clos de Ganus b

Clot de Garrus

occupation

1986 I (93)

38

PONT DE PENNAFORT !!

Paléolithique Néolithique Haut moyen-âge Epoque moderne

GRATE LOUP

carrière de meules

pont

E2(508);E2(510); E2(117);

1986 :G(755); A2(569);

1986 I (180) loc. connue et limites supposées

1986 L1 (104), L2 (206)

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


195 / 199

39

Pennafort Ouest

40

CASTEOU

42

GROS COLLET (LE)/CAL 036

mur

Epoque indéterminée

42

GROS COLLET (LE)/CAL 036

Epoque indéterminée

43

ISSARTS (LES)

production alimentaire végétale enceinte

44

Château du castrum de Callas

chapelle

44

Château du castrum de Callas

château fort

44

Château du castrum de Callas

latrines

46

BASSE GUARDUERE (LA)

occupation

Moyen-âge classique Bas moyen-âge Moyen-âge classique Bas moyen-âge Moyen-âge classique Bas moyen-âge République

48

PLAN OUEST NORD (LE)/LE PLAN OUEST 2 PLAN OUEST SUD (LE)/LE PLAN OUEST 1

49

PENNAFORT OUEST

habitat

Age du bronze final

dépôtoir

Haut moyen-âge Epoque moderne

LE PLAN OUEST

occupation

LE PLAN OUEST 1

occupation

loc. connue et limites supposées

I2 (79)

AC(152);AC(159);AC(160);AC(96); AC(97);

Age du fer loc. connue et limites supposées loc. connue et limites supposées loc. connue et limites supposées

Age du bronze Age du fer Néolithique moyen

E1(115);

E1(40);E1(90);E1(91);E1(92);E1(9 4);

50

PONT SUR L'ENDRE

pont

Epoque moderne

51

ROUISSINE

construction

52

TRINITE (LA)

mausolée

Age du bronze Age du fer Haut-empire

53

TRINITE (LA)

atelier de potier

Haut-empire

54

TRINITE (LA)

cuve

Haut-empire

55

TRINITE (LA)

chapelle

Moyen-âge classique

56

Petit Clot Pouiri

habitat

58

SAINT-AUXILE

inscription

Bas-empire Haut moyen-âge Gallo-romain

59

SAINT-AUXILE

chapelle

Moyen-âge classique

60

VILLARD (LE) !!

habitat

Haut-empire

61

COSTES SUD (LES)

G3(234);

E2(478);E2(487);E2(488);E2(489); E2(478);E2(487);E2(488);E2(489); E2(478);E2(487);E2(488);E2(489);

Petit Clot Pouiri

LES COSTES SUD

habitat

Bas-empire

loc. connue et limites supposées

E2(478);E2(487);E2(488);E2(489); I2 (105)

D2(723);D2(724);D2(733);D2(734); D2(735); E2(252);E2(254);E2(274);

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


196 / 199

62

PLAN EST (LE) !!

habitat

Haut-empire

63

Castrum de Pennafort

bourg castral

64

SIAI 2 (LE)/CAL 038

occupation

65

SIAI 2 (LE)/CAL 038

occupation

Moyen-âge classique Bas moyen-âge Age du bronze Age du fer Haut-empire

66

SIAI 4 (LE)/CAL 040

occupation

Haut moyen-âge

67

Aqueduc du Petit Siai

aqueduc

Epoque moderne

localisation approximative

68

Pennafort Ouest

enclos

Epoque moderne

loc. et extension connues

69

chapelle château fort

Epoque moderne Epoque contemporaine Moyen-âge classique

loc. et extension connues

70

Chapelle Notre-Dame de Pennafort Pennafort ancien

71

Castrum de Siaï

Le Pont d'Endre

bourg castral

Moyen-âge classique

72

Eglise Saint-Martin

Le Mounestier

église

73

Encente urbaine de Callas Tour-Porte Encente urbaine de Callas Tour-Porte

Moyen-âge classique Bas moyen-âge Moyen-âge classique Bas moyen-âge Moyen-âge classique Bas moyen-âge

73

enceinte urbaine porte

E2(508);E2(510); loc. connue et limites supposées

I2 (79) L1(93);L1(97); L1(93);L1(97);

loc. connue et limites supposées loc. connue et limites supposées loc. et extension connues

I2 (79)

I2 (79)

loc. et extension connues loc. et extension connues

ENTITES ENREGISTREES SUR DES COMMUNES PERIPHERIQUES m de la commune

Nom du site

Vestiges

Précision de l'emprise

Parcelles

BAGNOLS-EN-FORET

N° d'ordre dans la commune 10

Castel Diaou

oppidum / Age du bronze - Age du fer

E2 (117)

BAGNOLS-EN-FORET

48

Castel Diaou

habitat / Haut moyen-âge

LE MUY

5

Gournié

oppidum / Age du fer

loc. connue et limites supposées loc. connue et limites supposées loc. connue et limites supposées

LE MUY

169

Gournié

bourg castral / Haut moyen-âge

loc. connue et limites supposées

SEILLANS

39

Pont de Garron

pont / Moyen-âge - Période récente

loc. et extension connues

E2 (117)

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


197 / 199

« L’extrait ci-joint de la Carte archéologique nationale reflète l’état de la connaissance au 26/11/2010. Cette liste ne fait mention que des vestiges actuellement repérés. En aucun cas cette liste d’informations ne peut être considérée comme exhaustive. Conformément aux dispositions du code du patrimoine (livre V, art L.522-4), les personnes qui projettent de réaliser des aménagements, ouvrages ou travaux peuvent saisir le préfet de région afin qu’il examine si leur projet est susceptible de donner lieu à des prescriptions archéologiques. En dehors de ces dispositions, toute découverte fortuite de vestige archéologique devra être signalée immédiatement à la Direction régionale des Affaires Culturelle de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Service régional de l’Archéologie) et entraînera l’application du code du patrimoine (livre V, titre III). »

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


198 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012


199 / 199

Commune de Callas – Plan Local d’Urbanisme – rapport de présentation – Arrêté par délibération du conseil municipal du 28 juin 2012

CALLAS 83830 PLU arrété du 28 Juin 2012  

Rapport de Présentation du Plan Local d'Urbanisme

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you