Page 31

papamamancitroen.com_25

d’imaginer un cycle de vie qui débute à 12, 8 ou même 6 ans, ce qui aurait certainement un impact sur le modèle économique des entreprises et insistent pour bien faire comprendre que ne pas tenir compte des enfants revient à omettre un élément clé de succès à long terme… C’est d’autant plus vrai que l’attachement à une marque est plus facile à créer chez le jeune enfant et qu’un adulte garde une prédisposition pour les marques qu’il a connues pendant son enfance. L’attachement à une marque est plus facile à créer chez le jeune enfant En effet, Nigel Hollis58, fait remarquer que l’attachement à une marque augmente considérablement pendant l’adolescence et ne décroît que très légèrement après 30 ans. Cela crée lorsque l’enfant grandit une barrière à l’entrée de plus en plus importante pour de nouvelles marques. Il indique aussi que les 9-14 ans (« Tweens »), ont déjà une bonne compréhension des marques, connaissent leurs noms, se souviennent de ce qu’ils voient et entendent sur elles et se font des opinions. Par contre, en termes d’expériences le monde reste à explorer ce qui lui permet d’insister sur la nécessité pour les marques d’établir une relation dès cet âge, avant que l’adolescent ait des avis déjà établis sur les marques et qu’une certaine inertie ne se soit installée. Par ailleurs, l’in"uence parentale sur laquelle peut s’appuyer une marque pour communiquer auprès des enfants est supplée par l’in"uence du groupe de pairs avant même l’adolescence. Joël Brée 59 précise qu’il n’est jamais trop tôt pour créer des habitudes de consommation telles que la !délité à une marque ou la fréquentation d’un point de vente. En!n, Caroline Rouen-Mallet60 précise que les jeunes représentent la population la plus réceptive aux discours des marques... L’adulte garde une prédisposition pour les marques qu’il a connues pendant son enfance … et que la plupart des marques que consomment les 25/35 ans ont été installées avant 18 ans (et que ces derniers les feront logiquement partager à leurs enfants). Joël-Yves Le Bigot, Isabelle Porton-Deterne et Catherine Lott-Vernet61 mentionnent des travaux de chercheurs qui ont constaté que près des 2/3 des marques élues à 15 ans sont encore des références incontournables 30 ans plus tard lorsque l’adulte est con!rmé.

58 Lindstrom et B. Seybold (2004), Brandchild: Remarkable Insights Into The Minds Of Today's Global Kids And Their Relationships With Brands, 2e édition, Kogan Page Ltd p. 51-55 59 Brée (1993), Les enfants, la consommation et le marketing, Presses Universitaires de France p. 16 60 Brée et al. (2007), Kids marketing, EMS p. 220 61 Le Bigot, Porton-Deterne et Lott-Vernet (2004), Vive les 11-25, Eyrolles p. 135-136

Pourquoi créer chez l’enfant de l’attachement à une marque pour adultes ?

Profile for Didier Rols

Papa Maman Citroën  

Pourquoi créer chez l’enfant de l’attachement à une marque pour adultes ? Le cas de l’automobile et de CITROËN.

Papa Maman Citroën  

Pourquoi créer chez l’enfant de l’attachement à une marque pour adultes ? Le cas de l’automobile et de CITROËN.