Page 1

N° 56 - JUIN 2014

Pékin Infos Le journal des Français & francophones à Pékin

UN PETIT ROUX EN CHINE Suivez les aventures d’un petit expatrié

WEI LIGANG

Un artiste entre orient et occident

PAROLES D’EXPERTS Tout connaître sur les Fleurs de Bach

Pékin !

Quels souvenirs garderez-vous de votre séjour ? Quelles sont les écoles à Paris qui proposent des cours de chinois ?


LA NOUVELLE ÉQUIPE

E… L'ANCIENNE ÉQUIP

Ce numéro est tout spécialement dédié à notre amie Laurence qui a disparue avec ses deux enfants Ambre et Hadrien ainsi que son amie Yan. Trois mois déjà sans comprendre ce qu’il s’est passé. Ils nous manquent tous beaucoup. Nous pensons plus particulièrement à Ghyslain et Alexandre, qu’ils soient assurés de notre amitié et de notre soutien.

Vous pouvez nous aider

Les familles ont donc décidé de prendre les choses en main et de lancer un campagne de lever de fond sur internet (crowd-funding) afin de pouvoir rémunérer des informateurs qui ne peuvent pas parler aujourd'hui. Nous pensons que c'est possible de savoir ce qui est arrivé a Ambre , Hadrien et Laurence. Il faut que les personnes qui savent se mettent à parler. C'est aussi important pour chaque personne qui prend l'avion aujourd'hui, comment peuton laisser disparaître un tel avion avec 239 personnes à bord ? Beaucoup d'entre vous m'ont proposé de nous aider, il est important aujourd'hui que vous visitiez le site internet suivant et que vous fassiez un don si le cœur vous en dit. Vous pouvez aussi envoyer ce mail à l'ensemble de vos contacts afin que cette campagne soit un réel succès.

http://www.igg.me/at/reward-mh370 02 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

Rédactrice en chef : Nathalie Morin Directeur artistique & réalisation : Didier Péron (didier.peron2@free.fr) Rédacteurs : Flore Delourme, Charles Lagrange, Laurence Masson, Julie Thézé. Ont collaboré à ce numéro : Bertrand Alamercery, Eric Meyer, Chrystine Feuillard, Huang Li, Jean-Yves Simon

Tous les détails sur notre site Internet :

Après 13 semaines, l’enquête officielle ne donne rien, les états ne fournissent pas leurs données militaires, les informations publiées sont contradictoires, imprécises, partielles et même invraisemblables !

Je vous remercie tous très chaleureusement pour votre soutien.

COMITÉ DE RÉDACTION

Ghyslain

www.pekin-accueil.com

Activités, agenda, permanences, photos et bien d'autres informations. Chaque semaine, "Les Lundis de Bienvenue" de 10h30 à 12h30, à l'Institut Français, 18 Gongti Xilu. Si vous aussi vous vous sentez l’âme d’un « journaliste », faites-nous part de vos idées d’articles ou rejoignez-nous au Comité de Rédaction et réalisons ensemble Pékin Infos ! Mail : 2756193423@qq.com Retrouvez dès à présent Pékin Infos en version téléchargeable sur le site de Pékin Accueil : Rubrique L’Association ➜ Publications ➜ Pékin Infos. Pékin Infos, bimestriel de Pékin Accueil. Association régie par la loi de 1901. Affiliée à la FIAFE. www.fiafe.org


Pékin Infos

N° 56 - JUIN 2014

PÉKIN ÉDITO

Le journal des Français & francophones à Pékin

Edito 56

04 PÉKIN ACCUEIL EN MOUVEMENT

B

ye Bye Pékin ! Pour beaucoup l’heure du départ a sonné et il faudra laisser derrière soi tout ce qui a constitué notre vie chinoise. Regrets ou soulagements ? Eléments de réponses avec Laurence. Bye Bye les Amis ! Pour certains l’agenda de la mi-mai à la fin juin devient un vrai casse-tête… chinois, car il faut pouvoir assister à toutes les fêtes de départ et surtout profiter de ce rituel pour se remémorer tous les bons moments. Rendez-vous en page 4. Bye Bye l’ancienne équipe de Pékin Accueil ! Merci à toutes pour votre talent et votre sens de l’accueil. Que d’émotion au moment de passer le relai… Bienvenue à la nouvelle équipe ! On se retrouve en septembre. Bel été à toutes et à tous !

Nathalie Morin

Le mot de Valérie Journois Présidente de Pekin Accueil 2013 - 2014

Mon mandat Pékin Accueil s'achève et je viens tirer ma révérence avant de m'envoler vers d'autres horizons. Depuis mai 2013, j'ai passé des moments incroyables avec l'équipe qui m'a accompagnée, tant les "filles" qui la composait sont dynamiques, entreprenantes, dévouées, enjouées, souriantes, conciliantes, amusantes, touchantes… en un mot  épatantes. Et je salue donc aussi bas qu'elles le méritent : Valérie Alamercery, Gwenola Aspe, Véronique Cholley, Nelly Dodet, Ketty Dullieux, Anne Facquer, Isabel Folco, Nathalie de Geyer, Nathalie Morin, Marguerite Pialoux, Julie Theze, Cynthia Tsai, Isabelle Zelek, ainsi que toutes les hôtesses et les responsables d'activité. J'ai également savouré chacun des moments passés à vos côtés lors d’événements que nous avons organisés et je vous remercie, vous adhérents et adhérentes, petits et grands, Club 50 et jeunes mamans, sportifs, fêtards, gourmets et gourmands ! Toujours positifs, curieux, enthousiastes, reconnaissants, gais et contents, en un mot charmants ! Et je n'oublierai pas les Généreux Partenaires qui ont accepté de vivre l'aventure à nos côtés. Tous ils se sont sentis concernés, se sont impliqués et ont beaucoup participé. Et je veux qu'il sache à quel point ils sont importants ! Je remets les clés de Pékin Accueil à la nouvelle équipe présidée par Marie-Noëlle Hottelart. Je suis convaincue qu'avec leur énergie et leurs idées vous aller passer une autre belle année ! A bientôt, qui sait ?

Les bronzés font du ski.......................................................................... 04 Pêle-mêle photos................................................................................... 06

08 DOSSIER Quels souvenirs garderez-vous de votre expatriation à Pékin ?......... 08 Poursuivre l’étude du chinois dans sa scolarité en région parisienne................................................................................10 Étudier le chinois à Paris.........................................................................12 Le choc du retour à l'école en France....................................................13

15 VIVRE À PÉKIN Xi’an - Voyage autour d’un salon VIP ....................................................15 Rencontre avec l’artiste sculpteur de jadéite Wang Junyi....................17 Inauguration des nouveaux espaces de l'Institut français et de Campus France..............................................................................18 Publireportage. Les services bancaires en Chine................................20

21 BILLET D'HUMEUR Un petit roux en Chine............................................................................21

23 PÉKIN HISTORIQUE Le père de Ventavon et les horloges du Palais..................................... 23

24 PÉKIN LECTURE Un Maître de l’Art Déco à Shanghai.......................................................24 Une histoire sans mot.............................................................................26

27 PÉKIN CULTURE Le Festival Croisements 2014 en images..............................................27 Le style de Wei Ligang............................................................................28 Interview. Simon, peintre et écrivain..................................................... 29 La Fête de la musique à Pékin................................................................31 Le 50e anniversaire des relations diplomatiques franco-chinoises vu de Pékin............................................................................................. 32

35 PÉKIN PRATIQUE Les bonnes adresses de Flore.............................................................. 35 Paroles d'experts : Les Fleurs de Bach................................................ 36

39 PÉKIN CUISINE Crabe royal d’Alaska gelée mangue passion....................................... 39 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 03


LES BRONZÉS FONT DU SKI Bertrand Alamercery

Vendredi soir 14 février 2014, une quarantaine de membres de Pékin Accueil embarquent dans un bus et le fringant équipage se fraye un passage laborieux à travers Sanlitun comme d’usage bien encombré.

D RETOUR SUR LES BONS MOMENTS... INSTANT SACRÉ : L'HEURE DE L'APÉRO !

04 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

irection : Secret Garden. Voilà qui sonne furieusement romantique en ce jour de Saint Valentin ! L’ambiance reste néanmoins sagement familiale pendant le trajet, agrémenté d’un plaisant casse-croûte sponsorisé, de serviettes en papier ornées de cœurs, et des traditionnels échanges de pâtisserie home-made permettant aux maîtresses de maison de lier connaissance et d’échanger leurs secrets de fabrication. L’hôtel est atteint à la nuit noire, mais une logistique efficace permet à chacun de s’établir rapidement dans ses quartiers, des chambres très confortables selon le consensus général. Le samedi matin, bénéficiant d’une météo parfaite, nous découvrons en plein soleil l’écrin blanc, vert et bleu où chacun va pouvoir se laisser glisser selon son bon plaisir durant les deux jours à venir.

Le petit-déjeuner, l’équipement et la mise en route vers les sommets sont faciles et rapides, car le «Genting Grand Secret Garden Resort» se résume principalement en un unique immense bâtiment cumulant hôtel, restaurant, boutique, location de matériel et billetterie. La station n’est pas immense mais bien conçue, consistant en deux combes parallèles au fond desquelles serpentent les deux pistes principales. De nombreuses petites pistes dévalent à partir des crêtes dominant les combes pour se jeter dans les pistes principales, elles même convergeant vers l’hôtel en leur point le plus bas. Beaucoup de skieurs chinois sillonnent les pentes avec des équipements impressionnants (combinaison de ski Chanel) et font preuve d’un assez bon niveau technique, hormis une insuffisante maîtrise de la vitesse qui s’achève parfois en arrêt brutal et horizontal. Au terme d’une plaisante journée où nos skieurs fran-

Départ pour la reconnaissance du quartier russe.


PÉKIN ACCUEIL EN MOUVEMENT

Station Genting.

çais se dispersent sur le domaine, se regroupant ou se croisant au hasard des rencontres, tout le monde se retrouve en fin d’après-midi dans un salon de l’hôtel. Le plantureux apéritif « Bordeaux et charcuterie » offert par Pékin Accueil, très roboratif après la glisse intense, permet à chacun de sympathiser et d’échanger les impressions du jour, sous le regard intéressé de quelques clients de l’hôtel. Quelques tables s’organisent pour un dîner convivial mais bien vite on commence à sentir la fatigue et chacun se retire dans ses quartiers pour récupérer ses forces. Des conditions climatiques inchangées permettront de doubler le plaisir le dimanche. En conclusion le week-end fut apparemment apprécié de l’ensemble des participants, d’autant qu’aucun dommage corporel ne fut à déplorer . A refaire quand la bise sera revenue … n

Domaine skiable.

Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 05


AH LES GARES CHINOISES…

Devoirs de maths dans le train… Mais le réconfort après l'effort… pour les grands ! et les petits… ou moins petits. Merci Andros et Crepanini.

Pékin Accueil avel, et China Horizon Tr d bien ! une équipe qui s'enten

Tout ça... pour ça ! Et ça valait le coup, Pingyao, c'est très beau!

biance, Un beau groupe, une bonne am très réussi! de belles visites ! Un-week end

06 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014


PÉKIN ACCUEIL EN MOUVEMENT

Chasse aux œufs de Pâques à East Lake.

Merci à Comptoir de France pour les délicieux chocolats !

Assemblée générale : bilan et remerciements. formidable accueil. Merci à Cédric Besler et son équipe du Sofitel Wanda pour leur Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 07


QUELS SOUVENIRS GARDEREZ-VOUS DE VOTRE EXPATRIATION À PÉKIN ? Propos recueillis par Laurence Masson

L’été signe, pour la communauté des expatriés, le moment du grand chassé-croisé entre ceux qui arrivent et ceux qui partent. Vient alors, pour ces derniers, le temps des premiers bilans, et l’excitation liée à la nouvelle aventure qui s’annonce se teinte souvent d’une certaine nostalgie. Quels souvenirs les Pékinois d’adoption garderont-ils de leur passage en Chine ? Pékin Info a mené l’enquête auprès de quelques françaises sur le départ.

08 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014


DOSSIER UNE PASSATION DE POUVOIR L’EXPATRIATION

Cette expatriation qui s’achève, d’une durée de deux à quatre ans en moyenne, était, pour plus de la moitié des personnes interrogées, la première. Plusieurs autres avaient déjà effectué un séjour en Chine ou, plus rarement, dans d’autres pays. Si tout le monde s’accorde à penser que la Chine n’est pas une expatriation facile, ceux qui ont déjà connu d’autres horizons soulignent « l’accueil, l’entraide et la solidarité au sein de la communauté francophone » de Pékin ainsi que le grand choix de marques et de produits disponibles dans cette ville où « l’on trouve de tout ». Si le choix de venir à Pékin répondait principalement à des opportunités professionnelles pour le conjoint expatrié, la volonté de « profiter d’une ouverture sur le monde », de « vivre un temps fort en famille » ou encore de « faire une pause professionnelle » est également mentionnée. La majorité des familles avaient fait le choix de scolariser leurs enfants au Lycée Français. Si l’une d’entre elles ne se prononce pas, et trois se disent globalement satisfaites par l’école, plusieurs déplorent le niveau d’exigence de l’enseignement, jugé « très bas », « la faible quantité de travail demandé aux élèves », surtout en secondaire, ou encore « le manque d’organisation » de l’établissement et « sa communication déplorable ». Une maman, qui avait fait le choix de la BCIS (Beijing City International School) pour l’un de ses enfants, se dit pour sa part « absolument ravie ». Le bilan se révèle, pour une grande majorité, globalement positif, puisque six personnes attribuent à cette expatriation une note de huit sur dix ! Seules deux d’entre elles se montrent plus réservées. À noter que cinq des huit familles interrogées rentreront en France cet été. Trois autres repartiront ailleurs en Asie.

LA VIE EN CHINE

Ce séjour à Pékin constituait, pour plus d’un tiers des personnes interrogées, un premier contact avec la Chine, les autres ayant déjà eu par le passé l’occasion d’y vivre ou d’y voyager. La plupart n’avaient pas d’attentes spécifiques en arrivant à Pékin, en dehors de la volonté de découvrir le pays et les gens, et ont parfois eu quelques bonnes surprises. L’une d’entre elles se dit ainsi « fascinée par la rapidité et la facilité de réaliser des projets ici », une autre par « l’attitude positive des gens ». Une troisième souligne « le rythme tranquille de cette mégapole ». Il n’en demeure pas moins que s’adapter à la vie pékinoise est loin d’être une évidence, et nombreuses sont

les françaises à avoir connu quelques grands moments de solitude, comme « le premier coup de téléphone en chinois » ou encore le fait de « se retrouver seule… loin de tout et sans parler un mot de chinois » parce que le taxi « sans vouloir l’admettre, ne connaissait pas l’endroit où je lui avais demandé de me déposer, et m’a plantée sur le bord de la route. » Une maman, arrivée enceinte de son troisième enfant avec deux autres en bas âge, raconte : « J’ai été incapable de sortir de ma résidence pendant 15 jours tellement j’avais peur de me perdre ! ». Celles qui travaillent sont confrontées à d’autres problèmes, comme l’inertie des Chinois qui, malgré « quatre convocations successives, ne se sont jamais présentés en salle de réunion » nous raconte l’une d’elles. Par ailleurs, « Les chinois prennent peu d’initiatives… et communiquent mal » . Une autre a le sentiment qu’ils « n’ont pas une grande conscience professionnelle et (qu’ils) ont tendance à ne faire que ce qu’ils ont envie de faire si l’on n’est pas derrière leur dos ». Mais les beaux souvenirs sont nombreux aussi, comme « la première marche sur la Grande Muraille », « les paysages sous la neige », « la découverte de la communau-

J’AI ÉTÉ INCAPABLE DE SORTIR DE MA RÉSIDENCE PENDANT 15 JOURS TELLEMENT J’AVAIS PEUR DE ME PERDRE ! 

té d’expatriés français », très accueillante, ou encore, le bonheur, après un premier retour de vacances « de retrouver sa maison, la sensation de se sentir chez soi en Chine ». Toute expatriation conduit les gens, dans une certaine mesure, à modifier leur mode de vie. Pour celles qui ont interrompu leur activité professionnelle, cette pause leur a permis d’avoir « du temps avec ses enfants », de « voyager en famille », mais aussi de « faire plus de sport , notamment du vélo », une habitude que deux mamans souhaitent conserver à leur retour en France. Mais l’effort d’adaptation qu’impose une telle aventure peut aussi permettre de prendre plus de recul face aux petits soucis du quotidien, comme en témoigne une personne, qui affirme être « devenue beaucoup plus zen » parce que « vivre en Chine m’a appris à m’adapter à toutes les situations ». Les Pékinois d’adoption regretteront plusieurs choses à leur départ, à commencer par « la facilité de la vie au quotidien », leur « Ayi », « le temps libre », « les balades à vélo », « la vie en résidence », très conviviale, et « les nou-

veaux amis expatriés », mais aussi « les marchés », et  les jiaozi ». On ne s’étonnera pas en revanche d’apprendre que c’est « la pollution », à l’unanimité, qui leur manquera le moins ! Trois personnes mentionnent également « la saleté et les crachats », une autre « l’incivilité sur la route » et une dernière « la difficulté de communiquer et de collaborer efficacement avec les Chinois. »

LES CHINOIS

La question « quels adjectifs qualifient selon vous le mieux les Chinois » recueille des réponses très variées : jugés « gentils » (« à partir du moment où on fait un minimum d’efforts pour essayer de s’intégrer »), ils sont également considérés (dans le désordre !) comme : « cools, drôles, courageux, fiers, résilients, curieux, expansifs, gourmands, mais aussi insensibles, rustres, rudes, sans gêne, rustiques, avides d’argent, fourbes, sans aucun respect pour autrui, individualistes ». Les personnes interrogées ont surtout été séduites par « leur  flegme », « leur capacité de résignation », « leur faculté à rire de tout », à « être totalement décomplexés » et « leur habitude de vivre dehors ». Mais elles ont été choquées par « leur manque de respect pour l’environnement », « leur individualisme » (« personne n’intervient pour secourir une personne victime d’un accident ») et « le manque d’amabilité des chauffeurs de taxis ». Malgré tout, la majorité des répondants garderont les coordonnées de quelques Chinois dans leur carnet d’adresse, à commencer souvent par leur Ayi.

LE MANDARIN

Toutes les personnes interrogées, à l’exception d’une, ont appris le chinois à l’occasion de leur séjour en Chine, pendant un à deux ans en moyenne. Seules trois d’entre elles, dont l’une parce qu’elle part à Taipei, envisagent de continuer l’étude de cette langue une fois parties. Elles sont également unanimes à estimer qu’il est indispensable d’apprendre le mandarin, ne serait-ce que quelques rudiments « pour pouvoir s’en sortir au quotidien », mais aussi « pour pouvoir apprécier la culture », car « on comprend beaucoup de choses à travers la langue, et particulièrement à travers l’écrit dans le cas du chinois ». En fin de compte, il s’agit indéniablement d’un facteur « clé d’intégration ». Deux personnes regrettent de ne pas avoir consacré plus de temps à l’étude de la langue. Un grand merci aux huit familles qui ont accepté de répondre à notre enquête ! n Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 09


POURSUIVRE L’ÉTUDE DU CHINOIS DANS SA SCOLARITÉ EN RÉGION PARISIENNE Enquête de Flore Delourme

CRÈCHES

CRÈCHE FRANCO-CHINOISE - 5, rue Yves Toudic 75010 Paris ÉCOLE MONTESSORI LA BALEINE - 5, rue Buot 75013 Paris - 01 45 88 78 26

A

ujourd’hui en France, plus de 33 000 élèves ont fait le choix du mandarin dans leur scolarité, c’est 400 % de plus qu’il y a 10 ans. Le chinois est maintenant proposé dans toutes les académies de métropole, et il est passé à la 5e place des langues enseignées dans l’enseignement secondaire. Cela pose des défis immenses à l’éducation nationale, qui subit un véritable déficit d’enseignants. Les écoles privées, de leur côté, ont du mal à ouvrir des filières sinisantes sous contrat, freinées par leurs académies, frileuses à leur accorder plus de droits. Pour nous, sinisants de circonstances, difficile de trouver toute l’information et de la recouper pour se faire une idée précise des options possibles pour nos enfants de retour en France… Voici un tour des possibilités en région parisienne, de la crèche au lycée, elles sont nombreuses, heureusement ! n

10 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

PRIMAIRE

ÉCOLE LEVASSOR - 3, rue Emile Levassor 75013 Paris - 01 45 85 52 57 ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE RUE DE LONGCHAMP 130, rue de Longchamp - 75116 Paris ÉCOLE DE LA PORTE D’IVRY - 51, rue de la Porte d’Ivry 75013 Paris - 01 45 85 75 18 ÉCOLE ACTIVE BILINGUE J. MANUEL - 70, rue du Théâtre 75015 Paris - 01 44 37 00 69 ÉCOLE DE LA PORTE D’IVRY - 51, rue de la Porte d’Ivry 75013 Paris - 01 45 85 75 18 ÉCOLE ALSACIENNE - 109, rue Notre Dame des Champs 75006 Paris - 01 44 32 04 7 ÉCOLE D’ISSY-LES-MOULINEAUX 92130 Issy-les-Moulineaux ÉCOLE ASSOCIATIVE DES ENFANTS PRÉCOCES 953, avenue Paul Langevin - 95220 Herblay - 01 34 14 83 97 ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE JEAN MOULIN - 50, rue de l’Aurore 78100 Saint-Germain-en-Laye - 01 39 21 82 35 ÉCOLE SAINTE-MARIE Levallois-Perret

SECONDAIRE EN LV1

COLLÈGE MONTGOLFIER, bilangue - 15, rue Montgolfier 75003 Paris - 01 44 78 88 20 COLLÈGE JANSON DE SAILLY, section internationale et bilangue - 106, rue de la Pompe 75016 Paris - Tél : 01 55 73 28 00

LYCÉE HENRI IV - 23, rue Clovis 75005 Paris - 01 44 41 21 21 COLLÈGE J. DECOUR, bilangue - 12, avenue Trudaine 75009 Paris - 01 55 07 80 40 COLLÈGE LUCIE AUBRAC, bilangue 62, rue de la Fontaine au Roi - 75011 Paris - 01 48 06 84 00 COLLÈGE CAMILLE CLAUDEL, section orientale 4 bis, avenue de Choisy - 75013 Paris - 01 56 61 72 50 COLLÈGE EVARISTE GALOIS, bilangue 11, rue du D. Bourneville - 75013 Paris - 01 45 88 50 42 COLLÈGE C.DEBUSSY, bilangue - 4, place du Commerce 75015 Paris - 0145783780 ÉCOLE ACTIVE BILINGUE, privé bilangue - 70, rue du Théâtre 75015 Paris - 01 44 37 00 69 COLLÈGE ET LYCÉE JEAN DE LA FONTAINE 1, place de la Porte Molitor - 75016 Paris - 01 46 51 16 00 COLLÈGE GEORGES CLÉMENCEAU, bilangue 43, rue des Poissonniers - 75018 Paris - 01 53 09 26 81 COLLÈGE CARNOT, bilangue - 145, boulevard Malesherbes 75017 Paris - 01 56 21 36 36 COLLÈGE L. GAMBETTA, bilangue - 149, avenue Gambetta 75020 Paris - 01 43 61 87 16 LYCÉE CHARLEMAGNE - 14, rue Charlemagne 75004 Paris - 01 53 01 98 30 INSTITUT DE LA TOUR, privé, chinois en option HC Rue de la Tour - 75016 Paris COLLÈGE GABRIEL FAURÉ, section internationale 81, avenue de Choisy - 75013 Paris - 01 45 85 22 98 COLLÈGE LA BRUYÈRE SAINTE-ISABELLE, bilangue 66-70, rue de l'Abbé Carton - 75014 Paris - 01 45 42 13 39 CENTRE MAD DANIÉLOU, privé, bilangue - 61-63, rue Gal de Miribel - 92508 Ruiel-Malmaison - 01 41 39 25 80 COLLÈGE LE BON SAUVEUR, privé, bilangue 6, rue Henri Cloppet - 78110 Le Vésinet - 01 30 15 92 92


DOSSIER COLLÈGE C. DEBUSSY, bilangue 31, rue A. Dumas 78103 Saint-Germain - 01 39 21 00 39

SECONDAIRE EN LV2

COLLÈGE MONTGOLFIER, section orientale 15, rue Montgolfier - 75003 Paris - 01 44 78 88 20 LYCÉE TURGOT - 69, rue Turbigo 75003 Paris - 01 53 01 14 10 LYCÉE FRANCOIS TRUFFAUT - 28, rue Debelleyme 75003 Paris - 01 53 01 14 10 LYCÉE CHARLEMAGNE - 14, rue Charlemagne 75004 Paris - 01 53 01 98 30 COLLÈGE SAINT-MERRI, privé 8, rue du Cloitre Saint-Merri 75004 Paris - 01 42 78 44 81 COLLÈGE & LYCÉE LES FRANCS BOURGEOIS, privé - 21, rue Saint-Antoine 75004 Paris - 01 44 59 20 90 COLLÈGE ET LYCÉE HENRI IV - 23, rue Clovis 75005 Paris - 01 44 41 21 21 COLLÈGE PIERRE ALVISET - 88, rue Monge 75005 Paris - 01 55 43 11 40 ÉCOLE ALSACIENNE, collège privé, section orientale 109, rue Notre-Dame-des-Champs 75006 Paris - 01 44 32 04 70 COLLÈGE VICTOR DURUY 33, boulevard des Invalides - 75007 Paris - 0140623131 COLLÈGE HATTEMER, privé, hors contrat 52, rue de Londres - 75008 Paris LYCÉE RACINE - 20, rue du Rocher 75008 Paris - 01 45 22 11 51 COLLÈGE J. DECOUR, section orientale 12, avenue Trudaine 75009 Paris - 01 55 07 80 40 LYCÉE BOSSUET-ND, privé - 17, rue Yves Toudic 75010 Paris - 01 42 06 62 17 COLLÈGE LOUISE MICHEL - 11, rue Jean Poulmarch 75010 Paris - 01 42 08 93 99 LYCÉE DORIAN - 74, avenue Philippe Auguste 75011 Paris - 01 44 93 81 30 COLLÈGE NOTRE DAME DE LA GARE, privé 20, rue de Donrémy - 75013 Paris COLLÈGE CAMILLE CLAUDEL 4 bis, avenue de Choisy - 75013 Paris - 01 56 61 72 50 LYCÉE GABRIEL FAURÉ, section orientale 81, avenue de Choisy - 75013 Paris - 01 45 85 22 98 LYCÉE CLAUDE MONET, section internationale 1, rue du Docteur Magnan 75013 Paris - 01 56 61 90 00 COLLÈGE JEAN MOULIN - 75, rue d'Alésia 75014 Paris - 01 43 27 14 89

ÉCOLE ACTIVE BILINGUE J. MANUEL, privé 70, rue du Théâtre - 75015 Paris - 01 44 37 00 69 COLLÈGE CLAUDE DEBUSSY 4, place du Commerce - 75015 Paris - 01 45 78 37 80 COLLÈGE & LYCÉE JANSON DE SAILLY section orientale - 106, rue de la Pompe 75016 Paris - 01 55 73 28 00 LYCÉE CARNOT - 145, boulevard Malesherbes 75017 Paris - 01 56 21 36 36 COLLÈGE SAINTE URSULE, privé 102, boulevard Pereire - 75017 Paris COLLÈGE R. DORGELÈS - 63, rue de Clignancourt 75018 Paris - 01 46 06 48 00 COLLÈGE CHARLES PEGUY - 69, av. Simon Bolivar 75019 Paris - 01 53 19 79 00 LYCÉE LOUIS LE GRAND, section orientale 23, rue Saint-Jacques - 75005 Paris - 01 44 32 82 00 COLLÈGE DU CÈDRE - 9, rue Henry Dunant 78110 Le Vésinet - 01 30 71 61 23 COLLÈGE LES HAUTS GRILLETS, section internationale - 10, boulevard Hector Berlioz 78100 Saint-Germain-en-Laye - 01 30 87 46 20 COLLÈGE CLAUDE DEBUSSY - 31, rue A. Dumas 78103 Saint-Germain - 01 39 21 00 39  COLLÈGE INTERNATIONAL - Rue du Fer à Cheval 78104 Saint-Germain - 01 39 10 94 11 COLLÈGE JEAN COCTEAU 78600 Maisons-Laffitte - 01 39 62 17 71 LYCÉE EVARISTE GALOIS - 87, avenue de Tobrouk 78500 Sartrouville - 01 30 86 72 72 LYCÉE JEANNE D'ALBRET - 6, rue Giraud Teulon 78101 Saint-Germain - 01 39 04 15 30  COLLÈGE ERMITAGE, privé - 24 avenue Eglé 78600 Maisons-Laffitte - 01 39 62 79 80 MAISON D'EDUCATION LÉGION D'HONNEUR Les Loges - B.P. 80866 78108 Saint-Germain-en-Laye - 01 39 04 10 40 COLLÈGE SACRÉ CŒUR, privé 3, rue des Bourdonnais - 78000 Versailles LYCÉE NOTRE DAME DU GRANDCHAMP 97, rue Royale - 78000 Versailles - 01 39 24 12 80 COLLÈGE AUGUSTE RENOIR - 1, villa Rouveyrol 92600 Asnières-sur-Seine - 01 47 93 77 97 LYCÉE EMMANUEL MOUNIER 35, rue des Prés-Hauts 92290 Châtenay-Malabry - 01 41 87 60 30 COLLÈGE VICTOR HUGO - 22, rue Aristide Briand 92130 Issy-les-Moulineaux - 01 46 38 11 89 COLLÈGE GEORGES MENDEL - 12, rue du Bateau Lavoir - 92130 Issy-les-Moulineaux - 01 46 38 71 78

COLLÈGE LA PAIX - 66, avenue de la Paix 92130 Issy-les-Moulineaux - 01 46 44 14 31 COLLÈGE HENRI MATISSE - 27, rue Ernest Renan 92130 Issy-les-Moulineaux - 01 40 93 44 30 COLLÈGE PIERRE BROSSOLETTE - 57, rue Jean Longuet - 92290 Châtenay-Malabry - 01 47 02 41 51 COLLÈGE VOLTAIRE - 21, rue Montaigne 92600 Asnières-sur-Seine - 01 47 91 33 11 COLLÈGE MASARYK - 1 quater, rue Lamartine 92290 Châtenay-Malabry - 01 46 31 55 02 COLLÈGE EDOUARD VAILLANT 66, rue Henri Barbusse 92230 Gennevilliers - 01 41 21 42 10 LYCÉE IONESCO - 148-150, avenue de Verdun 92130 Issy-les-Moulineaux - 01 41 46 12 90 LYCÉE AUGUSTE RENOIR - 137, avenue du Menil 92600 Asnières-sur-Seine - 01 41 32 32 62 LA SOURCE COLLÈGE & LYCÉE, privé 11, rue Ernest Renan - 92190 Meudon - 01 46 26 99 88 LYCÉE SAINT-NICOLAS, privé - 19, rue Victor Hugo 92130 Issy-les-Moulineaux - 01 41 46 15 15

SECONDAIRE EN LV3

LYCÉE TURGOT - 69, rue Turbigo 75003 Paris - 01 53 01 14 10 LYCÉE LES FRANCS BOURGEOIS, privé 21, rue Saint-Antoine - 75004 Paris - 01 44 59 20 90 LYCÉE HENRI IV - 23, rue Clovis 75005 Paris - 01 44 41 21 21 LYCÉE HÔTELIER GUILLAUME TIREL 237, boulevard Raspail - 75014 Paris - 01 44 84 19 00 ÉCOLE ALSACIENNE LYCÉE, privé 109, rue Notre-dame des Champs 75006 Paris - 01 44 32 04 70 LYCÉE STANISLAS, privé - 22, rue Notre-dame des Champs - 75279 Paris Cedex 06 - 01 42 84 88 00 LYCÉE NOTRE-DAME DE SION, privé 61, rue Notre-Dame des Champs - 75006 Paris LYCÉE DE L'ALMA, privé - 12, avenue Bosquet 75007 Paris - 01 44 18 62 82 LYCÉE PAUL CLAUDEL, privé - 118, rue de Grenelle 75007 Paris - 01 44 18 63 83 LYCÉE VOLTAIRE - 101, avenue de la République, 75011 Paris - 01 55 28 08 08 LYCÉE BOSSUET-NOTRE-DAME, privé 17, rue Yves Toudic - 75010 Paris - 01 42 06 62 17 LYCÉE CHARLES PÉGUY, privé 80, avenue Parmentier - 75011 Paris - 01 48 05 16 47 LYCÉE NOTRE-DAME DE FRANCE, privé 63, rue de la Santé - 75014 Paris - 01 44 08 69 70

……

Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 11


…… ECOLE ACTIVE BILINGUE J. MANUEL, privé 70, rue du Théâtre - 75015 Paris - 01 44 37 00 69 LYCÉE BLOMET, privé - 5, rue Blomet 75015 Paris - 01 40 65 15 30 LYCÉE ST-LOUIS-DE GONZAGUE, dit Franklin, privé 2, rue Benjamin Franklin 75116 Paris - 01 44 30 45 50 LYCÉE RABELAIS - 9, rue Francis De Croisset 75018 Paris - 01 53 09 13 00 LYCÉE DESCARTES - 6, boulevard Descartes 78180 Montigny-le-Bretonneux - 01 30 43 03 33 LYCÉE JEANNE D’ALBRET - 6, rue Giraud Teulon 78101 Saint-Germain-en-Laye - 01 39 04 15 30 LYCÉE ALAIN - Route de la Cascade 78110 Le Vésinet - 01 34 80 44 00  LYCÉE CORNEILLE - Avenue Pierre Corneille 78170 La Celle-Saint-Cloud - 01 39 69 40 03  LYCÉE HOCHE - 73 avenue de Saint-Cloud 78000 Versailles - 01 30 84 08 50 LYCÉE JULES FERRY - 29, rue du Maréchal Joffre 78000 Versailles - 01 39 20 11 60 LYCÉE ERMITAGE, privé - 24, avenue Eglé 78600 Maisons-Laffitte - 01 39 62 79 80 LYCÉE BLANCHE DE CASTILLE, privé 1, avenue de la Bretèche 78150 Le Chesnay - 01 39 23 14 30 LYCÉE NOTRE-DAME DU GRANDCHAMP 97, rue Royale - 78000 Versailles - 01 39 24 12 80 LYCÉE LE BON SAUVEUR, privé 6, rue Henri Cloppet - 78110 Le Vésinet - 01 30 15 92 92 LYCÉE DESCARTES - 1, avenue Lavoisier 92761 Antony cedex - 01 46 11 49 80 LYCÉE HOTELIER THÉODORE MONOD 26, av. Léon Jouhaux - 92761 Antony - 01 46 11 46 70 LYCÉE IONESCO - 148-150, avenue de Verdun 92130 Issy-les-Moulineaux - 01 41 46 12 90 LYCÉE AUGUSTE RENOIR - 137, avenue du Menil 92600 Asnières-sur-Seine - 01 41 32 32 62 LA SOURCE, lycée privé - 11, rue Ernest Renan 92190 Meudon - 01 46 26 99 88 LYCÉE ALEXANDRE DUMAS - 112, boulevard de la République - 92210 Saint-Cloud - 01 49 11 38 38 INSTITUT JEANNE D'ARC, privé 9, bd de Valmy - 92700 Colombes - 01 55 66 91 00 LYCÉE SAINTE MARIE DE NEUILLY, privé 24, bd Victor Hugo 92200 Neuilly-sur-Seine - 01 47 57 58 58 GROUPE SAINT-CHARLES, privé - 2, rue Geneviève Anthonioz De Gaulle - 91205 Athis-Mons cedex n L’association française des professeurs de chinois : http://afpc.asso.fr

12 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

ÉTUDIER LE CHINOIS À PARIS Laurence Masson

L’étude du mandarin s’avère une excellente option pour ceux qui souhaitent préparer leur expatriation en Chine ou poursuivre l’immersion culturelle après un séjour dans ce pays. Zoom sur deux écoles de langue chinoise implantées à Paris. L’INSTITUT CONFUCIUS

Les Instituts Confucius, dont la réputation n’est plus à faire, sont destinés à promouvoir la langue et la culture chinoises, et sont présents à travers le monde entier. Ils proposent des cours de langues, des séminaires sur la Chine ancienne ou actuelle, ainsi que des activités culturelles. Situé dans le quartier des grands moulins à Paris, l'Institut Confucius de l'Université Paris Diderot a été créé en partenariat avec l'Université de Wuhan en Chine. Véritable pôle d’échanges franco-chinois, il dispense des cours de chinois, chinois des affaires, chinois juridique, sous forme extensive ou intensive, ou encore à la carte. Il propose également toute une palette d’activités, comme des cours de Tai Chi Chuan, de gastronomie, de calligraphie, ainsi que des films et des conférences. Plus d’informations sur : http://www.confucius.univ-paris7.fr

CHINESE INSTITUTE

Partenaire de la célèbre Hutong School implantée à Pékin et Shanghai, le Chinese Institute possède deux écoles à Paris, dans les quartiers de Montparnasse et de République. Les formations, destinées aux particuliers et aux professionnels, sont dispensées exclusivement par des professeurs de langue maternelle chinoise, expérimentés et diplômés de l’enseignement supérieur français afin de mieux s’adapter au public français. Ils sont également tous spécialisés dans un domaine particulier : cours pour enfants, préparation aux examens, formation professionnelle… Des cours sont proposés aux plus jeunes, dès 3 ans, en immersion à domicile, et jusqu’au lycée. Les adultes, quant à eux, ont le choix entre un « pack survie », vi-

sant à leur permettre d’acquérir des connaissances de base et de savoir les mettre en pratique (utile avant une expatriation), des cours classiques, de préparation aux examens, de conversation intensifs ou de chinois des affaires. n Plus d’informations sur  : http://www.chineseinstitute.fr/formation-chinois


LE CHOC DU RETOUR À L’ÉCOLE EN FRANCE

DOSSIER

L'équipe de femmexpat - www.femmexpat.com

Pour les enfants, lors d’un retour en France, le plus grand changement auquel ils sont confrontés, c’est l’école. Changement de cadre, d’amis, de pédagogie, de rythme, d’ambiance. Certains vont y faire face et vont se fondre dans le moule rapidement, d’autres vont peiner à retrouver un équilibre.

A

près quelques années d’expatriation, le retour à l’école en France de nos chères têtes blondes n’est pas toujours évident. Voici donc les différents points qu’il convient de considérer pour mieux comprendre ce que vivent les enfants à l’école.

TOUT LE MONDE PARLE FRANÇAIS ET C’EST TANT MIEUX

Tout le monde parle français : première note positive et c’est un soulagement pour certains d’entre eux. Se faire ou se refaire des amis, pas évident mais possible ! C’est une des composantes majeures du succès de l’intégration dans la vie française de l’enfant au retour. Et ce, à tous les âges, mais c’est primordial pour les adolescents. Pour ceux qui reviennent dans une école qu’ils avaient déjà fréquentée, ils y retrouvent leurs amis. Pour ceux qui arrivent dans une nouvelle école, souvent les groupes se sont déjà constitués depuis un moment. D’où la difficulté de s’intégrer dans une population d’enfants sédentaires. Pour ceux qui intègrent une école internationale au retour, le choc culturel est souvent moindre et leur adaptation en est facilitée car côtoyer des enfants qui comme eux, ont vécu à l’étranger, les rassure et les rapproche.

POUR LES ADOLESCENTS : AUTONOMIE SUR LE CHEMIN DE L’ÉCOLE

Beaucoup d’adolescents apprécient ce gain en autonomie : trajets à pied ou en transport en commun qui leur donne une impression de liberté. Alors qu’en expatriation, ils étaient souvent conduits par les parents ou les transports scolaires organisés.

LE RYTHME SCOLAIRE : À APPRENDRE OU RÉAPPRENDRE

Us et coutumes des écoles en France Dans les écoles françaises, il y a des règles bien spécifiques à respecter, quand bien même elles ne le sont pas toujours, et ces règles là sont loin d’être universelles.

LE CORPS PROFESSORAL : UN CHOC CULTUREL

La France et son système éducatif a cette particularité d’être plutôt rigide, voire sévère. La façon de parler aux enfants, de les brusquer et parfois de les décourager. Les codes ne sont plus les mêmes, et les enfants ne comprennent pas bien les attitudes brusques de certains enseignants. Cela peut créer des malaises, des réactions parfois violentes de la part des enfants. Pas facile pour un enfant qui a appris à écrire en script, au crayon à papier et sur des feuilles volantes à lignes (en école américaine) de se mettre à écrire en cursives, au stylo plume, sur des cahiers à carreaux, et de bien

souligner en couleurs les paragraphes…un apprentissage difficile pour ceux qui rentrent et les enseignants ne leur font souvent pas de cadeau…

LE NIVEAU SCOLAIRE : COMPÉTITION IS BACK !

Souvent, on ressent une différence dans le niveau scolaire, entre une scolarité française à l’étranger et en France. Elle se manifeste par exemple quand l’enfant était tête de classe là-bas et se retrouve à la traîne ici…dur dur… C’est donc un immense challenge pour nos enfants ce retour à l’école en France, qui est vécu plus ou moins facilement selon leur âge et leur personnalité. Mais chacun à son degré doit faire le deuil d’une vie appréciée en expatriation pour réussir son intégration dans notre système scolaire. Il est donc important de rester à l’écoute de l’enfant pour l’accompagner, quitte à solliciter de l’aide extérieure quand c’est nécessaire. n Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 13


14 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014


XI’AN - VOYAGE AUTOUR D’UN SALON VIP

VIVRE À PÉKIN

Eric Meyer

Une journée d'hiver 2013, à l’aéroport de Xi’an, Zhou Jiahong, laissa éclater une joie ingénue : invité par un groupe public à un entretien d’embauche à Pékin, il avait choisi d’acheter un billet d’avion en 1e classe : qu’est-ce que cela pouvait bien faire, c’était tous frais payés !

M

ais sa joie fut torpillée dès qu’il appela son contact pour annoncer son arrivée, et incidemment, précisa le billet qu’il avait acheté : « pour qui vous prenez-vous, dut-il s’entendre dire, en aucun cas la société ne remboursera ». De rage, Zhou raccrocha et dans la foulée, tira sa révérence. S’il en était ainsi, le job ne l’intéressait plus. Pour se calmer, il se carra dans un de ces fauteuils de massage du salon VIP, auquel il avait droit grâce à son billet de 1ère classe. Peu à peu, l’indignation s’estompa. Il prit une flute de vin pétillant, puis deux, puis trois. Avec les bulles, il laissa divaguer son esprit, rêvant d’une vengeance raffinée. Cette arrogante grosse boite pékinoise, méritait bien une leçon, et c’est China Eastern qui allait payer pour elle ! Rentrant chez lui avec la navette de l’aéroport, il mit au point son plan, puis le peaufina dans son demi-sommeil la nuit… Le lendemain, il s’enregistra sur un autre vol - ce billet plein tarif lui permettait un an de changement sans frais, à volonté. De retour au salon VIP, il se fit servir du caviar du Heilongjiang, puis une généreuse portion de gambas grillées. Il passa la journée à faire bombance, puis le soir venu, retourna par la navette.  Le lendemain, même programme, et le surlendemain aussi. A ce régime, bientôt les plats de bœuf aux champignons noirs, et les fruits de mer n'avaient plus de secrets pour lui. Les vins coulaient sous son palais : autodidacte de la chopine, il parvenait désormais à reconnaître les aromes (vanillé, fruits rouges…), les touches boisées, la charpente.  Le printemps venu, selon le plan, il se mit à utiliser le Wifi, et les ordinateurs du salon VIP. Ainsi, il étudia les offres d’emploi, distribua son CV, passa des coups de fils… Invariablement, à chaque réponse offrant un espoir de recrutement, il tergiversait, anxieux de conserver son petit confort. Mais ses entretiens, il devait les faire en chuchotant pour rester discret - de ce fait, ses interlocuteurs ne le prenaient pas au sérieux. Puis Zhou passa à la prochaine étape. Il s’amusa

tout l’été à cataloguer les autres, les vrais voyageurs, à imaginer leur passé, leurs positions sociales, et parier sur leurs destinations. Quand ils se levaient à l’appel du haut-parleur, il pouvait vérifier. Dès lors, il apprit vite à distinguer les coureurs de jupons des jeunes mariés, les hommes d’affaires des cadres du Parti, et des nababs allant bringuer entre copains. Puis une dépression automnale s’abattit sur lui. Il avait prévu de passer le temps à s’instruire, étudier par internet et lire la presse. Mais à sa grande surprise, il se découvrit soudain angoissé par le sentiment de culpabilité, la crainte de se faire prendre. En toute personne qui s’approchait de lui, il voyait un policier venant lui mettre la main au collet. Avec une telle peur qui lui glaçait la nuque, l’agneau semblait fade et le Champagne avait perdu de son pétillant. Quelques jours avant l’expiration de son billet, il abandonna, rentra au bercail pour ne plus jamais revenir. Il était temps pour lui, de repasser au monde réel. Chez China Eastern par contre, la découverte de sa fraude fit l’effet d’une bombe : c’étaient 300 journées que le pique-assiette avait passées au salon. A 200 ¥ le passage

(coût moyen estimé), cela faisait 30 fois le prix du billet, qu’il avait d’ailleurs osé se faire rembourser ! Pire, son action était légale, impossible à poursuivre – quoique dans ses motivations, on reconnaisse bien ce goût invétéré de "profiter du système" jusqu’à l’extrême limite. En revanche le PDG du groupe ne put s’empêcher de rire, réalisant que Zhou, en véritable artiste, avait subdivisé son année aux frais de la princesse en 4 saisons de triche aux sensations si différentes. Pourtant ce programme exécuté avec un tel sérieux, l’avait enfermé dans la solitude monacale. Enfin, ils devaient l’admettre, leur système commercial avait été détourné à la base : ils redécouvraient la vérité primordiale de la maxime antique : « en haut, la stratégie de l’ordre imposé, en bas celle du désordre anarchiste » ! (shàng yǒu zhèng cè xià yǒu duì cè, 上有政策下有对策). n

Extrait du Vent de la Chine N° 7, du 17 au 23/02/2014 www.leventdelachine.com

Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 15


C

M

J

CM

MJ

Avec China Horizon Travel, vous voyagez autrement !

CJ

CMJ

CHINA HORIZON TRAVEL - votre agence de voyages francophone dans l’organisation des voyages sur mesure en Chine et en Asie sud-est.

N

1.pdf 1 14-3-23 下午7:01

16 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

T +8610 8460 6867 F +8610 8460 4528 M +8610 188 1105 2299 E info@chinahorizontravel.com www.chinahorizontravel.com


RENCONTRE AVEC L’ARTISTE SCULPTEUR DE JADÉITE WANG JUNYI

VIVRE À PÉKIN

Li Xi de CRI (China Radio International)

Récemment, le jeune talent chinois de la sculpture en jade Wang Junyi a exposé au Musée national de Chine, à Beijing, son oeuvre à laquelle il a consacré cinq ans : une sculpture de jade influencée par l'art comtenporain et intitulée « le papillon glacé ». Agé de 38 ans, il a déjà gagné deux fois le premier prix du Concours Tiangong, la plus haute distinction de la sculpture de jade. Aujourd’hui, on vous raconte l’histoire de Wang Junyi. L'ORIGINE DE LA CULTURE DU JADE CHINOIS

Depuis l’antiquité, la jadéite demeure l’un des jades favoris des chinois. Wang Junyi est entré dans le domaine de la lithoglyphie à l’âge de 19 ans. Il y possède des savoirs uniques et des connaissances profondes. Selon lui, la culture chinoise de la dynastie des Han jusqu’à aujourd’hui a participé à développer l’affection pour le jade dans l’esprit des chinois. Et la culture du jade correspond à l’évolution de la civilisation orientale et à l’esprit de la nation chinoise. Selon Wang Junyi, depuis mille ans, la lithoglyphie a connu un développement vigoureux, elle a joué un rôle très important dans l’Histoire, tout au long de son évolution. « Ma vie est vouée à la lithoglyphie de la jadéite. Etant un matériau précieux reconnu dans le monde, la jadéite sera le successeur et le porteur de la culture du jade sur la scène mondiale. » a t-il ajouté.

L’HÉRITAGE ET LE RAYONNEMENT

« Papillon glacé » est l’apothéose de cette exposition. Cette oeuvre a nécessité 15 kilos de matériaux en jade brut auxquels il a fallu ajouter le moulage en titane ainsi que les effets sonores et visuels. Tout est là pour plonger les spectateurs dans une féerie merveilleuse. Selon certains experts, cette oeuvre a réussi à susciter l’intérêt du public sur les pans méconnus de la sculpture du jade. D’après Wang Junyi, parler de protection environnementale en utilisant l’art contemporain et transmettre la culture du jade à un public international est un progrès fondamental pour lui : « Ces dernières années, on a fait

des recherches et créé un nouveau concept : la jadéite joue non seulement un rôle très important pour agrémenter les collections, en tant qu’objet de luxe ou dans l’ornementation, mais il peut aussi exprimer l’esprit de l’art. Cette exposition montre les résultats de nos recherches de ces dernières années. La culture traditionnelle doit évoluer avec son époque. J’ai deux credos dans ma vie, hériter et développer. D’un côté, c’est important d’hériter de la cristallisation de l’intelligence de nos prédécesseurs, de l’autre, il faut savoir exprimer avec la vision de son époque la solidarité humaine du 21e siècle. »

L’UNION ENTRE LE CIEL ET L’HOMME

Wang Junyi a appris la sculpture, la calligraphie, la peinture et le design de joaillerie dans sa jeunesse. A l’âge de 30 ans, il portait déjà le titre de « grand maître de sculpture de jade chinois.» A l’âge de 26 ans, ses techniques de sculpture avaient déjà atteint la perfection. Actuellement, après 8 ans de silence, il est retourné à ses études sur l’art de la sculpture du jade. Il étudie comment mieux communiquer sur la culture et la philosophie du jade. C’est l’heure de sortir de l’aspect technique. D’après Wang Junyi, l’art du jade est un domaine tout nouveau. Dans le futur, pour faire rayonner les traditions chinoises dans ce domaine, on doit utiliser la profondeur de l’esprit et s’adapter au niveau international au lieu de se contenter des études techniques. « Je crois que les héritages les plus précieux transmis par nos prédécesseurs sont la culture et l’esprit, ainsi que l’harmonie entre

la nature et les humains. On préconise l’unité entre le Ciel et l’Homme à travers la sculpture du jade. C’est aussi pour cela qu’on doit laisser s’exprimer la spiritualité du jade sous l’angle de l’art.» a t-il mentionné.

LA RESPONSABILITÉ D’UN IDÉALISTE

Si vous avez la chance d’admirer les oeuvres de Wang Junyi sur place, vous vous étonnerez non seulement de la finesse de tous les objets mais aussi de la beauté harmonieuse de leur intégration dans la nature. Dans la plupart des oeuvres de Wang Junyi, l’eau siginifie l’âme. Etant bouddhiste, il a la conviction qu’il existe une force mystérieuse liant l’humanité à la nature. D’après lui, les créations doivent respecter la nature ainsi que chaque matériau brut. Etant un idéaliste, Wang Junyi a subi de nombreuses vicissitudes sur le chemin de création. Mais son caractère optimiste lui a donné la force de la gratitude et l’a aidé à trouver la véritable signification de la vie à travers ses expériences douloureuses. Aujourd’hui, Wang Junyi est plus calme et doux. Il porte la responsabilité de la promotion de la culture du jade. C’est justement cette responsabilité qui le pousse à réunir des fonds dans ses recherches dans le domaine de l’art de la jadéite. Au cours des 20 prochaines années, Wang Junyi souhaite réunir plus de monde autour de cet art et internationaliser l’art de la jadéite pour que de plus en plus de gens du monde entier puissent admirer cette fascinante pierre verte. n Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 17


INAUGURATION DES NOUVEAUX ESPACES DE L'INSTITUT FRANÇAIS ET DE CAMPUS FRANCE Le dimanche 18 mai 2014, après une importante rénovation, l’Institut français et l’espace Campus France de Pékin ouvrent de nouveau leurs portes.

L

’Institut français est un emblème de la culture française à Pékin : ouvert à tous, il propose à chacun d’accéder à la littérature comme au cinéma, aux arts comme aux sciences, à la langue comme aux musiques françaises. En cette année de célébration du cinquantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine, l’Institut français est le symbole de notre passion commune pour la culture. Depuis bientôt dix ans, ce lieu nourrit le cœur et l’esprit des Français et des francophones de Pékin, mais aussi de leurs amis chinois, qu’ils aient ou non le français en partage. L’Institut français est situé au cœur du district de Chaoyang, à l’Est de Pékin. Plus ancien centre culturel étranger en Chine, il a été inauguré en octobre 2004, prenant la dénomination « Institut français » en avril 2011. En janvier 2013, l’Institut français ferme ses portes afin de se moderniser et d’accroître son attractivité. Conçue par l’architecte Nicolas Godelet de l’agence Gejian Architects and Engineers, cette rénovation se caractérise par une restructuration de l’espace de l’Institut afin de créer une galerie permettant d’accueillir événements et expositions, une identité esthétique forte portée par une maille métallique blanche qui revêt les plafonds et une mise en valeur des équipements numériques dans l’ensemble des espaces. Les nouveaux espaces de l’Institut français ont été inaugurés le 18 mai 2014 par Monsieur Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du Développement international.

18 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

Les nouveaux espaces de l’Institut français ont été inaugurés le 18 mai 2014 par Monsieur Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du Développement international.

La médiathèque offre, avec plus de 30 000 références, un large éventail de la production éditoriale française : romans, bandes dessinées, livres pour enfants, journaux et magazines, documents d’apprentissage du français, CD, DVD et ressources numériques, dont l’accès à Culturethèque, plateforme numérique développée par l’Institut français. Le service au public est assuré par une équipe professionnelle franco-chinoise à l’écoute six jours sur sept. La médiathèque est ouverte de 10h30 à 19h00 tous les jours sauf le lundi.

Tout au long de l’année, la médiathèque invite son public à des rencontres, des lectures, des expositions. Un rendez-vous de discussion pour adultes, le Coin français, s’y tient régulièrement, ainsi que l’Heure du conte pour les enfants. Le nouvel espace jeunesse a été aménagé afin d’accueillir les jeunes publics pour les ateliers qui leur sont consacrés. Le catalogue est consultable en ligne à l’adresse www.institutfrancais-pekin.com et sur des tablettes


VIVRE À PÉKIN

numériques. Une trentaine de postes informatiques sont à la disposition des usagers. L’accès à la médiathèque est libre et gratuit. L’auditorium compte 81 sièges. Il est équipé de matériels numériques de projection et de sonorisation, ainsi que d’un projecteur 35 mm, autorisant une programmation cinématographique ambitieuse et variée, à l’image du cinéma français. Des programmations événementielles thématiques et souvent gratuites invitent tous les publics à découvrir les richesses du 7e art. Des débats et des conférences abordant toutes les disciplines des sciences humaines et sociales y sont organisés. La scène peut accueillir des intervenants ou des spectacles. Artistes, auteurs et chercheurs chinois et français viennent présenter et débattre avec le public de leurs idées. La galerie présente des expositions d’artistes contem-

porains français ou chinois. Cet espace de plus de 300 m² se prête également à des actions de sensibilisation du public aux cultures scientifique, technique, industrielle ou environnementale. Grâce au podium qui la prolonge, la galerie se transforme à l’occasion de conférences ou de concerts. L’Arbre du voyageur est bâti sur le modèle de la célèbre librairie du Quartier Latin à Paris. C’est un club de lecture qui permet à ses membres l’acquisition de nombreux ouvrages disponibles sur place ou sur commande. Avec plus de 17 000 titres et périodiques en français, dont des ouvrages destinés aux apprenants de français, l’Arbre du voyageur est la seule librairie francophone de Pékin. L'Arbre du voyageur est ouvert tous les jours de 10h30 à 19h00. Le café, situé au milieu de la galerie, est un lieu de rencontre idéal pour prendre un café ou un verre, manger sur le pouce ou déguster des bons petits plats. Amandine y propose des plats chauds et froids, desserts, pains et viennoiseries, ainsi que des boissons non alcoolisées. Le café est ouvert tous les jours de 8h30 à 19h30. L’inauguration des nouveaux espaces de l’Institut français s’accompagne du vernissage de l’exposition de 50 tirages photographiques illustrant « 50 ans de relations franco-chinoises » conçue par l’Agence France Presse et Chine Nouvelle qui fait écho à l’exposition présentée à Paris le 14 juin 2013, à l’occasion de l’ouverture de la galerie de Chine Nouvelle. Exécutées pour la plupart entre 1964 et 2013, ces photos sont un témoignage précieux des relations bilatérales franco-chinoises et de leurs évolutions, qu’elles

soient économiques, culturelles, diplomatiques ou sociales, à travers le prisme du photojournalisme. Le choix des clichés présentés met l’accent sur l’établissement des relations diplomatiques entre ces deux pays, les grands moments de l’Histoire, tout en présentant de multiples facettes de la vie quotidienne des deux pays. L’exposition se démarque ainsi d’une simple rétrospective, notamment en introduisant des photos de personnalités du monde du sport, de la culture et des arts. n

PLAN D’ACCÈS : Guangcai International Mansion, 18, Gongti Xilu 100020 Beijing Tél. : (+86 10) 6553 2627 地址:北京市朝阳区工体西路18号, 光彩国际公寓,邮编:100020 电话:(+86 10) 6553 2627

Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 19


Publireportage

LES SERVICES BANCAIRES EN CHINE www.societegenerale.cn / expat

Être expatrié en Chine peut, du fait des différences culturelles et linguistiques, poser certaines difficultés dans la vie quotidienne, par exemple aux questions bancaires. La Société Générale est à ce jour la seule banque française à proposer, en Chine, ses services aux particuliers. Voici ses conseils pratiques. COMMENT OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE EN CHINE?

Pour ce faire, vous devez vous munir de votre passeport et d’un justificatif de résidence - délivré par le Bureau de la Sécurité Publique Municipale (ou d’un autre justificatif de résidence reconnu). À la Société Générale, il est possible d’ouvrir un compte en RMB ou dans une autre monnaie (USD ou Euros). Nos conseillers clientèles bilingues se tiennent à votre disposition pour prendre rendez-vous et vous accompagner dans toutes vos démarches.

COMMENT UTILISER MA CARTE DE DÉBIT EN CHINE? À L’ÉTRANGER?

L’usage des cartes de débit est très largement répandu en Chine, aussi bien pour régler ses achats que pour retirer des espèces. China UnionPay (CUP) est une organisation de la carte dominante en chine comme Visa. Une carte de débit Société Générale vous permet de bénéficier des avantages suivants : ■ Retrait d’espèces sans commission dans tous les CUP pour retrait d’un montant supérieur à l’équivalent de 2000 RMB ■ Règlement par carte bancaire sur tous les terminaux de paiement acceptant les cartes UnionPay . ■ Des avantages auprès de nos partenaires en Chine et et France (Galeries Lafayette Haussmann, Hôtel Fouquet’s Barrière …)

QUELLES SONT LES RÈGLES RELATIVES AU CHANGE DE DEVISES ?

■ Exemple 1 : vous disposez de 20 000 euros sur votre compte bancaire Société Générale, et souhaitez 20 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

les convertir en RMB. Vous pouvez faire la conversion en présentant votre passeport à la Société Générale. À noter : La limite de change de monnaies étrangères en RMB est fixée à l’équivalent de 50 000 USD par an et par personne. Au-delà, les documents à l’appui sont requis selon l’objet de la conversion. ■ Exemple 2 : Vous souhaitez changer 80 000 RMB en euros Euro ce que vous avez gagné en chine. Faites la conversion avec votre passeport et documents à l’appui qu'il s'agit de votre revenu légal en Chine (y compris le justificatif fiscal). À noter : à la société Générale, vous avez la possibilité de convertir l’équivalent ou au-dessous de 500 USD en euros une fois tous les mois sans nécessaire de fournir des documents justificatifs.

COMMENT TRANSFÉRER DE L’ARGENT ENTRE LA FRANCE ET LA CHINE ?

Exemple : vous souhaitez transférer 300 000 RMB de votre compte bancaire en Chine sur votre compte bancaire celui d’un membre de votre famille en France Vous devez tout d’abord convertir la somme à transférer en euros en portant votre passeport et documents à l’appui, et puis vous pouvez le faire dans notre guichet.

PUIS-JE EFFECTUER MES VIREMENTS EN LIGNE DEPUIS LA CHINE?

La Société Générale propose un service de E-banking permettant à ses clients d’effectuer leurs transactions depuis un ordinateur. Vous pouvez ainsi effectuer gratuitement des virements en RMB en choisissant la

date et l’heure de leur exécution. Il est possible de virer jusqu’à 50 000 RMB par jour.

TARIFS ET AVANTAGES DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE EN CHINE

Pour 80 RMB par mois, la Société Générale garantit à ses clients les services et avantages suivants : ■ Ouverture d’un compte bancaire pour vos besoins quotidiens ■ La possibilité d’utiliser votre carte bancaire UnionPay pour toutes vos transactions, des retraits d’espèces en monnaie locale sans commission supplémentaire - pour tout retrait d’un montant supérieur à l’équivalent de 2000 RMB - sur de tous les CUP, et en France sur tous les CUP Société Générale. ■ Des virements simplifiés entre vos comptes en Chine et en France ou à l’étranger : la garantie d’un virement mensuel gratuit, sans commission supplémentaire. ■ Accès à notre service d’assistance téléphonique pour les Français expatriés. Si votre compte bancaire affiche un solde positif de 500 000 RMB ou plus, vous êtes en outre exonéré des frais de gestion de 80 RMB/mois, et avez accès à de nombreux autres avantages. n Pour en savoir plus sur nos offres et les avantages, rendez-vous notre site internet : www.societegenerale.cn/expat Hotline Societe Generale Chine : 400 8888 765.


UN PETIT ROUX EN CHINE unpetitrouxenchine.jimdo.com

L

Marie Portal vit à Shanghai avec son mari et ses fils. Elle raconte dans « Un petit roux en Chine » magnifiquement illustré par Mélanie Abellan, les aventures de Pierre, 11 ans. Au travers des anecdotes très drôles, dont certaines seront à découvrir dans Pékin Infos, vous vous retrouverez sûrement !

e dimanche soir souvent, on part en famille, se faire masser les pieds. Il y a des salons à chaque coin de rue, mais j’aime bien celui de Madame Wu parce qu’on peut se faire masser, tous les cinq, en même temps et dans la même pièce. On s’installe dans des fauteuils très confortables qui s’allongent. Généralement, c’est à ce moment là qu’on se dispute, parce que mes frères et moi, voulons tous les trois, nous asseoir seul entre les parents. Les parents eux, souhaitent se mettre l’un à coté de l’autre, sans nous. Avant de commencer, tout le monde est donc un peu énervé mais ça tombe bien puisqu’on vient justement pour se détendre ! « Je prends la masseuse numéro cinq » déclare ma mère. Chaque masseur a un numéro comme à l’armée ou en prison. « Moi aussi je veux la numéro cinq, c’est la meilleure et je ne l’ai jamais eue », je réclame. Mon père s’en mêle : « Bon, c’est moi qui vais la demander car c’est la plus jolie. » Ma mère tranche alors : « Depuis quand ce sont les enfants qui choisissent ? » Puis elle dit à mon père : « Tu viens ici pour te faire masser les pieds, pas pour admirer la masseuse ! On ne change rien à nos habitudes, je prends la cinq. » Le rituel veut qu’avant de commencer on nous propose une boisson. Je trouve ça très gentil, même si je ne me fais plus aucune illusion à ce sujet. Je sais que j’obtiendrai au mieux un verre d’eau chaude, au pire un verre d’eau bouillante, buvable dans l’heure qui suit. « Une fois, on a quand même eu une théière d’eau

bouillante, avec à côté, un verre rempli de glaçons », rappelle Augustin. C’est vrai, je le reconnais, mais j’avais passé dix bonnes minutes à expliquer ce que je souhaitais pour un résultat moyennement satisfaisant ! Au début je ne comprenais pas pourquoi c’était si difficile d’obtenir un verre d’eau fraîche. Maintenant je sais qu’en Chine, l’eau n’est pas potable, qu’on la fait toujours bouillir et surtout que les chinois trouvent contre nature, de refroidir notre corps qui est à trente sept degrés. Les cinq masseurs rentrent dans la pièce en même temps, avec un seau en bois rempli d’eau bouillante. Pendant une heure ils vont faire les mêmes gestes en même temps, comme une chorégraphie qu’ils répètent. Ils s’assoient chacun face à nous et on plonge nos pieds dans la bas-

BILLET D'HUMEUR sine. Il faut ensuite se lever, les pieds dans l’eau du baquet, pour se retourner et s’asseoir sur un tabouret. L’opération n’est pas évidente. Commence alors le massage du cou… du cou ? La première fois on avait le fou rire car on ne comprenait pas. « On est venu pour un massage des pieds, essayait d’expliquer ma mère, pas du cou ! » « Ca sert vraiment d’avoir fait des études de chinois ! » se moquait mon père. Plus tard on a compris que leur massage des pieds commence par celui de la nuque et des épaules. C’est inclus dans la prestation. En Chine, c’est souvent comme ça : on pense utiliser les bons mots, dans le bon ordre, avec le bon ton, bref, on a l’impression qu’on ne peut pas être plus clair, et pourtant, personne ne nous comprend. Parfois même, la situation est tellement étrange, qu’on se demande si on ne vit pas dans un film de science fiction. Le massage de la nuque, du dos et des bras se termine par une série de coups de poings qui donne l’impression qu’un cheval au galop est lancé sur votre dos. Bien réveillés, on se retourne alors pour s’asseoir de nouveau dans le fauteuil. Les chatouilles des pieds peuvent enfin commencer. C’est beaucoup plus agréable, et les masseurs sont très gentils. En plus ils nous aiment bien. Ils nous posent beaucoup de questions sur notre vie. Au fur et à mesure ils nous racontent la leur aussi. On commence à bien se connaître. « On est tous étrangers », avait dit un jour, un masseur. « Comment ça étrangers ? Ils ne sont pas Chinois ? », j’avais demandé étonné. « Si, ils sont Chinois mais pas Shanghaiens. Ils viennent d’autres provinces de Chine », avait répondu ma mère. A part la jeune numéro cinq, tous ont un enfant. Ce sont leurs parents qui s’en occupent dans leur village d’origine, leur “lao jia“ comme ils disent. Il faut beaucoup d’heures de bus et cela coûte cher de s’y rendre. Comme en plus, ils n’ont presque pas de vacances, les occasions de voir leur enfant sont très rares : une fois par an, au nouvel an chinois. Je me dis souvent, qu’heureusement que le massage est très agréable, car à chaque fois que nos copains masseurs nous racontent leur vie ça me rend triste. A la fin, ils nous entourent les pieds dans des serviettes chaudes, puis on remet nos chaussures et on se dit à la prochaine. De retour à la maison, je file au lit. Je tombe comme une mouche et me réveille le lendemain en ayant dormi d’une seule traite. Où se procurer ce livre ? Arbre du Voyageur - Institut français de Chine 18-8, Gongti Xilu, Chaoyang Qu Beijing 100020 法国文化中心 朝阳区工体西路18-8号 n Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 21


International SOS vous accueille dans sa Clinique de Pékin Médecin généraliste, pédiatre, dentiste et psychologue francophones • Services d’ophtalmologie • dermatologie • gynécologie, • kinésithérapie • ORL • orthopédie disponibles en anglais Rendez-vous : 6462 9112 Centre d’assistance 24/24 : 400 818 0767 Urgences : 24h/24 7j/7 www.clinicsinchina.com

22 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014


PÉKIN HISTORIQUE L’HISTOIRE DE LA PRÉSENCE DES EUROPÉENS À PÉKIN ET AU NORD DE LA CHINE

LE PÈRE DE VENTAVON ET LES HORLOGES DU PALAIS Charles Lagrange

LE PÈRE DE VENTAVON

Jean-Mathieu de Ventavon naquit à Gap, le 14 septembre 1733. Il se présenta au noviciat de la Compagnie de Jésus, à Avignon, le 22 novembre 1754, et, après avoir enseigné la grammaire à Avignon et la rhétorique à Embrun, il obtint du révérend père général, en 1762, la permission de recevoir les ordres sacrés, avant d’avoir fait ses études de théologie. En 1766, il s’embarqua pour la Chine où il arriva huit mois après. Le père Amiot a laissé dans les « Mémoires concernant les Chinois », ce portrait du père Jean-Mathieu de Ventavon : « Il était d’un naturel vif, ardent, généreux… d’un caractère ferme et décidé. ». Passionné à l’extrême, intelligent et indépendant, il avait, en bon dauphinois, l’humeur facilement processive, et, quand il embrassait une cause, il la défendait avec ténacité, ne comptant ni avec son temps, ni avec sa peine ; il la soutenait aussi avec un dévouement qui ne respectait souvent pas assez les droits et l’honneur de l’adversaire. Nature sympathique et séduisante, il s’imposait sans effort. Le Père de Ventavon était doué d’un réel talent pour les arts mécaniques. Aussi arrivait-il à propos à Pékin, où le frère Thébaut, horloger et mécanicien du palais, était mort quelque temps auparavant. « J’ai été appelé près de l’empereur, écrit-il dans une lettre, en qualité d’horloger; je ferais mieux de dire en qualité de machiniste, car ce ne sont point des horloges que l’empereur nous demande, mais des machines curieuses. Le frère Thébaut lui a fait un lion et un tigre qui marchent seuls et font trente à quarante pas. Je suis chargé maintenant de faire deux hommes qui portent un vase de fleurs en marchant. Depuis huit mois, j’y travaille, et il me faudra bien encore un an pour achever l’ouvrage. ». Obligé de se rendre tous les jours au palais, son premier soin était de réparer et de régler les montres et les horloges des grands et des princes de la famille impériale.

Ces menus services lui acquirent à la cour une heureuse influence qu’il employa plus d’une fois au service de la religion. Son emploi lui donnait l’occasion de voir l’empereur de près. « Toutes les fois qu’il m’a fait l’honneur de me parler, dit-il, ça été avec un air de bonté capable de m’inspirer la confiance de lui parler pour le bien de la religion et je le ferai sûrement. ». M. de Ventavon se dépensa sans compter et à la suite d’un déplacement en province, il revint épuisé de sa mission et succomba le jour de la Pentecôte en 1787.

LES HORLOGES DU PALAIS

Les Empereurs de Chine furent fascinés de tous temps par les horloges venues d’Occident. Rappelons que c’est grâce au don d’une horloge et au besoin de la faire fonctionner que Mathieu Ricci avait été invité à la Cité Interdite en 1601. Quoique les horloges fussent introduites pendant la dynastie Ming, tous les empereurs de la dynastie Qing en raffolèrent. Dès avant le règne de l’Empereur Shunzi (1644 – 1661), il fut décidé de reproduire en Chine les horloges de facture Européenne. Un « Bureau des Carillons » fut ainsi crée. Il fut installé

dans le Hall de « la Vénération Divine », inauguré en 1671 par l’Empereur Kangxi. En 1732, l’Empereur Yongzheng mit le bureau sous la tutelle de l’Atelier de fabrication et entretien des horloges. L’Atelier fut un temps déplacé dans le « Hall des Voeux exhaussés » (Ruyiguan) dans l’enceinte de l’ancien Palais d’été (YuanMingYuan). Une centaine d’artisans y étaient employés à plein temps. Ils étaient assistés par les autres artisans du palais spécialisés en laque, construction de meubles, graveurs d’ivoire ou de jade, fondeurs d’or ou de métaux… La conception et la fabrication d’une horloge pouvait prendre des années. Les pères Jésuites furent de tous temps sollicités pour animer l’atelier afin d’assurer une maintenance de la collection d’horloges et de parfaire la connaissance des artisans chinois à perfectionner les techniques de fabrication locale. Jean-Mathieu de Ventavon en avait assuré la direction pendant vingt ans… Des mauvaises nouvelles vinrent de France : la Révolution avait supprimé tout support financier. Sans ressources et méprisés par l’Empereur, la survie de la Mission de Chine se retrouva menacée et c’est ce que nous verrons dans un prochain article… Restez branchés ! n Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 23


COUP DE CŒUR LECTURE Charles Lagrange, notre rédacteur de la page Pékin Historique et spécialiste de la concession française de Shanghai, vient de publier un livre sur l’architecte Paul Veysseyre dont il nous dévoile ici un aperçu du contenu.

UN MAÎTRE DE L’ART DÉCO À SHANGHAI

L’architecture de Paul Veysseyre dans la Concession Française Spencer Dodington & Charles Lagrange

Pourquoi un livre sur Paul Veysseyre me direz-vous ? Voici plusieurs raisons : Passionné par l’histoire de la concession française de Shanghai, j’ai eu le grand privilège, à l’occasion de mes recherches de rencontrer les héritiers de Paul Veysseyre, fameux architecte français qui, avec ses associés Alexandre Léonard et Arthur Kruze, a conçu et construit plus de 155 bâtiments à Shanghai entre 1922 et 1937, et plus de 150 autres en Indochine entre 1937 et 1951. Les héritiers de Paul Veysseyre ont conservé tous les écrits et les photographies de leur père et ils ont acceptés de nous (les auteurs, Spencer Dodington et moi-même) permettre d’y avoir accès afin de les aider à restituer le parcours et l’œuvre de celui-ci. Le livre décrit la vie et l’œuvre de Paul Veysseyre à Shanghai, lorsque celle-ci était appelée “Le Paris de l’Orient”. Les villas, les immeubles à appartements et les bâtiments publics qu’ils ont construit dans toute la Concession Française restent aujourd’hui les témoins vivants de l’opulente société

24 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

cosmopolite ayant vécu à Shanghai pendant l’entredeux guerres. Le cabinet d’architecture Leonard, Veysseyre et Kruze (LVK) a été le plus prolifique de cette période dans la Concession Française de Shanghai, période qui correspond à l’âge d’or de celle-ci. Certains ouvrages ont été écrits sur d’autres architectes du lieu et du moment, comme Hudec et Palmer & Turner, mais aucun d’eux ne furent aussi prolifiques que LVK. Par ailleurs, la prochaine conférence biannuelle sur l’Art Déco se tiendra à Shanghai en mars 2015, il paraissait donc opportun de publier un livre sur le maître du genre. Comment peut-on définir un Maître? Un Maître est celui qui dans sa discipline excelle bien au-delà des autres. Paul Veysseyre rempli pleinement cette définition, car son entreprise et lui-même ont crée les plus innovants, les plus attrayants et les plus nombreux immeubles Art déco de Shanghai. Dans cette grande métropole de la Chine de l'Est, il a travaillé avec d'autres, et tout d’abord ses partenaires, Alexandre Leonard et Arthur Kruze, et leurs assistants, mais également avec ses clients, de sorte qu’il ne peut pas bénéficier seul du crédit sur la conception de chaque bâtiment. En effet l’excellence en architecture n’est pas toujours le fruit d’un seul cerveau, mais bien le résultat des défis et de la collaboration d’une équipe. Les Maîtres gardent cependant le privilège du don de créativité et de guidance. Les Maîtres ont également la capacité de se réinventer : après son départ de Shanghai en Décembre 1937, Paul Veysseyre poursuivit son succès en Indochine française. Les chefs-d’œuvre qu’il y a conçus à Saigon et à Dalat prolongent son style de la fin des années 30, tous inspirés de l’Art Déco tardif ou style dit rationnel,


PÉKIN LECTURE

corps de l'architecture moderne. Dans les années 50 il revint en France qu’il avait quittée 30 ans auparavant pour y terminer sa carrière d’architecte. Par rapport à ses consœurs chinoises, la ville de Shanghai garde ce signe distinctif de la contribution de Paul Veysseyre et des architectes de son époque: celui de la diversité. En effet, à la même époque, alors qu’il concevait des bâtiments Art déco, d'autres travaillaient sur des styles différents, autant chinois qu’internationaux. Cela a conféré à la ville ce tissu urbain complexe qui incorpore sans cesse et sans regrets de nouveaux concepts en détruisant les anciens. Le Shanghai du 21e siècle est une fois de plus à l'avant-garde de l'architecture en Chine; en témoignent la croissance des quartiers de Pudong et de Xintiandi et leur influence sur le reste du pays. Ce livre décrit la vie et l’œuvre de Paul Veysseyre afin de mieux appréhender le caractère unique de l’ancienne Concession Française de Shanghai. Ce vieux quartier de la ville est actuellement l'un des sites urbains les plus dynamiques en Asie, et a été amené à la vie par un des hommes qui l'ont créé. n

Le livre sera publié en Anglais en Mars 2014 par l’éditeur Earnshaw Books – Shanghai (ISBN-13: 978988-16090-2-1) et vendu à un objectif de prix de détail de 35 Euros et de prix libraire de 25 Euros.

Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 25


COUP DE CŒUR LECTURE Julie, notre informaticienne « de choc » au sein de l’équipe de Pékin Accueil, nous livre ici son coup de cœur lecture. Si comme elle vous avez été emporté par une lecture et que vous souhaitez la partager, cette page est pour vous !

UNE HISTOIRE SANS MOT Xu Bing

Une journée comme toutes les autres débute dans l’appartement de Monsieur Noir. Le réveil sonne, le chat a faim, il faut se dépêcher, arriver à l’heure au bureau, éviter les remontrances du patron. La journée s’étend, défile, avec son lot d’attentes, de rêves et d’obligations : un ami malade, une présentation devant un client, le choix du déjeuner, surtout, un rendez-vous avec une jeune femme du site de rencontre – célibataire pétris de doutes, Monsieur Noir cherche l’amour, la rencontre de ce soir lui accordera-t-elle enfin de le rencontrer ?... Au fil des pages, Une histoire sans mot détaille les heures d’une journée banale dans le quotidien banal d’un employé lambda, quelque part de nos jours, quelque part dans le monde... sans que jamais l’ennui n’affleure. L’originalité de cette œuvre, à mi chemin entre le roman et la BD, tient en effet tout autant en son fond

26 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

qu’en sa forme : si l’auteur a le talent d’identifier les travers et angoisses d’une génération de son temps, il relève également, et avec brio, le défi improbable énoncé par son titre : celui de raconter une histoire sans qu’aucun mot n’y soit jamais transcrit. Xu Bing, réussit pari d’embarquer son lecteur – ou devraiton dire spectateur - en recourant au seul usage d’émoticônes directement empruntés aux réseaux sociaux et de pictogrammes Avec une acuité criante de justesse, Une histoire sans mots porte un regard graphique et joyeusement ironique sur le quotidien de Monsieur tout le monde, combinant icônes, flèches, formes et autres symboles pour inventer une syntaxe inédite et universelle, que sa dimension graphique rend immédiatement identifiable et compréhensible. Cette histoire pourrait tout aussi bien se dérouler à Paris, Londres ou New York. Toutefois, quelques savoureuses anecdotes confèrent à ce récit une dimension chinoise sans équivoque. On y retrouve certains détails révélateurs : une mère préoccupée du célibat de son fils, la promiscuité étouffante des transports en commun, la crainte d’une intervention policière lors d’une altercation entre individus, mais aussi – surtout ? – les longues tergiversations sur le choix du restaurant : fondue pimentée, sushis... ou KFC ? Autant de clins d’oeil que Xu Bing distille avec humour sans pour autant tomber dans la caricature, et qui n’ôte rien à la portée de ce fascinant récit graphique exprimé en un langage qui transcende les langues. n


LE FESTIVAL CROISEMENTS 2014 EN IMAGES Photos : Laurent Hou

01

02

03

PÉKIN CULTURE 01. Wu Muye, pianiste, lors du concert de l'Orchestre symphonique national de Chine dirigé par Michel Plasson le 3 mai à Pékin. 02. Conférence de presse du festival Croisements, Pékin, le 3 avril. 03. Le festival Croisements à Art Beijing, du 1er au 3 mai. 04. Guo Gan et Adrien Frasse Sombet, La Plantation, à Pékin le 3 mai. 05. Michel Plasson dirige l'Orchestre symphonique national de Chine le 3 mai au Centre national des arts de la scène à Pékin. 06. Julie Cherrier, soprano : Esprit Français, soirée lyrique francochinoise le 24 avril au Centre national des arts de la scène, à l’occasion de l’ouverture du festival Meet in Beijing. 07. Ge You, comédien, parrain du Panorama du cinéma français lors de son ouverture le 17 avril à Pékin. 08. Musique baroque : Philippe Jaroussky, contre-ténor, le 21 avril au Centre national des arts de la scène à Pékin. 09. Karl Paquette, danseur étoile de l'Opéra de Paris, et Zhang Jian, danseuse étoile du Ballet central de Chine, dans Don Quichotte, le 15 mai à l’université de Pékin. 10. Jazz : Ray Lema Quintet, Very Special New Production au Post Mountain, à Pékin le 19 avril. 11. Musiques actuelles : Owlle, le 1er mai au Beijing Strawberry Festival.

06 05 04

07

10

08

09

Ray Lema avec Mme Sylvie Bermann, Ambassadeur de France en Chine.

11

Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 27


LE STYLE DE WEI LIGANG Traduit par Huang Li

Wei Ligang est né en 1964, au Shanxi, à Datong. Il est Commissaire Général de l'exposition visuelle d'art abstrait d'orient. Il est le fondateur de la Shuxiang School, et du Centre d'échanges artistiques internationaux de Wei Guan.

W

ei Ligang arrive à Pékin en 1995 en tant qu'artiste indépendant. Talentueux calligraphe et véritable génie des mathématiques (il est diplômé de l'Université de Nankai à Tianjin), Wei Ligang se consacre entièrement à la calligraphie après l’obtention de son diplôme en 1985 et devient professeur de calligraphie à la Teacher’s Training School à Taiyuan en 1988. Puis il décide de s’adonner davantage à la peinture sans jamais perdre le lien avec la pratique calligraphique qui influence considérablement son art. Après de brillantes études scientifiques, il s'est orienté vers la calligraphie moderne à la fin des années 1980. Il avait pour projet de révolutionner la calligraphie traditionnelle. En 1999, son œuvre " Teng Luo" entre au British Museum après avoir été présentée à l'exposition nationale de calligraphie contemporaine: « Les Pinceaux surprenants ». Cette

28 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

L’ART DE WEI LIGANG OSCILLE ENTRE FIGURATION ET ABSTRACTION.

œuvre exposée en occident apporte une contribution à l'histoire de la calligraphie, depuis la plus ancienne jusqu'à celles des calligraphes tels que Mao Zedong, Guo Moruo, Qi Gong, etc... Son exposition "Rétrospective de la fin du 20e siècle- Bashu Dianbing" se fait remarquer dans le monde des arts et obtient le prix de la contribution artistique en Chine. En 2004, il obtient le grand prix ACC (Fondation Asian Culture Council). Puis il se rend aux États Unis afin d'explorer de nouvelles possibilités de création. Actuellement vice-président de l'Association de l'art de

calligraphie moderne, les caractères chinois qui se déploient dans les œuvres de Wei ligang ne sont plus simplement des mots désignant une chose donnée mais l’expression d’une démarche artistique toute personnelle. Evoquant tantôt les calligraphies d’Henri Michaux, tantôt les œuvres de Jean Dubuffet, l’art de Wei Ligang oscille entre figuration et abstraction. En effet, si la matière épaisse dévoile un contenu figuratif avec ces rangées de fleurs, celles-ci servent aussi de prétexte pour un subtil jeu sur les textures. D’ailleurs Wei Ligang se targue d’avoir créé des styles : "Carré délirant Wei", "Grande herbe d'encre dorée", et une série appelée "Lignes parallèles". Ces créations illustrent bien le système de l'abstraction en Chine, fondée sur le duo "caractère + encre". La particularité du style oriental et la vivacité de sa calligraphie ont marqué un tournant dans le monde de l'abstraction. Quand Wei Ligang peint en style "Grande herbe d'encre dorée", on a le sentiment qu'il lance son pinceau dans l'univers en traçant entre la terre et la lune une danse du dragon et du phénix qui montent en spirale. Les énergies mises en œuvre par ses gestes sont fluides comme des fleuves, comme des chaînes de montagnes, comme des orages qui secouent les gens de différentes régions et de diverses nations. Le style "Grande herbe d'encre dorée" combine le style d'écriture "Cao" (très libre) et le style élégant appelé "Zhuan", unifiés par une vision moderne. D’autre part, l’artiste a élargi sa palette chromatique au fil de son évolution artistique ; se cantonnant tout d’abord au noir et au blanc, l’or, le bleu, le vert et le rose trouvent à présent leur place dans son art. L’œuvre de Wei Ligang participe à la reconnaissance de la créativité chinoise dans le monde artistique d'aujourd'hui. n


PÉKIN CULTURE

Interview

SIMON, PEINTRE ET ÉCRIVAIN Marie de Pauillac, critique d'art et plasticienne

Marie - Vous vous installez en Chine il y a deux ans, après des voyages dans le monde entier, pour y peindre et écrire. Pourquoi la Chine ? Simon - Je ne crois pas que le hasard soit en cause. C'est plutôt un ensemble d'occasions magiques qui nous conduisent dans tel ou tel lieu. Ces occasions, à nous de les saisir. Je crois que ma forme d'esprit, ou ma manière de faire de l'art, devait fatalement m'emmener en Chine, où l'écriture et la peinture sont si peu distinctes. La première raison est familiale. Mon épouse est chinoise et ma fille franco-chinoise. Il était logique que nous venions vivre ici un temps de notre histoire. La deuxième raison est mon goût pour le mouvement ; la société la plus énergique, la plus inventive aujourd'hui est sans doute la chinoise. Mon dynamisme de créateur a besoin d'un environnement stimulant. La France d'aujourd'hui, trop statique, n'offre plus un cadre de travail suffisamment provoquant pour moi. Enfin, pour gagner mieux ma vie. C'est donc une migration à la fois affective, artistique et économique. M. - Est-ce que la Chine réelle ne ternit pas l'image d'une Chine imaginaire, engendrée par les peintures, le cinéma, les textes des grands sages ? S. - Mes premières impressions de la Chine, il y a douze ans, ont aussitôt été marquées d'ambivalence, une indignation totale envers la laideur architecturale qui inonde la Chine ou les conditions de vie des travailleurs, par exemple, et une adhésion profonde à l'art de vivre chinois, d'autre part. Mais ce sont des choses plus faciles à écrire qu'à peindre. Je suis "arrivé" en Chine par le passé, Lao Zi, Shitao et Li Bai, à savoir la pensée, la peinture et la poésie. La Chine d'aujourd'hui m'a rattrapé par la manche et elle m'a dit : "Regarde-moi." Ceci intéresse autant le peintre que l'écrivain. M. - Nous entrons dans le cœur de la question : qu'estce que la Chine, et le fait d'y vivre, apporte ou change à votre peinture ?

LA RÉPÉTITION, EN QUELQUE SORTE, C'EST LA MORT. J'AVANCE PAR SÉRIES.

S. - Ma peinture se transforme au gré de l'expérience. Vivre en Chine, ou le principe de mutation (le Classique des Changements) est central dans la culture, convient parfaitement à mon art, qui connait de nombreuses métamorphoses. Avant d'arriver, j'ai consacré une série de peintures aux portraits des poètes anciens, les merveilleux Tao Yuan Ming, Li Bai, Tu Fu et autres Han Shan, que j'ai appelés des "portraits-paysages". C'est une série ou l'influence du paysage chinois, notamment à travers les fondus, est

flagrante. Cependant, c'est de la peinture très francaise, par son colorisme sensuel. Et puis, immergé dans la marmite pékinoise, ma peinture a complètement changé de direction. M. - Comment l'expérience de vie peut-elle ainsi modifier votre style ? S. - C'est un mystère pour moi-même ! Je crois que je laisse mon esprit s'imprégner d'une réalité nouvelle, et mon cerveau créateur, qui est un vrai laboratoire d'essais, fait des trouvailles inspirées de ces perceptions, de ces émotions et de ces idées inédites. A chaque peinture, il faut changer de logiciel interieur. Par ailleurs, je ne me sens pas fichu de me répéter. La répétition, en quelque sorte, c'est la mort. J'avance par séries.

Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 29


et elles ne représentent que des corps en mouvement, très simplifiés, dans un espace purement abstrait. Le vide s'est invité dans ma peinture, et je crois que je vais travailler à cette épure pendant des mois. Car ma vie s'est beaucoup simplifiée, dépouillée, concentrée en Chine.

Les égarés. Nous sommes plein de gens. Autoportrait.

M. - Qu'est-ce que la Chine a suscité comme trouvailles dans votre cheminement de peintre ? S. - Je vois trois choses au moins : la première, le fourmillement. Deuxièmement, le rouge. Troisièmement, le vide. Et enfin une simplification du geste. Ca fait quatre ! M. - Le fourmillement ? S. - Oui, ou l'énergie du collectif. Nous, les Européens, nous sommes saisis, fascinés ou effrayés, par le nombre en Chine. Par les chiffres. J'ai peint de petits tableaux qui évoquent la circulation incessante et la multiplicité des flux, directement inspirées par mes allées et venues de père à vélo qui accompagne sa fille à l'école. Simultanément, ma peinture s'est mise à rougir, parce que je ressens la Chine urbaine comme un pays à l'énergie chaude, vitale, rouge, donc. Et le rouge, avec son contrepoint le gris, est devenu un ressort vital de ma peinture, comme la signature de mon

30 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

LE VIDE S'EST INVITÉ DANS MA PEINTURE, ET JE CROIS QUE JE VAIS TRAVAILLER À CETTE ÉPURE PENDANT DES MOIS.

sang de peintre dans ce pays. La quête de beauté a pris le rouge comme chemin. Et je m'étonne parfois, en sortant de mon atelier, que la Chine ne soit pas aussi rouge que sur mes toiles ! M. - Vous parliez du vide. Est-ce qu'il s'agit de ces espaces vacants, brumeux, vides, qu'on trouve dans la peinture chinoise classique ? S. - Tout à fait. Comme en opposition à ces peintures surchargées de signes, de gens, de sens que j'ai pu faire l'année dernière, mes dernières toiles (Les Egarés) manifestent deux refus : elles n'ont pas de fond (au sens de décor, de perspective, de repère spatial),

M. - Est-ce que vous éprouvez une gêne d'exercer librement votre art dans un pays autoritaire ? S. - Oui, c'est une source de tension, de contradictions, donc de créativité. Mais la situation est complexe: d'une part, je ne suis pas venu en donneur de leçon, en droit-de-l'hommiste français, mais en artiste : mon regard est d'abord humaniste avant d'être politique. Je ne suis pas journaliste, et je déplore le traitement tour a tour dithyrambique et accusateur des médias d'occident sur la Chine. D'autre part, quand on me sert le "rêve chinois" qui est la tarte à la crème du nouveau règne, je pense à Liu Xia Bo dans sa prison, aux caméras qui surveillent Ai Wei Wei, et aux restrictions permanentes de la liberté de pensée. En tant qu'étranger, je suis un privilégié qui peut dire ce qu'il veut. En tant qu'intellectuel, je ne peux être qu'un indigné vis à vis de l'expression muselée, mais en France j'étais non moins indigné - par mille choses. C'est là que le peintre et l'écrivain, même s'ils se trouvent dans la même barque, ne parlent pas la même langue. Exemple: j'écris un "Journal de Pékin" dans lequel je ne mâche pas mes mots, parce que ce sera publié en France, donc pas censuré. En tant que peintre, je n'ai jamais fait de peinture directement "engagée", et en Chine il en va de même. La critique sociale ou politique, quand elle fait irruption dans mes tableaux, c'est toujours allusif, indirect ou métaphorique. Dans le tableau "Les Egarés"', où les gens voient souvent une oeuvre sur la pollution parce que les personnages portent des masques, il y a plusieurs lectures ; l'une d'elle, évidement, est celle d'une société où la parole vraie est bâillonnée. Ceci étant, je suis intimement persuadé que la Chine va dans le bon sens, mais que cette lutte pour la liberté leur incombe de l'intérieur. Quand un artiste tel que He Yunchang se fait tailler la chair sur un mètre du corps et va porter une cicatrice à vie, et que cette oeuvre s'appelle "un mètre de democratie" il accomplit un acte d'art politique extrêmement violent, dont nous ne sommes plus capables parce que ces batailles sont derrière nous. Je ne suis pas un porte-drapeau de la liberté, juste un homme qui cherche aussi, à sa façon, à se rendre libre. n


LA FÊTE DE LA MUSIQUE À PÉKIN La musique sans frontières s'invite en Chine ! Créée en 1982 par Jack Lang, alors ministre de la Culture, la Fête de la musique est une grande fête populaire dédiée à la musique, au jazz comme au pop ou rock, à la musique classique comme aux musiques du monde, qui remporte dès ses premières éditions un très grand succès.

A

ujourd'hui adoptée par des pays du monde entier, elle est désormais célébrée dans plus de 100 pays sur les cinq continents, avec plus de 450  villes participantes à travers le monde, auxquelles les villes de Pékin, Wuhan, Shanghai, Chengdu et Shunde se sont jointes au cours de ces sept dernières années.

P

AISE C N A R F E RÉSENC

18 juin : IAM au Yugong Yishan 19 juin : Deluxe au Mao Live House

20 juin : Blick Bassy à la Salle de concert du lycée attaché au Conservatoire central de musique 21 juin : Mein Sohn William au Mao Live House

Succès international, phénomène de société, la Fête de la musique est aussi porteuse des nouvelles tendances musicales : renouveau des musiques traditionnelles, explosion des musiques du monde, développement des chorales, apparition du rap, de la techno, retour au carnaval musical... En France comme en Chine, la Fête de la musique favorise naturellement la démocratisation de l'accès aux pratiques artistiques et culturelles, faisant du mois de juin le mois de la découverte musicale, de la rencontre des styles et des publics. Après les grands succès en 2012 et 2013, la Fête de la musique revient à Pékin pour sa troisième édition. Les groupes français, chinois, et internationaux se succèdent sur de nombreuses scènes à travers la ville, animant entre autres le quartier Gulou de l'esprit populaire de la Fête de la musique. En particulier, les laboratoires de l'avant-garde musicale, tels XP, Mao, Temple, ou encore School, participent avec enthousiasme et présentent le meilleur de la scène pékinoise. n

PÉKIN CULTURE

IAM, la fierté française du rap, de Marseille à l’empire du Milieu

En France, IAM est tout simplement le plus important pilier du rap français, inventeur d’un univers unique qui englobe la mythologie chinoise et la réalité de la vie dans les cités, avec des textes élaborés par les deux chanteurs Akhenaton et Shurik’N et les sons percutants d’Imhotep et Dj Kheops. Comme leurs homologues américains Wutang Clan, le groupe est fasciné par la culture chinoise, les arts martiaux et les superhéros. On notera plusieurs références dans leur rap sophistiqué et dans l’esthétique qui entoure leurs productions musicales. Le groupe IAM a été créé en 1988. Le premier enregistrement, Concept, est sorti en 1989, le premier tube français date de 1994 (Je Danse Le Mia). En février 1995, IAM est élu groupe de l'année par les Victoires de la Musique. L’album (L’École Du Micro D’Argent) vend en 1998 un million d’exemplaires. Le 14 mars 2008, à l'occasion des 20 ans du groupe, IAM s'est réuni pour un concert exceptionnel au pied des Pyramides de Gizeh. En décembre 2012 et février 2013 sortent deux mixtapes, Assassins Scribes Vol 1&2, produites par DJ Daz, avec des inédits, des featurings et des versions US pour la première, et un mix des singles pour la seconde. Le groupe collabore avec la chanteuse Beyoncé pour le titre Bienvenue. IAM sort d'un nouvel album, intitulé IAM, qui, disentils, sera leur dernier. Le pèlerinage en Chine était un rituel qui devait être réalisé dans leur incroyable parcours… À l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine ; IAM débarquera enfin dans l’empire du Milieu et démarrera sa très attendue tournée à Pékin au Yugong Yishan. Cela promet d’être un événement exceptionnel de cette Fête de la musique 2014 !

Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 31


LE 50 ANNIVERSAIRE DES RELATIONS DIPLOMATIQUES FRANCO-CHINOISES VU DE PÉKIN e

E​ n avril 2013, lors de sa visite d’État en Chine, le président de la République française, M. François Hollande, a convenu avec son homologue chinois, le président Xi Jinping, d’organiser « solennellement en 2014 les célébrations du 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la République française et la République populaire de Chine ».

P

our ce faire, la France a mis en place un commissariat général avec à sa tête M. Marc Piton, ancien conseiller culturel à Singapour, et Mme Catherine Ruggeri, haut-fonctionnaire du ministère de la Culture et de la Communication. Rattaché à l’Institut français, ce commissariat fonctionne grâce à l’appui du pôle des saisons, qui coordonne l’organisation des années croisées et des saisons culturelles pour le compte du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, et des équipes de l’ambassade de France en Chine. Le 3 septembre 2013, M. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, et Mme Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, nommaient M. Alain Mérieux, président de l’Institut Mérieux, président du comité des mécènes « France-Chine 50 » ​L’annonce solennelle du lancement de cette année de célébrations a été faite à Pékin le 6 décembre 2013 par les deux Premiers ministres français et chinois, au grand Palais du Peuple. A cette occasion, les deux Premiers ministres ont dévoilé le logo « France-Chine 50 », symbole de tradition, d’élégance et de modernité. Le logo, facilement identifiable, reflète l’union entre la France et la Chine. Les célébrations du 50e anniversaire ont été officiellement ouvertes le 27 janvier 2014, à la date anniversaire de la reconnaissance par la France et de la République populaire de Chine. Deux événements de prestige ont ouvert ces commémorations : en France, le spectacle

32 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

les deux Premiers ministres ont dévoilé le logo « France-Chine 50 ».

« Nuit de Chine » au Grand Palais et en Chine ; à Pékin le 27 janvier puis à Shanghai le 28, une exposition consacrée au général de Gaulle et aux relations franco-chinoises ainsi qu’un concert de l’orchestre symphonique de la Garde Républicaine. Quelques jours plus tard, lors du gala du nouvel an de CCTV, la chaîne nationale de télévision chinoise, l’actrice Sophie Marceau a été invitée à interpréter « La vie en rose » avec le chanteur chinois Liu Huan. Plus de 900 millions de téléspectateurs ont pu suivre cette séquence inédite, en Chine et dans le monde. ​Le 23 février, ce sont les anciens étudiants et chercheurs chinois en France qui ont été mis à l’honneur dans le cadre d’une soirée « Étudier en France : souvenirs partagés, devenir commun », en présence du

Sophie Marceau a été invitée à interpréter « La vie en rose » avec le chanteur chinois Liu Huan. Plus de 900 millions de téléspectateurs ont pu suivre cette séquence inédite, en Chine et dans le monde.


PÉKIN CULTURE ministre des Affaires étrangères et du Développement international ainsi que du doyen des anciens étudiants, un artiste aujourd’hui âgé de 95 ans, qui a fait ses études dans les années 1940 en France. Les premières promotions d’étudiants chinois en France, parties en 1964 et 1965, étaient particulièrement mises à l’honneur et ont pu échanger avec les jeunes générations fraîchement diplômées d’un établissement d’enseignement supérieur français. Le 19 mars, un concours de mathématiques franco-chinois, « Compter avec l’autre », parrainé par M. Cédric Villani, médaille Fields 2010, a rassemblé près de 15 000 lycéens de classe de seconde, en France et en Chine. Cinquante lauréats, vingt-cinq Français et vingt-cinq Chinois, se verront offrir à l’été un voyage de découverte scientifique dans le pays tiers. Le 11 avril, l’ambassade de France en Chine a lancé la 9e édition du festival Croisements, le plus grand festival français dans le monde et le plus grand festival étranger en Chine. Cette édition du cinquantenaire a été ouverte au musée national de Chine par « Dix chefs-d’œuvre de la peinture française », une exposition exceptionnelle réunissant dix œuvres emblématiques de l’art français du XVIe siècle à nos jours, prêtées par cinq des plus grands musées de France. Grâce à une scénographie originale, un public très nombreux a pu aller, pendant un peu plus de deux mois, à la rencontre de dix chefs-d’œuvre de la peinture française, mais également de leur histoire et des musées dont ils proviennent. Depuis plus de cinquante ans, la France et la Chine accordent une grande importance à leurs échanges culturels et humains et le festival Croisements constitue chaque année un moment précieux pour explorer les liens particuliers tissés entre nos deux cultures et les enrichir de nouvelles découvertes. ​En mai, la gastronomie française a été à l’honneur dans le cadre de « La Fourchette et la Baguette », un événement autour des questions de qualité, sécurité et diversité alimentaire. Une opération de promotion des produits français est également mise en place dans les enseignes françaises en Chine, l’accès au marché chinois pour la charcuterie française étant désormais une réalité. La ville de Pékin a également eu la chance d’accueillir, après Mme Claudie Haigneré, présidente d’Universcience et ancienne astronaute, M. Cédric Villani, pour des conférences exceptionnelles dans le cadre du cycle « Excellence scientifique française » mis en œuvre par l’ambassade de France en Chine. ​Les 19 et 20 juin se tiendra à Pékin la première convention des structures et réseaux conjoints de recherche et

Le 19 mars, un concours de mathématiques franco-chinois, "Compter sur l'autre", a rassemblé près de 15 000 lycéens de classe de seconde, en France et en Chine.

d’enseignement supérieur. Cette manifestation réunira l’ensemble des acteurs de la coopération franco-chinoise de recherche en sciences exactes et sociales, les représentants des établissements conjoints d’enseignement supérieur et des entreprises françaises de haute technologie présentes en Chine. Les échanges porteront sur les interactions entre la formation, la recherche et l’innovation dans un environnement multiculturel. ​Début juillet, une campagne de promotion de la technologie et de l’innovation française sera lancée dans toute la Chine. Cette date marquera également la fin de la 9e édition du festival Croisements à Pékin, avec l’ouverture de l’exposition du sculpteur Volti, le 8 juillet, au

musée du Millenium. Le 2 août, le stade des travailleurs accueillera le 19e Trophée des champions, rencontre officielle qui opposera le Paris Saint-Germain, champion de France de Ligue 1, à l’En Avant de Guingamp, vainqueur de la Coupe de France. Ce match décernera le premier titre de la saison de football 2014-2015. ​Amie privilégiée de la Chine, la France a su conserver cette position. 2014 constitue donc une occasion exceptionnelle pour renforcer nos partenariats. Les quatre cents événements « France-Chine 50 » qui rythment l’année 2014 en Chine permettent de célébrer l’amitié franco-chinoise mais également de préparer notre avenir commun. n Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 33


34 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014


PÉKIN PRATIQUE

LES BONNES ADRESSES DE FLORE Interesting Photos

Neiliansheng

Adresse : 798 2nd Middle street, 798 Atr Zone, No4 Jiuxianqiao Rd., Chaoyang District, Beijing, et 北京市朝阳区酒仙桥路4号798艺术区中二街, Tel : 57 62 63 64 et pmtphoto@139.com www.pmtphoto.com

Adresse : 34 rue Dashilan, Xuanwu District et 宣武区大栅栏街34号 Tel : 6301 4863 et 63014 1068 www.neiliansheng.in/

C

ette boutique a quelque chose de délicieusement banal, noyée dans le quartier animé de Dashanzi au milieu des galeries et des échoppes de gadgets, où les néons rivalisent d’intensité à chaque vitrine ; et pourtant, l’adresse vaut le détour : certaines photos racontent, mieux que toute autre chose, l’âme de la Chine et de Pékin. Le vieillard accroupi devant son vélo une cigarette aux lèvres, la Cité Interdite immobile sous la neige, l’Opéra de Pékin dit l’Œuf saisi, endormi, dans la nuit, le temple du ciel sous la neige, les pousse-pousse rangés, imbriqués les uns dans les autres... Des scènes de vie ou d’histoire se déroulent en image sous les yeux, en noir et blanc la plupart du temps, et avec, c’est la signature de la maison, quelques éléments de couleur qui donnent aux photos une profondeur particulière. Les encadrements, essentiellement noirs, donnent une belle harmonie à l’ensemble. Enfin, une déclinaison d’articles personnalisés est réalisable, chacun peut laisser libre cours à son – mauvais – goût sur une coque d’iPhone ou d’iPad, sur un coussin ou un tee-shirt, … Une bonne adresse pour imagination débordante ! Prix Toutes les photos sont proposées avec ou sans encadrement. De 10 ¥ la carte postale à 1980 ¥ le panorama de la Grande Muraille : 112x45 cm.

C

ette belle façade de la rue réserve une agréable surprise aux curieux. En vitrine, deux exemplaires géants donnent le ton ; il s’agit ici d’une boutique légendaire, connue des vieux comme des jeunes chinois, où sont proposés les chaussons brodés qui ornaient les pieds de Lao Shi, entre autres. Ils sont faits-main, fruit d’un apprentissage approfondi et d’un travail méticuleux alliant l’art de la broderie au travail du cordonnier et les porter, c’est se sentir propulsé, le pied léger, dans la Chine ancienne, parmi les dragons jaune d’or et l’encens. Les motifs qui ornent ces chaussons trouvent leur source dans la culture traditionnelle populaire : Qui veut beaucoup d’enfants choisit une broderie de grenades, qui souhaite avoir un fils préfèrera le lotus… Au second étage du bâtiment, un modeste musée raconte l’histoire du chausson chinois, et les techniques de fabrication. A proximité, dans le quartier populaire et historique de Dashilan, il faut aussi faire un détour jusqu’à la pharmacie légendaire dans la même rue, témoin vivant des traditions médicales chinoises, et jusqu’au chapelier à l’angle, où les chinois de tous moyens viennent se fournir en couvre-chefs en tous genres.

Prix Compter 500 ¥ environ pour une paire de chaussons brodés, 300 ¥ pour une paire de mules.

Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 35


PAROLES D'EXPERTS

LES FLEURS DE BACH Chrystine Feuillard

Les Fleurs de Bach sont des élixirs floraux qui agissent sur notre ressenti afin de nous permettre de retrouver notre équilibre émotionnel. Pour bien comprendre la finalité de cette méthode exceptionnelle, il nous faut découvrir qui est le docteur Edward Bach et le cheminement de pensée l’ayant conduit à cette découverte.

E

dward Bach est né le 24 septembre 1886 à Moseley, village près de Birmingham en Angleterre. Pour financer ses études il travaille comme apprenti dans la fonderie de son père. L’observation des maladies des ouvriers et les problèmes psychologiques qui en étaient le corollaire lui font prendre conscience que la personne humaine doit être soignée dans sa globalité. Comprenant rapidement que soigner une maladie ne suffit pas, il s’intéresse à la personnalité du malade. Sans s’en rendre compte, le docteur Bach pose les premiers jalons de la méthode qu’il établira vingt ans plus tard. Après ses études de médecine à Birmingham et à Londres, il obtient son doctorat en 1912. 1913 – Docteur en Médecine et diplômé de Chirurgie, il devient Responsable du service des urgences. 1915 E. Bach fait des études d’Immunologie et devient Bactériologiste 1917 Tombant gravement malade et n’ayant plus que 3 mois à vivre, il décide de mettre à profit le temps qui lui reste pour continuer ses recherches. Mais au fil des semaines se sentant en meilleure santé, il obtient la conviction qu'avoir un objectif lui a sauvé la vie. Insatisfait de la façon dont les médecins se concentraient sur les maladies en ignorant la personne dans son entier, le docteur Bach aspirait à une approche plus holistique de la médecine. De 1918 à 1922 Eward Bach découvre « l’Organon »,

36 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014

traité de Hanneman (fondateur de l’homéopathie). En parallèle de ses lectures, l’observation de patients lui permet un classement en 7 groupes de profils psychologiques. A chacun de ces groupes correspond un groupe particulier de bactéries intestinales. Sa mise au point de vaccins « nosodes » homéopathiques, lui vaudra une notoriété mondiale. Cette classification deviendra la base de ses futurs élixirs floraux. 1930 déterminé à consacrer le reste de sa vie à la découverte d’une médecine douce, simple et naturelle à la

NE COMBATTONS PAS NOS DÉFAUTS, DÉVELOPPONS LA QUALITÉ OPPOSÉE. Eward Bach

porté e de tous, il quitte Londres pour rechercher la nature et les plantes dans la campagne du pays de Galle. Il entraîne avec lui son assistante Nora Weeks et fera la connaissance quelques années plus tard de Victor Bullen qui deviendront ses deux collaborateurs. Le docteur Bach traversant des états émotionnels perturbateurs de son propre équilibre va progressivement découvrir les plantes médicinales, grâce à son intuition et ses dons naturels de guérisseur. Il découvre la première fleur, Impatiens, puis huit autres, Mimulus, Clematis, Agrimony, Chicory, Vervain, Centaury, Cerato, Sclerantus qui feront partie des « Douze guérisseurs ». Suite

à la publication de ses découvertes, certains de ses confrères l’encouragent à poursuivre ses recherches. Edward Bach découvre ensuite les trois autres fleurs, Water Violet, Gentian, Rock Rose. Un matin qu’il se promenait dans son jardin il fit une découverte, la rosée. Chaque goutte de rosée devait contenir toutes les propriétés de la plante sur laquelle elle se trouvait. Il fit macérer la plante au soleil, en plein milieu d’un champ, dans un bol rempli d’eau de source. Après le temps de solarisation nécessaire, l’eau était imprégnée de la même force vitale que la plante. Edward Bach venait de créer la technique de « solarisation ». Entre 1933 et 1935, Edward Bach découvre de nouvelles Fleurs et mettra au point une autre technique par décoction. Il formule le Rescue, le remède d’Urgence. En 1936, le docteur Edward Bach estimant son oeuvre achevé, part à travers le pays donner des conférences, et transmettre sa thérapie et ses connaissances au public. Le 27 novembre 1936, le docteur Edward Bach meurt dans son sommeil d’une défaillance cardiaque. Ses deux collaborateurs Nora Weeks et Victor Bullen vont alors continuer son œuvre. Le docteur Edward Bach a laissé un système d’aide qui s'utilise aujourd'hui partout dans le monde. La maison du docteur Bach, aujourd’hui Centre Bach, Mount Vernon, se trouve encore dans le village de l'Oxfordshire. On y supervise la fabrication des teintures mères, forme des Formateurs et des Conseillers en Fleurs de Bach et fournit de l’information au public.


PÉKIN PRATIQUE QUE SONT LES FLEURS DE BACH ?

Les fleurs de Bah sont aussi appelées « élixirs floraux » ou «quintessences florales ».  Les élixirs floraux ne sont pas des médicaments et sont répertoriés en France sous la rubrique « compléments alimentaires ». Ils ne peuvent pas se substituer à une prescription médicale, ni remplacer le diagnostic et le traitement d’un professionnel de la santé docteur en médecine. Les quintessences florales répondent à des normes définies par les règlements du Contrôle de l’Agence médicale de GB (MCA) Elles sont fabriquées sous la rubrique de Bonnes Pratiques de Fabrication (GMP) comme cela est stipulé dans l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Il y a une traçabilité totale pour chaque flacon portant un numéro de lot & authentifié. Le docteur Edward Bach a découvert 38 élixirs floraux. Ils sont obtenus par « solarisation » ou « décoction ». Ils traitent uniquement des états émotionnels perturbés. Ce ressenti peut être par exemple la jalousie, la peur, la culpabilité, l’état de faiblesse psychologique, l’indécision… Dans notre jargon professionnel nous utilisons le terme émotions « négatives » mais il s’agit en fait d’émotions « difficiles à vivre ». L'utilisation des fleurs de Bach nous permet d'apprivoiser nos émotions. Il ne s'agit donc pas de supprimer des émotions inconfortables mais de les accepter et de mieux les comprendre. Les 38 Fleurs de Bach recouvrent l’ensemble de nos humeurs et états d’âme et sont classées dans 7 grandes familles d’émotions. Chaque fleur s’associe à une émotion de base. Il est important de noter que ces élixirs floraux sont : • sans danger : pas de fleurs toxiques, d’effets secondaires, d’accoutumance ou de problème si surdosage • compatibles avec tous types de soin (kiné, ostéo, kinésio, orthophoniste, psychothérapie...) et de traitement (allopathie, homéopathie, phytothérapie) Les élixirs peuvent être donnés à toute la famille (du bébé à la personne âgée), la seule restriction étant pour les personnes en sevrage alcoolique (les teintures mères sont diluées dans de l’alcool). Un premier niveau d’utilisation des Fleurs de Bach, peut correspondre à une utilisation ponctuelle et simple. Par contre, pour une utilisation plus approfondie, par exemple un travail sur sa personnalité, une connaissance des effets subtils des Fleurs et des combinaisons est indispensable.

Exemple : A t-on une personnalité BEECH ou VINE ? Ces deux personnalités font peu cas des sentiments des autres. Beech ne veut pas se mettre dans la peau des autres car leurs sentiments l’importune, Vine donne la priorités à ses propres objectifs, à sa propre existence. Il n’est pas toujours aisé de déterminer l’émotion que l’on ressent, soit par difficulté d’en faire émerger le sens, soit par manque d’objectivité.

L’AIDE APPORTÉE PAR UN CONSEILLER EN FLEURS DE BACH

Lorsqu'un imprévu survient, on a parfois besoin d’un peu d’aide pour rester en équilibre et pour continuer à avancer. La définition exacte de l’émotion est parfois difficile. Dans ce cas, la personne peut faire appel à un Conseiller en Fleurs de Bach qui l’aidera à définir avec subtilité l’émotion ou les émotions ressenties et ainsi lui conseiller les élixirs floraux appropriés. Le Centre Bach Mont Vernon en Angleterre forme des conseillers agréés. Il atteste le suivi et la réussite du niveau professionnel. Le diplôme valide des connaissances théoriques et pratiques et atteste que les conseillers sont formés à la conduite d'un entretien Fleurs de Bach. Mon rôle en tant que Conseiller Fleurs de Bach est d'accompagner une personne dans l'exploration de son mal-être émotionnel. Au cours de cet accompagnement, des entretiens ont lieu entre le Conseiller et la personne concernée. Le Code de pratique déontologique impose de respecter des principes de confidentialité, de respect et de non jugement. Durant l'entretien, je relève les états émotionnels difficiles à vivre en utilisant différents outils et questionnements propres aux Conseillers Agréés. A la fin de l’entretien, je propose les Fleurs de Bach

Chrystine Feuillard.

permettant de retrouver l’équilibre émotionnel. Chacun choisit son cheminement et le rythme des changements qu’il souhaite mettre en place.

JUIN, PÉRIODE DE CHANGEMENTS

Les départs sont source de plaisir, partir à la découverte d’horizons nouveaux mais ils peuvent également entraîner des ressentis douloureux. Les Fleurs de Bach peuvent aider les personnes qui en ont besoin, à dépasser leurs émotions négatives et ainsi leur permettre de vivre au mieux ces changements. Quelques fleurs courantes utilisées dans cette situation de départ (voir tableau ci-sessous). n

DIFFICULTÉS A accepter le changement

Mieux vivre les départs, y trouver des points positifs. Mettre de la distance avec le passé.

Chagrin de laisser ses amis

Trouver la consolation et l’espoir que les amis peuvent se retrouver un jour.

Sentiment d’être victime de son destin

Prise de conscience de ses responsabilités. Attitude constructive.

WALNUT

STAR OF BETHLEHEM

WILLOW

ÉQUILIBRE

Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 37


Spécialiste du voyage individuel “A la carte”

Quel que soit votre projet de voyage en Chine ou dans le reste de l’Asie, les conseillers de voyages Asia mettront à votre service passion et connaissance du terrain pour construire le voyage de vos rêves. Ils partageront avec vous leurs coups de cœur et de nombreuses anecdotes personnelles. Contactez votre conseiller de voyage : Huiling REDON hlredon@asiabj.net ou hlredon@hotmail.com ASIA VOYAGES BEIJING OFFICE Room 603, Tower 1, Kunsha Center No.16 Xinyuanli, Chaoyang District 100027 Beijing

Tous les détails sur notre site Internet :

www.pekin-accueil.com Activités, agenda, permanences, photos et bien d'autres informations. Chaque semaine, "Les Lundis de Bienvenue" de 10h30 à 12h30, à l'Institut Français, 18 Gongti Xilu.

38 Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014


CRABE ROYAL D’ALASKA Gelée Mangue Passion

PÉKIN CUISINE

pour 4 personnes

INGRÉDIENTS

• 200 g de chair de crabe • 50 g de mangue en dés • 60 g de purée de mangue • 2 fruits de la passion (un pour la gelée, l’autre pour le crabe) • 20 crevettes • 10 g de jus de citron • 1 avocat coupé en dés • 20 g de basilic ciselé • 20 g de coriandre ciselée • 1 feuille de gélatine • 4 radis en lamelle • 50 g d’échalotes ciselées • Quelques fleurs de bourrache • Sel et poivre du moulin

1. RÉALISATION DE LA GELÉE MANGUE PASSION

• Faire tremper la feuille de gélatine dans l’eau froide • Faire chauffer la purée de mangue avec les grains et la pulpe du fruit de la passion, y ajouter la feuille de gélatine, faire bouillir. • Bien remuer au fouet et réserver hors du feu. • A l’aide d’une louche, déposer délicatement de la gelée dans une assiette creuse et laisser refroidir. • Réserver les assiettes au frigo

2. RÉALISATION DU MONTAGE AU CRABE

• Mélanger à la cuillère la chair de crabe, les échalotes ciselées, les dés de mangues, la pulpe du fruit de la passion, du sel, du poivre, du jus de citron, les dés d’avocat, le basilic et coriandre. • Dresser dans un cercle et réserver au frais.

3. FINALISATION

• Réaliser une rosace sur la gelée mangue passion avec les lamelles de radis • Déposer le montage crabe • Démouler et ajouter les crevettes toujours en rosace et finir avec une belle fleur de bourrache. Pékin Infos # 56 ❘ Juin 2014 39


PRODUITS FINANCIERS FRANÇAIS ET INTERNATIONAUX INVESTISSEMENT S IMMOBILIER S EN FRANCE INVESTISSEMENT PLAISIR EN FRANCE ET EN ASIE

info@expatrimo.com www.expatrimo.com Expatrimo Advert 185x198mm.indd 1

05/11/2013 09:27

Pékin Infos #56  

Juin 2014

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you