Issuu on Google+

Ju il l e t 2009

N° 151 Association loi 1901 reconnue d’utilité publique

M a g a z i n e

d ’ i n f o r m a t i o n

d e

l a

J E U NE

C H A M B RE

E C ONO M I Q U E

FRAN ç AI S E

[Dossier]

Les jeunes et l’emploi [Thermographie]

Premier bilan 2009

P.24 [S’ouvrir aux autres]

3 nouveaux Jeunes Citoyens Extraordinaires Français

P.5 [Réfléchir aux problématiques de son temps]

Une nouvelle façon de recueillir l’avis des membres

P.11 Jeune Chambre Economique Française Le Mouvement des Jeunes Citoyens Entreprenants


© Getty Images

Permettre à l’électricité de voyager librement dans toute l’Europe... c’est l’une de nos plus belles missions.

Entreprise de service public et acteur central du marché électrique européen, RTE coopère quotidiennement avec ses partenaires européens gestionnaires de réseaux de transport, producteurs et distributeurs d’électricité pour garantir la sécurité d’approvisionnement et de circulation de l’électricité dans toute l’Europe. Pour en savoir plus, rejoignez-nous sur rte-france.com RTE - Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX www.rte-france.com Tél. : 33 (0)1 41 02 10 00

L’énergie est notre avenir, économisons-la !


sommaire

ÉDITORIAL

C’est quoi “construire l’avenir“ ?

Cher ami de la Jeune Chambre,

C’est s’ouvrir aux autres C2EI : découvrez les modalités 2009 ainsi que le témoignage de 2 lauréats 2008 ◗◗◗ 4 3 nouveaux Jeunes Citoyens Extraordinaires Français

◗◗◗

5

Une aventure à l’international : Les Franco-Formations

◗◗◗

6

◗◗◗

9

C’est Savoir se développer personnellement Agir pour se former… Se former pour agir

◗◗◗

10

C’est réfléchir aux problématiques de son temps Une nouvelle façon de recueillir l’avis des membres

◗◗◗

11

2 invités de marque à Angoulême : Françoise Gri et Martin Hisch

◗◗◗

12

Dossier : Les Jeunes et l’Emploi

◗◗◗

15

Trouver les projets de demain : la structure de prospective de la Jeune Chambre Economique Française ◗◗◗ 23 Thermographie : premier bilan 2009

◗◗◗

24

C’est savoir s’entourer de partenaires réseau compétents Les actions communes MANU/ Jeune Chambre Economique Française ◗◗◗ 27 Des anciens membres toujours à nos côtés

◗◗◗

28

Rencontre d’un ancien ministre du budget, sénateur JCI

◗◗◗

28

C’est faire entendre sa voix Promotion des axes de travail 2009 de la Jeune Chambre Economique Française auprès de nos ministères de tutelles ◗◗◗ 31 Mieux comprendre le travail de nos députés ◗◗◗ 32 Rencontre au palais Bourbon : Bernard Accoyer

◗◗◗

33

Mieux connaître le travail des employés du siège

◗◗◗

34

La Jeune Chambre Economique Française est un mouvement original : il propose à de jeunes actifs de grandir ! Grandir c’est s’ouvrir aux autres, mettre ses compétences au service d’un collectif, élargir ses réseaux, oser la prise de responsabilités, tout cela par l’action. Notre programme national 2009, intitulé « GRANDIR », exprime les évolutions que nous souhaitons impulser avec la jeunesse : • attirer les jeunes actifs pour que la Jeune Chambre Economique Française soit leur référence dans toutes les villes de France ; • comprendre notre société et répondre par l’action citoyenne, à ses besoins de changements. Vous et nous, cher ami de la Jeune Chambre, cher partenaire, nous avons un point commun : c’est l’attachement au dynamisme de la jeunesse, à son intégration dans le monde économique et à son engagement dans la vie de la cité. Ensemble nous savons que la jeunesse a besoin de cause pour s’engager. D’éclairages en témoignages, vous découvrirez dans ce 151ème numéro de L’Avenir, les actions innovantes réalisées par des jeunes citoyens engagés et entreprenants dans nos cités, en faveur de l’emploi des jeunes, thème national 2009, de sensibilisation aux économies d’énergies, avec les thermographies aériennes, ainsi qu’une sélection des actions citoyennes remarquables pour l’amélioration de la vie dans nos cités. La Jeune Chambre est unique ! Elle change le monde en changeant les Hommes. Avec elle on comprend mieux nos environnements locaux, nationaux et internationaux. Avec la jeune chambre on apprend à agir pour les autres, et avec d’autres. Terrain d’observation, de rencontres et de compréhension, véritable laboratoire d’idées et d’expérimentation par l’action, la Jeune Chambre Economique Française innove, et fédère les acteurs économiques et les décideurs politiques autour d’actions favorisant la liberté d’entreprise, le respect de la loi et la valorisation de la personne humaine. Nos membres croient au progrès, à la justice économique, à un meilleur vivre ensemble ! Nos valeurs, partagées, sont une des solutions, justes et adaptées, pour vivre un monde économique entreprenant et responsable, au service de l’humanité. L’action, le projet, c’est ce qui nous rassemble. La croyance, la foi en l’avenir et notre capacité à le construire, c’est ce qui nous unit. Le changement, le sens de l’intérêt collectif, le partage, voila ce que l’on apprend à la Jeune chambre, voila ce qui m’anime et qui anime l’équipe du conseil d’administration nationale 2009. Avec votre attention et votre soutien, nous pourrons, dans les mois à venir “répondre par l’action aux besoins de changement de la société, permettre aux jeunes de s’engager pour devenir des jeunes citoyens entreprenants, et Grandir avec et grâce à la Jeune Chambre Economique Française”. Guillaume AUBANEL Président du Conseil d’Administration Publication trimestrielle de la Jeune Chambre Économique Française 9/11 rue Alasseur - 75015 Paris - Tél. : 01 53 58 52 50 - www.jcef.asso.fr Directeur de la Publication : Guillaume AUBANEL - Rédacteur en chef : Sonja SCHLÖSSER Chargée de mission : Délphine Berrod. Création et mise en pages : Concepto Studio à Reims - Impression : Le Réveil de la Marne. L’avenir est imprimé sur papier recyclé, et 100% FSC. Crédit photos : administrateurs JCEF et membres Merci aux administrateurs nationaux, présidents fédéraux, présidents locaux, directeurs de commissions et membres. Abonnements : 30 euros (Sénateurs, anciens membres : 23 euros) - N° ISSN : 0983-415X


[ C’est s’ouvrir aux autres ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?]

Le Concours Européen de l’Entreprise Innovante

vogue vers sa 10ème édition Quelques chiffres clés Le Concours Européen de l’Entreprise Innovante (C2EI) •29 lauréats depuis la création du Concours, •Plus de 130 dossiers reçus ces 2 dernières années •12 partenaires associés •10ème édition en 2010

Parce qu’aujourd’hui l’innovation est un critère déterminant pour les entreprises évoluant dans un monde économique de plus en plus compétitif, la Jeune Chambre Economique Française lance une nouvelle édition de son concours Européen de l’Entreprise Innovante (C2EI).   Ce concours vise clairement à promouvoir des projets innovants, facteurs de progrès, initiés par des entreprises en phase de création ou de développement. Quatre catégories sont proposées aux candidats : individuel, international, communautaire ou business.   Ouvert aux entreprises, aux associations ainsi qu’aux individuels, le C2EI ne requiert que deux critères indispensables : être européen et convaincu de l’innovation de son projet. Dans ce cas, vous pouvez concourir jusqu’au 20 septembre 2009.   Les lauréats sélectionnés en octobre 2009 bénéfi-

cieront des partenariats signés avec la Jeune Chambre Economique Française et plus particulièrement d’une vitrine lors du Salon INNOVACT, premier Forum européen des entreprises innovantes, qui aura lieu en mars 2010 à Reims.   Fort de son succès grandissant auprès des candidats issus de toute la France, le C2EI permet de transformer en véritable tremplin le parcours du combattant du créateur d’entreprise. Gageons que cette réussite permettra à nos 9 lauréats potentiels de l’édition 2010 de concrétiser des partenariats industriels et financiers et de trouver sa clientèle. n

Zoom sur Versailles-Yvelines : Découvreurs de pépites de l’Economie locale. INNOVACT •2 300 visiteurs •272 exposants dont la Jeune chambre Economique Française •200 jeunes entreprises innovantes •15% des participants sont internationaux •14ème édition où seront présents les lauréats du C2EI 2009 : les 23 et 24 mars 2010

4 JUILLET 2009

N° 151

La Jeune Chambre Economique de Versailles-Yvelines organise pour la troisième année consécutive un Concours Départemental de l’Entreprise Innovante. Un lauréat primé au niveau Européen en 2007, deux en 2008… jusqu’où iront-ils en 2009 ? Après Resix en 2007, un doublé inédit avait lieu à Versailles en 2008 : deux des trois PME primées localement, Tempeos et Isitek, étaient récompensées au Concours Européen de l’Entreprise Innovante (C2EI). Ces entreprises ont fait la différence parmi les 70 dossiers venus de tout l’hexagone. Mais que leur a donc apporté ce concours ? Voici deux témoignages, rapportés par la Jeune Chambre Economique de Versailles-Yvelines.   ISITEK : Reconnaissance et légitimité, deux accélérateurs de développement ISITEK est le « coup de cœur » du Jury 2008 du C2EI dans la catégorie « Business Affaires». Son créneau ? Développer un système de veille et d’alerte non intrusif pour protéger la personne vulnérable à son domicile (exemple : une personne âgée ou handicapée) et coordonner les aidants. Charles SAVI, créateur de cette société, nous précise les retombées du concours : « comme beaucoup de très petites entreprises, nous ne sommes pas connus et nous avons conscience que la reconnaissance, la légitimité sont des accélérateurs pour notre développement. Le label que nous a apporté le concours nous a été très bénéfique pour générer de nouveaux contacts, notamment auprès d’instances gouvernementales. »

  TEMPEOS : une notoriété locale et nationale Avec de plus de 300 partenaires dans le monde des loisirs, voyages et de la vie quotidienne, TEMPEOS propose les avantages d’un comité d’entreprise (CE) exclusivement réservés aux PME de moins de 50 salariés. Tempeos a remporté le premier prix du C2EI dans la catégorie « Individuel et Respect des personnes ». Damien VAN DER STICHELEN raconte : « Grâce à ce concours, Tempeos est aujourd’hui connu et reconnu par de nombreuses PME, au niveau local et national, par le biais des retombées Presse, Radio, etc.». Il poursuit : « nous recommandons à tous les porteurs de projets qui ont une dimension innovante, dans leur concept ou dans leurs méthodes de travail, de participer au Concours de l’Entreprise Innovante. Vous ne le regretterez pas ! En 2009, ce sera peut-être vous les prochains gagnants! Bonne chance ! » Comme vous le voyez, Tempeos participe activement à la promotion du concours ! Depuis quelques mois, ses deux fondateurs ont même intégrés la commission de travail de l’édition 2009, en tant qu’observateurs de la Jeune Chambre Economique de Versailles-Yvelines … de futurs membres en somme ! n


Ce que la Jeune Chambre Economique permet : Connaître le tissu économique local, reconnaître les jeunes actifs entreprenants de son territoire, élargir son réseau et ses compétences. En d’autres termes, s’ouvrir aux autres.

Citoyens Extraordinaires

Le concours des Jeunes Citoyens Extraordinaires vise à reconnaître officiellement des personnes de 18 à 40 ans, excellant dans dix domaines d’opportunités bien définis.   En les reconnaissant, la Jeune Chambre Economique Française souhaite encourager le plus grand nombre à rechercher l’excellence et à servir l’humanité. C’est comme cela que la JCEF apporte sa contribution pour former des leaders meilleurs pour de meilleures sociétés. Chaque organisation locale, membre de la JCEF, est en mesure de présenter un lauréat. Pour se faire, elle procède à une veille active auprès de ses partenaires réseaux (anciens membres, institutionnels, etc.) ou des médias. Un excellent moyen pour mieux connaître le tissu économique local !   Le dossier est ensuite porté au niveau national et lors de la Convention Nationale de mi-année de la JCEF (à Angoulême-Cognac en 2009), un candidat est retenu. S’ouvrent alors pour lui les portes de l’International : sa remarquable histoire est transmise à la Jeune Chambre International ! Parmi les Jeunes Citoyens Extraordinaires repérés par les Jeunes Chambres du monde entier, 10 d’entre eux sont mis à l’honneur lors du Congrès Mondial de fin d’année, qui se tiendra à Hammamet (Tunisie) en novembre prochain.   Voici le passionnant parcours des 3 lauréats de l’édition 2009 du concours français. Ils nous sont présentés par les Jeunes Chambres Économiques du Pays d’Aix (Aix en Provence), de Pointe à Pitre et de Versailles-Yvelines.

Etre acteur de sa Cité, avant tout !

Après des études brillantes et une vie professionnelle bien intense dans de grandes entreprises de tailles mondiales, Régis CORNELIE, 34 ans, a décidé, il y a quatre ans de relever le défi de retourner dans son île natale pour fonder sa société : « La Fabrique de Douceurs ». Son ambition ? Promouvoir les produits locaux et son île dans un contexte économique difficile.

étant fondateur gérant et rédacteur en chef de kateia-sport.com, site Internet sur le sport.

[ C’est s’ouvrir aux autres ]

Du Local à l’International : Savoir reconnaître les Jeunes

  Grâce à son adage « Quand on veut, on peut ! », il a su surmonter toutes les épreuves depuis son enfance. Il a également pu réaliser des études brillantes et réussir son ambition professionnelle : devenir journaliste.   Rien de spectaculaire… Si ce n’est que ce jeune homme est invalide moteur cérébral avec un taux estimé à 80 %. Sa carte d’invalidité stipule même « besoin d’accompagnant».   Il réalise ses ambitions seul ! C’est une belle preuve de progrès et accomplissements personnels !   Une belle persévérance pour nos jeunes, étant lui-même jeune et défenseur d’une cause juste : le droit des femmes sportives.

Sauver des vies pour sauver le monde

  Jeune, dynamique, environnementaliste convaincu, il ne cesse d’appliquer de nouvelles technologies, des techniques de recyclage dans son entreprise, et de mettre son talent au service de ce challenge. Quel accomplissement entrepreneurial !   Déjà une belle réussite puisqu’il expose dans les boutiques gourmandes de Galerie Lafayette !

Les femmes sportives, à tout prix !

Fabrice GLORIEUX, jeune homme de 28 ans, décide de promouvoir les sportives, dites « valides », aussi bien que les sportives handicapées : en M a g a z i n e

d ’ i n f o r m a t i o n

d e

l a

A 34 ans, Fayçal DJERIDANE, crée son entreprise OLEA MEDICAL pour vivre un rêve : faire avancer la vie et reculer la mort. Il invente un logiciel permettant « un diagnostic plus performant pour la vie » et aidant les chirurgiens à lutter contre les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC). Ceuxci sont un problème majeur de santé publique en étant la 1ère cause d’handicap de l’adulte.   Ce logiciel permet de répondre le plus possible aux questions essentielles posées face à un patient candidat potentiel à un AVC.   Fayçal DJERIDANE peut être confiant dans sa nouvelle technologie. Cet excellent outil fonctionne, grâce à ce détail non négligeable : il permet de sauver des vies.   Preuve d’une belle innovation médicale ! n

J E U NE

5 C H A M B RE

E C ONO M I Q U E

FRAN ç AI S E


[ C’est s’ouvrir aux autres ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?]

Elargir son réseau et ses compétences : les Francoformations Les 25 et 26 avril 2009 ont eu lieu les Francoformations à La Roche-en-Ardenne (Belgique). 120 participants, venus de 6 pays francophones, étaient réunis pour une journée intensive de formations, des moments festifs et des instants de découverte du Pays Hôte. Depuis 1998, 6 pays partenaires, La Suisse, la Belgique, la France, Monaco, le Luxembourg et la Tunisie, organisent en alternance les Francoformations. Objectif ? Proposer aux inscrits des séminaires ou formations de qualité en français (1 formateur par pays partenaire), autour d’une thématique donnée, et leur faire découvrir le pays d’accueil de la manifestation.   JCI Belgique renouait cette année avec l’accueil de l’événement. Plus précisément l’Organisation Locale JCI Centre Ardenne relevait le défi de l’organisation, avec comme mot d’ordre « anti-crise » : Je vais bien… Thème 2009 : Je vais bien ! (Extrait du site Internet www.francoformation.com) • Au travail : avec une formation basée sur le management et l’esprit d’entreprise pour que les participants développent leur capacité à se sentir mieux sur leur lieu de travail • Dans ma vie privée : gestion du temps, des tensions et stress afin de mieux gérer sa vie de famille, sa vie professionnelle et ses loisirs • Dans ma prise de parole en public, l’argumentation d’un discours, … • Dans ma compréhension, du monde, de ses enjeux et mode de fonctionnement • Dans ma connaissance de mes atouts, des domaines que je dois perfectionner, …

moment de plaisir que de partager un module « Made in France » avec d’autres ONM », poursuit-il. Du premier pas dans l’univers JCI au rendez-vous annuel Parmi les participants, certains vivaient leur première rencontre à l’International. « Un bon compromis distance parcourue/contenu/ coût  », remarque Céline, une observatrice de la JCE de Saint-Louis (68-France).   Pour d’autres les Francoformations sont devenues un rendez-vous annuel (voir interview ci-contre). Ils ont bien sûr déjà noté dans leurs agendas les dates et le lieu de la prochaine rencontre : les 23, 24 et 25 avril 2010 à Saignelégier dans le Jura Suisse, avec un thème retenu : « Au Naturel ».

« J’ai suivi la formation Astuces et Trucs pour mieux communiquer au quotidien, animée par 2 membres françaises », nous dit Thomas Baudet, chargé de Mission Formation au National. « Ce fut un grand

Voici l’interview d’un « habitué » des « francos », Cédric Roos, membre de la JCE de Delémont, en Suisse. Il est président régional de l’Arc Jurassien. Il se trouve être le président de la commission « Francoformation 2010 »… c’est en effet son OLM qui organise l’événement l’an prochain. Depuis quand participes-tu aux Francoformations, et combien d’éditions as-tu suivies ? Je participe aux Francoformations depuis la dernière édition en France, qui s’est déroulée à Aix-en-Provence (2006). J’ai eu l’occasion d’être présent à toutes les éditions depuis, soit : Luxembourg (2007), Monaco (2008), La Roche, Belgique (2009). Il faut peut-être rappeler que l’impulsion est partie de Belgique : une OLM [NDRL : Organisation Locale Membre] Belge jumelée avec une OLM française et suisse a décidé, il y a 12 ans de se réunir, pour créer ce qui deviendra les Francoformations.

6 JUILLET 2009

N° 151

Qu’est-ce qui te donne envie chaque année de participer à cette manifestation ? C’est déjà le fait que le groupe est relativement petit (à comparer d’un congrès national), soit environ 150 personnes. Le fait aussi de l’éditer chaque année dans un pays différent, une autre région, donne aussi envie de découvrir ladite contrée : son tourisme, sa culture et son terroir. Le troisième volet, et certainement le plus important, sont les formations. Enfin, c’est aussi le fait de rencontrer des membres de notre organisation, d’horizons différents, et de faire la fête ensemble. Il est rare d’avoir une telle occasion pour rencontrer autant de monde, venu dans un seul but commun ! Qu’est-ce qui t’as particulièrement plu lors de la dernière édition ? C’est surtout le lieu qui m’a particulièrement plus. Je pense que jamais je n’aurais eu l’opportunité de visiter cette région. Le petit château dans lequel nous avons passé ces 3 jours était aussi d’une grande beauté. n


[Tunisie]

• Langues : arabe (officiel), français très couramment parlé. • Monnaie : Le Dinar Tunisien (TND), 1 EUR ± 1,85 TND • Superficie : 163 610 km² (1/4 de la France) • Ses voisins : - 965 km de frontière avec l’Algérie - 459 km avec la Libye JCI TUNISIA* - Au nord et à l’Est : la mer Méditerranée • Environ 3200 membres • 113 Organisations Locales, réparties dans 5 zones • Les rencontres nationales : - La Conférence des présidents en début d’année - les Assises de Printemps et d’Automne (une par zone) - la Convention Nationale de fin d’année. • Président 2009 de JCI Tunisie : Arbi NABLI • Thème national 2009 : La jeunesse au service du développement

[Break]

TUNISIE

HAMMAMET

• 3 lieux où se retrouver entre amis - Le café de la vieille ville - Le Bouddha Bar (des poufs et des tentes les pieds dans l’eau) - La marina • 3 immanquables à Hammamet Tunis - Beja La villa Sébastien - Un thé à la menthe au café de la vielle ville - Le cimetière au bord de la mer et la balB lade sur la corniche Sidi Bouzid • 3 choses à acheter Sousse - Des babouches en cuire D - Une poterie de Nabeul Tozer Sfax - Un plateau en cuivre gravé (voire personnalisé) E • 3 choses à écouter - Le Malouf tunisien Tataouine - Les vagues sur le sable - Le chant du coq à l’aube ;o) • 3 choses à goûter - Les pâtisseries tunisiennes - La harissa de Nabeul - Le poisson frais

*www.jcitunisia.cc

Hammamet

LE CONGRÈS MONDIAL Qu’attendez-vous pour vous inscrire ? Encore + d’infos sur www.jciwc-hammamet2009.com 7

M a g a z i n e

d ’ i n f o r M a t i o n

d e

l a

J e U n e

C H a M B r e

e C o n o M i Q U e

f r a n ç a i S e


[Break]

[Formation]

Mener son projet à terme, pour nécessite d’acquérir les outils Mener une équipe imer avec soi an et r ise an rg l’o , er ifi an pl le nécessite de dévelo pper les une équipe. Découvrez les q u a lit é s d ’un leader. e modules « outils » de la Jeun Découvrez les mod ules de Chambre Economique ! management de la Jeune Chambre , Collez vos décisions au mur Economique ! Mindmapping, etc. Conduite de réunio n, Manager évolutionnaire, etc.

n o i t a m For Donner envie et dé velopper les aptitudes de son é quipe est possible… si l’on se connaît soi-même pour se développer soi-même. Découv rez les modules de développemen t personnel de la Jeune Chamb re Economique ! Gestion du stress, N i hérisson ni paillasson, etc.

t de Convaincre autrui de l’intérê son projet, requiert les s capacités à communiquer se convictions et sa passion. Découvrez les modules de communication de la Jeune Chambre Economique ! Prise Communiquer par l’affiche, de parole en public, etc.

+ de renseignements ? Contactez la Jeune Chambre Economique la plus proche ! 8 JUILLET 2009

N° 151


CequelaJeuneChambreEconomiquepermet:Etreouvertàlanouveauté,nepasavoirpeurduchangement,savoir seremettreenquestionetsortirducadrepourmieuxappréhenderdesproblématiques.End’autrestermes:savoir se développer personnellement.

LaJeuneChambreEconomiqueestunlieudeformationàlaprisederesponsabilités. Ledroitàl’expérimentation,dontceluiàl’erreur,faitpartieintégrantedenotremouvement. Jeunes Citoyens Entreprenants, nous avons la conviction que nous pouvons changer le Monde, mais qu’avant cela il nous faut changer nousmêmes ! Nos actions sont prétextes à nous former. Etre Président, Vice-président, trésorier ou secrétaire d’une Association locale, régionale, nationale ou mondiale, sont des expériences de prises de responsabilités qui, dans l’exercice du leadership, nous apprennent à nous découvrir nous même.

•  Gérer une association : être président, vice-président, secrétaire ou  trésorier • Soutenir les dirigeants : être chargé de mission • Aider les membres à grandir : être formateur Successivement, les membres de l’organisation ont l’occasion de vivre chacune de ces expériences. Au fur et à mesure, ils développement et améliorent des compétences diverses et variées.

agir certes, mais pas pour n’importe quoi

Un engagement sans faille pour un investissement sans tabou

Les actions de la JCEF respectent le triptyque suivant : • intérêt pour la communauté • intérêt pour les membres • intérêt pour la JCEF Nos domaines d’action sont vastes, de l’international au développement durable, en passant par la culture et le développement économique. Chacune de nos actions est l’opportunité d’apporter une pierre à l’édifi ce de la société dans laquelle nous vivons.

agir certes, mais pas n’importe comment

Pour agir, la mise en pratique d’une méthode est indispensable : c’est l’une des forces de notre organisation. Une méthodologie, unique et appliquée par l’ensemble des membres, permet de mener à terme des actions ambitieuses. Cette méthodologie de travail se décompose en 6 phases : 1. L’enquête : diagnostic de l’existant 2.  L’analyse : réfl exion sur la pertinence de l’action, les moyens à mettre  en œuvre pour la mener à son terme 3. La planifi cation : organisation de l’action et de son fi nancement 4. L’action : le résultat à atteindre 5. L’évaluation : quels points forts et points d’efforts en tirer 6. La transmission : une action pertinente doit être pérennisée par un acteur extérieur, qu’il soit institutionnel, associatif ou économique.

Engagement et investissement du membre sont 2 éléments à distinguer à la Jeune Chambre Economique. Si chaque membre a l’obligation de s’engager, en participant aux actions et à la vie du mouvement, son investissement sera fonction de ses possibilités familiales et professionnelles. Ce postulat permettra à chacun de vivre son engagement avec plaisir et, ainsi libéré de toute contrainte quant à son investissement, il saisira chaque prise de responsabilité au gré de ses envies. A VIVRE SANS MODERATION : La Jeune Chambre Economique Française ! n

[ C’est Savoir se développer personnellement ]

un condensé d’action et de prise de responsabilités

la Jeune Chambre economique :

Créer les opportunités de prise de responsabilités

La particularité du mouvement Jeune Chambre est d’offrir des opportunités constantes de prise de responsabilités. Ainsi, tous les ans, les postes électifs, au niveau local, régional, national ou international, sont renouvelés. A ceux qui considèrent que changer le monde en 1 an n’est pas réaliste, notre mouvement répond qu’en 1 an, chaque membre doit s’investir 10 fois plus pour espérer marquer l’organisation de sa pierre.

Saisir les opportunités offertes

Parce que notre organisation ne se veut pas spectatrice mais actrice de l’avenir de notre société, chaque membre a l’opportunité de prendre, successivement de nombreuses responsabilités •  S’investir dans une commission de travail : l’engagement minimum  de tout membre • Manager une commission : être directeur de commission M a g a z i n e

d ’ i n f o r M a t i o n

d e

l a

J e U n e

9 C H a M B r e

e C o n o M i Q U e

f r a n ç a i S e


[ C’est Savoir se développer personnellement ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?]

Se former pour agir et construire l’avenir La mission de la Jeune Chambre Internationale (JCI) est de contribuer au progrès de la communauté mondiale. Comment ? En proposant aux 18-40 ans une formule originale : la formation par l’action ! JCI offre aux jeunes la possibilité de développer des techniques de direction, la responsabilité, la solidarité et l’esprit d’entreprise, nécessaires pour effectuer des changements positifs. Cette philosophie préfigure les quatre domaines d’opportunités de la Jeune Chambre : développement personnel, communauté, international et affaires.

  Nous gagnons notre crédibilité de la pertinence de nos actions, concrètes et efficaces.   Mais cela s’apprend ! La Jeune Chambre dispose pour cela d’une bibliothèque de modules de formation. Caractéristique : ils sont écrits et animés par des membres Jeune Chambre.

Les clés du succès

Pour rencontrer des partenaires sur une action, encore faut-il savoir dire qui l’on est et les valeurs qui animent nos projets ; pour agir de manière efficiente, faut-il avoir en main un des outils clé de notre Mouvement, sa Méthodologie de travail. Pour cela, les postulants et membres d’une Jeune Chambre Economique Locale ont l’opportunité de suivre des formations dites « de base ». Rien à voir avec un cours magistral : les formations s’appuient sur les principes d’apprentissage des adultes : l’action… encore et toujours l’action. Tout est fait pour inciter les participants à s’exprimer, à éprouver les connaissances acquises, dans une ambiance toujours conviviale.

Formez-vous mieux : bougez plus !

formations originales y sont toujours proposées. Les organisateurs pouvant même parfois faire appel à des formateurs privés pour enrichir leur programme.   Lors des congrès nationaux des formations d’exception sont planifiées, avec l’appui de partenaires réseau tel que Germe, de prestataires extérieurs, etc.   Mais allez toujours plus loin : Tentez les congrès dits de Zone (Europe, etc.) ou le congrès mondial ! A manifestation exceptionnelle, formations exceptionnelles ! Formezvous en français, en anglais ou en espagnol ! Rencontrez des formateurs JCI de haut niveau ! Certains ont l’art du spectacle et (ré) animent avec brio un amphi de 60 personnes ! A noter enfin que quelques modules sont introuvables en dehors d’une structure professionnelle… dont vous imaginez bien le prix.

Si le virus vous pique, les Journées Régionales de Formation vous séduiront vite. Des

La JCI Academy de Göteborg La JCI European Academy est une des formations d’exception de la Jeune Chambre Internationale.   Elle rassemble chaque année en Suède, pendant quelques jours de l’été, une soixantaine de membres européens retenus par leur organisation nationale. Ils sont tous pressentis comme étant les présidents de l’année suivante de leur organisation locale.   Ils apprennent à mieux connaître la Jeune Chambre Internationale, et travaillent sur la cohésion de groupe, le leadership, etc.

La formation de formateurs : un engagement complémentaire pour révéler les talents de chacun « Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumez un feu », Aristophane.   Cette opportunité de former ceux qui construisent l’avenir de notre société, la Jeune Chambre Economique Française l’offre à tous ses membres : une chance d’expérimenter, réfléchir, conceptualiser puis mettre en pratique les compétences et connaissances acquises.   La formation, au sein de notre mouvement, permet à chaque membre de vivre ce cercle de l’apprentissage de manière continue… une démarche avant-gardiste initiée avant même que n’apparaisse le principe de « formation continue » ou « formation tout au long de la vie ».   Etre formateur au sein de la JCEF est un engagement complémentaire à celui de chaque membre. Il se traduit par un cursus spécifique construit par la Jeune Chambre Internationale et composé de 4 niveaux de qualification : du formateur local au formateur international.   Ce parcours permet à l’apprenti formateur d’apprendre la pédagogie de l’adulte, le respect des rythmes biologiques en formation, la construction d’un cours de formation, les techniques, méthodes et outils d’animation de groupe, etc.   En entrant dans ce parcours, chaque membre accepte de ne pas se mettre en avant en endossant le rôle de « sachant » mais à aider les membres à Grandir, en devenant un « révélateur de talents ».

10 JUILLET 2009

N° 151


Ce que la Jeune Chambre Economique permet : Prendre le temps de se poser les bonnes questions avant d’agir, souleverdesproblématiquesimportantespourlescitoyens.End’autrestermes:réfléchirauxproblématiquesdeson temps.

notre actualité économique

sonde ses membres sur

Lors de sa 56ème Convention Nationale, la Jeune Chambre Economique Française a sondé un panel représentatifduformidableréseaud’opinionquereprésententsesmembres,auxtermesd’unexercicenovateurbaptisé«AtelierdeRéflexionGéant». Ce moment interactif de partage et de prospective, destiné à mener une réfl exion nécessaire à la force d’action et de proposition de notre mouvement, fut ainsi l’occasion de recueillir le positionnement de nos membres sur des sujets sensibles de l’actualité économique, notamment sous le prisme du thème national 2009 « Les Jeunes et l’Emploi ». Ces jeunes, durement touchés par le chômage en très forte progression depuis le début de l’année 2009, et qui rencontrent trop souvent de grandes diffi cultés dans leur orientation et insertion professionnelle.  La Jeune Chambre Economique Française est composée pour 45 % de jeunes cadres, pour 26 % de salariés, et 16 % de chefs d’entreprises, majoritairement âgés de 30 à 40 ans.

Leur opinion sur le dynamisme économique de notre pays est sans appel. La France est jugée comme manquante d’initiative, dotée d’un système lourd et décourageant pour les jeunes cherchant à s’insérer dans notre tissu économique. 64 % des sondés estiment la maturité et la compétence de jeunes français ayant terminé leurs scolarité, insuffi sante, voire défi ciente. Cet  avis est motivé par la perception de l’éducation et de la formation en France. 69 % des sondés pensent qu’il existe trop d’inégalité entre les

différents cursus, et que de ce fait, l’éducation nationale prépare mal les jeunes gens de notre pays à leur insertion dans le monde professionnel. Les liens entre le monde éducatif et le monde de l’entreprise sont jugés insuffi sants par 91 % des sondés. En ce sens, introduire la culture  entrepreneuriale dans les écoles et les universités est aujourd’hui perçu comme fondamental pour l’amélioration de la condition des jeunes étudiants. Mais cette dynamique tant espérée semble toutefois se heurter à la prudence des opinions, 81 % des sondés estimant que le sort des jeunes de notre pays ne va pas s’améliorer au cour de ces prochains mois. A n’en pas douter, cet exercice qui fut fort apprécié par les participants de part son interactivité et son originalité, ouvre de nouvelles voies de réfl exion sur les thématiques et enjeux vers lesquels la Jeune  Chambre Economique Française aura à s’orienter. Fort de ses quelques 160 Jeunes Chambres Economiques Locales et 2500 membres, notre mouvement est parfaitement représentatif des forces vives et actives de nos territoires, et par là même, légitimé dans l’expression de l’opinion de la tranche de population qu’il entend incarner : les Jeunes Citoyens Entreprenants de notre pays.

[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

la Jeune Chambre economique Française

11 M a g a z i n e

d ’ i n f o r M a t i o n

d e

l a

J e U n e

C H a M B r e

e C o n o M i Q U e

f r a n ç a i S e


[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?]

Intervention de Françoise Gri Lors de la Convention nationale de la JCEF à Angoulême, les 19 et 20 juin 2009, la Jeune Chambre Econo pour le secteur privé, Françoise Gri, Présidente-directeur général de Manpower France, et le Haut Com percutant, appelant la JCEF et ses membres à l’action pour permettre aux Jeunes de faire face à la Crise.

L’ascenseur social en panne

  La jeunesse d’aujourd’hui exprime aussi, de façon forte et unanime, un besoin de connaissance du monde de l’entreprise de plus en plus tôt. L’entreprise est un monde qui attire et qui fait peur.   « On travaille plus et on accepte des salaires déconnectés du niveau de diplôme », disent les jeunes. On craint que son CDD ne débouche pas sur un CDI et on voit autour de soi les emplois potentiels devenir offres de stages. Bref ils ne croient plus aux discours, qu’ils soient d’entreprise ou politiques.   Les Ecoles, accusées d’enjoliver les choses, font figure d’acteurs déconnectés du monde du travail et semblent peu capables d’offrir une vue globale et objective du marché de l’emploi.

Des blocages à lever pour croire en l’avenir

Avant de venir vous rencontrer, je regardais un chiffre qui résume bien la situation que vivent tous les jeunes de notre pays : pour qu’une famille française double ses revenus, pour prendre l’ascenseur social en quelque sorte, il fallait une génération dans les années 60. Il en fallait deux dans les années 80. Aujourd’hui il faut trois générations d’une famille pour que ses revenus, pour que son pouvoir d’achat, double.   La promesse sur laquelle nous avons construit notre modèle social s’effrite, la promesse d’un avenir fait de progrès s’effrite, la promesse, pour la jeunesse d’aujourd’hui, d’une vie meilleure demain s’effondre.   Ce n’est pas acceptable. Ce n’est plus concevable.

Les Jeunes et les discours d’entreprise ou politiques

Les jeunes ne se reconnaissent pas dans le monde politique d’aujourd’hui, ce qui n’est pas une nouveauté, mais la situation n’évolue pas. Qui parle en leur nom ? Qui les représente ? Et surtout qui parle leur langage ?

12 JUILLET 2009

N° 151

Leur conscience de l’avenir c’est une régression, pas un progrès. On ne change pas un désespoir en espoir, sans remise en question d’un certain nombre de blocages… Exemple : la dictature du diplôme qui élimine toute écoute de l’individu. Vous le savez, souvent les DRH choisissent d’abord un diplôme avant de choisir un individu.   Autre blocage : sans expérience, pas de travail. Sans travail, pas d’expérience. Nous avons tous vécu cette situation absurde, alors que, les conditions d’entrée sur le marché du travail déterminent le déroulement de toute la carrière.   A cela, vous ajoutez un accès injuste à la formation professionnelle (puisque souvent attribuée à ceux qui en ont le moins besoin), et vous ne pouvez plus corriger les inégalités scolaires initiales. Alors il faut développer l’apprentissage, lui donner les conditions de succès, développer l’alternance, mais aussi les stages qui servent à quelque chose, ou encore le tutorat des seniors vers les juniors. Oui aux réformes de structures, aux grands chantiers, aux grands projets, s’ils aboutissent. Mais oui aussi à ce que nous faisons, la Jeune Chambre Economique Française et MANPOWER, tous les jours, dans nos entreprises, sur le terrain, toutes ces micro-initiatives qui font que les choses bougent. C’est notre responsabilité, c’est, pour moi, un combat personnel.   Autre blocage : les filières scientifiques ou les femmes se font rares. Or c’est souvent dans ces filaires que l’on puise les futurs patrons de grandes entreprises. Et sur ce sujet, des incantations, des airs navrés et aucune remise en question.

Manpower et la Jeune Chambre Economique Française

Alors il faut reconstruire, continuer à réformer, changer les comportements, les mentalités et donner l’exemple. Nos attitudes individuelles et nos combats personnels feront que la société changera.


Nous sommes tous des acteurs, et c’est l’addition de nos actions terrain qui fera bouger les lignes.   Je sais que vous partagez ce point de vue qui est inscrit dans votre engagement Jeune Chambre. Nous avons aussi un autre point commun : votre Mouvementa 55 ans, Manpower en France a 52 ans et chacun, sur le marché de l’emploi, nous voulons faire avancer les entreprises et les valeurs humanistes. J’entends par là : l’égalité des chances, l’accès à l’emploi pour tous, le respect de la personne et l’engagement pour la protection de ceux que nous faisons travailler.   C’est là, une des motivations de notre futur partenariat entre La Fondation Manpower pour l’emploi et la Jeune Chambre Economique Française.   Nous sommes face à une crise qui peut être une chance pour nous : les entreprises devront intégrer une dimension sociale plus forte. On ne pourra plus continuer comme avant. L’Ethique et le social refont surface.   Nos actions de terrain et nos convictions vont permettre, souhaitonsle, de faire GRANDIR notre pays. n

CV de Françoise Gri Diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Informatique et de Mathématiques Appliquées de Grenoble (ENSIMAG), Françoise Gri entre chez IBM France en 1981 pour devenir en 2001 Président-directeur général d’IBM France. En mars 2007, elle est nommée Président-directeur général de Manpower France. Selon le classement du magazine américain Fortune, Françoise Gri figure parmi les 50 femmes d’affaire les plus influentes au monde.

Jeunes Citoyens, soyez RSA : Responsables, Solidaires et Actifs Les membres de la Jeune Chambre Economique Française, réunis à Angoulême les 19 et 20 juin 2009, ont eu la chance de voir intervenir Martin Hirsch. Le Haut Commissaire à la Jeunesse a présenté les mesures phares de la Politique Jeunesse du Gouvernement, et encouragé les membres Jeune Chambre à passer à l’action : « Il faut y aller. Foncez ! ». Le constat a été rapidement fait : Le taux d’emploi des jeunes est fortement dépendant de la conjoncture économique d’un pays, et avec la crise, les 15-24 ans sont les premiers touchés par la recrudescence du chômage. Un plan d’urgence s’impose. Un grenelle de l’Emploi a été lancé en mars 2009, rassemblant chaque semaine 80 acteurs.

Une politique jeunesse à réinventer

Le 20 juin à Angoulême, Martin Hirsch déclare : « Nous avons passé quelques mois à discuter sur ce que devait être une politique Jeunesse dans un pays un peu bizarre, la France, qui bénéficie d’une forte progression démographique et d’une politique familiale volontariste mais qui ne sait pas quoi faire de sa jeunesse, les plus de 18 ans, pour les aider à trouver leur place dans la société. »   Il cite en exemple : « Combien de temps pensez-vous qu’il faut à un jeune pour avoir son premier CDI? 7 ans! Délirant n’est ce pas ? ». Le Haut Commissaire captive son public avec son discours ouvert, franc et plein d’exemples concrets, qui font réfléchir : Outre un taux de chômage des jeunes diplômés plus élevé que le taux de chômage moyen, « le taux de pauvreté chez les jeunes est de 50% plus élevé que celui de la population, ». Un constat alarmant qui appelle à l’action !

[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

mique Française a accueilli deux grands témoins sur la thématique nationale des Jeunes et de l’emploi : missaire aux solidarités actives et à la Jeunesse Martin Hirsch. Tous deux nous ont délivré un message A nous tous de relever le défi qu’ils nous ont lancé !

Prendre un bon départ dans sa vie professionnelle : les solutions d’urgence du gouvernement

Pour passer plus vite de l’école à la vie active, Martin Hirsch présente

13 M a g a z i n e

d ’ i n f o r m a t i o n

d e

l a

J E U NE

C H A M B RE

E C ONO M I Q U E

FRAN ç AI S E


[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?] 3 mesures phares aux 600 Jeunes Citoyens Entreprenants venus l’écouter : • Favoriser l’embauche des stagiaires : Tout stagiaire qui a été en stage pendant au moins deux mois au cours de l’année qui vient de s’écouler peut être embauché par son employeur qui bénéficie alors d’une prime de 3 000 Euros. • Favoriser les formations en alternance : Une entreprise qui prend un apprenti en plus ou qui garde des apprentis n’a aucune charge sociale sur les apprentis et une prime de 1 800 euros pour tout nouvel apprenti accueilli. « Il faudrait vraiment être égoïste pour ne pas prendre d’apprenti pendant cette période. » constate Martin Hirsch. • Favoriser les contrats aidées (contrat initiative emploi, CIE, pour les secteurs marchant et contrat d’accompagnement dans l’emploi, CAE, pour les associations et collectivités) : Des contrats aidés sont débloqués dans le secteur marchand avec des Contrats d’Initiative Emploi qui existent depuis des années. Ces contrats sont maintenant plus nombreux et offre une prise en charge de 50% des salaires la première année. « C’est facile et c’est adapté aux premières années d’activité. Ne pas y avoir recours serait irresponsable ! » termine l’ancien président d’Emmaüs-France.

« Cela peut paraître bizarre qu’un ministre soit là à quémander, mais la situation est d’une gravité extrême pour les jeunes et ne pas tout faire serait inacceptable ».   « Est-ce qu’on peut compter sur vous ? » termine-t-il. Un tonnerre d’applaudissement lui répond. n Le Haut Commissaire décline ensuite quelques pistes développées dans son « Livre vert » : un service public d’orientation qui pourrait aider les jeunes à se diriger vers les filières techniques ; un service civique « ambitieux » avec un tutorat par des seniors ou encore une dernière année de formation en alternance pour « que les employeurs apprivoisent ces viviers méconnus ».

Des solutions à déployer

Martin Hirsch fait appel aux acteurs de moins de 40 ans de relayer ses initiatives pour l’emploi des jeunes : « Ces mesures ont été demandées, discutées avec les acteurs, elles sont en vigueur. Ce sont des choses qui sont justes, sauf qu’il ne suffit pas de le dire pour qu’elle se fassent ! Là aussi, on aura besoin de vous ! »   « Votre but, Monsieur Hirsch, c’est de savoir comment être utile, c’est aussi la raison d’être de notre mouvement » confirme Guillaume Aubanel, président de la Jeune Chambre Economique Française.   Le Haut Commissaire persiste à dire qu’il faut déployer mesures sur tout le territoire, dans toutes les entreprises pour qu’elles prennent leur plein effet à la rentrée.

14 JUILLET 2009

N° 151

CV de Martin Hirsch Diplômé de l’Ecole Normale Supérieure puis de l’Ecole Nationale d’Administration, Martin Hirsch devient en 1997 directeur du cabinet de Bernard Kouchner au secrétariat d’État à la Santé et à l’action sociale, et conseiller chargé de la santé au cabinet de Martine Aubry au ministère de l’Emploi et de la solidarité. Président d’Emmaüs France en mai 2002, il démissionne le 18 mai 2007, suite à sa nomination au sein du Gouvernement François Fillon comme Haut Commissaire aux Solidarités Actives. Il est également depuis le 12 janvier 2009 Haut Commissaire à la Jeunesse. Il a mis en place depuis son entrée au gouvernement le Revenu de Solidarité Active et pilote la Concertation sur la politique de la Jeunesse.


intro

Assises Nationales de la Jeunesse : mieux appréhender les préoccupations des Jeunes Quellessontlesattentesetlesaspirationsdelajeunessed’aujourd’hui?Pourlesavoir,nousavons analysé le compte-rendu des assises nationales 2006 du Conseil Economique et Social de la République. Régulièrement, le Conseil Economique et Social organise de grands débats sur une problématique de son temps. Des groupes de travail sont constitués et leurs conclusions disponibles en ligne (www. conseil-economique-et-social.fr). En 2006, 3 grandes thématiques étaient choisies pour les assises : l’emploi des jeunes ; le logement des jeunes; les jeunes dans le monde de demain. Des centaines de jeunes étaient réunis au palais d’Iéna, pour partager leurs constats, leurs interrogations et leurs idées avec des représentants de la société civile.

les préoccupations des Jeunes : sources d’action pour la Jeune Chambre economique

Les assises de la Jeunesse mettent en avant 5 axes de travail, autant de thématiques d’actions possibles pour les membres Jeune Chambre. • Cursus : produire une information claire et���actualisée sur le contenu des études et sur les débouchés ; • Intégrer dès le collège une matière sur les métiers et la formation ; •  Stage pendant les études : l’intégrer dès le collège dans le travail  scolaire, avec un pré-travail avant et une expression devant la classe suivi d’une notation ; • Créer un statut de stagiaire ; • Recrutement : favoriser et généraliser la politique du CV anonyme.

les préoccupations des Jeunes : sources de communication pour la Jeune Chambre economique

Mais la Jeune Chambre Economique peut déjà répondre à un certain nombre de préoccupations, à savoir : •   Valorisation des Acquis de l’Expérience ( VAE) : les jeunes souhaitent une généralisation de ce dispositif, afi n de favoriser l’expérience au diplôme. Une communication sur les possibilités offertes par la Jeune Chambre Economique en terme d’expérience et de VAE peut les intéresser. •  Epanouissement personnel et professionnel : il s’agit d’une préoccupation forte. La Jeune Chambre Economique est un élément d’épanouissement important, surtout pour ceux qui ne se sentent pas valorisés dans leur milieu professionnel. •   Valoriser  les  comportements  éthiques  et  se  mobiliser  :  les  jeunes  sont conscients de leur rôle en terme de changement. Il faut leur montrer que grâce à la Jeune Chambre Economique, ils peuvent changer les choses, sans jugement, tout en apprenant. •  Image des jeunes donnée par les médias : cette image leur colle à la  peau. La Jeune Chambre Economique est un moyen pour eux de donner une autre image, celle de la jeunesse qui se mobilise concrètement, sans être dans l’éternelle revendication. n

[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

Dossier : Les Jeunes et l’Emploi [Poser le débat]

15 M a g a z i n e

d ’ i n f o r M a t i o n

d e

l a

J e U n e

C H a M B r e

e C o n o M i Q U e

f r a n ç a i S e


[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?] Dossier : Les Jeunes et l’Emploi [Poser le débat]

D’une vision à l’action : A Montargis les présidents locaux s’imprègnent du thème national Le7février2009,danslecadredelaConférencedesPrésidents,laJeuneChambreEconomique FrançaiseproposaitàsesresponsableslocauxunetablerondesurlesJeunesetl’Emploi. Le Vice-Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) du LOIRET, la Directrice Générale de La MANU (agence créée en 2008 pour faire le lien entre étudiants et entreprises) et le représentant de l’Association pour Faciliter l’Insertion des Jeunes diplômés (AFIJ) étaient réunis pour débattre de la thématique nationale 2009 de la Jeune Chambre Economique Française.

Lionel QUIRIN mentionne l’existence de Bureaux d’Aide à l’Insertion Professionnelle (BAIP) dans les universités depuis 2007. Leur mission est justement d’expliquer aux entreprises le contenu des formations et en retour de savoir ce dont les entreprises ont besoin pour faire évoluer les cursus.

des pistes de réflexion concrètes

Cette table ronde a débouché sur 3 pistes de réfl exion importantes : •  il faut faire se rencontrer Jeunes et Entrepreneurs pour faire tomber  les a priori ; •  ne s’adresser qu’aux étudiants est réducteur, ils ne sont pas les seuls  à avoir des diffi cultés à s’insérer dans le milieu professionnel. •  il faut permettre aux Jeunes de développer leur réseau professionnel. De quoi convaincre les présidents locaux des Jeunes Chambres Economiques de la mine d’or d’action qu’offre la thématique nationale 2009 ! n

des étudiants rapidement opérationnels ?

Echangeant tout d’abord leurs points de vue respectifs sur la bonne adaptation de la formation à l’emploi, les intervenants se sont rapidement retrouvés sur un point : il est impossible d’avoir une adéquation totale, le monde du travail est trop mouvant. Alors que faire ? Pour Michel BRISSON (CCI) la formation en alternance est la clé du lien qualifi cation/entreprise. Le modèle des écoles d’ingénieurs ou de  commerce est intéressant avec une part du cursus effectuée sur le terrain. Des formations de ce type existent aussi à l’Université (Master Professionnel) mais ne sont pas généralisables, l’université devant aussi, rappelle Lionel QUIRIN (AFIJ), former des jeunes à la Recherche.

aller au-delà de l’adéquation formation/emploi

Julie COUDRY (LA MANU) situe le problème à un autre niveau : une étanchéité perdure entre le monde universitaire et le monde du travail. D’un côté, les étudiants ne savent pas à quels métiers ils ont accès avec les compétences acquises dans leur formation. De l’autre les Entrepreneurs ne se doutent pas des richesses se cachant derrière un diplôme, en particulier universitaire.

16 JUILLET 2009

N° 151


intro L’orientation et l’insertion professionnelle sont les clés de la réussite des transitions de l’écoleàl’emploioud’unemploiàunautre.Lesstatistiquesactuellesmontrentqueles jeunesdiplôméspeinentàentrersurlemarchédel’emploi,enparticulierencettepérioded’incertitudeéconomique.Ilssemblentpeupréparésàunentretiend’embauche. Pourrépondreàcetteproblématique,lesJeunesChambresEconomiquesLocalesdisposentdesolutions pragmatiquesetefficaces:TrainingJobKfé(TJK)oulespeeddatingdel’apprentissage. La méthode ? Faire se rencontrer étudiants et professionnels, en deux temps : d’abord « coacher »  les participantsenleurrappelantleB-ABAdel’entretien,delaconstructiond’unCV,etc.puislesleur proposerdesmisesensituation,enlesfaisantrencontrerdirigeantsouDRH,lorsdesimulationsd’entretiens d’environ 10 minutes. Cesprojetssontdéjàencoursderéalisationsurplusieursbassinsd’emploi.Lespremiersretourssonttrès positifs.Ilsdémontrentqu’avecpeudemoyensonpeutfaireappréhenderauxjeuneslamanièredebien négocier leur insertion professionnelle.

Speed Dating de l’Apprentissage : en route vers l’emploi ! Pour la troisième année consécutive, la Jeune Chambre Economique du Pays Niçois a œuvré pour l’emploi des Jeunes et a mis l’apprentissage, dans les métiers de l’Artisanat,souslefeudesprojecteurs!Voiciletémoignagedeladirectricedecommission,Maeva Strahm. Partant du constat que l’apprentissage est une réelle voie d’insertion professionnelle, mais aussi un parcours exigeant, notre association a proposé les « Speed Dating de l’Apprentissage», pour favoriser la rencontre entre artisans et aspirants apprentis, un premier pas vers la signature d’un contrat d’apprentissage réussi. Le lundi 6 Avril 2009, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Alpes-Maritimes a accueilli notre action lors du Salon Nice Artisanat. Grâce à une étroite synergie, avec les Missions Locales, l’Académie de Nice, l’Union Professionnelle Artisanale 06 (UPA) et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat 06 (CMAM), ainsi que le soutien de nombreux autres partenaires, TPE et PME artisanales et commerciales, les «Speed Dating de l’Apprentissage» ont connu un franc succès. Plus de trente artisans étaient présents et une dizaine d’autres sont prêts à recevoir de futurs apprentis. Plus d’une centaine de jeunes ont été orientés vers eux et nombre d’entretiens semblent prometteurs. Les artisans ont particulièrement apprécié l’opportunité proposée. Ils ont déjà pris rendez-vous pour l’édition 2010, exprimant ainsi un besoin annuel de recrutement d’apprentis. Au terme de cette édition, la Jeune Chambre Economique du Pays Niçois est fi ère de pouvoir annoncer la transmission offi cielle du projet à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Alpes-Maritimes. Celle-ci est prévue pour le mois de juin, pour faire de ces rencontres «

gagnant  /  gagnant  »  un  rendez-vous  annuel  entre  artisans  et  futurs  apprentis. C’est avec la satisfaction du travail accompli et de l’objectif atteint que notre équipe, riche de trois années de collaboration, s’est retrouvée autour d’un bon repas, et a échafaudé de nouveaux projets, sous l’impulsion de notre Président National, Guillaume AUBANEL, présent lors de la cérémonie de clôture en présence de nos partenaires offi ciels. n

[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

Dossier : Les Jeunes et l’Emploi [TJK : thème national 2009]

17 M a g a z i n e

d ’ i n f o r M a t i o n

d e

l a

J e U n e

C H a M B r e

e C o n o M i Q U e

f r a n ç a i S e


[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?] Dossier : Les Jeunes et l’Emploi [D’autres actions]

livre d’or Cyril MUGNIER, Directeur commercial de la société Earlex, parlant des étudiants : « c’est une main tendue pour leur donner une vision réaliste de ce qu’attendent les recruteurs. Souvent les jeunes manquent d’arguments pour se mettre en valeur ou exprimer leurs qualités. ». Louise, étudiante : « Tout le monde a joué le jeu, aussi bien professionnels qu’étudiants. La convivialité est un plus pour être vraiment soi-même mais aussi pour accepter les critiques. Je retiens de ces entretiens la nécessité de mettre plus en avant ma vie personnelle, notamment ma jeunesse aux USA. » Thomas PRIEUR de l’Agence Economique de la Communauté d’Agglomération : « Cette action est un bel exemple de ce qui peut se faire en matière de rapprochement Ecole / Entreprises. Elle a permis à des étudiants, ayant eu très peu de contacts professionnels, de se confronter au regard d’un recruteur. Elle a également permis de mobiliser des chefs d’entreprises souhaitant s’impliquer dans une démarche citoyenne ».

A Vienne et Saint-etienne :

Bientôt un job pour les étudiants ? l’édition Viennoise de training Job Kfé (tJK) : un projet original Le20mars2009,25professionnelset55étudiantsétaientréunisàl’IUTGEA (GestiondesEntreprisesetdesAdministrations)deVienne,pourunematinée de«Speedrecruiting». En 4 heures, 200 simulations de recrutement ont été réalisées. Un véritable marathon pendant lequel des managers d’entreprises privées, des consultants RH, etc., ont pu délivrer aux futurs jeunes actifs de précieux conseils.

Point fort de tJK à Vienne : des étudiants bien préparés et épaulés

La Direction de l’IUT a souhaité intégrer ce projet dans son propre programme pédagogique. Ainsi, avant la journée d’entretiens « blancs », un enseignant a fait travailler 2 heures les étudiants sur la reconstruction de leur CV. Ceci venait en complément d’une conférence proposée par la Jeune Chambre Economique de Vienne sur les règles de l’art du recrutement. Une semaine après les entretiens, un enseignant a proposé à chaque participant un débriefi ng sur sa prestation, en présence  d’un représentant de la Jeune Chambre.

Pour aller plus loin : Un projet mixte étudiants / membres Jeune Chambre

La commission de travail qui organisait l’événement avaient une particularité : elle était composée de membres de la Jeune Chambre Economique Locale bien sûr, mais aussi de 7 étudiants de l’IUT GEA de Vienne, dans le cadre de leur projet de fi n d’études. Ils ont participé  au montage de la manifestation, à la recherche de professionnels du recrutement ou de partenariats pour le jour J, mais aussi à l’ensemble de la communication interne IUT pour la recherche de volontaires.

des supports pertinents distribués

Les étudiants acteurs du projet TJK ont eu une idée originale : offrir aux participants à leur arrivée un Passeport TJK, aux couleurs de la Jeune Chambre, pour noter l’ensemble des commentaires des professionnels. Une alternative à la simple feuille blanche fi nissant trop vite à la  poubelle ! Un « Guide de l’Entretien Réussi » leur a été également remis. Ce support de communication est proposé par la Jeune Chambre Economique Française à toute organisation locale reprenant le projet. Il peut être revisité pour en faire un outil sur mesure pour le public visé par l’action. n

A Saint-etienne : des étudiants fin prêts pour la course au job ! TrainingJobKfé(TJK)aeulieuàSaint-Étiennele29avril2009,etc’estavec succès que les étudiants ont joué le jeu. La Jeune Chambre Economique de Saint-Étienne avait choisi le lycée Jean-Monnet pour organiser TJK auprès d’élèves de BTS de comptabilité et gestion des organisations, assistants de gestion et commerce international. Au total près de 60 élèves se sont préparés pour les entretiens, avec 24 recruteurs. Ceux-ci ont accepté d’accorder de leur temps à l’opération, qu’ils ont tous jugée réellement digne d’intérêt, dans un monde où l’école est éloignée des milieux économiques. Les étudiants ont ainsi pu, sur un après-midi, passer entre 3 et 5 entretiens.

Une occasion de se remettre en question 18 JUILLET 2009

N° 151

Entre le semi-dilettante et l’hyper-stressé-motivé, on a  vu  tous  les  profi ls  d’élèves  se  présenter.  «  J’étais  tendu au début, mais je sais où m’améliorer maintenant », confi e l’un. Alors que l’autre se lamente un  peu : « le premier recruteur a souligné un point de progression et je pensais être meilleur au deuxième,

remarque...». De leur côté, les professionnels ont apprécié le contact avec les jeunes, « dont certains sont vraiment intéressants». Les professeurs ont eux suivi avec attention les entretiens, pour juger des qualités de leurs élèves, et entendre les interrogations soulevées.

Une action riche d’enseignement, pour tous

TJK s’est donc avéré une action très profi table pour : •  les  étudiants,  dont  certains  ont  pu  prendre  des  contacts directs avec le monde de l’entreprise (des propositions concrètes ont été faites), •  les professionnels, pour qui c’était un moyen de «  réseauter » voire de recruter, •  la Jeune Chambre Economique, qui a pu prendre  un certain nombre de contacts dans le bassin économique stéphanois, voire penser développement


Vis Mon Job : partage son quotidien professionnel La Jeune Chambre Economique du Pays Drouais lance cette année une première sur l’agglomération Drouaise : partager le quotidien professionnel de l’autre et inversement. Cette action, nommée « Vis MonJob»etfais-moidécouvrirletien,nousestprésentéeparPatricaCarluSagaz,présidentelocale, quelques jours avant la première rencontre.

Quels sont les objectifs de l’action ?

Nous souhaitons donner l’occasion, le temps d’une journée, de vivre la profession de l’autre, de découvrir le travail ou le secteur d’activités que l’on ne connaît pas, sur lequel on rêve peut-être ou que l’on s’imagine détestable. Le programme de l’action « Vis mon job » lancé par notre Jeune Chambre Economique Locale est tout cela à la fois. Nous souhaitons aussi présenter les « savoir-faire » des entreprises locales et mettre en valeur la diversité et la richesse des nombreux métiers exercés sur le Pays Drouais. Nous donnons ainsi aux entreprises participantes, l’opportunité de bénéfi cier d’une communication interne  et externe originale.

Concrètement, comment la rencontre va-t-elle se passer ?

Dans le respect du souhait des participants, nous mettrons en relation des jeunes actifs exerçant des métiers que tout oppose sous forme de « binômes » : un agent de la fonction publique et un chef d’entreprise, une personne exerçant un travail manuel et une autre ayant un métier intellectuel. Des échanges fructueux devraient avoir lieu au sein de ces « paires » et les surprises seront certainement au rendez-vous pour bon

nombre de participants. Le regard porté sur les autres métiers devrait ainsi changer… Notre association organise une trentaine de « découvreurs » de métier et souhaite que les participants photographient ou fi lment leur  journée d’exploration. Ces témoignages imagés seront projetés lors de notre soirée de clôture. L’action se déroulera en quatre temps forts : •  Présentation de l’action et des participants, le 14 mai 2009 •  Première journée « d’échange aller », fi n mai 2009. •  Deuxième journée « d’échange retour », mi-juin 2009. •  Soirée de clôture avec présentation et retours des expériences et avec  la présence des entreprises et partenaires qui nous ont accompagnés, le 24 juin 2009.

le mot de la fin ?

L’idée est généreuse et audacieuse ! Elle fera parler de notre merveilleux mouvement et nous comptons sur cette communication « inattendue » pour nous développer et grandir. n

une initiative originale : la CCi-Junior FranckBoublin,directeurdecommissiondelaJCEd’Angers,nousprésentelaCCI-Junior. Etudiants, acteurs économiques et institutionnels n’ont qu’une seule interrogation : pourquoi une tellestructuren’apasétécrééeavant? En 2006, la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) du Maine et Loire fait le constat que trop peu d’étudiants, formés en Anjou, rejoignent les entreprises locales à la fi n de leurs études. En 2007, l’idée nait conjointement entre la CCI et la JCE d’Angers de créer une structure permettant aux étudiants de mieux connaître le tissu économique local dans lequel ils évoluent. Le 14 février 2008, la CCI-Junior voit le jour offi ciellement. Elle est composée d’étudiants issus de 8 grandes écoles angevines.   Les atouts d’une CCI-Junior pour le trinôme  Etudiants  / Ecoles  /  Entreprises sont multiples : • Permettre de nouer des relations durables ; •  Mieux faire connaître les structures existantes pour les projets d’entreprenariat ; •  Faciliter le recrutement de jeunes salariés ou stagiaires et donner une  meilleure visibilité des formations dispensées en Anjou. M a g a z i n e

d ’ i n f o r M a t i o n

d e

l a

  Le fi l conducteur de la CCI-Junior est la réalisation de manifestations  récurrentes et évènementielles dont les jeunes sont à l’initiative : •  « After Work » : dans une ambiance conviviale, étudiants et chefs d’entreprises se rencontrent, échangent leurs cartes de visite et discutent autour d’un verre ; •  «  Ech’Angers  nos  places  »  :  basée  sur  le  concept de l’émission de télévision « Vis ma vie », un étudiant partage le temps d’une journée le quotidien d’un chef d’entreprise/ cadre dirigeant, ce dernier est ensuite invité dans l’établissement de son « binôme ».   Et  d’autres  idées  fl eurissent,  du  «  speed  recruiting », à la « simulation d’entretien d’embauche » en passant par les traditionnelles visites d’entreprises suivies de débat. n

J e U n e

C H a M B r e

e C o n o M i Q U e

f r a n ç a i S e

[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

Dossier : Les Jeunes et l’Emploi [D’autres actions]

19


[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?] Dossier : Les Jeunes et l’Emploi [D’autres actions]

tapas’1 Job : l’importance du réseau Répondre à une offre d’emploi, envoyer une candidature spontanée, courir les forums et autres salons…L’agendadeschercheursd’emploiestbiensouventlemême.Or,60%d’entreeuxtrouvent unemploiparrelation.Uneréalitéàl’originedel’actionTapas’1Jobmenéedepuis2008parla Jeune Chambre Economique d’Agen. Tapas’1 Job, c’est une rencontre entre nouveaux arrivants sur l’agglomération agenaise et entreprises locales. Objectif : développer son réseau et échanger sur les opportunités locales en matière d’emploi.

Prendre contact autrement

L’originalité de Tapas’1 Job réside d’abord dans sa forme. La rencontre se déroule en soirée dans un restaurant de la ville. Entre deux tapas et un verre de vin ou de jus de fruits, les échanges sont totalement informels, loin du schéma traditionnel de l’entretien d’embauche. Dans la convivialité la plus simple, chacun lie connaissance. Au menu des discussions : échanges de carnets d’adresses, conseils en recherche d’emploi, découverte du marché local. L’intérêt de Tapas’1 Job est également de faciliter des rencontres qui n’auraient sûrement jamais vu le jour dans le cadre des procédures de recrutement habituelles. Ici, les CV ne sont pas triés et chacun a sa chance. Deux rencontres ont déjà eu lieu en juin 2008 et mars 2009. Une

prochaine date est prévue à l’automne prochain. A chaque édition, près de 30 personnes participent : 15 représentants d’entreprises locales et 15 chercheurs d’emploi. Pour ces derniers, un impératif à respecter : être nouvellement arrivé dans le département du Lot-et-Garonne. Souhaitant conserver au maximum la qualité des échanges, la Jeune Chambre Economique d’Agen a en effet choisi de limiter le nombre de participants en ciblant les personnes a priori les plus démunies en termes de réseau : les nouveaux arrivants.

et ça marche !

L’évaluation menée par la Jeune Chambre Economique d’Agen a révélé que 3 personnes avaient retrouvé un emploi suite aux contacts pris lors de la première rencontre. Par ailleurs, 85 % des participants estiment que Tapas’1 Job leur a permis de «se relancer» dans leurs démarches de recherche d’emploi. Quant aux entreprises partenaires, Tapas’1 Job est l’occasion d’agir différemment sur la fl uidité du marché du travail, …  tout en travaillant, elles aussi, sur leurs propres réseaux. n

www.stagecollege37.fr La Jeune Chambre Economique de Tours, en partenariat avec le Groupe Cyrès, le MEDEF d’Indre et Loire, le Conseil Général 37 et l’Inspection Académique, a lancé un site internet répertoriant des offres de stage pour élèves de 3ème : www.stagecollege37.fr Ce site internet permet aux jeunes, n’ayant pas la possibilité de faire leur stage obligatoire chez l’employeur de leurs parents, de trouver une

20 JUILLET 2009

N° 151

entreprise pour les accueillir. Mais il permet également aux entreprises de faire découvrir leur activité à un large public de jeunes. Cette opération pourrait s’étendre au territoire national grâce au réseau des Jeunes Chambres Economiques locales. n


Regard sur l’extérieur : “l’école Bannette” à la Chinoise Le7Févrierdernier,laJeuneChambreEconomiquedesFrançaisdeShanghailançaitlapremière promotion du programme de formation Shanghai Young Bakers, une formation en boulangerie artisanalefrançaiseréservéeàdesjeuneschinoisorphelins. En Chine, passé 18 ans, les enfants défavorisés ou orphelins ne peuvent  plus  bénéfi cier  de  l’assistance des associations caritatives locales. Ils se voient forcés d’arrêter l’école pour trouver un emploi souvent mal payé. D’un autre côté, la boulangerie connait une croissance exponentielle sur le marché chinois, donc un besoin grandissant de personnel qualifi é pour répondre à la demande des consommateurs. Partant de ce constat, la Jeune Chambre Economique des Français de Shanghai, soucieuse de créer des liens sociaux et culturels francochinois, a mis en place un projet caritatif : dispenser une formation en boulangerie artisanale française à de jeunes chinois en diffi culté. Le droit des associations en Chine n’étant pas reconnu, la commission Young Bakers - 12 étudiant(e)s ou expatrié(e)s de 21 à 37 ans - s’est entourée de partenaires institutionnels, tels que l’organisation américaine Jane Goodall Institute (qui assure le portage légal et fi nancier du   projet), le département de la Charité de la Municipalité de Shanghai ou encore le Consulat de France. Le projet a immédiatement obtenu le soutien de l’ensemble des professionnels de la boulangerie présents à Shanghai. La formation est entièrement sponsorisée par la Fondation Internationale Carrefour et les boulangeries Paul en Chine.   Sur le modèle du Certifi cat d’Aptitude Professionnel (CAP) Français,  les 6 mois de formation s’organisent ainsi : une période d’apprentissage en entreprise alternée avec des cours de boulangerie française et de desserts chinois. Un binôme de chef-boulangers bénévoles franco-

chinois a adapté le contenu de la formation au niveau scolaire des apprentis de la première promotion, 6 fi lles et 10 garçons de 17 à 22 ans  venant de toutes les provinces du territoire. L’équipe de la commission Shanghai Young Bakers travaille aujourd’hui sur la transmission du projet à des entités et professionnels qui  auraient  les  ressources  (humaines  et  fi nancières)  pour  assurer  la  pérennité de la formation. Plus qu’une initiative économique locale, un exemple d’action citoyenne, bien au delà de nos frontières mais surtout bien ancrée dans nos valeurs. n

[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

Dossier : Les Jeunes et l’Emploi [D’autres actions]

21 M a g a z i n e

d ’ i n f o r M a t i o n

d e

l a

J e U n e

C H a M B r e

e C o n o M i Q U e

f r a n ç a i S e


[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?]

Un NOUVEAU PARTENAIRE rejoint la Jeune Chambre Economique Française dans sa lutte en faveur “des Jeunes et L’Emploi” La Fondation Manpower pour l’Emploi et la JCEF sont heureux de vous présenter leur Projet Commun : « KEY FOR JOB », la Clé pour un Job ! En préambule, il est important de rappeler que le Partenariat entre la Fondation Manpower pour l’Emploi et la JCEF ne sera effectif qu’après la parution au Journal Officiel du Numéro d’Agrément de la Fondation prévu Fin Juillet et la validation des accords de partenariat par le Conseil d’Administration de la Fondation. Ce partenariat basé sur une Déclaration de Valeurs Communes signée à Angoulême le 19 juin 2009 a pour vocation d’associer nos forces autour du Thème National 2009 de la JCEF « les Jeunes et l’Emploi ». Alors que le Projet National, Training Job Kfé, aborde ce Thème sous l’Angle des Jeunes Diplômés, le projet commun KEY FOR JOB conçu avec la Fondation Manpower pour l’Emploi s’adresse à la Cible des jeunes de 16 à 24 ans, non diplômés et sortis des bancs de l’école et de tous statistiques officielles. KEY FOR JOB a pour vocation d’inciter ces jeunes s’étant mis en marge de l’emploi, n’ayant pas les connaissances minimales comportementales ou techniques, subissant ainsi des discriminations à l’embauche par manque d’adaptabilité au marché de l’emploi, à retrouver après UNE journée d’apport de compétences que nous leur proposons, le chemin de l’Emploi et l’envie de se prendre en charge pour s’en sortir ! Nous avons donc conçu une journée de réappropriation des compétences de base, Techniques et Comportementales, travaillant ainsi sur le Savoir-faire et le Savoir-être. Cette journée sera donc une journée « CLÉ » pour que ces jeunes retrouvent la démarche d’Acquisition de Compétences pour revenir dans la course à l’Emploi. En partenariat avec Manpower, un diagnostic de carences (Expression orale / écrite, Maîtrise des outils informatiques, Verbal / Non verbal, Motivation, Adaptabilité, Sociabilité …) sera établi en amont Du jour « J » d’apport de compétences et pour chaque jeune.

22 JUILLET 2009

N° 151

A l’issue de ce diagnostic de carences, la commission bi-partite JCE / Manpower définira pour chaque jeune, un Plan d’Action Personnalisé permettant de récapituler les 2 types de démarches que devra faire le Jeune Apprenant : les démarches « Réseau Emploi » et les démarches en terme de Développement Personnel. Ainsi, sur le PAP (plan d’action personnalisé) seront identifiés: • d’une part les acteurs sociaux publics et privés qui pourront combler ce déficit d’informations et de connaissances – acteurs que devra absolument contacter le jeune pour revenir vers les structures officielles et les aides concrètes qui pourront lui être apporter (Conseil Général, Mission Locale, Pli, Pôle Emploi …) • et d’autre part les besoin en formation, en éducation ou en accès à la connaissance (e-Learning, auto formation ou initiation sur le WEB …) dont le jeune a réellement besoin en terme de développement de compétences dans le cadre de son retour ou 1er accès à l’emploi. Enfin, un Parrainage de chacun des Jeunes de chaque « promotion KEY FOR JOB » sera mis en place entre un membre Jeune Chambre ou un salarié de Manpower afin d’insuffler « le coup de pouce », le soutien moral indispensable à toute démarche de retour à l’Emploi. Et, pour renforcer « le lien », il sera demandé à chaque « promotion » de KEY FOR JOB de signer symboliquement un Pacte d’Entraide afin que les premiers Stagiaires ayant retrouvés un Job, continuent d’aider les moins chanceux. C’est une démarche d’Emulation par le Groupe qui est encouragée. Aussi, dans l’optique d’être une Force de Proposition reconnue et de pouvoir remonter le résultat de nos actions à nos Ministères de Tutelle, la Jeune Chambre Economique Française aidée de Manpower s’est engagée à mettre en place un Process de mesure et de suivi sur le

Thème des Jeunes et l’Emploi. La JCEF réalisera donc avec l’aide de son partenaire sur « KEY FOR JOB », un Suivi Chiffré sur : • le public cible • le Nombre d’actions KEY FOR JOB réalisées • les Résultats Obtenus La Jeune Chambre Economique Française l’a affirmé : elle se mobilise pour être : LE Mouvement de Référence des Jeunes POUR les Jeunes. Alors AGISSONS ! Le LANCEMENT OFFICIEL de KEY FOR JOB aura lieu le 26 septembre 2009, lors des Universités d’Eté de la Jeune Chambre Economique Française à Montpellier. Si le projet vous intéresse, prenez contact avec Nathalie ASTIASARAN, Vice Présidente Nationale déléguée au Partenariat : partenariat@jcef.asso.fr. n


L’OES :

ses membres

de la Jeune Chambre Economique Française : Les missions 2009 L’observatoire économique et social (OES) est la structure de prospective de la Jeune Chambre Economique Française ( JCEF) sur les sujets de société. Il a vocation à observer les situations, à réfléchir, déceler et proposer des pistes d’actions ou des interventions destinées à améliorer et à faire progresser la société par l’action de la JCEF. La mission 2009 de l’OES est la rédaction d’un livre blanc portant sur le thème national « Les jeunes et l’emploi ». Ce document sera remis au Conseil d’Administration de la JCEF lors du Congrès National 2009, à Angers du 5 au 7 novembre, pour être ensuite transmis aux décideurs politiques concernés. Cette analyse et les propositions qui l’accompagneront, valoriseront la JCEF et la positionneront comme une force de proposition de premier plan.

Devant l’étendue du thème « Les Jeunes et l’emploi », et après de riches et longs échanges, l’OES a finalement décidé de s’attaquer à l’étude de ce sujet en concentrant sa réflexion sur le Savoir-être des jeunes. Comme l’a écrit Guillaume AUBANEL, Président 2009 de la Jeune Chambre Economique Française : « Aujourd’hui, à connaissances et à compétences équivalentes, c’est le Savoir-être qui fait la différence entre les demandeurs d’emploi». Tout l’enjeu consiste donc à identifier les éléments qui constituent ce Savoir-être, à comprendre comment il est perçu par les jeunes et les chefs d’entreprise et à identifier comment favoriser et développer son acquisition. Ce sont là, toutes les questions auxquelles va s’atteler l’OES. n

Livre blanc sur “les jeunes et l’emploi” : plan d’action À Savoir et Savoir-faire équivalent, le Savoir-être, cette capacité à s’adapter à des situations variées, à ajuster ses comportements en fonction des caractéristiques de l’environnement, des enjeux de la situation et du type d’interlocuteur, fait la différence auprès d’un recruteur. Dans son livre blanc, l’Observatoire Economique et Social (OES) de la Jeune Chambre Economique Française ( JCEF) proposera d’abord un diagnostic pratique pour mieux définir le Savoir-être. Du point de vue des jeunes et de l’entreprise. Cette première partie sera maillée d’exemples concrets et d’interviews. L’organe de prospective de la JCEF s’attachera ensuite à identifier comment acquérir le Savoir-être. S’il ne fait, à priori, pas partie des programmes de l’éducation nationale, il faut savoir accepter de se remettre en cause, de devoir donner avant de recevoir. Il est nécessaire d’inculquer cette démarche très jeune.

L’OES analysera enfin comment développer et adapter le Savoir-être acquis. Voici plusieurs pistes : •Faciliter l’intégration du jeune dans l’entreprise en mettant en avant le Savoir-être de l’entreprise (culture d’entreprise) : - Quel apport de l’entreprise pour le jeune ? - Quelle reconnaissance du jeune ? - Comment les priorités du jeune sont-elles prises en compte (contraintes vie personnelle/professionnelle, etc.). Les métiers doivent se vendre (marketing entreprise). • Chacun peut avoir un « modèle » pour repère (une personne référent pour être valorisé) • Accompagnement individualisé : parrainage • La place du travail dans la société : équilibre personnel/professionnel • Les medias ont un pouvoir puissant : comment les utiliser pour faire évoluer les mentalités ? n

• 2 membres du Conseil d’Administration de la Jeune Chambre Economique Française, dont un est l’animateur des séances de travail • 1 Secrétaire, Chargé de Mission auprès de l’Administrateur-animateur •1 vingtaine de membres au mandat de 2 ans (renouvellement par moitié des collèges de membres et anciens membres Jeune Chambre).

Les travaux de l’OES depuis 2006

• Discrimination/Egalité des chances • Education et travail • Education politique • La citoyenneté chez les jeunes • La RSE, L’entreprise dans la société • Sauvons notre système de protection sociale • Emploi et monde du travail, Les clés pour bien vivre l’Europe • L’isolement social des personnes âgées, • Prospective et politique nationale, le rapport ATTALI vu par la JCEF • Education et travail

[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

Observatoire Economique et Social

23 M a g a z i n e

d ’ i n f o r m a t i o n

d e

l a

J E U NE

C H A M B RE

E C ONO M I Q U E

FRAN ç AI S E


[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?]

Le grenelle dans tous ces Etats

La thermographie aérienne : thème national 2008-2012

Octobre 2008, vote de la loi Grenelle 1 par les députés: L’état fixe le cap, Loi de finance 2009 comprenant 14 mesures de verdissement de la fiscalité. Septembre 2009, Grenelle 2 « Engagement national pour l’environnement » : L’état met en place les instruments normatifs et techniques nécessaires. Avec la loi de finance 2010 dite « Grenelle 3 » : L’état définit sa contribution au financement du Grenelle de l’Environnement pour les trois années à venir.

En 2008, la Jeune Chambre Economique Française se fixait un objectif à 5 ans  : participer à la réduction durable des dépenses énergétiques des logements en multipliant les actions J’ISOL’OU sur le territoire. Sensible aux discussions du Grenelle de l’environnement de 2007, la Jeune Chambre Economique Française s’engage à relever le défi du 3ème millénaire : concilier indépendance énergétique, maîtrise de la consommation d’énergie, préservation de l’environnement, croissance économique durable et création d’emplois.   Le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d’énergie en France avec plus de 40% de la consommation finale. Il contribue pour près de 25% aux émissions nationales de gaz à effet de serre. Pour réduire cette facture énergétique, la Jeune Chambre Economique Française a décidé de proposer une analyse précise et accessible des déperditions d’énergie des bâtiments publics et privés.

Le triple effet J’Isol’où

L’action J’Isol’où combine deux parties. Une technique : la thermographie aérienne d’une ville, d’une agglomération ou d’une communauté d’agglomération ; une autre dans les domaines de compétence de la Jeune Chambre Economique : la restitution des données à la population lors d’un salon.   Cet événement permet non seulement aux visiteurs d’évaluer la performance énergétique de leur habita-

Souriez ! vous-êtes thermographiěs

La Jeune Chambre Economique Locale implique les acteurs institutionnels locaux dans cette action d’envergure. Elle recherche ses partenaires publics et privés locaux pour assurer la réussite de l’opération.

2ème étape : La JCEL réalise la communication autour de l’action

Après étude comparative des devis, elle confie la réalisation de l’opération de thermographie aérienne à un prestataire qualifié. Elle organise les nombreuses opérations de relations publiques avec les partenaires et les élus. JUILLET 2009

Quelques chiffres

D’ici à 2012, l’objectif de la Jeune Chambre Economique Française est clair : réaliser 120 thermographies aériennes sur le territoire national. Plus de 40 Jeunes Chambres Economiques Locales participent déjà à la démultiplication du projet.   Six ont déjà réalisé l’action complète : Reims en 2007 ; Beauvais, Haguenau et Bordeaux en 2008 ; La Corrèze et Aix les Bains en 2009. Les Jeunes Chambres Economiques de Tours et Pays de l’Aisne s’apprêtent à faire la restitution des résultats du survol des habitations à la rentrée de septembre 2009. n

: les différentes étapes

1ère étape : La JCEL est leader et porteuse du projet

24

tion mais d’avoir une vision générale des solutions à mettre en place pour l’améliorer.   J’Isol’où favorise ainsi le développement de l’économie locale et génère de l’activité pour créer des emplois.

N° 151

3ème étape : La JCEL organise un Salon “Habitat” de restitution des résultats

Tous les partenaires sont réunis pour : •Permettre à la population de connaitre l’état énergétique de son habitat, •Proposer des solutions de travaux en collaboration avec les professionnels exposants, •Proposer, en collaboration avec les Espaces Infos Energie (EIE), un accompagnement personnalisé afin de trouver les solutions les plus optimales. n


Pari tenu ! La Jeune Chambre Economique de La Corrèze qui préparait depuis l’été 2007 l’opération J’ISOL’OU pour le territoire de la Communauté d’Agglomération de Brive la Gaillarde a concrétisé la réalisation de l’action cet hiver. Dans la nuit du lundi 12 janvier 2009, l’avion du LNE (Laboratoire National de Métrologie et d’Essais) passait à la thermographie une partie de la Communauté d’Agglomération de Brive la Gaillarde. Le relief et l’hydrologie du bassin de Brive la Gaillarde confèrent à cette opération un caractère expérimental unique. 42 planches de 1, 4 km x 1 km, ont été réalisées.   Les résultats ont été présentés à la population lors du Salon de l’Habitat qui a eu lieu à Brive La Gaillarde, les 17, 18 et 19 avril 2009. Le stand « J’ISOL’OU » de la Jeune Chambre Economique de La Corrèze a été inauguré par François HOLLANDE, président du Conseil Général de La Corrèze, en présence de Sophie AUPETIT, Présidente de la Jeune Chambre Economique de la Corrèze et de Carlos BRANDAO, Président National 2008 de la Jeune Chambre Economique Française, en charge en 2009, de la coordination des actions de thermographie au niveau national.   1500 personnes, soit 20% des visiteurs du Salon de l’Habitat ont visité le stand « J’ISOL’OU ».   700 foyers ont pris connaissance de l’analyse de leur habitation thermographiée et ont rempli le questionnaire de suivi.   Le projet, élaboré en collaboration avec les collectivités territoriales

(Communauté d’Agglomération de Brive et Conseil Général de la Corrèze) et un ensemble de partenaires privés (ADEME, BNP PARIBAS, EDF, MACIF, Banque Tarneaud, CCI, BTP 19, ISO INTER) a permis de créer une cellule info énergie au sein de la Communauté d’Agglomération de Brive. Cette cellule a pour objet, d’accueillir les citoyens, d’analyser avec eux les cartes thermiques et les conseiller en matière d’économies d’énergie.   La Jeune Chambre Economique de la Corrèze et la cellule info énergie ont élaboré un processus de suivi de l’action : •Elaboration d’une fiche de suivi par foyer lors de la première visite, •Suivi des travaux effectués par le foyer : la cellule prend contact avec les foyers dans les 12 mois pour répertorier les travaux réalisés. Ce suivi sera fait pendant 5 ans, •Recensement semestriel du nombre de foyers ayant réalisés des travaux et leurs coûts. La création de la cellule marque la transmission et la pérennisation de cette opération initiée par la JCE de la Corrèze. n

JCE AIX LES BAINS : l’effet poupées Russe Pari tenu ! La Jeune Chambre Economique de La Corrèze qui préparait depuis l’été 2007 l’opération J’ISOL’OU pour le territoire de la Communauté d’Agglomération de Brive la Gaillarde a concrétisé la réalisation de l’action cet hiver. Quelques semaines après la tenue du 53ème Congrès National de la Jeune Chambre Economique Française à Aix les Bains, en décembre 2007, la ville d’Aix les Bains a trouvé opportun d’inscrire l’action de thermographie aérienne dans le cadre de son plan « Ressources et Climats » ; celui-ci ayant pour objectif de limiter l’émission de gaz à effet de serre.

Des missions réparties

En phase d’enquête, les deux protagonistes de l’opération, la collectivité territoriale (la Ville d’Aix les Bains) et la Jeune Chambre Economique d’Aix-les-Bains, se sont repartis les missions. L’action technique de thermographie aérienne a été réalisée par la Ville d’Aix les Bains. Le survol en hélicoptère, par le prestataire Trading Corp Consulting (TCC), a eu lieu le 25 février 2009. La Ville d’Aix-les-Bains déjà en avance avec son plan « Ressources et Climats » se place ainsi à la pointe en matière de politique énergétique puisqu’elle est en train de réalisation le plan d’intervention qui isolera la Maison des Jeunes et de la Culture,et la Maison des Associations.   Le salon de restitution des résultats, le salon « J’ISOL’OU », organisé par la Jeune Chambre Economique d’Aix-les-Bains s’est tenu les 15, 16 M a g a z i n e

d ’ i n f o r m a t i o n

d e

l a

et 17 mai 2009.   Les aixois, venus en grand nombre, ont pu y consulter la photo infra rouge de leur appartement ou maison, pour prendre connaissance des points de déperdition.   Face au succès du salon, deux nouvelles journées de restitution ont été prévues, les jeudi 11 et vendredi 12 juin 2009, afin de permettre au plus grand nombre d’Aixois d’obtenir le diagnostic de leur habitation.   Plusieurs partenaires ont été impliqués dans l’opération : le Conseil Général de la Savoie, la société Léon Grosse, GDF-Suez, ECODIS et EDF.

[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

JCE de La Corrèze : une grande réussite pour une grande visibilité

Affaire à suivre…

Une mise en ligne des résultats est tout d’abord prévue sur le site internet de la ville, cet automne.   La Jeune Chambre Economique d’Aix-les-Bains, que rien n’arrête, travaille d’ores et déjà sur la réalisation d’une autre opération, pour l’hiver 2009/2010 : une thermographie d’un territoire situé à 15 kilomètres et dépourvu de Jeune Chambre Economique Locale, Chambéry. n

J E U NE

25 C H A M B RE

E C ONO M I Q U E

FRAN ç AI S E


[ C’est réfléchir aux problématiques de son temps ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?]

JCE Pays de l’Aisne et jce Tours : thermo réalisée, restitution programmée A la rentrée prochaine, 2 autres Jeunes Chambres Economiques Locales vont réaliser des salons « J’ISOL’OU », les salons de restitution des résultats des prises de vues.

Soissons

Dans le cadre de l’application des orientations du Grenelle de l’Environnement en faveur du développement durable et des économies d’énergie, et suite aux éléments mis en avant par le diagnostic du Programme Local de l’Habitat, la Communauté d’Agglomération du Soissonnais a approuvé la réalisation de l’action de thermographie aérienne et associé la Jeune Chambre Economique du Pays de l’Aisne sur la partie communication et la réalisation du salon de restitution.   La thermographie aérienne a eu lieu dans la nuit du 8 mars 2009. L’avion du LNE a survolé les 28 communes de l’agglomération du soissonnais et ses 55.000 habitants.

Un monde meilleur,

Chiara MILANI, Présidente Nationale 2009, a invité la Jeune Chambre Economique Française au congrès national de JCI Italie les 1er et 2 mai 2009. Nicolas LEFEVERE 1er Vice-président national délégué aux relations internationales a représenté la JCEF en terres Toscanes pendant ces deux jours. Le congrès qui avait pour thème central le développement durable a permis à Nicolas LEFEVERE de présenter et promouvoir la France, nos es actions locales et plus particulièrement l’action de thermographie aérienne

Les Rencontres avec

l’ADEME et le MEEDAT

L’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie Suite au rendez-vous avec le représentant du Ministère, le 14 mai 2009, •

N° 151

Dans la nuit du 16 au 17 mars 2009, l’avion du LNE a survolé l’agglomération de TOURS et a thermographié les 230 000 habitants se trouvant dans la zone de survol.   Les résultats seront présentés à la population lors du salon de l’habitat qui aura lieu à Tours, du 25 au 28 septembre 2009. n

qui rencontre tant de succès en France.   La variété et l’envergure des actions de la Jeune Chambre Economique Française ont séduit l’auditoire italien qui souhaite désormais ardemment reprendre cette initiative concrète d’action citoyenne, économique et écologique.   Une rencontre, des échanges, une amitié et une action à partager : une vraie belle histoire Jeune Chambre qui nous rappelle combien notre réseau international est riche d’opportunités. n

Le 24 mars 2009, un rendez-vous a eu lieu au Ministère avec Youenn DUPUIS, conseiller technique énergie climat auprès du ministre. Les objectifs de l’action J’ISOL’OU et de la réalisation des 120 opérations sur tout le territoire étaient présentés.   Le représentant du Ministère assura la Jeune Chambre Economique Française d’un soutien et d’un accompagnement avec pour objectif de travailler la mise en place d’une convention de partenariat tripartite (Ministère/JCEF/ADEME). Les modalités et les détails de l’organisation du suivi de cette action doivent être validés avec l’ADEME.

JUILLET 2009

Tours

é Basta !

Le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire

26

  Les résultats seront présentés à la population lors du salon de l’habitat qui aura lieu à Soissons, du 11 au 13 septembre 2009.

une conférence téléphonique a eu lieu avec les responsables de l’ADEME.   L’ADEME et la Jeune Chambre Economique Française ont travaillé sur les modalités suivantes : • Démultiplication, sur 5 ans, de l’action sur le territoire avec au maximum une action par an et par région administrative, • Financement du plan d’action et d’intervention • Création de salons de restitution des résultats, normés • Ebauche d’un plan de communication • Pérennisation de l’action dans le cadre des Espaces Info Energie   Une fois la convention tripartite signée, un pool de partenaires financiers sera finalisé. Ce pool sera un appui fort auprès des Jeunes Chambres Economiques Locales et des collectivités territoriales dans l’élaboration d’une opération J’ISOL’OU. Faire de l’action J’ISOL’OU, une des applications concrètes du Grenelle de l’Environnement. n


Ce que la Jeune Chambre Economique permet : développer une stratégie d’action à court, moyen et long terme, identifier les meilleurs relais pour mener à bien nos projets, participer à des actions communes. En d’autres termes : savoir s’entourer de partenaires réseau compétents.

LA MANU est une agence créée en 2008 pour fabriquer du lien entre Etudiants et Entreprises. Elle organise régulièrement des rencontres qui, au-delà d’une simple mise en présence de jeunes et d’entrepreneurs, favorisent entre eux les échanges autour de sujets clés. Tout cela en prenant soin de faire tomber les « a priori » possibles entre ces 2 mondes… Ces actions se font sous des formes variées : Campus Rencontre RH, MANU-Breakfast ou MANU-Diner, sur les 3 zones d’action actuelles de LA MANU : Paris, Bordeaux et Lyon.   En tant que « Partenaire Action » de la MANU, la Jeune Chambre Economique Française, via ces antennes locales, a régulièrement l’occasion d’être acteur de ces moments privilégiés.

recruteur n’est pas forcément dans une situation plus facile que le candidat : Une froideur affichée dénote peut être simplement une manière d’aborder l’exercice, pas que le recruteur est plus fort.

Un salon participatif : Campus Rencontre RH

Jacques-Henri RIEME, secrétaire 2009 de la Jeune Chambre Economique de Bordeaux et jeune entrepreneur, a eu l’occasion de participer à 2 rencontres initiées par l’antenne Bordelaise de LA MANU : un MANUBreakfast le 18 février et un cocktail dit MANU-Dinner le 12 mai. Peux-tu nous expliquer le concept des MANU-Breakfast ? C’est un format table ronde avec 4/5 entrepreneurs. On répond aux questions des étudiants, tous membres de la MANU, sur la manière dont on recrute, ou plus terre à terre : que mettre dans son CV, comment l’entreprise perçoit les jeunes diplômés, etc. Et pour le cocktail ? On a 4 tables, avec un chef d’entreprise par table. Le cocktail auquel j’ai participé avait pour thème l’Entreprenariat. Les étudiants nous ont donc demandé de leur faire part de notre vécu dans la phase de création d’entreprise, même si le cas d’un jeune diplômé créant sa structure est atypique… J’ai aussi pu expliquer comment la Jeune Chambre peut amener, à l’extrême, à la création d’Entreprise : Par le réseau qu’elle permet de créer, la formation à la gestion de projets, etc. De futurs membres à l’horizon ? Les étudiants de ce genre de rencontres ne sont pas une « cible » en soit pour notre organisation locale. Ils sont déjà membres de la MANU. Ils cherchent plus à prendre du réseau de manière scolaire, qu’à s’investir dans un mouvement de type Jeune Chambre. Et puis la position du bureau 2009 de la JCE de Bordeaux est d’encourager un échange constructif entre tous. Toutefois la MANU reste potentiellement un « vivier » de recrutement une fois l’étudiant intégrant la vie active en ayant des préoccupations autres. Es-tu partant pour une nouvelle rencontre organisée par LA MANU ? Je participerai volontiers à d’autres débats. Ces rencontres permettent de véhiculer l’image Jeune Chambre auprès d’un jeune public. C’est très positif et constructif. n

Pour le « Campus Rencontres Ressources Humaines » du 6 mai, c’est l’Université Pierre et Marie Curie (Paris, Vème) qui accueillait 500 étudiants. La Jeune Chambre Economique de Paris ( JCEP) a été invitée à participer à cette journée. Parlons d’abord avec sa présidente, Emmanuelle DEBEAUX : Quel était le rôle de la Jeune Chambre Economique de Paris pendant cette journée ? Nous devions conduire des simulations d’entretien, type TJK mais sans la partie coaching, et animer une mini-conférence de 30 minutes qui était proposée aux étudiants. Personnellement, je suis intervenue dans la mini-conférence sur « les 10 pièges à éviter en entretien », avec une personne des ressources humaines du Crédit Agricole. Comment s’est passée cette conférence ? Le format de la conférence était très interactif. Les questions/réponses à l’issue ont aussi favorisé le dialogue avec la trentaine d’étudiants présents. A noter le bon équilibre des interventions avec le Crédit Agricole. Un excellent moyen pour donner une bonne image de la Jeune Chambre Economique ! Quel est le « top 3 » des pièges à éviter lors d’un entretien ? Faire attention aux détails… le chewing-gum, etc. Ne pas hésiter à demander des détails sur une question pour ne pas répondre à côté. Rester mesuré sur son expérience : quand on a fait un stage ne pas dire que l’on a restructuré l’entreprise ! Poursuivons notre entretien avec Nicolas RENUCCI, Vice Président Communication de la JCEP. Tu as pris part à des simulations aux entretiens d’embauche, en tant que recruteur. Peux-tu nous préciser comment cela était organisé ? L’organisation était impressionnante ! Dès que nous arrivions les salariés de La Manu nous prenaient en charge et nous adressait immédiatement des étudiants. J’ai rencontrée 5/6 personnes en 2 heures. Les entretiens se faisaient en face à face, pendant 10/15 minutes, suivies de 5 minutes de débriefe. Un format très court. Quel sont les principaux conseils que tu as pu donner aux étudiants ? Les étudiants doivent savoir mettre en avant des arguments pour intéresser le recruteur. Il faut mettre le curseur au bon endroit pour qu’à la fin il ait entendu ce qu’il voulait entendre. Un technicien attendra des arguments techniques. Un manager s’intéressera plutôt à la personnalité du candidat. Il faut aussi faciliter le travail de la personne qui recrute : Dans le CV, ne pas parler d’une expérience qui n’est pas marquée, avoir une organisation logique. Et puis enfin il ne faut pas oublier que le M a g a z i n e

d ’ i n f o r m a t i o n

d e

l a

Du Breakfast au Dinner, La MANU favorise les rencontres étudiants/entrepreneurs

J E U NE

[ C’est savoir s’entourer de partenaires réseau compétents ]

Insertion professionnelle des étudiants d’Universités : Actions !

27 C H A M B RE

E C ONO M I Q U E

FRAN ç AI S E


[ C’est savoir s’entourer de partenaires réseau compétents ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?]

Réseautage : Le Club des Anciens Membres La Jeune Chambre Economique Française s’est donnée en 2009 une ambition, celle de GRANDIR. Mais que serait aujourd’hui la Jeune Chambre Economique Française sans l’investissement de ses anciens membres qui ont œuvré depuis 1952 à son développement, au travers d’actions reconnues ? Nous savons tous que la force d’une organisation réside dans sa capacité à développer son réseau. Un réseau humain c’est un groupe de personnes qui sont en interrelation pour s’aider mutuellement à aller de l’avant, plus rapidement et plus facilement. Les interrelations incluent autant les relations personnelles que professionnelles.   Nos anciens membres partagent notre sens de l’éthique, nos normes et valeurs, nos intérêts, nos expériences. Leurs buts et idéaux sont semblables avec ceux des membres de la Jeune Chambre Economique Française d’aujourd’hui.

Un processus systématique et stratégique de création de liens durables

Réussir et prospérer mutuellement, trouver les savoir-faire complémentaires, s’approprier l’information utile, mettre en place des réservoirs de savoirs et d’innovation, des lieux d’interactions, tel est l’enjeu du Club des Anciens Membres.   Initié en 2008, celui-ci continue sa progression et nous mettons en place les bases d’une adhésion qui doit permettre le renforcement de nos relations. Par un maillage plus important, par la mise en place d’outils simples et dynamiques, nous mettons la Jeune Chambre Economique Française en capacité d’enrichir son réseau et d’apporter des solutions nouvelles à chacun d’entre nous.   Vous trouverez toutes les informations utiles sur notre site www.jcef. asso.fr dans la rubrique Club des Anciens Membres . n

Interview de Monsieur Alain LAMBERT Ancien Ministre du budget et sénateur de la République Sénateur JCI 33648 Alain, vous avez effectué une carrière remarquable au service de l’Etat et par conséquent de ses citoyens. Pensez-vous que la Jeune Chambre Economique a aidé à vous diriger vers cette carrière Politique ? La JCE a joué un rôle essentiel et sans doute déterminant dans mon engagement. C’est en son sein que j’ai approfondi ma réflexion sur les valeurs et que j’ai appris la confrontation avec la réalité. Or l’essence même de la politique est de traduire, dans les faits et la vie de nos concitoyens, les progrès inspirés par les valeurs que nous portons. Durant votre passage et votre engagement à la Jeune Chambre Economique, quelles implications vous restent en mémoire  ? Quel(le)s ont été les postes (ou actions) que vous avez pris en main ? Concrètement, j’ai d’abord été Président de notre Jeune Chambre locale [NDRL : d’Alençon], puis ensuite je suis devenu Conseiller Juridique pendant 2 ans au sein du bureau national. Je me souviens également avoir défendu un « thème national » intitulé « Prendre son Pays en mains » ! C’était prémonitoire sur mes engagements futurs. J’étais vraiment très impliqué dans la vie nationale de la Jeune Chambre, dont je ne manquais aucun évènement tout au long de l’année. La politique m’a happé en 1985, l’année précédent mes 40 ans ! Mais je reste doublement Sénateur, de la Jeune Chambre Internationale et … du Parlement français ! Des actions Jeune Chambre ont-elles changé notre pays ? L’une des grandes faiblesses de la France, comparée aux pays de sa taille, c’est de faire insuffisamment confiance à sa jeunesse. Son appareil de formation est perfectible, certes, mais plus profondément, je pense que, culturellement, notre Pays est vieux dans sa tête. La génération des sexagénaires à laquelle j’appartiens ne renvoie pas l’ascenseur dont elle a pourtant largement profité. C’est pourquoi, il faut renforcer tous les lieux où les jeunes peuvent échanger, travailler, et construire ensemble des

28 JUILLET 2009

N° 151

projets, des actions. Apprendre l’exercice des responsabilités et à saisir leur chance. La Jeune Chambre en est l’un des plus beaux exemples. Aujourd’hui, le thème National « Les jeunes et l’emploi » est en phase avec les problématiques liées à la conjoncture actuelle ; selon vous, quelles sont les forces du Mouvement Jeune Chambre pour remédier à cela ? Incontestablement, appartenir à la génération de ceux qui cherchent un job. Comprendre leurs attentes, leurs besoins, les traduire en « possibles » plutôt qu’en rêves, leur donner confiance en eux, les ouvrir à l’international, les convaincre que les diplômes ne font pas tout ! Et qu’ils ont en eux des trésors de ressources uniques, dont ils ignorent tout, mais qui valent énormément sur le marché du travail. Qu’ils n’aient pas peur de la mobilité, de l’instabilité, ce sont des contraintes inhérentes à leur temps, et avec lesquelles ils doivent apprendre à vivre, sans se décourager, mais au contraire à utiliser comme une force pour faire éclore leurs talents. Demain, quels sont les défis à relever pour les jeunes impliqués et citoyens que nous sommes ? Le premier défi est celui de l’ouverture au monde. La pratique courante de l’anglais est devenue une nécessité. S’il faut agir « local », il faut toujours réfléchir « global ». Ce serait un leurre de penser pouvoir participer à la construction d’un monde neuf, sans savoir que nous vivons désormais dans un petit village planétaire. Les notions de temps, de distances par le transport, à la vitesse de la lumière, de l’écrit, du son, de l’image, nous obligent à nous adapter. Les autres principaux défis tiennent au fait que les écarts de formation, de niveau économique, social, culturel entre les plus démunis et les plus favorisés vont s’accroître au lieu de se réduire. Pour conserver une harmonie indispensable à nos sociétés humaines, il va falloir partager davantage de ressources matérielles, mais tout autant un corps de valeurs, sans lesquelles il n’est pas de paix durable. Vous arrivez aux responsabilités à un des pires moments, mais c’est probablement à ces époques que les plus grands progrès se réalisent. Alors allez-y ! Foncez !


[Congrès National à Angers]

[Break] 29 M a g a z i n e

d ’ i n f o r M a t i o n

d e

l a

J e U n e

C H a M B r e

e C o n o M i Q U e

f r a n ç a i S e


[Break]

[eWORLD]

30 JUILLET 2009

N° 151


Ce que la Jeune Chambre Economique permet : mener plus de 800 actions par an, défendre ses projets auprès des pouvoirs publics, être reconnus par les institutionnels comme force de proposition. En d’autres termes : faire enten[Break] dre sa voix

Chambre Economique Française : promouvoir le Thème National et nos axes de travail. Etre reconnu d’Utilité Publique depuis 1976 est une grande satisfaction, mais aujourd’hui la Jeune Chambre Economique Française se doit de travailler à la valorisation de ses actions, et de son positionnement d’acteur citoyen engagé sur les sujets de société du 21ème siècle. Localement, il nous invite à communiquer nos axes de travail auprès du représentant de l’état dans le département ou la région : le préfet. Il peut être un bon soutien pour s’assurer la présence de ministres ou députés lors d’un évènement Jeune Chambre (Jour J).

Speed réseau : atteindre le Ministère de l’Economie, de l’Industrie, et de l’Emploi

Depuis le début de l’année 2009, Nathalie ASTIASARAN, Vice-présidente Nationale déléguée au Partenariat et aux Relations Publiques, aidée de Guillaume MARION, Délégué Général de la Jeune Chambre Economique Française (JCEF) initialise, réalise et assure le suivi des rencontres avec nos ministères de tutelle. Nos domaines d’opportunités sont nombreux, les occasions de faire entendre notre voix le sont donc tout autant !   Outre une présentation du mouvement, ce sont les quatre axes du programme 2009 de la JCEF qui sont à chaque fois présentés aux ministres et à leurs proches collaborateurs : 1. Le thème national : les Jeunes et l’Emploi 2. Le Développement Durable et la thermographie aérienne 3. La représentation de la France à l’international 4. Le positionnement économique de la Jeune Chambre, avec le soutien apporté à l’Entreprenariat (identification de nouveaux talents économiques : C2EI - soutien à l’Auto entreprenariat et à la démarche sociétale des entreprises).

Un Ministère transverse : Matignon

Avoir un seul référent ministériel serait l’idéal, mais « le seul ministère transverse est Matignon » nous dit Monsieur Pierre MOLLANGER, directeur de cabinet du Premier Ministre, Monsieur François FILLON. Vu la diversité de nos actions, il nous conseille de faire notre « reporting » auprès de chacun des cabinets ministériels de nos ministères de tutelle.

Atteindre le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, organe public des plus importants dans notre thématique nationale, « les jeunes et l’emploi », fut des plus difficile. Car notre thème national entre sous le patronage de trois entités ministérielles : le Ministère de l’Economie, de l’Industrie, et de l’Emploi de Madame Christine LAGARDE, le Haut Commissariat à la jeunesse et aux solidarités actives contre la pauvreté dirigé par Monsieur Martin HIRSCH et le Secrétariat d’Etat à l’emploi de Monsieur Laurent WAUQUIEZ.   Grâce au « réseau de la Jeune Chambre » et à celui de nos membres, nous avons eu l’opportunité de rencontrer Monsieur Patrick GRUNDMAN, Chargé de mission au groupe UMP. Il est un proche collaborateur de Monsieur Jean-François COPE et nous a ainsi permis d’atteindre Christine LAGARDE ainsi que Laurent WAUQUIEZ. Monsieur GRUNDMAN a beaucoup aimé « l’esprit de la JCEF », son programme et ses actions.   Il nous signale que le groupe parlementaire UMP organise les assises des DOM-TOM. Des personnes ou actions « remarquables » seront alors mises en avant. Pascale SAFFACHE, honoré TOYP 2008 (un des dix jeunes citoyens remarquables reconnu et honoré lors du congrès mondial de la Jeune Chambre Internationale) et des actions sur le Développement Durable telles que KOROSOL pourraient être présentées.   Quant à Martin HIRSCH, haut commissaire, c’est l’action de la JCEF au sein du STAPRO, comité de pilotage contre les discriminations qui a permis à Guillaume MARION (Délégué Général) et Geneviève SORLIN (Viceprésidente Nationale déléguée aux Actions), avec l’aide du Sénateur Stéphanois Monsieur Michel THIOLLIERE d’obtenir sa présence à la 56ème Convention Nationale de la JCEF qui s’est tenue à Angoulême-Cognac les 19 et 20 Juin 2009 sur la thématique de l’autoentreprenariat.

[[Break] C’est faire entendre sa voix ]

Rencontres avec les ministères de tutelle de la Jeune

RDV au Quai d’ORSAY, Représenter la France à l’International : des congrès JCI aux actions de la JCEF sur l’Axe Euro Méditerranée

Demander recommandations et soutiens pour un accueil de la délégation française dans les ambassades de France à Budapest ou Tunis lors d’une réception (une expérience exceptionnelle pour les membres et accompagnants) est une chose… mais ça n’est pas tout !

31 M a g a z i n e

d ’ i n f o r m a t i o n

d e

l a

J E U NE

C H A M B RE

E C ONO M I Q U E

FRAN ç AI S E


[ C’est faire entendre sa voix ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?] Madame Michèle BOCCOZ, directrice de cabinet adjointe du Ministre des Affaires Etrangères, Bernard KOUCHNER, a rapidement orientée la discussion vers une thématique d’action, commune avec le gouvernement français : l’Axe Euro Méditerranéen. Les projets en lien avec l’environnement devraient être particulièrement soutenus par la cellule de l’Union Pour la Méditerranée (UPM) menée par Henry GUAINO ainsi que par Serge TELLE, ambassadeur en charge de ce dossier au ministère des Affaires Etrangères.   Or dans la même énergie positive que le Ministère des Affaires Etrangères, il se trouve que la Jeune Chambre Economique Française a pris la tête en 2009 de l’Axe Euro Méditerranée afin de promouvoir et de déployer l’action environnementale : Bateau Service ( JCE Menton - Roquebrune Cap Martin) auprès des pays du Bassin Méditerranéen, membres de la Jeune Chambre Internationale.   Madame BOCCOZ nous informe également du lancement le 16 mars (notre rendez-vous a lieu le 2 mars) d’un nouvel organe du ministère des affaires étrangères : la Direction Générale de la Mondialisation, du Développement et des partenariats. Une des missions de son Directeur Général, Christian MASSE, sera de « promouvoir auprès du G9 et du G20 les projets autour de l’Environnement et de l’Energie ». Voici donc une autre thématique commune avec la JCEF, moteur sur l’action « thermographie aérienne » au niveau Européen de la Jeune Chambre Internationale.

Entretien auprès du Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports : Santé et environnement, un duo gagnant pour Angers ?

A Angers, les membres du Comité d’Organisation du 55ème Congrès national de la JCEF œuvrent d’arrache pied dans la préparation de cette rencontre nationale. Le thème du congrès sera Santé et Environnement.   Le Directeur du Comité d’Organisation (Comité d’Organisation du Congrès) d’Angers, David CHOUTEAU, accompagné de ses collaborateurs

et de Guillaume MARION, Délégué Général de la Jeune Chambre Economique Française sont allés promouvoir le Congrès National de la JCEF à Angers auprès du Ministère de Madame Roselyne BACHELOT, le Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports.   Une thématique « santé et environnement» est retenue et fédère Institutionnels et Partenaires. Des intervenants seront recommandés par le ministère pour participer aux tables rondes pendant le congrès national.

Entretien au MEEDAD, Ministère de l’Energie, de l’Environnement, du Développement et de l’Aménagement Durable

Pour une reconnaissance et un soutien ministériel à l’initiative Nationale 2008-2009 de la Jeune Chambre Economique Française, la Thermographie Aérienne. Ce dossier Stratégique est entre les mains de notre Past-Président, Carlos BRANDAO qui gère les négociations avec l’ADEME et le MEEDAD. Vous découvrirez dans les pages « spéciales Thermographie » l’avancée des discussions en cours.

  Enfin, avec l’Action PARLEM’ENTREPRISE qui a connu une nouvelle fois un grand succès avec plus de 40 Tandems Parlementaires – Membres JCE, LA BOUCLE EST BOUCLEE !   En effet, Monsieur Bernard ACCOYER, Président de l’Assemblée Nationale nous a donné son accord pour qu’en fin d’année, la JCEF vienne présenter aux parlementaires de l’hémicycle, le résultat de ses Actions et Analyses sur notre Thème National : « Les Jeunes et l’Emploi ». Toujours plus haut, toujours plus fort, le Rayonnement de la Jeune Chambre Economique Française ! n

Réduire le fossé entre les citoyens et les élus :

ParlemEntreprise

Un témoignage de l’engagement citoyen des membres de la Jeune Chambre Economique Française auprès des Députés, en lien avec le thème national 2009 : « Les Jeunes et l’Emploi ». Le 3 juin 2009 a eu lieu le lancement de la 4ème édition de ParlemEntreprise. Les membres de la Jeune Chambre Economique Française ont accompagné leurs Députés locaux durant leur matinée de travail. Ils ont eu ensuite le privilège d’assister à une séance de « Questions au Gouvernement » dans l’hémicycle, avant d’être accueillis à l’hôtel de Lassay par Monsieur Marc LE FUR, Vice-président de l’Assemblée Nationale.

Objectif depuis 2006 : Rapprocher deux mondes…

Cette action a pour but de permettre à de Jeunes Citoyens Entreprenants de partager une journée de la vie de leurs Députés au Palais Bourbon, pour mieux comprendre la réalité de leur mandat électif. Les Députés sont ensuite invités à visiter l’entreprise des membres en retour pour découvrir leur environnement professionnel et la réalité socio-économique de leur secteur d’activités.

32 JUILLET 2009

N° 151

…autour d’un sujet : « les Jeunes et l’Emploi »

Les membres de l’association sont impliqués au quotidien dans leurs entreprises pour accompagner l’intégration professionnelle de jeunes. Les Députés sont eux bien conscients de la priorité à donner à l’inser-


Des rencontres riches d’échanges, aujourd’hui et demain

Depuis le lancement de ParlemEntreprise, plus d’une centaine de membres de notre mouvement ont eu le privilège de vivre cette expérience inédite, en tandem avec leurs Députés pour échanger sur des problématiques d’économie d’entreprise.   Ces temps de réflexions contribueront à organiser des actions communes sur leur territoire local. A titre d’exemple, à Aix en Provence,

suite à cette journée à l’Assemblée Nationale, le Député Christian KERT a d’ores et déjà proposé aux membres de la JCE d’Aix de travailler sur une commission visant à favoriser l’emploi des détenus en prison. n

Témoignage de Bernard Accoyer, Président de l’Assemblée nationale, sur sa découverte de la JCEF et de ses actions La Jeune chambre économique est une organisation pour laquelle j’ai beaucoup de sympathie et je tiens à l’encourager, c’est pour cela que je soutiens son action, en accueillant ses membres, chaque année depuis trois ans, à l’Assemblée nationale : plusieurs dizaines de jeunes entrepreneurs passent une journée en binôme avec des députés, dans cette journée baptisée « Parlementreprise ».   La JCEF a au moins deux grandes qualités à mes yeux : elle préfère faire que faire savoir… une méthode qui n’est pas à la mode, mais qui fait ses preuves depuis plus d’un demi siècle. C’est grâce à cette démarche qu’elle réalise des centaines d’actions de terrain chaque année, dans tous les domaines, qui vont du particulier au général : depuis la récupération du verre jusqu’à la journée universelle des droits de l’enfant.   Sa deuxième grande qualité, c’est de former des jeunes, de 18 à 40 ans, et de les former par l’action, au contact des réalités. Notre société aurait besoin de beaucoup plus d’initiatives de ce type, qui apprennent à être responsable, c’est fondamental.   La journée « Parlementreprise, c’est en réalité une découverte de l’Assemblée nationale. Cette journée du 3 juin a permis à trente quatre membres de la Jeune Chambre Economique, en compagnie des députés

de leur circonscription, beaucoup mieux qu’un livre ou même qu’un reportage, de voir ce qu’est la vie d’un député à l’Assemblée : à la fois l’affluence électrique des questions d’actualité, qui restent un exercice phare, mais aussi tout le reste qui n’est pas connu : réunion de commissions, de groupes politiques, de groupes de réflexion, entretiens avec les représentants de la société civile, démarches auprès des ministères pour les dossiers de la circonscription… C’est une vie qui ne laisse en fait que peu de répit. On le constate immanquablement en passant une journée de mercredi, comme celle du 3 juin, avec un député, dans les murs de l’Assemblée nationale.   Afin de développer un échange plus constructif, nous avons commencé cette année, en organisant la journée à l’Assemblée nationale dès le mois de juin, pour permettre aux stages d’entreprises de se dérouler ensuite, afin de pouvoir tirer un bilan de l’échange avant la fin d’année.   Nous pourrions imaginer à l’avenir de donner un thème à ces échanges : par exemple, celui des charges administratives pesant sur les entreprises. Un thème cher à la représentation nationale, comme aux chefs d’entreprise. L’intérêt de traiter des sujets comme celui-ci, même s’ils le sont déjà par les administrations, c’est de confronter le point de vue de la représentation nationale directement à celui de l’entreprise, avec le seul souci d’être efficace. n

[ C’est faire entendre sa voix ]

tion des jeunes, pour lutter contre le chômage. Les échanges entre ces deux mondes sont plus que jamais indispensables, d’autant plus que « les Jeunes et l’Emploi » est la thématique de la Jeune Chambre Economique Française cette année.

Marc LE FUR, Vice-président de l’Assemblée Nationale Monsieur le président Marc LE FUR, dans son discours de clôture, nous a lancé un défi : celui de sortir du cadre, de développer notre capacité à innover, à proposer des solutions nouvelles. « Bousculez nous », réveillez les consciences, osez lancer des idées, même si elles n’aboutissent pas, soyez force de propositions ». L’heure n’est pas à l’attentisme mais à l’action, « il faut le faire quelque soit le résultat », il ne faut surtout pas hésiter. Ravi de pouvoir créer des liens avec des jeunes citoyens de 18 à 40 ans, public peu présent à l’Assemblée Nationale, Monsieur le Vice M a g a z i n e

d ’ i n f o r m a t i o n

d e

l a

président est certain que notre engagement au sein de la société civile doit nous permettre tous ensemble de trouver des solutions nouvelles aux problématiques actuelles de notre société. Alors pour conclure, il n’a pas hésité à nous lancer un challenge à l’image de notre croyance que tout est possible : « Rentrez sans frapper ». n

J E U NE

33 C H A M B RE

E C ONO M I Q U E

FRAN ç AI S E


[ C’est faire entendre sa voix ]

[C’est quoi “Construire l’Avenir” ?]

Le Siège Social de la Jeune Chambre Economique Française :

un poumon pour le mouvement

Au cœur du XVe arrondissement de Paris, deux employés réconcilient la fulgurance d’un mandat d’un an et des relations durables avec les partenaires nationaux, publics ou privés.

Le Siège Social de la Jeune Chambre Economique Française a une vocation simple : servir de courroie de transmission entre les Jeunes Chambres Economiques Locales, le Conseil d’Administration de la Jeune Chambre Economique Française et ses partenaires, publics ou privés.   Les deux collaborateurs du Siège, Sophie FERGER et Guillaume MARION, ont été recrutés très récemment, le Conseil d’Administration de la Jeune Chambre Economique Française souhaitant doter son Siège Social de salariés permanents, dont le travail pourra s’inscrire dans la durée et ainsi assurer un meilleur suivi des projets.   Guillaume MARION occupe la fonction de Délégué Général. Nous lui avons demandé de nous expliciter le cadre de sa mission.   Lorsque j’ai été recruté au poste de Délégué Général fin 2008, j’ai été impressionné, comme toutes les personnes qui s’intéressent à l’association, par l’extrême richesse des actions de la Jeune Chambre Economique Française.

Il émane de ce mouvement, fort de ses 2 200 membres tous jeunes actifs, des idées susceptibles de faire bouger notre société. Malheureusement, cette énergie était jusque là peu relayée dans les médias, et les initiatives Jeune Chambre mal identifiées par nos concitoyens.   La première mission du Délégué Général est donc de mettre en place des relations plus stables avec son réseau, les pouvoirs publics et ses partenaires pour faire reconnaître les valeurs de l’association, ses innovations locales ou nationales, et pour inciter plus de personnes à nous rejoindre.   Avec Sophie FERGER, que le Conseil d’Administration 2009 a décidé de recruter en février dernier, nous nous efforçons de valoriser ce vivier bouillonnant de solutions pragmatiques. Ainsi, Sophie anime le réseau et s’implique dans la communication. Elle est en relation quotidienne avec les membres des Jeunes Chambres Economiques Locales et met en place les principaux outils de communication.

  Placé sous la direction du Secrétaire Général, Laurent BOULE, le Conseil d’Administration de la Jeune Chambre Economique Française peut compter sur ses deux collaborateurs impliqués et efficaces pour faire entendre la voix des Jeunes Citoyens Entreprenants ! n

34 JUILLET 2009

N° 151



L'AVENIR 151 - 2009