Page 1

reportage promotionnel

Les employĂŠs et employeurs du commerce de dĂŠtail

Performer au quotidien pour mieux vous servir


2 reportage promotionnel

Le commerce de détail

À tous les quatre ans, Détail Québec réalise un diagnostic sectoriel concernant la main-d’œuvre du commerce de détail au Québec : un sondage auprès des travailleurs et des employeurs du secteur. Référence en la matière, il présente des données sur les réalités, les enjeux et les pratiques du secteur. Il permet de cibler les défis liés à l’embauche, à la formation, à l’intégration, à la gestion de la main-d’œuvre, à l’image du secteur et plus encore ! En voici quelques extraits qui pourront sans doute en surprendre plus d’un.

Le commerce de détail au Québec (excluant l’automobile et l’alimentation) représente près de 300 000 travailleuses et travailleurs, œuvrant dans plus de 24 000 établissements, répartis en 19 sous-secteurs différents et situés à travers l’ensemble des 17 régions administratives du Québec.

Les principales caractéristiques des entreprises et des emplois du secteur du commerce de détail selon les sous-secteurs : 1

secteurS

établissements  nombre %

2

nombre

%

temps partiel 3

Appareils électroniques et ménagers 1 723 Autres magasins de détail divers 1 760 Bijouteries et magasins de bagages et de maroquinerie 904 Grands magasins 155 Magasins d’accessoires de maison 851 Magasins d’alimentation spécialisée 1 587 Magasins d’articles de sport, passe-temps et instruments de musique 1 474 Magasins d’autres fournitures de tout genre 956 Magasins de bière, de vin et de spiritueux 422 Magasins de chaussures 589 Magasins de fournitures de bureau, papeterie et cadeaux 960 Magasins de livres, périodiques et articles de musique 430 Magasins de meubles 632 Magasins de pièces pour véhicules automobiles 941 Magasins de produits de santé et de soins personnels 2 873 Magasins de vêtements 3 651 Marchands d’autres véhicules automobiles 531 Matériaux de construction 1 682 Stations-service 2 591

7,0 % 7,1 % 3,7 % 0,6 % 3,4 % 6,4 % 6,0 % 3,9 % 1,7 % 2,4 % 3,9 % 1,7 % 2,6 % 3,8 % 11,6 % 14,8 % 2,1 % 6,8 % 10,5 %

15 330 13 410 6 300 26 105 8 055 13 675 14 555 21 005 5 615 7 235 8 350 5 900 10 410 7 605 42 425 43 265 4 870 28 925 15 780

5,1 % 4,5 % 2,1 % 8,7 % 2,7 % 4,6 % 4,9 % 7,0 % 1,9 % 2,4 % 2,8 % 2,0 % 3,5 % 2,5 % 14,2 % 14,5 % 1,6 % 9,7 % 5,3 %

28,5 % 54,9 % 72,0 % 71,6 % 57,8 % 52,4 % 45,5 % 59,1 % 44,3 % 69,0 % 61,9 % 59,1 % 38,1 % 17,4 % 75,5 % 81,3 % 27,3 % 35,2 % 42,0 %

26,4 % 25,7 % 22,3 % 28,3 % 19,7 % 37,2 % 42,6 % 34,8 % 12,9 % 44,8 % 31,0 % 33,5 % 20,4 % 14,1 % 30,1 % 41,4 % 14,8 % 30,9 % 48,7 %

24,4 % 31,4 % 39,9 % 37,8 % 26,2 % 37,2 % 46,2 % 37,8 % 37,2 % 39,9 % 31,4 % 46,2 % 26,2 % 3,1 % 35,1 % 39,9 % 3,1 % 25,7 % 42,0 %

Total 24 712

100 % 298 845

100 %

57,8 %

32,2 %

32,2 %

Source des données : 1- Institut de la statistique du Québec, juin 2007. Altus –Géocom et Détail Québec. 2- Statistique Canada, Enquête sur la population active, moyennes annuelles, non désaisonnalisées. 3- Institut de la statistique du Québec, juin 2007.

Un important défi à relever Selon le Diagnostic sectoriel de la main-d’œuvre du commerce de détail au Québec 2008-2011, l’un des plus grands défis des employeurs du secteur serait la rareté de la main-d’œuvre. Décroissement de la population active en perspective Selon les prévisions de Statistique Canada (Recensements et estimations démographiques) et de l’Institut de la statistique du Québec (Perspectives démographiques, scénario de référence (2011-2051), les 15 à 64 ans seront en diminution au cours des prochaines années, ce qui rétrécit le bassin de travailleurs potentiels.

?

Saviez-vo us

qu

e… 90 % des commerce s de détail au Québec   c de 20 emp omptent moins   loyés (59,3  % comptent moins de 5 en   ) 57,8 % so nt des fem mes

De tous les employeurs interrogés, voici les inquiétudes soulevées  : • le manque de candidats, indépendamment   des compétences et de l’expérience (70 %) • le savoir-être (63 %) • les compétences recherchées (62 %)

Proportion des 15-64 ans au Québec de 1971 à 2051 5 500 000

• la pénurie de main-d’œuvre et la difficulté   à embaucher (56 %) • expérience recherchée (37 %) • le taux de roulement et la rétention  

5 000 000 4 500 000 Illustrations : Franfou.com

emplois  femmes 15-24 ans

4 000 000

de main-d’œuvre (18 %)

3 500 000

Les entreprises demeurent toutefois très positives, estimant avoir les ressources nécessaires pour relever les défis.

1971 1981 1991 2001 2011

2021 2031

2041 2051


reportage promotionnel 3

Un milieu de travail riche en possibilités L’emploi est en constante évolution dans le commerce de détail. À travers le secteur, tous peuvent y trouver leur compte. Il s’agit surtout d’une question d’intérêt et d’attitude !

Des incitatifs pour rester dans le secteur Le facteur le plus important aux yeux des travailleurs du secteur est la possibilité d’augmenter leur revenu (25 %). D’autres incitatifs sont également appréciés : les avantages sociaux (15 %), horaires plus flexibles (14 %), les possibilités d’avancement (13 %), la conciliation travail et vie personnelle (11 %) et la reconnaissance (11 %). L’organisation d’activités sociales semble également améliorer l’ambiance de travail, ce qui incite à rester en poste plus longtemps.

Une recherche efficace Les moyens qu’ont utilisés les travailleurs pour trouver leur emploi actuel sont : bouche à oreille (46 %), candidatures spontanées (34 %), référencement d’employés de l’entreprise (20 %) et affichage en  vitrine (18 %).

Pharmacien/Pharmacienne Conseiller/Conseillère en marketing Conseiller/Conseillère en ressources humaines

Gérant/Gérante des ventes Gérant/Gérante d’entrepôt Assistant-gérant/ Assistante-gérante

Chef de rayon Superviseur/Superviseure de premier niveau Superviseur/Superviseure d’entrepôt

Conseiller-vendeur/ Conseillère-vendeuse Opticien/Opticienne Bijoutier/Bijoutière Libraire

Décorateur/Décoratrice Enquêteur/Enquêteuse à la prévention des pertes Cosméticien/Cosméticienne Détective de plancher

Caissier/Caissière Commis-vendeur/vendeuse Commis au service à la clientèle Gardien/Gardienne de sécurité Réceptionniste Manutentionnaire / préposé/préposée aux marchandises Étalagiste

Chauffeur-livreur/ Chauffeuse-livreuse Commis de bureau général Expéditeur/Expéditrice et réceptionnaire Commis à la comptabilité Préposé/Préposée à l’entretien ménager et au nettoyage

Personnel de direction

Coordonnateur/ Coordonnatrice de logistique Acheteur/Acheteuse Comptable

Les appellations peuvent changer d’une entreprise à une autre. Cette « classification » n’est pas exhaustive. Il n’est pas nécessaire d’occuper un poste à un niveau inférieur pour passer à un niveau supérieur.

?

us que… o v z e i v a S   employés

et employées travaillent   s e d  % ,8 7 il 6 a rce de dét du comme temps plein à tés; expérimen nne   s n e g e d moye il s’agit depuis en ur et   t n le il a v a ils tr s le secte 10 ans dan tre eux   64 % d’en meurer y de comptent

Illustrations : Franfou.com

Pour la vaste majorité (environ 95 %) des entreprises du détail, l’accession à un poste de gestion se fait à l’intérieur de 5 ans. Plus l’entreprise est grande, plus l’accession à un poste de direction peut se faire rapidement.

Niveau professionnel

Ascension professionnelle rapide

Directeur-adjoint/Directrice-adjointe Gestionnaire des systèmes informatiques Directeur financier/ Directrice financière Directeur/Directrice des achats Directeur/Directrice de district Superviseur régional/ Superviseure régionale

Personnel de supervision

L’attitude positive est le critère de sélection le plus important dans le commerce de détail, et ce, pour tous les niveaux de professions.

Directeur/Directrice de magasin Directeur/Directrice des ressources humaines Directeur/Directrice de la prévention des pertes Directeur/Directrice des ventes, du marketing et de la publicité Gérant/Gérante de succursale

Métiers spécialisés

Une question d’attitude

Président-directeur général/ Présidente-directrice générale

Métiers d’entrée

Les postes les plus connus sont ceux reliés à la vente et au service à la clientèle qui représentent 64,6 % du secteur au Québec. Mais il existe une foule d’autres possibilités, tant du côté du personnel de direction (20,9 %), du personnel professionnel ou de soutien administratif (6,1 %) que du personnel de gestion des marchandises (8,4 %). Le schéma ci-contre donne un aperçu des carrières à travers les différents niveaux.

Les possibilités de carrières Dans le commerce de détail


4 reportage promotionnel

DES FORMATIONS SUR MESURE POUR LEs EMPLOYÉS... Et les employeurs ! Selon le Diagnostic sectoriel de la main-d’œuvre du commerce de détail au Québec 2008-2011, la formation non structurée et le coaching par du personnel expérimenté constituent les principales techniques de formation utilisées par les entreprises du commerce de détail au Québec (déclaré par près des trois quarts des répondants). Mais les employeurs du secteur affirment avoir de la difficulté à trouver du temps pour organiser des activités de formation (57 %), à remplacer leur personnel à former sans ralentir le service (49 %) et certains, même, à trouver des cours adaptés au milieu du travail (32 %). Pourtant, petites et grandes entreprises du commerce  de détail gagnent à se tenir informées des tendances en gestion des ressources humaines.  À preuve : des acteurs du secteur en témoignent !

ol

ation labor

p ro f i

tabl e

fferts ices o e sur v r e s s la mis n rer se mélio ntreprend merce, u a s r u e n m o o o j c i c u e s s o b i u t é ut de , Détail Qu rmation d comme m et la b e l Dans taillants lle de fo s ayant éhension e r é aux d e la Mutu ’entreprise e, la comp ation. d pied pement d ns l’analys ins en form u  : regro ntraider da leurs beso merce oûts e com moindres c r t o de s’e uration de v t à e s s e t vou pécialisé struc s pour ages rmations s nse du 1 % prenez de t n a v e o a p f p a s é e t e d d e D de la ntres éficiez • bén ittez-vous lles renco quez u e er, cli • acq s de nouv s autres! p i c i t e ar • fait riences de our p sez le é n et p ou compo o i t a exp m ’infor erce.com 9). m plus d 6 Pour lleducom 77 286-06 e 8 u 1 t ( u 9 m 6-066 514 28 Une c

Rencontre avec Gaetano Ruscito

Rencontre avec Sylvain Tellier

Conseiller en recrutement chez Bureau en Gros

Gérant de la formation et du perfectionnement chez Bentley

Recrutement et embauche

Identifier l’entraîneur

La formation « Recrutement et embauche » s’adresse à tous les détaillants, les petits comme les grands. « Avec le temps, on a tendance à s’ancrer dans nos habitudes », explique monsieur Ruscito, qui fut parmi les premiers à participer à cet atelier. « Cette formation présente, par de courtes pièces de théâtre jouées par des comédiens professionnels, des situations que l’on vit quotidiennement dans le commerce de détail. Cette formule innovatrice permet par la suite d’échanger avec les détaillants présents. » Chez Bureau en gros, l’ensemble des étapes de recrutement et d’embauche sont primordiales. « Après avoir trouvé l’employé recherché, il faut l’encadrer et tout faire pour le garder, souligne monsieur Ruscito. Le but est de garder nos employés le plus longtemps possible et les plus heureux possible ! Cette formation que j’ai suivie chez Détail Québec m’a permis de me rafraîchir la mémoire et ainsi d’améliorer les procédures chez nous. »

« L’atelier ‘’ Identifier l’entraîneur ‘’ démontre bien l’importance d’un bon système de coaching dans tout type d’entreprise du commerce de détail, explique monsieur Tellier. Ce n’est pas nécessairement le meilleur employé qui sera le meilleur entraîneur : il faut savoir le repérer ! » Selon monsieur Tellier, ce type de formation peut être bénéfique pour l’ensemble du secteur. « Il n’y a pas si longtemps, dit-il, la formation spécifique au commerce de détail n’existait pas. Tout le monde apprenait ‘’sur le tas’’. Aujourd’hui, le coaching représente encore le moyen par excellence de transmettre ses connaissances dans un commerce de détail, mais ce type d’atelier m’a permis d’améliorer mon approche et de mieux valoriser et reconnaître les employés qui le pratiquent. »

Fidélisation du personnel L’atelier « Fidélisation du personnel » permet de saisir l’importance d’agir pour réduire le roulement de personnel, mais aussi de découvrir les moyens pour améliorer la fidélisation des employés.

Rencontre avec Linda Guérin Vice-présidente administrative chez Club Tissus

Service à la clientèle par la prévention des pertes L’atelier « Le service à la clientèle par la prévention des pertes » présente l’importance du service à la clientèle pour réduire les risques de vol ou de fraude dans un commerce de détail. « Cet atelier m’a rappelé l’importance de maintenir un haut niveau de formation auprès de mes employés afin de contrer les pertes, explique madame Guérin. En atelier, on nous présente différentes façons par lesquelles les malfaiteurs s’y prennent et, par la suite, les participants sont invités à discuter entre eux afin de partager leur réalité. On se rend vite compte à quel point le service à la clientèle et la prévention des pertes sont étroitement liés. »

« Dans le commerce de détail, plus que dans toute autre sphère d’activité, explique monsieur Tellier, les ressources humaines sont intimement reliées aux résultats de l’entreprise. Un mauvais employé dans votre équipe ou un employé absent sur le plancher pour vendre vos produits influencent directement les chiffres du magasin ! » Chez Bentley, on mise sur les promotions à l’interne pour fidéliser le personnel. « On aime que les gens grandissent avec nous, explique monsieur Tellier. Nous faisons partie de ceux qui donnent ‘’la première chance’’ et nous misons sur le développement de nos employés. » Selon monsieur Tellier, il n’y a pas de trucs pour retenir les employés, mais on gagne beaucoup à apprendre de ceux qui restent. « On peut revoir ses critères d’embauche, explique-t-il, et s’inspirer du type d’employés qui restent pour essayer d’en trouver des semblables et pour garder tout le monde en poste et heureux! Il faut savoir les reconnaître et investir en eux. »

Après avoir suivi cette formation, madame Guérin a misé sur la sensibilisation de ses employés et sur l’importance de leur rôle en magasin. « Des employés mieux formés et outillés sont plus alertes, souligne madame Guérin. Ils savent mieux reconnaître et prévenir les tentatives de vol. Un malfaiteur qui se sent entouré sera moins enclin à voler! » Depuis, Club Tissus a développé un système de mentorat afin de guider ses employés dans le dépistage du vol ou de la fraude.

Identifier l’entraîneur

Illustrations : Franfou.com

« L’atelier ‘’Identifier l’entraîneur’’, quant à lui, m’a permis de mieux identifier les membres de l’équipe les plus influents sur les autres, explique madame Guérin. Ces gens qui donnent le meilleur d’eux-mêmes en tout temps, ces employés qui ont une bonne humeur contagieuse et qui sourient à longueur de journée sont de très bons alliés pour l’entreprise. » Selon madame Guérin, un entraîneur doit d’abord aimer ce qu’il fait afin de pouvoir transmettre sa passion aux autres. « Il doit aimer son métier, les produits ainsi que l’entreprise, souligne madame Guérin. Chez Club Tissus, l’entraîneur est vu comme un ambassadeur. Il doit avoir une belle attitude et être mobilisateur afin de perpétuer l’esprit de l’entreprise. L’entraîneur rallie ses troupes, ce qui crée une équipe qui se responsabilise les uns face aux autres. En bout de ligne, l’équipe jouit d’un meilleur esprit de groupe et offre un meilleur service à la clientèle. »

La rémunération, un outil stratégique! Une formation pour vous aider dans la gestion de vos ressources humaines : afin d’attirer et de fidéliser les meilleurs candidats et candidates dans son commerce, il faut savoir user de stratégie, tant dans la philosophie de son entreprise que dans les avantages offerts aux employés pour y travailler. Le but d’offrir une rémunération concurrentielle est plus de savoir « comment » rémunérer les employés que de savoir « combien » les rémunérer. Une rémunération stratégique peut vous aider à réduire votre taux de roulement de personnel dans votre commerce et à améliorer sa rétention.


reportage promotionnel 5

Rencontre avec Sylvain Larivée Directeur principal logistique chez Corbeil Électroménagers

Mesurer le roulement de personnel et ses coûts dans votre commerce de détail Saviez-vous que le coût de remplacement d’un employé peut atteindre le tiers de son salaire annuel ? Savoir mesurer son taux de roulement peut aider à économiser beaucoup ! Monsieur Larivée a suivi l’atelier de formation « Mesurer le roulement de personnel et ses coûts dans votre commerce de détail » : « Avant, le calcul était fait sans méthode précise et ne nous donnait pas de mesures exactes », explique-t-il, selon le nombre d’employés qui quittaient, versus ceux qui restaient. Maintenant, nous disposons de mesures plus exactes qui nous aident à améliorer nos procédures afin de réduire notre roulement de personnel. »

Transfert à la relève du commerce de détail

Cette formation lui a fait prendre conscience des coûts liés directement au remplacement d’un employé, mais également des frais « cachés » qui y sont reliés. « Les coûts indirects sont encore plus élevés, explique-til. Il y a la perte des connaissances, d’expérience et des contacts des employés, voire même la perte de clientèle, en plus de la baisse de motivation des troupes en place en raison de cette instabilité. Un haut taux de roulement peut également affecter l’image de l’entreprise… Sachant cela, mieux vaut recruter plus minutieusement, afin de trouver la bonne personne en premier! »

Réalisez le transfert de votre commerce… et prenez enfin votre retraite!

L’atelier de formation « Transfert à la relève du commerce de détail » vous guidera dans la préparation et dans la  planification du transfert de votre commerce et vous aidera à éviter les pièges. Du choix de la relève jusqu’à l’évaluation de l’entreprise en passant par la transaction, cette nouvelle formation d’un jour arrive juste à point ! Dans une ambiance collégiale, un formateur chevronné en transfert d’entreprise est là pour répondre à toutes vos interrogations.

L’une ou l’autre de ces formations vous intéressent ? Cliquez mutuelleducommerce.com ou composez 514-286-0669 (1 877 286-0669).

ir À venn e

2009

Visitez detailquebec.com pour en savoir plus Les erreurs d’étiquetage et d’exactitude vous causent des soucis et vous n’avez pas de temps pour former vos employés ?

Détail Québec vous proposera une formation en ligne novatrice qui vous permettra de former vos employés rapidement sur les bonnes pratiques de l’étiquetage et de l’exactitude des prix.

Réalisé par :

Ce projet est réalisé en partie grâce à la contribution exceptionnelle du Conseil québécois du commerce de détail.

Ce projet a été produit grâce à la contribution de la Commission des partenaires du marché du travail et avec l’appui des partenaires du marché du travail du commerce de détail.

Ce projet est réalisé en partie grâce à la collaboration spéciale de l’Office de la protection du consommateur.

Ce projet est financé en partie par le Gouvernement du Canada, par : L’Initiative d’innovation en matière de compétence en milieu de travail.

Ce projet est réalisé en partie grâce à la collaboration de la Mutuelle de formation du commerce.

Illustrations : Franfou.com

Monsieur Larivée n’hésite pas à recommander cette formation à tous les détaillants : « Tous gagnent à approfondir leurs connaissances en la matière ! » s’exclame-t-il.

Votre commerce représente-t-il toute votre vie… et plus  encore ? À l’aube de votre retraite, il est temps de planifier le transfert de votre entreprise à la relève. Mais par où  commencer ? Tant de particularités légales et financières doivent être considérées !


6 reportage promotionnel

SE DESSINER UNE CARRIÈRE, ÇA S’APPREND des programmes d’enseignements développés pour et avec les commerces Avec ou sans diplômes d’études, le commerce de détail offre plusieurs possibilités de carrières intéressantes. Pour celles et ceux qui envisagent les études, voici les divers programmes d’enseignement existant développés pour et avec les commerces de détail :

TALENTS RECHERCHÉS Jeu questionnaire

Voici un petit test ludique* qui vous permettra de savoir si vous avez ce qu’il faut pour embarquer dans l’aventure du commerce de détail. Choisissez la réponse qui vous ressemble le plus. 1 - Votre personnalité s’adapte-t-elle à celle des autres ? a J’ai une personnalité très conviviale. Je crois être en   mesure de m’adapter et de m’entendre avec n’importe quel type de personnes et de caractères. b J’ai une personnalité très discrète. Je n’ose pas trop   déranger les autres, alors ma personnalité m’aide   à m’adapter aux autres. c Je ne sais pas. Je suis quelqu’un qui aime avoir le dernier mot. Ce sont plutôt les autres qui devraient s’adapter à moi. 2 - Aimez-vous le changement ? a J’aime le changement. Qu’il soit positif ou négatif, il est   inévitable, mais il ne me fait pas peur. Je le perçois plus comme un défi à relever. b J’aime le changement : il représente la vie et me stimule. Comme dirait le dicton : « Il n’y a que les fous qui ne   changent pas ! » c Je n’aime pas beaucoup le changement parce qu’il brise   ma routine. Il y a quelque chose d’insécurisant dans le   changement. Pourquoi changer lorsque tout va bien ? 3 - Préférez-vous le travail d’équipe ou le travail individuel ? a J’aime les deux ! La répartition des tâches permet de   travailler plus rapidement, alors que le travail individuel  permet d’apporter une touche plus personnelle. b Je préfère, et de loin, le travail d’équipe, puisque j’apprends des autres. Je suis d’avis que plusieurs têtes valent toujours mieux qu’une seule ! c Le travail en solo est le mieux pour moi. En groupe, on perd son temps ! Surtout parce que tout le monde doit être   d’accord et il est parfois ardu de trouver un consensus… 4 - De façon générale, acceptez-vous l’autorité d’un responsable d’équipe ? a Oui, j’accepte très bien l’autorité. Une personne désignée responsable d’équipe mérite le respect de ses troupes.   À chacun son rôle selon les situations. b D’accord ou pas d’accord avec ses décisions, j’accepte   l’autorité d’un chef d’équipe sans même me questionner. c Si j’estime que la personne responsable de mon équipe est incompétente, il est évident que je n’accepterai pas son   autorité et que je la contesterai fortement.

Illustrations : Franfou.com

5 - Acceptez-vous de ne pas être « le numéro un » en toute circonstance ? a Personne ne peut être « numéro un » en toute circonstance ! J’ai mes forces et accepte d’apprendre de celles des autres. b Je réussis habituellement tout ce que j’entreprends haut la main ! J’accepte de ne pas toujours être « numéro un »,   mais ça ne m’arrive que très rarement. c Je n’aime pas passer deuxième et j’ai de la difficulté avec l’échec. Avec moi, « ça passe ou ça casse » ! *Ce test n’a aucune prétention scientifique. Il s’agit de questions posées dans un esprit de jeu. Son interprétation ne peut que donner des pistes de réflexion à savoir si l’on désire ou pas se diriger vers le secteur du commerce de détail.

Niveau technique … DEC ou AEC en gestion de commerces Le DEC en gestion de commerces est une formation technique d’une durée de trois ans permettant aux étudiants de développer leurs compétences en gestion de personnel de vente, d’apprendre à atteindre des objectifs de vente, à promouvoir et à mettre en marché des produits ou des services, ainsi que d’apprendre à acquérir des stocks et à assurer un bon service à la clientèle. L’AEC en gestion de commerces s’adresse plutôt aux gens possédant une expérience pertinente dans le commerce de détail et désirant passer au niveau gestionnaire. Cette formation permet d’élargir ses connaissances du milieu et d’acquérir une compétence de pointe. Le programme offre trois profils : la gérance d’un commerce de détail, la représentation de produits ou services commerciaux ou industriels, ainsi que le développement des compétences en comptabilité, gestion financière, publicité et plus spécifiquement la gérance. Pour connaître la liste des établissements d’enseignement publics et privés autorisés à offrir le programme en gestion de commerces, consultez detailquebec.com, sous « métiers et carrières ». Niveau professionnel … DEP en vente-conseil Pour les gens curieux, plein d’entregent, de leadership et d’initiative, le DEP en vente-conseil permet de développer sa capacité d’écoute et de se rendre plus efficace dans les communications interpersonnelles. On y acquiert des connaissances en comportements d’achat, en approche qualité-vente, en informatique. Cette formation facilite l’intégration dans un emploi relié à la vente. Il importe de savoir que les programmes d’études du DEP en vente-conseil, du DEC ou de l’AEC en gestion de commerces constituent un catalyseur à l’ascension professionnelle dans le commerce de détail. D’autres diplômes sont également reliés au commerce de détail, tels que le DEP en décoration intérieure et étalage ou le DEC en commercialisation de la mode. Pour plus d’information, rendez-vous sur detailquebec.com, sous « métiers et carrières ».

Interprétation des réponses : Majorité de A Quelle belle personnalité! Vous entretenez de très bonnes relations interpersonnelles, ce qui vous permet habituellement de cultiver un très bon esprit d’équipe. Vous percevez la vie d’un très bon œil et savez habituellement bien vous adapter au changement. Autant de belles qualités essentielles pour travailler dans le commerce de détail! Majorité de B De façon générale, vous être une personne positive, plutôt discrète, et vous vous entendez bien avec la majorité des gens. Vous préférez le travail d’équipe plutôt qu’en solo et vous adaptez habituellement bien au changement. N’hésitez cependant pas à prendre votre place ! Le commerce de détail pourrait représenter une belle avenue pour vous ! Majorité de C Préférez-vous œuvrer en solo ? Ouvrez-vous aux gens qui vous entourent ! Faire cavalier seul n’est pas toujours la meilleure solution ! Faites ressortir votre côté dynamique, jovial et enjoué et lancez-vous ! Peut-être que le commerce de détail deviendra une voie possible pour vous !


reportage promotionnel 7

Une certification reconnue

PROFESSION : CONSEILLER-VENDEUR Détail Québec prépare présentement un programme volontaire de développement et de reconnaissance des compétences dédié aux conseillères-vendeuses et conseillers-vendeurs ainsi qu’aux superviseures et superviseurs de premier niveau.

Des bénéfices pour tous ! Les détaillants participants verront une nette amélioration du service à la clientèle et de la rétention de leurs employés, en plus de bénéficier d’un crédit d’impôt pour la formation. Les travailleurs du commerce de détail qui entreprendront cette démarche seront quant à eux mieux Bientôt, les conseillers-vendeurs et les superviseurs de premier niveau du outillés pour exercer leur profession et s’assureront ainsi d’un avenir procommerce de détail pourront, sur une base volontaire, faire reconnaître fessionnel plus prometteur dans le secteur. leurs compétences acquises en milieu de travail. Les travailleurs d’expérience auront ainsi la possibilité d’obtenir un certificat de qualification pro- Pour plus d’information, consultez detailquebec.com, sous « nos professionnelle délivré par Emploi-Québec. Les normes professionnelles dé- duits » et « normes professionnelles ». veloppées par Détail Québec, en étroite collaboration avec les détaillants et la main-d’œuvre du secteur, serviront de référence du processus. Celles et ceux qui ne maîtriseraient pas l’ensemble des compétences requises auront l’occasion de suivre de la formation spécifique dans le but de développer et d’atteindre les compétences nécessaires à l’exercice de leur profession.

UNE QUESTION D’ATTITUDE

Pas si simple ! T I

O

N

F

T

A

N

S

O

Selon le Diagnostic sectoriel de la main-d’œuvre du commerce de détail au Québec 2008-2011, le plus important critère de sélection pour les employeurs du secteur est l’attitude (36 %), suivi de la motivation (19 %), de l’expérience (17 %) ainsi que de la concordance entre les valeurs du candidat et la culture organisationnelle de l’entreprise (13 %).

TROUVEZ LES ERREURS « D’ATTITUDE »

A

N

R

M

R

S M

N

F T

A

R

N

Pour jouer, remplissez chacune des cases de la grille par l’une des différentes lettres du mot « normatifs » mais ne répétez jamais plus d’une fois chacune d’elles sur une même ligne, dans une même colonne ou dans une même sous-grille (3 par 3). Quelques lettres sont déjà disposées dans la grille, ce qui autorise une résolution progressive du problème complet. À vous de jouer !

Illustrations : Franfou.com

Voir les solutions des jeux à la page 8.


8 reportage promotionnel

DÉTAIL QUÉBEC, VOUS DITES ?

Un carrefour d’information dynamique pour assurer la compétitivité du secteur Détail Québec, le Comité sectoriel de main-d’œuvre du commerce de détail, est un organisme réunissant des représentants d’employeurs ainsi que des travailleuses et travailleurs du commerce de détail, lesquels collaborent ensemble à améliorer le développement de la main-d’œuvre, tout en assurant la compétitivité des entreprises du secteur, et ce, à travers tout le Québec. Services offerts • réalisation et diffusion de différentes études portant sur les profils   socio-économiques du secteur • organisation d’activités de développement de la main-d’œuvre : - activités d’aide au recrutement ou de valorisation des carrières  du secteur - séances d’information - consultation annuelle • production d’outils de gestion de ressources humaines pour les détaillants • identification de normes professionnelles pour les postes de vendeur   et de superviseur de premier niveau • élaboration et promotion d’ateliers de formation spécifiques au   commerce de détail

Recherche, rédaction et coordination Julie Benjamin, directrice adjointe à la direction générale   et responsable des communications Collaboration Simon Bellemare, conseiller en formation, chargé de projets Simon Blondin, chargé de dossiers et coordonnateur   de la Mutuelle de formation du commerce Karell Brahic, conseillère junior en formation Émilie Carle, conseillère junior aux communications Manuel Champagne, conseiller en formation,   chargé des normes de compétences Michel Durand, correcteur Patricia Lapierre, directrice générale Merci à tous les participants aux entrevues ainsi   qu’à tous les collaborateurs ! Conception graphique SPI communications Illustrations Franfou

Détail Québec a réalisé récemment une vidéo  faisant la promotion des carrières et des  formations liées au commerce détail. Des  passionnés du détail partagent leur enthousiasme sur detailquebec.com.

rce Le comme l, de détai oi ! rm c’est pou

Cette publication a été produite grâce à la contribution financière de la Commission des partenaires du marché du travail   et avec l’appui des partenaires du commerce de détail.

Un outil RH pratique pour les gestionnaires du commerce de détail La Vitrine est une publication trimestrielle s’adressant aux détaillants du Québec qui traite des différentes pratiques de gestion des ressources humaines du secteur. Cette publication est disponible en tout temps sur detailquebec.com. AUX DÉTAILLANTS : Pour recevoir La Vitrine par la poste, transmettez vos coordonnées à l’adresse suivante : info@detailquebec.com.

Babillard d’emploi GRATUIT exclusif au commerce de détail Vous êtes détaillant ? Affichez GRATUITEMENT vos postes vacants sur  penseaudetail.com, un service d’aide au recrutement réservé exclusivement au secteur du commerce de détail. Vous êtes chercheur d’emploi ? Consultez régulièrement penseaudetail.com  et trouvez la carrière qui vous allume ! Détail Québec à l’écoute du secteur Pour offrir vos commentaires et suggestions ou pour obtenir de plus   amples informations au sujet des services offerts par Détail Québec :   info@detailquebec.com ou detailquebec.com.

SOLUTIONS

Illustrations : Franfou.com

Pas si simple T

N

A

S

R

I

A

Une question d’attitude R

S

F

F

T

O

N

M T

M

O

F

N

R

S

A

I

I

A

R

O

M

N

T

F

S

O

S

M

F

T

I

N

R

A O

N

F

T

R

S

A

I

M

R

T

O

M

N

F

S

A

I

A

M

N

S

I

O

F

T

R

F

I

S

T

A

R

M

O

N

Nous joindre Détail Québec Comité sectoriel de main-d’œuvre du commerce de détail 550, rue Sherbrooke Ouest, bureau 590, tour Ouest Montréal (Québec) H3A 1B9 Téléphone : 514 393-0222 - Sans frais : 1 888 393-0222 Télécopieur : 514 393-9037 Courriel : info@detailquebec.com Site web : detailquebec.com

Un bon service à la clientèle commence par une bonne attitude : un sourire sincère, de la motivation et de la disponibilité, une belle présentation de soi et de la ponctualité. Voilà la recette d’une attitude gagnante dans le commerce de détail !


Cahier spécial  

Développé par Détail Québec, le comité sectoriel de main-d'oeuvre du commerce de détail, le cahier spécial est paru à 600 000 exemplaires le...

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you