Page 77

  Page 148

7 juillet 2005 - Londres July 7, 2005 - London

The de-legendized history of the world “voie” en utilisant des images “prises” par d’autres, et en interrogeant l’image de presse, changant par là même le statut de l’œuvre d’art.

té où chacun de nous, par l’intermédiaire de portables ou de numériques, sera son propre photographe reporter. Devant ces milliards d’images qui envahissent notre vie, s’arrêter sur certaines Lorsque l’on pousse le raisonned’entre elles et en faire des œuvres ment plus loin, les images nous d’art permet de marquer le temps poussent à créer des analogies : et de redécouvrir l’imaginaire falorsque l’on parle des émeutes buleux que la photo a amené dans des banlieues en octobre 2005 en les échanges humains. Il est intéFrance, on parle d’intifada parce ressant d’écouter les spectateurs qu’un bus qui brûle à Gaza resdécrire ou commenter des phosemble à un bus qui brûle à Clichy. tos “dé-légendées”. Je pense à cette Au regard de la France, le romanphoto prise avec un mobile dans tisme des ruines est global “/unile métro de Londres lorsque la versel” ? : à la fois planétaire et foule part errante dans les couloirs hyper-local. C’est cette vision de du tunnel londonien. La plupart “glocal” que nous retranscrivons des spectateurs ont vu dans cette dans nos œuvres. La prophétie de image une vision religieuse d’une Mac Luhan s’est bien accomplie : foule qui converge vers la lumière, nous sommes dans le village global des extra-terrestres par le côté difdevenu “glocal” mais certainement forme des têtes prises dans l’objecpas dans le meilleur des mondes. tif. Cette même photo va elle aussi faire la une de toute la presse monIl est désormais temps que le pudiale. Nous avons retenu des specblic acquière des échelles de vatateurs “auxquels” le dé-légendage leur lui permettant de s’approprier redonne à l’image sa dramaturgie l’image et d’en mesurer sa poroccultée précédemment par la protée sans être assisté par les médias. fusion des commentaires. Nos œuvres ne prennent pas de position, elles sont avant tout un La Demeure du Chaos pourdiscours sur l’image et comment rait être une agence de presse en la décrypter au XXIème siècle. Sup- temps réel, témoin de son siècle où primer le média, c’est enlever la tu- d’œuvre en œuvre on lit ou on relit telle d’une autorité médiatique qui l’histoire dé-légendée. Ce parcours lui modèle son regard alors qu’il est atypique et constitue à lui seul s’agit de l’imaginaire. un des dispositifs “artistiques” des œuvres de la Demeure du Chaos. Nos spectateurs réapprennent à lire l’image dans une sociéthierry Ehrmann

148 149

The artistic approach of the Abode of Chaos relies mainly on figura­ tive, realistic and hyper-realistic paintings depicting various world tragedies. Some of them such as the London attack were painted immediately after it happenend. To see some of these paintings on the wall of the Abode before the captioned (free of title and sub­ text) images even reach the covers of news magazines can be quite dis­ turbing. The artist’s procedure consists in creating a scission between the photograph and its legend, re­ quiring the observer to look deep­ ly at the power and content of the image. Our work, practical­ ly synchronized with photograph­ ic press agencies which includes some members of our group, is the opposite of the work we usually do. These past few years, with the growing numbers of databases, re­ porters are constrained to increas­ ingly caption their photographs. Immediately, this quote from JeanLuc Godard comes to mind: “The truth of an image is foremost the truth in the given caption.” The questioning provoked by our delegendized works seem to func­ tion perfectly well. Let’s take for example the image of the London bombing where a woman is be­ ing escorted out wearing a burn victim’s mask. These faces always scare our visitors even though they

have already made the covers of Time magazine, Figaro magazine or the Economist. This demon­ strates that we are effectively in a sphere where the observer discon­ nects himself from the media and the caption, hence allowing a total break down. We begin to notice that the specta­ tor is slowly recognizing that he is witnessing a great deal of violence through the stream of images, whether on the Internet, on tele­ vision or in the written press, but manipulated by the media, he loos­ es all objectivity in reading the hor­ rors or our history. Our work allows the observer to ­rethink and grasp the meaning of the image, even though this im­ plies ­going through a shock reac­ tion. Much too often, people read the legend but seem to miss the es­ sence to be found in the image’s raw nudity. Warhol was certainly a precursor and many have followed into his footsteps by using other people’s images and interrogating press ima­gery, therefore transforming the image into a work of art. Following this line of reasoning, images have the capacity to make us create analogies. Looking back at the riots of October 2005 in the suburbs of Paris, Intifada comes to mind because a bus buring in

Signe de Guerre

Opus IX: Abode of Chaos / La Demeure du Chaos 1999-2013  

thierry Ehrmann: we put all our passion and folly into preparing this French-English Collector, the book of the decade: 504 pages / 4.5 kg /...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you