Issuu on Google+

EDITORIAL

3

D

ans son face-à-face télévisé avec Laurent Gbagbo, Dramane Ouattara n’a pas hésité à annoncer que les jeunes qui l’ont suivi sont aujourd’hui archi milliardaires. Sans doute faisait-il allusion à Hamed Bakayoko, Guillaume Soro et un certain nombre de Com-Zones fortement impliqués dans des trafics en tout genre (Wattao, Morou Ouattara, Cherif Ousmane, Vetcho, Foffié Kouakou etc.)…Il n’a pas non plus hésité à annoncer sa fameuse pluie de milliards pour la prospérité du pays. Quelle est cependant la réalité sur le terrain ? La paie des fonctionnaires de Police par exemple, au titre du mois de Juin 2011 a commencé le vendredi 8 juillet et se poursuivra jusqu’au 15. Laurent GBAGBO, qui n’était qu’un « pauvre historien », prenait le soin de « positionner » la paie au plus tard le 20 du mois en cours. Dramane Ouattara auréolé de gloire, paie donc avec 15 à 20 jours de retard. Le Scandale de la paie main à main, à la criée …

du FRCI. Depuis leur recensement et reprofilage, certains éléments de ces bandes armées jugés aptes au service militaire ont commencé à recevoir un « salaire » de 40 000 F CFA payé main à main. Tout de même mieux que la prime de savon de Bouaké. Ceux qui n’ont rien reçu grognent. Toutefois, ceux qui sont payés à 40 000 frs grognent également car la promesse faite par les archi milliardaires de Dramane Ouattara portait sur 5 000 000 F CFA de dédommagement par personne et ce, avant toute discussion. En un mot, les FRCI grognent et jurent de continuer à se payer sur la tête de l’habitant. D’où la persistance des exactions qui fait dire à plusieurs : « Ouattara ne maîtrise rien ! » Le scandale vient surtout du fait que les Frères Cissé (FRCI) qui ont reçu « quelque chose » ont en réalité été

Gangstérisme d’état. Le gouvernement Ouattara recycle l’argent noir, l’argent volé, l’argent du casse de la BCEAO : c’est un gouvernement voyou, un gouvernement de hors-la-loi. L’état aurait dû normalement recourir à la planche à billets. Procéder selon l’usage, à une émission de monnaie nouvelle pour combler son besoin d’argent frais. Que nenni ! Il contourne le système financier qui l’a soutenu bec et ongles et fait du blanchiment à grande échelle. De vrais faux billets. Banny avait –il menti aux ivoiriens sur la question de la démonétisation ? Y avait-il entre l’ex gouverneur de la Banque Centrale et les rebelles de Dramane Ouattara, un délit d’initiés quant à la question du braquage de la BCEAO ? Si oui, quel crédit a-t-il encore pour diriger son projet de réconciliation sur la base de la vérité ? Et Si l’état de Côte d’Ivoire agit comme un minable délinquant n’est- ce pas le signe que l’argent promis à Dramane Ouattara par les occidentaux, en volume et en temps, n’est pas au rendezvous ?

LA SURMEDIATISATION DE DRAMANE OUATTARA D’ARGENT

Deuxième motif de frustration, les salaires sont payés main à main, à la criée, exactement comme dans un marché de poissons. Tel est actuellement le triste spectacle à la préfecture de police d’Abidjan. Hormis l’humiliation ressentie par les fonctionnaires habitués de longue date aux virements mensuels et dont on « hurle » le nom aujourd’hui, beaucoup ont eu la désagréable surprise de noter la disparition de la prime « haut les cœurs », suppression doublée d’une baisse de l’indemnité de logement. Idem pour les gendarmes, les militaires et aussi les instituteurs qui signalent une baisse unilatérale de leur prime de logement d’au moins 30 000 frs CFA. Sans notification préalable. A prendre ou à laisser. Ainsi en a décidé le super président installé par le coup d’Etat militaire de la France et de l’ONU un certain 11 Avril 2011. Le gouvernement du Dioulabougou justifie ces pratiques d’un autre âge par des arguments sécuritaires. « On veut voir, compter, savoir qui est là, savoir qui fait quoi, savoir qui est avec nous etc… » Une honte et une régression pour ce pays qui aurait pu diligenter un audit des effectifs…Et qui de surcroît a déjà eu recours à de telles initiatives dans un passé récent. En réalité, les pratiques douteuses décriées ci-dessus visent à cacher deux scandales. Le premier concerne les milices tribales

payés à partir des ponctions et prélèvement arbitraires opérés sur les salaires des anciens FDS et autres fonctionnaires injustement ciblés. Le Scandale de la paie à la criée cache le Scandale du blanchiment par un gouvernement surmédiatisé et pourtant voyou ! Le plus grave est sans conteste le scandale du blanchiment favorisé et facilité par ces opérations de paie main à main. En effet, comme l’ont constaté tous les bénéficiaires, les billets distribués datent de 2003 et proviendraient, selon un banquier, du casse de la BCEAO en zone CNO. Cet argent impropre à la consommation et censé avoir été « démonétisé » selon les termes de Banny ne devrait plus faire partie du paysage. Et pourtant, c’est le gouvernement lui-même qui le recycle en prenant le soin de contourner les Banques. Ces billets de 2003 ont aujourd’hui, envahi tous les espaces. Il suffit seulement de regarder dans votre poche pour constater que vous aussi, vous circulez avec les billets de 2003 ! Blanchiment.

L’histoire se répète .L’histoire se répète. Après trois mois d’exercice du pouvoir, Dramane Ouattara, ne flambe pas. D’abord à cause de sa très fragile santé. Ensuite la sur médiatisation de l’homme ne semble produire que des effets contraires aux attentes.

L’histoire se répète dangereusement et si Dramane Ouattara fait du blanchiment, n’est-ce pas le signe d’une grave récession … voire d’une faillite qui se profile à l’horizon comme en 93, où l’homme avait fini par annoncer la cessation des paiements ?

Suite à la mauvaise application des Plans d’ Ajustement Structurel par OUATTARA, les déficits et les mauvais résultats avaient en effet persisté continuellement entre 1990 et 1993. Et l’économie de la Côte d’Ivoire a connu sa plus longue période de croissance économique négative ou nulle. Le taux de croissance réelle du PIB était de -1,2% en 1990 ; 0,0% en 1991 ; -0,6% en 1992 et -0,4% en 1993… Seuls les serveurs de thé de Dramane Ouattara et la communauté dite internationale dont il est le président refusent de se souvenir qu’en côte d’ivoire, à part harceler les pouvoirs successifs depuis 93, l’homme n’a en réalité connu que des échecs. ▉Kadengué Cissé


DEBOUTCIV N°10 s (Page 03)