Issuu on Google+

éCONOMIE

12

DRAMANE OUATTARA ET L’ILLUSION DU DEVELOPPEMENT

...

J’ai lu comme vous, avec beaucoup d’émotion mais aussi, avec beaucoup d’étonnement, certains commentaires postés par certains lecteurs des Articles de la Révolution Permanente demandant l’appui de tous à Monsieur Dramane OUATTARA pour mener à bien son programme de développement pour la Côte d’Ivoire au lieu de formuler contre lui, des critiques acerbes. Certains d’entre vous ont répondu sans porter gant, à ces lecteurs des Articles de la Révolution Permanente que je remercie et encourage du fond du cœur. Comme vous et moi, ces personnes soucieuses du bien-être des Ivoiriens depuis l’intrusion de Dramane OUATTARA en Côte d’Ivoire, n’ont, de cesse, souffert le martyr. Je vous invite par conséquent, Patriotes et amis de la Côte d’Ivoire, à voir en ces réactions, un cri du cœur mal formulé, ou béatement exprimé. Aussi aije jugé bon, de consacrer l’Article N°0011 de la Révolution Permanente, à la question du Développement, telle qu’elle se pose aujourd’hui en Côte d’Ivoire. Sans entrer dans les théories économiques de type académique qui ne vous apporteront rien de nouveau, permettezmoi de partager avec vous, une bien sobre définition de la notion de Développement. En règle générale, le Développement pourrait se définir comme la capacité pour une cité humaine, de satisfaire les besoins primaires de la collectivité qui l’habite, grâce un système stable de production de richesses, dont l’accès est garanti pour tous, selon le niveau d’instruction, de la force de travailler, des mécanismes solidaires mis en place, pour assurer le bien être social, matériel et spirituel de tous. Le Développement est donc à la fois social et économique. Et en tant que tel, il s’apparente à un processus

dynamique, qui évolue avec l’environnement social, culturel et le marché de la consommation locale ou internationale. Bref. Au-delà de la difficulté qu’il y a de donner une définition technique ou sociologique raisonnable de la notion de Développement, il importe de relever à l’attention de tous, que la question du Développement en Côte d’Ivoire, s’est inscrite depuis les années coloniales, dans une dynamique de “production pour compte de”. En effet, à la différence des colonies de peuplement comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire est une Colonie de production dont l’essentiel de la production agricole, a été réalisé pour le compte du colon qui devait développer son industrie. Depuis cette période jusqu’à la recolonisation actuelle de la Côte d’Ivoire, le pays n’a fait que produire pour l’industrie française et occidentale. Chose qui, si elle s’inscrivait dans un environnement de souveraineté nationale effective, constituerait un accélérateur de progrès économique pour la Côte d’Ivoire, car l’argent qui enrichi est celui qui vient des autres pays. Mais à quoi assistons-nous ? Examinons ensemble les grandes époques du processus de développement de la Côte d’Ivoire.

L’époque d’Houphouët Boigny et le Miracle Ivoirien Ce fut l’époque de l’âge d’or du commerce du cacao et du café. Houphouët Boigny, par un jeu savant, a su encourager la production agricole et faciliter l’accès aux terres cultivables sans une véritable politique agraire. Bien entendu, cela allait entrainer les problèmes de terres dans les régions cacaoyères. Mais en at-

tendant, il fallait produire et enrichir le pays. L’homme était lui-même paysan, et il connaissait les secrets de la terre. La balance commerciale extérieure de la Côte d’Ivoire fut et demeura excédentaire pendant des années. C’était normal. Le pays exportait plus qu’il n’importait. Ce fut dans les années 1970. La Côte d’ivoire avait atteint le niveau d’un pays émergent. Il avait les mêmes indicateurs du développement que la Chine et la Corée du Sud. Mais la Bourse du cacao était à Londres. Et c’est le colonisateur qui fixait les règles du marché. Il créa une inflation de l’offre en encourageant une forte production de cacao et de café de moindre qualité gustative en Asie, notamment dans les pays comme le Vietnam, la Thaïlande … Le prix des instruments de la puissance économique de la Côte d’ivoire s’effondra brutalement. La Côte d’Ivoire fut dès lors plongée dans une conjoncture économique désastreuse. C’était la fin du miracle Ivoirien.

L’époque de Laurent GBAGBO et le développement autocentré Enseignant et politicien, l’Homme ne s’est jamais présenté comme un paysan ni même comme un intellectuel. Son métier, c’est la politique. La politique pour gouverner des hommes dans un environnement de développement axé sur le potentiel national. Sur la question des piliers du Développement de la Côte d’Ivoire, il a très vite concentré son espérance sur le monde agricole. Il avait très vite compris que ce n’était pas en vain qu’Houphouët disait que « le succès de ce pays repose sur l’agriculture ». Mais l’Homme GBAGBO est dans une dynamique de Refondation. Il oriente sa


huitième numero (Page 12)