Issuu on Google+


la vie animait et réchauffait les muscles palpitants des poupées qui défilaient sur le podium. y'avait neil young dans mon ipod, alors j’avais monté le son. vous étiez assise près de moi, vous aviez pleuré et désormais vous riiez... nous passions en un instant de la connaissance à la reconnaissance des formes, nous rêvions de dynamite et d’explosions, de table rase et d’ombres nouvelles. la musique était projetée, parfaite, hors des enceintes noires et belles sur des désirs inassouvis, noyés de tristesse, déguisés comme les enfants d’halloween. nous étions sortis de la fabrique des imposteurs et on aimait vendre la peau du monde


www.nadiawicker.com

photographie nadia wicker Š / model ophÊlie moreau / absurde magazine / issue #b

e.

Ophelie Moreau

www.opheliemoreau.com


patrice berchery

mauro palmieri

luna jovanovic

marc laroche

quentin caffier

janine mizera

abigail stern jonĂŠe reed

lutz heckelmann


que dire d'absurde...? à l'aube de ce second numéro, nous avions envisagé d'aborder la mode mais, à peine née, nous trouvions l'idée déjà démodée... alors nous n'avons rien décidé sinon que d'être libres, d'être nous-mêmes face au "sens commun", rétifs aux lieux communs, autrement dit "absurdes". dans ce deuxième ouvrage, nous vous présentons donc des visions éparpillées d'artistes insolites, connus ou non, qui cherchent, qui explorent, qui ne se complaisent pas dans le confort du déjà vu... absurde est toujours libre, libre de vous proposer une vision différente, une émotion inexplorée, une création qui n'a pas de prix... est-ce si utopique en ces temps où le sens le plus développé reste celui du commerce?"

p h i l i p p e j e a n n e / l a u re n t f r i tc h / d a v i d h


abigail stern - artist statement: abigail stern was born and educated in southern california where she received her art education at ucla. she now divides her time between a new york city apartment and a home on the coast of maine where she maintains her studio. her work has been exhibited in new york city and internationally. her most recent solo exhibition was at kwanhoon gallery in seoul, korea in november 2011. her next solo exhibition is scheduled to be held in toronto, canada in 2014. in 2013 she participated in group exhibitions in mumbai, india; belfast, northern ireland; dublin, ireland; and kuala lumpur, malaysia. in addition, her work was selected for the biennale exhibition of artists of the balkan countries in cacak, serbia in 2013. she will be participating in a number of exhibitions in 2014, including ones in the philippines and italy. additionally, two of her paintings were featured as the front and back covers of a recent european edition of emily dickinson’s poetry. ms. stern’s work has evolved based upon continuous engagement with her immediate environment which strongly embraces a global cyber network. she commenced primarily as an abstract painter, progressed to hybrid forms, always reaching out for diverse imagery. much of her inspiration derives from east asian art and culture. she has also created a unique oeuvre which includes unusual and densely layered rice paper and mixed media collages, some with a strong “pop” asian and multi-cultural contemporary focus. ms. stern’s paintings have been described as “moments captured midway through the developing process, giving them a strong sense of immediacy and life.” reviewers have also described her work as “ethereal and poetic...haunting and nostalgic.”

korean ink, ink pen,

Abigail Stern


xuanzhi shuangbaotai (xuan twins), 2007-2013 , acrylic, chlorine bleach, printed rice paper, xuan, handmade tibetan paper, laser prints, and handmade indian paper on hanji (14 1/2 x 26 1/4 inches)

abigail stern Š / absurde magazine / issue #b


la vie anterieure, 2012 chinese ink, gouache, chlorine bleach, laser prints, printed rice paper, japanese tissue, fabric, duct tape, electrical tape and hanji on washi. (21 3/4 x 18 1/2 inches)


abigail stern Š / absurde magazine / issue #b

yan 1 (proverb 1), 2013 house paint, chinese ink, printed rice paper, hanji, handmade papers, and cardboard (24 1/4 x 16 x 1/2 inches)


l'imprevu, 2012 chinese ink, printed and solid rice papers, thai papers, hanji, and laser print on hanji (22 1/2 x 23 1/4 inches)


poplar and willow, 2012 ink, ink marker, paint marker, crayon, white pencil, printed rice paper, washi, laser prints and mylar on board (30 1/2 x 16 inches) abigail stern Š / absurde magazine / issue #b


un fantome: le parfum, 2012 chinese ink, textiles, hanji, thai paper, handmade papers, laser print, and wire mesh on hanji. (15 1/2 x 37 1/2 inches)


abigail stern Š / absurde magazine / issue #b


lotus sutra: flowers rained down from the sky, 2007-2013 korean ink, ink pen, acrylic, chlorine bleach, pigment marker, printed rice papers, laser print, xuan, handmade tibetan paper, handmade indian paper, and japanese tissue on hanji. (26 x 31 3/4 inches)


abigail stern Š / absurde magazine / issue #b

untitled 54, 2013 chinese ink, korean ink, rice paper, and hanji on handmade tibetan paper (20 x 25 1/2 inches)


composing poems in spring, 2013 chalk, chinese ink, xuan, and photograph on 2 blackboards. (each 24 x 24 inches, total 24 x 48 inches)


abigail stern Š / absurde magazine / issue #b


abigail stern Š / absurde magazine / issue #b

untitled 13, 2013 chinese ink, house paint, xuan, slate, ceramic tile, corrugated cardboard, metal, and wood on blackboard. (23 1/2 x 20 x 2 3/8 inches)


la muse venale, 2012: chinese ink, acrylic, chlorine bleach, handmade papers, and laser print on hanji. (18 3/4 x 15 inches)


book 1: korean pillow: (a book of diptychs): (pages 13 & 14, alternate view) 2012: korean ink, chinese ink, coffee, spray paint, textiles, laser prints, and oven baked (burned) on hanji book. (9 x 23 3/4 inches)


abigail stern Š / absurde magazine / issue #b

ink pen, graphite, marker, pasted papers, chlorine bleach, tempera, oil pastel,


fanhonghua/nu (crocus/woman), 2013 chinese ink, korean ink, ink pen, housepaint, acrylic, chlorine bleach, printed rice paper, printed hanji, laser prints, netting, and felt on hanji. (22 x 15 1/2 inches)

abigail stern Š / absurde magazine / issue #b


lotus sutra: the pratyekabuddha way, 2013 chinese ink, korean ink, gouache, watercolor crayon, ink pen, chalk, blackboard paint rice papers, hanji, photographs of lutz heckelmann, and fabriano paper on xuan (22 3/4 x 25 3/4 inches)


abigail stern Š / absurde magazine / issue #b


chakri early spring sky, 2012 ink, ink marker, glitter glue, printed rice papers, laser prints, mylar, and hanji on handmade rice paper (14 1/4 x 31 inches)


untitled 58, 2013 chinese ink, korean ink, chalk, blackboard paint, rice paper, fabriano paper, and photograph on xuan. (27 3/4 x 25 3/4 inches)


Abigail Stern abigail stern’s work can be viewed at the following websites www.abigailstern.com and www.facebook.com/abigailstern1. she can be reached at abigail@abigailstern.com

exhibitions solo: kwanhoon gallery, seoul, korea silver whale gallery, lower east side, new york, ny lord van gallery, chelsea, new york, ny bagel café, camden, maine art fair: doors art fair, seoul, korea pink art fair seoul, seoul, korea selected group biennale exhibition of artists of the balkan countries, cacak, serbia the drawing box, university of kuala lumpur, malaysia the drawing box, crescent arts centre, belfast, united kingdom the drawing box, artists’ centre, mumbai, india black falcon gallery, thomaston, maine space radio m international university of imagination, let’s play, seoul, korea international university in imagination and broken shop, seoul, korea exit art, chelsea, new york, ny - april 15-28, 2010. what matters most? cuchifritos gallery, lower east side, new york, ny

november 2011 february, 2006 july-august, 2004 august, 2002 november, 2011 september, 2011 november-december, 2013 october, 2013 april 2013 february, 2013 august, 2012 august 2012 october-november, 2011 march, 2008.

works on paper at cuchifritos shakago’s, springfield, ma - january, 2008 - poetry on canvas a.i.r. gallery, chelsea, new york, ny - june-july, 2007. wish you were here 6 hubert gallery, madison ave., new york, ny december, 2006 - january, 2007 a.i.r. gallery, chelsea, new york, ny - june-july, 2006. wish you were here 5 amsterdam whitney gallery, chelsea, new york, ny - december, 2005 to january, 2006 in-sight-full transfigurations dumbo art expo, brooklyn, ny - december 2002 to january, 2003 leighton gallery, blue hill, maine - summer 2000 roundtop center for the arts, damariscotta, maine - december, 1999 publications two paintings featured as the front and back covers of a european edition of emily dickinson’s poetry (2008) maedchenmannschaft.net/abigail-sterns-pinke-alptraume/ (german blog reviewing work at pink art fair seoul, september 2011.)

education university of california, los angeles, california - fine arts and art history barnsdale art center, los angeles, california - fine arts university of southern california, los angeles, california - master of business administration california state university, northridge, california - bachelor of science magna cum laude

abigail stern © / absurde magazine / issue #b

cockasnook.blogspot.com/2011/03/abigail-stern.html (british blog reviewing rice paper collages in 2011.) colouring outside the lines (u.k. based zine), issue 2, august, 2006


‘ h i s t o i r e d ’u n e f i n’ p a r q u e n t i n c a f f i e r, s o n o f u k u n i s h i & i c h i h a r a a k i h i t o née dans un contexte sociopolitique du japon d’après-guerre, le buô est une danse subversive se caractèrisant par sa lenteur, sa poésie et son minimalisme. cette danse, proche de la performance, n’est pas spectaculaire au sens où elle relève d’une introspection, et peut se donner sans aucun public. accompagné de ichihara akihito, danseur de la célèbre troupe sankai juku, et de sono fukunishi, artiste japonaise résident à paris, j’ai réalisé cette série de 9 images en mai 2013, comme un cycle pouvant être lu dans plusieurs sens. photographier de la danse présente souvent le risque de limiter la photographie à une dimension documentaire, or nous cherchions ici à créer un oeuvre originale à 6 mains, respectant les thèmes et les codes du butô. nous a vons donc décidé de faire prendre à ichihara des poses immobiles, chacune d’entre elle étant comme une scultpure représentant un moment de la vie. l’oeuf, le crâne, la peau blanchie à la poudre de riz sont des symboles fondamentaux utilisés dans le butô. le jeu de couleur les fusionne, renverse leur hiérarchie pour former des tableaux monochromatiques, le corps passant de l’ architecture constructiviste d’un moholy-nagy à l’explosion sentimentale de l’expressionisme allemand. www.quentincaffier.com


quentin caffier Š / absurde magazine / issue #b


quentin caffier Š / absurde magazine / issue #b


quentin caffier Š / absurde magazine / issue #b


quentin caffier Š / absurde magazine / issue #b


quentin caffier Š / absurde magazine / issue #b


sergefilimonov.blogspot.fr


sergei filimonov Š / absurde magazine / issue #b


faire acte de présence à moi-même. une héroïne, c’est ce qu’il faut être. j’essaie. je ne sais pas où je vais, je fais des mouvements comme en font les gens qui se noient. je survis et vous regarde, et comme je contemple les étoiles j’observe vos défauts. j’ai peur et demande : « quand partirez-vous ? » est-ce ma délicatesse qui me perd ? est-ce ce premier jour de guerre qui m’angoisse ? je ressens la fragilité de la vie. un jour prochain je ne serai plus qu’un souvenir. lointain. votre regard me fixe de temps à autre et projette en moi des images qui nous ressemblent. vos nuits avec moi me laissent le souvenir du plaisir et de la souffrance mêlés, de la douceur et de la violence, et l'impression de moments uniques révolus. le temps que nous dérobons me plaît. je déraisonne d’amour et présume l’heure des sacrifices et des pardons.


larochemarc.com

marc laroche Š / model, laura schuller / absurde magazine / issue #b


marc laroche Š / model, laura schuller / absurde magazine / issue #b


marc laroche Š / model, laura schuller / absurde magazine / issue #b


marc laroche Š / model, laura schuller / absurde magazine / issue #b


ceci est un auto-portrait de pierre, qui, bien avant d’être mon fils, me dévoile les mécaniques de son coeur à travers ses images ...


monsieur pierre Š / absurde magazine / issue #b


il est le père de deux filles, maria et ekaterina. il est aussi le président du pays de pierre le grand, nicolas ii , lénine, trostki, staline, raspoutine, tolstoï, dostoievski, soljénitsyne, chostakovitch, pouchkine, raspoutine, rostropovitch, gogol, tchekhov, mendeleïev, pavlov, noureev, tchaikovski, et surtout kalachnikov. vous l’avez reconnu il s’agit de vladimir poutine !

Poutin

occupons-nous des derniers événements. pour ce faire, un bref rappel historique s'impose. la crimée était occupée par les « tatars », peuple turc d'europe orientale et d'asie du nord. après la seconde guerre mondiale, ils souhaitaient réintégrer leur pays d'origine, l'urss, mais ce grand empire ne voulait pas d'eux. en conséquence, nikita khrouchtchev, alors premier secrétaire du parti communiste de l'union soviétique, et proche de l'ukraine, offre en 1954 par décret la crimée à l'ukraine. a-t-il oublié cette belle citation de staline: « si j'avais du déporter tous les peuples collaborateurs, j'aurai du déporter tous les ukrainiens, mais ils sont trop nombreux pour que je puisse le faire. » ? autant dire que les relations entre l'ukraine et la russie ne sont pas forcément parties sur les meilleures bases. le 23 février 2014, le parlement ukrainien décide d'abroger la loi sur le statut du russe, deuxième langue officielle du pays. il n'en fallait pas plus pour énerver le petit vladimir. il signe alors un accord avec les dirigeants pro-russes de crimée sur le rattachement de la péninsule à moscou.

photographie benoit defleurac © / absurde magazine / issue #b


les etats-unis n'ont rien pu faire d'autres que de durcir le ton, mais sans réelle conséquence importante pour la russie. au québec, la « poutine » n’est pas un travesti russe mais un plat composé de frites, de cheddar et d'une sauce brune. l'économie russe entre vraiment dans la crise, avec une croissance économique estimée à 0,5% pour 2014, au lieu des 2,5% initialement prévu. le peuple russe et le peuple ukarinien seront les premiers touchés dans cette histoire. tout le monde ne mangera pas de la poutine. ni du caviar.

heureusement, au nigeria tout va bien. dans la nuit du 14 au 15 avril 2014, des miliciens de boko haram* pénétraient dans le lycée pour filles de chibok, au nord-est du nigeria, et kidnappaient une centaine de jeunes filles. quel courage chez ces combattants couillus et armés de grosses kalachnikov ! quel talent ! au cours d’une précédente attaque cette année dans l’etat de borno, les mêmes avaient pris pour cible le collège fédéral de buni yabe tuant plus d’une trentaine d’écoliers. espérons que ces vaillants combattants ne se soient pas blessés malencontreusement avec leurs propres armes ! (*le nom « boko haram » signifie « l'éducation occidentale est un péché »). mais revenons à la russie. en 1887, un russe, léon tolstoï, évoquait dans une lettre à un français, romain rolland, cette idée apparemment toute simple : « de toutes les sciences que l’homme peut et doit savoir, la principale, c’est la science de vivre de manière à faire le moins de mal et le plus de bien possible. » cette science a encore des progrès à faire…

écrit par laurent fricht & philippe jeanne, imagé par fr ank schuber t© / absurde magazine / issue #b

ne

hélène carrère d'encausse, académicienne et historienne spécialiste de la russie, a une vision très rassurante concernant l'évolution de l'empire russe et de son actuel président. selon elle, l'heure n'est pas aux croisades et à la reconquête de l'ancien urss, il s'agit simplement d'un juste retour à la normale des choses, d'un point de vue historique et géographique. selon elle, l'europe devrait tendre la main à la russie et mettre en place des accords afin que la situation ne s'envenime plus encore. elle insiste cependant sur le fait que poutine n'est pas « fou », et qu'il ne peut continuer de s'attribuer des territoires sans se froisser avec le reste du monde. il est certain que le sort de la crimée semble scellé, et qu'on ne peut imaginer que l'ukraine puisse avoir de nouveau la main mise sur la péninsule. afin d'éviter de rentrer dans une guerre, l'europe et

la prochaine fois c’est promis on vous parlera de choses drôles, comme le bouleversement climatique, la couche d’ozone, les projets politiques éclairants pour les peuples, etc.

allez, bisous !


www.janinemizera.com


janine mizera Š / absurde magazine / issue #b

Janine MizĂŠra


janine mizera Š / absurde magazine / issue #b


"la question, explique werther à albert, n’est pas de savoir si l’on est faible o


ou fort, mais si l’on peut soutenir le poids de sa souffrance, que celle-ci soit d’ailleurs morale ou physique."

janine mizera © / absurde magazine / issue #b


janine mizera Š / absurde magazine / issue #b


mes couches me survivront. le sable est chaud comme un lit au soleil. nous sommes des bêtes, et je nous aime. le présent n'existe pas, je ne perçois que le passé. le présent s'efface, elle le déteste, lui et sa façon de vivre sans la voir et sans la considérer ... il était un singe et elle une femelle révoltée. il avait éloigné le plaisir de la nécessité.


janine mizera Š / absurde magazine / issue #b


rien, ni sens, ni futur, ici comme ailleurs. combien de tueurs ? qu'est-ce qui importe? vous, ou tout le reste ? leur monde m'indiffère. c'est un court voyage et je ne sais ni d'où je viens ni où je vais. je vous aime. on n'a pas le choix, la nuit succède au désespoir. mais, il y a le lac et les montagnes environnantes, et le soleil. il y a le reflet de nos réalités dans vos yeux clairs, et votre voix qui murmure pour moi seul... "je ... vous..." il y avait nos blessures, nous étions déjà demain.

janine mizera © / absurde magazine / issue #b


janine mizera Š / absurde magazine / issue #b


« mon amour, tenons-nous lieu de tout et le reste pour rien. »

janine mizera © / absurde magazine / issue #b


comment sortir du labyrinthe et le murer ?

elle a coupé les veines de son poignet gauche avec un scalpel tenu par sa main droite. elle dit: "ça n'est pas vrai ce qu'on voit dans les films. on perd son sang mais on ne meurt pas, on ne s'évanouit même pas. j'avais pourtant sectionné l'artère."

elle parle d'une voix aux intonations de jeune fille. elle sourit, sans dire et redire la difficulté de vivre. elle rêve de voiles blanches et me demande si je rêve d'elle.

elle ignore la peur et veut mettre l'amour en suspens.

elle possède la nostalgie d'une barbare qui a tout quitté ses idées sont des îles désertes.


janine mizera Š / absurde magazine / issue #b


elle lui avait dit des paroles faciles : « tu fais battre mon cœur plus fort. » elle lui avait donné une photo sur laquelle elle souriait (à qui ?).

elle avait des yeux en amandes, la douceur d’une femme rêveuse, et toujours, s’émerveillait de presque rien.

il aimait sentir sa présence lors des promenades qu’ils volaient au quotidien et aux autres...

ses lèvres et sa langue l’embrassaient si différemment qu’il se découvrait alors, invariablement, embrassé et aimé à la fois.

quand il la regardait il lui était impossible d’avoir du chagrin car elle montrait cette gaieté légère qui dissipe la tristesse. ainsi, il avait pu croire, de prime abord, qu’elle était heureuse. comment supposer que les sourires qui dispensent de la joie masquent des rêves échoués, des douleurs vives, et des souffrances effrayées…?

elle adorait noyer son regard dans l’immensité du ciel. elle adorait les nuages… les nuages qui passent… là-bas… elle murmurait alors, comme murmurent les fillettes lorsqu’elles ne pleurent pas : « que c’est beau, c’est beau la vie ! »

il se sentait vieux. le passage des trains de nuit, avec leur grondement sourd et puissant qui grandit puis s’éloigne, lui parlait d’abandon. la vie séparait-elle ceux qui se trouvent, et se découvrent amoureux ?

qui voudrait aimer, s’il connaissait l’avenir ?


janine mizera Š / absurde magazine / issue #b


janine mizera Š / absurde magazine / issue #b


photographie benoit defleurac Š / absurde magazine / issue #b


en moi gronde une ville grouille la foule dessaoulée ses envies au hachoir à moi s'agrippent des grappes de tyrans des archanges aux blanches canines qu'on me disperse je suis noir de monde qu'on me dispense du son des leçons qu'on me dissipe en moi se vautrent des divans de l'aorte à la carotide circulent des rumeurs à faire pâlir

noir de monde / alain bashung

qu'on me disperse je suis noir de monde qu'on me dispense du son des leçons qu'on me distribue à tous les jésus je voudrais t'aimer comme un seul homme arrêter d'inonder la somme avoir l'amour en bandoulière l'amour en bandoulière en moi gronde une ville grouille la foule dessaoulée ses envies au hachoir à moi s'agrippent des grappes de tyrans des archanges aux blanches canines tueurs de mémoire à la conscience obèse jouent du varèse qu'on me disloque qu'on me dispatche qu'on m'évapore qu'on me disperse je suis noir de monde qu'on me dispense du son des leçons qu'on me distribue à tous les jésus je voudrais t'aimer comme un seul homme arrêter d'inonder la somme avoir l'amour en bandoulière l'amour en bandoulière qu'on me disloque qu'on me disperse qu'on m'évapore qu'on me disperse


Mauro Palmieri www.mauropalmieri.com

je suis seul, perdue dans les méandres de mon propre esprit … votre absence m’invite à la douceur autant qu’à la douleur. l'ombre est une absence de lumière. je sais que fréquemment ma présence vous est douloureuse… vous me manquez, je vous oublie et me souviens. percevoir que notre fragilité n’a pas été brisée. comme l’est le paradoxe du temps lui-même qui tue et néanmoins, vivifie. moi, je ressentirais votre absence jusque dans mon sommeil. nous avions éloigné l'ombre de l'âme des morts, et joué avec les esprits malfaisants. nous étions inconnus du monde et existions vraiment, nous enfermions nos pensées comme des graines dans leurs écorces. mais… il n'y a de stable que la violence secrète qui bouleverse toute chose. il y avait votre élégance radieuse dans le décor des boulevards encombrés d’inconnus. le monde ne nous semblait ni plus juste ni plus laid, il nous paraissait vivable puisque nous pouvions l’oublier. j’étais plus vivant. les fragments de nos vies étaient des morceaux de roman car le véritable amour est littérature, et nous n’avions pas plus de lendemains que les héros.


mauro palmieri Š / absurde magazine / issue #b


mauro palmieri Š / absurde magazine / issue #b


mauro palmieri Š / absurde magazine / issue #b


mauro palmieri Š / absurde magazine / issue #b


mauro palmieri Š / absurde magazine / issue #b


« ce n’était pas la fin. tu étais là. exactement là. » je lui avais demandé si elle voulait venir à rome avec moi. elle avait accepté. et nous étions partis. je l’aimais follement. à rome et ailleurs. mais, différemment à rome. chaque journée me semblait écrite. on ne contemplait pas le monde de manière désintéressée. nous allions nous impliquer, manipuler, modeler le réel. la vie authentique nous apparaissait comme un ensemble de moyens et de buts productifs, le théâtre d'une activité générale. elle aimait les clochers d’église, les stabat mater, les cloches matinales, les pizzas, les parasols, les vendeurs de glaces, les passants et passantes, les touristes, les costumes rayés, les horloges, le silence, les rires, les cris d’enfants, les volcans et leurs laves, les villes romaines en ruines, les arrières grands-mères, les tenues de soirée, les chaussures à talons, les draps blancs, les vaguelettes, les mouettes pygmées, les pêcheurs, les citrons, les fiat, et les clins d’œil…

survint cet instant… je la regardai et ne la reconnus pas complètement. c’était peut-être une inconnue qui lui ressemblait… elle ne tournait pas son visage vers moi. devais-je la prendre dans mes bras ou m’agenouiller à son chevet ? je l’observais. ici et là. même et différente. nous jouions une scène banale, reproduite à l’identique par d’autres nous-mêmes, il y a longtemps et à l’avenir, comme s’il y avait eu sur le sol des repères précis, semblables à ceux utilisés lors des tournages de films… enfant, elle achetait des chevaux de verre dans les rues de murano... souvent leurs pattes fines se brisaient d'un rien... comme les fils tissés par l'amour le plus beau...


mauro palmieri Š / absurde magazine / issue #b


www.mauropalmieri.com

mauro palmieri Š / absurde magazine / issue #b


dorienkoelemeijer.com

dorienkoelemeijer Š / absurde magazine / issue #b


la pluie va venir le ciel s’assombrit au fil des heures j’égrène le temps je n’attends rien ni personne le monde se passe de moi

ça y est, il y a des gouttes et des flaques


dorienkoelemeijer Š / absurde magazine / issue #b


Joné Reed www.facebook.com/jonereedimages

joné reed © / absurde magazine / issue #b


jonÊ reed Š / absurde magazine / issue #b


bienvenue dans un monde de privilèges, les étoiles sortent de la terre et montent vers le ciel. nous nous roulons dans l'herbe et sommes tout à coup rouges du sang des papillons écrasés. les cygnes spectateurs, eux, sont toujours blancs... (pourquoi ne sont-ils jamais souillés ?) d'où viennent les mendiants? nous ne ressemblons plus à... nous sommes ce que le temps a fait de nous... nous sommes assis, nus, dans une barque géante. nous dérivons en pleine mer. j'ai mal au côté droit, et je saigne comme le christ. la mort s’approche, tend le bras et me touche du bout des doigts, elle hésite. ce soir je veux attraper quelques larmes salées d'une femme triste.


il n’y a rien ni personne, à part nous, et le béton nu. on est là, dans un lieu qui n’a jamais existé et qui n’a pas de futur. on n’est pas loin de la mer, au bord d’une route qui vient d’un aéroport et y retourne. on fume. on ne parle pas. on a les jambes dans le vide, assis sur le bord du cinquième plancher d’une ossature cubique et grise. on pourrait tomber. au sol, il y a des ronces et des fers rouillés. la chute a eu lieu, il y a longtemps. personne ne nous a relevés, ou n’a eu l’intention de le faire. depuis, on est là. on trouve le béton confortable car personne ne s’aventure ici. on habite un château de cartes qui fait peur. nous, on a peur d’autres choses... cette nuit, aurore a rêvé qu’elle volait. elle cherche des mots nouveaux, des chemins précieux, des voies pour aller vers des espaces ignorés de moi et d’elle, vers des barrières infranchies qui nous rendront plus beaux…


jonÊ reed Š / absurde magazine / issue #b


jonÊ reed Š / absurde magazine / issue #b


tu attends comme si cela pouvait survenir comme si c’était possible comme si tu étais un spectateur toléré

joné reed © / absurde magazine / issue #b


il ne se passera rien hormis un événement pas beau une histoire inutile dont nul ne veut et qu’on s’efforcera d’oublier


jonÊ reed Š / absurde magazine / issue #b


www.facebook.com/jonereedimages

jonÊ reed Š / absurde magazine / issue #b


Patrice Bercher


patrice bercher y & davidh Š / absurde magazine / issue #b

ry

www.patrice-berchery-photographe.com


patrice bercher y & davidh Š / absurde magazine / issue #b


combien j’aimais vos yeux verts et vos mains fines ! vous me regardiez et me caressiez, je voulais croire en affronter l’inexploré, ici, sans jamais voyager.

Lutz


vous, apprendre Ă  aimer ce monde dans ce qu'il a de doux et gracieux, m'engager sur un chemin inconnu...

Heckelmann

www.facebook.com/lutz.heckelmann

lutz heckelmann Š / absurde magazine / issue #b


lutz heckelmann Š / absurde magazine / issue #b


lutz heckelmann Š / absurde magazine / issue #b


lutz heckelmann Š / absurde magazine / issue #b


c'est dans un autre pays. il y a des cactées géantes et des aigles dans un ciel bleu presque blanc les rapaces viennent se poser sur les genoux des femmes, déploient leurs ailes afin qu'elles y lisent les messages du ciel et du vent. il y a des fleurs fragiles qui se nourrissent du soleil et qui vivent au lieu de brûler, il y a toi allongé et nu, tu me fais croire que tu es mort mais je vois ton cœur battre et soulever ta poitrine dorée. il y a des scorpions qui ne seront jamais à la mode, cachés sous les pierres, ils sommeillent et rêvent de je ne sais quelle étreinte, les tigres se laissent caresser et ronronnent ou vous dévorent en silence. les lendemains et les ailleurs ne seront pas plus beaux qu'aujourd'hui.


lutz heckelmann Š / absurde magazine / issue #b


lutz heckelmann Š / absurde magazine / issue #b


lutz heckelmann Š / absurde magazine / issue #b


lutz heckelmann Š / absurde magazine / issue #b


lutz heckelmann Š / absurde magazine / issue #b

www.facebook.com/lutz.heckelmann


i have been working as an abstract painter for last 10 years. recently i feel need to express something about our going into big nothingness. this is the reason for my return to subject and semi-figuration. my aim is dissolving and disintegrating my figurative subject. here my experience in abstract art helps. i don't sell my works as the protest against treatment of art as commodity. the art scene is manipulated by big players for big profits. in the capitalist society there is no more natural development in art. i make my living by teaching art and exhibit in israel and abroad.

follow on www.facebook.com/sigal.ron.3

sigal ron Š / absurde magazine / issue #b

Sigal Ron


www.behance.net/lunajovanovic

votre robe est trop légère, la vie est fragile et forte comme une patte d'oiseau. j'aime vos cheveux et mes doigts caressent votre tête si jolie, le soleil levant se moque de la guerre et des tueurs. nous nous taisons comme si le souffle et les mots nous manquaient, ou étaient inutiles ou plutôt, comme s'ils avaient disparu. la lumière donne à l'instant l'éternité qui nous manque, elle crée les impossibles séparations.


LunaJovanovic Š / absurde magazine / issue #b


LunaJovanovic Š / absurde magazine / issue #b


LunaJovanovic Š / absurde magazine / issue #b


« c'était pas un rêve, c'était un putain de cauchemar… j'ai été poignardée j'avais onze an parfois… si je pouvais changer une chose j'aurais aimer naître et grandir dans un autre


LunaJovanovic © / absurde magazine / issue #b

ns, mes rêves se sont brisés et je suis restée coincée dans ce pays… je suis désespérée e endroit… le diable a toujours du boulot… les mecs sont les rois du zoo… »


www.behance.net/LunaJovanovic


LunaJovanovic Š / absurde magazine / issue #b


Galerie Absurd

‘Il est aussi absurde de regretter le passé que d’organiser l’avenir.’ [Roman Polanski]

www.davidh.eu


de

comment poursuivre cette aventure absurde sans rendre honneur aux artistes, sans qui, rien ne serait. nous leurs rendons donc ici, un hommage en publiant une image de leurs nouvelles œuvres que nous vous invitons à découvrir sur leurs site internet.

davidh © / absurde magazine / issue #b


carsten witte Š / absurde magazine / issue #b

www.carstenwitte.com


jagoda wilcz ynska Š / absurde magazine / issue #b

www.jagodawilczynska.pl


james weber Š / absurde magazine / issue #b

www.jamesweberstudio.com


www.brianypperciel.com

photography - brian ypperciel / model - kimberlea daunais / ar t work - davidh Š / absurde magazine / issue #b


photography: charlie studio Š / ar t work: davidh Š / absurde magazine / issue #b

www.charlie-studio.com


www.andreschmucki.net


2014 2014 2014 2013 2013 2013 2013 2013 2011 2010

andré schmucki © / absurde magazine / issue #b

galerie display - köln galerie lux - berlin art karlsruhe - 2014 - 13.03.2014 - 16.03.2014 - vertreten durch http://www.galerie-lux-berlin.de galeria de arte afk - portugal - lissabon - http://www.arteafk.com/pintura#!__pintura/andr%e9-schmucki affordable artfair - hamburg - vertreten durch galerie lux - berlin galerie im zöpfli, luzern phoenix galerie, köln david manufacture, luzern art bodensee 2011, dornbirn liste 15 – the young art fair, basel


www.davolo.com / www.cigare-lelivre.fr

photographie: davolo steiner Š / ar t work: davidh Š / absurde magazine / issue #b


photography: nadia wicker Š / model OphÊlie Moreau / absurde magazine / issue #b

www.nadiawicker.com www.opheliemoreau.com


philippe jeanne

il est ici et là. on ne le voit pas. mais on sait que là où il est, il y a le désir de changer le monde. il croit à la gratuité. il est sans calcul, c’est-à-dire, qu’il possède une gratuité qui dépasse toute valeur, toute estimation, toute verbalisation, toute évaluation. je le soupçonne de croire à l’amour et parfois d’écrire dans le noir comme denis diderot l’une de ses lettres à sophie volland, alors que la bougie s’est éteinte : « je continue à vous parler, sans savoir si je forme des caractères. partout où il n’y aura rien, lisez que je vous aime. » je me demande à qui il écrit en ce moment ?

davidh

laurent fritsch

si la culture littéraire devait se cantonner à être un esprit, ce serait sans aucun doute le sien. à l’heure où l’impression se meurt et les livres suffoquent, philippe écrit. surtout des histoires qui nous racontent que l’humain peut aimer, mais préfère ne pas s’adonner à ce sport extrême par peur des risques encourus. mais l’humain, même s’il rêve, est ainsi et philippe le contemple avec un sourire amusé. il est celui qui fait rêver en le lisant, celui qui procure de l’émotion forte à travers les mots, un peu comme cette émotion que nous avons lorsque l’on aime. je me pose souvent cette question : « qu’aurait été ma vie sans connaître philippe ? »

petite présentation de nous par nous, vous dire qui est absurde. chacun ayant décrit l’autre, aussi absurde que cela puisse être.

il y a des personnes dont le côtoiement vous rend meilleurs. vous n’avez pas envie, à leur contact, de faire la guerre mais de créer de la beauté. vous savez la beauté que l’on se précipite de voir dans les musées, non pour dire qu’on a vu la dernière expo à la mode mais parce qu’il faut se laver des maux du monde, ne pas désespérer de ses semblables, de ses frères, de soi-même… évidemment, on lui en veut à david car on ne crée pas la beauté des musées, on crée des beautés fugaces, évanescentes, comme des lucioles. des beautés qui ne plaisent qu’à nous (et encore). on se dit qu’on est de petite taille, mais david plaisante alors on rit avec lui. on dit « on est des nains », et on est contents.


crédit photographique : nous© / absurde magazine / issue #b

nous, vu par nous.

Absurde


expression réelle par l’ #absurde


Absurde magazine issue B