Page 1

MUD FAST


MUD OFFICE


THROW

4 MUD FAST

MUD FAST 5


6 MUD FAST

MUD FAST 7


8 MUD FAST

MUD FAST 9


SHELF

MUD FAST 11


12 MUD FAST MUD FAST 13

Abuse, Adaptative, Agenda, Alter, Argument, Arrive, Axe, Bail, Balance, Ballot, Blame, Cabinet, Calibration, Capital, Caution, Chance, Change, Charge, Clairvoyant, Clerical, Complement, Comprehensive, Confection, Confidence, Course, Cure, Date, Deception, Defendeur, Defiance, Dejection, Devise, Dispose, Dispute, Distraction, Douche, Effective, Elevation, Emission, Evidence, Evince, Execute, Fatal, Figure, Fine, Franchise, Global, Gratification, Groom, Inconvenient, Injure, Intelligence, Issue, Labourer, Lard, Lecture, Location, Medecine, Minute, Miserable, Notice, Patent, Performance, Petite, Phrase, Ponderation, Present, Race, Rampant, Rape, Rate, Regard, Rendezvous, Resume, Rude, Sensible, Slip, Sort, Spleen, Spot, Stage, Terrible, Vacation, Versatile, Wagon.

TONGUE AFFAIR


14 MUD FAST

MUD FAST 15


16 MUD FAST

MUD FAST 17


PHOTO

MUD FAST 19


20 MUD FAST

MUD FAST 21


22 MUD FAST

MUD FAST 23


24 MUD FAST

MUD FAST 25


ANNOUNCEMENT

MUD FAST 27


28 MUD FAST

MUD FAST 29


30 MUD FAST

MUD FAST 31


32 MUD FAST

MUD FAST 33


34 MUD FAST

MUD FAST 35


MUD RULES MUD LESS MUD METHOD MUD BUREAUCRACY MUD STATIONARY MUD PROTRACTORS MUD UNDERLINING IMPORTANT WORDS MUD FACSIMILES MUD IDIOTS MUD VANS MUD FERRIES MUD NOISE MUD AMBITION MUD LIFE MUD MUD

36 MUD FAST

MUD FAST 37


38 THE FILTH OF ENDEAVOR

THE LUST OF THE SHINY 39


40 MUD FAST

MUD FAST 41


WORK

42 MUD FAST

MUD FAST 43


44 MUD FAST

MUD FAST 45


46 MUD FAST

MUD FAST 47


FLOW

48 MUD FAST

MUD FAST 49


50 MUD FAST

MUD FAST 51


52 MUD FAST

MUD FAST 53


54 MUD FAST

MUD FAST 55


FOAM, CAKE & FURNITURE MASSIVE EXPONENTIAL FORECAST NEW POSSIBILITIES FOR BUSINESS PRACTICE 56 MUD FAST

MUD FAST 57


THEN 1. BACKSTAGE Les murs étaient couverts d’agrandissements et de plans fixes des capitales de l’occident. Une table de travail en bois. Des fauteuils qui pivotent. Frigo, four, évier, machine à café. Moquette. Pas de fenêtre. Des cendriers ! Une porte noire toujours ouverte. Le coin pause se présente comme un bureau reconceptualisé. L’entreprise est un espace tactique spécialisé dans la notion de territoire. Deux idéologies de l’espace détente s’y opposent : celle du distributeur automatique dans le couloir, celle du speakeasy(1) entretenue par une hiérarchie maternelle capable de mentir aux familles. L’une joue le jeu du confort limite pour écourter le temps de pause, l’autre base sa productivité sur le fait que l’employé préfère vivre dans un lieu plus agréable que son habitation. Ici, l’ensemble décor et acteurs prend les allures d’une réunion de club des chats. Après le traditionnel échange d’anecdotes où chacun déplace son particularisme suivant la tonalité des rires, la véritable discussion s’engage comme un travail en marge : « Les sociétés contemporaines multiplient les produits de faible durée. La fast economy fabrique des restes. Se pose le problème du compactage. Comment les résorber ? Comment remettre en circulation ce qui est sans emploi ? • Le monde a changé. Nous avons appris par coeur depuis des années à être préparés à cela. Il faut mettre en oeuvre les principes éthiques d’une nouvelle objectologie. Une matière littéralement spirituelle. • Une église de l’objectologie. Je n’y crois pas. • Pas une croisade. Quelque chose d’industriel plus enfantin, comme de faire travailler la fin du monde. Il faut mettre notre univers cul par-dessus tête. Une socio-économie de la reprise qui ne saurait ni commencer ni finir. • On doit réintroduire dans la machine une part élémentaire d’inessentialité qui défend un équilibre possible entre le tout qui traverse chaque partie et chaque partie qui traverse le tout. • Une société de biens et de services. Un nom s’impose : FRANGO(2). Dans ce système des antagonismes, l’objet neuf est le corps brut. La société de consommation est le lieu de protoproduction. Elle nous donne à l’avance ce que l’on a fait semblant d’imaginer. La matière matricielle. Ce qui était inscrit dans l’origine matérielle et conceptuelle autant que le chiffre d’affaire. • Dans le démoli, le souillé, le ruiné s’avèrent les signes d’une présence réelle, d’une existence faite. • Ce qui est détaché conserve ses liens. L’homme est dedans, inséparable de ce processus d’évolution par la réhabilitation. • Le fragment est le réel absolu, et les mots sont les sables du langage mélangés à ce ciment. On dénude des devises et on les reconnecte 58 MUD FAST

MUD FAST 59


• • • •

suivant d’autres réseaux. La plus noble des choses est un pied de table, un plateau de polystyrène, une vertèbre d’étagère... Face au marché, on ne peut plus dire honnêtement que la ruine va au-delà de notre imagination économique. Jamais la dislocation n’a eu autant de crédit dans l’univers des méga-sociétés. La mutation du produit fini en matière première. Le grand cycle de la vie se décalque... La destruction créatrice, « l’ouragan pertétuel » dont parlait Schumpeter(3). Plus rien d’autres que des bons objets dans tous leurs états. Le capitalisme le plus pur naît de cet idéal de construction fondé sur son autoconsommation pour se développer. Il ne nous reste qu’à agiter frénétiquement les bras dans les marchés du monde entier en criant : FRANGO ! Qui veut FRANGO ? » Reprise en choeur : « FRANGO ! » Suit une continuité de dialogue non significative avant que chacun ne retourne dans son bureau travailler le dos tourné au ciel. Le dernier à quitter la pièce, celui qui revient sur ses pas pour éteindre la lumière voit peut-être la constellation de petites taches blanc-sali dans un coin de l’espace détente. Il ne dit rien.

2. CATCH L’ombre grandit lentement sur les plafonds. Ils pourraient s’en rendre compte. Leurs forces sont mobilisées pour la réussite d’une autre forme d’enfer local. Les lignes téléphoniques intérieures sont connectées, hauts-parleurs branchés. Personne ne prononce un mot. Tapis au fond de leurs bureaux. Les uns les yeux fermés, les pieds ne touchent plus le sol. Ils amassent des sourires de prémonition. Les autres penchés sur leurs machines, les mains jointes. Ils attendent leur bon moment les portes soigneusement ouvertes. Ils étaient revenus au milieu de la nuit pour préparer leur « safari ». Il y a ce petit jeune qui depuis quelques mois arrive chaque jour le premier et part en dernier la nuit tombée. Le champion du travail. La proie de la compétition. Cela a d’abord été une idée vague au café du matin. Des graffiti dans les toilettes. Puis des emails échangés constamment sur l’intranet. Enfin une sentence énoncée distinctement dans le bar d’un hôtel au hasard d’une addition. Vint la grand messe du plan obéissant aux conventions mondiales de la guérilla de bureau : s’infiltrer de nuit dans l’entreprise, pactiser avec les immigrés du ménage, pénétrer dans son bureau, rassembler son mobilier et toutes ses affaires, les attacher les unes aux autres avec du scotch de déménageur jusqu’à l’obtention d’une sphère originale, placer une webcam de surveillance, s’égayer dans les étages, attendre son arrivée, ne rien manquer du spectacle, enregistrer les images. 60 MUD FAST

3. WHITE NOISE Un peu plus de culpabilité absorbée à chaque pas, il arrive le dernier autour de la table oblongue de la salle de réunion. Il constate avec soulagement que tout le monde répond à l’appel. Il appartient à cette catégorie d’hommes anachroniques qui croient encore que le groupe donne de la force. Leur briefing donne le sentiment d’un bataillon perdu au fond d’une caverne troglodyte du monde moderne. Une plaisanterie sur la fiente de chauvesouris se perd dans le bourdonnement des pales. Aucun d’entre eux n’a eu accès à la réalité des dégâts. Le travail réalisé par la société de nettoyage et celui des bureaux ne se touchent pas. L’asymétrie des qualifications professionnelles se retrouve dans celle des emplois du temps. Les employés ressentent un amas de pensées archaïques : la nuit est une période à uniformes, cycle énigmatique rempli de gestes synthétiques d’experts à faire le vide. A l’aube ne reste que l’éclat de la lumière allumée sur un univers désert bien disposé. A quatre heures du matin, les nettoyeurs ne méditent pas sur l’ontologie de la matière et l’inégalité des destinées. Ils sortent leurs attelages de leurs cachettes, allument leurs Walkmans, passent dans chaque pièce, recherchent les ruines de la veille, activent leurs outils, extraient les corps étrangers, remplissent des sacs et disparaissent. • Le schéma statistique de représentation administrative et socioéconomique ressemble à l’esquisse d’une Tour de Babel de type occidental, une élévation de guingois. • Cela me donne une idée. Le Design du logo pourrait dériver le graphisme d’une spirale, réalisé à la main. Un schizogramme 3D exécuté d’un trait baveux. La figure d’une catastrophe contrôlée de main de maître. • Adopté ? • Vendu ! » Silence de mots dans la ventilation. Les respirations reprennent. Blocsnotes et agendas se replient.

4. NOW HERE & NOWHERE Le mot « bureau » a perdu beaucoup de sa substance depuis que les infiltrations ont gagné en profondeur. On avait commencé de déplacer quelques meubles, puis on a dû condamner quelques pièces. Les restaurations ne prenaient pas. Les remèdes des technologies de l’assurance n’étaient plus efficaces. Plus personne ne quitte l’entreprise. Un monde désorienté et désorientant. L’emploi fiché dans l’organisme par petits fragments alors que l’architecture intérieure explose. La paranoïa de leur place toujours plus aiguë. La terreur du temps qui mange tout. Surtout ne pas mourir en bas. Les emplois du temps se déglinguent. Ils dorment debout de peur. Chacun est venu avec son lot MUD FAST 61


de provisions. Chacun filtre la boue pour obtenir de l’eau. Chacun s’attache ses affaires avec du scotch de déménageur. Le mobilier est démonté pour être brûlé. Les morceaux sont réagencés en structures porteuses pour détourner les écoulements de boue. Chacun bricole les ressorts de sa propre survie. On est à deux doigts de l’effondrement général.

5. NEW AGE Tout le monde arbore à nouveau le même costume de héros ordinaire, veste et chemise. Ils ont cessé de croire dans la malédiction de la tribu. Toutes les déceptions ont abandonné les poitrines. Un mauvais rêve vaut mieux qu’une déchirante insomnie. Ils sont à nouveau prêts pour la photo de groupe. Le temps semble s’être suspendu, crépuscule imputrescible sur une scène avec de grands cafés noirs. Une coulée de boue fraîche chute dans la pièce, dans un seau, nourrit une temporalité active. Tout autour gronde la même rumeur de dérive. Un conclave de ressaisissement. Des tabourets et une table nés de l’empilement de plaques d’isolation du faux-plafond. Le développement hétérogène exact dans la chambre noire qu’est devenue l’entreprise. La tendance est revenue à une convivialité de combat. Les flatteries gratuites et les cigarettes circulent à nouveau librement. On parle de projets. On tape du poing. On a rétabli un courant souterrain. Le règne des hommes jeunes a commencé. Ils passent de plus en plus de temps à jouer. Fanatiques pour rompre la tension. Ils s’inventent des jeux d’action avec la boue et des jeux de bluff utilisant des images. Le jeu expérimental comme métaphore physique de leur dignité réinventée. En découdre en permanence, c’est recoller les morceaux, c’est reprendre espoir, c’est croire à nouveau en un collectif de la compétition. Chaque personne et chaque chose est occupée. Le plus âgé et moins menaçant joue l’arbitre officiel. Ils font des classements et des invocations. Noter les scores noir sur blanc et les archiver pour ne pas être engloutis. Leur communauté tire philosophiquement les enseignements de chaque moment d’ego partagé. Lamento et élégie, imprécation et songe. Ils mettent les feuilles griffonnées dans des pochettes plastiques. Ils remplissent des classeurs avec ces compilations. Ils les étiquettent FRANGO, l’épuisement infini d’un monde et sa fin heureuse. Ils disent quelque chose que l’on croyait propriété en cire perdue des artistes : « Quel autre métier que le nôtre permet de gagner ce que l’on gagne aujourd’hui ? »

COMPACT DRIVE Il est devenu clair que la terre ne tourne plus sur un seul axe. Le basculement n’est plus fixe. Ils ne la transpercent pas. Ils ne la touchent que lorsqu’ils la heurtent suivant des percussions désynchronisées. Elle rebondit de l’un à l’autre. Les trajectoires s’emboîtent les unes dans les autres. On a donc un système d’axe à l’envers où c’est la sphère qui est au centre de tous les mouvements. De sublunaire elle est devenue supralunaire.

ARIAL (BOLD) VS TIMES NEW ROMAN (CORPS NORMAL) Est-ce que réduire une chose en morceaux ne revient pas à effeuiller une marguerite ?

KINOPOLIS&CIRCUSKRIM (EXTRAIT) Je me demande combien vaut un rein de clown.

OFFICE PASSWORD Moi, je n’existe pas et j’affirme le contraire.

(1) : bar clandestin pendant la prohibition (2) : du latin, signifie : briser, je brise (3) : « Joseph Aloïs Schumpeter est un économiste du XXe siècle, connu pour ses théories sur les fluctuations économiques, la destruction créatrice et l’innovation. Il est l’auteur d’une Histoire de l’analyse économique, parue en 1954 et qui fait encore référence. » (Wikipedia) 62 MUD FAST

MUD FAST 63


NO SUCH AGENCY OR SUCH PUZZLE AGENCY ? La bureaucratie « normale » est la bureaucratie pratiquée par les hommes et les femmes oeuvrant au sein de l’agence. Cette dernière contient des problématiques dont la résolution tactique alimente l’activité bureaucratique « normale ». Une agence représente donc la « norme » bureaucratique du moment, l’organisation étant la mesure de toute chose. Une agence est censée contenir les éléments qui permettent de résoudre les questions en son sein. Ceci permet au bureaucrate « normal » de rester dans le cadre de l’agence durant son travail de bureau. Un bureaucrate ne doit pas douter a priori de son agence, sous peine de trahir en cessant d’être productif. En effet, durant sa formation, tout bureaucrate reçoit un apprentissage massif conforme à l’agence. S’il devait douter de toute cette masse de savoirs, il se sentirait « stay-behind » et se retrouverait si désorienté qu’il deviendrait productivement stérile. Cependant, il est possible qu’un problème complexe résiste aux tentatives de résolution monographique sur le terrain. Dans ce cas, un ou plusieurs bureaucrates peuvent commencer à se poser des questions sur la validité de leur agence et de son pouvoir exécutif. Il s’instaure un état de doute qui va éventuellement rassembler de plus en plus de monde autour de ce problème au sein d’un service clandestin. Cela peut finir par provoquer un état de crise. Certains tenteront de sauver l’agence par la manipulation de commissions de contrôle indépendantes ou en sous-traitant des assassinats pour dissimuler son organisation, ses fonctions réelles, sa faillite de désir, sa hiérarchie, ses salariés et la taille de son personnel. D’autres l’invalideront et choisiront de se lancer dans l’élaboration d’une nouvelle agence destinée à concurrencer l’ancienne qui la jugera de son point de vue négative. Ce moment flottant de crise non officielle est appelé selon la presse spécialisée : « guerre tiède » dans la rubrique : « il y a du monde au Balkan ». Si le changement finit par convertir la majorité des bureaucrates, s’instaure alors un nouveau relativisme dominant dans la vision sociale aux yeux de l’agence et il se produit une « révolution ». Débute alors une nouvelle période de bureaucratie « normale », inscrite cette fois dans la nouvelle agence.

64 MUD FAST

TAGWALL Au fil de la construction, la forme globale se produit. Le constructivisme anar de la cour. Le non-monument est la fiction de son autoproduction. Récit physique. Les machines marchent mieux quand tu leur donnes un nom. L’ingression devient l’unité d’échange. Vrai pour l’appareil bureaucratique. Dieu de boue donne son premier ordre : nommer la boue. Formule magique monosyllabique. La méta-mud. Le phlegme britannique. La forme supramobile est l’alambic. L’ensemble fait de la résistance. La forme-problème et ses rétroliens. Pas de commentaires manifestes. Bureaucrassie ? Boue activée. Bureaucrazy ? La seule information à prendre au sérieux est la boue. Le falsificationnisme naïf de la boue. La glossolalie de la boue. Ce n’est pas « peut » mais « pourrait ». L’inductivisme de la boue. 1 + 1 = 2 signifie que 2 = 2 mais ne signifie pas que 1 = 1. Donc la forme est la forme et la forme de son extériorité. Le paradigme de la boue. Déploiement endogène et hétéromouvement narratologique. Tout ce qui est produit est réabsorbé à la fois dans son expérience et dans sa définition. Jeu de rôle où la pièce joue tous les rôles à la fois. Gagner en perdant. Dans l’action, l’objet se prend pour lui-même. Sculpture viscérale. Plate-forme avancée d’assistance artistique, à court terme et rotation rapide, continue et illimitée. Espace réticulaire actif par principe de réalité. La fonction de la machine est de se mettre en marche. Mettre le feu à sa lampe électrique pour l’allumer produit une seule fois de la lumière le temps d’une flamme. Système intégré de traitement de la matière : gaspiller de l’espace, consommer de l’action, produire de l’actualité, saturer d’images et d’histoires. Vider son seau est un sujet intégralement philosophique. A l’âge ironique. Logique symbolique, informe éthique. Optimisme du marteau et agressivité planifiée. Etre édifiant dans la leçon cinétique. La discipline de l’effondrement. Mobilisation des images. Stratégies d’amplification des signaux imagiers non linéaires. Le ressac du monde. La boue dans le moteur. Ne pas choisir son camp entre liquide et solide. L’honnêteté de la boue. La matière brune est la matière grise. Une cosmologie d’en bas. Générer, accumuler et communiquer un savoir clinique à l’organisation. Mettre au point des concepts flexibles de communication et des stratégies marketing effectives et superviser les implantations de marché. Des consommateurs à travers le monde. La fin des rêves mercantiles de la classe moyenne. La perplexité fertile de la boue. Un seul regard n’y suffira pas.

MUD FAST 65


#2

MUD FAST 2008 Copyright Mud Office (Charlie Jeffery & Dan Robinson) www.mudoffice.eu Textes : Luc Jeand’heur Mise en page : petroff - www.petroff.fr Edité par la Galerie Ho www.galerieho.com 25 rue Fontange, 13006 Marseille Imprimeur : CCI, Marseille ISBN 978-2-9526083-2-9 5€

66 MUD FAST


MUD FAST  

published 2008 Mud Office / Labo Ho, Marseille http://www.galerieho.com