Issuu on Google+

EN KIOSQUE JUSQU’AU 30 OCTOBRE. OFFRE DE LANCEMENT ! 2,95 $

I S S UE 0 5, H O T D O G !

���������

���

GIANMARCO ALAIMO DJ PREMIER ALEX GAVIN YAN FILY-PARÉ

EXPOSÉ

25


Supradistribution.com 604 253 0559

Supradistribution.com 604 253 0559


VOLUME 2, NUMÉRO 2 ÉTÉ 2004

Éditeurs associés Alexis Brault, Daniel Mathieu Directeur de publication Photomaton Mathieu Rédacteur en chef Sigmund Brault Directeur artistique Guy Levesque Designer invité Benjamin Trottier

Ventes et Marketing James Cahill Rédactrice section poulettes Mathilde Pigeon Contribution photos Olivier Croteau, Erika Dubé, Félix Faucher, Martin Gagnon, Reno Gagnon, Eric Mercier, Judy Morris, Tommy Solstad

Contribution textes David Bouthillier, Chris Dyer, Oliviero Fontana, Marc Tison, Benjamin Trottier, Lucas Wisenthal. Korrecteur Ti-gras Site Web Alexis Brault, Frank Lam

Ici : Eric Mercier ne trip pas recyclage. Que du neuf, que du frais. Transfert to backside tailslide near the Exposé office. DAN MATHIEU

Cover : en arrivant à ce spot pour shooter la photo, y’avais un longboarder full padé qui remontais la côte. Rendu à notre hauteur, il nous a demandé si on allais descendre la côte avec nos petits boards. Y’avais jamais vu personnes faire ça qui disais... Imaginez sa réaction lorsqu’Alex Gavin à ollié par dessus le rail pour ensuite bomber la rue Hotel-De-Ville ! DAN MATHIEU

14 Intro - Things done changed 18 Gianmarco Alaimo 22 34 42

Nous tenons à remercier: Nic Côté, E.T., Gabrielle, Paget @ Union Label, Max Dufour, Zema, The Lam, Maude, Iris et Trinity, 996, Oliviero Fontana, Frank Simard, Bobby Gascon, Le KGB, John G., Scotty, Slay-er dude!, Father sk8, Bunny, Mercier, Zach et Pif for wasting gas on us. Francis au Roy bar. Denis Gagnon Tous les kids qui sont venus nous voir au warped tour. Dave Appleby, Dan Pageau, Islandproductions.org. Tous ceux qui se sont abonnés. On apprécie chacun d’entre vous. Nikon and LaCie - your shit is overpriced, but you make me feel like a kid inside... Creative insultship and god or whatever force responsible for the fact that we are still able to enjoy life like we are even though the human race is going through some serious troubles. On est bien ouvert à toutes soumissions. Gênez vous pas. Contactez nous. E-mail, courrier, téléphone, on est down ! Paix.

Portrait d’un gars qui se prend en mains Alex Gavin - One horny mo’fo’ Yan Fily-Paré Irréductible Gaulois Chick Out - Le Chickflip contest et Chloé Morin.

45 B.D. Jeune pédé 46 51 54

Putcher pis Reg’ – Pigeons enragés, jambistes dégagés D’art et déjà Chris Dyer, El’ Flyer Neurone Pop – Les tuyaux, Au son du timbre, CD-RW, DVD+R… Le matos quoi ! Cire d’oreille – DJ Premiere, In Deep Concentration

Le Magazine Exposé #44-780 rue st-Rémi Montréal (Québec) Canada H4C 3H2 t. 514.931.1364 f. 514.931.4837 contribution@exposemag.ca courrier@exposemag.ca exposemag.ca Imprimé à Laval au Québec. Le magazine Exposé (ISSN 1708-5993) est publié 3 fois par année. La rédaction n’est pas responsable des textes et des photos publiées, qui engagent la seule responsabilité de leur auteur. Les contri-butions sont les bienvenue, toutefois, vous devez fournir une envellope pré-affranchie pour le retour. toute reproduction sans l'accord de l'éditeur est interdite.

������� ������������ � � ���

Exposé magazine (ISSN #1708-5993) is published 3 times a year. Opinions expressed in articles are those of the author. All rights reserved on entire content. Exposé magazine welcomes editorial submissions; however, return postage must accompany all unsolicited manuscripts, art, or photographic materials if they are to be returned.

5

#

08 10 EXPOSÉ EXPOSÉ

EXPOSÉ

11


par Alexis Brault photos Dan Mathieu

Déjà notre 5e mag ! Ça va vite. C’est fou combien les 4 mois qui séparent nos parutions peuvent paraître soudainement courts à l’approche du deadline. C’est fou combien l’été passe vite. Fou combien les bonnes années passent vite… Mais ce qui est le plus fou c’est qu’on ait un mag comme ça.

������� ������������ � � ���

Quand on y repense, Exposé s’est démarré pratiquement sur un coup de tête. Nous nous sommes allègrement lancés dans tout ça comme des poules qui auraient perdu la leur. Davantage à la recherche qu’en possession d’une quelconque formation ou d’expérience en la matière, nous nous sommes nousmêmes parachutés dans le monde de la publication. Dès le départ, l’industrie canadienne et les skateshops du Québec nous ont appuyés. La réponse a été très bonne, tout le monde s’entend sur un point : le Québec avait besoin d’un magazine. On en est au numéro 5 ! Le magazine est maintenant distribué dans les dépanneurs et maisons de presses. Y’a un beau code à barres sur la couverture. Ce qui fut longtemps qu’ambition et paroles en l’air à l’occasion d’un 4 à 8 bien arrosé aux Foufs, après une journée à skater et shooter des photos, s’est depuis drôlement matérialisé. Les possibilités sont là mais nous avons beaucoup à apprendre et autant de bills à payer. Puis passer du Peace park à un 5 à 7 de la jeune chambre de commerce, ça ne se fait pas en criant 5-0...

5

#

En fait normalement ce magazine ne devait pas exister... mais vous en reniflez l’odeur d’encre parce que le skateboard au Québec est bien vivant. Que plusieurs personnes se sont impliquées et y ont cru. Parce que sans eux le magazine ne serait pas ce qu’il est. Tous ceux qui sont down depuis le début; Mercier, Tanguay, Beauséjour, PLG, Max, Barry, Marc, Jai, Croteau, Reno Gagnon, Félix Faucher, Mathilde, Erika, Zema, Guy, Ted Power, Frank Lam, Côté, Amy, Ti-Gras, Lucas, Benjamin… La liste est longue. Nous avons envie de continuer à y croire. Pour le fun. Pour l’expérience. Parce que on aime l’inconnu et qu’on a de la vision. Et parce que peu importe ce qui arrive l’année prochaine, dans 2 ans ou demain, on va encore skater, et passer des journées dans le centre-ville à vivre comme quand on avait 15 ans, à se salir et à se faire mal, à insulter des agents de sécurité et à se sauver de la police… ET VOUS ? Supradistribution.com 604 253 0559

14

EXPOSÉ


Ce double set est le premier spot que Gianmarco a skaté en Californie nollie b/s sans warm up près de chez Dan Pageau. Long beach.

par Alexis Brault et Oliviero Fontana photo Félix Faucher

� � � � �� � � � �� �� �� q JE SUIS RAREMENT NERVEUX PENDANT UNE ENTREVUE. AVANT OU APRÈS PEUT-ÊTRE, MAIS JAMAIS DURANT L’ACTE. POUR UNE RAISON PEUT-ÊTRE OBSCURE, J’AI TOUJOURS SENTI QUE JE DEVAIS DU RESPECT À GIANMARCO. JE NE SAIS PAS SI C’EST LA CLASSE QU’IL DÉGAGE, SA MODESTIE, LA MOTIVATION QU’IL INCARNE OU LE SIMPLE FAIT QU’IL A DES CRISS DE GROSSES MAINS, QU’UNE FOIS REFERMÉES, TU NE VOUDRAIS SURTOUT PAS QU’ELLES SE RAMASSENT DANS LE MILIEU DE TA FACE… UNE CHOSE EST SÛRE, SI VOUS AVEZ DÉJÀ EU L’OCCASION DE SERRER LA SIENNE, VOUS SAVEZ DE QUOI JE PARLE. IL N’EST GÉNÉRALEMENT PAS LE BOUT-EN-TRAIN DE LA TROUPE, MAIS CETTE FOIS C’EST LUI QUI TIENT LE MICRO, ALORS ÉCOUTEZ ATTENTIVEMENT. - ALEXIS Le feedback qu’on a le plus de toi, c’est que t’es un gars qui motive les autres à skater. Laissons faire les autres pour l’instant... C’est quoi qui te motive à skater ? C’est juste trop sick. J’adore skater. Quand tu skates avec tes boys, quand je skate avec Fonty, qu’on se prime tous les deux à sauter en bas de quelque chose. J’aime ça filmer des trucs, regarder quand tu skates... C’est trop le fun ! Oli- Mais, quand as-tu décidé d’arrêter de skater en avant de chez toi et de te mettre dans le beat de faire du footage, des photos, essayer de passer dans les revues ? Parce qu’au fond, dans le skate, y’a deux mondes ; y’en a beaucoup qui décident de pas se lancer. Qu’est-ce qui te donne envie de faire tout ça ? Quand j’ai commencé à skater, j’habitais à RDP. Je skatais avec mes amis autour de chez nous. On skatait à chaque jour. Un moment donné, j’ai vu L.P. (Brunelle) C’est le premier gars que j’ai vu skater vraiment bien… Y’a petté le plus beau kickflip en bas d’un set de marches. J’avais jamais vu de film de skate. J’avais jamais vu un kickflip poppé et catché. J’me suis dit qu’il fallait que je fasse ça. Après, j’ai déménagé à Mtl-Nord. J’allais au skateparc,

ars g n t d’uen main i a r Portprend e ui s

QUAND GIANMARCO ÉTAIT PETIT, SON PÈRE AVAIT LA PETITE CHARCUTERIE ITALIENNE PRÈS DE CHEZ MOI OU MON PÈRE ACHETAIT TOUTES SES VIANDES. MA MÈRE SE SOUVIENT BIEN DE LUI. MOI, JE L’AI RENCONTRÉ DANS MON SKATE PARK À MTL-NORD IL ÉTAIT LE PLUS FORT DE SA CLIQUE SES AMIS VENAIENT ME DIRE DE LE REGARDER ET ILS ME DISAIENT TOUS LES TRUCS QU’IL POUVAIT FAIRE. MAIS LUI, IL NE ME PARLAIT PAS TROP, IL PRATIQUAIT À LA PLACE. JE ME SOUVIENS QU’UNE FOIS, IL MA DIT QU’IL AIMERAIT VENIR FAIRE DES MISSIONS AVEC MOI, FILMER ET TOUT. PEU DE TEMPS APRÈS, IL SHOOTAIT SON PREMIER TRUCK AVEC LA CLIQUE. C’ÉTAIT AU CHURCH LEDGE, UN BACKSIDE 5-0, C’EST PAR LA MÊME OCCASION QU’IL S’EST INTRODUIT DANS LE ISLAND CREW. DEPUIS LA PREMIÈRE MISSION, C’EST MON PARTNER. - OLIVIERO j’ai commencé à voir Fonty, puis y m’a primé. Chu allé downtown et j’ai busté mon premier truc, comme y dit. J’ai vraiment aimé ça la scène, tout le monde qui te props, tout le monde qui te prime. Comment tu fais pour sauter 40 fois sans perdre ton calme ? J’me mets dans la tête que je vais l’avoir. Je pense juste à lander « on the bolts »! (rires) Ok, maintenant, le lendemain d’avoir sauté en bas d’un gap 40 fois, comment es-tu encore capable de marcher ? Quand j’ai commencé, le lendemain je ne pouvais plus marcher. Maintenant ça dépend : des fois je me fais mal, d’autres fois non. Et tous ces bangers, ça paye bien ? Si ça paye ? Bien j’me fait pas payer… je m’attend pas vraiment à ça non plus. Qu’est-ce que tu veux dire? T’as quand même quelques commanditaires qui t’aident ? C’est sur que j’ai des commanditaires qui m’aident avec des shoes et des boards et je suis bien content. Vans Canada et Underworld et Baker, Momentum et Fury par Utlimate. Ce qui paye en criss

EXPOSÉ

19


pas de téléphone. Tu t’en calisse. Tu sais pas y’est quelle heure, tu fais juste skater. Tu t’amuses et c’est tout. »

� ��� � � �� � � ���� � � � �� � ���� ��

Sérieux man, t’as des criss de grosses mains… As-tu déjà crissé une volée à quelqu’un ? Ça doit être de quoi. Yeah, tout le monde me dit que j’ai des grosses mains et que ça doit faire mal. Mais chu vraiment pas du type violent qui cherche la bataille. Bon et bien donne m’en cinq alors et laisse-nous sur des shout-outs je suppose… Thanks to everyone who has helped me out, Alex Bastide, Sean, Oli and everyone at Vans, Norm and Mike, Louis Lamoureux, filmers and photographers, Lebeau, Nathaniel, Dave, Felix, Dan Mathieu, Alexis, Dan Pageau, Oliviero Fontana, Family, and anyone I left out. Peace. Aight, ce gap a déjà été fait et documenté, mais ça reste un groupe assez select. Ollie au Carré D’Youville.

�� a du retourner faire ce f/s salad car il l’avait �� � Gianmarco quelque jour avant sans photographe. Il est retourné � � filmer seul pour le round 2 cette fois sans filmer � �� � �� �� 20

EXPOSÉ

� � ���� � ���� ��

� � � � �� � ���� �� ��

DAN MATHIEU

que maintenant t’es heureux là-dedans puis que ça marche pour toi ? C’est sur que maintenant mes parents sont plus down. Quand j’étais jeune y savaient pas qu’est-ce que je faisais. On dirait Au début, pensais-tu devenir qu’ils étaient tout le temps fâchés contre moi. Quand j’allais commandité un jour ? skater toute la journée, le soir quand je Pas vraiment. Je connaissais rien de ce revenais ils me demandaient j’étais où, SI ÇA PAYE ? monde-là quand je skatais. Dans mon qu’est-ce que j’avais fait. Ils pensaient que bout on skatait à tous les jours. Y’avait un BIEN J’ME FAIT PAS je faisais des affaires croches. gros crew d’au moins 20 kids. Tout le JE M’ATTEND PAYER… monde évoluait. Je regardais jamais les On parlait de voyager. T’as participé au PAS VRAIMENT films de skate ou les revues. je skatais Under Attack Tour l’été passé. Est-ce À ÇA NON PLUS. que c’était une première expérience ? des boards tout pétés. Parle-nous un peu de la vie sur les Oli- Ton père te l’a pas laissé facile, un peu comme moi. tournées Underworld. T’as probablement eu la même conversation avec lui où il Oui, c’était la première fois. C’est la meilleure chose au monde. te demande « Qu’est-ce que tu fais ?» Est-ce qu’il le voit C’est trop le fun. J’ai pris les conseils de Fonty : « T’as pas de montre,

au fond pour moi c’est, par exemple, avec Underworld j’ai fait beaucoup d’affaires avec eux. Je suis allé en tournée au Canada et en Californie, en ce sens-là, ça paye. Ça te permet de voyager.

� ��� � � �� � � ���� � � � �� � ���� ��

EXPOSÉ

21


by Marc Tison photos Dan Mathieu

ONE HORNY MOTHERFUCKER! HORNY MOFO I SAY BECAUSE IF YOUR MOM WAS HOT AND YOU LOOKED THE OTHER WAY, HE’D PROBABLY TRY TO SEDUCE HER. HE’S GOT HIS MIND SET ON PUSSY BUT CERTAINLY DOESN’T SKATE LIKE A WUSSY. I CAN PICTURE HIM BECOMING A PORN STAR WHEN HE RETIRES FROM PROFESSIONAL SKATING. HE WOULD STILL BE DOING TAILSLIDES ON THE BACKSIDE AS LONG AS IT WASN’T A STALE FISH HE WAS GRABBING IF YOU KNOW WHAT I MEAN. HE WAS DISSAPOINTED WHEN I HAD LEFT THE BAR WITH MY

22

EXPOSÉ

GHETTO TAPE RECORDER BECAUSE HE WANTED ME TO INTERVIEW HIM WHILE HE WAS IN THE BACK SEAT OF A CAR WITH HIS LADY FRIEND, THEY HAD TIED ANOTHER GIRL TO THE HANDLES AND GAVIN WAS IN BETWEEN THEM SPANKING THEIR ASSES WHILE THEY MADE OUT. FAR FROM A LITTLE HOUSE IN THE PRAIRIE EPISODE EH! GAVIN HAS BECOME QUITE FLAMBOYANT BUT IT’S JUST HIS WAY TO SPICE THINGS UP IN THIS EVER SO MUNDANE WORLD. MUNDANE CA VEUT DIRE BANAL: SANS ORIGINALITE.

EXPOSÉ

23


��

�� ��� ��

��

� � � � �

��

So gavin, How long have you been here in MTL ? I’ve been chillin’ in MTL for about 9 or 10 months now. Do you call it home ? For sure, I love it here, it’s my hometown. You got your own pad too right ? Yeah I’ve got my own pad now, it’s awesome, on Prince Arthur by all the bars, I love it. Why don’t you call Vancouver home anymore ? Not enough birds out there for me, I’d rather be in MTL, it’s a much cooler place for me to be at… a new chapter. 24

EXPOSÉ

(Barry) What are the perks of being here in MTL over Vancouver… why here ? I would say all the friends I started skating with and hung out with for ages, the ladies, the city life, partying, enjoying myself , going on bike rides or skating in and out of traffic… it’s just a vibrant city. How old are you now ? 28… yeah… getting’ up there ! When did you realize that you wanted to live off of skateboarding ? Actually, I haven’t made that much cash off of skating but I used to work some half ass jobs until Barry took me out to BC, I wasn’t thinking about the money, I just wanted to skate and have fun and then it just happened like that…

straight to McBerny’s house. Was Getting to where you’re at with all your sponsors an easy ride or was it a lot of hard work ? Just pretty much finished 2nd at that Slam City Jam contest helped me out a lot, that’s when I really started making some money skating but it’s always a struggle…you know, a rat race. So, what’s the meaning of « Quoi Quoi »? It’s a secret (laughs a lot) What have you been up to lately ? Lately I’ve been pretty much drinking and partying right now, just trying to heel my foot. I’ve been getting into designing clothes and accessories

Alex had an eye on the centre field while boardsliding this rail in Hochlag’. He even managed to catch the ball on a pop fly. Batter’s out, now that’s some heavy multitasking...

EXPOSÉ

25


Let me spell it for you : H-U-G-E kickflip! The board said « Catch me if you can », Gavin replied « No Problemo ».

Constatant la job de bondo réalisé par Mercier, Gavin c’est exclamé : wow, de la peau de fesses ! Tre-flip first try.

« CAN I GET MY INCENTIVES SOON, ANY ONE THAT NEEDS PRODUCT, GIVE ME A CALL »

and stuff like that, I’m having a lot of fun doing that. I’d like to start some of my own stuff, nothing cheesy, just cool designer clothes, one piece, I’m working with my friend Virginia, she’s making it and kinda trying to desing some stuff, we’re working together, trying to keep busy working with materials and keeping busy. Last time I stood on your board, it felt like a toothpick. What size is that thing ? (Laughs) c’est un 7 3/4 !, just perfect for me.

26

EXPOSÉ

How long have you been skating for Premium ? it’s been a while now eh ?! Holy shit ! It’s been ages man, I can’t even remember, it must be like 7 years or something. It’s going alright, I have my own graphics now, I worked with Gene at Heavyweight on it, it’s a tribute to the Great Antonio and a collaboration of MTL energy. I’m really stoked on that, it’s the first board I really like everything about. Go to your local skateshop and check it out yall! You mean it’s the first good looking graphic coming out of Premium?! Oooohhhh…good one ! I’m working on another board right now and I’m stoked on that too, I really like working with Gene at heavyweight, it rocks.

EXPOSÉ

27


What was your last road mission ? My last mission was Portugal actually, with Tanguay and Mercier (the mercenary). So you guys went there to drink some absinthe ? Yes exactly, we had some absinthe, those guys weren’t feelin’ it but I got them started and we linked up with Steve Carrera, he lives up there and distributes Premium, we stayed at his place and went to Spain and shot pics and filmed for the Premium video, it was a blast, I had a lot of fun. It was solid. (Barry) Can you tell us about the days you use to run tings by Blunt Bros ?!!! (laughs) What selling the t-shirts a 5 $ a pop, on west Hastings, dime bags on the side… you know, just straight up hustling. It must be weird living in that hood, isn’t it the most fucked up area in canada ? Yeah, it was kinda freaky living with all these zombies, like I’d be skating a ledge by the park and homeboy’s trying to shoot up or another cracker trying to get me to help him smoke his crack… just crazyness. Wild shit dude.

so I was all over it… but then I’m there stuck in an arena for the next 3 days or so… man. But I’m stoked bacause I got to meet a shit load of people, got to hang out in Amsterdam, I ride for Sensi Seeds now so it’s good but I just can’t take it anymore, it just seems so fake. The last SCJ I went to was so wack. ***Meanwhile, Gavin looks back at a hot chick*** How’s your neck doing from all the looking to the left and right at all the hot chicks ? It’s alright, I love Vol, it’s a great perv place. If you could add anything to MTL, what would it be ? I’d probably add a whistler bowl or something smooth to skate, that would be hot because Montreal is hurting for that right now. (Barry) In the last five years in BC, who held you down ? I got held down by my homie Andy at the cract pipe, he helped me out lots, phat pat too. You’ve travelled lots through skating, what was the place that you liked most ? I’d say Amsterdam is the hottest spot.

JODY MORRIS

Have you been competing much lately ? I’ve been trying to stay away from that shit, those comps suck, I’ve been doing enough comps. Comps are strictly business. I use to go to comps just because I could travel, it was a hustle to travel on my own cash

T I MEAN FOR SURE BUIS JUST SO EVERYBODYI’M JUST TRYING STRAIG HT, FUN TO HAVE AT TH E FUCK , H ERE , WH OURSELVES LETS ENJOY

��

�� ��� ��

� � � ������

Pour filmer ce b/s flip de l’angle voulue, Eric Lebeau devais sauter par dessus le trou. Hillarant. Concentration intense, quelques hésitations, il me demande de tenir sa caméra et finalement, il s’est lancé !

28

EXPOSÉ

Kickflip transfer


Because of the weed cafes ?(Barry) Because of the red light district ?!!! (Everybody laughing… Can I get a Quoi Quoi !!!) No, Just because of the whole scene, the people, the bike rides, boat rides, it’s nice and reminds me of MTL in a way, great vacation spot and I’d like to live there but it’s hard to skate. Australia is really sick and one of my favorite spots to skate, yeah, it’s really nice and Japan was really fun too, Europe is great but Australia is the main spot for skating. (Barry) Do you support the marijuana movement as a professional skateboarder ? Yeah, I do, I use it to heel myself but I’m trying to cut down right now but I really enjoy the high. I’m down with it for sure. ***Gavin fiendishly looks at a girl’s ass*** Anything you want to say to the ladies out there ? Hold it down… keep it solid and gimme a shout, I’m always down to party. What’s up with that teddy bear around your neck ? I got it in Spain, I was seeing this girl and I went into this shop and they had these two little teddy bears so I bought one for her and one for me… something to share. What comes to mind when I say : Drink : Jagermeister Food : poutine Music : reggae Trick : ? Rails or ledges ? Stairs, I’ve been into launching off stairs.

Spot : Big O Skatepark : Whistler Style : Dermer

��

�� ��� ��

Who do you like skating with ? I basically like skating with everyone, anyone that wants to skate for real, you guys at the O, I’ve been skating lots with Tyler in the city, he’s my teamate on WE. I love to skate with Mercier, I use to love skating with Frank too, that guy is awesome. Carlos De Andrade is a blast to skate with aswell.

30

EXPOSÉ

� � � ������

What type of skating are you into ? All terrain, I basically love to cruise through city streets, being in traffic in and out of cars feels almost better than doing tricks. I always love to skate a pool, I wish we had a pool to skate, it’s the ultimate sensation. Half pipes are fun but very back and forth and it gets boring, downhilling is great, power sliding… the speed.

(Barry) You’ve really come out of your shell lately, did MTL do that to you? For sure but I mean everybody is just so straight, I’m just trying to have fun here, what the fuck, lets enjoy ourselves. Right now I’m wearing these pink shades, people be laughing at me but I’m just trying to have fun. I’ve been checking out lots of thrift stores and it’s great, lots of cool stuff. Any Messages to the youths ? Basically can I get my packages on time

next time, Can I get my incentives soon, any one that needs product, give me a call. And to all the kids, keep doing it for the fun. Anyone you’d like to thank ? My mom, my dad, my brother, my friends, you guys, everyone all over the world that has helped me out, the people that hung out with me, my sponsors. Steve Cantin... MCmaster and Beloeil.

Oh yeah, look at the curves on that ledge, yeah, I really wanna hit that with a noselide, oh yeah... Those guys can have my leftovers.

EXPOSÉ

31


Maurice Duplessis reste impassible et l’escouade de la moralité ne peut rien contre ce backside flip. RENO GAGNON

MONSIEUR N’EST PAS FACILE À ATTRAPER MÊME POUR UNE INTERVIEW, LUI QUI N’A PAS LA LANGUE DANS SA POCHE. PAS QU’IL A UNE TÊTE ENFLÉE OU QUOIQUE CE SOIT, LOIN DE LÀ. MAIS PLUTÔT PARCE QU’IL EST DE CETTE RACE EN VOIE D’EXTINCTION DE GENS SANS PAGETTE NI CELLULAIRE... C’EST UN GARS ACTIF ET IL NE PERD PAS DE TEMPS. AVEC UN ÉTÉ QUI DURE QUATRE MOIS PAR ANNÉE, IL EST OCCUPÉ ! ENTRE DEUX DÉMOS, TOURS, CAMPS DE SKATE ET PHOTOS SHOOTS IL A BIEN VOULU NOUS ACCORDER CETTE INTERVIEW POUR NOTRE HUMBLE MAGAZINE. ET ÇA VALAIT LA PEINE. À LE VOIR ALLER ET À L’ENTENDRE, TOUT PORTE À CROIRE QUE LA SCÈNE QUÉBÉCOISE NE PEUT QUE BIEN SE PORTER AVEC DES IRRÉDUCTIBLES GAULOIS COMME YANN FILY-PARÉ. interview Alexis Brault photos Tommy Solstad

34

EXPOSÉ

EXPOSÉ

35


OK, j’te connais pas. Je t’ai vu skater quelques fois puis on s’est parlé rapidement et échangé quelques e-mails. Quelle flavour qu’on donne à ton entrevue ? Quelle flavour !? Flavour je sais pas. Le meilleur j’trouve ça serait qu’on chill, qu’on se prenne un p’tit caisson, puis après un peu de radotage, on enregistre quelques questions… Moi, c’est la première fois que je fais ça. Anyway, j’ai bien hâte de voir tes questions ! Comment vas-tu faire pour m’empêcher de croire que t’es pas juste un autre skater complètement générique qui veut juste devenir le prochain Mark Appleyard ? Ok !? Ouais, Appleyard est quand même une bonne inspiration. Mais juste vouloir devenir comme quelqu’un d’autre, c’est poche. Moi, je veux toujours continuer à skater, mais c’est pas pour un pro model de shoes… ahah. J’fais mes trucs, je skate toujours avec mes chums ou mon frère puis même quand on filme, c’est entre chums. Sinon, je donne des cours à des jeunes, puis ça c’est cool aussi. Mais en même temps, je pousse pour faire du nouveau! J’aimerais bien ça avoir 2–3 bonnes parts dans des films. Je ne filme pas assez. On prend des photos ! Qu’est-ce qui t’a fait commencer à skater ? Je sais pas. J’ai toujours trouvé ça hot. Les Tortues Ninja skataient puis j’aimais ça. Je jouais avec le orange parce que c’était lui le skater! Après, j’avais un skate « bateau » puis j’allais jouer au baseball en roulant en skate. Quelques années après, j’ai appris que le ollie existait par un gars dans mon village qui skatait. Vers mes 12 ans j’ai acheté un vrai skate puis je skatais pour skater parce que j’avais compris l’infinité de possibilités qui venait d’arriver avec le ollie ! T’étais à Barcelone cet hiver. On dit que c’est la Mecque du skate en ce moment, c’est vrai ? C’est VRAI ! C’est génial skater là. C’est pas un secret. Tout est sick. Y’a des spots à plus finir, le monde est trop sympathiques. Y’a des skaters de partout, puis y fait beau tout le temps. La ville est accueillante. Y’a plus de spots que tu peux imaginer. Y’a des ledges plaqués or même. Puis des rails en diamant, puis la police donne des cartes avec les spots dessus. Ahaha, non mais je dis presque vrai. Raconte-nous donc un p’tit fait saillant… Ah shit, seulement un ? C’est dur à résumer 6 mois de péripéties… J’habitais avec 9 Suédois : 7 skaters, puis 2 graphers… Des faits saillants y’en avait souvent ahah ! Les Swedishs c’est les meilleurs skaters ! Puis les Suédoises savent boire ! As-tu d’autres voyages planifiés pour cet hiver ? Ouep !! Avec mon frère, Phil puis Louis, des gars d’Exo. On va retourner en Europe 3-4 mois… C’est trop l’fun !

Tous les palmiers tous les bananiers vont pousser pareil quand j’s’rai parti... Ollie à Barcelone.

JE M’ORGAnise toujourS BIEN MAIS J’AI PAS D’AGenda, paS DE BILAN FINANCIer, pas dE CALENDrier, mêME QUE JE NE N’AIME PAS vraimeNT LEs formalitÉS...

Est-ce que tes commanditaires t’aident pour tes voyages ? Ouais y m’aident... Ils me permettent de dépen-ser mon cash sur d’autres choses que des boards puis des shoes... Exo me file tout ; les boards, roues, même du bon linge. Circa me file un pack de voyage intense... Des shoes pour amortir tous les gaps !! C’est bon !

Quel effet ça a que notre scène soit un peu isolée du reste du monde? Ça a l’effet que les rippers sont peu reconnus, que les spot vices ont peu de coverage mais ça donne une mentalité de Gaulois ahah... Du genre autosuffisante et aucunement compétitive. Le monde se compare pas vraiment, puis ne recherche pas à ressembler à Paul Rodriguez… 36

EXPOSÉ

Québec Barcelone, Nollie flip d’une rive à l’autre

Shout-outs ? Remerciements ? Merci à tout le monde, au EXO Jay puis tout le monde. Les chums, le team, les rockeurs ! Thanks à Nick puis Will de Circa. À tout le monde qui pousse le skate à Québec. Thanks à Louis, à DnD, à Reno G. Peace à tout le monde de l’Anti, de TRD, ULC, Black Army, Red Alert ! Puis aux kids des camps : continuez à évoluer ! Merci à Exposé d’être un magazine québécois pur skateboarding!!

EXPOSÉ

37


par Alexis Brault photos Dan Mathieu

LE CONCEPT DU POSER GAME EST LOIN D’ÊTRE UNIQUE À MONTRÉAL. LE JEU EXISTE PROBABLEMENT PARTOUT OU IL Y A DES SKATERS. ON Y ATTRIBUT D’AUTRES APPELLATIONS, LES PLUS CONNUES COMME S.K.A.T.E OU H.O.R.S.E ET PROBABLEMENT UNE AUTRE PANOPLIE DE VARIATIONS TOUT AUSSI VALIDES DÉPENDAMMENT OU VOUS VOUS TROUVEZ SUR LA PLANÈTE. MAIS L’IDÉE RESTE LA MÊME. CE QUI DIFFÉRENCIE MONTRÉAL, C’EST QU’ICI LA PRATIQUE DU POSER GAME CONNAÎT UN ENGOUEMENT TEL, QU’ELLE TRANSCENDE L’ENTRAÎNEMENT CONVIVIAL ET S’ORGANISE EN VÉRITABLE ÉVÈNEMENT DE L’UNDERGROUND. COMME TOUTE BONNE FAMILLE, LES LIENS QUI EN UNISSENT LES MEMBRES DOIVENT ÊTRE SOUTENUS. À NOTRE ÉPOQUE OÙ LES SPOTS DE RASSEMBLEMENT SE FONT DE PLUS EN PLUS REDONDANTS ET À MESURE, LES OCCASIONS DE SE RÉUNIR DE PLUS EN PLUS RARES, LES POSERS GAMES, TELS QU’ISLAND, MQC, EMPIRE OU UNDERWORLD LES CONÇOIVENT, SONT LES DERNIERS ÉVÈNEMENTS VÉRITABLEMENT PORTEURS DE NOS TRADITIONS PROFONDES. PAR TOUS LES MOYENS, NOUS DEVONS LES PRÉSERVER.

If you missed the 5 Th year anniversary of MQC’s Annual Poser game, you need to either open your ears to the streets, or start believing the hype cause it was banging. There was free beer, tons of peeps, dope skating, a new trophy winner, and lots of love. For almost twelve months, every time I walked past a beer truck, I would check to see if it was locked. Walking with Glenco, I happened to find a truck that I could open. After I pulled the barrel off the truck, Glenco helped me wobble the 50 liters of beer around the nearest corner. I then pushed down a sketchy alley, traveled around the block and, in a hectic state, knocked on my backyard neighbor’s (Jeff) front door. Luckily he was home, and let us in through his house to make my way to my crib for our safe getaway. Once the keg was stolen, all that was left to do was repossess the trophy from Steve Cantin (Winner 2003). There were heads in town, on tour, on the day of the game, so the thought of what would happen to the trophy if someone from outside of Montreal happened to win it, crossed my mind. At least 50 people showed up, including Montreal’s locals Nataniel Belanger, Tyler Mayer and Peace park locals Phil James, J-P Brodeur (2000),

Etienne Tanguay (2001), and Gab Ecko (2002). Having the presence of guests like Ryan Oughton and Grant Patterson from Vancouver, Alex Degrace from New Brunswick and Paul Carter from England had a great impact on the game. With Big James hosting the night, everything was pretty much taken care of after my brother, James-Patrick, fixed the fuck’n Bronco (Keg) Pump. Over the course of the night I got real shit faced. You can see clips at www.islandproductions.org thanks to the Island boys who had their cameras roll’n in the good times.

Having people from all over added an international flavor to the Montreal Poser Game, which was nice because it gave Montreal a chance to show how tight its skate scene is. Will there be another stolen keg for 2005 ? I don’t know. Remember to keep your ears tapped to the streets for info on next year’s game. Happy fifth year anniversary Montreal, we lost our trophy, for which I am just as guilty.

Yens and Glenco were the last two skaters to be branded as Posers after Grant nollie nose grinded his way to victory for 2004. He received a confetti shower for being the first skater outside of Mtl to win the Poser game. I told Grant that I’d Fed-Ex him the trophy if he promised to get it back to us for next year. Grant decided to leave the trophy at Underworld (his shop sponsor) satisfied with a photo displaying him with the trophy so that his mom’s could see him shine. The cash prize was $105 but Grant took off before receiving his last five bucks.

G a m e s Dans la lignée des posers games, Eric Mercier a cette année ajoutée une petite touche d’originalité et d’organisation à la formule avec les Empires Games. Les Empires Games consistent en huit joutes, prévues tous les lundis des mois d’août et septembre, disputées à un spot différent dévoilé 24 heures à l’avance sur islandproductions.org, dans les boutiques Empire ou encore par le fidèle bouche à oreille. 150 $ au gagnant et pour trophée, un board peint à l’effigie du spot, inestimable objet de collection. Le premier stop, les triangles du Champs de Mars a toutefois rapidement remis en question la faisabilité de la chose. L’obstacle assez massif et impardonnable de réputation s’est vite emparé du sac de tricks des quelques compétiteurs assez courageux pour se lancer et on dû conclure avec un best trick que Joe Buffalo emporta haut la main avec un backside 5-0 up and down. J’en connaît pas beaucoup qui ne se serait pas pris une lettre sur ça. Le deuxième arrêt étant prévu au ledges de St-Henri, il fut convenu que les Empire Games allaient être plus intéressant pour tout le monde sous la forme d’un best trick contest. Combinant à la fois l’aspect compétitif du best trick tout en gardant la spontanéité et l’aspect convivial du poser game et de la rue. Tous les détails des Empires Games sont affichés sur islandproductions.org. Il vous reste encore quelques lundis pour aller vous mesurer. Qui sait, le prochain spot sera peut être le bon pour vous…

40

EXPOSÉ

EXPOSÉ

41


par Mathilde Pigeon photos Martin Gagnon

CloÈ Morin par Mathilde Pigeon photos Erika Dubé

LE 9 JUILLET DERNIER AVAIT LIEU LA PREMIÈRE COMPÉTITION EN SON GENRE : LE « CHICK FLIP CONTEST ». TOUT ORCHESTRÉ PAR ELYSHA BASTIEN, L’ÉVÉNEMENT S’EST DÉROULÉ AU SOUTH PARC DANS UNE CHALEUREUSE AMBIANCE D’ENCOURAGEMENTS MUTUELS. Voici les Résultats :

42

EXPOSÉ

14 ANS ET MOINS

15 ANS ET PLUS

1. Stéphanie Bouchard 2. Alexandra Chartrand

1. Margaux Walker, f/s flip over pyramide 2. Chloé Morin, noseslide 3. Anne-Sophie Julien, boardslide flat rail 4. Louise Hénault-Éthier, f/s five-o, bowl 5. Frédérique Luyet, tail drop 6. Julie Lévesque, boardslide flat rail

2

1

Bon alors, t’as quel âge ? D’où tu viens ? Ça fait combien de temps que tu skates? J’ai 16 ans, j’habite à Repentigny et ça fait deux ans et demi que je skate. As-tu déjà voyagé ? Pas ben ben… Ontario, Québec… C’est pas mal tout ! Je suis allée voir des choses plates à Ottawa avec l’école… Tu vas à l’école ? Ouais… T’aimes ça ? Non ! (Rires) T’es en quelle année ? Secondaire quatre mais je suis supposée être en cinq. Cette année je m’en vais « aux adultes ». J’vais finir mon secondaire quatre et mes maths de trois. Peut-être aussi mes cinq si j’ai le temps et que ça me tente. T’as une nouvelle job à ce qui parait ? Je mets des pâtes dans des grosses caisses… Après il faut que j’empile les caisses. C’est long puis c’est tout le temps la même affaire ! C’est plate ! Il faut mettre des bouchons, un net laite sa tête et l’habit de la compagnie vert pas beau. C’est ma mère qui ma fait

3

4

rentré là. Elle, a travaille dans les bureaux en haut, à l’air climatisé ! J’penses que c’était une leçon pour que je continue d’aller à l’école ! Ta mère a l’air de te supporter pas mal… Elle aime ça que tu fasses du skate ? Ouais ! Elle a peur mais elle me donne des lifts quand j’en ai besoin et elle vient me voir faire des compés. Elle aime ça ! Pratiques-tu d’autres sports ? Le snowboard, le wakeboard et le basket. Une journée dans la vie de Chloé ça ressemble à quoi ? Je m’écrase devant la TV… Je m’écrase devant l’ordi… Après, j’vais prendre ma douche et j’pars skater à l’Hôtel de Ville. Qu’est-ce qui se passe avec ce spot là ? Est-ce que ça fait longtemps que ça existe ? Ça fait un boute parce que je connais du monde qui ont « vingtquelque » qui skataient là quand ils avaient quinze ans mais ils se faisaient mettre dehors. Je skate là-bas presque tous les jours. Sinon je skate au Universe parce que c’est à côté de chez nous !

5

As-tu des remerciements ? Mes parents, Lexxosept, mes amis, toi pour l’entrevue puis Érika pour les photos.

6


OKay so umm, how old are you Bunny, which is your street name ? Yea, my real name. That’s the name, my parents gave me that name, I’ll be forty two in a couple months You started working on the streets of Montreal at 18. Why did you choose to work on the Main (St-Laurent Blvd) ? I had no choice. I had met somebody who put me, introduced me to the streets. So you kind off just… ? Well, I got pimped. Awe-right, umm are you still happy with you life ? Oh yea I’m happy with my life, I don’t enjoy it, but I, I’m…happy with it. And, what would you rather be doing if you weren’t hooking ? Well, it’s either umm dancing, or I’m sell’n (rocks) No what would you rather be doing ? Fashion designing,

Umm, How much do you have, how much do you charge someone for sex ? My minimum for a blowjob is 40 dollars, and after that there’s no limits. And how’s your health ? My health is very good.

And what are your feelings about Peace Park ? Peace Park, oh yo man! That’s my life. Parks your life ? Yea man that’s my prison. (She Snicker) You can live and die in there.

Yeah ! Have you ever contracted anything ? No, I got cancer. (Cervical cancer, surgery in two months)

That’s wicked, how do you feel about the skateboarders at Peace Park ? Awe I love them, I have no problem with them. Especially when we all drink’n watching, watching each other’s back. (laugh)

But, your going to go in... (to hospital) and your going to get better. I know.

Who really runs Peace park ? Nobody runs Peace Park, Its respect that runs the Peace park.

Phew, umm, when was the last time you had sex for sex not just money ? Well I’m married. Heh heh heh… So you do have family, do you have any children and are you close to your family ? Umm very close to my family, I have six children and three grand children

If you could tell the whole world one thing, what would it be ? Peace. Yo! (We both laugh) OK, and do you have any shouts out to make ? Yea my brothers from the park, love ya, and will see you next summer.

��� �������� � � � � � ���� ���� ����� ����������������������������� � � � � ���� ������������ �������������� � ��������������� � � � � � � ����� ������ ������������������� � � � � � � ��� ���� ���� ��� ����� �������������������������������������������� � � � � � �� � ������� ������������������� �������������������� ������������� � � � � � � � � � � � � � ���� ������������� ������������ ��������������������� ������������� ����� � � �� � � � � � ������������� � � � � � � � � � � � ��� ������� � ��� �������� ������������������� ���������� ��� ��� ���������������� ������� ��������� � � � � �� ������ ����� ���

� �

� � ��

by Dave photo Dan Mathieu

44

EXPOSÉ

EXPOSÉ

45


������������ � � ���

������������ � � ���

Chris Dyer I don’t know who I am... I can only notice who I am not. I am not Chris Dyer, this is only an unfitting name my parents gave me. I am not this hungry male body, this is just an impermanent space-suit to be present in this dense material plane. Neither I am my skin color or my dreads, or the clothes I wear. I am not a skater, this is just what I do for fun and physical well being. I am not an activist, this is just what I do out of love for mamma nature and the fellowship of men. I am not a traveller, this is just what I do to learn more about the planet I currently live on and about my own self. I am not a meditator, this is just the method I use to become my inner soul self. I am not an artist, this is just the life purpose I gave myself sometime before my birth, and the passion that releases expression of all my inner struggles. I am not the drugs I intake, the meatless food i eat, the girls I have fun with, the friends I talk to or the books I read. These are just external factors that touch me yet are far from the true invisible essence of nothingness.

24 46

EXPOSÉ

Since I don’t know who or what I really am, I open up my imagination and believe to be a drop of limitless ocean of creation. A cell in a spaceless body of pure consciousness. Either way I can only be what I am, and that is just what is perfectly meant to be. Me

EXPOSÉ

25 47


� � � � ���� �� MAIS QU’EST-IL ADVENU DE DA’NEWS ET DA’INSIDA ? QUI ÉTAIT DA’ ANYWAYS ? Était-il une création de ce magazine ? Qui le sait vraiment ? Pouvons nous vraiment nous en sortir avec tout ce que nous disons ? C’est une autre question. Jusqu’à quel point pouvons nous en être tenu responsable? En voilà une autre. Avez-vous lu ce qui est écrit en petit sur la page d’index de notre magazine ? Vivons nous encore dans un monde libre ? J’en ai aucune idée. Qui suis-je de toute façon ? Peu importe. Vous voulez jouer ? Espérons que ces quelques tuyaux vous rapporteront gros… Nouvelle à l’interne, Jai Ball a quitté ses fonctions de rédacteur anglophone pour le magazine pour donner libre cour à d’autres activités. S’étant bien remis de son opération au genou cet hiver, il skate de nouveau à fond et allongera son été à San Fransisco cet automne. Nous lui souhaitons tous bonne chance dans ses entreprises. Jai nous a quand même promis qu’il allait continuer à être notre premier fan et contributeur. C’est la ruée vers l’Ouest ! Le bail est signé, Underworld ouvre une succursale au centre-ville de Vancouver, plus précisément au 860 Granville St. Le shop devrait ouvrir ses portes dès le 1er septembre prochain. Les pépites vont se faire secouer dans le tamis. Q’est-ce qui se cache derrière les récents va et vient suspects de Max Dufour qui se trimbale à répétition entre la Rive-Sud et la Floride ces derniers temps ? Rien de plus que des démos en duo aérien avec nul autre que la légende vivante du BMX : Matt Hoffman ! Qu’est-ce que vous étiez en train de vous imaginer ? Des nouvelles des gars de Québec cité. És et RVCA ont recruté Ulysse Pinel tandis que Etnies a recruté David Prévost. Pat Dallaire skate doré-navant pour Spin et Nick Côté, fraîchement immigré dans l’514, ride maintenant pour Empire !

C’est en lisant le SBC que nous avons appris que Dan Pageau avait lancé sa compagnie de roues nommée Traction. Nous lui avons demandé pourquoi il ne nous en avait pas fait part avant. Voici ce qu’il nous a répondu : « J’me suis dit, Dan (Mathieu) y s’en calisse, y’est ben trop cool pour ça… ». Reste qu’on peut quand même se fier à Pageau niveau roues. 300 noseblunts glissés dans une journée, c’est tout un test… PLG était en nomination pour « Meilleur Vert Skater » au « 6th Annual TransWorld SKATEboarding Awards » qui avait lieu au chic Henry Fonda Music Box Theatre à Hollywood, CA le 26 mai dernier. La palme a toutefois été remportée par Danny Way, qui s’est également

vu décerné « Meilleure vidéo part » pour ses derniers exploits sur sa mégarampe. Difficile à battre… Avez-vous attrapé le Under Attack Show sur Musique Plus ou Global ? 25 skaters sur la route pendant 52 jours à travers le Canada en 6 épisodes. Trop peu

trop court pour la quantité d’aventures qu’une tournée de cette envergure génère et malheureusement, vous ne verrez pas les filles nues dans les chambres d’hôtel ni rien de x-rated parce que c’est à la télé… Outre ce détail, ça fait certainement du bien de voir une représentation décente du skateboard dans les médias de masse pour une fois. Parlant de médias de masse, surveillez le spécial Journée dans la vie d’Éric Mercier dans le cadre de l’Émission Spam à Musique Plus. La caméra à bout de bras par la courroie sur le dessus du Big-O ? Leur caméraman est un véritable génie… Le Under Attack Tour #2 est en branle depuis juillet débutant par le Québec et les maritimes, pour ensuite mieux sillonner le reste du pays. Si vous demeurez au Canada et qu’ils ne vous ont pas encore visités, rassurez-vous, ils le feront très bientôt. Sinon, en attendant de le voir à la télé, suivez son déroulement en ligne au www.underattacktour.com. La station COOL.FM porte bien son nom. Benoît Dutrissac (Francs Tireurs à Télé-Québec) à certainement été bien aimable lors d’une récente mention de notre magazine à son émission. Plus particulièrement quant à l’entretien téléphonique qu’il a accordé à notre jeune et candide éditeur en chef qui malgré un voix légèrement tremblotante trahissant sa nervosité, s’en est très bien sorti. Les projets de “ Tournée McDonald” (Oui les big Macs) projetés par la corporation états-unienne au Québec ont eu une fin bien abrupte lorsque les participants ont simplement annulé l’idée de porter casque et gilet McDo. Et de se faire payer en hamburger… C’est si dommage, j’aurais bien apprécié voir Ronald McDonald se la peter en dropant la rampe de douze pieds…

EXPOSÉ

51


� ����

���� � ����� STREET LIFE « On a finalement réussi à ramener les dimanche soir !» Brendan, dans un communiqué de presse rapide mais imbu de sens pour plusieurs: Empire Supreme Sunday’s are back ! Les soirées débuteront le 15 août au Nexxt Nightclub 1635 Blvd.St Laurent (coin Ontario). Chris Dyer expose tout l’automne à Montréal, voici les dates : « Methaphisical Boarding » tout le mois de septembre @ Zeke’s Gallery (3955 ST-Laurent) vernissage le 11 septembre. « Yes » tout le mois d’octobre @ Casa dl Popolo (4873 St. Laurent). « Return of the dread » du 2 au 13 novembre @ Warren Flowers Gallery (30405 Sherbrooke O). Vous pouvez également apprécier le travail de « el flyer » à travers la « Psychedelic minded series », la nouvelle collection de planche de Creation Skateboards incluant les pros-models de Matt Pailes, Steve Olson, Todd Jordan… www.positivecreations.ca www.creationskateboards. com COMPÉTITIONS Les lundis des mois d’août et septembre prochain, se tiendront les E.M.P.I.R.E. Games. Huit posers games organisés sur des spots naturels qui seront dévoilés 24 heures à l’avance sur www.islandproductions.org. Venez tenter votre chance sur la cagnotte et la notoriété! Lors de l’écriture de ces lignes, la première étape, qui avait lieu au

« Triangle des bermudes », le spot dont plusieurs ne reviennent jamais, avait été remportée haut la main par Joe Buffalo. Les planchistes amateurs des quatre coins du monde viendront rivaliser pour s’arracher les rondelets 10,000 $ en argent en jeu lors de la compétition AM Getting Paid qui se tiendra à Montréal les 18 et 19 septembre prochain. Les festivités sont également au programme avec le AM Getting Laid after-party aux foufounes électriques qui clôturera l’évènement.

SK*PARKS Le Universe s’est refait une beauté autant intérieure qu’extérieure avec des nouveaux modules et encore plus de parcours. Rick Mercier, Chris Hatin et de nombreux collaborateurs ont mis la main à la pâte pour cette opération digne des reality shows tels que Extreme Make Overs ou Ma Maison Rona. Si vous cherchiez le skateparc dans la cours de l’école Jeanne Mance et que vous ne l’avez pas trouvé, ce n’est pas qu’il a été fermé parce que les ti-culs y fumaient des joints l’année passé… Mais bien qu’il était dans le gymnase pour la durée de l’été, à l’abri des dangereux effluves du cannabis. Un nouveau skateparc extérieur à Montréal au métro Préfontaine… Un autre parc de gâché et encore une fois un beau gaspillage des fonds municipaux. Toutes nos félicitations monsieur le maire! Le bowl du South-Parc est terminé!! Le genre de truc qui ne nous a pas été donné de skater depuis les années ’70 au Québec. Ok peut être pas moi, mais aux dires des vieux de la vielle… N’hésitez pas à faire profiter nos lecteurs de vos infos, tubes et autres rancarts. Envoyez nous le tout à info@Exposemag.ca ou encore par la poste #44-780 St-Rémi, Mtl Qc H4C 3H2.

DVD R+ ANTI SOCIAL DVD This is my second attempt at reviewing the antisocial DVD. In my first review of it, I discussed antisocial’s artistic orientation in regards to skateboarding and compared them to the poet E.E. Cummings due to their aversion to the capitalization of proper names. I also explained how antisocial prides itself upon maintaining a minimalist aesthetic within its retail space and that they hold art showings at the store regularly. Finally, I concluded by saying that I was going to move to Vancouver and open a rival shop called MISANTHROPIC that would contain so much product that wheels would fall on your head if you attempted to take down a t-shirt. The review was decent. I mean, it wasn’t the greatest thing I’d ever written, but I could live with it. Recently, though, I met Mike McDermott, who has one of the best parts in the DVD, and felt compelled to re-write the review entirely. The re-writing of this review is attributable entirely to the expression « no homo ». I’m not quite certain who the first person to employ « no homo » was, but members of the rap group The Diplomats were undoubtedly responsible for its popularization. The Diplomats, I should explain, are Cam’ron’s crew. They are from Harlem and, in addition to possibly coining “no homo,” are largely accountable for turning those extra-long t-shirts into a trend. Recently, some friends and I attended a party being thrown by some of the antisocial guys. That’s where I met McDermott, or McD, or whatever you want to call him. Anyway, we couldn’t stop saying « no homo » that night. We’d go out of our way to make statements that could be finished with it. McDermott was not a

fan of « no homo, » though. Moreover, he questioned why we felt it necessary to assert our heterosexuality after everything we said, arguing that we were essentially ending every sentence with, « yes, I definitely have sex with women.» Cam’ron himself addressed this issue in a recent interview, stating that « it isn’t about being gay; it’s about saying something gay… this is about saying gay things by accident. No homo.» And the fact that everything one says has to be scrutinized with respect to possible homosexual connotations? « That’s homo thoughts,» says Cam’ron. In spite of Mike McDermott’s criticism of the English language device of « no homo, » I really liked his part in the antisocial DVD. Mitch Charron’s part was good as well. I don’t know about the rest of the squad, but when it comes to antisocial, I’m definitely fucking with those guys («no homo ). LUCAS WISENTHAL

VESSEL Ma femme voulait que je fasse la vaisselle, mais je lui ai dit qui fallait que je me tape le film « Vessel » pour en faire une critique dans Exposé. Ça l’a fait bien rire… Avant d’avoir vu moi-même la vidéo, j’avais déjà reçu des commentaires de toutes sortes. Je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre. Encore moins que ça allait impliquer de laisser tomber les jeux de mots faciles; moi qui prévoyais conclure avec les ustensiles… Vessel n’est pas un film de skate traditionnel. Je ne le conseillerais pas à ceux qui mesurent compulsivement les handrails en nombres de marches. Toutefois, le skater avec un minimum d’ouverture d’esprit, le cinéaste amateur, ou encore l’intellectuel fantasmant sur « l’extrême » à ses heures, saura certainement y trouver sa ration. Et ne serait-ce que pour ces derniers, je me devait d’effectuer une critique cinématographique à bon compte… Vessel donc, nous transporte le long d’une poésie d’image à travers laquelle on nous propose une incursion dans la scène du skateboard montréalais. Certains plans

RÉSULTATS Une vingtaine de team de skateshops de partout au canada nous en ont fait voir de toute les couleurs lors du South Parc Hot Shops qui se déroulait au South-Parc à Brossard le 25 Avril dernier. 1er Empire, 2e Underworld, 3e Palm Isle Le Atlas Open s’est établi comme un classique annuel de best trick en règle. (Allez voir le “Contest Report” sur notre site au www.exposemag.ca et le clip de l’évènement sur www.islandproductions.org) Eric Mercier (Threeflip noseblunt!) 1200 $ Carl Labelle (Nollie backside 5-0 180 out) 600 $ Joe Deschênes (Kick back five) 600 $ Steve Cantin (backside 360 par dessus la BMW) 600 $ Le Bling Bling Universe, un autre classique best trick digne de son nom disputé a Universe à Repentigny. Pyramide : Jason Mcdonald, nollie heel. Monster street piece : Eric Mercier, frontside blunt to fakie. Double hubbas et rail : J-P Grenier, backside flip. Quarter pipe : Casey McDonald pour une panoplie de trick solides. Double set : Phil Knechtel, backside heelflip. Félicitations à Thomas Parent qui a remporté les qualifications du Vans Amateur au South-Parc et qui s’est classé 16e aux finales en Californie! J-F Lessard a volé la vedette au best trick à Compton (à ne pas confondre avec la banlieue « amicale » de Los Angeles) avec un frontside nollie heelflip switch manual revert; yaw man! Avec des run dignes de compétitions professionnelles, Alex Decelles a remporté haut la main la dernière compétition du skatepark l’Anti à Québec; excellent Gremlin! PLG a fini 2e aux X-Games sur la méga jump ramp de Danny Way qui évidemment a fini 1er. Ce qui appartient à César revient à César. C’est certainement très chaud, même à l’ombre de Danny Way.

����������������

52

EXPOSÉ

EXPOSÉ

53


��� � �����

et effets visuels donnent une légère impression de déjà-vu, mais le film demeure une production visuelle constante avec un montage intéressant et un style artistique qui transpire Montréal. Jason Auger n’en n’est pas à ses premiers balbutiements dans le 7e art et encore moins dans le skate. Vessel illustre toute cette expérience en affichant des qualités qui ont beaucoup de potentiel et il peut s’en féliciter… BRO ULC « SKATE STORY » À ne pas confondre avec histoire de pêche. Bien qu’ULC compte dans ses rangs certains pêcheurs invétérés de longue date, les gars de ULC ne se la racontent pas. Pour preuve, leur plus récente capture ne ment pas sur le poids. C’est le troisième DVD ULC en moins de 2 ans (Slash, ULC Promo) et celui-ci rivalise vraiment d’originalité. Les parts sont entrecoupées d’un épisode spécial de la série culte de Black Taboo « Coco Carlo vs. Rudolfo », dont les personnages sont représenté sur la série de board ULC 2004. Richard Mangemarais nous résume le synopsis : « Le conflit commence lorsque Rudolpho, impitoyable truand, s’empare du dernier film ULC. Les jeunes planchistes (riders de ULC) iront demander l’aide de Maître K et de Coco Carlo, son célèbre apprenti. Comment se terminera ce drame épique digne des plus grands films de série B? C’est ce que vous réserve « SKATE STORY », co-production de ULC Skateboards et de BlackTaboo Vidéo. Symbiose

parfaite entre le film d’action et la comédie burlesque. La synergie black taboo/ULC ne date pas d’hier, mais elle atteint cette fois un nouveau sommet. S’ils vous promettent de vous faire rire, ne vous méprenez pas. Le skate reste le noyau du film. L’originalité de Xavier Doyo, les bangers de Joe Deschênes et le style d’Ulysse Pinel peuvent aussi faire pleurer… BRAULT SWITCH DVD VOLUME « UN » On se comptera pas de menteries, les vidéos magazines canadiens, vont et viennent. On a quand même eu de bons moments; « Skate Canada », « Five Foot Twelve ». Mais trop peu, trop court… Pour de multiples raisons, le flambeau en est un lourd à porter. Le Switch DVD Volume 1 se propose en fier marathonien. La forme propre aux vidéos magazines reste la même quoique agréablement simplifiée : Six parts de skaters canadiens en feu (Jesse Landen, Grant Patterson, Ryan Blaxall, Darrell Smith, Dustin Montie et Morgan Smith) et deux « jams ». Pas de pub, que du skate. La beauté du format DVD prend tout son sens et fait le reste. Les démos, contests, interview avec groupes musicaux et autres extras sont tous bien rangés dans les bonus. Évidemment je ne m’attendais pas à voir le vidéo magazine réinventé avec Switch, mais j’ai eu une bonne dose et c’est ce qui compte. Certainement que le Switch DVD rallume le flambeau des vidéos magazines canadiens. Reste à voir jusqu’où ils sauront le porter. Les athlètes sont de calibre, souhaitons leur bonne chance. www.switchskateboarding.ca BRAULT UN...... FAZED, PREMIUM DVD Premium used to be called Wood Laminates. That ruled. People would constantly make fun of the company, referring to it as “Wood Delaminates,” alluding to the poor quality of the skateboards it produced. Even with the products they have now, that name never could have been cool. Remember when like every company bit Menace by doing logos with the vowels removed? Wood Laminates did that, too, but it didn’t really add any East LA picnic table gangster appeal to its image. They ran a sweatshirt with the word “Wood” screened on one arm and “LMNTS”

on the other. In my mind, that hoody’s sleeves read « Wood Laments. » Emo. Following this, the company became Premium Wood Laminates, then Premium Wood, and, finally, just Premium. We still call it Wood, though. In 2003, Premium began running ads for its upcoming video, Unfazed. Each ad had a picture of a different member of Premium’s team (which by this time included people from places other than Montreal) and a slogan telling you about something by which they were not fazed. Creative genius, I thought to myself, until I saw that they had stolen my « Unfazed by fear of SARS » idea that I posted to a local message board and used it in ET’s ad from that series. It was April of 2004 when Premium finally premiered its latest video offering. Like many other skate videos, it was shown at that place across the street from Underworld. I don’t really know what to say about the video. Actually, I do. I’m super-opinionated and never at any type of loss for words. Two sentences, though, are all I need to sum up what I think of it. Joe Buffalo and the aformentioned ET are both very good at skateboarding. Former Maple Laughing Leaf Boy Dave Coyne now skates for Premium subsidiary Avera and has a part that ends with a fingerflip down the bigger of the two Carlsbad gaps. The end. ZOO YORK « CITY OF KILLERS » Tu rêves à ça, skater de par le monde, découvrir mille spots incroyables, nouveaux paysages, nouveaux visages…Tu rêves à ça, skater comme Zered Basset et assassiner chaque spots qu’il t’est permis de skater… Les gars de Zoo, eux, le font ! On pourrait dire que dans le passé, Zoo York n’était pas bien bien « sorteux » Y’a tu quelqu’un dans la salle qui ne sait pas que Zoo a toujours été, permettez-moi l’expression, « strictly New-York style .» Alors un DVD d’une tournée internationale? Y’a de quoi douter. Mais faut croire que quand Zoo fait une sortie, y le font en grand. Les déblatérations et rumeurs sur le team Zoo vont bon train, mais il fait certainement bon de voir Zered, Supa, Forest et même Jeff Pang amener le style de New-York de par le monde. Malgré le fait que les locaux n’ont souvent pas grand-chose à apprendre, Zoo aura toujours une certaine saveur qui leur est propre et qu’on ne peut qu’apprécier. En dépit des tergiversations, ils ont su maintenir quelque chose

Abonnez-vous qu’ils disaient !! FAITES UN VRAI IRRÉDUCTIBLE GAULOIS DE VOUS MÊME EN VOUS ABONNANT POUR UN AN (3 NUMÉROS) POUR LA MODIQUE SOMME DE 9$ (TAXES INCLUSES) ET VOUS AUREZ LE NOUVEAU EXPOSÉ TOUT FRAIS DANS VOTRE BOÎTE AUX LETTRES AVANT TOUT LE MONDE! À MOINS D’ÊTRE TOMBÉ DEDANS QUAND VOUS ÉTIEZ PETIT, PEUT ÊTRE AUREZ-VOUS, EN PRIME, DROIT À UNE RATION DE POTION DE LA MARMITE DE NOS COMMANDITAIRES… (SPONSORS NAMES) «BUVEZ, FUMEZ, MANGEZ AUTANT QUE VOUS LE VOULEZ. CE QUI TUE, C’EST PARLER ANGLAIS.» -BONJOUR PARIS FRENCH SCHOOL REPENT YOUSELF. SUBSCRIBE NOW! ONLY 9$ (TAX INCLUDED) TO SAVE YOUR SOUL. PLUS YOU JUST MIGHT WIN YOUR SHARE OF OUR DIVINE SWEEPSTAKES…

� � ��� �������������������������������� � � ��� ���������������������������������� ���������������������������������������������������������� �

�������� ������

������ �����

���������������� ����

��� ������� ������

�����������

������

���

��������������������������������������

�����������������������������������������������������������������������������

���������������

����������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������ �������������������������������������������������������


par Trottier Benjamin

�����

I mean, Rakim said it best; « It ain’t where you from, it’s where you at.»

Bedoin Soundclash / Sounding A Mosaic / Stomp Records Si vous êtes un fan de reggae en général avide de découverte en la matière, vous connaissez sûrement et je vous le souhaite Bedoin Soundclash, sinon, je vous encourage fortement à vous intéresser à la chose. Ce groupe, formé de Jay Malinowski (voix/guitare), Eon Sinclair (basse) et Pat Pengelly (drums) vient de sortir en 2004 quinzes nouvelles chansons sur un excellent deuxième album intitulé Sounding a Mosaic. Principalement reggae avec un mélange de rock, on y retrouve également quelques touches de Ska, World, Dub, Dancehall, Jungle etc. La voix du chanteur rappelle celle de Bob Marley mais les comparaisons s’arrètent là, les rythmiques étant plus évolués et diversifiés, un peu comme le reggae des années 80 que faisait The Police. L’album à été enregistré à Montréal par Darryl Jenifer du groupe Bad Brains, un des fondateurs du mouvement hardcore New Yorkais qui a grandement contribué à la qualité de ce disque par une compréhension très juste de la vision du groupe. Voir même selon eux une forme d’éducation pour le groupe de la part de ce réalisateur très expérimenté. Les mélodies sont simples, efficaces et accrocheuses et sont bien soutenus par la riche voix texturée du chanteur. Avec une collaboration de Vernon Buckley du groupe Maytones sur la chanson Money Worries et un remix de la pièce Rude Boy Abroad par Paul Lazarre, un violoniste français du groupe tango-dub Gotan Project. Recommandé pour ceux qui aiment le reggae et la fusion des genres, l’album est disponible sur l’étiquette Montréalaise Stomp Records. Vous pouvez également aller sur leur site internet, bedouinsoundclash.com, télécharger trois chansons et un vidéoclip.

Dj_Premier

Lootpack / The Lost Tapes / Crate Diggas Palace Peut-être un peu difficile dans le cas présent d’être objectif en parlant de Lootpack vu la présence de Madlib, un de mes producteurs préférés en ce moment. Voici donc The Lost Tapes, un album contenant le reste des chansons non utilisés sur le premier et seul album du groupe formé par Madlib, Wildchild et Dj Romes. Le premier disque en question, intitulé Soundpieces Da Andidote!, fut lancé sur l’excellent label Stone Throw après que le fondateur de celui-ci, Peanut Butter Wolf est entendu quelques extraits de leur premier EP sur une radio collégienne. L’album reçu beaucoup de commentaires positifs dont certains de producteurs reconnus tel que ?uest Love (The Roots) et Jay-Dee (Tribe Called Quest, Slum Village, Common Sense) avec qui il a sorti un très bon album produit en collaboration avec ce dernier intitulé Champion Sound en 2003. J’étais quand même un peux craintif à la vue de ce Lost Tapes ayant déjà vécu de mauvaises expériences avec des artistes voulant faire de l’argent avec des restants d‘enregistrements trop mauvais pour figurer sur un album. En manque total de nouveautés, je l’ai finalement acheté et j’en suis très heureux puisqu’il s’agit de la suite logique du premier disque, avec quelques beats encore meilleur que sur certaines chansons du premier disque, dont Miss Deja Vu, Innersoul, Attack Of The Tupperware Puppets, Situation ou encore What ‘Cha Gotta Say. Malgré quelques chansons plus ordinaires et plusieurs interludes, on retrouve néanmoins beaucoup de substances et de bons moments sur ce disque. Les trois artistes poursuivent des carrières solo au sein du label Stone Throw, mentionnons notamment le travail de Madlib sur plusieurs projets dont, Quasimoto, Yesterday‘s New Quintet et l’excellent Madvillain avec MF Doom ainsi que des remixes et collaborations avec plusieurs rappers dont Diverse, Prince Po et Jay-Z.

The Frenetics / Grey Veins To The Parking Lot / Union 2112 Records Malgré le fait qu’il ait été en nomination pour le meilleur groupe de punk de l’année en 2001 au MiMi Music Awards (version québécoise des Grammy awards), le trio Montréalais composé de Malcolm Bauld (voix et guitare), Alex Seliger (basse) et Anne Gauthier (drums) sonne plus comme un mélange de indie Rock des années 90 avec un penchant vers le punk anglais fin années 70. Ils ont enregistré leur premier album, un EP, après avoir signé un contrat avec le label Grenadine juste après leur premier show au Café Chaos en 1999. Le groupe a ensuite beaucoup tourné au Canada et aux États-unis notamment en compagnies de groupes tels que : The Weakerthans, The Delta 72, Les Sexareenos, Ted Leo & The Pharmasists, The Planet Smashers, The Datsons, Sixty Stories, Les Sequelles, Operation Makeout, Vulgair Machins et plusieurs autres. Grey Veins To The Parking Lot est un bon album somme toute peut-être juste un peu court avec ses 38 minutes. Pas de doute, ce sont de bons musiciens et la guitare est l’arme de prédilection ici avec des bons gros riffs de guitare accompagnés de mélodies vocales efficaces et énergiques rappellant parfois la voix puissante d’un Joe Strummer ou de Eddie Vedder par exemple. Parmi leurs influences, ont retrouve des groupes punk comme Buzzcocks ou encore The Clash. Rien de révolutionnaire mais bien mieux quand même que la majorité des groupes commerciales du genre, un album solide qui s’écoute bien du début à la fin. Un vidéo en animation de la chanson Platic Surgery à télécharger sur le site internet de leur label à l’adresse suivante : http://www.unionlabelgroup.com/downloads.php

The Planet Smashers / 10 / Stomp Records Juste un petit mot pour vous parler des Planet Smashers qui viennent de lancer un nouveaux DVD commémorant les dix ans de carrières du groupe. Le groupe Ska de Montréal connu à travers le pays depuis 1997 compte maintenant 6 albums à son actif ainsi qu’une compilation. Ils ont fait des tournées à travers le monde autant en Europe qu’au Japon en passant par les États-Unis et ils participent cette année et pour la troisième fois au Vans Warped Tour. Le DVD retrace l’évolution du groupe à partir du jour 1 jusqu’à aujourd’hui avec les 12 vidéoclips du groupe produit à ce jour, des interviews, 10 chansons inédites enregistrés lors de spectacles à l’étranger, la série des films d’animations Catman en format flash du Japonais Ryosuke Aoike sur une trame musicale des Smashers. On y trouve également les extras habituels, plusieurs photos, l’histoire du groupe, la discographie, etc. Un achat essentiel pour les amateurs de Ska.

by photo Dan Mathieu

Introduce yourself. I’m DJ Premier. Producer - DJ first, producer second, artist last, and hip-hop fiend always first. Not even hip-hop fiend, music fiend, for good music only, bottom line. That’s me. B-Boy, all that. MCing, DJing, graffiti, breaking, all the stuff that’s involved. There’s a skateboard filmer from Houston but he made a name for himself filming skateboarders in New York. A lot of people would say that he’s defined what is today the NY skateboard aesthetic. You’re from Houston as well, and similar comments are often made about you regarding NY’s hip-hop sound. How did a DJ from Houston become regarded as maybe the most quintessentially NY producer ever ? I mean, Rakim said it best; « It ain’t where you from, it’s where you at.» It’s where your mind state is and what you’re involved in. I’m involved in a culture that’s universal amongst any part of the planet that you go to. I’m from the era of where it was spread really just from New York only at the time. I mean, other than the Ghetto Boys, Captain Jack, R-Kola who actually taught me how to scratch when I was in Texas, there weren’t a lot of Houston rap records out. Everything was based on the New York influence ‘cause that was the birthplace of this whole art form. During that time frame, my grandfather lived in Brooklyn, and we used to stay with him, from my elementary school days all the way up to my high school days. Being in New York so much, I was like 9, 10 years old, It was no big deal ‘cause I already could relate to the New York scene because I witnessed prior to the records coming out in 1979. I was coming back to Texas to tell everybody else what I was seeing. Do you have choice beats where once you’ve finished them you’re like, « this is a banger », and once you have that beat, how do you decide what you’re going to do with it after or who’s going to be able to use it ? Most of the time, I don’t even make a track until I know who I’m gonna work with. I like to make it from scratch right there, so that way it’s designed for that person. A lot of producers have CDs, they got 20 or 30 beats on it, and they go to every artist and they fish the CDs out to get work, like a resume. I don’t do that. You either know about me or you don’t, and if you know about me, you know what I’m gonna bring. The artist can make suggestions on what they want, I just don’t like when

What about making a record ? It’s a whole different mentality, ‘cause you have to know how to shape and mold the record to sound like it’s complete. You know, just rhyming on a record with a beat is not complete. I mean, anybody can do a mixtape with a freestyle on it.

an artist says, you know, « Give me one like you did Biggie, I need one like you gave Jay-Z. » Like, for what ? They already got it. I can bend a little; I’ll give you 4 or 5 tracks, and make ‘em for you, and you may not like‘em. If you don’t like‘em, I’ll change‘em until you’re happy. What about Jay-Z’s Black Album ? I read that Jay rejected the beats that you gave him, but I also heard recently that you pulled them yourself. Nah, I gave him a track when he was on tour with 50 Cent, the Roc the Mic Tour. I sent it to him. I went on a major tour with GangStarr, from November to almost 2 days before Christmas. So, everybody’s schedules was tight; Jay-Z wasn’t there. I did a couple of tracks, was semisatisfied with it, but he said send it anyway. Jay-Z is the type that will be like, « Yo, give me a skeleton, and we’ll work around it later » and he’ll get it. I gave him the tracks, he called me and said, « Yo, I’ma work with this.» I was in and out, on the road doing spot dates and getting ready for the tour. He jumped off the 50 Cent tour, said he was ready to do the song. He was like, « Yo, you know what ? Why don’t we do it like we used to do it ? You just come in, I’ll sit there with you, we’ll do a brand new track off the head. » I was like, « Cool. » I got there like 3 hours late. I’m the type of person that’s carefree like that - ok, whenever you’re ready, holler. And then I guess time got to the point where he had to turn his album in. I saw him at the BET Awards, so we kicked it, got everything clear. Everything is everything. How do you feel about rappers today ? A lot of cats that rap don’t know how to make albums. A lot of cats that can freestyle and win a battle cannot make albums. They don’t even know how to make a record; they just know how to get on the mic, throw on a beat, talk a lot of shit and have the crowd go oohhh.

What’s wrong with hip-hop? The major labels are like, « Hey, since this is a billion dollar business, we’re gonna tell you how to make your albums from this point on. » Major labels have ruined the game. Most of these [rappers] will do the stupidest shit just to make they check, and they’ll change from what they originally are. That’s what I like about rock groups; a lot of rock groups will still sound hard album after album after album. Every time a rap artist starts to sell a certain million, next album softens up more, and the next one gets softer. A lot of these rap groups, once they start making that money, they’re not in the same environment. They’re not staying in the hood, in the ghetto no more. They’re staying in nice houses; things they’re not used to having. When they’re living that life, they don’t want to give that up. You’re an older God in the rap game. What’s changed since when you were coming up ? Back then, if you were bitin’, you would get beat up in the club. There would be fights over bitin’ your style. Now it’s like everybody sounds the same. [The New York sound] died for a minute ‘cause all the New York artists started trying to sound like the South, trying to sound like the West Coast. The young cats, they don’t have the proper upbringing that we had… What about the world in general ? In New York, I feel like it’s a police state now. You got check-points, which I’m used to seeing in Europe only. I was in Germany before the borders came down and stuff like that, and having to go through all that, and getting searched, stripping me naked, checking my ass for drugs and all that shit. I’ve gotten to experience a lot of these things that these kids are experiencing in their own state. It’s just a lot, lot, lot different than when I was coming up.

EXPOSÉ

57



Exposé Skateboard Magazine #5