Page 1

BULLETIN DE LIAISON DES ANCIENS ET AMIS DES AUBERGES DE JEUNESSE DE LA RÉGION RHÔNE-ALPES Siège social: ANAAJ Rhône-Alpes, 15, Avenue d'Italie 73 100 Aix les bains

ÉDITORIAL Epaulé par l'ami Béton, me revoici parmi vous. Merci de vos courriers pour ceux qui nous ont écrit pour nous encourager à continuer à publier ce bulletin. Quel contenu donner à une telle publication ? Les deuils qui nous frappent et dont nous allons nous faire l'écho plus loin vont-ils transformer ces pages en une rubrique du 11 Novembre   ? Peut-être un peu si nous nous contentons de cela, certainement pas si nous savons conserver la dynamique ajiste qui a animé chacun d'entre nous : cette dynamique faite d'un regard neuf, enthousiaste et amical sur la vie, quelles que soient les difficultés qu'il faut affronter. Ces pages doivent donc aussi refléter nos activités et nos rayonnements. Cependant nous nous devons de rappeler le message de nos amis disparus, car là aussi c'est une constante de l'ajisme, ces amis étaient porteurs d'une vision généreuse du monde. En cette période troublée que nous vivons (je pense à la Yougoslavie par exemple) leur vision demeure un message d'espoir qui se résumait bien dans la formule   : "Jeunes du monde entier, salut !". Ce cri de fraternité reste nécessaire aujourd'hui plus que jamais et doit s'adresser maintenant à tous les hommes et femmes, jeunes et vieux. Qu'il soit entendu enfin… nos chers amis survivront alors par leurs idées comme ils survivent dans nos cœurs. Daniel Bret

NUMERO 10 Mars 1993

LE TEMPS PASSE… ne perdez plus un instant pour vous inscrire…! ASSEMBLÉE GÉNÉRALE RHÔNE-ALPES Samedi 3 Avril 1993 à l'AJ d'Echirolles. Ceci est une convocation officielle.

Ordre du jour : - bilan moral et financier - orientations - élections du nouveau CD.

Modalités pratiques : L'AJ a déjà été retenue par Béton pour nous recevoir mais écrire ou téléphoner sans tarder à l'AJ Grenoble-Echirolles pour confirmer (10 Avenue du Grésivaudan 38130 Echirolles). Tél : 76 09 33 52. Bus 1 ou 8 arrêt La Quinzaine. Autoroute sortie Rondeau ou Comboire. Assemblée générale de 17h30 à l'heure du repas Samedi. Repas vers 20h. Environ 50F. Hébergement et petit déjeuner Coût de l'ordre de 63F.

Animations : le Samedi soir veillée d'amitié. Chants… discussions… Dimanche plusieurs possibilités. Les choix seront faits Samedi. L'éventualité d'une sortie ski tombe à l'eau avec le manque de neige, mais Béton suggère les pistes suivantes : 1) La Bastille, par téléphérique ou/ et à pied, panorama, couloirs souterrains, descente par les fortifications Vauban. 2) Le Fort du St Eynard, montée en auto ou/et à pied, panorama grandiose, jonquilles peut être. 3) s'il pleut Musée Dauphinois et ensemble du Rabot, puis Vieux Quartiers. Joindre Béton (G. Rieux) pour plus d'informations ou d'autres suggestions. Tél. 76 47 89 40.

QUATRIÈME RASSEMBLEMENT NATIONAL DES ANCIENS ET AMIS DES AUBERGES DE JEUNESSE Fiches d'inscription auprès d'Eugène Aj d'Arles, 20 avenue Foch 13200 Arles (joindre une enveloppe timbrée avec votre adresse pour l'envoi. Merci) Des T-shirts avec les dessins d'Andujar et autres babioles seront en vente… mais il est mieux de les retenir à l'avance… 1

ARLES Vendredi 30 Avril Samedi 1 Mai Dimanche 2 Mai Lundi 3 Mai


DÉPARTS CLAUDE DEIBER Claude DEIBER, notre Président, est décédé le 15 Janvier 1993 et à été incinéré le 20 Janvier lors d'une cérémonie que Béton nous a relatée ainsi : "Mercredi dernier au Crématorium de Gières nous étions une bonne trentaine d'anciens ajistes, autour d'Yves et Yvonne DEIBER, de leurs enfants et petits enfants, à dire adieu à Claude DEIBER. C'était très émouvant, plusieurs ont pleuré après le chant "Unissons nos voix". Nous avons demandé à Yves de nous rédiger un article présentant la vie de son frère, notre ami. Nous pensons qu'elle fut exemplaire sous bien des aspects. Dans l'attente du texte que nous aimerions publier, je n'évoquerais

que ma rencontre avec Claude. J'étais alors jeune étudiant à Grenoble et l'on m'avait suggéré de prendre contact avec les copains Grenoblois et en particulier un nommé Deiber qui travaillait à l'Office du tourisme. J'y étais donc passé et Claude m'avait reçu avec une cordialité si grande que j'en avais été émerveillé. Nous n'avions plus perdu contact depuis lors et c'est avec plaisir que je l'ai retrouvé pour le lancement avec quelques autres copains de l'Anaaj Rhône-Alpes où ses idées, son dynamisme et son enthousiasme rassembleur donnaient souvent un sens à notre action. db

ROGER ROCHER Autre départ, le 14 Novembre 1992. Roger nous avait rejoint comme membre de notre Comité Directeur tout en maintenant ses activités municipales à Dardilly et nous étions fiers de compter parmi nous un homme qui a marqué les mouvements de jeunes et en particulier le mouvement ajiste. Grâce à Nicole Fillod de Lyon, nous avons pu avoir quelques informations plus complètes sur sa vie. Il participait à des actions multiples   et en était souvent l'animateur : Fête du pays, Cercle Jean-Jaurès, le Cléol, les campagnes électorales, la section PS, Dardilly-Ecologie, Grand Orient de France. Les Francas* ont publié un document intitulé "Roger Rocher, Militant de l'enfance" et nous y avons trouvé un article publié par Roger dans les Cahiers de l'animation INEP n°4950.

(1/11/1920-14/11/92) ROGER… D'ABORD UN AJISTE Dans la lancée de 36 et de la découverte du pays grâce aux congés payés, comme les autres je veux sortir de chez moi, découvrir la montagne, la mer, rencontrer d'autres amis, et je choisis car mes parents sont des ouvriers qui, eux, n'ont jamais voyagé, le moyen le plus économique, le vieux vélo bardé de valises sur le porte-bagages, pour prendre la route et l'auberge de jeunesse bon marché pour l'étape. Je ne suis donc au départ, comme les vieux ajistes expérimentés les appellent alors, qu'un "Valochard" c'est à dire que je débarque en Auberge avec mes souliers de ville et une valise en carton bouilli pour transporter mes effets de rechange. Bien sûr j'adopterai vite le sac au dos, les gros godillots et quelques breloques destinées à nous reconnaître entre nous et à épater les bourgeois.

2

Heureusement les copains et les adultes qui gardent les Auberges d'alors, les "pères" et "mères" aubergistes (tradition compagnonique), souvent militants laïcs pacifistes et internationalistes de gauche se chargent de mon éducation collective. Je me rappelle ma première Auberge, à 100 km de Lyon. A mon arrivée la "mère Aub" m'a désigné un lit, m'a invité à la table commune mais d'office m'a inscrit dans la corvée de vaisselle du soir et dans l'équipe de préparation du petit déjeuner du matin. A la veillée il y avait de jeunes anglais et allemands qui baragouinaient un peu de français, des filles en short (à l'époque c'était rare   !) qui me tutoyaient et me tapaient sur l'épaule sans me connaître (et pas question d'y toucher c'était le règlement !). Ils m'ont fait jouer, danser des danses bizarres dites folkoriques (La Galette !), gueuler des chansons où il était question de ballades, de paix, d'amitié et m'ont embarqué dès le lendemain dans une


étape pour une autre auberge. Ils m'ont quitté en me laissant leur adresse et je ne les ai jamais revus mais je me rappelle encore leurs visages. J'étais surpris, ébloui, conquis. J'avais dix-sept ans. Dès mon retour de circuit, j'ai adhéré au club lyonnais "Route Joyeuse", rue François Garcin. C'était plein de types fraternels et de filles pas comme les autres. Prolos, étudiants, "instits", secrétaires, vendeuses, etc… s'y cotoyaient. Il y en avait qui montaient sur la table, qui proposaient, qui organisaient. On est devenu tous copains très vite. J'ai trouvé une famille qui m'acceptait tel que j'étais et qui me forçait à être tolérant et généreux moi aussi. Puis la guerre est arrivée. On l'a perdue. Classe 40 j'ai été embarqué dans les wagons à bestiaux pour me replier vers l'Afrique du Nord. Les Allemands nous ont arrêtés à Valence. Le Maréchal avait signé la paix. Nous étions tous hébétés et n'y comprenions pas grand chose. Mais le Maréchal nous a tout expliqué : c'était la faute au relâchement des mœurs (on respectait les filles aux A.J.) à la paresse (Bon Dieu, mon père "traminot" n'avait qu'un dimanche de repos sur 7) aux congés payés (merde, ma mère à quarante ans n'avait toujours pas vu la mer) c'était la faute aux ins-tituteurs (c'était eux qui m'avaient éveillé aux connaissances, moi fils d'ouvrier agricole au départ) c'était la faute aux francs-maçons, au manque de religion, la faute au communistes, aux socialistes, aux anarchistes, aux pacifistes. Et le gouvernement de Pétain a dissous les Auberges de jeunesse. J'avais vraiment de mauvaises fréquentations. J'ai décidé de les garder.

A mon retour du chantier de jeunesse j'ai cherché les anciens copains et j'ai entendu parler pour la première fois d'une équipe ajiste réfugiée dans la zone Sud   : Auclaire, Pom, Petit, La "Chèvre", Mehlinger, Guy de Boisson, Paillet, Essel, Bonnet, Yves Robert, etc. Ils venaient de fonder les Camarades de la Route, et Jean-Marie Gerran "Jeune France". J'adhère aussitôt et je me retrouve à l'Ecole de cadres ajistes à Mollans à Noël 1942 avec une trentaine de gars et de filles venus des clubs ajistes qui se sont reconstitués dans cette zone Sud. Et ce coup là c'est sérieux. On théorise avec les gars venus de partout, de toutes les opinions politiques, de tous les milieux : cathos, "camisards", juifs, libre-penseurs, etc. C'est le "melting-pot" qui fermente   : le peuple de gauche d'alors. Pas de concessions, mais la tolérance fraternelle. Pas un gars pour Pétain. Pas de directeur de conscience pour vous dire ce qu'il faut penser, ce qu'il faut faire. Il vous faut trouver tout seul. "Homme tu n'es que toi-même mais c'est là ta vraie grandeur". J'avais dix-huit ans en 1939 à la déclaration dela guerre, vingt-cinq ans à sa fin en 1946. C'est ma jeunesse qu'on m'a volée. Mais cette jeunesse s'est déroulée dans une période excep3

tionnelle pour tous ceux qui ont survécu (beaucoup de morts de cette époque sont aujourd'hui oubliés). Epoque où l'idéal s'incarnait dans le refus et la révolte, où la mort te menaçait chaque jour (S.T.O.- bombardements - rafles resistance, etc.). Epoque où tu avais faim mais où tu partageais tes maigres provisions. Epoque où il fallait chaque jour choisir entre te taire ou te révolter, subir, fuir ou attaquer. Mais tu vivais intensément, tu pouvais rêver du changement et croire qu'il serait positif et que tu en serais acteur. Quelle chance au fond que d'avoir vécu cette période au sein de l'ajisme pour passer de l'adolescence à l'âge de l'homme adulte dans un monde plein de bruits et de fureur dont l'histoire est peut être écrite - comme le dit Shakespeare - par un fou ou un irresponsable. Aujourd'hui, 40 ans après ces événements, l'ajisme survit-il dans les personnes et dans un mouvement ? Moi j'ai continué dans les syndicats, les partis, les associations et la cité et j'ai surtout mené le combat éducatif pour les gosses, les "écoles ouvertes". Les autres que sont-ils devenus   ? Essel a créé la FNAC, Yves Robert fait du théâtre et du cinéma. Quelques uns


sont dans cette salle. D'autres ont disparu. Les copains se sont perdus. Je me pose la question pour mes fils et mes petits-enfants. Ont-ils la même soif d'amitié et de fraternité   ? Ont-ils un projet collectif   ? Peuvent-ils en avoir un pour ce qui concerne la société et le monde ? Auront-ils la chance de trouver une équivalence à l'ajisme ? Je ne suis pas sûr car ces valeurs si elles existent bien dans des petits groupes ne s'amplifient pas jusqu'à la dimension mouvement, nationale ou internationale. Bien sûr par moments des "boutons" ressurgissent, des greffes prennent et se développent. On l'a vu en 68. Il y a toujours espoir que les graines semées germent et que s'épanouissent à nouveau les fleurs. L'ajisme était une espérance. Celle-ci est et sera toujours - je l'espère - un germe tenace dans le cœur de l'homme.  Quelques autres dates dans la vie de Roger Rocher : 1943 dix-huitième congrès des Eclaireurs de France. Jean Camarade, Henri Laborde, Anne-Marie et Henri Martin, Jean Mee, Roger Rocher et quelques autres jettent les bases de ce qui deviendra les Francs et Franches Camarades. 1951 Il devient instituteur mis à disposition au poste de délégué départemental des Francas du Rhône. 1961, délégué régional Rhône-Alpes des Francas jusqu'en 1978-79. Membre du Comité Directeur National et des Commissions urbaine puis d'action sociale. C'est là que s'affine la conception du Centre aéré. * la plaquette "Roger Rocher" peut être commandée aux Editions Francas 10/14 Rue Tolain 75020 PARIS au prix de 50F (frais d'envoi compris). Tél. 16 1 44 64 21 00.

NOUVELLES DE L'HEXAGONE LES ANCIENS ET AMIS DE LA BORIE se sont rencontrés 7 mars à l'AJ de Vaucluse (39 participants, un bon repas et des balades) 17/20 Février AJ du Trayas : balade dans l'Estérel, une bouffée d'air pur dans une nature pas encore défigurée. L'ile Ste Marguerite, cueillette d'asperges sauvages. prochaines sorties : 21 mars, tour de la Montagnette. 4 Avril, AJ de Vaucluse. Souhaits de réconfort aux copains ayant des problèmes de santé. les peines : décès de Charles Grandjean, l'accordéoniste et de Fernand Bénard. Cotisation à J-J Laugero.

NOTRE AMITIÉ ET LE REMUE-Anaaj. 22 ans d'âge, lancé par Jeannette Skapowski en Décembre 70… chapeau ! de nombreux échos des sorties des parisiens : Baurières : des randos autour d'un gite. Randonnées d'hiver à la Féclaz… Visites de Paris, Rencontre avec un chat, Dimanche musical au Musée du Limonaire, Les Invalides, Les Grands Voyages… par procuration avec le projo de Zozo, A propos de Roger Rocher si vous avez des témoignages ou des documents sur sa période ajiste nous sommes intéressés. M e r c i d'avance.

Je pète… la forme, un poème rabelaisien L'humour mathématique et j'en passe qui font de Notre Amitié un sympathique moment de lecture pour revoir en pensée les copains de la capitale. et attention le programme Paris, Randos, Vanoise, Bourgogne, Sudel et Projos nous met aussi l'eau à la bouche et les fourmis dans les jambes !!!

L'ANCIEN AJISTE de Loire Atlantique. sorties 27-28 Mars raclette à St Laurent sur Oust. Après la traditionnelle "gallette républicaine" de Janvier, cette raclette inaugure les sorties. 15 Avril, sortie en car. Un programme super. La mine bleue ardoisière de St Blaise et le parc de loisirs avec la découverte des boules de fort ("pétanque" régionale née sous les Plantagenets).

LES ANCIENS DE MARSEILLE proposent de se joindre au groupe de Nantes à Pentecôte… ont des sorties 18 Avril à Trets, St Zacharie 1er Mai, ARLES 15 Mai Ste Victoire 20 Juin Les Embiez et se réunissent à l'Aj de BoisLuzy.

BULLETIN DE LIAISON publié par LES ANCIENS ET AMIS DES AUBERGES DE JEUNESSE DE LA REGION RHONE-ALPES Siège social: AnAAJ Rhône-Alpes, 15, Avenue d'Italie 73100 Aix les bains Président-directeur de publication: Claude DEIBER Rédacteur en chef: Daniel BRET Trimestriel tiré à 200 exemplaires Imprimerie: photocopies 4


10 Bulletin de liaison n° 10 mars 1993  

Journal des anciens des auberges de jeunesse de la Région Rhône Alpes

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you