Issuu on Google+

Rapport d’activités 2007


Un soutien populaire “ Sommes-nous sur la bonne voie ? ” Cette question, nous nous la posons souvent. Tant dans nos projets que dans nos activités en Belgique, nous nous demandons souvent si nous sommes “ dans le bon ”.

Depuis 1964, Action Damien lutte contre la lèpre. Elle a commencé quelques années plus tard à combattre également la tuberculose. Le but a toujours été de coller au mieux aux besoins des malades. Et, dans cette optique, l‘association a plusieurs fois modifié sa façon d’agir. D’une aide à de petites initiatives, elle est passée à un soutien à des programmes nationaux... qu’elle a parfois aidés à naître. Cette approche à un niveau national est en effet la plus efficace pour permettre à un maximum de malades d’avoir accès aux soins de santé. Mais cette approche a, elle aussi, des limites et ne permet pas toujours de rencontrer tous les besoins spécifiques de tous les malades. C’est pourquoi, à côté de cet indispensable soutien aux programmes nationaux, Action Damien a commencé, en fin 2007, à développer quelques “ projets de base ”. Des projets à petite échelle, qui visent une population limitée et bien définie… et qui demandent une flexibilité que n’ont pas les programmes nationaux. Cette flexibilité, une ONG comme Action Damien se doit de pouvoir la mettre en œuvre. Cette approche complémentaire dans notre travail a été longuement pensée et discutée. Elle a aussi été très largement approuvée par notre organe souverain, l’assemblée générale. Cette assemblée générale est pour nous un élément essentiel puisqu’elle est composée de plus d’une centaine de membres issus des quatre coins du pays. Elle est essentielle parce qu’elle représente donc la population de notre pays, sans laquelle Action Damien n’existerait simplement pas. Action Damien fonctionne en effet avec une bonne vingtaine de permanents en Belgique et plus de 1.500 travailleurs (pour la plupart locaux) dans ses projets, mais elle compte de nombreuses forces vives en Belgique, tant par ses bénévoles de plus en plus nombreux - et jeunes - que par ses donateurs, dont certains lui sont fidèles depuis des lustres, et dont le nombre augmente chaque année. Signe que la population de Belgique nous fait confiance et pense que, effectivement, nous sommes sur la bonne voie. C’est grâce à tous ces soutiens qu’Action Damien peut agir, tous les jours, sur trois continents, pour vaincre la lèpre, la tuberculose et - au Nicaragua - la leishmaniose. Espèce de mutuelle internationale à laquelle des gens cotisent ici pour permettre à des malades de se soigner là-bas, notre association est le reflet des souhaits d’un nombre croissant de concitoyens qui veulent se montrer solidaires de plus démunis. Et les résultats suivent. Vous pourrez d’ailleurs en avoir un aperçu succinct dans le rapport que vous tenez en main. Un résumé des activités qu’Action Damien (qui s’appelait encore Fondation Damien) a menées en 2007. Ce rapport fait logiquement la part belle au travail effectué outremer, même si les nombreuses activités organisées chez nous ne sont pas oubliées. Un rapport où, par ailleurs, n’apparaissent pas les projets de base, encore trop jeunes. Pour ces derniers, rendez-vous l’an prochain… Rigo Peeters Secrétaire général

Paul Jolie Président

|   3


4   | Rapport d’activités 2007

S i t u at i o n d é b u t 2 0 0 7

Action Damien dans le monde

Dans le monde

lèpre et tuberculose

[ asie ]

tuberculose seule tuberculose et leishmaniose

Ouzbékistan [ p 36 ] Chine [ p 31 ]

[ amérique ]

[ afrique ] Niger [ p 19 ]

Guatemala [ p 24 ] Nicaragua [ p 25 ] Panama [ p 26 ]

Brésil [ p 23 ]

Guinée [ p 17 ] Nigeria [ p 20 ] Congo [ p 15 ] Rwanda [ p 21 ] Burundi [ p 13 ]

Comores [ p 14 ] Mozambique [ p 18 ]

Ta b l e d e s m at i è r e s Édito [ p 3 ] Action Damien dans le monde [ p 4 ] En deux mots [ p 6 ] Nombre de malades dépistés en 2007 [ p 7 ] Évolution du nombre de malades [ p 7 ] Rapport financier [ p 8 ] Action Damien en Afrique [ p 12 ] Amérique [ p 22 ] Asie [ p 28 ] Support scientifique et formation [ p 38 ] Action Damien en Belgique [ p 40 ]

Inde [ p 33 ] Bangladesh [ p 29 ] Laos [ p 35 ]

|   5


6   | Rapport d’activités 2007

En deux mots

Action Damien (qui s’appelait “ Fondation Damien ” jusqu’en décembre 2007) est une ONG belge, pluraliste et apolitique. Née en 1964, dans la foulée des “ Journées mondiales des lépreux ” de Raoul Follereau (“ l’avocat des lépreux ”), elle s’inspire au quotidien de deux autres figures: le docteur Frans Hemerijckx (“ le médecin des lépreux ”, inventeur des “ cliniques sous les arbres ”) et, bien entendu, le Père Damien (“ l’apôtre des lépreux ”).

|   7 287.406 malades dépistés et mis en traitement en 2007 Pays

Population couverte

lèpre Malades détectés

Pays

Bangladesh

33.970.436

1.021

Bangladesh

27.459.501

21.766

Brésil

11.029.636

226

Brésil

11.029.636

3.840

Burundi

7.914.438

239

Burundi

7.914.438

6.343

Chine

49.753.838

74

Chine

70.680.418

77.469

Comores

635.669

111

Comores

635.669

99

RD Congo

38.295.522

7.067

RD Congo

38.295.522

61.640

Inde

77.806.705

3.122

Guatemala

7.065.604

2.128

Mozambique

3.240.450

181

Inde

79.095.976

69.868

Nigeria

8.805.572

39

Laos

5.849.110

4.009

Rwanda

8.781.770

46

Mozambique

3.240.450

7.117

t r o i s m i ss i o n s | Action Damien s’est donné trois missions: lutter contre les maladies de la pau-

vreté outre-mer, sensibiliser la population belge à cette problématique et faire vivre, chez nous, un réseau de volontaires. DEU X MALADIES | Née pour combattre la lèpre, Action Damien a rapidement étendu son action à la lutte contre la tuberculose, la maladie qu’elle combat le plus aujourd’hui (les chiffres le prouvent). Mais elle ne va pas pour autant négliger la lèpre. Bien au contraire... P ERSONNEL LO C AL | En fin 2007, Action Damien travaillait dans 16 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Quatre éléments essentiels la caractérisent: elle ne travaille qu’à la demande des gouvernements locaux, dans des projets à long terme, en collaboration avec des partenaires comme l’OMS, l’ILEP (Fédération internationale des associations de lutte contre la lèpre), ou l’UICTMR (Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires), et presque exclusivement avec du personnel local. i n d é p e n da n t e | Mais, surtout, Action Damien n’existerait pas si elle ne pouvait pas s’appuyer en Belgique sur des bases solides: des collaborateurs enthousiastes et des donateurs fidèles qui, chaque année, contribuent à plus de la moitié de ses besoins. De quoi lui permettre de rester indépendante, quoi qu’il arrive.

tuberculose Population Malades couverte détectés

TOTAL

240.234.036

12.126

Nicaragua

2.042.445

610

Niger

2.302.117

1.111

Nigeria

8.805.572

4.533

Panama

3.242.173

1.761

Rwanda

8.781.770

TOTAL

8.014

276.440.401

270.308

N.B.: Nicaragua: également 4.972 cas de leishmaniose détectés en 2007. Population totale couverte: 348.242.812

Évolution du nombre de malades Tuberculose

Lèpre


8   | Rapport d’activités 2007

Rapport Financier

Rapport Financier Bilan ac tif Actifs immobilisés Immobilisations incorporelles Immobilisations corporelles Immobilisations financières Actif circulant Créances à plus d’un an Stock Créances à moins d’un an Placements de trésorerie Valeurs disponibles Comptes de régularisation T O TA L a c t i f

pa ss i f Fonds social Fonds associatifs - Patrimoine de départ Moyens permanents Fonds affectés Provisions (pour prépension) Dettes Dettes à moins d’un an Comptes de régularisation T O TA L p a s s i f

Compte de résultat 2007 808.341 € 86.428 € 719.231 € 2.682 € 17.501.002 € 316.829 € 723.524 € 2.604.846 € 11.372.708 € 1.854.650 € 628.445 € 18.309. 343 €

2007 17.678.947 € 61.974 € 5.228.156 € 12.388.817 € 111.647 € 518.749 € 508.210 € 10.539 € 18.309. 343 €

2006 883.490 € 85.247 € 795.561 € 2.682 € 18.278.165 € 1.139.182 € 727.957 € 4.349.530 € 9.915.632 € 1.361.064 € 784.800 € 19.161.655 €

2006 18.576.836 € 61.973 € 4.961.946 € 13.552.917 € 114.373 € 470.446 € 457.429 € 13.017 € 19.161.655 €

Ventes et prestations (voir en page 10) Coût des ventes et prestations (voir en page 11) Bénéfice d’exploitation Produits financiers Charges financières (y compris reprise de réductions de valeur) Bénéfice courant Charges exceptionnelles Bénéfice de l’exercice NB: Les comptes détaillés de l’exercice 2007 sont disponibles depuis le site de la banque nationale de Belgique (www.bnb.be).

2007 13.981.038 € 15.779.891 € -1.798.853 € 913.782 € 279.028 € -1.164.099 € -1.164.099 €

2006 13.875.596 € 13.488.985 € 386.611 € 464.339 € 581.383 € 1.432.333 € -15.769 € 1.416.564 €

|   9


10   | Rapport d’activités 2007

Rapport Financier

Ventes et prestations

Coûts

Fonds propres Population belge Dons directs et actions des groupes locaux (du 1/1 au 31/12/2007) Successions Total fonds propres

Subsides et cofinancements Gouvernement belge (DGCD) Communes, provinces et régions Membres ILEP

Total subsides

Recettes diverses

Act i o n s s u r l e t e r r a i n Projets gérés directement par Action Damien 7.743.315 €

Asie Afrique Amérique Participation à des projets ILEP Support scientifique Formation Gestion des projets Coopérants ONG-DGCD Chantiers Damien

1.744.402 € 9.487.716 €

3.612.042 € 152.088 € 642.830 € 4.406.960 €

I n f o r m a t i o n , r é c o lt e d e f o n d s e t s e c r é t a r i a t Information et éducation au développement 1.855.362 € Récolte de fonds 2.116.817 € Secrétariat national 539.969 € Total info, récolte de fonds et secrétariat 4.512.148 €

86.361 €

T o ta l v e n t e s e t p r e s tat i o n s

Total projets

13.981.037 €

Provisions

22.800 €

T o ta l c o û t s d e s v e n t e s e t p r e s tat i o n s

Dons et actions des groupes locaux

55,4%

Successions

12,5%

Gouvernement belge 25,8% ILEP 4,6% Recettes diverses 0,6% Communes, provinces et régions 1,1%

3.495.810 € 5.235.825 € 548.963 € 151.500 € 448.679 € 137.471 € 609.106 € 288.179 € 329.409 € 11.244.943 €

Actions sur le terrain 71,3%

Information et éducation au développement 11,8%

Récolte de fonds 13,4%

Secrétariat national 3,4% Provisions 0,1%

15.779.891 €

|   11


Afrique

#1

Burundi

D é p e n s e s 2 0 0 7: 7 3 . 74 6 €

appui au Programme national de lutte contre la lèpre et la tuberculose (PNLT)

Ministère de la Santé publique Dr Nimer Ortuno Gutierrez Personnel sous contrat local 4 Partenaire local

Représentant d’Action Damien

Le processus de paix au Burundi reste fragile. En 2007, le pays a connu une recrudescence de la violence et de l’insécurité, alors que les droits de l’homme n’ont pas toujours été respectés.

Plus de deux ans après la mise sur pied de nouvelles institutions démocratiques, le constat qui se dégage de la situation sécuritaire au Burundi n’est pas encourageant. Les efforts entrepris par la communauté internationale pour obtenir la conclusion et la mise en œuvre d’un accord de paix entre le gouvernement et le Palipehutu-FNL n’ont pas connu les résultats escomptés. Mais, malgré tout, le PNLT a effectué la plupart des activités prévues dans son plan d’action. Le nombre de tuberculeux dépistés est passé de 6.176 en 2006 à 6.343 en 2007. La proportion de formes contagieuses reste stable : 52% en 2006 et 57% en 2007. Une étude sur l’approche du DOTS communautaire dans la lutte contre la tuberculose a démarré dans la province de Ngozi. Les premiers résultats sont encourageants. En 2008, l’approche sera étendue à 6 autres provinces. En ce qui concerne la lèpre, 239 malades ont été dépistés (contre 288 en 2006), la plupart grâce aux campagnes de dépistage. Les multibacillaires représentent 90% des malades. La prise en charge physique et sociale des lépreux reste une préoccupation du PNLT. La décentralisation progressive des activités lèpre et tuberculose a démarré en avril 2005. En 2007, le PNLT a été intégré dans l’approche “ district de santé ” telle que définie par l’OMS. La couverture totale du pays est prévue pour 2008. La pénurie en ressources humaines qualifiées (médecins) et la motivation insuffisante par l’État du personnel de santé restent préoccupantes et pèsent sur la qualité de la prise en charge des malades.

|   13


14   | Rapport d’activités 2007

Afrique

Comores

D é p e n s e s 2 0 0 7 : 111 . 9 2 6 €

A ppu i au Pr o g r a m m e n at i o n a l d e lu tt e co n t r e l a l è pr e e t l a t u b e r c u lo s e

Congo

|   15

D é p e n s e s 2 0 0 7 : 4 .13 2 . 6 3 0 €

S o u t i e n au b u r e au d u P r o g r a m m e n at i o n a l d ’ é l i m i n at i o n d e l a l è pr e (PNE L ) S o u t i e n au B u r e au d u P r o g r a m m e n at i o n a l d e lu tt e co n t r e l a t u b e r c u lo s e (PN T ) D é v e lo ppe m e n t d e s ac t i v i t é s da n s 13 co o r d i n at i o n s l è pr e e t t u b e r c u lo s e A ppu i au x s o i n s d e s a n t é pr i m a i r e s au n i v e au d e t r o i s zo n e s d e S a n t é du Nord Kivu

Ministère de la Santé publique Dr Younoussa Assoumani Personnel sous contrat local 7 Partenaire local

Représentant d’Action Damien

Financement

Fonds propres, DGCD pour 5 projets, appui partiel CTB pour 4 projets

Ministère de la Santé publique, inspections médicales provinciales, zones de santé, ONG basées localement Représentant Dr Pamphile Lubamba-Ngimbi

Partenaires locaux

Action Damien soutient depuis 1979 le programme de lutte contre la lèpre et depuis 1988 la lutte contre la tuberculose dans ce groupe d’îles constitué de la Grande Comore (Ngazidja), de Mohéli et d’Anjouan.

d’Action Damien

Autres membres du Comité de direction Chefs de Projets sur le terrain

La crise politique continue à paralyser les activités économiques et sociales. Action Damien reste parmi les rares ONG étrangères qui continuent à œuvrer pour le bien des plus démunis dans ce pays. Malgré tout, le programme de lutte contre la lèpre et la tuberculose continue à travailler d’une façon satisfaisante et les résultats sont encourageants. Un des grands défis reste l’intégration de la lutte contre les deux fléaux dans les activités de santé au niveau périphérique et la prise en charge progressive des programmes par le gouvernement. Un nouveau projet de coopération entre Action Damien et l’Union des Comores a d’ailleurs été soumis aux autorités comoriennes. La formation des techniciens de laboratoire des trois îles a permis de renforcer la décentralisation et la prise en charge de la tuberculose. Le taux de guérison et la qualité du suivi des malades restent excellents. Mais on note un sous-dépistage au niveau de la tuberculose (99 malades notifiés en 2007, soit 30% à peine des cas attendus). Le programme travaille en excellente collaboration avec le programme sida. Tous les tuberculeux sous traitement sont ainsi systématiquement testés pour le VIH/sida. Sur Anjouan, les activités intensives de dépistage de la lèpre devront être poursuivies au cours des années à venir, pour permettre de réduire rapidement la prévalence et surtout la proportion des moins de 15 ans (30% des cas dépistés) Les réunions mensuelles avec les agents des districts assurent une bonne efficacité du travail et la motivation des équipes.

Dr Georges Bakaswa, Dr Valère Arakayo, Lambic Kasili, Laurence Marion, Sylvain Charmoy (Michaël Van Overstraeten, depuis août 2007) Dr J. Musafiri, Dr S. Makalu, Dr V. Bola, Dr P. Kapami, Dr E. Kiangala, Dr B. Bakoko, Dr J-P. Mukeba, Dr J-P Okiata, Dr F. Paluku, Dr P. Umba, Dr J-P Basake, Dr J. Gumbaluka, Dr N. Nkiere et Dr J.M. Mpapa

2007 a vu la poursuite du processus électoral, les élections provinciales et sénatoriales ayant marqué le démarrage de la 3e République, avec les institutions issues des élections démocratiques. Le pays a hélas encore connu des soubresauts, avec des affrontements en plein Kinshasa en mars, puis dans l’Est avec des troupes dissidentes… ce qui n’a pas manqué de perturber une fois de plus les activités sur le terrain.

Pour la première fois, les bureaux de la Coordination nationale (Conat) et des coordinations de Kinshasa-Est et de Kinshasa-Ouest, logées à la Conat, ont été partiellement pillés en marge des affrontements de mars, à cause de la proximité de la zone de combats. Suite à la visite du Secrétaire Général d’Action Damien en septembre 2006, il avait été décidé de soutenir dès janvier 2007 la coordination de Province Orientale Est (Ituri). La population s’est retrouvée plus ou moins abandonnée à cause de la guerre et des moyens insuffisants apportés par une précédente ONG. Par ailleurs, dans le cadre de la nouvelle note stratégique d’Action Damien, la Conat a entrepris de lutter davantage contre la co-infection tuberculose-sida et de développer les activités de PIRP (prévention des incapacités et réhabilitation physique). Soulignons, dans ce cadre, la coopération avec les projets d’Action Damien en Inde. Le chirurgien et le kiné du programme national lèpre ont effectué un voyage d’études de trois mois, financé par Action Damien, et ont pu se perfectionner auprès des équipes indiennes, plus aguerries dans ce domaine. Ce séjour en Inde a été mis à profit pour opérer une des mains de Junior, le jeune lépreux


16   | Rapport d’activités 2007

Afrique

Guinée-Conakry

D é p e n s e s 2 0 0 7   : 17 8 . 2 01 €

de “ 24 heures à Kinshasa ”. En fin d’année, le chirurgien indien Jacob Mathew est venu au Congo pour assister le Dr Jean-Placide Tshibangu lors de ses premières opérations.

A ppu i au P r o g r a m m e n at i o n a l d e lu tt e a n t i t u b e r c u l eu s e (PN L AT )

Partenaire local Représentant d’Action Damien

Enfin, toujours pour la lèpre, un médecin de la Conat a participé à l’atelier organisé par l’OMS afin d’élaborer des approches d’intervention spéciales pour les populations pygmées. La Conat a poursuivi le renforcement des compétences des cadres nationaux et l’apport de son expertise technique auprès des deux programmes nationaux, puisque deux médecins ont pu suivre le cours international sur la tuberculose à Cotonou, et huit médecins ont participé au 38e Congrès de l’UICTMR sur la tuberculose et les maladies respiratoires à Cape Town. Enfin, avec l’appui du Dr Armand Van Deun de l’Institut de médecine tropicale d’Anvers, les médecins coordinateurs et les techniciens des laboratoires provinciaux ont suivi une formation sur le contrôle de qualité de la microscopie. Dans un autre ordre d’idée, Maxime Lunga, responsable du “ Club des amis Damien ”, a rejoint la Conat pour développer les volets “ communication et mobilisation sociale ” d’Action Damien au Congo. Il est aussi en charge des visites de Belges en RDC dont, pour la toute première fois, deux “ Chantiers Damien ” à l’hôpital pédiatrique de Kimbondo, dans la périphérie de Kinshasa. Toujours à Kin, l’hôpital de la Rive a vu le forage d’un puits et le financement d’une motopompe. Toutefois, ces travaux restent encore à finaliser, notamment pour la construction des bornes-fontaines. Enfin, les visites habituelles des responsables du service des projets de Bruxelles ont été effectuées, notamment pour des supervisions, des réunions avec des équipes provinciales ou encore la réunion annuelle des programmes nationaux. Quant à la Conat, elle a poursuivi l’encadrement et le suivi des différentes coordinations provinciales. Au niveau des résultats épidémiologiques, 61.640 tuberculeux, toutes formes confondues, ont été dépistés en RDC par les projets appuyés par Action Damien. Parmi eux, 66% étaient des nouveaux cas contagieux. Le taux de succès au traitement les malades contagieux enregistrés en 2006 est 86%. À propos de la lèpre, 7.067 nouveaux malades ont été dépistés, dont 3.376 sont paucibacillaires et 3.691 des multibacillaires. Le taux de guérison est de 82% pour les multibacillaires de 2005, et de 91% pour les paucibacillaires de 2006. En conclusion, on peut écrire que le pays cherche à se relever, mais que beaucoup de difficultés se dressent sur le parcours. Tout le monde continue cependant à espérer que les choses vont s’améliorer progressivement. L’espoir se fonde particulièrement sur le processus de décentralisation qui se met tout doucement en place, avec les élus municipaux et locaux qui seront élus en 2008. Espérons que les vrais problèmes de la population sur les plans socio-économique, éducatif et sanitaire seront réellement pris en compte.

Ministère de la Santé publique Dr Etienne Bahati

Action Damien a commencé à aider le PNLAT au niveau central et s’est engagée dans la lutte contre la tuberculose dans la région de Moyenne Guinée et dans la ville de Conakry, qui n’étaient pas prises en compte dans la proposition soumise au Fonds Mondial présent dans le pays. Les problèmes sécuritaires qui ont surgi à Conakry en janvier ont rendu difficile l’envoi d’un représentant; cependant, des médicaments ont pu être envoyés. En septembre, une visite a permis de compléter les analyses du terrain faites lors de la mission d’identification réalisée en 2006.

Le taux de guérison des tuberculeux est passé de 65% en 2006 à 66% en 2007, le taux de détection des cas de tuberculose pulmonaire positive est passé respectivement de 60 à 63%. La co-infection tuberculose-VIH est l’un des thèmes prioritaires du plan stratégique 2008-2012 du PNLAT. Ainsi, dans un centre de référence pour la détection et le traitement dans la ville de Conakry, 402 des 598 tuberculeux testés étaient VIH positifs (67%). Une étude sur la prévalence du VIH chez les patients tuberculeux doit démarrer. Action Damien et les autres partenaires concernés vont concentrer conjointement leurs efforts sur la prise en charge de ces malades (conseils, tests, prévention, traitement aux antirétroviraux et autres soins) dans l’ensemble du pays. Un autre défi à relever est l’intégration des services de santé. Le programme fonctionne en effet de manière très verticale: les hôpitaux préfectoraux et régionaux ne sont pas responsabilisés pour le diagnostic, alors que tous les centres ou postes de santé ne fournissent pas les traitement. Enfin, l’implication de la communauté pour la suspicion des cas et le traitement des malades sera renforcée grâce à un projet pilote de DOTS communautaire.

|   17


18   | Rapport d’activités 2007

Afrique

Mozambique

D é pe n s e s 2 0 07: 165. 4 83 €

A ppu i au Pr o g r a m m e d e lu tt e co n t r e l a l è pr e e t l a t u b e r c u lo s e da n s l e s pr ov i n c e s d e T e t e e t S o fa l a

Ministère de la Santé publique Dr Serge Bertschy Personnel sous contrat local 9 Partenaire local

Représentant d’Action Damien

Depuis 2004, Action Damien exerce un appui réel, technique et financier, auprès des directions provinciales de la Santé des provinces de Tete et de Sofala (environ 3.200.000 habitants ensemble). Les bénéfices pour la population sont une meilleure qualité du diagnostic et de la prise en charge de la tuberculose et de la lèpre, une attention particulière pour les personnes vivant avec le VIH (20% de la population) risquant de développer une tuberculose, un renforcement des capacités du personnel de santé et de l’implication de la communauté dans le dépistage et le traitement décentralisés des malades.

2007 a marqué la fin d’une première période de collaboration avec les autorités sanitaires des deux provinces. En plus d’un apport financier et matériel, Action Damien a principalement soutenu les activités de supervision des centres de diagnostic et de traitement, éparpillés sur un territoire plus de cinq fois plus grand que la Belgique. Les autres activités ont concerné particulièrement les formations continues (personnel soignant, techniciens de laboratoire, bénévoles), les contrôles de qualité du diagnostic des deux maladies et les échanges d’expérience entre les acteurs des deux provinces, qui connaissent des réalités bien différentes. La poursuite des activités d’Action Damien pour les trois prochaines années sera marquée par deux éléments: le Ministère de la Santé s’est engagé à éliminer la lèpre du pays d’ici à la fin 2008 tandis que, après une évaluation de l’OMS, la tuberculose a été déclarée une urgence au niveau national. Les activités seront donc renforcées pour la lèpre à Sofala, qui fait partie des cinq provinces du Nord dans lesquelles la prévalence est la plus importante. L’amélioration du dépistage de la tuberculose sera l’objectif principal de nos activités à Tete. Les résultats obtenus sont encourageants: le nombre de tuberculeux et de lépreux dépistés et mis en traitement a augmenté, le succès thérapeutique est proche de l’objectif fixé par le ministère, peu de malades ont abandonné le traitement et la proportion de lépreux avec déformations avancées a diminué. Plus de deux tiers des tuberculeux font des tests VIH. Pour autant que la gestion des médicaments au niveau national continue à faciliter la bonne prise en charge des patients, nous devrions pouvoir encore renforcer nos résultats à l’avenir. Le plan d’action des trois prochaines années s’appuie particulièrement sur la pérennisation des activités en cours et sur la connaissance de plus en plus pointue des réalités vécues par les patients et par les soignants de première ligne. Les principaux défis restent malheureusement les mêmes: la faiblesse de la couverture sanitaire dans le pays, le sida et, bien entendu, la pauvreté.

Niger

D é p e n s e s 2 0 0 7 : 9 7. 1 6 9 € A ppu i au P r o g r a m m e d e lu tt e co n t r e l a t u b e r c u lo s e au n i v e au c e n t r a l e t da n s l a R é g i o n d e T i ll a b é ry

Ministère de la Santé publique Dr Alberto Piubello Personnel sous contrat local 1 Partenaire local

Représentant d’Action Damien

Action Damien a commencé à travailler au Niger en août 2007, à la demande du Ministère de la Santé. Le pays, grand comme 40 fois la Belgique, a une couverture sanitaire faible; le programme national de lutte contre la tuberculose dépiste seulement la moitié des malades attendus.

Action Damien apporte un appui technique et organisationnel au niveau central pour la définition et l’application des standards de qualité requis pour la prise en charge de la tuberculose. Un nouveau guide national sera ainsi publié en 2008 et un système standardisé de collecte des données a été mis en place dans tout le pays. Un autre grand défi est la réalisation d’un système de contrôle de qualité des activités de laboratoire, surtout depuis que le Niger a lancé son processus de décentralisation. Action Damien s’est donc engagée à réaliser et à équiper le laboratoire national de référence, qui manque aujourd’hui. Ce labo permettra aussi le suivi des toute nouvelles activités de prise en charge de la tuberculose multirésistante, assurée pour le moment par l’Institut de médecine tropicale d’Anvers. Les 44 premiers malades ont été identifiés. Action Damien soutient aussi à la région de Tillabéry, dont les taux de dépistage et de guérison sont parmi les plus faibles du Niger. 14 nouveaux centres de dépistage et de traitement ont été ouverts, ce qui donne aujourd’hui un centre pour 100.000 habitants. Les activités de formation et de supervision ont aussi commencé dans l’ensemble des 23 centres. Après la première supervision, d’autres axes d’action sont apparus pour 2008: la construction de deux pavillons d’hospitalisation pour les malades en état grave, la disposition de médicaments et de réactifs de labo pour pallier aux ruptures, l’achat de motos pour le suivi à domicile des patients, et l’appui alimentaire.

|   19


20   | Rapport d’activités 2007

Afrique

Nigeria

D é p e n s e s 2 0 0 7   : 2 9 7. 1 6 1 €

A ppu i au Pr o g r a m m e n at i o n a l d e lu tt e co n t r e l a t u b e r c u lo s e e t l a l e pr e

DGCD, GFATM Ministère de la Santé au niveau fédéral et dans deux États : Osun et Oyo REPRéSENTANTS D’Action Damien Dr John Adewale Osho – Conseiller médical Michel David – Représentant administratif PERSONNEL SOUS CONTRAT LOCAL 8

Rwanda

D é p e n s e s 2 0 0 7   : 17 9 . 5 0 7 €

A ppu i au P r o g r a m m e n at i o n a l i n t é g r é d e lu tt e co n t r e l a l è pr e e t l a t u b e r c u lo s e (PNI LT )

FINANCEMENT

PARTENAIRE LOCAL

Malgré une production de pétrole importante, 71% de la population du Nigeria vivent sous le seuil de pauvreté. Le pays est l’un des plus endémiques pour la tuberculose (il occupe la 4e place mondiale pour le nombre de nouveaux cas apparaissant chaque année). En ce qui concerne la lèpre, même si le Nigeria a atteint le seuil d’élimination depuis 1999, 4.533 nouveaux malades ont encore été dépistés en 2007.

Action Damien appuie le Programme national dans les États d’Oyo et d’Osun. L’expansion des services tuberculose et lèpre n’a pas pu y être terminée fin 2007 comme espéré, notamment parce que les autorités ne montrent pas toujours l’engagement nécessaire. Le manque d’hôpitaux publics avec laboratoires dans certains districts situés en zone rurale, ainsi que la pénurie de laborantins expliquent également cette expansion plus lente que prévu. Malgré tout, le programme a pu être étendu dans six nouveaux districts. En outre, le dépistage des malades a été perturbé par plusieurs grèves de fonctionnaires en 2007. Il faut pourtant souligner la motivation de certains infirmiers qui n’hésitent pas, en cachette, à continuer à délivrer les médicaments à leurs patients malgré la menace des syndicats. 1.793 tuberculeux ont été dépistés à Osun en 2007, et 2.740 à Oyo (soit un total de 4.533, contre 4.414 en 2006). Le taux de succès thérapeutique est de 86,8% pour Osun et de 84% pour Oyo. Le problème de la tuberculose est aggravé par l’épidémie de VIH/sida. Action Damien joue un rôle de pionnier dans le pays en stimulant la collaboration avec des structures qui permettent le dépistage du VIH et le suivi des malades infectés, afin de rendre ces services disponibles pour les tuberculeux. En 2007, 2.459 d’entre eux ont été testés; 14,7% étaient séropositifs. Certains malades co-infectés ont pu bénéficier d’antirétroviraux, les autres d’un traitement pour prévenir les infections opportunistes. La tuberculose multirésistante devient un réel problème. En 2007, une collaboration a commencé avec l’Institut de médecine tropicale d’Anvers pour mettre en place des capacités de diagnostic et de surveillance au niveau local. La prise en charge thérapeutique des malades diagnostiqués multirésistants devrait commencer en 2008. La lèpre, elle, est moins endémique dans la zone d’intervention d’Action Damien qu’ailleurs dans le pays. En 2007, seuls 20 nouveaux lépreux ont été détectés à Osun et 19 à Oyo. La proportion de patients ayant terminé leur traitement était de 89% pour Osun et de 83% pour Oyo.

Ministère de la Santé Dr Martine Toussaint Personnel sous contrat local 5 Partenaire local

Représentante d’Action Damien

L’année 2007 restera marquée par un progrès remarquable: pour l’ensemble des nouveaux tuberculeux infectieux enregistrés en 2006, le taux de succès thérapeutique a dépassé l’objectif des 85% et s’élève à 86,4%. Toutefois, le dépistage continue à stagner malgré les multiples efforts réalisés. Parmi ceux-ci le “ DOTS communautaire ” couvre maintenant la moitié des districts du pays, où les animateurs de santé bénévoles ont été formés pour sensibiliser leur communauté, dépister les tousseurs chroniques et administrer le traitement sous observation directe (ce qui permet d’éviter aux malades de longs déplacements quotidiens vers les centres de santé). Des contrats de collaboration ont aussi été signés avec quatre cliniques privées de Kigali pour le diagnostic et le traitement de la tuberculose.

Environ un tiers des malades tuberculeux est infecté par le VIH. Le dépistage et le traitement précoces de ces deux pathologies permettent de réduire la mortalité. Les activités de collaboration tuberculose-VIH s’intègrent de plus en plus dans la routine des formations sanitaires et se reflètent par un taux de dépistage du VIH de 89% chez les tuberculeux, ce qui est remarquable. De plus en plus de formations sanitaires sont impliquées dans le suivi en ambulatoire des tuberculeux multirésistants. Le taux de guérison pour la première “ série ” de malades enregistrés en 2005 atteint 82%, un résultat très satisfaisant qui met en évidence le suivi consciencieux effectué par le personnel qui assure leur prise en charge. Comme chaque année, les activités de recyclage ont été nombreuses. Les médecins ont bénéficié d’excellentes formations en radiologie thoracique et en contrôle de l’infection, alors que le personnel infirmier a été formé sur l’intégration des activités tuberculose-VIH et le traitement de la tuberculose multirésistante. Par ailleurs, les superviseurs du PNILT ont parcouru le pays afin de veiller à la prise en charge correcte des malades. Des réunions d’évaluation se sont tenues dans chaque district afin d’encadrer les formations sanitaires dans leurs efforts de contrôle des deux maladies. Enfin, des journées de dépistage de la lèpre ont été organisées dans les sites endémiques et des initiatives ont été prises afin de contribuer à la réadaptation des patients qui gardent des séquelles de la maladie.

|   21


Amérique

#2

Brésil

D é P ENSES 2 0 0 7 : 2 0 0 . 3 1 6 € A ppu i au P r o g r a m m e n at i o n a l d e lu tt e co n t r e l a t u b e r c u lo s e da n s l e D i s t r i c t fé d é r a l (B r a s i l i a ), da n s l’ État d e G o i á s e t à S a lva d o r d e B a h i a A ppu i au Pr o g r a m m e n at i o n a l d e lu tt e co n t r e l a l è pr e da n s l e D i s t r i c t fé d é r a l (B r a s i l i a )

Ministère de la Santé publique Dr Antonio Marrero PERSONNEL SOUS CONTRAT LOCAL 4 paRTENAIRE LOCAl

REPRéSENTANT D’AcTION DAMIEN

Action Damien continue à soutenir le programme tuberculose dans trois États: le District fédéral, Goiás et Bahia. Le point le plus difficile de notre travail se situe à Salvador, une ville de près de 3 millions d’habitants, qui connaît un énorme problème de tuberculose. En 2007, 2.837 nouveaux malades y ont été dépistés. Heureusement, l’incidence est moindre dans les deux autres États, puisque 608 malades ont été dépistés à Goiás et 395 dans le District fédéral. Ces chiffres sont comparables à ceux de l’an dernier. Le District fédéral a aussi vu 226 nouveaux lépreux être dépistés et traités. La maladie continue à frapper moins d’une personne sur 10.000. C’est une bonne évolution.

Notre conseiller médical, le Dr Marrero, a réussi à intensifier notre appui. Il a été assisté dans sa tâche par deux infirmières locales très motivées et compétentes. Il n’a malheureusement plus reçu du gouvernement cubain l’autorisation de séjourner à l’étranger et, donc, de travailler pour nous. Nous avons dès lors dû mettre un terme à son contrat en décembre. Il sera remplacé en 2008 par un nouveau conseiller médical, espagnol, le Dr José Luis Portero. Le point central de notre travail reste la décentralisation du programme tuberculose et son intégration dans les services de première ligne, avec formation et supervision continues du personnel local. Les premiers résultats en sont visibles: meilleur suivi du traitement avec davantage de malades pouvant être déclarés guéris, meilleur dépistage de nouveaux malades, et services de santé plus proches du malade et de son environnement. Pourtant, plus de la moitié des malades ne reçoit toujours pas de traitement adéquat, ce qui se répercute également dans de moins bons résultats pour le taux de guérison. Ces dernières années, nous avons pu faire passer ce taux de 60 à un peu plus de 70%, mais c’est encore insuffisant. La barre au niveau international a été fixée à 85%, ce qui montre le chemin restant à parcourir. Si le Brésil ne fait plus partie des pays les plus pauvres au monde, c’est un des endroits où le fossé entre les riches et les pauvres est le plus grand. Ceci vaut également pour les soins de santé publique, qui n’ont pas toujours les moyens nécessaires pour couvrir tous les besoins et faire des progrès rapides.

|   23


24   | Rapport d’activités 2007

Amérique

Guatemala

D é P ENSES 2 0 0 7 : 1 4 4 . 2 9 7 €

A ppu i au Pr o g r a m m e n at i o n a l d e lu tt e co n t r e l a t u b e r c u lo s e

Ministère de la Santé publique (MSPAS) Zoila Bailon PERSONNEL SOUS CONTRAT LOCAL 5

Nicaragua

D é P ENSES 2 0 0 7 : 7 1 . 9 3 7 €

A ppu i au P r o g r a m m e n at i o n a l d e lu tt e co n t r e l a l e i s h m a n i o s e e t au Pr o g r a m m e n at i o n a l d e lu tt e co n t r e l a t u b e r c u lo s e

paRTENAIRE LOCAl

REPRéSENTANTe D’AcTION DAMIEN

Notre soutien au Guatemala est passé de 9 à 11 des 27 aires de santé du pays. Au total, nous couvrons une population d’environ 6 millions d’habitants, près de 50% de la population du pays. Notre équipe, très motivée, a été renforcée et se compose d’un médecin et de deux infirmières très expérimentés en tuberculose, ainsi que d’un comptable et un logisticien. Cela renforce la qualité et les capacités de notre soutien.

En 2007, 2.128 malades de la tuberculose ont été dépistés et mis en traitement, soit 58% de plus qu’un an auparavant. 78,3% de ces malades ont été déclarés définitivement guéris (81,6% en 2006). L’amélioration du taux de guérison (à au moins 85%) est une priorité pour 2008, de même que le dépistage et le diagnostic d'un nombre plus élevé de malades, puisqu’on estime qu’ils sont deux fois plus nombreux. Avec le programme national, Action Damien essaie d’impliquer un maximum d’autres acteurs, principalement des ONG locales, dans la lutte contre la tuberculose. La coordination reste difficile avec la sécurité sociale, qui dépiste chaque année 500 tuberculeux. Un commission spéciale a été mise sur pied dans ce but. Quant au problème du sida, il continue à augmenter, puisque plus d’1% de la population est infecté. Nous essayons de collaborer toujours plus avec le programme sida. En ce moment, notre équipe travaille mieux avec le programme national. Nous jouons plutôt un rôle de conseiller, en visant une meilleure coordination dans les aires de santé. Juillet 2007 a vu le début d’un projet du “ Global Fund ”. La plupart des aires de santé que nous soutenons pour l’instant seront graduellement cédées au nouveau projet. Mais nous continuerons à garantir un soutien technique, si on nous le demande. Sur demande du Ministère de la Santé, notre soutien sera partiellement déplacé en 2008 vers six nouvelles aires de santé, actuellement pas soutenues. Un nouveau défi pour notre équipe, qui s’engage toujours plus pour les pauvres, principalement la population indienne.

Ministère de la Santé publique (MINSA) Dr Toon Bongaerts PERSONNEL SOUS CONTRAT LOCAL 4 paRTENAIRE LOCAl

REPRéSENTANT D’AcTION DAMIEN

L’année 2007 a commencé doucement, avec l’arrivée d’un nouveau gouvernement, sandiniste. Les soins de santé sont à nouveau prioritaires et tous les services de santé publique sont redevenus totalement gratuits, ce qui a fait fortement augmenter les demandes de la population.

Depuis quatre ans, nous soutenons le programme tuberculose, toujours dans 10 provinces qui comptent ensemble 2 millions d’habitants. Dans les autres provinces, le programme continue à être soutenu par le “ Global Fund ”. Cependant, notre appui technique est demandé dans certaines de celles-ci. Notre soutien le plus important va à la formation et à l’accompagnement sur le terrain. Après quatre ans, le bilan de notre action peut être considéré comme positif: toujours plus de malades sont déclarés guéris et le dépistage s’améliore à nouveau. 610 malades ont été dépistés en 2007, soit 60 de plus qu’en 2006. 88% des malades positifs ont été déclarés guéris, contre 89% l’année d’avant; ce sont toujours de bons résultats. Le problème le plus important du programme national reste le faible taux de dépistage. Mais la nouvelle impulsion donnée aux soins de santé devrait améliorer les chiffres. Nous continuons aussi à soutenir le programme leishmaniose sur l’ensemble du territoire. Nous sommes en fait son seul partenaire ! Dans la région montagneuse du nord, difficile d’accès, où plus de 1.000 malades sont dépistés chaque année, nous avons engagé en 2007 un promoteur de santé local, surtout pour faciliter le dépistage et le diagnostic de nouveaux malades. Ainsi, les patients ne doivent plus faire des heures de route vers le service le plus proche. Nous continuons aussi à soutenir de manière complémentaire l’approvisionnement en médicaments (le glucantime). En 2007, on a dépisté pas moins de 4.972 nouveaux malades de la “ lèpre des montagnes ”. Malheureusement, 400 d’entre eux n’ont pas pu être soignés à temps (ou soignés tout court) par manque de glucantime, malgré nos efforts. Un approvisionnement en médicaments suffisant, permanent et bien organisé reste un défi pour les années futures. Les programmes tuberculose et leishmaniose continuent à avoir un énorme besoin de notre soutien. Grâce au nouveau gouvernement, on peut espérer plus de moyens pour les soins de santé, mais pas pour autant pour les programmes tuberculose et leishmaniose. Les besoins sont en effet trop grands pour d’autres problèmes de santé prioritaires.

|   25


26   | Rapport d’activités 2007

Amérique

Panama

D é P ENSES 2 0 0 7 : 4 1 . 2 6 4 €

A p p u i a u P r o g r a m m e n at i o n a l d e l u tt e c o n t r e l a t u b e r c u l o s e

paRTENAIRE LOCAl REPRéSENTANT D’AcTION DAMIEN

Ministère de la Santé publique Dr Toon Bongaerts (OCRAL)

Bureau

de coordination régionale

Représentant d’action Damien personnel sous contrat local

Pendant 6 ans (de 1999 à 2005), le programme national de lutte contre la tuberculose au Panama a bénéficié de notre soutien intensif, avec cofinancement de l’Union européenne et présence permanente d’un conseiller médical, le Dr Antonio Marrero, qui a ensuite été déplacé vers le Brésil. Pendant cette période, des résultats importants ont été atteints: extension de la stratégie DOTS dans tout le pays, augmentation significative du taux de guérison des malades (de 65% en 2001 à 80% en 2005) et meilleur dépistage des malades attendus grâce à une extension du réseau de laboratoires locaux, avec comme conséquence le diagnostic de davantage de cas positifs (de 239 en 2000, à 840 en 2005).

Depuis 2006, le programme tuberculose est soutenu de manière complémentaire par des fonds propres d’Action Damien, avec des moyens financiers moindres qu’auparavant. Ce qui est une conséquence logique des résultats obtenus en matière de développement des capacités locales. En 2007 aussi, la lutte contre la tuberculose a été bien menée, avec un soutien complémentaire de notre part: le taux de guérison de 80% a été maintenu et le dépistage reste à peu près constant, avec 1.761 nouveaux malades, dont 828 positifs. Il reste pourtant des défis à relever: le taux de guérison doit encore s’améliorer pour atteindre au moins 85%, et le taux de mortalité doit baisser, lui qui est de 6,5%, principalement à cause d’un problème sida en augmentation. Heureusement, ce point reçoit lui aussi de plus en plus d’attention. Pour l’instant, nous discutons avec les autorités locales un arrêt graduel de notre soutien sur les deux ou trois prochaines années. Le Panama devrait en effet être capable, à très court terme, d’être autosuffisant sur le plan financier pour couvrir les besoins et le bon fonctionnement du programme tuberculose.

D é p e n s e s 2 0 0 7: 91.15 0 €

Dr Toon Bongaerts 1

Notre Bureau régional pour l’Amérique latine a encore pu poursuivre sa consolidation en 2007. En fin d'année, Action Damien a organisé une évaluation externe, qui a donné les résultats suivants :

Le travail d’équipe est excellent entre notre coordinateur médical, Toon Bongaerts, et notre administrateur régional, Miguel Angel Rivera, qui se complètent bien. Cependant, le Dr Bongaerts devrait déléguer davantage de tâches, surtout administratives, afin de dégager plus de temps pour le technique médical pur. Le bureau régional remplit ses fonctions de base: faire office de filtre et de “ caisse de résonance ” pour les équipes locales et vers le secrétariat de Bruxelles; assurer des conseils permanents pour chaque pays, tant au niveau médical et technique que de la gestion; ou encore développer des documents administratifs de base et des normes pour permettre une gestion la plus efficace et la plus transparente possible. La collaboration est bonne avec les partenaires dans les projets et avec les organisations internationales multilatérales. Le bureau est assez proche des pays. Grâce à une communication permanente par courriel et des visites régulières (chaque pays est visité deux ou trois fois par an), la réalité de chacun des projets est connue le mieux possible, afin de pouvoir apporter une réponse à chaque fois meilleure à tous les besoins et à toutes les questions. Dans ce sens, le bureau est un plus pour tous nos partenaires locaux dans les différents pays et il permet de développer en permanence les capacités locales. En tant que coordinateur général, Toon Bongaerts doit encore remplir trop d’activités opérationnelles sur le terrain au Nicaragua. Le souhait, pour 2008, est de déléguer une bonne partie de ces activités à un deuxième médecin, qui devra être engagé. Ainsi, le Dr Bongaerts pourra mieux se concentrer sur ses tâches de coordination générale et de contenu.

|   27


Asie

#3

Bangladesh

D é P ENSES 2 0 0 7 : 9 6 0 . 7 7 3  €

Pr o g r a m m e n at i o n a l d e lu tt e co n t r e l a l è pr e e t l a t u b e r c u lo s e

DGCD, GFATM Ministère de la Santé publique et ONG locales REPRéSENTANT D’AcTION DAMIEN Dr Md. Abdul Hamid Salim PERSONNEL SOUS CONTRAT AVEC Dr Md. Abdul Hamid Salim COFINANCEMENT

PARTENAIRES LOCAUX

AcTION DAMIEN BRUXELLES

personnel sous contrat LOCAL

600

Les projets du Bangladesh – Tangail, Mymensingh, Rajshahi et Faridpur – sont intégrés dans le Programme national de lutte contre la lèpre et la tuberculose. Ils sont opérationnels dans 14 districts et 110 “ upazilas ” (sousdistricts) et couvrent environ 31 millions d’habitants. Un soutien financier et technique est également apporté au projet lèpre de Dhanjuri.

En 2007, un nouveau mémorandum de collaboration a été signé avec le directorat général des services de santé pour l’implémentation du DOTS-plus (contre la tuberculose multirésistante) dans 13 districts supplémentaires de Rajshahi (pour 28 millions d’habitants), où le DOTS est réalisé avec d’autres ONG. Le traitement de la tuberculose multirésistante testé dans le projet a montré une excellente acceptation des malades et un résultat de traitement d’environ 90%. Un réseau de 161 centres de microscopie (avec cinq laboratoires d’assurance de qualité et deux labos pour les cultures de tuberculose et les tests de sensibilité aux médicaments) est opérationnel dans nos projets. Trois nouveaux labos de culture pour tuberculose doivent être créés en 2008. De plus, 258 centres de collecte de crachat et de frottis existent dans des régions inaccessibles, afin d’augmenter la couverture du projet et l’accessibilité pour les plus pauvres. 21.766 tuberculeux ont été dépistés. Le taux de détection moyen pour tout le projet est de 51%. Le taux de guérison des nouveaux malades positifs est de 89% et celui des “ retraitements ” d’environ 79%. Avec la création d’un pool d’expertise en lèpre début 2007, le diagnostic a été renforcé (10% de détections en plus qu’en 2006). 1.021 malades ont été dépistés, y compris à Dhanjuri. La prévalence était de 0,17 pour 10.000 habitants, et le taux de détection de 2,3 pour 100.000 habitants. Parmi les nouveaux malades, 18% étaient porteurs d’incapacités. Le taux de guérison des malades paucibacillaires a été de 97%, celui des multibacillaires de 95%. Action Damien a joué un rôle important dans l’engagement d’autres acteurs dans le contrôle de la tuberculose et de la lèpre. L’initiative d’y intégrer des “ village doctors ” est maintenant considérée comme un important partenariat public-privé au niveau rural par l’OMS. 17.255 “ village doctors ” ont été formés depuis 1997 (et plus de 6.000 sont fournisseurs attitrés du DOTS). En 2007, ils ont permis de dépister 2.340 tuberculeux positifs et 50 lépreux.

|   29


30   | Rapport d’activités 2007

Asie

Chine Action Damien est aussi pionnière dans l’engagement d’anciens malades dans la lutte contre la tuberculose et la lèpre. Cet engagement est une approche communautaire efficace pour le contrôle de la tuberculose dans le pays. En 2007, les anciens malades ont envoyé vers nos services 51.322 suspects pour la tuberculose et 4.130 pour la lèpre. Parmi eux, 3.567 ont été diagnostiqués tuberculeux positifs et 155 lépreux. Le projet a établi avec le gouvernement un excellent partenariat qui a aidé à asseoir la pérennité du programme et a montré son efficacité pour le dépistage et la fidélisation des malades. L’implication des professionnels de santé de l’état a été remarquable, tant dans le domaine technique que pour l’éducation sanitaire et la mobilisation sociale. Les médicaments, le matériel de laboratoire et les autres équipements administratifs prévus ont été fournis par le gouvernement de manière ininterrompue. Les complexes de santé au niveau des “ upazilas ” ont été impliqués dans la demande et la distribution de tous ces équipements. Le projet au Bangladesh mène également plusieurs recherches opérationnelles. Les plus importantes ont trait au traitement de la tuberculose multirésistante, à l’amélioration des services de laboratoire (y compris les cultures et les tests de sensibilité aux médicaments), au suivi de la résistance aux médicaments, à une polychiomiothérapie uniforme pour la lèpre multibacillaire, ou à l’utilisation de montirlucast dans la gestion des réactions au traitement de la lèpre. Le régime utilisé par Action Damien pour les multirésistants a été étudié par des experts internationaux, selon qui “ les résultats généraux du projet de traitement de la tuberculose multirésistante mené par Action Damien au Bangladesh sont prometteurs et donnent une preuve préliminaire que des régimes de traitements plus courts contenant du gatifloxacin peuvent être une alternative aux régimes actuels recommandés de manière internationale pour des populations de malades sélectionnés. ” Le projet dispose de trois hôpitaux en gestion propre, qui disposent au total de 234 lits. Ils servent au traitement des complications de la lèpre et de la tuberculose, ainsi qu’à la phase initiale du traitement des malades multirésistants. En 2007, en plus du soutien financier de la DGCD, un bel apport a été reçu du “ Fonds global de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ” (GFATM) des Nations Unies. Pour garantir l’excellente qualité du traitement médical, Action Damien dispose de son propre centre de formation à Jalchatra. En 2007, 54 paramédicaux en charge du diagnostic et du traitement fraîchement engagés, y compris des membres du personnel de l’État, y ont été formés. D’autres programmes de formation ont été effectués pour des travailleurs des secteurs de la santé public et privé, tandis que 258 volontaires recrutés par les centres de récolte de crachat ont été formés à la tuberculose et à la lèpre. Action Damien finance également la participation à des cours et à des conférences sur la lèpre ou la tuberculose à l’étranger pour quelques médecins. Par ailleurs, une supervision régulière et une formation pratique des employés restent un facteur important pour l’efficacité du travail et la motivation des équipes.

D é p e n s e s 2 0 0 7: 1.10 5 . 9 8 0 € S o u t i e n au pr o g r a m m e d e lu tt e co n t r e l a l è pr e da n s l a r é g i o n au to n o m e d u G ua n g x i S o u t i e n au pr o g r a m m e d e lu tt e co n t r e l a t u b e r c u lo s e da n s l e s r é g i o n s au to n o m e s d u T i b e t e t d e M o n g o l i e I n t é r i eu r e e t da n s l e s pr ov i n c e s de Qinghai et de Guizhou B u r e au d e r e pr é s e n tat i o n d 'Ac t i o n Da m i e n à Pé k i n

Ministère de la Santé à Pékin: Dr Ren Minghui Institut de dermatologie du Guangxi: Prof. Zhou Zhi Guang Institut de tuber­culose du Tibet: Dr Dorjee Jiangcun Institut de tuber­culose de Mongolie Intérieure: Dr Ren Yulin Institut de tuberculose de Qinghai: Dr Ma Yongcheng Institut de tuberculose de Guizhou: Dr Pan Jianmin Cofinancement DGCD (tuberculose) Fondation Follereau Luxembourg (lèpre) Représentant d’aCtion Damien Alex Jaucot Partenaires

Personnel sous contrat local

6

En 2007, 74 nouveaux malades de la lèpre ont été détectés au Guangxi. La maladie est indéniablement en recul. Grâce aux efforts en formations et en supervisions, le taux de nouveaux cas présentant des incapacités “ de type 2 ” à la détection a fortement diminué: 9%, contre 20% en 2006. Au 31 décembre 2007, 283 malades étaient encore sous traitement. Le défi majeur dans cette région est de garder suffisamment d’agents de santé qualifiés pour garantir un contrôle efficace. Il reste néanmoins du travail pour permettre aux personnes fortement handicapées de vivre dignement. En 2007, des travaux de rénovation ont été poursuivis dans trois villages de lépreux grâce à des fonds d’Action Damien. Pour la tuberculose, Action Damien a fortement accru sa lutte au Tibet, en Mongolie Intérieure, au Qinghai et au Guizhou. Depuis le 1r janvier 2008, la région du Ningxia bénéficie également de notre aide. La tuberculose est au cœur de notre action en Chine, qui vise plus de 70 millions d’habitants. Mais tous n’ont pas un accès réel aux soins de santé pour un diagnostic rapide et correct. De plus, les malades diagnostiqués ont des difficultés à recevoir un suivi régulier et direct de leur traitement par du personnel médical même si, officiellement, la stratégie DOTS couvre la totalité du territoire chinois. En 2007, les quatre projets soutenus par Action Damien ont détecté et mis sous traitement 77.469 malades, soit 123% de l’objectif. La détection évolue bien, grâce à une coordination plus efficace entre les hôpitaux généraux et les services tuberculose, un suivi plus strict des cas suspects ainsi que l’examen des proches des malades. Ce résultat confirme la valeur des efforts consentis les années précédentes, mais suggère aussi qu’il subsiste des possibilités d’amélioration, surtout parmi les populations qui ne sont pas bien desservies par le programme. Le taux de guérison des nouveaux cas pulmonaires positifs est supérieur à l’objectif de 85% en Mongolie Intérieure (92%), au Qinghai (90%) et au Guizhou (87%). Le Tibet a pour la première fois atteint 82%, soit 6,6% de plus qu’en 2006! Cette avancée témoigne de l’impact des formations et des actions menées en 2007 afin d’intégrer les médecins de village au programme. Cependant, et c’est beaucoup plus inquiétant, le Tibet enregistre aussi le taux de

|   31


32   | Rapport d’activités 2007

Asie

Inde guérison le plus faible pour les “ retraitements ”: 55%. Hormis au Guizhou, ce taux diminue partout, ce qui indique l’émergence de souches résistantes. Le problème est sérieux et demande une solution urgente. C’est pourquoi l’un des plus grands défis est de mettre sur pied et de faire fonctionner des projets capables de traiter des malades résistants. Avec le soutien d’Action Damien, la Mongolie Intérieure a démarré le premier projet pilote contre la résistance multiple en Chine. D’autres projets de ce type pourront commencer au Guizhou, au Ningxia et au Qinghai. Avec les conseils techniques et l’aide d’Action Damien, des efforts continus ont été effectués pour renforcer les compétences professionnelles, depuis le niveau le plus central jusqu’au niveau le plus périphérique. Action Damien a investi de façon significative dans le développement des capacités par des formations. Elle a aussi préparé, en étroite coordination avec le niveau central, un manuel à l’usage des médecins de village, qui sera imprimé et distribué à travers toute la Chine en 2008. Pour assurer le succès de son soutien, Action Damien considère que le suivi régulier et le développement des capacités sont plus que jamais les pierres d’angle des progrès futurs. Mais ces efforts resteront vains s’ils ne sont pas soutenus par un solide engagement des autorités, une bonne gestion des ressources et une augmentation de la contrepartie locale en vue de la pérennisation du programme. Une force motrice d’Action Damien en Chine est son bureau de représentation à Pékin. Il fournit non seulement une aide médicale, technique, administrative, logistique et financière, mais il développe aussi des synergies avec d’autres partenaires, générant ainsi des bras de levier significatifs. Action Damien fait partie d’importants groupes de travail dans le domaine de la tuberculose au niveau national et coordonne ses activités avec des partenaires chinois et internationaux comme l’OMS, la Banque Mondiale ou le “ GFATM ”. Notre bureau entretient également des liens étroits avec le Centre national de prévention et de contrôle de la tuberculose et effectue des visites conjointes de suivi avec ce centre afin de mieux coordonner notre soutien avec celui d’autres bailleurs de fonds et d’augmenter la pertinence et la reconnaissance de nos recommandations. Ajoutons que le Ministère de la Santé et Action Damien se concertent fréquemment sur la mise en œuvre des activités lèpre et tuberculose que nous soutenons. Enfin, un consultant indépendant a évalué en avril 2007 le soutien d’Action Damien au programme tuberculose pour la période 2003-2007 et un représentant d’Action Damien a pris part à la mission conjointe de suivi du programme national tuberculose en décembre 2007.

Cofinancement

Dépenses 2007: 1 . 3 3 5 . 1 5 0 € S o u t i e n au x Pr o g r a m m e s n at i o n au x d e lu tt e co n t r e l a l è pr e e t l a t u b e r c u lo s e pa r d e s pr o g r a m m e s à l’ é c h e ll e d e d i s t r i c t s (B i h a r , D e l h i , A n d h r a Pr a d e s h , K a r n ata k a e t K e r a l a ) e t d e pr oj e t s g é r é s pa r d e s ONG lo c a l e s (su r to u t da n s l e su d)

DGCD (28 districts au Bihar)

Ministère de la Santé (Delhi), Ministère de la Santé des États du Bihar, de l’Andhra Pradesh, du Karnataka et du Kerala, 11 ONG locales Représentant d’action Damien Dr P. Krishnamurthy Partenaires locaux

Personnel sous contrat local

291

Le DFIT (Damien Foundation India Trust) soutient les programmes nationaux de contrôle de la lèpre et de la tuberculose à différents niveaux. Et, à travers ses projets et ses équipes, il s’efforce d’améliorer le statut de malades de la lèpre ou de la tuberculose, de promouvoir l’intégration, d’augmenter la qualité et de contribuer à la pérennité du programme.

Le DFIT s’occupe de prise en charge de la lèpre avec ses complications, de chirurgie reconstructrice et de formation du personnel de santé général. Pour la tuberculose, il s’occupe de la prise en charge des malades -avec ou sans complications- de la co-infection tuberculose-sida (grâce à des unités tuberculose et des centres de microscopie approuvés par le gouvernement), ainsi que du soutien au contrôle de la maladie grâce à des équipes de consultance. Le DFIT a trois types de projets: des “ projets propres ” (qu’il réalise lui-même), des “ projets ONG ” (réalisés par des ONG locales et soutenus par l’association), ainsi que des “ projets-soutiens ”, qui apportent un soutien au gouvernement. En 2007, le DFIT avait 2 projets propres (Delhi et Nellore), 11 projets ONG (Ambalamoola, Arisipalyam, Aundipatty, Amda, Chilakalapalli, Dindigul, Fathimanagar, Kavali, Nagepalli, Pavagada et Trivandrum) et 34 projets-soutiens (28 au Bihar, 3 en Andhra Pradesh, 2 au Karnataka et 1 au Kerala). Certains sont centrés sur la lèpre ou la tuberculose, d’autres sur les deux maladies, les derniers sont consacrés à la tuberculose et au sida. Les projets lèpre s’occupent de personnes souffrant d’incapacités – dans des régions limitées – ou soutiennent le programme dans un district en se centrant sur la prévention des incapacités. D’autres procurent des services de soins secondaires aux personnes avec complications (dont des incapacités). Certains proposent un support complet, d’autres un support partiel lié à des activités déterminées. Pour la tuberculose, les activités consistent à faire fonctionner un centre de microscopie pour une population d’environ 100.000 personnes, ou une unité tuberculose - avec une équipe complète de base et de supervision - pour environ 500.000 personnes, ou encore à procurer un soutien technique grâce à des équipes de consultance.

|   33


34   | Rapport d’activités 2007

Asie

Laos Comme le veut l’accord de coopération entre l’Ilep et le gouvernement, l’engagement du DFIT dans les activités lèpre a changé depuis avril. Le soutien au niveau des districts et des États au Bihar, au Jharkhand et en Andhra Pradesh ne se fait plus à travers des équipes de soutien technique au niveau des districts (DTST), mais bien par des personnes ressources mobilisées quand et où c’est nécessaire, dans des régions identifiées conjointement par le gouvernement et l’Ilep, y compris le DFIT. Le point central de leur intervention est principalement la livraison de matériel d’assistance et d’apprentissage pour former et pousser à l’introduction de services de référence (y compris la prévention des incapacités) dans le système général de santé. Avec d’autres partenaires de l’Ilep, le DFIT a entraîné les équipes clé des districts (les “ noyaux de district ”) et a continué à aider à la promotion de services de chirurgie reconstructrice dans deux hôpitaux universitaires, à Patna et à Dharbanga, au Bihar (dans le Nord). Les chirurgiens entraînés par le DFIT ont opéré 69 patients. Le DFIT a aussi pris en charge des malades de la lèpre dans trois districts du Bihar, en tant que partenaire d’un projet de polychimiothérapie uniforme, co-soutenu par l’OMS. Les projets ONG et les projets propres ont pris en charge 99 malades avec complications et ont fait des opérations de chirurgie reconstructrice pour 92 personnes. Les projets ont aussi fourni des chaussures adaptées à 2.121 malades. Au total, 3.122 lépreux ont été dépistés (253 dans nos projets, 263 par les DTST du Sud et 2.606 par les DTST du Bihar). La seconde activité importante du DFIT est le soutien au contrôle de la tuberculose. Il est actif dans 34 districts de 4 États depuis une période allant de 3 à 7 ans. Voici les points centraux de son intervention: renforcement de la supervision DOTS grâce à la sélection de fournisseurs du DOTS dans la communauté, leur entraînement et leur supervision afin d’atteindre de bons taux de guérison, spécialement pour les nouveaux cas positifs; aide aux équipes dans l’assurance que les examens de crachat de suivi sont faits pour tous les malades; diffusion de messages corrects dans la population; interaction avec les “ ANM ” (infirmières auxiliaires, sages-femmes) des “ PHC ” (centres de santé primaire) pour s’assurer que les cartes sont mises à jour; ou encore aide aux “ DTO ” (responsable tuberculose des districts) dans l’entraînement de leurs équipes clés. Chaque district dispose d’une équipe avec un conseiller médical expérimenté et deux ou trois superviseurs mobiles. En 2007, 69.868 tuberculeux ont été dépistés (3.181 dans nos projets, 23.706 par les DTST du Sud et 42.981 par les DTST du Bihar). Par ailleurs, Action Damien a mené d’autres activités, notamment une éducation médicale continue (par des bourses, des séminaires, des symposiums ou à travers le magazine médical “ Ilep India Update ” publié pour le compte de l’Ilep), la construction de PHC ou de laboratoires pour aider au contrôle de la tuberculose au Bihar, la publication de matériel éducatif conjointement avec l’Ilep, ou encore la réhabilitation socio-économique de personnes ou de familles touchées par la lèpre. Plus d’info à l’adresse : http://www.da­mien­foundationindia.org

Dépenses 2007: 5 8 . 0 7 1 € A ppu i au Pr o g r a m m e n at i o n a l t u b e r c u lo s e

Ministère de la Santé (Dr Nao Boutta) Centre national tuberculose (Dr Phannasinh Sylavanh) Représentant d’action Damien Alex Jaucot (bureau à Beijing) Partenaires locaux

Personnel sous contrat avec action Damien Bruxelles

Vatthana Nanthana (gestionnaire)

Action Damien soutient le Laos depuis 1994. Depuis 2003, le soutien financier au programme tuberculose a été repris par le “ GFATM ”, ce qui a donné une chance unique à Action Damien de repenser sa stratégie en collaboration avec un partenaire important. Nous nous concentrons sur l’accompagnement technique et gestionnaire du programme.

Le programme couvre les hôpitaux de tout le pays et continue à étendre ses services vers les centres de santé périphériques. En 2007, 106 ont été ajoutés, ce qui permet au programme de toucher 406 des 739 centres de santé. Cette expansion continue vers le niveau périphérique demande une supervision de qualité, effective et régulière. Action Damien l’a compris et se centre sur le développement des capacités par un coaching et une formation pratiques et des cours spécialement pensés pour permettre au personnel du programme de mieux s’adapter aux nouveaux développements et aux changements qui en découlent. Action Damien continue à suivre de près l’accessibilité et la qualité des services offerts à la population et aux tuberculeux, et à offrir un soutien si nécessaire: médicaments et réactifs de laboratoire gratuits, formations, supervisions et suivi du programme. Le nombre de malades dépistés continue à correspondre aux attentes: 4.009 malades ont été mis en traitement en 2007, dont 3.082 avec tuberculose pulmonaire contagieuse. La décentralisation progressive vers les centres de santé semble réduire les traitements irréguliers et continue à montrer des résultats de traitement très satisfaisants: 92% pour les nouveaux malades positifs et 83% pour les "retraitements". Enfin, une collaboration plus étroite entre les programmes tuberculose et sida est en train d’être développée.

|   35


36   | Rapport d’activités 2007

Asie

Ouzbékistan

Dépenses 20 07: 35. 836 €

S o u t i e n au DO T S da n s l e s r é g i o n s d e K a s h k a da rya , Su r k h a n a d rya e t B u k h a r a

Partenaire local

Ministère de la Santé publique

Représentant d’action Damien

Dr Oyden Mamarasulova

Personnel sous contrat local

6

Les taux de notification et de mortalité de la tuberculose en Ouzbékistan ont fortement augmenté ces dernières années. En 2003, le pays a accepté le DOTS comme une priorité essentielle et une stratégie incontournable pour le contrôle de la tuberculose. Et, en juin 2006, le pays entier a été couvert.

Les activités d’Action Damien couvraient, elles, 42 districts de trois régions (Bukhara, Surkhanadrya et Kashkadarya) qui, ensemble, comptent 5.677.090 habitants. En 2006, 4.825 malades ont été dépistés dans les trois régions, contre 4.596 en 2005. Ces chiffres sont sans doute la face visible de l’iceberg, puisque plus de la moitié des malades positifs attendus restent non dépistés. 1.295 patients ont été mis sous traitement dans les trois provinces au premier trimestre de 2006. 85,4% ont été guéris. Au premier trimestre de 2007, 1.044 malades ont commencé leur traitement. Depuis notre départ, nous n’avons plus de données. Les difficultés du travail en Ouzbékistan - la lourdeur bureaucratique pour les ONG et la corruption - ainsi que le refus du Ministère de la Justice de prolonger le visa de travail de notre représentant après fin 2006, nous ont conduits à arrêter le soutien à Ouzbékistan. Pour permettre une transition la plus douce possible, nous avons accepté de prolonger notre soutien jusqu’en juillet 2007. Ce laps de temps a été mis à profit par notre équipe locale, dirigée par le Dr Oyden, pour renforcer les capacités de formation, de supervision, de gestion des données et de contrôle de qualité de la microscopie des trois équipes DOTS régionales. Puisque l’Ouzbékistan est soutenu par la banque allemande de développement, le GDF et le GFATM, nous sommes confiants dans l’avenir du programme DOTS et dans sa capacité à garder une qualité raisonnable, voire encore meilleure. D’autant que tous les biens et les équipements d’Action Damien ont été donnés au programme tuberculose pour une utilisation future dans le renforcement du programme DOTS.

|   37


38   | Rapport d’activités 2007

Recherche

Recherche scientifique et formation D é p e n s e s 2 0 0 7 : 5 8 6 .15 0 €

Partenaires

Institut de médecine tropicale d’Anvers Institut Pasteur de Bruxelles

gieux prix Yourassowsky, qui couronne un travail de recherche dans le domaine des maladies infectieuses. Le Dr Ablordey a développé au cours de son travail à l’IMT des outils de biologie moléculaire permettant d’identifier l’origine géographique de l’infection. Les résultats de ces recherches et l’obtention de la première culture positive à partir de l’environnement devraient permettre de mieux comprendre comment la maladie se transmet à l’homme et de développer des moyens de protection plus efficaces contre cette maladie. D é pa r t e m e n t d ’ é p i d é m i o lo g i e (Professeur Patrick Van der Stuyft) Tuberculose. En col-

laboration avec deux centres hospitaliers péruviens, ce projet vise à développer et valider un arbre de décision pour le diagnostic de la tuberculose pulmonaire négative à l’examen direct des expectorations, dans les pays à faibles revenus.

Institut de médecine tropicale d’Anvers L a b o r ato i r e d e m yco bact é r i o lo g i e (Professeur Françoise Portaels et Dr Armand Van

Deun) Trois maladies importantes pour l’homme sont causées par des mycobactéries: la tuberculose, la lèpre et l’ulcère de Buruli. Les recherches du laboratoire de mycobactériologie de l’IMT concernent principalement la tuberculose et l’ulcère de Buruli. Au niveau mondial, la tuberculose est la maladie mycobactérienne de loin la plus importante. Au cours de ces dernières années, de plus en plus de cas de tuberculose causés par des germes résistants aux principaux médicaments antituberculeux ont été observés. C’est la raison pour laquelle le laboratoire de mycobactériologie de l’IMT surveille régulièrement la situation de la résistance médicamenteuse dans divers pays, dont le Bangladesh, la RD Congo, le Burundi et, plus récemment, le Niger. Il est difficile de guérir des tuberculeux multirésistants. Cependant, grâce aux activités réalisées depuis 1997 en collaboration avec le Bangladesh, 90% d’entre eux ont pu être traités efficacement depuis 2005, en utilisant un schéma de retraitement comprenant une quinolone: la gatifloxacine. Le suivi de ces patients après guérison se poursuit et, jusqu’à présent, un seul cas de rechute a été enregistré et aucun cas d’échec. Des nouveaux tests peu coûteux et applicables dans les pays à faibles revenus ont également été développés par le laboratoire, pour détecter rapidement les cas de tuberculose multirésistante. L’ulcère de Buruli touche principalement des communautés rurales dans une trentaine de pays tropicaux et subtropicaux, surtout en Afrique de l’ouest et en Afrique centrale. Le nombre de cas d’ulcères de Buruli peut être plus important que la tuberculose dans certaines régions de l’Afrique de l’ouest. Les lésions cutanées étendues provoquées par cette maladie peuvent engendrer des incapacités fonctionnelles durables et les atteintes osseuses nécessitent parfois des amputations. Les personnes se contaminent suite à des contacts avec des eaux stagnantes ou avec des rivières à débit lent. Soixante ans après la première publication sur l’ulcère de Buruli, le laboratoire de mycobactériologie de l’IMT est le premier au monde à avoir réussi à cultiver, à partir de l’environnement, la bactérie responsable, Mycobacterium ulcerans. Cette culture a été obtenue à partir d’un insecte aquatique récolté dans un marais du Bénin, où l’ulcère de Buruli est endémique. Pour la première fois, un chercheur africain, le Dr Anthony Ablordey, a obtenu le presti-

Institut Pasteur de Bruxelles (Dr Kris Huygen) T u b e r c u lo s e . Le but de ce projet est d’analyser les mécanismes de défense immunitaire impli-

qués dans l’infection tuberculeuse latente (asymptomatique). Il s’agit d’essayer de comprendre pourquoi une majorité des personnes infectées par le microbe de la tuberculose ne développe pas la maladie. Le but ultime est de parvenir à améliorer le pouvoir protecteur conféré par le vaccin antituberculeux existant.

Ulcè r e de Buruli . L’effet protecteur du vaccin antituberculeux vis-à-vis du Mycobacterium ulce-

rans a été étudié chez la souris. Cette protection n’est que très temporaire. Les recherches portent également sur l’identification des composants microbiens impliqués dans les défenses immunitaires. Le but ultime, ici aussi, est de contribuer au développement d’un vaccin efficace.

Formations Dans tous ses projets de terrain, Action Damien met un accent spécial dans la formation du personnel. Les objectifs de cette politique sont multiples. À court terme, ils visent à une amélioration de la prise en charge des malades de la lèpre et de la tuberculose, et de l’organisation des programmes de lutte contre ces maladies. Mais ils sont aussi des facteurs non négligeables de motivation du personnel, et de durabilité ou de pérennisation des programmes et des services à la population. À côté des formations réalisées localement dans les différents pays, 23 de nos collaborateurs directs ont participé à des cours ou ateliers organisés au niveau international. Parmi les sujets traités, citons l’épidémiologie et les statistiques, la recherche sur les systèmes de santé, l’organisation d’un programme de lutte contre la tuberculose, la microscopie, la prise en charge de la tuberculose multirésistante, la prise en charge de la co-infection tuberculose-sida, la collaboration avec le secteur privé, l’évaluation, la planification, la gestion des ressources humaines, ou encore le contrôle budgétaire. En outre, 14 personnes ont participé au Congrès international sur la tuberculose et les maladies respiratoires, qui s’est tenu à Cape Town sous l’égide de l’UICTMR.

|   39


Belgique

Activités en Belgique... Action Damien est une ONG qui lutte contre la lèpre et la tuberculose outre-mer. Mais, sans relais importants en Belgique, elle ne serait rien. Heureusement, elle peut compter sur un important réseau de bénévoles pour qui, et avec qui, elle organise au long de l’année une série d’activités. En Belgique et à l’étranger.

l a c a m pag n e d e ja n v i e r | Le grand moment des activités en Belgique se situe pendant le der-

nier week-end de janvier, à l’occasion de la campagne annuelle. En 2007, cette campagne s’est articulée autour du film “ 24 heures à Kinshasa ” et des figures de Junior, un ancien enfant des rues de Kin, et de Constant, un infirmier de terrain (tous deux sont venus en Belgique à cette occasion). Le film, diffusé également par la RTBF, a été vu par 150.000 élèves de 950 écoles primaires ou secondaires de tout le pays, lors de séances animées par une trentaine de personnes, presque toutes bénévoles. Il a également été diffusé à près de 7.000 exemplaires (VHS ou DVD) dans les écoles et chez des particuliers. Fort bien relayée par les médias et soutenue par un spot marquant (le “ Merci ” de Junior), la campagne battra à nouveau tous les records, tant au niveau financier qu’en nombre d’initiatives et de bénévoles. Ce qui prouve que le public belge continue à nous soutenir. J o u r n é e u n i v e r s e l l e d e l a t u b e r c u lo s e | Puisqu’elle lutte aussi, voire surtout, contre la tuberculose, Action Damien doit se manifester lors de la “ Journée universelle de la tuberculose ” du 24 mars. Des spots radio l’y ont aidée toutes les heures, sur les principales chaînes du pays, tandis qu’une action symbolique avait eu lieu la veille: devant Manneken-Pis affublé d’un vêtement blanc et d’un masque, des volontaires habillés de la même manière ont distribué des paquets de mouchoirs marqué du slogan “ Donnons-leur un second souffle ”.  j o u r n é e d e s fa m i l l e s | Comme chaque année, Action Damien a rassemblé ses sympathisants lors de sa traditionnelle “ Journée des Familles ”. Plus de 800 personnes, dont Saule, se sont ainsi retrouvées à Paradisio, le 2 septembre 2007. a ss e m b l é e g é n é r a l e | Tous les ans, Action Damien tient deux assemblées générales. Elles sont l’occasion, pour plus de cent personnes venues des quatre coins du pays, de se pencher sur la bonne marche de l’association. En 2007, une assemblée générale extraordinaire a également été organisée, le 15 septembre. Son objet: entériner le changement de nom français et allemand de l’association, qui s’appelle dorénavant “ Action Damien ” et “ Mit Damian ”. j o u r n é e d e l a n c e m e n t | Après des mois de travail dans l’ombre, la campagne de janvier est traditionnellement lancée à la mi-novembre. 400 sympathisants se sont ainsi réunis le 17, à Bruxelles, pour découvrir notamment le film “ Expédition Rwanda ”. d e u x to u r n é e s g o s p e l | La Flandre en novembre avec Lea Gilmore (six concerts) et la communauté Wallonie-Bruxelles en décembre avec Miche Braden (sept villes et treize dates!) ont une nouvelle fois été sillonnées par des tournées gospel. Résultat: 4.000 choristes, 16.000 spectateurs et une ambiance de feu malgré une température parfois polaire. u n p e u d e t o u t | Enfin, les initiatives émanant du réseau de bénévoles sont légion. Outre les “ traditions ” (la “ promenade Damien ” à Tremelo en mai, la présence au “ Beau Vélo de RAVeL ” de Vivacité pendant les grandes vacances, ou le Festival des imitateurs au profit d’Action Damien en novembre à Tournai), signalons pêle-mêle le monologue “ Kamiano ” joué pour 5.000 jeunes à Courtrai (au long de l’année), un “ Concert pour Damien ” chanté à Ciney le

|   41


42   | Rapport d’activités 2007

|   59

24 mars par trois chorales, une “ Harmonie voor Damiaan ” jouée à Roulers par 120 jeunes musiciens le 2 avril, la “ Marche des Pépinières Adeps ” le 3 juin à Wez-Velvain, ou encore une exposition qui a rassemblé 5.000 visiteurs à l’abbaye de Postel en juillet.

... et dans les projets d e n o u v e au x c h a n t i e r s | D’autres activités se déroulent à l’étranger. Ainsi, si Action Damien

n’envoie pas de bénévoles dans ses projets, elle permet à ceux qui ont envie de connaître un peu son travail et de vivre “ autre chose ” de participer aux “ Chantiers Damien ”. Le but: après une préparation qui commence en février, passer trois semaines à aider les ouvriers locaux sur un chantier, puis découvrir le pays pendant la quatrième semaine. En 2007, 88 voyageurs se sont envolés pour l’Inde, le Bangladesh, le Nicaragua ou le Congo. Avant leur départ, ils ont récolté plus de 227.000 euros de sponsoring afin de financer les travaux sur place. Par ailleurs, encadrés par les comités de Tournai et de Mons, une vingtaine de personnes sont parties travailler à l’amélioration des conditions de vie de lépreux égyptiens à Abou Zaabal, près du Caire. t o uj o u r s d e s “  t r i a n g l e s  ” | Action Damien envoie aussi régulièrement des profs et des étudiants visiter un de ses projets. Entre août et novembre, six groupes sont ainsi partis au Congo, en Inde et au Bangladesh. Ils venaient des provinces de Namur, Liège, Brabant Wallon, Limbourg et Flandre orientale. au ba n g l a d e s h , à v é lo | Trois groupes ont aussi eu la chance de s’en aller pédaler sur les routes du Bangladesh en découvrant le travail d’Action Damien. Ils étaient issus de clubs service (le Kiwanis d’Alost) ou d’écoles (Jette et Ostende). e n t r e p r e n e u r s , c h a n t e u r s e t… e d dy | Enfin, n’oublions pas de signaler quelques voyages d’un autre genre. D’une part, rayon “ entreprises solidaires ”, le directeur de Febelco a découvert la Chine au printemps, tandis que le grand patron des laboratoires Tilman s’est envolé pour le Congo en fin d’année. Des chanteurs se sont aussi joints à nous: Brahim est parti pour Lubumbashi (pour l’opération de Junior à la deuxième main) et Saule a été marqué par un mini-périple en Inde. Enfin, en décembre, Eddy Merckx a passé quelques jours à Kin. Ces trois derniers voyages avaient pour but de préparer la campagne de janvier 2008…

Conseil d’administration d’Action Damien

Campagne 2007: les chiffres dons directs nombre

dons directs montant global

ventes de marqueurs et collectes

total

Wallonie*

36.103

1.429.456,01 €

990.847,92 €

2.420.303,93 €

0,70

Bruxelles

11.379

558.275,93 €

152.856,40 €

711.132,33 €

0,69

Flandre

76.367

3.389.266,24 €

1.595.845,94 €

4.985.112,18 €

0,81

Anonymes

163

144.682,48 €

527,50 €

145.209,98 €

Total

124.012

5.521.681 €

2.740.078 €

8.261.758 €

euro par habitant

0,78

* y inclus la Communauté germanophone Ces chiffres sont ceux de la campagne annuelle, qui début le 1r septembre (en l’occurence, 2006) pour se terminer le 31 août (2007). Les autres données de ce rapport concernent l’année civile, soit du 1r janvier au 31 décembre 2007.

Président | Paul Jolie (Rupelmonde), économiste, administrateur d’une université. Membres | Patrick Adam (Torhout), directeur d’école | Michel Beckers (Heusy), expert comptable

retraité | Monica Colruyt-Hemeryckx (Halle) | Freddy Cooreman (Ninove), retraité | Philippe Dembour (Bruxelles), professeur | Michel Duterme (Treignes), professeur | Docteur Emmanuel Eeckhout (Schaerbeek), médecin généraliste | Elmar Krings (Eupen), juriste, secrétaire du CPAS d’Eupen | Marie-Laurence Lambert (Bruxelles), docteur en médecine | Pascale L’Ecluse-Decoene (Roosdaal), juriste | Edith Schacht (Bruxelles), infirmière | Roger Torremans (Mol), enseignant | Frank Van Gerven (Leuven), religieux des Sacrés-Cœurs (Picpus) | Peter Vinck (Alken), Consultant | Docteur Maryse Wanlin (Bruxelles), directrice du FARES


Merci

À l’heure du bilan 2007, Action Damien tient à remercier tous ceux qui lui permettent de réaliser ses activités n les autorités des pays où elle est engagée dans la lutte contre la lèpre, la tuberculose et la leishmaniose n les autorités belges (au niveau fédéral, régional, provincial et communal) et européennes, spécialement leurs services chargés de la coopération au développement n le personnel local et les expatriés n les nombreux donateurs n le personnel du Secrétariat de Bruxelles n les milliers de collaborateurs bénévoles n et enfin la centaine de responsables régionaux qui encadrent ces derniers. Photos: Jean Platteau, Tim Dirven, Michiel Hendryckx, Thierry Graulich et archives Action Damien | Action Damien, juin 2008 | Toutes ces informations, et beaucoup d’autres, peuvent être retrouvées sur notre site à l’adresse www. actiondamien.be

Boulevard Léopold II, 263, B 1081 Bruxelles, Belgique | Tel: (0032)02/422.59.11 | Fax: (0032)02/422.59.00

info@actiondamien.be | www.actiondamien.be


Rapport d'activité