Issuu on Google+

La lèpre toujours. Et la tuberculose… Action Damien a été créée en 1964 pour lutter contre la lèpre. Elle a rapidement étendu son  travail pour combattre aussi la tuberculose. Depuis, les deux maladies ont évolué de manière  très différente dans le monde. Les 15 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine dans  lesquels Action Damien est aujourd’hui présente grâce à une poignée de coopérants et plus de  1.500 membres du personnel local, ne font pas exception. Garder l’attention La lèpre n’est plus problématique comme voici 40 ans. Chaque année, selon l’OMS, on ne  dépiste plus que 250.000 nouveaux malades. Mais c’est là qu’est le danger : comme la lèpre  n’est plus, dans la plupart des régions, un problème majeur, elle risque d’être négligée, voire  oubliée. Action Damien veille donc à garder toute l’attention nécessaire à la lutte contre cette  maladie moyenâgeuse. Par ailleurs, il est essentiel de dépister les malades au plus vite et de  leur donner les bons traitements. Si les malades sont dépistés à un stade précoce, la grande  majorité guérit totalement, ce qui évite les paralysies, les plaies et les mutilations. En  continuant à traquer la lèpre, nous prévenons ce qui peut arriver de pire: le rejet et  l’humiliation.  1,5 million de morts par an Reste alors le problème de la tuberculose, qui tue toutes les 20 secondes. Sans oublier que,  pendant sa maladie, la personne atteinte a souvent contaminé des dizaines d’autres personnes.  Partout, les équipes médicales que nous soutenons s’attellent à dépister les malades au plus  vite. Pour la tuberculose aussi, plus un malade est dépisté tôt, plus il a de chances de guérir  totalement. Et, comme le risque est grand de voir naître des souches de tuberculose résistante,  voire multirésistante, il est essentiel de s’assurer que le malade suit scrupuleusement son  traitement. Action Damien y veille aussi. Projets de base La lutte contre la lèpre et la tuberculose telle que décrite plus haut se fait à travers des  programmes nationaux. Mais, depuis peu, Action Damien a choisi de suivre également une  autre piste sur le terrain. Pour répondre à des besoins spécifiques de populations limitées, elle  a en effet lancé une série de « projets de base ». Ces projets, à petite échelle, visent  principalement la réintégration socio­économique d’anciens malades, surtout lépreux. Il peut  s’agir de financer l’éducation d’enfants de lépreux, de rénover d’anciennes léproseries ou de  former d’anciens malades avant de leur donner de quoi commencer une activité. Ces « projets  de base » sont en fait le complément naturel des programmes nationaux. Ils n’ont qu’un seul  but : à l’image de ce que faisait Damien, rendre leur dignité aux personnes que la maladie a  frappées. L’indifférence tue, Action Damien soigne www.actiondamien.be stephane.steyt@actiondamien.be.


infos generales3